Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)
Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)
Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)
Livre électronique303 pages5 heures

Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

— Dans ce chef-d’œuvre de suspense et de mystère, Blake Pierce a magnifiquement développé ses personnages en les dotant d’un versant psychologique si bien décrit que nous avons la sensation d’être à l’intérieur de leur esprit, de suivre leurs angoisses et de les encourager afin qu’ils réussissent. Plein de rebondissements, ce livre vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page.
--Books and Movie Reviews, Roberto Mattos (à propos de SANS LAISSER DE TRACES)

LE LOOK IDÉAL est le sixième tome d’une nouvelle série de suspense psychologique par l’auteur à succès Blake Pierce, dont le best-seller n°1, SANS LAISSER DE TRACES (disponible en téléchargement gratuit), a obtenu plus de 1000 critiques à cinq étoiles.

Quand un homme est retrouvé mort dans une chambre d’hôtel de Los Angeles après avoir passé la nuit avec une prostituée, personne n’en pense grand-chose, jusqu’au moment où ce qui ressemblait à un cas isolé s’avère être une série. Il devient bientôt clair qu’une prostituée est devenue tueuse en série et que Jessie Hunt, 29 ans, profileuse criminelle et agent du FBI, est peut-être la seule à pouvoir l’arrêter.

Thriller psychologique palpitant aux personnages inoubliables et au suspense haletant, LE LOOK IDÉAL est le tome 6 d’une nouvelle série qui vous tiendra éveillé tard la nuit.

Le tome 7 de la série Jessie Hunt sera bientôt disponible.
LangueFrançais
ÉditeurBlake Pierce
Date de sortie5 juin 2020
ISBN9781094306148
Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)
Lire l'aperçu
Auteur

Blake Pierce

Blake Pierce is author of the #1 bestselling RILEY PAGE mystery series, which include the mystery suspense thrillers ONCE GONE (book #1), ONCE TAKEN (book #2) and ONCE CRAVED (#3). An avid reader and lifelong fan of the mystery and thriller genres, Blake loves to hear from you, so please feel free to visit www.blakepierceauthor.com to learn more and stay in touch.

Lié à Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)

Titres dans cette série (28)

Voir plus

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Le Look Idéal (Un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6) - Blake Pierce

    Le look idéal

    (un thriller psychologique avec Jessie Hunt, tome 6)

    Blake Pierce

    Blake Pierce

    Blake Pierce a été couronné meilleur auteur et bestseller d'après USA Today pour Les Enquêtes de RILEY PAIGE - seize tomes (à suivre), la Série Mystère MACKENZIE WHITE - treize tomes (à suivre) ; Les Enquêtes d'AVERY BLACK - six tomes ; Les Enquêtes de KERI LOCKE - cinq tomes ; LES ORIGINES DE RILEY PAIGE - cinq tomes (à suivre) ; la Série Mystère KATE WISE - six tomes (à suivre) ; la Série Thriller Psychologique CHLOE FINE - cinq tomes (à suivre) ; la Série Thriller Psychologique JESSIE HUNT - cinq tomes (à suivre) ; la Série Thriller Psychologique FILLE AU PAIR - deux tomes (à suivre) et Les Enquêtes de ZOE PRIME - deux tomes (à suivre).

    Lecteur passionné, fan de thriller et romans à suspense depuis son plus jeune âge, Blake adore vous lire, rendez-vous sur www.blakepierceauthor.com – Restons en contact !

    Copyright © 2020 par Blake Pierce. Tous droits réservés. Sauf dérogations autorisées par la Loi états-unienne sur le droit d’auteur de 1976, aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, distribuée ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, ou stockée dans une base de données ou système de récupération, sans l’autorisation préalable de l’auteur.

    Ce livre électronique est réservé sous licence à votre usage personnel uniquement. Ce livre électronique ne peut être revendu ou offert à d’autres gens. Si vous voulez partager ce livre avec une autre personne, veuillez en acheter un exemplaire supplémentaire par destinataire. Si vous lisez ce livre sans l’avoir acheté, ou s’il n’a pas été acheté pour votre seule utilisation personnelle, alors veuillez le renvoyer et acheter votre exemplaire personnel. Merci de respecter le difficile travail de cet auteur.

    Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les entreprises, les organisations, les lieux, les événements et les incidents sont le fruit de l’imagination de l’auteur ou sont utilisés fictivement. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou mortes, n’est que pure coïncidence.

    Image de couverture : copyright Little Moon, utilisée en vertu d’une licence accordée par Shutterstock.com.

    LIVRES PAR BLAKE PIERCE

    LES MYSTÈRES DE ADÈLE SHARP

    LAISSÈ POUR MORT (Volume 1)

    CONDAMNÈ À FUIR (Volume 2)

    CONDAMNÈ À SE CACHER (Volume 3)

    LA FILLE AU PAIR

    PRESQUE DISPARUE (Livre 1)

    PRESQUE PERDUE (Livre 2)

    PRESQUE MORTE (Livre 3)

    LES MYSTÈRES DE ZOE PRIME

    LE VISAGE DE LA MORT (Tome 1)

    LE VISAGE DU MEURTRE (Tome 2)

    LE VISAGE DE LA PEUR (Tome 3)

    SÉRIE SUSPENSE PSYCHOLOGIQUE JESSIE HUNT

    LA FEMME PARFAITE (Volume 1)

    LE QUARTIER IDÉAL (Volume 2)

    LA MAISON IDÉALE (Volume 3)

    LE SOURIRE IDÉALE (Volume 4)

    LE MENSONGE IDÉALE (Volume 5)

    LE LOOK IDEAL (Volume 6)

    SÉRIE SUSPENSE PSYCHOLOGIQUE CHLOE FINE

    LA MAISON D’À CÔTÉ (Volume 1)

    LE MENSONGE D’UN VOISIN (Volume 2)

    VOIE SANS ISSUE (Volume 3)

    LE VOISIN SILENCIEUX (Volume 4)

    DE RETOUR À LA MAISON (Volume 5)

    SÉRIE MYSTÈRE KATE WISE

    SI ELLE SAVAIT (Volume 1)

    SI ELLE VOYAIT (Volume 2)

    SI ELLE COURAIT (Volume 3)

    SI ELLE SE CACHAIT (Volume 4)

    SI ELLE S’ENFUYAIT (Volume 5)

    SI ELLE CRAIGNAIT (Volume 6)

    LES ORIGINES DE RILEY PAIGE

    SOUS SURVEILLANCE (Tome 1)

    ATTENDRE (Tome 2)

    PIEGE MORTEL (Tome 3)

    ESCAPADE MEURTRIERE (Tome 4)

    LA TRAQUE (Tome 5)

    LES ENQUÊTES DE RILEY PAIGE

    SANS LAISSER DE TRACES (Tome 1)

    RÉACTION EN CHAÎNE (Tome 2)

    LA QUEUE ENTRE LES JAMBES (Tome 3)

    LES PENDULES À L’HEURE (Tome 4)

    QUI VA À LA CHASSE (Tome 5)

    À VOTRE SANTÉ (Tome 6)

    DE SAC ET DE CORDE (Tome 7)

    UN PLAT QUI SE MANGE FROID (Tome 8)

    SANS COUP FÉRIR (Tome 9)

    À TOUT JAMAIS (Tome 10)

    LE GRAIN DE SABLE (Tome 11)

    LE TRAIN EN MARCHE (Tome 12)

    PIÉGÉE (Tome 13)

    LE RÉVEIL (Tome 14)

    BANNI (Tome 15)

    MANQUE (Tome 16)

    UNE NOUVELLE DE LA SÉRIE RILEY PAIGE

    RÉSOLU

    SÉRIE MYSTÈRE MACKENZIE WHITE

    AVANT QU’IL NE TUE (Volume 1)

    AVANT QU’IL NE VOIE (Volume 2)

    AVANT QU’IL NE CONVOITE (Volume 3)

    AVANT QU’IL NE PRENNE (Volume 4)

    AVANT QU’IL N’AIT BESOIN (Volume 5)

    AVANT QU’IL NE RESSENTE (Volume 6)

    AVANT QU’IL NE PÈCHE (Volume 7)

    AVANT QU’IL NE CHASSE (Volume 8)

    AVANT QU’IL NE TRAQUE (Volume 9)

    AVANT QU’IL NE LANGUISSE (Volume 10)

    AVANT QU’IL NE FAILLISSE (Volume 11)

    AVANT QU’IL NE JALOUSE (Volume 12)

    AVANT QU’IL NE HARCÈLE (Volume 13)

    LES ENQUÊTES D’AVERY BLACK

    RAISON DE TUER (Tome 1)

    RAISON DE COURIR (Tome2)

    RAISON DE SE CACHER (Tome 3)

    RAISON DE CRAINDRE (Tome 4)

    RAISON DE SAUVER (Tome 5)

    RAISON DE REDOUTER (Tome 6)

    LES ENQUETES DE KERI LOCKE

    UN MAUVAIS PRESSENTIMENT (Tome 1)

    DE MAUVAIS AUGURE (Tome 2)

    L’OMBRE DU MAL (Tome 3)

    JEUX MACABRES (Tome 4)

    LUEUR D’ESPOIR (Tome 5)

    SOMMAIRE

    CHAPITRE PREMIER

    CHAPITRE DEUX

    CHAPITRE TROIS

    CHAPITRE QUATRE

    CHAPITRE CINQ

    CHAPITRE SIX

    CHAPITRE SEPT

    CHAPITRE HUIT

    CHAPITRE NEUF

    CHAPITRE DIX

    CHAPITRE ONZE

    CHAPITRE DOUZE

    CHAPITRE TREIZE

    CHAPITRE QUATORZE

    CHAPITRE QUINZE

    CHAPITRE SEIZE

    CHAPITRE DIX-SEPT

    CHAPITRE DIX-HUIT

    CHAPITRE DIX-NEUF

    CHAPITRE VINGT

    CHAPITRE VINGT-ET-UN

    CHAPITRE VINGT-DEUX

    CHAPITRE VINGT-TROIS

    CHAPITRE VINGT-QUATRE

    CHAPITRE VINGT-CINQ

    CHAPITRE VINGT-SIX

    CHAPITRE VINGT-SEPT

    CHAPITRE VINGT-HUIT

    CHAPITRE VINGT-NEUF

    CHAPITRE TRENTE

    CHAPITRE TRENTE-ET-UN

    CHAPITRE TRENTE-DEUX

    CHAPITRE TRENTE-TROIS

    CHAPITRE TRENTE-QUATRE

    CHAPITRE TRENTE-CINQ

    CHAPITRE PREMIER

    Gordon Maines se regarda dans le miroir de la salle de bain de l’hôtel et ne put s’empêcher d’admirer l’homme qu’il y vit.

    Pour un conseiller municipal de troisième mandat qui envisageait de se faire élire maire, il dégageait l’assurance d’un homme qui faisait souvent plier le système au lieu de s’y conformer. Mis à part ça, il avait tout simplement bonne apparence.

    Il avait presque cinquante ans mais, grâce à un programme complet de soins de la peau (quelque peu aidé par des piqûres de Botox), il se disait qu’il pouvait encore donner l’illusion qu’il en avait quarante. Ses cheveux ondulés étaient pour l’instant plus poivre que sel. Sa peau était bronzée, mais elle donnait quand même l’impression d’être saine. Il avait encore l’air tout à fait fringant en costume, même s’il n’en portait pas pour l’instant.

    En fait, à ce moment-là, tout ce qu’il portait, c’était un maillot de corps blanc et un caleçon, qu’il ne tarderait pas à enlever eux aussi. Quand il se mit la petite pilule bleue dans la bouche et l’avala avec une gorgée de brandy, il pensa à ce qui l’attendait dans la pièce d’à côté.

    C’était loin d’être la première fois qu’il faisait ça, mais la femme qu’il avait emmenée dans la chambre 1441 du Bonaventure Hotel était peut-être la plus impressionnante de toutes celles qu’il avait connues. La robe violette qu’elle portait était raffinée et stylée, mais elle lui moulait le corps d’assez près pour suggérer les trésors qui se trouvaient dessous. Une partie de lui-même se demandait ce qu’elle faisait dans ce métier. Elle était assez sexy pour être mannequin ou actrice, ou au minimum star du porno.

    Cependant, Gordon ne se soucia pas longtemps des perspectives d’emploi à long terme de cette fille. Pour l’instant, elle était là et elle ferait tout ce qu’il voudrait, même s’il fallait qu’il retire de l’argent de la caisse noire qu’il entretenait en douce, celle qu’il utilisait pour que son épouse ne soit pas au courant de ses diverses peccadilles.

    Il passa dans la chambre luxueuse aux murs couleur café crème décorés d’œuvres d’art modernes, à la moquette épaisse et aux commodes couvertes de marbre. Il eut alors la surprise de trouver le lit vide. L’espace d’une seconde, pensant qu’elle s’était éclipsée avec la première moitié de son paiement, il partit vers la porte.

    — Où tu vas, grand garçon ? ronronna une voix qui venait du coin de la chambre.

    Il jeta un coup d’œil dans cette direction et la vit, la fille qui avait exigé de rester anonyme. Elle était assise dans un fauteuil à haut dossier dans le coin près de la fenêtre et elle ne portait qu’un bustier noir et une culotte branchée. Ses proportions étaient presque celles d’une poupée Barbie et il comptait examiner la chose plus en détail dans un avenir très proche.

    Ses longs cheveux blonds tombaient sur ses épaules et atteignaient quasiment ses coudes. Elle avait la peau moins bronzée que les californiennes standard, ce qui lui donnait une délicatesse et une sophistication qui, d’une façon ou d’une autre, paraissait exotique dans ce pays de soleil et de surf. Ses yeux bleu vif rappelaient à Gordon les eaux caribéennes où il avait passé sa lune de miel.

    Gordon écarta immédiatement cette pensée et se concentra sur la créature qui se trouvait devant lui.

    — Je vais vers toi, répondit-il d’une voix qu’il trouvait suave.

    — Avant, je t’ai versé un autre verre, dit-elle en désignant d’un hochement de tête le comptoir situé au-dessus du mini-bar avant de boire quelques gouttes de son propre verre. J’ai décidé de ne pas attendre.

    — C’est pas poli, dit-il en faisant semblant d’être offensé et en prenant son verre.

    — J’espère que je saurai me faire excuser, dit-elle d’un ton chantant et enjoué.

    — Je suis sûr que je trouverai une solution, répondit-il avant de prendre une gorgée. Mmm, est-ce du brandy ?

    — Quand nous étions en bas, tu as précisé que c’était ta boisson préférée, dit-elle.

    — Ouah, tu as fait attention à ça, s’étonna-t-il avant de prendre une autre gorgée. Dans ton métier, la plupart des filles ne font attention qu’à l’argent.

    — Dis-tu que je ne suis pas ta première conquête ? demanda-t-elle avec une moue théâtrale, avançant la lèvre inférieure avec une telle férocité que Gordon arriva tout juste à se retenir.

    Cette fille est bonne.

    Il se dit qu’il faudrait qu’il ajoute un petit supplément si le reste de ses prestations était de la même qualité.

    — Et si tu enlevais ton maillot de corps ? Viens par ici, suggéra-t-elle en se levant pour qu’il puisse la voir de la tête aux pieds.

    — Volontiers, murmura-t-il en retirant son maillot de corps avec plus de maladresse qu’il ne l’aurait voulu.

    En fait, quand il le leva au-dessus de sa tête, il perdit l’équilibre et trébucha légèrement. Heureusement, il atterrit sur le lit, où il réussit finalement à s’enlever le maillot de corps, même s’il sentit qu’il se décoiffait ce faisant. Sa maladresse l’irritait, mais il se rappela que la fille blonde ne s’en souciait guère.

    Maintenant, elle se tenait au-dessus de lui et souriait légèrement. Peut-être trouvait-elle sa maladresse touchante.

    — Maladroit ? roucoula-t-elle en allant vers le fauteuil où il avait posé son pantalon et en se mettant alors ce qui ressemblait à des gants en plastique.

    Il la regarda bouger mais se rendit compte qu’il avait un peu de mal à se concentrer.

    Elle sortit son portefeuille de sa poche de derrière et l’inspecta lentement, sortant toutes ses cartes et les laissant tomber dans une petite poche en plastique. Il essaya de s’appuyer sur ses coudes pour mieux la voir, mais ses bras ne répondaient pas aux ordres que leur envoyait son cerveau.

    — Hé … essaya-t-il de dire, alors que sa langue lui paraissait pesante dans sa bouche.

    La fille lui jeta un coup d’œil et lui fit un sourire doux.

    — Tu te sens à l’aise ? demanda-t-elle en allant récupérer son sac à main et en y déposant la poche en plastique.

    Quelque part au fond de son cerveau, Gordon se rendit compte que la fille essayait peut-être de le voler. Il pensa aussi qu’elle avait peut-être glissé quelque chose dans sa boisson. Il était temps de mettre fin à ces manigances.

    Avec toute la force qu’il put trouver, Gordon se remit en position assise. Il essaya de fixer la fille du regard, mais il n’arrivait pas à garder la tête droite.

    — Arrête, essaya-t-il de crier, mais il ne parvint qu’à bafouiller, comme s’il avait eu un tas de billes dans la bouche.

    Quand elle avança vers lui, il commença à voir double, puis triple. Il n’arrivait pas à distinguer la vraie fille de ses doubles.

    — Tu es mignon, dit la fille du milieu en le repoussant sur le lit. On commence ?

    Elle s’installa à califourchon sur lui. Le corps de Gordon était lourd et insensible et il sentait à peine le poids de la fille. Il vit qu’elle portait encore les gants en plastique.

    Dans son esprit de plus en plus confus, une alarme résonna. Cette fille faisait plus que le droguer et le dévaliser. La manière décontractée et tranquille dont la femme bougeait suggérait qu’elle n’en avait pas simplement après son argent et ses possessions. Elle aimait ce qu’elle faisait. La façon dont elle se dandina contre son torse lui rappela un serpent qui montait à une branche d’arbre lentement et en ondulant.

    — Que … tu fais ? réussit-il à baragouiner.

    Elle sembla le comprendre à la perfection.

    — Je tiens une promesse, répondit-elle avec désinvolture comme si elle répondait à une question sur la météo.

    Gordon regarda dans ses yeux bleus et vit que toute gaieté en avait disparu. Maintenant, ils étaient glacials et concentrés. Gordon comprit qu’il était en danger. Cette prise de conscience envoya soudain une poussée d’adrénaline dans son organisme et il s’en servit pour se relever du lit.

    Il avait prévu de se relever sans difficulté et de repousser la femme pour la faire tomber par terre mais, alors qu’il s’était à peine relevé de quinze centimètres, elle le fit retomber sur le lit en appuyant seulement son index contre sa poitrine et le remit ainsi dans sa position précédente. Alors, elle se pencha jusqu’à ce que leurs visages ne soient plus séparés que de quelques centimètres. Les cheveux de la femme tombaient sur les yeux de Gordon, mais il n’y pouvait rien.

    — Tout est fini pour toi, Gordon, lui chuchota-t-elle à l’oreille. As-tu un dernier message ?

    Il écarquilla les yeux. C’était la seule partie de son anatomie qu’il semblait encore capable de contrôler.

    — Argh … bafouilla-t-il.

    — Peu importe, dit-elle en l’interrompant brusquement. De toute façon, ça m’est égal.

    Alors que Gordon la regardait, elle se redressa et passa les mains autour de son cou. Il ne la sentit pas vraiment lui serrer la gorge, mais il comprit que c’était ce qu’elle faisait parce qu’il eut soudain du mal à respirer. Ses yeux commencèrent à se gonfler et lui donnèrent l’impression qu’ils allaient sortir de leurs orbites. Il essaya désespérément de haleter, mais il semblait ne pas pouvoir faire entrer d’air dans sa poitrine. Sa vision se brouilla. Sa langue s’agita dans tous les sens comme pour chercher de l’oxygène partout. Pourtant, rien ne fonctionnait.

    La dernière chose qu’il vit avant que sa vision ne s’obscurcisse fut la femme qui, au-dessus de lui, le fixait attentivement du regard pendant qu’elle l’étranglait. Elle souriait encore.

    CHAPITRE DEUX

    Nerveuse, Jessie Hunt était assise dans le box de Nickel Diner dans South Main Street, à seulement deux pâtés de maison du Poste Central de la Police de Los Angeles.

    Alors que la personne qu’elle allait rencontrer ne se soucierait pas du tout de son apparence, elle voulait faire bonne impression. En général, elle jugeait qu’elle était présentable. Ses yeux verts étaient clairs et ses cheveux marron à hauteur des épaules avaient l’air plus brillants que d’habitude. Aujourd’hui, elle avait pris la précaution de mettre son chemisier et son pantalon les plus professionnels avant d’aller travailler, ainsi que des chaussures plates qui n’accentuaient pas sa taille déjà imposante d’un mètre soixante-dix-sept. Elle pensait qu’aucune des personnes qui la verraient aujourd’hui ne la prendraient pour un mannequin, comme cela se produisait parfois. Cependant, à seulement quelques semaines de son trentième anniversaire, elle savait qu’elle pouvait encore séduire quand cela l’aidait à obtenir ce qu’elle voulait.

    Réflexion faite, elle pensait qu’elle se débrouillait plutôt bien. Après tout, cela ne faisait que sept jours qu’elle avait été droguée par une personne soupçonnée d’homicide et qu’il avait fallu lui faire un lavement. Depuis, après qu’on lui avait permis de quitter l’hôpital, elle était surtout restée enfermée dans son appartement, sous la garde et la protection de l’inspecteur Ryan Hernandez.

    Ryan avait insisté pour rester avec elle jusqu’à ce qu’elle ait repris ses forces. Donc, toute la semaine dernière, il avait couché sur le canapé-lit du salon et préparé la plupart des repas de sa protégée. Jessie avait délibérément décidé d’accepter l’aide de son collègue en toute simplicité, sans surinterpréter les actions de l’homme qui était parfois son collègue dans certains cas et parfois plus.

    En temps normal, après un congé médical prolongé, Jessie serait en priorité repartie travailler avec Ryan pour aller à sa réunion de réintégration avec le capitaine Roy Decker de la Police de Los Angeles. Cependant, aujourd’hui était une journée inhabituelle. Elle avait décidé d’organiser une petite réunion personnelle avant de recommencer à travailler et que le capitaine ne se mette à lui imposer des règles et des limites.

    Même si Jessie Hunt était consultante en profilage criminel pour la Police de Los Angeles sans être agent de police officiel, le capitaine Decker était quand même son supérieur immédiat et désobéir à ses ordres pouvait avoir des répercussions graves. Cependant, si Jessie se contentait de retrouver quelqu’un et d’avoir une discussion officieuse sur une enquête en cours avant de recevoir les ordres de Decker, on pourrait difficilement le lui reprocher.

    C’était pour cette raison qu’elle était assise dans ce restaurant bondé à 7 h 30 du matin et qu’elle y attendait l’arrivée d’un homme auquel elle n’avait parlé que rarement et presque toujours en se battant contre sa propre angoisse. Elle grignota son toast et sirota sa deuxième tasse de café, tout à fait consciente qu’elle aurait probablement dû n’en boire qu’une. Il entra juste au moment où elle posait la tasse sur la table.

    Garland Moses jeta un coup d’œil dans le restaurant, repéra Jessie et se dirigea vers elle. Comme il avait soixante-et-onze ans, la peau parcheminée, des cheveux blancs en bataille et des lunettes à double foyer qui semblaient être sur le point de tomber du bout de son nez, il n’attira pas l’attention des clients devant lesquels il passa et dont aucun ne fut conscient d’être en présence de l’un des profileurs criminels les plus renommés du dernier quart de siècle.

    Jessie ne pouvait guère le leur reprocher. Cet homme semblait cultiver son allure négligée. Il avança vers Jessie en traînant les pieds et en semblant oublier les pans de chemise qui dépassaient de son pantalon en velours côtelé froissé et les taches visibles sur son gilet bordeaux trop grand. Sa veste sport grise, qui pendait sur lui comme s’il avait été un cintre, paraissait sur le point de l’avaler tout entier.

    Cependant, si l’on y prêtait plus d’attention, d’autres choses devenaient claires. Derrière les lunettes épaisses, ses yeux vifs observaient rapidement les environs et les analysaient en un instant. Alors qu’il avait les cheveux en bataille, il était rasé de près et pas un seul poil ne dépassait. Ses dents étaient encore d’un blanc immaculé et en parfait état. Ses ongles étaient coupés nettement et les lacets de ses mocassins usagés étaient attachés avec des nœuds doubles. Garland Moses donnait l’impression d’être un vieil homme négligé style Columbo mais, comme Jessie le savait bien, c’était une apparence et rien de plus.

    Moses avait résolu quelques-uns des homicides les plus complexes du pays pendant les quarante dernières années. Il l’avait d’abord fait en tant que membre de la célèbre Division des Sciences du Comportement du FBI basée à Quantico, en Virginie. Alors, à la fin des années 1990, après avoir passé vingt ans à étudier ce que l’humanité avait de pire, il était parti à la retraite dans le soleil de la Californie du Sud.

    Cependant, quelques mois après son arrivée, la Police de Los Angeles lui avait demandé de devenir consultant en profilage. Il avait accepté à plusieurs conditions. D’abord, comme il ne serait plus officiellement employé, il ne voulait plus être soumis aux règles de la division et il voulait être libre de ses allées et venues. Ensuite, il voulait choisir ses affaires. Enfin, chose la plus importante pour lui, il ne voulait pas être obligé de respecter un code vestimentaire, quel qu’il soit.

    La division avait tout de suite accepté et, malgré son attitude extérieurement bourrue qui avait poussé un agent de police à le traiter de « crétin taciturne et irascible », les officiels n’avaient jamais regretté leur choix. Confortablement installé dans son bureau isolé et grand comme un placard à balais du premier étage du poste, Moses travaillait et on pouvait lui faire confiance pour résoudre au moins trois ou quatre affaires très médiatisées par an, en général celles qui restaient énigmatiques pour tout le monde.

    Pour des raisons que Jessie n’avait jamais comprises, Garland Moses semblait l’apprécier, ou au moins ne pas avoir ouvertement envie qu’elle disparaisse, ce qui était quasiment la même chose pour lui. Parfois, il lui avait même donné quelques conseils sur quelques-unes de ses affaires en cours.

    De plus, même s’il ne l’avait jamais reconnu, elle avait appris que sa recommandation avait aidé à la faire admettre à l’Académie du FBI, pour cette formation de dix semaines si renommée qu’elle avait remportée l’année d’avant.

    Ce programme très sélectif réunissait les meilleurs agents des services de police locaux pour leur apprendre les dernières techniques d’enquête du FBI. En général, cette formation n’était accessible qu’aux inspecteurs expérimentés au parcours exceptionnel. Cependant, Jessie, qui était assez peu expérimentée,

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1