Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Théâtre Pour Les Jeunes
Théâtre Pour Les Jeunes
Théâtre Pour Les Jeunes
Livre électronique93 pages1 heure

Théâtre Pour Les Jeunes

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

L'auteur vous offre ici quelques petites pièces de théâtre destinées aux enfants et aux adolescents en espérant qu'elles sauront plaire à la fois aux lecteurs et au public en leur apportant quelques instants de bonheur et de joie. Il se tient à la disposition d'éventuels metteurs en scène qui seraient intéressés par ces scénettes.

LangueFrançais
Date de sortie13 mars 2020
ISBN9791091164825
Théâtre Pour Les Jeunes
Lire l'aperçu
Auteur

Michel Miaille

Né le 15 janvier 1951 à Orange (Vaucluse, France)Poète, auteur de sketches, de textes de chansons et de pièces de théatre, membre de la Sacem.A obtenu plusieurs prix dans différents concours, a participé à des anthologies de poésie, a publié des poèmes dans plusieurs revues et sur plusieurs sites internetEcrit également en langue provençale de la poésie et du théatre.Membre d'un jury de poésie dans le cadre de journées du livre.A une passion spéciale pour la poésie du Moyen Âge notamment la ballade dont il a lui-même écrit plusieurs recueils

En savoir plus sur Michel Miaille

Lié à Théâtre Pour Les Jeunes

Catégories liées

Avis sur Théâtre Pour Les Jeunes

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Théâtre Pour Les Jeunes - Michel Miaille

    cover.jpg

    Théâtre pour les jeunes

    Par

    Michel Miaille

    Published by Michel Miaille at

    Smashwords

    Copyright 2020 Michel Miaille

    PRÉFACE

    Chanter la vie avec les chansons mais aussi avec les mots de la scène, ceux du théâtre, voilà un bien joli programme, d’autant plus joli quand ces mots sont dans la bouche de l’enfance et de la jeunesse. C’est aussi quelque part un pied de nez à tous ces écrans factices et à toutes ces nouvelles technologies qui viennent s’implanter, chaque jour, dans nos existences en se croyant indispensables.

    C’est ainsi que j’ai tenté, au travers de quelques petites pièces amusantes destinées aux plus jeunes, de faire vivre des enfants et des adolescents, dans des situations  où l’humour et la dérision tentent d’apporter un peu de rire dans un monde qui semble en manquer de plus en plus.

    Puissent ces quelques scénettes sans prétention amuser les spectateurs, petits et grands et leur donner, peut-être quelques instants de bonheur  Que les jeunes acteurs puissent aussi y trouver du plaisir et l’envie d’avoir envie de remonter plus tard sur ces planches qui donnent aussi souvent le trac.

    Alors, lorsque tout le monde se réconcilie, pendant quelques instants, petits et grands, dans une même communion, celle de la joie partagée et quand retentissent les applaudissements, alors acteurs et auteur peuvent se dire, pendant quelques minutes: il fait beau ce soir sur la scène et dans la salle.

                                                                                             Michel Miaille

    ADSL

    ou

    Allons découvrir le surf

    (Pièce en un acte)

    PERSONNAGES :

    THÉRÈSE : Patronne du cybercafé,

    MARIUS :  Jeune homme, on dirait qu’il sort de sa cambrousse,

    ALDO :  Jeune homme, un peu macho, aime bien draguer les filles du pays,

    RICHARDE : Jeune fille, un peu guindée, on voit qu’elle vient du beau monde,

    PROSPER : Jeune homme, a un gros faible pour les jeux,

    LISA :  Jeune fille, un peu fofolle, aime faire des blagues et draguer les garçons,

    JADE :  Jeune fille, c’est un peu la même que sa copine Lisa,

    MÉLANIE : Jeune fille, c’est un peu la grosse coquine de l’équipe.

    Nous sommes dans un cybercafé où les jeunes ont l’habitude de se retrouver entre eux, de se faire des blagues et de surfer sur internet. Pour le moment dans ce café, il n’y a que Thérèse qui est la patronne.

    THÉRÈSE : Tiens ! c’est l’heure ! C’est juste cinq heures. Leurs cours doivent se terminer, ils vont pas tarder d’arriver. Parce qu’il faut vous dire à tous que les jeunes aiment bien venir passer un moment chez moi. Il faut les comprendre. Tout le jour les professeurs, trimbaler le cartable et patin et coufin, alors ça leur plaît beaucoup de venir passer une heure à discuter entre eux ou à surfer sur internet. Enfin, tout ça pour vous dire qu’on va les voir arriver les uns après les  autres. Qui sera le premier, aujourd’hui ? Tiens ! il me semble que je vois Marius. Il faut dire que celui-là il se reconnaît de loin, avec ses allures de gros paysan qui est jamais sorti de son trou. À ce moment, entre Marius. En effet il semble sorti tout droit de sa montagne. Ouh Marius, comment tu vas aujourd’hui ? En disant ça, ils s’embrassent.  Ça me fait plaisir de te voir !

    MARIUS : Eh bonjour, Thérèse. Je suis bien content d’être là. Parce qu’aujourd’hui, il faut te dire, j’avais un cours de français… et ça moi j’aime pas trop ça. De plus avec cette gueuse de professeur qui s’appelle mademoiselle Ramagnole qu’elle endormirait tout un régiment. Alors quand on a supporté ça une partie de la journée… Tiens ! je t’en dis pas plus !…

    THÉRÈSE : Oh ! pauvre malheureux que tu es ! Allez, vas, c’est rien ! Installes-toi devant ton ordinateur ! Ça te changera les idées, mon beau.

    MARIUS : Comme tu dis, Thérèse. Un moment sur internet, ça me fera du bien. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir chercher aujourd’hui.

    THÉRÈSE Ironique dans son coin : Avant qu’il ait fait démarrer sa machine, il y en a pour un moment. Je crois pas que c’est demain qu’il obtiendra son Brevet informatique du second degré.  Puis tournée vers Marius : Tu as qu’à chercher fortune ! Cherches bien. Sur internet, y’ a un grand paquet de casinos virtuels et il paraît qu’on peut y gagner des milliers, qu’est-ce que je dis des milliers, des millions d’euros ou de dollars ! Et je suis sure que tu as ta chance, Marius !

    MARIUS qui est un peu naïf : Ah oui, Thérèse ! Tu crois que ça serait possible une chose pareille! Un million de dollars ? Rien que pour moi ?

    THÉRÈSE : Un, mais non, idiot ! deux, trois, quatre, cinq, qu’est-ce que je dis, moi ! Cent, mille, dix millions de dollars.

    Gros couillon que tu es, qu’ils sont là à t’attendre… les dollars… les dollars américains, ça va de soi !

    MARIUS : O Seigneur, est-ce que ça serait possible quelque chose de pareil !

    THÉRÈSE : Quand je te le dis ! Dépêches-toi de chercher ! Oh mais qui je vois, quelle belle surprise ! A ce moment un jeune homme vient d’entrer. C’est Aldo. C’est notre dragueur national.

    Notre « play-boy » de village. Notre petit coq. Pour tout vous dire, c’est notre Aldo. Comment tu vas, Aldo. Mais tu as pas amené ton troupeau de poulettes aujourd’hui ?

    ALDO : Bonjour Thérèse. Comment tu vas ? Fataliste. Eh non ! je suis seul aujourd’hui! Ah ! mais je vois qui en a qui sont déjà là ! Comment vas-tu Marius ? Y’a longtemps que tu es arrivé ?

    MARIUS : Bonjour, Aldo. Moi je suis là depuis… disons, un petit quart d’heure. J’ai déjà commencé à surfer sur internet…

    THÉRÈSE ironique qui agite sa main : Je sais pas ce qu’il cherche, mais il a l’air passionné. Sa souris arrête pas de courir sur la table et ses doigts sur son clavier s’arrêtent pas une minute. D’un côté, de l’autre. Qu’il va finir par déchirer tout le tapis. D’un air malin. Peut-être qu’il cherche fortune, allez savoir !

    ALDO moqueur lui aussi : Eh bien ! alors, c’est qu’il a du faire des progrès depuis la dernière fois ! Qu’il savait à peine mettre l’ordinateur en marche.

    MARIUS : C’est ça, c’est ça ! Fiches-toi de moi ! Mais peut-être que je t’en ferai voir dans rien de temps. Et

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1