Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La Science occulte: Magie pratique, révélation des mystères de la vie et de la mort

La Science occulte: Magie pratique, révélation des mystères de la vie et de la mort

Lire l'aperçu

La Science occulte: Magie pratique, révélation des mystères de la vie et de la mort

Longueur:
233 pages
3 heures
Éditeur:
Sortie:
9 févr. 2015
ISBN:
9782335034516
Format:
Livre

Description

Extrait : "Depuis quelques temps, il est beaucoup parlé de questions qui, on doit le reconnaître, étaient de longue date reléguées parmi les pires fantaisies de l'esprit humain et dont il n'était fait mention que pour les signaler à la défiance, sinon au mépris des honnêtes gens. La réaction qui a suivi l'usurpation ultra spiritualiste des religions à dogmes despotiques et à miracles inexpliqués, mais en même temps indiscutables, la critique passionnée du dix-huitième ..."
Éditeur:
Sortie:
9 févr. 2015
ISBN:
9782335034516
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à La Science occulte

En lire plus de Ligaran

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

La Science occulte - Ligaran

etc/frontcover.jpg

EAN : 9782335034516

©Ligaran 2015

Lettre-préface

À Germain M…. n.

Mon vieux camarade,

Nous fêterons cette année le trente-et-unième anniversaire de notre première rencontre, nous sommes donc de vieilles connaissances et il est dans le cœur et la conscience de l’un peu de choses qui ne soient familières au cœur et à la conscience de l’autre.

C’est à toi que je dédie ce livre, certain que quelles que soient les opinions au sujet des questions dont il traite, tout au moins tu as la profonde conviction que je suis absolument de bonne foi.

Comme moi, avec moi, tu as lutté, depuis que tu as l’âge d’homme, contre toutes les superstitions et toutes les tyrannies. Je te sais d’esprit sain et logique et je te connais incapable d’aucun compromis de conscience.

Quand pour la première fois, je t’ai parlé des études qui font l’objet de ce volume, tu t’es récrié. Tu te révoltais contre des idées qui te semblaient contradictoires avec celles que tous deux nous avions professées pendant toute notre vie. Le surnaturel n’existait pas et ne pouvait pas exister. Je devais prendre garde de me laisser entraîner à des suggestions d’imagination qui, me disais-tu, pouvaient m’être nuisibles dans le milieu qui m’entourait.

Je tins grandement compte de tes avis, mais tout en reconnaissant que ce qui nous semblait surnaturel était tout au moins et le plus souvent parfaitement invraisemblable, je me mis de plus belle au travail, et tu sais mieux que personne si je ménage ma peine.

Un jour, je te lus cette phrase de Tolstoï :

– Vous est-il jamais arrivé, lecteur, de vous apercevoir tout à coup, à certains moments de la vie, que votre opinion sur le monde change complètement, comme si tous les objets tournaient subitement vers vous une face nouvelle et ignorée.

L’impression visée par le grand Russe est celle du soulèvement imprévu d’un voile, sous lequel apparaissent des horizons insoupçonnés. Nous l’avions ressentie une fois déjà, lorsque, tardifs parce que pauvres, nous avions pu enfin lire les ouvrages de Darwin et d’Haeckel. Nous comprîmes ce jour-là la valeur du mot révélation. Il se faisait en nous comme une ouverture d’âme. Tout nous apparut sous un autre angle.

Aujourd’hui, pour moi le mouvement se continue. Partisan passionné de l’évolution et de l’hérédité, j’acceptais difficilement que ce mouvement en avant, inhérent à la matière, en ses diverses manifestations, s’arrêtât brusquement à la mort de l’homme. L’univers créé pour la petite chose que nous sommes, cela me semblait illogique, comme aussi ce subit arrêt dans le progrès.

Ce fut alors que les livres de Crookes me tombèrent entre les mains.

Je résistai tout d’abord, j’avais l’orgueil du matérialisme impénitent, dans le sens étroit du mot. Tout à la mort était fini et la dissolution du corps entraînait l’anéantissement définitif.

Mais, en dépit de moi, je voyais autre chose, encore vaguement, la persistance de l’évolution et, m’armant de la théorie de la création naturelle, je sentais instinctivement le besoin de la prolonger au-delà de la dissolution des molécules constitutives du corps.

Tu protestas vivement. Tu t’en tenais à cette conviction du néant immédiatement retrouvé. En vain je te parlais de mes études, des éléments nouveaux qu’apportait à mes recherches l’étude des religions hindoues. Je m’efforçais de te démontrer la logique superbe du système ésotérique qui expliquait notre évolution actuelle aussi bien que notre évolution future.

Tu m’écoutais indulgemment, comme il convient, en raison d’une vieille amitié comme la nôtre, mais tu combattais, tout en avouant que tu me connaissais pour homme de sens – même de bon conseil – dans la vie pratique, étant passé par des épreuves où plus d’un eut succombé et dont j’étais sorti à force de travail et de persévérance.

J’ai persisté : tu doutes encore. C’est pour toi que j’écris ces pages, dont pas une ligne n’est empreinte d’un autre sentiment que la plus par faite bonne foi.

Mon désir est que, l’ayant lu, sans renier plus que moi aucune des convictions de notre vie, tu reconnaisses que dans tous les phénomènes constatés, il y a autre chose que de l’escroquerie et de la prestidigitation. Je veux qu’à la dernière page tu te demandes si, sérieusement, il est indispensable pour notre dignité de nous enliser dans un scepticisme qui d’ailleurs ne prévaudra pas contre le progrès. Serons-nous spiritualistes – ou spirites – pour cela ? Tu n’en es pas plus que moi à avoir peur des mots, à la condition que ce qu’ils cachent ne soit pas contraire aux suggestions de notre conscience. Les révoltés flamands s’appelaient des gueux et étaient de fort honnêtes gens.

La vérité, c’est qu’il n’y a que du matérialisme, en ce sens que les avenirs – si tant est qu’ils existent – ne représentent qu’une dilution, qu’une sublimation de la matière, douée en d’autres états de propriétés qui n’existent pas sous les formes que nous connaissons. L’électricité n’est-elle pas un état de la matière, et pourtant ses effets se peuvent-ils comparer à ceux qui nous sont familiers. Chaque état différent développe des facultés nouvelles, et la matière, à l’état radiant, ne ressemble en rien au levier d’une locomotive.

La matière psychique est douée de toutes autres propriétés que nos muscles et notre chair. Nous avons une idée de cette transformation quand nous étudions le travail de notre cerveau. Tous les jours, nous constatons en nous l’existence d’une force que nous pouvons analyser, mais dont la projection nous échappe.

La pensée est une électricité, si tu le veux, mais à la X puissance et produisant X effets.

… En le cycle de ces études rentrent les magies de tous les temps, les miracles qui n’en furent pas, les destinées de tout le monde – de toi comme de moi.

Je n’insiste pas, tu me sais honnête homme et sensé, lis, et je voudrais seulement que tu pusses dire :

– Il y a là quelque chose qu’il faut, non pas railler parce que la raillerie n’a jamais rien produit, – mais étudier, parce que le travail mène toujours quelque part.

Ton J.-L.

LIVRE PREMIER

Le surnaturel

CHAPITRE I

La liberté de pensée

Depuis quelque temps, il est beaucoup parlé de questions qui, on doit le reconnaître, étaient de longue date reléguées parmi les pires fantaisies de l’esprit humain et dont il n’était fait mention que pour les signaler à la défiance, sinon au mépris des honnêtes gens.

La réaction qui a suivi l’usurpation ultra spiritualiste des religions à dogmes despotiques et à miracles inexpliqués, mais en même temps indiscutables, la critique passionnée du dix-huitième siècle s’attaquant à tout ce qui heurtait le bon sens et la conscience, les colères suscitées légitimement par la tyrannie des thaumaturgies persécutrices, avaient déterminé une résistance nécessaire contre les spéculations dont l’absurdité était le moindre tort et qui servaient d’instrumentum regni à toute une horde d’exploiteurs de la crédulité humaine.

Les superstitions et les crimes commis pour les imposer aux raisonnants avaient déshonoré, souillé l’idéal : la raison humaine, d’un effort violent, reconquit ses droits, et, dans l’orgueil sain de sa libération, jeta le vieux monde à bas, en bloc.

L’arrêt fut rendu, expliqué par des considérants de légitime colère : les fils de la Révolution se chargèrent de l’exécuter et ils le firent dans toute la plénitude de leur indépendance recouvrée.

Enfin la pensée était libre, il n’était plus de domaine systématiquement fermé à l’examen, il n’était plus de porte devant laquelle se dressât le Chérub de la Genèse, dardant son épée de feu et criant : – Tu n’iras pas plus loin.

Le dix-neuvième siècle bénéficiera dans l’histoire de cette situation exceptionnelle. Né de la nuit, il sera une aurore. Il aura la gloire d’avoir vu Prométhée, délivré de ses chaînes, s’élancer de nouveau à la conquête de la vérité, et si cette joie ne lui est pas donnée d’acclamer le triomphateur parvenu à son but, tout au moins l’aura-t-il suivi des yeux pendant les premières phases de la lutte, et lui aura-t-il fourni des armes pour les combats futurs.

En effet, jamais, plus loin qu’en notre temps, n’aura été porté l’esprit de l’investigation correcte, la passion probe de l’expérience et de l’ana lyse.

Le positivisme a imposé silence aux rêveurs et aux menteurs de parti pris : la science, s’emparant du domaine de l’expérimentation pure, a rejeté résolument tout ce qui lui était étranger, s’interdisant toute incursion dans le champ, dit métaphysique, déclaré par un arrêt subsidiaire au premier, à jamais fermé à la connaissance de l’homme.

« Ignoramus et ignorabimus, » dit Du Bois Reymond, commentant sans y prendre garde le mot de l’Ecclésiaste : « Ne médite pas sur une chose qui est trop au-dessus de toi ! »

Pourquoi donc ?

De quel droit venir poser une barrière devant l’activité humaine ? De quel droit venir nous dire : Vous étudierez ceci, mais nous vous interdisons d’étudier cela !

Ainsi parlaient les persécuteurs d’autrefois ; ils traçaient un cercle, quiconque tentait de le franchir était criminel » Il est vrai que de notre temps on ne brûle plus, on ridiculise. Quand même on cherche à tuer.

Cependant certains hommes, au nom de cette liberté d’examen que nos pères ont conquise, s’obstinent à travailler, à marcher en avant, et à mesure qu’ils font un pas, les barrières imaginaires se reculent devant eux, chaque jour qui s’écoule marque la conquête d’un pouce de terrain nouveau.

La science, et c’est la véritable mission qui lui avait été léguée par les siècles passés, a mis les penseurs en garde contre les suggestions séduisantes de l’imagination : mais où elle a exagéré ses droits, c’est lorsqu’elle s’est montrée aussi intolérante que les religions, englobant dans une réprobation irréfléchie les utopistes – qui sont peut-être les savants de demain – et les investigateurs sensés qui découvraient des horizons dont elle s’obstinait, quand même, à nier l’existence

Elle s’oppose, formidablement, usant de toutes les armes morales dont elle dispose, au mouvement qui, jugé superficiellement, semble l’expression d’une réaction nouvelle, provoquée par l’intolérance des Académies, substituées aux Églises, mais qui, étudié en dehors de toute routine et de tous préjuges, répond à la loi inéluctable du progrès intellectuel de l’humanité.

Sont-ce donc tous des fous ou ce qui serait plus grave, des renégats, ces hommes qui, ayant consacré leur vie à la défense de la Liberté de pensée, se sont dit un jour et ont osé dire aux autres : « Il semble en vérité qu’en dehors de ce qu’on appelle la matière, dans le sens étroit du mot, il y ait autre chose. »

Ces gens ont-ils glissé, par une débilitation cérébrale, de l’incrédulité la plus implacable à la foi aveugle et stupide qu’ils raillaient tant naguère ?

Cette question, la première qui se pose même devant les esprits les moins malveillants, repose sur une première erreur dont il convient de faire justice.

Il semble, et les préjugés courants entretiennent cette confusion, qu’il existe deux mondes, absolument distincts, le monde de la matière… et l’autre. C’est ainsi qu’avant les découvertes de la science moderne, on séparait en domaines absolument spéciaux les minéraux, les végétaux et les animaux. Chacun de ces groupes avait ses limites infranchissables, aucun lien n’unissait la pierre à la plante, le végétal à l’animal. De trois divisions on était ensuite arrivé à deux, le monde organique et le monde inorganique.

Aujourd’hui qui oserait soutenir une-semblable thèse ? Où commence, où finit le monde organique ? Les minéraux vivent, sont sensibles, évoluent et meurent, Marco Pilo l’a prouvé ; certaines plantes sont si proches des animaux que les observations les plus minutieuses ne peuvent leur assigner une place définie dans l’échelle des êtres. Voici que grâce aux travaux de Darwin, d’Huxley, d’Haeckel, leur continuateur génial, la Nature apparaît dans une unité superbe, emportée tout entière par le courant d’évolution qui, mûrissant, pour ainsi dire, ses éléments les plus bruts en apparence, les vivifie et universalise le travail de la semence, de la germination, de la floraison, de la fructification universelles.

Soit, dit-on, mais la limite est atteinte. L’homme est l’expression la plus parfaite de cette évolution. Il est à la fois le but et la limite. Quand il meurt, la nature a accompli son œuvre et n’a plus qu’à revenir en arrière. L’homme mort, son corps se désagrège, les éléments qui le constituent retournent à la terre, grand et éternel creuset de révolution.

Après tout, c’est possible. Cependant il semble bien étrange que cette force dont nous constatons le mouvement s’arrête ainsi tout à coup, se heurte comme à un mur à cet acte qui s’appelle la mort, et que révolution soit achevée parce qu’un animal, un peu mieux organisé que les autres, a vécu un certain nombre d’années. Nous revenons à la Genèse fantaisiste – car bien entendu, comme il a été prouvé par Fabre d’Olivet et Lacour, jamais la Genèse n’a eu le sens ridicule et antiscientifique qu’on lui attribue – la Nature ayant fait l’homme, tel que nous le connaissons, trouve que cela est bien et se repose. Elle ne sait que cet exercice et elle le recommence à perpétuité. L’homme est si parfait qu’après lui, tout ce qu’il y a d’énergie dans la force propulsive de la Nature est épuisé. Peut-être remarquera-t-on qu’il y a là quelque vanité de notre part !

Maintenant, si usant de cette liberté de pensée que nous devons à tant de persécutés et de martyrs, quelqu’un dit : « La logique veut que l’évolution continue, non pas seulement en se recommençant elle-même, mais en continuant son mouvement en avant ! »

On crie au spiritualisme, voire même à la folie.

Mais où est donc la limite qui sépare ce qu’on appelle le monde matériel de ce qu’on appellerait le monde spirituel ? L’évolution continue, avec les éléments même dont elle a toujours disposé ; il peut y avoir un changement d’état. La science pendant des siècles n’a connu que les états solides, liquides et gazeux. Depuis que Faraday a découvert l’état radiant et que Crookes a notifié l’hypothèse nécessaire du protyle, cette question de l’évolution ultra humaine n’a-t-elle pas fait un pas de géant ?

Alors on admettrait le surnaturel !

Oh ! la bataille des mots ! ils font plus de mal au progrès que les idées. Pour ne pas subir le ridicule d’une qualification, des hommes se condamnent au silence, au besoin renient leurs convictions les plus intimes. Avoir été matérialiste toute sa vie et s’entendre appeler spiritualiste !

Or, il n’y a pas plus de limites entre le matériel et le spirituel, qu’entre l’animal et l’homme. Pas plus qu’entre le naturel et le surnaturel. Il n’existe que des degrés dans l’évolution, que des degrés dans la puissance de perception ou d’acuité des organes. Matériel et spirituel ne sont que des expressions qui visent le degré de densité ou de ténuité de la substance et les timides devront méditer cette pensée de Tyndall : « Si l’esprit humain, semblable au pèlerin qui soupire pour son foyer lointain, veut se tourner vers le mystère dont il est sorti, aussi longtemps qu’il fera de pareilles tentatives, non seulement sans intolérance, ni bigotisme quelconque, mais en reconnaissant d’une façon éclairée, qu’il est impossible d’atteindre ici la dernière fixité de la conception, alors contrairement à toutes les restrictions du matérialisme, j’affirmerai qu’il y a là un champ pour les plus nobles efforts de ce qui, par opposition à nos facultés connaissantes peut être nommé les facultés créatives de l’homme. »

Axiome : Le surnaturel n’existe pas.

Le miracle d’hier est la banalité pratique de demain.

La liberté de pensée implique-t-elle nécessité de négation, quand même ?

« Le doute, disait Arago, est une preuve de modestie et il a rarement nui au progrès des sciences. On ne pourrait en dire autant de l’incrédulité. Celui qui, en dehors des mathématiques pures, prononce le mot impossible, manque de prudence… »

Et aussi, celui qui prononce le mot de surnaturel.

Lactance proclamait surnaturelle et inepte l’existence des antipodes, et saint Augustin ajoutait qu’en tout cas, il ne pouvait être question de terres habitées.

Aucun autre univers que celui de la terre n’est possible, disait Aristote, le vide n’existe pas… chez l’homme seul le cœur bat… le côté gauche du cœur est plus froid que le côté droit… les hommes ont plus de dents que les femmes…

Et pendant de longs siècles il fut interdit de discuter Aristote.

Sans l’intolérance criminelle, il y a deux mille ans que la science, avec Empédocle, aurait étudié le principe de la sélection et de la survivance du plus apte, proclamée au XIXe siècle par Darwin, que l’Institut de France mit à l’index pour cette hérésie.

Copernic eut si grand peur d’être bafoué « il l’a avoué lui-même », que ce ne fut que six mois ayant sa mort qu’il osa publier son système du monde.

Mais pourquoi remonter si loin :

Recherchez dans la France Mystique comment Erdan traite Hoené Wronski, l’inventeur de la Loi Suprême dont le fameux Lagrange avait reconnu en pleine Académie l’effrayante généralité, ajoutant que dans cette loi toutes les Mathématiques modernes

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de La Science occulte

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs