Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Aimer sans perdre sa liberté
Aimer sans perdre sa liberté
Aimer sans perdre sa liberté
Livre électronique241 pages3 heures

Aimer sans perdre sa liberté

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

«Toute vie affective, quelle qu’elle soit, repose essentiellement sur la sa- tisfaction des besoins d’amour et de liberté, sans quoi la relation dégénère progressivement et ne connaît jamais l’accomplissement. Ces deux besoins fondamentaux et siamois sont à la relation ce que la lumière et l’eau sont à la fleur. Ils en assurent la vie, la durée et l’épanouissement. »
Ce livre a été écrit spécialement pour tous les amoureux du monde, pour les couples, pour ceux qui éprouvent un grand besoin d’amour et une soif énorme de liberté. Il s’adresse particulièrement à tou- tes ces personnes qui hésitent à s’engager dans une vie amoureuse par crainte de perdre leur précieuse liberté d’être ce qu’elles sont, cette liberté de vivre en accord avec leurs valeurs et leurs priorités.
Le présent ouvrage contient des éléments susceptibles de guider concrètement et efficacement ceux qui veulent vivre intensément sans se perdre dans l’être aimé. Le lire, c’est se donner la possibilité d’accéder à un amour profond, durable et authentique sans sacrifier sa liberté.
« Je crois qu’il y a au cœur de chaque être vivant une énergie créatrice puis- sante, un principe de vie immatériel, une force illimitée que nous pouvons appeler du nom qui nous convient, Dieu, Amour, Soi ou Présence, et qui agit de l’intérieur quand nous entrons en contact avec elle. »
LangueFrançais
Date de sortie20 juil. 2012
ISBN9782897210229
Lire l'aperçu
Auteur

Colette Portelance

Thérapeute Non Directif Créateur et pédagogue, le docteur Colette Portelance est diplômé en Sciences de l’Éducation de l’Université de Montréal et de l’Université de Paris. Auteur et conférencière réputée, elle a créé l’ensemble des programmes de formation professionnelle du Centre de Relation d’Aide de Montréal Inc. et de l’École Internationale de Formation à l’ANDC Inc. dont elle est la cofondatrice. Thérapeute chevronnée, elle a développé ses propres conceptions psychopédagogiques et psychologiques de la relation d’aide qu’elle a élaborées dans la création d’une nouvelle approche: l’Approche non directive créatrice (ANDC), approche qu’elle développe dans ses nombreux ouvrages. Spécialiste de la communication et des relations humaines, Colette Portelance est connue et reconnue pour son authenticité, son respect profond de la personne et sa grande capacité à favoriser l’exploitation des ressources personnelles et professionnelles.

En lire plus de Colette Portelance

Lié à Aimer sans perdre sa liberté

Livres associé

Catégories liées

Avis sur Aimer sans perdre sa liberté

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Aimer sans perdre sa liberté - Colette Portelance

    Amomis.comAmomis.com

    Version ePub réalisée par:

    www.Amomis.com

    Amomis.comAmomis.com

    Relation d’aide et amour de soi

    Approfondissez vos relations intimes par la communication authentique

    Éduquer pour rendre heureux

    La liberté dans la relation affective

    Vivre en couple et heureux, c’est possible

    Aimer sans perdre sa liberté

    La guérison intérieure, un sens à la souffrance

    La guérison intérieure par l’acceptation et le lâcher-prise

    Les 7 étapes du lâcher-prise

    3 grands secrets pour réussir votre vie amoureuse

    Amomis.comAmomis.com

    Les Éditions du CRAM

    1030 Cherrier, bureau 205,

    Montréal, Qc. H2L 1H9

    514 598-8547

    www.editionscram.com

    Révision et correction linguistique

    Roselyne Desforges

    Conception graphique

    Alain Cournoyer

    Photographie de l’auteure

    Laforest et Sabourin

    Source photographique (couverture)

    © artjazz - Fotolia.com

    II est illégal de reproduire une partie quelconque de ce livre sans l'autorisation

    de la maison d'édition. La reproduction de cette publication, par quelque

    procédé que ce soit, sera considérée comme une violation du droit d'auteur.

    Dépôt légal — 2e trimestre 2012

    Bibliothèque et Archives nationales du Québec

    Bibliothèque nationale du Canada

    Copyright © Les Éditions du CRAM inc.

    Nous reconnaissons l'aide financière du gouvernement du Canada

    par l'entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d'édition.

    Gouvernement du Québec – Programme de crédit d'impôt

    pour l'édition de livres – Gestion SODEC.

    Image 03

    Distribution au Canada : Diffusion Prologue

    Distribution en Europe : DG Diffusion (France) ;

    Caravelle S.A. (Belgique) ; Transat Diffusion (Suisse)

    Livres numériques : ANEL - De Marque http://vitrine.entrepotnumerique.com

    Catalogage avant publication de Bibliothèque et

    Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

    Portelance, Colette, 1943-

    Aimer sans perdre sa liberté

    Nouv. éd. rev. et augm.

    (Collection Psychologie)

    Comprend des réf. bibliogr.

    ISBN Imprimé 978-2-923705-35-4 Numérique 978-2-923705-51-4

    1. Autonomie (Psychologie). 2. Amour. 3. Relations entre hommes et femmes. I. Titre. II. Collection: Collection Psychologie (Éditions du CRAM).

    BF575.A88P672 2012   158.2’4    C2012-940881-6

    Table des matières

    Introduction

    Chapitre 1 : Amour, liberté, relation

    Chapitre 2 : La liberté d’être soi

    Chapitre 3 : La liberté sans le pouvoir sur les autres

    Chapitre 4 : La liberté par le pouvoir sur soi

    Chapitre 5 : La liberté et le besoin de l’autre

    Chapitre 6 : La liberté et l’engagement

    Chapitre 7 : La liberté, le plaisir et la discipline

    Chapitre 8 : La liberté de choisir

    Chapitre 9 : La liberté de composer avec ses émotions

    Conclusion

    À mes enfants, Marie, Guillaume, David et Antoine, que j’aime profondément et que j’admire pour leur recherche constante d’amour authentique dans le respect de leur liberté et à tous ceux qui, comme eux, veulent aimer sans perdre leur liberté

    Introduction

    Toute ma vie, du plus loin que je me souvienne, j’ai cherché à satisfaire mes inassouvissables besoins d’être aimée et d’être libre dans mes relations familiales, amicales et surtout amoureuses. À cause de la souffrance que j’y ai éprouvée, mes premières expériences relationnelles ont cultivé en moi la croyance profonde en l’impossibilité absolue de trouver en même temps l’amour et la liberté dans la vie affective. J’ai longtemps cru qu’il me fallait choisir entre la relation amoureuse pour combler mon besoin d’amour ou le célibat pour préserver ma liberté. Vivre seule et être libre ou vivre à deux et être aimée. Tel était le choix ultime. Cependant je me sentais incapable de prendre cette décision, car j’avais désespérément besoin de ces deux énergies fondamentales pour vivre heureuse et pour être psychiquement équilibrée.

    J’ai mis du temps à comprendre que mes déchirements venaient en grande partie du fait que, pour être aimée, je donnais inconsciemment aux autres le pouvoir de m’enlever la liberté d’être moi-même. Je me maintenais dans un emprisonnement psychique en refoulant non seulement mes émotions et mes besoins, mais aussi mes potentialités créatrices.

    Parce que j’ai appris dans ma famille à tirer un apprentissage de chacune de mes difficultés et de chacun de mes problèmes, mon expérience personnelle a été ma meilleure école de formation. Grâce à cette riche expérience affective, j’ai pu colliger les éléments humains essentiels pour entreprendre la rédaction de cet ouvrage. Aimer sans perdre sa liberté se veut donc surtout le résultat de mon parcours de femme, d’épouse, de mère, de fille et de professionnelle spécialisée dans le domaine des relations humaines et affectives. Ce livre traite des problèmes particuliers de la recherche insatiable de liberté dans la vie amoureuse. Il parle, avec le cœur, de relation, de pouvoir sur l’autre et sur soi, d’amour de l’autre et de soi, de choix, d’attachement, d’émotions, de besoins, de discipline et de plaisir. Il propose des outils pratiques, concrets, efficaces et réalistes pour ouvrir une à une les barrières de l’emprisonnement affectif que nous nous créons et qui nous empêchent d’être véritablement heureux quand nous aimons.

    Cet ouvrage s’adresse aux personnes aux prises avec des problèmes de contrainte, d’isolement, de limitation, de doute et d’impuissance dans leurs relations de couple. Il rejoint directement la réalité quotidienne de ceux et celles qui n’arrivent pas, malgré leur désir sincère d’y accéder, à connaître des relations amoureuses à la fois passionnantes et durables.

    Aimer sans perdre sa liberté n’est pas un livre qui traite d’amour libre et passager, mais un livre par lequel on apprend, par des exemples vécus, à satisfaire ses besoins d’amour profond et de liberté intérieure dans le contexte d’une relation amoureuse investie et engagée. Considérant le contexte de la réalité contemporaine qui ne conçoit plus d’amour sans liberté, il a le mérite de rendre accessible ce qui semble de plus en plus difficile à atteindre : une vie de couple réussie.

    Chapitre 1

    Amour, liberté, relation

    Toute vie affective, quelle qu’elle soit, repose essentiellement sur la satisfaction des besoins d’amour et de liberté, sans quoi la relation dégénère progressivement et ne connaît jamais l’accomplissement. Ces deux besoins fondamentaux et siamois sont à la relation ce que la lumière et l’eau sont à la fleur. Ils en assurent la vie, la durée et l’épanouissement.

    Amour, liberté, relation : trois réalités humaines indissociables et tellement profondes qu’il apparaît impossible de les définir sans réduire leur essence même et sans les priver de la totalité de leur nature véritable. Aussi, dans ce chapitre, pour situer le lecteur, je tenterai de leur donner le sens qui correspond au cadre de cet ouvrage, en demeurant consciente des limites des mots à rendre justice à l’illimité, à l’infini, à l’impénétrable qu’ils représentent.

    Amour

    Avant de donner une définition de l’amour, j’ai choisi de parler d’amour à partir de questions que se pose un jour ou l’autre toute personne impliquée dans une relation affective :

    Est-ce que j’aime vraiment ?

    Comment savoir si mon amour est profond ou superficiel, authentique ou artificiel, réel ou illusoire ?

    Pour répondre à ces questions, je comparerai l’amour véritable à un soleil. Pour communiquer son ardeur, il a nécessairement besoin des rayons de l’affection, de la tendresse, de l’attachement, de l’engagement, de la passion, du dévouement, de l’authenticité et de la complicité. Dans toute relation amoureuse et affective réussie, l’amour véritable repose toujours sur deux volets incontournables et aussi importants l’un que l’autre : l’amour de l’autre et l’amour de soi. La personne uniquement centrée sur elle-même ne connaîtra jamais le véritable amour. Par contre, celle qui s’oublie constamment pour satisfaire les besoins de l’être aimé se verra toujours privée du sentiment réel d’amour vrai et épanouissant.

    Aimer vraiment, c’est donc apprendre, par l’expérience de la vie, à conjuguer harmonieusement, dans une relation amoureuse, l’amour de soi et l’amour de l’autre dans un contexte où sont inlassablement nourris et entretenus l’attachement, l’affection, la tendresse, l’engagement, la passion, le dévouement, l’authenticité et la complicité.

    Seul un tel amour peut ouvrir les portes de la prison psychique dans laquelle sont enfermés ceux dont l’expérience affective a été source d’insatisfaction par manque de liberté.

    Liberté et relation

    Adolescente, j’étais convaincue que la véritable liberté résidait dans le fait de faire tout ce que je voulais, quand je voulais, où je voulais et avec qui je voulais. Inutile de dire que ma conviction m’a causé de nombreux affrontements avec mes parents, qui ne partageaient pas mon point de vue. Aussi, lorsqu’ils m’ont appris qu’ils m’avaient inscrite au pensionnat, j’ai réagi intensément. Je me suis retirée dans ma chambre et j’ai refusé de manger pendant trois jours. J’espérais ainsi qu’ils reviendraient sur leur décision. Ils n’ont pas bougé. J’ai dû me conformer à leur volonté. J’avais quatorze ans. J’ai été pensionnaire pendant six. À cette époque de ma vie, j’étais loin de me douter que je remercierais un jour mes parents pour leur ténacité.

    De nombreuses personnes sont malheureuses dans leurs relations amoureuses parce qu’elles conçoivent la liberté comme moi lorsque j’étais adolescente. Elles veulent « faire » ce qu’elles veulent. Une telle conception conduit inévitablement à la déception et à la souffrance parce qu’elle est illusoire, en ce sens qu’elle ne tient pas compte de l’autre.

    En fait, si, dans une relation amoureuse, chacun « fait » tout ce qu’il veut sans considérer aussi les besoins de l’être aimé, la relation n’existe tout simplement pas.

    C’est d’ailleurs à cette forme extérieure de la liberté que donnent priorité la plupart des dictionnaires, où on l’associe à l’absence de contrainte, de dépendance et d’engagement.

    Quand le Petit Robert définit la relation comme « un lien de dépendance ou d’influence réciproque entre des personnes », on pourrait déduire que la liberté et la relation sont incompatibles.

    Cela signifierait donc que la mère qui est en lien affectif avec son enfant, que l’homme qui vit une relation amoureuse et que celui qui s’attache à un ami ne sont pas libres. Il deviendrait donc impossible de parler de liberté dans ce contexte de relations affectives limité à la liberté extérieure, cette forme de liberté qui, comme le souligne Krisnamurti, consiste à « agir selon notre fantaisie¹».

    Bien sûr, cet aspect de la liberté n’est pas négligeable. Il est important, voire essentiel, dans le cadre de nos relations amoureuses, de jouir d’une certaine liberté d’action dans nos loisirs, nos comportements, notre vie personnelle et relationnelle. Cependant, si nous limitons notre conception de la liberté à ce seul aspect, s’ensuivra la croyance que la liberté dans une relation consiste à faire tout ce que nous voulons, quand nous le voulons et comme nous le voulons. Absolument irréaliste, cette conception de la liberté exclut toute possibilité de relation véritable. Elle devient l’expression d’un ego hypertrophié qui fait complètement abstraction des autres et de la réalité de la relation amoureuse, laquelle n’existe pas sans contraintes, sans interdépendance et sans engagement.

    Liberté et contrainte sont-elles incompatibles ?

    Pour comprendre ce qu’est la réalité de la relation amoureuse au sens où je l’entends, il faut savoir que la relation est l’établissement d’un lien entre deux personnes et qu’un lien sert précisément à unir, à rapprocher, à attacher. La relation amoureuse se caractérise donc par l’union, le rapprochement et l’attachement. En fait, elle est le pont qui relie deux rives, c’est à-dire deux personnes différentes. Ces deux personnes doivent s’engager dans la construction et l’entretien de ce même pont, sans lequel chacune d’elles ne pourrait rencontrer l’autre en profondeur.

    La relation affective comporte donc une contrainte fondamentale sans laquelle elle n’existerait pas. Cette contrainte consiste à créer de part et d’autre un lien, à le maintenir et à l’entretenir par l’investissement personnel réciproque. Les personnes concernées par ce processus relationnel doivent prendre cet engagement, sinon leur relation est destinée à l’insatisfaction, aux conflits ou à l’échec. Aucune liberté n’existe donc sans cette contrainte d’investissement réciproque.

    C’est donc irréaliste et utopique de définir la liberté par l’absence de contrainte, d’investissement et d’engagement. Une relation affective ne peut être empreinte de bonheur s’il n’y a qu’une seule personne qui s’occupe du pont, qui participe, s’engage et s’attache. Entrer dans une véritable relation, c’est emprunter un chemin sur lequel existent trois composantes indispensables qui ont toutes les trois besoin d’être constamment nourries : soi-même, l’autre et la relation. Sans cette dernière composante, symbolisée par le pont, il n’existerait que deux individus isolés chacun sur sa rive et entretenant l’illusion d’une plus grande liberté. Cette forme de liberté est fausse parce qu’elle est l’expression des peurs qui maintiennent en esclavage les protagonistes sur leur propre rive et les empêchent de satisfaire pleinement leur besoin, souvent inconscient, d’attachement.

    Toutefois, si la relation amoureuse n’existe pas sans contraintes, sans attachement et sans engagement, comment pouvons-nous y satisfaire le besoin profond de liberté qui nous habite tous ?

    Le besoin vital de liberté

    La liberté est, chez l’être humain, un besoin psychique fondamental, un besoin normal aussi fort et puissant que le besoin d’amour, de reconnaissance et de sécurité.

    Pour être aimés, reconnus, sécurisés et libres, nous développons un fonctionnement qui exerce un impact sur toutes nos relations amoureuses. Nous sommes d’ailleurs souvent déchirés entre tous nos besoins. Ces conflits internes nous font adopter, à notre insu, des comportements contradictoires et incohérents. Ceux-ci nous entraînent parfois vers des difficultés relationnelles chroniques. Nous cherchons alors uniquement à l’extérieur de nous-mêmes les réponses à nos questionnements et les solutions à nos problèmes. Dans notre recherche de liberté, nous ne nous rendons pas compte que nous nous emprisonnons, car la véritable liberté, celle qui nous permet de nous engager sans nous sentir étouffés, réside à l’intérieur de nous.

    La liberté dont il est question ici n’exclut cependant pas la peur et ne se limite pas à la seule dimension immatérielle. Il ne s’agit pas de cette sorte de liberté désincarnée dans laquelle la personne ne ressent plus ses émotions et ses besoins et se retrouve complètement détachée de la réalité pour se perdre dans la dépersonnalisation. Il ne s’agit pas non plus d’une liberté paradisiaque qui n’admet pas la souffrance et qui arrache l’être humain à sa vraie nature en lui retirant son corps, son cœur, son âme ou sa tête.

    La vraie liberté

    Quelle est alors cette sorte de liberté qui ne détrône pas le sentiment profond d’amour, mais qui, au contraire, l’entretient et le nourrit ? Que signifie l’expression « être libre » dans le contexte d’une relation amoureuse ?

    Être libre dans une relation amoureuse, c’est :

    être entièrement soi-même ;

    assurer la totale responsabilité de sa vie ;

    avoir le courage d’arrêter des choix, de prendre des décisions et d’en assumer les conséquences ;

    écouter et composer harmonieusement avec son monde intérieur.

    Il nous arrive tous, un jour ou l’autre, de croire que ce qui nous emprisonne dans nos relations amoureuses, ce sont les événements et surtout « l’autre ». En réalité, les véritables causes de notre sentiment de privation de liberté se situent ailleurs. Si nous nous sentons parfois limités, c’est d’abord parce que nous manquons d’authenticité et que nous donnons à l’être aimé tout le pouvoir sur notre vie en lui attribuant la responsabilité de nos besoins comme de nos problèmes, de nos malaises et de nos échecs.

    Une autre cause de notre perte de liberté quand nous aimons se situe dans notre résistance à faire des choix. Nous laissons les autres choisir à notre place et il en résulte pour nous un sentiment constant d’impuissance. Dans le cas où nous arrivons à choisir, nous perdons parfois notre sentiment de liberté quand nous n’assumons pas les conséquences de nos choix. Aussi sommes-nous prêts à choisir de vivre une relation amoureuse faite exclusivement de moments de plaisir. Dès qu’une douleur naît ou que nous devons assumer la contrainte de l’investissement, nous réagissons par la fuite, le blâme,

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1