Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Mary Travers: Madame Bolduc

Mary Travers: Madame Bolduc

Lire l'aperçu

Mary Travers: Madame Bolduc

Longueur:
90 pages
34 minutes
Sortie:
14 mars 2018
ISBN:
9782924769232
Format:
Livre

Description

Mary Travers, Madame Bolduc, est née le 4 juin 1894 dans le petit village de pêcheurs de Newport, en Gaspésie. Elle démontre très vite un goût prononcé pour la musique. À treize ans, elle part pour Montréal, engagée comme domestique. Grâce à ses talents de musicienne, elle rencontrera Édouard Bolduc qui deviendra son mari et le père de ses quatre enfants.
La récession causée par la Grande Dépression de 1929, mais surtout l’accident de son époux, obligent Mary à endosser le rôle de soutien de famille. La musique devient ainsi son gagne-pain. Excellant dans l’art de la turlute et de la chanson, Mary compose et enregistre des disques à un rythme effréné en s’inspirant
des actualités.
Première auteure-compositrice-interprète québécoise du début du XXe siècle, Madame Bolduc demeure une figure féminine emblématique de son époque. Encore aujourd’hui, pas moins de cent de ses chansons survivent et font la joie des amateurs de musique folklorique.
Sortie:
14 mars 2018
ISBN:
9782924769232
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Josée Ouimet a passé son enfance à Saint-Pie-de-Bagot avant d’élire domicile à Saint-Hyacinthe. Un Baccalauréat en enseignement spécialisé en littérature en poche, elle se tourne d’abord vers l’enseignement qu’elle pratique 12 ans avant de s’envoler vers la Californie où elle s’inscrit à des classes de maîtrise en linguistique. Depuis 1995, Josée Ouimet a publié plus de quarante romans, tant pour les adultes, les adolescents et les premiers lecteurs. Férue d’histoire, elle demeure active dans le milieu littéraire et les bibliothèques. Chez Isatis, on lui doit Jean Talon, Intendant en Nouvelle-France et Mary Travers, Madame Bolduc, biographies publiées dans la collection Bonjour l’Histoire.


Aperçu du livre

Mary Travers - Josée Ouimet

  Chapitre 1 

L’AVENTURE

Gramophone.

Un dimanche matin de 1907, sur le quai de la gare de Newport, toute la famille Travers était rassemblée pour saluer Mary, la fille aînée, quittant sa Gaspésie natale pour aller travailler comme domestique à Montréal.

— Le travail ne me fait pas peur, vous le savez, déclara la jeune fille de treize ans à ses parents inquiets.

— Je sais, mais Montréal, c’est si loin ! répliqua sa mère, Adéline, en essuyant une larme au coin de ses yeux.

— Je vous écrirai toutes les semaines. C’est promis… ajouta Mary dans un sourire tremblotant.

Elle se tourna vers son Daddy et quêta sa bénédiction.

Lawrence Travers sourit tristement à cette jeune fille robuste et courageuse qui l’avait épaulé quand il avait dû troquer son habit de pêcheur de morue contre celui de bûcheron lorsque les deux compagnies, la Charles Robin & Co. et la Boutillier Brothers, avaient fermé leurs magasins. Malgré l’argent gagné par Mary et son père dans les camps durant l’hiver, les Travers arrivaient difficilement à subvenir aux besoins grandissants de la famille. Mary avait donc accepté un emploi chez le docteur Lesage pour les aider un peu. L’année s’annonçait encore difficile, mais Lawrence se disait que les temps de disette ne dureraient pas longtemps.

Du moins l’espérait-il…

— Je vais revenir dès que je le pourrai ! avait lancé la jeune Gaspésienne avant de grimper les marches du wagon de la compagnie Atlantic Quebec Western Railway.

Pourtant, Mary savait qu’il se passerait beaucoup de temps avant qu’elle ait assez d’argent pour se payer un billet de retour.

Lorsque la lourde locomotive se mit en branle, elle vit disparaître les uns après les autres les paysages tendres de son enfance.

— Je ne verrai plus la mer, soupira-t-elle, désolée.

Elle jeta un coup d’œil au violon à ses pieds et sa mélancolie s’envola. La musique serait toujours son refuge et son réconfort. Le roulis monotone des trois trains, qui effectuèrent le transfert des passagers à la gare Bonaventure de Montréal, la berça jusqu’à destination. Optimiste, Mary replaça son chapeau, sortit du wagon et se dirigea vers sa demi-sœur Mary-Ann qui venait d’apparaître dans la

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Mary Travers

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs