Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

L'Universel (Traduit): Une science exacte de l'univers unique visible et invisible de l'Esprit et l'enregistrement de toute idée de l'Esprit pensant dans la lumière, qui est matière et aussi énergie

L'Universel (Traduit): Une science exacte de l'univers unique visible et invisible de l'Esprit et l'enregistrement de toute idée de l'Esprit pensant dans la lumière, qui est matière et aussi énergie

Lire l'aperçu

L'Universel (Traduit): Une science exacte de l'univers unique visible et invisible de l'Esprit et l'enregistrement de toute idée de l'Esprit pensant dans la lumière, qui est matière et aussi énergie

Longueur:
633 pages
6 heures
Sortie:
4 mai 2022
ISBN:
9791221329445
Format:
Livre

Description

THE UNIVERSAL ONE a été publié à l'origine en 1927 et distribué aux meilleurs scientifiques du pays. Il est réédité en cette période cruciale dans le seul but de diffuser à nouveau de nouvelles connaissances scientifiques vitales pour ce nouvel âge - de nouvelle compréhension.
Aujourd'hui, le monde entier est dans un état de chaos, luttant contre les forces de la cupidité, de l'envie, de la jalousie et de la peur. La dysharmonie est omniprésente. Toutes nos relations humaines sont violemment bouleversées. La civilisation est à l'envers. La science est utilisée pour détruire et non pour construire.
Nous parlons de la paix dans le monde, mais ceux qui doivent planifier le nouveau monde ne connaissent pas la réponse, la solution. La connaissance actuelle de la relation de l'homme à la nature et de la loi naturelle qui contrôle ses relations humaines est, jusqu'à présent, inadéquate pour répondre à la situation.
L'homme est encore trop proche de sa jungle pour connaître la loi qui régit inexorablement toutes ses actions et celles de la nature ou pour comprendre qu'il doit obéir à la nature ou s'autodétruire. Encore dominé par les habitudes de la jungle, il règle ses relations humaines par les méthodes de la jungle. Les guerres et le chaos mondial continueront jusqu'à ce qu'il acquière de nouvelles connaissances applicables au nouveau cycle à venir de l'évolution de l'homme.
Quelles sont ces nouvelles connaissances ?
Une cosmogonie cohérente est cruellement nécessaire pour ce jour naissant de l'exaltation de l'homme qui est à venir.
Walter Russell a consacré sept années entières à la rédaction de ce livre. Lorsqu'il a été publié pour la première fois en 1927, il a suscité plus de condamnation que de faveur de la part d'un monde qui n'était pas alors aussi prêt à l'accueillir qu'aujourd'hui. Le livre mélangeait science et métaphysique d'une manière qui annulait son impression sur les physiciens. Peu à peu, cependant, nombre de ses affirmations alors radicales ont été vérifiées par certains des plus grands scientifiques du monde et lui ont valu de nombreux adeptes.
Le physicien établit une ligne de démarcation nette entre les choses qu'il peut, d'une certaine manière, détecter par l'évidence de ses sens et les choses qui se trouvent au-delà de cette évidence. Il n'est pas question de nier l'existence d'un "quelque chose" au-delà de la portée de ses sens et de ses instruments sensoriels, mais ce qui peut s'y trouver est conjectural et, par conséquent, inadmissible en tant que données scientifiques de nature fiable. En d'autres termes, les preuves matérielles qui se situent dans les limites étroites de la portée des sens de l'homme sont les seules preuves admissibles pour la science. Mais qu'en est-il de ce vaste domaine qui ne répond pas à nos corps et à nos instruments sensoriels ?
Au cours des âges, quelques rares personnes ont été autorisées à couper les sens qui relient la matière à sa source motivée dans la conscience de l'esprit universel. Ces quelques personnes ont pris conscience du cosmos et ont essayé de faire connaître au monde sa simplicité.
Sortie:
4 mai 2022
ISBN:
9791221329445
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à L'Universel (Traduit)

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

L'Universel (Traduit) - Walter Russell

PRÉFACE

THE UNIVERSAL ONE a été publié à l'origine en 1927 et distribué aux meilleurs scientifiques du pays. Il est réédité en cette période cruciale dans le seul but de diffuser à nouveau de nouvelles connaissances scientifiques vitales pour ce nouvel âge - de nouvelle compréhension.

Aujourd'hui, le monde entier est dans un état de chaos, luttant contre les forces de la cupidité, de l'envie, de la jalousie et de la peur. La dysharmonie est omniprésente. Toutes nos relations humaines sont violemment bouleversées. La civilisation est à l'envers. La science est utilisée pour détruire et non pour construire.

Nous parlons de la paix dans le monde, mais ceux qui doivent planifier le nouveau monde ne connaissent pas la réponse, la solution. La connaissance actuelle de la relation de l'homme à la nature et de la loi naturelle qui contrôle ses relations humaines est, jusqu'à présent, inadéquate pour répondre à la situation.

L'homme est encore trop proche de sa jungle pour connaître la loi qui régit inexorablement toutes ses actions et celles de la nature ou pour comprendre qu'il doit obéir à la nature ou s'autodétruire. Encore dominé par les habitudes de la jungle, il règle ses relations humaines par les méthodes de la jungle. Les guerres et le chaos mondial continueront jusqu'à ce qu'il acquière de nouvelles connaissances applicables au nouveau cycle à venir de l'évolution de l'homme.

Quelles sont ces nouvelles connaissances ?

Une cosmogonie cohérente est cruellement nécessaire pour ce jour naissant de l'exaltation de l'homme qui est à venir.

Walter Russell a consacré sept années entières à la rédaction de ce livre. Lorsqu'il a été publié pour la première fois en 1927, il a suscité plus de condamnation que de faveur de la part d'un monde qui n'était pas alors aussi prêt à l'accueillir qu'aujourd'hui. Le livre mélangeait science et métaphysique d'une manière qui annulait son impression sur les physiciens. Peu à peu, cependant, nombre de ses affirmations alors radicales ont été vérifiées par certains des plus grands scientifiques du monde et lui ont valu de nombreux adeptes.

Le physicien établit une ligne de démarcation nette entre les choses qu'il peut, d'une certaine manière, détecter par l'évidence de ses sens et les choses qui se trouvent au-delà de cette évidence. Il n'est pas question de nier l'existence d'un quelque chose au-delà de la portée de ses sens et de ses instruments sensoriels, mais ce qui peut s'y trouver est conjectural et, par conséquent, inadmissible en tant que données scientifiques de nature fiable. En d'autres termes, les preuves matérielles qui se situent dans les limites étroites de la portée des sens de l'homme sont les seules preuves admissibles pour la science. Mais qu'en est-il de ce vaste domaine qui ne répond pas à nos corps et à nos instruments sensoriels ?

Au cours des âges, quelques rares personnes ont été autorisées à couper les sens qui relient la matière à sa source motivée dans la conscience de l'esprit universel. Ces quelques personnes ont pris conscience du cosmos et ont essayé de faire connaître au monde sa simplicité. Chacun d'entre eux a fait face à une tâche impossible. Les généralités et les symboles qu'ils ont énoncés ont été écartés et relégués à la poésie, à la métaphysique ou au mysticisme.

Walter Russell a fait cette même triste expérience au début - et tout cela en dépit du fait que l'état mental de la conscience cosmique est aujourd'hui admis et souhaité par les plus grands penseurs du monde, bien qu'il soit peu compris et impossible à induire.

Au mois de mai 1921, l'Universel a illuminé mon mari bien-aimé avec la connaissance cosmique contenue dans son immortelle ILIAD DIVINE* et lui a ordonné de donner cette nouvelle connaissance scientifique pour aider l'humanité à se développer dans un âge cosmique de conscience où l'homme pourrait devenir un homme connaissant au lieu d'un homme sentant. Tout comme le bolomètre et le négatif ont permis d'atteindre l'invisible au-delà du spectre visible de l'homme, la conscience croissante qu'a l'homme de sa relation avec la Source lui permet d'atteindre de plus en plus profondément l'invisible et le non-visible.

Une telle conscience peut percevoir là-bas, avec d'autres yeux, ce que les sens de l'homme n'ont aucun moyen de percevoir.

Depuis des siècles, la science cherche le POURQUOI des choses dans la matière et ne semble pas réaliser que le POURQUOI n'est pas du tout dans la matière, ni dans l'espace. L'espace est autant de matière que les planètes, mais d'une forme, d'un potentiel et d'un but opposés. Il y a quelque chose au-delà de la matière des galaxies et de l'espace que les sens ne peuvent pas appréhender mais que la conscience peut comprendre. Au-delà de cette portée se trouve la cause de tout cela, le POURQUOI de tout cela.

En essayant d'éveiller en l'homme une conscience de la Source de toute science et philosophie en connaissant suffisamment les voies de Dieu pour en faire les voies de l'homme, Walter Russell a décrit l'ordre, la symétrie et l'équilibre que toute la Nature exprime. Il explique comment la Nature se polarise et se dépolarise perpétuellement dans chacune de ses expressions, tout comme vous le faites dans chacune de vos actions et à chaque seconde de votre vie dans vos affaires, mais vous n'en êtes pas conscient.

Le point d'appui d'où découle tout pouvoir est la CONNAISSANCE. Lorsque l'homme aura cette omniscience qui se déploie dans l'homme cosmique, il n'abusera plus de la loi de Dieu, ne l'enfreindra plus et ne lui désobéira plus parce qu'il ne la connaît pas. Il la commandera parce qu'il connaîtra la loi. Les cycles de vie et de mort de l'homme et des éléments de la matière ne varient pas. Ils sont les mêmes, car le corps de l'homme est un composé de ces éléments.

Le regretté Dr Francis Trevelyan Miller (LITT.D., LL.D. ) Historical Foundations, New York, a écrit ce qui suit sur les contributions de Walter Russell à la science :

"Vous avez ouvert la porte de l'infini - la science doit y entrer. Elle peut hésiter, elle peut s'engager dans des controverses, mais elle ne peut se permettre d'ignorer les principes que vous avez établis et qui finiront par révolutionner la conception que l'homme a de lui-même, de son monde, de son univers et de ses problèmes humains.

Vous avez fait pour nous en ce vingtième siècle ce que Ptolémée, Euclide, Copernic, Galilée et Kepler ont fait pour leurs siècles précédents. Mais vous avez encore franchi toutes les barrières physiques et étendu vos découvertes aux formes définies de la loi infinie qui a créé notre univers et le maintient en fonctionnement avec une précision mathématique à travers les millions d'années.

Sir Oliver Lodge a dit un jour que le type d'esprit du physicien ne pourrait jamais sonder le mystère de l'univers, et que la grande histoire, si jamais elle se produit, doit être la grande inspiration de quelque poète, peintre, philosophe ou saint.

Moins de deux cents génies sont apparus parmi les hommes depuis le début de l'humanité, et pas plus de quatre ou cinq mystiques hautement illuminés. C'est à eux que nous devons la culture que le monde possède aujourd'hui, mais tout notre système éducatif s'oppose à leur développement, et notre société dans son ensemble est plus apte à les rabaisser qu'à les glorifier. Il est très regrettable que les humains ne se rendent pas compte de ce triste fait, car tant que l'homme négligera d'honorer ses génies qui sont engagés dans les arts de la paix et glorifiera ses héros qui sont les plus compétents dans les arts de la guerre, la race humaine continuera à souffrir des agonies qu'elle a elle-même créées.

L'ère barbare qui s'achève est peuplée d'hommes craignant Dieu. L'ère cosmique naissante est peuplée d'hommes qui aiment Dieu. La race des hommes à venir saura que l'amour est tout ce qu'il y a dans la nature de Dieu et que la manifestation de l'amour est tout ce qu'il y a dans l'univers physique.

La loi de l'amour est un échange rythmique équilibré entre toutes choses. Selon la loi de l'échange équilibré, tout cet univers réciproque est motivé avec une telle exactitude d'équilibre que

les astronomes peuvent calculer la position des planètes et des soleils à la seconde près. Dans ce sens, l'univers est fiable. Il observe la loi. Il ne peut faire autrement lorsque Dieu contrôle toutes choses.

Dans le livre de Walter Russell, acclamé dans le monde entier, LE SECRET DE LA LUMIÈRE, on trouve le texte suivant

fragment de l'ILIAD DIVINE :

"Je dis encore que toutes choses s'étendent à toutes choses, de toutes choses et à travers toutes choses. Car, à toi, je dis encore que tout est lumière, et la lumière ne se sépare pas, elle n'a pas de limites, elle n'est pas ici et pas là.

"L'homme peut tisser le modèle de son Moi dans la Lumière de Moi, et de son image dans des Lumières divisées de Moi, de même que le soleil établit son arc de plusieurs teintes à partir de la Lumière divisée de Moi, mais l'homme ne peut être séparé de Moi, comme le spectre ne peut être séparé de la Lumière de Moi.

"Et comme l'arc-en-ciel est une lumière dans la lumière, inséparable, ainsi le Moi de l'homme est en Moi, inséparable ; et ainsi son image est Mon image.

"Je dis en vérité que chaque vague englobe toutes les autres vagues jusqu'à l'Unique, et que la multitude est dans l'Unique, même jusqu'à la plus petite des vagues de Moi.

"Et je dis encore que chaque chose se répète à l'intérieur de chaque autre chose, jusqu'à l'Unique.

"De plus, je dis que chaque élément auquel l'homme pense comme étant le seul à exister est à l'intérieur de chaque autre élément, jusqu'à la plus petite unité de l'atome.

Si l'on t'interroge ainsi : Dis-tu que dans ce fer il y a de l'or et toutes les autres choses ?, tu peux répondre : Dans la sphère, et l'englobant, il y a le cube, et toute autre forme qui est ; et dans le cube, et l'englobant, il y a la sphère, et toute autre forme qui est.

Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère glorieuse de connaissance et de conscience de notre unité avec toute vie. Puissions-nous, en ce vingtième siècle, donner naissance à la Vie triomphante pour tous les peuples du monde entier et accomplir ainsi notre unique but sur terre, qui est de découvrir notre divinité et de la vivre !

(impression de 1974)

LAO RUSSELL

Notation spéciale :

Entre la rédaction de L'UNIVERS, de 1921 à 1927, et la publication du SECRET DE LA LUMIÈRE, en 1947, ainsi que de notre livre intitulé ATOMIC SUICIDE ? publié en 1957, les pensées et la conscience du Dr Russell ont mûri et il a clarifié et rectifié les erreurs qu'il estimait avoir commises dans ses écrits antérieurs. Il n'a jamais eu l'intention de réimprimer THE UNIVERSAL ONE. Cependant, en raison des nombreuses demandes que nous avons reçues pour des copies de ce grand livre, et parce qu'il peut être d'une aide inestimable en cette période cruciale du progrès de l'humanité, nous le réimprimons dans sa forme originale.

L.R.

PRELUDE

Le service suprême que l'homme peut rendre à l'homme en évolution est de répondre pour lui, de façon dynamique, à la grande question jusqu'ici sans réponse concernant l'unique force universelle que l'homme appelle Dieu, ou Esprit, ou d'autres noms.

Pendant de longues années, l'homme a attendu avec impatience la connaissance qui déchirerait le voile de l'univers invisible qui se trouve au-delà de sa perception et le mettrait à la portée de sa perception et de sa compréhension exacte.

La preuve mathématique et mesurable de l'existence d'un seul esprit, d'une seule force et d'une seule substance donnerait à l'homme un contrôle absolu sur la matière, le pouvoir de créer, comme Dieu crée, et dans les mêmes limites.

L'homme est omnipotent lorsqu'il ne connaît que son omnipotence. Jusqu'à ce jour, il n'est qu'un homme.

Voltaire a dit que l'homme ne pourrait jamais comprendre Dieu, car l'homme doit être Dieu pour le comprendre.

L'homme est Dieu et, par conséquent, Dieu est à la portée de la compréhension de l'homme.

L'homme est l'esprit. L'homme est la matière. L'esprit et la matière sont Un. Dieu est l'esprit.

C'est un univers de l'esprit, un univers fini, limité quant à la cause et à l'effet de la cause. Un univers limité ne peut être infini. Il n'y a pas d'univers infini.

Un univers fini, dans lequel les effets de la cause sont limités, doit également être limité quant à la cause ; ainsi, lorsque la cause mesurable est connue, l'homme peut comprendre et mesurer tous les effets.

Les effets de la cause sont complexes et mystifient l'homme, mais la cause elle-même est simple.

L'univers est une multiplicité d'effets changeants d'une seule cause immuable.

Toutes les choses sont universelles. Rien n'existe qui ne soit pas universel. Rien n'est de soi seul. L'homme, l'esprit et toutes les choses créatives sont universels. Aucun homme ne peut dire : Je suis moi, moi seul.

Il n'y a qu'un seul univers, un seul esprit, une seule force, une seule substance.

Lorsque l'homme le saura avec une exactitude mesurable, il n'aura plus de limites, sauf celles qui sont universelles.

Il saura alors que toute connaissance existe à l'intérieur de l'homme et qu'elle est soumise à son désir de la rappeler depuis son esprit intérieur.

La connaissance n'est pas acquise de l'extérieur mais simplement recueillie de l'intérieur. Le rappel de la connaissance de l'intérieur est un processus électromagnétique de l'esprit pensant qui est aussi exactement sous le contrôle de l'homme que la génération de la même puissance pour faire tourner une roue.

L'homme doit penser dans la lumière ; il doit penser en termes de périodicités électromagnétiques qui mesurent tout mouvement, car il est lui-même, et rien d'autre.

Savoir penser dans la lumière de l'intérieur, c'est ouvrir les portes de toutes les connaissances.

L'omnipotence réside dans la pensée parfaite. Il n'y a pas d'autre pouvoir dans cet univers que l'énergie de l'esprit pensant.

La pensée est la cause du mouvement et les périodicités, ou états de mouvement, causés par l'esprit pensant sont enregistrés dans la lumière que l'homme appelle matière.

La matière est lumière. Rien n'existe qui ne soit pas lumière.

Nous sommes enclins à penser que notre civilisation est extrêmement avancée. Au contraire, l'homme d'aujourd'hui se trouve dans un état extrêmement primitif de son évolution. Il est porteur de lourds fardeaux, suant à grosses gouttes dans les entrailles de la terre à cause de sa pitoyable ignorance du pouvoir universel qui n'attend que sa connaissance pour le mettre à sa disposition.

La connaissance de la Chose unique permettra de lever le joug que l'homme a placé sur ses propres épaules.

Cette connaissance est ici écrite dans le langage d'une nouvelle science dynamique de nouveaux concepts mesurables, qui expliquent l'inexplicable jusqu'à présent.

La langue manque de mots pour exprimer les nouvelles connaissances. Des mots apparemment contradictoires doivent être utilisés dans l'espoir que l'intention sera comprise en prenant tout ce qui est écrit et en l'assemblant, plutôt qu'en essayant de trouver la compréhension par l'analyse de quelques mots inadéquats dans des paragraphes isolés.

Pour toutes ces questions qui restent sans réponse dans le cœur de l'homme, il existe une réponse dynamique, une réponse telle que deux et deux font quatre.

La foi et la théorie concernant le besoin universel unique n'ont pas leur place dans la pensée de l'homme. Ce sont des errances dans l'obscurité. Toutes les choses répondent à la lumière.

L'univers est un univers tonal, un univers de lumière sans dimension.

Toute la nature est une série de périodicités tonales ordonnées de la force unique, assemblées dans l'idée complexe de l'esprit pensant, et enregistrées dans la lumière, ou la matière, ou l'énergie dans des potentiels interchangeables, qui sont tous des états de mouvement variables, mais compréhensibles et mesurables de la substance unique.

Toute dimension est une illusion, une apparence, due à un potentiel croissant, qui doit disparaître dans sa séquence inévitable de potentiel décroissant, et réapparaître dans des cycles sans fin d'apparition, de disparition et de réapparition.

L'homme extatique est celui qui peut penser dans ces octaves élevées de l'esprit intérieur qui a été appelé esprit.

L'homme extatique est l'homme inspiré du génie universel, de la pensée intérieure.

L'homme inspiré est celui qui viendra, dont la pensée viendra de l'intérieur, dans la lumière, et ce sera une extase de la pensée qui produira des choses durables. L'œuvre qui est créée dans l'extase de la pensée intérieure ne peut que durer.

Penser dans la lumière n'est pas un nouveau pouvoir développé par l'homme en évolution. C'est un pouvoir qui est maintenant en lui et qui n'attend que sa connaissance de l'utilisation de ce pouvoir. Il s'agit simplement de la reconnaissance par l'homme de son contrôle absolu des nombreuses dimensions de la constante universelle d'énergie qui constitue le processus de pensée de l'esprit, exactement comme il peut contrôler les changements de vitesse de son automobile.

Lorsque l'homme peut passer de la vitesse lente de sa pensée objective dans cet univers de dimension à la vitesse rapide de sa pensée intérieure où la dimension disparaît dans la lumière, alors il est un surhomme. Alors il est le génie universel.

La lumière est le langage universel dans lequel le concept divin est écrit en toutes lettres.

Fondamentalement erroné dans ses prémisses de base, et inutile dans sa pratique, le concept moderne de l'homme sur l'univers doit être démoli et reconstruit sur la vérité telle qu'elle apparaît clairement dans la lumière.

Primitif dans ses concepts, l'homme divise l'univers entre le visible et l'invisible, puis se retrouve à tâtonner dans l'obscurité, les yeux bandés, essayant désespérément de trouver le chemin de la porte du Saint des Saints.

Il n'y a pas d'univers invisible. Le chemin vers le sanctuaire le plus intime du Très-Haut est aussi clairement indiqué que l'autoroute Lincoln ; mais l'homme n'a pas été capable de lire les messages écrits en clair tout au long du chemin, dans la lumière.

Le plus merveilleux des instruments de l'homme, le spectroscope, ne lui a pas dit grand-chose, car il n'a pas encore appris à le lire. Il ne sait pas que ces nombreuses lignes de lumière ne sont que les lettres de l'alphabet de la lumière dans lequel l'universel enregistre sa puissante pensée dans le langage universel de la lumière.

Le spectre du fer n'est pour l'homme que le spectre du fer. Il est en effet aveugle à la portée cosmique de ces nombreuses lignes lumineuses.

Encore une fois, dans l'hélium, il lit les lignes comme des lignes d'hélium et n'y voit pas l'histoire simple simplement racontée de six nouveaux éléments d'une grande importance qui attendent que l'homme les utilise pour alléger son fardeau.

Et de ces éléments les plus importants, que l'homme appelle les gaz inertes, on ne sait rien du tout, si ce n'est qu'ils ne se combinent avec aucun autre élément. Quel dommage !

Les concepts erronés de la structure de l'atome et de la théorie électrique moderne, de l'énergie et de sa transmission, de la conductivité, de la radiation et de la gravitation, et de cet état électrochimique de mouvement opposé appelé luminosité, tous ces concepts erronés du mouvement, et de la matière, doivent être remodelés sur la vérité.

Avec la vérité vient la connaissance ; et avec la connaissance le pouvoir de transmuter à volonté, et simplement, les substances abondantes de la matière en celles qui sont les plus rares, pour répondre aux besoins de l'homme.

Il n'existe aucune substance produite par la nature que l'homme ne puisse produire, synthétiser ou créer à partir d'un néant apparent lorsqu'il connaît ce qui est écrit et répertorié dans le présent document. Les miracles de l'homme d'aujourd'hui deviennent des événements banals de demain.

Les civilisations vont et viennent, exaltées par la pensée de l'homme ou plongées par celui-ci dans l'abîme des âges obscurs.

Ce message s'adresse à l'ensemble de l'humanité et non à . Il place en effet entre ses mains un pouvoir qui peut soit le glorifier, soit l'asservir de manière effrayante, selon l'usage qu'il en fait.

Peu importe, car au final, la vérité survivra et l'homme accomplira son destin.

La vérité vit. Il n'y a rien d'autre que la vérité et ce qui semble être autrement n'a aucune existence et n'est donc pas, et ne sera jamais.

SOMMAIRE

PRÉFACE

PRELUDE

LIVRE I

CHAPITRE I

LA CRÉATION ET L'ORDRE DE LA CRÉATION

CHAPITRE II

DE L'ESPRIT PENSANT

CHAPITRE III

L'ESPRIT, LA SEULE SUBSTANCE UNIVERSELLE

CHAPITRE IV

ESPRIT PENSANT

CHAPITRE V

LE PROCESSUS DE RÉFLEXION

CHAPITRE VI

LA PENSÉE EST INSCRITE DANS LA MATIÈRE

CHAPITRE VII

CONCERNANT LES APPARENCES

CHAPITRE VIII

LE PRINCIPE DU SEXE

CHAPITRE IX

LES OPPOSÉS SEXUELS DE LA LUMIÈRE

CHAPITRE X

LE PRINCIPE DE LA REPRODUCTION

CHAPITRE XI

TRANSMISSION DE L'ÉNERGIE

CHAPITRE XII

C'EST UN UNIVERS FINI

CHAPITRE XIII

UN UNIVERS SANS DIMENSION

CHAPITRE XIV

CONCERNANT LA DIMENSION

CHAPITRE XV

LA FORMULE DES POTENTIELS BLOQUÉS

CHAPITRE XVI

UNICITÉ UNIVERSELLE

CHAPITRE XVII

OMNIPRESENCE

CHAPITRE XVIII

OMNIPOTENCE

CHAPITRE XIX

OMNISCIENCE

CONCERNANT L'ÂME

CONCERNANT LA RÉINCARNATION

OÙ DOIS-JE ALLER ?

MEMOIRE

INSTINCT

IMAGINATION

INSPIRATION

CONCLUSION

LIVRE II

CHAPITRE I

CHAPITRE II

CHAPITRE III

CHAPITRE IV

CHAPITRE VI

CHAPITRE VII

CHAPITRE VIII

CHAPITRE IX

CHAPITRE X

CHAPITRE XI

CHAPITRE XII

CHAPITRE XIII

CHAPITRE XIV

CHAPITRE XV

CHAPITRE XVI

CHAPITRE XVII

CHAPITRE XVIII

CHAPITRE XIX

CHAPITRE XX

CHAPITRE XXI

CHAPITRE XXII

CHAPITRE XXIII

CHAPITRE XXIV

CHAPITRE XXV

CHAPITRE XXVI

CHAPITRE XXVII

NOUVELLES LOIS ET NOUVEAUX PRINCIPES

LIVRE I

CHAPITRE I

CRÉATION

ESPRIT DIVIN - DIEU - ESPRIT

LA CRÉATION ET L'ORDRE DE LA CRÉATION

Au commencement, Dieu.

Il n'y a qu'un seul Dieu.

Il n'y a qu'un seul univers.

Dieu est l'univers.

Dieu n'est pas un et l'univers un autre. L'univers n'est pas une création distincte de celle de Dieu. Il est Dieu. Il n'y a pas d'univers créé.

Rien n'est ce qui n'a pas toujours été.

Toutes les choses créées sont depuis le début. Elles n'ont pas de commencement. Elles ne viennent pas à l'existence. Elles sont et ont toujours été et seront toujours.

Pour l'homme, la création signifie la naissance de quelque chose qui n'existait pas auparavant. Le concept de création de l'homme est la naissance d'un univers physique, visible, jusqu'alors inexistant.

Le Créateur est, pour l'esprit de l'homme, un Être sublime, séparé et distinct de l'homme, qui a créé l'univers physique de la matière, faisant naître ce qui n'existait pas.

L'homme a le concept de deux univers : un univers spirituel et un univers physique. Dieu est présumé être de l'univers spirituel, parfait. La matière est de l'univers physique, imparfait. Dieu a soi-disant créé l'univers physique imparfait, séparé et distinct de Lui-même.

L'homme conçoit un Dieu parfait et omnipotent. Un Dieu parfait et omnipotent ne pourrait pas créer l'imperfection.

Il ne pouvait pas créer un être inférieur à lui-même.

Il ne pouvait pas créer un être plus grand que lui.

Dieu ne pouvait pas créer autre chose que lui-même.

Dieu n'a pas créé autre chose que lui-même, ni plus grand, ni plus petit que lui-même.

Au sens où l'homme l'entend généralement, Dieu n'a rien créé.

Rien n'a été créé.

C'est un univers créateur, pas un univers créé.

L'idée que l'homme se fait de l'Être sublime en tant que Créateur d'un univers matériel différent en substance de l'univers spirituel est une conception erronée.

Dieu est tout ce qu'il y a.

Au-delà de Dieu, il n'y a rien.

Supérieur à Dieu, il n'y a rien.

Inférieur à Dieu, il n'y a rien.

Face à Dieu, il n'y a rien.

La création n'est ni plus, ni moins que ce qu'elle a toujours été depuis le début.

Il ne peut pas être plus que Dieu ni moins que Dieu.

La création est une intégration apparente dans la continuité de ce qui existe déjà en substance. C'est un changement périodique d'état de l'unique substance immuable. C'est l'évolution.

La dé-création est une désintégration apparente dans la continuité de choses apparemment intégrées qui retournent à cette substance. C'est la dissolution.

Dieu est en réalité, et existe en substance.

Dieu est un esprit pensant.

La substance, ou le corps, de Dieu est la lumière.

La substance universelle unique, qui est Dieu, est une substance tangible, une substance pensante, compréhensible, descriptible et dotée de principes qui sont familiers à l'homme par l'observation de la substance universelle unique dans les choses créées.

La substance de toutes les choses créées est la lumière.

La substance unique de l'esprit pensant est tout ce qui existe.

L'univers créé est l'enregistrement dans la matière de l'idée d'un esprit pensant.

L'esprit s'exprime dans la lumière.

La lumière est l'entrepôt de l'énergie de l'esprit pensant.

L'énergie de l'univers est l'énergie de l'esprit pensant.

L'univers est un univers d'énergie.

L'énergie est exprimée en lumière.

L'esprit est l'univers.

La substance de l'esprit est une substance spirituelle.

L'esprit est lumière.

L'esprit est l'ultime, la substance éternelle, bien que finie.

L'esprit n'est pas infini. Rien dans cet univers de mouvement n'est infini.

Le concept humain d'un Dieu infini, possédant une connaissance et une puissance infinies, créateur d'un univers infini et d'une extension infinie, n'est pas en accord avec les lois du mouvement.

Il s'agit d'un univers sans limites, éternel et sans dimensions, dont les limites sont définies à la fois pour toutes les causes et pour tous les effets des causes. La dimension est une illusion de relation entre les effets, qui ne sont eux-mêmes que des illusions.

Toutes les causes sont compréhensibles pour l'homme et tous les effets sont mesurables par lui. Un univers limité et mesurable ne peut pas être infini ; et une Divinité limitée quant à l'étendue de ses causes, qui, ipso facto, limite l'étendue possible des effets, ne peut pas être infinie.

La lumière est la substance vivante de l'esprit en action. Elle est le principe créateur de la substance unique.

La substance unique est la substance éthérique spirituelle de l'esprit universel unique.

L'univers entier créé de tout ce qui est, a été ou sera jamais, n'est que l'unique substance en mouvement, la lumière.

Dieu est lumière et en Lui il n'y a pas de ténèbres du tout. (Jean i-5.) La matière est lumière.

Dieu et la matière ne font qu'un.

L'esprit et la matière sont la même substance.

Cette substance est la lumière.

Il n'y a pas deux substances dans l'univers.

Il ne peut y avoir deux substances dans l'univers.

La substance de l'Esprit universel est une substance vivante.

Ce que l'homme appelle la vie est une propriété inhérente à la totalité de l'esprit.

La lumière est la vie.

Il n'y a qu'une seule vie dans l'univers.

L'univers entier n'est qu'un seul être vivant, respirant et palpitant.

Il n'y a pas deux vies ou deux êtres vivants dans l'univers.

Il n'y a pas deux exemplaires d'une même chose dans l'univers.

L'univers et tout ce qui est, est Un.

CHAPITRE II

LE PRINCIPE DE VIE

LA VIE EST UNE PULSATION, UNE OSCILLATION ÉLECTROMAGNÉTIQUE.

DE L'ESPRIT PENSANT

Toute vie est une vie immortelle. Il n'y a pas de vie mortelle.

La vie est une propriété vitalisante de toute matière. La vie est dans et de toute la matière.

Le concept de vie de l'homme n'est pas logique.

L'homme conçoit la vie comme une propriété distincte de la matière, qui transforme des éléments composés de matière inorganique en êtres vivants, fonctionnels et organiques.

L'homme définit la matière organique comme celle dans laquelle la vie commence à fonctionner, lui conférant vitalité et intelligence.

L'homme définit la matière inorganique comme les éléments ou les composés de la matière dans lesquels il n'y a pas de vie et dans lesquels il n'y a ni vitalité ni intelligence.

L'homme conçoit la vie comme générée spontanément dans la matière à des températures et dans des conditions favorables.

De tels concepts ne sont pas de vrais concepts.

En cherchant le principe de vie, l'homme tente de découvrir quelque chose qui correspond à un germe qui vivifie la matière inerte.

La vie n'est pas un germe et aucune matière n'est sans vie.

La vie est dans et de toutes choses depuis le début, toujours et pour toujours. La vie n'a pas de commencement. La vie n'a pas de fin.

La vie est éternelle.

La vie est présente dans toute matière inorganique et organique.

La vie est dans et par tous les éléments, les atomes des éléments et les composés des éléments.

La vie est dans et par le soleil de l'atome, les planètes de l'atome et les cieux qui entourent l'univers de l'atome.

La vie est l'effet produit sur la substance de l'esprit par la séquence de pulsations électromagnétiques alternées qui constituent le processus de la pensée. La progression de cet effet est enregistrée dans la lumière intégrante et se manifeste par ce phénomène périodique ordonné, inhérent à toute matière et à toute chose, que l'homme appelle croissance.

Toutes les choses en croissance sont imprégnées du principe de vie.

Toutes les choses sont des choses en croissance. Toute matière est en évolution.

Toute matière est en croissance.

Toute matière est vivante.

La vie n'est que l'enregistrement, dans la matière, des états de mouvement de l'Esprit pensant.

La substance de l'esprit a l'apparence de nombreux états de mouvement que l'homme appelle les éléments de la matière.

Les éléments de la matière ne varient pas en substance. Ils ne varient que dans leurs états de mouvement.

Tout mouvement est périodique et évolutif.

Tout mouvement est un mouvement en équilibre. Aucun autre mouvement n'est possible.

Tout mouvement a l'apparence d'être divisé en opposés.

Ces opposés du mouvement seront dorénavant appelés mouvement en inertie et mouvement en opposition.

Toute cette apparence que l'homme appelle matière est un mouvement en opposition.

Le mouvement en opposition est sous domination électrique ou magnétique prépondérante. C'est un état de mouvement où les pressions sont inégales et maintenues dans leur état d'inégalité par la résistance des deux forces opposées en mouvement. Le point de mouvement maximal en opposition est le centre nucléaire d'une unité ou d'un système où les pressions opposées atteignent leur point de pression maximale. La forme de la matière disparaît dans le mouvement en inertie.

Le mouvement en inertie est à la fois électrique et magnétique. Aucune des deux forces ne domine. C'est un état de mouvement où les pressions sont égalisées.

Le concept de vie de l'homme est une substance organique énergisée.

Le concept de mort de l'homme est la substance organique désénergisée.

Il n'y a pas de mort. La vie est éternelle.

La substance unique de l'univers ne peut pas se désexciter.

Le concept de vie de l'homme appartient au mouvement en opposition.

Le concept de mort de l'homme appartient au mouvement - à l'inertie.

La vie appartient, en principe, au mouvement.

C'est un univers de mouvement.

La cause de tout mouvement est l'action dynamique de la pensée de l'Être vivant universel unique, que l'homme appelle Dieu, ou Esprit, ou d'autres noms, tous représentant pratiquement l'idée unique de paternité ou de déité.

La pensée est un processus, un processus ordonné, évolutif, périodique, aux limites absolues.

Tout mouvement de l'esprit pensant naît dans la haute vitesse maximale de la constante universelle de l'énergie. Il parcourt toute la gamme des décélérations et accélérations périodiques et opposées en six tons pleins, un double ton et un ton maître, à chacune des dix octaves inférieures, et un nombre variable de tons moyens dans chacune des quatre dernières octaves.

Les sept tons sont les soi-disant éléments de la matière qui sont incorrectement classés dans les huit groupes du tableau périodique de Mendeléef communément accepté. Tous les effets du mouvement qui provoquent l'apparition de ces éléments sont ceux que l'on appelle ici mouvement en opposition.

Le ton principal de chaque octave est l'enregistrement de tous les mouvements qui ont lieu dans l'octave.

Les tons maîtres sont les points de passage entre la réaction et l'action, tout comme les doubles tons sont les points de passage entre l'action et la réaction.

Ils sont le début de chaque nouvelle expression de l'énergie en mouvement et sont les archives de l'ancien.

Ils sont la fin des expirations et le début des inspirations.

Le maître-temps de chaque octave est l'héritage du mouvement originel du processus de pensée du Mental. Ces maîtres-temps sont les gaz inertes qui sont classés dans le groupe zéro du tableau de Mendeleef.

L'état de mouvement de ces gaz inertes est celui du mouvement en inertie.

Le mouvement en inertie est l'état d'équilibre de pression qui existe entre deux masses quelconques.

La ligne, ou plan, d'inertie est cette ligne de séparation, ou plan, vers laquelle toutes les masses déchargent leur potentiel.

C'est la ligne, ou le plan, du potentiel le plus bas de deux zones de potentiel opposées, où les pressions opposées se neutralisent. C'est le plan de pression minimale de deux zones opposées.

Les tons maîtres, qui représentent un état de mouvement dans l'inertie et sont les gaz inertes, ont la même relation avec les éléments que le blanc avec les couleurs. Ils sont un enregistrement de tous ces éléments. Le blanc n'est pas inclus dans le spectre, il n'y a pas sa place. Les gaz inertes ne devraient pas être inclus dans les éléments. Ils n'y ont pas leur place. Nous reviendrons sur ce sujet plus tard, à sa juste place.

Les dix octaves constituent un cycle d'états de mouvement évolutifs. Ce cycle comprend

les limites les plus extrêmes des possibilités divines, et au-delà, rien n'est ou ne peut être.

Le cycle commence par la note la plus aiguë et descend la gamme de manière séquentielle à travers l'univers invisible de l'homme jusqu'à atteindre l'hydrogène, le premier élément perceptible par l'homme.

Il n'y a pas d'univers invisible.

Les tons qui suivent l'hydrogène sont l'univers visible ou physique de l'homme et se poursuivent jusqu'à la dixième octave. Ici, l'intégration et la désintégration élémentaires ont mis fin au cycle en atteignant l'équilibre de son début.

Tout mouvement est oscillatoire, oscillant en séquence entre deux forces apparemment opposées, la gravitation et la répulsion, qui sont respectivement électrique et magnétique.

Ce mouvement oscillatoire est une inspiration et une expiration pulsées, une inhalation et une expiration, qui est une caractéristique de toute matière, qu'elle soit en unités, en systèmes d'unités ou en masse.

Ces deux forces apparemment opposées sont les forces père et mère de l'esprit qui, additionnées, ne forment qu'une seule force.

Il n'y a qu'un seul pendule à l'horloge cosmique.

Tout l'univers de matière dit créé n'est que l'effet de l'opposition de ces deux forces masculines et féminines apparemment opposées.

Tout mouvement en opposition est à la fois gravitationnel et répulsif. C'est une caractéristique de toute matière.

Le mouvement, sur la ligne ou le plan d'inertie où la masse disparaît, n'est ni gravitationnel ni répulsif. C'est pourquoi les tons neutres,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de L'Universel (Traduit)

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs