Vous êtes sur la page 1sur 30

 

   

2008 
Géographie HUMAINE 
Géographie Urbaine

MAILLET Estebane 
 

28/10/2008 
2  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 

Géographie urbaine 
1er Thème : processus d’urbanisation dans le monde 
 
Introduction 
 
• Ville d’origine très ancienne 
• Croissance rapide des villes après les révolutions industrielles  
• Rupture dans les rythmes des croissances 
 
I. Définition et critère de la ville 
On a une définition de la ville qui ne va de soi et qui varie d’un pays à l’autre. 

Définition du dictionnaire : Agglomération relativement importante dont les habitants ont des activités 
professionnelles diversifiées, notamment dans le secteur tertiaire. Synonyme. Agglomération urbaine, cité. 

Quels sont les critères pour définir une ville ? 

A. Critère numérique 
• On définit qu’une ville est « une agglomération au dessus d’un seuil. 

Agglomération : espace qui contient une continuité dans le bâti 

• Quel seuil ?  
o INSEE : 2.000 hab. : ville en France 
o Autres exemples : 
ƒ Danemark : seuil à 250 hab. 
ƒ Egypte : seuil à 11.000 hab. 
o Pourquoi 2.000 hab. ? 
ƒ Si ≤ 2.000 : juste épicerie, bistrot, boulangerie, … 
ƒ Si ≥ 2.000 : service plus élaborés 
 

B. Autres critères 
• Statut administratif de l’agglomération 
o Exemple : Brésil : toute « cidade est une ville 
ƒ Chef lieu de commune, « municipe » 
ƒ Quelque soit son effectif de population 
o Constat : chef lieu, cette agglomération a un rôle d’organisateur, rôle de centralité 
• Composition de la population active 
o Agriculteur ou autre profession ? 
o Si majorité d’agriculteur : village (même de grande dimension) 
o Ville : diversité d’activité professionnel (beaucoup de non agricole) 
• Equipement présents ou non, urbaine ou non 
o Ville avec un minimum d’équipement collectif 
o Eau, électricité, revêtement de la chaussé, … 

    
Page 2 
   
3  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
II. Approche statistique de l’urbanisation 
A. Le cas français et les pays européens 
Pays  Taux d’urbanisation de 1995 (en %)  Variation annuelle 

France  73%  0,5% 

Pays‐Bas  89%  0,6% 

Royaume‐Unis  90%  0,3% 

Taux très élevé mais rythme de croissance urbaine lent ! 

• Pourquoi ce rythme aussi lent ? 
o Urbanisation précoce, collée sur la révolution industrielle 
ƒ Croissance urbaine = croissance économique 
ƒ Exode rurale massif 
o Aujourd’hui croissance urbaine plus lente, pourquoi ? 
ƒ Ralentissement de la croissance démographique 
ƒ Fin de l’exode rural 
ƒ Statistiquement : effet de masse : rythme de croissance tende à ralentir 
Exemple de l’effet de masse : 
o Ville de 100.000 hab. avec un taux de croissance de 10% 
o En 10 ans : 200.000 hab.  
o Sur 10 ans : 5% 
 
• Dans les pays les plus avancés 
o Aujourd’hui, il y a aujourd’hui, une transformation de la croissance urbaine qui oblige à repenser la 
définition de la ville 
o Terme de rurbanisation 
ƒ Rurbanisation = rural 
ƒ Urbanisation = ville 
o L’exode rural a laissé place au phénomène inverse, le repeuplement des campagnes 
o Exemple : 
ƒ Espagne dans les années 80’ : campagne → centre urbain 
ƒ Bavière 80’ : les « zones rouges »  
• Ville = figuré ponctuel 
• Ce sont donc les campagnes qui augmentent 
ƒ Londres : zone ≠ figuré ponctuelle de la ville 
• ↗ des campagnes 
• Alors que ↘ Londres et sa banlieue 
ƒ France : dépeuplement des campagnes (massif central) 
• Alors que hausse dans les campagnes du Sud et de l’île de France 
o Centre qui perd des effectifs au profit des banlieues (jusqu’à la campagne) 
ƒ Ce n’est pas un retour à la terre 
ƒ Cadre de vie jugé plus agréable 
ƒ Campagne qui n’a plus forcément des activités à monopole agricole 
 
• Conséquence 
o Remise à jour des définitions 

    
Page 3 
   
4  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
o Distingué plusieurs éléments 
ƒ Seuil à 2.000 hab. + ajout de la composition des CSP à la campagne 
ƒ Agglomération urbaine : continuité du bâti 

 
Agglomération Urbaine  Continuité Urbaine 
 

  Banlieue  Zone Périurbaine 

  Ville – Centre  

• Unité urbaine : agglomération urbaine (continuité du bâti), ville centre + banlieue 
o Ville centre ≠ Centre ville  
o Lyon ≠ La Part Dieu, presqu’île 
o Unité urbaine = aire urbaine 

B. Pays développé hors Europe et pays du Sud 
1) Pays développé hors Europe 

Pays  Taux d’urbanisation 1995 (en%) 

USA  76% 

Australie  85% 

• Dans ces pays « neufs » : croissance urbaine qui ne résulte pas d’un exode rural interne mais par son 
peuplement initiale 
 
2) Le cas des Pays du Sud 

Pays  Taux d’urbanisation 1995 (en %)  Croissance annuelle 

Burkina Faso  27%  11% 

Bolivie  58%  4% 

• Pourquoi une telle situation : croissance rapide mais taux bas ? 
o Moteur principal de la croissance urbaine différent de celui de l’Europe 
o Europe : croissance économique : croissance urbaine ≠ Afrique 
o Dans ce cas : raison de la croissance démographique : croissance urbaine 
ƒ ↗ population en ville 
ƒ Surcharge démographique à la campagne qui se déverse en ville 

    
Page 4 
   
5  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
C. Transition urbaine 
• 4 temps / 4 étapes : 
o 10% : France sous l’Ancien Régime 
ƒ Pour avoir de l’urbain, il faut que l’agriculture puisse nourrir des non‐agriculteurs 
ƒ Agriculture développé obligatoire 
ƒ Dans ce cas elle était non performante 
o Hausse vers 45% : Taux relativement bas mais rythme de croissance tend à accélérer  
o Année 70’ : beaucoup de citadins : population majoritaire 
ƒ Rythme qui tend à ralentir 
ƒ Stock épuisé : fin de l’exode rural 
o 90% de la population urbaine :  
ƒ Fin de processus  
ƒ Phénomène de rurbanisation 

90% 
Taux d’urbanisation (en %) 

 
48% 
 

 
10% 
 

 
Echelle du temps 
 

    
Page 5 
   
6  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
2ème Thème : La Signification des paysages urbains 
• Réfléchir la ville en tant qu’objet physique 
 
I. Coupe de Synthèse de la ville européenne 

 
Vieux Quartiers  Quartier / Usine  Grands Ensembles 
 
Ville du 19e siècle  Habitat Individuel 
 

A. Existence des vieux quartiers  
o Monuments remarquables (cathédrale) 
o Voire étroite et sinueuse 
o Limite correspondant souvent par un boulevard circulaire, correspondant aux anciennes murailles 
o Habitats très denses, resserrés 
o Quartier réhabilité : bobo 

B. Ville du 19e siècle 
o Voirie rectiligne, large 
o Immeuble de type bourgeois, de type haussmannien 
ƒ Assainir la ville : hygiène et santé public 
ƒ Circulation à facilité, desserte des gares 
ƒ Prestiges : ville belle 
ƒ Ordre public : voirie permettant de donner la troupe en cas de répression 
o Ce phénomène ne s’est pas limité à Paris 

C. Quartier populaire : croissance de la banlieue 
o Transformation des vieux villages incorporés à la ville : bâtiment évoquant l’ancienne fonction du 
lieu (églises) 
o Après la 2ème guerre mondiale : les grands ensembles, les barres 
ƒ Accélération de l’exode rural 
ƒ Reloger car destruction de la guerre 
ƒ Baby‐boom 
o Habitat individuel en série 
 

    
Page 6 
   
7  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
II. Ville Nord – Américaine 

  
  Espace Habitation  Espace Travail 
 

A. Opposition entre ville des grattes ciels et villes des habitats individuelles 
o Bureaux ≠ quartier des résidences 
ƒ Maison individuelle 
ƒ Forte emprise des voies de circulation 
ƒ Autoroute et aéroports 
ƒ Grande surface (puis diffusé en Europe) 

B. Pourquoi ces grattes ciels ? 
o Raison économique : prix du foncier élevé 
ƒ Terrain cher : plus d’étage = valorisation du terrain 
ƒ Rendement 
o Prestige : plus c’est haut plus c’est prestigieux : symbole du système américain 

C. Dans les quartiers centraux présence de quartier dégradé 
o Ex : quartier de Harlem 

III. Ville d’Afrique du Nord 

 
La Médina  Les bidonvilles 
 
La ville européenne  Quartiers de banlieue 

    
Page 7 
   
8  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
A. La Médina : les vieux quartiers 
o Comme pour les vieux quartiers de la ville européenne présence de vieux monuments 
ƒ Mosquée 
ƒ Souk 
ƒ Casbah (réaménagé pour le tourisme), à Alger la casbah signifie le vieux quartier 
o Rampart : ancienne porte et courbure de la rue 
o Urbanisme de la médina 
ƒ Maison très serrée et rue très étroite 
ƒ Explication : Dans ces pays chauds, ce type de construction augmente l’ombre 
o Quartier incompatible avec de fortes densités de population 
ƒ Pourtant croissance démographique importante au 20e siècle 
ƒ Conséquence : entassement dans la médina 
ƒ Surpopulation et taudification du quartier  

B. Ville « européanisée » construite à l’européenne 
o Juxtaposition avec la médina 
o Appelé « Babel Oued » à Alger 
o Choc de la colonisation, relation de domination par la juxtaposition des deux quartiers 

C. Dans le ravin : accumulation de baraques 
o Bidonville : traduction de la pauvreté  
o Analyse de cette forme de construction : 
ƒ Apparue dans les années 30’ dans les pays du Maghreb, d’abord installé dans des carrières 
de Casablanca (« les carrières centrales ») 
ƒ Construction faite avec de vieux bidons d’essence récupérés 
ƒ Caractéristiques commune des bidonvilles 
• Illégalité de l’occupation du sol (terrain vacant du point de vue physique mais pas du 
point du point de vue juridique) 
o Phénomène des « squatters » 
o Impossible d’expulser ces population défavorisés : danger d’émeutes (raison 
politique) 
• Auto‐construction : baraques bricolées par les habitants 
• Grande insuffisance des équipements publics  
o Voirie déficiente  
o Pas de traitement des eaux (pas d’arrivé et encore moins d’évacuation des 
eaux) 
o Eclairage public absent 
ƒ Pas coup de force des autorités (police/armée) : il faut accepter la réalité sociale et ainsi que 
la massivité du phénomène  
ƒ De plus, les terrains où sont construits sont les plus dévalorisés foncièrement car ils sont 
situés dans des endroits très dangereux tel que la carrière ou l’oued 
 
D. Les quartiers de banlieue 
o Barre d’immeuble 
o Quartier favorisé 
Ce sont les quartiers à l’Ouest du viaduc (carré) 
• Quartier d’auto‐construction sur trames d’accueil assainis 
o Sorte de baraques 
o Présence de rue et d’un quadrillage de la voirie 
    
Page 8 
   
9  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
o Assainissement : arrivé et évacuation des eaux 
o Les plus défavorisés peuvent y construire leur baraque 
• Différend des bidonvilles car c’est un terrain d’accueil qui a été préalablement préparé avant l’arrivé de 
populations 
 
IV. Ville Afrique Noire 

 
La « ville blanche »  La zone tampon 
 
La « ville noire »  Le port et le pôle industriel et technologique 
 

A. Pendant la colonisation 
• La ville Africaine nait le plus souvent à partir de la création d’un port (Dakar, Abidjan) 
o Colonisation : lien économique (lien obligé entre la colonie et sa métropole : lien maritime) 
o Voie de pénétration (chemin de fer) 
• Ségrégation de l’espace urbain : « La ville blanche et la ville noire » 

  « Quartier Blanc » 

 
Port 
 

  « Quartier 
Noir »
 

• Ségrégation / domination 
o Solution trouvé pour affirmer cette domination : juxtaposition de « la ville noire » à « la ville 
blanche » 
o Plus une zone tampon entre les deux quartiers (avec postes de polices) 

B. La ville postcoloniale 
• Ville blanche africanisée : mais ville blanche construite à l’européenne 
o Devient le quartier central (d’affaires) 
• La zone tampon : espace vide sur lequel on a construit des équipements collectifs (mosquée, commissariat) 

    
Page 9 
   
10  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
• Travaux de George Balandier 
o Travaux sur Brazzaville 
o Distinction de la Ville Blanche de la ville noire 
 
• Analyse de la « Ville Noire » 
o Trame pour accueillir la population des campagnes à la ville 
o Poussée urbaine : monétarisation de l’économie 
ƒ Monétarisation des rapports sociaux 
• Ville : bassin d’emploi = argent (dot monétarisé) 
ƒ Gout de l’urbain puis gérontographie de la campagne (pouvoir au ancien) 
• Change le projet de vie 
o Renforcé par les changements culturels par la monétarisation 
ƒ Trame d’accueil parfois assainis 
 

 
• Distribution de parcelle : habitation 
  • Une famille qui reçoit un lot, construit une case de 
type rural 
 
• Lot ≈ 300 m² : taille plutôt correcte 
  o Evite les équipements collectifs lourds 
o Arbre, possibilité d’avoir un jardin 
  • Quartier urbain sans avoir un caractère urbain  

• Attention : avec la poussé démographique (lié à l’exode rural massif) : 
o Ouverture d’autres lotissements : étalement de la ville autour de la ville blanche 
o Comportement de « fratrie ethnique » : 
ƒ Construction d’autre case  dans les parcelles 
ƒ Phénomène de densification 
• Transformation de la forme des habitats  
o Toit ondulé au lieu de palme 
o Coulage de béton                                     Presque des bidonvilles mais trame régulière 
o Mur en parpaing 
 
Etalement et densification de la ville africaine L’Afrique n’était pas dépourvue de villes avant les colons

Région 
« Ville blanche »  du Sahel 

    
Page 10 
   
11  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
V. Ville latino­américaine 

  Ville coloniale  Ville Moderne  « Las Favelas » 

A. La ville coloniale 
• Ville coloniale issu de la colonisation des espagnols 
o Vieille ville 
o Objectif politique dans la manière de construire les villes par l’Espagne 
ƒ Recueil de loi 
o Démarrer la construction à partir d’une place : « la plazza Mayor » (dimension 2/3 longueur, 1/3 
largeur) 
ƒ Autour concentration des bâtiments politiques  

  c  d c Cathédrale 
  d Palais du vice Roi 

e Tribunal d’inquisition 
 
La plazza Mayor i f Tribunal Civil 
 

g Garnison 
  h Chambre de commerce 
g  h i Ministères 
 

ƒ Manifeste le pouvoir politique et idéologique des colons espagnols 
o A chaque angle de « la Plazza Mayor » doit démarrer de grandes rues pénétrantes 
o Puis au fur et à mesure de l’agrandissement de la « Ciudad », les rues sont construites selon un 
quadrillage géométrique (plan en damier) 
o Manifestation de la ségrégation et de la domination sociale 

 
Espagnols  Indiens 
    
Page 11 
   
12  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
 
• Zonation de l’espace en fonction du pouvoir 
• C’est quartier se sont peu à peu taudifiés 
o  Nécessaire réhabilitation de ces quartiers 
o Capital architectural magnifique 
o Exemple de Quito / Mexico / Salvador (« Pelourinho ») 

B. La ville moderne postcoloniale 
• Immeuble de haute taille 
• Quartier d’affaire 
• Banlieue périphérique très hétérogènes 

C. Les Bidonvilles latinos « Las Favelas » 
• Ce sont de véritables bidonvilles : 
o Illégalité de l’occupation du sol (terrain vacant du point de vue physique mais pas du point du point 
de vue juridique) 
ƒ Phénomène des « squatters » 
ƒ Impossible d’expulser ces population défavorisés : danger d’émeutes (raison politique) 
• Auto‐construction : baraques bricolées par les habitants 
ƒ Grande insuffisance des équipements publics  
• Voirie déficiente  
• Pas de traitement des eaux (pas d’arrivé et encore moins d’évacuation des eaux) 
• Eclairage public absent 
o Pas coup de force des autorités (police/armée) : il faut accepter la réalité sociale et ainsi que la 
massivité du phénomène  
o De plus, les terrains où sont construits sont les plus dévalorisés foncièrement car ils sont situés dans 
des endroits très dangereux tels que les pentes abruptes  
• Ces bidonvilles sont nommés : favelas  
o Quartiers défavorisés de Rio de Janeiro : « las Favelas » 
o Quartiers défavorisés « alogados » sur pilotis à Salvador  
o Quartiers défavorisés à Recife : Mocambo 
o Quartiers défavorisés de Lima : Barriados 
 
• Dans l’occupation illégale du terrain : invasion du terrain 
o On arrive en masse 
o Exemple du quartier « el Salvador » (le sauveur) de Lima, invasion des terrains le jour de Noël 
o Recife : invasion pendant le carnaval (Brasilia temoza) 
 
• Intégrer mieux les bidonvilles : population intégrale au reste de la ville ?  
o Oui ! Les favelas sont peuplées de gens modestes mais qui ce ne sont pas gens qui vivent par  
mendicité publique.  
o Pas de clochardisation. L’essentiel de leur revenu est celui tiré de leur travail (même petits emplois). 
Les habitants sont des salariés modestes. 
o Type d’emploi : service de nettoyage, administration publique, … 
o Emploi peu qualifié 
• Mais ils ne sont pas marginaux : les favelas sont perçues comme les quartiers populaires 
o Perçue comme normale (nous avons bien des quartiers pauvres et bourgeois) 
o Cela n’est pas juste mais reconnu ! 
o Mais cela ne doit pas être légitimé 
    
Page 12 
   
13  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
« Le poisson est le moins qualifié pour prouver l’existence de l’eau » 

• Comment mieux le quartier de favelas au reste de la ville 
o Equipement public 
ƒ Installation de lignes électriques 
ƒ Ravitaillement en eau (conduite d’eau, assainissement, aménagement du réseau) 
ƒ Aménagement du réseau routier 
o Aménagement des favelas : favela – bairro 
ƒ Habitant sont solvables mais hésitent à améliorer leurs logements car risque 
d’expulsion 
ƒ Problème de régulation foncière : peur d’investir dans le « moins pauvres » 
ƒ Au Brésil : 
• Donné la priorité au droit au logement au lieu du droit à la propriété 
• La loi (Constitution) garantie le droit au logement et le droit de propriété 
• Juridiquement : paiement d’un loyer modéré (pour l’occupation di sol) 
• Le loyer est très bas et reconnait les habitants des favelas comme reconnu 
juridiquement comme locataire (garantie l’installation et l’investissement 
foncier futur) 
• Phénomène d’aggravation 
o Narcotrafiquant 
o Plateforme de trafic 
o Guerre de territoire 

    
Page 13 
   
14  Gééographie H
HUMAINE G
Géographie Urbaine
 
Thhème 3 : Fonctio
ons urba
aines, h
hiérarch
hie urbaiines, résseau urb
bain 
 
Inttroductio
on 
• Compren ndre à quoi sservent les viilles 
• On pourrrait imagineer qu’il n’y esst pas de villee  
• A quoi àà servit la ville ? 
• Organisa ation des terrritoires, ceuxx hors de la ville 
• Il faut peenser le réseeau urbain coomme le systtème nerveuxx d’un territo
oire 

I. No
otion de  fonctio
on urbaiine 
A. Activité  et fonctio
on urbain
ne 
a) Les  fonctions : exemple d de Lyon 
o Fonction n universitairre : oui, clien
ntèle universsitaire qui a u
une origine n non lyonnaise 
o Fonction n scolaire : non, les élèvees du primairre sont tous lyonnais  
o Fonction n médicale : oui, patientss traités sontt nombreux àà être non lyyonnais 
 
• Fonction
n commerciaale ?  
o Toutes les villes ont des commerces (boulangerie es, boucherss, …) : pas d’eeffet d’attracction de 
clientèle étrrangère à la vville 
o Magasin de luxe : les graandes centraalisent le luxe e 
o On distinguee les commerces quotidieens dispersé és et des com mmerces rarees centraliséss 
o Lyon : comm merce de gro os, donc foncction commerciale nation nale voir inteernationale 
 

b) Acttivité et fon
nction : 
o Activité banale = activvité 
o Activité spé écifique (re
etour de la cclientèle plus rare) = fo
onction 
 
• La foncttion à un effe
et d’attractio
on, de polarrisation sur u
une zone ou la ville exercce une influe
ence 
o Mouvementt patient ‐ hô ôpital, étudiaant ‐ universiité 
o Produit : preesse (zone d’’influence) 

c) La c
 croissance
e urbaine s
 s’explique
e par les fonctions :  
• Pourquo
oi une ville grandit ou exiiste ? 
o Pas parce qu u’il y a des acctivités banaales (boulanggerie) 
o Mais bien paarce qu’il y aa des fonctions  
ƒ Etud diant en univversité 
ƒ Patient en hôpittal 
ƒ Beso oins en activvité (boulanggerie, école, ssalle de conccert) 
o Le moteur eest la fonction, l’activité eest la conséq quence 
 
  Population 
Fonctions Activitéss
  urbaine
 

    
Page 14 
   
15  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
• En économie : les fonctions sont appelé les bases économiques alors que les activités sont nommé secteurs 
non‐basique 
• Naissance des villes (antiquité) : 
o Moteur : fonctions religieuse et fonction de pouvoirs 
o Création de ville autour du palais du souverain 

B. Mesurer les fonctions de la ville 
• Les fonctions marquent le seuil numérique des villes. 
o A partir de 2000 hab. des fonctions commencent à apparaitre 
• Principe : 
o Fonction médicale et hospitalière 
ƒ Il faut des médecins 

  % nationale  % ville 
Médecin  25  32 
Fonctionnaires publics  42  54 
 
ƒ Si le pourcentage de la ville est plus fort que celui à la moyenne du pays : on peut dire qu’il y 
a une fonction hospitalière. 
o De même pour la fonction publique 

METHODE : CALCULER L’ECART A LA MOYENNE 
C. Comment classer les fonctions urbaines 
• Classer les fonctions urbaines en 3 catégories (politico‐administrative, économique, valorisation des 
personnes) 

a) Fonctions politiques et administratives : 
ƒ La capitale joue un rôle premier (tête du pays) 
• Rôle de commandement du territoire 
• Zone d’influence : ensemble du territoire 
• Interface avec l’étranger (ambassade, Elysée, Orsay) 
• Abrité des organismes internationaux (ONU, UNESCO, Interpol) 
ƒ  Rôle de la province 
• Relais du pouvoir  
• Préfecture régionale et départementale 
• Sous préfecture (arrondissement départementaux) 
ƒ Architecture institutionnelle : centralisation ou décentralisation  
ƒ Fonction relevant de l’Etat  
• Militaire/Armée : posséder des garnisons 

b) Fonctions économiques 
ƒ Fonctions de production 
• Concentration d’usines 
• Ex : Michelin à Clermont – Ferrand  
• Ex : Sochaux/Montbéliard : PSA 
ƒ Fonctions de commerce et de transport 
• Commerce : commerce de gros ou commerce de luxe 
• Transport : entrepôt, carrefour (ferroviaire ou aéroportuaire) 
• Ex : Fonction portuaire, Le Havre (région de Normandie et couloir de la Seine)  
    
Page 15 
   
16  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ Fonctions de conception et de recherche  
ƒ Fonction de direction : Siège sociaux (pouvoir de commandement économique) 
ƒ Fonction financière : banques, assurances, bourse de valeur 
ƒ Fonctions de service aux entreprises : marketing, cabinet d’étude, audit 

c) Fonction de valorisation  
ƒ Fonction de la Santé (CHU, recherche) 
ƒ Fonction de l’Education (université) 
ƒ Fonction culturel et loisir (édition, stade) 
• Exemple : 
o Lyon : polyfonctionnelle 
o Niort : monofonctionnelle 
o Lourdes : monofonctionnelle : Fonction de tourisme religieux 

II. Des fonctions urbaines à la notion de réseau urbain 
A. Hiérarchie fonctionnel des villes 
• Les villes ont des fonctions plus ou moins spécialisée 
o Monofonctionnel 
o Polyfonctionnel 

a) Hiérarchie des villes : fréquence et rareté des fonctions 
Fonctions   Politique  Economique /  Santé  Universitaire 
Niveau de rareté  commerciale 
Excellent  Paris    Paris   
Très Bon      Lyon  Lyon 
Bon         
Moyen    Tours     
Photographie des villes :  

• Plus on est haut dans la rareté plus la ville polarise un territoire autour d’elle 
o Exemple : fonction universitaire 
ƒ Si elle a des formations rares : polarisation de la fonction  
ƒ Plus grande aire de recrutement  
• Une ville qui a peu de fonction est très sensible aux péripéties économiques 
o Exemple de Détroit 
ƒ Construction automobile 
ƒ Peu de fonction : quand l’automobile va mal, Détroit va très mal 
ƒ Général Motor en faillite 
ƒ Ville qui menace de disparaitre 

b) Système Urbain et organisation du territoire 
• Système : élément en relation 
o Quand les fonctions sont seulement dans certaine villes : 
o Les autres villes qui n’ont pas ces fonctions, on besoins des autres villes 
o Liens entre villes, campagne 
• Les villes ont pour fonction d’organiser le territoire 
o Réseau urbain / armature urbain 
ƒ Réseau urbain : à l’échelle régionale 
ƒ Armature urbaine : échelle nationale 
    
Page 16 
   
17  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
o Réseau urbain en géographie urbaine ≠ réseau urbain dans le langage commun 
ƒ Langage commun : réseau de transport, réseau de gaz/électricité 
ƒ Géographie urbaine : système urbain organisant le territoire urbain 
 

B. Observation de l’armature urbaine française 
a) Carte  1 : Organisation régionale de la France 
• Figuré cartographique 
o Hiérarchie de 1 à 5 
o Ligne : espace polarisé 
• La ville la plus importante est la capital, Paris 
• Ville de plus ou moins grande importance en quittant la capitale 
o Niveau 5 : d’abord des petites villes : Melun 
o Niveau 4 : avec des fonctions plus étoffé ou rare 
ƒ Troyes  
ƒ Annecy 
ƒ Chambéry 
ƒ Amiens 
o Niveau 3 : 
ƒ Dijon  
ƒ Clermont Ferrand 
ƒ Limoges 
o Niveau 2 :  
ƒ A l’Est : Lyon / Nancy / Strasbourg 
ƒ A l’Ouest : Bordeaux / Nantes 
ƒ Au Sud : Marseille / Toulouse 
ƒ Au Nord : Lille 
• Analyse en couronne 
o 1ère couronne : Près de la capitale on des villes moyennes aux fonctions peu rare 
o 2e Couronne : on des villes plus importante : « ville à une heure de Paris » 
o 3e Couronne : ville de niveau 3 comme Dijon 
o 4e Couronne : Périphérie du Territoire 
• Explication : question de distance à la capitale 
o Paris : il y a tout 
o Si on est à quelque kilomètre de Paris il n’y a pas besoins d’aller dans une ville de grande taille, Paris 
rassemble toutes les fonctions 
o Modèle qui se retrouve à  des échelles régionales 

b) Carte 2 : Carte de la Basse Normandie 
• Ville Principale : Caen 
o Niveau 1 dans sa région 
o Niveau 4 au niveau national 
• Analyse en couronnes  
o 1ère Couronne : peu de ville importante dans la 1ère couronne  
ƒ Bayeux 
ƒ St. Pierre 
ème
o 2  Couronne : plus on s’éloigne, on des villes de plus en plus importante 
ƒ Flers 
ƒ Saint‐Lô 
    
Page 17 
   
18  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
o Voir schéma 
• Peut‐on généraliser ou faire une théorie à propos de la distribution urbaine de la France ?  
 

C. La Théorie des places centrales de W. Christaller 
a) « Des places centrales » à la Théorie 
• Les places centrales  
o Equivalent des Villes 
o A prendre dans le sens de place financière pas dans le sens de place des Terreaux ou Bellecours 
o Villes qui ont des fonctions de polarisation 
• Théorie : réflexion abstraite à partir d’observation concrète 
o Observation de la distribution des villes dans l’Allemagne du Sud 
o Constat : 
ƒ Villes hiérarchisées en niveau (L, P, G, …) 
ƒ Distribution qui ne semble pas aléatoire 
• Supérieur : Stuttgart, Francfort, Munich, … 
• Géométrie de la distribution des villes 

  Ville et cercles  Ville et cercles  Ville et hexagones 


  tangents  sécants 

 
Zone d’influence urbaine  Distance (centre = équidistance) Ville de niveau 1
 
Zone d’influence urbaine  Hexagone d’influence réel Ville de niveau 1
 

b) Le Raisonnement de Christaller pour une fonction 
• Raisonnement de Christaller 
o Géographe engagé dans la politique nazi 
ƒ Aménagement de la Pologne : acte criminel 
ƒ Rase les villes polonaises et reconstruire sur son modèle 
o Schéma :  
ƒ Ville avec ses fonctions 
ƒ L’habitant hors de la ville qui vient en ville 
• Prix de la distance : essence 
• Distance décourageante si trop élevé 
ƒ Espace homogène et plat (abstraction du relief) 
• Distance égale 
• Zone d’influence définit par un cercle  
ƒ Suite de cercle tangent : 
• Celui qui habite la où il n’y a pas cercle n’est pas desservi par les zones d’influence 

    
Page 18 
   
19  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
• En réalité on a des cercles sécant et non tangent 
ƒ Voir schéma en hexagone 

CECI NE MARCHE QUE POUR 1 FONCTION 
c) Le raisonnement polyfonctionnelle de Christaller  
• Raisonnement sur plusieurs fonctions :  
o Ville de Niveau 1 « places centrales » 
ƒ Fonction universitaire / Lycée / collège 
ƒ Elle a tout 
o Ville de Niveau 2 
ƒ Fonction lycée / collège 
ƒ Pas d’université mais attire les adolescents qui n’ont pas de lycée dans leur bourgade 
ƒ Placé à équidistance des Ville de Niveau 1 (sommet des alvéoles) 
o Ville de Niveau 3  
ƒ Fonction collège 
ƒ Placé à équidistance des villes de niveau 2 
• Disposition fractale : 
o Configuration qui se répète à l’identique indépendamment de l’échelle 
o Exemple du chou‐fleur : 
ƒ Partie comestible : masse blanche : bosse 
ƒ Chapeau de bosse avec des bosses plus petites 
ƒ Répétition comme pour Christeler 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Zone d’influence des 
Niveau de Ville 1 – 2 – 3    villes 
    
Page 19 
   
20  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
D. De la théorie à la disposition réelle 
a) Une théorie soumise à la réalité critique  
• Théorie mise en défaut par la spécificité de chaque territoire 
o Relief  
o Territoire hétérogène 
• Raisonnement de Christeler plus compliqué 
o Exemple du réseau de transport 
o Ville de niveau 2 à équidistance sur la voie 
• Disposition réel  
o Arbitrage entre les différentes nécessités 
o Accès à la population (principe de marché) 
o Réduction du kilométrage de route 
o Administration des territoires   

b) Logique économique et principe de demande 
Il faut tenir compte de la densité de population d’un territoire ainsi que du pouvoir d’achat de cette population. 
Pour trouver la clientèle (principe de marché : demande), le pouvoir d’achat fait toute la différence pour certains 
services qui se trouvent polariser dans les villes de Niveau 1 & 2 
• Magasin de luxe 
• Lieu culturel : théâtre / opéra 
• Grand musée nationaux 
• Place boursière 

c) Organisation et architecture administrative, institutionnelle 
Comme vu ci‐dessus, l’armature française obéit à une loi de distance vis‐à‐vis de la capitale. 

• Si la France est actuellement très centralisé, c’est à Paris que s’opère cette centralisation en regroupant 
l’essentielle des pouvoirs exécutif, législatif, ou autre fonction administrative (ONG, siège des partis 
politique, ministère, …) 
• Cependant, toute les pays ne sont pas centralisés,  par exemple en Allemagne, où les villes très importantes 
se côtoient (Stuttgart / Aix‐la‐Chapelle / Karlsruhe), ce qui s’explique par l’Historie propre au pays qui s’est 
unifié très tardivement. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

    
Page 20 
   
21  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
4e thème : Du globale au local : retour à l’observation de ville 

I. Site et situation 
a) Définition de « site » et « situation » 
• Le site urbain : cadre physique de la ville dans les limites de l’espace bâti 
o Exemple de Lyon : 
ƒ Lieu de naissance : site défensif 
• période gallo romain 
• Fourvière (vieux forum), théâtre romain 
• Reste romain au pied de la croix rousse 
ƒ Extension vers la plaine du Dauphiné 
 
• Situation : localisation de la ville selon les conditions physiques, locales, régionales, nationales, voir 
mondiales 
o Lyon : carrefour naturel 
o Voie d’accès aux Alpes et au massif central 
• Une ville c’est la rencontre entre un site et une situation 
o Condition naturel correcte pour que la construction de la ville soit possible 
o Il faut des conditions pour qu’elle soit une ville 

b) Etude de cas 
• Exemple du cas de Paris 
o Site favorable : ville pont 
o Situation : Rôle politique du contrôle des ponts 
ƒ Seine, Marne, Oise 
o Convergence vers l’Ile de la Cité 
• Exemple de Dakar : 
o Pointe de l’Afrique : point le plus proche de l’Amérique 
o Raison historique : esclavage 
o Gore : la bonne rade 
o Conjonction d’un site portuaire et d’une situation bien placée (près de l’Amérique) 
• Comme pour Singapour : passage obligé par le détroit de Malacca 

II. Inscription des fonctions urbaines dans le paysage urbaine 
a) Les paysages urbains montrent directement les fonctions urbaines 

a) Composition urbaine  
o Bâtiment valorisé par un quartier 
Jardins du Château

o Atmosphère de quartier 
Ecurie

b) Fonctions regroupé en 3 catégories : 
o Fonctions politiques et administrative 
ƒ Les villes capitales politiques mettent en 
Ecurie 

scène le pouvoir  

    
Page 21 
   
22  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ « Plazza Mayor » en Amérique du Sud, ou par la politique Haussmannienne (politique 
d’hygiène, éviter les émeutes, mettre en vue l’époque) 
ƒ  Ville de Versailles : Composition de la ville  
• Schéma à droite 
• Manifestation du pouvoir absolu 
ƒ Exemple de Brasilia  
• Ville nouvelle, capitale du Brésil depuis 1960 initié par Juscelino Kubitschek 

  Zone Résidentiel  Théâtre
Ministères techniques 
 
Cours des Comptes 
  Flamalto
1 Chambre des députés 
  Axe administratif 1   
Place
2 Parlement 
2  des 3
pouvoirs 3 Sénat 
  3 

Tribunal
 

 
Cathédrale  MAE 
 

• 2 initiateur Lucio Costa & Oscar Niemeyer 
• Manifeste d’un pouvoir démocratique 
o Fonctions économiques 
ƒ Fonctions industrielles 
• Fonction secondaire 
o Marqué par des bâtiments d’usine 
o Saint Etienne 
• Fonction tertiaire 
o Concentration dans certains quartiers spécialisés avec des bâtiments 
o Quartier centrale des Affaire ou « CBD » 
o Exemple : Manhattan à New‐York, La city de Londres, La Défense à Paris, etc. 
• Commerce de luxe ou qui « semble être de luxe » (achat rare) 
o Type de commerce qui est concentré dans certains quartiers 
o Commerce des galeries d’Art ou d’antiquités : entre la place Bellecours et la 
place Carnot à Lyon, Quartier Saint Germain des Prés à Paris, … 
o Exemple du commerce du meuble : Rue du faubourg Saint Antoine à Paris, à 
la place de la Guillotière (magasin de vêtements de cérémonies) 
o Regroupement de commerce qui est profitable au commerçant  
o Exemple de restaurant : Rue Mercière à Lyon, Rue Sainte Claire à Annecy, 
etc. 
ƒ Fonctions de valorisation des personnes :  
• Fonctions de loisir et tourisme 
o Concentration autour de quartier et de monument remarquable 
o Quartier de Pigalle 
• Fonction universitaire 
• Fonctions religieuse : fréquence de lieux de cultes, commerces des objets de 
piété(Lourdes) 

    
Page 22 
   
23  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
b) Cela se voit indirectement par le contenu social des villes 
• Selon les fonctions d’une ville, la composition sociale est différente   
• Fonctions ouvrière = commerce pour des moyens modérés 
• Villes monofonctionnel : fonction politique (personnel diplomatique) 
o Revenu fort = pouvoir d’achat élevé  
o Bâtiments plus luxueux et commerce signalant une population à revenu plus élevé 
o Liens fonction/paysage varient selon les lieux  
• Varie selon les aires culturelles (voir les coupes des villes) 
• Varie selon les niveaux de développement 
o Expression plus moins visibles 
o Notamment pour la fonction politique (mise en scène du pouvoir) 
o Réalisation inégale 
ƒ Dakar : autour de la place de l’Indépendance (suite de bâtiments politique) 
ƒ Clientèle internationale aspiré par les pays du Nord 
• Varie selon la taille de la ville 
o Villes mondiales qui ont des fonctions spécifiques (Paris, Londres, Tokyo, etc.) 
o Petite ville différent de gros villages 

c) Transformation avec le temps 
• Décalage entre le cadre urbain et la fonction urbaine 
o Fonctions universitaire de Lyon 3 dans une usine de cigarette 
o Exemple de Versailles : plus de fonction politique 
o Exemple de Venise : fonction touristique et culturelle (plus politique) 
• Exemple de Rome : fonctions politique grâce à son capital historique (ancienne capital de l’Empire romain) 

III. Ségrégation et discontinuité urbaine 

A. Ségrégation sociale en ville 
• Ségrégation sociale : c’est la séparation spatiale des catégories sociales 
o Si séparation physique selon le groupe social : ségrégation sociale 
• A‐t‐elle toujours existé ? 
o Pas forcément et surement moins accentué  
o Différenciation selon l’étage de la maison avec le Baron Hausmann 

 
Chambre de bonne
 
Les plus pauvres Classe Populaire
 
Catégories modestes
 
Bourgeoisie moyenne
 
Les plus riches Classe Bourgeoise
 
Bourgeoisie moyenne
 
Commerces
 

    
Page 23 
   
24  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ 2 changements : 
• Démolition de vieilles maisons, expulsion des populations populaires  
• Expulsion vers la périphérie, la banlieue = refoulement  
• Invention de l’ascenseur = transformation technique sur le domaine sociale 
ƒ Accentuation de la ségrégation sociale 
• La ségrégation a‐t‐elle parfois une cause légale ? 
o Phénomène du Ghetto 
ƒ Le Ghetto : à l’origine nom donné au quartier juif à Venise 
ƒ Base légale = texte réglementaire (pas légitime) 
ƒ Etendu à tous les quartiers juifs en Europe jusqu’à la dramatique expérience du Ghetto de 
Varsovie  
o Apartheid : régime ouvertement racistes = réglementation légale de l’habitation 
ƒ Quartiers noirs : Township 
ƒ Johannesburg : Soweto 
• La ségrégation est spontanée 
o Repose sur les inégalités économiques 
o Existence de facteurs culturels qui font la ségrégation sociale 
ƒ Quartier chinois « little Italy », « little Havana » aux USA 
ƒ 13e arrondissement de Paris 

B. Modélisation de la ségrégation sociale 
• Modèle en auréoles : 
o Répartition des populations et fonction : 
ƒ Centre qui n’est pas toujours réserve au plus riche  
ƒ Centre : tertiaire supérieur (centre‐ville) 
ƒ Centre parfois todifié (Harlem, quartier du Marais à Paris) 
ƒ Auréoles extérieur (pavillions villa & jardins) 
o Réhabilitation de quartiers populaires réappropriés par les catégories aisés  
ƒ Quartier du marais à Paris 
ƒ Quartier Saint Jean de Lyon 
ƒ Gentrification  
o Exemple de Chicago : Première ville analysée : Burgess  
• Modèle par secteur 
o A partir du centre on a des secteurs 
o Exemple de Lyon  
ƒ Centre ville 
ƒ A l’Ouest : partie relativement aisé 
ƒ A l’Est : catégorie sociale plus modeste 
o Exemple de Clermont Ferrand  
ƒ Schéma 
ƒ Même schéma que Lyon : Ouest favorisé face à un Est plus populaire 
 
•  Modèles pour comprendre les cas particuliers : 
o Combinaison des deux modèles 
o Exemple de Paris 
ƒ « Chatelet » = petit château, assure la sécurité du pont  
ƒ Permanence du modèle romain 
ƒ Opposition du Paris Ouest / Paris Populaire  
ƒ Superposé en auréoles (grâce aux anciennes enceintes) 

    
Page 24 
   
25  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ Grands boulevards parisiens = ancienne muraille des fermiers généraux 
ƒ Arrondissement extérieur : allure presque rural au 19e ≠ arrondissements intérieurs 
ƒ Paris « intra‐muros » : modèle en auréole 

  Cardo
Enceintes 
 
Historique 
 

 
Affaires
Défense 
Champs‐Elysées
 

 
Forum
Populaire
  Chatelet‐les‐Halles
Decumanus
 

 
Bourgeois
 

C. Coupures et discontinuité de l’espace urbain 
• Coupure dans l’espace urbain 
o Coupure physique lié au site 
ƒ Les cours d’eau (rive gauche / rive droite, Rhône et Saône)  
ƒ Les pentes (Croix‐Rousse) : changement d’atmosphère, ville à deux étages (Laon) 
ƒ Exemple de Montereau, Salvador de Balira 
o Coupure lié aux aménagements humains : 
ƒ Axe de transports : 
• Voie ferré : autour de la gare Perrache  
• Axe routier : périphérique de Paris 
o Coupure administrative 
ƒ Agglomération pluri‐communale (fiscalité, réglementation différentes) 
o Coupure psychologique : frontière du quartier (habitant & étranger) 
ƒ Perception des quartiers renforce la ségrégation sociale 
ƒ Importance de la subjectivité de la perception  
• Notion de fragmentation urbaine  
o Ségrégation sociale importante, sentiment d’appartenir à un tout  
o On passe de ségrégation à fragmentation si le sentiment d’unité se brise (zone sensibles, quartiers 
avec des difficultés sociales) par le ressentit des populations, sentiment d’être à part. 
ƒ Sentiment comparable pour les milieux aisé : départ de la ville, fuite vers la campagne 
ƒ Communauté fermé aux USA 
ƒ Limitation de son voisinage (identique au groupe) 

    
Page 25 
   
26  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
Thème 4 : Relation : espace / temps  
• Fernand Braudel : fondateur de l’école des annales 
• 2 Temps :  
o Temps cyclique : jour, nuit, jour, etc. (répétition) = chronogéographie 
o  Temps Historique : temps linéaire = géohistoire (histoire de l’organisation des territoires) 

I. La chronogéographie 
A. Alternance jour et nuit  
• L’espace n’a pas un fonctionnement homogène, et change selon les heures 
o Commune dortoir : fonction résidentiel 
o Importance pour les services publics (police, pompier, etc.) 
o Spectacle et sortie en nuit 
• Ségrégation horaire en ville 
o Différents espaces occupé par différents groupes sociaux selon les heures 
o Exemple du métro : Catégories populaire concentré plus tôt (travail en 3x8, personnel de service, …) 

B. Alternance en fonction des jours de la semaine 
• Exemple de la vie nocturne à Paris 
o Lundi et mardi : calme 
o Mercredi : plus de monde 
o Jeudi : plus de monde 
o Vendredi et samedi : climax  
o Dimanche : calme 

C. Alternance des saisons 
• Influence le calendrier agricole (change le rythme de travail) 
• Conséquence : 
o sur les systèmes de circulation en hiver 
o Exemple de la méditerranée : navigation concentré pendant les saisons estivales pendant l’Antiquité 
o Monde Intertropical (pas de saison thermique) : saison selon la mousson 
• Alternance dans les régions de vallée selon le niveau des eaux 
o Exemple de l’Amazonie 
ƒ Dépôt de limon après la montée des eaux (enrichis les terrasses) 
ƒ Conditions de vie influencées par l’Amazone et ses affluents 
ƒ Maison construite sur pilotis 
ƒ Etiage : culture sur les berges où le limon s’est déposé, saison de la pèche (poche d’eau, 
marécage, cuvette) 
ƒ Hautes hauts : période de la chasse 
o Exemple de la France en été et France en hiver : 
ƒ Déplacement de populations pendant les mois de vacances (régions de montagne, Midi) 
ƒ Activité en plein régime (tourisme) 
ƒ Influence les systèmes de transport et de distribution alimentaire, etc.  
ƒ Exemple de la distribution des eaux : problème dans la région PACA (limitation) 
 
• Conséquence des alternances : heure de pointes et heures creuses 
o Causes 
ƒ  Lié aux contraintes naturelles 

    
Page 26 
   
27  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ Avantage de la coprésence : améliore le service public 
o Exemple : consommation d’électricité : 
ƒ Observation : 
• Plus forte en hiver quand été 
• Plus forte en milieu de semaine quand fin et début de semaine 
• Maximum de consommation d’électricité en milieu de semaine 
• Le matin tôt, forte consommation dans les transports, reprise en fin de matinée et 
maximum en fin de journée 
ƒ Constat : le maximum de consommation est la 3e semaine de décembre en milieu de 
semaine 
ƒ Problème : Electricité = bien qui n’est pas stockable 
• Production selon le niveau de la demande 
• En Europe : réseau interconnecté (Allemagne, Angleterre, Espagne) 
• Echange en électricité (décalage horaire lié à la longitude) 
ƒ Centrale hydroélectrique (système de pompage)  
• Centrale de Grandmaison (vallée de l’Eau d’Olle) 
• Principe de pompage  

Système différend des centrales dites « au fil de l’eau » 
• Consommation en continue 
• Impossibilité de stocké l’électricité 
• Pendant les heures creuses on met à disposition l’électricité en excédent au service des centrales 
hydroélectriques 
 

• Exemple de la SNCF : matériel utilisée que quelque mois par an 
• Exemple des restaurants : rentabilité nécessaire pour combler les couts fixes 

D. Aménager selon le temps 
• Bureau aux mairies de Paris et Lyon sur la question du temps 
• Activité touristique selon la période de pleine saison et d’arrière saison 

II. La géohistoire (écourté volontairement) 
• Chercher à localiser les lieux historiques 
• Histoire comme facteurs géographiques (héritage) 
• Marque historique par : 
o Inertie de la localisation des lieux (une ville ne bouge pas) 
o Organisation de la ville héritée de l’histoire de la ville (exemple de Paris) 
o Choix de certaines cultures : distribution de la vigne  
ƒ Distribution lié par la religion plus que par le climat 
ƒ Expansion du vin due à la christianisation (besoin pour faire la messe) 

III. Histoire naturelle est­elle perçue à l’échelle historique ou à 
l’échelle de la vie humaine ? 
• Oui : l’Histoire naturelle est perceptible à l’échelle humaine 
o Réduction du glacier des Alpes se voit (la mer de Glace à Chamonix) 
o Forte variation du milieu naturel  

    
Page 27 
   
28  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
ƒ Climats selon l’histoire 
ƒ Tracé des côtes : distribution des terres et des mers  
• Avancé de la mer sur la terre : remise à jour des titres de propriétés, Pays de Caux 
• Avancé de la terre sur la mer : Aigues‐Mortes, Bouage (situé au milieu des terres 
alors qu’au moyen‐âge : ancien ports) 
o Variation du niveau marin : 
ƒ Détroit de Béring : ouvert par la remontée des eaux lors de la dernière glaciation 
• Lien de terres émergées entre Asie et Amériques avant la remontée des eaux : 
explique la mise en place de la population en Amérique 
ƒ Echelle de temps beaucoup plus limité : exemple de la Finlande  
• Croute terrestre contrainte par les glaces qui remonte : isostasie  
• Péninsule scandinave sui augmente 
• Gain de 1000 ha par an : 1150m²/h 

 
 

    
Page 28 
   
29  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 

Exemple de sujet d’examen et méthode de travail 

 « Une petite ville n’est pas un gros village c’est autre chose, une grande 
ville n’est pas une petite ville en plus grand c’est autre chose aussi » 
1) Rassembler les idées 
• Penser la ville selon les fonctions 
• Définir le « gros village » et la « grande ville » 
• Equipement collectifs différent 
• Représentation sociale 

2) Appropriation du sujet et axes d’analyses 
• Paysage urbain 
• Fonction urbaine 
• Population urbaine 

3) Plans possibles et proposés 
  Petite ville  Grande Ville 
Paysages urbains     
Fonctions urbaines     
Populations urbains     
 

  Plan I Plan II 
  Introduction :  Introduction : 
Définir les mots  Définir les mots 
  Annonce du plan  Annonce du plan 
   
 
I.  Une Petite Ville n’est pas un gros village  I.  Paysage Urbain 
  a) Paysage urbain  a) Petite ville 

b) Fonctions urbaines  b) Grande ville 
 

c) Population urbaine  III.  Fonctions urbaines 


 
a) Petite ville 
  III.  Une Grande Ville n’est pas une petite ville 
b) Grande ville 
  a) Paysage urbain 
III.  Population urbaines 
  b) Fonctions urbaines 
a) Petite ville 
  c) Population urbaines 
b) Grande ville 
  Conclusion 
Conclusion 
  Différence entre petite et grande villes prends des 
dimensions selon les aires culturelles et le niveau de  Différence entre petite et grande villes prends des 
  développement  dimensions selon les aires culturelles et le niveau de 
développement 
 

    
Page 29 
   
30  Géographie HUMAINE Géographie Urbaine
 
« Les paysages ruraux nous renseigne t­il sur le monde rural ? » 
1) Rassembler les idées 
• Agriculture intensive et extensive 
• Openfield & Boccage 

2) Appropriation du sujet et axes d’analyses 
• Paysage agricole 
• Système agricole 
• Structure agraire 

3) Plan possible et proposé 
 
Introduction 
Clarifier les sens des mots 
 
I.  Ce que les paysages nous montrent 

II.  Ce que les paysages nous cachent mais nous 
  donnent en indices 

Conclusion 
Monde rural réapproprié par les citadins 

    
Page 30