Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
266 Pilules De Pharmacologie

266 Pilules De Pharmacologie

Lire l'aperçu

266 Pilules De Pharmacologie

Longueur:
594 pages
5 heures
Sortie:
Apr 8, 2020
Format:
Livre

Description

Grâce à ce livre, de nombreux étudiants et professionnels de la santé ont maîtrisé la PHARMACOLOGIE.
Ce travail se compose de 266 pilules de connaissances scientifiques de cette vaste discipline organisées dans une étude pratique et confortable pour l'apprentissage.

Sortie:
Apr 8, 2020
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Autor de dos Libros con tapa: Manual Básico de Farmacología y 200 Ideas para Mejorar la Rentabilidad de tu Farmacia, una publicación en la revista Alimentación, Equipos y Tecnología: La histamina en las distintas etapas de fabricación de conservas de atún y seis Ebooks: Disruptores Endocrinos, La Salud no es un Negocio, Obesidad Infantil. Rista. Respuesta Insuficientemente Adecuada, Vivir sin Cáncer, Ser Mayor sin Edad y Predisposición a Ser Homosexual.Posee tres licenciaturas (Farmacia, Ciencias Químicas, Ciencia y Tecnología de los Alimentos) y experiencia en los departamentos de Calidad, Producción y Ventas.

Lié à 266 Pilules De Pharmacologie

Livres associé
Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

266 Pilules De Pharmacologie - Carlos Herrero Carcedo

antinéoplasiques.

1. Système nerveux autonome.

Le système nerveux périphérique comporte les éléments suivants système nerveux autonome, nerfs efferents somatiques qui innervent le muscle squelettique et nerfs afférents somatiques et viscéraux.

Le système nerveux autonome, inconsciemment, régit un grand nombre de fonctions viscérales: métabolisme énergétique, contraction et relaxation des muscles lisses vasculaires et viscéraux, battement de coeur, sécrétions, etc.

L’activité du système nerveux autonome est transmise par les nerfs périphériques autonomes, bien que son contrôle et son intégration soient effectués dans les centres nerveux du système nerveux central.

Le système nerveux autonome est constitué morphologiquement par le système nerveux sympathique, le système nerveux parasympathique et le système nerveux entérique.

À partir des centres nerveux du système nerveux sympathique, les éférences sympathiques ou les fibres préganglionnaires partent vers les ganglions sympathiques prévertébraux et paravertébraux, d’où partent les fibres postganglionnaires à longue distance pour innerver les organes et tissus cibles.

À partir des centres nerveux du système nerveux parasympathique, les longues fibres efférentes préganglionnaires partent vers les ganglions parasympathiques, qui sont généralement situés à proximité ou à l’intérieur de l’organe effecteur innervé par les fibres postganglionnaires.

Le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique ont également des fibres afférentes qui transmettent la stimulation douloureuse des différents organes.

La principale différence entre les voies efférentes autonomes et somatiques réside dans le fait que les voies autonomes ont deux neurones en série et les somatiques seulement un neurone moteur qui relie le système nerveux central à la fibre du muscle squelettique.

2. Les systèmes nerveux: sympathique et parasympathique.

Toutes les fibres motrices quittant le système nerveux central, c’est-à-dire toutes les fibres préganglionnaires sympathiques et parasympathiques libèrent le neurotransmetteur acétylcholine, qui effectue la transmission par interaction avec les récepteurs cholinergiques nicotiniques.

Toutes les fibres postganglionnaires parasympathiques, et certains fibres postganglionnaires sympathiques, libèrent le neurotransmetteur acétylcholine, qui se transmet, cette fois, par interaction avec les récepteurs cholinergiques muscariniques.

La plupart des fibres postganglionnaires sympathiques libèrent de la noradrénaline qui agit sur les récepteurs α ou β adrénergiques. L'exception concerne les glandes sudoripares où l'acétylcholine agit sur les récepteurs cholinergiques muscariniques.

Les systèmes nerveux sympathique et parasympathique exercent des effets opposés sur le contrôle de la fréquence cardiaque, du muscle lisse gastro-intestinal, etc., mais pas dans d'autres situations telles que la sécrétion des glandes salivaires.

L'activité sympathique est augmentée dans les cas extrêmes de stress (combat, fuite, etc.) augmentant la fréquence cardiaque et la contractilité, tandis que l'activité parasympathique prédomine au repos. Les deux exercent un contrôle physiologique continu des organes et des processus métaboliques dans les conditions habituelles.

3. Neurotransmetteurs.

Plusieurs neurotransmetteurs (cotransmission) sont libérés dans la transmission nerveuse et la réponse sera le résultat des différentes interactions des cotransmetteurs impliqués avec leurs récepteurs correspondants.

La base de la réponse effectrice se trouve dans l'interaction avec les récepteurs postsynaptiques, bien que l'interaction avec les récepteurs présynaptiques soit également importante, ce qui peut entraîner une modulation positive ou négative de l'activité du neurone.

Certains neurotransmetteurs remplissent une fonction de modulation ou de régulation de la transmission, car ils agissent sur la libération d’autres cotransmetteurs.

Les neurotransmetteurs agissent directement et, en outre, peuvent réguler la libération de l’émetteur présynaptique et l’excitabilité neuronale (les deux actions sont des exemples de neuromodulation où le médiateur chimique augmente ou réduit l’efficacité de la transmission synaptique sans participer directement en tant qu’émetteur).

Les cotransmetteurs les plus importants sont l'oxyde nitrique et le peptide intestinal vasoactif (parasympathiques), l'ATP et le neuropeptide Y (sympathiques). Outre ces substances, il existe de nombreuses autres substances: prostaglandines, adénosine, dopamine, GABA, 5-hydroxytryptamine, peptides opioïdes, endocannabinoïdes, etc.

Les effets opposés des systèmes sympathique et parasympathique ne sont pas uniquement dus aux effets opposés des deux émetteurs, mais également à l'inhibition de la libération d'acétylcholine par la noradrénaline agissant sur les terminaisons parasympathiques ou à l'inhibition de la libération de noradrénaline par la acétylcholine.

Il existe des médicaments agissant sélectivement en tant qu'agonistes ou antagonistes des récepteurs pré et post-synaptiques des systèmes noradrénergique et cholinergique.

Le médicament antagoniste de l'un des deux systèmes, adrénergique (sympathique) ou cholinergique (parasympathique), favorisera l'expression de l'autre dans l'organe qui reçoit l'innervation des deux systèmes avec des actions opposées.

Les terminaisons cholinergiques et noradrénergiques répondent à l'acétylcholine et à la noradrénaline, ainsi qu'à d'autres substances libérées en tant que cotransmetteurs, synthétisées et stockées dans des neurones du système nerveux autonome situés dans le système nerveux central et dans les ganglions lymphatiques.

Si plusieurs neurotransmetteurs ou neuromodulateurs sont libérés ensemble, chacun d'entre eux interagissant avec des récepteurs spécifiques, l'effet obtenu est le résultat des actions de chacun d'eux sur son récepteur présynaptique ou postsynaptique.

4. Les impulsions adrénergiques et cholinergiques.

Les impulsions adrénergiques (effet sympathique) dans le noeud sinusal du coeur entraînent une augmentation de la fréquence cardiaque (récepteur β1).

Les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) dans le noeud sinusal du coeur diminuent la fréquence cardiaque.

Les impulsions adrénergiques (effet sympathique) dans l’oreillette du coeur augmentent la contractilité cardiaque (récepteur β1), tandis que les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) réduisent la contractilité cardiaque.

Les impulsions adrénergiques (effet sympathique) dans le noeud auriculo-ventriculaire du coeur provoquent une augmentation de l’automaticité et de la vitesse de conduction (récepteur β1), tandis que les impulsions cholinergiques (effet parasympatique) diminuent la vitesse de conduction et induisent un bloc auriculo-ventriculaire.

Dans les artérioles et les veines, les impulsions adrénergiques (effet sympatique) provoquent une constriction (récepteurs α1, α2) et une dilation (récepteur β2), tandis que les impulsions cholinergiques (effet parasympatique) ont peu d’effet, sauf pour la dilation des glandes salivaires et tissu érectile.

Dans les poumons, les impulsions adrénergiques (effet sympathique) induisent une bronchodilation par relaxation des muscles trachéobronchiques (récepteur β2), tandis que les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) provoquent une bronchoconstriction et une sécrétion accrue.

Dans le tuve digestif, les impulsions adrénergiques diminuent la motilité intestinale et induisent la contraction du sphincter, tandis que les impulsions cholinergiques augmentent la motilité intestinale, détendent les sphincters et stimulent la sécrétion.

Dans la vessie, les impulsions adrénergiques induisent une contraction du sphincter ou une rétention urinaire (récepteur α1) et une relaxation du détrusor (récepteur β2), tandis que les impulsions cholinergiques provoquent une contraction intense du détrusor et une relaxation du sphincter.

Dans les organes sexuels masculins, les impulsions adrénergiques (effet sympathique) sont impliquées dans l’éjaculation (récepteur α1) et les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) dans l’érection.

Dans l’uterus, les impulsions adrénergiques (effet sympathique) provoquent une relaxation intense (récepteur β2) ou une contraction (récepteur α1).

Dans l’oeil, les impulsions adrénergiques (effet sympathique) provoquent une contraction du muscle radial de l’iris (mydriase ou dilation de la pupille) et les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) génèrent une contraction du muscle lisse du sphincter de l’iris (myosis ou diminution de la taille de l’iris).

Dans les glandes salivaires et lacrymales, les impulsions adrénergiques (effet sympathique) provoquent la sécrétion (récepteur α1) et les impulsions cholinergiques (effet parasympathique) une sécrétion beaucoup plus intense.

5. Transmission cholinergique.

La neurotransmission cholinergique par l’acétylcholine dans le système nerveux végétatif comprend les synapses de toutes les fibres préganglionnaires sympathiques et parasympathiques (l’acétylcholine agit sur les récepteurs cholinergiques nicotiniques), la jonction neuroeffective de toutes les fibres postganglionnaires parasympathiques (l’acétylcholine agit sur les récepteurs cholinergiques musculosquelettiques).

Les actions muscariniques de l’acétylcholine sont dues à sa libération dans les terminaisons parasympathiques postganglionnaires, sauf dans les vaisseaux sanguins et dans les glandes sudoripares.

L'acétylcholine réduit la pression artérielle indirectement par une vasodilatation généralisée, malgré le fait que la plupart des vaisseaux sanguins manquent d'innervation parasympathique, car il agit sur les cellules endothéliales vasculaires libérant de l'oxyde nitrique, responsable de la relaxation du muscle lisse vasculaire.

L’acétylcholine stimule la sécrétion de glandes sudoripares innervées par des fibres cholinergiques sympathiques.

L’efficacité de la neurotransmission nécessite que le neurotransmetteur soit rapidement retiré de l’espace synaptique, ce qui est réalise grâce aux enzymes cholinestériques.

L'acétylcholine libérée dans la fente synaptique peut être rapidement hydrolysée par l’acétylcholinestérase dans l’espace intersynaptique ou hors de la fente synaptique et hydrolysée par la butyrylcholinestérase ou exercer son action en interagissant avec ses récepteurs cholinergiques dans les différents organes.

6. Récepteurs cholinergiques.

Il existe deux types de récepteurs cholinergiques: les récepteurs nicotiniques (ils font partie d’un canal ionique dont ils contrôlent l’ouverture) et les récepteurs muscariniques (associés aux protéines G).

Il existe trois sous-types de récepteurs nicotiniques: le musculaire (présent dans la membrane de la plaque motrice), le neuronal périphérique (présent dans la membrane des cellules ganglionnaires sympathiques et parasympathiques) et le neuronal central (dans diverses régions du système nerveux central).

Il existe cinq sous-types de récepteurs muscariniques: M1 (trouvé dans les neurones ganglionnaires), M2 (présent dans le coeur), M3 (dans les cellules sécrétoires, les cellules musculaires lisses et les cellules endothéliales vasculaires), M4 (trouvé dans les neurones ganglionnaires, vas deferens et utérus), M5 (dans le cerveau).

La nicotine imite les réponses provoquées par l’excitation des fibres préganglionnaires sympathiques et parasympathiques, tandis que la muscarine imite les réponses induites par l’excitation des fibres postganglionnaires parasympathiques, donc les récepteurs responsables des réponses de premier type ont été appelés.

Les effets muscariniques produits par l’acétylcholine (diminution de la vitesse de conduction) sont annulés après l'administration d'une petite dose d'atropine (antagoniste muscarinique). Une dose plus élevée de l' acétylcholine, toujours sous l'influence de l'atropine, induirait une augmentation de la pression artérielle par stimulation des ganglions sympathiques (vasoconstriction) suivie d'une augmentation secondaire par la libération d'adrénaline dans la glande surrénale (effets nicotiniques très similaires à celles produits par la nicotine).

7. Agonistes muscariniques (parasympathomimétiques).

Les agonistes muscariniques (parasympathomimétiques) ou agonistes cholinergiques à action muscarinique directe sont: esters de la choline (acétylcholine, méthacholine, carbachol et béthanéchol), alcaloïdes naturels (muscarine, arécoline et pilocarpine) et alcaloïdes de synthèse (oxotrémorine et xanomeline).

Dans le système cardiovasculaire, l’acétylcholine réduit la fréquence cardiaque et la vitesse de conduction, diminue la force de contraction cardiaque (auriculaire), réduit le débit cardiaque et provoque une diminution marquée de la pression artérielle, ainsi qu’une dilation artériolaire (effet médié par oxyde nitrique).

La méthacholine, le carbachol, le béthanéchol et la pilocarpine provoquent une augmentation de l’activité sécrétoire et péristaltique du tube digestif et de la relaxation du sphincter (des fèces et des crampes diarrhéiques apparaissent).

Le carbachol et le béthanéchol favorisent la miction, contractant sélectivement le détrusor et détendant le sphincter de la vessie.

Les agonistes muscariniques (parasympathomimétiques) induisent une bronchoconstriction marquée, une augmentation de la sécrétion dans la trachée et les bronches et une diminution de la pression intraoculaire, car ils contractent le muscle lisse du sphincter de l’iris (myosis ou diminution de la taille de la pupille) et du muscle ciliaire.

La pilocarpine (principalement), l’arécoline et la muscarine provoquent une transpiration abondante, une salivation importante et une déchirure excessive.

Le chlorure de béthanéchol est utilisé dans la rétention urinaire (y compris celle qui suit la chirurgie), dans la rétention gastrique et dans la distension abdominale postopératoire.

Le chlorhydrate de pilocarpine est utilisé dans le traitement de la xérostomie (bouche sèche), avertissant d’une posible diminution de l’acuité visuelle et du glaucome chronique et aigu.

8. Antagonistes muscariniques (parasympatholytiques).

Les antagonistes cholinergiques muscariniques (parasympatholytiques) sont: atropine, hyoscine (scopolamine), homatropine, benzotropine, métescopolamine, butylscopolamina, ipratropium, tiotropium, trospium, otilonium, pinaverium, tropicamide, dicycloverine, toltérodine, trimébutine, pirenzépine, télenzépine, tripitamine, darifénazine et solifénazine.

Les antagonistes cholinergiques muscariniques (parasympatholytiques) inhibent les glandes salivaires, lacrymales, bronchiques et sudoripares (provoquent une sécheresse buccale intense) et provoquent une dilatation pupillaire ou une mydriase (cessent de répondre à la lumière) et une paralysie de l’accommodation ou de la cycloplegie due à la relaxation du muscle ciliaire, rendant la vision difficile.

De fortes doses d'atropine inhibent de manière incomplète la motilité gastro-intestinale (médicaments sélectifs M3 en phase de développement), tandis que la pirenzépine inhibe la sécrétion gastrique sans affecter les autres systèmes (sélectivité M1).

Les antagonistes cholinergiques muscariniques (parasympatholytiques) détendent la musculature bronchique et réduisent la sécrétion des glandes muqueuses nasale, pharyngolaryngée, trachéale et bronchique. De cette façon, ils évitent la bronchoconstriction réflexe (anesthésie), mais pas celle induite par les médiateurs locaux (asthme).

Des doses élevées d’atropine provoquent une excitation sur le système nerveux central (nervosité, irritabilité, désorientation, hallucinations et délire) et, en cas d’intoxication, les effets sont inversés avec la physostigmine (anticholinestérase qui annule le blocage des récepteurs cholinergiques muscariniques de l’acétylcholine.

La hyoscine (scopolamine) à des doses thérapeutiques produit une sedation remarquable et est utilisée comme anti-cinétique et antiémétique, car il bloque la transmission cholinergique dans les noyaux vestibulaires.

Les antagonistes cholinergiques muscariniques (parasympatholytiques) affectent le système extrapyramidal et réduisent les effets secondaires de nombreux antipsychotiques, ils sont donc appliqués dans la thérapie antiparkinsonienne.

L’oxybutynine (timbres transdermiques à libération prolongée pour éviter les réactions secondaires) et la toltérodine (moins d’effets secondaires) sont utilisées dans le traitement de la vessie hyperactive, ainsi que du trospium et des antagonistes sélectifs du M3: la darifénazine et la solifénazine. Dàutre part, trospium est également utilisé dans le traitement de l’incontinence urinaire dans la vessie instable en raison de l’instabilité du détrusor (prudence chez les personnes âgées atteintes d’hypertrophie prostatique, car tous ces médicaments précipitent généralement une rétention urinaire).

Afin de produire une mydriase, la cycloplegie ou les deux effets (iritis aigu, iridocyclite, kératite, examen rétinien et fundus), tropicamide (courte durée d’action) et cyclopentolate (action prolongée) sont utilisés. Chez les patients prédisposés, ils peuvent déclencher une crise de glaucome aigu.

L'atropine et la scopolamine sont utilisées dans le traitement pré-anesthésique pour éviter les réflexes cardiovasculaires vagaux et réduire la bronchoconstriction et l’hypersécretion trachéobronchique, salivaire et lacrymale.

Les antagonistes cholinergiques muscariniques (parasympatholytiques) sont indiqués dans les spasmes de la musculature digestive lisse pour faciliter l'endoscopie gastro-intestinale et la radiologie, et comme spasmolytiques dans le syndrome du côlon irritable ou dans la diverticulose du côlon.

L’atropine est utile dans certains cas de bloc auriculo-ventriculaire ou de bradycardie d’origine vagale, ainsi que d’antidote contre les agents cholinergiques et les inhibiteurs de la cholinestérase.

9. Neurotransmission ganglionnaire.

Les médicaments qui stimulent la neurotransmission ganglionnaire agissent sélectivement sur les récepteurs nicotiniques et peuvent être d’origine naturelle, tels que la nicotine et le lobéline ou épibatidine, ou d’origine synthétique, tels que le diméthylphénylpipérazinium et le tétraméthylammonium.

La nicotine produit initialement une stimulation des ganglions qui génère un mélange complexe d’actions sympathiques et parasympathiques (augmentation de la pression artérielle, augmentation des sécrétions bronchiques, salivaires et en sueur, tachycardie, tremblements, stimulation de la respiration et des nausées, etc.), cependant, ces effets sont souvent suivis d'une dépression ou d'une inhibition de la transmission ganglionnaire.

Les bloqueurs ganglionnaires (hexaméthonium, trimétafan et mécamylamine) ont cessé d’être utilisés en raison des effets nombreux et complexes qu’ils ont produits: hypotension, inhibition des sécrétions, réduction du tonus et de la motilité gastro-intestinale, problèmes de miction, etc.

10. Le bloc de la transmission neuromusculaire.

Les bloqueurs neuromusculaires non dépolarisants (tubocurarine, alcuronium, atracurium, cisatracurium, mivacurium, doxacurium, pancuronium, vécuronium, rocuronium, pipécuronium et rapacuronium) agissent comme des antagonistes compétitifs car le bloc neuromusculaire qu'ils produisent peut être inversé après l'augmentation de l'acétylcholine dans la plaque motrice (par l’addition directe d'acétylcholine ou, indirectement, avec l'administration d'agents anticholinestérases).

Les bloqueurs neuromusculaires non dépolarisants sont utilisés en anesthésie pour l’induction d’une relaxation musculaire de longue durée, dans les crises présentes dans le tétanos ou lorsque cela est nécessaire pour faciliter la ventilation mécanique. Initialement, les muscles extrinsèques de l’oeil et du visage sont paralysés; viennent ensuite ceux des membres, du cou, du tyronc, des muscles intercostaux et du diaphragme, les muscles respiratoires étant les premiers à récupérer.

Cisatracurium, doxacurium, pipécuronium et vécuronium manquent d’effets cardiovasculaires et n’aumentent pas la libération d’histamine, tandis que pancuronium, rapacuronium et rocuronium produisent tachycardie.

Les bloqueurs neuromusculaires dépolarisants (décaméthonium et suxaméthonium) agissent comme des agonistes sur les récepteurs nicotiniques de la plaque motrice terminale, de la même manière que l’acétylcholine, bien que la différence réside dans le fait que le décaméthonium (inutilisé en raison de son effet prolongé) et le suxaméthonium (succinylcholine) ne sont pas métabolisés par l’acétylcholinestérase et restent dans la plaque terminale assez longtemps pour qu’une dépolarisation soutenue induit une perte d’excitabilité électrique et un blocage neuromusculaire se produit.

Le suxaméthonium (succinylcholine) provoque une relaxation intense d’une durée de 3 à 5 minutes avec récupération spontanée et est utilisé dans l'intubation endotrachéale, les procédures de courte durée, les convulsions induites par les médicaments et la thérapie par électrochocs.

Les bloqueurs neuromusculaires dépolarisants provoquent une bradycardie, une perte de potassium musculaire qui induit une hyperkaliémie (une augmentation du potassium extracellulaire peut provoquer un arrêt cardiaque dans les situations de maladie du foie, des brûlures et des lésions avec dénervation musculaire), une augmentation de la pression intraoculaire et une paralysie prolongée chez les patients présentant un déficit en cholinestérase plasmatique ou qui utilisez de l’anticholinestérase.

La co-administration de suxaméthonium et d’halothane (anesthésique par inhalation) peut provoquer une hyperthermie maligne (trouble idiosyncrasique caractérisé par un spasme musculaire intense avec une augmentation élevée de la température corporelle pouvant entraîner la mort), qui est combattu avec le médicament dantrolène, car il inhibe contraction musculaire en empêchant le calcium du réticulum sarcoplasmique.

La transmission neuromusculaire peut être bloquée avec des médicaments présynaptiques qui interfèrent avec la synthèse de l’acétylcholine (hémicolinium et triéthylcholine) ou qui inhibent la libération d’acétylcholine (toxine botulique: utilisée dans le traitement du blépharospasme, du spasme hémifacial, du strabisme et des torticolis spasmodiques, vésamicol, β-bungarotoxine et toxine tétanique).

11. Médicaments inhibiteurs de la cholinestérase.

Les inhibiteurs de la cholinestérase ou médicaments anticholinestérases (edrophonium, ambenonium, physostigmine, néostigmine, pyridostigmine, rivastigmine, diflos, parathion, écothiopate, galantamine et donépézil) favorisent la transmission cholinergique, car ils empêchent l’inactivation de l’acétylcholine en inhibant l’action des deux types de cholinestérases qui hydrolysent l’acétylcholine (acétylcholinestérase et butyrylcholinestérase).

Les médicaments anticholinestérases augmentent et prolongent l’action de l’acétylcholine libérée dans les terminaisons motrices, ce qui permet une liaison répétée des neurotransmetteurs avec les récepteurs nicotiniques et rétablit la transmission synaptique lorsque les récepteurs sont bloqués par un antagoniste compétitif ou par des anticorps (myasthénie grave).

Les inhibiteurs de la cholinestérase (médicaments anticholinestérases) provoquent une myosis et une contraction du muscle ciliaire (blocage de l’accommodation et difficulté à se concentrer sur la visión de près), augmentation de l’activité péristaltique et stimulation de la sécrétion gastrique, bradycardie et hypotension artérielle, augmentation du tonus bronchiole et hypersécrétion trachéobronchique.

L’edrophonium est une anticholinestérase d’action rapide et de courte durée, utilisé dans la paralysie motrice après anesthésie due à des bloqueurs neuromusculaires non dépolarisants, dans le diagnostic de la myasthénie grave, maladie auto-immune caractérisée par une faiblesse marquée du muscle strié (et si elle existait, l’amélioration serait soudaine) et pour résoudre le doute entre la crise myasthénique ou cholinergique (cela résoudra la première et aggravera la seconde).

La myasthénie grave est traitée avec de la néostigmine, de la pyridostigmine ou de l’ambénonium.

Certain médicaments anticholinestérases qui traversent la barrière hémato-encéphalique (donépézil, rivastigmine et galantamine) sont utilisés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, car ils augmentent l’activité cholinergique et améliorent la fonction cognitive.

12. Transmission noradrénergique.

Dans la transmission noradrénergique, trois catécholamines naturelles participent: la dopamine, la noradrénaline et l’adrénaline, qui forment trois liens suivis dans la synthèse des catécholamines (nécessite l’activité de quatre enzymes qui ne se retrouvent pas toujours ensemble dans toutes les cellules).

Les vésicules synaptiques contenues dans les varicosités des neurones périphériques noradrénergiques (sympathiques postganglionnaires) sont le site de synthèse, de stockage et de libération de noradrénaline, et de co-libération d’autres médiateurs tels que l’ATP et le neuropeptide Y.

La concentration de noradrénaline dans les vésicules est très élevée et est maintenue grâce au transporteur de monoamine vésiculaire et à la formation du complexe NA-ATP-chromogranine A qui empêche sa sortie. Le stimulus nerveux provoque la dépolarisation de la membrane de la terminaison nerveuse, ouvrant ses canaux calciques, de sorte que, à la suite de l’entrée de calcium, la libération de noradrénaline, de dopamine-β-hydroxilase, d’ATP et de chromogranine A commence.

Les deux premières enzymes qui métabolisent les catécholamines sont localisées au niveau intracellulaire (la recapture dans la cellule est nécessaire à la dégradation), sont bien réparties dans tout le corps, y compris le cerveau, et son la catéchol-O-méthyltransférase (COMT) et la monoamine oxydase (MAO).

L’absorption des cellules des neurotransmetteurs peut être: neuronale (les terminaisons nerveuses captent 75% de la noradrénaline nouvellement libérée, la recyclant et peut être à nouveau libérée par le stimulus nerveux) et extraneuronale (importante pour l’adrénaline, où les cellules voisines non neuronales ils captent des catécholamines qui ne sont pas stockées, mais qui sont ensuite métabolisées par la MAO ou par la COMT).

13. Récepteurs adrénergiques.

Les récepteurs adrénergiques sont des structures moléculaires sélectives des catécholamines, l’adrénaline (épinéphrine) et la noradrénaline (norépinéphrine). Selon la réponse obtenue, dans divers organes, aux catécholamines naturelles et à l’isoprénaline synthétique (isoprotérénol), les récepteurs adrenérgiques sont classés en deux clases, α et β, avec deux sous-types α1, α2 (chacun avec trois sous-types supplémentaires) et trois sous-types β1, β2 et β3, classés selon l’ordre de puissance des agonistes ou l’existence d’antagonistes sélectifs.

Récepteurs α1-adrénergiques (NA> A >> ISO): vasoconstriction, augmentation de la pression artérielle, contraction du muscle iris radial (mydriase) et des sphincters digestif et de la vessie, glycogénolyse (hyperglycémie) et sécrétion de glandes salivaires et sudoripares.

Récepteurs α2-adrénergiques (A> NA >> ISO): inhibition de la libération de neurotransmetteurs (hypotension), agrégation plaquettaire et inhibition de la sécrétion d'insuline (hyperglycémie).

Récepteurs β1-adrénergiques (ISO> NA> A): augmentation de la fréquence et de la contractilité cardiaque, augmentation de l'automaticité et de la vitesse de conduite.

Récepteurs β2-adrénergiques (ISO> A> NA): bronchodilatation, vasodilatation, relaxation du muscle lisse viscéral (digestif, utérus, détruseur de la vessie, etc.), tremblements musculaires et glycogénolyse hépatique.

Récepteurs β3-adrénergiques (ISO> NA = A): thermogenèse et lipolyse.

La sélectivité n'est jamais absolue et bien que nous cherchions à trouver des agonistes β2 sélectifs bronchodilatateurs qui n'affectent pas le cœur ou des antagonistes β1 sélectifs qui exercent un blocage cardiaque efficace sans les effets bronchoconstricteurs gênants, il y aura toujours une sélectivité relative.

14. Les agonistes des récepteurs adrénergiques.

Les agonistes des récepteurs adrénergiques (sympathomimétiques) sont: adrénaline, noradrénaline, isoprénaline, dobutamine, dopamine, prénaltérol, ibopamine, méthoxamine, phényléphrine, orciprénaline, hexoprénaline, naphazoline, métaraminol, phénylpropanolamine, étiléfrine, cirazolina, oxymétazoline, tétryzoline, phénoxazoline, tramazoline, xylométazoline, clonidine, apraclonidine, brimonidine, médétomidine, xylazine, fénotérol, salbutamol, terbutaline, bambutérol, formotérol, procatérol, indacatérol, salmétérol, rimitérol, ritodrine, isoétharine, éphédrina, méthylphénidate, fenfluramine, méthamphétamine, etc.

L’adrénaline est un puissant agoniste des récepteurs adrénergiques β (prédominant) et α qui augmente la fréquence cardiaque (effet chronotrope), la vitesse de conduction et la force de contraction (effet inotrope) en raison de son action β1. À faibles doses, il produit une vasodilatation (action β2), mais à des doses plus élevées, la vasoconstriction prédomine en raison de l’activation vasculaire α, augmentant la pression artérielle et la tachycardie apparaissant.

Les autres effets pharmacologiques exceptionnels de l’adrénaline sont: la bronchodilatation (action β2), la contraction du muscle radial de l’iris et la mydriasis qui en résulte (action α), la relaxation du muscle lisse viscéral (digestif: β, l’útérus: β2, le détrusor: β) et la diminution de la sécrétion d’insuline favorisant l’apparition d’une hyperglycémie (action α2).

La adrénaline est de choix dans le choc anaphylactique et est utilisé en cas d’arrêt cardiaque lorsque les méthodes physiques échouent et en anesthésie locale, associée aux anesthésiques locaux, pour augmenter son effet.

La noradrénaline est un puissant agoniste des récepteurs adrénergiques α1, avec une activité cardiaque β1 et sans action β2, qui produit une vasoconstriction intense, une augmentation de la résistance périphérique et une augmentation de la fréquence cardiaque et de la contractilité, mais l’hypertension a généré provoque souvent une bradycardie réflexe. Ses effets pharmacologiques sont similaires à ceux de l’adrénaline, bien qu’ils apparaissent à fortes doses.

La noradrénaline est utilisée comme vasopresseur et agent inotrope dans le choc réfractaire à la dopamine, dans l’hypotension aprés élimination du phéochromocytome et dans le choc endotoxique.

L’isoprénaline est un agoniste presque exclusif des récepteurs adrénergiques β1 et β2 qui stimule le coeur et provoque une vasodilatation, augmentant la pression systolique et diminuant la pression diastolique. En conséquence, une diminution de la pression artérielle est obtenue, ce qui peut être grave si l’état circulatoire n’est pas satisfaisant ou si le volume minute est faible. Il produit également une dilatation bronchique, une réduction du tonus et de la motilité du tractus gastro-intestinal et une inhibition de la contraction utérine. Il est utilisé en état de choc avec vasoconstriction.

La dobutamine et le prénalterol sont des cardio-stimulants sélectifs β1 utilisés en choc cardiogénique et septique sans hypotension (agents inotropes).

La dopamine, à faibles doses, induit une vasodilatation due à la stimulation des récepteurs D1, elle est donc utilisée pour contrôler l’hypertension artérielle ou pour soulager l’insuffisance cardiaque congestive. À fortes doses, la fréquence cardiaque et la contractilité augmentent grâce à son activité sur les récepteurs β1-adrénergiques et, à des doses encore plus élevées, elle provoque une vasoconstriction, car elle agit sur les récepteurs α1-adrénergiques, elle est donc utilisée dans le choc réfractaire à l’expansion du volumen et dans l’hypotension associée au choc septique.

Phényléphrine, naphazoline, phénylpropanolamine, éthyléphrine, cirazoline, oxymétazoline, tétrizoline, phénoxazoline, tramazoline et xylométazoline sont des sympathomimétiques qui stimulent préférentiellement les récepteurs α1-adrénergiques, provoquant une vasoconstriction intense et une augmentation de la pression artérielle avec une bradycardie réflexe fréquente. Ils sont utilisés dans la congestion nasale par voie topique (pas plus de trois jours consécutifs pour éviter comme effet secondaire une éventuelle congestion de rebond due à une vasodilatation). La phényléphrine est également utilisée comme mydriatique pour l'exploration de la rétine.

La clonidine est un agoniste sélectif des récepteurs α2-adrénergiques à activité vasoconstricteur locale, mais qui, systémiquement, produit une hypotension paradoxale, c’est pourquoi elle est utilisée dans certains cas d’hypertension artérielle. L’apraclonidine et la brimonidine sont des sympathomimétiques α2 sélectifs utilisés pour réduire la pression intraoculaire.

Fénotérol, salbutamol, terbutaline, bambutérol, formotérol, procatérol, indacatérol et salmétérol sont des agonistes β2-adrénergiques sélectifs qui induisent une bronchodilatation, ils sont donc utilisés dans le traitement de l'asthme et de la MPOC, ainsi que dans les attaques de bronchospasme.

La ritodrine est un agoniste sélectif des récepteurs β2-adrénergiques qui est utilisé comme médicament de choix pour inhiber les contractions utérines pendant la grossesse à terme (le salbutamol et la terbutaline sont également utilisés).

L’éphédrine, un agoniste adrénergique à action mixte qui active directement les récepteurs adrénergiques α et β, est utilisée, en association avec d’autres médicaments, comme le bronchodilatateur (voie systémique) ou le décongestionnant (voie topique).

15. Les antagonistes des récepteurs α-adrénergiques.

Les antagonistes des récepteurs α-adrénergiques sont: phénoxybenzamine, phentolamine, tolazoline, doxazosine, prazosine, trimazosine, térazosine, alfuzosine, silodosine, indoramine, tamsulosine, yohimbine, uradipil, corinantine, kétansérine, dibénamine, mirtazapine, idazoxan, efaroxan, dihydroergotamine, ergotamine, labétalol, carvédilol, etc.

Le blocage de l'activité α1-adrénergique provoque une hypotension et une tachycardie réflexe, tandis que l’antagonisme α2 induit une augmentation de la libération de noradénaline et de sérotonine (effet antidépresseur potentiel) et favorise la vasodilatation (action antihypertensive).

Les antagonistes des récepteurs α-adrénergiques produisent le phénomène appelé inversion de la réponse à l'adrénaline car en bloquant l'action α1, l'activité β2 vasodilatatrice de l'adrénaline est maintenue (avec la noradrénaline, l'effet hypertensif n'est pas inversé mais il est réduit ou inhibé).

Prazosine, doxazosine et térazosine sont des antagonistes sélectifs des récepteurs α1-adrénergiques et induisent une vasodilatation et une diminution de la pression artérielle avec moins de tachycardie que les non-sélectifs, tandis que alfuzosine, silodosine et tamsulosine sont des bloqueurs sélectifs des récepteurs α1A-adrénergiques bien représentés dans les voies urinaires inférieures, ils sont donc de choix chez les patients atteints d’adénome prostatique et d’hypertension artérielle. Tous produisent un effet hypotenseur marqué «première dose» et sont utilisés chez les patients hypertendus atteints de diabète et de dyslipidémie, car ils améliorent ces altérations métaboliques, et réduisent les symptômes obstructifs et irritatifs de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

La phénoxybenzamine est un antagoniste irreversible non sélectif des récepteurs adrénergiques α1 et α2 (également antagonise des récepteurs dopaminergiques, H1, sérotoninergiques et cholinergiques muscariniques) utilisé dans le traitement des symptômes de phéochromocytome et dans les crises d'hypertension dues à des sympathomimétiques.

La phentolamine est un antagoniste non sélectif des récepteurs adrénergiques α1 et α2 utilisé dans la prévention et le contrôle des crises hypertensives dues à un phéochromocytome, bien que l'action vasodilatatrice soit accompagnée d'une tachycardie.

La dihydroergotamine et l’ergotamine sont des agonistes partiels des récepteurs α-adrénergiques (α-bloquants dans les situations de stimulation sympathique, tout en produisant une vasoconstriction intense et durable avec une pression artérielle élevée), c’est-à-dire qu’ils antagonisent la vasoconstriction générée par des concentrations élevées de la noradrénaline et la sérotonine et, en même temps, provoquent une vasoconstriction dans les artères du territoire musculaire, les artères coronaires et les vaisseaux extracrâniens, elles sont donc utilisées dans les crises de migraine aiguës qui ne donnent pas avec des analgésiques mineurs.

Le labétalol (utilisé en cas de crise hypertensive) et le carvédilol (utilisé en cas d’insuffisance cardiaque) sont des bloqueurs des récepteurs adrénergiques α1 et β.

Les autres antagonistes sélectifs des récepteurs α2-adrénergiques sont la yohimbine (utilisée dans certaines formes de dysfonction sexuelle masculine) et la mirtazapine (utilisée comme antidépresseur).

16. Les antagonistes des récepteurs β-adrénergiques.

Les antagonistes des récepteurs β-adrénergiques (bêta-bloquants) réduisent la fréquence cardiaque, la vitesse de conduction des nodules auriculo-ventriculaires, la force de contraction et le débit cardiaque, et ont un effet hypotenseur marqué et une grande efficacité antiarythmique.

Chez les patients diabétiques, les bêta-bloquants retardent la récupération de la glycémie après une injection d’insuline et augmentent la probabilité d’hypoglycémie avec l’exercise (l’adrénaline libère moins de glucose dans le foie, car la libération d’insuline par les catécholamines est un effet β2).

Le bloc β-adrénergique induit une bronchoconstriction intense (réduit le ton bronchodilatateur, permettant

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de 266 Pilules De Pharmacologie

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs