Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Mémento 11e degré du R.E.A.A.: Sublime Chevalier Élu
Mémento 11e degré du R.E.A.A.: Sublime Chevalier Élu
Mémento 11e degré du R.E.A.A.: Sublime Chevalier Élu
Livre électronique235 pages2 heures

Mémento 11e degré du R.E.A.A.: Sublime Chevalier Élu

Évaluation : 5 sur 5 étoiles

5/5

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Peu étudié, mal perçu, le 11ème degré de Sublime Chevalier Élu est pourtant l’un des plus importants des grades de Perfection. C’est le seul pour lequel il n’y ait pas d’épreuve ; au contraire, il y a récompense – qu’il faut interpréter dans son sens étymologique de « re-compensare », qui signifie « re-compenser » ce qui ne l’était plus, « remettre en place » ou « remettre en balance » les deux plateaux d’un équilibre rompu. Alors, oui ! il peut y avoir récompense… parce qu’il y a eu re-compensation auparavant. Et tout le déroulé du rituel prend désormais un sens très fort...

À PROPOS DE L'AUTEUR

Initié au « Grand Orient de France » en 1981, Pierre Pelle Le Croisa est membre actif de la GL-AMF Passionné par la recherche dans les domaines de la science, de la philosophie, de la littérature et surtout de l’ésotérisme initiatique, écrivain engagé, il a publié une vingtaine d’ouvrages destinés au grand public (romans, essais littéraires et sociologiques, poésies, livres professionnels) et aux Francs-maçons (langages symboliques, mémentos du REAA, les couleurs des rites, Liberté-Égalité-Fraternité, humour maçonnique, etc.) Il écrit aussi dans les médias, et plus particulièrement dans de nombreuses revues et magazines maçonniques.
LangueFrançais
ÉditeurPrimento
Date de sortie22 oct. 2020
ISBN9782366321234
Mémento 11e degré du R.E.A.A.: Sublime Chevalier Élu
Lire l'aperçu

En savoir plus sur Pierre Pelle Le Croisa

Lié à Mémento 11e degré du R.E.A.A.

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur Mémento 11e degré du R.E.A.A.

Évaluation : 5 sur 5 étoiles
5/5

1 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Mémento 11e degré du R.E.A.A. - Pierre Pelle Le Croisa

    Couverture

    Pierre PELLE LE CROISA

    MÉMENTO DU 11e DEGRÉ

    SUBLIME CHEVALIER ÉLU

    Les degrés de vengeance

    Éditions Numérilivre

    SOMMAIRE

    LA GENÈSE DU GRADE DE SUBLIME CHEVALIER ÉLU.

    L’histoire du grade

    La place du Sublime Chevalier Élu dans les degrés de Vengeance

    Quelle récompense ?

    LES QUATRE ÉTAPES DU PASSAGE DES TÉNÈBRES À LA LUMIÈRE.

    Quelles sont les principales étapes de la légende hiramique ?

    Le Maître Élu des Neuf

    L’Illustre Élu des Quinze

    Le Sublime Chevalier Élu

    Quels sont les véritables bénéficiaires du sort ?

    LA LÉGENDE DU SUBLIME CHEVALIER ÉLU

    Le contexte de la légende – résumé des chapitres précédents

    Les épisodes de la légende du Sublime Chevalier Élu

    LES PERSONNAGES DE LA LÉGENDE.

    Les quinze membres du Chapitre

    Les douze fils de Jacob

    Les chefs des douze tribus nommés par Salomon

    En traduisant les noms…

    Les missions attribuées aux Sublimes Chevaliers Élus

    LE DEVOIR.

    Un rappel au devoir du Maître Secret

    Un rappel au devoir d’Illustre Élu des Quinze

    Le devoir du Sublime Chevalier Élu

    Les devoirs des chefs des douze tribus

    L’INJUSTICE ET LA JUSTICE.

    Il y a justice parce qu’il y a injustice

    Pourquoi Salomon répond-il par une injustice au juste accomplissement du devoir ?

    « La miséricorde est la plénitude de la justice »

    La justice divine et sa récompense

    La justice divine et sa sanction

    De la divine sagesse à l’intelligence des hommes

    L’épée de justice

    La purification

    Le peuple élu

    Les élus

    Le Sublime Élu

    Le Sublime Chevalier Élu et ses vertus

    « BERITH, NEDER, SCHELEMOTH ».

    Alliance, Promesse et Perfection

    Un emploi répétitif

    Le cœur de la démarche maçonnique

    L’ALLIANCE.

    L’action juste et bonne

    L’alliance de Dieu et des tribus

    L’alliance de Dieu et du roi

    Le Livre de la Loi

    La nouvelle alliance

    L’alliance des Chevaliers des Douze tribus

    LA PROMESSE.

    Pas d’alliance sans promesse

    La promesse pour le franc-maçon

    Vaincre les mauvais Compagnons en soi

    Du bon usage des passions

    La promesse de l’Esprit

    LA PERFECTION.

    Le retour à l’origine

    La perfection est lumière

    Salomon, le parangon

    La perfection est un mal

    La rupture entre la perfection et le perfectionnement

    Le perfectionnement de l’homme a-t-il des limites ?

    La grande lumière de la vérité

    La spiritualité du perfectionnement

    « UN HOMME VRAI EN TOUTES CIRCONSTANCES ».

    « Frappe ! Demande ! Et cherche ! »

    Le sens du changement de nom

    « Emerek »

    L’accouchement du sage-homme

    LA VÉRITÉ, UN ATTRIBUT DE DIEU.

    « Nasiah Ameth »

    « Emereh »

    « Amar-Iah »

    « Aletheia »

    Les trois mondes

    Le « Logos » du « cosmos »

    Le « Logos spermatikos »

    La croix « CKAES »

    Du « Verbe de Dieu » au « Dieu du Verbe »

    Au-dessus de tout nom

    LA DÉCORATION DU CHAPITRE.

    Les tentures rouges du Chapitre

    Les tentures noires du Chapitre

    Les lumières

    Le tapis de loge et ses reprises de tableaux antérieurs

    Le trésor du temple

    Le tapis de loge des Chevaliers des Douze Tribus

    Les commentaires du Discours historique sur le tapis de loge des Sublimes Chevaliers Élus

    LES NOMBRES

    Le trois de la triade

    9, 12, 15. Le triplet manquant et le triplet excédent.

    Le système duodécimal

    LES DÉCORS DU SUBLIME CHEVALIER ÉLU.

    Le tablier

    Le sautoir et le cordon

    Le bijou

    Les gants

    L’HISTOIRE D’HIRAM ET SES LÉGENDES… RIEN QUE DES INTERPOLATIONS ?

    Que d’histoires !

    L’essentiel et le superflu

    La mort questionne la vie

    LA GENÈSE DU GRADE DE SUBLIME CHEVALIER ÉLU.

    L’histoire du grade

    Comme pour l’Illustre Élu des Quinze du 10e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté, le Sublime Chevalier Élu du 11e degré fait partie d’un ensemble de grades, dits « de Vengeance » (celle des Templiers), dont l’origine attestée remonte au milieu du XVIIIe siècle. L’éclatement du grade de « Petit Élu » et son développement en de nombreux autres degrés - dont celui de « Maître Illustre » -, en constituent la trame¹.

    L’origine et le développement de cette trame s’inspirent du rituel du « Chevalier des Douze Tribus », dont il porte la trace explicite dans son titre distinctif lors de sa reprise dans le Rite de Perfection. Il s’intitulait alors : « Illustre Chef des Douze Tribus² ».

    Il apparaît également sous les libellés de « l’Élu des Douze » ou de « Sublime Chevalier des Douze » en France, et de « Prince Ameth » aux États-Unis³.

    La place du Sublime Chevalier Élu dans les degrés de Vengeance

    Même si Guérillot certifie qu’« il existe une hétérogénéité entre ces trois grades pourtant réunis en une seule classe⁴ », il cite obligeamment Naudon pour qui « ils s’enchaînent symboliquement⁵ », reconnaissant ainsi implicitement que les 9e, 10e et 11e degrés forment un ensemble structurel cohérent.

    C’est dans cette perspective que nous nous positionnerons, une étude approfondie des rituels montrant que, malgré les spécificités propres à chaque grade, ils se complètent pour porter des messages combinés, progressifs et accordés les uns aux autres.

    Certes, Guérillot a raison d’insister sur la place particulière qu’occupe le Sublime Chevalier Élu dans les degrés de Vengeance, en appuyant sa démonstration sur l’exposé du Discours introductif à la cérémonie d’initiation : « Le rituel du Rite de Perfection s’ouvre sur des prémices qui ne se retrouvent pas dans les autres rituels et qui affirment clairement le caractère supérieur du degré, considéré comme supérieur à ceux qui le précèdent : "Les Sublimes Chevaliers Élus doivent être considérés comme les supérieurs et les chefs des Degrés précédents. Ce Degré est la récompense attribuée à ceux des Élus qui sont les plus instruits et qui ont servi l’Ordre par leur zèle, leur ferveur et leur constance⁶." […] Mon Cher Frère, félicitez-vous d’avoir accédé au degré de Sublime Chevalier Élu que nous venons de vous conférer⁷. »

    Quelle récompense ?

    Encore convient-il de s’entendre sur la façon dont il faut comprendre le terme de « récompense ». En effet, nous avons souligné le caractère religieux, voire même théologique, par lequel il fallait traduire la notion de « justice », si prégnante au 10e degré⁸.

    Le 11e degré, qui est dans la continuité des degrés précédents et qui clôt les messages portés par les grades de Vengeance, poursuit donc l’enseignement du rite dans la même lignée - mais en l’approfondissant.

    Guérillot ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Il l’entérine : « Le sens profond du grade est de nature religieuse, voire mystique⁹. […] Il s’agit d’un degré purement biblique, ésotérique et mystique¹⁰. »

    Quelle forme prend-il ?

    Toujours la même : celle d’un pont à établir entre les deux rives opposées d’un même cours d’eau, celle d’une dyade à dépasser dans une trilogie qui est ordinairement la suivante : ténèbres-lumière, terre-ciel et matière-esprit, avec des variantes dues aux légendes qui les supportent : le 9e degré est une descente dans l’enfer de ses passions (qu’il convient d’éradiquer, d’où la mort d’Abiram par vengeance¹¹) ; il est suivi au 10e degré par un acte de justice (qui est exécuté, d’où la mort de Sterkin et d’Oterfut par jugement¹²) ; il s’achève au 11e degré par un équilibre retrouvé, celui de la « récompense » - dont l’étymologie latine indique le véritable sens du mot : « re » et « compensare », qui signifie « re-compenser »ce qui ne l’était plus, « remettre en place » ou « remettre en balance » les deux plateaux d’un équilibre rompu.

    Il est facile de deviner quel est l’équilibre qui a été rompu : c’est, par la mort de l’architecte, la triade :

    Salomon – Hiram Abi – Hiram de Tyr

    qui, au grade d’Illustre Élu des Quinze, a été « re-compensée » par celle de :

    Salomon – Adoniram (ou Adon-Hiram) –

    Hiram de Tyr¹³.

    Alors, oui ! il peut y avoir récompense… parce qu’il y a eu re-compensation.

    1. PELLE LE CROISA P., § L’histoire du grade in Mémento de l’Illustre Élu des Quinze. 10e degré du REAA. Les degrés de Vengeance, pp. 7-9 (éd. Numérilivre, Paris, 2019).

    2. GUÉRILLOT C., Les grades dits de Vengeance, IIIe classe du Rite Écossais Ancien et Accepté, p. 77 (éd. Véga, Paris, 2013).

    3. VITTON Y.-M., Le Rite Écossais Ancien et Accepté, p. 81 (éd. Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, Paris, 2011).

    4. GUÉRILLOT C., Les grades dits de Vengeance, IIIe classe du Rite Écossais Ancien et Accepté, op. cit., Le courrier du livre, 4e de couverture.

    5. Ibid., p. 101.

    6. Ibid., p. 85.

    7. Discours historique du 11e degré in Rituel du 5e au 12e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté, p. 126 (éd. « Suprême Conseil de France », Paris, 2013).

    8. PELLE LE CROISA P., ch. La justice, un idéal de perfection in Mémento Illustre Élu des Quinze. 10e degré du REAA. Les degrés de Vengeance, op. cit., pp. 45-60.

    9. GUÉRILLOT C., Les grades dits de Vengeance, IIIe classe du Rite Écossais Ancien et Accepté, op. cit., p. 91.

    10. Ibid., Le courrier du livre, 4e de couverture.

    11. PELLE LE CROISA P., §§ Le sens des grades de vengeance, Le retour de l’épreuve de la terre, Le remords des mauvais Compagnons et Le sacrifié et le sacrificateur in Mémento Paroles de Maître Élu des Neuf – 9e degré du REAA, pp. 9-10, 30-31, 46-48 et 131-132 (éd. Numérilivre, Paris, 2018).

    12. PELLE LE CROISA P., ch. La justice, un idéal de perfection in Mémento Illustre Élu des Quinze. 10e degré du REAA. Les degrés de Vengeance, op. cit., pp. 45-60.

    13. PELLE LE CROISA P., § La triade Salomon, Adoniram et Hiram de Tyr in Mémento Illustre Élu des Quinze. 10e degré du REAA. Les degrés de Vengeance, op. cit., pp. 25-28.

    LES QUATRE ÉTAPES DU PASSAGE DES TÉNÈBRES À LA LUMIÈRE.

    Quelles sont les principales étapes de la légende hiramique ?

    Si l’on s’en tient stricto sensu au récit central de la mort d’Hiram et au châtiment de ses assassins, nous retiendrons quatre phases coordonnées de la légende :

    1. La mort de l’architecte par les trois mauvais Compagnons (3e degré du REAA) ;

    2.   La poursuite de ses meurtriers, la découverte de la retraite d’Abiram et son exécution par Johaben (9e degré du REAA) ;

    3.   La traque de Sterkin et d’Oterfut et leur condamnation à être éventrés et décapités aux portes de Jérusalem (10e degré du REAA) ;

    4.   Justice est rendue, les Élus sont récompensés par une promotion, de nouvelles titulatures et de plus amples responsabilités (11e degré du REAA).

    Nous ne reviendrons pas sur la première étape, dont nous avons largement débattu dans deux mémentos¹⁴.

    Pour ce chapitre, nous nous intéresserons (brièvement) à la poursuite et au châtiment des trois mauvais Compagnons.

    Le Maître Élu des Neuf

    Au 9e degré de Maître Élu des Neuf, les hommes chargés d’arrêter les coupables sont désignés par un tirage au sort. Il ne s’agit pas - comme il est trop souvent avancé - de garantir une égalité sociale dans le choix de ceux qui seront habilités à exercer la justice, non ! Il s’agit plutôt de faire désigner par une « main invisible » (pas celle de l’économiste Adam Smith¹⁵, mais celle de Dieu [sa « main de justice »]) ceux que l’Éternel a désigné pour agir en son nom¹⁶.

    Hélas ! Au lieu d’arrestation, nous assistons alors à l’assassinat d’Abiram endormi, un acte impulsif exécuté dans le trouble et la colère.

    Contrevenant aux ordres de Salomon, Johaben a rendu coup pour coup : « Œil pour œil, dent pour dent », telle est la loi du talion¹⁷.

    Parce qu’un homme (un individu) s’est fait justice, justice n’a pas été faite aux hommes (à la société). Le désir de vengeance doit donc être vaincu en soi pour que triomphe, de manière sensée, un jugement juste pour tous – c’est la leçon à retenir –.

    Mais s’agit-il bien d’un acte de vengeance ? Et ne faudrait-il pas l’interpréter plutôt comme un

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1