Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Physiologie de l'imprimerie: Silhouettes typographiques
Physiologie de l'imprimerie: Silhouettes typographiques
Physiologie de l'imprimerie: Silhouettes typographiques
Livre électronique30 pages19 minutes

Physiologie de l'imprimerie: Silhouettes typographiques

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

Extrait : "Les imprimeries, ou boîtes comme les appellent les compositeurs, se divisent, sous le rapport de l'aménagement, en trois catégories. Je ne parle ici que des imprimeries de la capitale. La première catégorie se compose des boîtes ou le compositeur y voit à travailler ; La seconde, de celles où l'on y voit un peu ; La troisième, de celles où l'on n'y voit pas."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.

LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants :

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d'Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier
LangueFrançais
ÉditeurPrimento
Date de sortie8 juin 2015
ISBN9782335066838
Physiologie de l'imprimerie: Silhouettes typographiques
Lire l'aperçu

En lire plus de Anonyme

Lié à Physiologie de l'imprimerie

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Physiologie de l'imprimerie

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Physiologie de l'imprimerie - Anonyme

    I

    Des ateliers

    AVIS.– L’entrée de l’imprimerie est interdite aux ouvriers étrangers à la maison.

    Les imprimeries ou boîtes, comme les appellent les compositeurs, se divisent, sous le rapport de l’aménagement, en trois catégories. Je ne parle ici que des imprimeries de la capitale.

    La première catégorie se compose des boîtes où le compositeur y voit à travailler ;

    La seconde, de celles où l’on y voit un peu ;

    La troisième, de celles où l’on n’y voit pas.

    Mon titre d’écrivain impartial et consciencieux me fait un devoir de dire que la troisième classe est la plus nombreuse, quoique pour le compositeur le jour soit la question principale.

    À Paris, où dans son langage coloré l’ouvrier baptise d’une façon pittoresque les hommes et les choses, il a donné le nom de cage à tout atelier couvert en vitres.

    Là, pas de disputes pour les places, pas de réclamations au metteur en pages, au prote ou au patron, car le jour est le même partout.

    Il est vrai que ce genre d’atelier a bien aussi ses désagréments :

    On y gèle en hiver, on y grille en été ; par les temps de pluie, l’eau coule dans les casses, et distribue des douches à profusion.

    Mais le compositeur est industrieux comme un castor, et habile comme un singe, dont il est l’imitateur pour les mouvements.

    En été, pour parer à la

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1