Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Aux trois amours
Aux trois amours
Aux trois amours
Livre électronique110 pages52 minutes

Aux trois amours

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

La quête de tout homme est une quête d'absolu. Cet absolu se recherche dans la quête insasiable de la connaissance (domaine des sciences), de la beauté (domaine des arts), de l'amour (domaine des relations aux autres).
Notre quête de connaissance, de beauté, d'amour nous dirige vers :
- la terre qui permet le maintien de la vie et l'évolution de notre être ;
- la femme, qui représente une altérité et une omplémentarité pour notre être ;
- le transcendant, qui est l'innommable et l'aboutissement de notre être.
Aux trois amours est un chant à l'amour commençant de l'amour de la terre à l'amour de la Corrèze, se poursuivant de l'amour de la femme à l'amour d'Anne et s'accomplissant de l'amour de l'art à l'amour de Dieu. Car l'Amour vient de Dieu et l'amour va à Dieu.
LangueFrançais
Date de sortie30 janv. 2020
ISBN9782322176199
Aux trois amours
Lire l'aperçu
Auteur

Pierre Milliez

Ingénieur passionné de physique, de biologie, de philosophie et de théologie, Pierre Milliez est marié et père de cinq enfants. Fin novembre 1985, une rencontre personnelle bouleverse sa vie l'instar de la philosophe Simone Weil qui écrivait :"Dans mes raisonnements sur l'insolubilité du problème de Dieu, je n'avais pas prévu la possibilité de cela, d'un contact réel, de personne à personne, ici-bas entre un être humain et Dieu."

En lire plus de Pierre Milliez

Lié à Aux trois amours

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Aux trois amours

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Aux trois amours - Pierre Milliez

    Du même auteur aux éditions Books on Demand

    Témoignage

    J’ai expérimenté Dieu

    Études

    La Résurrection au risque de la Science ou étude scientifique de la résurrection de Jésus à partir de la Bible et des 5 linges

    Jésus au fil des jours I/III de la promesse à l’an 27

    Jésus au fil des jours II/III de l’an 28 à juin 29

    Jésus au fil des jours III/III de juin 29 à l’an 30

    Pièces à conviction du Messie d’Israël

    ou étude des reliques de Jésus

    La somme existentielle, I/III Le mystère de Dieu

    La somme existentielle, II/III Le mystère de l’homme

    La somme existentielle, III/III La divinisation de l’homme

    Conte poétique et philosophique

    Le petit d’homme

    L’élu

    Roman

    Le signe de Dieu

    Recueil poétique

    Aux trois amours

    Dédicace à mon épouse Anne

    Ces quelques mots maladroits,

    qui veulent dire comme il se doit,

    ce qui chante au fond de moi :

    l’onde primitive qui baigne

    l’univers et mon émoi,

    et qui fait que le cœur saigne ;

    la douce ode que je pleure,

    pour le parfum d’une fleur,

    cette pudeur d’affection,

    qui t’aime sans défection.

    Je dédie la dernière partie de ce livre à Raymond Devos,

    Le magicien des mots,

    Le funambule du réel à l’imaginaire,

    Le clown éternel…

    « La beauté sauvera le monde »

    Fédor Dostoïevski

    « À l'origine de tout ce qu'il y a de grand sur terre, il y a un acte d'Amour »

    Rabindranath Tagore

    Sommaire

    1 L'amour de la terre à la Corrèze

    Le délitement de la ville

    Civilisation !

    Les Flandres

    Aubazine

    Le canal des moines

    Tulle aux sept collines

    Collonges la rouge

    Curemonte

    Uzerche, perle du Limousin

    La Voûte, le nouveau monde

    La Voûte, 25 ans (14 et 15 août 1999)

    2 L'amour de la femme à Anne

    Demain je partirai...

    Hélène et Arnaud

    Centenaire !

    Égarement de jeunesse

    Taizé 1976

    La femme éternelle

    Le Rêve

    Les fiancés de l'an 76

    Toi et moi

    Avec 3 mots……

    Cinq sens

    L'inachevé

    J'aime avec A, avec I, avec M, avec E,

    Anne et l’antan

    Pierre et Anne

    La déchirure

    3 L'amour de l'art à Dieu

    Nuit gigogne

    La sarabande des lettres et des couleurs

    De la lettre au livre

    Chartres en Beauce

    La Moldaü (Smetana)

    L'Art sublime

    La mer et le Père

    La chute ascensionnelle

    L’onde d’amour

    Écoute Israël

    Le signe de Dieu

    4 Jeux de mots

    Le jour du jour

    Les points

    Différentes lettres

    Histoire de mots

    Histoire de bouts

    Rien, c’est quelque chose

    L’œuf et la poule

    Le pas premier

    Dites le avec des Fleurs

    Feu le feu

    Le sens bon

    Le jour et la vie

    La voix, la voie

    Dans le fond

    Tomber, la chute

    Le fin du fin

    1 L'amour de la terre à la Corrèze

    Le délitement de la ville

    Un jour je m’éveillais dans une vieille ville,

    et je marchais sur le macadam gris,

    dans un dédale de rues tristes,

    entre des immeubles vides.

    Et tandis que je naviguais à la dérive,

    un étrange vague à l'âme me pris,

    comme le souvenir d'une absence,

    comme le souvenir d'un autre monde.

    Et tandis que je fermais les yeux,

    fatigué de ce monde ennuyeux,

    je vis la vie naître de l’absence de vie,

    la métamorphose des natures mortes.

    Les murs s’écroulèrent en rochers,

    les charpentes se redressèrent en arbres,

    les vitres redevinrent sables,

    les robinets sources, les conduites ruisseaux.

    Je retrouvai un calendrier sur une porte,

    qui se fit feuilles sur un arbre,

    mais j'eus le temps de lire l’année,

    et je m'aperçus que j'avais mille ans...

    Et comme je rêvais que je m’éveillais,

    je compris que mon rêve était ma réalité,

    et que la réalité n’était que mon rêve,

    le rêve du paradis perdu…

    Civilisation !

    La rue déroulait son macadam, gris.

    La ville étalait ses falaises de béton, sales.

    Les nuages tenaient la ville dans un cocon, triste.

    Je marchais dans les rues désertes, seul.

    Un cri se fit entendre, soudain.

    Un rescapé du grand bond en avant surgit, blanc.

    Un oiseau épuisé dans l'air voletait, libre.

    Je jubilais dans la jungle de béton, d'acier et de verre, la vie.

    Je suivais l'oiseau dans les méandres de la ville, sombre.

    L'oiseau se reposait semblant m'attendre, joie.

    L'oiseau me fit marcher des jours et des jours, pur.

    L'oiseau m'amena au bout du monde, civilisé.

    Je vis dans le lointain une lumière, belle.

    Je compris en m’approchant, d’elle,

    que je

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1