P. 1
Epictète

Epictète

|Views: 52|Likes:
Publié parRodolphe Monchy
''Manuel d'Épictète'' (Livre de poche).. Source : http://famille.delaye.pagesperso-orange.fr/
''Manuel d'Épictète'' (Livre de poche).. Source : http://famille.delaye.pagesperso-orange.fr/

More info:

Published by: Rodolphe Monchy on Sep 01, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/21/2014

pdf

text

original

Epictète

EPICTETE

A toute idée pénible, prends soin de dire : "Tu es une idée, et pas du tout ce que tu représentes." Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses mais les jugements qu'ils portent sur ces choses. Ainsi, la mort n'est rien de redoutable, puisque, même à Socrate, elle n'a point paru telle. Mais le jugement que nous portons sur la mort en la déclarant redoutable, c'est là ce qui est redoutable. Lorsque donc nous sommes traversés, troublés, chagrinés, ne nous en prenons jamais à un autre, mais à nous-mêmes, c'est-à-dire à nos jugement propres. Accuser les autres de ses malheurs est le fait d'un ignorant ; s'en prendre à soi est d'un homme qui commence à s'instruire ; n'en accuser ni un autre ni soi-même est d'un homme parfaitement instruit. Souviens-toi que ce n'est pas celui qui t'injurie, ou celui qui te frappe, qui t'outrage, mais le jugement que ces hommes t'outragent. Lorsque donc quelqu'un te met en colère, sache que c'est ton jugement qui te met en colère. Nul ne peut te léser, si tu ne le veux point, car tu ne seras lésé que si tu juges qu'on te lèse. Quoi qu'on dise de toi, n'y fais pas attention, car cela ne dépend plus de toi. Ne demande pas que ce qui arrive arrive comme tu veux. Mais veuille que les choses arrivent comme elles arrivent, et tu seras heureux. À chaque chose qui t'arrive, souviens-toi, en rentrant en toi-même, de te demander quelle force tu possèdes pour en tirer usage. Ne tiens pas à paraître savoir ; et, si tu parais être quelqu'un à quelques uns, défie-toi de toimême. Contente-toi d'être en tout philosophe. Mais si tu veux encore le paraître, parais-le à toimême, et que cela te suffise ! Souviens-toi que tu dois te comporter comme dans un festin. Le plat qui circule arrive-t-il à toi ? Tends la main et prends modérément. Passe-t-il loin de toi ? Ne le recherche pas. Tarde-t-il à venir ? Ne jette pas de loin sur lui ton désir, mais patiente jusqu'à ce qu'il arrive

Epictète

à toi. Sois ainsi pour tes enfants, ainsi pour ta femme, ainsi pour les charges publiques, ainsi pour la richesse, et tu seras un jour digne d'être le convive des Dieux. Souviens-toi que tu es comme un acteur dans le rôle que l'auteur dramatique a voulu te donner : court, s'il est court ; long, s'il est long. S'il veut que tu joues un rôle de mendiant, joue-le encore convenablement. Fais de même pour un rôle de boiteux, de magistrat, de simple particulier. Il dépend de toi, en effet, de bien jouer le personnage qui t'est donné ; mais le choisir appartient à un autre. Si tu prends un rôle au-dessus de tes forces, non seulement tu y fais pauvre figure, mais celui que tu aurais pu remplir, tu le laisses de côté. Décline les repas extérieurs et ceux des gens vulgaires... Pour ce qui regarde le corps, ne prends que selon la stricte utilité, qu'il s'agisse de nourriture, de boisson, de vêtement, d'habitation, de domesticité. Tout ce qui a trait à l'ostentation et au luxe, efface-le. Toute chose a deux anses : l'une par où on peut la porter, l'autre par où on ne le peut pas. Si ton frère a des torts, ne le prends pas du côté par où il a des torts ; ce serait l'anse par où on ne peut rien porter. Prends-le plutôt par l'autre, te rappelant qu'il est ton frère, qu'il a été nourri avec toi, et tu prendras la chose par où on peut la porter. La première et la plus importante partie de la philosophie est de mettre les maximes en pratique. Manuel d'Épictète (Livre de poche).

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->