Vous êtes sur la page 1sur 3

En attendant Godot

Deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent dans un nonlieu la tombe de la nuit por attendre Godot. Cet homme qui ne viendra jamais leur a promis quil viendrait au rendez-vouz. Un jeune garon apparat, envoy par labsent pour dire quil viendra demain. Vladimir a limpression davoir dj vecu cette scne, mais le garon ne se le rappelle pas.

GARON: Monsieur Albert? VLADIMIR: Cest moi. VLADIMIR: Quest-ce que tu veux ? GARON: Cest monsieur Godot VLADIMIR: Evidemment. Approche VLADIMIR: Eh bin dis-le, pourquoi tu viens si tard? GARON: Cest ne pas ma faute, monsieur! GARON: Javais peur monsieur VLADIMIR: Tu as peur de fouet? GARON: Oui, monsieur VLADIMIR: Des cris? GARON: Oui, monsieur VLADIMIR: Tu es dici? GARON: Oui monsieur VLADIMIR: Dit la vrit! GARON: Mais cest la vrit, Monsieur. VLADIMIR: Eh bien? GARON: Monsieur Godot

VLADIMIR: Je tai dj vu. Nest-ce pas? GARON: Je ne sais pas, monsieur VLADIMIR: Tu ne me connais pas? GARON: Non, monsieur. VLADIMIR: Cest la premier fois que tu viens? GARON: Oui, monsieur. VLADIMIR: Eh bien, continue. GARON: Monsieur Godot ma dit quil ne viendra pas ce soir mais surement demain. VLADIMIR: Cest tout ? GARON: Oui, Monsieur. VLADIMIR: Tu travailles pour monsieur Godot ? GARON: Oui, Monsieur. VLADIMIR: Quest-ce que tu fais ? GARON: Je garde les chvres, monsieur. VLADIMIR: Il est gentil avec toi ? GARON: Oui, Monsieur.

VLADIMIR: Il ne te bat pas ? GARON: Non, Monsieur, pas moi. VLADIMIR: Qui est-ce quil bat ? GARON: Il bat mon frre, Monsieur. VLADIMIR: Ah, tu as un frre ? GARON: Oui, Monsieur. VLADIMIR: Quest-ce quil fait ? GARON: Il garde les brebis, monsieur. VLADIMIR: Et pourquoi il ne te bat pas toi ? GARON: Je ne sais pas, monsieur. VLADIMIR: Il te donne assez de manger ? GARON: Assez bien, monsieur. VLADIMIR: Tu nes pas malheureux? Tu entends? GARON: Oui, Monsieur. VLADIMIR: Et alors ? GARON: Je ne sais pas, Monsieur.

VLADIMIR: Tu ne sais pas si tu es malheureux ? GARON: Non, Monsieur. VLADIMIR: O cest que tu couches? GARON: Dans le grenier, monsieur. VLADIMIR: Avec ton frre ? GARON: Oui, Monsieur. VLADIMIR: Bon, va-ten.