Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les Etats-Unis d'Afrique
Les Etats-Unis d'Afrique
Les Etats-Unis d'Afrique
Livre électronique335 pages3 heures

Les Etats-Unis d'Afrique

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

Des élections présidentielles ont lieu aux États-Unis d'Afrique opposant le candidat présidentiel sortant et le candidat présidentiel indépendant. Ils s'avèrent que pendant la période électorale, le candidat présidentiel sortant sera assassiné lors d'un débat politique diffusé sur la chaîne de télédiffusion nationale d'Afrique. Cependant, le candidat présidentiel indépendant s'exila en Occident. Cet assassinat est perpétré par un colonel des forces armées Africaines qui par la suite prendra les rênes et conduira le pays dans la tyrannie et dans l'autre sens, le pays sera le théâtre des mouvements populaires et terrorisme. Pendant des mois, les États-Unis d'Afrique seront encrés dans l'occultisme, les ténèbres d'où le colonel érigea des monuments dans tous les États du pays afin de permettre aux esprits d'étendre leurs suprématies. Au finish, ces mêmes esprits, vont foudroyer le colonel à cause de son caractère arrogant et désobéissant. Cette fois-ci, le pays continental sera conduit sous une période de transition par un général des forces armées Africaine qui fut le chef d’État-major du colonel. Ce dernier rétablira l'ordre constitutionnel et organisera les élections qui, seront remportées par le candidat présidentiel indépendant qui s'exila en Occident. Dès son accession au pouvoir, il initia un référendum constituant pour l'amendement constitutionnel, la restructuration des organes de l’État et des services publics. Tout compte fait, les États-Unis d'Afrique auront des institutions fortes, un bon système de gouvernance et connaîtront une démocratie mûre. Ainsi s'achève l'histoire.
LangueFrançais
Date de sortie20 janv. 2015
ISBN9782312033730
Les Etats-Unis d'Afrique
Lire l'aperçu

Lié à Les Etats-Unis d'Afrique

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Les Etats-Unis d'Afrique

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Les Etats-Unis d'Afrique - Chris-Emmanuel. B MALANDA

    cover.jpg

    Les Etats Unis d’Afrique

    Chris-Emmanuel. B MALANDA

    Les Etats Unis d’Afrique

    Le Génie dans le génie

    Tragédie-farce

    LES ÉDITIONS DU NET

    22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes

    © Les Éditions du Net, 2015

    ISBN : 978-2-312-03372-3

    Dédicace

           Gloire soit rendue à Dieu pour cette œuvre. Je dédie premièrement cette œuvre engagée à tous ceux qui m’ont soutenu de partout dans le monde. Secundo, je la dédie à toutes les races qui œuvrent patriotiquement pour leur État. Enfin, je rends hommage à la femme qui, joue un rôle majeur dans la société.

    Avertissement

    Ce livre théâtral est une œuvre engagée revêtant un caractère positif.

            Cet ouvrage prône l’éveil de la conscience noire et la valeur d’une République fédérale Africaine. Cette œuvre bannit toute idée liée au négativisme, au tribalisme, à la xénophobie, au racisme, à la critique pour la critique, au sous-développement, à la rébellion, au terrorisme et à l’esprit de guerre. Tout lecteur qui veut comprendre la perspective que dégage cette œuvre, doit désirer la soif, c’est en ce moment qu’apparaitra la lumière. Car quiconque veut boire, doit avoir soif, celui qui a soif, étanche sa soif.

    À la lumière de tout ce qui précède, ce livre se refuse catégoriquement l’idée d’être caractérisé comme une pure utopie et simple loisirs.

    Merci infiniment à tous ceux qui comprennent et refusent de comprendre la vision de Dieu concernant l’Afrique.

    Prologue

    Comme l’indique d’emblée cette œuvre engageante, une jeunesse décomplexée et flexible tente de dire et d’imposer sa vision de l’Afrique. Elle tente de sortir de la vision étriquée d’une certaine génération d’Africains tributaires d’un fardeau qu’elle a porté et perpétué sans chercher de façon franche à s’en débarrasser.

    Il sied de noter que, ma génération est faussement héritière du fardeau de l’idée de l’esclavage, car concrètement en quoi l’esclavage que n’a même pas vécu mon arrière-grand-père doit être mon combat. Personne ne m’a fait comprendre à temps que j’aurais dû m’attarder sur l’idée de ceux qui l’ont combattu et l’ont fait arrêter et, continuant à se battre pour que cela cesse à jamais.

    En outre, quand le mal est fait, importe-t-il de s’apitoyer sur la question ? N’est-il pas nécessaire de couper cet arbre portant le mal?

    Par ailleurs, l’héritage de l’idée coloniale a largement fait souffrir ma génération alors que nos grands-parents ne parlent pas de leurs expériences. Nous nous sommes mal battus sur des idées mal reçues de ce qui, ne nous a pas affectés dans nos chairs.

    Nos mémoires ont mal enregistré les messages qui, mieux expliqués auraient dû nous conduire à de meilleures résiliences. Nonobstant, il fallait entretenir cet aspect de nos faiblesses pour mieux nous utiliser, nous faire croire que nos besoins seront éternellement assouvis par ceux-là qui nous veulent diviser. Ils font de nous, de sempiternels candidats aux postes très convoités des ministères des décisions inutiles et de celui des travaux finis.

            C’est à ces décisions inutiles et travaux mal achevés, servi à nous comme des portions capables de nous tirer d’affaire que se bat à détruire, Chris-Emmanuel BAKOUMA MALANDA en nous présentons à nouveau, l’idée des Etats-Unis d’Afrique tant souhaitée par Nkwame Nkrumah, Modibo Keita et autres chantres des libertés de l’Afrique. Sur la route de ces ainés qui ont émis cette idée, la guillotine faucheuse d’idées et cerveaux capables de penser et de dire vrai a été mise en œuvre.

    Mais la noblesse de l’idée ne saurait manquer de preneur… cinq générations après, Chris-Emmanuel en est un des preneurs et rêve d’une Afrique unie et solidaire sous forme du candidat DIOP pour tenter de rendre caducs les agissements du fossoyeur-dictateur, mystico- fétichiste, manipulateur du peuple et de l’armée, étouffeur des initiatives tant des opposants que de la société civile, capable de créer de faux besoins pour se faire porteur de fausses solutions, le tout sur fonds de menaces sécuritaires incarné par le colonel des forces armées Africaines, son Excellence monsieur ZANGUIRAYO, chef d’Etat des Etats-Unis d’Afrique. Entre les deux : le peuple encore maintenu dans le creux du manque de perspective.

    Cette pièce qui tombe à point nommé au moment où l’Afrique cherche ses nouvelles marques dans une alternance politique malheureusement fortement impulsée par des étrangers et pilleurs d’Afrique que sont les Occidentaux.

    Justement, Chris-Emmanuel n’est-il pas en train de dire que cette impulsion ‘exigée’ par l’imposteur peut bien être une balle contre lui-même ? En effet, si le prédateur utilise le peuple comme rempart à la dictature des dirigeants qui tentent de se maintenir à vie au pourvoir, cela ne fait-il pas naitre absolument une nouvelle conscience à ce peuple ?

    Cependant, cette conscience évoluera, brisera les liens de la soumission aveuglante au prédateur, prendra corps et propulsera les peuples et les nations africaines à un degré qui mènera à leur indépendance économique afin de rendre dépendant le prédateur à qui, il faudra d’autres nombreuses années à concevoir une guillotine capable de ralentir l’élan des peuples du désormais ‘Etats-Unis d’Afrique’.

    Faut-il encore le rappeler ? Nous naissons un à un, nous mourons un à un. Jamais nous ne nous développerons un à un. Et cela l’auteur de « les Etats-Unis d’Afrique », le jeune Chris-Emmanuel. BM l’a bien compris et pousse le génie de l’africain étasunien à s’approprier cette idée afin d’en faire bon héritage et de la perpétuer. Que Dieu bénisse à jamais l’Afrique et que sa volonté règne en nous.

    Personnages

    Prince ITUAY : président de la République, général

    Gloire ITUAY : 1ere dame, ancienne mannequine

    MPELI : Oncle de la 1ere dame et Directeur de la campagne présidentielle de Prince ITUAY

    FATOUMATA : Journaliste indépendante

    DIOP : Candidat à la Présidence, Artiste

    FERDILA DIOP : Epouse de DIOP, Directrice de campagne

    ZUMCLIFF : Affairiste influent et PDG de la Société Pétrolière TOTAELF

    ZANGUIRAYO : général des armées, chef d’Etat-major, 1er ministre et Président de transition.

    SHEBAKB : Colonel de l’armée de l’air et Putschiste

    ANONYME : Informateur et chef du réseau international d’espionnage Africain

    AL MUNDJAY : chef islamique du réseau terroriste Kufa-KALIFA

    MAKUBO FITU : Spiritualiste et secrétaire Général de la présidence

    ANTANANARICO : Maitre occultiste

    KIN LE ROIS : secrétaire de l’Organisation des Nations-Unifiées

    Figurant

    KWAM-KAMUZU Ministre de la Santé et des affaires sociales.

    TROVOADO Ministre de l’Education nationale et du Travail.

    ANIKULAYPO Ministre des Finances, de l’économie et des recherches.

    AL HAFEZ Ministre de la justice et la défense du territoire national.

    PEUPLE

    La foule

    Narrateur

    Acte I

    Élection présidentielle aux Etats Unis d’Afrique (EUA).

    SCÈNE I

    Dans l’Etat du Congo-Kinshasa, se tient un meeting de taille organisé par le candidat présidentiel sortant. Il prononce un discours alléchant et démagogue à l’endroit d’un agrégat d’humain.

    Prince ITUAY (Air confiant) : Discours à l’endroit des Africains d’Afrique centrale. Chères sœurs et frères, chers amis et connaissances, mesdames et messieurs, je vous salue tous au nom de notre belle nation. Tous nous savons ce qui nous réunit.

    PEUPLE (S’écria) : Ye meyi, Ye meyi !!!

    Prince ITUAY (Content, haussa le ton) : Nous ne sommes pas ici pour livrer des discours alléchants mais pour décréter notre victoire. Tous, Victoire !

    PEUPLE (S’écria) Victoire

    Prince ITUAY (Hochant la tête, d’un bout de sourire) : Nien, nien !!!

    PEUPLE (atmosphère ambiante) : Nien.

    Prince ITUAY (discours) : Un seul mot nous réunis, c’est la victoire. L’Afrique est un grand et riche Etat fédéral, et nous ses enfants donc les Etasuniens, sommes aussi riches et fort. Comme, on le cite dans bon nombre d’exemples, un lion à la tête d’une armée de mouton remporte toujours la victoire. Il n’y a pas deux chefs dans une maison, seul un. Et je le suis, je ne suis pas un dictateur à la peau d’un agneau comme tous ses détracteurs et imposteurs de leaders que vous voyez dans nos voisinages. Je suis la ‘paix’ et mon nom est ‘émergence’. Je ne vous invite pas à me voter mais à travailler avec moi parce que je sais que je suis déjà l’élu du peuple. N’est-ce pas ?

    PEUPLE (S’écria en trépignant) : Changement ! Changement ! Changement

    Prince ITUAY (Air hautain) : Je suis le changement, ne me comparez pas à ces terroristes de président qui vendent l’avenir de leurs frères et sœurs en dépit du luxe. D’abord l’homme et après le matériel.

    (La foule applaudit en cascade, et le seul décor que nous avons, c’est un agrégat humain.)

    Prince ITUAY (Attitude d’humilité) : Je suis un homme de cœur et j’ai la peau d’homme d’Eglise. Je ne vous promets pas mais je vous assure, que je bâtirais des infrastructures adéquates pour que notre République fédérale quitte le seuil d’Etat en voie de sous-développement. Nous ne sommes pas ce que les gens disent que nous sommes mais ce que Dieu dit que nous sommes. Notre Afrique est riche, alors pourquoi devons-nous bourrer l’Europe, l’Amérique que sais-je, le vrai bonheur est ici. La preuve en est que tous ces investisseurs qui ne sont pas issus d’Afrique, ont besoin de nous. Nous devons arrêter de vivoter. Assez ! Tout doit changer. Tous ceux qui voudront entreprendre des échanges commerciaux avec l’Afrique, ils doivent se conformer à la règle 50/50. Ceux qui s’y opposeront, seront traités comme des chiens galeux. Et d’ailleurs dès que j’accède au trône, je mettrais de l’ordre en Afrique. Et rien ne m’arrêtera parce que vous, le peuple, vous êtes là. L’émergence doit être visible. Je ferai des Etats-Unis d’Afrique, un paradis sur terre. En revanche, les non Africains nous envierons parce que tous les étasuniens auront 3 repas consistants par jour, et 96 % des étasuniens auront du travail. Grosso modo, notre économie sera la meilleure.

    PEUPLE (Eloge au candidat Présidentiel) : t’es notre élu !

    Prince ITUAY (Air confiant) : Je voudrais inviter mon épouse sur le podium, elle a à vous dire, c’est votre maman.

    (Pas plus d’une minute, on aperçoit l’épouse de ce dernier venir majestueusement, vêtu en pagne, en modèle TH-PAROL, elle acclame avec nonchalance au rythme présidentiel, à la démarche rythmée d’une mannequine.)

    Gloire ITUAY : (salutation contrastée) : Mbote eh !

    (La foule répondit à pas retarder, soudain ! L’attitude de celle-ci changea en sourire éloquent et modeste)

    Prince ITUAY (Perspicace) : Réveillez-vous ! Maman va parler.

    PEUPLE (Chahut et crie) : Ouh ! Ouh !

    Gloire ITUAY : (Attitude d’autorité) : L’avenir appartient au courageux, quiconque voudra le changement et le développement devront voter mon époux, votre candidat. Le poisson ne vit que dans l’eau. N’oubliez pas que l’intérêt guide l’homme. Car votre avenir repose entre vos mains du fait que, qui veut aller loin dans la vie aura pertinemment besoin d’un leader charismatique et humaniste pour que les choses bougent de façons cohérentes et légitimes. J’en ai finis, mais sachez-le que je suis votre maman. Et le rôle d’une mère est de voir ses enfants progresser, émerger. A bon entendeur, salut !

    MPELI : en l’honneur des pouvoirs qui me sont conférés par notre président que je ne voudrais surtout pas mentionner comme candidat mais chef suprême de la République, je me réserve de vous informer sur l’efficacité des stratégies à la concrétisation parlante du projet de société qui n’est pas une goutte d’eau dans la mer. C’est comme le projet de société de tous ces va-nu-pieds de candidats qui s’autoproclame éligible à la présidence. Leurs projets constituent de très bonnes initiatives vouées à l’échec par le manque de vision adéquate pour une nation émergente et libre de droits. Nous ne sommes pas seulement un parti politique mais une poignée de peuple Africain. Dans son discours, le président a tout dit sauf rien. Tous ces assoiffés du pouvoir vous font de beaux poèmes en vous nourrissant tout simplement d’espoir. Ces politiques exercent en lieu simple, la politique du ventre. Son Excellence et son épouse, ont tout dit. Je boucle en vous invitant aux urnes. Cependant, chacun a droit à un tee-shirt, casquette, chaussure, téléphone portable, pièce de pagne avec effigie du président. Ceci sera distribué avant la tombée de la nuit dans vos différentes communes.

    (La foule s’écria et poussa des cris de joie, tandis que, le cortège du candidat à la présidence quitta le lieu de campagne pour une brève tournée dans la ville.)

    SCÈNE II

    Dans la chambre à coucher du candidat à la présidence.

    Gloire ITUAY (Tendue) : ce peuple de raz !

    (Interposition brutale du candidat à la présidentiel)

    Prince ITUAY : je t’interdis de traiter mon peuple de racailles.

    Gloire ITUAY (Regard effroyable) : quoi tu veux me faire une leçon de morale ?

    Prince ITUAY : tais-toi et va voir ailleurs. Comment oses-tu insulter ce peuple qui m’a autrefois élu président de la République.

    Gloire ITUAY (Air sarcastique) : arrête de porter la peau d’un agneau, t’as déjà achevé le premier mandat, qu’as-tu fait d’extra, si ce n’est que de statuer sur des promesses en usant d’une politique démoniaque pour aveugler le peuple. T’inquiète pas, le jour que tu auras des opposants de taille, tu ne verras qu’une couronne ardente de feu sur ta tête.

    Prince ITUAY (D’un air furax) : Diablesse tais-toi, comment oses tu, t’adresser à moi de cette façon, fais gaffe, tu risques la prison.

    Gloire ITUAY : si tu le fais, c’est la fin de ta carrière politique. Ne l’oublie pas, ton casier judiciaire n’est pas vierge. Tu as sous ton cul, cette affaire des biens mal acquis d’où les détournements de fonds, les deniers publics, corruption…Donc n’en rajoute pas. Au lieu de m’aduler, conduis-moi plutôt au septième ciel et j’œuvrerai en tant que femme pour qu’ensemble nous gagnions encore ces élections.

    Prince ITUAY (D’un air futé) : Je n’ai pas d’opposant de taille. Il me faut acheter la conscience d’un opposant farouche qui fera semblant de faire tête avec moi.

    (Elle rétorqua d’un sourire blanc du bout des lèvres)

    Prince ITUAY : Ecoute, je ne suis pas prêt pour que l’on se lance dans un accent ponctué. Ce qui importe en ce moment c’est ma victoire.

    Gloire ITUAY (Regard changeant) : vient d’abord goûter le paradis et ensuite ensemble, nous aurons la solution.

    Prince ITUAY : Qu’est-ce que tu peux m’apporter d’aussi mielleux ? Je n’ai pas besoin de ton paradis éphémère.

    Gloire ITUAY : pas de problème !

    Prince ITUAY (Air mystifiant) : S’il te plaît, ne commence pas la Troisième guerre mondiale. Je ne suis pas prête pour toi et d’ailleurs, si j’étais prêt, je t’écraserai.

    Gloire ITUAY (Colérique) : tu me prends pour une ringarde. T’en fais pas, ces cuisses que tu refuses de toucher, te seront utiles demain. T’as intérêt à apprendre la gestion familiale. Tout leader qui maitrise le bon fonctionnement d’un foyer, à la clé de la bonne gouvernance car la première institution c’est le foyer. Avant d’être président de la République, tu es mon époux et tu es dans l’obligation de me satisfaire. Dans l’amour, il n’y a pas de plus fort. Je pense que j’ai trop parlé, je vais me baigner, si tu es un homme valide, tu sais ce qu’il y a à faire.

    Prince ITUAY : Tu as parfaitement raison, je ferai ce qui est bien pour moi. Après tout, c’est mon pays, le peuple, c’est ma marionnette, quand je tire sur les ficelles, ils obéissent sans savoir ce qui les attend. Merdre !!!

    Gloire ITUAY : Arrête de penser nation, pense épouse. Tu me suis ou pas ?

    (Ils Sautillèrent tous les deux comme un kangourou dans l’ultime but de rejoindre la salle de bain.)

    SCÈNE III

    Le candidat potentiel à la présidence des Etats-Unis d’Afrique, organise au Congo-Brazzaville, plus précisément à Mfoa la verte, un carnaval pompeux en l’honneur de la campagne présidentielle. De loin, on aperçoit une foule immense occupant toutes les grandes artères de la ville à cause de forts décibels émirent par le son musical et le discours de propagande que prononce la directrice de campagne à l’endroit de la population.

    Chant

    Titre : Conscientisation Pô

    Solo1 : Oh ! La tête est le moteur principal d’un véhicule,

    Si elle fonctionne en sens inverse, tout est gâché,

    Tous ces assoiffés du pouvoir,

    Nous ont montrés qu’ils gouvernent pieds en l’air, tête en bas

    La preuve en est dans leur façon de gouverner les

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1