Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

L'Éveil et la Nature: Dans la Conscience des Deva-s, des Lois Subtiles de la Nature

L'Éveil et la Nature: Dans la Conscience des Deva-s, des Lois Subtiles de la Nature

Lire l'aperçu

L'Éveil et la Nature: Dans la Conscience des Deva-s, des Lois Subtiles de la Nature

Longueur:
202 pages
1 heure
Sortie:
2 juin 2020
ISBN:
9782312073071
Format:
Livre

Description

Cet ouvrage est une réponse aux questions concernant les dérèglements climatiques dont les causes profondes sont mises en évidence et développées. Il met en relation le lecteur avec les « Mondes sensibles de la Nature » et leurs énergies dans la présence de l’instant. La sacralisation de cette relation avec la Nature se révèle être une Puissance d’Éveil.
Le « Véritable Bonheur », la joie intérieure… l’entente entre les êtres, la communication, la solidarité, le fonctionnement harmonieux des lois de la nature, l’équilibre des climats, résultent de la Paix…
Cet ouvrage retrace un « Itinéraire Spirituel ». Dans l’Infinie Reconnaissance à Swāmi Brahmānanda, des supports de « Méditation » sont offerts : le Gāyatrī-mantra dans la compréhension de son sens interne, le Rendez-vous avec les énergies du moment présent des Portes de l’Espace, la Science des « Sept Attentions » qui permettent d’être spontanément vigilant, d’observer le mental et de s’établir dans la complète attention dans la vie quotidienne et dans la Nature… là où se dévoile, dans la liberté et la spontanéité de la vigilance, de la complète attention, notre Véritable Nature : la Pure Conscience silencieuse.
Sortie:
2 juin 2020
ISBN:
9782312073071
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à L'Éveil et la Nature

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

L'Éveil et la Nature - Jean-Philippe Galdi

cover.jpg

L’Éveil et la Nature

Jean-Philippe Galdi

L’Éveil et la Nature

Dans la Conscience des Deva-s,

des Lois Subtiles de la Nature

LES ÉDITIONS DU NET

126, rue du Landy 93400 St Ouen

© Les Éditions du Net, 2020

ISBN : 978-2-312-07307-1

Sur le lac indifférencié de la Conscience

Pur et sans limite,

La Terre, les étoiles et le Ciel,

les êtres et les choses

se reflètent à la Perfection…

Le Cygne{1}, Hamsa,

Témoin de « Cela »,

contemple le spectacle inchangé

de la Création.

OM… TAT SAT

« OM… Cela est »

Les mots ne peuvent exprimer combien je suis reconnaissant envers Marie-Madeleine Davy qui, après la lecture de ce premier « Itinéraire Spirituel », m'invita vivement à continuer l'écriture…

Ma reconnaissance va également à tous ceux et celles qui ont permis d’achever cet ouvrage.

Jean-Philippe Galdi

Prashānta{2}

Infinie Reconnaissance

À Krishnamurti

« … C’est dans sa Présence,

lors de randonnées silencieuses dans la nature,

que se produisit le grand Rendez-vous avec la Vie… »

À Swāmi Brahmānanda Giri

« Frère Spirituel » de Yogananda…

A Bābāji, cette « Grande Âme »,

cet Éternel « Témoin silencieux »

qui, par Compassion pour l’humanité,

demeure dans le « Secret » de l’Himalaya…

« C’est à Swāmi Brahmānanda Giri,

que je dois de précieuses révélations concernant

l’Omniprésence de la Conscience,

l’Unité des « Mondes Sensibles de la Nature »…

Il me transmit la Science du Gāyatrī-mantra{3}

et me demanda d’enseigner.

À ces « Grandes Âmes » qui par la richesse de leur diversité

et la Grâce de leur rencontre,

m’apportèrent cette compréhension…

Comme une « Grande Famille » :

lorsque la nuit venue,

nous pouvons contempler

ces myriades d’étoiles,

ces « Grandes Âmes » qui,

dans l’Unité,

scintillent dans le « Ciel de la Conscience…

témoignent de l’Unique Lumière… »

OM… SHĀNTI SHĀNTI SHĀNTIHI

OM… PAIX

pour le bonheur de tous les êtres,

de toutes les « Formes de Vie ».

Jean-Philippe Galdi

Prashānta

Biographie

La rencontre du Silence avec Krishnamurti

et l’héritage spirituel de Swāmiji

Né en 1949, il a étudié la psycho-graphologie qu’il a exercée en approfondissant diverses formes de thérapie. Il connut un véritable bouleversement intérieur, une « mutation » de tout son être, après une série de « Causeries » que Krishnamurti donna à Paris, en 1966 ; il avait alors 17 ans. Cette même année, il a commencé à l’approcher grâce à d’anciens théosophes. Des circonstances exceptionnelles lui permirent de le rencontrer et, inspiré par ses paroles et la nature, dans l’intimité, de lui poser directement les questions qui lui tenaient profondément à cœur. « Un jour, alors que je venais d’échanger avec plusieurs personnes sur le sujet concernant l’existence des Deva-s{4}, des « Esprits-de-la-Nature », comme il avait l’habitude de le faire, d’une façon spontanée et inattendue, il me répondit simplement : … dans la nature tout cela, Monsieur, je le vois mais je n’en parle pas... ».

Jean-Philippe Galdi se rendit fréquemment en Inde et effectua en France de nombreuses retraites auprès de Swāmi Brahmānanda Giri, qui partageait avec Yogananda, l’« Amitié Spirituelle », dans la Lumière éternelle de Bābāji, cette « Grande Âme », appelé l’« Étoile de la Conscience{5} » et qui, par Compassion pour l’humanité, demeure dans le « Secret » de l’Himalaya. Swāmi Brahmānanda Giri lui demanda d’enseigner et lui transmit le Gāyatrī-mantra de Bābāji, en sanskrit ancien, en lui révélant son sens interne qui met en évidence l’Omniprésence de la Conscience dans la nature, notre environnement naturel et l’Immense, l’univers.

Très jeune, il fut inspiré par la Nature. « Dans la nature, la présence des Deva-s était toujours au rendez-vous. Lorsqu’un de ces premiers Rendez-vous conscients eut lieu, je ne devais pas avoir dix ans. Je passais mes vacances dans une grande propriété à Biarritz, le pays des hortensias. On me demanda d’aller acheter du pain. C’était la première fois et dans une ville que je ne connaissais pas. Je me perdis un moment dans le parc de la propriété ne sachant quelle allée emprunter parmi toutes celles qui le traversaient. Tenant à la main le petit papier sur lequel figurait l’adresse de la boulangerie, je pénétrai dans une immense forêt d’hortensias. Attiré, je m’assis au pied de ces plantes qui m’apparaissaient comme de véritables arbres, et je levai les yeux vers le soleil d’été filtré par des teintes infinies de bleu, de violet et de mauve…

Je m’interrogeai pour savoir comment sortir de cette situation. Mon esprit était confus quand subitement, au creux des racines et des branchages, sortant de l’ombre et de la lumière, apparurent de petits hommes verts. Leurs formes se précisèrent et devinrent aussi nettes que si elles étaient perçues avec les yeux physiques. La couleur verte de leur corps fait d’énergie était d’une extraordinaire pureté, et leurs grands yeux allongés, de la couleur indigo, lumineux et profonds, étaient empreints de cette paix, de cette stabilité qui caractérise la Terre mais aussi l’Amour. Ils étaient tous de taille différente. Ils se rapprochèrent lentement et l’un d’eux, le plus grand qui devait mesurer une vingtaine de centimètres, posa une de ses mains sur ma main droite. Je ressentis le contact physiquement. J’étais à la fois fasciné et rassuré et mon esprit devint clair et serein. Ce fut, avec ces êtres et avec la nature, comme une communion, un dialogue silencieux qui dura plusieurs minutes. Puis leurs formes s’estompèrent dans les couleurs de la végétation en un mouvement qui rejoignit la Terre.

Je me levai sans hésitation, et, guidé par l’intuition, j’empruntai l’allée qui me conduisit à la bonne sortie, là où se trouvait la boulangerie.

Cette expérience m’apparut comme naturelle et c’est beaucoup plus tard que je compris que je venais de vivre ma première rencontre consciente avec les gnomes{6}, « Ceux-qui-demeurent-dans-la-Terre », et détiennent la Connaissance…

Combien d’histoires ensuite pourrais-je vous raconter sur ce que j’ai vécu lors de promenades solitaires, les yeux ouverts ou fermés. Les forêts se révélèrent être des palais enchantés. »

Swāmi Brahmānanda Giri reconnaissait l’existence des

« Esprits-de-la-Nature », des Deva-s : « les petits hommes… les Deva-s, oui bien sûr, cela existe » dit-il avec un sourire empli de joie et d’affection. Il précisa : « pour vous c’est naturel… mais pour la majorité des êtres, ce n’est pas toujours bon pour la stabilité de leur mental de leur en parler… ».

Ces témoignages n'ont pas pour but de dresser un « culte » aux Esprits-de-la-Nature...

Swāmiji Brahmānanda disait : « La Paix » est Dieu... c'est la « Pureté » intacte de la nature, de l’air que l’on respire, de la Terre, des arbres, des plantes, dans le respect du silence, l'équilibre et l'harmonie de toutes les « Formes de Vie », la clarté immaculée du ciel, qui véhiculent cette Paix... Les dérèglements climatiques que commence seulement à éprouver notre humanité sont une invitation à retrouver, au-delà de tout état, la Paix intérieure qui est la Source silencieuse du mental...

Jean-Philippe Galdi, Prashānta, enseigne, aujourd’hui, la Science du Gāyatrī-mantra ainsi que la « Méditation ». Il est essentiel de préciser que le mot méditation en français signifie réflexion intellectuelle approfondie, investigation, désigné en sanskrit par vichāra. Le préfixe vi traduit la Force de la manifestation dans la multiplicité, « Qui » illumine « de toute part ». Le terme « Méditation » est employé dans cet ouvrage dans le sens de contemplation, Dhyāna... C'est la Lumière de la Connaissance, Omniprésente, vi, « de toute part », transmise par un Être Réalisé, qui engendre la transcendance de Dhyāna, des états de contemplation, de concentration, d'attention, de vigilance, ainsi que de leurs supports...

Il a rédigé un ouvrage : « L’Oracle des Deva-s – Les Messagers de la Nature » qui met en évidence l’art de vivre en harmonie avec les « Mondes Sensibles de la Nature » dans l’Unité de la Pure Conscience.

Introduction

La nature est semblable à un océan dont on ne perçoit que les vagues : les phénomènes visibles… « Méditer », c’est s’immerger dans cet océan pour aller au-delà des vagues… Dans la transparence de la vision, tout apparaît d’une beauté resplendissante ; le monde est alors poésie, comme en témoigne « l’Esprit d’Éveil » célébré dans les Hymnes anciens du Veda{7}, les « Enseignements de la Forêt », āranyaka-s.

Pour l’homme qui, à la recherche de Dieu{8} et de sa Véritable Identité Spirituelle, entre dans une communion profonde avec la nature et l’Immense, se dévoilent, dans une unique Lumière, « Trois Mondes » : le Monde de l’intériorité, celui de son mental animé par des émotions perturbatrices et des concepts dont il doit se libérer afin de réaliser l’Unicité de la Pure Conscience silencieuse ; le Monde extérieur, celui des « cinq éléments » de la nature, de son environnement naturel et social, dans lequel et par lequel s’effectuent tous les échanges, la communication entre les êtres et le Monde de l’Immense qui relève du Divin, du macrocosme et du « Mental Universel ».

Au début de sa quête, l’appel à l’intériorité croît avec l’apaisement du mental et un sentiment d’unité dans lequel il se ressource. Le Monde extérieur lui apparaît comme l’objet d’une lutte, l’enjeu permanent des forces d’attraction et d’aversion. Il est le « terrain », pour l’ego, du refus-d’accepter ou de la compréhension, du lâcher-prise et de l’acceptation.

Le Monde de l’Immense, qu’il aurait encore tendance à oublier, lui semble lointain, inaccessible et sans rapport évident avec les deux autres : celui de l’intériorité et celui du Monde extérieur, de son environnement naturel. L’intégration des « Trois Mondes » dans l’Unité représente l’essentiel, le plus difficile à

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de L'Éveil et la Nature

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs