Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Réflexions sur le bonheur et la pensée positive

Réflexions sur le bonheur et la pensée positive

Lire l'aperçu

Réflexions sur le bonheur et la pensée positive

Longueur:
152 pages
2 heures
Sortie:
29 mai 2017
ISBN:
9781785960512
Format:
Livre

Description

Le dernier livre de Son Altesse le Cheikh Mohammed Ben Rachid Al Maktoum, vice‑président et Premier ministre des EAU, et émir de Dubaï, est un ouvrage prestigieux qui étudie deux concepts pour lesquels le Cheikh Mohammed éprouve un profond intérêt : le bonheur et la pensée positive. Celui-ci explore le lien entre ces deux thèmes et examine leur influence sur les performances, la productivité et la créativité. Écrit par le Cheikh Mohammed lui-même et traduit en français, ce livre passionnant propose aussi bien des anecdotes personnelles qu’un point de vue international pour souligner le rôle central que jouent le bonheur et la pensée positive dans l’élaboration des stratégies des dirigeants et dans la promotion des bonnes relations entre les membres d’une équipe.
Sortie:
29 mai 2017
ISBN:
9781785960512
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Réflexions sur le bonheur et la pensée positive

Livres associé

Catégories liées

Aperçu du livre

Réflexions sur le bonheur et la pensée positive - Explorer Publishing

?

1. Pourquoi le bonheur ?

« Pourquoi le bonheur ? » Depuis plusieurs années, cette question revient fréquemment. Pourquoi le bonheur a-t-il pris une telle place dans le discours politique, pourquoi s'est-il imposé à moi et à mon gouvernement, dans ses initiatives et ses actions ?

Cette question est récurrente, et je vais tenter d'y répondre dans les pages qui vont suivre. J'associe le bonheur à la pensée positive, un thème que nous étudierons dans les prochains chapitres.

Je me suis souvent posé cette question : « Pourquoi le bonheur ? » Malgré son apparente simplicité, il est très difficile d'y répondre tant elle est profonde.

Je m'interroge également sur mon rôle véritable en tant que dirigeant au sein de Dubaï et des Émirats arabes unis. Quelle est ma principale mission ? Diriger le Gouvernement ? Quelle est alors la fonction de ce Gouvernement ? Promulguer et faire appliquer des lois et des décrets ? Protéger les acquis et faire respecter les droits ? Assurer les besoins de base de la société, comme la santé, l'éducation, le logement, les routes et les infrastructures ? Le gouvernement ne devrait-il pas aussi être une source d'inspiration plus vaste et plus profonde ?

Ma réponse est oui. Notre mission peut être plus profonde, représenter une source d'inspiration, et nous aider à guider le peuple vers le bonheur. Le rôle du gouvernement est de créer un environnement propice à l'accomplissement des rêves et des ambitions de chacun. Notre tâche consiste à favoriser le développement de cet environnement, et non pas à le contrôler. Le gouvernement doit responsabiliser et valoriser le peuple, non pas lui imposer son pouvoir. Il doit garantir le bonheur.

Imaginez-vous l'impact que ces réflexions pourraient avoir sur les centaines de milliers de personnes qui travaillent au Gouvernement ? Avoir conscience qu'elles œuvrent pour le bien de tous, que leur mission repose sur un humanisme éclairé, que chacune de leur journée tend vers un objectif dont ils peuvent se réjouir : comment contribuer au bonheur du peuple ?

Certaines personnes choisissent de travailler dans une structure gouvernementale, d'y consacrer toute leur carrière. Quand elles posent leur regard sur 30 ou 40 années de service public, elles peuvent légitimement être fières d'avoir essayé toute leur vie de rendre les gens heureux.

Car chercher à rendre l'autre heureux est l'essence même du bonheur. Dans l'islam, apporter le bonheur aux êtres humains est l'un des actes les plus grands. Et les personnes les plus aimables sont celles qui viennent le plus en aide aux autres.

Imaginons à présent la réaction du peuple face à ces réponses. Il comprend que le gouvernement travaille dans son intérêt, qu'il cherche à lui ouvrir des portes, à lui ainsi qu'aux générations futures, pour garantir son bonheur, lui apporter les outils et les compétences dont il aura besoin pour réaliser ses ambitions. Est-il dès lors concevable d'envisager une quelconque hostilité entre les gouvernements et leur peuple si la force qui les meut est la recherche du bonheur ?

Nous ne sommes ni des rêveurs ni des êtres parfaits, et nous ne sommes pas les premiers à évoquer l'importance du bonheur. Beaucoup avant nous se sont interrogés et ont recherché le bonheur. Il y a près de 2 400 ans, Aristote avançait que le rôle du gouvernement était de garantir le bonheur. Il postulait que le gouvernement était une créature vivante, évoluant et tendant vers la perfection morale et le bonheur des individus. Ibn Khaldoun, célèbre historiographe arabe du XVe siècle, partageait avec d'autres cette vision. La Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique garantit quant à elle le droit de tous à rechercher le bonheur. Certaines voix s'élèvent aux Nations Unies pour modifier la façon dont sont mesurées les performances des gouvernements, afin de passer de données purement économiques à une évaluation du bonheur de la population. Les Nations Unies ont même décrété une Journée internationale du bonheur.

De nombreuses études montrent que des individus heureux produisent davantage, vivent plus longtemps et contribuent de façon plus efficace au développement économique. Je suis toujours surpris par la perplexité de certaines personnes face à un discours politique sur le bonheur. Le bonheur a fait l'objet de calculs, de programmes et d'études. Le bonheur est quantifiable, il peut être encouragé et attribué à un ensemble de valeurs et d'initiatives. Le bonheur et l'optimisme des individus, des familles, de la force de travail et de la communauté doivent être placés au centre des projets et des actions des différents secteurs gouvernementaux. Quand nous affirmons que le rôle du gouvernement est de garantir le bonheur, il ne s'agit pas d'une métaphore, mais d'un véritable projet. Nous tendons vers cet objectif en lien avec les ambitions et les aspirations de notre peuple, et en accord avec notre culture.

Oui, nous voulons le bonheur de tous et nous n'aurons de cesse de le chercher jusqu'à ce que cela devienne une réalité permanente et profonde. Il n'existe pas de gouvernement parfait, mais ce serait une erreur de nous détourner de notre rôle véritable, qui est de rendre les gens heureux. Ce livre n'a d'autre ambition que d'y contribuer.

Oui, nous voulons le bonheur de tous et nous n'aurons de cesse de le chercher jusqu'à ce que cela devienne une réalité permanente et profonde.

2. Bonheur et pensée positive : sommes-nous déconnectés de notre époque ?

Depuis que notre Gouvernement s'est fixé comme objectif de rendre les gens heureux, je reçois régulièrement des remarques, des commentaires et des avis sur la question. Un journaliste arabe a ainsi évoqué la série de réformes qui a conduit à la nomination d'un ministre d'État au Bonheur aux Émirats arabes unis. Il m'a posé cette question : « N'est-ce pas déconnecté de notre époque ? »

Je lui ai répondu : « Ceci est notre époque, nous voulons y créer de l'espoir. » La conversation s'est poursuivie, et j'ai ajouté : « Aucune région du monde n'a plus besoin de bonheur et de pensée positive que la nôtre. Le pessimisme est partout, il irradie même hors de nos frontières. »

Cet esprit négatif se retrouve dans nos médias, nos journaux, leurs éditos, dans la bouche de nos intellectuels, et dans les réseaux sociaux.

La pensée positive est un état d'esprit, le bonheur, un mode de vie. En d'autres termes, le bonheur ne réside pas dans la somme de vos biens ni de vos actions, mais dans la façon dont vous appréhendez le monde.

Cette tendance m'a été confirmée par un rapport dont j'ai demandé l'analyse. Il s'agit du rapport 2015 sur le Bonheur mondial, qui comprend une enquête sur le pessimisme et la dépression chez les jeunes et les adolescents à travers le monde, avec une répartition géographique des comportements. D'après vous, dans quelle région du monde le taux de dépression et de pessimisme était-il le plus élevé ? En effet, c'était dans le monde arabe. Sans vouloir montrer qui que ce soit du doigt, je me pose cette question : quel sera notre avenir si le désespoir mine notre jeunesse ?

Voilà pourquoi je crois fermement qu'il est important d'entretenir l'optimisme et la pensée positive pour mieux diffuser le bonheur. Dans cet ouvrage, j'analyserai longuement le concept de pensée positive et son impact sur notre vision du monde, notre réussite et notre travail, sans oublier de considérer les activités gouvernementales, les opportunités qui se présentent à nous, et l'avenir.

La relation entre pensée positive et bonheur est semblable à celle qui unit une introduction et une conclusion. C'est la raison pour laquelle elle constitue un thème majeur ici. La pensée positive est un état d'esprit, le bonheur, un mode de vie. En d'autres termes,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Réflexions sur le bonheur et la pensée positive

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs