Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les artéfacts impossibles de l'Histoire: Questionnement et remise en cause
Les artéfacts impossibles de l'Histoire: Questionnement et remise en cause
Les artéfacts impossibles de l'Histoire: Questionnement et remise en cause
Livre électronique142 pages49 minutes

Les artéfacts impossibles de l'Histoire: Questionnement et remise en cause

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

16 artéfacts impossibles de l’Histoire

L'Histoire est une succession d’événements, de faits et de phases qui constituent l'évolution de l'homme. Telle qu'on nous la raconte, elle semble parfaitement linéaire dans le temps : un événement en chassant un autre, reconstituant ainsi l'enchaînement de notre passé commun de façon logique. Sauf que notre chronologie n'est pas si immuable que cela. Car, en effet, quelques grains de sable sont venus enrayer les rouages de notre sainte échelle du temps, et avec elle, par conséquent, notre Histoire. Ces grains de sable sont de véritables énigmes auxquelles nous avons donné le nom de « OOPArt » (Out Of Place Artifact), plus communément « artéfact ». Ces artéfacts hors du temps sont des objets, des constructions créées par la main de l'homme, retrouvés lors de fouilles archéologiques, mais n'ayant aucun lien avec le contexte géographique ou historique du site d'excavation. Cet ouvrage recense 16 artéfacts impossibles de l'Histoire, dans lequel l'auteur revient sur les connaissances historiques ainsi que les recherches scientifiques menées notamment sur le Chevalier noir, la carte de Piri Reis, l'oiseau de Saqqarah, la pile de Bagdad, la machine d'Anticythère ou encore l'anomalie d'Ararat.

Découvrez un ouvrage qui remet en question notre vision linéaire de l'Histoire et des événements qui la ponctuent !

EXTRAIT

D’après les dernières analyses du mécanisme interne, la face avant devait aussi informer de la position par rapport à la Terre, de cinq des planètes du système solaire connues à l’époque (Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne). Un cadran donnait même, comble du luxe, sur la face arrière, les dates des jeux panhelléniques. Mais qui est le concepteur d’une telle machine? À l’heure actuelle, nul n’est capable de le dire, mais seul deux hommes semblent avoir eu les connaissances et les capacités techniques d’un tel prodige. Archimède vécut à Syracuse jusqu’en 212 avant J.-C. Cicéron rapporta que le planétarium d’Archimède et un globe céleste avaient été récupérés à la mort du savant par le consul romain Marcellus. Le planétarium décrivait les mouvements du Soleil, de la Lune ainsi que des cinq planètes, autour de la Terre. Mais ces pièces n’étaient pas aisément transportables.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Chaque artéfact abordé dans ces pages mériterait un développement poussé et la rédaction d’un livre entier à lui seul mais Les artéfacts impossibles de l’Histoire est sans aucun doute l’ouvrage idéal pour une première plongée dans l’univers des artéfacts hors du temps. Les lecteurs, même les moins férus, y trouveront une mine d’informations palpitantes et ceux plus chevronnés une première étape vers des recherches et lectures plus approfondies et plus ciblées. - Guillaume Hzt, nurea.tv.

À PROPOS DES AUTEURS

Détenteur d'un master en Communication et Marketing (INSEEC Sup de Pub, Paris) et d'un Marketing Degree (Capilano College, Vancouver), Sébastien Denis travaille dans le marketing publicitaire. Il nourrit en parallèle une passion pour les civilisations anciennes, qui le pousse à explorer les quatre coins du monde.
Bernadette Del Regno a toujours aimé dessiner et, au fil des années, sa passion s’est orientée vers la peinture. Elle s’essaya à la gouache, à l’acrylique, à la peinture à l’huile, pour finalement trouver sa voie avec l’aquarelle. Cependant, l'aquarelle demande de la rapidité, chose que Bernadette Del Regno n'a pas envie, c'est alors avec le soutien de son professeur qu'elle développa une méthode de cloisonnement des couleurs. Travaillant sur de grandes feuilles blanches, elle utilise seulement six couleurs qui lui servent de base pour créer sa palette. Un pinceau en guise de crayon, chaque tableau demande patience et minutie. Elle expose régulièrement dans le sud-ouest ainsi qu'à Paris.
LangueFrançais
ÉditeurPrimento
Date de sortie22 mai 2018
ISBN9782366960761
Les artéfacts impossibles de l'Histoire: Questionnement et remise en cause
Lire l'aperçu

Lié à Les artéfacts impossibles de l'Histoire

Livres électroniques liés

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Les artéfacts impossibles de l'Histoire

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Les artéfacts impossibles de l'Histoire - Sébastien Denis

    L’anomalie d’Ararat

    Et si Noé avait vraiment vécu,

    quelles seraient les preuves de son existence ?

    Pourrions-nous retrouver les traces de l’arche

    qu’il a construite ?

    Ou bien disposons-nous déjà, sans le savoir,

    de reliques qui prouvent que les mythes

    rejoignent parfois la réalité ?

    LA DÉCOUVERTE

    En août 1916, Vladimir Zabolotsky, pilote dans les forces aériennes impériales russes, était posté sur une base à 40 kilomètres au nord-ouest du mont Ararat.

    Lors d’un vol de test matériel en haute altitude, Zabolotsky et son copilote Lesin atteignirent l’altitude de 14 000 pieds. En volant à proximité du mont, ils aperçurent un lac à demi gelé, dans lequel une structure en bois géante semblait émerger. Se rapprochant et tournant autour du lac, ils virent ce qu’ils décrivirent plus tard comme une sorte de barge géante avoisinant la longueur d’un pâté de maisons. Le quart du vaisseau, comparable aux navires de guerre modernes, était immergé. Il était partiellement démantelé d’un côté, et une ouverture de porte géante de près de 6 mètres était visible de l’autre côté. Les deux aviateurs furent accusés par leurs camarades d’avoir trop absorbé d’oxygène, mais leur capitaine décida d’aller voir par lui-même sur le site ce qu’il en était. Après un second vol en compagnie de Zabolotsky, le capitaine confirma leurs dires et mit un nom sur la possible découverte de l’arche de Noé dans un rapport qu’il adressa à Saint-Pétersbourg. Le tsar Nicolas II fit envoyer deux équipes d’experts pour explorer le site, un groupe de cinquante hommes partant d’un côté du mont, et un groupe de cent hommes l’escaladant de l’autre côté. Après près d’un mois de recherches, les deux groupes atteignirent le site. Ils prirent des échantillons, des photos et réalisèrent un grand nombre de plans et dessins de l’arche, qu’ils envoyèrent directement au tsar. Mais il ne reçut jamais le rapport à cause des coupures des communications lors de la révolution russe de 1917. En 1939, Zabolotsky, devenu citoyen américain entre-temps, raconta son histoire au New Eden Magazine sous le nom de Rotskovitsky. Des rumeurs rapportent que le dossier réapparut entre les mains de Leon Trotsky, qui fit disparaître tous les intervenants et garda le dossier secret.

    CONNAISSANCES HISTORIQUES

    On retrouve, dans un grand nombre de textes sacrés de différentes cultures à travers le monde, le récit d’une inondation géante. Des pluies diluviennes accompagnées de montées des eaux submergèrent les terres et détruisirent les hommes et les animaux, à l’exception d’une poignée d’élus. L’origine de ce déluge serait une volonté divine de punir les hommes pour leurs comportements sur Terre.

    Bien que la croyance populaire attribue les origines du déluge aux textes bibliques, coraniques ou judaïques, celles-ci sont, en réalité, bien plus anciennes.

    – Mythologie mésopotamienne

    L’Épopée d’Atrahasis aussi appelée Poème du Supersage, XVIIIe siècle avant J.-C.¹ ;

    La légende de Ziusudra, XVIIIe siècle avant J.-C.² ;

    L’Épopée de Gilgamesh, XIIe siècle avant J.-C.³.

    Enlil décida d’envoyer un cataclysme pour mettre fin à la race des hommes. Mais Enki ne put se résoudre à cette destruction et prévint en songe l’un d’entre eux qu’il savait sage, Atrahasis. Lui traçant une épure au sol, il lui ordonna de construire une embarcation de forme équilatérale, close et toiturée, de 60 mètres de côté, qu’il nommerait « Sauve-vie ». Il devrait la construire en sept jours et y embarquer avec sa femme, sa famille et des animaux.

    – Mythologie hindoue

    Le Śatapatha Brāhmana, XVIIIe siècle avant J.-C.

    Manu (Manuh), fils du dieu Brahmâ, est averti par Mataya, un poisson avatar du dieu Vishnou, de l’imminence d’un déluge.

    – Mythologie grecque

    Le déluge d’Ogygès, Ve siècle avant J.-C. ;

    Le déluge de Deucalion, Ve siècle avant J.-C. ;

    Le mythe de Philémon et Baucis (les Métamorphoses d’Ovide, Ier siècle) ;

    Le Timée, Le Critias, Le livre des Lois, Platon, IVe siècle avant J.-C.

    Dans le déluge de Deucalion, Zeus, excédé du mépris des Arcadiens et de leur roi Lycaon envers les dieux, décida de lancer un déluge sur Terre. Prométhée avertit son fils, roi de Phthie en Thessalie, et lui conseilla de construire une arche, qui l’emporta lui et sa femme au mont Parnasse, après neuf jours et neuf nuits de déluge.

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1