Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
Construire un feu: Roman à suspense

Construire un feu: Roman à suspense

Lire l'aperçu

Construire un feu: Roman à suspense

évaluations:
3/5 (185 évaluations)
Longueur:
45 pages
25 minutes
Éditeur:
Sortie:
Apr 18, 2014
ISBN:
9782511014622
Format:
Livre

Description

Des aventures, un suspense haletant, une leçon de vie au cœur d'une nature hostile

Dans le Grand Nord canadien, un homme, accompagné de son chien, tente de rejoindre ses compagnons. Mais il ne connaît pas tous les dangers du froid, et il n'a pas écouté les précieux conseils du vieux trappeur…

Katherine Neville, l'auteur du Huit et du Cercle magique, écrit, à propos de ce récit : "Est-ce que la lecture de ce petit chef-d'œuvre ne devrait pas être imposée à tout habitant de la montagne ?"

Un court roman d'aventure haletant, aussi glaçant que l'hiver en Alaska.

EXTRAIT

L’aube, ce jour-là, était froide et grise — très grise et très froide. L’homme quitta le large sillon que dessinait le Yukon gelé et escalada l’immense talus qui s’élevait au départ du fleuve. Une piste étroite s’y enfouissait sous les sapins, filant vers l’est. Le coteau était escarpé. Arrivé au sommet, l’homme fit une pause, pour reprendre son souffle. Il regarda sa montre : neuf heures. Il n’y avait pas de soleil. Pas un soupçon de soleil, bien qu’il n’y ait dans le ciel aucun nuage. Le ciel était pur. Mais un voile diffus semblait couvrir la terre. D’indéfinissables ténèbres dues à l’absence de soleil assombrissaient le jour. L’homme ne s’en inquiétait pas : cela faisait des semaines qu’il n’avait pas vu le soleil. Il savait que plusieurs semaines s’écouleraient encore avant que l’astre du jour franchisse la ligne de l’horizon, au sud, et interrompe enfin, très brièvement pour sa première réapparition, la longue nuit polaire.

A PROPOS DE L'AUTEUR

Jack London (1876 – 1916), de son vrai nom John Griffith Chaney, était un écrivain américain. Il fut un des premiers américains à faire fortune dans la littérature.
Éditeur:
Sortie:
Apr 18, 2014
ISBN:
9782511014622
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Aperçu du livre

Construire un feu - Philippe de Kemmeter

CHAPITRE 1

GRAND NORD.

L’aube, ce jour-là, était froide et grise — très grise et très froide. L’homme quitta le large sillon que dessinait le Yukon gelé et escalada l’immense talus qui s’élevait au départ du fleuve. Une piste étroite s’y enfouissait sous les sapins, filant vers l’est.

Le coteau était escarpé. Arrivé au sommet, l’homme fit une pause, pour reprendre son souffle. Il regarda sa montre : neuf heures.

Il n’y avait pas de soleil. Pas un soupçon de soleil, bien qu’il n’y ait dans le ciel aucun nuage. Le ciel était pur. Mais un voile diffus semblait couvrir la terre. D’indéfinissables ténèbres dues à l’absence de soleil assombrissaient le jour.

L’homme ne s’en inquiétait pas : cela faisait des semaines qu’il n’avait pas vu le soleil. Il savait que plusieurs semaines s’écouleraient encore avant que l’astre du jour franchisse la ligne de l’horizon, au sud, et interrompe enfin, très brièvement pour sa première réapparition, la longue nuit polaire.

Se retournant, l’homme jeta un regard en arrière, vers la piste qu’il venait de parcourir. En dessous de lui s’étendait le fleuve Yukon, large d’un bon kilomètre et prisonnier sous un mètre de glace. La glace elle-même était ensevelie sous un mètre de neige.

La neige, immaculée, ondulait en vagues trahissant la présence de blocs de glace formés par le gel. Du nord au sud, à perte de vue, s’étendait cette blancheur infinie, sur laquelle un trait gris, ténu comme un cheveu, serpentait en contournant les îlots plantés de sapins noirs, qui ponctuaient le cours du fleuve.

Ce filet à peine visible était la piste que venait d’emprunter l’homme. Vers le sud, sur huit cents kilomètres, la piste filait vers les cols du Chilcoot, vers Dyea et le Pacifique. Au nord, elle menait à Dawson, à plus de cent kilomètres, puis vers Nulato, Saint-Michel et la mer de Behring¹.

Ni la ligne imprécise de l’horizon lointain, ni l’absence de soleil, ni le froid glacial, ni cette ambiance de désolation fantastique, ne semblait troubler l’homme.

Ce n’était pas

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Construire un feu

3.0
185 évaluations / 6 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs

  • (5/5)
    Probably the best short story I have ever read.
  • (1/5)
    If you want to read a story that's half description of setting and half a stupid, overconfident man freezing to death in the arctic cold while his dog watches then you'll love this.
  • (5/5)
    Probably the best short story I have ever read.
  • (5/5)
    To Build A Fire' - arguably the greatest short story written in the English language? London at his very best.
  • (3/5)
    To Build a Fire is a bittersweet tale of a man last few hours before his death. It was a a melancholy experience to read about this callous man who begins to freeze while he walks to meet some other men. It is such a cold day that the man had been forewarned. He is so stubborn he believes the warnings are from weaker people than he. I liked this adventure even though I prefer happier endings and would only recommend it to students who can maturely reason the man’s death and see that the dog makes the ending a happy one.
  • (4/5)
    I gave this 5 stars in paper format, but never reviewed it. It's been decades since I last read it, so I'm overwriting that edition with this one. I remember some of the stories very well.

    Overall, the stories ranged from OK to fantastic, but overall, they were quite good. It was depressing as hell, though. It's a tough world where a 'happy' ending is surviving intact. I'm not surprised I let so many years go by between reads. Definitely memorable, but certainly not uplifting. Still, I recommend it.

    There is an underlying morality to all the stories of perseverance & honor. No matter how bad it gets, the best keep trying to do their best. It might kill them, but it's a harsh world. Mere death is no excuse.

    If you haven't read these stories or don't remember them, don't read the spoilers. They are & sometimes that's what really makes the story good.

    To Build A Fire 5 stars but depressing as hell. Great point & adventure story of the Yukon, though.

    The Red One 2 stars, an attempt at mixing "Heart of Darkness" with a Wells or Verne SF story. Didn't do much for me. Takes place in the Solomons, Guadalcanal.

    All Gold Canyon 4 stars, another gold digging adventure that was rather manic depressive.

    A Piece of Steak 4 stars, a boxing story & depressing as hell. Is he trying to get me to follow him into alcoholic depression? It's moving as hell, although a bit long winded.

    The Love of Life 4 stars, survival in the arctic, although at least it is relatively warm. Tough men!!! At least one lived. About time.

    Flush of Gold 3 stars, kind of a horror story, a real shame.

    The Story of Keesh 3 stars. Told as a myth, it's memorable & one of the few that isn't depressing, if you look at it one way. In another, it's horrible. OK, the guy was feeding folks, but killing polar bears by feeding them bones that tore up their innards & killed them slowly & in great pain is awful.

    The Wisdom of the Trail 3 stars. Not really a myth, but kind of a native voice. A short story of tough times on the northern trails.