Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La Puissante voix de Dieu: L’entendre et Lui répondre
La Puissante voix de Dieu: L’entendre et Lui répondre
La Puissante voix de Dieu: L’entendre et Lui répondre
Livre électronique268 pages3 heures

La Puissante voix de Dieu: L’entendre et Lui répondre

Évaluation : 5 sur 5 étoiles

5/5

()

À propos de ce livre électronique

Souvent, beaucoup de chrétiens ne reconnaissent pas la voix de Dieu ou se trompent en pensant qu'une autre voix est la voix de Dieu. Dans ce livre, le Révérend Tucker encourage les lecteurs à pouvoir entendre efficacement la voix de Dieu. Vous trouverez des réponses aux questions suivantes :
Comment pouvons-nous connaître la voix de Dieu ?
Comment pouvons-nous distinguer la voix de Dieu au milieu des autres voix dans le monde ?
Comment pouvons-nous éviter de nous tromper ?
Quel est le lien entre la foi, la justice et la sagesse lorsque l’on parle d’entendre la voix de Dieu ?
LangueFrançais
Date de sortie5 févr. 2020
ISBN9781596654549
La Puissante voix de Dieu: L’entendre et Lui répondre
Lire l'aperçu

En lire plus de Rev. Robert A. Tucker

Lié à La Puissante voix de Dieu

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Avis sur La Puissante voix de Dieu

Évaluation : 5 sur 5 étoiles
5/5

2 notations0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    La Puissante voix de Dieu - Rev. Robert A. Tucker

    Dieu.

    PRÉFACE

    « La voix de l’Éternel retentit sur les eaux, le Dieu de gloire fait gronder le tonnerre ; l’Éternel est sur les grandes eaux. La voix de l’Éternel avec puissance, la voix de l’Éternel avec majesté… » (Psaume 29 :3-4).

    Dieu comprend la fragilité du genre humain et son incapacité à observer, par ses propres forces, Ses commandements. Tout au long de l’Écriture, Il évoque pour l’homme l’importance d’entendre la voix du Seigneur. Cette voix communique un pouvoir à ceux qui entendent ce qu’Il déclare et les rend capables d’accomplir ce qu’Il a dit. Comme jadis Israël, beaucoup préfèrent vivre uniquement d’après une loi leur étant apportée par un personnage qui entend la voix de Dieu. Cependant, le pouvoir d’accomplir ce qu’Il demande vient d’une écoute personnelle de Sa voix.

    « Lorsqu’il a fait sortir toutes celles qui lui appartiennent, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger ; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers » (Jean 10 :4-5).

    De nos jours, ils sont nombreux ceux qui suivent la voix d’étrangers. Puisse notre cœur être à l’écoute de Sa voix afin de Lui répondre de manière pleine et entière.

    « - Habitante des jardins ! Des amis sont attentifs à ta voix. Fais-la moi entendre ! » (Cantique des cantiques 8 :13).

    Chapitre 1

    Fais-Moi Entendre Ta Voix Est-Ce  Important ?

    Introduction

    En 1980, j’effectuai mon premier voyage outre-mer, jusqu’aux Philippines. Voyageur inexpérimenté, j’avais pris un billet pour l’aller mais non pour le retour. Arrivé à Manille, je tentai de prendre une réservation pour un retour deux semaines plus tard. La compagnie me répondit qu’elle n’aurait de place disponible avant plusieurs mois. Elle ajouta mon nom sur une liste d’attente, ce qui me laissait dans l’incertitude quant à la date de mon retour. Quelque peu déprimé du fait de cette situation, je téléphonai à mon épouse Angeline pour lui exposer la situation et lui demander de prier pour que j’obtienne une place sur un vol prêt à décoller.

    Deux semaines plus tard, tandis que j’attendais un départ, préoccupée à propos de mon retour à la maison, Angeline vécut une nuit agitée. Avant 6 heures du matin, elle se mit à prier pour demander au Seigneur de la tranquilliser et de lui faire savoir si oui ou non je rentrerais à la maison ce même jour. Le Saint-Esprit la poussa à ouvrir sa Bible. Elle n’en avait pas particulièrement envie mais elle comprit que Dieu connaissait bien la situation. Ce jour précis, sa lecture quotidienne portait sur Ésaïe 6. Au cours de sa lecture, son attention se porta sur des mots du verset 2 « deux ailes dont [des séraphins] ils se servaient pour voler ».

    Elle sentit alors la paix de Dieu l’inonder et la confiance que j’étais en route vers la maison.

    À Manille, avant 6 heures du soir (c’est-à-dire six heures du matin aux États-Unis), je montai à bord d’un avion mais mes compagnons de voyage n’étaient toujours pas à bord. Ils avaient fait une escapade à Hong Kong. Ils arrivèrent juste avant le décollage et « avec deux il vole », exactement comme ce que Dieu avait dit à mon épouse. Quelle parole spécifique Il lui communiqua pour la réconforter ! Il prend plaisir à entrer en relation avec Son peuple.

    Dieu désire entrer en communion avec l’homme

    Il nous a créés pour Son plaisir, pour que nous ayons contact et communion avec Lui. Quelle extraordinaire pensée : Il désire parler directement avec nous, faire en sorte que nous connaissions Sa voix ! L’Écriture s’ouvre sur le tableau d’une rencontre quotidienne du Seigneur avec Adam et Ève dans le jardin d’Éden. « Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu qui parcourait le jardin avec la brise du soir. » (Genèse 3 :8). Il semble qu’Il soit venu de manière régulière afin de passer du temps avec eux et d’avoir communion avec ce couple.

    Le dernier livre de la Bible dévoile le cœur et le désir du Seigneur d’entrer en communication avec l’homme et de faire en sorte que nous entendions Sa voix. « Voici : je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi » (Apocalypse 3 :20). Quelle invitation quand on songe que Dieu créa l’univers et qu’Il règne sur lui ! À ce sujet, le roi David s’écria : « Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de Lui ? » (Psaume 8 :5). Dieu parcourt la terre à la recherche de ceux qui répondront à Sa voix et désireront entrer en communion avec Lui. Comme nous le verrons au cours de cette étude, les Écritures font état de nombreuses invitations à entendre la voix de Dieu.

    Pour quelle raison est-il si important d’entendre Sa voix ? Est-il vraiment capital que nous entrions en communication directe avec Lui ? Comment peut-on entendre de manière distincte la voix de Dieu parmi toutes les autres voix du monde ? Comment pouvons-nous avoir la certitude que c’est bien Lui qui parle ? En quoi des sujets tels la foi, l’espérance, les œuvres bonnes, la justice et la sagesse ont-ils un lien avec le fait d’entendre la voix de Dieu ? Voilà une étude passionnante qui fournira des réponses à ces interrogations et à d’autres questions que vous pouvez vous poser à ce propos. Ouvrez votre cœur au Seigneur tandis que nous avançons dans ce livre et voyez si vous entendez Sa voix vous appeler. Puissiez-vous déclarer avec l’auteur du Cantique de Salomon : « Des amis sont attentifs à ta voix. Fais- la moi entendre » (Cantique des cantiques 8 :13).

    Chapitre 2

    Un Point Central

    L’exemple d’Israël

    Lorsqu’il écrit à l’église de Corinthe, Paul exhorte ces chrétiens à considérer l’exemple d’Israël pendant son périple, depuis le pays d’Égypte jusqu’en Canaan. Il met le doigt sur ses faillites et met en garde cette église contre les mêmes fautes.

    « Frères, je ne veux pas que vous l’ignoriez ; nos pères ont tous été sous la nuée, ils ont tous passé au travers de la mer, ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était le Christ. Mais la plupart d’entre eux ne furent pas agréables à Dieu, puisqu’ils tombèrent morts dans le désert. Or, ce sont là des exemples pour nous, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. Ne devenez pas idolâtres, comme certains d’entre eux, selon qu’il est écrit : Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. Ne nous livrons pas à l’inconduite, comme certains d’entre eux s’y livrèrent, de sorte qu’il en tomba 23 000 en un seul jour. Ne tentons pas le Seigneur commeletentèrentcertains d’entre eux, quipérirent pas les serpents. Ne murmurez pas, comme murmurèrent certains d’entre eux, qui périrent par l’exterminateur. Cela leur est arrivé à titre d’exemple et fut écrit pour nous avertir, nous pour qui la fin des siècles est arrivée. Ainsi donc que celui qui pense être debout prenne garde de tomber ! » (1 Corinthiens 10 :1-12).

    Israël effectua son périple dans le désert en commettant de multiples fautes, certaines plus graves que d’autres. Il arrive que l’on puisse discerner certaines raisons à l’origine d’une aggravation de problèmes qui suivent. Ce fut certainement le cas pour Israël en ce temps-là. Examinons l’une des principales raisons qui fit que la première génération ne fut pas en mesure d’entrer dans la promesse et mourut dans le désert.

    La vocation céleste de Dieu

    Israël entreprit son périple hors d’Égypte en commençant par la nuit de la Pâque. Les Israélites traversèrent la mer Rouge et parvinrent au mont Sinaï cinquante jours plus tard. C’est là que Dieu les conduisit et les prépara de manière à pouvoir leur parler. Voici ce qu’Il leur déclara pour commencer :

    « Moïse monta vers Dieu ; l’Éternel l’appela du haut de la montagne en disant : Voici ce que tu diras à la maison de Jacob et que tu annonceras aux Israélites ; vous avez vu vous-mêmes ce que j’ai fait à l’Égypte ; je vous ai portés sur des ailes d’aigle et fait venir vers moi. Maintenant, si vous écoutez ma voix et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez en propre entre tous les peuples, car toute la terre est à moi. Quant à vous, vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux Israélites » (Exode 19 :3-6).

    Dieu leur annonça qu’Il ferait d’eux un royaume de sacrificateurs et une nation sainte s’ils réagissaient de deux manières : en obéissant à Sa voix et en gardant Son alliance. Quelle promesse ! Dans Exode 20, Dieu leur communiqua cette alliance : les dix commandements. Du milieu d’extraordinaires manifestations de puissance, Il leur parla depuis le mont Sinaï :

    « Tout le peuple observait le tonnerre, les éclairs, le son du cor et la montagne fumante. À ce spectacle, le peuple tremblait et se tenait dans l’éloignement. Ils dirent à Moïse : Parle-nous toi-même, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle pas, de peur que nous ne mourions. Moïse dit au peuple : Soyez sans crainte ; car c’est pour vous mettre à l’épreuve que Dieu est venu, et c’est pour que vous ayez pour lui de la crainte, afin de ne pas pécher. Le peuple se tenait dans l’éloignement ; mais Moïse s’approcha de la nuée où était Dieu » (Exode 20 :18-21).

    À cause de tous ces événements, le peuple était en proie à une grande frayeur. Moïse s’efforça de le calmer en lui expliquant  ce qui se passait. Dieu ne cherchait nullement à l’effrayer, mais simplement à lui communiquer la crainte de l’Éternel qui le préserverait et le garderait du péché : « Par la bienveillance et la vérité la faute est expiée, et par la crainte de l’Éternel on s’écarte du mal » (Proverbes 16 :6). Dieu encourageait les enfants d’Israël à ne pas redouter les phénomènes naturels ni Son feu dévorant qui brûlait dans leur esprit. Il voulait qu’ils craignent l’Éternel et éprouvent à Son égard un respect plus grand que pour toute autre chose. Jésus, s’adressant à Ses disciples, émit une remarque similaire : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme, craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne » (Matthieu 10 :28).

    Dans le livre du Deutéronome, un rappel de cet événement nous en livre un tableau plus complet. Nous voyons Israël refuser d’entendre Dieu :

    « L’Éternel vous parla face à face sur la montagne, du milieu du feu. Et moi, je me tenais en ce temps-là entre l’Éternel et vous, pour vous annoncer la parole de l’Éternel ; car vous aviez peur du feu et vous n’êtes pas montés sur la montagne… Telles sont les paroles que l’Éternel adressa à toute votre assemblée, à haute voix sur la montagne, du milieu du feu, des nuées et du brouillard, sans rien ajouter. Il les écrivit sur deux tables de pierre qu’il me donna. Après avoir entendu la voix du milieu des ténèbres, et tandis que la montagne était embrasée, vous vous êtes approchés de moi avec tous vos chefs de tribus et vos anciens et vous avez dit : Voici que l’Éternel, notre Dieu, nous a fait voir sa gloire et sa grandeur, et nous avons entendu sa voix du milieu du feu ; aujourd’hui nous avons vu que Dieu peut parler à l’homme et que celui-ci peut rester vivant. Et maintenant pourquoi mourrions-nous ? Car ce grand feu nous dévorera ; si nous continuons à entendre la voix de l’Éternel, notre Dieu, nous mourrons. Quel est l’homme, en effet, qui ait jamais entendu, comme nous, la voix du Dieu vivant parlant du milieu du feu et qui soit resté vivant ? Approche-toi, écoute tout ce que dira l’Éternel, notre Dieu, et toi tu nous rediras tout ce que l’Éternel, notre Dieu, t’aura dit ; nous écouterons et nous le ferons » (Deutéronome 5 :4-5 ; 22-27).

    Quand Dieu parle, l’homme vit

    La première réponse d’Israël à Moïse fut celle-ci : lorsque Dieu parle, la vie jaillit en l’homme. C’est ce que confirme un grand nombre de versets où nous voyons la puissance de Dieu à l’œuvre lorsqu’Il s’exprime. La vie jaillit en même temps que les paroles de Sa bouche.

    La voix de l’Éternel plane au-dessus des eaux ; le Dieu de gloire se fait entendre dans le tonnerre ; l’Éternel est au-dessus des grandes eaux. La voix de l’Éternel est puissante ; la voix de l’Éternel est pleine de majesté. La voix de l’Éternel brise les cèdres, oui, le Seigneur brise les cèdres du Liban. Il les fait également bondir comme un jeune veau, le Liban et Sirion comme un jeune buffle. La voix de l’Éternel fait jaillir des flammes de feu. La voix de l’Éternel ébranle le désert. Le Seigneur ébranle le désert de Qadech. « La voix de l’Éternel fait enfanter les biches, elle dépouille les forêts et dans son palais tout crie : Gloire ! » (voir le Psaume 29 : 3-9).

    « Lorsqu’il donne de la voix, les eaux s’amassent dans le ciel ; il fait monter les nuages du bout de la terre, il produit les éclairs pour la pluie, il fait sortir le vent de ses réserves » (Jérémie 51 :16).

    « En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront » (Jean 5 :25).

    Lorsque Dieu parle, de Sa voix se dégage une puissance et les choses viennent à l’existence. À Sa parole, même les morts se mettent en mouvement ! Jésus déclara également  : « Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie » (Jean 6 :63). Lorsque les officiers  se  présentèrent en  compagnie de Judas au jardin de Gethsémané, Jésus leur demanda qui  ils cherchaient, ce à quoi ils répondirent qu’ils étaient venus arrêter Jésus de Nazareth. À Sa réponse « C’est moi » se dégagea de Sa voix une puissance telle qu’ils reculèrent et tombèrent à terre (Jean 18 :3-6).

    Ce jour-là, Israël déclara qu’au mont Sinaï, il avait vu et compris la puissance qui émanait de la voix de Dieu et que de Ses paroles coulait la vie en direction de l’homme. Oh ! Si seulement il était resté fidèle à cette compréhension ! Toute la puissance dont avaient besoin les enfants d’Israël pour garder l’alliance était à leur disposition si seulement ils avaient obéi à Sa voix.

    Pourquoi devrions-nous mourir ?

    Mais la réponse d’Israël ne s’interrompit pas là. Il comprit également une autre vérité : « Et maintenant pourquoi mourrions-nous ? Car ce grand feu nous dévorera ; si nous continuons à entendre la voix de l’Éternel, notre Dieu, nous mourrons. Quel est l’homme, en effet, qui ait jamais entendu, comme nous, la voix du Dieu vivant parlant du milieu du feu et qui soit resté vivant ? » (Deutéronome 5 :25-26). Comparée à la précédente, cette déclaration paraît contradictoire. Les Israélites comprenaient cependant très bien ce qu’ils disaient. Oui, la vie de Dieu vivifiait leur esprit mais le feu de Sa voix apportait la mort à l’homme charnel, à la chair. Ils avaient conscience de la vie qui émanait des paroles de Dieu, mais ils étaient davantage préoccupés du feu divin qui apportait la mort aux œuvres de  la chair. Un incident vécu dans mes jeunes années peut servir d’illustration et approfondir notre compréhension.

    À mon entrée au lycée, j’eus l’occasion de jouer au football. Même après cette période, j’aimais regarder un match, à tel point j’avais le cœur battant d’excitation en soutenant mon équipe favorite alors que j’étais assis dans mon fauteuil. Un jour, alors que je regardais un match à la télévision, soudain et avec douceur, le Seigneur me demanda d’éteindre le poste et de ne plus jamais regarder de match.

    J’étais totalement abasourdi et pensais que le Seigneur plaisantait. Mais Il ne plaisante pas à propos de telles choses ! Il me rassura pour me dire qu’Il voulait me parler et qu’il me fallait Lui obéir. Je regimbai à cette directive de Sa part en pensant que ce n’était pas un péché de regarder un match

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1