Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Ready To Be Built: A New Home
Ready To Be Built: A New Home
Ready To Be Built: A New Home
Livre électronique212 pages2 heures

Ready To Be Built: A New Home

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Accompli par deux années de recherches sur diverses technologies, l’impression 3D, la robotique et l’intelligence artificielle, et à leur application autour de l’évolution climatique.
Plongé dans les profondeurs de l’habitat de demain. Un sujet mis en lumière dans ce mémoire de recherches étayé par des interviews d’experts.
Proposant dans ce livre des solutions innovantes.
Un aperçu de l’habitat à l’horizon 2050.
(Mémoire de recherches de fin d’études)

LangueFrançais
ÉditeurPublishdrive
Date de sortie1 sept. 2018
ISBN1709632445
Ready To Be Built: A New Home
Lire l'aperçu

Lié à Ready To Be Built

Livres électroniques liés

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Ready To Be Built

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Ready To Be Built - The Phoenix

    anthony-gonnet.com.

    Avant-propos

    Mes remerciements se dirigent envers toutes les personnes qui ont chaleureusement et généreusement contribué au succès de mon master, et qui m'ont aidé lors de mes recherches.

    Tout d'abord, j'adresse mes remerciements au personnel de l’Ecole YNOV. Leurs conseils m'ont notamment permis, d’une part, de cibler mes candidatures, et d’autre part, de trouver cette alternance, qui était en totale adéquation avec mes attentes. Bien entendu, ces remerciements seraient incomplets si je ne citais pas mon Maître de Stage, Monsieur *******, Responsable d’Agence, au sein de l'entreprise Point P. Je le remercie chaleureusement pour son accueil, le temps qu’il m’a consacré, ainsi que pour le partage de son expertise au quotidien. Également grâce à sa confiance, j'ai pu m'accomplir totalement dans mes missions. Il fut d'une aide précieuse dans les moments les plus délicats.

    Je remercie également toute l'équipe de l’agence pour leur accueil, leur esprit d'équipe durant ces 2 années, et en particulier Mr *******, ******, ****** ainsi que ******, pour leur dévouement et leur générosité.

    Enfin, je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont conseillé et relu lors de la rédaction de ce rapport de mémoire : ma famille, mes camarades de promotion, mes anciens professeurs et les professionnels avec lesquels je suis en contact.

    Introduction

    « Une façon singulière de penser » 

    Pour le moment, cette expression semble énigmatique. Et pourtant, lors de la lecture de mes recherches, c’est ce que vous pourriez vous dire à mon sujet.

    Le thème que je vais traiter est important, et il rythme actuellement la vie de nombreuses startups, PME, bureaux d’études et groupes internationaux qui se lancent dans l’aventure et qui émergent dans ce domaine. Evoqué par les médias spécialisés, celui-ci suscite des « buzz ». Chaque année, nous constatons alors que c’est un secteur qui fait parler de lui et qui attire de nouveaux investisseurs.

    Le sujet de toutes ces intentions est L’impression 3D béton.

    Alimentée par des enjeux stratégiques et des technologies remarquables, celle-ci se sème partout dans le monde. Des initiatives locales vont se transformer en initiatives continentales, voire mondiales. C’est une technologie au cœur de l’actualité, pour les aspects économiques qu’elle suscite, comme ses retombées sur les coûts de productions de bâtiments, sur la réalisation rapide d’infrastructures, ou encore, sur l’avènement de la personnalisation et sur la customisation à grande échelle.

    Ce sujet fait intervenir plusieurs dimensions, à la fois économiques, culturelles, environnementales et géopolitiques. J’ai tenu à identifier un maximum de corrélations qu’il pourrait faire naître sur des marchés étroitement liés, afin de cerner et de traiter de façon innovante ma problématique. Ici, j’évoque le secteur de l’immobilier en phase de maturité, l’explosion démographique sans précédent à l’horizon 2050. De plus, je mets en lumière les nouvelles logiques économiques, disposées à s’installer progressivement dans l’industrie, en passant par l’essor des technologies d’information et de communication.

    Par ces recherches, plusieurs objectifs m’ont animé. Le premier est avant tout personnel. Ce but a été de dépasser ma particularité psychologique, l’hyperactivité¹, afin de la canaliser sur un document formel, que je pouvais présenter et développer avec les différents acteurs. Ceux-ci étant soucieux de m’aider à concrétiser un réel projet pour finaliser ces recherches, ce mémoire est alors devenu une opportunité pour moi de dépasser mes limites. Le deuxième objectif a été de construire et de réaliser personnellement un audit, tant sur le plan numérique² que structurel, au sein du groupe dans lequel je réalisais mon alternance. Ma volonté a été de lui proposer des axes de développement, en lien avec la stratégie « distribution de matériaux de construction », pour favoriser son positionnement. Enfin, le troisième a eu pour ambition de créer une initiative globale d’intelligence collective regroupant des experts de différents secteurs, pour travailler, ensemble, sur les perspectives de solutions que vous allez découvrir.

    Sur la centralisation des données et de leurs analyses, j’ai choisi de fonctionner avec mes concepts personnels et mes outils, que vous aurez à votre disposition au fil des pages, ainsi que mon propre environnement. Ces outils étaient une ressource précieuse, tant pour pour maximiser mon efficacité et ma concentration, que pour la gestion du flux d’informations que j’ai pu consigner sur mes 2 années.

    J’ai voué ma première année à l’étude générale et à la documentation, cela en parallèle d’autres projets. Quant à la deuxième année, je l’ai consacré à la rédaction de cet ouvrage et à la communication via les réseaux sociaux. J’ai réalisé cette communication autour de mes recherches afin de faciliter une mise en relation entre l’ensemble des acteurs et moi-même.

    Tout au long de la présentation de mes travaux, il est probable que l’objectif recherché puisse vous échapper sur quelques axes. Alors, afin de mieux comprendre mon raisonnement ainsi que ma stratégie de réflexion, j’ai choisi de créer mon plan personnel d’organisation, que je souhaite désormais vous partager : « La Matrice ABS » (voir Figure 1). Cette matrice est également disponible sur YouTube et internet.

    Sur mon schéma de recherches, la matrice ci-dessus représente les éléments qui seront identifiés lors d’une analyse sectorielle. Je l’utilise, pour ma part, comme un véritable générateur d’idées.

    Vous y trouvez, dans cette matrice, tout d’abord l’oxygène. Cet oxygène représente l’essence même de la vie et dans lequel l’arbre baigne. Il s’agit de son écosystème et de son environnement.

    Ensuite, les feuilles viennent s’y ajouter. Elles s’inspirent de cet écosystème auquel elles font face, et y puisent l’oxygène. Elles sont nombreuses, irrégulières et évoquent sur chaque ramification des secteurs d’activités ou des domaines différents. Cette foliation finale s’imprègne donc de l’écosystème, pour donner vie à des sources d’information, à des entreprises, à des innovations, à l’économie générale du secteur, ainsi qu’au cadre juridique.

    Puis, dans le prolongement les feuilles, se trouvent les branches. Elles rappellent les liens puissants qui existent entre le tronc et ces secteurs d’activités.

    Ensuite, après les ramifications, se rattache le tronc. Il est décomposé en deux parties par un œillet central. La partie supérieure, là où se rejoignent les branches, s’apparente au marché existant et à ce que nous en connaissons. Quant à la deuxième partie, proche des racines, elle représente le marché sur lequel nous nous projetons et sur lequel l’innovation nous conduira, avec les études de marché que réalisées.

    Enfin, la partie inférieure du tronc s’enfonce dans la terre, que je qualifie « d’inconnue ». Celle-ci masque les racines, imperceptibles à la surface, mais qui se déploient rapidement sous terre pour former les mêmes ramifications qu’à la surface. Dans ces ramifications, nous pouvons faire émerger différents déploiements possibles et nouveaux moyens que cette solution implique, comme des canaux de distribution, des moyens financiers, des axes temporels, etc.

    Ce mode de fonctionnement a été le moteur de mes recherches.

    Figure 1

    Figure 1

    Le champ exploratoire

    Identification des ouvrages et des articles lus

    Bien qu’ils soient dans l’air du temps et du progrès, le thème choisi et son environnement ne sont certes pas communs. Pour appréhender et analyser chaque partie dimensionnelle de cette étude, il a fallu sélectionner des ouvrages, des articles et recherches universitaires, qui abordent à la fois le Micro-environnement, et le Macro-environnement.

    Ainsi, plusieurs étapes ont été nécessaires. Tout d’abord, comprendre le fonctionnement des différents types d’impression 3D a été une première phase, en commençant par la mise en place de la première tige filetée en acier, en passant par l’enchevêtrement de roulements à billes et de moteurs électriques linéaires, jusqu’au langage de programmation et de fonctionnement de la machine, sur Arduino ou Raspberry Pi ‒ sans pour autant omettre les différents types de matériaux et de consommables que cette nouvelle technologie apporte.

    Dès lors, pour condenser toutes ces informations, j’ai dû étudier chaque page du livre de référence du domaine, écrit par Berchon et Luyt³, mais également des ouvrages, ou encore des articles connexes moins formels, cependant nécessaires à l’apprentissage des techniques ou à l’utilisation et au bon fonctionnement de cette nouvelle technologie.

    Au fil de mes travaux, j’ai décidé de reprendre les fondamentaux de la construction de bâtiments, en m’appuyant, d’une part, sur ma propre expérience à mon poste de travail, au sein de la société Point P et, d’autre part, sur les connaissances de nos artisans et sur le retour client au sujet de notre agence. J’ai pu, ainsi, définir clairement mon objectif à travers les maisons individuelles, des fondations aux finitions. Pour faciliter la compréhension, il a fallu en partie vulgariser une grande expertise technique, ce que m’a permis la lecture du livre de H. Renaud⁴, qui élabore les étapes clés pour la réalisation des domiciles avec des astuces et des plans de construction.

    La seconde phase du projet fut d’identifier les besoins restants dans une ville ou dans un pays en développement. Mon choix a été rapide et s’est porté sur l’Afrique, continent en évolution exponentielle depuis plus de cinq ans⁵. Par la richesse de ses sols, notamment en matières premières, par sa main d’œuvre bon marché, par les nombreux apports financiers fluctuants et par les politiques commerciales mises en place dans ce pays, ce continent permet même de trouver des ressemblances avec l’Amérique dans les années 1830, lors de la ruée vers l’or.

    Pour appréhender le continent africain, j’ai travaillé avec des experts connaissant bien ce pays, que je présenterai plus loin, et avec deux ouvrages, l’un traitant des économies collaboratives et environnementales écrits par Cyril Dion⁶, et l’autre traitant des perspectives d’évolution de marché, transcrit par L’OCDE⁷ (L’Organisation de Coopération et de Développement Economiques).

    Enfin, un entrepreneur avant-gardiste et ambitieux s’illustre dans son dernier ouvrage nommé Vance. Il démontre qu’à la mise en place d’un projet important, interviennent souvent différents impondérables qu’il faut savoir gérer, voire même exploiter. Tous ces ouvrages sont une ressource inéluctable afin de démontrer les profondes mutations que génère l’ère du numérique sur notre économie. Alliant de nombreux éléments supplémentaires qui n’ont pas été cités ici (articles, recherche, vidéo, etc.) à la pédagogie, l’innovation, ou le management de projet, ils contribuent à la réflexion et à la compréhension du sujet. Ils sont tous consultables dans la section Bibliographie⁸.

    Analyse des diverses positions et argumentations

    Les révolutions du XXème siècle 

    Le XXème siècle a apporté un apanage de révolutions, cependant, c’est surtout au cours des années 80 que, de la fabrication à l’assemblage, en passant par la production, des milliers de secteurs ont radicalement été transformés.

    De nombreux procédés, auparavant manuels, se sont vus remplacés par l’automatisation, tels que la téléphonie, le travail des matières premières, la confection de vêtements, augmentant ainsi de manière significative la productivité, et par là même la richesse. Par la suite, la mise en place de l’informatique et de la robotique a rencontré de nombreux obstacles, même si les avantages étaient au rendez-vous. Parmi eux, ont été de vrais atouts : la réduction de la pénibilité, la capacité de travailler jour et nuit avec une précision de l’ordre du nanomètre, ou encore la faculté d’intervenir dans des environnements hostiles à l’homme, comme l’espace pour le manque d’oxygène, les fonderies pour ses températures élevées et la métallurgie pour le poids des produits finis.

    L’habitat

    Pourtant, le seul milieu qui depuis des siècles n’a pas connu de changement majeur, reste celui de la construction de bâtiments. A l’ère du paléolithique, nos ancêtres construisaient déjà des habitations, appelées plutôt « abris », réalisés en bois, avec des peaux non tannées et des ossements d’animaux occis (voir Figure 2). En reprenant les recherches de Roland Nespoulet⁹, préhistorien au Muséum national d’histoire naturelle, qui démontre que contrairement à la version de nombreux livres, nos ancêtres ne vivaient pas dans des grottes, en partie à cause de l’humidité et du manque de lumière.

    Figure 2

    Ce n’est qu’à l’ère du néolithique que les hommes ont commencé à construire des habitations avec de la chaume,

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1