P. 1
5 formulation des bétons

5 formulation des bétons

|Views: 1,505|Likes:
Publié parMed Amine Rifi

More info:

Published by: Med Amine Rifi on Aug 08, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PPT, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/07/2014

pdf

text

original

C

o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
1
Formulation des bétons
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
2
Plan
Les principes généraux
Exemple : la méthode Dreux-Gorisse
• Exercice d ’application
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
3
Les principes généraux
OBJECTIF :
Proposer la formule la plus économique
répondant à un cahier des charges technique
Cahier des charges

•affaissement
•résistance
•durabilité
•etc...
+
Rapport d’essai

•ciment
•additions
•granulats
•...

Formule
économique


C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
4
Les principes généraux
Approche bi-phasique:
Caractérisé par :
• Dmax
• compacité
• courbe granulaire
• coef. granulaire
= constituants < 80 µm
La pâte
Le squelette
granulaire
Caractérisée par :
• Eau
• Ciment
• Teneur en air
• Rapport E/C
• Additions
• Adjuvants
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
5
Les principes généraux
La pâte
• 1. Le choix des constituants :
– Eau
– Ciment
– Teneur en air
– Rapport E/C
– Additions
– Adjuvants
En fonction du cahier des charges :
– des résistances mécaniques à court et long terme
– de l’environnement
– des conditions de mise en œuvre du béton
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
6
La pâte
• 1. Choix du ciment
+ Résistances mécaniques à court et long terme
Choix du Ciment
12,5
22,5
32,5
42,5
52,5
62,5
72,5
0 7 14 21 28
I 52.5 R
I 42.5 R
II 52.5 R (D7)
II 42.5 R (L7)
II 32.5 R (L21F2)
V 42.5 (S22V22)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
7
La pâte
• 1. Choix du ciment

+ Résistances mécaniques à court et long terme
+ Environnement :

eaux sulphatées
proximité de la mer
utilisation de sels de déverglaçage
présence d’acides
jus agricoles
Choix du Ciment
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
8
La pâte
• 1. Le choix des constituants

+ Résistances mécaniques à court et long terme
+ Environnement
+ Conditions de mise en œuvre :

béton de masse
température extérieure
qualité de parement
importance de la vibration
Les principes généraux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
9
Teneur en air
La teneur en air

Elle dépend :
– type de malaxage
– méthode de mise en place du béton : « serrage »
– utilisation d’adjuvants entraîneur d’air ou anti-mousse
– limitation de la résistance mécanique
Elle entraîne :
– limitation des résistances mécaniques
– améliore l’ouvrabilité
– meilleur tenue au cycle de gel/dégel
– diminue la masse volumique du béton


Varie de 1% à 8% d’air
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
10
Rapport E/C
La pâte
• 3. Le rapport Eau/Ciment (en masse)

Il faut environ 25% d’eau pour hydrater tout le ciment.

Pour des questions de mise en œuvre, on utilise beaucoup
plus d’eau que nécessaire à l’hydratation :
Béton courant : 0,40 < E/C < 0,70
augmentation de la porosité et diminution des
résistances
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
11
Rapport E/C
Les pores d’une pâte de ciment varie du mm à l ’Å :

• air occlus (bulles remplies d ’air de l ’ordre du mm)
• bulles d’air entraîné (Ø entre 10 µm et 1 mm)
• pores capillaires (Ø entre 0,01 µm et 5 µm) (ils sont remplis
d’eau et se vident progressivement au cours de la prise et du
séchage en commençant par les plus gros)
• pores du gel (Ø < 0,01 µm) : pores des C-S-H. Ils sont remplis
d ’eau très stable
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
12
Rapport E/C
Distribution de la porosité pour différents rapports E/C
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
13
Les principes généraux
La pâte
• 3. Le rapport Eau/Ciment (en masse)
– Résistance mécanique

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
14
Les principes généraux
Influence du rapport E/C sur les résistances mécaniques
des bétons
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
15
Les principes généraux
La pâte
• 3. Le rapport Eau/Ciment (en masse)
– Résistance mécanique
– Environnement

 le cahier des charge ou les normes locales précisent en
général le rapport E/C maximum en fonction de
l’environnement
eaux sulphatées
gel modéré
gel sévère
eau de mer
etc...
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
16
Les principes généraux
La pâte
• 4. Les additions

• Fillers calcaires ;
• Cendres volantes ;
• Laitier ;
• Fumée de silice ;
• Métakaolin ;
• Quartz broyé ;

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
17
Les principes généraux
Les additions - Notion de liant équivalent
• principe
– LE = C + k
j
. A (k
j
= cte fonction du type d’addition)


Additions k
j
A/(A+C)
Fillers calcaires 0,25 0,25
Cendres volantes 0,4 à 0,6 0,30
Laitier 0,9 0,30
Fumée de silice 1 à 2 0,10
Quartz broyé 0,1 0,10
Autres 0 /


¬ mais effet de plafonnement
(Valeurs NF P 18-305)

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
18
Les principes généraux
La pâte
• 5. Les adjuvants

En fonction :
– de la fluidité recherchée
– de la nécessité d’entraîner de l ’air
– des conditions de mise en œuvre
 cycle de coffrage/décoffrage
 coulage sous l’eau
 durée du maintien de l’affaissement
 etc...
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
19
Les principes généraux
Approche bi-phasique:
Caractérisé par :
• Dmax
• compacité
• courbe granulaire
• coef. granulaire
= constituants < 80 µm
La pâte
Le squelette
granulaire
Caractérisée par :
• Eau
• Ciment
• teneur en air
• RapportE/C
• adjuvants
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
20
Les principes généraux
Les granulats varient par leur :
• Distribution dimensionnelle :
– fillers 0/2
– sable 0/6,3 mm
– gravillon 1/31,5
– cailloux 20/125

• Forme :
– Roulés (alluvionnaires)
– Concassés (roches broyées)
– alongés, plats

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
21
Le squelette granulaire

0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
0,01 0,1 1 10 100
Tamis (mm)
T
a
m
i
s
a
t
s

(
%

v
o
l
u
m
i
q
u
e
)

Les principes généraux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
22
Les principes généraux
Tableau présentant les caractéristiques de différents
granulats.
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
23
Les principes généraux
Granulats spéciaux

Granulats légers:
–polystyrène expansé, verre expansé, vermiculite (d <
0,5)
–argile ou schiste expansé (0,8 < d < 1,6)

Granulats lourds :
–Basalte (2,8 < d < 3)
–Magnétite (oxyde de fer) (4,5 < d < 5,1)
–Riblons concassés (d ~ 7)


C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
24
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 1. Dmax

En fonction :
– de l’espace entre les armatures :
e
Dmax < 2e/3
Dmax < l l
Économiquement, il est toujours préférable
d’utiliser le Dmax le plus élevé possible
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
25
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 2. Compacité
– pour avoir un comportement plastique il faut
l’aide de la pâte :
Remplir les vides granulaires
ensuite
Ecarter les granulats
Compacité = économie
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
26
Consistance et compacité

Pour un squelette optimisé :


5
D
d
47 , 0 1 Compacité · ÷ =
(formule approchée, d’après Caquot)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
27
Consistance et compacité
Optimisation du mélange granulaire (>80µm)
• courbe granulaire type Dreux…
(Ultra)fines en complément du ciment
• remplir les vides des granulats
(Super)plastifiant
• casse les flocs des fines = diminution de d
• compacité augmente...
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
29
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 2. Compacité
– recherche de la compacité optimale
• méthode mathématique
» complexe
» nécessite des moyens informatiques
» précise
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
30
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 2. Compacité
– Méthode mathématique (modèle de suspension solide)
Mesure de la compacité de chaque granulat
Itération
mathématique
Compacité du mélange binaire
0,5
0,6
0,7
0,8
0 20 40 60 80 100 120
Proportion de Palvadeau 2/4 en %
C
o
m
p
a
c
i
t
é


Compacité
Calcul Théorique
Palvadeau 0/0.315 Palvadeau 2/4
Calcul de la compacité optimale
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
31
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 2. Compacité
–Méthode mathématique (modèle de suspension solide)
0.65
0.8 0.75
0.7
Mélange ternaire
Palvadeau 12/20
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100 0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Palvadeau 2/4
Palvadeau 0/0.315
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
32
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 2. Compacité
–Compacité maximale pas toujours souhaitable :
• dosage faible en ciment
• BAP
• produits fluides de remblayage
Utilisation de la méthode des fuseaux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
33
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
0,01 0,1 1 10 100
Tamis (mm)
T
a
m
i
s
a
t
s

(
%

v
o
l
u
m
i
q
u
e
)

Courbe granulaire du béton
Les principes généraux
Le squelette granulaire
• 3. Méthode des fuseaux granulaires
–recherche de la combinaison se plaçant au
centre du fuseau
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
34
Les principes généraux
Approche bi-phasique:
• Dernière étape : recherche des proportions
pâte/granulats
200
220
240
260
280
300
320
340
360
380
400
200 220 240 260 280 300 320 340 360
volume de pâte
c
o
û
t

d
u

b
é
t
o
n

0
0,5
1
1,5
2
2,5
3
s
u
p
e
r
p
l
a
s
t
i
f
i
a
n
t

(
%
)

Coût du béton
% superplastifiant
Méthode expérimentale
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
35
Les principes généraux
Approche bi-phasique :
• Résistances mécaniques

Modèle de Bolomey :



f ’
c
= R
c
x G ( C - 0,5)
E + A
Rc = résistance à la compression
normalisée du ciment (Mpa)
G = coefficient granulaire (0,4 à 0,6)
C = ciment (kg/m
3
de béton)
E = eau efficace (litre/ m
3
de béton)
A = volume d ’air (litre/ m
3
de béton)

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
36
Résistance « caractéristique »
(LES BETONS, Bases et données pour leur formulation, dir. J. BARON J.-P. OLLIVIER, Ed. Eyrolles, 1997)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
37
Résistance « caractéristique »
(Nouveau guide du béton, G. DREUX J. FESTA, Ed. Eyrolles, 1995)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
38
Résistance « caractéristique »
(LES BETONS, Bases et données pour leur formulation, dir. J. BARON J.-P. OLLIVIER, Ed. Eyrolles, 1997)
• dans la norme :
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
39
Résistance « caractéristique »
28 MPa
(LES BETONS, Bases et données pour leur formulation, dir. J. BARON J.-P. OLLIVIER, Ed. Eyrolles, 1997)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
40
Résistance « caractéristique »

résistance moyenne visée
=
résistance caractéristique
+ 15 à 20 %

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
41
Ouvrabilité
Cône d'ABRAMS (NF P 18-451/ISO 4109)
Caractérise uniquement le seuil de cisaillement du béton t
o
.
Deux bétons peuvent avoir le même seuil (même
affaissement) mais des viscosités très différentes.
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
42
Ouvrabilité



Affaissement Classes Désignation
0-4 Ferme F (S1)
5-9 Plastique P (S2)
10-15 Très Plastique TP (S3)
>16 Fluide F (S4)
Type d’ouvrage
Affaissement au cône
d’Abrams (cm)
Béton compacté au rouleau 0
Bétons extrudés (poutrelles)
Bétons secs (préfabrication)
Béton à démoulage immédiat (parpaing)
3
Béton projeté 5
Mise en place à la pompe > 7
Mise en place à la benne
(banches, planchers, …)
TP
Pieux, parois moulées > 18
Béton auto-plaçant / auto-nivelant > 22 (étalement > 650 mm)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
43
Cône d'ABRAMS
Pour les bétons très fluides
(aff. > 20 cm) et auto-plaçants
on mesure plutôt l’étalement.

De même, l’étalement caractérise
uniquement le seuil de cisaillement du
béton t
o
donc 2 bétons peuvent avoir le
même seuil (même affaissement) mais
des viscosités différentes.

¸
, S
-1

t, Pa
0
400
800
1200
BAP visqueux
BAP fluide
Seuil de cisaillement < 400 Pa
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
44
Maniabilimètre à béton (NF P 18-452)
Type B - D > 12,5 mm - 30 litres
Caractérise la fluidité d’un béton sous vibration.

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
45
Appareil VéBé (P18-438 /ISO 4110)
Écoulement sous vibration d’un matériau
ferme.

Mesure le temps de vibration nécessaire pour
que le cône d ’Abrams s’étale complètement
dans la cuve.
Vébé
Temps
d’écoulement (s)
V0 > 31
V1 30 à 21
V2 20 à 11
V3 10 à 5
V4 s 4
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
46
Flow-Test béton (ASTM C 124)
Protocole CTG
Mesure de l’étalement
après 15 chocs

Flow-Test (%) = 100*(Etal.-25)/25


N’est plus normalisé


!
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
47
Table DIN (NF P 18-448 / ISO 9812)
Essai d ’étalement à la table à chocs

Mesure de l’étalement après 15 chutes.
Étalement = (d1 +d2)/2 (mm)
Table à secousses Etalement (mm)
F1 340
F2 350 à 410
F3 420 à 480
F4 490 à 600
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
48
Degré de compactabilité (P 18-439 / ISO 4111)
Essai Walz
On mesure le degré de serrage pour une quantité d’énergie
déterminée.
Boîte métal carrée de 400 mm de haut remplie à la truelle.
Facteur de serrage : Rapport du volume du béton avant et après
serrage.

c = h
1
/(h
1
-s)
Test de
compactibilité
Degré de
compactibilité
C0
> 1,46
C1 1,45 à 1,26
C2 1,25 à 1,11
C3 1,10 à 1,04
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
49
Méthode Dreux-Gorisse
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
50
Méthode Dreux-Gorisse
6 étapes
• Dmax
• volume fines (formule)
• eau et air (tableaux)
• E/C (formule de Bolomey)
• C (calcul)
• granulats (méthode graphique)
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
51
Méthode Dreux-Gorisse
• Volume de fines
2 , 0
D
220
Vfines =
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
52
Méthode Dreux-Gorisse
• Eau et air
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
53
Méthode Dreux-Gorisse
• Formule de Bolomey
|
.
|

\
|
÷
+
· · = 5 , 0
V E
C
k Rc Rb
b 28 28
5 , 0
k Rc
Rb
V E
C
b 28
28
+
·
=
+
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
54
Méthode Dreux-Gorisse
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
55
Méthode Dreux-Gorisse
• Ciment
( ) ( )
(
¸
(

¸

+
·
· + =
(
¸
(

¸

+
· + = 5 , 0
k Rc
Rb
V E
V E
C
V E C
b 28
28
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
56
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
57
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
58
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
59
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
60
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
61
Méthode Dreux-Gorisse
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
62
Méthode Dreux-Gorisse
• Volume granulats
Va Ve Vc 1000 Vg ÷ ÷ ÷ =
Vg % Vg
i i
· =
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
63
Méthode Dreux-Gorisse : exemple

Cahier des charges
• B25
• Plastique
• 0/25
• Granulats siliceux roulés 0/6 et 5/20
• CPA-CEM II/A 32,5

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
64
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Eau et air
E = 181
V = 19
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
65
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
66
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Formule de Bolomey
|
.
|

\
|
÷
+
· · = 5 , 0
V E
C
k Rc Rb
b 28 28
5 , 0
k Rc
Rb
V E
C
b 28
28
+
·
=
+
30 MPa
0,55
45 MPa
= 1,71
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
67
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Ciment
( )
(
¸
(

¸

+
· + =
V E
C
V E C
181
19
1,71
= 342
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
68
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Volume de fines
2 , 0
D
220
Vfines =
V
C
= 342 / 3.15 = 109 l/m
3

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
69
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Courbe de Dreux
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
70
Méthode Dreux-Gorisse : exemple
• Volume granulats
691
19 181 109 1000 Vg
=
÷ ÷ ÷ =
3
m / kg 859 7 , 2 x 318 ms 318 691 % 46 Vs = = ¬ = · =
3
m / kg 1007 7 , 2 x 373 mg 373 691 % 54 Vg = = ¬ = · =
C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

Sika France
71
Méthode Dreux-Gorisse : exemple

Formule
• C = 342 kg/m
3

• E = 181 l/m
3

• V = 19 l/m
3

• mg = 1007 kg/m
3

• ms = 859 kg/m
3

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->