Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Techniques de communication: Apprenez à lire les gens, à les faire rire, à parler à n'importe qui et à augmenter votre charisme en améliorant votre capacité d'écoute

Techniques de communication: Apprenez à lire les gens, à les faire rire, à parler à n'importe qui et à augmenter votre charisme en améliorant votre capacité d'écoute

Lire l'aperçu

Techniques de communication: Apprenez à lire les gens, à les faire rire, à parler à n'importe qui et à augmenter votre charisme en améliorant votre capacité d'écoute

Longueur:
802 pages
16 heures
Éditeur:
Sortie:
May 19, 2021
ISBN:
9798201248031
Format:
Livre

Description

La communication ne se limite pas aux choses qui sortent de votre bouche! La manière dont vous vous comportez en public et dont vous émettez des signaux non verbaux peut contribuer à ce que les gens comprennent mieux ce que vous essayez (ou n'essayez pas) de dire. Des transactions que vous effectuez aux moments plus intimes, la façon dont vous transmettez vos pensées et vos sentiments déterminera l'interprétation que les gens en feront!

 

Après avoir travaillé dans divers secteurs pendant des années et rencontré des personnes de tous horizons, j'ai découvert que la communication de vos pensées, de vos sentiments et de vos idées est très importante pour de nombreuses raisons. Que vous souhaitiez uniquement conclure des affaires importantes ou établir des relations durables, la capacité à communiquer est quelque chose qui doit être développé.

 

 

Pour certaines personnes, les bonnes compétences en communication semblent être une seconde nature. Elles n'ont aucun problème à dire aux gens ce qu'elles pensent et à faire en sorte que ce qu'elles disent soit généralement bien accueilli par ceux qui les écoutent. Par conséquent, on peut voir des exemples notables de personnes qui établissent facilement des relations et réussissent généralement dans leurs entreprises. Il suffit de dire ce que l'on pense, et les autres semblent écouter. Vous avez peut-être même entendu parler de personnes tellement charismatiques qu'elles sont capables de créer de grands mouvements sociaux ou d'être appréciées de tous dans un bâtiment.

 

Y a-t-il un intérêt à améliorer votre façon de communiquer ? La réponse est oui.

 

Tout au long de l'ouvrage, vous découvrirez des exemples remarquables de communication et formerez vos propres stratégies exploitables pour améliorer votre façon de parler. N'hésitez pas à découvrir ces secrets, achetez votre copie dès aujourd'hui !

Éditeur:
Sortie:
May 19, 2021
ISBN:
9798201248031
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Techniques de communication

En lire plus de Julien Abreo

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Techniques de communication - Julien Abreo

Introduction

En achetant ce livre, vous comprenez l'importance de l'impact de la communication sur votre vie quotidienne. Des transactions que vous effectuez aux moments plus intimes, la façon dont vous transmettez vos pensées et vos sentiments déterminera l'interprétation que les gens en feront.

Après avoir travaillé dans divers secteurs pendant des années et rencontré des personnes de tous horizons, j'ai découvert que la communication de vos pensées, de vos sentiments et de vos idées est très importante pour de nombreuses raisons. Que vous souhaitiez uniquement conclure des affaires importantes ou établir des relations durables, la capacité à communiquer est quelque chose qui doit être développé.

Pour certaines personnes, les bonnes compétences en communication semblent être une seconde nature. Elles n'ont aucun problème à dire aux gens ce qu'elles pensent et à faire en sorte que ce qu'elles disent soit généralement bien accueilli par ceux qui les écoutent.

Par conséquent, on peut voir des exemples notables de personnes qui établissent facilement des relations et réussissent généralement dans leurs entreprises. Il suffit de dire ce que l'on pense, et les autres semblent écouter. Vous avez peut-être même entendu parler de personnes tellement charismatiques qu'elles sont capables de créer de grands mouvements sociaux ou d'être appréciées de tous dans un bâtiment.

Pour la plupart des gens, cette compétence doit être apprise et affinée. Et le plus souvent, vous faites partie de ce dernier groupe. Si vous êtes le type de personne qui a toujours été mal interprété ou qui a des difficultés à s'exprimer, alors ce livre est le remède à votre situation.

Tout ce que vous apprendrez ici est basé sur une combinaison d'années de recherche et d'expériences personnelles et est étayé par des données factuelles et empiriques. Il se peut que vous rencontriez un ou deux concepts abstraits, mais soyez assuré que toutes les informations que vous obtiendrez ici peuvent être appliquées dans des scénarios quotidiens réels.

Ce que vous devez comprendre, c'est que les compétences en communication, comme toute autre aptitude au monde, doivent être affinées. Personne ne devient une personne charismatique capable de parler à un grand nombre de personnes en quelques heures.

Le plus souvent, ils ont commencé là où vous vous trouvez actuellement : ils ne sont pas tout à fait sûrs de la façon de faire les choses, mais ont un objectif clair de ce qui doit être fait pour s'améliorer.

Et comme elle a besoin d'être formée, vous devez vous pencher sur les différents aspects qui gravitent autour d'elle. Vous voyez, la communication ne consiste pas seulement à parler. Elle implique de choisir les bons mots à dire, combinés au bon tempérament pour transmettre le bon message.

La communication ne se limite pas non plus aux choses qui sortent de votre bouche. La manière dont vous vous comportez en public et dont vous émettez des signaux non verbaux peut également contribuer à ce que les gens comprennent mieux ce que vous essayez (ou n'essayez pas) de dire.

Une partie du processus consiste également à identifier les bases de la communication. Cela vous permettra d'identifier les erreurs couramment commises par les gens lorsqu'ils communiquent leurs pensées et leurs idées. Il se peut même que vous les ayez commises vous-même, ce qui a eu un impact négatif sur plusieurs interactions.

Et, bien sûr, la communication n'est pas à sens unique. Dans la mesure où vous essayez de transmettre un message, vous devez également apprendre à interpréter les messages verbaux et non verbaux que vous envoient les personnes que vous rencontrez quotidiennement.

L'écoute est également une compétence que vous devez apprendre. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que la capacité à traiter les informations qui vous sont adressées est tout aussi importante que la capacité à exprimer clairement vos pensées et vos idées. Mais il ne suffit pas d'écouter. Vous devez également le faire de manière empathique et attentive pour mener une conversation.

Et en parlant de conversations, il est également important que vous compreniez que vous devez adapter votre style de communication à différentes personnes. N'oubliez pas que chacun a sa propre façon de percevoir les choses et ses propres priorités en matière de communication. En tant que tel, vous devez découvrir comment vous pouvez vous faire entendre de différents types de personnalité d'une manière qui soit propice à une communication efficace.

Vous apprendrez également comment communiquer efficacement vos pensées et vos idées dans différents formats et scénarios. Chacun d'entre eux présente des défis, qu'il vous faut surmonter pour transmettre efficacement ce que vous pensez et ressentez avec les outils à votre disposition.

Cependant, vous vous rendrez également compte que toutes les conversations ne se déroulent pas aussi bien que possible. Il y a toujours un risque que vous ne parveniez pas à transmettre efficacement vos pensées et vos idées, ou même à traiter l'information de la manière dont l'orateur souhaite que vous le fassiez.

Vous apprendrez à faire face à une rupture de la communication et ferez de votre mieux pour revenir dans le droit chemin. Vous apprendrez également pourquoi la communication peut échouer, ce qui peut être dû aux barrières inhérentes créées par les personnes ou à d'autres facteurs externes.

Vous apprendrez également comment gérer vos émotions, en particulier la colère, tout en restant un communicateur efficace. Le plus souvent, nous laissons nos émotions nous submerger, ce qui peut être potentiellement dommageable pour nos relations. Il existe toutefois un moyen de gérer ces sentiments passionnés tout en restant poli et diplomate.

En outre, vous apprendrez à gérer les conversations et les personnes difficiles et à établir des relations avec de parfaits inconnus. Après tout, l'un des objectifs de la communication est d'établir un lien avec les personnes qui vous entourent.

Alors, y a-t-il un intérêt à améliorer votre façon de communiquer ? La réponse est oui. Tout au long de l'ouvrage, vous découvrirez des exemples remarquables de communication et formerez vos propres stratégies exploitables pour améliorer votre façon de parler.

Ce ne sont là que quelques-unes des choses que vous apprendrez sur la communication dans ce livre. Si vous n'avez plus de questions ou d'hésitations, c'est le moment de vous lancer dans le monde de la communication.

C'est parti !

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient d'abord d'aborder les notions de base

Considérée comme l'une des compétences interpersonnelles les plus précieuses à l'heure actuelle, la communication vous aide à partager des informations d'une personne à une autre et à plusieurs personnes à la fois.

Il existe de nombreux moyens et styles de communication, et ce que vous utilisez actuellement est parfaitement valable (même s'il faut y apporter quelques modifications ici et là). Mais il serait préférable que vous essayiez de découvrir à quel point il est crucial de communiquer correctement vos pensées et vos sentiments aux autres et d'interpréter ceux qui vous sont adressés.

L'importance de la communication Quel est donc l'intérêt d'essayer d'améliorer votre façon de communiquer et d'interpréter les choses ? Ce que vous n'avez peut-être pas réalisé, c'est que la communication intervient dans presque tous les aspects de votre vie.

Avez-vous déjà connu ces moments où les gens étaient capables de comprendre ce que vous disiez sans avoir à dire quoi que ce soit ? Un simple hochement de tête ou la façon dont vous saisissez la main d'une autre personne dans une poignée de main peut transmettre de nombreux messages, selon le contexte de la situation.

Ou encore, lorsque vous parlez à trois personnes différentes en même temps et qu'elles réagissent différemment à ce que vous venez de dire ? Vous leur avez dit la même chose, et pourtant l'une d'entre elles était heureuse, une autre était confuse, et une autre était potentiellement offensée. Pourquoi en est-il ainsi ? Il s'agit de la partie réceptrice de la communication, et les gens réagissent souvent différemment à un même stimulus.

Le fait est que la communication vous aide à partager des idées, à établir des relations, à conclure des transactions potentiellement enrichissantes, à gérer un groupe et à déléguer des tâches. S'il s'agit d'interagir avec un autre être vivant, vous pouvez être certain qu'une telle situation fera largement appel à vos compétences en communication.

Les types de communication Quelle que soit votre approche de la communication, toutes les formes de communication se répartissent en quatre catégories distinctes :

1. Verbale C'est peut-être celle qui est la plus facile à comprendre car c'est celle que vous allez utiliser régulièrement. La communication verbale implique votre bouche et votre cerveau. Rien d'autre.

Cependant, sa simplicité même est aussi ce qui fait de la communication verbale l'un des aspects les plus délicats de la communication de vos pensées et de vos sentiments. Sans le ton, le langage corporel et l'humeur appropriés, vous pourriez facilement être mal compris par ce que vous venez de dire quelques secondes auparavant.

Cet aspect de la communication présente également le plus large éventail de styles. Certaines personnes sont si prolixes qu'on a l'impression de parler à côté d'un thésaurus humanoïde. D'autres sont brusques et directs, allant droit au but, au mépris de toutes les conséquences. D'autres encore prennent trop de temps pour arriver à leur message principal parce qu'ils font des digressions.

Apprendre à rendre votre style compatible avec celui des autres vous aidera beaucoup à devenir un expert en communication verbale.

1. Le non verbal C'est là que se trouvent tous les gestes et indices physiques. Les expressions faciales que vous utilisez pour transmettre ce que vous communiquez verbalement seront également incluses dans cette catégorie. Par exemple, sourire en racontant une histoire donne l'impression que l'information que vous êtes sur le point de donner est bonne à écouter.

Ce qui rend la communication non verbale si cruciale, c'est que votre capacité à les capter et à les comprendre vous aidera à adapter votre comportement dans n'importe quelle situation. Par exemple, si l'un de vos clients potentiels croise les bras, cela peut vous indiquer qu'il n'est pas convaincu par ce que vous dites et qu'il doit être convaincu davantage.

De même, le fait de taper des pieds est un signe révélateur de la hâte de la personne à couper la conversation et à aller ailleurs. Une position détendue, en revanche, pourrait vous indiquer que la personne pourrait être d'accord avec tout ce que vous pourriez proposer. Pour l'instant, du moins.

1. L'écrit Techniquement parlant, la communication écrite est également non verbale, mais elle possède certaines qualités qui justifient qu'elle soit une catégorie à part. La communication écrite implique tout acte incluant l'écriture, la frappe ou l'impression de textes et de symboles sur un support physique ou numérique.

De toutes les formes de communication, c'est celle qui est la plus tangible, puisqu'on la retrouve dans les livres, les brochures, les blogs, les courriels, les mémos, les lettres et autres supports imprimés. Par conséquent, c'est le type de communication qui a un sens de la permanence car les choses que vous avez écrites peuvent être, au sens figuré, gravées dans la pierre.

Par exemple, Sun Tzu est mort depuis plus d'un millénaire et pourtant, L'art de la guerre est toujours imprimé et lu dans différentes langues. Il en va de même pour Shakespeare, Platon, Newton, le roi David et même les pères fondateurs de l'Amérique.

Parce que les mots écrits ont tendance à durer plus longtemps que vous et pourraient même représenter votre héritage pour les jeunes générations, vous devez être aussi précis que possible avec eux.

1. Le visuel De toutes les formes de communication, celle-ci est peut-être la plus artistique. L'expression une image vaut mille mots s'applique parfaitement ici, car une image peut transmettre des messages très différents à chaque personne qui la regarde, en fonction de son humeur du moment.

Le support visuel est souvent utilisé pour appuyer vos paroles en fournissant un contexte. Imaginons que vous expliquiez à vos supérieurs que les ventes des derniers mois ont été médiocres. Ne serait-il pas utile d'avoir quelque chose comme un graphique circulaire qui donnerait à vos auditeurs un point d'ancrage visuel pour mieux comprendre vos paroles ?

Mais, même seuls, les visuels peuvent transmettre des messages susceptibles d'aider quelqu'un à faire le lien entre ce qu'il a vu et ce qu'il ressent. À ce titre, l'utilisation minutieuse des images est essentielle dans de nombreux domaines, notamment la publicité.

Ce que de bonnes compétences en communication peuvent vous apporter Si la communication occupe une place importante dans votre vie quotidienne, l'amélioration de vos compétences vous apportera plusieurs avantages, qui vous accompagneront dans toutes les facettes de votre vie.

1. Instaurer la confiance Apprendre à transmettre correctement vos pensées et vos sentiments peut constituer une bonne base pour instaurer la confiance avec les autres. La capacité d'écouter attentivement ce qu'une personne vous dit et de voir les choses de son point de vue donne l'impression que vous prenez des décisions non seulement pour vous-même, mais aussi pour tous les autres.

En écoutant activement, vous mettez également les personnes qui vous entourent suffisamment à l'aise pour qu'elles puissent exprimer ouvertement leurs pensées et leurs sentiments. Cela favorise une atmosphère de confiance, en particulier dans les relations qui nécessitent l'exécution d'obligations et de devoirs ou un effort de collaboration.

Voici un scénario classique : si vous êtes le chef d'équipe et que votre équipe est sur le point de prendre une décision, la chose la plus sensée que vous puissiez faire est de laisser les autres exprimer leurs préoccupations et proposer des alternatives. Ensuite, une fois que toutes les préoccupations, tous les problèmes et toutes les alternatives ont été présentés, l'équipe vote sur la décision que le groupe entier va prendre.

Bien sûr, la décision finale ne satisfera pas tout le monde, mais, au moins, vous offrez aux membres de votre équipe un forum où ils sont libres de s'exprimer et d'être écoutés. C'est une bien meilleure option qu'une approche de prise de décision du type C'est moi ou la route, où personne d'autre que vous ne peut dicter les actions de l'équipe.

1. Résoudre les problèmes (et les prévenir) On dit souvent que les problèmes sont dus à une mauvaise communication. Les exemples de conflits entre groupes ou de destruction de l'image publique ne manquent pas, simplement parce qu'une personne a mal exprimé ses pensées et ses sentiments.

Voici un scénario : Disons qu'une de vos amies vient de se faire relooker pour un événement spécial. Lorsque vous la voyez, quelle serait la chose la plus sensée à dire ? Est-ce que ce serait Tu es encore plus belle aujourd'hui ou Je ne savais pas que tu pouvais être aussi jolie ? Si votre réponse ressemble à cette dernière, alors vous avez tendance à générer des conflits par inadvertance partout où vous allez.

Être bien intentionné, mais mal compris, est un problème auquel la plupart des gens sont confrontés. Mais apprendre à faire preuve de tact dans vos propos permet de résoudre les problèmes que vous rencontrez avec les autres et d'éviter qu'ils ne se reproduisent à l'avenir.

1. Clarté et orientation Un bon communicateur sait comment fournir des attentes, des objectifs et des idées clairement définis à ses interlocuteurs. Cela est très utile dans les efforts de groupe, où une ligne de communication claire entre les membres est nécessaire.

Supposons qu'un membre ne soit pas à la hauteur. Un bon communicateur saura lui dire qu'il doit se remettre dans le droit chemin sans l'offenser. Il est trop facile pour une personne de se mettre en colère et de s'en prendre à ceux qu'elle croit à la traîne. Avec de bonnes compétences en communication, en revanche, vous pouvez aider les gens à comprendre ce qu'ils doivent faire de la manière la plus diplomatique possible.

Bien entendu, favoriser une ligne de communication ouverte entre les membres du groupe permet d'éliminer les conflits et les malentendus. Un membre de l'équipe est peut-être sur le point de se disputer avec un autre membre. Avec de bonnes compétences en communication, vous pouvez intervenir et leur donner un endroit où ils peuvent discuter (avec vous comme médiateur). De cette façon, vous pouvez résoudre les problèmes auxquels votre équipe est confrontée et vous remettre sur la bonne voie pour terminer la tâche le plus rapidement possible.

Et la clarté ne fonctionne pas seulement avec les efforts de groupe. Pour être clair, vous devez être le plus simple et le plus direct possible lorsqu'il s'agit de parler. Cela signifie que vous pouvez dire aux gens ce que vous essayez de dire en quelques mots ou moins, sans aucune digression.

Cela permet aux gens de comprendre le message que vous voulez faire passer sans perdre de temps à déchiffrer votre monologue. Après tout, personne n'aime entamer une conversation avec quelqu'un qui prend cinq phrases pour répondre à une simple question catégorique.

1. De meilleures relations L'avantage le plus direct de l'amélioration de vos compétences en communication est peut-être que vous pouvez facilement établir ou maintenir des relations interpersonnelles. Après tout, vous pouvez maintenant parler efficacement, avec tact et ouvertement, ce qui donne l'impression aux gens que vous êtes une personne qui n'a rien à cacher. La transparence, après tout, est une qualité difficile à manifester si vous ne savez pas dire la bonne chose au bon moment et avec les bons mots.

Non seulement vous savez bien parler, mais vous apprenez aussi à écouter les autres. Cela donne l'impression que vous êtes également attentif à ce que les autres pensent et ressentent et que vous respectez les différences d'opinion. Cela favorise une relation fondée sur la confiance et le respect mutuels.

1. Lire les indices et y répondre Cela peut vous surprendre, mais tout ce qui vous est communiqué ne l'est pas à 100 %.

C'est tout à fait vrai dans les situations tendues et stressantes où les non-dits peuvent dicter la façon dont les choses se dérouleront autant que les paroles prononcées en public.

Le fait que certains types de personnalité soient difficiles à gérer par défaut n'aide pas non plus. Un vendeur agressif, un patron en colère, un mécanicien qui s'attarde sur les détails, une mère coincée dans les embouteillages et qui conduit ses enfants à l'entraînement de football. Dans tous ces cas, il vous faut repérer les signaux non verbaux afin de répondre avec les bons mots.

Un peu de conscience du langage corporel des autres peut vous donner un grand avantage pour conclure des affaires et trouver des solutions aux problèmes. Cela vous aide également à ajuster le ton de votre message verbal afin qu'il corresponde à l'ambiance générale du lieu et à la mentalité des personnes qui vous écoutent.

Voici un bon exemple. Supposons que vous donniez un cours et que vous remarquiez que la plupart des élèves vous ignorent parce que votre cours est ennuyeux. Vous pouvez injecter de l'humour ou vous inspirer de vos expériences de vie pour attirer l'attention de tous, car les blagues et les histoires personnelles permettent aux gens de s'identifier à ce que vous dites. Avec de bonnes compétences en communication, vous pouvez prêter attention à la façon dont les gens réagissent à votre message et adapter votre discours en conséquence.

1. Améliorer la productivité Une fois les obstacles à une bonne communication éliminés (nous y reviendrons dans un prochain chapitre), tout le monde autour de vous sait ce que vous pouvez faire et vous trouvera plus fiable. Cela s'avère efficace dans le cadre d'un travail de groupe, car les membres peuvent désormais comprendre qu'ils n'ont pas à tout faire pour mener à bien une tâche.

Avec une bonne communication, les charges de travail peuvent être réparties rapidement, les conflits réglés avant qu'ils ne deviennent incontrôlables, et vous pouvez gérer votre stress de la manière la plus directe mais aussi la plus diplomatique possible. En substance, en communiquant mieux, vous faites les choses le plus rapidement possible, ce qui fait de vous une personne globalement plus productive.

1. Faire bonne impression Se présenter peut être une expérience assez éprouvante pour les nerfs. Même si vous avez bien préparé votre présentation, l'exécution de votre plan peut dérailler si vos nerfs prennent le dessus.

L'une des bonnes compétences que vous apprendrez en améliorant votre communication est la façon de gérer ce que l'on appelle le trac. Apprendre à gérer votre nervosité avant de vous présenter devant des gens et à transmettre vos idées avec assurance et autorité peut faire de vous un orateur bien plus convaincant.

La présentation implique également de savoir comment se remettre d'une erreur sans perdre le fil devant tout le monde. Il s'agira notamment d'apprendre à transformer vos erreurs en quelque chose d'humoristique pour vous faire aimer du public et aussi de couper l'air dans votre présentation.

En somme, de bonnes compétences en communication peuvent vous permettre de présenter votre message d'une manière attrayante et facile à comprendre.

Les qualités des bons communicateurs Comme nous l'avons dit, la communication est une compétence qui doit être développée au fil du temps. C'est la pratique qui vous fera passer d'un communicateur peu efficace à un bon communicateur.

L'objectif final d'un bon communicateur est de faire en sorte que chaque personne impliquée dans une conversation sente que sa contribution est importante. Et pour y parvenir, un communicateur doit posséder un certain nombre de compétences.

1. Écoute active Savoir formuler son message est une bonne compétence, mais une autre, plus importante, consiste à recevoir les messages qui vous sont adressés. Au lieu d'interrompre les autres ou de détourner l'attention de cette personne vers elle, un bon communicateur se concentre sur ce qu'on lui dit.

Écouter attentivement et laisser l'autre personne terminer ne suffit pas non plus. Un bon communicateur comprend également l'importance de laisser la personne qui parle confirmer que son message a été reçu et traité. Par des hochements de tête et d'autres courts messages non verbaux, un communicateur indique à son interlocuteur qu'il est à l'écoute de la conversation.

Cela permet d'éviter que les conversations ne se transforment en monologues, tout en aidant une personne confrontée à un problème à trouver la solution la plus efficace.

1. Empathie Il existe une idée fausse selon laquelle la communication doit être embourbée dans le protocole et l'utilisation de termes politiquement corrects pour être efficace. Cela ne fait que rendre les conversations plus rigides pour les participants et, dans certains cas, artificielles.

Au contraire, un bon communicateur recherchera les occasions où un dialogue significatif peut avoir lieu et où la collaboration est assurée. Cela n'est possible que s'il comprend vraiment d'où vient l'autre personne et comment elle voit certaines questions.

Plutôt que d'imposer ses propres opinions sur un sujet donné, un bon communicateur comprendra comment les gens se sentent dans une situation donnée et adaptera son approche en conséquence. Cela est tout à fait essentiel dans les négociations ou même dans l'établissement de relations cordiales avec les autres. Si vous n'êtes pas une personne capable de voir les choses d'un point de vue différent du vôtre, ou d'apprendre à vous adapter aux situations, vous devez acquérir ces compétences pour devenir un communicateur efficace.

1. Un esprit ouvert Présumer est une tendance humaine, mais cela peut souvent conduire à des conflits. Par exemple, vous pouvez penser qu'une personne domine la conversation alors qu'il s'agit simplement de sa façon naturelle de parler. Ou si vous pensez qu'une personne est timide ou craintive simplement parce qu'elle ne parle pas beaucoup ?

Quoi qu'il en soit, supposer trop rapidement peut être préjudiciable dans les conversations, car cela laisse le champ libre à de futurs conflits. Un bon communicateur commencera par clarifier les choses et cherchera à obtenir les informations les plus élémentaires. De cette manière, le message qu'il s'apprête à délivrer sera perçu de la manière dont il souhaite qu'il soit perçu.

1. Un état d'esprit positif L'enthousiasme peut être une émotion assez difficile à entretenir, surtout si l'on est déjà habitué à être cynique. Cependant, il peut aussi être un outil efficace pour engager le dialogue avec les gens, car il les rend naturellement enthousiastes à l'idée de ce qui va se passer dans la conversation.

La neutralisation de la négativité est une qualité essentielle des bons communicateurs, car il suffit de quelques commentaires négatifs pour faire dérailler toute une conversation. En ralliant les gens à sa cause et en les rendant enthousiastes à l'idée de ce qui va se passer, un bon communicateur peut apprendre aux gens à être motivés et même résilients lorsque les temps sont durs.

Pour résumer La vérité est que la communication est un concept plutôt simple à suivre. Il n'est même pas nécessaire d'avoir un niveau d'apprentissage supérieur pour être un bon communicateur. Tout ce qu'il faut, c'est que vous ayez le bon état d'esprit et la bonne approche pour tirer les meilleurs avantages d'être un bon communicateur.

Dans un monde parfait, la transmission des pensées et des idées suit un chemin assez simple et aboutit à une conclusion bénéfique. Mais nous ne vivons pas dans un monde parfait, n'est-ce pas ?

Alors pourquoi nos communications quotidiennes semblent-elles, par manque d'un meilleur mot, défectueuses ?

Pourquoi nous ne communiquons pas correctement S'il est facile de bien communiquer, il est tout aussi facile de mal communiquer. Malheureusement, ce dernier cas est plus susceptible de se produire au quotidien.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un grand nombre de nos conversations peuvent dérailler en l'espace de quelques secondes et de quelques déclarations mal formulées. Et, étonnamment, il y en a beaucoup que vous avez rencontrées vous-même régulièrement.

Les obstacles à une communication efficace L'homme, qu'il en soit conscient ou non, a érigé autour de lui plusieurs obstacles qui empêchent les messages d'être interprétés comme ils devraient l'être.

En identifiant ces barrières, vous faites un pas de plus vers l'amélioration de vos compétences en communication. Après tout, qu'y a-t-il d'autre à faire avec une barrière que vous avez identifiée que de, eh bien, l'abattre ?

1. Obstacles physiques C'est l'obstacle le plus facile à repérer car il dépend des conditions physiques réelles de l'environnement. Par exemple, vous essayez de parler à une personne, mais elle se trouve à plusieurs mètres de vous. Ou si vous essayez de parler à quelqu'un dans une pièce bondée et bruyante ?

Même la disposition d'un bureau peut constituer un obstacle à une communication efficace. Les murs des cubicules, par exemple, peuvent absorber beaucoup de bruit, ce qui empêche les travailleurs de se parler, à moins qu'ils ne se lèvent et se parlent par-dessus le mur.

Et, bien sûr, un équipement défectueux constitue une barrière physique, en particulier dans le cas d'une communication à distance. Un microphone cassé ou un affaiblissement soudain de la connexion Internet peuvent déformer les messages et empêcher les auditeurs de les interpréter correctement.

Heureusement, comme ils sont faciles à repérer, les obstacles physiques à la communication sont les plus faciles à résoudre. Si l'on ne vous entend pas parce que vous êtes trop loin, rapprochez-vous de l'auditeur. Si les murs de votre bureau empêchent la communication, vous parlez par-dessus. Et si vos équipements de communication sont défectueux, vous investissez dans des équipements plus récents et plus fiables. Et ainsi de suite.

1. Barrières linguistiques Une barrière linguistique est une chose que vous rencontrerez aussi souvent, mais qui est un peu plus délicate à gérer. Le fait que chaque région du monde possède son propre ensemble de langues préférées peut constituer un obstacle à une communication efficace, car deux personnes peuvent ne pas savoir comment se parler dans une langue qu'elles connaissent toutes deux.

Mais l'anglais n'est-il pas la langue universelle aujourd'hui ? demanderez-vous peut-être. C'est vrai. Depuis que le monde s'est mondialisé, de nombreux pays ont adopté l'anglais comme norme pour les communications internationales.

Mais voilà : l'anglais n'est pas le même dans un pays que dans un autre. Par exemple, le type d'anglais utilisé en Amérique est complètement différent de celui utilisé en Grande-Bretagne ou au Canada. Il en va de même pour les autres continents qui ont leurs propres termes familiers utilisés en conjonction avec des mots anglais.

A une échelle plus locale, il y a les dialectes qui changent d'une région à l'autre ou, plus exactement, une fois tous les quelques milliers de kilomètres. Bien entendu, certaines nationalités parlent l'anglais avec un accent assez prononcé.

Il y a aussi les différents styles linguistiques. Certaines personnes s'expriment de manière simple et directe, tandis que d'autres sont très verbeuses et emploient des mots savants. Et puis il y a les professions qui encouragent les gens à parler à un niveau d'anglais avancé, comme le droit, l'université et les sciences.

Par conséquent, dans un quartier moderne, vous pouvez trouver plus de trois dialectes, accents et niveaux linguistiques utilisés dans la communication quotidienne.

1. Barrières psychologiques Il s'agit de l'une des barrières les plus insidieuses, car vous ne saurez pas qu'elle existe avant qu'elle ne se manifeste. L'obstacle psychologique le plus courant est le trac, qui consiste à ressentir une grande nervosité avant de parler devant plusieurs personnes. Si elle est submergée par ses nerfs, la personne peut même éprouver des difficultés à prononcer clairement une seule phrase.

Mais il existe des barrières psychologiques bien plus puissantes qui sont érigées autour des gens. Il s'agit notamment de la dépression, des troubles du langage, des phobies et d'autres problèmes psychologiques profonds qui limitent la capacité d'une personne à s'exprimer clairement.

Dans la plupart des cas, certains problèmes psychologiques n'affectent que collatéralement votre parole. Cela signifie qu'il faut les résoudre non seulement pour améliorer vos capacités de communication, mais aussi pour améliorer votre santé mentale.

1. Barrières émotionnelles Bien qu'étroitement liées aux barrières psychologiques, les barrières émotionnelles ont une durée de vie plus courte. En d'autres termes, elles ne sont des obstacles que parce que votre état émotionnel du moment les a rendues telles.

Un quotient émotionnel fort permet à une personne de communiquer efficacement et de percevoir les messages de la manière dont son interlocuteur souhaite qu'ils soient reçus. Cependant, les états émotionnels élevés peuvent affecter votre façon de recevoir les messages.

Par exemple, la colère et la tristesse peuvent amener une personne à interpréter un message de manière négative. À l'opposé, le bonheur et le contentement rendent une personne encore plus réceptive aux messages.

1. Barrières culturelles Une barrière plus récente à laquelle les gens sont confrontés est l'exposition à différentes cultures provenant de différentes nations. Il est inévitable qu'une culture soit différente de la vôtre, et ces différences peuvent se manifester dans la façon dont vous communiquez avec elle.

Les personnes issues de cultures réservées et isolationnistes ont tendance à ne parler que lorsqu'on leur adresse la parole, tandis que celles issues de cultures plus ouvertes et très sociales ont tendance à avoir une conversation facile.

Il existe également d'autres facteurs culturels à prendre en compte, comme la pratique religieuse ou l'absence de pratique, l'identité sexuelle, le régime alimentaire, les animaux domestiques préférés et le comportement général. Et cela pourrait même vous surprendre, mais les facteurs culturels dictent également le type de sujets que vous pouvez vous attendre à aborder avec certaines cultures.

Il est donc indispensable de prendre en considération les différences culturelles lorsque vous communiquez avec d'autres personnes. Vous ne pouvez pas supposer qu'ils percevront les choses de la même manière que vous en raison de ces différences. C'est l'essence même d'être culturellement approprié.

1. Obstacles liés à l'attitude La façon dont une personne est prédisposée aux interactions interpersonnelles détermine également sa capacité à communiquer avec les autres. Les introvertis aiment qu'on les laisse tranquilles et évitent donc la plupart des communications verbales et des contacts physiques. Cependant, ils peuvent exceller dans les communications à distance, comme le chat en ligne.

Et puis il y a les types de personnalité qui sont sociaux ou collants. Bien sûr, il existe des types de personnalité qui peuvent être perçus comme brusques et inconsidérés ou égoïstes et dominateurs. Tous ces éléments peuvent influer sur votre façon de communiquer avec les gens. Dans certaines conditions, ils peuvent même vous empêcher de faire passer votre message correctement.

1. Barrières organisationnelles Cette barrière est généralement observée dans les endroits où il existe une structure organisationnelle. Voici un scénario : avez-vous déjà voulu parler à une personne, mais vous avez hésité parce qu'elle a un ou plusieurs rangs de plus que vous dans l'organigramme de l'entreprise ?

C'est un obstacle organisationnel.

Ou si vous vouliez dire quelque chose à une personne mais que vous ne pouviez pas le faire parce que le protocole de l'entreprise exige que vous ne divulguiez pas d'informations sensibles aux personnes qui se trouvent plus bas dans l'organigramme ? Il s'agit là d'un obstacle organisationnel.

Il est vrai que de nombreuses entreprises suppriment la rigidité des organigrammes et utilisent une ligne de communication plus transparente entre les personnes, quelle que soit leur position. Cela signifie que la mesure dans laquelle la structure de l'organisation peut entraver la communication dépend largement de la culture de ce groupe.

Un rappel important : Bien que ces obstacles soient répandus, cela ne signifie pas que vous devrez les affronter tous les sept au cours de votre vie. Si vous êtes la personne qui n'a jamais voyagé dans un autre pays, vous n'avez peut-être jamais eu de problème de barrière linguistique. Et si vous savez comment les contourner, les barrières physiques ne seront peut-être même pas un problème pour vous.

En outre, l'ampleur des problèmes auxquels une personne est confrontée est différente de celle d'une autre personne. Vos barrières psychologiques peuvent être mineures par rapport à celles d'une autre personne, mais vous pouvez avoir plus de problèmes à gérer les barrières organisationnelles que ceux qui vous entourent.

Le fait est que connaître les obstacles auxquels vous devez faire face dans vos compétences en communication est la clé pour trouver une solution créative aux problèmes qu'ils peuvent poser.

Démystifier certaines idées fausses Comme pour toute autre compétence, il est facile de construire ses compétences en communication sur de mauvaises bases. Ces bases reposent sur certaines idées fausses concernant l'art de transmettre vos pensées et vos sentiments aux autres ou de les percevoir. Nous devons donc corriger ces informations erronées afin de procéder correctement.

Mythe 1 : les compétences d'écoute ne sont pas nécessaires Ce mythe repose sur l'idée que la communication consiste simplement à transmettre vos pensées et vos idées à une autre personne et rien d'autre. En tant que tel, il vous suffit d'apprendre à formuler votre message pour être un bon communicateur.

Mais la vérité est que cela ne fait de vous qu'un bon parleur, pas un communicateur. L'écoute est une compétence essentielle à acquérir, car elle vous aide à formuler vos mots en fonction de la façon dont les gens se sentent ou vont très probablement recevoir votre message. En fait, une bonne capacité d'écoute vous aide à affiner votre message et à le faire résonner auprès de votre interlocuteur.

Mythe 2 : Partager des informations est la même chose que communiquer La vérité est que la communication est toujours un dialogue, et non un monologue. Cela signifie que plus d'une personne est impliquée et qu'il faut s'attendre à un va-et-vient de réponses si l'on veut qualifier une interaction de conversation.

En tant que telle, la communication se concentre sur les deux côtés entre les participants, ce qui signifie qu'un accent considérable est mis sur la façon dont vous pouvez maintenir une conversation saine avec les gens. En d'autres termes, votre capacité à lire les signaux non verbaux, à traiter les réponses et à adapter votre façon de parler en conséquence sont des compétences cruciales pour devenir un meilleur communicateur.

Mythe 3 : Vous ne devez partager le message que d'une seule façon pour un effet optimal Voici ce qu'il en est des humains : ils ne saisiront pas tout de suite ce que vous essayez de dire. Cela dépend des barrières qu'ils ont involontairement érigées pour eux-mêmes et qui empêchent le traitement correct d'un tel message.

En conséquence, vous devez trouver des moyens de faire en sorte que votre message atteigne un grand nombre de personnes. Pour ce faire, vous devez trouver les bonnes plates-formes où diffuser votre message ainsi que le type de forme qu'il prendra. Par exemple, si vous avez un bon discours, vous pouvez le convertir en texte pour une lecture facile ou en faire un complément à une conférence.

C'est à vous de trouver comment faire en sorte que votre message reste éternel le plus longtemps possible. Et, heureusement pour vous, il existe des moyens de convertir votre message d'un format à un autre (nous y reviendrons plus loin).

Mythe 4 : La communication constante est toujours une bonne chose Bien sûr, parler régulièrement est un moyen d'améliorer vos compétences. Après tout, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Cependant, comme pour toute chose, le meilleur indicateur de votre amélioration en tant que communicateur n'est pas la quantité, mais la qualité. Il y a beaucoup de gens qui parlent beaucoup sans rien dire de significatif. Et puis il y a ceux qui disent des choses importantes mais qui ne cessent de les répéter.

La fréquence est également un élément que vous devez prendre en compte pour transmettre votre message. Si vous le répétez trop souvent, il risque de vous ennuyer ; si vous le répétez peu, il n'aura pas d'impact. La bonne quantité de répétitions pour votre message, tout en gardant une forme suffisamment variée, devrait contribuer à ce que ce que vous essayez de dire reste dans l'esprit des auditeurs aussi longtemps que possible.

Les erreurs de communication (et comment éviter de les commettre) La communication est considérée comme une compétence. Cela signifie simplement que la compétence est mieux évaluée non pas par des moyens conceptuels et abstraits, mais par une application réelle.

Et c'est là que réside le problème. Avec l'application vient la tendance à faire des erreurs, et les humains sont particulièrement connus pour leur tendance à commettre des erreurs. En matière de communication, ces erreurs peuvent être substantielles ou formelles, mais elles affecteront très probablement vos interactions de manière négative. Il est donc crucial de les identifier si vous voulez améliorer vos compétences.

1. Ne pas vraiment écouter L'erreur la plus courante en matière de communication est de fournir le strict minimum d'efforts tout en donnant l'impression d'être attentif. Lorsque quelqu'un vous parle, vous êtes peut-être occupé à consulter votre téléphone, à écrire quelque chose ou à regarder la télévision. Pire encore, votre esprit s'égare ailleurs, de sorte que tout ce qui vous est transmis n'est même pas enregistré dans votre cerveau.

Cette situation est problématique à deux égards. Premièrement, la personne qui vous parle se sent invalidée, car vous ignorez involontairement ce qu'elle essaie de vous transmettre. Deuxièmement, vous ne percevez pas les signaux non verbaux importants, ce qui vous fait courir le risque de mal interpréter la situation et de donner une réponse inappropriée.

Le seul remède consiste à accorder toute votre attention à votre interlocuteur, ce qui est l'une des compétences cruciales que vous apprendrez plus tard.

1. Interrompre l'orateur Nous l'avons tous fait. Combien de fois avez-vous interrompu une personne au milieu d'une phrase parce que vous pensiez savoir ce qu'elle allait dire ensuite ? Par exemple, une personne peut être en train de vous raconter ce qui vient de lui arriver, mais vous l'interrompez et lui dites Venez-en au fait !. C'est plutôt impoli, et cela stoppe l'élan que l'orateur est en train de prendre.

Une chose encore pire que vous pourriez faire est d'interrompre l'orateur et d'interjeter votre propre histoire. Non seulement vous avez coupé l'élan de l'histoire, mais vous avez également détourné l'attention de l'orateur vers vous.

Interrompre une personne au milieu d'une phrase est souvent considéré comme un coup de force, mais c'est en fait un geste plutôt discourtois. Le résultat final est que vous invalidez la personne, comme si vous lui disiez subtilement que ce qu'elle essaie de dire n'a pas d'importance.

Il est possible de remédier à cette situation en faisant preuve d'un peu de courtoisie. Vous devez savoir quand une personne a cessé de parler, ce qui vous indique qu'il est temps de répondre.

1. Supposer le message Cela se produit souvent entre amis car cette erreur dépend de la façon dont vous connaissez l'autre personne pour agir et penser. Lorsqu'une personne essaie de parler, notre esprit est déjà en train de formuler des hypothèses sur ce qu'elle essaie de vous transmettre ou, à tout le moins, sur ses intentions.

Le plus souvent, cette supposition est fausse. Cependant, cela ne devient un problème que si vous rendez cette supposition manifeste en commettant l'erreur numéro deux ou en donnant une mauvaise réponse.

Lorsque l'on suppose ce qu'une personne essaie de dire, on passe à côté du véritable message de cette personne. Le maintien d'un état d'esprit ouvert et curieux à l'égard de l'orateur et de son message devrait résoudre ce problème.

1. Souligner les noms incorrects Cela peut vous surprendre, mais les noms que vous utilisez dans votre message peuvent être déterminés par le ton de ce message. Disons que vous essayez d'aborder un problème devant votre équipe.

Le plus souvent, vous utiliserez le substantif vous, de sorte que tout ce que vous allez dire ensuite s'apparente à Vous n'avez pas fait ceci, Vous auriez dû faire cela ou Vous avez fait ceci.

Les déclarations vous sont souvent inconfortables à écouter car elles ressemblent à des attaques personnelles. Les auditeurs se forgent alors des connotations négatives sur ce que vous essayez de leur dire, ce qui entraîne une mauvaise communication.

Il est nécessaire de faire preuve d'une plus grande prudence dans l'utilisation de vos mots. Au lieu d'utiliser des déclarations vous, vous devriez utiliser je et nous. Ces deux derniers termes sont plus inclusifs et tendent vers la responsabilité personnelle. Grâce à eux, vous pouvez atténuer le choc de tout message que vous essayez de transmettre, en particulier les messages sérieux.

1. Réagir sous le coup de l'émotion Les émotions sont utiles pour s'assurer que vous adaptez vos réponses en fonction de la situation. Mais que se passe-t-il si vous laissez vos émotions vous submerger ? Le plus souvent, vous allez dire des choses que vous ne pensez pas et que vous regretterez plus tard.

Il y a eu beaucoup trop de cas de personnes disant des choses qui entraînent de graves conséquences interpersonnelles, simplement parce qu'elles étaient tristes, en colère ou désemparées. Une compétence cruciale que vous devrez donc développer est de laisser vos émotions vous traverser tout en choisissant les bons mots à dire en réponse à toute personne qui vous parle.

La clé ici est de ne rien dire lorsque vos émotions sont à leur comble. Par exemple, si vous êtes extrêmement en colère, il est préférable de laisser la colère vous envahir avant de faire quoi que ce soit. Vous pouvez même exprimer vos frustrations, mais veillez à ne pas les déverser sur quelqu'un que vous ne voudriez pas entendre fulminer.

Et, bien sûr, un peu de retenue peut être très utile. Même si vous avez un compte sur les médias sociaux, ne l'utilisez pas comme un journal intime où vous canalisez votre colère. Les choses dites en ligne ont tendance à revenir et à causer de sérieux dommages à votre crédibilité.

1. Mauvaise interprétation Le plus souvent, les êtres humains ne parviennent pas à interpréter correctement les messages. Peut-être est-ce dû aux obstacles énumérés ci-dessus, peut-être est-ce dû à notre état émotionnel au moment de recevoir le message, peut-être est-ce dû à notre manque d'habileté à percevoir les différentes nuances d'un message.

Quoi qu'il en soit, nous percevons le message d'une manière qui n'est pas celle voulue par l'orateur. Ce phénomène est encore plus répandu avec la technologie moderne, lorsque d'autres éléments comme la voix, le ton et les indices non verbaux sont supprimés. Même la capacité à détecter le sarcasme et la condescendance est plus difficile avec l'Internet de nos jours.

Ce problème est souvent évité si vous prêtez toute votre attention à ce qui vous est adressé. Cela implique plus qu'une simple écoute, car vous devez analyser ce qui est dit, la manière dont c'est dit et les autres messages non verbaux qui l'accompagnent.

Rien ne garantit que vous percevrez le message correctement à 100 %, selon la situation. Cependant, vous pouvez être certain que votre réponse sera mieux informée si vous prenez le temps d'écouter et d'analyser.

1. Être vague Cela répond peut-être au besoin de ne pas offenser accidentellement les autres de nos jours, mais devenir trop vague ou subtil dans votre communication est un style plutôt inefficace. La raison en est que le flou laisse toujours une grande place à l'interprétation.

Un exemple trop courant est celui d'une personne qui se sent contrariée et qui publie quelque chose de plutôt vague sur Facebook. Lorsqu'on nous presse de donner plus de détails, nous parlons en des termes aussi vagues que possible. Dans certains cas, nous utilisons un ton passif-agressif pour masquer le fait que ce qui s'est passé nous a atteint au niveau émotionnel.

Si vous ne faites pas attention, vous pouvez finir par avoir des interprétations très différentes de quelque chose qui aurait pu être simplement compris. Pire encore, on peut avoir l'impression de parler sans rien dire.

Le seul remède ici est de ne pas tourner autour du pot. Soyez aussi direct que possible tout en maintenant un niveau de courtoisie dans la façon dont vous transmettez vos pensées et vos sentiments. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les gens lisent dans vos pensées, alors n'en faites pas une condition pour converser avec vous.

1. Ne pas tenir compte des différences culturelles Même si les deux parties parlent le même niveau d'anglais, il existe d'infimes différences dans la façon dont elles expriment leurs pensées et leurs sentiments. Les conversations interculturelles sont souvent difficiles car tout le monde ne donne pas les mêmes signaux verbaux. Selon la région, un mot n'a même pas la même signification.

L'anglais américain et l'anglais britannique en sont un bon exemple. Pour commencer, les deux ont des ensembles différents d'expressions idiomatiques et de termes familiers. Ensuite, ils ont des tonalités et des approches différentes, les Britanniques étant perçus comme plus formels et verbeux, tandis que les Américains sont perçus comme secs et simples.

Dans un cas comme dans l'autre, le fait de ne pas tenir compte des différences essentielles dans l'utilisation des termes, la structure des phrases et les indices non verbaux peut entraîner une mauvaise communication entre les parties.

Là encore, la solution consiste à rendre les choses aussi simples que possible. Utilisez un niveau de langue utilisé par tous et essayez de ne pas impressionner les autres avec des mots avancés ou des expressions idiomatiques qui ne sont pas utilisés par le grand public. Le but de la communication, après tout, est d'exprimer et non d'impressionner.

1. L'ad hominem Lorsque vous n'aimez pas ce que dit une personne, la chose la plus courante que font les humains est d'attaquer le messager. Cela se produit souvent lors de débats informels, lorsque la personne commence à chercher des défauts observables chez la personne au lieu d'un quelconque défaut logique dans son argument.

La raison en est assez simple :

les défauts de caractère sont faciles à repérer et peuvent faire dérailler une conversation par ailleurs bien structurée avec un effort minimal. D'autre part, c'est un signe révélateur que vous n'avez plus rien de valable à offrir au dialogue.

C'est pourquoi nous entendons souvent des phrases telles que Vous n'êtes qu'un partisan de (insérer le nom du politicien ici) ! ou Pourquoi devrais-je écouter un (insérer le parti politique/la race/le statut social ici) ? lancées facilement par les gens de nos jours. C'est une façon de mettre fin à une conversation difficile, mais qui ne contribue en rien à améliorer votre crédibilité en tant qu'interlocuteur.

La seule façon d'éviter de commettre une erreur de ce genre est de vous en tenir aux faits contenus dans le message. Assurez-vous que vos arguments répondent à ce qui vous a été adressé et ne sont pas simplement hostiles par défaut. Vous devez réaliser que vous pouvez ne pas être d'accord avec la personne sur le principe, mais que vous pouvez au moins respecter ses opinions tout en présentant les vôtres d'une manière qui ne soit pas offensante pour tous.

Et en parlant de conversations difficiles....

1. Dévier ou retarder Lorsque nous devons aborder des sujets difficiles, nous commettons souvent l'erreur de prolonger la conversation aussi longtemps que possible. Peut-être préférez-vous ne pas être interrogé sur quelque chose que vous avez fait ou dont vous avez connaissance. Ou peut-être ne trouvez-vous pas les mots pour dire aux autres ce qu'ils n'aimeraient pas entendre.

Dans ce cas, vous vous éloignez du sujet pour ne pas vous retrouver dans une position où vous seriez le porteur de mauvaises nouvelles. Le problème, cependant, est que cela ne fait qu'empirer les choses à long terme.

Une gestion attentive de la tension est essentielle pour dire aux gens ce qu'ils doivent entendre sans créer de conflits ni nuire aux relations. Un peu de tact et un bon choix de mots vous aideront également dans ce domaine.

Le timing est également nécessaire pour délivrer votre message. Vous ne devez pas attendre trop longtemps pour annoncer la nouvelle, mais vous ne devez pas non plus vous précipiter avant d'avoir confirmé toutes les informations. Ainsi, vous pourrez élaborer un message qui sera reçu par tous de la meilleure façon possible.

D'une manière ou d'une autre, vous ne devez pas dissimuler des informations pour protéger les sentiments des autres au détriment de la vérité. De la manière la plus réfléchie et la plus diplomatique possible, bien sûr.

En bref Il est indéniable que le chemin du message, de sa source à son auditeur, est parsemé de nombreux obstacles. Ces obstacles n'empêchent pas exactement le message d'être reçu, mais ils affectent la façon dont la personne qui le reçoit y répond.

Heureusement, la plupart de ces obstacles, erreurs et autres barrières à une communication efficace peuvent être abordés et corrigés. Cela signifie qu'avec de l'entraînement, vous pouvez lentement corriger les défauts dans votre façon de communiquer et vous empêcher de commettre les erreurs énumérées ci-dessus. À condition, bien sûr, de vous engager à améliorer constamment vos compétences en communication.

L'art de l'écoute active Étonnamment, l'un des outils les plus importants que vous devez développer dans vos compétences en communication n'est pas votre bouche. Il s'agit de ces deux choses qui se trouvent de part et d'autre de votre tête.

Le concept d'écoute semble plutôt simple et direct. Tout ce que vous devez faire, c'est recevoir les ondes sonores provenant de la bouche d'une personne et faire en sorte que votre cerveau interprète ce que ces ondes véhiculent. Ainsi, tant que vous disposez d'un ensemble d'oreilles parfaitement saines (et propres), vous êtes assuré d'être un bon auditeur.

Mais il est souvent difficile d'écouter véritablement, c'est-à-dire de saisir l'essence de ce que l'autre personne vous dit. Après tout, les conversations sont délicates, car elles sont pleines de nuances, de sous-entendus, d'indices non verbaux et d'autres messages cachés. Et certains sujets sont difficiles à interpréter si vous ne leur accordez pas toute votre attention.

C'est dans ces moments-là que vous devez apprendre à comprendre une personne, même si elle n'est pas sûre de ce qu'elle essaie de vous dire. C'est là que vous appliquerez ce que l'on appelle l'écoute active.

Qu'est-ce que l'écoute active exactement ?

L'explication la plus élémentaire de l'écoute active est qu'il s'agit du type d'écoute qui implique l'utilisation de toute sa concentration. L'objectif de ce type d'écoute est de comprendre la personne qui délivre le message.

Par comprendre, on entend approfondir le message et découvrir ce qu'il essaie de dire exactement. Cela ne comprend pas seulement les mots qu'elle utilise, mais aussi les émotions et le langage corporel qui les accompagnent.

En utilisant ce type d'écoute, vous êtes censé former la réponse la plus appropriée à ce qui vient de vous être dit. En même temps, vous avez plus de chances de vous souvenir pleinement de ce que vous venez d'écouter.

L'écoute active part du principe qu'elle ouvre la voie à un échange clair de pensées et de sentiments. Cela augmente les chances que vous parveniez à comprendre chaque personne impliquée dans une même conversation.

L'un des éléments clés nécessaires à l'écoute active est l'empathie. Il s'agit de la capacité à voir les choses du point de vue des autres, même si vous n'êtes pas d'accord avec eux sur le principe.

Grâce à cette qualité, l'écoute active est rendue possible, notamment dans trois domaines critiques.

1. Compréhension empathique L'aspect le plus fondamental de la compréhension active consiste simplement à écouter tout en essayant de percevoir les choses de la même façon que l'autre personne les perçoit. En fait, vous dites subtilement à la personne que vous comprenez ce qu'elle dit et que vous comprenez aussi ce qu'elle veut dire et ce qu'elle ressent en ce moment.

1. Écouter sans être d'accord Si vous comprenez le point de vue de cette personne, cela signifie-t-il que vous devez être d'accord avec elle ? Non. Cela signifie simplement que vous comprenez maintenant son point de vue et que vous pouvez formuler une réponse qui le contrebalance sans lui manquer de respect sur le plan personnel.

En fait, vous pouvez maintenant partager votre point de vue avec tact tout en respectant les différences entre les deux points de vue.

1. La volonté d'écouter Cet aspect couvre votre volonté d'écouter ce qu'une personne dit sans aucune distraction. Il s'agit de la partie la plus difficile car de nombreuses distractions peuvent vous empêcher d'écouter pleinement cette personne. Cela inclut votre emploi du temps chargé et les appareils dont vous vous entourez.

Il faut également combattre toute envie de faire semblant d'écouter. Non seulement c'est impoli, mais cela va à l'encontre du concept de base de l'écoute active d'une autre personne. Si vous le faites trop souvent, vous courez le risque de nuire à vos relations, personnelles ou autres.

Les étapes de l'écoute active L'écoute active est une compétence, ce qui signifie que vous devez la développer au fil du temps. Pour ce faire, voici quelques étapes qui vous aideront à devenir un auditeur actif et efficace.

1. Contact visuel Lorsque vous parlez à une personne et que vous faites tout votre possible pour éviter de croiser son regard, c'est un signe révélateur que vous n'accordez pas toute votre attention à la conversation. Il peut s'agir de vérifier constamment votre montre ou votre téléphone, de balayer la pièce du regard ou de regarder par la fenêtre.

La plupart des pays occidentaux considèrent le contact visuel comme une base essentielle de la communication active. C'est très important car certaines conversations peuvent prendre un certain temps avant d'être terminées. Si vous n'êtes pas à l'aise pour fixer votre interlocuteur dans les yeux, vous invitez toutes les envies de vous lever et de bouger.

Par conséquent, lorsqu'une personne vous parle, posez tout ce qui n'est pas nécessaire. Si vous tapez quelque chose sur votre ordinateur, arrêtez. Si vous écrivez quelque chose, arrêtez. Si vous êtes en train de manger, pour le bien de la conversation et pour éviter de vous étouffer avec votre nourriture, arrêtez.

Mais que faire si la personne ne veut pas établir de contact visuel ? Il existe certaines cultures où le contact visuel est soit déconseillé, soit subtilement déconseillé. C'est notamment le cas de certaines régions d'Asie et du Moyen-Orient.

Si l'autre personne a du mal à établir un contact visuel, laissez-la faire. Restez concentré sur votre regard pour verrouiller votre attention sur la conversation en cours.

1. Détendez-vous Il y a une différence entre établir un contact visuel et regarder fixement la personne. Vous pouvez toujours détourner le regard et rester attentif à ce qui vous entoure, car c'est un instinct humain fondamental.

Être attentif peut signifier beaucoup de choses. Il s'agit d'être présent au moment présent et d'accorder la majeure partie, voire la totalité, de votre attention à l'objet qui se trouve devant vous.

L'objectif est de rester activement concentré tout en faisant abstraction de toutes les distractions, comme le bruit et l'activité, en arrière-plan. Enfin, ne vous laissez pas distraire par vos sentiments, vos préjugés et autres pensées intérieures. Votre esprit doit être suffisamment ouvert pour laisser passer les informations de la conversation afin que vous puissiez répondre de manière appropriée.

Et en parlant de votre état d'esprit... 1. Un esprit ouvert Il est souvent dans la nature humaine de noter mentalement les traits distinctifs et les manières de la personne lorsqu'elle vous parle. Par exemple, si la personne dit quelque chose d'incrédule, votre esprit prend immédiatement une note mentale du type c'était une chose stupide à dire, suivie d'un haussement instinctif des sourcils.

Ou si la personne a une distraction visible sur son visage, comme un grain de beauté sur la joue ou un morceau de laitue entre les dents ? Vos yeux s'y dirigeront immédiatement, et votre attention se portera alors sur la faute et non sur le messager.

D'une manière ou d'une autre, se livrer à des critiques mentales au milieu d'une conversation entravera votre capacité à écouter efficacement l'autre personne. Vous devez donc écouter sans tirer de conclusions hâtives.

N'oubliez jamais que la personne, malgré ses erreurs, fait de son mieux pour transmettre ce qu'elle pense et ressent. Si vous n'écoutez pas, vous n'obtiendrez jamais ce qu'elle veut vraiment vous dire.

C'est également à ce stade que vous devez corriger votre tendance à accélérer la personne pour qu'elle termine sa narration. Vous êtes peut-être le type de personne qui veut accélérer les conversations ou qui est simplement ennuyé par les gens qui tournent autour du pot. Quoi qu'il en soit, ne coupez pas la parole à votre interlocuteur pour qu'il puisse en venir au fait à son propre rythme.

1. Visualisez La meilleure façon de retenir et de traiter les informations dans votre cerveau est de convertir ces informations en une sorte d'image mentale. Il peut s'agir d'une séquence d'éléments abstraits formant un récit ou même d'une image mentale réelle, mais l'image vous aide à rester concentré sur ce que dit la personne.

C'est très important, surtout si la personne vous raconte les événements qui ont mené à un incident. Cette narration peut durer plusieurs phrases et paragraphes, ce qui prend du temps à se condenser dans votre cerveau sans aide mentale.

Votre image mentale peut être une séquence d'images mentales, des choses abstraites ou même des mots-clés. L'essentiel est qu'elle vous aide à formuler ce que vous allez dire ensuite.

Mais voici l'essentiel : pendant que vous écoutez, vous ne devez pas passer une seule fraction de votre temps à planifier ce que vous allez dire ensuite. L'esprit n'est pas conçu pour écouter et répéter en même temps votre réponse en interne. Pendant que vous écoutez, votre seule et unique attention doit se porter sur ce que l'autre personne dit, même si c'est plutôt ennuyeux.

1. Évitez les interruptions Quand nous étions jeunes, on nous a probablement appris qu'il est plutôt impoli d'interrompre les gens qui parlent. En dépit de ce que les médias modernes vous disent (c'est-à-dire qu'il est bon d'avoir un comportement agressif et conflictuel), être impoli et odieux au cours d'une conversation entraînera toujours un rabaissement agressif, verbal ou autre.

Lorsque vous interrompez une personne, vous pouvez transmettre de nombreux messages, notamment Mon histoire est plus importante que la vôtre ou Je n'ai pas de temps à vous consacrer. Ce que vous devez comprendre, c'est que les gens pensent et ressentent à des rythmes très différents.

Cela signifie que c'est à vous qu'il incombe de vous adapter au rythme de votre interlocuteur.

Et même si vous ne le souhaitez pas, vous pouvez être un interrupteur si vous avez tendance à apporter une solution lorsqu'elle n'est pas sollicitée. Pensez-y de cette façon : si cette personne cherche votre conseil, elle le demandera volontiers une fois son récit terminé.

Dans le cas contraire, abstenez-vous de donner des conseils non sollicités. Le plus souvent, les gens veulent simplement une personne qui les écoute, et non une solution. Mais si vous avez une

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Techniques de communication

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs