Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les actes des apôtres

Les actes des apôtres

Lire l'aperçu

Les actes des apôtres

Longueur:
682 pages
8 heures
Sortie:
5 févr. 2020
ISBN:
9781596653467
Format:
Livre

Description

Le Dr Paul Caram écrit un commentaire inspirant sur le livre des Actes des apôtres en montrant que c’est un récit divin du nouveau mouvement de Dieu. En effet, le Seigneur était venu pour donner la vie aux outres neuves et, avec elles, construire Son église sur la base de Ses apôtres. Le Dr Caram explique comment, en tant que croyants, nous sommes appelés à faire partie du mouvement de Dieu visant à établir Son Royaume sur cette terre. C'est l'église de Christ qui fera "de plus grandes œuvres" puisqu'Il est allé chez le Père et nous a envoyé le Saint-Esprit.
Sortie:
5 févr. 2020
ISBN:
9781596653467
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Les actes des apôtres

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Les actes des apôtres - Dr. Paul G. Caram

LES ACTES DES APÔTRES

Analyse

Au cœur du feu divin

Dr. Paul G. Caram

Cet ouvrage est la traduction française du livre :

« ACTS (A Focus on the Center of God’s Fire ) »

Traduit de l’anglais par Marlyse RAUDSZUS

© de l’édition française en mars 2011

© 1999 Paul G. Caram

Manuel de Zion Christian University

Utilisé avec permission

Édition française :

Marlyse RAUDSZUS

Lydie BENQUET

T.A. TOPPER II

Mary D. TOPPER

Justin KROPF

Sauf indication contraire, les textes bibliques sont tirés de la Version Louis Segond, édition de 1910.

Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme ou par quelque moyen électronique ou physique sans l'autorisation écrite de l'éditeur, sauf dans le cas de brèves citations dans des articles ou des revues.

Édité par : 

MINISTÈRES INTERNATIONAUX DE SION

Epub Version 1.0

Publié en tant que livre électronique le 01/10/19 au Burkina Faso

ISBN 1-59665-346-9

Pour plus d’information, veuillez contacter :

MINISTÈRES INTERNATIONAUX DE SION

06 B.P. 9287  · Ouagadougou 06

E-mail : sionafrique@gmail.com

Site Web : missionsion.com

Les Actes des apôtres

INTRODUCTION

Les débuts de l’Église

Le livre des Actes constitue un compte-rendu historique des débuts de l’Église. Quand Christ déclara : « Je bâtirai mon Église » (Matthieu 16 :18), Il commença par préparer les douze pierres de fondement durant Son ministère de trois ans et demi. Jésus instilla Sa vie et Son message dans les douze apôtres. Ces hommes allaient devenir des modèles et les écrivains du Nouveau Testament. Notre foi et en fait notre vie même se basent sur les Écritures éternelles qu’eux et les prophètes inscrivirent. L’apôtre Paul confirma cette vérité quand il dit que nous sommes « édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire » (Éphésiens 2 :20).

Les pierres de fondement indignes sont rejetées

Christ ne bâtit pas Son Église sur une base défectueuse. Ses pierres de fondement sont des pierres « éprouvées. » Avant la nouvelle action du Saint-Esprit dans Actes, Dieu élimina tous ceux qui étaient animés d’un esprit de traîtrise. En fait, la moitié du chapitre 1 traite le remplacement du traître Judas. Dans Actes 1 :15-26, il y eut réorganisation des positions et des fonctions. Aujourd’hui nous voyons le même processus dans l’église. Dieu se dispose à agir à nouveau. C’est la raison pour laquelle Il révèle actuellement qui est qui. Tous ceux qui sont traîtres comme Judas, usurpateurs comme Absalom, Koré et Adonija et qui sont impénitents comme Caïn sont dévoilés et démis de leur fonction de responsable. Aujourd’hui, tous sont mis à l’épreuve : seront-ils ou non jugés digne d’avoir part à la prochaine manifestation de Dieu ?

Un temps de transition

Le livre des Actes est le compte-rendu divin d’une nouvelle manifestation divine. Les frères n’avaient jamais emprunté ce chemin auparavant. Il ne s’agissait pas d’un événement dont ils auraient fait l’expérience dans le passé. C’est la raison pour laquelle le jour de la Pentecôte, tous furent étonnés et déconcertés. Le style du Saint-Esprit avait changé. Les vents de Dieu soufflaient dans une autre direction. Pour Israël, il s’agissait d’un temps de transition entre l’ancienne alliance à la nouvelle, d’un nouveau message et d’un ordre totalement différent. De nombreux individus de l’ancien temps refusèrent de se laisser emporter par le nouveau mouvement, semblables qu’ils étaient à de « vieilles outres » voulant persister dans leurs anciennes traditions. Plus que tout, ils éprouvaient du ressentiment en voyant Dieu bénir les païens qu’ils estimaient tout à fait inférieurs à eux-mêmes. Rempli de jalousie, Israël devint le plus grand adversaire de ce que Dieu accomplissait dans sa génération.

Les douze apôtres eux-mêmes furent aussi gênés dans cette période de transition. Même les leaders principaux du réveil abritaient encore des éléments de préjugés et de sectarisme dans son cœur. Dix ans s’étaient écoulés depuis la Pentecôte et encore ils n’avaient prêchés Christ qu’à leurs compagnons israélites et aux prosélytes païens qui fréquentaient leurs synagogues. L’évangélisation du monde des païens avait été largement entravée par les préjugés. Après une importante vision du ciel (Actes 10 :1-11 :19), Pierre et les apôtres avaient clairement compris que Dieu avait accueilli tous les païens dans Son royaume, et cela, sans réserve. Plus tard, au chapitre 15, une déclaration publique a été faite au concile de Jérusalem énonça clairement les lois que les païens devaient observer et celles qui n’étaient pas nécessaires, et cela à la suite « une vive discussion. » Nous pouvons voir alors que l’Église nouvellement née était imparfaite au stade de son enfance alors qu’elle apprenait à marcher dans les sentiers peu connus de la nouvelle alliance.

Au cœur du feu divin

Le livre des Actes se concentre sur le centre du feu, le centre de l’action divine. Quand les pompiers essaient de déterminer la cause d’un feu, ils recherchent le point le plus chaud. Dans Actes, le feu commença au mont Sion, dans la chambre haute avec les 120, spécialement avec Pierre et les onze apôtres. Pierre et les onze furent au centre du feu dans les chapitres 1-12. Puis le feu s’étendit à Paul et à l’église d’Antioche dans les chapitres 13-28. Nombreux furent ceux qui s’ajoutèrent au centre de ce que Dieu était en train de faire, tandis que d’autres restèrent en arrière.

Quand Barnabas fut heurté et se sépara de Paul, il s’écarta totalement du récit des Actes. Il s’était écarté du centre de la manifestation divine pour travailler à la périphérie de la vigne de Dieu. Silas rejoignit le centre du feu, Timothée et Luc firent de même. Nous devrions veiller très attentivement sur notre cœur pour demeurer au milieu la manifestation divine. Nous subirons tous l’épreuve des offenses. Serons-nous aussi de ceux qui s’offusquent et qui partent ? Rappelez-vous ceci : il se trouve toujours une pierre d’achoppement et un rocher de scandale dans Sion. Sion est l’endroit le plus chaud (Ésaïe 4 :4 selon la Version Martin ; 33 :14). C’est le lieu du feu saint qui dévore, la demeure de la présence de Dieu (Psaume 132 :13-14). Qui peut subsister dans des flammes éternelles ?

Les deux principaux leaders

Dans les chapitres 1-12, Pierre se trouva au premier plan d’une nouvelle manifestation de Dieu. Il prêcha principalement aux Juifs (la circoncision). Dans les chapitres 13-28, Paul émergea en tant que leader principal. Il apporta l’Évangile aux païens (l’incirconcision). Il est intéressant de noter que les deux leaders de la nouvelle manifestation de Dieu avaient connu des échecs importants dans leur vie passée. Ceci devrait nous réconforter.

Paul avait autrefois persécuté l’Église. Durant ce temps-là, il se considérait « irrépréhensible » respectant la loi cérémonielle (Philippiens 3 :6). Il n’avait jamais violé un sabbat ni manqué une fête. Pourtant, son cœur était plein de dureté et de controverse. Paul s’appuyait sur sa propre justice, mais avait complètement échoué. Pierre aussi s’était confié dans la chair. Il s’était vanté : « Même si tous les autres t’abandonnent, moi je ne t’abandonnerai jamais. » En fait, Dieu protège de la tentation uniquement les hommes et les femmes qui dépendent de Lui. L’orgueil, des déclarations téméraires éloignent Sa protection. Pierre demeura sans protection à cause de ses affirmations orgueilleuses et il devint une cible de choix pour l’ennemi. Quelle fut la conséquence de son orgueil? La crainte le remplit et il finit par jurer et prononcer des imprécations en reniant le Seigneur. Pourtant, Dieu fit grâce à ces deux hommes et les sauva de leurs échecs. Tous deux devinrent les principaux leaders du réveil.

Les deux bases principales de la mission

Jérusalem était le quartier général principal de l’Église juive. Jacques le frère du Seigneur était le président ancien de l’Église de Jérusalem. En tant que jeune homme, Jacques lui-même avait éprouvé des doutes dans sa foi et il était partagé (Jean 7 :5, Jacques 1 :6-8). Il ne croyait pas que son frère aîné fût le Messie jusqu’après la résurrection. Jésus apparut à Jacques personnellement afin de le convertir (1 Corinthiens 15 :7).

Antioche en Syrie était le quartier général de l’Église des païens. Il existait quinze Antioche dans le monde de l’époque. C’est à Antioche en Syrie que les croyants furent appelés pour la première fois « chrétiens » (11 :26). Avant cela, ils étaient qualifiés de « disciples. » Antioche devint le quartier général de Paul. Ce fut depuis Antioche que Paul entreprit tous ses voyages missionnaires et il y revenait toujours.

Résumé du livre des Actes des Apôtres :

• Le livre des Actes relate les débuts de l’Église (la naissance et l’enfance de l’Église).

• Jésus commença à construire Son Église en préparant les pierres de fondation durant Son ministère.

• Les pierres de fondation furent les douze apôtres, Christ Lui-même étant la Pierre angulaire.

• Les apôtres nous donnèrent les Écritures du Nouveau Testament sur lesquelles nous basons notre vie et notre foi.

• Dieu enlève d’abord les pierres de fondation indignes comme Judas, avant de construire Son Église.

• Le Seigneur ne permettrait pas que des traîtres aient part à la nouvelle manifestation. Il en va de même aujourd’hui.

• Le livre des Actes constitue le récit d’une fraîche et nouvelle manifestation de Dieu, différente de tout ce qui avait eu lieu dans le passé.

• Chaque nouvelle manifestation céleste est imprévisible, et stupéfie la raison... comme ce fut le cas le jour de la Pentecôte.

• Nombreux furent les individus qui ne se laissèrent pas emporter par la nouvelle manifestation à cause de leur amour pour les traditions.

• Le livre des Actes fut un moment de transition entre l’ancienne alliance à la nouvelle. Cela demande de multiples ajustements.

• Ils étaient nombreux les Israélites à détester le nouveau message et à éprouver du ressentiment en voyant Dieu bénir ceux qui le recevaient.

• La jalousie est la malédiction qui infecte ceux qui méprisent Dieu et refusent de L’écouter.

• Les plus grands adversaires de toute nouvelle manifestation souvent sont ceux qui sont au cœur d’une ancienne manifestation.

• Les douze apôtres abritaient encore préjugés et sectarisme dans leur cœur.

• L’évangélisation auprès des païens fut entravée à cause de leurs préjugés.

• La vision de Pierre (Actes 10 :1-11 :19) persuada les Juifs que Dieu avait accepté les païens.

• De fréquentes controverses agitaient les Juifs à propos des standards que les païens devaient observer.

• L’Église avait besoin de clarification dans sa phase initiale alors qu’elle commençait à cheminer dans la nouvelle alliance.

• Il lui fallut plusieurs années après la Pentecôte pour qu’elle comprenne convenablement les vrais principes de la foi.

• Le livre des Actes porte toute leur attention sur le centre du feu. Les apôtres étaient dans le centre : l’endroit chaud.

• Certaines personnes restent au centre du feu et d’autres (comme Barnabas) s’en éloignent.

• D’autres furent amenées au centre du feu comme Silas, Timothée et Luc.

• Sion est le centre d’un feu dévorant. Il existe de nombreuses pierres d’achoppement à Sion.

• Si nous sommes près ou au centre du feu de Dieu, les autres auront recours à toutes sortes d’excuses pour nous offenser et nous faire taire.

• Dans les chapitres 1-12, Pierre fut le leader principal de la nouvelle manifestation divine auprès des Juifs.

• Dans les chapitres 13-28, Paul fut le leader principal de la nouvelle manifestation d’en haut auprès des païens.

• Jérusalem était la principale base missionnaire pour l’Église juive.

• Antioche était la principale base missionnaire pour l’Église des païens.

• Le livre des Actes est un livre de pluie : l’effusion de l’Esprit.

• Dans Actes, nous voyons à la pluie de la première saison : une pluie légère qui ameublit la terre et lui permet de recevoir les semences. (L’Église fut ensemencée et germa au premier siècle).

• Les derniers jours verront la pluie de l’arrière-saison : une pluie lourde qui amènera l’Église de Dieu à maturité.

• Les miracles que nous voyons dans Actes connaîtront une puissante intensification de nos jours.

•Les ministères apostoliques, prophétiques et d’enseignement seront très importants, comme dans les Actes 13 :1-2.

• Le jugement va commencer par la maison de Dieu, comme ce fut le cas pour Ananias et Saphira.

• Les gens seront transportés comme ce fut le cas pour Philippe. Ils seront pris à bras-le-corps d’un endroit à un autre.

• La plus grande opposition à la nouvelle manifestation viendra de la part de croyants qui citent la Bible, mais qui n’auront pas avancé avec Dieu. La jalousie constituera le problème majeur, comme ce fut le cas au premier siècle.

Luc—L’auteur des Actes

Luc était un compagnon de voyage de l’apôtre Paul. Paul se réfère à lui comme étant « le médecin bien-aimé », ce qui souligne la douceur de son caractère (Colossiens 4 :14). Ce fut un ami loyal jusqu’à la fin (cf. 2 Timothée 4 :11). Luc était très doué pour la recherche. C’était un historien capable et fidèle possédant une brillante élocution qu’aucun auteur du Nouveau Testament ne pouvait égaler. En plus de ses connaissances médicales, il s’intéressait aux navires et avait l’expérience de la mer. C’est ce qui ressort très nettement de ses récits dans Actes. Dans Actes 16 :10, il rejoignit Paul dans ses voyages missionnaires et garda un contact étroit avec lui jusqu’à la mort de l’apôtre Paul. Il ne cite jamais son nom dans les récits des Actes, mais s’inclut lui-même discrètement, disant « nous » (16 :10-17, 20 :5, 21 :18, 27 :1 – 28 :16), ce qui prouve son humilité.

Les Actes—Une prolongation de l’évangile de Luc

Les deux pièces maîtresses littéraires de Luc (l’évangile de Luc / le livre des Actes) pourraient être considérées comme le volume un et le volume deux d’une même œuvre. Le livre des Actes continue là où s’arrête son évangile. (Comparez Luc 24 :47-53 / Actes 1 :1-14.) Le livre des Actes fut probablement écrit peu après son évangile. (L’évangile peut-être en l’an 62 et Actes en 63 après J.C.) Les deux livres s’adressèrent à un homme grec, noble, de haut rang, nommé Théophile et à son entourage. Luc lui donne pour titre : « Très excellent Théophile » (Luc 1 :3, Actes 1 :1). Ainsi Luc fut écrit pour une société grecque cultivée. Sa présentation de l’évangile convenait aux penseurs éduqués et à ceux qui appréciaient un beau langage aux détails sophistiqués. Le livre des Actes semble suivre un ordre chronologique du début à la fin.

Date

Le livre des Actes s’ouvre sur la résurrection et l’ascension de Christ (avril / mai 30 après J.C). La résurrection eut lieu en avril, l’ascension à la fin mai et le jour de la Pentecôte dix jours plus tard, au début du mois de juin. Le chapitre final se conclut sur la libération de prison de Paul, à Rome, au début de l’année 63 après J.C. Paul avait vécu dans une maison d’arrêt deux années entières (61-63). Il comparut devant l’empereur Néron au début de l’an 63 après J.C. et fut acquitté. Le livre des Actes couvre un total de 33 ans : (depuis la résurrection en avril 30 après J.C., à la libération de Paul au début du printemps de l’an 63 après J.C.).

Le médecin bien-aimé n’aurait évidemment pas pu écrire totalement le livre des Actes avant le printemps 63 après J.C. Puisque l’évangile de Luc et les Actes furent rédigés à la suite et probablement proches l’un de l’autre, nos dates semblent sûres. (L’évangile de Luc en 62, et les Actes fin 63.) Tandis que Paul était en prison, son fidèle compagnon eu probablement le temps de rassembler son matériau et d’achever l’évangile, ayant toutes les ressources nécessaires à son récit des Actes en voie de réalisation.

Sources des écrits de Luc

Pendant de nombreuses années, Luc eut un contact étroit avec Paul et de nombreux leaders chrétiens tels que Philippe, Timothée, Silas, Marc, Barnabas, Jacques le frère du Seigneur, les douze apôtres et de nombreux personnages parmi les cinq cents frères qui avaient été témoins de la résurrection de Christ (1 Corinthiens 15 :6). Le fait d’avoir été à Jérusalem (Actes 21 :17), à Césarée et dans d’autres lieux où Christ et Ses apôtres prêchaient, permit à Luc d’avoir de merveilleuses occasions d’obtenir une connaissance de première main concernant notre Seigneur, Ses enseignements, Ses miracles et les débuts de l’Église.

 Chapitre Un

LES DIX JOURS

Le premier livre—L’évangile de Luc

1 :1-3 : « Théophile, j’ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a commencé de faire et d’enseigner dès le commencement jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir donné ses ordres, par le Saint-Esprit aux apôtres qu’il avait choisis. Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. »

« Le premier livre » fait référence à l’évangile de Luc. Un court moment plus tôt, Luc avait écrit un rapport détaillé à Théophile à propos de « tout ce que Jésus a commencé de faire et d’enseigner dès le commencement jusqu’au jour où il fut enlevé. » Les Actes poursuivent le récit là où s’arrête l’évangile de Luc. Luc 24 :49-53 conclut sur l’ascension de Christ de retour au ciel après une recommandation solennelle de « rester à Jérusalem jusqu’à ce qu’ils soient revêtus de la puissance d’en haut. »

De nombreuses preuves infaillibles—De nombreuses apparitions après Sa résurrection

« Il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves. » Christ fit de nombreuses apparitions après Sa résurrection. Dans l’une d’elles, Il apparut à plus de cinq cents frères à la fois (1 Corinthiens 15 :6.) L’Écriture sainte fait état de dix apparitions ou plus :

À Marie Madeleine (Jean 20 :14-18, Marc 16 :9-11).

Aux autres femmes (Matthieu 28 :8-10).

À Pierre (Luc 24 :34, 1Corinthiens 15 :5).

Aux disciples d’Emmaüs (Luc 24 :13-33, Marc 16 :12-13).

Aux apôtres, Thomas absent (Marc 16 :14, Luc 24 :34-43, Jean 20 :19-25).

Aux apôtres, Thomas présent (Jean 20 :26-31).

À sept disciples près du lac de Tibériade (Jean 21 :1-23). Là, Pierre reçoit à nouveau sa mission.

À plus de cinq cents frères et aux apôtres (1 Corinthiens 15 :6).

À Jacques, le frère du Seigneur (1 Corinthiens 15 :7). Après cela, Jacques ne douta plus.

Aux disciples pour leur ouvrir les Écritures (Luc 24 :44-49).

Pour Sa dernière apparition et Son ascension (Actes 1 :9-12, Marc 16 :19-20, Luc 24 :50-53).

« Se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. » Le Christ ressuscité se montra Lui-même en vie pendant quarante jours. Durant ces quarante jours, Christ ouvrit les Écritures à Ses apôtres (Luc 24 :44-45) et leur expliqua Ses plans pour l’Église. Il édifiait déjà Son Église, mais Il fixait Son regard sur les pierres de fondement : les apôtres.

La promesse du Père—Le baptême dans le Saint-Esprit

1 :4 : « Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il. » Quelle était « cette promesse du Père » que les disciples avaient reçu l’ordre d’attendre à Jérusalem ? C’était et c’est le baptême dans le Saint-Esprit, une expérience qu’ils vécurent dix jours plus tard, le jour de la Pentecôte.         Il s’agit d’une chose totalement différente de la nouvelle naissance. Les disciples avaient déjà reçu la nouvelle naissance de Christ quand Il « souffla » sur eux, plusieurs semaines auparavant (Jean 20 :22). Le baptême dans le Saint-Esprit est différent. C’est une autre expérience absolument essentielle pour notre croissance spirituelle et notre perfectionnement. Elle fait part intégrante de notre rédemption. Considérez ce qui suit.

Le baptême dans le Saint-Esprit :

• apporte une plus grande force à notre homme intérieur pour nous aider à tenir dans la pression.

• donne plus de pouvoir pour vaincre les péchés, les habitudes et d’autres liens.

• aide à vaincre la pitié de soi et les complexes de persécution grâce à la joie et à la force.

• aiguise notre vision quant à l’action de Dieu aujourd’hui.

• nous rend plus sensibles aux choses spirituelles et au royaume spirituel.

• ouvre notre compréhension des Écritures.

• nous aide à prier plus efficacement.

• nous donne une plus grande force pour résister à Satan.

• fait grandir le fruit de l’Esprit dans notre vie.

• nous accorde les neuf dons de l’Esprit.

• apporte de nombreuses autres bénédictions.

Dans l’Ancien Testament, les hommes comme Élie et Jean-Baptiste s’écroulèrent sous l’effet de la pression parce qu’ils n’avaient pas de force dans l’homme intérieur. D’autres comme David et Samson furent incapables de contrôler leurs passions du fait de cette force intérieure leur manquait. Aujourd’hui, cette puissance qui nous confère une force intérieure est à notre disposition. De nombreuses personnes ne sont pas en mesure de briser le pouvoir de l’alcool ou des drogues sans être baptisées dans le Saint-Esprit. Il est très rare que des individus aient une vision de la fin des temps sans être baptisées dans le Saint-Esprit. Pour de nombreuses personnes, leur vision se limite à la constatation que le monde ira de mal en pis jusqu’à l’enlèvement. En fait, rejeter le baptême dans le Saint-Esprit est une tragédie parce que cela retarde notre croissance spirituelle dans chaque domaine. Comme il est tragique d’ignorer ou de rejeter un moyen que Dieu nous a donné de remporter des victoires !

Le Saint-Esprit fut promis :

• par le Père au Fils : « Je répandrai mon Esprit sur ta race… » (Ésaïe 44 :3).

• par Joël : « ... je répandrai mon Esprit sur toute chair... » (Joël 2 :28, Actes 2 :16-17).

• par Ésaïe : « …c’est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare... mais ils n’ont point voulu écouter » (Ésaïe 28 :11-12).

• par Jean-Baptiste : « …il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu » (Matthieu 3 :11).

• par Christ, à maintes reprises : « …je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur …» (Jean 14 :16).

• « …car il demeure en vous, et il sera en vous » (Jean 14 :17).

• « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis... » (Luc 24 :49) (Jean 14 :26, 15 :26, 16 :7, 16 :12-15).

•  « … dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit…» (Actes 1 :4, 5, 8).

• quand finalement la promesse se réalisa le jour de Pentecôte : ils parlèrent tous en langues.

1 :5 : « Car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. » Christ ne leur dit pas exactement combien de jours ils devraient attendre, mais seulement que ce serait « dans peu de jours ». Il s’agissait d’un test. Si cette recommandation d’attendre à Jérusalem s’adressa aux 500 frères (1 Corinthiens 15 :6), alors seuls 120 d’entre eux obéirent parfaitement. Ils furent uniquement un quart à attendre la venue de l’Esprit. La promesse se réalisa dix jours plus tard, le jour de Pentecôte. Dix jours sont sont synonymes d’une période de test (cf. Daniel 1 :12, Apocalypse 2 :10, Jérémie 42 :7). Tous furent éprouvés. Ceux qui attendirent jusqu’à la fin reçurent un baptême plus puissant. Dieu met aussi notre cœur à l’épreuve aujourd’hui. Préparons-nous notre cœur en vue d’une nouvelle effusion ? Pour beaucoup, nous sommes maintenant dans cette période de dix jours d’attente.

Dix jours

Comment pouvons-nous être sûrs que les disciples attendirent dix jours ? Cela n’est jamais dit de manière explicite. La seule façon de déterminer le nombre de jours est de considérer les fêtes. Regardons le tableau ci-dessous :

Quand, Seigneur ?

1 :6 : « Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? » Tout Israël chérissait le désir de la restauration d’un royaume physique. Même dans l’esprit des disciples, la restauration d’Israël n’avait pas encore eu lieu. Le Seigneur ne repoussa pas les disciples à cause de leur demande. Il leur dit seul le Père connaissait le temps de la restauration d’Israël. (Elle se produira pendant le millénium, à la seconde venue de Christ.)

1 :7 : « Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. » Dieu ne voulait pas leur faire savoir quand cet événement aurait lieu. La question du « quand » est un problème pour un grand nombre de chrétiens. Les dates et les détails sont des informations que Dieu ne veut pas divulguer. Il est tellement humain de vouloir connaître tout à l’avance. Pourtant, dans Sa grande sagesse, Dieu ne nous indique pas de dates futures. La foi ne pourrait pas se développer si nous connaissions le résultat de toute chose. Connaître la date précise de la venue de Christ pourrait totalement perturber et paralyser notre vie. Comment auraient réagit les disciples si Christ leur avait dit que la restauration d’Israël interviendrait deux mille ans plus tard ? Leurs pensées se portaient sur un retour d’Israël dans le rang des grandes puissances mondiales. Au lieu de cela, Christ pensait à un royaume intérieur, à un royaume spirituel—verset 8 : « Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins... »

1 :8 : « Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Cette promesse de puissance fut donnée à des hommes et à des femmes pieux. Certains baptêmes actuels sont très superficiels et manifestent peu de puissance. Si un vase est à quatre-vingt-dix pour cent rempli de fouillis, seulement dix pour cent de sa capacité peuvent recevoir une communication de Dieu. Il attend parfois que les personnes se débarrassent elles-mêmes de tout ce qui est charnel avant de pouvoir les remplir. Ensuite, elles peuvent recevoir davantage.

« …Et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Le réveil commencerait à Jérusalem. Il allait s’étendre à toute la Judée, puis à la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. Le verset 8 nous aide à « disséquer » le livre.

• Chapitres 1-7 – Jérusalem / Judée (le centre, la base).

• Chapitres 8-10 – Samarie (la Samarie proche abritait un mélange de piété et de paganisme).

• Chapitres 11-28 – Aux extrémités de la terre (les païens qui n’avaient aucune connaissance de Dieu).

1 :9 : « Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. » Après avoir pris congé d’eux, Christ remonta au ciel depuis le mont des Oliviers (cf. 1 :12). Ceci est un fait important car non seulement Christ monta au ciel à partir de ce mont, mais encore Il reviendra en ce lieu (cf. Zacharie 14 :4). C’est ce que confirment dans les versets 10,11. Il descendra sur le mont des Oliviers de la même manière dont Il monta au ciel.

1 :10-11 : « Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’Il s’en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. »

Deux hommes vêtus de blanc apparurent aux disciples tandis que Christ était élevé au ciel. À partir de la description de leurs vêtements, nous pouvons facilement conclure qu’il s’agissait de messagers du ciel. Il est permis de penser à Moïse et à Élie, les deux compagnons qui s’étaient entretenus avec Lui sur la montagne de la Transfiguration. Puisque ce sont « …les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Zacharie 4 :14, Apocalypse 11 :4), il paraît crédible que ceux-ci devraient l’escorter en de telles occasions. Ce furent peut-être les mêmes messagers qui apparurent au tombeau vide de Christ (cf. Luc 24 :4-7).

« Hommes Galiléens ». Les disciples de Christ ne venaient pas de Judée, mais de Galilée (cf. 2 :7). Ils se trouvaient à 130 kilomètres de leur terre natale. La Galilée se situait au nord, la Judée au sud. (Voir carte, page 12.) Dieu laissa de côté de nombreuses personnes nées ou ayant grandi en Judée, probablement parce qu’elles étaient trop enracinées dans leurs traditions. Christ avait un nouveau message et un nouvel ordre à proclamer. Il voulait seulement choisir des hommes souples pour Le représenter. C’est la raison pour laquelle Il choisit des Galiléens connus pour être innovateurs. Les Galiléens avaient une grande ouverture d’esprit, qualité toujours nécessaire pour à une nouvelle manifestation de Dieu. Il est malheureux de constater que Dieu doive renoncer à employer tellement de personnes aujourd’hui parce qu’elles veulent demeurer dans leurs traditions. Soyons des outres neuves.

1 :12 : « Alors ils retournèrent à Jérusalem, de la montagne appelée des oliviers, qui est près de Jérusalem, à la distance d’un chemin de sabbat. » Christ fut enlevé au ciel depuis le mont des Oliviers, juste en face de Béthanie (Luc 24 :50). Après l’ascension, les disciples retournèrent à Jérusalem qui se trouvait à la distance d’un chemin de sabbat. Un chemin de sabbat, selon la tradition juive, représentait environ un kilomètre.

1 :13-14 : « Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d’ordinaire ; c’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus. »

Après que Christ fut monté au ciel, les disciples partirent du mont des Oliviers, remplis d’une grande joie (Luc 24 :51-52) et ils parcoururent une courte distance vers Jérusalem. Là, les onze apôtres entrèrent dans la chambre haute. On pense que la chambre haute se trouvait sur la montagne de Sion, la maison même où Christ servit la sainte Cène. Durant des heures de prière précises (neuf heures du matin, douze heures, quinze heures), les apôtres et les disciples adoraient dans le temple (Luc 24 :53, Actes 3 :1).

À ce moment-là, les onze apôtres firent de la chambre haute leur résidence. Marie, la mère de Jésus, Ses frères et certaines femmes dévotes se joignirent aussi à eux dans la prière. Des femmes pieuses mentionnées dans la chambre haute furent des figures très importantes dans l’établissement de l’Église primitive. Les frères du Seigneur incluaient certainement Ses frères, Jacques et Jude.

Pierre se lève à nouveau

1 :15 : « En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères…et il dit... » Dès le début, Pierre avait toujours été le porte-parole naturel des douze apôtres. Puis, Pierre avait souffert d’un sérieux retour en arrière. Il avait renié le Seigneur en maudissant et en jurant. Ce fut un échec amer pour lui mais Christ avait prié pour que sa foi ne défaille pas (Luc 22 :32). Pierre avait besoin de se convertir. Les vérités qu’il avait apprises, tandis qu’il était avec Christ, devaient devenir plus qu’une simple connaissance intellectuelle et une information. D’ordinaire, elles doivent être sources de grandes souffrances pour se transformer en un message personnel. Après que Christ l’eut restauré publiquement en présence de ses frères (Jean 21 :14-17), Pierre prit courage et commença à sortir de la honte de sa faute. Quand Christ lui dit trois fois : « Pais mes brebis » Il l’assurait à nouveau que l’appel de Dieu s’accomplirait sûrement dans sa vie. Voilà pourquoi, sept semaines seulement après son échec, Pierre se leva au milieu de ses frères, dans la chambre haute et prodigua direction prophétique et conseil aux 120.

Judas remplacé

Pratiquement la moitié du chapitre 1 traite du remplacement de Judas (1 :15-26). Avant une nouvelle manifestation de l’Esprit, Dieu doit éliminer des groupes qu’Il emploiera dans le réveil des traîtres comme Judas. Dieu essaie de nous communiquer quelque chose dans l’introduction du livre des Actes. Durant les dix jours passés dans la chambre haute, tous furent mis à l’épreuve avant une nouvelle effusion du Saint-Esprit. Il fallait un tri. Environ 500 frères surent que le Saint-Esprit promis allait descendre du ciel ; pourtant l’Écriture rapporte que seules 120 personnes étaient présentes et attendaient ardemment Sa venue.

Dieu ne se contente pas de séparer les médiocres des diligents, Il sépare les traîtres des individus loyaux avant de pouvoir agir. Il ne pouvait jamais régner d’unité aussi longtemps que Judas était dans le groupe. Judas était source de nombreux problèmes parmi les frères. Quand les disciples s’indignèrent contre Marie de Béthanie qui avait répandu un nard de grand prix sur Jésus, ce fut Judas qui contamina les autres. (Voir Marc 14 :4-5, Jean 12 :3-6.) Il se plaignit disant que le parfum aurait pu être vendu plus de trois cents deniers et qu’ils auraient pu donner l’argent aux pauvres. Alors les autres se mirent aussi à murmurer contre cette femme bien intentionnée. Judas était comme une cellule cancéreuse qui se diffuse dans le corps tout entier. Christ ne prêcha pas sur l’unité et ne donna pas le commandement de s’aimer les uns les autres avant que Judas n’eût quitté le groupe. Plus tard, Judas trahit non seulement le Seigneur mais aussi ses onze frères (Jean 18 :1-8).

La trahison de Judas prédite dans les Écritures

1 :15-17 : « En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères, le nombre des personnes réunies étant d’environ cent vingt. Et il dit : Hommes frères, il fallait que s’accomplît ce que le Saint-Esprit, dans l’Écriture, a annoncé d’avance, par la bouche de David, au sujet de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont saisi Jésus. Il était compté parmi nous, et il avait part au même ministère. »

De nombreux versets des psaumes de David prédisent la vie de Judas. Au cours du dernier souper, Jésus mentionna le Psaume 41 :10 : « …celui qui mange avec moi le pain a levé son talon contre moi. » (Jean 13 :18). Bien qu’il s’agisse aussi d’une référence à Achitophel, un proche confident de David, ce verset prédit l’acte de traîtrise dont fit preuve Judas à l’encontre du Sauveur. David était un type sérieux de Christ. Ses expériences furent pour beaucoup identiques à celles de Christ. Le Psaume 69 :26 s’applique, par le Saint-Esprit à Judas : « Que leur [sa] demeure

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Les actes des apôtres

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs