Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Ordres en architecture: Les Grands Articles d'Universalis
Ordres en architecture: Les Grands Articles d'Universalis
Ordres en architecture: Les Grands Articles d'Universalis
Livre électronique57 pages42 minutes

Ordres en architecture: Les Grands Articles d'Universalis

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Il n'est guère d'autre domaine de l'art occidental où l'héritage grec se soit pérennisé autant qu'en architecture : les ordres progressivement mis au point par les Grecs se sont transmis – tour à tour enrichis, mêlés, simplifiés, abâtardis, puis apurés et combinés de nouveau – jusqu'au seuil du XXe siècle.
LangueFrançais
ÉditeurPrimento
Date de sortie12 juil. 2016
ISBN9782341004350
Ordres en architecture: Les Grands Articles d'Universalis
Lire l'aperçu

En savoir plus sur Encyclopaedia Universalis

Lié à Ordres en architecture

Livres électroniques liés

Avis sur Ordres en architecture

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Ordres en architecture - Encyclopaedia Universalis

    Ordres en architecture

    Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

    ISBN : 9782341004350

    © Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.

    Photo de couverture : © Kaspars Grinvalds/Shutterstock

    Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

    Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,

    merci de nous contacter directement sur notre site internet :

    http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

    Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

    La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :

       ·  écrits par des spécialistes reconnus ;

       ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

    Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

    Ordres en architecture


    Introduction

    Il n’est guère d’autre domaine de l’art occidental où l’héritage grec se soit pérennisé autant qu’en architecture : les ordres progressivement mis au point par les Grecs se sont transmis – tour à tour enrichis, mêlés, simplifiés, abâtardis, puis apurés et combinés de nouveau – jusqu’au seuil du XXe siècle, en sorte que toute l’architecture monumentale de pierre de l’Occident a, pendant vingt-cinq siècles, parlé peu ou prou ce langage clairement articulé, auquel elle a su faire dire des choses bien différentes. Il aura fallu la mutation technique de la fin du XIXe siècle, liée à l’apparition d’autres matériaux : les métaux, le béton, le verre, pour que l’architecture contemporaine s’éloigne de cette sempiternelle grammaire formelle. Encore son esprit semble-t-il hanter les tentatives actuelles du « postmodernisme ».

    1. L’Antiquité gréco-romaine

    • La notion d’ordre

    Dans l’architecture grecque, un ordre est un ensemble cohérent d’éléments dont la syntaxe fixe le plan, mais surtout l’élévation d’un bâtiment. En fait, seul l’ordre dorique répond pleinement à cette définition : l’ordre ionique, plus souple, présente toutes sortes de variantes régionales, qui ont eu un champ d’application plus ou moins vaste et durable ; quant aux ordres romains, ce sont des adaptations des ordres grecs, simplifiés ou combinés.

    L’existence des deux ordres fondamentaux est attestée par l’archéologie dès le début du VIe siècle avant J.-C. ; nous savons d’autre part grâce à Vitruve que des architectes grecs avaient très tôt consigné les résultats de leurs recherches : Chersiphron de Cnossos avait écrit un commentaire du temple ionique d’Éphèse qu’il avait construit (vers 550 av. J.-C.) ; Silénos était l’auteur d’un traité sur l’ordre dorique (fin du Ve s. av. J.-C. ?). Mais il ne reste rien de cette littérature spécialisée : nous ignorons jusqu’aux termes qu’employaient les Grecs pour désigner les ordres. Le premier texte conservé qui les définisse est le traité en latin dédié à Auguste par Vitruve, vers 25 avant J.-C. Ingénieur hydraulicien et architecte militaire, celui-ci ne semble guère avoir construit qu’une basilique dans une petite ville d’Italie. Son traité n’est donc pas le fruit d’une expérience personnelle, mais une synthèse fondée sur les ouvrages des grands architectes grecs, qu’il vulgarise avec plus ou moins de bonheur, proposant ainsi des recettes commodes pour les bâtisseurs romains. Il traduit le terme grec, qui nous reste inconnu, par genus, dont le sens est moins normatif que celui d’ordre, qui s’est imposé depuis la Renaissance. Pour Vitruve, les deux « genres », dorique et ionique, ne correspondent pas seulement à des distinctions géographiques et ethniques : l’un reproduit les proportions du corps masculin, l’autre celles du corps féminin ; au dorique la force robuste, à l’ionique l’élégance et la grâce. Cette métaphore éloquente mais schématique remonte probablement, sous une forme plus subtile, aux traités d’architectes grecs qu’influencèrent les

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1