Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les contes interdits - Hansel et Gretel

Les contes interdits - Hansel et Gretel

Lire l'aperçu

Les contes interdits - Hansel et Gretel

évaluations:
5/5 (2 évaluations)
Longueur:
285 pages
4 heures
Sortie:
Nov 23, 2020
ISBN:
9782898190681
Format:
Livre

Description

Une mère désespérée surprenant l’innommable dans le quatre pièces et demie miteux qu’elle partage avec son salaud et leur couple de jumeaux.

Un frère et une soeur télépathes ayant sauvagement perdu leur innocence, avidement convoités par les serviteurs de Satan.

Une adolescente rebelle à l’enfance éclatée servant de guide dans une métropole abritant anges et démons.

Un prêtre et une sorcière cherchant à accomplir la plus ancienne des prophéties du Necronomicon.

Deux enfants comprenant que, si Dieu est une pure invention humaine permettant de vivre d’espoir, le diable lui, existe bel et bien.

* * *

Hansel et Gretel était un conte pour enfants. Celui que vous découvrirez sous peu en est bien loin et risque de ternir à jamais votre part d’innocence. Êtes-vous réellement prêt pour cette balade dans les plus sombres abysses de l’âme humaine?
Sortie:
Nov 23, 2020
ISBN:
9782898190681
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Décembre 1969. Une tempête fait rage lorsqu’Yvan Godbout décide enfin de pointer le bout de son nez. Gamin timide élevé au cœur du Haut-Richelieu, il passe ses temps libres à la bibliothèque du quartier plutôt qu’au terrain de jeu. Les romans du grand King, découverts à l’adolescence, empourpreront à jamais son imaginaire. Dès lors, son intérêt pour la littérature fantastique et le cinéma de genre devient vite insatiable. Ami des fantômes et des croquemitaines en tout genre, son désir de les intégrer à une histoire sommeillera en lui longtemps. À l’aube de la quarantaine, son rêve devient réalité; L’Ogre des Marées voit le jour (Mon Petit Éditeur). Puis c’est l’univers cauchemardesque de la série Les yeux jaunes (Éditions AdA) qui prend forme sous sa plume. Emplies de bruit, de fureur et d’hémoglobine, ses histoires vous procureront une dose massive de frisson !


Lié à Les contes interdits - Hansel et Gretel

Titres dans cette série (31)

Livres associé

Catégories liées

Aperçu du livre

Les contes interdits - Hansel et Gretel - Yvan Godbout

Grimm

PROLOGUE

L’autobus s’immobilise à l’intersection de la rue Perrault et du boulevard Andersen, à quelques mètres d’un quatuor de sacs-poubelle éventrés. Au milieu de ces détritus, un vieux matou noir charbon, dérangé en plein petit déjeuner nocturne, crache rageusement son mécontentement. L’échine courbée, il observe d’un œil mauvais la jeune femme sortant de l’imposant véhicule qui, presque aussitôt, s’éloigne bruyamment en soulevant un désagréable nuage poussiéreux. Pas un instant ses yeux ambrés n’ont quitté la menace se dirigeant vers lui. Une boîte suspecte entre les mains, l’humaine aux longs cheveux cuivrés approche d’un pas vif. Plus qu’une vingtaine de pattes avant qu’elle n’arrive jusqu’à lui ; il crache à nouveau. Plus que 10 pattes ne les séparent ; ses poils se dressent sur son dos. Cinq pattes ; il sort les griffes. Une patte ; elle est juste là. Sans même le regarder, elle passe rapidement devant lui.

Soupir de chat. Il n’aura pas à se battre pour la troisième fois de la journée.

Soulagé, l’animal replonge dans les ordures. Il a déjà oublié l’inconnue à la boîte. À peine entend-il l’écho de ses talons martelant la chaussée au cœur de la nuit. Il a faim, très faim. Pourquoi ne le laisse-t-on jamais manger en paix ? D’un coup de mâchoire appliqué, il extirpe un bout de viande crue d’un sac plastique. Avariée et malodorante, la chair est attaquée par une famille d’asticots. Tant pis ; il est bien trop affamé pour faire la fine gueule. Mordant à pleines dents dans son premier vrai repas de la journée, il fait fi de l’âpreté de la nourriture. Il tire, déchire, mastique, se remplit l’estomac. Demain, celui-ci sera vide à nouveau, mais pour le moment, ça lui est égal ; sans se régaler, il reprend des forces. Ses canines acérées grugent jusqu’à l’os, détachent chaque brin putréfié qui s’y colle. En un rien de temps, il aura assez d’énergie pour se battre contre ceux qui cherchent toujours à lui voler son petit déjeuner.

Enfin rassasié, le félin ne s’occupe pas du truc dur enserrant l’une des extrémités de son repas. Ça brille, c’est froid, sans la moindre odeur, ni saveur ; bref, cette chose ne se mange pas. Étrangement, le visage de sa dernière maîtresse lui vient en tête. C’était une gentille humaine. Sa gentille humaine. Elle et lui habitaient une grande maison à la campagne, pleine de souris. La gentille humaine lui faisait souvent des câlins. La gentille humaine lui servait ses déjeuners dans un bol de porcelaine. La gentille humaine lui préparait une boîte de gravier juste pour lui afin qu’il puisse y faire ses petits besoins impunément. La gentille humaine portait un anneau doré autour d’un doigt, pareil au machin ornant celui qu’il est en train de grignoter.

Sourire de chat. Il est heureux d’avoir repensé à la gentille humaine aujourd’hui.

Et si…

Le vieux matou délaisse subitement son repas, se mettant plutôt à flâner le long du trottoir. Sans s’arrêter, il lève le museau, hume l’air. Le parfum de la femme à la boîte y flotte toujours — oh, presque imperceptible —, mais son odorat ne lui ment jamais. Une odeur sucrée s’y mélange subtilement ; miam, elle transporte sûrement quelque chose d’appétissant. Il accélère le rythme. L’humaine n’est plus très loin maintenant ; il pourra certainement la rattraper. Au loin, un chien aboie comme un enragé. Il s’en contrefiche complètement ; ce sale clébard est loin, beaucoup trop pour l’attraper. Il doit rester concentré. Bientôt, il aura à jouer le grand jeu : ronronner plus fort qu’à son habitude ; miauler comme un chaton ; frotter sa tête contre les mollets de l’inconnue. Il saura vite si c’est une gentille humaine. Peut-être voudra-t-elle être sa nouvelle gentille humaine !

Le matou arrive enfin à l’intersection suivante, juste à temps pour voir la jeune femme entrer dans un bâtiment mal entretenu. Bon, ce n’est peut-être pas aussi joli que la maison à la campagne qu’il a déjà habitée, mais l’endroit doit être bien garni en rats. Excité, il traverse la rue sans réfléchir. Flash de lumière ; phares brillant dans la nuit.

BAM. Une voiture le percute.

Le vieux matou noir charbon passe sous une roue.

Le vieux matou noir charbon passe sous une autre roue.

Le vieux matou noir charbon n’aura jamais de nouvelle gentille humaine.

La gentille humaine n’aura jamais connu le chat grignoteur de doigt tout pourri.

La gentille humaine, tout comme vous, ne saura jamais à qui appartenait ce doigt tout pourri.

La gentille humaine a, de toute façon, bien d’autres chats à fouetter.

PARTIE 1

CHEMIN DE CROIX

Une horrible odeur d’huile rance accompagne la jeune femme au sous-sol. Comme chaque fois qu’elle y descend, elle compte une à une les marches la menant indubitablement vers l’unique appartement miteux qui s’y trouve. Dix marches archi-usées comme autant de gifles lui rappelant sa misérable vie. Elle n’a pas atteint la cinquième que le son provenant d’une télévision à plein volume égratigne ses tympans. Ses yeux roulent dans leurs orbites : le voisin du dessus aura encore de quoi se plaindre à leur propriétaire. Découragée, elle s’adosse contre la rampe de bois au vernis écaillé ayant subi l’assaut de nombreuses mains au fil des décennies. Combien d’empreintes s’y superposent-elles, plaquées les unes sur les autres ? Des centaines, voire des milliers ? Que sont devenus tous ces gosses, mères et vieux salauds qui ont laissé leurs doigts s’y retenir ? Elle s’en moque éperdument et jette plutôt un coup d’œil sur la boîte qu’elle retient par une ficelle ; à l’intérieur, le gâteau préféré de son salaud à elle, Gaston, qui célèbre son 40e anniversaire de naissance. Une date qu’elle préfèrerait oublier puisqu’elle la ramène immanquablement vers un passé pourtant lointain, c’est-à-dire exactement 22 ans auparavant. C’était le 16e jour de mai 1995. Elle n’était qu’une gamine.

Une gamine qui perdait à jamais son innocence entre les mains d’un autre salaud, son oncle Freddy.

Cela avait duré tout l’été : 3 mois, 12 vendredis d’éjaculations contre nature. Il avait 32 ans, elle n’en avait que 13. Personne n’était au courant, encore moins sa pauvre mère, sœur dudit oncle. Freddy était mort le premier jeudi de septembre, une journée seulement avant d’atteindre un énième orgasme entre ses cuisses de jeune fille. Un pied de travers sur le dernier barreau d’une échelle alors qu’il réparait la corniche de sa maison, et ça y était ; sa jolie tête blonde s’était fracassée contre le sol asphalté de son coquet bungalow. L’oncle Freddy était mort sur le coup, laissant dans le deuil une charmante épouse, un poupon tout mignon et un brave toutou nommé Charly. Il aurait eu 33 ans le lendemain, soit l’âge qu’avait le Christ à sa crucifixion, mais contrairement au Fils de Dieu, Freddy n’était jamais revenu d’entre les morts 3 jours plus tard. Il devait plutôt pourrir en enfer avec des millions d’autres salauds, des hommes comme celui qu’elle s’apprête à rejoindre pour lui souhaiter un joyeux anniversaire obligé, pour ne pas dire forcé. Regardant la porte grise au bas de l’escalier, elle chuchote pour elle-même.

— Allez, Alice, c’est pas pour lui que tu le fais, mais pour les p’tits.

Prenant une bonne inspiration, elle descend les dernières marches, les énumérant dans sa tête.

Cinq ; pourquoi tu le quittes pas ?

Quatre ; mais pour aller où, ma pauvre vieille ? T’as plus de parents, aucune famille…

Trois ; et comment tu feras vivre les enfants, dis-moi ? T’as pas un rond, un boulot minable…

Deux ; le salaud te retrouvera vite fait. Y te fera les yeux doux, te demandera pardon…

Un ; le salaud te ramènera rapidement. Y te fera un œil au beurre noir, te foutra une raclée…

Maintenant face à la porte, elle hésite un instant, une main posée sur la poignée ternie. Fermant les yeux, elle la tourne jusqu’au déclic. Déverrouillée. Bien sûr. Encore une fois, l’homme de la maison, c’est-à-dire le salaud, n’a pas mis le verrou. N’importe quel voyou du coin pourrait entrer chez eux comme dans un moulin. Non pas qu’un cambrioleur aurait quoi que ce soit d’intéressant à se mettre sous la main, mais il pourrait aisément s’en prendre aux enfants. Ses enfants. Mécontente, elle pousse la porte grise. Le bruit infernal du téléviseur et le parfum aigre de la cigarette qui colle aux murs jaunis du quatre pièces et demie l’assaillent aussitôt. Refermant derrière elle, la jeune femme enclenche impatiemment le verrou en maugréant.

— Bienvenue au pays-pas-si-merveilleux, ma pauvre Alice…

Le salon, tout comme le reste de l’appartement, semble désert. Les jumeaux sont probablement au lit, et le salaud doit se prendre une bière à la cuisine ou couler un bronze aux chiottes. Tant mieux ; elle n’était pas pressée de voir sa grosse bouille d’ours mal léché, son crâne dégarni et sa bedaine d’ivrogne. Il fut un temps pourtant où Gaston était beau mec ; teint basané, cheveux noirs et fournis, yeux marron, costaud, et tout et tout. Cette époque était révolue depuis belle lurette. Depuis si longtemps qu’elle se rappelle à peine ce dont il avait l’air lors de leur première rencontre. Si elle avait su…

Respirant à fond pour se calmer et se mettre dans de meilleures dispositions, Alice laisse tomber son sac à main sur le tapis élimé de l’entrée. Cliquetis de clés, comprimés s’entrechoquant dans leurs flacons. Soupirant d’aise, elle retire ses chaussures. Ses pieds sont comme des baudruches, résultat des 12 heures passées debout derrière la caisse enregistreuse d’une station-service. « Si au moins ce crétin pouvait se trouver du travail, je pourrais faire moins d’heures supplémentaires, et passer plus de temps avec les enfants », s’insurge-t-elle intérieurement en se frottant vigoureusement les orteils. Elle lance un premier appel.

— Gaston ? C’est moi ! J’ai réussi à finir plus de bonne heure, t’es content ?

Aucune réponse. Pas étonnant avec tout ce vacarme. S’approchant de la table basse encombrée de babioles diverses, dont un cendrier plein à rebord de mégots dégoûtants, elle saisit l’une des télécommandes, la pointe en direction du téléviseur. Elle appuie à répétition sur la touche de volume. Rien ne se passe. Elle recommence. Encore et encore. Toujours rien.

— Maudites batteries du magasin à un dollar…

Dépitée, Alice lance nonchalamment la télécommande sur le divan. L’objet rebondit, fait un saut périlleux, puis retombe durement sur le plancher de marqueterie ; éclat de bout de plastique, batteries qui disparaissent sous l’un des fauteuils. Évidemment.

La jeune mère quitte le salon en échappant le nom d’un ou deux saints.

Passant devant la salle de bain, Alice la trouve vide. Elle étire le cou ; même chose pour la cuisine. Se pourrait-il que le salaud soit déjà entre les mains de Morphée ? Ce serait vraiment super. Retenant toujours ridiculement la boîte de gâteau d’anniversaire par sa ficelle, elle poursuit sa ronde. La chambre des enfants lui fait face, la porte en est entrouverte ; Alice y glisse furtivement la tête. Tout est noir, rien ne bouge. Laissant la faible lumière du couloir éloigner l’obscurité, elle pénètre dans la pièce, un malaise inexplicable au creux du ventre.

Les deux lits étroits de ses trésors apparaissent discrètement. Avant de faire un pas vers celui de Jeannot, elle hésite un instant. Dormant à poings fermés, le garçon suce son pouce comme un bébé, malgré ses neuf ans bien sonnés. Alice porte une main à son cœur de maman. Son fils est si petit, si chétif pour son âge. Elle a peur pour lui. Peur qu’il ne devienne jamais assez fort pour affronter cette chienne de vie. Un lourd sentiment de culpabilité choisit ce moment pour prendre ses aises contre sa poitrine. Elle peine à respirer. Comment a-t-elle pu mettre au monde des enfants au beau milieu de cette existence de merde ? Pourquoi ? Par égoïsme, pour ne pas se sentir seule dans cette horrible et perpétuelle tourmente ? Tout à fait, elle ne peut le nier. Prise de nausée à cette pensée, son dernier repas lui remonte aux lèvres, un goût âcre lui emplit la bouche. Elle voudrait vomir. Vomir ses tripes comme si cela pouvait la nettoyer de ses péchés ; comme si cela pouvait effacer l’enfer dans lequel ses enfants sont obligés de vivre à cause d’elle. Peut-être qu’un verre de vodka parviendrait à tout effacer, non ? Non. Bien sûr que non. Parce qu’un verre ne suffit pas. Pour oublier une vie de merde, les verres de vodka doivent impérativement venir en double, ou en triple, en même temps que les cris et la DPJ. Elle le sait, car elle en a déjà payé le prix. Six mois sans voir les petits. Cent quatre-vingts jours de remords durant lesquels sa vie, déjà bien assez misérable, n’avait plus aucun sens. Jamais plus elle ne portera à ses lèvres un verre d’alcool. Jamais, que Dieu lui en soit témoin. Se traitant intérieurement de pauvre conne pour avoir seulement osé y penser, elle borde tendrement son fils avant de déposer un baiser sur sa nuque. Ses doux cheveux châtains lui chatouillent le nez, et elle sourit malgré elle avant de s’approcher du lit de sa fille. Un fouillis de couvertures roses, des peluches éparpillées. Rien qu’à voir, Margot a eu un sommeil très agité. Au creux de son estomac, le malaise d’Alice s’accentue. Rejoignant le lit comme une somnambule, elle tire l’édredon d’une main qui souhaiterait ne pas avoir à le faire, pressentant déjà le drame qui se

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Les contes interdits - Hansel et Gretel

5.0
2 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs