Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Jadis et naguère: Un recueil de Paul Verlaine
Jadis et naguère: Un recueil de Paul Verlaine
Jadis et naguère: Un recueil de Paul Verlaine
Livre électronique123 pages58 minutes

Jadis et naguère: Un recueil de Paul Verlaine

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

En faisant paraître Jadis et naguère à la fin de 1884, Verlaine offre aux lecteurs un ensemble de poèmes parfois vieux de quinze ans, auxquels s'ajoutent une pièce de théâtre et quelques textes récents. Loin d'être un simple florilège, ce volume original couvre près de deux décennies d'activité et éclaire à bien des égards ses recueils précédents, qu'il complète et dépasse. Si Verlaine s'était montré autrefois limité par ses sujets et ses tabous, Jadis et naguère offre des thèmes et des formes jusque-là réservés qui appellent désormais une reconnaissance : la franchise s'impose, la poésie et la langue se libèrent. L' « Art poétique », publié pour la première fois dans ce recueil, contribuera à faire de Verlaine un des maîtres du mouvement symboliste.
LangueFrançais
Date de sortie3 mars 2022
ISBN9782322427284
Jadis et naguère: Un recueil de Paul Verlaine
Lire l'aperçu
Auteur

Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français né à Metz (Moselle) le 30 mars 18444 et mort à Paris le 8 janvier 18965. Il s'essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans. Il épouse en 1870 Mathilde Mauté. Le couple aura un enfant, Georges Verlaine. Sa vie est bouleversée quand il rencontre Arthur Rimbaud en septembre 1871. Leur vie amoureuse tumultueuse et errante en Angleterre et en Belgique débouche sur la scène violente où, à Bruxelles, Verlaine, d'un coup de revolver, blesse au poignet celui qu'il appelle son « époux infernal » : jugé et condamné, il passe deux années en prison, renouant avec le catholicisme de son enfance et écrivant des poèmes qui prendront place dans ses recueils suivants : Sagesse (1880), Jadis et Naguère (1884) et Parallèlement (1889). Usé par l'alcool et la maladie, Verlaine meurt à 51 ans, le 8 janvier 1896, d'une pneumonie aiguë. Il est inhumé à Paris au cimetière des Batignolles (11e division). Archétype du poète maudit (notion qu'il a lui-même forgée dans son essai de 1884 et 1888), Verlaine est reconnu comme un maître par la génération suivante. Son style -- fait de musicalité et de fluidité jouant avec les rythmes impairs -- et la tonalité de nombre de ses poèmes -- associant mélancolie et clairs-obscurs -- révèlent, au-delà de l'apparente simplicité formelle, une profonde sensibilité, en résonance avec l'inspiration de certains artistes contemporains, des peintres impressionnistes ou des compositeurs (tels Reynaldo Hahn, Gabriel Fauré, Charles Koechlin et Claude Debussy, qui mettront d'ailleurs en musique plusieurs de ses poèmes).

En savoir plus sur Paul Verlaine

Lié à Jadis et naguère

Livres électroniques liés

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Jadis et naguère

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Jadis et naguère - Paul Verlaine

    Sommaire

    Jadis

    PROLOGUE

    À LA LOUANGE DE LAURE ET DE PÉTRARQUE

    PIERROT

    KALÉIDOSCOPE

    INTÉRIEUR

    DIXAIN MIL-HUIT-CENT-TRENTE

    A HORATIO

    SONNET BOITEUX

    LE CLOWN

    ÉCRIT SUR L’ALBUM DE Mme N. de V.

    LE SQUELETTE

    À ALBERT MÉRAT

    ART POÉTIQUE

    LE PITRE

    ALLÉGORIE

    L’AUBERGE

    CIRCONSPECTION

    VERS POUR ÊTRE CALOMNIÉ

    LUXURES

    VENDANGES

    IMAGES D’UN SOU

    Jadis et naguère

    LES UNS ET LES AUTRES

    SCÈNE I

    SCÈNE II

    SCÈNE III

    Scène IV

    SCÈNE V

    SCÈNE VI

    SCÈNE VII

    SCÈNE VIII

    SCÈNE IX

    Scène X

    Vers jeunes

    LE SOLDAT LABOUREUR

    LES LOUPS

    LA PUCELLE

    L’ANGELUS DU MATIN

    LA SOUPE DU SOIR

    LES VAINCUS

    Jadis et Naguère

    NAGUÈRE

    CRIMEN AMORIS

    LA GRÂCE

    L’IMPÉNITENCE FINALE

    DON JUAN PIPÉ

    AMOUREUSE DU DIABLE

    Jadis

    PROLOGUE

    En route, mauvaise troupe !

    Partez, mes enfants perdus !

    Ces loisirs vous étaient dus :

    La Chimère tend sa croupe.

    Partez, grimpés sur son dos,

    Comme essaime un vol de rêves

    D'un malade dans les brèves

    Fleurs vagues de ses rideaux.

    Ma main tiède qui s'agite

    Faible encore, mais enfin

    Sans fièvre, et qui ne palpite

    Plus que d'un effort divin,

    Ma main vous bénit, petites

    Mouches de mes soleils noirs

    Et de mes nuits blanches. Vites

    Partez, petits désespoirs,

    Petits espoirs, douleurs, joies,

    Que dès hier renia

    Mon coeur quêtant d'autres proies.

    Allez, aegri somnia.

    À LA LOUANGE

    DE LAURE ET DE PÉTRARQUE

    Chose italienne où Shakspeare a passé

    Mais que Ronsard fit superbement française,

    Fine basilique au large diocèse,

    Saint-Pierre-des-Vers, immense et condensé,

    Elle, ta marraine, et Lui qui t’a pensé,

    Dogme entier toujours debout sous l’exégèse

    Même edmondschéresque ou francisquesarceyse,

    Sonnet, force acquise et trésor amassé,

    Ceux-là sont très bons et toujours vénérables,

    Ayant procuré leur luxe aux misérables

    Et l’or fou qui sied aux pauvres glorieux,

    Aux poètes fiers comme les gueux d’Espagne,

    Aux vierges qu’exalte un rythme exact, aux yeux

    Épris d’ordre, aux coeurs qu’un voeu chaste accompagne.

    PIERROT

    Ce n'est plus le rêveur lunaire du vieil air

    Qui riait aux aïeux dans les dessus de porte ;

    Sa gaîté, comme sa chandelle, hélas ! est morte,

    Et son spectre aujourd'hui nous hante, mince et clair.

    Et voici que parmi l'effroi d'un long éclair

    Sa pâle blouse a l'air, au vent froid qui l'emporte,

    D'un linceul, et sa bouche est béante, de sorte

    Qu'il semble hurler sous les morsures du ver.

    Avec le bruit d'un vol d'oiseaux de nuit qui passe,

    Ses manches blanches font vaguement par l'espace

    Des signes fous auxquels personne ne répond.

    Ses yeux sont deux grands trous où rampe du phosphore

    Et la farine rend plus effroyable encore

    Sa face exsangue au nez pointu de moribond.

    KALÉIDOSCOPE

    À Germain Nouveau.

    Dans une rue, au coeur d'une ville de rêve,

    Ce sera comme quand on a déjà vécu :

    Un instant à la fois très vague et très aigu...

    Ô ce soleil parmi la brume qui se lève !

    Ô ce cri sur la mer, cette voix dans les bois !

    Ce sera comme quand on ignore des causes :

    Un lent réveil après bien des métempsycoses :

    Les choses seront plus les mêmes qu'autrefois

    Dans cette rue, au coeur de la ville magique

    Où des orgues moudront des gigues dans les soirs,

    Où les cafés auront des chats sur les dressoirs,

    Et que traverseront des bandes de musique.

    Ce sera si fatal qu'on en croira mourir :

    Des larmes ruisselant douces le long des joues,

    Des rires sanglotés dans le fracas des roues,

    Des invocations à la mort de venir,

    Des mots anciens comme un bouquet de fleurs fanées !

    Les bruits aigres des bals publics arriveront,

    Et des veuves avec du cuivre après leur front,

    Paysannes, fendront la foule des traînées

    Qui flânent là, causant avec d'affreux moutards

    Et des vieux sans sourcils que la dartre enfarine,

    Cependant qu'à deux pas, dans des senteurs d'urine,

    Quelque fête publique enverra des pétards.

    Ce sera comme quand on rêve et qu'on s'éveille !

    Et que l'on se rendort et que l'on rêve encor

    De la même féerie et du même décor,

    L'été, dans l'herbe, au bruit moiré d'un vol d'abeille.

    INTÉRIEUR

    À grands plis sombres une ample tapisserie

    De haute lice, avec emphase descendrait

    Le long des quatre murs immenses d'un retrait

    Mystérieux où l'ombre au luxe se marie.

    Les meubles vieux, d'étoffe éclatante flétrie,

    Le lit entr'aperçu vague comme un regret,

    Tout aurait l'attitude et l'âge du secret,

    Et l'esprit se perdrait en quelque allégorie.

    Ni livres, ni tableaux, ni fleurs, ni clavecins ;

    Seule, à travers les fonds obscurs, sur des coussins,

    Une apparition bleue et blanche de femme

    Tristement sourirait – inquiétant témoin –

    Au lent écho d'un chant lointain d'épithalame,

    Dans une obsession de musc et de benjoin.

    DIXAIN MIL-HUIT-CENT-TRENTE

    Je suis né romantique et j'eusse été fatal

    En un frac très étroit aux boutons de métal

    Avec ma barbe en pointe et mes cheveux en brosse.

    Hablant español, très loyal et très

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1