Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Le Périple d’Israël

Le Périple d’Israël

Lire l'aperçu

Le Périple d’Israël

Longueur:
466 pages
5 heures
Sortie:
17 sept. 2019
ISBN:
9781596653092
Format:
Livre

Description

L'étude du voyage d'Israël entre l'Égypte et la Terre promise est en réalité une image de la progression spirituelle des croyant. Elle commence en tant que nouveau-nés en Christ et se fini lorsque l’on devient des pères et des mères mûrs dans la foi. Dans ce livre, le Dr Bailey vous emmènera dans un voyage où vous recevrez des indices pour acquérir une plus grande stature dans votre relation avec Christ. L’objectif est d’atteindre spirituellement la montagne de Sion et dire avec l'apôtre Paul : "je cours vers le but pour remporter le prix de l’appel céleste de Dieu en Jésus-Christ" (S21).
Sortie:
17 sept. 2019
ISBN:
9781596653092
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Le Périple d’Israël

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Le Périple d’Israël - Dr. Brian J. Bailey

LE PÉRIPLE D’ISRAËL

Une étude du pèlerinage spirituel des croyants

Depuis l’expérience du salut jusqu’à la maturité et la gloire en Christ

Dr. Brian J. Bailey

Cet ouvrage est la traduction française du livre:

« The Journey of Israel »

Traduit de l’anglais par Lydie Benquet-Mallet

Copyright © de l’édition française en 2002

Deuxième édition février 2009

Troisième édition avril 2011

Quatrième édition janvier 2015

Réimpression en décembre 2016

Tous droits réservés.

Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme ou par quelque moyen électronique ou physique sans l'autorisation écrite de l'éditeur, sauf dans le cas de brèves citations dans des articles ou des revues.

Sauf indications contraires, toutes les références bibliques citées dans cette étude sont tirées de la nouvelle version Segond révisée, dite « à la Colombe ».

Publié en tant que livre électronique le 17/10/18 au Burkina Faso

Édité par:

ZION MINISTRIES INTERNATIONAL

Epub Version 1.0

MINISTÈRES INTERNATIONAUX DE SION AFRIQUE OCCIDENTALE

BURKINA FASO

06 B.P. 9287 ·Ouagadougou 06

Tel/Fax: 226-25-356364

E-mail: sionafrique@gmail.com

site web: missionsion.com

ISBN 1-59665-309-4

Remerciements

Au personnel de la rédaction en Anglais: Paul et Betsy CARAM, directeurs de publication, Joyce AW, Carla BORGES, Barbara FULLER, Daniel HUMPHREYS, Elizabeth HUMPHREYS, Mary HUMPHREYS, Sarah HUMPHREYS, David KROPF, Justin KROPF, Caroline THAM et Paul THAM,

Au personnel de la rédaction en Français: Lydie BENQUET, Justin KROPF, Sarah KROPF, Mary D. TOPPER et T.A. TOPPER II.

Nos remerciements s’adressent également à tous les bien-aimés pour leurs nombreuses heures d’assistance inestimable sans lesquelles ce livre n’aurait pas pu voir le jour. Nous leur adressons notre profonde reconnaissance pour leur diligence, leur créativité et l’excellence de leur travail de compilation pour la gloire de Dieu.

PRÉFACE

Vision, direction, conduite et chefs spirituels ont toujours été indispensables à la bonne santé d’une église. Ceci vaut tout particulièrement aujourd’hui car la dispensation de l’Église touche à sa fin. Dans cet ouvrage, Le périple d’Israël, l’auteur traite de tous les points énumérés ci-dessus lorsqu’il dévoile, de manière toute nouvelle, le plan de Dieu pour l’Église en ces temps de la fin.

Le périple d’Israël constitua un événement historique authentique. Les descendants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob quittèrent le pays d’Égypte où ils avaient connu 430 années de captivité. Dieu les en délivra par l’intermédiaire du prophète Moïse qui, sous la protection divine, les conduisit depuis l’Égypte jusque dans les plaines de Moab et ce, sur une période de plus de 40 ans.

Après la mort de Moïse, les Israélites eurent un nouveau chef en la personne de Josué qui leur fit traverser le Jourdain et les introduisit dans la terre promise. Ils ne purent cependant pas conquérir la totalité du pays ni connaître le repos avant de nombreuses années, avant que Dieu n’ait suscité le roi David. Celui-ci soumit tous les ennemis du pays et fit entrer les enfants d’Israël dans leur ultime lieu de repos, à savoir Sion, la sainte montagne du Seigneur.

Ce périple, entrepris il y a des milliers d’années, constitue une figure du périple spirituel des croyants, depuis la terre jusqu’au ciel, leur évolution du stade de bébés en Christ à celui de pères et mères matures dans le Seigneur. En exposant les phases du périple des enfants d’Israël d’Égypte à Sion, l’auteur montre au lecteur une carte « géographique » de sa propre vie: le lieu d’où il vient, où il se trouve présentement et où il va.

Le périple d’Israël abordera trois thèmes principaux: (1) un récit, étape après étape, du périple des Israélites; (2) à partir de la vie de Moïse, la préparation nécessaire à la vie d’un chef que Dieu emploie pour conduire Son peuple en marche; (3) enfin, les sept fêtes de l’Éternel célébrées pendant ce périple et leur signification pour l’Église de Jésus-Christ aujourd’hui.

Cet ouvrage s’accompagne de prières pour que le même Seigneur qui amena les enfants d’Israël du pays d’Égypte à Sion, vous conduise, vous aussi, cher lecteur, de l’Égypte à la Sion spirituelle, la montagne où séjourne Sa présence.

Dr. Brian J. Bailey

INTRODUCTION

Le récit du périple des enfants d’Israël (depuis le pays d’Égypte jusqu’à leur ultime destination, le mont Sion) fut, selon les propos de l’apôtre Paul, « écrit pour nous avertir, nous pour qui la fin des siècles est arrivée » (1 Corinthiens 10:1-11).

Nous pouvons en toute confiance affirmer que ce périple historique est une allégorie qui décrit le pèlerinage spirituel d’une âme, depuis le salut jusqu’à la maturité, « Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus… à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ » (Éphésiens 4:13).

Pour qu’une personne atteigne le mont Sion spirituel, il lui faut d’abord vivre de nombreuses autres expériences. Après avoir quitté l’Égypte (l’expérience du salut), elle doit passer par la mer Rouge (le baptême d’eau), ensuite se diriger vers le mont Sinaï, figure du baptême dans le Saint-Esprit. Après cela, elle devra passer par la grande et terrible expérience du désert, franchir le Jourdain (expérience de la circoncision du cœur) et entrer en terre promise. À partir de là, après avoir vaincu les ennemis de l’intérieur et de l’extérieur, elle connaîtra enfin le vrai repos de Dieu, ce qui dans la Parole de Dieu, équivaut à l’ascension du mont Sion spirituel, dont Il dit au Psaume 132:14 « C’est mon lieu de repos à toujours. »

Examiner le périple des enfants d’Israël, à la fois à partir d’une perspective historique et éternelle, constitue pour nous une récompense impérissable. Assurément, ce périple fut élaboré (et pas uniquement prévu) dans l’esprit et le cœur de Dieu dès avant la fondation du monde. Hébreux 4:3 déclare tout net que « les œuvres de Dieu étaient cependant faites depuis la fondation du monde. »

Nous devons donc considérer rapidement le plan divin pour les dispensations s’étendant d’Adam à Abraham afin de comprendre l’arrière-plan du périple des Israélites. Abraham est le père, non seulement des enfants d’Israël, mais encore de tous ceux qui invoquent le nom du Seigneur Jésus- Christ comme leur Sauveur.

Les dix premières générations

La première dispensation de dix générations, couvrant la période qui va de la création d’Adam jusqu’à Noé et au déluge, dura approximativement 1 656 années. Pourtant, seuls dix chapitres de la Genèse sont consacrés à ce laps de temps, où la longévité était considérable. Au cours de cette période de l’histoire humaine se manifesta un courant prophétique extraordinaire qui annonça presque toutes les vérités futures.

Cette période traite de l’histoire de la création, de la chute de l’homme, de la promesse du salut, du premier meurtre, de l’introduction de la polygamie et de la division de la race humaine en deux lignées: celle des fils de Dieu et celle des fils de l’homme (le bien et le mal). Hénoc qui marcha tout près de Dieu, prophétisa le retour de Christ et les jugements qui s’ensuivraient (Jude 1:14-15). Le premier enlèvement au ciel fut celui d’Hénoc.

Intervint ensuite le croisement des lignées pieuses et impies par des mariages mixtes, avec, pour conséquences, l’émergence d’une descendance impie et des oppressions qui provoquèrent le premier jugement mondial sous la forme d’un déluge. Ce déluge fut un solennel avertissement à l’adresse des rachetés qui ne vivaient pas dans la lumière, mais Dieu avait prévu l’arche pour que fussent épargnés les justes (1 Pierre 3:19-20).

Les dix générations suivantes

La deuxième dispensation qui s’étend de Noé à Abraham comporte elle aussi dix générations, soit une période de 300 ans. Elle se trouva marquée par la division des nations en trois branches. Noé engendra Sem, la descendance promise, Cham la descendance maudite et Japhet à qui fut promise la protection de Sem. Ces trois hommes donnèrent naissance à toutes les races du monde.

Après que Dieu eut anéanti tous les premiers habitants de la terre à cause de leur rébellion, épargnant seulement Noé, sa femme, ses trois fils et leur épouse, la nouvelle génération, à savoir les descendants du pieux Noé, ne tarda pas à dégénérer elle aussi. Cham fut le père d’une descendance impie; son petit-fils Nimrod fut le fondateur de Babel (Genèse 10:6-10). Le mal s’empara de la tête de la ville qui fut à l’origine de toutes les religions fausses. Les habitants de Babel se dressèrent contre l’Éternel et édifièrent une tour dans le but de magnifier et de glorifier le genre humain. Conséquence de cette rébellion ouverte contre Dieu? Son jugement s’abattit à nouveau sur la terre. Il divisa alors les nations et confondit leurs langages.

Dans cet état de chaos, de mélange et d’impiété, Dieu appela Abraham à quitter Our en Chaldée, à sortir de sa ville natale et à se rendre dans un pays qu’Il lui indiquerait – le pays de Canaan qui serait plus tard son héritage et celui de sa descendance.

L’alliance conclue avec Abraham

Dieu conclut une alliance avec Abraham (Genèse 15), lui promit que sa descendance (par son fils Isaac) hériterait la terre de Canaan, depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand Euphrate, à savoir le pays habité par les dix nations de Cush. La terre de Palestine est la terre de Dieu. Il l’a donnée à Israël, non aux Palestiniens qui sont les descendants des Philistins de la Bible.

La conclusion d’une alliance est généralement soumise aux conditions que doivent remplir les parties concernées. À cette époque, la coutume voulait que la conclusion d’une alliance se fît par la division d’un animal, les deux parties marchant entre les deux moitiés de l’animal. Mais, l’alliance qui nous intéresse se trouva conclue de manière tout-à-fait inhabituelle. Ce ne furent pas les deux participants (Dieu et Abraham) qui marchèrent entre les animaux divisés, mais le Seigneur et quelqu’un d’autre.

Dans Genèse 15:12, nous lisons ceci: « Au coucher du soleil, Abram fut accablé de sommeil et aussi de frayeur dans l’obscurité profonde. » Au cours d’une expérience que je vécus de ce phénomène, j’eus un sentiment de complète impuissance, d’une incapacité désespérée et totale à faire quoi que ce fût. C’est exactement ce que Dieu désire pour nous: que nous en fassions l’expérience avant de pouvoir nous donner une promesse particulière ou encore avant que nous n’entrions dans une nouvelle étape de notre marche chrétienne.

Tel fut le cas pour Abraham au seuil d’une expérience nouvelle qui devait avoir un impact sur une multitude de vies. Le Seigneur se disposait à lui donner une promesse qui affecterait non seulement l’avenir des millions de ses propres descendants, mais aussi l’ensemble du genre humain. En fait, la promesse du pays de Canaan ne dépendait nullement d’Abraham ou de sa postérité, parce que ce furent le Père et le Fils qui tombèrent d’accord pour leur octroyer la terre de Canaan à titre de possession éternelle.

Abraham était plongé dans un lourd sommeil quand la frayeur d’une obscurité profonde s’empara de lui. Tandis qu’il était profondément endormi, deux autres parties passèrent entre les animaux séparés: « Quand le soleil fut couché, l’obscurité devint profonde; alors une fournaise fumante et des flammes passèrent entre les animaux partagés. En ce jour-là, l’Éternel conclut une alliance avec Abram en disant: Je donne ce pays à ta descendance; depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, à savoir l’Euphrate » (Genèse 15:7-18).

La fournaise fumante représente un symbole de Dieu le Père dont il est écrit: « Notre Dieu est aussi un feu dévorant » (Hébreux 12:29). Les flammes ne sont autres que le Seigneur Jésus-Christ qui déclara: « Je suis la lumière du monde » (Jean 8:12; 9:5). Abraham ne passa jamais entre les animaux partagés. Ainsi cette alliance est immuable et ne saurait être brisée, car elle fut conclue entre le Père et le Fils.

De nombreuses années avant la naissance du fils d’Abraham, Dieu annonça le séjour des enfants d’Israël en Égypte en déclarant qu’ils seraient étrangers dans un pays qui ne leur avait pas été promis, qu’ils y vivraient en esclaves (Genèse 15:13). Mais ce séjour en Égypte ne représentait pas l’ultime plan de Dieu pour eux. Ils ne demeureraient dans ce pays que 400 ans environ, car l’Éternel promit de les en faire sortir.

Il évoqua également les dix plaies que Moïse attirerait sur les Égyptiens comme jugement sur cette nation qui les maintenait en esclavage, de même la future sortie d’Égypte des enfants du petit-fils d’Abraham, Jacob (Israël) (Genèse 15:14). Nous constatons donc que, dès avant la fondation du monde (Hébreux 4:3), le Seigneur avait organisé le périple d’Israël depuis l’Égypte jusqu’à Sion. En fait, Il fut le régisseur de toute la destinée d’Israël.

D’Abraham à Moïse

Après la mort d’Abraham, son fils Isaac demeura dans le pays de Canaan avec son fils Jacob. Jacob dont le nom fut changé en celui d’ « Israël » eut douze fils qui furent les ancêtres des douze tribus d’Israël. Joseph, fils préféré de Jacob, fut vendu comme esclave par ses frères et plus tard incarcéré en Égypte. De manière triomphante, Dieu arracha Joseph au désespoir de sa cellule égyptienne pour l’élever à la dignité de premier ministre d’Égypte, second personnage du pays, après Pharaon.

Pour que s’accomplît Sa parole donnée à Abraham, le Seigneur envoya Joseph en Égypte préparer une place à ses frères et leur apporter la délivrance (Genèse 45:5-8). Après avoir établi Joseph dans le pays, Dieu permit une famine pour obliger les fils de Jacob à descendre en Égypte où ils furent réunis à Joseph. Au temps prévu par Dieu, Jacob et sa maison, à savoir 70 personnes, partirent pour l’Égypte.

Il existe une loi d’exégèse biblique appelée loi de la première mention. Dans la Bible, la première mention d’un fait porte souvent en soi le secret de son interprétation spirituelle. Genèse 46:27 donne le chiffre 70 pour les membres de la maison de Jacob. Dans l’Écriture, ce chiffre « soixante- dix » représente la qualité d’ancien. Il y existait en effet 70 anciens parmi les enfants d’Israël (Nombres 11:16, 24-25). Il convient de remarquer que, parmi les membres de la maison de Jacob, se trouvaient aussi bien des femmes que des hommes. Ce point est très important car il prouve que l’Écriture valorise clairement les femmes en tant que pasteurs et responsables spirituelles.

Dans notre panorama des interventions divines depuis l’époque d’Abraham jusqu’aux jours de Moïse, nous constatons que Dieu avait préparé la voie au séjour de Jacob en Égypte. Au Psaume 105:17-24, nous lisons ceci: « Il envoya devant eux un homme: Joseph fut vendu comme esclave. On serra ses pieds dans les entraves, on le mit aux fers jusqu’au temps où sa parole s’accomplit, et où la déclaration de l’Éternel lui fit surmonter l’épreuve. Le roi donna l’ordre de la relâcher, le maître des peuples le fit délier. Il lui donna la place de seigneur sur sa maison et de maître de tout ce qu’il possédait, pour contraindre à son gré ses ministres, et rendre sages ses anciens. Alors Israël vint en Égypte, et Jacob séjourna dans le pays de Cham. Il rendit son peuple très fécond et plus puissant que ses adversaires. »

Le plan de Dieu présente une progression évidente. Après qu’Il eut déclaré à Abraham Son intention d’envoyer ses descendants en Égypte, Joseph fut vendu comme esclave. Dieu l’éleva ensuite à la dignité de chef suprême du pays, second personnage après Pharaon, ce qui permit à Jacob et à ses fils de descendre en Égypte où Joseph prit soin d’eux.

Les enfants d’Israël se multiplièrent et prospérèrent dans le pays, situation qui suscita la jalousie dans le cœur des Égyptiens. Plus tard, un autre Pharaon (qui ne connaissait pas Joseph) accéda au trône et fit des Israélites des esclaves. Dieu changea le cœur des Égyptiens qui « eurent de la haine pour son peuple » (Psaume 105:25). Rappelez-vous ceci: Dieu n’endurcit jamais le cœur des gens bons, mais seulement celui des méchants.

La vie de Moïse le libérateur

Dieu mit tout en œuvre en vue de l’accomplissement de Son plan parfait. Les Israélites eurent désespérément besoin d’un sauveur, fait qui prépara la venue de Moïse qui serait leur libérateur (Psaume 105:26). C’est lui que le Seigneur choisit pour délivrer Son peuple de l’oppression et de l’esclavage de l’Égypte.

Pour chacune des étapes de Son plan de rédemption, Dieu accorda une grande mesure de sagesse et de grâce à certains personnages. Ces chefs, divinement choisis, se levèrent à des époques spécifiques de l’Histoire pour accomplir les desseins arrêtés de Dieu et pour permettre à Son peuple d’entrer en possession d’une partie spécifique de l’héritage, déterminé pour sa génération. Adam, Noé, Abraham, Moïse, Josué, David, Salomon, les prophètes et le Seigneur Jésus-Christ apparurent dans la trame de l’Histoire, à l’heure fixée par Dieu, en vue de la réalisation de Son grand plan pour les différentes dispensations.

À l’époque du Nouveau Testament, Dieu se servit des apôtres pour jeter les bases de l’Église. L’apôtre Paul reçut l’onction et la mission spécifiques de prêcher aux païens. C’est lui qui établit les grandes doctrines et les principes de notre foi sur lesquels se fonde l’Église. Plus tard, au cours de l’histoire de l’Église, Dieu suscita des hommes tels Wycliffe, Luther et Wesley pour la faire émerger des ténèbres du Moyen Âge et de la décadence abyssale dans laquelle elle était tombée. Mais ce livre porte essentiellement sur la vie de Moïse.

Pour pouvoir dégager certaines vérités très importantes, nous devons étudier en détails la vie de Moïse parce qu’il fut le libérateur que suscita l’Éternel pour permettre à sa génération d’échapper à l’esclavage égyptien. La vie de Moïse se répartit en trois périodes distinctes. Il fut:

1. Appelé

2. Élu

3. Fidèle

– période allant de sa naissance à sa fuite loin d’Égypte (40 ans)

– période vécue dans le désert d’Arabie (40 ans)

– au ministère qui lui fut confié (40 ans)

La raison qui nous a fait choisir ces trois qualificatifs est que Moïse fut, en tant que chef fidèle, un exemple qu’il nous faut suivre. De nombreux lecteurs de ces paroles ont été appelés à exercer une responsabilité de chefs à différents niveaux. Dans Apocalypse 17:14, nous lisons: « Les appelés, les élus et les fidèles… sont avec lui ».

Dieu a assigné à chacun d’entre nous un appel spécifique, un ministère spécifique. Il ne suffit pas néanmoins d’avoir été appelé par le Seigneur; il nous faut encore être élus. Dans Matthieu 22:14, Jésus affirma de manière très claire: « Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus ».

Pour apprécier la différence qui existe entre le fait d’être appelé et celui d’être élu, il seraitparticulièrement bénéfique de considérer la vie de David qui est l’illustration parfaite de ces trois étapes.

David reçut l’appel de Dieu à l’âge de 17 ans environ. Le prophète Samuel, natif de Bethléhem, alla l’oindre d’huile. Ce fut la première des trois onctions de David. À la première, il fut appelé à être roi d’Israël. Il reçut la deuxième onction à Hébron, lorsqu’à 30 ans, il fut désigné pour être roi de Juda. En recevant cette deuxième onction, il fut installé dans son ministère. Être choisi de Dieu signifie être installé ou placé dans son ministère ou appel.

Voici la troisième étape de notre vie chrétienne: être trouvé fidèle dans le ministère ou la position que Dieu nous confie. Moïse ne fut pas seulement appelé et choisi, il fut également trouvé fidèle, comme nous le lisons dans Hébreux 3:5: « Pour Moïse, il a été fidèle dans toute la maison de Dieu comme serviteur, pour rendre témoignage à ce qui serait annoncé. » Pour pouvoir nous montrer fidèles, nous devons accomplir exactement ce que Dieu nous a demandé de faire et ce, sans nous éloigner de Son sentier pour notre vie.

Autre aspect important de cette vérité: elle est progressive. Le ministère consiste en étapes progressives. La vie de David nous le montre de manière très claire. À 17 ans, il fut appelé et oint à Bethléhem. Ensuite, Dieu le choisit et l’établit roi de Juda pour une période de sept ans et demi (2 Samuel 5:5). Cependant, l’appel de David le destinait à devenir roi sur tout Israël, pas seulement sur Juda. Dieu nous établit dans un certain niveau de ministère où Il nous met à l’épreuve. Après s’être montré fidèle en tant que roi de Juda, il reçut une troisième onction et entra dans la plénitude de son ministère en tant que roi sur tout Israël.

Comme nous le constatons d’après le récit de la vie de David, il s’écoule souvent une longue période entre l’appel de Dieu et le fait d’être choisi par Lui. Dieu commence par nous établir dans un niveau inférieur de ministère, ensuite, lorsque nous avons donné la preuve de notre fidélité, Il nous permet d’entrer dans la plénitude de ce qu’Il a prévu pour nous. Il existe donc différents niveaux de ministère. Au cours de votre vie, sans doute découvrirez-vous que le Seigneur vous assignera une place de pasteur assistant, puis celle de pasteur, dans une petite église peut-être. Lorsque vous vous serez montré fidèle dans ces fonctions, Il vous établira dans la plénitude de ce qu’Il a envisagé pour votre vie.

Panaroma du périple d’Israël

Il débuta dans le pays d’Égypte.

Les trois principales étapes de ce périple

1. Depuis l’Égypte jusqu’au Jourdain (sous la conduite de Moïse)

2. Traversée du Jourdain et entrée en Canaan (sous la conduite de Josué)

3. Entrée en possession de tout le pays de Canaan et du mont Sion (sous la conduite de David)

Les trois grands chefs de ce périple

1. Moïse conduisit Israël depuis l’Égypte jusqu’au Jourdain.

2. Josué conduisit Israël du Jourdain jusque dans la terre promise.

3. David conduisit Israël dans la totalité de son héritage, jusqu’au mont Sion.

Moïse conduisit les enfants d’Israël depuis l’Égypte jusqu’au Jourdain, au bord du pays de leur héritage. Josué les fit pénétrer en terre promise, mais non dans leur plein repos (Hébreux 4:8). Le peuple fit preuve de négligence et toléra de nombreux ennemis dans le pays (Josué 13:1; 18:2-3).

Quelques générations plus tard, David prit la forteresse de Sion qui devint le lieu de repos de Dieu (Psaume 132:13-18). Israël n’acheva vraiment son périple depuis l’Égypte jusqu’à Sion que la septième année du règne de David (2 Samuel 5:1-7). Après avoir été oint pour la troisième fois, à 37 ans, il s’empara de Sion où il déposa l’arche de l’alliance. Jérusalem et le mont Sion furent les dernières forteresses existant en Israël. Ainsi, David conquit le plein héritage voulu par Dieu pour Israël.

Au total, ce périple dura 443 ans avant que le peuple n’atteignît sa destination ultime. Il débuta 480 années avant la construction du temple de Salomon (1 Rois 6:1), entreprise la quatrième année du règne de Salomon. La conquête du mont Sion eut lieu la septième année du règne de David lorsqu’il fut oint roi d’Israël. Son règne dura 40 ans (2 Samuel 5:4).

Pour parvenir à une conclusion mathématique, considérons ce qui suit: 480 ans moins les 4 premières années du règne de Salomon donnent 476 ans; 476 moins les 33 ans du règne de David après la prise du mont Sion donnent 443 ans. Ainsi, la totalité du périple d’Israël depuis l’exode jusqu’à l’arrivée au mont Sion s’étendit sur environ 443 années (voir le tableau ci-dessous). Aujourd’hui, l’Esprit de Dieu permettra à Son Église d’accomplir ce périple tout entier au cours de notre génération.

Les sept fêtes d’Israël

Ces fêtes se déroulèrent pendant le périple d’Israël de l’Égypte à Sion, soit de manière littérale soit de manière figurative. L’Église, l’Israël de Dieu (Galates 6:16), fera elle aussi l’expérience de ces sept fêtes.

1. Moïse

(1) La fête de la Pâque (en Égypte)

(2) La fête des pains sans levain (en Égypte)

(3) La fête des prémices (de l’autre côté de la mer Rouge, une figure)

(4) La fête de Pentecôte (au Sinaï)

(5) La fête des trompettes (dans les plaines de Moab, une figure)

2. Josué

(6) La fête de l’expiation (sur l’autre rive du Jourdain à Guilgal) (une figure)

3. David

(7) La fête des tabernacles (à Jérusalem sous Salomon après la prise de Sion par David).

Signification de ces fêtes

1. La fête de la Pâque: elle représente le salut. Israël fut sauvé en Égypte grâce au sang de l’agneau. De même sommes-nous sauvés par le sang de l’Agneau de Dieu.

2. La fête des pains sans levain: elle représente le fait de se nourrir de la Parole pure de Dieu. Dès qu’ils eurent été rachetés par le sang de l’agneau de la Pâque, les enfants d’Israël se mirent à consommer du pain sans levain. Dès que nous avons trouvé le salut dans notre Seigneur, il nous faut constamment nous nourrir de la Parole pure de Dieu.

3. La fête des prémices: elle représente le baptême d’eau et la vie de résurrection. La traversée de la mer Rouge fut synonyme pour Israël de séparation d’avec le passé et de destruction des puissances mauvaises qui essayèrent de le ramener en Égypte. De même, par le baptême d’eau, de nombreux liens se trouvent brisés dans notre vie.

4. La fête de Pentecôte: elle représente le baptême dans le Saint-Esprit. Israël parvint au mont Sinaï le troisième mois, le mois de la fête de Pentecôte. Au Sinaï se manifestèrent tous les signes qui accompagnent le baptême dans le Saint-Esprit. Les Israélites virent le feu de Dieu, entendirent Sa voix, furent nourris, connurent des miracles, des guérisons et furent conscients de Sa présence.

5. La fête des trompettes: elle représente un nouvel appel à aller de l’avant. Dieu enjoignit à Son peuple de sortir du désert pour entrer en terre promise et de pousser jusqu’à Sion.

6. La fête de l’expiation: elle symbolise l’affliction de l’âme, une purification plus profonde et la circoncision du cœur. Après sa traversée du Jourdain, Israël fut circoncis à Guilgal et ensuite, il entreprit de s’occuper de tous les ennemis présents dans le pays, y compris des 31 rois.

7. La fête des tabernacles: elle représente la gloire et la puissance de Dieu. Des années plus tard, le roi David s’empara du mont Sion, dernière forteresse du pays. Il déposa l’arche de l’alliance au sommet de ce mont dans la tente qu’il avait préparée à cet effet. Sion était le lieu particulier du repos de Dieu. Salomon, fils de David, emporta l’arche de l’alliance du sommet du mont Sion pour la placer dans le temple et la gloire de Dieu

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Le Périple d’Israël

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs