Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La technique du ThetaHealing: Introduction à une extraordinaire technique de guérison par l’énergie

La technique du ThetaHealing: Introduction à une extraordinaire technique de guérison par l’énergie

Lire l'aperçu

La technique du ThetaHealing: Introduction à une extraordinaire technique de guérison par l’énergie

évaluations:
1/5 (1 évaluation)
Longueur:
575 pages
7 heures
Éditeur:
Sortie:
23 janv. 2015
ISBN:
9782897523671
Format:
Livre

Description

Découvrez l’une des techniques de guérison énergétique les plus puissantes au monde! En 1995, Vianna Stibal, mère de trois jeunes enfants, a reçu le diagnostic d’un cancer qui détruisait rapidement son fémur droit. Tout ce qu’elle avait essayé en se servant de la médecine conventionnelle et alternative avait échoué, jusqu’à ce qu’elle utilise une simple technique qu’elle employait dans son travail comme lectrice intuitive. Étonnée de s’être elle-même guérie instantanément, Vianna a commencé à utiliser cette approche pendant des séances avec ses patients et elle a été témoin de guérisons miraculeuses, les unes après les autres. Ce qui est encore plus excitant, c’est qu’en travaillant avec des milliers de clients, Vianna a découvert qu’il était possible d’enseigner cette technique à d’autres personnes. Maintenant, vous pouvez aussi apprendre comment placer votre cerveau dans un état Thêta (quatre à sept cycles par secondes) et comment vous connecter à l’énergie créatrice qui se déplace à travers toute chose.
Éditeur:
Sortie:
23 janv. 2015
ISBN:
9782897523671
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à La technique du ThetaHealing

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

La technique du ThetaHealing - Vianna Stibal

Préface

Dans ce livre, je révélerai l’une des plus puissantes techniques de guérison par l’énergie qui ait été présentée par écrit : le ThetaHealingMD. Le ThetaHealing est un processus qui utilise la méditation et qui procure une guérison physique, psychologique et spirituelle à travers le Créateur, au moyen d’une prière concentrée. Le Créateur nous a librement transmis les connaissances fascinantes que vous vous apprêtez à recevoir. Elles ont transformé ma vie et la vie de plusieurs autres.

Une seule exigence est absolument requise pour l’utilisation de cette technique : vous devez croire au Créateur de Tout Ce Qui Est. Je prends conscience que le Créateur porte plusieurs noms différents, et que Dieu, Bouddha, Shiva, la Déesse, Jésus, Yahvé et Allah sont tous des courants menant à un cours plus important vers le Septième plan de l’existence et vers l’Énergie créatrice de Tout Ce Qui Est. Le ThetaHealing n’a pas d’affiliation religieuse. Pas plus qu’il ne se préoccupe de l’âge, du sexe, de la race, de la couleur, de la croyance ou de la religion. Tous ceux qui possèdent une croyance pure en Dieu ou en une Force créatrice peuvent accéder aux branches de l’arbre du ThetaHealing et s’en servir.

Ce livre est une fusion des travaux précédents de Go Up and Seek God, Go Up and Work with God et The DNA 2 Advanced Manual complétés par une information développée depuis la rédaction de ces ouvrages.

Même si je suis en train de partager ces informations avec vous, je n’accepte aucune responsabilité pour les changements qui peuvent survenir de son usage. C’est votre responsabilité, une responsabilité que vous assumez lorsque vous prenez conscience que vous avez le pouvoir de changer votre vie de même que les vies d’autres personnes, avec leur permission.

Veuillez noter que les remèdes, approches et techniques décrits dans ce livre n’ont pas pour objectif de compléter ou de remplacer les soins ou les traitements professionnels médicaux. Vous ne devriez pas traiter un problème médical sérieux sans consulter au préalable un professionnel de la santé qualifié.

Remerciements

Un merci spécial à Sky A’Hearn pour son dévouement à la dactylographie de tout ce qui s’est fait dans les cours de ThetaHealing au fil des années.

1

Le ThetaHealingMD : la formation

Le chemin parcouru à partir de la conception de la Technique Orian, en 1994, jusqu’à ce qui est devenu le ThetaHealingMD à présent a constitué un véritable voyage. Ce voyage a été partagé avec les merveilleux praticiens et formateurs du ThetaHealing qui soutiennent cette œuvre. Arrosée par l’intérêt de gens d’un peu partout dans le monde, le ThetaHealing continue à se développer comme un bel arbre au printemps.

* * *

Je m’appelle Vianna. Je suis la fondatrice de ce qui est devenu le ThetaHealing. Je suis née avec des habiletés intuitives naturelles — même si à l’origine, je n’avais pas planifié de me servir de ces habiletés pour la guérison. À cause de problèmes de santé personnels, j’ai commencé à étudier le taoïsme, la nutrition et les plantes médicinales. Ces centres d’intérêt ont fini par me conduire sur la voie de Nature’s Path, qui est le nom de mon entreprise.

À l’origine, cette trajectoire a débuté en 1990, alors que j’ai divorcé de l’homme avec lequel j’étais mariée depuis 10 ans, et j’avais alors trois jeunes enfants à élever. J’avais entendu dire que le gouvernement devait embaucher un certain nombre de femmes pour le Département de l’énergie. Ce département disposait d’installations relativement proches de l’endroit où j’habitais à Idaho Falls, en Idaho. Mon plan consistait à travailler à ce qu’on appelait le « Site » en sécurité nucléaire, tout en poursuivant mes véritables intérêts pour l’art. Je savais que le trajet d’autobus vers le travail serait long, mais je croyais que le salaire et les indemnités récompenseraient cet effort.

En 1991, j’ai commencé la formation d’une année pour le poste d’agente de sécurité dans le nucléaire. La compétition était féroce et j’ai dû acquérir des compétences qui repoussaient mes limites. Après avoir complété ma formation, j’ai occupé un emploi dans une usine de fabrication voisine, pendant que j’attendais l’habilitation à travailler à la sécurité pour le gouvernement.

Durant ce temps, je n’ai jamais oublié mes autres centres d’intérêt. Pendant les pauses, je dessinais des croquis des autres employés et je leur faisais de courtes lectures intuitives. Ce travail s’effectuait par quarts et je travaillais souvent de minuit jusqu’au matin. J’étais mère monoparentale, et j’ai bientôt pris conscience que ce travail d’agente de sécurité dans une usine n’offrait pas l’avenir que je souhaitais pour ma famille. Je savais qu’il fallait que quelque chose change.

Des problèmes de santé m’ont fourni la motivation nécessaire pour me concentrer sur l’étude de la naturopathie. Une fois que j’ai terminé le cours en naturopathie en mars 1994, j’ai démarré une entreprise offrant des massages à plein temps, du counseling en nutrition et une pratique de naturopathie.

J’ai pris conscience que j’étais en train de suivre la voie de ma destinée quand les portes ont commencé à s’ouvrir. J’ai rencontré un médium qui a suggéré que je fasse des lectures pour générer des revenus. Comme par magie, j’ai trouvé un bureau où je pouvais travailler, et à partir de la toute première journée, j’ai toujours eu la visite de clients. Dans la première semaine, j’ai rencontré celui qui allait devenir mon meilleur ami et j’ai établi une clientèle. Durant ces lectures, j’ai découvert que si j’écoutais, la voix du Créateur me donnait des instructions. J’ai commencé à devenir très compétente dans mes lectures et on m’a demandé de donner des cours sur la technique que j’utilisais. C’étaient mes débuts comme intuitive médicale. À partir de ce moment, mes expériences métaphysiques se sont multipliées de façon exponentielle, m’orientant progressi­vement vers celle que j’allais devenir.

Pendant ce temps, j’avais développé un grave problème à la jambe droite. Elle gonflait de façon intermittente et avait fini par devenir le double de sa taille normale. À cause de l’inflammation et de la douleur sévère, j’ai décidé qu’il serait sage d’aller chercher de l’aide dans la médecine conventionnelle. En août 1995, on m’a diagnostiqué un cancer des os. On m’a dit que j’avais une tumeur dans le fémur droit. Chaque test que j’ai passé pendant cette période a confirmé le diagnostic. Le spécialiste des os m’a dit qu’il n’avait vu que deux autres cas comme le mien. Il m’a aussi informée qu’il croyait que l’amputation serait le meilleur choix. Ceci, a-t-il expliqué, me donnerait un peu plus de temps à vivre.

J’ai eu le sentiment de me retrouver enfermée dans le noir, et mon épreuve n’était pas près de s’achever. Mon médecin m’a envoyée à l’University of Utah pour une biopsie. On m’a dit que la procédure exigeait qu’on ouvre ma jambe pour permettre au médecin d’accéder à l’intérieur afin de prendre un échantillon d’os en grattant l’intérieur de mon fémur. Pour cette biopsie, je n’avais d’autre choix que de voyager pendant quatre heures, dans des douleurs atroces. Blake, mon époux à l’époque, m’a conduite à cet hôpital où j’ai été admise. Il était nécessaire que je demeure éveillée durant la procédure, forcée d’entendre les bruits du marteau et de la perceuse. On m’a conseillé de demeurer à l’hôpital pour la nuit, mais Blake a dit au personnel de l’hôpital que nous devions partir parce que nous n’avions pas d’assurance. J’étais trop faible pour discuter avec lui. Donc, alors que je souffrais de douleurs insoutenables et avant le long trajet de retour à la maison, j’ai dû endurer d’être bousculée dans la voiture et j’ai été obligée de passer la nuit dans la maison du frère de Blake.

En quittant l’hôpital, les médecins m’ont dit que si je mar-chais sur ma jambe, elle se briserait. Si cela se produisait, je n’aurais d’autre choix que de la faire amputer pour empêcher la propagation du cancer. On m’a aussi informée que de toute façon, il ne me restait que quelques mois à vivre.

Cette épreuve m’a forcée à utiliser des béquilles pendant six semaines. La douleur à cause de la tumeur était toujours insupportable. Ma vie semblait s’effondrer. Je boitillais clopin-clopant sur les béquilles, vivant avec une douleur constante et le doute quant à savoir combien de temps il me restait effectivement à vivre. Pourtant, j’ai continué à avancer et à voir des clients, non pas parce que j’étais très courageuse ou que j’avais beaucoup d’endurance, mais plutôt à cause de mes obligations financières et parce que mes jeunes enfants avaient besoin de moi. Même si Blake et moi étions de nouveaux mariés, notre relation n’avait rien d’un vrai partenariat et cela ne faisait qu’ajouter au fardeau de ma santé déclinante. Je ne pouvais pourtant pas abandonner la lutte et mourir en laissant mes enfants seuls. La seule pensée de les voir envoyés à des parents, ou même à leur père (qui était paraplégique et malade) était insupportable. Ces pensées m’ont donné la volonté de vivre.

Même si j’étais très malade, mes habiletés intuitives sont devenues encore plus justes, de même que ma connexion au Créateur. Toute ma vie, j’avais cru que j’étais vouée à un objectif supérieur à cause d’une promesse que j’avais faite à l’âge de 17 ans. Maintenant, j’étais incertaine de pouvoir la tenir.

Dans la confusion et la tristesse, j’ai lancé un cri au Créateur. « Pourquoi moi ? Pourquoi est-ce que je suis en train de perdre ma jambe ? Dieu, est-ce que je vais mourir ? Il me reste tellement à faire ! »

Au milieu de cet appel, j’ai entendu une voix, aussi forte et claire que si celui qui parlait était debout à côté de moi dans la pièce : « Vianna, tu es ici avec ou sans jambe, alors trouve une solution. »

J’ai été étonnée de la réponse, mais même si je l’ignorais à l’époque, c’était exactement ce dont j’avais besoin. À cet instant, je suis devenue encore plus déterminée à trouver un moyen de guérir mon corps.

Des guérisseurs de la région où j’habitais ont entendu parler de ma détresse et des gens sont venus, apparemment de partout, pour m’aider. Certains étaient de merveilleux guérisseurs, qui, j’en suis certaine, m’ont aidée à traverser l’obscurité. Les prières qu’on a faites en mon nom m’ont gardée en vie. Je remercie encore Dieu de m’avoir envoyé Alice et Barbara qui m’ont aidée à éloigner la douleur.

J’étais à l’époque devenue un spectacle pitoyable, boitillant dans mon bureau, me penchant sur ma table de massage et luttant douloureusement pour passer à travers les lectures que je devais faire. Pour ajouter à mes problèmes, j’avais développé une infection avec un staphylocoque dans ma jambe. J’ai décidé que c’était assez ! J’allais me traiter moi-même.

Tout d’abord, permettez-moi de vous dire que je n’ai jamais été contre la médecine conventionnelle. Je crois que nous devrions respecter les opinions de professionnels de la santé qualifiés et formés et, dans la plupart des cas, il est probable qu’ils ont raison. Malgré tout, je sentais que dans mon cas isolé, les médecins s’étaient trompés dans leur diagnostic de cancer des os.

J’ai fait confiance à mon intuition et à l’information que je recevais du Créateur et j’ai commencé à utiliser mes connaissances en naturopathie. Je me suis rendu compte qu’il était vital pour moi de mettre l’accent sur un nettoyage agressif de mon corps. J’ai commencé une série de nettoyages au citron de même que des nettoyages par le sauna. J’ai passé une grande partie de mon temps au sauna — quatre heures par jour pendant plus de deux semaines et demie. J’ai pris des vitamines et des minéraux et j’ai prié constamment. À travers tout cela, je continuais toujours à croire que le diagnostic médical que m’avaient posé les médecins était erroné, mais malgré tout ce que je faisais pour m’aider, je demeurais très malade.

Mon résultat de biopsie a fini par arriver et le résultat était négatif dans le cas du cancer des os, ce qui a désorienté les médecins, étant donné que chaque test qui avait été réalisé plus tôt avait indiqué une tumeur. Mais la biopsie avait révélé des cellules mortes de même que des cellules osseuses normales. Les résultats du test ont été envoyés à la clinique Mayo, où on a déterminé que j’avais un cancer lymphatique qui avait tué les cellules dans mon fémur. Je savais que c’était la vérité et j’ai cru que c’était dû à un empoisonnement au mercure. Comment ? Je le savais parce que j’étais allée plus loin et que j’avais posé la question à Dieu (ou au Créateur). J’avais reçu le message que j’avais été empoisonnée au mercure.

J’ai commencé à chercher des réponses pour savoir comment éliminer le mercure de mon organisme. J’ai continué les nettoyages, me fiant toujours à l’information que je recevais du Créateur. Entre-temps, ma jambe avait physiquement rétréci, et les médecins m’ont dit que dans l’éventualité où je survivrais, j’aurais besoin de phy­siothérapie pour me permettre de recommencer à marcher correctement.

Je croyais au plus profond de mon être que Dieu pouvait me guérir instantanément, et malgré tout ce qui se passait, je continuais à faire confiance à mon intuition. D’une certaine manière, je sentais que je savais déjà comment me guérir. C’était simplement que quelque chose me manquait. J’avais employé la médecine conventionnelle, la nutrition, des nettoyages, des huiles, des vitamines, des affirmations et des visualisations, et j’étais toujours malade. Chaque fois que je demandais au Créateur, je me faisais dire que je connaissais déjà la réponse et que je n’avais qu’à me souvenir de comment faire appel à Dieu.

La réponse à mes prières m’est venue alors que je me trouvais dans les montagnes. J’avais organisé une rencontre avec quelques amis où nous campions et partagions un souper à la bonne franquette. Chaque personne présente avait apporté un plat pour la rencontre. Ma tante de l’Oregon s’est montrée sans qu’on l’attende, et elle avait de grandes douleurs à l’estomac. Elle est allée s’allonger sous une tente et je suis allée la trouver pour l’aider. Elle savait que j’étais naturopathe, mais je n’avais apporté aucune herbe. La douleur intense qu’elle ressentait me faisait penser qu’il s’agissait de son appendice. J’ai commencé à effectuer un balayage de son corps comme je l’avais fait avec d’autres des centaines de fois auparavant. Je suis sortie du sommet de ma tête, à travers mon chakra couronne, comme lorsque je réalisais une lecture, et quand je me suis retrouvée dans l’espace de ma tante, j’ai demandé au Créateur quel était son problème, et on m’a indiqué qu’il s’agissait du giardia. Je lui ai dit de sortir et j’ai été témoin du soulagement apporté par le Créateur lorsqu’il a enlevé la douleur de son estomac. En quelques secondes, la douleur avait disparu. Ma tante a pu se lever et s’est sentie beaucoup mieux. Cet incident m’a donné de quoi réfléchir et m’a encouragée à répéter ce que j’avais fait.

Le jour suivant, un homme s’est présenté à mon bureau avec un grave mal de dos. Réfléchissant à ce qui s’était passé avec ma tante, j’ai réalisé la même procédure sur lui. Instantanément, la douleur dans son dos a aussi disparu.

Cette nuit-là, j’ai réfléchi aux événements des jours précédents. J’ai décidé qu’il était temps de réaliser la même chose sur moi.

Le jour suivant, je boitillais vers mon bureau, excitée à la perspective de réaliser la même procédure sur ma jambe. Je me suis dit : « Ce ne peut être aussi facile ! »

Je me suis arrêtée juste devant la porte de mon bureau et je suis sortie de mon espace à partir de mon chakra couronne et j’ai prié le Créateur. Puis, j’ai commandé une guérison sur moi, et cela a fonctionné ! Ma jambe droite, qui avait rétréci de plus de sept centi­mètres par rapport à ma jambe gauche, est revenue instantanément à sa taille normale. La douleur avait disparu et ma jambe était guérie !

J’étais si incroyablement excitée par ma guérison que, toute la journée, je testais la force dans ma jambe nouvellement guérie de façon compulsive, curieuse de voir si la douleur reviendrait.

Aujourd’hui, mon fémur demeure sain, tous les résultats de tests sont normaux et je suis libérée du cancer du système lym­phatique. Pour exprimer ma reconnaissance, j’ai fait un vœu au Créateur, celui de transmettre cette technique à tous ceux qui voudraient l’apprendre. Ce fut le début du ThetaHealing que nous connaissons et aimons aujourd’hui.

Fait intéressant, j’ai conservé les radiographies de ma jambe. Il y a quelques années, je les ai apportées à un spécialiste des os pour une seconde opinion, et il a décrété que le propriétaire de la jambe devait certainement être mort !

La personne suivante sur laquelle j’ai utilisé la technique a été une petite fille. Une femme nommée Audrey Miller avait une arrière-petite-fille qui avait des problèmes de santé. Elle m’a emmené l’enfant pour que je la guérisse. Elle ne savait rien de la guérison instantanée de ma jambe.

Je lui ai demandé : « Pourquoi me l’avez-vous emmenée ? »

Audrey m’a regardée de ses yeux mélancoliques et m’a répondu : « Dieu m’a dit de vous l’emmener. »

Je me souviens de la façon dont elle s’est avancée vers moi et a déposé l’enfant dans mes bras. Les bras de l’enfant étaient minuscules ; elle n’avait pris aucun poids au cours des deux années précédentes. Elle était née avec les jambes qui sortaient de leurs cavités articulaires et elle souffrait d’un souffle au cœur. Elle avait aussi ce que je ne peux qu’appeler « une mauvaise attitude ».

Je savais que j’avais été guérie ; donc, croyant que ce serait suffisant, j’ai dit à Audrey qu’il faudrait six jours pour guérir l’enfant. Cette nouvelle technique m’excitait beaucoup, mais j’étais aussi très anxieuse. Je me souviens d’avoir plaidé au Créateur : « Oh, cher Seigneur, aide-moi s’il te plaît à guérir cette enfant. S’il te plaît, Dieu, s’il te plaît, guéris cette enfant. » Puis, j’ai continué à utiliser la procédure qu’on m’avait enseignée.

Chaque jour, pendant six jours, la fille d’Audrey a roulé pendant deux heures pour m’emmener l’enfant sur laquelle je travaillais pendant une demi-heure. Je l’ai placée sous des lampes de couleur et j’ai utilisé cette nouvelle technique de guérison.

La petite fille se servait de béquilles pour marcher ; c’était le type de béquilles qu’on attache aux bras. Le troisième jour, elle s’est levée et m’a dit qu’elle pouvait marcher et qu’elle allait marcher vers sa grand-mère sans ses béquilles. Je lui ai répondu : « Oh non, ma chérie, tu ne peux pas encore le faire. Tu n’es pas assez forte. » Mais de façon têtue, elle m’a répondu qu’elle allait le faire. Elle s’est levée et a marché environ un mètre jusqu’à sa grand-mère. C’était la première fois qu’elle marchait d’elle-même. J’étais totalement stupéfaite !

Après cela, j’ai constaté que son dos s’était redressé et qu’elle expulsait plusieurs vers solitaires. Son souffle au cœur avait maintenant disparu et, à l’aide de la physiothérapie, elle a commencé à apprendre à marcher correctement. Maintenant qu’elle en avait la force, elle pouvait enseigner à son corps à marcher sans aide. La partie la plus stupéfiante de cette guérison, c’est qu’elle a gagné un kilo en seulement trois jours et en six jours, elle avait pris deux kilos.

Quelque chose fonctionnait ! Excitée, j’ai commencé à employer la technique sur tout le monde. J’ai traité toutes sortes de maladies et d’infirmités différentes et j’ai commencé à travailler avec des gens qui souffraient de maladies en phase terminale. Grâce au bouche à oreille, des gens de tous les horizons de la vie me trouvaient. J’ai découvert que les guérisons réussissaient très bien avec mes clients actuels, et bientôt, de par le monde, de nouveaux clients sont venus me voir. Plusieurs d’entre eux ont guéri instantanément, alors que d’autres ont dû suivre quelques séances pour y arriver, et d’autres n’ont tout simplement pas guéri.

Après avoir utilisé la procédure avec des degrés variables de réussite, j’en suis venue à une conclusion sur la raison pour laquelle cette technique fonctionnait si bien. J’ai fini par croire que nous effectuions ces guérisons dans un état d’esprit « thêta ». J’avais quelques connaissances sur cet état thêta, car Blake, qui était devenu mon ex-mari, était hypnotiseur. Il possédait plusieurs ouvrages sur le subconscient et j’avais eu l’occasion de lire ces livres. Ma théorie était que nous nous mettons dans l’état thêta pour réaliser ces guérisons. Si ma théorie était juste, alors j’avais fait une percée dans la guérison et je disposais d’une explication de la guérison par la foi qui pouvait être mesurée scientifiquement.

2

La création de cours

Je savais que le ThetaHealing n’était pas une nouvelle théorie de guérison. En fait, de nombreux hypnotiseurs avaient travaillé avec des gens qui se trouvaient dans un état thêta. En dirigeant le client et le praticien de la santé vers cet état, ils avaient obtenu d’étonnants résultats. J’étais aussi convaincue que si vous sollicitez Dieu pendant que vous êtes dans cet état, vous pouvez vous brancher, comme s’il s’agissait d’une prise de courant électrique, et vraiment guérir une personne instantanément. J’obtenais déjà d’extrêmement bons résultats, mais je savais que je pourrais perfectionner mon approche en comprenant mieux ce que j’étais en train de réaliser. J’ai donc commencé à explorer.

Le cerveau humain dispose de cinq ondes cérébrales différentes : alpha, bêta, gamma, delta et thêta. Elles fluctuent constamment ; le cerveau produit systématiquement des vagues de toutes ces fréquences. Tout ce que vous faites et tout ce que vous dites est régulé par la fréquence de vos ondes cérébrales.

Un état thêta est un état de relaxation très profond, c’est l’état utilisé pendant l’hypnose. En thêta, les ondes cérébrales sont ralenties à une fréquence de quatre à sept cycles par seconde. Les sages méditent pendant des heures pour atteindre cet état, car lorsqu’ils y arrivent, ils sont en mesure d’atteindre un calme absolu. On peut considérer que les ondes cérébrales thêta appartiennent au subconscient ; elles gouvernent la partie de notre esprit qui est superposée entre le conscient et l’inconscient. Elles conservent les souvenirs et les sensations. Elles règlent aussi nos attitudes, nos croyances et notre comportement. Elles sont toujours créatives et inspirantes et sont caractérisées par des sensations très spirituelles. Nous croyons que cet état nous permet d’agir en dessous du niveau de l’esprit conscient.

L’état thêta est très puissant. On peut le comparer à l’état de transe qu’atteignent les enfants lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo et qu’ils oublient totalement ce qui se passe autour d’eux. Un autre exemple de l’usage de cet état est celui des prêtres tibétains. En hiver, ces prêtres déposent des serviettes mouillées sur leurs épaules. En quelques minutes, les serviettes sont complètement sèches. Dans l’Antiquité, les Kahunas d’Hawaï accédaient à l’état thêta en marchant sur de la lave chaude.

J’ai commencé à enseigner cette technique dans les cours que je donnais localement. Durant mon premier cours, un élève s’est levé et m’a dit qu’il était absolument impossible de « maintenir » un état thêta. Il m’a expliqué qu’il avait travaillé depuis de nombreuses années avec le biofeedback et qu’à moins qu’une personne ne soit plongée dans un état profond de sommeil hypnotique, elle ne pouvait tout simplement pas demeurer dans l’état thêta. Il prétendait que les autres ondes cérébrales causeraient de l’interférence. Il a dit qu’il s’agissait d’une théorie extraordinaire, mais que son application était impossible. Sa réponse m’a amusée et je me suis sentie plus déterminée que jamais à prouver ma théorie.

La validation de l’état thêta est arrivée lorsqu’un ami et élève a commencé à s’intéresser au travail. C’était un physicien qui travaillait au site nucléaire voisin. Il nous a fait un électroencé­phalogramme, et c’est alors que les choses ont commencé à être intéressantes. Dans mes cours, nous raccordions à l’appareil des gens qui utilisaient toutes sortes de modalités différentes de guérison. Nous avons découvert que les praticiens du reiki utilisaient l’onde cérébrale élevée alpha. L’onde cérébrale alpha est une merveilleuse onde de guérison. En fait, certains savants japonais croient fortement en ce type d’ondes, car les ondes alpha « enlèvent » la douleur et détendent le corps.

Nous avons confirmé que la technique que nous utilisions pour effectuer la guérison nous amenait à un état thêta. Chaque personne se rendait au niveau thêta, même ceux qui étaient encore en train d’apprendre cette technique. Et nous avons découvert non seulement que les praticiens atteignaient le niveau thêta, mais que les gens sur lesquels ils travaillaient atteignaient aussi cet état. Nous pensions que les guérisons se produisaient dans ce que je nommerais un « état de conscience de Dieu ».

Nous avons continué à enseigner aux gens aussi rapidement que nous en étions capables. Les cours étaient remplis de merveilleuses personnes toutes désireuses d’apprendre la technique. De plus en plus de gens apprenaient et passaient de bons moments.

En continuant ma pratique, j’ai découvert que les guérisons devenaient même encore plus précises et plus impressionnantes. Les résultats se sont améliorés et ma clientèle augmentait quoti­diennement, mais je rencontrais encore quelques personnes qui ne guérissaient pas.

Une de ces personnes était une femme atteinte de diabète. Même si sa douleur avait disparu, que ses jambes allaient mieux et que tellement d’autres choses s’étaient améliorées pour elle, je ne pouvais maîtriser son diabète. Son taux de glycémie fluctuait toujours dangereusement. Je savais que ce type de diabète était causé par la présence d’un chromosome, et j’ai tout essayé, j’ai même commandé au corps d’avoir un plan directeur parfait. La réponse que j’ai reçue est que cela ne fonctionnait pas parce que ce corps croyait qu’il était parfait comme il était.

C’est alors que je travaillais avec cette femme que je suis arrivée à une découverte très intéressante. Quand je suis allée « plus haut » et que j’ai demandé de voir le chromosome qui causait son diabète, dans l’extase causée par l’état thêta, on m’a montré un autre chromosome qu’on me disait être le chromosome de la jeunesse et de la vitalité. Puis, j’ai entendu la voix du Créateur qui me guidait à travers l’histoire de l’ADN humain. On m’a expliqué que ce chro­mosome particulier avait été modifié durant l’histoire de l’évolution de l’humanité. À une époque et dans une conscience qui est maintenant perdue pour nous, nous étions capables de rajeunir notre corps. Au fil de milliers d’années, nous avons perdu cette capacité, et ce chromosome est maintenant incomplet à cause de cette situation. Mais dans cette époque d’illumination, nous sommes encore une fois prêts à recevoir une jeunesse régénérée.

On m’a dit que les clés perdues de la jeunesse et de la vitalité résidant dans l’ADN allaient être vitales pour la survie humaine dans les années à venir. La raison en est que nous sommes en partie exposés à des poisons et des toxines dans l’âge industriel moderne. On m’a dit qu’alors que la plus grande partie de la population devenait intuitive et que ces gens étaient beaucoup plus sensibles au monde physique, l’achèvement du chromosome de la jeunesse et de la vitalité les aiderait à survivre.

Cette découverte m’a tellement excitée que j’ai tout oublié à propos du chromosome du diabète. J’ai serré la femme diabétique dans mes bras, je lui ai dit que je travaillerais avec elle le jour suivant, et je l’ai renvoyée chez elle.

À l’époque, je partageais mon bureau avec mes amis Kevin et Chrissie. Avec un enthousiasme radieux, je leur ai raconté ce que j’avais vu. Je leur ai aussi expliqué qu’on m’avait donné des instructions pour savoir comment travailler sur le chromosome et le compléter. Ils ont été fascinés par les concepts et ont écouté intensément pendant que je leur expliquais le processus. Je me suis d’abord activée, puis c’était le tour de Kevin et de Chrissie. Ce soir-là, j’ai reçu encore plus d’information et d’indications. Dans les jours qui ont suivi, on m’a enseigné à plusieurs reprises comment modifier le chromosome de la vitalité et de la jeunesse, jusqu’à ce que le Créateur soit certain que j’ai compris l’information. C’était le début de l’activation de l’ADN (voir chapitre 26).

Le Créateur m’a dit de commencer par l’activation de l’ADN ; en activant les brins d’ADN fantôme dans le corps d’une personne. Comprenez que dans ce processus, nous n’ajoutons pas de brins à qui que ce soit, nous ne faisons que réveiller ce qui est déjà présent. On m’a dit que par cette activation, l’intuition d’une personne et son habileté à guérir sont améliorées, son corps se désintoxique et elle peut accéder aux différents plans de l’existence sans effort. Lorsque je me suis activée, j’ai découvert que mes « pattes d’oie » ont commencé à disparaître et que mon corps s’est mis à rajeunir. Je me sentais plus jeune.

C’est à cette époque que j’ai été l’hôtesse d’une émission-débat à la radio. J’avais planifié de parler de la technique Theta. Quand le personnel de la radio m’a demandé son nom, je leur ai dit que je l’avais toujours nommée ThetaHealing. Ils m’ont conseillé de choisir un autre nom parce qu’ils avaient l’impression que cette appellation faisait penser à la scientologie.

J’en ai parlé à Kevin et à Chrissie, et nous nous sommes assis pour faire du remue-méninges afin de trouver un autre nom. Je me souviens que nous étions assis sur le plancher du bureau, pieds nus, et que nous avons beaucoup ri. Je peux encore voir Kevin avec ses longs cheveux roux et son rire communicatif, et Chrissie avec sa posture de sérieux métaphysique. Nous nous sommes rappelé que la technique s’était fait attribuer plusieurs noms. Le premier dont je me souviens, c’était la technique Wilson, qu’on avait utilisée en 1928 pour décrire la vision à distance. Mais nous avons reculé encore plus loin dans le temps et Kevin et moi nous sommes mis d’accord sur « Orian » (avec un « a »). C’est le nom que nous avons utilisé : la technique Orian.

Pendant les premières années, j’ai continué à employer ce nom, mais j’aimais bien mieux celui de ThetaHealing. Aujourd’hui, nous employons « ThetaHealing » à cause de l’onde cérébrale thêta dont le nom vient de la lettre égyptienne et grecque thêta, qui signifie, entre autres, « âme ». À l’origine, la technique Orian était associée à l’activation de l’ADN, mais le ThetaHealing représente la modalité de guérison complète qui tire son origine de milliers de lectures, sans mentionner des centaines de cours et de séminaires que j’ai présentés. Aujourd’hui, les noms « technique Orian » autant que « ThetaHealing » sont utilisés, mais la deuxième expression est devenue dominante.

À partir de l’époque de l’émission-débat, le ThetaHealing a fini par acquérir une existence qui lui est propre. Puis, j’ai reçu un message du Créateur. Malgré tout ce qui se passait dans ma vie personnelle, le Créateur m’a dit d’amener l’information dans le monde et de la partager avec les autres. J’ai dit au Créateur que je n’étais pas la bonne personne pour accomplir cette tâche. En fait, j’ai passé plusieurs heures à discuter avec le Créateur. J’avais en fait déjà donné ma parole concernant la distribution de ce message dans le monde, mais soudain, les véritables ramifications de cette responsabilité devenaient plus claires.

Je me souviens d’avoir raisonné avec le Créateur. Je disais : « D’accord, si vous voulez que je l’amène dans ce monde, alors envoyez-moi un médecin qui peut m’expliquer comment fonctionne réellement un chromosome, un médecin qui peut effectivement m’écouter, un médecin qui est suffisamment ouvert sur le plan spirituel pour écouter ce que j’ai à dire. Vous devez aussi m’envoyer quelqu’un pour écrire un livre, parce que je suis trop occupée. »

J’avais plusieurs raisons de lui demander tout cela. À cette époque en particulier, la femme de mon fils était enceinte, de même que ma fille, et ils habitaient tous chez moi. J’étais au beau milieu d’un vilain divorce et je prenais moi-même soin de toutes ces personnes. Je sentais que tout mon univers était en train de s’effondrer juste sous mes yeux et, au milieu de tout cela, le Créateur me disait de présenter le ThetaHealing au monde. Je ne pouvais simplement pas comprendre comment je pourrais en faire plus que j’en faisais déjà.

J’étais donc perplexe quand le Créateur a dit : « Vianna, tu écriras le livre. »

Mais je savais aussi que Dieu ne vous demande jamais de faire quelque chose sans vous fournir un moyen de le faire.

Peu de temps après, Audrey Miller est venue à mon bureau, sans que je m’y attende, et m’a dit que j’allais à la conférence des Universal Light Workers. J’avais vu le dépliant présentant cette activité et je voulais y aller, mais je ne pouvais me le payer. Mais maintenant, cette merveilleuse femme était prête à payer le prix de ce voyage et toutes mes dépenses, incluant ma nourriture et tout ce dont j’aurais besoin. Elle m’a expliqué que je devais rencontrer un médecin qui parlerait à cette occasion. Apparemment, il parlait de l’ADN. Audrey était au courant de ma technique d’activation de l’ADN et elle croyait que ce médecin et moi devrions nous rencontrer. C’était une validation suffisante à mes yeux.

Mais lorsque le moment est venu d’aller à cette conférence, j’ai hésité, parce que je ne voulais pas laisser mes enfants seuls pendant une période aussi difficile de leur vie. Plus j’y pensais, plus je me sentais mal. L’anxiété m’a rendue malade. J’étais déchirée entre l’envie de rester et celle de partir. Il va sans dire qu’au moment où je suis arrivée à la conférence, je me sentais assez vidée.

La première personne que j’ai rencontrée à la conférence, c’était le médecin que j’avais demandé à Dieu de me montrer. À l’époque, il effectuait un travail en profondeur qui associait les lasers et l’ADN. Il semblait être ouvert d’esprit, alors j’ai essayé de lui raconter ce que je visualisais en ce qui concernait l’activation de l’ADN. Pendant que nous parlions, il m’a donné les noms et les fonctions de tout ce que je voyais dans les chromosomes — les chromosomes fantômes, les télomères — et non seulement il a validé ce que je voyais, mais il m’a dit qu’il était peu probable que je puisse connaître certaines de ces informations sans avoir reçu aucune formation. Je lui ai dit que c’était Dieu qui me l’avait montré et qu’à l’intérieur du cerveau, il y avait la « cellule centrale » (ainsi nommée par mon ami Kevin), située dans le corps pinéal. Cette « cellule maîtresse » (comme la nommait le médecin) est le centre de création d’où proviennent les messages qui sont dirigés vers le reste du corps.

J’avais apparemment piqué la curiosité du médecin. Après notre réunion, il m’a demandé de visualiser à distance des clients pendant qu’il les consultait. Il m’a testée avec ces personnes et m’a posé des questions sur ce que je pouvais « voir » dans leur corps. Puis, non seulement a-t-il confirmé ce que j’avais vu, mais sa curiosité au sujet de ma capacité de « voir » ce qui se produisait dans leur corps m’a permis de comprendre que je voyais des choses réelles.

À la même conférence, j’ai rencontré Robert, qui était éditeur. Il s’était auparavant impliqué dans le domaine de la métaphysique et pendant que nous parlions, il a commencé à s’intéresser aux connaissances sur l’ADN. Nous avons convenu qu’il devrait venir en Idaho pour mettre par écrit ce que je recevais par channeling. J’ai enregistré pour lui la technique d’activation de l’ADN, et nous avons tous les deux convenu de devenir co-auteurs d’un petit livre. Mais lorsqu’il a apporté les enregistrements chez lui en Californie, il les a écrits et publiés sous forme de brochure, se déclarant lui-même le principal auteur, avec mon nom en petits caractères à la fin. À ma grande consternation, il avait tellement modifié le matériel et effectué tant d’ajouts que le résultat ressemblait très peu aux connaissances originales que je lui avais transmises. Ce livre a été lancé en 1997. J’étais très déçue et je me sentais trahie ; mais cela m’a encouragée à réécrire le livre et à le publier moi-même.

Après cet incident, j’avais l’impression de ne pouvoir me fier à personne pour compléter un livre sur le ThetaHealing ; pas même à mes amis les plus proches. J’ai décidé d’écrire moi-même l’information sous la forme qui me viendrait du Créateur, afin que les points essentiels ne soient pas perdus. Dieu avait encore une fois travaillé de façon étrange et j’ai été guidée par un plan divin. Mon premier ouvrage où le ThetaHealing se trouvait expliqué par écrit s’intitulait Go Up and Seek God.

Pour réaliser ma promesse au Créateur, j’ai commencé, en 1998, à donner des cours un peu partout aux États-Unis. C’étaient les premiers cours sur l’ADN 1, où j’enseignais l’activation de l’ADN et la première technique Orian. En 1999, j’ai créé le premier cours pour formateurs afin de certifier des formateurs dans la technique Orian. Ces cours se donnaient à un endroit appelé Triple Creek, à La Bell, en Idaho. Le cours se donne maintenant plusieurs fois par année et je certifie des formateurs depuis. Un manuel intitulé DNA 2 Teacher’s Manual a été développé pour cela et est maintenant constamment mis à jour. Le Créateur avait raison : je transmettrais la technique au monde.

J’ai continué à voir des clients et, à la fin de 1999, j’avais réalisé plus de 20 000 lectures et guérisons. Alors que le temps passait, j’ai reçu plus d’informations et j’ai créé le livre Go Up and Work with God en 2000. Dans cet ouvrage, le travail sur les croyances qui m’étaient venues a été couché sur papier pour la première fois. À peu près en même temps, le cours ADN 1 (qui était alors un cours de deux jours), est devenu ADN 2, un cours de trois jours, de façon à englober le travail sur les croyances. En 2000, j’enseignais au niveau international.

L’une des choses les plus extraordinaires que j’ai découvertes pendant que je travaillais avec des clients, c’est que nous détenons les clés de notre propre santé, de notre corps et de notre vitalité. Les informations que j’ai reçues nous permettent en un instant de modifier nos croyances et les systèmes qui guident nos décisions. Ce sont les croyances et les programmes que nous avons appris pendant l’enfance et à partir d’autres aspects de notre être. Certaines de ces informations ont été transmises d’une génération à l’autre.

Dans les pages suivantes, vous apprendrez comment travailler sur les quatre niveaux de tout ce que vous êtes : le niveau de fon­dation, le niveau génétique, le niveau historique et le niveau de l’âme. C’est à travers la suppression et le remplacement de la programmation à ces quatre niveaux que l’on permet au corps de vaincre la maladie physique et d’enlever les blocages émotionnels. Ce travail sur les croyances vous permettra de créer la vie que vous voulez pour vous-même, car il est très vrai que nous créons notre propre réalité et que nous sommes tous connectés à Dieu. Je partagerai avec vous les outils qui vous permettront de modifier ce que vous avez cru auparavant, de renverser l’effet négatif de ces croyances sur vous-même et de créer la vie que vous souhaitez.

En 2000, un nouveau cours m’a été présenté ; intitulé « Anatomie psychique ». J’ai depuis modifié le nom de ce cours qui s’appelle maintenant « Anatomie intuitive ». Le premier cours a été donné dans les anciens bureaux de Channing Way, à Idaho Falls. Il était conçu pour aider les gens à « voir » l’intérieur du corps dans un but de guérison, comme une aide à la technique Theta. Le corpus de connaissances de ce cours est inclus dans l’Intuitive Anatomy Manual, publié en 2003, et je certifie maintenant aussi des formateurs pour ce cours.

À la fin de 2002, j’avais donné presque 35 000 lectures. Les techniques que j’ai apprises pendant ces séances et ces cours sont les fondements de cet ouvrage.

En 2003, le travail sur les sentiments a été ajouté au travail sur les croyances. C’est qu’on m’avait dit que, de toute leur vie, certaines personnes n’avaient jamais vécu certains sentiments, et qu’elles ne comprenaient pas comment les créer. On m’a dit qu’avec leur permission, ces sentiments pouvaient être « téléchargés » en eux à partir du Créateur.

Une quantité considérable de connaissances a été alors recueillie et présentée sous forme du The Advanced DNA 2 Class Manual. En 2003, le premier cours avancé a été donné à Santa Rosa, en Californie, et le premier cours avancé pour formateurs l’a été en 2004. Le cours a été conçu pour préparer les gens à ADN 3 et pour clarifier les plans de l’existence, comme on l’expliquera plus loin dans cet ouvrage. Nous serons tous plus près d’ADN 3 quand nous aurons extrait suffisamment de programmes et téléchargé suffisamment de sentiments pour nous amener vers l’illumination.

L’arbre de ThetaHealing continue de se développer alors que de nouvelles informations nous apportent l’épanouissement. Ce livre présente toute l’information compilée à ce jour à partir des lectures, des guérisons et des cours de ThetaHealing, depuis la guérison instantanée de ma jambe jusqu’à aujourd’hui.

3

Les guérisons et les lectures : les éléments essentiels

Le Créateur m’a affirmé qu’il y a très longtemps, à une époque précédant l’histoire écrite, nos habiletés intuitives étaient beaucoup plus avancées qu’elles ne le sont maintenant. À travers les millénaires, de nombreux dons se sont perdus. Ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de ThetaHealing a en fait commencé il y a des milliers d’années. Je crois que ces techniques sont aussi anciennes que le temps lui-même. Elles ont été utilisées au cours des millénaires, de temps en temps, lorsque l’humanité s’éveillait, mais seulement pour finir par se rendormir chaque fois.

Maintenant, le long sommeil est terminé et nous sommes de nouveau éveillés. Je crois aussi qu’il existe dans l’âme humaine une conscience innée qui nous aidera à lier cette technique aux connaissances anciennes et modernes. Dans le passé, les problèmes de génétique, d’influences énergétiques et de conscience collective nous empêchaient de nous développer à notre plein potentiel comme cocréateurs avec Tout Ce Qui Est. Nous

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de La technique du ThetaHealing

1.0
1 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs