Vous êtes sur la page 1sur 30

La crise financière

2007-2008
Réalisé par: Imane METKAL
Badr AABIK
Sarah ESSAMOUDI
Mohamed MOUMEN
Mohamed amine KOUTOUT
Plan
I- Introduction
II- l’origine de la crise financière
A- la crise des subprimes
B- synthèse de la crise
III- l’impact de la crise financière sur le monde
A- l’effet sur l’économie américaine
- Plan de relance
B- l’effet sur l’UE
- Plan de relance
C- l’effet sur l’économie chinoise
- Plan de relance
IV- l’impact de la crise sur le Maroc
V- Conclusion
Introduction
Une crise financière est une crise qui touche les marchés
boursiers, et les marchés des crédits d’un pays ou d’un groupe
de pays.
Une crise financière peut concerner seulement quelques pays,
ou, initiée dans un pays, peut s’étendre par contagion et
devenir internationale.
Si une crise financière ne concerne dans un premier temps que
les marchés financiers, son aggravation conduira à des effets
néfastes sur le reste de l'économie, entraînant une crise
économique, voire une récession. Ces effets sont généralement
un resserrement de crédit et donc une baisse de
l‘investissement, une crise de confiance des ménages.
Origine de la
crise financière
La crise des subprimes
La crise des subprimes est une crise qui a touché
le secteur des prêts hypothécaires américains et
qui a participé au déclenchement de la crise
financière de 2007-2008, qui s'est aggravée en
2008.

Les prêts
hypothécaires Les subprimes
Les prêts hypothécaire
Le remboursement d'un crédit hypothécaire est garanti par une
hypothèque sur un bien immobilier, ces hypothèques ont
toujours représenté un investissement très sûr. Les banques se
sont rendues compte qu'il est très rentable de grouper des prêts
hypothécaires dans des "bons", et de les vendre ensuite à des
investisseurs. Elles touchent alors une commission et
transfèrent le risque à l'acquéreur.

Ce système s'est avéré très avantageux et il a fallu trouver de


nouvelles hypothèques. Les banques ont alors commencé à
accorder des prêts hypothécaires à des foyers moins riches,
donc plus risqués
(les "Subprimes").
Les Subprimes
Les "Subprime" sont des prêts hypothécaires
accordés aux foyers dits "à risque", en situation
financière précaire.
Ces prêts ont permis à toute une catégorie
d'Américains d'accéder à la propriété.

Comment ces subprimes ont causé cette


crise financières ?
En effet, après les attentats du 11 septembre 2001,
l'idée était de donner un coup de pouce à l'économie
américaine. La Banque centrale américaine (FED) a
donc baissé ses taux de 6,5% à 1%,,provoquant une
création monétaire trop forte et un gonflement de
bulles sur les marchés immobiliers et sur les matières
premières, et rendant le crédit moins cher.

En 2006, la Fed, a augmenté son taux directeur de 1%


à 5% afin de réduire les pressions inflationnistes
grandissantes. Cette hausse du taux directeur a
provoqué un dégonflement de la bulle immobilière
américaine
Tant que le marché immobilier était à la hausse,
les ménages avaient toujours la possibilité de
revendre leur bien pour rembourser leurs dettes.

Mais quand le marché immobilier s'est effondré, les


foyers ont été pris à la gorge.
les banques spécialisées dans l'octroi de crédit à
risque ont vite éprouvé des difficultés de liquidités, et
Pour faire face à ce problème de liquidité, les banques
concernées ont vendu leurs crédits à d'autres banques.
Ainsi les prêts hypothécaires accordés ont été
transformés en titres. Il s'agit de créances titrisées qui
vont provoquer la crise des subprimes. Ces titres ont
été, à leur tour, éclatés et mélangés avec d'autres titres
qui composent les différents portefeuilles de
.placements boursiers
Synthèse de la crise
La crise des subprimes s'est transformée en crise
financière mondiale à partir de l'été 2007, avec une
défiance envers les créances titrisées qui comprennent
une part plus ou moins grande de créditssubprime,
.puis envers les fonds d'investissement
Cette crise de confiance générale dans le système
financier a causé une première chute des marchés
.boursiers à l'été 2007
Les autorités ont d'abord cru à une crise de liquidité
bancaire et les banques centrales n'ont cessé d'injecter
massivement des liquidités dans le marché
interbancaire. Mais peu à peu, le scénario d'une crise
.de solvabilité globale des banques s'est imposé
L’impact de la crise
financière sur le
monde
Effets sur l’économie
américaine
L'insolvabilité des débiteurs et la chute des prix de l'immobilier
ont provoqué la chute ou la faillite de plusieurs entreprises de
prêts hypothécaires à risque ((en) subprime mortgage lenders),
tels que la New Century Financial Corporation en avril 2007,
conduisant à l'effondrement du prix des actions de l'industrie
du crédit.
Les premiers effets sur le marché de l'emploi dans le
secteur financier se sont faits sentir dès l'été 2007.
Les sociétés financières américaines ont annoncé
35 752 suppressions d'emplois en août 2007, selon le
cabinet Challenger, Gray and Christmas.
൪ La crise financière affecte l'activité économique par le biais
notamment de la baisse du moral des ménages et des chefs d'
entreprises, des difficultés rencontrées par les banques, du
resserrement des conditions de crédits (hausse des
taux d'intérêt, sélection plus forte des emprunteurs). Ces
facteurs pèsent sur la consommation des ménages et sur l'
investissement des entreprises, provoquant une forte réduction
de la croissance. Cette crise économique de 2008, à laquelle
d'autres facteurs ont contribué, se traduit par une récession aux
États-Unis à partir de décembre 2007.

Le Fonds monétaire international a estimé dans un


rapport du 9 avril 2008 que « le montant des pertes pourrait
atteindre quelque 945 milliards de dollars ».
Plans de relance
൪ Le plan de relance économique américain dont le montant
pourrait avoisiner 850 milliards de dollars, a été proposé dans
les premiers jours de la nouvelle administration Obama
comme la priorité absolue des démocrates au pouvoir à la
Maison Blanche et au Congrès.
൪ Selon la presse américaine, l'équipe économique de M. Obama
prépare un plan de relance d'un montant compris entre 675 et
775 milliards de dollars, qui pourrait être porté à 850 milliards
de dollars au terme du processus parlementaire. Mais certains
journaux ont évoqué jusqu'à 1.000 milliards de dollars de plan
de relance.
൪ L'économiste plaide pour "deux plans, voire trois". Selon elle,
une première tranche pourrait contenir des dépenses à faire
rapidement pour relancer l'emploi, comme par exemple verser
de l'argent aux Etats afin de leur permettre de réaliser des
réparations sur leurs infrastructures routières existantes et
créer immédiatement des emplois.
൪ Les infrastructures à créer prendront plus de temps, selon elle.
൪ Début 2008, le président George W. Bush avait promulgué un
plan de relance de 168 milliards de dollars, adopté à l'arraché
par les parlementaires. Depuis l'explosion de la crise
financière aux Etats-Unis en septembre, les leaders démocrates
du Congrès ont multiplié les demandes pour un second plan de
relance économique se heurtant à une fin de non-recevoir de la
part de l'administration Bush.
Effets sur l‘économie de
l’U.E
൪ Les difficultés et faillites d'établissements:

En juillet 2007, l'allemande


IKB Deutsche Industriebank est en difficulté.
En septembre 2007, UBS et Crédit suisse
(réduction de 1 500 personnes) sont touchés
par la crise du marché hypothécaire américain.
La britannique Northern Rock, banque
spécialisée en crédit immobilier, est
nationalisée le 18 février 200829
൪ Les difficultés et faillites d'établissements:
Le 14 juillet 2008, la banque espagnole
Banco Santander, rachète la britannique
Alliance & Leicester pour 1,3 milliards de
livres.
Le 31 aout 2008, l'allemande
Dresdner Bank est vendue par l'assureur
Allianz à son compatriote Commerzbank pour
9,8 milliards d'euros.
Plan de relance de l’U.E
൪ La crise a fini par regrouper les dirigeants des 27 pays
européens qui viennent d'adopter un plan de relance de 200
milliards d'euros. Ce qui représente 1,5 point de PIB environ .
൪ La nouvelle formulation d'"environ 1,5%", moins
ambitieuse qu'une version précédente ("au moins 1,5%"),
reflète les divergences sur l'effort à fournir entre certains
pays souhaitant un plan le plus fort possible, comme la
France et le Royaume-Uni, tandis que d'autres Etats ont
fait part de réticences à s'engager de manière ferme sur
l'objectif de dépenses.
൪ L'Allemagne, qui a fait valoir à plusieurs reprises qu'elle
ne voulait pas payer pour les autres, a eu des divergences
persistantes avec ses principaux partenaires sur la
répartition des efforts.
Les effets de la crise
financière sur l’économie
:chinoise
൪ Bien que la Chine est confrontée elle-même à certaines
difficultés, mais on affiche quand même avec prudence une
attitude optimiste envers elle, car il y a deux bonnes raisons
pour croire que la Chine puisse continuer à jouer un rôle
important dans ces conditions-là
൪ Selon le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, le
taux de chômage en Chine évolue actuellement autour de 4
et 5% de la population active urbaine, soit environ 8,3
millions de personnes.
൪ Le gouvernement chinois a promis le 27 octobre
de soutenir les entreprises qui emploient beaucoup
de main-d'œuvre et les petites et moyennes
entreprises (PME) pour protéger les emplois dans
le contexte de la crise financière mondiale
൪ La Banque populaire de Chine (BPC, banque
centrale) a annoncé qu'elle baisserait ses taux
d'intérêt de référence de 0,27 point de pourcentage
pour soutenir la croissance économique.Cette
baisse a entré en vigueur le 30 octobre.
:Plan de relance chinois

൪ La Chine a organisé un plan de relance


économique de 4.000 milliards de yuans (586
milliards de dollars) jusqu'à fin 2010, pour
stimuler la demande intérieure face au
ralentissement de la croissance du PIB et à la
stagnation des exportations, dus à la crise
financière mondiale.
൪ Ce plan de relance intervient alors que la demande
mondiale de biens manufacturés chinois ralentit,
conséquence de la crise financière mondiale.
൪ La Chine, dont le secteur financier est
relativement protégé, est néanmoins très touchée
par la crise avec un net ralentissement de ses
exportations qui a déjà provoqué la fermeture
d'usines dans le Sud et la perte de milliers
d'emplois.
൪ La Chine a décidé d'adopter une politique
budgétaire active et de relâcher modérément sa
politique monétaire afin d'encourager une
croissance économique rapide mais soutenue, en
renforçant la demande intérieure
l’impact de la crise sur le
Maroc
► Le Wali de Bank Al-Maghrib, M. Abdellatif
Jouahri a affirmé que « Nous ne sommes pas
concernés par la crise internationale car nous
n'avons pas de subprimes dans nos banques ».

൪ Contrairement à cette affirmation, la crise


financière mondiale aura des répercutions sur
le Maroc. Voici 3 domaines ou la crise devrait
impacter le développement futur du Maroc.
LES ENTREPRISES (Plan )1
(…,émergence
Dans un contexte de récession mondiale, les entreprises
qui avaient l’intention de s’installer au Maroc vont pour
certaines décaler leurs investissements, les réduire voir les
annuler.
La direction de Renault par exemple, confrontée à une
baisse de la demande, préférera peut être faire tourner à plein
une usine déjà en place plutôt qu’investir dans de nouvelles
chaînes de productions.
D’autre part, dans un contexte de récession mondiale, la
demande internationale devrait diminuer. Le textil marocain
pourrait se retrouver de nouveau en crise suite à la diminution
des commandes en provenance de l’étranger.
LE TOURISME)Vision )2
)…,2010

൪ Les touristes européens, confrontés à une


baisse de leur pouvoir d’achat, partiront moins
en vacances ou en tout cas seront très vigilants
sur leurs budget. Les mauvais chiffres du
tourisme au Maroc (année 2008) ne sont
qu’une préfiguration de ce qui pourrait se
passer dans les prochaines années.
) L’IMMOBILIER)…,Plan Azur )3
൪ L’immobilier Marocain a déjà été touché par la crise.
Le désengagement de Fadesa du Maroc en 2007 est la conséquence de ses
difficultés en Espagne. L’effondrement du marché de l’immobilier en
Europe et dans le monde aura comme conséquence de provoquer une
raréfaction des achats de biens immobiliers par les étrangers. La chute des
promoteurs en bourse est bien une conséquence évidente de « la crise
financière internationale »

൪ Le Maroc « nouveau » (de 2000 à 2008) s’est développé dans un contexte


d’abondance de liquidités. Le Maroc a su intelligemment tirer son épingle
du jeu et faire qu’une partie des devises disponibles soit venu s’investir au
Maroc. Dans la période qui suit, les devises se feront plus rare et le Maroc
devra bien continuer a importer toutes les matières qui font défaut au
royaume. Le Maroc peut très bien s’en sortir, mais dans la mer agitée qui
s’annonce il faudra disposer d’une très bonne boussole et de bonnes cartes.
Les plans émergences, Azur, Vision 2010 et autres plans de développement
futur devront être amendé rapidement au risque de les voir, pour certains,
aller dans le mur.
Conclusion

2009 L’année de la
CRISE MONDIALE
൪ Ce sont finalement 3000 milliards de dolladrs qui doivent être
injectés par les autorités fiancières pour tenter de juguler la
crise financière.De l’avis des spécialistes ce n’est qu’une
digue qui retardera mais ne peut annihiler l’extention et
l’approfondissement de la crise.tout simplement parce que les
effets de celle-ci, sur les économies sont là et que l’impact des
plans de sauvetage sur les budgets des Etats, le resserrement
des crédits, renforcé par l’assoufflement du modèle quant à
l’approvisionnement en matièrespremières annoncent une
récession très sévère, pire qu’en 1929 selon les plus hardis,
c’est une éventualité que Soros l’ex-gourou des marchés
n’exclut pas. Cependant les plus mesurés affirment que la
situation est telle que « l’on peut expliquer ce qui se passe,
mais toute prédiction relève du jeu du hasard ». La crise a
traversé l’Atlantique et se mondialise. Contrairement à ce
qu’affirment plusieurs officiels, elle aura des répercussions
néfastes sur l’économie marocaine. Si effectivement la bourse
est déconnéctée des marchés financiers internationnaux,
l’économie dans sa globalité ne l’est pas.
MERCI
POUR VOTRE
ATTENTION