Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Cathy Merlin - 9. Délivrances

Cathy Merlin - 9. Délivrances

Lire l'aperçu

Cathy Merlin - 9. Délivrances

Longueur:
102 pages
1 heure
Sortie:
Feb 21, 2020
Format:
Livre

Description

Délivrances


Après une lutte sans merci, le roi des ogres est vaincu et son allié infernal neutralisé. Mais le prix à payer est élevé car de nombreux elfes ont été blessés pendant la lutte. Alors Charles fait tout son possible pour limiter les pertes.


En Islande, Cathy se délivre de l'incertitude. Désormais elle sait que son destin est irrémédiablement changé après sa rencontre avec l'autorité suprême des Shamanelfes. Elle retourne petit à petit à la réalité avec l'aide de son amie Caroline. Cette nouvelle direction dans sa vie l'angoisse et lui donne le vertige. Aura-t-elle la force de continuer ? Comment pourra-t-elle faire, sans le soutien de son amie qui doit la quitter ? Quelque chose de fondamental lui manque pour son équilibre intérieur : une énergie.


À des centaines de kilomètres, Brady quant à lui réussit à s'extirper d'une emprise malsaine qui l'accablait. Il prend une décision radicale qui le pousse au-delà de ses limites. Pourra-t-il aller jusqu'au bout de son projet et enfin vivre sa liberté ?


Cathy décide de se libérer de ses peurs en les affrontant. Elle s'ouvre à la vie et à l'amour et part pour le pays de ses origines avec ceux qui comptent dans son existence. Et tout semble enfin clair pour elle.
Vraiment ?


Cathy Merlin: une série jeunesse magique et écologique!


Pollution, dérèglement climatique: les défis actuels de notre monde sont nombreux. Comment expliquer aux plus jeunes des notions complexes? Comment sensibiliser nos enfants à ces problèmes et renouer le lien avec la Nature?  Il faut à la fois utiliser les mécanismes des contes et légendes ainsi que les dures réalités dont souffre notre planète. C'est ce que se propose cette collection positive de petits romans adaptés aux jeunes adolescents qui ont les pieds sur terre mais qui savent rêver!


"Cathy Merlin" est une série jeunesse pleine d'aventures magiques et constructives. Chaque livre combine magie et réalisme et slalome habilement entre sortilèges et propriétés médicinales des plantes. Avec humour et sagesse, Cristina Rebière prend beaucoup de plaisir à nous faire voyager à travers le monde dans des endroits qui existent vraiment et qu'elle a visités. Alors préparez-vous à découvrir une série originale et atypique qui enchantera les lecteurs et lectrices de tout âge!

Sortie:
Feb 21, 2020
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Courte biographie:Cristina Rebière est auteure de nombreux guides et livres. Elle a dirigé une maison d'édition, un parc d'aventures et mené à bien de nombreuses missions dans la fonction publique européenne. Elle est aussi spécialisée dans la formation continue.Ses origines:Après la Révolution roumaine, Cristina interrompt de brillantes études pour entrer à l'université en France où elle suit tout le cursus en faculté de droit et obtient une Maîtrise en Administration Économique et Sociale. D'abord chargée de communication dans un Institut Français en Allemagne, elle devient statisticienne à Bruxelles pour un bureau d'assistance de la Commission Européenne. De retour à Bucarest elle est successivement contrôleuse de gestion, directrice de maison d'édition, experte européenne puis professeure de français. En Roumanie elle fonde avec son mari une entreprise de team building puis le premier parc d'aventures jamais créé dans ce pays - construit de leurs mains - qui attirera des milliers de personnes, écoles et entreprises dans la pratique du sport et d'activités de cohésion en pleine nature. Avec son équipe, elle conçoit et construit des parcours d'escalade dans les arbres pour d'autres clients.Au rectorat de l'Académie de la Martinique, Cristina prend en charge la coordination de la Cellule Académique des Fonds Européens et de Coopération où elle accompagne les porteurs de projet dans le montage des dossiers, assure la formation en ingénierie de projet, gère un réseau de plus d'une soixantaine d'enseignants référents à l'ouverture internationale. Elle assure la gestion opérationnelle de plusieurs projets de coopération. Elle assure l'actualisation du site internet de la Délégation Académique aux Relations Internationales et à la Coopération.La pédagogie de Cristina Rebière est basée sur le pragmatisme et l'efficacité.Domaines de compétence:management de projet, voyage, marketing social de contenu, team building, formation initiale et continue, expertise en fonds européens, budgétisation, planification, productivité et stratégie, coaching, ingénierie financière, webmestre, statistiques, procédures, web intégration, conception graphique, communication, conception et construction de parcs d'aventure


Lié à Cathy Merlin - 9. Délivrances

Titres dans cette série (17)

Aperçu du livre

Cathy Merlin - 9. Délivrances - Cristina Rebiere

Auteurs

Chapitre 1

La fin d’un roi

Charles regarda effaré l’intérieur de la pièce sécurisée dont il venait tout juste d’ouvrir la porte blindée. Une grande flaque de sang couvrait presque la moitié de la surface de la pièce. Il aperçut Greg qui gisait au sol, inanimé. Greendel et Aengus tenaient fermement le récipient qui avait emprisonné Aeshma.

En une fraction de seconde, Charles se jeta sur son ami Canadelfe afin de vérifier s’il était toujours vivant. Il l’appela, mais Greg ne donnait aucun signe de vie. En approchant l’oreille du visage inanimé, l’agent français crut déceler une respiration très faible. Il commença tout de suite les procédures de réanimation qu’il avait apprises à appliquer en cas d’arrêt cardiaque. En plaçant ses mains l’une sur l’autre au milieu de la poitrine de la victime, il effectua trente compressions thoraciques. Il essaya de contrôler sa force en tenant compte de la différence entre sa taille et celle de l’elfe. Il transpirait suite à l’effort et à la vive émotion qui l’habitait. Mais Charles devait rester mobilisé : ses mouvements étaient précis et mesurés. Ensuite, il bascula la tête de Greg vers l'arrière en soulevant son menton et en lui pinçant les narines. Il lui fit deux insufflations en lui injectant lentement l’air dont il avait tant besoin. Il se redressa légèrement afin de vérifier que la poitrine de son ami s'abaissait correctement à l'expiration. La sueur perlait abondamment de son front mais il se força à demeurer concentré. Il répéta plusieurs fois en alternant les compressions du thorax avec le bouche-à-bouche. Après quatre séries de manœuvres, la respiration de Greg sembla se régulariser. Il s’accorda un moment de répit et souffla de soulagement.

—  Comment va-t-il ? demanda Greendel ne sachant si elle devait intervenir.

—   Il semble que sa respiration soit rétablie, mais il n’a pas encore repris conscience, répondit Charles.

— C’est bien ! Peux-tu venir chercher dans ma poche de droite un remède qui pourrait accélérer son réveil ? Nous n’en avons pas encore fini avec ces deux-là, précisa-t-elle sans oser bouger.

Charles se leva et s’approcha de Greendel.

— Il y a un petit flacon avec des minuscules grains verts. Prends-en deux et glisse-les sous sa langue en lui tenant la tête légèrement soulevée.

En fouillant dans la poche indiquée, Charles trouva vite ce qu’il cherchait et revint rapidement vers le corps de Greg. Le blessé continuait à respirer paisiblement, même si son visage était blanc comme un linge, contrastant fortement avec ses cheveux rouges devenus foncés. Charles réalisa qu’il n’avait pas identifié la source du sang noirâtre qui jonchait le sol. Il ouvrit la bouche de Greg et glissa deux grains verts sous sa langue tout en soutenant sa tête inclinée avec l’autre bras. Il se mit ensuite à chercher les blessures potentielles en inspectant le corps systématiquement. Aucune lacération visible. Il souleva les vêtements de l’elfe mais sans réussir à trouver la source de tout ce sang. Pour en avoir le cœur net, il dut déchirer les tissus afin d’obtenir un meilleur aperçu de l’intégralité du corps qu’il hésitait à bouger pour le moment. En étant entièrement absorbé par sa recherche, il n’était conscient de rien d’autre qui se passait dans la pièce.

— Tu ne vas quand même pas me mettre à poil ? demanda faiblement une petite voix.

Comme arraché à un cauchemar, Charles s’arrêta net. Il regarda le Canadelfe qui avait ouvert les yeux et le sourire narquois qui s’esquissait le visage de l’elfe le rassura immédiatement :

— Oh, tu es de retour parmi nous, quel soulagement ! Si tu as encore la force de faire de l’humour, c’est que tu n’es pas si mal en point. Tu as mal quelque part ? Je n’arrive pas à trouver d’où tout ce sang coule… Tu n’aurais pas une piste à me donner ?

— Je me sens comme sonné mais je n’ai pas mal à un endroit en particulier. Juste une énorme fatigue… murmura Greg. Mais j’en vois un autre qui semble avoir un problème, ajouta-t-il en regardant Aengus qui semblait à bout de forces.

— Peux-tu finir le travail... ? demanda le farfadet d’une voix presque inaudible en s’écroulant avant même d’avoir fini d’articuler sa question.

Greendel le regarda, mais n’eut pas le temps de répondre car elle attrapa avec encore plus de détermination le récipient qu’Aengus venait de lâcher. Le farfadet était en train de s’écrouler, les yeux révulsés.

— Je m’en charge ! annonça Charles qui bondit pour éviter au corps de l’elfe de se fracasser contre le coffre métallique qui enfermait Vandorf.

Il allongea doucement le farfadet évanoui en vérifiant que ses signes vitaux étaient toujours présents.

— Il respire et son pouls est assez accéléré, annonça-t-il en regardant Greendel d’un œil inquiet sans savoir comment interpréter ces résultats. Il a l’air inconscient pourtant !

— Je crois qu’il a été blessé pendant le combat. Trouve ses blessures et commence par la tête, indiqua-t-elle pendant qu’elle se mit à faire les dernières incantations qui devaient sceller le démon de la rage dans sa prison insolite.

— J’espère que j’aurai plus de succès qu’avec Greg car je n’ai rien pu trouver sur lui ! Greg, tu es toujours avec nous ? demanda-t-il afin de s’assurer qu’il était toujours réveillé.

— Oui, ne t’inquiètes pas, je crois que j’ai trouvé ma plaie. Je ne peux pas encore m’en occuper mais je peux attendre, répondit-il faiblement.

Charles souleva la tête d’Aengus et y trouva une entaille qui avait dangereusement enflé et présentait un aspect préoccupant.

— Il a une blessure derrière la tête mais elle ne semble plus saigner. Par contre, elle a l’air moche et bien gonflée. Tu n’aurais pas quelque chose dans ta trousse de voyage ? blagua Charles en faisant de grands signes avec les bras pour appeler les humains qui devaient toujours les regarder.

Il fut étonné de ne recevoir aucune réponse de Greendel, mais il remarqua qu’elle était complètement absorbée par sa tâche. Elle avait fermé les yeux et semblait en transe.

— Tu rigoles, mais tu ne sais si bien dire ! Elle a toujours ses remèdes avec elle. Dans la poche de son manteau, indiqua Greg qui avait repris des couleurs et s’était péniblement adossé au mur.

— Toujours la droite ? demanda Charles.

— Oui, comment tu sais ? s’étonna le Canadelfe.

— C’est de là que j’ai pris les grains verts qui t’ont réveillé. Je ne sais même pas ce que c’est, mais ils ont fait leur job !

— Ah, les fameuses digipines, j’imagine. C’est une de ses inventions à base de digitale, de bourgeons de pin et encore quelques ingrédients que je ne me rappelle plus. Elle m’en donne de temps en temps pour mes problèmes de cœur.

— C’est ça, sa trousse ? demanda Charles en montrant à Greg une sorte de besace en peau de bête couleur crème avec des taches noires.

— Oui, c’est bien ça ! Ouvre-la et cherche la pochette orange.

Charles délia les lacets qui semblaient fermer la trousse, mais sans pouvoir arriver à accéder à l’intérieur. Il retourna la besace sous tous les angles, mais sans succès :

— Comment on ouvre ce truc ? capitula-t-il. Je ne vois aucune ouverture !

— Ah oui, je voulais vérifier si tu étais capable de la trouver, le défia Greg en souriant. Mais je te l’accorde, ce n’est pas évident. Greendel ne tient pas à ce que tout le monde fouille dans ses affaires. Tape doucement quatre fois dessus et prononce en même temps "A oscailt ! deux fois. Cela veut dire Ouvre-toi" en gaélique, lui précisa-t-il en lui faisant un clin d’œil.

— Eh bien, je ne risquais pas de trouver tout seul ! répondit Charles en suivant les indications de son ami... Voilà, c’est bon ! dit-il

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Cathy Merlin - 9. Délivrances

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs