Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne: Essai d'art

L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne: Essai d'art

Lire l'aperçu

L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne: Essai d'art

Longueur:
1 247 pages
9 heures
Éditeur:
Sortie:
12 mars 2015
ISBN:
9782335050400
Format:
Livre

Description

Extrait : "Née coquette, la femme a de tout temps aimé à se parer.Dès qu'elle put se mirer dans l'eau calme d'une fontaine, elle connut sa beauté : pour plaire, elle chercha à s'embellir encore ; et d'un mouvement spontané, dégageant son visage, elle releva sa chevelure, la tressa, la réunit en un diadème sur sa tête. Puis, de sa main mignonne, elle cueillit, pour la piquer dans ses cheveux, une fleur, ce bijou de la nature."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. 

LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants : 

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d'Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier
Éditeur:
Sortie:
12 mars 2015
ISBN:
9782335050400
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne

En lire plus de Ligaran

Catégories liées

Aperçu du livre

L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne - Ligaran

etc/frontcover.jpg

EAN : 9782335050400

©Ligaran 2015

Avant-propos

Chargé par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, d’étudier les diverses manifestations de l’Art arabe, j’ai cru bien faire en limitant un champ d’études aussi vaste et en consacrant exclusivement ma mission à des recherches sur l’orfèvrerie arabe auxquelles m’avait déjà préparé mon ouvrage sur l’orfèvrerie française au XVIIIe siècle.

MAURESQUE D’ALGER.

La bijouterie algérienne n’avait encore fait l’objet d’aucune investigation approfondie. Cette brandie des arts industriels algériens était demeurée jusqu’ici la moins connue de toutes. L’entreprise était nouvelle : je devais me heurter à de grandes difficultés d’exécution, À part quelques observations éparses dans les récits des voyageurs célèbres, rien n’avait été publié sur la matière et il n’existait aucun document postérieur à la conquête. Il m’a fallu lire, analyser, voir et interroger. La lecture m’a donné quelques indications historiques ; les réponses aux questions posées de tous côtés m’ont permis de rassembler des renseignements techniques et d’y joindre des noms de bijoux qui n’avaient jamais été imprimés.

J’ai tenu autant que possible à recueillir par moi-même, de visu et auditu, des informations précises, des traits de mœurs caractéristiques ; quelques voyages à Constantine, à Oran et dans l’intérieur de la Kabylie, puis dans le Sud, à Boghari, à Biskra, à Tlemcen, à M’sila et à Bou-Saâda, m’ont mis à même d’apprendre sur place les noms des bijoux, puis d’en dresser un dictionnaire que je serai heureux d’offrir à mes lecteurs. Je dois leur avouer cependant que l’influence du Maroc et de la Tunisie sur les produits purement algériens m’a souvent troublé, Près de la frontière, le mélange s’accentue de telle façon, qu’il devient presque impossible de distinguer nettement les provenances.

J’ai fait dessiner par plusieurs peintres de talent, Louis Bombled, Grandjouan, Marc Mangin, de Bussière et surtout par deux Algériens, artistes de mérite, M. Fritz Muller et M. Marins Ferrand, attaché à l’École supérieure des sciences, les meilleurs modèles de bijoux que j’aie pu rencontrer sur ma route. Ces illustrations, habilement exécutées d’après nature, portant souvent au-dessous de la reproduction de chaque bijou son nom arabe, me semblent la meilleure des descriptions. C’est en montrant les bijoux qu’on peut seulement les faire connaître. Aussi, j’ai voulu compléter l’illustration par une suite de portraits de femmes arabes, mauresques, ouled-naïl tunisiennes et kabyles, indiquant, suivant la contrée, la manière dont elles portent leurs parures, et en outre par quelques types de bijoutiers indigènes dans leurs ateliers, avec leurs outils de travail.

Il ne m’a pas fallu moins de plusieurs années d’un labeur assidu, pour mener à bonne fin une pareille entreprise. Je l’avais abordée avec ardeur, croyant trouver partout aide, appui et renseignements. Mes prévisions optimistes ne se sont pas réalisées. La moindre conquête sur l’esprit humain exige beaucoup de persévérance. Je n’en ai pas manqué. Sans me décourager, j’ai remonté le courant, laissant descendre derrière moi la routine et l’envie.

Comme une préface ne saurait être un réquisitoire plein d’amertume, je suis heureux de constater qu’à côté des obstacles dressés sur ma route par une indifférence mal déguisée, j’ai reçu, comme on le verra plus loin, de si précieux encouragements, au fur et à mesure que l’horizon de mes recherches s’élargissait devant moi, qu’ils m’ont fait oublier bien vite les heures déprimantes de la lutte.

Je ne le sais que trop : mon livre, composé quelquefois avec les livres des autres, pourra donner lieu à certaines critiques. Le temps m’a manqué pour lui donner la forme que j’aurais souhaitée. J’ai dû interroger cent personnes, parcourir deux cents volumes, accumuler des milliers de notes. Je ne donne ici que le résumé de mes lectures et les réponses à mes questionnaires.

Malgré tout le soin, toute la conscience apportés à la rédaction et à la correction de cet ouvrage, il s’est certainement glissé quelques erreurs dans les noms, faits et dates qu’il renferme. Que le lecteur indulgent les pardonne à l’auteur qui n’est pas infaillible ! Il accueillera avec plaisir dans l’errata raisonné d’une nouvelle édition les communications lui permettant de rectifier ses méprises.

Autre avertissement utile : afin de ne pas indiquer sans cesse les emprunts que j’ai dû faire, aussi pour éviter des citations tronquées, ne pas surcharger le bas des pages de notes qui alourdissent le texte, et surtout dans la crainte d’oublier de restituer à chacun ce qui lui appartient, j’ai voulu me mettre en règle vis-à-vis de mes devanciers. Dans ce but, j’ai donné une nomenclature des ouvrages importants d’où j’ai extrait des documents, et j’ai ainsi formé, aussi complètement que possible, mon index bibliographique.

C’est maintenant pour moi un devoir très agréable à remplir de remercier publiquement, dans cette préface, tous ceux qui m’ont prêté leur concours dans les nombreuses recherches que cet ouvrage a exigées.

Qu’il me soit permis d’inscrire, en tête de cette liste, les deux gouverneurs généraux de l’Algérie, M. Jules Cambon et M. Louis Lépine, de leur adresser l’hommage de ma profonde gratitude, et d’y joindre ma sincère reconnaissance pour les fonctionnaires de tous ordres auprès desquels ils m’avaient accrédité.

M. Paul de Cazeneuve, contrôleur de la Garantie d’Alger, dont l’obligeance a été inépuisable pour moi, trouvera ici l’expression du bon souvenir que j’en ai gardé. Sans lui, je n’aurais pu mener mon travail à bonne fin. J’ai contracté à son égard une dette de reconnaissance que rien ne me fera oublier et que je tiens à enregistrer dès la première page de ce livre.

Son collaborateur, M. Albert Buatoy, aujourd’hui commis principal des Contributions diverses, a été pour moi un auxiliaire des plus précieux. Dans les bureaux du Contrôle, où j’ai fait de bien longues séances, tout le personnel s’est mis toujours à ma disposition pour les renseignements dont j’avais besoin. M. Auguste Mattei, essayeur, m’a fourni des données très utiles sur les divers procédés en usage. Le chaouch Mohammed ben Hammou ben El-Bedjaoui, l’un des descendants de l’ancien ministre du bey de Constantine, m’a maintes fois éclairé sur les provenances des bijoux.

Si mon travail a quelque mérite au point de vue des étymologies et de l’orthographe précise des noms, il le doit à la fois à M. O. Houdas, professeur à Paris aux Écoles des langues orientales vivantes et des sciences politiques, l’un de nos plus savants orientalistes, qui n’a cessé de me prêter le concours précieux de son érudition, et à M. le commandant Rinn, alors conseiller de Gouvernement, arabisant d’une science profonde, qui a bien voulu prendre la peine de revoir en même temps la partie historique, ce qui m’a permis d’y ajouter quelques remarques du plus haut intérêt.

Je n’ai garde d’oublier l’obligeance de M. G. Delphin, directeur de la Médersa, qui m’a laissé consulter, par privilège spécial, les manuscrits inédits de M. Devoulx sur la topographie du vieil Alger, et les communications détaillées sur l’art arabe de M. Victor Waille, professeur à la Faculté des lettres, président de la Société historique algérienne, de MM. Maurice Colin et Louis Vincent, professeurs à l’École de droit, et de mon vieil ami Hippolyte Dubois, directeur de l’École nationale des Beaux-Arts, avec lequel je me suis souvent entretenu du moyen de mettre en pratique la théorie de l’« Art en tout ».

J’ai mis plus d’une fois à contribution, à Paris, M. Marcel, chargé du Service de la Géographie à la Bibliothèque nationale, M. Maupas, conservateur à Alger, M. Saché, sous-bibliothécaire de la Bibliothèque départementale, et aussi M. Perron, chargé de la Bibliothèque du Gouvernement. Leur obligeance a toujours été pour moi inépuisable.

Le caïd Ben Gana, de Biskra, et Choaïb Abou Bekr, de Tlemcen ; le caïd de M’sila, Boudiaf Hadj ben Ahmed ; Lalla Zineb, à El-Hammel ; Mameri Gana ben Ali, adjoint indigène des Beni-Yanni, m’ont reçu avec cordialité dans leur demeure. Ils ont, pour moi, fait exception à la règle générale, en me montrant les bijoux de leurs familles.

Je conserve aussi un souvenir reconnaissant des informations, puisées à bonne source, qui me sont parvenues de l’Administration par l’intermédiaire de M. Joseph Dominici, de Constantine ; de M. Lucq, d’Oran, contrôleur des Contributions, faisant fonctions de contrôleur de la Garantie ; de M. J. Barbié, de Tlemcen, et des correspondants du Contrôle de Constantine, M. Gustave Cabanis, de Batna, M. Zannetti, de Sétif, et M. Aimé Duillet, de Bône.

L’émir Khaled El-Hosseïn, petit-fils d’Abd-el-Kader, lieutenant au 1er spahis, m’a procuré par son père des renseignements, puisés à bonne source, sur les ornements qui distinguaient entre eux les officiers de l’émir Abd-el-Kader. Mohammed Bouzar de Miliana m’a, pendant plusieurs années, avec intelligence et dévouement, servi de traducteur et d’interprète.

J’ai également rencontré, pour faciliter l’accomplissement de ma tâche, un grand empressement de la part de MM. Lourdeau, président honoraire de la Cour d’Alger ; Paysant, trésorier-payeur général ; Aumerat, ancien rédacteur en chef de la Dépêche ; E. Robe, conseiller à la Cour d’Alger ; Mermet, architecte diocésain ; Ernest Prunier, directeur du Mont-de-Piété ; Charles Jourdan, délégué financier ; Fournier, commissaire-priseur ; Rivière, directeur du Jardin d’Essai ; Ahmed Bouderba, avocat indigène ; Lamalli, professeur à la Medersa ; René Garnier, secrétaire de la Société de géographie et du Comité d’hivernage ; Hector Mahyeux, notaire à Alger ; Pinto, interprète militaire près les Conseils de guerre ; le docteur Rouby, médecin aliéniste ; Haïn Boucris, bibliophile, qui possédait sur Alger une série de pièces populaires impossibles à réunir aujourd’hui ; Hamdane, ancien sous-chef de bureau à la Préfecture d’Alger, petit-neveu d’Osman Khodja, l’ami du dey Hussein et petit-fils de Hadj Mohammed, le dernier Amine-Sekka de la Régence.

Pour le Soudan, M. Brunache, administrateur à Aïn-Fezza ; le lieutenant Dyé, de la mission Marchand, le baron de Vialar, M. Émile Rubby, payeur-adjoint du Trésor à Kayes, m’ont apporté un précieux appoint de renseignements.

Pour la Tunisie, j’ai eu recours à M. Maurice Bompard, aujourd’hui ministre plénipotentiaire, auteur d’un recueil très estimé des lois et règlements de la Régence, et a Mohamed ben Abdallah, secrétaire de la Garantie, pour toutes les questions qui se rattachent au contrôle. Par l’intermédiaire de M. Lasram, directeur du service de la Ghaba, me sont parvenues d’utiles indications topographiques. M. Olivier, agent consulaire et contrôleur civil, a, par ses lumières, éclairé mes recherches sur l’île de Djerba.

C’est une bonne fortune pour moi d’avoir, pour le Maroc, trouvé un auxiliaire très obligeant en la personne de M. Benghabrit, cadi, drogman auxiliaire à la légation de Tanger, qui m’a envoyé quelques belles photographies de bijoux. De Fez, par M. Henri Gaillard, vice-consul, et par son chancelier, M. Georges Marchand ; – de Mogador, par M. Lefrère, d’Alger, agent du service de santé dirigé par le docteur érudit Lucien Raynaud, j’ai reçu les éléments nécessaires pour compléter le chapitre consacré à ces Localités.

M. Lacau, consul général à Tripoli, a droit, pour les mêmes motifs, à mon plus reconnaissant souvenir.

M. Paul Azan, sous-lieutenant à Nemours, m’a secondé par ses notes, par ses photographies, par ses vocabulaires et par ses dessins, dans mes recherches sur les bijoux sahariens.

Je dois mentionner les orfèvres qui m’ont aidé de leur expérience pour déterminer la provenance et le nom des bijoux. En première ligne : MM. Dorez frères, d’Alger ; de Bessis et son fils, de Tunis ; Ben Kalfate, de Tlemcen, et Sudaka, El-Guiz, Bellaïche, d’Alger. Je m’en voudrais aussi de ne pas citer le brodeur Ali Bou Netta, l’importateur Alphonse Nounou et les deux nonagénaires, dont l’un, à la mémoire intacte, m’a permis de dresser un plan de la place du Gouvernement avant 1830, et de déterminer les emplacements où les orfèvres travaillaient avant la conquête.

Enfin M. P. Famin, d’Alger, et Garrigues, de Tunis, ont mis sans condition, à ma disposition, de nombreuses et belles photographies de types indigènes provenant de collections qu’ils ont éditées.

C’est de la collaboration de toutes ces bonnes volontés, de toutes ces hautes compétences, que ce volume est né.

Si j’ai pu oublier de mentionner quelques-uns de ceux qui, par leurs conseils et leurs renseignements, m’ont permis d’écrire ce livre, qu’ils reçoivent ici l’expression de mes regrets, de mes excuses et de mes remerciements.

Je présente au public le résultat, fort imparfait, sans doute, de longues et patientes études. Je ne me dissimule pas ce qu’elles renferment de lacunes et d’imperfections. Je ne saurais avoir la prétention d’être définitif, ni d’avoir épuisé une question si vaste et si difficile à pénétrer. L’Afrique septentrionale offre une abondante moisson à récolter encore sur ses diverses industries. De nouvelles recherches feraient trouver des choses nouvelles, si, surtout, il était possible de dépouiller ces nombreux in-folio arabes qui s’ensevelissent peu à peu dans certaines archives trop semblables à des nécropoles, et que leurs gardiens, accablés par l’âge, laissent indéfiniment reposer sous la poussière vénérable du passé.

Je n’ai poursuivi, en résumé, que le développement de la prospérité de l’Algérie. Mon souhait le plus vif serait que l’ensemble de mon travail aidât à la renaissance de l’art de la bijouterie arabe et qu’il perpétuât, grâce aux planches dont il est orné, le souvenir des beaux modèles de jadis. Il est fâcheux que les types de la Régence disparaissent. La concurrence étrangère cherche à substituer des créations nouvelles et banales aux formes anciennes, et à modifier peu à peu le goût des femmes indigènes. Il est temps aussi d’arriver à élargir le cercle d’action du Service de la Garantie pour réprimer les fraudes et augmenter les revenus de l’État par de nouvelles et légitimes perceptions. Ce sont des questions qui viendront à leur place dans le cours et à la fin des pages qui vont suivre. En résumé, mon livre cherche à intéresser et à instruire. Si j’ai rendu ainsi quelques services, j’aurai atteint mon but, et ce sera ma meilleure récompense.

CHAPITRE PREMIER

L’orfèvrerie à travers les âges

Le bijou avant les bijoux

Née coquette, la femme a de tout temps aimé à se parer. Dès qu’elle put se mirer dans l’eau calme d’une fontaine, elle connut sa beauté : pour plaire, elle chercha à s’embellir encore ; et d’un mouvement spontané, dégageant son visage, elle releva sa chevelure, la tressa, la réunit en un diadème sur sa tête. Puis, de sa main mignonne, elle cueillit, pour la piquer dans ses cheveux, une fleur, ce bijou de la nature.

COIFFURE MAURESQUE.

Plus tard, elle se fit une couronne de feuilles, un bracelet de graines et des boucles d’oreilles de deux cerises, vermeilles comme ses lèvres. Alors, elle se trouva belle selon ses souhaits. L’instinct naturel de la femme avait créé le bijou. On peut dire qu’il est vieux comme le monde. Pourquoi ? C’est qu’il est par essence l’ornement de la femme et son emblème ; il brille sur elle et il l’aide à briller ; il attire les regards, les retient et fait remarquer celle qui le porte.

La femme devant le bijou

Précisons cette question importante sous des dehors frivoles. Certains bijoux n’ont-ils pas un rôle esthétique dans l’éternelle comédie de la séduction féminine ? Ne prêtent-ils pas plus d’élégance à la partie du corps qu’ils purent ? Les bracelets dessinent et accusent la finesse des attaches de la main ou du pied. Le collier, tranchant sur le cou, le détache de la poitrine ; le diadème droit met en relief la courbe des sourcils ; la bague fait ressortir la forme gracieuse d’un doigt effilé et la boucle d’oreille encadre admirablement l’ovale de la figure.

Avant l’histoire. La Mythologie

Le bijou, tout d’abord, apparaît dans la Mythologie. La ceinture de Vénus, seule parure que portât la déesse quand Pâris lui décerna le prix de beauté, était constellée de gemmes. Les couleurs de l’arc-en-ciel se jouaient dans l’écharpe d’Iris, tissée et lamée d’or et d’argent. Dans les travestissements qu’il prenait pour séduire les mortelles, Jupiter, maître des dieux, ne pouvait négliger l’aide du bijou, cet entremetteur irrésistible ; des joyaux se mêlaient, sans doute, à la pluie d’or qui lui servit de voile pour vaincre les résistances de Danaé.

Le bijou aux temps primitifs

Aussi loin qu’on remonte dans le passé, on le retrouve dans les cavernes des Troglodytes, sous la forme de cornes et d’os grossièrement travaillés. À l’âge de pierre, il est représenté dans nos musées par de nombreux colliers de cornaline. À l’âge de bronze, ce sont des bracelets et des anneaux que la femme accroche à ses bras, à ses poignets, à ses chevilles, à tous les endroits qui lui offrent un point d’attache. Tels furent les premiers types de bijoux et les premières matières avec lesquelles ils furent façonnés, aux temps préhistoriques.

Mais l’humanité marche. Arrive l’âge de fer, et les métaux précieux sortent des entrailles de la terre. La femme s’en empare et devine en eux les plus merveilleux auxiliaires de sa séduction naturelle. Les artisans d’une époque qui dépouille peu à peu sa barbarie primitive, se mettent à fondre, à marteler et à ciseler l’or et l’argent pour l’enchanteresse. Ils s’ingénient à varier les formes des joyaux qu’ils fabriquent a son intention.

La genèse du bijou est pleine de légendes merveilleuses. Son histoire vraie est liée aux secrets de la nature. Ainsi, le premier bijou d’or sorti d’une pépite trouvée à la surface du sol, fut travaillé à l’aide de deux cailloux, l’un servant d’enclume et l’autre de marteau. Plus tard, mis au feu, l’or devînt malléable : la pépite s’élargit en feuille mince, qui reçut des caractères primitifs, semblable à ces bractées que les botanistes appellent des feuilles florales.

En Palestine

Chez les Hébreux, qui eurent leur légendaire forgeron, leur Vulcain, sous le nom de Tubalcaïn, le bijou fut l’insigne de la richesse et de la puissance. Il s’incruste dans les murailles et resplendît sur les vases sacrés du temple de Jérusalem. La reine de Saba se pare comme une châsse pour visiter Salomon le Sage, qui préfère à tout cet éclat la blancheur pure du lis des champs. Le grand prêtre, prototype du Joad de Racine, attache des pierres précieuses sur ses vêtements, à ses épaules et à sa poitrine. Les femmes portent le croissant symbolique d’Astarté. L’Écriture se complaît dans la description des bijoux royaux. Les fiancées s’accrochent à l’une des narines le nezem, sorte d’anneau dont l’usage, emprunté sans doute aux Asiatiques, s’est perpétué dans l’Inde jusqu’à nos jours.

Une ceinture d’orfèvrerie, d’un travail très fin, analogue au strophium des Latins et qui fut l’ancêtre du corset moderne, enlaçait, en les contournant, les ondulations des seins des Chananéennes.

L’Orient a coloré de tous ses reflets les pages de la Bible où Nabuchodonosor, monarque d’Assyrie, le plus frappant exemple de grandeur et de décadence royales, fait étalage de ses richesses. Faut-il rappeler le festin de Balthazar, servi dans de la vaisselle d’or d’une somptuosité inouïe ?

En Égypte

La fleur fut tout d’abord la parure des Égyptiennes, comme elle avait été celle de la première femme. Ce fut le lotus qui eut ses préférences. Le culte des animaux a laissé aussi des traces profondes sous l’ancienne dynastie des Ptolémées. À cette époque, le bœuf Apis servait de hochet : le serpent s’enroulait en bracelets autour des poignets. Le scarabée en tir, pareil à celui qui inspira à Edgar Poë une de ses histoires fantastiques, fut aussi l’un des joyaux préférés sous les Pharaons.

Ninive et Babylone ont tenu le premier rang parmi les villes disparues. La postérité nous a conservé quelques-uns des secrets de la fabrication des bijoux dans ces deux métropoles. Ninive faisait des perles en pâte émaillée, et Babylone connut les bagues servant de cachets et incrustant dans la cire le sceau royal. Depuis Sémirumis, qui trônait dans le rayonnement des pierreries, dépouilles opimes des peuples vaincus, jusqu’à Sardanapale, que le récit de Méry et le tableau de Delacroix nous montrent entassant sur son bûcher funèbre ses bijoux et ses femmes, les monarques assyriens ont ébloui le monde par leur fastueuse prodigalité.

Les mages de Chaldée, précurseurs des astrologues du Moyen Âge, ceignaient leur front de tiares constellées de cabochons. Ils s’entouraient ainsi, aux yeux des peuples, de la même auréole majestueuse que les satrapes de la Perse et les souverains de la Cappadoce.

En Phénicie

Les Phéniciens, nation de navigateurs et de commerçants, emportèrent le bijou dans leurs courses lointaines et le firent passer de l’Orient en Occident ; mais le négoce ne les absorbant pas entièrement, ils ne se bornaient pas à pourvoir les marchés du monde des produits venus de l’intérieur de l’Asie. Ils avaient aussi leur art et leur industrie. Leurs villes très prospères, Tyr et Sidon, étaient renommées pour la fabrication des bijoux, qu’ils couvraient de motifs de décoration empruntés à la faune ou à la flore. Leurs modèles sont infiniment variés. Ils ont su de bonne heure appliquer la pâte de verre à l’ornementation des joyaux. Ce furent de prodigieux artistes.

PENDELOQUE D’OR

Homère

À la suite des Phéniciens, le bijou pénètre en Europe, chez les Étrusques, artisans très habiles pour l’époque, inventeurs du filigrane, et chez les Grecs, qui trouvent dans Homère le plus merveilleux des poètes du bijou et le plus précis de ses historiens. Il élève les héros de ses poèmes au rang de demi-dieux, mais ses fictions ont un fond de réalité et donnent le reflet exact de la civilisation de son temps. La description du bouclier d’Achille, qui remplit presque tout, un chant de l’Iliade, montre avec quelle perfection travaillaient les ouvriers d’art de l’Attique.

Le bouclier d’Achille

Le poète des temps héroïques chante avec pompe ce bouclier splendide, chef-d’œuvre de ciselure, sur lequel le divin forgeron Vulcain avait figuré la terre et la mer, le ciel et les étoiles, avec des guerriers en marche, des laboureurs aux champs, des vignerons cueillant des grappes de raisin d’acier suspendues a des échalas d’argent.

Vulcain lui-même, sur la prière de Thétis, exécuta cette œuvre prodigieuse dans l’antre des Cyclopes. De cette forge divine sortaient aussi le sceptre d’Agamemnon, sa cuirasse lamée d’or et d’étain, le collier d’Hermione et les boucles d’oreilles de Junon. Après avoir remarqué qu’Homère a rendu hommage, en les nommant, à des bijoutiers de son temps, citons un autre grand poète de la Grèce primitive, Hésiode, qui, dans les Travaux et les Jours, fraya la voie aux Géorgiques de Virgile. Il est l’auteur du Bouclier d’Hercule, où il reprend avec des détails plus techniques la description qu’Homère avait faite du bouclier d’Achille.

Il est certain que si nous ramenons même la légende à la vérité, la Grèce avait, dans les temps les plus reculés, des orfèvres d’une habileté extraordinaire.

Le siècle de Périclès

Dans l’Athènes de Périclés, le bijou partage la faveur qui s’attache à tous les arts. Phidias et Praxitèle revêtent de couleurs éclatantes et enrichissent d’orfèvrerie leurs statues de l’Acropole et du Parthénon : la Minerve, le Jupiter Olympien. Aristophane raille le luxe des chevaliers aux chlamydes attachées par des agrafes de grand prix. Aspasie de Milet, la courtisane philosophe, se montre richement parée à ses amants, dont le plus fastueux, Alcibiade, étale aussi devant les Athéniens un luxe effréné.

Sparte exceptée, aucune des parties de la Grèce n’échappe à cette contagion du luxe, propagée par le bijou. Corinthe, ville peuplée de statues, voit les jeunes gens se ruiner pour couvrir de joyaux la célèbre Laïs, qui tarifait ses faveurs au point de faire dire à Démosthène : « Je ne veux pas acheter si cher un repentir. »

L’anneau de Polycrate

Le tyran de Samos lance dans la mer un anneau magnifique, comme le roi de Thulé, dans la légende germanique, jeta dans les flots sa coupe en or ciselé. Le charmant satirique de la décadence, Lucien, allume, autour des bijoux que les chefs d’hoplites rapportent de la guerre, les convoitises des belles courtisanes.

Chez les Romains

À Rome, le bijou se montre peu, d’abord ; il jure avec l’austérité des mœurs républicaines, au temps de Brutus et de Cornélie, la mère des Gracques : « Mes deux fils, disait celle-ci, sont mes seuls trésors, » Avant de prendre la forme de l’emblème, signe de fécondité, qui se suspendait au col des chastes matrones filant la laine à leurs foyers, il ressemblait, le plus souvent, a ces colliers d’or massif ou torques, comme celui dont Manlius, surnommé Torquatus, dépouilla, après l’avoir tué, un Gaulois gigantesque. Les torques ou anneaux de cou, portés par les guerriers, posaient près d’une livre. À l’exemple des Gauloises ou des femmes des Cimbres et des Teutons, dont les riches parures avaient ébloui les légionnaires de Marins, les Romaines adoptèrent dans la suite des bracelets d’or, tantôt tordus et tantôt cannelés.

À la belle époque de la République, le bijou revêt surtout un caractère guerrier. Tite-Live rapporte qu’Annibal expédia a Carthage plusieurs boisseaux, remplis jusqu’aux bords des anneaux d’or dont il avait dépouillé les cadavres des chevaliers romains, tombés sur le champ de bataille de Cannes.

Les peuples soumis prennent leur revanche en amollissant leurs rudes conquérants. De toutes les nations qui passaient sous le joug latin, on peut répéter ce qu’un écrivain disait de la Grèce à demi-orientale : Græcia capta ferum victorem cepit. « La Grèce, conquise, a conquis son fier vainqueur. »

Cléopâtre

Quand le luxe asiatique envahit. Rome, il n’eut pas, pour séduire les femmes et corrompre les hommes, de plus subtil auxiliaire que le bijou. Le lieutenant de Jules César, Marc-Antoine, perdit la bataille d’Actium pour avoir suivi, sur sa galère aux voiles de pourpre, la royale courtisane qui l’avait affolé, cette Cléopâtre, capable de composer cm breuvage avec des perles dissoutes dans du vinaigre, et qui, coquetterie suprême ! meurt de la piqûre d’un aspic, après l’avoir enroulé comme un bracelet autour de son bras.

Grandeur et décadence des Césars

Des bagues similaires, des pierres gravées, des camées retrouvés intacts à Pompéi, mis au jour par les fouilles ou exhumés des tombeaux, accusent la rare finesse de travail et les conceptions ingénieuses des artistes, au temps de la splendeur romaine.

Mais la décadence de l’Empire arrive à grands pas ; le bijou règne cependant en maître absolu sur la Rome fastueuse et dissolue des empereurs. Il couvre la robe flottante des convives impurs du festin de Trimalcion ; il resplendit sur l’armure du gladiateur qui va mourir. Tous les Césars, au visage glabre comme celui des femmes, Néron, Domitien, Héliogabale, le profanent, le prodiguent, le jettent parfois à la populace qui n’a pas de pain. Juvénal, dans sa Satire des femmes, le stigmatise comme un agent des pires voluptés : Auribus extensis magnos commisit elenchos. « Elle s’allonge les oreilles en y accrochant de lourdes perles, » s’écrie le satirique, à propos d’une de ces patriciennes dégénérées dont il flagelle les curiosités malsaines, l’appétit effréné de débauche et de luxe.

Les Gallo-Romains

Cette époque a quelques beaux bijoux en bronze, incrustés d’or ; d’autres en electrum, ce métal dont la composition est actuellement perdue. Des milliers de bracelets, de colliers, d’épingles, de fibules gravées, retrouvés par les archéologues d’uns leurs fouilles, attestent, aux yeux des visiteurs de tous les musées de l’Europe, l’importance du bijou dans les premiers temps de la Gaule.

Trésors des églises

Au déclin de la monarchie franque, le clergé s’empare du bijou et, lui donnant un caractère de majesté hiératique parfaitement conforme aux manifestations du culte chrétien, l’enchâsse somptueusement dans les mitres, les crosses, les croix, les anneaux et les évangéliaires.

Dans les trésors des basiliques et des cathédrales qui couvrent alors les Gaules, brillent les vases religieux en or massif, pareils au vase de Soissons qui inspira à Clovis un acte bien connu de justice militaire.

Saint Éloi

Le populaire patron des orfèvres fonde des ateliers d’où sortent la châsse de saint Denis, apôtre des Gaules, et le tronc du bon roi Dagobert, sans compter de merveilleux calices et des ostensoirs d’une richesse inouïe.

Charlemagne

Les Carlovingiens cherchent, plus encore que les Mérovingiens, à rehausser par des joyaux l’éclat de la majesté souveraine. Charlemagne pose sur son front le diadème impérial, décoré de fleurs de lis et surmonté d’une croix. Il tient en main le globe d’or, symbole de sa domination sur le monde. Son sceptre, son trône, sa table, son glaive crucifère ; sa cuirasse ciselée, en or massif, ont frappé l’imagination de ses contemporains. Il comble les églises de ses dons, croix processionnelles et reliquaires en forme d’autels portatifs. Les visiteurs de l’Exposition des trésors religieux, au Trocadéro, en 1889, ont pu juger de ces présents aux basiliques par l’A gigantesque de l’église de Conques, un simple triangle dont les « ayz sont recouverts d’argent doré à ymaiges enlevées » – comme on disait, en vieux français, pour désigner un travail repoussé.

MEDOUAR.

(Broche.)

Bijoux des sacres

Au Moyen Âge, les cérémonies du sacre des rois de France donnent lieu au plus magnifique déploiement de bijoux historiques, exhumés pour cette grande solennité. La description de ce pompeux cérémonial, qui resta presque le même pendant une durée de dix siècles, ne rentre point dans notre sujet ; une simple énumération des bijoux portés par le roi et sa suite remplirait plusieurs pages, Bornons-nous à designer les habits et ornements royaux que l’on déposait d’abord sur l’autel : la grande couronne de Charlemagne et deux autres, d’or et pierres précieuses, que le pape Étienne V avait offertes à Louis le Débonnaire ; l’épée, le sceptre, la main de justice, les éperons, le livre des cérémonies, une camisole de satin rouge, garnie d’or ; une tunique, une dalmatique, des bottines et un manteau royal de velours bleu, semé de fleurs de lis d’or, doublé d’hermine.

C’est aussi l’époque du tressoir, un cercle plat de métal qui relient le voile sur la tête et qui, transformé en bandeau enrichi de pierres, s’appelle plus tard le fronteau.

Taille du diamant

La plus précieuse des pierres, taillée avec art, fait bientôt son apparition. C’est, en effet, au XVe siècle, que l’on commence à tailler le diamant. Charles le Téméraire perd, à la bataille de Moral, le Sancy, venu des Indes, et qui est reste, grâce à son éclat merveilleux, à sa grosseur surprenante et à ses possesseurs illustres (Nicolas-Harlay de Sancy, Henriette d’Angleterre, Mazarin, la duchesse de Berry), un des diamants les plus célèbres.

Agnès Sorel, l’amie de Charles VII, porte la première un collier de diamants, comparé par ses contemporains à un carcan incommode. Elle entoure sa taille de la ceinture d’orfèvrerie en cuir et en velours, couverte d’ornements ciselés et émaillés, qui, faisant le tour du corsage, retombe jusqu’aux pieds, sur le devant de la robe tissée d’or.

MENQOUCHA.

(Boucle d’oreille.)

Benvenuto Cellini

Après cette époque brillante de la fin du Moyen Âge commence l’ère fastueuse de la Renaissance. Alors apparaît un prodigieux ciseleur, émailleur incomparable, Benvenuto Cellini, l’auteur de la salière que l’on peut voir encore à Vienne ; ses pendants de cou et ses moindres ouvrages feront à jamais l’admiration et le désespoir de ses imitateurs. Il sait mettre dans une simple pendeloque une recherche d’art, aussi exquise que dans sa statue de Persée ;

L’étoile vaut le soleil,

L’étincelle vaut la flamme ;

La miette de Cellini vaut le bloc de Michel-Ange,

a dit Victor Hugo.

La Renaissance

La cour des Valois aurait pu prendre le nom qui sert de titre à un tableau de féerie, et s’appeler le Royaume des Bijoux.

Dans cette France raffinée et efféminée qui se modelait sur l’Italie des Médicis, ce n’étaient que festons, ce n’étaient qu’astragales, ce n’étaient que girandoles de joyaux. Pour l’entrevue du camp du Drap d’Or, les deux souverains, François 1er et Henri VIII avaient revêtu des cuirasses damasquinées d’or leurs chevaux étaient splendidement caparaçonnés. On peut juger de la richesse de ces armures par la cuirasse que portail plus tard Charles IX, et que tous les visiteurs du Louvre admirent dans une vitrine de la galerie d’Apollon.

Reines et maîtresses royales

Dans le fastueux étalage de leur luxe, les reines légitimes étaient éclipsées par leurs rivales, souveraines de la main gauche. La comtesse de Châteaubriant, maîtresse de François Ier ; faisait fondre en un lingot les joyaux que son royal amant voulait l’obliger à remettre à la duchesse d’Étampes, la nouvelle favorite. Diane de Poitiers se couvrait de colliers et de pendants de perles fines. Arbitre de l’élégance de l’époque, elle les mit bientôt à la mode à la cour des Valois. La belle Ferronnière a été représentée par les peintres de l’époque, le front ceint d’un bandeau d’orfèvrerie.

Côte à côte avec ces dames galantes dont Brantôme énumère complaisamment les somptueux affiquets, une jeune et charmante reine, Marie Stuart, la femme de François II, se montra comme une vision à la cour de France, son pays d’adoption, parée de joyaux magnifiques.

Luxe des hommes

Les hommes disputent alors aux femmes la gloire futile de porter des bijoux :

Je connais sur ce point

Bon nombre d’hommes qui sont femmes,

a dit plus tard le fabuliste.

Les mignons, flétris par Agrippa d’Aubigné, pleures par Henri III dans ces vers qui leur ont servi d’oraison funèbre :

Que Dieu conserve en son giron

Quélus, Schomberg et Maugiron,

mettent des perles à leurs oreilles et à leurs toques, et laissent tomber des chaînes d’or sur leurs pourpoints de velours aux crevés de satin.

XVIIe siècle

À cette époque, le style, n’empruntant plus rien au passé, devient bien français et règne en souverain maître sur le monde entier. L’orfèvrerie atteint une grande perfection en suivant ta nouvelle manifestation de l’art. Elle se plie aux caprices du goût et aux fantaisies imprévues de la mode. Dans le tableau de la vie élégante ou familiale, des bals, des réceptions, des spectacles de la cour et de la ville, que déroulent devant nous les mémoires et les correspondances perpétuellement exhumés, les bijoux ont laissé leurs traces et leurs reflets.

La folie des bijoux

Sous Louis XIV, les femmes les adoraient toujours autant : elles mettaient dans leurs cheveux des attifets qu’elles appelaient culbutes, et leur corsage n’était qu’une cuirasse étincelante de pierreries. Le luxe devient tel que Mazarin, en 1644, édicte des lois somptuaires pour protéger le métal réservé à la Monnaie, que les orfèvres finissaient par accaparer pour leurs travaux. Et pourtant, le fastueux cardinal, en sa vaniteuse ostentation d’italien, fit le premier tailler douze diamants de la Couronne, connus sous le nom des Douze Mazarins.

OUARDA.

(Épingle trembleuse.)

À la cour du grand Roi, les diamants arrivent à flots des Indes, des pays mystérieux que les poètes appellent Golconde. Drainés et canalisés à Versailles, ils deviennent des rivières qui coulent encore de nos jours. Les femmes sont radieuses avec leurs guêpes et leurs papillons qui tremblent dans leurs coiffures, Madame de Sévigné écrit de ses contemporaines qu’elles aimeraient mieux se passer de chemise que de bijoux.

Le XVIIIe siècle

La passion des joyaux continue. Le duc d’Orléans, récent de France, achète, en 1717, pour 3 375 000 francs, le superbe diamant auquel il donne son nom, et le porte dans ses fêtes libertines du Palais-Royal. Partout, dans tes petits appartements de Versailles, aux soupers de la Pompadour et de la du Barry, étincelle le feu des pierres précieuses qui rivalise avec celui des regards enflammés. Sur la table des gros financiers, des Turcaret qui prêtent de l’argent à Louis XV, s’étalent les pots à oïls, les rafraîchissoirs ventrus. La corbeille de mariage de Marie-Josèphe de Saxe contient plus de 150 000 livres de bijoux.

Le style « rocaille »

Un joaillier invente les miniatures, montées en bagues ou en bracelets par Bazan, que le duc de Choiseul appelle le Maréchal de Saxe de la curiosité. Un autre trouve la châtelaine en or, rehaussée de diamants et de bergerades ciselées, dans le goût de Boucher, qui de la ceinture retombe sur ta jupe. Un autre enfin enrichit et couvre les montres de reliefs pris dans la masse, et les constelle de pierres fines et d’émaux. C’est le règne de la rocaille, qui se contourne, ressemblant aux, paraphes que l’on retrouve dans les cahiers des maîtres d’écriture de l’époque.

RAS CHECHLA.(Fond de calotte.)

Modèle turc.

Efflorescence du bibelot

Le grand luxe diminue sous Louis XVI. Le roi dit « Elle me gêne, » en posant sur sa tête la couronne du sacre, ciselée par Auguste, son orfèvre attitré, comme s’il prévoyait qu’elle serait trop lourde pour sa tête.

À cette époque fleurit le bibelot, cher aux collectionneurs qui se disputent aujourd’hui les boîtes d’or émaillées en bleu moiré, pour le tabac et pour les mouches ; les boutons de strass, qui flamboient aux corsages des dames ou fermant les habits des gens du bel air ; les étuis en or guilloché pour la cire d’Espagne qui doit sceller les poulets parfumés ; les mignons souvenirs, a ver crayon et feuilles d’ivoire, pour ne pas oublier les rendez-vous galants ; les boucles de souliers ou les gardes d’épée que Leblanc a trouvé le moyen d’exécuter en similor le nouvel alliage qui fit fureur à son apparition.

À Versailles, les dames d’honneur de Marie-Antoinette posent délicatement une aigrette appelée pouff sur leurs cheveux poudrés, qui sont de véritables édifices.

Affaire du Collier

À Trianon, le bijou s’efface ou se dissimule dans les pastorales, mais cette simplicité dure peu. Il reparaît bientôt avec tout l’éclat de su redoutable puissance. Le célèbre collier de perles et diamants, sorti de l’officine de Boehmer et Bossange, excite les convoitises de la reine ; complice de la faction rivale, il a le fatal privilège de hâter la chute de la monarchie.

Période révolutionnaire

Sous la République, à l’époque des enrôlements volontaires, un élan patriotique décide les « Dames françaises » à sacrifier leurs joyaux sur l’autel de la Patrie, pour paver les frais de la guerre. On ne fabrique plus que des bijoux nationaux, émaillés aux trois couleurs.

Directoire, Consulat, Empire

Avec Barras, le luxe reparaît. Sous le Directoire, les Incroyables, affublés de lorgnons aux riches montures, laissent pendre de leurs gilets deux grosses chaînes d’or ; les Merveilleuses, retenant leurs jupes par des agrafes de prix, retournent chez les orfèvres et font revivre, aveu les muscadins, le culte de l’élégance la plus raffinée. L’orfèvre Biennais offre un nécessaire de voyage à tous les officiers des campagnes d’Égypte et d’Italie.

À la cérémonie du Sacre, Napoléon Ier déploie une splendeur qui contraste avec sa simplicité habituelle. Il porte la couronne et le sceptre de Charlemagne ; le Régent scintille à la garde de son épée. Il tient à voir tout resplendir autour du lui. La ville de Paris fait a Joséphine présent d’une toilette en argent massif. L’Empereur met dans la corbeille de Marie-Louise deux rubis, montés en boucles d’oreilles, et valant un demi-million. Les diadèmes légers sont à la mode, ainsi que les broches où s’incruste une miniature reproduisant les traits du mari qui est à la Grande Armée.

C’est l’art grec, ou plutôt le néo-grec du goût de Mercier, qui, jusqu’en 1814, inspire les bijoutiers et leur impose son style.

La Restauration

Sous la Restauration, le goût rococo anglais domine jusqu’au moment où l’orfèvre Lebrun, secondé par de très habiles dessinateurs et sculpteurs, fait quelques essais de gothique et de Renaissance, qui plaisent. Odiot tient alors la tête dans la corporation. Fauconnier a pour élève Barye, le grand sculpteur animalier. Caillet exécute les ornements du sacre de Charles X, qui sont à Notre-Dame, Alors brillent, renouvelées de la femme de l’avocat Ferron, maîtresse de François Ier, les ferronnières, qui aplatissent les cheveux et serrent les bandeaux plats sur le front. Puis c’est la grande mode de porter des chaînes d’or, retombant sur la poitrine, et que Théophile Gautier compare à un ordre de chevalerie.

ZINA SIARA.(Parure-bijou.)

Grande chaine de poitrine.

Froment Meurice

Une nouvelle ère se dessine : le style troubadour fait son apparition et se développe sous l’influence du romantisme. Alors surgit Froment Maurice, un « coloriste, » a dit Burty, un artiste comme il ne s’en était pas vu depuis la Renaissance. Tout à la fois orfèvre, bijoutier et joaillier, il devient le fournisseur attitré de toutes les célébrités contemporaines. Il fait rimer à Victor Hugo ces vers exquis :

Nous sommes frères ; les fleurs

Par deux arts peuvent être faites.

Les poètes sont ciseleurs,

Les ciseleurs son ! poètes.

Eugène Sue l’appelle : « Mon cher Benvenuto, » et lui commande des salières charmantes, à l’indécence près, Balzac lui écrit : « Mon cher « Auri faber, » et fuit exécuter par lui une coupe symbolique, composée de cactus et de ronces, pour Madame Anska ; et pour lui-même, une canne à la pomme parée de turquoises, enchâssées dans de l’or, pour éblouir les éditeurs.

Le bouclier de Froment Meurice pour l’empereur de Russie ; son aiguière pour la reine Victoria ; son couteau de chasse du prince Albert ; sa coupe de vendantes pour le duc de Montpensier ; sa toilette pour la duchesse de l’arme ; ses épées de souscription pour les généraux Cavaignac et Changarnier sont les meilleures œuvres de l’époque, mais elles se ressentent trop de ce style qui prit pour motifs favoris d’ornementation les toques et les claymores des héros de Walter Scott, et qui sema partout des hallebardiers, des pages et de nobles châtelaines.

Le second Empire

Napoléon III attacha, la veille de son mariage, sur les épaules de Mademoiselle de Montijo, qui adorait les diamants, un splendide collier valant, dit-on, 500 000 francs. La dernière des souveraines qui se soit parée du Récent, avant son entrée au musée du Louvre, est l’impératrice Eugénie : elle le portail enchâssé dans un diadème. Les femmes adoptèrent alors le boulon de diamant piqué dans l’oreille, le bracelet-jarretière et le breloquier représentant un cochon, plus élégamment appelé porte-bonheur.

Après la guerre

Les revers de 1870 arrêtèrent momentanément toute la fabrication de luxe ; elle ne reprit qu’à l’Exposition de 1878. On vit alors surgir le luxe écrasant des demi-mondaines, dans les loges de l’Opéra. Tout le Paris des premières a pu admirer le collier de perles fines de Mlle Léonide Leblanc, cadeau princier d’un duc de sang royal.

Exposition de 1889

À la dernière Exposition de 1889, affluèrent de tous côtés des spécimens curieux.

La Bohême envoya ses appliques rondes, parées de petits grenats ; la Hongrie, ses opales ajustées avec précision ; la Grande-Bretagne, ses bijoux en or natif, venus des Indes ; la Suisse, ses montres dissimulées dans des boutons de rose, sertis de pierres ; Milan, ses bracelets de torsades d’or jaune ; Florence, ses mosaïques de marbre, ajustées sur fond d’ardoise ; Gênes, ses filigranes d’argent ; Naples, ses feuillages en corail ; Rome, ses montures étrusques en or jaune, avec ses mosaïques cubiques ; la Norvège ; son bijou national en filigrane, sur des fonds d’argent oxydé ; le Danemark, ses incrustations de monnaies anciennes sur des planés dorés ; le Caucase, ses boîtes avec ses nielles d’argent bruni ; l’Espagne, ses bracelets en damasquine de fer ; l’Égypte, ses scarabées montée sur filigrane d’argent doré ; Siam, ses boîtes étoilées en or fin, repoussé et incrusté de rubis ; New-York, ses flacons en cristal de roche, sertis de pierres précieuses, ses porte-mine, ses briquets en or, son argenterie martelée de Tiffany ; et le Japon, ses vases mélangés de bronze et d’urgent.

Exposition coloniale

Nos colonies étaient représentées par l’Inde et le Sénégal, qui avaient exposé des bijoux de filigrane d’or et d’argent ; la Cochinchine, des bracelets gravés, champlevés, ou ajourés, des boucles d’oreilles en forme de clous, et d’autres bijoux en or rouge, teint par la poudre de Cassius. La Tunisie semblait s’être désintéressée de l’Exposition. Cette contrée, si riche en joyaux de toute sorte, n’avait, guère, pour attirer les regards, que des anneaux de pied en fer à cheval.

L’Algérie

Le rapporteur du Jury international, M. Marcel, consacra quelques lignes seulement à l’Algérie. Après avoir parlé sommairement des bijoux kabyles, boucles d’oreilles, colliers, agrafes, plaques de front, et constaté que cette partie de l’Exposition était plutôt rétrospective qu’industrielle, il disait un mot des produits des pêcheurs de corail. Il établissait ensuite une distinction entre l’industrie toute naïve ries Arabes et celle qui s’inspira, à la fois, du mode de travail européen et du goût arabe.

Quant à la bijouterie purement arabe, l’honorable rapporteur, tout en la trouvant primitive et un peu grossière de détails, ne la jugeait pas indigne d’attention. « Les bijoux arabes, disait-il, tirent leur intérêt de la simplicité des moyens de travail. »

N’ayant que peu d’outils à sa disposition, transportant son atelier partout où il lui prend fantaisie de faire la sieste, l’ouvrier arabe n’a évidemment ni le moyen ni le loisir de ciseler des bijoux d’un art raffiné et d’une exécution achevée. On doit plutôt s’étonner des résultats qu’il sait encore obtenir, et encourager toutes ses tentatives originales.

MEQIAÇA.

(Bracelet algérien sur un modèle tunisien)

Le jury de 1889, accentuant les réserves du rapporteur, ne pécha pas par excès d’indulgence pour les bijoutiers arabes. Sur trente-trois exposants algériens (chiffre modeste, à la vérité), aucun ne remporta de grande récompense. Quelques simples mentions honorables furent accordées aux joailliers indigènes de notre grande colonie africaine.

Vitrines des bijoutiers français

L’exposition des bijoutiers français était magnifique. L’abaissement du prix du diamant, depuis la découverte des mines du Cap, avait permis de multiplier les parures en brillants. Les vitrines étincelaient de mille feux. Exposé par un syndicat de négociants anglais et français, le diamant Impérial, du poids de 180 carats, taillé a Amsterdam, figurait comme la plus belle pièce dans une vitrine spéciale. Autour de lui, les exhibitions de toute la joaillerie française rivalisaient de splendeur. On ne comptait plus les colliers de diamants et les diadèmes de rubis ; il serait trop long d’en faire la nomenclature, mais il est impossible d’oublier, après les avoir vus : une touffe de cyclamens fleuris, sertis en pierres précieuses ; des filets de perles, séparés par des lentilles de diamant ; une couronne en petits brillants, composée de larges rinceaux et de feuilles en trèfle ; un soleil de diamants ; des réseaux de fils de platine ; un nœud en perles noires, avec rinceaux de boulons d’amandier en or ; une pointe de corsage faite de ramages de fleurettes et de feuillage courant dans les rubans ; des moulures noires pour robes sombres, disposées de façon à ne laisser voie que les motifs dessinés par les diamants.

M. Marcel, l’érudit rapporteur de l’Exposition de 1889, auquel nous empruntons eus détails, ajoute encore au catalogue des merveilleux objets d’art exhibés par nos joailliers, des flacons en topazes et en améthystes creusés en torse ; une fleur de carotte sauvage, légère et souple, faite de petits chatons de diamants fixés à l’extrémité de tiges de crin ; une lampe de nuit, avec un travail de vitraux d’émail dans le goût oriental ; un vase en cristal fumé, sorte d’anneau dont le centre évidé était traversé par une chimère d’or, émaillée de tonies couleurs. Ce véritable chef-d’œuvre restera comme le plus remarquable travail en or connu dans les phases de la bijouterie contemporaine : c’est le rapporteur lui-même qui en donne l’assurance.

Bijoux du jour

Maintenant règnent les perles fines. On cite certains colliers, comme celui de Mme Moucheron, qui, par leur régularité et par leur orient, dépassent le million.

Un nouveau genre de bijoux vient de surgir. On a pu le voir dans nos derniers Salons qui font maintenant une large place aux arts décoratifs. Le créateur du bijou néo-égyptien est un véritable artiste. Il a su trouver les combinaisons les plus variées, enchâssées dans un travail d’une précision parfaite. C’est le goût et la mode du jour.

Le bijou au seuil du XXe siècle

Quels nouveaux trésors, conçus par l’imagination féconde de nos joailliers et exécutés par les mains habiles de leurs collaborateurs, nous réserve l’Exposition universelle de 1900 !

Nul doute qu’il ne s’y rencontre encore de nouvelles merveilles, suscitées par le désir de plaire à la femme et de la parer. Dans ce chapitre, l’histoire de la bijouterie à travers les âges doit s’arrêter au XXe siècle. J’aurais pu l’étendre encore ; mais ce simple exposé a déjà trop retardé l’entrée en matière d’un ouvrage qui doit se borner à traiter de l’art chez les Arabes.

Résumé

Cependant ces considérations générales n’auront pas été inutiles pour montrer ce qui rapproche ou ce qui sépare, dans la recherche de la parure et des bijoux, la femme arabe de la patricienne de Rome ou de la parisienne de Paris ; car on peut le dire hardiment, tout ce qui brille plaît à la femme, depuis la duchesse qui se couvre de diamants jusqu’à la femme sauvage qui s’affuble de verroteries, dans les déserts de l’Afrique centrale.

Il faut maintenant revenir en arrière, au point où notre étude a bifurqué, et reprendre l’histoire et le rôle du bijou sur la rive africaine. Ce sera l’objet du chapitre suivant.

CHAPITRE II

Aperçu historique de l’orfèvrerie algérienne

Première période : Carthage

Aucun sol n’a été plus bouleversé que la rive africaine. Aucun pays n’a gardé moins de traces de son antique splendeur. La charrue des conquérants a réduit en poussière ces villes primitives dont le glorieux passé ne nous apparaît plus qu’à travers les récits des historiens. Les Phéniciens, premiers navigateurs du monde, fondèrent Carthage, l’orgueilleuse métropole qui, par sa puissance maritime et commerciale, rayonna sur toute l’Afrique du Nord. C’était plutôt, comme dit Rotalier, une ville qu’un peuple, mais cette ville avait des colonies jusqu’au pied de l’Atlas. Rien ne donne mieux l’idée de sa richesse que les descriptions de Gustave Flaubert dans cette Salammbô, qu’il écrivit avec son génie de romancier et la patience d’un archéologue. Une savante reconstitution du passé, les laborieuses recherches d’un écrivain qui ne livrait rien au hasard, donnent au roman la valeur d’un livre d’histoire. Flaubert ne dédaigne aucun détail de costume ou d’ornement. Décrit-il la toilette de Salammbô, la fille d’Hamilcar, il n’oublie ni ses sandales à pointes recourbées, qui disparaissaient sous un amas d’émeraudes, ni le réseau en fils de pourpre qui retenait ses cheveux. Il sait encore qu’elle avait pour pendants d’oreilles deux petites balances de saphir, supportant une perle creuse, pleine d’un parfum liquide.

MEBKHARA.

(Brûle-parfums.)

Les hommes, les guerriers avaient aussi leur luxe. Les gardes de la Légion carthaginoise portaient des boucliers à bordure d’ivoire,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de L'Orfèvrerie algérienne et tunisienne

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs