Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Montées de lait Tome 1
Montées de lait Tome 1
Montées de lait Tome 1
Livre électronique146 pages1 heure

Montées de lait Tome 1

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Surprenantes, légères et audacieuses, ces petites histoires sauront vous divertir. Vous y trouverez de grandes questions existentielles telles que :

Comment ça j’étais pas au courant que la margarine, ça se congèle ??

J’suis-tu la seule dans un resto où ils callent les noms au micro à me retourner pour savoir à quoi elle ressemble, Jocelyne Talbot ?

Les serviettes sanitaires : Les fabricants, y a-tu quelqu’un qui leur a dit que ça a pas besoin de faire bord en bord de la craque ??

Dans une toilette chimique… Pourquoi je me sens toujours obligée de regarder dans le trou ??

Avertissement : Toute ressemblance avec quelqu’un que vous connaissez serait un criss de gros adon.
LangueFrançais
Date de sortie30 mars 2021
ISBN9782897754440
Montées de lait Tome 1
Lire l'aperçu
Auteur

Nicole Gauthier

Trentenaire enjouée et sans filtre, Nicole Gauthier vous transporte dans un monde qui bouscule par son langage direct, son humour imprévisible. Amatrice de Coquilles St-Jacques et de bière à l’abricot, elle aime travailler dans ses plates-bandes, rire avant de raconter ses jokes et porter des pantalons de pyjama à tête de chevreuil. Elle aime bien fredonner du Bruno Mars et du Marc Dupré en cachette. A beaucoup d’affection envers l’esprit de Bottine et les jokes bas de gamme. Ayant déjà une trilogie de suspense aux scènes X plutôt hard, elle se lance ici dans un tout autre style dévoilant un humour absurde à travers ses petites histoires.

En savoir plus sur Nicole Gauthier

Lié à Montées de lait Tome 1

Catégories liées

Avis sur Montées de lait Tome 1

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Montées de lait Tome 1 - Nicole Gauthier

    Épisode 1 : Le vicieux

    J’ai travaillé avec un représentant dernièrement, je ne l’avais pas vu depuis des années. Tandis que je lui expliquais les directives et procédures, il ne cessait de me regarder les seins. Bon, une fois ça passe.

    Puis, quand ça revient toujours à ça, j’ai-tu le droit d’y dire :

    « Yo Champion, j’t’icitte en haut. Regarde-moé donc din yeux si t’es as vus ! » Ou bien :

    « Écoute, on va faire une affaire, regarde les non-stop pendant deux minutes pis après on passe à ce qui t’amène ici aujourd’hui. »

    RESPECT ! C’est comme si moi j’passais mon temps à lui regarder le pénis, ça serait first pas trop respectueux, pis en plus, ça paraîtrait crissement que je le regarde pas din yeux.

    HAHA (sarcastique)

    Un inconnu qui te demande « t’accouches

    quand ? » quand t’es pas enceinte : MALAISE. Oui, c’est juste un gros ventre Champion !

    Pour ne pas dire : Campion !

    Silhouette

    Quand on me dit « ça te va comme un gant », je trouve tout le temps ça weird un brin. Une paire de gants, c’est jamais ben ben excitant. Pis si c’est le modèle pour travailler dans la construction, c’est rien de ben affriolant. Y a peut-être les motifs de jardinage qui moulent bien les mains et que tu finis toujours par avoir de la terre sous les ongles pareil. Bref, expression discutable.

    NGNG

    C’est quoi l’trip de mettre des épées dans le verre des enfants quand on va au resto ?

    Sûrement l’idée de quelqu’un qui n’a pas de kids !

    Ça prendra pas deux secondes que ça va se mettre à se chamailler avec ça, à se passer proche des yeux avec ce maudit bout pointu.

    Yo, je viens relaxer au restaurant. Pas jouer à l’arbitre en espérant qu’y’arrive rien aux yeux de mes enfants !

    Salopette

    Peu importe où nous habitons, nous sommes tous le « en région » de quelqu’un d’autre. J’habite une petite ville et ça me touche aussi. Faites-moi croire que vous n’avez jamais eu le réflexe, en allant dans une ville, un village plus petit, plus creux que le vôtre de vous imaginer toutes sortes de choses : de penser voir apparaître un fermier en salopette avec une fourche ou des gens qui circulent en tracteur dans leur village...

    Nous devenons alors des critiques qui comparent LEUR lieu de résidence de façon hautaine avec leur propre version de « la région » : chez nous, en tout cas, le guichet automatique ferme pas quand la madame de la maison bleue fait sa sieste. Drôle de façon de faire des comparaisons. Chaque lieu a son charme.

    Mais c’est drôle pareil d’imaginer la madame du restaurant en train de traire les vaches pis de mettre de l’essence dans les autos !

    Carte routière

    Coudonc, c’est-tu moi qui capote ou la grandeur des circulaires est rendue vraiment exagérée ? M’assois tranquille un samedi matin, café à la main, ben relax pis voilà que j’ouvre ça.

    Baptême ! J’en finis tellement pu d’les ouvrir ! Y’a vraiment de l’exagération. J’ai pas besoin de voir un plat de margarine de 8 pouces de large pour comprendre que y’est en spécial. Et ça, vraiment, c’est très relatif. Quand tu connais les prix le moindrement, tu te rends compte qu’il en existe pas tant que ça des vrais gros « spéciaux ». Tu peux te resservir de tes circulaires pour peinturer. D’après moi, tu couvres une pièce complète avec la photo du P’tit Québec ! Non mais, tant qu’à exagérer…

    Les p’tites vites

    Bâtard, comment ça se fait qui a du monde din magasins à 8 h le matin qui ont les cheveux gras ?

    OU-ACHHHHHHHH !

    Feux de circulation

    Étrange, quand on attend à une lumière rouge. Soudain, quelqu’un arrive par la voie dans l’autre sens et nous croise en se tournant vers nous. On se retrouve tout à coup, très près de l’autre personne et on ne peut s’empêcher de se dévisager l’espace d’une seconde pour zéro raison. Pourquoi ???

    Dessin disponible du schéma, sur demande.

    Zoo

    Comment ça se fait qu’au moment où tu décides d’aller dans une piscine à vagues avec tes enfants, y’a déjà des milliers de personnes ! En plus, elles ont l’air installées sur leurs chaises depuis 5 ans !

    Coudonc, y s’installent-tu sur le site à 5 h du matin ? C’est là que les vraies familles avec enfants, cooler, tout le kit, se retrouvent agglutinées dans le dernier spot de pelouse qui reste, évidemment loin des piscines, des jeux, pis de tout ce qui est le fun.

    Épisode 2 : le gène de la sauce à spagh

    J’ai jamais su à quel âge s’attrape ce gène. Je ne sais pas non plus si c’est, voyons, c’est quoi le mot déjà ? Tsé quand tu peux avoir une maladie parce que ton père l’a. Tsé, c’est dans tes gènes…

    Ah oui : héréditaire !

    Parce que tes parents cuisinent, tu es obligatoirement une pro du chaudron et une personne aguerrie pour repérer les meilleurs spots pour acheter un tablier qui a pas l’air colon. Tes poêles ont jamais l’air battues à mort, et tes spatules sont tout le temps super class. Tes épices ont jamais le temps de pogner en tapon dans leurs petits bocaux !

    Ben crime, j’ai des doutes sur la transmission de ce gène. Parce que moi, je n’ai jamais ressenti de palpitations à l’idée de passer ma fin de semaine à cuisiner des bons petits plats. D’ailleurs cette expression me laisse assez indifférente.

    Une image contenant texte, dessin au trait Description générée automatiquement

    J’admire ce talent chez mes consœurs, les femmes, et parfois aussi les hommes. VRAIMENT. Moi, rien n’y fait.

    Le gène n’arrive pas à s’agripper. Est-ce parce que je marche trop vite ? Parce que mon horloge interne tourne pas dans le bon sens pour que j’aie envie de prendre 3 heures juste pour PRÉPARER une recette !

    Est-ce parce que c’est comme un gène velcro et que comme je n’ai pas non plus le gène de la couture, je n’ai pas cousu l’autre partie du velcro dans mon dos auquel il aurait pu se coller ?

    Je ne sais pas du tout. Par contre, je peux confirmer que je ne suis pas atteinte de ce syndrome par le fait que :

    1. Je n’ai pas de frissons en entendant les autres parler de canner des tomates. D’ailleurs, j’ai aucune idée de ce que ça prend en temps et en énergie pour faire ça.

    Je sais juste qu’un obscur Masson est mêlé à l’histoire et qu’y’a ben des belles-sœurs qui font ça d’une telle façon…

    2. Je n’ai aucun saignement de nez à l’idée de préparer des bettes. C’est quoi ça des bettes ? C’est-tu un autre nom qu’on donne aux betteraves ? Soyez clairs ! On dit bien : un cheval, des chevaux. Facque des bettes, ça mange quoi en hiver ? Est-ce que le monde s’excite vraiment pour ces légumes mauves au goût discutable et au jus qui tache crissement le linge ?

    3. Je ne ressens pas non plus de frémissement à l’idée de préparer ma propre pâte à pizza maison. Serait-ce une allergie au bois en bout de ligne ?

    Alors cela me restreindrait aussi au niveau des fameux pâtés mexicains que je sais toujours pas ce qu’il y a là-dedans, sauf que c’est bon et pas achetable.

    Pis comment ça se fait que j’ai des remords à manger et à aimer les patates en poudre ?

    Serait-ce les sourcils froncés de la génération X de cuisiniers et cuisinières qui font naître une certaine honte à aimer ce produit ?

    Pas que je ne sais pas comment faire de vraies patates pilées. Oui, oui, je choisis vraiment ça pour le goût mais surtout pour le côté pratique de la chose.

    Pis comment ça que j’étais pas au courant que de la margarine ça se congèle ???

    J’dors pu de la nuitte, c’est clair !

    Chères consœurs et confrères humains,

    j’vous envie ce talent de la cuisine et de connaître de façon innée, on dirait, les

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1