PROJET DE SECURITE DES RESEAUX

Comparaison EBIOS / MEHARI / ISO 17799 + étude de cas avec EBIOS

MASTER 2 ASR M Marc ROZENBERG

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE

Objet du document Destinataire Rédacteurs

Projet SERE : audit de sécurité M. Marc ROZENBERG
Pascal DUPEYRE – pascal.dupeyre@netasr.net Sylvain GARCIA – sylvain.garcia@isynet.org Armel LOSBAR – armel.losbar@free.fr Fabien DESBRUERES – fabien@desbrueres.fr

Version / Date

Version 1.0 – 14 février 2007

Table des matières
1 - Introduction.................................................................................................................................... .............3 1.1 - Présentation du projet.............................................................................................................. ............3 1.2 - Equipe projet...................................................................................................................... .................3 1.3 - Menace et Risque........................................................................................................... .....................3 2 - Présentation des méthodes et des Best Practices........................................................................................ ..4 2.1 - Les organismes et la sécurité.............................................................................................. .................4 2.1.1 - DCSSI................................................................................................................... ......................4 2.1.2 - CLUSIF............................................................................................................................ ...........5 2.1.3 - ISO.............................................................................................................................. ................5 2.2 - Présentation des méthodes et normes.......................................................................... ........................5 2.2.1 - Norme ou méthode ? .......................................................................................... ........................5 2.2.2 - Pourquoi une norme pour la sécurité de l’information ?...................................................... ........6 2.3 - Présentation d'EBIOS............................................................................................................. .............6 2.3.1 - Qu'est ce que c'est:...................................................................................................................... .6 2.3.2 - Quel est son but ?................................................................................................... .....................6 2.3.3 - Détail de la méthode EBIOS............................................................................ ...........................7 2.4 - MEHARI.................................................................................................................................. ...........8 2.4.1 - Le Plan Stratégique de Sécurité........................................................................................ ...........9 2.4.2 - Les Plans Opérationnels de Sécurité....................................................................................... .....9 2.4.3 - Le Plan Opérationnel d'Entreprise................................................................................. ..............9 2.5 - ISO 17799 : 2005..................................................................................................... .........................10 2.5.1 - Présentation des 10 chapitres constituant la norme ISO 17799............................................ ......11 2.6 - En quoi ces méthodes relèvent-elles de la problématique de sécurité ?........................... ..................18 2.7 - Comparaison des méthodes Mehari, EBIOS, ISO 17799...................................... ............................19 2.7.1 - Géneralités............................................................................................................................... ..19 2.7.2 - Méthodes ou best practice ?..................................................................................................... ..19 2.7.3 - Comment utiliser ce code de bonnes pratiques............................................................ ..............20 3 - Simulation par application de la méthode EBIOS .......................................................... ..........................21 3.1 - Architecture fonctionnelle.......................................................................................... .......................21 3.2 - Architecture technique générale............................................................................ ............................23 3.3 - Etude du contexte.............................................................................................................. ................23 3.3.1 - Etude de l’organisme..................................................................................................... ............24 3.3.2 - Etude du Système cible.................................................................................. ...........................24 3.3.3 - Détermination de la cible de l’étude........................................................................... ...............25 3.4 - Expression des besoins de sécurité................................................................................... .................27 3.4.1 - Détermination des fonctions et des informations sensibles.................................................... ....27 3.4.2 - Rédaction des fiches d’expression des besoins de sécurité.......................................... ..............27 3.4.3 - Synthèse des besoins de sécurité...................................................................... .........................33 3.5 - Etude des risques.................................................................................................................. .............33 3.5.1 - Etude des menaces génériques................................................................................................. ..33 3.5.2 - Etude des vulnérabilités spécifiques........................................................................... ...............35 3.5.3 - Analyse des risques spécifiques........................................................................................ .........39 3.5.4 - Confrontation des risques aux besoins................................................................................... ....39 3.6 - Mesures techniques de sécurité.............................................................................. ...........................48 3.7 - Matrice de traçabilité étendue........................................................................................................ ....49 4 - Conclusion................................................................................................................................................ .50

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 2/50

1 INTRODUCTION

1.1 PRÉSENTATION DU PROJET
Dans le cadre du cours Sécurité des Réseaux informatique nous devions réaliser un comparatif global et une présentation des méthodes et best practice que sont : ● EBIOS ● MEHARI ● ISO 17799 Suite à cette analyse, nous devrions être capables de répondre aux différentes problématiques suivantes : ● A-t-on réellement le droit de parler de méthodes lorsque l’on parle d’EBIOS, méhari, ou iso 17799 ? ● Mais notamment en quoi ces méthodes constituent un moyen de consolider le fait qu’il s’agit bien de sécurité ? ● Ensuite nous réaliserons une simulation d’EBIOS sur une plateforme de test élaboré pour la gestion des votes des représentants d'un organisme français.

1.2 EQUIPE PROJET
Elle est composée de quatre étudiants du Master 2 Informatique et Systèmes de spécialité Architecture des Systèmes en Réseau de l’université d’Evry. Desbruères Fabien Garcia Sylvain Dupeyre Pascal Losbar Armel Fabien.desbrueres@netys.org Sylvain.garcia@isynet.org Pascal.dupeyre@netasr.net Armel.losbar@free.fr

1.3 MENACE ET RISQUE
Le risque est au centre des méthodes d’analyse de sécurité c’est pour cela qu’il ne faut pas confondre risque et menace : La menace est une atteinte potentielle à la sécurité d’un système. La prévention a pour but de diminuer le degré d’exposition d’un système à la menace. Le risque est la concrétisation de la menace sous la forme d’agressions et de sinistre entraînant ainsi des pertes ou plus généralement des préjudices ou des dommages.

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 3/50

Les causes de ces sinistres peuvent être de différentes natures, il peut s’agir notamment de pannes, d’événements naturels, de vol de données, d’infection par virus etc ... Il faut être en mesure de mettre en place des procédures pour réaliser dans des délais acceptables une reprise d’activité (PRA, PRS). Comment sécuriser les systèmes Tenter de sécuriser un système d'information revient à essayer de se protéger contre les risques liés à l'informatique pouvant avoir un impact sur la sécurité de celui-ci, ou des informations qu'il traite. Afin de sécuriser les Systèmes d’information nous pouvons donc avoir recours à des méthodes ou des best practice selon les besoins en sécurité engendrés par le SI. En effet, nous nous tournerons vers des méthodes différentes selon le contexte dans lequel nous évoluerons. De nombreuses questions permettront de définir s’il faut se pencher sur une analyse, une méthode, ou des règles de bonnes conduites. Certains systèmes sont dits sécurisés, mais ne respectent pas les éléments de bases liés à la sécurité (par exemple la rédaction de procédures de sécurité qui doivent être analysées par des équipes spécialisées et améliorées dès que possible) : donc dans ces cas là il vaudra peut-être mieux envisager une analyse par le haut (objet du best practice). Dans le cas d’une organisation nouvelle, ou d’une organisation qui ne possède pas réellement de stratégie ou de politique de sécurité, il faudra envisager une analyse par le bas (objet de la méthode ou du parcours). Dans ce rapport, nous nous intéresserons aux méthodes suivantes : ● EBIOS ● MEHARI Ainsi qu’à la norme ISO 17799 qui correspond plus a ce que nous avons appelé précédemment des « best practice ».

2 PRÉSENTATION DES MÉTHODES ET DES BEST PRACTICES
2.1 LES ORGANISMES ET LA SÉCURITÉ
2.1.1 DCSSI Créée en 2001, la DCSSI est le centre focal de l'État français pour la sécurité des systèmes d'information. Elle a pour mission : ● d'évaluer périodiquement la vulnérabilité des systèmes en service, ● de former les responsables informatiques à la sécurité informatique, ● de réguler les moyens de protection et de chiffrement des organismes publics, ● de contribuer à l'élaboration de la politique gouvernementale en terme de sécurité informatique.

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 4/50

2.1.2 CLUSIF Le CLUSIF est un club professionnel, constitué en association indépendante, ouvert à toute entreprise ou collectivité. Il accueille des utilisateurs issus de tous les secteurs d'activité de l'économie. La finalité du CLUSIF est d'agir pour la sécurité de l'information, facteur de pérennité des entreprises et des collectivités publiques. Il entend ainsi sensibiliser tous les acteurs en intégrant une dimension transversale dans ses groupes de réflexion : management des risques, droit, intelligence économique ... Les groupes de travail traitent de thématiques variées en fonction de l'actualité, des besoins des membres... Le CLUSIF a des relais régionaux, les CLUSIR et des partenaires européens, les CLUSI. 2.1.3 ISO L'Organisation internationale de normalisation (ou ISO - International Organization for Standardization) est un organisme de normalisation international composé de représentants d'organisation nationale de normalisation d'environ 150 pays. Cette organisation créée en 1947 a pour but de produire des normes internationales dans les domaines industriels et commerciaux appelées normes ISO. Elles sont utiles aux organisations industrielles et économiques de tout type, aux gouvernements, aux instances de réglementation, aux dirigeants de l’économie, aux professionnels de l’évaluation de la conformité, aux fournisseurs et acheteurs de produits et de services, dans les secteurs tant public que privé et, en fin de compte, elles servent les intérêts du public en général lorsque celui-ci agit en qualité de consommateur et utilisateur. Le secrétariat central de l'ISO est situé à Genève, en Suisse. Il assure aux membres de l'ISO le soutien administratif et technique, coordonne le programme décentralisé d'élaboration des normes et procède à leur publication. L'ISO est le plus grand organisme de normalisation au monde. C’est une organisation non gouvernementale représentant un réseau d’instituts nationaux de 146 pays, selon le principe d’un membre par pays.

2.2 PRÉSENTATION DES MÉTHODES ET NORMES
2.2.1 NORME OU MÉTHODE ? Une norme peut être définie ainsi : c’est un document de référence basé sur un consensus couvrant un large intérêt industriel ou économique et établi par un processus volontaire. À la différence, une méthode est un moyen d’arriver efficacement à un résultat souhaité, précis. Mais une méthode n’intègre pas la notion de document de référence, ni la notion de consensus. Il ne faut donc pas opposer norme et méthode, mais plutôt les associer, une méthode sera « l’outil » utilisé pour satisfaire à une norme. Ainsi pour mettre en oeuvre efficacement la norme ISO17799, il faut s’appuyer sur une méthode de gestion des risques de type Mehari, Octave, EBIOS, …

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 5/50

1 QU'EST CE QUE C'EST: EBIOS est l’acronyme Expression des Besoins et Identification des Objectifs de Sécurité. C'est cet objectif. liés à leur dimension locale et leur faible pérennité et évolutivité.3. Des entreprises ayant de nombreux échanges de données avec d’autres sociétés (nationales ou internationales) ou avec de nombreux partenaires et clients ont senti depuis une dizaine d’années la nécessité de s'accorder sur des normes pour aider à sécuriser l’information et les processus d’échanges.3. ● Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 6/50 . ● l'implication des parties prenantes.2 QUEL EST SON BUT ? Elle est reconnue comme la méthode idéale pour rédiger des FEROS. Mehari. 2.2. Cette méthode a été conçue dans ce but et permet la rédaction intégrale de la FEROS..) ou publics (EBIOS. Cette norme ISO17799 a pour objectif d’établir un label de confiance pour la sécurité globale de l’information de l'entreprise. FEROS : Fiche d'Expression Rationnelle des Objectifs de Sécurité (des systèmes d’information). …). ● l'exhaustivité de l'étude grâce à sa démarche structurée. Elle permet d’identifier les besoins de sécurité d’un système lors de la phase de spécification de ce dernier. et notamment de l'autorité qui devra valider la FEROS. ● la justification des objectifs de sécurité à l'aide de l'appréciation des risques SSI. .3 PRÉSENTATION D'EBIOS 2. 2. ne constituent pas un label de confiance pour la sécurité globale de l'entreprise.2. C’est une méthode publiée par la Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d'Information (DCSSI) en février 1997. qui a présidé à la création de cette norme ISO17799. en offrant plusieurs avantages comme: la pertinence des objectifs de sécurité. justement.2 POURQUOI UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION ? Les méthodes existantes de sécurité de l’information qu'elles soient privées (Marion. C'est pour répondre à ce besoin de confiance globale de l’économie numérique. qui couvre les risques pesant réellement sur l'organisme. qu'ont été lancés des travaux pour établir des standards internationaux dans la sécurité de l’information.

Deuxième étape : expression des besoins de sécurité Pour chaque fonction ou information répertoriée dans l’étape précédente. ainsi que le contexte d’utilisation de ce système. Les impacts possibles sont : ● Interruption de service ● Perte d'image de marque ● Infraction aux lois et règlements ● Atteinte à la vie privée des usagers ● Pertes financières ● Pertes de clientèle ● Perte de réputation La sévérité de l’impact est classifiée de la manière suivante : ● ● ● ● ● 0 pour 1 pour 2 pour 3 pour 4 pour un impact nul un impact faible ou acceptable un impact moyen un impact critique un impact stratégique ou inacceptable Cet impact est apprécié selon 3 critères : La Confidentialité (C).3. SADT ou autre pourra aider à la représentation de ce système. nous allons déterminer la sensibilité. l'Intégrité (I) et la Disponibilité (D). Ces critères se basent sur l’impact que peut provoquer une altération de ces données. et aussi qui mettra en oeuvre les mesures de sécurité.2. informations ou fonctions. Exemples de menaces génériques : ● ● ● Dégâts des eaux Perte de moyens de télécommunications Écoute passive Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 7/50 . Une méthode telle que MERISE. afin d’identifier facilement et clairement l’ensemble des fonctions et informations en entrée et sortie du système.3 DÉTAIL DE LA MÉTHODE EBIOS La méthode EBIOS se décompose en 3 étapes : ● ● ● L'étude du contexte L'expression des besoins de sécurité L'étude des risques Première étape : l'étude du contexte Le but de cette étape est de déterminer de façon précise et sans ambiguïté le système à concevoir ou existant. Troisième étape : étude des risques Le but de cette étape est d’identifier les risques qui pèseront sur le système parmi une liste de menaces générique et par une liste de vulnérabilités associées aux menaces retenues.

Le logiciel RISICARE développé par la société BUC SA est un outil de gestion des risques basé sur la méthode Mehari. l'analyse des risques proprement dite est réalisée. Ces enjeux expriment les dysfonctionnements ayant un impact direct sur l'activité de l'entreprise. La méthode EBIOS demande "une confrontation des risques aux besoins". Existant en langue française et en anglais. Puis. 2. Pour chaque fonction ou information.● ● ● ● Divulgation externe Dysfonctionnement logiciel Altération des données Erreur d'utilisation Des exemples de vulnérabilités associées à la menace « Dysfonctionnement logiciel » sont: ● mauvaise conception et installation des logiciels ● mauvaise gestion des versions et configuration logicielle ● dysfonctionnements dus au réseau ● absence d'un responsable informatique Nous allons ensuite pondérer chaque menace en fonction de sa probabilité d’apparition ou de sa faisabilité et déterminer si le risque est d’ordre technique ou non technique. nous allons spécifier quels risques peuvent y porter atteinte. elle est utilisée par de nombreuses entreprises publiques ainsi que par le secteur privé. disponibilité). des audits identifient les vulnérabilités du SI. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 8/50 . Et enfin. et en la classification préalable des entités du SI en fonction de trois critères de sécurité de base (confidentialité. La démarche générale de Mehari consiste en l'analyse des enjeux de sécurité : quels sont les scénarios redoutés ?. Nous pourrons alors en déduire des scénarios.4 MEHARI Mehari (MEthode Harmonisée d'Analyse de Risques) est développé par le CLUSIF depuis 1995. elle est dérivée des méthodes Melisa et Marion. intégrité.

impact) est réalisée permettant par la suite d'exprimer les besoins de sécurité. Sur la base de cet audit.Schéma général de la méthode Mehari Mehari s'articule autour de 3 types de livrables : 1. Pour cela. les Plans Opérationnels de Sécurité (POS) 3. une évaluation de chaque risque (probabilité.4. Enfin. 2. le Plan Opérationnel d'Entreprise (POE) 2. et par la même les mesures de protections nécessaires. une planification de la mise à niveau de la sécurité du SI est faite.4.1 LE PLAN STRATÉGIQUE DE SÉCURITÉ Le Plan Stratégique de Sécurité fixe les objectifs de sécurité ainsi que les métriques permettant de les mesurer. 2. ils élaborent des scénarios de compromission et audite les services du SI. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 9/50 .4. le Plan Stratégique de Sécurité (PSS) 2.2 LES PLANS OPÉRATIONNELS DE SÉCURITÉ Les Plans Opérationnels de Sécurité définissent pour chaque site les mesures de sécurité qui doivent être mises en oeuvre.3 LE PLAN OPÉRATIONNEL D'ENTREPRISE Le Plan Opérationnel d'Entreprise assure le suivi de la sécurité par l'élaboration d'indicateurs sur les risques identifiés et le choix des scénarios de catastrophe contre lesquels il faut se prémunir. Il définit la politique de sécurité ainsi que la charte d'utilisation du SI pour ses utilisateurs. C'est à ce stade que le niveau de gravité des risques encourus par l'entreprise est évalué.

● conformité. ● contrôle d'accès. L'ISO/CEI 17799:2005 est un code de bonne pratique pour les objectifs et mesures. Les objectifs et mesures décrits dans l'ISO/CEI 17799:2005 sont destinés à être mis en oeuvre pour répondre aux exigences identifiées par une évaluation du risque. 2. proposent des liens entre menaces et parades.Des bases de connaissances permettent d'automatiser certains calculs de gravité des scénarios de risques. ● gestion opérationnelle et gestion de la communication. ● acquisition. ● sécurité physique et environnementale. et participer au développement de la confiance dans les activités entre organismes. la norme ISO/CEI 17799:2005 donne des lignes directrices et des recommandations pour le management de la sécurité. développement et maintenance des systèmes d'information. mettre en oeuvre les pratiques efficaces de la gestion de la sécurité. ● organisation de la sécurité de l'information.. entretenir et améliorer la gestion de la sécurité de l'information au sein d'un organisme.. ● sécurité liée aux ressources humaines. mettre en oeuvre. dans les catégories suivantes de la gestion de la sécurité de l'information: ● politique de sécurité.5 ISO 17799 : 2005 Issue de la norme britannique BS 7799. ● gestion de la continuité de l'activité. L'ISO/CEI 17799:2005 établit des lignes directrices et des principes généraux pour préparer. Mehari apporte une démarche centrée sur les besoins de continuité d'activité de l'entreprise et fournit des livrables types aidés d'un guide méthodologie. Cette méthode permet donc de construire une politique de sécurité destinée à pallier les vulnérabilités constatées lors des audits du Plans Opérationnels de Sécurité et d'atteindre le niveau de sécurité correspondant aux objectifs fixés dans le Plan Stratégique de Sécurité. L'ISO/CEI 17799:2005 est prévue comme base commune et ligne directrice pratique pour élaborer les référentiels de sécurité de l'organisation. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 10/50 . Les audits qu'elle propose permettent la création de plan d'actions concrètes. Les objectifs esquissés fournissent une orientation générale sur les buts acceptés communément dans la gestion de la sécurité de l'information. ● gestion des biens. ● gestion des incidents liés à la sécurité de l'information.

des objectifs et des activités de sécurité qui reflètent les objectifs de Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 11/50 . o conséquences des violations de la politique de sécurité.2. ● une brève explication des principes de sécurité. soutenant les buts et les principes de la sécurité de l'information. o prévention et détection des virus et tout autre logiciel malveillant. de ses objectifs. des normes et des exigences de conformité d'importance particulière pour l’organisme. portée globale et importance de la sécurité dans le partage de l'information ● une déclaration de l’implication de la direction de l’organisme. ● une définition des responsabilités générales et spécifiques de la gestion de la sécurité de l'information. Facteurs de succès de la mise en oeuvre d'une politique de sécurité de l'information : L’expérience a prouvé que les facteurs suivants sont souvent cruciaux pour assurer le succès de la mise en oeuvre de la gestion de la sécurité de l'information au sein d’une organisation : ● une politique. par exemple des politiques et des procédures plus détaillées de sécurité pour les utilisateurs spécifiques de systèmes d'information ou de règles de sécurité que les utilisateurs devront suivre. ● les références à la documentation qui peuvent soutenir la politique. par exemple: o conformité aux exigences légales et contractuelles.Politique de sécurité de l'information Politique de Sécurité de l'Information: Ce chapitre décrit les principaux domaines contenus dans le document de politique sécurité générale : ● une définition de la sécurité de l'information. o exigences de formation des collaborateurs à la sécurité. o gestion de la continuité d’activité. y compris les modalités de déclaration des incidents de sécurité.1 PRÉSENTATION DES 10 CHAPITRES CONSTITUANT LA NORME ISO 17799 Chapitre 1 .5.

Un ou des groupes de travail devront être mis en oeuvre. notamment dans des sociétés de taille importante. Chapitre 2 . ● une bonne compréhension des exigences de sécurité. ● Le traitement du cas. ● une démarche de mise en oeuvre de la gestion de la sécurité qui soit compatible avec la culture de l’organisation. sous-traitants. un tel comité doit : ● passer en revue la politique de sécurité de l'information d'approbation et responsabilités globales ● surveiller l’évolution de l’exposition aux menaces des actifs de l'information. de la sécurité lors de l’externalisation de certaines fonctions de l’organisme Ce chapitre est particulièrement important car il définit l’organisation pour mettre en oeuvre une organisation cohérente de la sécurité. de l’évaluation des risques et de la gestion des risques. avec l’appui de la direction. ● un système de mesures pour évaluer l’efficacité de la gestion de la sécurité de l’information et les suggestions d’amélioration faites en retour. ● approuver les initiatives principales pour renforcer la sécurité de l'information Coordination de la sécurité de l'information : il est décrit. ● des formations et une sensibilisation continues appropriées. ● Les modalités d’accès à l’information et au système d’information par des tiers (prestataires de services. ● passer en revue et surveiller des incidents de sécurité de l'information. comité de gestion des risques). sachant que la norme permet d’avoir par entité (géographique. juridique) des politiques personnalisées. …). ● un soutien et un engagement réel visible de la direction de l’organisme. notamment les exigences contractuelles à définir. pour assigner des rôles de sécurité et pour coordonner l'exécution de la sécurité dans l’organisme. Typiquement.Organisation de la sécurité Quelle organisation interne mettre en oeuvre ? Ce chapitre décrit l’organisation interne pour mettre en oeuvre la sécurité dans l’organisation et comporte 3 parties : ● La création et les missions d’une instance (comité sécurité) qui peuvent s’intégrer à une instance déjà existante (comité qualité. pour approuver la politique de sécurité de l'information. l'implication de la direction et de la hiérarchie et la coopération qui devrait exister entre les différentes entités de l'entreprise. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 12/50 . ● la distribution à tous les employés et à tous les fournisseurs de lignes directrices sur la politique et les normes de sécurité de l'information. ● une présentation efficace des questions de sécurité à tous les responsables et employés. comment assurer la coordination. Comité pour la sécurité de l'information : ce comité peut faire partie d'un comité de direction existant.l’entreprise .

Ceci semble pertinent sachant qu’il coûte beaucoup plus cher de le traiter après son déploiement. l'information devra être classifiée pour indiquer le besoin. ● la transmission par l’oral. Chapitre 3 . ● la transmission par la poste. les contrôles à effectuer : ● vérification des diplômes. ● la destruction. Procédure de recrutement. la responsabilité finale vis-à-vis de cet actif devra demeurer chez le propriétaire désigné. y compris le téléphone portable. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 13/50 . Chapitre 4 . L'information ayant des degrés variables de sensibilité et de criticité. et courrier électronique. Après ce travail d’inventaire. . Un organisme doit pouvoir identifier ses actifs. les priorités et le degré de protection requis. des procédures devront être définies pour couvrir les types suivants d'activité de manipulation de l'information : ● la copie. Ce propriétaire d’information sera responsable de la mise en oeuvre des contrôles appropriés et même si la réalisation des contrôles peut être déléguée.) de façon à s'assurer qu’un niveau de protection appropriée de cet actif soit mis en oeuvre. Processus d'autorisation pour des évolutions du système d’information : la norme préconise une revue des évolutions du SI d’un point de vue sécurité. fax. elle met beaucoup l’accent sur la culture sécurité de l’entreprise et notamment celle liée à son personnel. Pour chaque classe d’information (confidentielle. La norme préconise que soit identifié un propriétaire pour chaque actif principal (exemple : données client. restreinte. La norme considère qu’un système de classification avec des étiquettes physiques est généralement approprié pour les actifs matériels. ● le stockage.Attribution de responsabilités pour la sécurité de l'information : une bonne pratique est de nommer un propriétaire pour chaque actif principal du système d’information qui devient alors responsable de sa sécurité au jour le jour. …).Sécurité liée au personnel La norme ne se réduit pas à une norme technique. Inventaire des actifs : Le processus de réalisation de l’inventaire des actifs est un aspect important de la gestion des risques. quelques données peuvent exiger des mesures de traitements spécifiques. Conseil de spécialistes de la sécurité de l'information (interne ou externe) et coopération à l’intérieur de l’organisme. Cela devient plus compliqué pour toutes les données stockées sous forme électronique qui nécessitent des applications spéciales. revue de l’efficacité et de la pertinence de cette politique de sécurité. contrat d’embauche...Classification et contrôle des actifs Définir un propriétaire pour chaque actif principal. ainsi que leur valeur et importance relatives. formation à la sécurité : dans ce chapitre sont abordés les différents thèmes de la sécurité lors : ● de la sélection du personnel et son recrutement initial. données achat. répondeurs/enregistreurs. messagerie vocale.

de droit et de responsabilité des employés. aux procédures de sécurité en vigueur. dysfonctionnements. les thèmes liés à la sécurité des serveurs et de leur environnement : ● Gestion des alimentations électriques. des défauts de fonctionnement de logiciel. Chapitre 5 . la politique de mots de passe . Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 14/50 . Signalement des incidents de sécurité. Ils devront être mis au courant des procédures pour signaler les différents types d'incident (infraction. de canulars …. faiblesse ou défaut de fonctionnement de sécurité) qui pourraient avoir un impact sur la sécurité des actifs de l’organisme. De la même manière sont abordés en 20 points de contrôle. Il est préconisé qu’un processus disciplinaire officiel (claire et compatible avec la législation en vigueur) soit affiché pour que cela dissuade les éventuels employés peu disposés à respecter les consignes de sécurité. ● revu de la description du poste en intégrant les critères de sécurité ● de l’établissement du contrat de travail en intégrant des clauses de confidentialité. menace. La norme présente 25 points de contrôle. de protection des droits d’auteurs. Ces incidents peuvent également être des failles de sécurité (soupçonnées ou avérées). La sécurité physique est un sujet de fond dans la sécurité de l’information. Processus disciplinaire. ● la mise en place de systèmes de contrôle d’accès. la suppression d'un fichier ne résulte pas nécessairement de la destruction ou l'écrasement de celui-ci. ● La séparation des zones de livraison. Sécurité du matériel informatique... Des points plus sensibles sont abordés : ● Comment effacer définitivement les données : avec la plupart des systèmes d'exploitation. Il convient d’exiger d’eux qu’ils rapportent les incidents observés ou suspectés aussi rapidement que possible au point de contact indiqué. ● En outre est abordé le thème de la formation des utilisateurs aux principes de sécurité. et préconise notamment : ● La création de différents niveaux de sécurisation de zone. de virus. ● Politique pour limiter l’utilisation de boisson et de nourriture (une des premières causes de panne sur les ordinateurs portables) ● Procédure de sortie des matériels informatiques des locaux. aux modalités d’accès aux applications (connexions et déconnexion aux applicatifs).Sécurité physique et de l’environnement Sécurité Physique.présentation et vérification de références professionnelles et personnelles ● du changement de poste et notamment les évolutions donnant accès à des données sensibles : ● examen périodique du comportement du collaborateur et de son style de vie. Dans cette partie on insiste pour que ce soit l’ensemble des employés et fournisseurs de l’organisme qui participe au signalement des incidents de sécurité.

Pour cela plusieurs concepts sont présentés : ● Scellement ● Cryptographie ● Certificats et tiers de confiance ● Signature électronique Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 15/50 . communément appelé Corbeille. 98. ● Chapitre 6 . bandes. Ils peuvent toujours être récupérés grâce à des logiciels spéciaux. De la même manière. pour les ordinateurs ayant comporté des données confidentielles. …). Sécurité du réseau et des échanges. Ce chapitre est un des plus conséquents des 10 chapitres de la norme.Sous Windows 95. ainsi que l’identification et l’authentification des messages échangés. Deux grands thèmes sont décrits : ● Les thèmes liés à la sécurisation de l’exploitation de l’information ● La sécurité des réseaux au sens large véhiculant l’information. Les objectifs de la sécurité des échanges sont d’assurer leur confidentialité. la brèche de sécurité est grande : si vous supprimez un fichier avec Explorer. 2000. ● Sauf en utilisant des logiciels qui écrasent en une fois ou plusieurs fois à l'aide de la technologie du Département Américain de la Défense (DoD).) ● Séparer les fonctions à risques pour diminuer les risques de connivence entre personne de l’organisme. le fichier est simplement déplacé vers un dossier caché « Recycled ».. Me.. ● Les méthodes de destruction du matériel. les fichiers ne sont pas réellement détruits.Sécurité de l’exploitation et des réseaux Exploitation et réseaux. Même lorsque vous videz la Corbeille. . Sont décrits successivement les procédures et contrôles à mettre en oeuvre pour : ● Gérer les évolutions des systèmes d’information (qui est une cause fréquente d’ouverture ou de réouverture de brèches de sécurité) ● Identifier et gérer les différents types d’incidents de sécurité (déni de service. ● Séparer le développement informatique et son exploitation ● Gérer un contrat d’infogérance ● Organiser les recettes des développements et des mises en production de traitements ● Se protéger des logiciels malveillants (infections informatiques). Sécurité de l’exploitation. …). lorsque cela est nécessaire. notamment toute la sécurité des échanges et les moyens associés (cryptographie. NT et XP. Séparation des fonctions. il est préconisé d’aller jusqu’à un destruction physique des éléments de stockage (disques.

qu’il leur soit auparavant procuré un mot de passe temporaire qu’ils sont obligés de changer immédiatement. Dans ce chapitre sont également abordés les autres thèmes de la gestion des accès. Toutes les exigences de sécurité. ● faire en sorte que. un mot de passe temporaire ne doit pouvoir leur être fourni qu’une fois que l’utilisateur a été identifié avec certitude. Il ne faut jamais stocker de mots de passe sur un système informatique sous une forme non protégée». d’impression) ● Contrôle d’accès aux réseaux ● Authentification des utilisateurs pour les connexions à distance ● Contrôle des connexions réseau ● Contrôle de l’accès aux systèmes d’exploitation Chapitre 8 . Lorsque les utilisateurs oublient leur mot de passe. …. ● Il convient que les utilisateurs accusent réception des mots de passe. ● Il convient d’éviter la transmission de mots de passe par l’intermédiaire d’un tiers ou au moyen de messages par courrier électronique non protégés.Développement et maintenance des systèmes d'information Développement d'applications. ● exiger que les mots de passe temporaires soient transmis aux utilisateurs de manière sûre. La gestion des mots de passe. Ce chapitre traite des infrastructures informatiques. Juste un exemple des préconisations de la norme qui concerne la gestion des mots de passe : extrait de la norme : « Il convient de contrôler l’attribution des mots de passe par un processus approuvé par la direction dont le principe doit être le suivant : ● exiger des utilisateurs qu’ils signent une déclaration par laquelle ils s’engagent à ne pas divulguer de mots de passe personnels et à ne pas divulguer de mots de passe collectifs à l’extérieur du groupe. Gestion des accès logiques.Contrôles d’accès logique Ce chapitre décrit la politique à mettre en oeuvre pour structurer la gestion des accès au système d’information pour les utilisateurs de l’organisme. ● Examen des droits d'accès des utilisateurs ● Gestion du Matériel sans surveillance (serveurs de fichiers. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 16/50 . y compris les procédures de secours. à savoir : ● Politique de contrôle des accès et exigences de l’entreprise ● Gestion des accès utilisateurs. Il convient d’identifier les impératifs de sécurité et de les valider avant le développement de systèmes d’information. lorsque l’on demande aux utilisateurs de maintenir leurs propres mots de passe. des applications de l’entreprise et également des applications développées par les utilisateurs. enregistrement des utilisateurs. Il est évident que la norme n'est pas une norme de développement de code sécurisé. devront être identifiées dès la phase de spécifications du projet et être approuvées et documentées en tant qu'élément crucial du système d'information. mais également pour les systèmes externes qui se connectent automatiquement à des applications.Chapitre 7 . gestion des privilèges.

l’entreprise a en effet bien du mal à réorganiser ses processus. D’où un travail préparatoire important et surtout des simulations. caractères non valides dans des champs de données. Il convient de définir et de documenter également les mesures spécifiques et les responsabilités afférentes pour répondre à ces exigences. réglementaires et contractuelles pour chaque système d’information. elle vise à réunir pour chaque collaborateur un emplacement de travail. Cette partie décrit l’ensemble du processus organisationnel à mettre en oeuvre pour assurer une bonne utilisation du cryptage. d’un site de production ou d’un centre administratif. Cette conception dépasse la reprise sur le seul sinistre du système d’information . à l’échelle d’un siège social. ● Contrôle du traitement interne. la permanence de la relation client. un téléphone. afin de tester la capacité du nouveau dispositif à fonctionner à l’identique de celui qui serait sinistré. des signatures numériques. l’identification de la législation applicable au pays est la première tâche : définir explicitement et documenter les exigences légales. Mais. cela implique de disposer de plateaux pour loger plusieurs centaines de personnes et les mettre en condition de poursuivre leur travail quotidien et cela ne s’improvise pas. Chapitre 9 . Quelles que soient les probabilités de risques.C’est à dire ce qui concerne : ● Validation des données d’entrée (valeurs au-delà des limites. Politique sur l’utilisation des mesures cryptographiques: La décision sur le caractère approprié ou non d’une solution cryptographique doit être considérée comme faisant partie d’un processus plus étendu d’évaluation des risques et de sélection de mesures. ● Validation des données de sortie (contrôles de plausibilité pour vérifier si les données de sortie sont raisonnables …). L’informatique lui offre donc l’opportunité de préserver son patrimoine informationnel et une capacité de redéploiement. les dirigeants doivent pouvoir engager des moyens pour garantir la continuité de l’activité et en particulier. des services de non répudiation et de la gestion des clés.Continuité d'activité La continuité d'activité. à la condition qu’elle soit sécurisée et que des procédures de sauvegarde soient mises en oeuvre et régulièrement testées. ● Authentification des messages. Sans système d’information. notamment : Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 17/50 . Chapitre 10 . Il convient d’effectuer une évaluation des risques afin de déterminer le niveau de protection qu’il faut donner à l’information. et un poste de travail. données manquantes ou incomplètes). Comme l’ISO 177999 est une norme internationale.La gestion de la conformité Conformité nationale ou réglementaire.

● Disponibilité : Propriété d'accessibilité dans des conditions définies d’horaires. ● Intégrité : Propriété d'exactitude et de complétude des informations et des fonctions de l’information traitée. cette participation porte tant sur l’origine de l’information(imputabilité) que sur son contenu (intégrité). sauvegarde. Ce qui va nous permettre de qualifier la sécurité de l’information. archivage. avec le niveau de confiance exigé. diffusion. ce sont les exigences de sécurité : Confidentialité : Propriété d’une information ou d’une ressource de n'être accessible qu'aux utilisateurs autorisés (création. des 2.6 EN QUOI CES MÉTHODES RELÈVENT-ELLES DE LA PROBLÉMATIQUE DE SÉCURITÉ ? Ces méthodes relèvent bien de la problématique de sécurité. ● Non-répudiation : Impossibilité pour un utilisateur de nier sa participation à un échange d’information . protection des données personnelles Respect de la réglementation des mesures cryptographiques Collecte d’éléments de preuve : Règles de collecte des preuves Admissibilité en tant qu’élément de preuve Qualité et exhaustivité des éléments de preuve Audit de la politique de sécurité et de sa conformité légale. ● Imputabilité : Capacité de pouvoir attribuer. copyright des logiciels. ● Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 18/50 . La signature électronique et la réglementation des mesures cryptographiques. destruction). car leurs principales préoccupations concernent la sécurité au regard de l’information. une action sur une information ou une ressource à un utilisateur déterminé. Celles-ci ne doivent pouvoir être modifiées que par un acte volontaire et légitime. de délais et de performances des informations et des fonctions par les utilisateurs autorisés. ● Contrôle d’accès : Capacité d’autoriser un utilisateur à accéder à une information ou à une ressource à partir de ses droits et des contrôles appropriés exercés sur ses droits (en particulier.● ● ● ● ● ● ● ● ● ● Les droits de propriété intellectuelle : droits d’auteur. identification / authentification). La législation française Les différents textes de lois à intégrer sont : ● Le STAD (loi Godfrain) ● Liberté individuelles (CNIL) : protection des données et confidentialité renseignements personnels. ● Droit de la Propriété Intellectuelle (DPI) : ● Droit d'auteur ● Copyright des logiciels.

Confidentialité). ISO 17799 2. Le résultat de l'évaluation consiste en un ensemble de recommandations qui visent à adapter des processus. 2.7 COMPARAISON DES MÉTHODES MEHARI. En effet. des firewalls ou des proxy). quant à elle n’est pas une méthode à proprement parler. la non-répudiation et le contrôle d’accès impactent sur la production. L'objectif d'une évaluation est de s'assurer que la stratégie de sécurité informatique rejoint les bonnes pratiques. et ISO 17799 ? Pour les méthodes méhari et EBIOS nous pouvons réellement parler de méthode. EBIOS. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 19/50 . ISO 17799. L'évaluation du niveau de sécurité informatique d'un environnement consiste à le confronter aux bonnes pratiques en vigueur (best practices). des systèmes ou de l'environnement applicatif y compris les algorithmes. EBIOS. Il est d'usage de comparer une politique de sécurité avec un standard tel l'ISO 17799 L'évaluation de la sécurité peut s'appliquer à divers composants individuels de l'architecture réseau (configuration des routeurs.2 MÉTHODES OU BEST PRACTICE ? Peut-on réellement parler de méthodes pour Mehari. des procédures ou des configurations aux standards. elle constitue plutôt des « best practice » : cela correspond plus à des règles de bonnes pratiques.1 GÉNERALITÉS Méthode EBIOS MEHARI ISO Création 1995 1995 1993 Auteur DCSSI CLUSIF ISO Soutenue par Pays Outils Logiciel gratuit Logiciel Risicare Etat Maintenu Maintenu Maintenu gouvernement France association ISO France International 2. Comme nous avons pu le voir précédemment elles constituent un vrai parcours d’analyse avec une démarche et des étapes à valider. elles permettent l’analyse des enjeux et besoins de sécurité.7.7.À partir du DIC (Disponibilité. on va pouvoir mesurer les impacts de différentes natures : ● impacts financiers ● impacts sur les processus ● impacts d’images L’imputabilité. Intégrité.

il faudra envisager de suivre une démarche pour la mise en place de la stratégie et de la politique de sécurité. l'utilisation d'ISO 17799 en sera probablement différente avec pour objectif de gérer une check-list des thèmes de sécurité à traiter. Sachant que pour que cela soit pertinent. cette norme permet de partager un ensemble de principes de bonnes pratiques et de contrôles découlant d’une Politique de Sécurité de l'Information globale (pour garantir la confidentialité. l’utilisation de la norme ISO 17799 pourrait faire l’objet d’une utilisation pour la vérification des bonnes pratiques des règles de sécurité. il faut commencer la démarche par une identification des risques principaux. l’intégrité et la disponibilité de l’information). 2. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 20/50 . Pour une entreprise ayant des entités différentes ou filiales. partenaires. filiales et pays et ce. actionnaires. Dans ce cas une analyse par le haut de type EBIOS ou mehari sera nécessaire. si une organisation créée un système d’information.7. ou un petit organisme.3 COMMENT UTILISER CE CODE DE BONNES PRATIQUES Développer une Politique de Sécurité de l'Information avec ISO 17799. Pour une PME/PMI. … ● optique d’une certification sécurité à terme (et de réduction des primes d’assurance).On constate donc que si une organisation dispose d’un système d’information et d’une politique de sécurité. D’autres utilisations de cette norme sont également pertinentes : ● construction d’un référentiel sécurité propre à l’entreprise (par exemple en vue d’un audit interne) en partant de mesures ciblées pour l’entreprise ● développement d’un questionnaire de sécurité pour sensibilisation de la Direction de l’Entreprise ● support pour la sensibilisation du personnel de l’entreprise ● outil pour communiquer sur sa stratégie de sécurité vis à vis des clients. Il permet d’établir un référentiel et de pouvoir suivre les progrès accomplis par chacune des entités en dépit des différences de culture et d'environnement existantes entre entités. Dans le cas contraire. sans devoir imposer un système de sécurité unique.

La seconde est l’expression des besoins de sécurité. nous ne nommerons pas l'entité auditée.3 SIMULATION PAR APPLICATION DE LA MÉTHODE EBIOS Notre étude EBIOS s'est déroulé sur un projet de e-vote actuellement en cours de développement dans un organisme d'état français.1 ARCHITECTURE FONCTIONNELLE Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 21/50 . Pour des raisons de confidentialité. La première. permet d’identifier le système cible et de le situer dans son contexte. Cette étude va se décomposer en trois parties comme le préconise la méthode EBIOS. l’étude des risques. étude du contexte. qui permet de déterminer les besoins de sécurité associés aux fonctions sensibles du système cible. 3. La troisième. Nous présenterons uniquement l'architecture du système de l'e-vote. détermine les risques couverts par les objectifs de sécurité.

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 22/50 .

Enfin. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 23/50 .3.2 ARCHITECTURE TECHNIQUE GÉNÉRALE 3. ainsi que les informations associées. Dans notre situation et sur demande de la personne responsable de notre étude. la détermination de la cible de l’étude précisera les entités sur lesquelles ces fonctions s’appliquent. Nous effectuerons une étude de l’organisme basée sur l’expression du besoin général et sur des documents concernant l’organisme.3 ETUDE DU CONTEXTE Cette partie se décompose en trois parties comme le préconise la méthode EBIOS. nous ne ferons pas figurer cette partie de l'étude dans ce rapport. Suivra l’étude du système cible qui mettra en avant les fonctions essentielles associées au système. Ceci par souci de confidentialité.

1 ETUDE DE L’ORGANISME Présentation de l’organisme Organisation générale Contraintes générales On pourra retenir la contrainte d’ordre calendaire. On pourra également retenir la contrainte d’ordre territoriale.3.3. toutes les entités du système devant être localisées sur le territoire français. le système devant être livré avant la prochaine échéance électorale de 2008. On peut distinguer comme acteur du système cible : ● Votants ● Candidats ● Membres du bureau de vote ● Experts contrôlant le système Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 24/50 . de la préparation du scrutin au dépouillement des votes et à leur stockage. 3.2 ETUDE DU SYSTÈME CIBLE Description fonctionnelle du système Le système cible a donc la comme fonction principal la gestion de l’élection des élus de l'organisme. Il effectuera le traitement de cette élection de bout en bout.3.

 P2 Electeurs  P3 Personnels d'exploitation des centres informatiques.  P4 Président du bureau de vote  P5 Membres du bureau de vote.Caractérisation des processus externes concourant au fonctionnement du système cible Cette partie consiste à mettre en avant les flux d’informations et les nœuds effectuant ces traitements. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 25/50 . Ces nœuds représentent alors les fonctions du SI que nous considérons comme essentielles.  M2 Serveur Web  M3 Serveur d'annuaire  M4Serveur d'urne  M5 Serveur d'émargement  M6 Serveur de dépouillement Types de logiciels :  L1 système d'exploitation indifférent chez le client  L2 Navigateur Internet  L3 Application Web  L4 Logiciel d'annuaire Types de réseaux :  R1 Réseau Internet pour la connexion des votants  R2 LAN locaux des entités  R3 LAN fédérateur de l'entité fédératrice Types de sites :  S1 Centres informatiques des entités  S2 Centre informatique national de l’entité fédératrice Types de personnels :  P1 Personnels de développement et maintenance des applications : personnels internes et assistance externe. Les schémas suivant représentent ces nœuds et les informations les traversant. 3.3.3 DÉTERMINATION DE LA CIBLE DE L’ÉTUDE Caractérisation des moyens de la cible de l’étude Types de matériels :  M1 Ordinateur personnel du votant.

Tableau des relations Fonctions / Entités et Informations / Entités du système cible Entités M1 F1 Informer les électeurs F2 Vérifier le système F3 Enregistrer les listes F4 Identifier l'électeur F5 Choisir le candidat F6 Voter F7 Emarger F8 Dépouiller F9 Prouver F10 Publier I1 Liste des votants I2 Identifiant de l'électeur I3 Liste des candidats I4 Choix du candidat I5 Bulletin de vote I6 Liste d'émargement I7 Urne I8 Taux de participation I9 Résultats par candidat I10 Rapport d'erreur Matériels Logiciels Réseaux Sites Personnels M2 M3 M4 M5 M6 L1 L2 L3 L4 R1 R2 R3 S1 S2 P1 P2 P3 P4 X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X P5 Fonctions X X X Informations X X X X X X X X X X X X X X X X .

et I2.3. I4. F6. le but de cette étape est de déterminer quelle sont les fonctions et informations parmi les précédentes que nous allons considérer comme sensible. Intégrité. I7 3.4. nous avons sélectionné les suivantes : F4. Informations : Identifiants du votant Sinistres Disponibilité Intégrité Confidentialité Inaccessibilité Destruction 1 2 2 Impacts Impact Besoin de sécurité Modification accidentelle Modification délibérée 1 2 2 Divulgation interne Divulgation externe 2 3 3 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 27/50 . I6. F8. I5.4 EXPRESSION DES BESOINS DE SÉCURITÉ A partir des fonctions et des informations essentielles.1 DÉTERMINATION DES FONCTIONS ET DES INFORMATIONS SENSIBLES Soit les fonctions essentielles F1-F10 et les informations essentielles I1-I10. Disponibilité) 3. F5. F7.2 RÉDACTION DES FICHES D’EXPRESSION DES BESOINS DE SÉCURITÉ A partir des critères proposés par la méthode EBIOS afin de juger la sévérité de l’impact des sinistres sur chacun des fonctions et des informations. Nous créerons ensuite un tableau pour chacun des éléments identifiés afin de déterminer leur vecteur CID (Confidentialité.4.

Choix du candidat Sinistres Disponibilité Bulletin de vote Sinistres Disponibilité Intégrité Confidentialité Intégrité Confidentialité Impacts Impact Besoin de sécurité Inaccessibilité Destruction 1 1 0 Modification accidentelle Modification délibérée 1 2 2 Divulgation interne Divulgation externe 1 2 2 Impacts Impact Besoin de sécurité Inaccessibilité Destruction 2 3 3 Modification accidentelle Modification délibérée 2 3 3 Divulgation interne Divulgation externe 2 3 3 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 28/50 .

Liste d'émargement Sinistres Disponibilité Intégrité Confidentialité Urne Sinistres Disponibilité Intégrité Confidentialité Impacts Impact Besoin de sécurité Inaccessibilité Destruction 0 2 2 Modification accidentelle Modification délibérée 1 2 2 Divulgation interne Divulgation externe 1 1 1 Impacts Impact Besoin de sécurité Inaccessibilité Destruction 2 3 3 Modification accidentelle Modification délibérée 3 4 4 Divulgation interne Divulgation externe 2 2 2 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 29/50 .

Fonctions : Identifier l'électeur Sinistres Interruption complète (longue durée) Interruption complète (courte durée) Dégradation des performances Résultats incorrects Intégrité Choisir le candidat Sinistres Interruption complète (longue durée) Interruption complète (courte durée) Dégradation des performances Résultats incorrects Intégrité Confidentialité Résultats incomplets Disponibilité 3 Confidentialité Résultats incomplets Disponibilité 3 Impacts Impact Besoin de sécurité 2 0 2 3 2 1 Divulgation de l'existence de la fonction Divulgation externe 0 0 0 Impacts Impact Besoin de sécurité 2 0 2 3 2 1 Divulgation de l'existence de la fonction Divulgation externe 0 0 0 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 30/50 .

Voter Sinistres Disponibilité Emarger Sinistres Intégrité Confidentialité Disponibilité Intégrité Confidentialité Impacts Interruption complète (longue durée) Interruption complète (courte durée) Dégradation des performances Résultats incorrects Résultats incomplets Impact Besoin de sécurité 3 2 3 0 4 4 3 Divulgation de l'existence de la fonction Divulgation externe 0 1 1 Impacts Interruption complète (longue durée) Interruption complète (courte durée) Dégradation des performances Résultats incorrects Résultats incomplets Impact Besoin de sécurité 3 2 0 3 3 3 2 Divulgation de l'existence de la fonction Divulgation externe 0 1 1 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 31/50 .

Dépouiller Sinistres Impacts Interruption complète (longue durée) Interruption complète (courte durée) Dégradation des performances Résultats incorrects Impact Besoin de sécurité Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 32/50 Disponibilité Intégrité Confidentialité 3 2 1 4 3 4 Résultats incomplets 3 Divulgation de l'existence de la fonction Divulgation externe 0 0 0 .

INCENDIE 2.DÉGÂT DES EAUX 3. Besoin de sécurité 3. nous allons les confronter aux besoins pour déterminer les risques.5 ETUDE DES RISQUES Le but de cette étape est de déterminer les risques couvrant les besoins de sécurité définit dans la partie précédente.5. 3.ACCIDENTS MAJEURS A D L A S T Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 33/50 . A partir de menaces génériques.1 ETUDE DES MENACES GÉNÉRIQUES On sélectionne ici les menaces que l’on considère pertinente et adaptée à notre problématique.4. Fonctions Informations THÈME  ACCIDENTS PHYSIQUES Identifier l'électeur Choisir le candidat Voter Emarger Dépouiller 0 0 1 1 0 2 2 4 3 4 3 3 3 3 3 Identifiants du votant Choix du candidat Bulletin de vote Liste d'émargement Urne 3 2 3 1 2 2 2 3 2 4 2 1 3 2 3 FICHE DE SÉLECTION DES MENACES MENACE 1.3 SYNTHÈSE DES BESOINS DE SÉCURITÉ Il s’agit du tableau récapitulatif des fiches rédigées précédemment.POLLUTION 4.3.

PHÉNOMÈNE MÉTÉOROLOGIQUE 9.FRAUDE 23.DYSFONCTIONNEMENT MATÉRIEL 25.INFORMATIONS SANS GARANTIE DE L'ORIGINE 30.ATTEINTE À LA MAINTENABILITÉ DU SI 30.UTILISATION ILLICITE DU MATÉRIEL 32.ABUS DE DROIT 40.ESPIONNAGE À DISTANCE 18.PERTE D'ALIMENTATION ÉNERGÉTIQUE 12.USURPATION DE DROIT 41.DÉFAILLANCE DE LA CLIMATISATION 11.IMPULSIONS ÉLECTROMAGNÉTIQUES (IEM) 16.RENIEMENT D'ACTIONS 42.PHÉNOMÈNE VOLCANIQUE 8.PERTE DES MOYENS DE TÉLÉCOMMUNICATIONS 13.ALTÉRATION DU LOGICIEL 33.DIVULGATION INTERNE 22.PIÉGEAGE DU MATÉRIEL 33.USURPATION DE DROIT 42.RAYONNEMENTS THERMIQUES 15.VOL DE SUPPORTS OU DE DOCUMENTS 20.CRUE 10.PIÉGEAGE DU MATÉRIEL 31.PHÉNOMÈNE CLIMATIQUE 6.SATURATION DU MATÉRIEL 26.DIVULGATION EXTERNE 29.ÉVÉNEMENTS NATURELS PERTE DE SERVICES ESSENTIELS PERTURBATIONS DUES AUX RAYONNEMENTS COMPROMISSION DES INFORMATIONS DÉFAILLANCE TECHNIQUE AGRESSION PHYSIQUE 5.VOL DE MATÉRIELS 21.PIÉGEAGE DU MATÉRIEL 31.UTILISATION DE LOGICIELS CONTREFAITS OU X X X X Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 34/50 .FRAUDE 20.SATURATION DU MATÉRIEL 28.COPIE FRAUDULEUSE DE LOGICIEL 35.PANNE MATÉRIELLE 24.VOL DE MATÉRIELS 25.INTERCEPTION DE SIGNAUX PARASITES COMPROMETTANTS 17.PIÉGEAGE DU LOGICIEL 39.PIÉGEAGE DU LOGICIEL X 34.RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES 14.DESTRUCTION DE MATÉRIELS X X X X X X X X X X X X X X ACTIONS ILLICITES COMPROMISSION DES FONCTIONS 30.PIÉGEAGE DU LOGICIEL 39.ATTEINTE À LA MAINTENABILITÉ DU SI 27.PHÉNOMÈNE SISMIQUE 7.DYSFONCTIONNEMENT LOGICIEL 28.ABUS DE DROIT X 40.ÉCOUTE PASSIVE 19.UTILISATION ILLICITE DU MATÉRIEL 33.

Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 35/50 . nous allons affecter à chacune une cotation représentant le pourcentage de faisabilité ou de probabilité. la méthode EBIOS propose une liste de vulnérabilités associées aux menaces.2 ETUDE DES VULNÉRABILITÉS SPÉCIFIQUES On sélectionne ici les vulnérabilités du système.ERREUR COPIÉS 36.FRAUDE 43.USURPATION DE DROIT 41. nous obtiendrons donc une table des menaces. des vulnérabilités associées.ERREUR DE SAISIE 38.RENIEMENT D'ACTIONS 42. A partir des menaces sélectionnées précédemment. et la cotation de chacune par rapport à chaque entité de notre système. Une fois les vulnérabilités sélectionnées.ERREUR D'UTILISATION X X X X X X 3. A la suite de cette partie.ALTÉRATION DES DONNÉES 39.ABUS DE DROIT 40.5.ATTEINTE À LA DISPONIBILITÉ DU PERSONNEL 37.

.

.

R12 1 2 3 4 5 Libellé du risque Défaillance conjuguée de plusieurs routeurs Guerre mondiale Un intrus modifie les connexions du commutateur Coupure téléphonique Des pannes interviennent sur le réseau externe F/P 0.25²=0.5 0. un votant s'introduit dans le système Un espion pénètre dans le site Un espion pénètre dans les locaux Un espion usurpe son identité Un espion s'introduit par les conduits d'aération Le développeur introduit des chevaux de Troie Le cousin du développeur s'approprie le programme Le développeur n'apprécie pas le président des entités Le développeur se fait manipuler par un candidat F/P 0.0625 0.75 0.25 0.5²=0.5 0.Enfin.5 0.75*0. On ajoute alors un libellé pour chacun des risques déterminé.25²=0.375 0.5 C 0 0 0 0 0 I 0 0 0 0 0 D 3 4 2 0 2 R18 1 2 3 4 Libellé du risque Un espion "écoute" les informations transitant Le réseau est en paire torsadée --> diaphonie Un intrus a accès à la salle serveur et "écoute" Un espion "écoute" les informations depuis l'extérieur F/P 0.0625 0. le produit de ces cotations nous permet de déterminer le facteur risque de chacune des vulnérabilités.25 0.25 0 0.0625 C 0 0 0 I 0 0 0 D 3 2 2 R33 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Libellé du risque L'administrateur modifie des commandes L'administrateur installe des programmes pirates L'administrateur change les programmes applicatifs Le développeur introduit des chevaux de Troie Le matériel n'est pas testé avant utilisation L'administrateur modifie des fichiers commandes Grâce a son vote.0625 0.5 0 C 3 3 3 I 0 0 0 D 0 0 0 3 0 0 R23 1 2 3 Libellé du risque Un des serveurs de vote tombe en panne Un des serveurs a été mal réparé Utilisation "brutale" du système F/P 0.5=0.25 0.75 C I D 1 1 0 2 2 0 2 3 1 2 2 1 1 1 1 3 2 3 1 0 0 0 0 0 0 3 0 2 0 0 0 0 0 0 0 2 2 0 0 1 0 0 1 0 0 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 38/50 .5 0.25²=0.25²=0.5 0.25 0.5²=0.5 0.0625 0.25 0.75 0.25 0.25 0.25²=0.

25 Un intrus franchit les contrôles pour altérer des données 0. La sélection s'effectue par la mise en relation des risques spécifiques avec les besoins de sécurité.75 C I D 3 3 0 3 3 0 2 3 0 1 3 0 1 3 0 1 1 0 1 1 0 1 2 0 1 1 0 R40 1 2 3 4 5 6 Libellé du risque F/P Un intrus obtient des infos d'un votant 0.75²=0.5 Conflit entre un votant et le responsable du vote 0. On obtient le tableau listant les risques associés au système et son impact associé ainsi que la cotation faisabilité / probabilité.75 L'administrateur accorde des droits a un espion 0.3 ANALYSE DES RISQUES SPÉCIFIQUES L’objectif de cette étape est de déterminer un impact direct en (C.5625 Un espion s'introduit dans le site pour altérer des données 0.5.75 Un espion altère des données transmises 0.75²=0.25 Une connaissance de l'admin s'introduit dans le site 0. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 39/50 . pour mettre en évidence l'impact final de la réalisation d'un risque.75 Le responsable du bureau du vote est corrompu 0.5625 Un intrus se fait passer pour quelqu'un d'autre 0.5 Un pirate altère des données des locaux 0. D) issu de la menace et une faisabilité / probabilité issue des vulnérabilités retenues.75 L'administrateur donne des droits à un espion 0.5.4 CONFRONTATION DES RISQUES AUX BESOINS Evaluation des risques pour l’organisme Nous allons enfin pouvoir retenir les risques qui sont véritablement susceptibles de porter une atteinte aux fonctions ou aux informations sensibles.5 L'administrateur accorde des droits a un espion 0.25 C 3 4 2 2 3 3 I 3 4 2 4 3 3 D 2 2 2 3 2 2 3. I.R36 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Libellé du risque F/P Un intrus modifie des données 0.25 Un pirate s'introduit par les conduits d'aération 0. Voir tableaux précédents 3.5 L'administrateur se fait passer pour un autre votant 0.

c’est celui du besoin qui prime.2 (Fiches des besoins de sécurité) on obtient l’impact final. c’est celui-ci qui prime. Si l’impact du risque est inférieur. Fonctions : Identifier l'électeur Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (3-2-0) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 3 3 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 2 0 0 0 0 0 2 2 1 2 1 2 2 2 C 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 40/50 .En confrontant le vecteur CID du risque et en le comparant à celui du besoin déterminé dans la section 3.4. Si l’impact du risque est supérieur à celui du besoin. On obtient la fiche d’évaluation des risques.

Choisir le candidat Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 Voter Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (3-2-0) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 3 3 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (3-4-1) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 D 3 3 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 C 0 0 0 1 1 0 0 0 1 1 1 1 1 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 2 0 0 0 0 0 2 2 1 2 1 2 2 2 C 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 41/50 .

R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 Emarger Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (3-3-1) 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 3 3 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 3 2 C 0 0 0 1 1 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 42/50 .

Dépouiller Risques R23-1 R23-2 R23-3 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 D 3 2 2 0 0 0 0 0 Besoin (3-4-0) Impact I 0 0 0 3 3 1 2 1 C 0 0 0 3 3 1 1 1 D 3 2 2 0 0 0 0 0 Impact final I 0 0 0 3 3 1 2 1 C 0 0 0 0 0 0 0 0 Informations : Identifiants Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (2-2-3) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 2 2 2 0 0 2 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 2 0 0 0 0 0 2 2 1 2 1 2 2 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 3 2 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 43/50 .

Choix du candidat Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 Bulletin de vote Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (1-2-2) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 1 1 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 Besoin (3-3-3) Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 D 3 3 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 2 0 0 0 0 0 2 2 1 2 1 2 2 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 2 2 2 2 1 1 2 2 1 1 1 2 2 2 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 44/50 .

R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 Liste d'émargement Risques R12-1 R12-2 R12-5 R18-1 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-6 R33-7 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Besoin (2-2-1) 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 3 2 D 3 4 2 0 0 3 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 3 0 0 0 0 0 3 3 1 2 1 3 4 2 C 0 0 0 3 3 0 0 0 1 2 2 3 2 2 2 1 1 3 3 1 1 1 3 4 2 D 2 2 2 0 0 2 2 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 Impact final I 0 0 0 0 0 0 0 0 1 2 2 2 0 0 0 0 0 2 2 1 2 1 2 2 2 C 0 0 0 1 1 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 45/50 .

SYNTHESE DES RISQUES POUR LE SYSTEME .Urne Risques R23-1 R23-2 R23-3 R36-1 R36-2 R36-7 R36-8 R36-9 D 3 2 2 0 0 0 0 0 Besoin (3-4-2) Impact I 0 0 0 3 3 1 2 1 C 0 0 0 3 3 1 1 1 D 3 2 2 0 0 0 0 0 Impact final I 0 0 0 3 3 1 2 1 C 0 0 0 2 2 1 1 1 Sélection et gestion des risques Il s’agit dans cette dernière étape de classer les risques par catégories et de déterminer si la mesure pour contrer le risque est de nature technique.CIBLE menaces risques R12-1 R12-2 R12-3 R12-4 R12-5 R18-1 R18-2 R18-3 R18-4 R23-1 R23-2 R23-3 catégorie 1 3 2 3 3 2 3 2 1 2 1 2 T NT X X X X 12 18 X X X X X X X X X 23 Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 46/50 . non technique ou une association des deux.

33 36 40 R33-1 R33-2 R33-3 R33-4 R33-5 R33-6 R33-7 R33-8 R33-9 R33-10 R33-11 R33-12 R33-13 R33-14 R33-15 R36-1 R36-2 R36-3 R36-4 R36-5 R36-6 R36-7 R36-8 R36-9 R40-1 R40-2 R40-3 R40-4 R40-5 R40-6 1 1 1 2 1 1 3 2 2 2 2 1 1 1 1 3 3 3 2 2 2 1 1 1 1 2 1 1 1 1 X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 47/50 .

3. nous allons définir des fonctions et des mesures de sécurité afin de réduire les risques MESURES TECHNIQUES DE SECURITE menaces 12 risques R12-4 R12-5 R18-1 R18-2 R18-3 R18-4 R23-2 R23-3 R33-2 R33-3 R33-4 R33-5 R33-6 R33-7 R33-10 R33-12 R33-13 R36-1 36 R36-2 R36-3 R36-4 R36-5 R40-1 catégorie 3 3 2 3 2 1 1 2 1 1 2 1 1 3 2 1 1 3 3 3 2 2 1 T Fonctions de sécurité X X X Utilisation d'un X Chiffrement des algorithme transmissions X asymétrique X X Présence de serveurs Redondance de service de secours X X X X X X Vérification de la Comparaison avec la validité du format du structure d'un bulletin X bulletin type mise en place de X Authentification forte certificats vérification des Mise en place d'antiX programmes virus et de firewall X X chiffrement X Vérification de l'intégrité asymétrique X X X X Protection des informations d'identification et d'authentification Envoi des identifiants sous plis scellés au votant Mécanismes de sécurité 18 23 33 40 R40-2 R40-3 R40-4 R40-5 R40-6 2 1 1 1 1 X X X X X Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 48/50 .6 MESURES TECHNIQUES DE SÉCURITÉ A partir de la fiche remplie précédemment.

Nom de la capacité Scrutin : Nom de la fonction de service Identification B9 Besoins essentiels Vérification d'indentité B10 Assure l'unicité du vote Fonction de sécurité Protection des informations d'identification Mécanisme de sécurité Envoie des identifiants sous pli scellé au votant Choix du candidat Affichage des listes des candidats B11 dansl'ordre officiel B12 L'électeur doit pouvoir voter blanc L'électeur doit pouvoir revenir sur son choix B13 avant validation Chiffrement des transmissions Utilisation d'un algo asymétrique Vote B14 S'assurer du chiffrement de l'urne B15 Assurer l'intégrité du vote B16 Assurer le secret du vote B17 Réception d'un AR dès validation du vote Envoi du bulletin de vote chiffré au serveur B18 de vote Vérification de la validité du format du bulletin Comparaison avec la structure d'un bulletin type Emargement B19 Permet de conserver une trace (horodatage) Liste d'émargement enregistrée sur support B20 scellé et non réinscriptible Après le vote : Dépouillement B21 Génération des clés de dépouillement Décompte des voix via édition sécurisé ou B22 selon une liaison sécurisée La fin du dépouillement implique le blocage B23 du système de vote .3.7 MATRICE DE TRAÇABILITÉ ÉTENDUE Il s’agit de reprendre la matrice créée lors de l’étude du besoin et d’y rajouter les colonnes spécifiant les fonctions et les mécanismes de sécurité.

Notre objectif était de réaliser une analyse par le bas . Notre analyse nous a permis de recenser tous les risques inhérents au système. Projet SERE – Université d'Evry – M2 ASR – Février 2007 ©Copyright Fabien DESBRUERES / Pascal DUPEYRE / Sylvain GARCIA / Armel LOSBAR 50/50 . Le choix de dérouler la méthode EBIOS nous a permis de voir les subtilités dans l'analyse de risques d'un système et de discerner la différence entre une méthode et un parcours "best practice". Nous avons alors déterminé les problèmes suivants : Confidentialité et identification.4 CONCLUSION Notre choix d'étude final après comparaison. MEHARI est également une méthode mais est fournie avec des outils d'analyse payants (Risicare). car contrairement a ISO 17799 ce ne sont pas des règles de bonnes pratiques.et de prendre conscience des risques que pouvaient encourir ce système de vote électronique. mais réellement une méthode d'audit. contrairement a EBIOS qui fournit un logiciel gratuit pour le déroulement de l'analyse. c'est porté sur la méthode EBIOS.