Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La Magie Sexuelle (Traduit): Un traité pratique sur la science occulte des sexes

La Magie Sexuelle (Traduit): Un traité pratique sur la science occulte des sexes

Lire l'aperçu

La Magie Sexuelle (Traduit): Un traité pratique sur la science occulte des sexes

évaluations:
4.5/5 (4 évaluations)
Longueur:
198 pages
2 heures
Sortie:
28 juin 2021
ISBN:
9791220819671
Format:
Livre

Description

Introduction

I. Sorcellerie et amour

II. La sorcellerie dans les couvents

III. Le sang dans la magie

IV. Le plan astral

V. Le festival des sorcières du samedi

VI. Talisman d'amour

VII. Une force inconnue

VIII. La magie sexuelle

QUATRE MOTS DE L'ÉDITEUR

AB IMO PECTORE

I. De la condition paradisiaque

II. La magie naturelle

III. Précepteur magique

IV. L'acte sexuel

V. La copule magique

VI. Trois opérations mystérieuses

Note
Sortie:
28 juin 2021
ISBN:
9791220819671
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à La Magie Sexuelle (Traduit)

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

La Magie Sexuelle (Traduit) - Arturo Kremer

inizio01

Introduction

ACertains lecteurs, peut-être surpris par le titre dramatique de cet ouvrage, se demanderont : "Magie sexuelle ? De quelle magie peut-il s'agir ? Nous avions entendu parler de magie naturelle, de magie noire, de magie blanche et de magie de diverses couleurs, mais nous n'avions pas entendu parler, même de loin, d'une magie liée aux sexes...". - La surprise de nos lecteurs nous semble justifiée. C'est pourquoi nous croyons nécessaire de faire un exposé, même sommaire, des diverses sortes de magie dont nous avons parlé, ce qui nous permettra de justifier le titre de Magie Sexuelle que nous avons donné à notre ouvrage, et, en passant, de mettre un peu d'ordre dans la confusion qui règne chez beaucoup d'auteurs à l'égard de la Magie et de ses diverses définitions.

Qu'est-ce que la magie ?

Disons, pour commencer, que la magie représente l'aube de l'intelligence. Dans ce cas, plus que dans tout autre, le cliché son origine se perd dans l'obscurité du temps peut être appliqué. En fait, elle existe depuis le moment où l'homme, se détachant de son animalité primitive, a commencé à penser et à sentir l'existence d'un monde extérieur, de forces qui le dépassent. La magie est, sans aucun doute, de tous les temps et de tous les pays du monde.

Antiquité de la magie.

Dans les nations les plus cultivées de l'Antiquité, elle était tenue en grande vénération, car elle constituait une science sacrée dans laquelle étaient contenues les croyances religieuses et scientifiques, disons-le, de ces civilisations lointaines. Ainsi, la magie a été la première doctrine morale, religieuse et philosophique de l'humanité.

La magie joue un grand rôle dans la Bible hébraïque. Les habitants de Canaan avaient encouru l'indignation divine, parce qu'ils se servaient d'enchantements. Les arts magiques ont été utilisés pour se défendre, ainsi que les Amalécites, qui ont combattu les Hébreux jusqu'à leur départ d'Égypte. La lutte des magiciens de Moïse avec ceux de Pharaon ; la pythonisse d'Endor, évoquant l'ombre de Samuel ; Jésus accusé de magie par les Juifs, pour avoir chassé des démons au nom de Belzébuth... ne sont qu'un petit échantillon des innombrables cas qui sont cités dans l'Écriture Sainte et dans lesquels la Magie intervient comme un facteur très important.

L'antiquité de la Magie est, par conséquent, évidente ; il est donc très hasardeux de préciser le lieu et l'époque où elle a fait son apparition sur terre ; cependant, les historiens qui ont prêté attention à ce point - surtout Maury et Lenormant - croient avec certitude que le berceau de la Magie fut la plus ancienne Chaldée.

La magie a toujours eu une grande importance en Inde. Les Vedas contiennent un bon nombre d'invocations à caractère ésotérique, et les lois de Manu indiquent les différentes opérations magiques dont l'usage est permis ou interdit à un brahmane.

En Chine, la magie noire était pratiquée par les prêtres eux-mêmes, qui vendaient sans vergogne toutes sortes d'amulettes et de filtres d'amour à leurs paroissiens.

Si nous regardons de l'Est à l'Ouest et au Nord, nous trouvons une magie tout aussi puissante et répandue. Les écrivains de la Grèce et de Rome en parlent aussi ; qui ignore l'importance et l'accroissement que les oracles, les sibylles et les pythonisses ont acquis dans ces cités ?

Les Égyptiens, qui étaient l'un des peuples les plus sincèrement religieux, célébraient dans leurs temples des cérémonies magiques, composées de rites solennels et de chants magnifiques élevés aux divinités - Isis, Osiris, Râ - comme le montrent les nombreuses inscriptions murales et les abondants papyri qui nous sont parvenus.

Ce que les grands hommes pensent.

Selon Platon, la magie consiste à rendre un culte aux dieux, et Proclus, le grand théurge, a dit : Lorsque les anciens prêtres ont considéré qu'il y avait une certaine alliance et une sympathie mutuelle entre les choses naturelles et entre les choses manifestes et les pouvoirs occultes, et qu'ils ont découvert que toutes choses subsistent en tout, ils ont fondé à partir de cette sympathie mutuelle et de cette similitude une science sacrée : la magie. Et ils ont appliqué à des fins occultes la nature céleste et la nature terrestre, grâce à quoi et par l'effet d'une certaine affinité, ils ont déduit l'existence de forces divines dans cette demeure terrestre.

Selon Plotin, la magie est la science de la communication avec les puissances suprêmes et supramondaines, c'est-à-dire avec les entités d'un plan supérieur, et aussi de l'exercice de la domination sur les esprits qui grouillent dans les sphères inférieures. Et Porphyre ajoute qu'il s'agit d'une connaissance pratique de certaines forces spirituelles cachées de la Nature, connues de peu de gens, parce qu'elles sont difficiles à atteindre sans risques sérieux et sans encourir de grandes responsabilités, une fois qu'elles ont été acquises.

Jamblique, le plus grand des néoplatoniciens, dit qu'ils - les Théurgistes - au moyen de leur science sacerdotale peuvent remonter aux Essences supérieures et universelles et à ceux qui sont au-dessus du Destin, c'est-à-dire à Dieu et au Démiurge, sans se servir de la matière ni rien supposer d'autre, sinon l'observation d'un temps raisonnable.

Pour le divin Paracelse, la magie est le plus haut pouvoir de l'esprit humain pour gouverner toutes les influences extérieures dans le but de faire du bien à ses semblables. L'action d'utiliser des pouvoirs invisibles à des fins égoïstes ou répréhensibles est de la nécromancie pure - magie noire - car les élémentaires des morts sont fréquemment utilisés pour exercer le mal.

Comme on le voit, la Magie, à ses origines, constituait la Science et la Religion, intimement mêlées ; son objet n'était autre que de faire le bien, et, par conséquent, seuls des hommes supérieurs - les prêtres - d'une moralité parfaite et d'un vaste savoir pouvaient l'exercer dignement. Les philosophes de l'Antiquité en témoignent souvent.

Mais hélas, toutes les doctrines, qu'elles soient philosophiques, politiques ou religieuses, aussi nobles et élevées soient-elles, sont corruptibles, et il y aura toujours des personnes ou des sociétés intéressées à les corrompre, soit pour les anéantir, soit à d'autres fins égoïstes. Ainsi, la Magie immaculée, pure et bénéfique, a dégénéré plus tard en une pratique détestable, sale et maléfique : la Sorcellerie.

Voici comment Cornelius Agrippa, le plus célèbre magicien du XVIe siècle, s'exprime à ce sujet :

"La magie était considérée par les sages de l'Antiquité comme la plus haute expression de la sagesse, mais certains faux philosophes et ennemis de la magie ont eu intérêt à la défigurer complètement... Et que nous ont-ils laissé de cette science sublime ? Une masse de formules pour s'empoisonner et se procurer des rêves lascifs ou des visions terrifiantes ; une forme étendue de prescriptions pour contacter les esprits inférieurs. C'est pourquoi, aussi longtemps que je vivrai, je me battrai contre cette fausse magie.

"Ce que l'homme a de plus sacré, c'est le raisonnement, par lequel il peut s'élever à la Vérité et à Dieu lui-même, ce qui est précisément la fin de la vraie Magie.

"La magie nous apprend à accorder notre âme avec les éléments de la Nature et, lorsque cela est possible, avec le Tout. Pour cela, nous disposons d'une force énorme, qui est la volonté, car avec elle nous pouvons faire des choses si incompréhensibles que les ignorants les prendront pour des miracles.

Ainsi je proclame que la Magie est la reine de toutes les sciences, et que seuls les honnêtes hommes sont capables de la cultiver.

(DR. G. MAXWELL : The Wonderful Secrets of Black and White Magic).

La magie et ses détracteurs.

L'Église, ennemie farouche de la Magie, fit tout ce qu'elle put, et beaucoup, pour la discréditer, et s'appuyant sur l'existence de certains méchants qui faisaient toutes sortes de mal en utilisant leurs facultés psychiques, les sorciers, en un mot, elle condamna la Magie, sans faire de distinctions, et tout devint, selon son critère fermé, sorcellerie condamnable ou magie noire.

Le vulgaire et le savant acceptèrent la décision ecclésiastique et, au fil des années, elle se cristallisa si solidement que, même de nos jours, le mot Magie est pris comme une représentation de quelque chose de criminel ou de répugnant. D'autre part, nous avons les sceptiques, les incrédules, qui sourient avec mépris à la Magie, la considérant comme quelque chose d'indigne d'attention ou comme une superstition ridicule, qui ne pouvait que faire peur à nos pauvres grands-parents, ignorants des lois les plus élémentaires de la Nature, et sic de coeteris.

C'est ainsi que l'on peut lire dans les dictionnaires les plus modestes, ainsi que dans ceux pompeusement appelés encyclopédiques, une définition de la Magie qui, généralement, commence ainsi : Science ou art qui enseigne à faire des choses extraordinaires et admirables . Il est généralement pris en mauvaise part. MAGIE BLANCHE ou NATURELLE : Celle qui, par le biais de causes naturelles, produit des effets si surprenants qu'ils semblent surnaturels. MAGIE NOIRE : Art superstitieux et abominable par lequel les gens du peuple croient que les choses les plus absurdes peuvent être faites avec l'aide du diable. Magie théorique : Pratiques religieuses des prêtres chaldéens et égyptiens, par lesquelles ils faisaient croire au peuple qu'ils conversaient avec les anges, etc...".

Celui qui n'éprouve pas un certain intérêt pour la Magie, après avoir lu la définition que nous en donnent les savantes Corporations, falsificatrices de dictionnaires, se dira : C'est ce que je pensais. Tout ce que l'on raconte sur la Magie n'est que du charabia, des histoires d'enfants ou encore des astuces pour tromper les gens simples et crédules".

Les sages affirment la réalité de la magie.

Mais la Magie, pour les hommes de science qui s'en sont occupés1, sans préjugés d'aucune sorte, n'est pas une vaine superstition des anciens, mais une vérité pleinement démontrée, tout un système scientifico-philosophique, doté de procédés sui generis qui conduisent à la connaissance de phénomènes extraordinaires et insolites, que la science n'explique pas encore de façon satisfaisante, mais dont il existe néanmoins le témoignage indiscutable des faits et les preuves offertes par l'expérimentation la plus scrupuleuse.

La magie n'est pas, dit Aymerich, un ensemble chaotique de théories fantastiques, comme le supposent et le propagent ses adversaires, les uns, par mauvaise foi, les autres, par ignorance. La magie constitue un corps de doctrine d'origine très ancienne qui, avec l'éternel roulement des temps, a changé d'aspect à mesure qu'il a acquis de plus grandes connaissances ; qui a progressé, et progresse, pas à pas, tantôt avec une lenteur douloureuse, tantôt avec un enthousiasme fiévreux, toujours sûre des avantages de sa méthode, qui fait du silence un puissant auxiliaire du libre développement de ses enseignements, et qui cherche dans le mystère des pratiques ésotériques le calme serein qu'exige le travail laborieux de l'adepte".

Différents noms de la magie.

Les anciens divisaient la magie en deux parties de caractère et de conditions opposés. L'une concerne toute action bienfaisante, celle qui est inspirée par la noble idée de procurer un bienfait à nos semblables, celle qui est lancée dans les plus hautes études initiatiques, pour lesquelles une scrupuleuse limpidité des sentiments est requise. L'autre partie constituait un ensemble de procédés qui facilitent la mort d'une personne, sans risque matériel pour le meurtrier ; pratiques terribles qui arment le magicien de pouvoirs délétères pour satisfaire de folles envies de vengeance ; pouvoirs sataniques, en somme, qui lui permettent de satisfaire impunément les passions les plus basses et les plus répugnantes. Dans la première partie, nous avons la magie blanche, appelée Theurgy, d'après le nom que lui a donné Jamblichus ; dans la seconde, la magie noire, ou Goetia, ainsi appelée pour la première fois par saint Jérôme.

La théurgie est également appelée Haute Magie, Magie Divine et Magie Cérémoniale ; la Goétie est appelée Sorcellerie, Sorcellerie, Nécromancie et d'autres noms de mauvais sens. Et elles sont, ensemble, appelées sciences maudites, par les fanatiques de l'Église.

La magie divinatoire.

De plus, chacune de ces deux grandes branches en lesquelles se divise la Magie se subdivise en d'autres, et chacune d'elles reçoit un nom spécial par lequel on désigne son objet. Ainsi, nous avons, par exemple, la magie divinatoire, qui constitue une très grande famille. Nous ne mentionnerons que les noms des branches les plus connues : Arithmancie (divination par les nombres) ; Cartomancie (divination par les cartes) ; Cristalomancie (par la boule de cristal) ; Cafféomancie (par la bagasse du café) ; Géomancie (par les fissures de la terre) ; Hydromancie (par l'eau) ; Oniromancie (par les rêves) ; Pyromancie (par le crépitement du feu) ; Chiromancie (par les rayures de la main) ; Rabdomancie (par la baguette de noisetier) ; etc., etc. Le nombre de mancias s'élève, sans exagération, à cinquante ou soixante.

Il existe également la magie naturelle, dont l'objet était l'investigation des secrets de la nature. Ceux qui se consacraient à cette magie étaient, en réalité, plus que des magiciens, des sages qui se consacraient à la science expérimentale, qui n'était pas encore soumise à une classification méthodique et raisonnée. Mais ces magiciens, investigateurs des secrets de la Nature, étaient sans aucun doute les précurseurs de la physique moderne, tout comme les alchimistes du Moyen Âge étaient les pères de la chimie moderne, et les astrologues de l'ancienne Chaldée ont donné naissance à la science astronomique de notre époque.

Comme nous l'avons vu, les noms que Magic a reçus sont nombreux. En général, on l'appelle par un nom approprié à l'objet qu'il poursuit. C'est pourquoi il existe la magie érotique, la sorcellerie amoureuse et la magie sexuelle, trois magies qui ont la même finalité, celle de se faire aimer, mais qui utilisent chacune un procédé différent pour parvenir à ce désir. Voici donc en quoi la triple dénomination est indispensable.

Magie érotique.

Dans la magie érotique, on utilise les forces du plan astral. Le magicien se déplie, va vers la personne qui est l'objet

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de La Magie Sexuelle (Traduit)

4.3
4 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs