Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Toucher le Printemps
Toucher le Printemps
Toucher le Printemps
Livre électronique84 pages1 heure

Toucher le Printemps

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

La vie peut commencer avec bien peu de choses. La poésie touche le printemps à chaque instant, car elle est une renaissance permanente telle le Phénix. (Le Christ est un poème). En le découvrant vous entrez dans la lumière et cette rencontre ouvre tous les champs : ceux des puissances célestes et terrestres, avec ce que j'ai appelé "les grands oiseaux de la nuit." La nuit puisque de tous temps les rêves sortent la nuit. Ce moment magique où le vent de l'amour ouvre de l'inconscient toutes les portes.
Mon inconscient t'appelle, il devient "celui de ma main" comme la rosée qui caresse l'aube, tu caresses mes mains et ma plume, alors j'écris pour toi et pour vous qui peut-être vivez une grande histoire d'amour. La poésie c'est vraiment "l'amour de mon amour" puisqu'elle chante les chants d'Aphrodite, libres à chacun.
L'amour, le printemps sont les deux choses que l'humain (parfois les oiseaux et la licorne) rêvent de toucher.
Peut-être ma poésie vous touchera-t'elle un jour et que vous percevrez une parcelle de cette lumière que je porte dans mon coeur.
Aujourd'hui je fais le souhait que le printemps envahisse le monde en tumulte de ses fleurs et de sa lumière, pour que nos enfants puissent vivre dans un monde honorable, juste et rédempeur ; ce qui est le plus difficile. Ma poésie est un fruit du monde, merci de le savourer sous le regard de l'Amour ; puisque ce dernier existe toujours. Peut-être ce petit recueil de poésies laissera dans vos esprits la trace d'un doux passage, comme une musique que l'on ne cesserait d'écouter. Je ne fais qu'écouter ton coeur, et... j'aime ça.
LangueFrançais
Date de sortie11 déc. 2019
ISBN9782322243846
Toucher le Printemps
Lire l'aperçu
Auteur

Sandrine Adso

Sandrine Adso, Docteur Ès Lettres, depuis le treize décembre 2010 connaît depuis ses plus jeunes études une passion, une admiration et un réconfort ardents envers la poésie. Dès l'enfance, son environnement l'inspira et elle écrivit son premier poème à l'âge de sept ans : "Madame la pluie." Le collège et le lycée firent d'elle : une "littéraire" comme on dit. Ce furent alors, les premiers cahiers intimes de poésie..., bien sûr égarés. Il lui faudra attendre les années universitaires pour passer de l'écriture virtuelle à l'édition. La poésie est omniprésente dans sa vie, et sa thèse en est l'affirmation : "La Poésie et l'Intimité ou l'Identité et l'Être au monde." Puis le cours de sa vie la rapprocha inexorablement de son plaisir d'écrire pour un public ouvert, et émotif : le but étant de faire naître des moments forts qui donnent à la vie son impact, d'élargir le spectre de l'espoir, d'aller toujours plus loin sur les sentiers lumineux. Une écriture qui vient quelquefois depuis de terribles douleurs, mais qui s'alchimise par les mystères de la création. Et cette création a choisi de transcrire le panel intime en jardin de coquelicots fleurissant à toute saison.

En savoir plus sur Sandrine Adso

Lié à Toucher le Printemps

Catégories liées

Avis sur Toucher le Printemps

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Toucher le Printemps - Sandrine Adso

    Le temps a ses joies qui reviennent inuléctablement : tu étais d’hier, tu seras de demain.

    L’un des symboles du printemps est le phénix : "Ma racine sera en contact avec l’eau, la rosée se posera, la nuit, sur mon branchage. Ma gloire se renouvellera sans cesse, et mon arc se rajeunira dans ma main."¹ Job représente l’archétype du juste dont la foi est mise à l’épreuve par Satan, avec la permission de Dieu. Job sera sauvé de la misère et pourra glorifier Dieu dans tous ses printemps et les hivers, si durs qu’il a connu. Job est l’un des personnages bibliques le plus émouvant, mais aussi le plus exemplaire.

    L’amour naît chaque instant, aussi imprévisible que la mer de Chypre (qu’Aphrodite connaît bien). Elle a été amenée par le vent d’ouest, le zéphyr sur les rivages de Chypre. Une tradition précise le lieu de naissance d’Aphrodite à l’endroit du littoral nommé Petra Tou Romiou : Le rocher du grec. On dit que ce rocher fut jeté là par un titan qui l’aurait arraché au Pendactyle. La légende veut que si l’on s’y baigne à minuit un soir de pleine lune, on pourra vivre un amour éternel.

    Pour beaucoup de croyants, le phénix est un symbole du Christ. Le Christ a ressuscité au bout de trois jours. Marie Magdala constate que le sépulcre est vide. Jésus apparaît ensuite à plusieurs reprises à plusieurs de ses disciples, dont les apôtres. Une part de Job et du Christ sont peut-être en nous : l’espoir, la loyauté, la fidélité, la foi, l’amour.

    Le nouveau Phénix (né de la semence de son père) recueillait son cadavre dans un tronc de myrrhe creux et l’emportait en Égypte septentrionale à Héliopolis, où il le déposait sur l’autel du temple du soleil pour qu’il y soit solennellement brûlé par les prêtres.

    Mais le printemps, c’est aussi le moment où tous les oiseaux chantent, où toutes les fleurs poussent, où tous les fruits germent. C’est le symbole de la vie par la vie.

    La nature se colore, chante et vibre comme le corps dun homme ou d’une femme épris de son premier amour. Quelquefois nous sommes un phénix, quand issu des larmes brille à nouveau le Soleil. Ce soleil peut être un soleil nocturne puisque le ciel de nuit est aussi un ciel de printemps. Les nuits de printemps qui sont si douces se posent dans la mémoire des hommes comme un leitmotiv onirique, qui berce toutes les nuits d’hiver.

    Bien souvent, pour exprimer le flux de la vie qui passe on utilise la formule "il a connu quatre-vingt-quinze printemps" … et non quatre-vingt-quinze hivers !

    J’espère que ce petit recueil de poésie éclaircira votre automne et votre hiver et vous mènera à jouir pleinement du printemps 2020, qui je l’espère comme vous ne connaîtra pas de guerres ou de conflits, ou de catastrophes naturelles, au XXIe siècle nous avons connu trop d’abominations, peut-être est-ce le siècle de Job … Les étoiles parlent encore à certains devins et prophètes. Notre ère est associée aux armes nucléaires, au terrorisme, aux maladies et aux catastrophes naturelles. Les prédictions de Nostradamus terrorisent les gens. Cette année ne doit pas être considérée comme une phase destructrice mais plutôt comme une période propice à la création d’un nouveau système, une nouvelle ère d’éveil spirituel.


    ¹ Jb, 29.19-20

    Table des matières

    Je t’aime poésie,

    La rencontre et la lumière

    Les grands oiseaux de la nuit

    Parce que les rêves sortent la nuit

    Celui de ma main

    L’amour de mon amour

    Toujours y croire

    Je t‘aime

    Je t’aime poésie,

    Ma seule source de vie

    La nuit valse et je t’aime,

    Car tes yeux dansent dans le cercle des étoiles

    Et leurs larmes font une buée à mes voiles ;

    Et je t’aime

    Danse, chante, tourne, tournent farandoles

    Pour boire dans un cercle bleu toutes tes paroles.

    Tu es le matin qui sourit

    Au lever de la vie.

    Tu es le soir² qui murmure

    Au silence des murs

    Il y a toi.

    Toi et les éclats

    De chants, de sourires purs,

    Où les soleils se lèvent

    Et là montrent le rêve

    Et la nuit

    Devient poésie³.

    Alors s’entremêlent

    Et les astres et le feu

    Dans un vent sucré aux parfums de miel.

    C’est Faust⁴, le magicien qui veut

    Fermer dans son cœur les cris des Dieux.

    La poésie, elle, garde la clé

    Du matin, du soleil et de l’éternité

    Et si elle n’est qu’amour

    C’est qu’elle tend vers le jour.

    Soit !

    La lumière

    "Dieu dit : "Que la lumière soit !

    Et la lumière fut."i

    Inondant la Terre, comme une immense clairière

    Entre Dieu et sa création, le sourire nu

    Pour oublier qu’à un moment,

    Il y eut le vent

    Terrible et froid qui emportait la parole.

    Alors j’ai cherché ta nuit et ta farandole

    Parce que la poésie

    A dit

    Dans mon cœur

    Enfin reconnu, la saveur de ce tangible bonheur

    Que la nuit avait laissé placé au jour

    Avec tous ces prochains jours

    Infini.

    Alors, merci.

    Toi, poésie tu partages mes ombres, mes soleils : mon tout

    Et je parle ta langue, de ma bouche à ton cou

    Je te parle, je sens toute ta sensualité

    Et souvent, tu deviens le plaisir pénétré et parfait

    Alors, tu t’appelles volupté.

    Les mots sont tous les ruisseaux que boivent ta bouche

    Lorsqu’avec la plume

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1