Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Le Moyen Âge

Le Moyen Âge

Lire l'aperçu

Le Moyen Âge

Longueur:
175 pages
2 heures
Sortie:
10 nov. 2019
ISBN:
9780463593110
Format:
Livre

Description

Lorsque nous parlons du Moyen Âge, nous parlons d'une période historique qui s'étend du Ve au XVe siècle. Dix siècles d'histoire qui commencent avec la chute de l'empire romain d'Occident en 476 et se terminent à la fin du XVe siècle, en 1492, avec la découverte du continent américain. Le Moyen Âge a été une période de l'histoire européenne qui a laissé de profondes traces sur le continent. Marqué par d’importants événements historiques, le début et la fin de cette période ont été marqués par d’importants changements culturels, politiques, religieux, sociaux et économiques, qui sont devenus l’une des périodes les plus fascinantes de l’histoire.

Sortie:
10 nov. 2019
ISBN:
9780463593110
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Mikael Eskelner is the pen name of a history and science author that aims to organize and collect technical, historical and scientific information.The student or the scientist, will be able to satisfy his needs of consultation and of study, by means of a work supported by abundant number of sources and bibliographical references.


Lié à Le Moyen Âge

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Le Moyen Âge - Mikael Eskelner

Résumé historique du moyen âge

Le Moyen Âge est l’une des trois périodes majeures du schéma d’analyse de l’histoire européenne le plus durable: la civilisation classique ou antiquité; le moyen Âge; et la période moderne. Le Moyen Âge apparaît pour la première fois en latin en 1469 en tant que tempête médiatique ou moyenne saison. Au début, il existait de nombreuses variantes, dont le moyen aevum, ou moyen âge, enregistré pour la première fois en 1604, et media saecula, ou siècle moyen, enregistré pour la première fois en 1625. L'adjectif médiéval (ou parfois médiéval) ou mediæval), signifiant appartenant au moyen âge, dérive de moyen aevum.

Les écrivains médiévaux divisaient l’histoire en périodes telles que les «Six âges» ou les «quatre empires» et considéraient que leur époque était la dernière avant la fin du monde. En se référant à leur propre époque, ils ont parlé d'eux comme étant modernes. Dans les années 1330, l’humaniste et poète Pétrarque qualifia l’époque préchrétienne d’antiqua (ou ancienne) et la période chrétienne de nova (ou nouvelle). Leonardo Bruni fut le premier historien à utiliser la périodisation tripartite dans son Histoire du peuple florentin (1442), avec une période intermédiaire entre la chute de l'Empire romain et le renouveau de la vie urbaine à la fin des XIe et XIIe siècles. La périodisation tripartite est devenue la norme après que l'historien allemand Christoph Cellarius du XVIIe siècle ait divisé l'histoire en trois périodes: ancienne, médiévale et moderne.

Le point de départ le plus communément indiqué pour le Moyen-Âge se situe autour de 500, la date de 476 ayant été utilisée pour la première fois par Bruni. Des dates de début plus tardives sont parfois utilisées dans les régions extérieures de l'Europe. Pour l'Europe dans son ensemble, 1500 est souvent considéré comme la fin du Moyen Âge, mais il n'y a pas de date convenue universellement. Selon le contexte, des événements tels que la conquête de Constantinople par les Turcs en 1453, le premier voyage de Christophe Colomb en 1492 en Amérique, ou encore la Réforme protestante en 1517 sont parfois utilisés. Les historiens anglais utilisent souvent la bataille de Bosworth Field en 1485 pour marquer la fin de la période. Pour l'Espagne, les dates couramment utilisées sont la mort du roi Ferdinand II en 1516, la mort de la reine Isabelle I de Castille en 1504 ou la conquête de Grenade en 1492.

Les historiens des pays de langue romane ont tendance à diviser le Moyen Âge en deux parties: une période antérieure Haute et une période ultérieure Basse. Les historiens anglophones, à l'instar de leurs homologues allemands, subdivisent généralement le Moyen Âge en trois intervalles: Early, High et Late. Au 19ème siècle, tout le moyen âge était souvent appelé l'âge des ténèbres, mais avec l'adoption de ces subdivisions, l'utilisation de ce terme a été limitée au début du Moyen Âge, du moins parmi les historiens.

Empire romain postérieur

L'empire romain a atteint sa plus grande étendue territoriale au 2ème siècle de notre ère; les deux siècles suivants ont été témoins du lent déclin du contrôle romain sur ses territoires périphériques. Les problèmes économiques, y compris l'inflation et les pressions extérieures sur les frontières, se sont combinés pour créer la crise du troisième siècle. Les empereurs ne se sont succédés sur le trône que pour être remplacés rapidement par de nouveaux usurpateurs. Les dépenses militaires ont régulièrement augmenté au 3ème siècle, principalement en réaction à la guerre avec l'empire Sasanian, qui a repris à la moitié. L'armée a doublé de taille et la cavalerie et des unités plus petites ont remplacé la légion romaine en tant qu'unité tactique principale. Le besoin de revenus a conduit à une augmentation des impôts et à une diminution du nombre de membres de la classe des curiaux, ou propriétaires fonciers, et d'un nombre décroissant de personnes désireuses d'assumer le fardeau de l'exercice de leurs fonctions dans leurs villes natales. L'administration centrale avait besoin de plus de bureaucrates pour répondre aux besoins de l'armée, ce qui a amené les civils à se plaindre du fait qu'il y avait plus de collecteurs d'impôts dans l'empire que de contribuables.

L'empereur Dioclétien (284-305) divisa l'empire en deux moitiés administrées séparément, orientale et occidentale, en 286; l'empire n'était pas considéré comme divisé par ses habitants ou ses dirigeants, les promulgations légales et administratives d'une division étant considérées comme valables dans l'autre. En 330, après une période de guerre civile, Constantin le Grand (r. 306- 337) reconstitue la ville de Byzance en tant que capitale nouvellement renommée de l'Est, Constantinople. Les réformes de Dioclétien ont renforcé la bureaucratie gouvernementale, réformé la fiscalité et renforcé l'armée, qui a permis à l'Empire de gagner du temps, mais n'a pas résolu les problèmes auxquels elle était confrontée: imposition excessive, baisse du taux de natalité et pressions sur ses frontières, entre autres. La guerre civile entre empereurs rivaux s'est généralisée au milieu du IVe siècle, détournant les soldats des forces frontalières de l'empire et permettant aux envahisseurs d'empiéter sur les lieux. Pendant la majeure partie du IVe siècle, la société romaine s'est stabilisée sous une nouvelle forme, différente de la période classique antérieure, avec un fossé grandissant entre riches et pauvres et un déclin de la vitalité des petites villes. Un autre changement a été la christianisation, ou conversion de l'empire au christianisme, un processus graduel qui a duré du IIe au Ve siècle.

En 376, les Goths, fuyant les Huns, obtiennent l'autorisation de l'empereur Valens (364–378) de s'installer dans la province romaine de Thracia dans les Balkans. Le règlement ne s'est pas déroulé sans heurts et, lorsque les autorités romaines ont mal géré la situation, les Goths ont commencé à piller et à piller. Valens, tentant de dissuader le désordre, fut tué en combattant les Goths lors de la bataille d'Andrinople le 9 août 378. Outre la menace émanant de telles confédérations tribales du nord, des divisions internes au sein de l'empire, en particulier au sein de l'Église chrétienne, causèrent problèmes. En 400, les Wisigoths envahirent l'empire romain d'Occident et, bien que forcés de revenir brièvement d'Italie, ils pillèrent la ville de Rome sur 410. En 406, les Alans, les Vandales et Suevi passèrent en Gaule; Au cours des trois prochaines années, ils se propagèrent à travers la Gaule et, en 409, traversèrent les montagnes des Pyrénées pour se rendre en Espagne. La période des migrations a commencé lorsque divers peuples, initialement des peuples essentiellement germaniques, se sont déplacés à travers l'Europe. Les Francs, les Alemanni et les Bourguignons se sont tous retrouvés dans le nord de la Gaule, tandis que les Angles, les Saxons et les Jutes se sont installés en Grande-Bretagne. Les Vandales ont ensuite traversé le détroit de Gibraltar, après quoi ils ont conquis la province d'Afrique. Dans les années 430, les Huns ont commencé à envahir l'empire. leur roi Attila (434–453) mena des invasions dans les Balkans en 442 et 447, en Gaule en 451 et en Italie en 452. La menace hunnique demeura jusqu'à la mort d'Attila en 453, lorsque la confédération hunnique qu'il dirigea s'effondra. Ces invasions des tribus ont complètement changé la nature politique et démographique de ce qui avait été l'empire romain d'Occident.

À la fin du Ve siècle, la partie occidentale de l'empire était divisée en unités politiques plus petites, dirigées par les tribus envahies au début du siècle. La déposition du dernier empereur de l'Ouest, Romulus Augustulus, en 476, a traditionnellement marqué la fin de l'empire romain d'Occident. En 493, la péninsule italienne est conquise par les Ostrogoths. L’empire romain oriental, souvent appelé empire byzantin après la chute de son homologue occidental, n’était guère en mesure d’exercer un contrôle sur les territoires perdus de l’ouest. Les empereurs byzantins ont maintenu leur revendication sur le territoire, mais aucun des nouveaux rois occidentaux n’osait s’élever au rang d’empereur occidental, mais le contrôle byzantin de la plus grande partie de l’Empire occidental ne pouvait être maintenu; la reconquête de la périphérie méditerranéenne et de la péninsule italienne (guerre gothique) sous le règne de Justinian (r. 527-565) était l'exception unique et temporaire.

Début du moyen âge

Nouvelles sociétés

La structure politique de l'Europe occidentale a changé avec la fin de l'empire romain uni. Bien que les mouvements de peuples au cours de cette période soient généralement décrits comme des invasions, il ne s’agissait pas uniquement d’expéditions militaires, mais de migrations de peuples entiers dans l’empire. Ces mouvements ont été facilités par le refus des élites occidentales romaines de soutenir l'armée ou de payer les impôts qui auraient permis à l'armée de supprimer la migration. Les empereurs du Ve siècle étaient souvent contrôlés par des hommes forts comme Stilicho (mort en 408), Aetius (mort en 454), Aspar (mort en 471), Ricimer (mort en 472) ou Gundobad (mort en 516). qui étaient en partie ou entièrement d'origine non romaine. Lorsque la lignée des empereurs occidentaux a cessé, bon nombre des rois qui les ont remplacés étaient issus du même contexte. Les mariages mixtes entre les nouveaux rois et les élites romaines étaient courants. Cela a conduit à une fusion de la culture romaine avec les coutumes des tribus envahissantes, y compris les assemblées populaires qui autorisaient les membres tribaux masculins libres à avoir plus de poids politique que dans l’État romain. Les artefacts matériels laissés par les Romains et les envahisseurs sont souvent similaires et les objets tribaux ont souvent été modelés sur des objets romains. Une grande partie de la culture érudite et écrite des nouveaux royaumes était également basée sur les traditions intellectuelles romaines. Une différence importante était la perte progressive de recettes fiscales par les nouvelles politiques. Bon nombre des nouvelles entités politiques ne soutenaient plus leurs armées par le biais de taxes, mais comptaient plutôt leur accorder des terres ou des loyers. Cela signifiait qu'il était moins nécessaire de disposer d'importantes recettes fiscales et que les systèmes d'imposition se sont donc détériorés. La guerre était commune entre et dans les royaumes. L'esclavage a décliné avec l'affaiblissement de l'offre et la société est devenue plus rurale.

Entre le Ve et le VIIIe siècle, de nouveaux peuples et individus ont comblé le vide politique laissé par le gouvernement centralisé de Rome. Les Ostrogoths, une tribu gothique, s'installèrent dans l'Italie romaine à la fin du Ve siècle sous Théodérique le Grand (mort en 526) et créèrent un royaume marqué par sa coopération entre les Italiens et les Ostrogoths, du moins jusqu'aux dernières années de Le règne de Theodoric. Les Bourguignons se sont installés en Gaule et, après la destruction d'un royaume antérieur par les Huns en 436, ils formèrent un nouveau royaume dans les 440. Entre Genève et Lyon d'aujourd'hui, il est devenu le royaume de la Bourgogne à la fin du Ve et au début du VIe siècle. Ailleurs en Gaule, les Francs et les Britanniques celtes ont mis en place de petites institutions politiques. Francia était située au nord de la Gaule et le premier roi dont on sait beaucoup de choses est Childeric I (mort en 481). Sa tombe a été découverte en 1653 et est remarquable pour ses

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Le Moyen Âge

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs