Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Le Participe passé dans tous ses états: Petit traité de l'Accord du Participe passé avec être et avoir

Le Participe passé dans tous ses états: Petit traité de l'Accord du Participe passé avec être et avoir

Lire l'aperçu

Le Participe passé dans tous ses états: Petit traité de l'Accord du Participe passé avec être et avoir

Longueur:
86 pages
32 minutes
Sortie:
30 déc. 2019
ISBN:
9782322244645
Format:
Livre

Description

L'accord du participe passé, en particulier avec l'auxiliaire avoir, est une difficulté majeure de la langue française. Le Bescherelle désigne même cette règle grammaticale comme "la plus artificielle de la langue française".La règle d'accord du complément d'objet direct qui précède le participe passé serait une "tradition" qui nous viendrait des copistes du moyen-âge. Les moines copistes qui utilisaient la plume pouvaient aisément faire l'accord avec le complément s'il précédait le verbe, mais plus difficilement lorsqu'il se retrouvait beaucoup plus loin dans la phrase. Il était donc fréquent que l'accord soit omis, d'où la règle qui veut que l'accord se fasse avec le participe passé lorsque le complément direct est situé avant le verbe. La fameuse règle du participe passé aurait été décrétée par Clément Marot, un poète français à l'époque de la Renaissance qui, durant sa vie, fut également le poète officiel du roi de France, François Ier. Le roi demanda à Marot d'établir une règle qui régirait l'accord du participe passé. Marot, qui était fortement influencé par l'Italie et sa langue, utilisa une règle d'accord des participes inspirée par la grammaire italienne et qui s'apparente à celle que nous appliquons encore de nos jours : l'accord se fait avec le nom ou le pronom qui précède le verbe. La règle entraînera une multitude de complications, ce qui fit dire à Voltaire: "Marot a ramené deux choses d'Italie: la vérole et l'accord du participe passé. Je pense que c'est le deuxième qui a fait le plus de ravages". Le but de ce petit guide non exhaustif et de permettre, aux étudiants ou toute autre personne intéressée de maîtriser les règles et particularités les plus courantes concernant l'accord du participe passé, de savoir le conjuguer et l'accorder à bon escient. Pour chaque singularité sur laquelle les puristes n'ont pas pu se mettre d'accord, nous avons essayé de retenir l'opinion moyenne, c'est-à-dire l'usage le plus courant.
Sortie:
30 déc. 2019
ISBN:
9782322244645
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Jean Piètre-Cambacédès est né à Marseille en 1946. Après des études en linguistique générale et en anglais à l'Université d'Aix-en-Provence et plus tard à l'University of London, il a enseigné l'allemand, l'anglais et le français en République Centrafricaine, en Allemagne et en Angleterre. Il était Head of Faculty / Directeur des études dans un lycée pilote de la banlieue de Londres jusqu'en 2001.


Lié à Le Participe passé dans tous ses états

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Le Participe passé dans tous ses états - Jean Piètre-Cambacédès

tiroir.

CHAPITRE 1

LA FORMATION DU PARTICIPE PASSÉ

C’est une des difficultés de la langue française : un certain nombre des règles régissant l’accord du participe passé sont parfois ignorées voire chahutées à l’écrit comme à l’oral.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler brièvement à quoi sert le participe passé et comment il se forme.

Le participe passé est utilisé pour former les temps composés de la voix active ou passive. On l’utilise avec les auxiliaires être et avoir :

Il a dormi toute la nuit

Cette pièce de théâtre est appréciée par les critiques.

Le participe passé peut aussi être utilisé sans auxiliaire. Il prend alors la valeur d’un véritable adjectif comme dans l’exemple suivant :

Les choses pensées ne valent pas les choses dites.

La formation du participe passé :

Les verbes finissant en -ER (1er groupe) font leur participe passé en « -é » :

Exemples : mangé, cherché, bougé, crié, parlé, payé…

Les verbes finissant en -IR (2ième groupe) font leur participe passé en « -i » :

Exemples : parti, fini, menti, réussi, vieilli, grandi…

Les autres verbes du troisième groupe font leur participe passé avec des terminaisons diverses. Voir le tableau ci-dessous :

Tableau récapitulatif (3ième groupe) : (source Français facile)

LES VERBES TRANSITIFS ET INTRANSITIFS :

Petite piqûre de rappel … !

Les verbes transitifs :

Le verbe est transitif direct, quand il est accompagné d'un complément d'objet direct (COD) :

Marie appelle sa sœur.

Je lis le journal.

Le verbe est transitif indirect quand il est accompagné d'un complément d'objet indirect (COI), souvent introduit par une préposition : à, de, pour, en, vers, par. . . ) :

Marie parle à sa sœur.

Il descend de la montagne.

Les verbes intransitifs :

Le verbe est intransitif quand il n'y a pas de complément d'objet. Un verbe intransitif exprime une action limitée au sujet et qui se suffit à elle-même. Ainsi le verbe intransitif n’admet pas de complément, qu’il soit direct ou indirect :

Marie parle beaucoup

Pierre dort.

Il voyage souvent.

Un grand nombre de verbes transitifs directs ou indirects peuvent être employés de façon intransitive, ce qui n’en fait pas pour autant des verbes intransitifs. Cela a lieu lorsque le complément est sous-entendu dans le contexte ; le complément est donc possible, mais il n’est pas exprimé :

Il boit avec des amis sur la terrasse (sous-entendu une bière, apéritif).

Elle mange toujours avec appétit (sous-entendu de la nourriture).

Il existe également des verbes qui sont transitifs ou intransitifs, selon leur sens :

L’herbe pousse (intransitif).

Paul a poussé Marie à poursuivre ses études (transitif).

Il a pris un livre (transitif).

Le feu a pris dans la grange (intransitif)

Certains verbes se conjuguent avec l’auxiliaire « être » quand leur emploi est intransitif, et avec l’auxiliaire « avoir » lorsqu’ils sont employés transitivement :

Jésus est ressuscité et il a ressuscité Lazare.

Maintenant que nous avons vu ou revu les bases générales, nous allons pouvoir examiner en détails les difficultés liées à l’accord du participe passé.

CHAPITRE 2

L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ AVEC

L’AUXILIAIRE ÊTRE

Le participe passé employé avec le verbe être ou avec un verbe d'état (paraître, sembler, demeurer, devenir, rester…) s'accorde en genre et en nombre avec le sujet. Il s’accorde en

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Le Participe passé dans tous ses états

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs