Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La vie au Moyen Âge

La vie au Moyen Âge

Lire l'aperçu

La vie au Moyen Âge

Longueur:
409 pages
9 heures
Sortie:
6 nov. 2019
ISBN:
9780463161609
Format:
Livre

Description

Dans l'histoire de l'Europe, le Moyen Âge (ou période médiévale) a duré du Ve au XVe siècle. Cela a commencé avec la chute de l'empire romain d'Occident et a fusionné avec la Renaissance et l'âge de la découverte. Le Moyen Âge est la période médiane des trois divisions traditionnelles de l’histoire occidentale: l’antiquité classique, la période médiévale et la période moderne. Au cours de cette longue période de mille ans, il y a eu toutes sortes d'événements et de processus très différents les uns des autres, différenciés temporellement et géographiquement, répondant à la fois à des influences mutuelles avec d'autres civilisations et espaces et à des dynamiques internes. Nombre d'entre eux avaient une grande projection sur l'avenir, entre autres ceux qui ont jeté les bases du développement de l'expansion européenne ultérieure et du développement d'agents sociaux qui ont développé une société essentiellement rurale mais ont assisté à la naissance d'une vie urbaine naissante. et une bourgeoisie qui finira par développer le capitalisme.
Authors: Mikael Eskelner, Martin Bakers, Tobias Lanslor

Sortie:
6 nov. 2019
ISBN:
9780463161609
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Mikael Eskelner is the pen name of a history and science author that aims to organize and collect technical, historical and scientific information.The student or the scientist, will be able to satisfy his needs of consultation and of study, by means of a work supported by abundant number of sources and bibliographical references.


Lié à La vie au Moyen Âge

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

La vie au Moyen Âge - Mikael Eskelner

introduction

Dans l'histoire de l'Europe, le Moyen Âge (ou période médiévale) a duré du Ve au XVe siècle. Cela a commencé avec la chute de l'empire romain d'Occident et a fusionné avec la Renaissance et l'âge de la découverte. Le Moyen Âge est la période médiane des trois divisions traditionnelles de l’histoire occidentale: l’antiquité classique, la période médiévale et la période moderne. La période médiévale est elle-même subdivisée en début, haut et bas moyen âge.

Le déclin de la population, la contre-urbanisation, l'effondrement de l'autorité centralisée, les invasions et les migrations massives de tribus commencées à la fin de l'Antiquité se poursuivirent au début du Moyen Âge. Les mouvements à grande échelle de la période de migration, comprenant divers peuples germaniques, ont formé de nouveaux royaumes dans ce qui restait de l'empire romain d'Occident. Au 7ème siècle, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, qui faisaient autrefois partie de l'empire byzantin, sont tombés sous le règne du califat omeyyade, un empire islamique, après la conquête des successeurs de Mahomet. Malgré des changements substantiels dans la société et les structures politiques, la rupture avec l’Antiquité classique n’est pas complète. L'empire byzantin encore important, la continuation directe de Rome, a survécu en Méditerranée orientale et est resté une puissance majeure. Le code de loi de l'empire, le Corpus Juris Civilis ou Code de Justinien, a été redécouvert dans le nord de l'Italie en 1070 et a suscité l'admiration de tous au cours du Moyen Âge. En Occident, la plupart des royaumes incorporaient les quelques institutions romaines existantes. Des monastères ont été créés alors que se poursuivaient les campagnes de christianisation de l'Europe païenne. Les Francs, sous la dynastie carolingienne, ont brièvement établi l'empire carolingien à la fin du VIIIe et au début du IXe siècle. Il couvrait une grande partie de l'Europe occidentale mais céda plus tard aux pressions des guerres civiles internes combinées à des invasions externes: vikings du nord, magyars de l'est et sarrasins du sud.

Pendant le Haut Moyen Âge, qui a commencé après 1000 ans, la population de l'Europe a considérablement augmenté, grâce aux innovations technologiques et agricoles permettant au commerce de prospérer et au changement de climat de la période médiévale chaude permettant aux rendements d'augmenter. Le manorialisme, l'organisation de paysans dans des villages qui devaient redevances et travail aux nobles, et le féodalisme, la structure politique selon laquelle les chevaliers et les nobles de statut inférieur devaient le service militaire à leurs suzerains en contrepartie du droit de louer des terres et des manoirs Deux des manières dont la société était organisée au haut Moyen Âge. Les croisades, prêchées pour la première fois en 1095, étaient des tentatives militaires de chrétiens d’Europe occidentale de reprendre le contrôle de la Terre sainte par les musulmans. Les rois devinrent à la tête des États-nations centralisés, réduisant le crime et la violence mais rendant plus lointain l'idéal d'une chrétienté unifiée. La vie intellectuelle était marquée par la scolastique, une philosophie qui mettait l'accent sur l'union de la foi à la raison et par la création d'universités. La théologie de Thomas d'Aquin, les peintures de Giotto, la poésie de Dante et Chaucer, les voyages de Marco Polo et l'architecture gothique de cathédrales telles que Chartres font partie des réalisations remarquables vers la fin de cette période et jusqu'à la fin du Moyen Âge..

La fin du Moyen Âge a été marquée par des difficultés et des calamités, notamment la famine, la peste et la guerre, qui ont considérablement réduit la population de l'Europe; entre 1347 et 1350, la peste noire a tué environ un tiers des Européens. La controverse, l'hérésie et le schisme occidental au sein de l'Église catholique ont coïncidé avec les conflits entre États, les conflits civils et les révoltes paysannes qui se sont déroulés dans les royaumes. Les développements culturels et technologiques ont transformé la société européenne, concluant la fin du Moyen Âge et le début du début de la période moderne.

Résumé historique du moyen âge

Le Moyen Âge est l’une des trois périodes majeures du schéma d’analyse de l’histoire européenne le plus durable: la civilisation classique ou antiquité; le moyen Âge; et la période moderne. Le Moyen Âge apparaît pour la première fois en latin en 1469 en tant que tempête médiatique ou moyenne saison. Au début, il existait de nombreuses variantes, dont le moyen aevum, ou moyen âge, enregistré pour la première fois en 1604, et media saecula, ou siècle moyen, enregistré pour la première fois en 1625. L'adjectif médiéval (ou parfois médiéval) ou mediæval), signifiant appartenant au moyen âge, dérive de moyen aevum.

Les écrivains médiévaux divisaient l’histoire en périodes telles que les «Six âges» ou les «quatre empires» et considéraient que leur époque était la dernière avant la fin du monde. En se référant à leur propre époque, ils ont parlé d'eux comme étant modernes. Dans les années 1330, l’humaniste et poète Pétrarque qualifia l’époque préchrétienne d’antiqua (ou ancienne) et la période chrétienne de nova (ou nouvelle). Leonardo Bruni fut le premier historien à utiliser la périodisation tripartite dans son Histoire du peuple florentin (1442), avec une période intermédiaire entre la chute de l'Empire romain et le renouveau de la vie urbaine à la fin des XIe et XIIe siècles. La périodisation tripartite est devenue la norme après que l'historien allemand Christoph Cellarius du XVIIe siècle ait divisé l'histoire en trois périodes: ancienne, médiévale et moderne.

Le point de départ le plus communément indiqué pour le Moyen-Âge se situe autour de 500, la date de 476 ayant été utilisée pour la première fois par Bruni. Des dates de début plus tardives sont parfois utilisées dans les régions extérieures de l'Europe. Pour l'Europe dans son ensemble, 1500 est souvent considéré comme la fin du Moyen Âge, mais il n'y a pas de date convenue universellement. Selon le contexte, des événements tels que la conquête de Constantinople par les Turcs en 1453, le premier voyage de Christophe Colomb en 1492 en Amérique, ou encore la Réforme protestante en 1517 sont parfois utilisés. Les historiens anglais utilisent souvent la bataille de Bosworth Field en 1485 pour marquer la fin de la période. Pour l'Espagne, les dates couramment utilisées sont la mort du roi Ferdinand II en 1516, la mort de la reine Isabelle I de Castille en 1504 ou la conquête de Grenade en 1492.

Les historiens des pays de langue romane ont tendance à diviser le Moyen Âge en deux parties: une période antérieure Haute et une période ultérieure Basse. Les historiens anglophones, à l'instar de leurs homologues allemands, subdivisent généralement le Moyen Âge en trois intervalles: Early, High et Late. Au 19ème siècle, tout le moyen âge était souvent appelé l'âge des ténèbres, mais avec l'adoption de ces subdivisions, l'utilisation de ce terme a été limitée au début du Moyen Âge, du moins parmi les historiens.

Empire romain postérieur

L'empire romain a atteint sa plus grande étendue territoriale au 2ème siècle de notre ère; les deux siècles suivants ont été témoins du lent déclin du contrôle romain sur ses territoires périphériques. Les problèmes économiques, y compris l'inflation et les pressions extérieures sur les frontières, se sont combinés pour créer la crise du troisième siècle. Les empereurs ne se sont succédés sur le trône que pour être remplacés rapidement par de nouveaux usurpateurs. Les dépenses militaires ont régulièrement augmenté au 3ème siècle, principalement en réaction à la guerre avec l'empire Sasanian, qui a repris à la moitié. L'armée a doublé de taille et la cavalerie et des unités plus petites ont remplacé la légion romaine en tant qu'unité tactique principale. Le besoin de revenus a conduit à une augmentation des impôts et à une diminution du nombre de membres de la classe des curiaux, ou propriétaires fonciers, et d'un nombre décroissant de personnes désireuses d'assumer le fardeau de l'exercice de leurs fonctions dans leurs villes natales. L'administration centrale avait besoin de plus de bureaucrates pour répondre aux besoins de l'armée, ce qui a amené les civils à se plaindre du fait qu'il y avait plus de collecteurs d'impôts dans l'empire que de contribuables.

L'empereur Dioclétien (284-305) divisa l'empire en deux moitiés administrées séparément, orientale et occidentale, en 286; l'empire n'était pas considéré comme divisé par ses habitants ou ses dirigeants, les promulgations légales et administratives d'une division étant considérées comme valables dans l'autre. En 330, après une période de guerre civile, Constantin le Grand (r. 306- 337) reconstitue la ville de Byzance en tant que capitale nouvellement renommée de l'Est, Constantinople. Les réformes de Dioclétien ont renforcé la bureaucratie gouvernementale, réformé la fiscalité et renforcé l'armée, qui a permis à l'Empire de gagner du temps, mais n'a pas résolu les problèmes auxquels elle était confrontée: imposition excessive, baisse du taux de natalité et pressions sur ses frontières, entre autres. La guerre civile entre empereurs rivaux s'est généralisée au milieu du IVe siècle, détournant les soldats des forces frontalières de l'empire et permettant aux envahisseurs d'empiéter sur les lieux. Pendant la majeure partie du IVe siècle, la société romaine s'est stabilisée sous une nouvelle forme, différente de la période classique antérieure, avec un fossé grandissant entre riches et pauvres et un déclin de la vitalité des petites villes. Un autre changement a été la christianisation, ou conversion de l'empire au christianisme, un processus graduel qui a duré du IIe au Ve siècle.

En 376, les Goths, fuyant les Huns, obtiennent l'autorisation de l'empereur Valens (364–378) de s'installer dans la province romaine de Thracia dans les Balkans. Le règlement ne s'est pas déroulé sans heurts et, lorsque les autorités romaines ont mal géré la situation, les Goths ont commencé à piller et à piller. Valens, tentant de dissuader le désordre, fut tué en combattant les Goths lors de la bataille d'Andrinople le 9 août 378. Outre la menace émanant de telles confédérations tribales du nord, des divisions internes au sein de l'empire, en particulier au sein de l'Église chrétienne, causèrent problèmes. En 400, les Wisigoths envahirent l'empire romain d'Occident et, bien que forcés de revenir brièvement d'Italie, ils pillèrent la ville de Rome sur 410. En 406, les Alans, les Vandales et Suevi passèrent en Gaule; Au cours des trois prochaines années, ils se propagèrent à travers la Gaule et, en 409, traversèrent les montagnes des Pyrénées pour se rendre en Espagne. La période des migrations a commencé lorsque divers peuples, initialement des peuples essentiellement germaniques, se sont déplacés à travers l'Europe. Les Francs, les Alemanni et les Bourguignons se sont tous retrouvés dans le nord de la Gaule, tandis que les Angles, les Saxons et les Jutes se sont installés en Grande-Bretagne. Les Vandales ont ensuite traversé le détroit de Gibraltar, après quoi ils ont conquis la province d'Afrique. Dans les années 430, les Huns ont commencé à envahir l'empire. leur roi Attila (434–453) mena des invasions dans les Balkans en 442 et 447, en Gaule en 451 et en Italie en 452. La menace hunnique demeura jusqu'à la mort d'Attila en 453, lorsque la confédération hunnique qu'il dirigea s'effondra. Ces invasions des tribus ont complètement changé la nature politique et démographique de ce qui avait été l'empire romain d'Occident.

À la fin du Ve siècle, la partie occidentale de l'empire était divisée en unités politiques plus petites, dirigées par les tribus envahies au début du siècle. La déposition du dernier empereur de l'Ouest, Romulus Augustulus, en 476, a traditionnellement marqué la fin de l'empire romain d'Occident. En 493, la péninsule italienne est conquise par les Ostrogoths. L’empire romain oriental, souvent appelé empire byzantin après la chute de son homologue occidental, n’était guère en mesure d’exercer un contrôle sur les territoires perdus de l’ouest. Les empereurs byzantins ont maintenu leur revendication sur le territoire, mais aucun des nouveaux rois occidentaux n’osait s’élever au rang d’empereur occidental, mais le contrôle byzantin de la plus grande partie de l’Empire occidental ne pouvait être maintenu; la reconquête de la périphérie méditerranéenne et de la péninsule italienne (guerre gothique) sous le règne de Justinian (r. 527-565) était l'exception unique et temporaire.

Début du moyen âge

Nouvelles sociétés

La structure politique de l'Europe occidentale a changé avec la fin de l'empire romain uni. Bien que les mouvements de peuples au cours de cette période soient généralement décrits comme des invasions, il ne s’agissait pas uniquement d’expéditions militaires, mais de migrations de peuples entiers dans l’empire. Ces mouvements ont été facilités par le refus des élites occidentales romaines de soutenir l'armée ou de payer les impôts qui auraient permis à l'armée de supprimer la migration. Les empereurs du Ve siècle étaient souvent contrôlés par des hommes forts comme Stilicho (mort en 408), Aetius (mort en 454), Aspar (mort en 471), Ricimer (mort en 472) ou Gundobad (mort en 516). qui étaient en partie ou entièrement d'origine non romaine. Lorsque la lignée des empereurs occidentaux a cessé, bon nombre des rois qui les ont remplacés étaient issus du même contexte. Les mariages mixtes entre les nouveaux rois et les élites romaines étaient courants. Cela a conduit à une fusion de la culture romaine avec les coutumes des tribus envahissantes, y compris les assemblées populaires qui autorisaient les membres tribaux masculins libres à avoir plus de poids politique que dans l’État romain. Les artefacts matériels laissés par les Romains et les envahisseurs sont souvent similaires et les objets tribaux ont souvent été modelés sur des objets romains. Une grande partie de la culture érudite et écrite des nouveaux royaumes était également basée sur les traditions intellectuelles romaines. Une différence importante était la perte progressive de recettes fiscales par les nouvelles politiques. Bon nombre des nouvelles entités politiques ne soutenaient plus leurs armées par le biais de taxes, mais comptaient plutôt leur accorder des terres ou des loyers. Cela signifiait qu'il était moins nécessaire de disposer d'importantes recettes fiscales et que les systèmes d'imposition se sont donc détériorés. La guerre était commune entre et dans les royaumes. L'esclavage a décliné avec l'affaiblissement de l'offre et la société est devenue plus rurale.

Entre le Ve et le VIIIe siècle, de nouveaux peuples et individus ont comblé le vide politique laissé par le gouvernement centralisé de Rome. Les Ostrogoths, une tribu gothique, s'installèrent dans l'Italie romaine à la fin du Ve siècle sous Théodérique le Grand (mort en 526) et créèrent un royaume marqué par sa coopération entre les Italiens et les Ostrogoths, du moins jusqu'aux dernières années de Le règne de Theodoric. Les Bourguignons se sont installés en Gaule et, après la destruction d'un royaume antérieur par les Huns en 436, ils formèrent un nouveau royaume dans les 440. Entre Genève et Lyon d'aujourd'hui, il est devenu le royaume de la Bourgogne à la fin du Ve et au début du VIe siècle. Ailleurs en Gaule, les Francs et les Britanniques celtes ont mis en place de petites institutions politiques. Francia était située au nord de la Gaule et le premier roi dont on sait beaucoup de choses est Childeric I (mort en 481). Sa tombe a été découverte en 1653 et est remarquable pour ses objets funéraires, qui comprenaient des armes et une grande quantité d'or.

Sous le règne de Clovis Ier (509-511), fils de Childeric, fondateur de la dynastie mérovingienne, le royaume des Francs s'étend et se convertit au christianisme. Les Britanniques, apparentés aux Britanniques, la Grande-Bretagne actuelle, se sont installés dans ce qui est maintenant la Bretagne. D'autres monarchies ont été établies par le royaume wisigothique dans la péninsule ibérique, les suebi dans le nord-ouest de la péninsule ibérique et le royaume vandale en Afrique du nord. Au VIe siècle, les Lombards s'installent dans le nord de l'Italie et remplacent le royaume des Ostrogoths par un groupe de duchés qui choisissent parfois un roi pour les gouverner tous. À la fin du VIe siècle, cet arrangement avait été remplacé par une monarchie permanente, le royaume des Lombards.

Les invasions ont amené de nouveaux groupes ethniques en Europe, bien que certaines régions aient reçu un afflux de nouveaux peuples plus important que d'autres. En Gaule, par exemple, les envahisseurs se sont installés beaucoup plus largement dans le nord-est que dans le sud-ouest. Les Slaves se sont installés en Europe centrale et orientale et dans la péninsule balkanique. La colonisation des peuples s'est accompagnée de changements de langues. Le latin, langue littéraire de l'empire romain d'Occident, a été progressivement remplacé par des langues vernaculaires qui ont évolué à partir du latin, mais en sont distinctes, communément appelées langues romanes. Ces changements du latin aux nouvelles langues ont pris plusieurs siècles. Le grec est resté la langue de l'empire byzantin, mais les migrations des Slaves ont ajouté des langues slaves à l'Europe de l'Est.

Survie byzantine

Alors que l'Europe occidentale assistait à la formation de nouveaux royaumes, l'empire romain d'Orient demeura intact et connut un renouveau économique se prolongeant jusqu'au début du VIIe siècle. Il y avait moins d'invasions de la partie orientale de l'empire; la plupart ont eu lieu dans les Balkans. La paix avec l'empire Sasanian, l'ennemi traditionnel de Rome, dura pendant la majeure partie du Ve siècle. L’empire oriental était caractérisé par des relations plus étroites entre l’État politique et l’Église chrétienne, les questions doctrinales revêtant une importance capitale pour la politique orientale, contrairement à l’Europe occidentale. Les développements juridiques ont inclus la codification du droit romain; le premier effort - le Codex Theodosianus - fut achevé en 438. Sous l'empereur Justinian (527-565), une autre compilation eut lieu - le Corpus Juris Civilis. Justinien a également supervisé la construction de la basilique Sainte-Sophie à Constantinople et la reconquête de l'Afrique du Nord par les Vandales et l'Italie par les Ostrogoths, sous le règne de Bélisaire (mort en 565). La conquête de l'Italie n'était pas terminée, une épidémie mortelle de peste en 542 ayant conduit le reste du règne de Justinian à se concentrer sur des mesures de défense plutôt que de nouvelles conquêtes.

À la mort de l'empereur, les Byzantins contrôlaient la majeure partie de l'Italie, l'Afrique du Nord et un petit pied dans le sud de l'Espagne. Les historiens ont critiqué la reconquête de Justinian pour avoir étendu son royaume et ouvert la voie aux premières conquêtes musulmanes, mais bon nombre des difficultés rencontrées par les successeurs de Justinien étaient dues non seulement à une surimposition fiscale pour payer ses guerres, mais aussi à la nature essentiellement civile de ses guerres. l'empire, ce qui a rendu difficile la levée des troupes.

Dans l'empire oriental, la lente infiltration des Balkans par les Slaves créa une difficulté supplémentaire pour les successeurs de Justinien. Cela a commencé progressivement, mais à la fin des années 540, les tribus slaves étaient à Thrace et à Illyrium et avaient vaincu une armée impériale près d'Andrinople en 551. Dans les années 560, les Avars commencèrent à s'étendre à partir de leur base sur la rive nord du Danube; à la fin du VIe siècle, ils constituaient la puissance dominante en Europe centrale et étaient systématiquement en mesure de forcer les empereurs orientaux à rendre hommage. Ils sont restés un puissant pouvoir jusqu'en 796.

Un autre problème auquel l’empire a été confronté est le résultat de la participation de l’empereur Maurice (582 à 602) à la vie politique perse, lorsqu’il est intervenu dans un conflit de succession. Cela a conduit à une période de paix, mais lorsque Maurice a été renversé, les Persans ont envahi et sous le règne de l'empereur Héraclius (r. 610-641) contrôlé de grandes parties de l'empire, y compris l'Egypte, la Syrie et l'Anatolie jusqu'à ce que la contre-attaque réussie d'Héraclius. En 628, l'empire obtint un traité de paix et recouvra tous ses territoires perdus.

Société occidentale

En Europe occidentale, certaines des plus anciennes familles d'élite romaines se sont éteintes tandis que d'autres sont devenues plus impliquées dans les affaires ecclésiastiques que laïques. Les valeurs attachées à l'érudition et à l'éducation latines ont pour la plupart disparu, et si l'alphabétisme restait important, il est devenu une compétence pratique plutôt qu'un signe du statut d'élite. Au 4ème siècle, Jérôme (mort en 420) rêvait que Dieu le réprimandait pour avoir passé plus de temps à lire Cicéron qu'à la Bible. Au 6ème siècle, Grégoire de Tours (mort en 594) avait un rêve similaire, mais au lieu d’être châtié pour avoir lu Cicéron, il fut châtié pour avoir appris la sténographie. À la fin du VIe siècle, le principal moyen d'instruction religieuse dans l'Église était devenu la musique et l'art plutôt que le livre. La plupart des efforts intellectuels visaient à imiter l'érudition classique, mais certaines œuvres originales ont été créées, de même que des compositions orales aujourd'hui disparues. Les écrits de Sidonius Apollinaris (mort en 489), de Cassiodorus (mort en 585) et de Boèce (en 525 mort) étaient typiques de l’époque.

Des changements ont également eu lieu parmi les laïcs, la culture aristocratique se concentrant sur les grandes fêtes organisées dans des salles plutôt que sur des activités littéraires. Les vêtements pour les élites étaient richement décorés de bijoux et d'or. Les seigneurs et les rois soutenaient les groupes de combattants qui constituaient l’épine dorsale des forces militaires. Les liens familiaux au sein des élites étaient importants, de même que les vertus de loyauté, de courage et d’honneur. Ces liens ont conduit à la prédominance de la querelle dans la société aristocratique, parmi lesquels citons ceux relatés par Grégoire de Tours dans la Gaule mérovingienne. La plupart des querelles semblent s'être terminées rapidement par le versement d'une sorte de compensation. Les femmes participaient à la société aristocratique principalement dans leurs rôles d'épouse et de mère d'hommes, le rôle de mère d'un dirigeant étant particulièrement important dans la Gaule mérovingienne. Dans la société anglo-saxonne, l’absence de nombreux chefs d’enfant signifiait un rôle moindre des femmes en tant que reines mères, mais cela était compensé par le rôle accru joué par les abbesses des monastères. Il semble qu’en Italie uniquement, les femmes aient toujours été placées sous la protection et le contrôle d’un parent de sexe masculin.

La société paysanne est beaucoup moins documentée que la noblesse. La plupart des informations conservées à la disposition des historiens proviennent de l'archéologie; il reste peu de documents écrits détaillés sur la vie paysanne d’avant le IXe siècle. La plupart des descriptions des classes inférieures proviennent de codes de droit ou d'écrivains des classes supérieures. Les modèles de propriété foncière dans l'Ouest n'étaient pas uniformes; certaines régions avaient des schémas de propriété foncière très fragmentés, mais dans d’autres régions, de grands blocs de terre contigus étaient la norme. Ces différences ont permis à une grande variété de sociétés paysannes, certaines dominées par des propriétaires terriens aristocratiques et d'autres jouissant d'une grande autonomie. Le règlement des terres a également beaucoup varié. Certains paysans vivaient dans de grandes colonies pouvant compter jusqu'à 700 habitants. D'autres vivaient en petits groupes de quelques familles et d'autres encore vivaient dans des fermes isolées réparties dans les campagnes. Il y avait aussi des zones où la configuration était une combinaison de deux ou plusieurs de ces systèmes. Contrairement à la fin de l'époque romaine, il n'y avait pas de rupture nette entre le statut juridique du paysan libre et celui de l'aristocrate, et il était possible pour la famille d'un paysan libre d'entrer dans l'aristocratie pendant plusieurs générations grâce au service militaire d'un puissant seigneur.

La vie et la culture de la ville romaine ont considérablement changé au début du Moyen Âge. Bien que les villes italiennes soient restées habitées, leur taille s'est fortement contractée. Rome, par exemple, passa d'une population de plusieurs centaines de milliers d'habitants à environ 30 000 à la fin du 6ème siècle. Les temples romains ont été convertis en églises chrétiennes et les remparts sont restés en service. En Europe du Nord, les villes ont également diminué, tandis que des monuments civiques et d’autres bâtiments publics ont fait l’objet d’une descente pour matériaux de construction. L'établissement de nouveaux royaumes a souvent entraîné une croissance des villes choisies comme capitales. Bien qu'il y ait eu des communautés juives dans de nombreuses villes romaines, les Juifs ont connu des périodes de persécution après la conversion de l'empire au christianisme. Officiellement, ils étaient tolérés s’ils faisaient l’objet d’efforts de conversion et étaient même parfois encouragés à s’installer dans de nouvelles régions.

Montée de l'islam

Les croyances religieuses dans l'Empire d'Orient et en Iran étaient en pleine mutation à la fin du sixième et au début du septième siècle. Le judaïsme était une religion de prosélytisme actif et au moins un dirigeant politique arabe s'y était converti. Le christianisme avait des missions actives en concurrence avec le zoroastrisme des Perses dans la recherche de convertis, en particulier parmi les résidents de la péninsule arabique. Tous ces aspects se sont conjugués à l’émergence de l’islam en Arabie du vivant de Mahomet (mort en 632). Après sa mort, les forces islamiques conquirent une grande partie de l'empire oriental et de la Perse, commençant par la Syrie entre 634 et 635 et atteignant l'Égypte entre 640 et 641, la Perse entre 637 et 642, l'Afrique du Nord à la fin du VIIe siècle et la péninsule ibérique en 711. En 714, les forces islamiques contrôlaient une grande partie de la péninsule dans une région qu’elles appelaient Al-Andalus.

Les conquêtes islamiques ont atteint leur apogée au milieu du huitième siècle. La défaite des forces musulmanes à la bataille de Tours en 732 conduit à la reconquête du sud de la France par les Francs, mais la raison principale de l'arrêt de la croissance islamique en Europe est le renversement du califat omeyyade et son remplacement par le califat abbasside. Les Abbassides ont déplacé leur capitale à Bagdad et étaient plus préoccupés par le Moyen-Orient que par l'Europe, perdant le contrôle de certaines parties des terres musulmanes. Les descendants des Omeyyades ont pris le contrôle de la péninsule ibérique, les Aghlabides contrôlés par l’Afrique du Nord et les Tulunides sont devenus les dirigeants de l’Égypte. Au milieu du VIIIe siècle, de nouvelles structures commerciales émergeaient en Méditerranée; le commerce entre les Francs et les Arabes a remplacé l'ancienne économie romaine. Les Francs échangeaient bois, fourrures, épées et esclaves contre de la soie et d'autres tissus, des épices et des métaux précieux des Arabes.

Commerce et économie

Les migrations et les invasions des IVe et Ve siècles ont perturbé les réseaux commerciaux autour de la Méditerranée. Les marchandises africaines ont cessé d'être importées en Europe, disparaissant pour la première fois de l'intérieur et au 7ème siècle seulement dans quelques villes comme Rome ou Naples. À la fin du 7ème siècle, sous l'impact des conquêtes musulmanes, les produits africains ne sont plus présents en Europe occidentale. Le remplacement des produits du commerce à longue distance par des produits locaux était une tendance qui prévalait dans les anciennes terres romaines du début du Moyen Âge. Cela était particulièrement marqué dans les pays qui ne se trouvaient pas en Méditerranée, comme le nord de la Gaule ou la Grande-Bretagne. Les biens non locaux figurant dans les archives archéologiques sont généralement des produits de luxe. Dans les régions septentrionales de l’Europe, non seulement les réseaux d’échanges commerciaux étaient locaux, mais les marchandises transportées étaient simples, avec peu de poterie ou d’autres produits complexes. Autour de la Méditerranée, la poterie est restée prédominante et semble avoir été commercialisée sur des réseaux à moyenne portée, et pas seulement produits localement.

Les divers états germaniques de l’Ouest avaient tous des pièces qui imitaient les formes romaines et byzantines existantes. L'or a continué à être frappé jusqu'à la fin du VIIe siècle, date à laquelle il a été remplacé par des pièces d'argent. La pièce d'argent franque de base était le denier ou denier, tandis que la version anglo-saxonne s'appelait un sou. De ces régions, le denier ou le sou a été répandu dans toute l’Europe au cours des siècles, de 700 à 1 000. Les pièces de cuivre ou de bronze n’ont pas été frappées, pas plus que l’or, sauf dans le sud de l’Europe. Aucune pièce d'argent libellée en plusieurs unités n'a été frappée.

Eglise et monachisme

Le christianisme était un facteur d'unification majeur entre l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest avant les conquêtes arabes, mais la conquête de l'Afrique du Nord a brisé les liens maritimes entre ces régions. De plus en plus, l'église byzantine se différenciait par le langage, les pratiques et la liturgie de l'église occidentale. L'église orientale utilisait le grec au lieu du latin occidental. Des différences théologiques et politiques ont émergé et, au début et au milieu du VIIIe siècle, des problèmes tels que l'iconoclasme, les mariages cléricaux et le contrôle de l'État sur l'Église s'étaient élargis au point que les différences culturelles et religieuses étaient plus grandes que les similitudes. La rupture formelle, connue sous le nom de schisme Est-Ouest, a eu lieu en 1054, lorsque la papauté et le patriarcat de Constantinople se sont affrontés pour prendre le contrôle de la suprématie papale et se sont excommuniés, ce qui a conduit à la division du christianisme en deux églises: la branche occidentale est devenue la domination romaine. Église catholique et branche orientale de l'Église orthodoxe orientale.

La structure ecclésiastique de l'Empire romain a survécu aux mouvements et aux invasions occidentaux, mais la papauté était peu respectée et peu d'évêques occidentaux comptaient sur l'évêque de Rome pour une direction religieuse ou politique. Avant 750, beaucoup de papes étaient davantage préoccupés par les affaires byzantines et les controverses théologiques orientales. Le registre ou les copies archivées des lettres du pape Grégoire le Grand (pape 590–604) ont survécu et, sur plus de 850 lettres, la grande majorité concernait des affaires en Italie ou à Constantinople. La seule partie de l'Europe occidentale où la papauté avait une influence était la Grande-Bretagne, où Grégoire avait envoyé la mission grégorienne en 597 pour convertir les anglo-saxons au christianisme. Les missionnaires irlandais ont été les plus actifs en Europe occidentale entre le Ve et le VIIe siècle, se rendant d'abord en Angleterre et en Écosse, puis sur le continent. Sous des moines tels que Columba (mort en 597) et Columbanus (décédé en 615), ils fondèrent des monastères, enseignaient en latin et en grec et écrivaient des œuvres laïques et religieuses.

Le Haut Moyen Âge a été témoin de la montée du monachisme en Occident. La forme du monachisme européen était déterminée par les traditions et les idées des pères du désert d'Égypte et de Syrie. La plupart des monastères européens étaient du type axé sur l'expérience communautaire de la vie spirituelle, appelée cénobitisme, initiée par Pachome (mort en 348) au 4ème siècle. Les idéaux monastiques se sont répandus de l'Égypte à l'Europe occidentale aux Ve et VIe siècles au travers de la littérature hagiographique, telle que La vie d'Anthony. Benoît de Nursie (mort en 547) a écrit la règle bénédictine pour le monachisme occidental au 6ème siècle,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de La vie au Moyen Âge

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs