Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?: Un débat sur l'impact de leur utilisation

Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?: Un débat sur l'impact de leur utilisation

Lire l'aperçu

Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?: Un débat sur l'impact de leur utilisation

Longueur:
144 pages
1 heure
Éditeur:
Sortie:
12 juil. 2016
ISBN:
9791090685420
Format:
Livre

Description

Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre vie, mais savons-nous les utiliser ?

Autrefois l’apanage des jeunes adeptes de nouvelles technologies, les réseaux sociaux numériques touchent aujourd’hui toutes les générations. Ces réseaux permettent à chacun de se connecter à la multitude, mais leur usage n’est pas anodin – d’autant qu’avec l’avènement des smartphones et des tablettes tactiles, nous les emmenons partout où nous allons. L’opposition entre un défenseur et un pourfendeur des réseaux permettra au lecteur d’en apprendre plus sur leur fonctionnement et sur leurs dangers, et ainsi de mieux les utiliser – ou s’en prémunir.

Un ouvrage instructif qui appelle à la réflexion et aide à se forger une meilleure opinion de l'utilisation des réseaux sociaux.

EXTRAIT

Alors que le nombre de réseaux sociaux numériques ne cesse de croître, le nombre d’utilisateurs de ces outils de communication se révèle également toujours plus important. Au printemps 2012, on pouvait compter plus de 2,27 milliards d’internautes dans le monde, dont plus de 42 millions en France. Parmi eux, plus de 800 millions avaient un compte actif sur Facebook, et plus de 150 millions sur Twitter ou LinkedIn. Sur le territoire hexagonal, plus de 22 millions ont déclaré être utilisateurs de ces RSN en 2011, soit plus du tiers de la population (36 % des Français contre 23 % l’année précédente). Une récente enquête du Credoc soulignait d’ailleurs qu’avec 7 millions de nouveaux utilisateurs en France entre 2009 et 2010, les réseaux sociaux numériques sont les dispositifs de communication dont la diffusion au sein de la sphère sociale a été la plus rapide jamais mesurée (Bigot et Croutte, 2010).

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

« Cette approche didactique permet à ce livre d’être une excellente base d’apprentissage, de travail et/ou de réflexion pour quiconque souhaite aborder la question des réseaux sociaux. » – Consonaute

« Pour tous ceux qui les utilisent ou qui s’en méfient sans bien savoir pourquoi, ce petit ouvrage fournit les pour et les contre utiles pour se faire une idée précise de la question » – Lybertaire

A PROPOS DES AUTEURS

Julie Denouël est maître de conférences en sciences du langage au sein de l’Institut des technosciences de l’information et de la communication de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 et fait partie du laboratoire Praxiling – CNRS. Elle a coordonné avec Fabien Granjon l’ouvrage collectif Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages (Presses des Mines, 2011).

Éric Delcroix est maître de conférences associé à l’université de Lille 3. Il entretient en parallèle une importante activité de blogueur. Il est l’auteur de nombreux ouvrages pratiques sur l’initiation aux réseaux sociaux et sur leur usage.

Serge Proulx est professeur associé à Télécom ParisTech et professeur titulaire à l’université du Québec à Montréal. Codirecteur du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO), il a publié une vingtaine d’ouvrages sur les médias, les usages des technologies et la communication.
Éditeur:
Sortie:
12 juil. 2016
ISBN:
9791090685420
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? - Éric Delcroix

société.

introduction

Les réseaux sociaux numériques :

éléments de définition

10000000000000B700000113EBFB7631.jpg Julie Denouël

Julie Denouël est maître de conférences en sciences du langage au sein del’Institut des technosciences de l’information et de la communication de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 et fait partie du laboratoire Praxiling – CNRS. Elle a coordonné avec Fabien Granjon l’ouvrage collectif Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages (Presses des Mines, 2011).

Si l’on observe l’histoire des technologies de communication depuis la fin du XIXe siècle, force est de constater que la diffusion d’innovations techniques au sein du corps social s’est souvent accompagnée de fortes controverses. En effet, le télégraphe, le rail, le téléphone et la télévision ont suscité des réactions multiples, opposant souvent des observateurs enthousiastes (considérant l’innovation technique comme le vecteur de progrès sociaux) à d’autres, plus inquiets, voyant dans les nouvelles technologies les instruments du nivellement des valeurs, notamment morales. L’usage exponentiel et mondialisé des réseaux sociaux numériques tels Facebook ou Twitter, entraîne aujourd’hui de nombreuses réactions qui ne sont pas sans rappeler ces polémiques plus anciennes. Pour certains, les réseaux sociaux numériques (RSN) – également appelés sites de réseaux sociaux (SRS) – sont favorables aux échanges interpersonnels sans intermédiaire et, ainsi, propices à l’avènement d’une société plus démocratique, fraternelle et égalitaire – alors que d’autres ne manquent pas de rappeler que ces dispositifs tendent avant tout à détruire le lien social et portent en eux les germes d’une société de surveillance généralisée.

Dans ce chapitre inaugural, nous proposons de faire le point sur les réseaux sociaux numériques, en essayant, autant que possible, de rester à distance de ces approches antagonistes. Pour ce faire, nous prendrons appui sur les recherches récentes en sciences humaines et sociales qui, nous semble-t-il, sont les plus à même de questionner ce phénomène technique et social de grande ampleur. Ce bref travail, qui ne saurait être exhaustif, portera de facto sur les aspects les plus saillants de ces différents travaux.

Brève histoire des réseaux sociaux

(pas toujours numériques)

Aujourd’hui, la formule de réseau social est souvent employée pour désigner les RSN. Rappelons cependant qu’elle recouvre une réalité plus large, apparue bien avant la diffusion d’Internet. En fait, le terme de réseau émerge dès le XVIIe siècle. Mobilisé tout d’abord dans le domaine textile puis dans le domaine médical, il migre, au XIXe siècle, vers le domaine des transports pour rendre compte du système des routes et des voies ferrées. Dès lors, le terme de réseau s’articule aux motifs de la structure, de l’entrelacement, de la circulation, de la cohésion, ou de la connaissance (Mattelart, 2011). La notion de réseau social voit le jour quant à elle en 1954, à travers une étude ethnographique visant à saisir l’organisation des relations sociales au sein d’une petite localité de l’ouest norvégien (Barnes, 1954). À partir de là, les chercheurs s’intéressant aux réseaux sociaux prendront pour objet d’étude « non pas les attributs des individus (âge, profession, etc.) mais les relations entre les individus, que celles-ci se jouent en face à face ou bien à distance grâce à différents moyens de communication, et les régularités qu’elles présentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation et de leurs transformations, analyser leurs effets sur les comportements individuels » (Mercklé, 2011 : 4).

S’il est difficile de dater le moment où l’expression réseau social se voit mobilisée pour qualifier, un peu hâtivement, les RSN, on repère en revanche assez facilement l’apparition de ce type d’outil de communication au milieu des années 1990, peu de temps après la diffusion de l’Internet dans la sphère grand public. Le réseau Sixdegrees, lancé en 1997, est ainsi considéré comme le premier réseau social numérique, en tant qu’il propose à ses utilisateurs de se créer un profil, de se constituer une liste d’amis et, à travers elle, de naviguer de profil en profil. Conjuguant les applications de différents services de communication en ligne fort appréciés à l’époque (comme la liste de contacts proposée par ICQ ou AIM, ou la navigation au sein d’un réseau fermé du site Classmates), Sixdegrees attire très rapidement des millions de membres. Jusqu’au début des années 2000, plusieurs RSN grand public verront le jour, comme AsianAvenue, BlackPlanet ou MiGente aux États-Unis, CyWorld en Corée, LunaStorm en Suède. À partir de 2001, on observe la création de réseaux sociaux numériques plus spécifiquement destinés à la sphère professionnelle. Le site Ryze.com ouvre la voie à cette nouvelle tendance et sera rapidement suivi par des RSN comme Tribe.net, Friendster, ou LinkedIn qui est devenu aujourd’hui l’une des plus importantes plateformes dans ce secteur.

Au début des années 2000, plusieurs sites français sont mis en ligne, tels Copainsdavant (conçu sur le modèle de Classmates qui vise à rassembler d’anciens camarades de classe), Meetic (pour les relations amoureuses), Peuplade (pour favoriser les relations de voisinage) ou Viadeo (dans le secteur professionnel). Cela dit, on constate que la diffusion massive des réseaux sociaux numériques résulte principalement d’initiatives nord-américaines. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs bouleversé le paysage numérique de la dernière décennie. C’est notamment le cas de MySpace (plateforme de partage de contenus diffusée en 2003 qui, rapidement, s’est spécialisée autour des contenus musicaux), de Flickr (plateforme de partage de photos créée en 2004), de Youtube et Dailymotion (plateformes de partage de vidéos) ou encore de Twitter (lancée en 2006) qui permet, par Internet, messagerie ou SMS, de diffuser auprès de ses « suiveurs » (followers) des tweets, messages courts prenant souvent la forme de brèves. Mais parmi ces différents sites, Facebook présente, à l’évidence, le développement le plus spectaculaire. Construit en 2004 pour rassembler les étudiants de Harvard, le site s’est progressivement ouvert à un public élargi : au printemps 2012, Facebook comptait plus de 900 millions d’utilisateurs à travers le monde, devenant ainsi le RSN le plus important du globe.

Depuis 2007-2008, une multiplicité de réseaux sociaux numériques a fleuri sur le web, dont la particularité est d’être polarisés sur des secteurs d’activité, des espaces culturels ou des modes relationnels spécifiques. Dans le champ politique par exemple, les principaux partis français se sont largement appuyés sur le succès de la Campagne 2.0 de Barack Obama en 2008 pour fonder leur propre RSN (Coopol pour le PS, Epicentres pour le Nouveau centre, ou la tentative avortée Créateurs de possible pour l’UMP). Dans un champ plus local, on remarque que de très nombreux réseaux de proximité ont été développés ces toutes dernières années. Portés par des sociétés privées (comme Maresidence ou Voisineo), des associations locales (comme Voisins solidaires, Geocitoyen ou La ruche) ou des collectivités territoriales (comme le conseil général de l’Oise sur Oise.fr), ces RSN ont pour ambition de favoriser les solidarités dans des zones géographiques restreintes. Mais il existe aussi des sites qui permettent de rassembler les individus d’une même communauté culturelle (comme Mektoube) ou d’une même catégorie d’âge (Habbo Hotel), ou d’autres qui favorisent le partage d’intérêts communs (comme Flixter, Libfly, Goodreadings, etc.).

Alors que le nombre de réseaux sociaux numériques ne cesse de croître, le nombre d’utilisateurs de ces outils de communication se révèle également toujours plus important. Au printemps 2012, on pouvait compter plus de 2,27 milliards d’internautes dans le monde, dont plus de 42 millions en France. Parmi eux, plus de 800 millions avaient un compte actif sur Facebook, et plus de 150 millions sur Twitter ou LinkedIn. Sur le territoire hexagonal, plus de 22 millions ont déclaré être utilisateurs de ces RSN en 2011, soit plus du tiers de la population (36 % des Français contre 23 % l’année précédente). Une récente enquête du Credoc soulignait d’ailleurs qu’avec 7 millions de nouveaux utilisateurs en France entre 2009 et 2010, les réseaux sociaux numériques sont les dispositifs de communication dont la diffusion au sein de la sphère sociale a été la plus rapide jamais mesurée (Bigot et Croutte, 2010).

La configuration technique des sites de réseau social

Si les RSN apparaissent relativement tôt dans l’histoire des outils de communication numérique, c’est

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs