Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Réflexions de Bill: Une compilation unique de courtes contributions pertinentes et inspirantes du cofondateur des AA, Bill W.
Réflexions de Bill: Une compilation unique de courtes contributions pertinentes et inspirantes du cofondateur des AA, Bill W.
Réflexions de Bill: Une compilation unique de courtes contributions pertinentes et inspirantes du cofondateur des AA, Bill W.
Livre électronique355 pages2 heures

Réflexions de Bill: Une compilation unique de courtes contributions pertinentes et inspirantes du cofondateur des AA, Bill W.

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Le cofondateur des Alcooliques anonymes, Bill W., a une fois écrit que cet ensemble d’extraits de ses écrits avaient « pour but d’aider à la méditation individuelle et à stimuler la discussion au sein d’un groupe », et depuis sa publication en 1967, cet ouvrage a aidé des millions de membres des AA du monde entier. Des centaines de passages brefs – extraits du Gros Livre et autres publications des AA – abordent de thèmes tels que la gratitude, la spiritualité, l’acceptation, et d’autres thèmes essentiels à une vie sereine sans alcool.
Avec un index classé par sujet, qui permet d’orienter les lecteurs vers les sujets qui les intéressent en particulier, le livre des Réflexions de Bill est une ressource facile d’utilisation pour trouver de l’inspiration, du réconfort, de l’humour, et un sens d’appartenance à ceux qui sont sur le chemin du rétablissement. Qu’ils cherchent à être éclairés sur un sujet spécifique ou qu’ils ouvrent le livre au hasard, les lecteurs trouveront qu’il y en a toujours plus à découvrir. Ces passages sont parfaits pour être discutés dans le cadre d’un groupe, ou pour la réflexion individuelle.
Réflexions de Bill , ancienne publié sous le titre The A.A. Way of Life (titre anglais) a été approuvé par la Conférence des Services généraux.
LangueFrançais
Date de sortie1 nov. 2015
ISBN9781940889979
Réflexions de Bill: Une compilation unique de courtes contributions pertinentes et inspirantes du cofondateur des AA, Bill W.
Lire l'aperçu
Auteur

Alcoholics Anonymous World Services, Inc.

Alcoholics Anonymous World Services, Inc. (A.A.W.S.) es la rama corporativa editorial de Alcohólicos Anónimos, una comunidad mundial que hoy en día cuenta con más de dos millones de miembros que se están recuperando del alcoholismo. Más conocida como la casa editora del “Libro Grande”, la misión de A.A.W.S. es la de llevar el mensaje de recuperación del alcoholismo por medio de materiales impresos, elibros, audio libros, video, ASP y más.

En savoir plus sur Alcoholics Anonymous World Services, Inc.

Lié à Réflexions de Bill

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur Réflexions de Bill

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Réflexions de Bill - Alcoholics Anonymous World Services, Inc.

    1

    Changer de personnalité

    « On a souvent dit des AA que nous ne nous intéressions qu’à l’alcoolisme. C’est faux. Pour rester en vie, nous devons vaincre notre besoin d’alcool. Mais quiconque connaît la personnalité de l’alcoolique pour en avoir côtoyé sait qu’un véritable buveur n’arrête jamais de boire de façon permanente à moins de subir un profond changement de personnalité. »

    * * * *

    Selon nous, c’était les « situations » qui nous portaient à boire. Quand nous avons essayé d’y remédier pour constater que nous ne pouvions pas réussir comme nous l’aurions vraiment souhaité, nous nous sommes mis à boire de façon incontrôlable et sommes devenus alcooliques. Il ne nous est jamais venu à l’esprit qu’il fallait nous changer nous-mêmes pour nous ajuster à toutes les situations, peu importe lesquelles.

    1. LETTRE,, 1940

    2. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 54-55

    2

    Entre les mains de Dieu

    En jetant un regard sur le passé, nous constatons que ce qui nous est arrivé au moment où nous avons remis notre sort entre les mains de Dieu était mieux que tout ce que nous avions escompté.

    * * * *

    J’étais de plus en plus déprimé, au point de ne plus pouvoir supporter mon mal, et finalement, il m’a semblé que j’étais au fond du gouffre. Pendant un instant, le dernier vestige de mon orgueil obstiné a été écrasé. Je me suis soudain retrouvé à crier : « S’il y a un Dieu, qu’Il se manifeste! Je suis prêt à tout, à tout! »

    Tout à coup, une grande lumière blanche a éclairé la chambre. En vision, il me semblait que j’étais sur une montagne et qu’un vent soufflait qui n’était pas composé d’air, mais d’esprit. Puis, j’ai soudain compris que j’étais un homme libre. Lentement, l’extase s’est dissipée. J’étais couché sur le lit mais pendant un certain temps, j’étais dans un autre monde, un nouveau monde de connaissance. Autour de moi et en moi, il y avait un merveilleux sentiment de présence, et je me suis dit : « C’est donc Lui le Dieu des prédicateurs! »

    1. LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 113 2. LE MOUVEMENT DES AA DEVIENT ADULTE, P. 65

    3

    Souffrance et progrès

    « Il y a bien des années, je compatissais à la souffrance de tous. Aujourd’hui, je ne sympathise qu’avec ceux qui souffrent sans savoir pourquoi, ceux qui ne comprennent pas le but et l’utilité ultime de la souffrance. »

    * * * *

    Quelqu’un un jour faisait observer que la souffrance est le point de départ de tout progrès spirituel. Comme il est facile pour nous, les AA, de dire que c’est vrai. En effet, nous savons qu’il nous a fallu connaître la souffrance de l’alcoolisme avant la sobriété, et le bouleversement émotif avant la sérénité.

    * * * *

    « Que ta foi soit plus profonde. Tourne-toi vers la Lumière, même si tu ne la vois pas en ce moment. »

    1. LETTRE, 1950

    2. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 106-107

    3. LETTRE, 1950

    4

    La faculté de choisir

    Nous ne devons jamais accepter aveuglement cette vaine philosophie voulant que nous soyons les infortunées victimes de notre hérédité, de notre expérience de vie et de notre milieu – que ces seuls facteurs décident à notre place. Ce n’est pas la route vers la liberté. Nous devons croire que nous avons vraiment le choix.

    * * * *

    « Alcooliques actifs, nous n’étions plus capables de choisir entre boire et ne pas boire. Nous étions victimes d’une force compulsive qui semblait décréter que nous devions continuer de nous détruire.

    « Pourtant, nous avons finalement fait un choix qui a entraîné notre rétablissement. Nous en sommes venus à croire que seuls, nous étions impuissants devant l’alcool. C’était vraiment un choix, un choix très difficile. Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure pouvait nous rendre la raison lorsque nous avons accepté de pratiquer les Douze Étapes des AA.

    « Bref, nous avons choisi ‘de devenir prêts’ et jamais n’avons-nous fait un meilleur choix. »

    1. GRAPEVINE, NOVEMBRE 1960

    2. LETTRE, 1966

    5

    Maintien et croissance

    Une chose est claire : celui qui vit dans le ressentiment profond finit par mener une existence futile et malheureuse. Dans la mesure exacte où nous nous laissons aller à ce sentiment, nous gaspillons un temps précieux qui autrement, pourrait être employé avec profit. Mais pour l’alcoolique, dont le salut dépend du maintien et de l’évolution de son expérience spirituelle, le ressentiment est extrêmement grave. Il nous est même fatal car en cultivant notre rancune, nous nous coupons de la lumière de l’Esprit. La démence de l’alcool revient et nous recommençons à boire. Et pour nous, boire c’est mourir.

    Si nous voulions vivre, nous devions nous libérer de la colère. Les crises et l’irritabilité ne sont pas pour nous. Les gens normaux peuvent peut-être s’offrir ce luxe douteux mais pour les alcooliques, c’est un poison.

    LES ALCOOLIQUES ANONYMES P. 74-75

    6

    Tout ou rien?

    L’acceptation et la foi peuvent entraîner l’abstinence totale. De fait, c’est ce qu’elles font et il faut qu’il en soit ainsi, autrement nous ne pourrions plus vivre. Par contre, dès que nous adoptons ces attitudes pour nos problèmes émotifs, nous constatons que les résultats sont relatifs. Personne ne peut, par exemple, se libérer complètement de la peur, de la colère et de l’orgueil.

    C’est pourquoi nous n’atteindrons jamais sur terre une humilité et un amour parfaits. Face à la plupart de nos problèmes, nous devrons donc nous contenter de progrès très graduels, ponctués parfois de graves reculs. Il nous faut abandonner notre vieille habitude du « tout ou rien ».

    GRAPEVINE, Mars 1962

    7

    Le royaume de l’esprit

    Dans les temps anciens, le progrès matériel était d’une lenteur pénible. Le développement scientifi- que, l’esprit de recherche et d’invention étaient presque inconnus.

    À l’égard des éléments physiques, l’esprit des hommes était entravé par des superstitions, des traditions et toutes sortes d’idées arrêtées. Au temps de Christophe Colomb, plusieurs trouvaient insensé de croire que la terre était ronde. D’autres ont failli condamner à mort le savant Galilée pour ses hérésies en matière d’astronomie.

    Nous nous sommes demandé si certains d’entre nous n’étaient pas aussi bornés et irrationnels sur le plan spirituel que les gens de l’Antiquité l’avaient été dans le domaine matériel.

    * * * *

    Nous nous sommes rendu compte que Dieu ne se montre pas trop exigeant envers ceux qui Le cherchent. Pour nous, le Royaume de l’Esprit est large et vaste ; il englobe tout ; jamais il n’exclut, jamais il ne se ferme à ceux qui le cherchent avec ardeur. Il est ouvert, nous le croyons, à tous les hommes.

    LES ALCOOLIQUES ANONYMES

    1. P. 58

    2. P. 53

    8

    Une nouvelle vie

    L’abstinence est-elle tout ce que nous pouvons attendre d’un réveil spirituel? Non, l’abstinence n’est qu’un début ; elle n’est que le premier cadeau du premier réveil. Pour en recevoir d’autres, notre réveil doit se poursuivre. Ce faisant, nous découvrons que nous pouvons abandonner peu à peu notre ancienne vie – celle qui ne fonctionnait pas – pour une nouvelle façon de vivre adaptée à n’importe quelle situation.

    Indépendamment de nos succès ou de nos échecs dans le monde, de nos peines ou de nos joies, de la maladie, de la santé ou même de la mort, nous pouvons vivre une nouvelle vie aux possibilités infi nies si nous acceptons de poursuivre notre réveil spirituel par la pratique des Douze Étapes des AA.

    GRAPEVINE, Décembre 1957

    9

    Le groupe et la collectivité mondiale

    Dès qu’un groupe se forme, on en arrive à une autre constatation : la plupart des alcooliques ne peuvent pas se rétablir sans le soutien d’un groupe. Le membre prend conscience qu’il n’est qu’une petite partie dans un grand tout et qu’aucun sacrifice n’est trop exigeant s’il s’agit de la survie de l’association. Il apprend qu’il lui faut tempérer l’élan de ses ambitions et aspirations lorsqu’elles risquent de nuire au groupe.

    Il devient évident que si le groupe ne peut survivre, l’individu ne le pourra pas davantage.

    * * * *

    « Le membre isolé en mer, le membre des AA muté dans un pays lointain – tous ces membres savent qu’ils appartiennent à l’ensemble des AA à l’échelle mondiale, qu’ils ne sont isolés que physiquement, que des frères les attendent peut-être à la prochaine escale. Surtout, ils sont certains que la grâce de Dieu les accompagne autant en haute mer que dans un avant-poste lointain ou à la maison. »

    1. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 148-149

    2. LETTRE, 1966

    10

    Hors des ténèbres

    L’examen personnel est le moyen qui nous permet d’apporter une vision, une action et une grâce nouvelles sur la partie obscure et négative de notre personnalité. C’est une étape vers le développement de cette forme d’humilité qui nous permet de recevoir l’aide de Dieu. Ce n’est toutefois qu’une étape. Nous voudrons aller plus loin.

    Nous voudrons faire croître et fleurir ce qu’il y a de bon en chacun de nous, même chez les plus minables. Mais avant tout, nous chercherons du soleil ; il ne pousse pratiquement rien dans le noir. C’est la méditation qui nous fait sortir au soleil.

    * * * *

    « Lorsque nous ouvrons les yeux, un rayon de lumière semble descendre sur nous tous. Puisque ce sont nos défauts qui nous aveuglent, nous devons d’abord apprendre à les connaître en toute sincérité. Une méditation constructive est la première condition pour franchir chaque nouvelle étape de notre progrès spirituel. »

    1. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 111-112

    2. LETTRE, 1946

    11

    Quantité ou qualité

    « Au sujet de la rechute, il ne faut pas trop te décourager. Je crois que tu éprouves inutilement beaucoup de culpabilité. Pour une raison inconnue, le Seigneur réserve à certains d’entre nous des chemins plus difficiles, et je crois que tu es engagé sur l’un d’eux. Dieu ne te demande pas de réussir. Il ne te demande que d’essayer. C’est sûrement ce que tu as fait et continues de faire. Par conséquent, je ne laisserais pas un sentiment de découragement ou de honte m’éloigner des AA. C’est justement avec eux que tu devrais être. Pourquoi n’essaies-tu pas d’y retourner comme simple membre? Tu n’as pas à porter tout le Mouvement sur tes épaules, tu sais!

    « Ce n’est pas toujours la quantité de bonnes actions qui compte, c’est aussi leur qualité.

    « Surtout, vis une journée à la fois. »

    LETTRE,, 1958

    12

    Les fausses pièces d’or

    L’orgueil est la principale source des difficultés humaines, le principal obstacle à tout progrès véritable. L’orgueil nous entraîne à imposer, aux autres et à nous-mêmes, des exigences qu’on ne saurait satisfaire sans dénaturer ou mal utiliser les instincts que Dieu nous a donnés. Quand notre vie n’a plus d’autre objectif que de satisfaire notre instinct sexuel, notre besoin de sécurité ou notre ambition sociale, l’orgueil entre aussitôt en scène pour justifier tous nos excès.

    * * * *

    Je peux atteindre « l’humilité aujourd’hui » dans la mesure où je saurai éviter le marécage de la culpabilité et de la révolte, et aussi cette belle et trompeuse contrée, parsemée des pièces d’or de l’orgueil. C’est entre ces extrêmes que je peux trouver la voie de l’humilité et y demeurer. Un inventaire moral s’impose donc, afin de savoir quand je quitte la route.

    1. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 57

    2. GRAPEVINE, JUIN 1961

    13

    Le don partagé

    Il y a plus, chez les AA, qu’un ensemble de principes ; il s’agit d’une association d’alcooliques engagés dans l’action. Nous devons transmettre le message si nous ne voulons pas dépérir nous-mêmes ni laisser mourir ceux qui n’ont pas connu la vérité.

    * * * *

    La foi, c’est plus que notre don le plus précieux ; notre plus grande responsabilité est de la partager avec les autres. Puissions-nous, membres des AA, rechercher continuellement la sagesse et la bonne volonté qui nous permettront de bien remplir cette immense obligation que l’Auteur de tout don parfait nous a confiée.

    1. LE MANUEL DU SERVICE, P. S1

    2. GRAPEVINE, AVRIL 1961

    14

    Les problèmes du nouveau

    Nous sommes tentés de devenir quelque peu possessifs envers les nouveaux membres. Nous cherchons peut-être à leur donner des conseils qui débordent vraiment notre compétence, ou que nous ne devrions pas offrir du tout. Et alors nous sommes offusqués ou chagrinés qu’on rejette nos conseils, ou qu’on les accepte et que la situation se détériore.

    * * * *

    « On ne peut forcer un cheval à boire de l’eau s’il préfère de la bière ou s’il est trop fou pour savoir ce qu’il veut. Mettez un seau d’eau près de lui, dites- lui combien et pourquoi c’est bon, puis laissezle tranquille.

    « Si les gens veulent vraiment se soûler, il n’existe aucun moyen, que je sache, de les arrêter – laissezles donc tranquilles, laissez-les se soûler. Par contre, ne les privez pas du seau d’eau. »

    1. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 127

    2. LETTRE, 1942

    15

    Les valeurs éternelles

    Bien des personnes refusent de considérer les valeurs spirituelles absolues. À leur avis, les perfectionnistes sont pleins de suffisance parce qu’ils s’imaginent avoir atteint quelque but impossible, ou ils se condamnent sans appel parce qu’ils n’y sont pas parvenus.

    Pourtant, je ne crois pas que nous devions adopter cette façon de penser. Les grands idéaux ne sont pas en cause lorsqu’ils servent de faux prétextes à la culpabilité, à la révolte et à l’orgueil. Au contraire, nous ne pouvons guère progresser sans essayer constamment de découvrir ces valeurs spirituelles éternelles.

    * * * *

    « Jour après jour, nous essayons de nous approcher un peu de la perfection de Dieu. C’est pourquoi il ne faut pas se laisser ronger par une culpabilité larmoyante si nous ne réussissons pas à atteindre Son image et Sa ressemblance du jour au lendemain. Notre objectif est de progresser et à des années-lumière de distance, Sa perfection est un phare qui nous guide en avant. »

    1. GRAPEVINE, Juin 1961

    2. LETTRE, 1966

    16

    Jamais plus!

    « La plupart des gens se sentent plus en sécurité en décidant de ne pas boire pendant vingt-quatre heures plutôt que jamais. La majorité d’entre eux a manqué trop souvent à ses promesses. Il s’agit vraiment d’un choix personnel ; tout membre des AA jouit du privilège d’interpréter le programme à sa façon.

    « Personnellement, j’ai l’intention de ne plus jamais boire. Ce n’est pas tout à fait la même chose que de dire : ‘Je ne boirai plus jamais’. Cette dernière attitude pourrait attirer des ennuis à certains parce qu’elle dénoterait l’intention de réaliser par soi-même ce que nous, alcooliques, n’avons jamais pu réussir. Elle laisse trop de place à la volonté et pas assez à l’idée que Dieu nous délivrera de notre obsession de boire, pourvu que nous suivions le programme des AA. »

    LETTRE, 1949

    17

    Vers l’honnêteté

    La tendance malsaine à masquer nos mauvaises intentions sous une apparence favorable s’infiltre dans toutes les affaires humaines, des plus petites aux plus grandes. Cette inclination subtile et trompeuse à nous justifier nous-mêmes peut se refléter jusque dans nos moindres façons de penser et d’agir. Apprendre jour après jour à identifier, avouer et corriger nos faiblesses, telle est l’essence de la formation du caractère et d’une vie droite.

    * * * *

    Presque toujours, nous trompons les autres parce que nous nous trompons d’abord nous-mêmes.

    * * * *

    D’une certaine manière, il semble moins embarrassant de nous trouver seuls avec Dieu que de faire face à une autre personne. Tant que nous ne prenons pas la peine de nous arrêter pour parler ouvertement de ce que nous avons caché si longtemps, notre bonne disposition à mettre de l’ordre dans nos affaires reste encore grandement théorique. Si nous sommes honnêtes en face d’une autre personne, c’est la confirmation que nous avons été honnêtes avec nous-mêmes et avec Dieu.

    1. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 108

    2. GRAPEVINE, Août 1961

    3. LES 12 ÉTAPES ET LES 12 TRADITIONS, P. 70

    18

    Un compagnon et un associé

    « Dr Bob a constamment été mon compagnon et mon associé dans la grande aventure des AA. Comme il était médecin et humaniste, il a choisi, comme principale vocation chez les AA,

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1