Vous êtes sur la page 1sur 121

1

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU
CYCLE DE VIE

De la critique à la réalisation d’un écobilan

OLIVIER JOLLIET ET PIERRE CRETTAZ

ECOLE POLYTECHNIQUE FEDERALE DE LAUSANNE Logo optimisé par

INSTITUT D’AMENAGEMENT DES TERRES ET DES


J.-D.Bonjour, SI-DGR
13.4.93

EAUX
EPFL, IATE, DGR, CH- 1015 LAUSANNE, SUISSE
ÉCOLE POLYTECHNIQUE
Prof Olivier JOLLIET, Pierre CRETTAZ FÉDÉRALE DE LAUSANNE
TEL: +41 21 693 57 68 FAX: +41 21 693 57 60
TEL DIR: +41 21 693 70 11 FAX: +41 21 693 70 84
EMAIL: Olivier.Jolliet@epfl.ch

Version 3, 6.2.2001
2

ANALYSE ENVIRONNEMENTALE DU CYCLE DE VIE ................. 1


DE LA CRITIQUE A LA REALISATION D’UN ECOBILAN ............................. 1
OLIVIER JOLLIET ET PIERRE CRETTAZ ...................................................... 1
CHAPITRE 1 ................................................................................................... 6

INTRODUCTION ........................................................................................... 6
1.1 DES PRIORITES POUR L’ENVIRONNEMENT .......................................... 6
1.2 APPROCHE CRITIQUE, OBJECTIF ET CONCEPTION .............................. 7
1.3 HISTORIQUE ............................................................................................ 8
CHAPITRE 2 ................................................................................................. 10

PRINCIPE GENERAL DE L'ANALYSE DU CYCLE DE VIE ............... 10


2.1 DEFINITION ........................................................................................... 10
2.2 CARACTERISTIQUES ET RELATION AVEC D’AUTRES OUTILS
D’ANALYSE ENVIRONNEMENTALE........................................................... 12
2.3 BREF EXEMPLE D’APPLICATION DE A A Z : PROCEDES CHIMIQUES,
THERMIQUES ET MECANIQUES POUR LE DEFANAGE DE POMMES DE
TERRE. ......................................................................................................... 16
2.3.1 Introduction ................................................................................... 16
2.3.2 Définition des objectifs et du système ............................................ 17
2.3.3 Inventaire des ressources et des émissions.................................... 18
2.3.4 Analyse de l’impact environnemental............................................ 21
2.3.5 Interprétation................................................................................. 23
CHAPITRE 3 ................................................................................................. 25

DEFINITION DES OBJECTIFS ET DU SYSTEME................................. 25


3.1 DESCRIPTION DE L’ETUDE .................................................................. 25
3.2. FONCTION DU PRODUIT OU DU SYSTEME ......................................... 27
3.3. UNITE FONCTIONNELLE ET FLUX DE REFERENCE ........................... 28
3.3.1. Définition...................................................................................... 28
3.3.2 Le popcorn comme matériau d’emballage .................................... 29
3.3.3 Une base commune pour analyse environnementale et analyse des
coûts: le cas des ampoules électriques ................................................... 32
3.3.4 Produits multi-fonctionnels ........................................................... 34
3.4 DEFINITION DU SYSTEME DE PRODUCTION ...................................... 35
3.5 LIMITES DU SYSTEME .......................................................................... 36
3.5.1. Principe ........................................................................................ 36
3.5.2 Processus à considérer .................................................................. 37
3.5.3 Un excellent contre-exemple.......................................................... 38
3.5.4. Règles de définition des limites du système .................................. 41
CHAPITRE 4 ................................................................................................. 43

INVENTAIRE DES RESSOURCES ET DES EMISSIONS...................... 43


4.1 PRINCIPE .............................................................................................. 43
4.2 INVENTAIRE: SREENING ENERGETIQUE............................................ 44
4.3 CALCUL DE L'INVENTAIRE DES EXTRACTIONS ET EMISSIONS ........ 47
3

4.4 DONNEES D’INVENTAIRE..................................................................... 50


4.4.1. Bases de données.......................................................................... 50
4.4.2 Qualité des données....................................................................... 54
4.5 CO-PRODUITS ET ALLOCATION ........................................................... 56
4.5.1 Pose du problème .......................................................................... 56
4.5.2 Catégories de produit et type d’allocation .................................... 56
4.5.3 Description des méthodes d‘allocation pour co-produits, à l‘exemple
du blé et de la paille ............................................................................... 59
4.5.4 Analyse de sensibilité et comparaison des méthodes possibles ..... 65
4.5.5 Recyclage en boucle ouverte ou co-produit à caractère de déchet :
allocation financière............................................................................... 66
4.5.6 Synthèse et recommandations........................................................ 68
CHAPITRE 5 ................................................................................................. 69

ANALYSE DE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ................................ 69


5.1. INTRODUCTION.................................................................................... 69
5.2 PRINCIPES DE L'ANALYSE DE L'IMPACT............................................. 70
5.2.1 Principe général ............................................................................ 70
5.2.2 Classification ................................................................................. 71
5.2.3 caracterisation : cadre d’analyse.................................................. 72
5.3 COMPARAISON ENTRE METHODES.................................................... 75
5.4 EXEMPLE D'APPLICATION DE LA MÉTHODE CST 95 AU CAS D'UN
COMPOSANT L'AUTOMOBILE .................................................................... 76
5.4.1 Analyse des résultats de l'inventaire.............................................. 76
5.4.2 Schéma général et classification ................................................... 76
5.6 DESCRIPTION GENERALE DES SURFACE-TEMPS CRITIQUES 95
(CST95)........................................................................................................ 82
5.7+5.8 FACTEURS DE CARACTERISATION ET D’EVALUATION DES
SURFACE-TEMPS CRITIQUES 95 ................................................................ 83
5.9 COMPARAISON AVEC D’AUTRES METHODES .................................... 84
5.9.1 Volumes critiques .......................................................................... 85
5.9.2 Méthode CML ................................................................................ 85
5.9.3 Méthode des écoindicateurs 95 et 99............................................. 88
5.9.4 Méthode des écopoints................................................................... 91
5.10 Méthode EPS .................................................................................. 92
5.10. FUTURS DEVELOPPEMENTS ............................................................. 93
CHAPITRE 6 ................................................................................................. 94

INTERPRETATION ..................................................................................... 94
6.1. INTERPRETER, INTERPRETER, INTERPRETER !................................. 94
6.2 ANALYSE D’AMELIORATION ............................................................... 95
6.3 INCERTITUDES ET ETUDES DE SENSIBILITE ET CRITIQUE ..... 95
6.3.1 Analyse de sensibilité..................................................................... 95
6.3.2 Incertitudes .................................................................................... 96
6.4 EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET EVALUATION SOCIO-
ECONOMIQUE .............................................................................................. 97
6.4.1 Analyse coût-bénéfice .................................................................... 97
6.4.2 Internalisation des coûts................................................................ 97
6.5 NORMES ISO 14000............................................................................. 98
4

CHAPITRE 7 ................................................................................................. 99

CONCLUSIONS ET POINTS CRITIQUES ............................................... 99

BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................... 101

ANNEXE 1 ................................................................................................... 106

GLOSSAIRE ................................................................................................ 106

ANNEXE 2 ................................................................................................... 107

REVISION DE L’ETUDE (PEER REVIEW) ET FORME DE


COMMUNICATION .......................................................................................... 107

ANNEXE 3 ................................................................................................... 108

DONNEES D’INVENTAIRES: SPOLD-BUWAL-ESU.......................... 108

ANNEXE 4 ................................................................................................... 109

METHODE CML ........................................................................................ 109

ANNEXE 5 ................................................................................................... 110

METHODE ECO-INDICATOR 95 ........................................................... 110

ANNEXE 6 ................................................................................................... 111

METHODE ECOPOINTS .......................................................................... 111

ANNEXE 7 ................................................................................................... 112

METHOD EPS............................................................................................. 112

ANNEXE 8 ................................................................................................... 113

ETUDES DE CAS........................................................................................ 113

VOIR AUTOMOBILE, TRANSPARENTSANNEXE 9 .......................... 113

ANNEXE 9 ................................................................................................... 114

CHECKLIST DES POINTS CRITIQUES D’UNE ACV ......................... 114

ANNEXE 10 ................................................................................................. 115

NOUVELLE STRUCTURE ISO 14042 .................................................... 115

ANNEXE 11 PRINCIPALES DONNEES DE CONSOMMATIONS


ENERGETIQUES PRIMAIRES ET D'EMISSIONS DE CO2 ET DE NOX
5
6

CHAPITRE 1

INTRODUCTION

1.1 DES PRIORITES POUR L’ENVIRONNEMENT


Les questions environnementales prennent une place toujours plus importante
dans les prises de décisions politiques, économiques, industrielles et individuelles.
Au delà des modes passagères, cette importance croissante des problèmes
environnementaux est liée à un constat fondamental: par sa capacité limitée
d’absorber les effets de l’activité humaine, l’environnement pose une limite concrète
au développement de la société humaine, limite qui a déjà été atteinte en de multiples
régions de la planète. Il est maintenant reconnu que l’environnement ne peut pas
s’accommoder d’une charge environnementale toujours plus grande si nous voulons
assurer aux générations suivantes des perspectives acceptables à long terme.
C’est ainsi que le concept de développement durable est au premier plan de
l’actualité.

S’il est très facile de parler de développement durable, passer de la parole aux
actes est sensiblement plus délicat. Pour l’avenir de notre société, il est crucial que
les affirmations s’accompagnent d’actions efficaces contribuant à une réduction
effective des impacts environnementaux, voire à une amélioration de l’état. Pour
qu’une action soit efficace, deux conditions sont à réunir:
• Il faut disposer de solutions technologiques satisfaisantes pour l’utilisateur
• Il faut déterminer quelles sont les priorités d’action parmi l’ensemble des
mesures possibles, en tenant à la fois compte de leur efficacité
environnementale, de leurs coûts et des contraintes qu’elles impliquent sur le
plan économique.
L’analyse du cycle de vie ou écobilan est l’un des outils d’aide à la décision qui
répond spécifiquement à ce second besoin. Un besoin d’autant plus crucial lorsque
les disponibilités financières sont très limitées. Comme le disait BARLOW (1993) de
façon quelque peu provocante: «Le problème n’est pas de résoudre les problèmes
individuels - en ingénierie, la technologie est soit déjà disponible, soit elle peut être
développée à cet effet. Le problème est plutôt de définir les priorités d’action. Le
monde ne peut pas se payer le luxe de tout faire. En fait, bien des propositions
d’amélioration environnementales ont un mauvais rapport efficacité-coût et sont
déphasées par rapport aux enjeux réels». L’écobilan est justement complémentaire
aux développements technologiques puisqu’il met en évidence quels sont les
processus à optimiser en priorité.
L’analyse du cycle de vie est particulièrement intéressante dans la perspective de
durabilité puisqu’elle couvre l’ensemble du cycle de production d’un produit et
permet d’éviter que les améliorations environnementales locales ne soient que la
résultante d’un déplacement des charges polluantes. Par rapport à d’autres méthodes,
elle présente l’avantage d’engendrer une forte interaction entre performance
environnementale et fonctionnalité économique puisque les émissions polluantes et
7

l’utilisation de matière première sont rapportées à l’unité représentative de la fonction


du produit ou système étudié.

1.2 APPROCHE CRITIQUE, OBJECTIF ET CONCEPTION

Être critique
Si l’analyse du cycle de vie a des atouts, elle n’est pas exempte de points
sensibles. Au même titre qu’une comptabilité économique visant à estimer le coût
réel d’un produit, une comptabilité écologique implique un certain nombre
d’hypothèses qui doivent être faites sur la base de raisonnement et de critères
cohérents. Certaines applications ont parfois suscité de vives critiques, avec
l’impression qu’il suffisait de choisir une méthode pour arriver au résultat désiré par
le commanditaire de l’étude.
Pour que cet outil environnemental ait une large portée, il est crucial de pouvoir
identifier les éventuels biais d’une étude et être en mesure d’infirmer l’adage: «Dis-
moi ce que tu as calculé, je te dirai qui t’as payé!». C’est justement l’objectif de cet
ouvrage que de permettre d’identifier les points clés d’une analyse du cycle de vie et
de dégager des critères de cohérence indépendants d’intérêts particuliers.

Objectif
L’objectif de cet ouvrage et du cours correspondant est de permettre au lecteur,
respectivement au participant:
• de connaître les bases de données et méthodes existantes, en tenant compte des
derniers résultats de la recherche internationale.
• d’être capable d’analyser et de critiquer un écobilan déjà réalisé.
• d’avoir appliqué la méthode écobilan dans un travail pratique personnalisé.

Conception de l’ouvrage et du cours


Dans un premier temps, cet ouvrage décrit les principes généraux et les
spécificités de l’écobilan puis donne un premier exemple d’application couvrant
l’ensemble de la démarche. Le cours suit ensuite la démarche séquentielle de
l’écobilan, avec la définition des objectifs et du système, l’inventaire des émissions et
matières premières, l’analyse de leur impact environnemental ainsi que leur
interprétation. A chaque étape, les problèmes posés et les solutions possibles sont
illustrées par des exemples concrets. Pour le cours, un exercice est réalisé en parallèle
sur la comparaison de différents modes de production et d’économie d’énergie.

Relevons en particulier :
• La formation à l’utilisation d’un logiciel ainsi qu’à une vaste base de données
actuellement disponible.
• Les derniers développements de la recherche internationale sur l’évaluation de
l’impact, incluant les effets toxicologiques et les phénomènes de transferts,
de dégradation ou de dilution des polluants.
8

• L’analyse d’une variété d’exemples concrets allant de l’agriculture au bâtiment


en passant par des produits électromécaniques complexes.

1.3 HISTORIQUE
Terminons cette introduction par quelques éléments historiques rappelant les
grandes étapes du développement des écobilans et de l’analyse du cycle de vie
(Tableau 1.1). Avec la fondation du Club de Rome, le concept d’une limite au
développement s’est imposée, basée sur les prédictions de disponibilité restreinte des
matières premières et des vecteurs énergétiques. Vingt ans plus tard, l’idée d’une
limite se confirme, mais cette limite s’est manifestée d’abord par l’incapacité de
l’environnement à absorber les émissions polluantes plutôt que par la question des
ressources.
Parallèlement, si les premiers bilans ont d’abord été réalisés sur le plan
énergétique, la nécessité d’approcher non seulement le problème énergétique, mais
aussi l’ensemble des émissions dans l’air, l’eau ou le sol a fait son chemin.
9

Tableau 1.1 Survol historique des analyses du cycle de vie

1972 Fondation du Club de Rome : pour la première fois on réalise que les ressources sont
limitées et le développement s’étudie sur la base de simulations (Think globally, act locally”
: principe de base.)

1973 Crise de l’énergie : l’approche bilan se généralise ! bilan essentiellement énergétique.

1975 Bilans et systèmes énergétiques.

1977 Première approche Ecopoint : Müller-Wenk.

1984 Bilan écologique de matériaux d’emballage I (OFEFP 24),

Volumes critiques. Approches du berceau à la tombe pour émissions polluantes.

1990 Méthodologie des écobilans, Ecopoint, BUWAL 133.

1991 Bilan écologique de matériaux d’emballage II (BUWAL 132), Volumes critiques.

On se rend alors compte que les matériaux d’emballage ne jouent pas un rôle principal sur
l’écobilan final d’un produit.

1992 20 ans du Club de Rome : la première limite rencontrée n’est pas le manque de ressource,
mais l’environnement.

1992 The CML guide. Leiden University, Centre of environmental science.

1993 SETAC “A code of practice”

La SETAC (Society of environmental toxicity and chemistry représente l’une des plus
importantes organisations internationales scientifique traitant des questions structurelles des
LCA.

1994 Inventaire des systèmes énergétiques (ESU-EPFZ) Energie Stoff + Umwelt.

1995 SETAC Working groups.

1997 ISO 14'040 / 14041 / 14042

L’ISO (International Standard Organization) prépare la publication d’une norme ISO 14’000
sur la LCA “standard”. Ceci répond à la forte exigence d’harmonisation au niveau
international entre les diverses méthodologies utilisées en LCA.
10

CHAPITRE 2

PRINCIPE GENERAL DE L'ANALYSE DU


CYCLE DE VIE

2.1 DEFINITION
L’analyse du cycle de vie ou écobilan évalue l’impact environmental d’un
produit, d’un procédé ou d’un système nécessaire en relation avec une fonction
particulière.
Elle permet de comparer des produits ou systèmes existants entre eux, de faire
ressortir les points où un produit peut être amélioré et d’aider à développer de
nouveaux produits. C’est avant tout un outil comparatif, visant à évaluer la charge
environnementale de plusieurs produits, procédés ou systèmes ainsi qu’à comparer
les différentes étapes de production d’un même produit.
Le code de pratique publié par la SETAC (1993, Society for Environmental
Toxicology And Chemistry) définit pour l’analyse du cycle de vie les quatre étapes
suivantes: la définition des objectifs, l’inventaire des émissions et des matières
premières, l’analyse de l’impact et l’amélioration ou optimisation des procédés. Les
développements récemment effectués tant dans le cadre de la SETAC que dans
l’élaboration des normes ISO (1996) débouchent sur le remplacement de la quatrième
étape par une étape d’interprétation comprenant aussi bien l’analyse des résultats de
chacune des phases de l’écobilan que l’évaluation des incertitudes ou l’analyse de
sensibilité (fig. 1). Ces étapes peuvent se définir comme suit :

• la définition des objectifs et du système permet de poser le problème, de


définir les objectifs et la portée de l’étude. La détermination de la fonction du
système, de l’unité fonctionnelle à laquelle les émissions seront ensuite
rapportées ainsi que la définition des limites du système étudié jouent un rôle
crucial. C’est aussi dans cette étape que les scénarios de base et les alternatives à
étudier sont définis en détail;
• l’inventaire des émissions et des ressources utilisées quantifie les émissions
polluantes dans l’air, l’eau et le sol ainsi que l’utilisation des matières premières
renouvelables ou non renouvelables;
11

• l’analyse de l’impact environnemental évalue l’impact sur l’environnement


des émissions inventoriées dans l’étape précédente. Elle se décompose en trois
sous-étapes :
- La classification détermine quelles émissions contribuent à quels effets
environnementaux (ressources, effet de serre, toxicité humaine, écotoxicité,
etc.),
- La caractérisation pondère les émissions à l’intérieur de chacune des
classes d’effet
- Dans certaines méthodes, une phase d'analyse des dommages regroupe les
classes d'effet correspondant à des dommages analogues
• l’interprétation permet d’interpréter les résultats obtenus dans chacune des
étapes ou sous-étapes précédentes. L'analyse de l'impact environnementale est
complétée par la pondération sociale des dommages qui évalue finalement
l’importance relative des différentes dommages et classes d'effet; Certaines méthodes
introduisent une phase intermédiaire de normalisation mettant en évidence la
contribution de chacune des catégorie par rapport à l’effet mondial global.
On effectuera une évaluation des incertitudes, des études de sensibilité et on
dégage les influences les plus importantes ainsi que les points clés pour une prise de
décision d’un point de vue environnemental. L’influence des limites du bilan et des
hypothèses effectuées sont analysées de façon critique. Les options pour améliorer le
produit étudié sont identifiées.
Cette dernière étape d’interprétation est complétée par la mise en relation des
aspects environnementaux avec les aspects économiques ou sociaux.

Ces quatre étapes seront décrites en détail dans les chapitres suivants. Leur stade
de développement est assez diversifié:
• la définition des objectifs et du système est bien cernée,
• pour l’inventaire, c’est principalement au niveau de l’allocation et de la
disponibilité et de la fiabilité des données que de nouveaux développements
sont nécessaires,
• au niveau de l’analyse de l’impact, de gros progrès ont été réalisés afin de
définir un cadre d’analyse clair pour la classification et la caractérisation.
Les premiers facteurs de caractérisation incluant non seulement l’effet, mais
aussi le devenir des polluants ont été calculés pour la toxicité humaine ou
l’écotoxicité. Ces calculs doivent être encore affinés. C‘est au niveau de
l’évaluation finale des dommages et de l’impact que plusieurs questions
restent ouvertes,
• pour l’interprétation, rares sont les analyses du cycle de vie qui incluent une
analyse des incertitudes, un manque à combler prioritairement dans de
nouvelles études.
12

Définition des
objectifs et
du système

Inventaire
des polluants
& matières Interprétation
premières

Analyse
de l’impact

Fig. 2.1 Étapes de l’analyse du cycle de vie

2.2 CARACTERISTIQUES ET RELATION AVEC D’AUTRES OUTILS


D’ANALYSE ENVIRONNEMENTALE

Spécificité de l’analyse du cycle de vie


Les principales caractéristiques de l’analyse du cycle de vie sont:
• de fournir une aide à la décision en apportant uniquement des informations sur
l’aspect environnemental d’un produit. La décision finale est prise en
incluant des aspects autres que l’environnement tels que le coût, les
conséquences sociales, la faisabilité économique et technique...
• d’inclure les principaux problèmes environnementaux (de la diminution des
ressources à la toxicité)
• de relier les impacts environnementaux à la fonction du système
• de couvrir tout le cycle de production, du berceau à la tombe, de l‘extraction
des ressources au traitement des déchets. Le terme d’analyse du cycle de vie
(ACV) , correspondant à l’anglais «Life Cycle Assessment (LCA)», souligne
bien cet aspect. Le synonyme français d’écobilan, correspondant à
l’allemand «Ökobilanz» insiste plus sur la notion quantifiée de bilan et
d’inventaire des émissions. Le glossaire donné en annexe 1 détaille la
correspondance entre termes français, anglais et allemands et définit en détail
la terminologie des ACV.
Couvrir l’ensemble du cycle de vie, du berceau à la tombe est nécessaire pour ne
pas créer de nouveaux problèmes environnementaux en cherchant à réduire les
émissions sur le site même de production ou pour ne pas simplement exporter la
pollution dans d’autres sites.
13

Un écobilan pourrait également être entrepris sur le “coeur” de l’entreprise en


considérant uniquement les activités ayant lieu au sein de l’entreprise. Ceci ne donne
toutefois pas une vue générale de la production étudiée. Pour atteindre un tel objectif,
toutes les activités nécessaires à la réalisation du produit, à savoir aussi bien les
activités situées en amont de l’entreprise que celles situées en aval, sont à considérer.
Leur exclusion peut entrainer un résultat biaisé.

Relation avec d’autres outils d’analyse environnementale


L’analyse du cycle de vie fournit des informations pouvant être utilisées par les
gouvernements, les entreprises ou les consommateurs dans leurs prises de décisions.
D’autres outils d’aide à la décision sont disponibles, chacun ayant un rôle spécifique
à remplir et fournissant des informations complémentaires. La figure 2.2 précise
comment l’analyse du cycle de vie se situe par rapport à d’autres instruments
environnementaux ou à des approches plus générales en vue d’un développement
durable.

Management , prise de décision

Système technologique
Performances, durées de vie

Aspects environnementaux Aspects


économiques
Concepts & sociaux
Life Cycle Thinking
Design pour l’environment
Ecologie industrielle Procédures

Méthodes d’analyse Etude d’impact


Analyse du cycle de vie environnemental
Analyse flux de substances Ecolabel
Analyse du risque Audit environnemt..

Fig.2.2 Relation entre développement durable et différents instruments environnementaux

Les procédures et instruments environnementaux de politique générale comme


l’écolabel ou l’audit environnemental se situent clairement en aval de l’écobilan et
peuvent se baser sur ses résultats. Précisons que l’audit environnemental s’applique à
des compagnies individuelles existantes. Il considère les performances
environnementales d’une entreprise et permet un suivi de ces performances.
C’est avec les trois outils d’analyse environnementale suivants que l’analyse du
cycle de vie a le plus de points communs:
• L’analyse des flux d’une substance (ASF, “Substance flow analysis ou “Mass
balance Analysis”) quantifie les flux et l’accumulation d’une substance, par
14

exemple le mercure, ou d’un groupe de substance, par exemple les composés


inorganiques de l’azote.
• L’étude d’impact environnemental (EIE, “Environnemental impact
assessment”) a pour objet des installations individuelles à construire et
analyse l’impact environnemental d’un projet envisagé à un lieu précis. C'est
de fait plus une procédure juridique qu'un outil d'analyse.
• L’analyse des risques environnementaux (AR, “Risk Assessment”) qui analyse
le risque ou probabilité d’effets extrêmes d’une installation (p.e. installation
nucléaire) ou les risques liés .
Ces outils font en effet appel à plusieurs éléments communs que le tableau 2.3
met en évidence en parallèle avec leurs différences.
Tableau 2.3 Caractéristiques principales des outils d’analyse environnementale

Outil Objet Échelle Effets Effets Éléments utilisés


cycle de production subst. considérées rapportés à

ACV produit ou globale, (régionale) effets multiples par fonction du bilan de masse
système tout cycle de vie grand nombre de produit ou du impact environnem.
substances système modèles multi-medis

AFS substance régionale ou globale pas d’effet temps et région bilan de masse
polluante cycle de la subst. substance unique donnée modèles multi-
medias

EIE nouvelle locale, effets locaux variable selon pour capacité variable selon
activité l’auteur de l’étude d’absorption l’auteur de l’étude
localisée locale

AR installation locale ou régionale toxicité pour période modèles multi-media


ou produit donnée évaluation de l’effet
chimique

On peut distinguer les outils tels que le AFS qui considèrent peu l’effet des
substances des outils tels que l’ACV où l’impact d’une émission est considéré jusqu’à
son effet sur l’homme.
L’analyse du cycle de vie (ACV) est la seule méthode qui fait le lien entre
impact environnemental et la fonction du produit.
On constate que l’analyse des flux de substance (AFS) se focalise sur le transfert
d’une seule substance vers les divers médias (air, eau, sol) alors qu’au contraire
l’ACV évalue l’impact d’un grand nombre de polluants et pour de nombreux effets.
Les deux méthodes font appel à des bilans de masse, élément de contrôle important
dans l’établissement de l’inventaire des émissions.
15

La comparaison entre ACV et EIE est présentée dans la figure 2.4 en fonction de
l’échelle spatiale et des procédés considérés. L’écobilan travaille à un niveau global,
du berceau à la tombe alors qu’une EIE effectue son analyse pour un site spécifique,
sans regarder tout le cycle de vie. Ce sont donc des outils complémentaires, dont le
choix final dépend des objectifs à atteindre. Ainsi, pour une évaluation sur un site
spécifique, l’EIE est mieux adaptée car elle permet de considérer les conditions
spécifiques de la région telles que le nombre de personnes vivant proche de
l’entreprise, la distance entre l’entreprise et les quartiers résidentiels, la présence
d’écosystèmes spécifiques. L’outil «idéal» couvrant de l’échelle locale à l’échelle
globale et du berceau à la tombe est potentiellement réalisable. Le temps nécessaire à
sa mise sur pied et à son utilisation en fait pour l’instant une utopie.

Cycle
Berceau de vie Tombe

Global
ACV

Espace

Local EIE

Temps

Fig. 2.4 Comparaison entre étude d’impact environnementale et analyse du cycle de vie

Un dernier critère de comparaison réside dans le caractère réel ou potentiel de


l’impact. Par impact réel, on entend un impact pouvant être mesuré et ainsi validé. De
tels impacts doivent nécessairement être spécifiés par rapport au temps et l’endroit.
Comme ceci n’est pas le cas dans un ACV, cet outil ne peut donc que traiter
d’impacts potentiels. Pour la toxicité humaine et l’écotoxicité, l’impact réel en un lieu
et un temps donné est du domaine de l’analyse du risque (AR). Dans cette méthode,
les situations pour lesquelles la concentration environnementale est inférieure à la
concentration de non-effet sont considérées comme sûres. Par contraste, l’objectif de
l’ACV est de clarifier la relation entre le cycle de vie d’un produit et sa contribution
potentielle à certains problèmes environnementaux; aucune affirmation par rapport à
la sécurité locale de l’activité ou à des cas de toxicité aiguës n’est faite.
16

Le concept de cycle de vie ne se limite pas aux questions environnementales. En


compléments aux aspects environnementaux, les résultats d’une ACV pourront être
combinés à ceux d’une analyse économique («Life cycle costing») ou technique
(«Life cycle engineering» du cycle de vie, chapitre 6).

2.3 BREF EXEMPLE D’APPLICATION DE A A Z : PROCEDES CHIMIQUES,


THERMIQUES ET MECANIQUES POUR LE DEFANAGE DE POMMES DE
TERRE.
Avant de détailler chacune des étapes de l’analyse du cycle de vie, il est
intéressant de faire un bref survol de la méthode au travers d’un exemple concret: la
comparaison de procédés chimiques, thermiques et mécaniques pour le défanage de
pommes de terre (JOLLIET, 1994; JOLLIET et CRETTAZ, 1996). L’objectif de ce
survol n’est pas d’analyser en détail le cas retenu, mais d’illustrer au travers d’une
application réelle la démarche de l’ACV ainsi que ses potentialités et limites.

2.3.1 Introduction
Notre intuition nous fait souvent penser que ce qui est chimique est “mauvais” et
que ce qui est biodégradable ou naturel est “bon”; elle ne nous éclaire que rarement
sur les avantages et désavantages écologiques globaux d’un procédé. C’est justement
l’objectif d’un outil comme l’analyse du cycle de vie que de quantifier ces avantages
et inconvénients.
Le défanage des pommes de terre consiste à couper leurs feuilles environ
semaines avant la récolte, afin d’assurer une bonne qualité lors de la récolte et pour
réduire le risque d’infections virales et de mycoses.
Traditionnellement, cette tâche se fait chimiquement à l’aide de matières actives
telles que le dinosèbe, le DNOC ou le glyphosate. Ces produits tombent sous le feu
de critique en raison des dangers qu’ils représentent pour l’homme et le milieu
naturel. Pour cette raison, des procédés mécaniques (on coupe mécaniquement les
fanes) et thermiques (la combustion de gaz propane engendre des températures de
900o, ce qui fait coaguler les protéines et les fanes) ont été mis au point dans le cadre
de la production intégrée.
Notre intuition nous pousse à penser que le défanage chimique est le pire
scénario, du fait de la forte pollution du sol, de l’eau et des aliments qu’il engendre
de par l’usage de pesticides. Mais le défanage mécanique et thermique ont aussi des
désavantages. Le défanage mécanique utilise plus de travail mécanique; le nombre
d’heures de tracteur est plus élevé, entraînant une consommation de carburant ainsi
que des émissions de gaz d’échappement élevées. Le défanage thermique utilise pour
sa part plus d’énergie; brûler les fannes consomme de grande quantités de gaz et
cause de ce fait une pollution de l’air importante. Si donc les scénarios alternatifs
permettent de réduire l’utilisation de produits chimiques, ils entraînent un
accroissement de la consommation d’énergie et du travail mécanique. Il n’est donc
pas prouvé que ces nouveaux procédés soient plus avantageux et il est judicieux de
confronter notre intuition en recourant à l’analyse du cycle de vie.
17

2.3.2 Définition des objectifs et du système


Les principaux points à relever sont comme suit:
• Fonction et unité fonctionnelle: un kg de pommes de terre comestibles.
L’analyse des récoltes ne mettant pas en évidence de différence significative
entre les scénarios (tableau 2.6, moins de 7.5% sur la récolte), les émissions
peuvent aussi bien être rapportées à l’hectare (ha) qu’au kg produit.
L’hectare a été retenu pour la suite de l’étude.
• Limites du bilan: l’ensemble de la chaîne d’extraction et de préparation de
l’énergie, la combustion du propane, la fabrication et l’utilisation des
tracteurs et machines, la production et l’utilisation des pesticides ont été
prises en comptes. Le transport, la vente ou la préparation des aliments est
exlue du système car elle est identique dans tous les scénarios (fig. 2.5).

Fig. 2.5 Limites du système pour la comparaison de procédés de défanage de pommes de terres
18

• Définition des scénarios et inventaire de production. Six scénarios sont


considérés: pt, purement chimique, pm, purement mécanique, mc,
mécanique-chimique avec Dinoseb, pc Din/DNOC/Glu, purement chimique
par Dinoseb, DNOC ou glufosinates. Le tableau 2.6 présente l’inventaire de
production, soit les intrants agronomiques intervenant dans chaque scénario.

Tableau 2.6a Inventaire de production de procédés pour le défanage de pommes de terre

Scénario pt pm mc Din pc Din. pc DNOC pc Glu

Heures de tracteurs

40 kW h/ha 1,1 0,8 0,8 0,8

50 kW (2R.) h/ha 1,2 1,3

50 kW (4R) h/ha

Carburant Diesel l/ha 3,3 5,4 5,9 2,4 2,4 2,4

Poids machines-kg/ha an 3,0 3,2 3,6 0,7 0,7 0,7

Gaz propange kg/ha 110

Defanol forte l/ha 6,0 15

Dinoseb (S. active) kg/ha 1,77 4,42

DNOC (S. active) kg/ha 14,2

Glufosinate (S.a.) kg/ha 1,0

Récolte%pc 99,2 103,7 104,2 100,0 - -

Coûts 440 155 220-290 105-290 105-290 105-290

• Méthode d’allocation: pour la fabrication des machines, le poids de machines


utilisées est alloué en fonction du poids total de la machine et du rapport entre les
heures d’utilisation effective pour le défanage et la durée de vie totale de la machine
(par exemple 12000 heures pour un tracteur).

2.3.3 Inventaire des ressources et des émissions


L’inventaire des ressources et émissions se calcule en multipliant les données de
l’inventaire de production par des facteurs d’émissions (tableau 2.6b). Ces facteurs
issus de différentes base de données définissent la quantité de chaque polluant émise
par unité d’intrant utilisé. Ces calculs, détaillés par JOLLIET (1993) se basent sur les
données du BUWAL publiée par HABERSATTER et WIDMER (1991). Le tableau
2.7 présente les résultats de l’inventaire:
19

Tableau 2.7 Facteurs d'émissions relatifs aux intrants de la pollution agricole

Diesel Fabrication Gas Pesticides Engrais

Tracteurs machines Propane N

(l) (kg) (kg) (kg) (kgN)

Energie (MJ/l) (MJ/kg) (MJ/kg) (MJ/kg) (MJ/kgN)

contenu 35.6 80b 46 100c 76d

prépar.a 3.3 13.6 5.2 16.9 7.9

total 38.9 93.6 51.2 116.9 83.9

Air (g/l) (g/kg) (g/kg) (g/kg) (g/kgN)

CO2 2818 7955 2043 8268 6149

Particules 3.5 4.3 0.01 0.8 0.5

CO 17 5.9 0.5 32.5 1.6

HC 14 42 22 19 13

N2O 0.03 1.3 2.4 1.6 1.2

NOx 43 20 3.3 14 9.5

SO2 6.6 39.8 1.6 20 13

Aldehyd. 0.09

Organiques 0.14

NH3 0.02 0.02 0.00 0.05 121.04

Sol g/kg

Pesticide _ _ _ 1000 _

Résidus mg/kg pdt

Dinoseb _ _ _ < 0.05e _

DNOC < 0.05e

Glufosin. < 0.02-0.5f


20

Tableau 2.7 Inventaire des besoins énergétique globaux et des émissions polluantes liés au défanage de
pommes de terre

Substance Production totale pt pm mc pc

Energie MJ/ha MJ/ha MJ/ha MJ/ha MJ/ha

34'320 6'030 507 734 574

Air g/ha g/ha g/ha g/ha g/ha

CO2 2'666'000 324'300 40'280 59'300 47'500

Particules 1'380 36 23 27 14

CO 6'120 82 103 116 53

HC 8'990 982 145 199 143

N2O 3'757 361 5 8 8

NOx 18'990 757 285 333 171

SO2 6'910 652 110 166 137

Aldéhydes 29 7 0 1 0

Composés organiques 45 11 1 1 1

NH3 13'170 4 0 0 0

Dinoseb 177 442

DNOC 1'420

Glufosinate 100

Sol g/ha g/ha g/ha g/ha g/ha

Dinoseb _ _ _ 1'500 3'760

DNOC 12'070

Glufosinate 850

Eau g/ha g/ha g/ha g/ha g/ha

NO3 144'500 _ _ _ _

Phosphate 661 _ _ _ _

Dinoseb 49

DNOC 156

Glufosinate 1,1

sol --> résidu aliment g/ha g/ha g/ha g/ha g/ha

Dinoseb _ _ _ < 45 < 113

DNOC < 113

Glufosinate <45 -1125


21

Du point de vue énergétique, le scénario thermique a une consommation très


élevée du fait de la consommation de propane (fig. 2.8). La consommation est
comparable et réduite pour les scénarios chimiques et mécaniques. Il est intéressant
de constater que la fabrication des tracteurs et machines génère pour le scénario
mécanique une consommation du même ordre de grandeur que celle liée aux
carburants.

Fig. 2.8 Bilan énergétique du défanage de pomme de terre

Les émissions de CO2 sont liées à la consommation énergétique et elles sont


également sensiblement plus élevées avec le système thermique qu'avec les procédés
purement mécaniques ou chimiques.
Pour pouvoir conclure au stade de l’inventaire qu’un procédé est plus favorable
qu’un autre pour l’environnement, il faudrait que toutes les émissions liées à ce
procédé soient inférieures à celles de l’autre procédé. Ceci n’est pas le cas, puisque
les émissions sont les plus élevées avec le scénario thermique pour les HC, CO2,
N2O, et NOx, avec le scénario mécanique pour le CO et les particules, avec le
scénario chimique pour les pesticides. Déterminer un ordre de grandeur de l’impact
respectif de ces polluants est donc indispensable.

2.3.4 Analyse de l’impact environnemental


C’est la méthode des surfaces-temps critiques (CST, chapitre 5.6 et annexes) qui
a été appliquée afin d’évaluer l’impact des différents scénarios. Les émissions
recensées dans l’inventaire sont multipliées dans un premier temps par les facteurs de
caractérisation de CST (par exemple le tableau xx de l’annexe xx pour la toxicité). Le
22

tableau 2.9 présente l’impact relatif à la toxicité humaine: on constate de très


importantes variations d’un polluant à l’autre. C’est très clairement la présence
potentielle de résidus de pesticides dans les aliments qui peut générer la toxicité la
plus forte. Toutefois, cet impact étant défini à partir de valeurs non détectables, la
précision de mesure de résidus chimiques dans les pommes de terre n'est pour
l'instant pas encore suffisante pour pouvoir déterminer l'impact global des procédés
chimiques sur l'environnement. Il est intéressant de constater que l’impact via l’eau
potable est négligeable par rapport aux résidus dans les aliments (facteur 100000).
Les émissions dans l’air ont également un effet limité.

Tableau 2.9 Toxicité humaine due au défanage de pommes de terre. Résultats après caractérisation

Toxicité humaine tot pt pm mcDin pcDin pcDNOC pcGlu

en kgPb
équivalent/ha

Air

CO 9E-04 1E-05 1E-05 2E-05 7E-06 7E-06 7E-06

NOx 0.037 0.001 6E-04 6E-04 3E-04 3E-04 3E-04

SO2 0.052 0.005 8E-04 0.001 0.001 0.001 0.001

Particules 0.01 3E-04 2E-04 2E-04 1E-04 1E-04 1E-04

DNOC air 0 0 0 0 0 0.095 0

Dinoseb air 0 0 0 0.012 0.03 0 0

Glufosinate air 0 0 0 0 0 0 0.224

Eau

Nitrate 0.123 0 0 0 0 0 0

Phosphate 5E-07 0 0 0 0 0 0

DNOC eau 0 0 0 0 0 4E-04 0

Dinoseb eau 0 0 0 5E-05 1E-04 0 0

Glufosinate eau 0 0 0 0 0 0 9E-06

Résidus sol-aliments

DNOC pdt 0 0 0 0 0 < 6.64 0

Dinoseb pdt 0 0 0 <2.7 < 6.68 0 0

Glufosinate pdt 0 0 0 0 0 0 < 16.6

Total 0.22 0.0066 0.0016 < 2.7 < 6.7 < 6.7 < 16.8

Le tableau 2.10 présente les résultats de chacune des classes après application
des facteurs d’évaluation du tableau 11 de l’annexe 5. Pour pratiquement toutes les
classes, le scénario mécanique s’avère le plus favorable. Pour la création d’ozone
troposphérique, il donne un impact équivalent au scénario chimique. L’impact total
pour l’homme, combinaison de la toxicité humaine et de la formation d’ozone, est
23

toutefois nettement favorable au scénario mécanique. Les traitements chimiques avec


du Dinoseb et du DNOC génèrent une forte charge écotoxicologique tant terrestre
qu’aquatique. Ceci n’est pourtant pas intrinsèquement lié à l’application de produits
chimiques, puisque l’application de glufosinate n’engendre qu’une écotoxicité très
limitée. Le choix des substances actives dans un traitement chimique joue un rôle
capital.

Tableau 2.10 Contribution de chaque catégorie d’effet à l’impact global du défanage de pommes de terre.
Résultats après évaluation

Impact, en m2an/ha culture tot pt pm mcDin pcDin pcDNOC pcGlu

Toxicité humaine 2690 80 19 < 32400 < 81000 < 81400 < 8100 à
203000

Formation d’ozone 9000 990 145 200 143 143 143


(humains)

Total humains 11690 1070 164 200 à 143 à 143 à 143 à <
<32600 <81000 <81400 203000

Formation d’ozone (écosy) 9000 990 145 200 143 143 143

Écotoxicité terrestre 0 0 0 9715 24300 270200 2760

Acidification 37470 991 258 333 214 214 214

Total écosyst. terrestre 46470 1981 403 10248 24700 270600 3120

Écotoxicité aquatique 0 0 0 1719000 4297000 1102000 1

Eutrophisation 696 0 0 0 0 0 0

Total écosyst. aquatique 696 0 0 1719000 4297000 1102200 1

Effet de serre 111800 13000 1390 2050 1650 1650 1650

Trou d’ozone 0 0 0 0 0 0 0

Energie 24740 4350 365 529 414 414 414

Ressources 0 0 0 0 0 0 0

Utilisation de surfaces 0 0 0 0 0 0 0

Total effets indirects 136540 17350 1755 2579 2064 2064 2064

2.3.5 Interprétation
Bien que les méthodes d’analyse de l’impact actuelles ne permettent pas une
analyse complète, plusieurs conclusions peuvent être tirées: en considérant la
pollution totale, le traitement purement mécanique s'avère nettement le plus
avantageux pour l'environnement. La quantité de gaz consommée devrait être
sensiblement réduite pour que le système thermique puisse être considéré comme
favorable à l'environnement. Par rapport au traitement chimique, le traitement
combiné mécanique-chimique réduit sensiblement la pollution. D'éventuels résidus
24

représenteraient une pollution très importante, si leur concentration dépasse 1 µg/kg


(ppb).
S'il n'y a pas de résidus, la pollution liée à l'effanage ne représente que 1 à 10 %
de la charge totale sur l'ensemble de la production de pommes de terre. Il est donc
important d’évaluer d’autres charges environnementales, en particulier celles liées
aux engrais.
Sans avoir effectué une analyse de sensibilité détaillée, l’examen de plusieurs
alternatives pour le traitement chimique montre que le choix du type de produit joue
un rôle crucial sur les impacts toxicologiques. Une analyse plus détaillée des
incertitudes serait extrêmement utile, mais elle fait encore défaut pour l’instant.
25

CHAPITRE 3

DEFINITION DES OBJECTIFS ET DU


SYSTEME

• La définition des objectifs et du système commence par une description de


l’étude permettant de poser le problème, de définir le type d’application, le public
visé, les acteurs, les objectifs et la portée de l’étude. Cette première phase est avant
tout descriptive et relativement triviale. Elle se poursuit par trois phases cruciales de
l’analyse que sont la détermination de la fonction du système, de l’unité fonctionnelle
et des limites du système étudié. C’est aussi dans cette étape que les scénarios de base
et les alternatives à étudier sont définis en détail.
Contrairement aux autres phases de l’ACV, cette première étape n’est pas de
nature très technique, mais plutôt sociale. Elle nécessite un dialogue entre les
différents acteurs de l’étude. Il est donc important que les différents partenaires se
montrent ouverts lors de cette phase et que toutes les options et alternatives possibles
soient envisagées.

3.1 DESCRIPTION DE L’ETUDE

Type d’application, public cible et acteurs


Plusieurs types d’applications sont possibles en fonctions du public cible. On
décrira clairement quel type a été retenu. Mentionnons:
• L’information sur un produit existant: jusqu’à présent, l’écobilan a
principalement été utilisé pour informer sur l’effet environnemental des
produits, la comparaison d’alternatives étant la forme la plus classique,
• La réglementation d’un produit. Le principe est d’évaluer un produit sur la
base d’une norme en comparant le produit à un standard. Le produit satisfait
aux exigences si la charge environnementale qu’il occasionne n’excède pas
celle du standard,
• Le développement de nouveaux produits: l’étude est tout d’abord entreprise sur
le produit initial. Des options d’amélioration sont ensuite sélectionnées et
évaluées sur la base de facteurs environnementaux, techniques ou financiers.
Ces différentes variantes de production sont comparées entre elles et avec le
produit initial.
26

• L’élaboration de stratégies politiques: une analyse du cycle de vie peut


également être entreprise afin de comparer des stratégies politiques. Ainsi,
dans le cadre de la politique agricole européenne, une comparaison de
l’impact environnemental effectif de systèmes de production intensifs,
intégrés et biologiques serait très utile.
Le choix de l’application dépend du public visé, qui peuvent être le
consommateur, le producteur, le gouvernement. Les motivations sont alors diverses.
Les consommateurs veulent connaître l’impact de certains produits sur
l’environnement afin de choisir en connaissance de cause. Pour le fabriquant il est
important de savoir comment réduire la pollution de leur produit. Les gouvernements
ont besoin de disposer d’une information fiable afin d’affiner les règlements ou de
définir des mesures incitatives relatives à l’environnement.
Pour ce qui est des acteurs, on explicitera les identités et adresses des
commanditaires, réalisateurs, accompagnateurs du public visé, de l’exécutant et du
groupe de réviseur indépendants (peer review).
Si le public visé est externe à l’entreprise concernée, il est souvent souhaitable
que l’exécutant soit «indépendant» du mandataire afin de ne pas subir de grosses
pressions. Il en est de même des réviseurs dont la tâche est de vérifier la qualité de
l’écobilan afin d’en améliorer la crédibilité. Relevons qu’il est souhaitable de réserver
environ 5% du coût total de l’écobilan pour cette tâche de révision. Il est préférable
d’inclure ces experts aussitôt que possible dans l’étude. Le code de pratique de la
SETAC (1993) définit en détail le mandat et les modalités d’exécution d’une telle
révision (Annexe 2). Cette annexe détaille également les modes de communication
adaptés à l’objectif visé.

Portée de l’étude et approche screening


A priori ce sont toutes les étapes du cycle de vie (définition des objectifs,
inventaire, évaluation de l’impact et interprétation) et tous les problèmes
environnementaux qui doivent être considérés. Il ne serait pas raisonnable d’éliminer
certains éléments à priori. Ceci ne peut être fait qu’une fois un premier inventaire
effectué, sur la base de critères cohérents. Le temps requis pour une telle étude est
important, ce qui peut être un obstacle à l’application des écobilans. Plusieurs
approches sont actuellement étudiées pour déterminer sous quelles conditions une
approche simplifiée pourrait être satisfaisante («streamlining»). Pour faciliter leur
application, différents logiciels et banques de données sont déjà disponibles.
Dans la pratique, des simplifications sont déjà utilisées. Ainsi, lors de la
délimitation des limites du système, on cherche à simplifier la situation en ne faisant
pas un écobilan complet. Les éléments identiques dans les divers scénarios peuvent
être exclus lors de leur comparaison, sous certaines conditions (chapitre 3.4.3). De
plus, les problèmes environnementaux pour lesquels des données manquent sont
souvent exclus.
Nous recommandons fortement de mener la réalisation de l’analyse du cycle de
vie en deux temps:
• Une première phase de tri ou «screening» réalisant l’analyse de A à Z de façon
rapide et simplifiée en évaluant l’ordre de grandeur des différentes
contributions. Elle est accompagnée d’une première étude de sensibilité
mettant en évidence les points clés de l’analyse du cycle de vie du point de
vue la protection de l’environnement. La réalisation de ce screening permet
d’éviter d’investir beaucoup de temps sur des points d’importance mineure.
27

• Une deuxième phase d’analyse détaillée reprenant les étapes de définition des
objectifs, en approfondissant les points dont les impacts sont les plus
importants. Cette phase va déboucher sur l’interprétation finale avec l’étude
de sensibilité détaillée et l’estimation des incertitudes. L’étude se termine par
la comparaison des aspects environnementaux et économiques.

3.2. FONCTION DU PRODUIT OU DU SYSTEME


Lors d’une étude comparative, il est essentiel de comparer les systèmes ou
produits sur la base d’une fonction commune à laquelle les émissions de l’inventaire
seront directement rapportées. Seules les alternatives remplissant une fonction
équivalente peuvent être comparées. Les scénarios sont donc définis de façon à ce
qu’ils recouvrent la même fonction.
La fonction du produit ou du système étudié sera clairement définie car elle sert
de base pour déterminer deux points cruciaux de l’ACV: l’unité fonctionnelle et les
limites du système. Afin de garder une approche critique par rapport à une
application, il est très profitable de réfléchir à la fonction avant d’avoir défini l’unité
fonctionnelle ou les limites du système.
Il n’est pas toujours facile de cerner la fonction exacte d’un système, car un seul
produit peut avoir une fonction multiple (système multifonctionnel). Dans ce cas on
distinguera entre fonction principale et fonction secondaire (tableau 3.1). Si les
fonctions principale ou secondaires diffèrent trop fortement, la comparaison peut être
faussée. Il serait peu soutenable de prétendre qu’une paire de sandales est plus
favorable pour l’environnement qu’une paire d’après-ski simplement parce que les
émissions par paire de souliers sont inférieures pour les sandales.

Tableau 3.1 Fonctions principale et secondaires de quelques produits

Produit Fonction principale Fonctions secondaires

Paire de souliers Protection des pieds Protection intempéries


protection froid
prestance sociale

Restaurant Servir des repas Accueil, socialisation


espace chauffé

Porte de voiture Contribuer à assurer une bonne Sécurité vol


utilisation de la voiture sécurité en cas d’accident
étanchéité

Pomme de terre Alimentation de la population Maintien des surfaces arables


ou alimentation bétail protection du paysage et de
ou matière première (amidon) l’environnement

Ainsi, dans l’exemple du défanage, les pommes de terre peuvent servir soit à
l’alimentation humaine soit à l’alimentation du bétail. En plus du rôle d’alimentation,
l’agriculteur contribue au maintien des surfaces arables et à une fonction d’entretien
du paysage ou de protection de l’environnement qui se traduit souvent financièrement
par des paiements directs de l’état.
Finalement lorsqu’une étude porte sur une partie d’un système plus large, on se
rapportera généralement à la fonction de l’ensemble du système : dans une
28

comparaison entre différents types de portières d’automobile, on se rapportera à la


fonction globale de transport de l’automobile sur toute sa durée de vie, un point
crucial dans ce cas pour que la phase utilisation de la portière et de la voiture soit
bien prise en compte.
Lors de la critique d’une analyse du cycle de vie existante, on ne manquera pas
de vérifier comment la fonction du système a été implicitement ou explicitement
définie. On prendra du recul pour examiner si certains aspects secondaires diffèrent
entre les scénarios.

3.3. UNITE FONCTIONNELLE ET FLUX DE REFERENCE

3.3.1. Définition
Une fois la fonction du système définie, l’unité fonctionnelle (UF) peut être
dérivée. Cette unité fonctionnelle est la grandeur quantifiant la fonction du système,
le service offert, et sur la base de laquelle les scénarios sont comparés; Son rôle étant
d’offrir une référence à laquelle tous les flux de l’inventaire seront rapportés, l'unité
fontionnelle est donc la même dans les différents scénarios. C’est une grandeur
clairement définie en cohérence avec les objectifs de l’étude qui doit être mesurable
et additive et n'est donc pas un rapport: l'impact de deux unités fontionnelles doit être
le double de l'impact d'une unité fonctionnelle. Ainsi dans l’exemple du chapitre 2.3,
les émissions de l’inventaire ainsi que les impacts sont tous calculés par kg de
pommes de terre produite ou par hectare. De plus, dans le cas d'un composant d'un
tout, on se référera en général dans l'unité fonctionnelle à la fonction du tout: pour un
tableau de bord de voiture, son utilisation est en général déterminée par celle de la
voiture elle-même. les émissions pour la contruction et l'utilisation du tableau de bord
seront calculées pour un tableau de bord d'une voiture roulant 200'000 km.
Pour une unité fonctionnelle donnée, on mesurera pour chaque scénario les flux
de référence, c’est à dire les quantités de produit nécessaires et achetées pour
remplir cette fonction. Le tableau 3.2 présente différents exemples d’unité
fonctionnelle. Dans le cas du sèchage des mains par papier serviette ou électrique,
l’unité fonctionnelle retenue est un nombre de mains séchées identique. Pour chaque
système, il est possible de déterminer les flux de référence, c’est à dire les quantités
de papier et d’électricité nécessaires. Sur la base de ces flux de référence, il devient
possible de faire l’inventaire des inputs et des outputs nécessaires (ISO 14040, p.10).
29

Tableau 3.2 Unité de fonction etflux de référence pour différents services

Produit ou Unité fonctionnelle Flux de référence Paramètre clé: rapport flux de


système (le service offert) (ce qui est acheté) référence - unité de fonction

Soulier Paire de souliers en état Nombre de paires de Durée de vie du soulier


fonctionnel pendant une souliers nécessaires
période définie

Peinture m2 du mur peint pour une Litre ou kg de peinture Quantité appliquée au m2,
période de temps définie durée de vie de la peinture

Sèche main Paire de main séchée Nombre de serviettes et Masse serviette en papier et
quantité d’électricité puissance du séchoir
nécessaire

Matériaux Uu produit emballé Nombre, masse ou Matière par emballage,


d’emballage volume de l'emballage nombre d’utilisation

Comme le tableau 3.2 le met en évidence, les facteurs reliant l’unité de fonction
au flux de référence sont des paramètres environnementaux clé pour optimiser le
système. Ce sont en particulier les facteurs durée de vie, nombre possible de
réutilisation ou quantité de matière utilisée qui jouent un rôle essentiel. Ils
interviennent comme un facteur multiplicatif direct entre l’unité de production et
l’unité de fonction. Dans beaucoup d’applications, doubler la durée de vie du produit
permettra de réduire d’un facteur deux les émissions. Ainsi, il arrive souvent que
l’optimisation de la fonction d’un point de vue industrielle (réduction des quantités de
matières utilisées, amélioration des propriétés) concorde avec l’optimisation
environnementale.
Soulignons que l’unité fonctionnelle est une grandeur extensive et ne peut être
un rapport : les émissions de deux unités fonctionnelles sont égales à deux fois celles
liées à une unité fonctionnelle.
Pour être valable, une comparaison entre deux systèmes ou scénarios sera faite
sur la base de la même fonction caractérisée par la même unité fonctionnelle. Pour
chaque scénario l'inventaire environnemetal se basera sur les flux de référence, les
quantités de produits achetées par unité fonctionnelle.

3.3.2 Le popcorn comme matériau d’emballage


La comparaison de différent matériaux de remplissage pour emballage fait bien
ressortir l’importance du choix de l’unité fonctionnelle (JOLLIET et al., 1994).
Traditionnellement ce sont des matériaux d’emballage plastique (chips en
polystyrène) qui sont utilisés pour des raisons économiques et techniques.
L’inconvénient est qu’ils sont faits à partir de matières premières non renouvelables
(pétrole) et qu’il ne sont pas biodégradables. Comme alternative, différent matériaux
renouvelables et biodegradables ont été proposés dont le popcorn soufflé par air
chaud à partir de grain de maïs, un produit naturel, intuitivement plus écologique,
même si la question étique d’utilisation d’aliments comme matière première reste
ouverte. Reste à prouver que cette alternative est préférable du point de vue
environnemental.
30

Comme la fonction considérée est le remplissage de carton d’emballage, l’unité


fonctionnelle à retenir est le m3. L’unité de production est quant à elle le kg.
La figure 3.3 montre que par kg de matière, le popcorn est trois à quatre fois
plus favorable selon la méthode de pondération retenue. Par contre, le popcorn est
4.6 fois plus dense que les chips en polystyrène. Le résultat s’inverse donc si les
impact sont calculés par unité fonctionnelle, c’est-à-dire par m3.
Le paramètre clé d’un point de vue environnemental est donc la densité du
popcorn. Si le popcorn veut être utilisé de façon favorable à l’environnement, il ne
s’agit pas d’abord de réduire le lessivage des nitrates ou la quantité d’engrais. Il s’agit
en premier lieu de diminuer la densité du matériau biodégradable. C’est ce qui se fait
industriellement en extrayant l’amidon et en le soufflant à la manière du polystyrène.
On aboutit à un résultat surprenant et paradoxale au premier abord: un produit plus
industriel et de ce fait moins proche de la nature sera plus favorable d’un point de vue
environnemental. Ceci met en évidence que le concept de naturel ne concorde pas
forcément avec celui de favorable à l’environnement.

Pa r kg de ma téria ux
Phospha tes

120% Nitra tes


NH3
100%
SO2
80%
NOx
60%
HC
40%
CO
20%
Pa rt.
0%
N2O
PS PC PS PC PS PC CO2
Ecopoints Volumes critiques Surf-Temps Crit.
31

Phosphates
Par m3 de matériaux
Nitrates
200% NH3
SO2
150%
NOx
100% HC
50% CO
Part.
0%
N2O
PS PC PS PC PS PC CO2
Ecopoints Volumes critiques Surf-temps crit.

Fig. 3.3 Comparaison de l’impact global d’un remplissage de paquet par du popcorn(PC) et par du
polystyrène (PS) rapportés a) au kg de matériau, b) au m3 de matériau. Pondération des impact d’après les
méthodes des volumes critiques, des surfaces-temps critiques 94 et des écopoints. D’après JOLLIET et al.
(1994)

De plus, le potentiel de réutilisation du matériel devrait être considéré lors de la


définition de l’unité fonctionnelle. Ainsi, si le pop-corn est réutilisable α fois (p.e. 2
fois) contre β fois (p.e. 4 fois) pour les chips en polystyrène, un facteur de correction
devrait être introduit afin de tenir compte de ce potentiel de recyclage différent
(diviser par 2 les émissions des chips en polystyrène). Ceci donnerait un résultat
encore plus favorable pour le composé plastique.
BRETZ (1994) présente une analyse du cycle de vie de deux additifs
blanchissant pour lessive. Si les résultats de l’écobilan sont rapportés à l’unité de
production, c’est à dire le kg d’agent blanchissant, l’agent FWA1 (Fluorescent
Whitening Agent) engendre une charge environnementale supérieure pour l’énergie
primaire, les DOC dans l’eau ou les déchets (fig.3.4). Par lessive «bien blanchie»,
l’unité fonctionnelle la plus évidente, le rapport des émissions et fortement modifié
en faveur de l’agent FAW1 qui est utilisé en moindre quantité (fig. 3.5).
32

Unité de production : 1 kg FWA

150%
Relatif à FWA 2

100%
FWA 1
FWA 2
50%

0%
Energie CO2 dans SOx dans COD Déchets
primaire l'air l'air industriels

Fig. 3.4 Charge environnementale due aux agents blanchisseurs, par kg de substance blanchissante

Unité fonctionnelle : 1 lavage

300%
250%
Relatif à FWA 2

200%
FWA 1
150%
FWA 2
100%
50%
0%
Energie CO2 dans SOx dans COD Déchets
primaire l'air l'air industriels

Fig. 3.5 Charge environnementale due aux agents blanchisseurs, par lessive effectuée

3.3.3 Une base commune pour analyse environnementale et analyse des coûts: le
cas des ampoules électriques
La définition de la fonction et de l'unité fonctionnelle est un moyen adéquat pour
poser un problème d'écodesign et pour identifier les paramètres environnementaux
clé dès les premières étapes du design. Ceci est illustré par une comparaison de
différents types d'ampoules (tableau 3.6).
33

Tableau 3. 6 Fonction et unité de fonction pour l'exemple des ampoules.

Produits Fonction principale Fonctions/performances secondaires

Scénario 1 Eclairer Chauffer

Apporter une ambiance agréable


Scénario 2
Mode

Produit ou Unité de Flux de référence = Paramètres Analysent du


système fonction = acheté environnementaux cycle des coûts
service offert clé

Scénario 1 600 lumens 60W * 6000h/UF = La quantité de lumen 360kWh/UF *


pendant 6000 360 kWh/UF par Watt 0.1 $/kWh = 36
Ampoules à
heures (phase utilisation) $/UF
incandescence 6 ampoules = 6 * 35
g. = 210 g. 6* 1$ = 6$/UF
La durée de vie
Total=42$/UF
(phase fabrication)
Scénario 2 11W * 6000 h/UF = 66 kWh/UF *
66 kWh/UF 0.1 $/kWh = 6.6
Ampoules à La quantité et le type
$/UF
fluorescence 1 ampoule = 160 g. de matériaux utilisés
(phase extraction 1 * 10$ =
matières+fabrication) 10$/UF

Total=16.6 $/UF

La fonction principale des ampoules est d'éclairer, mais les fonctions


secondaires comme chauffer, apporter une agréable atmosphère et être à la mode
peuvent varier en fonction du type d'ampoules utilisé. Les émissions sont calculées
pour une unité de fonction d'une intensité lumineuse de 600 lumens. Ce qui équivaut
à une ampoule à incandescence de 60 W pesant 35 g. et à une ampoule faible énergie
à fluorescence de 11W pesant 160g. Toutefois, la durée du service joue un rôle
important d'un point de vue environnemental et économique. C'est pourquoi il est
nécessaire d'en tenir compte dans l'unité de fonction : pour assurer un service de 6000
heures à 600 lumens, il suffit d'une ampoule à fluorescence contre 6 ampoules à
incandescence (la durée de vie de ces dernières n'étant que de 1000 heures ou d'une
année). Ainsi, pour une unité de fonction, le poids des ampoules à incandescence
revient à 6 * 35 g. = 210 g. Les paramètres environnementaux clé peuvent être
identifiés sans calcul supplémentaire : la quantité de lumen par Watt qui doit être
maximalisée pour la phase d'utilisation, la durée de vie qui influence la quantité de
matière brut extraite et la fabrication. Toutefois, des études plus approfondies sont
nécessaires pour estimer l'importance relative de ces différents points et pour estimer
les impacts liés aux émissions de substances toxiques.
Le prix des ampoules à fluorescence est souvent évoqué comme un motif pour
ne pas les acquérir. Pourtant, sur la base de la même unité de fonction, les coûts
peuvent être facilement calculés en appliquant l'approche de l'analyse du cycle des
coûts (ACC). Pour un service de 600 lumens durant 6000 heures, l'aquisition des
ampoules implique un investissement 6 $/UF pour les 6 ampoules conventionnelles et
34

de 10 $/UF pour une ampoule à faible consommation d'énergie. D'un autre côté, le
coût de l'électricité s'élève à 36 $/UF pour les ampoules à incandescence et à 6.6
$/UF pour les ampoules à fluorescence. Malgré le coût d'achat plus élevé, les
ampoules à fluorescence permettent de faire des économies sensibles (42 $ - 16.6 $ =
25.4 $ par ampoule et pour 6000 h ou 6 ans).
Nous sommes dans une situation optimale, où les ampoules à fluorescence sont
meilleures d'un point de vue énergétique et économique. L'analyse de cycle de vie se
concentre uniquement sur les impacts environnementaux, c'est pourquoi la mesure
des performances économiques est une analyse complémentaire indispensable, mais
qui ne fait pas partie à proprement parlé de l'écobilan.
Pourquoi les gens continuent-ils d'acheter des ampoules à incandescence qui
consomme plus d'énergie et dont les performances économiques sont inférieures aux
ampoules à fluorescences ? C'est là tout l'enjeu de l’acceptation sociale.
Premièrement, un coût d'investissement plus élevé n’est jamais en faveur du produit.
De plus, il est important que les futurs profits soient lisibles lors de l'achat du produit.
Deuxièmement, les ampoules à fluorescence ont besoin d'un certain temps à
l'allumage pour éclairer de manière optimum. Ce désavantage peut être compensé en
achetant des ampoules d'intensité légèrement supérieure (800 lumens à 15 W
remplacera des ampoules à incandescence de 600 lumens à 60 W). Ceci est une
bonne illustration du dicton : "Le développement durable doit être techniquement
approprié, non dégradant pour l'environnement, économiquement viable et acceptable
d'un point de vue social" (FAO, 1995).
L'unité fonctionnelle et les flux de référence forment une base commune pour
deux outils complémentaires: l'analyse environnementale du cycle de vie ou écobilan
et l'analyse économique du cycle des coûts.

3.3.4 Produits multi-fonctionnels


Lorsque la fonction de divers produits ou systèmes que l’on désire comparer est
proche, mais pas tout à fait identique, il importe de le relever clairement et d’en
mesurer les conséquences.
Il convient tout d’abord d’identifier si la différence est de l’ordre de la
performance. Pour une comparaison entre les impacts environnementaux de différents
modes de transport (rail, route, air), la durée des trajets varie fortement. Dans ce cas,
il n’est pas nécessaire, ni même possible de prendre ces variations directement en
compte dans l’unité fonctionnelle. Par contre, il est souhaitable de mesurer cette
performance technique pour le comparer à la performance environnementale dans la
phase finale d’interprétation, comme cela se fait au niveau de la performance
économique.
Lorsque la multi-fonctionalité est susceptible de modifier le flux de référence
correspondant à l’unité fonctionnelle, l’unité fonctionnelle peut être corrigéeafin d’en
tenir compte. Pour cette correction, la démarche est pratiquement identique à celle de
l’allocation des émissions entre différents co-produits et la même hiérarchie des
méthodes peut s’appliquer ( chapitre 4.5).
Dans le cadre de l’action concertée sur l’harmonisation des ACV en agriculture,
l’exemple de différents types de culture de blé a été abordé (AUDSLEY et al., 1997).
La fonction du système est de produire du blé pour la fabrication de pain de bonne
qualité. Or la fabrication de pain implique non seulement une quantité de farine
35

donnée, mais également une teneur en protéine minimale de 12%. L’unité


fonctionnelle retenue est de 1000 kg de grains de blé à teneur de 12 % protéines. Le
blé produit dans certains scénarios a une teneur en protéine différente, par exemple
de 11%. Les différentes méthodes d’allocation peuvent s’appliquer pour effectuer la
correction. La hiérarchie définie au chapitre 4.5 s’applique également. Dans le cas
des variations marginales, par un changement de la variété de blé, il est possible de
produire dans les même conditions culturale un blé d’une teneur plus élevée. Ceci se
traduit cependant par une réduction de la récolte d’environ 10% par % de protéine
supplémentaire. On définira ainsi l’équivalence:
Unité fonctionnelle = 1000 kg à 12% = 1100 kg à 11% protéines.
Une extension des limites du système serait envisageable en incluant dans le
système, un blé de mélange à haute teneur en protéines que l’on utilisera pour
ramener la teneur de 11% à 12%.
Une allocation sur la base d’une quantité totale de 120 kg de protéines donnerait
des résultats proche de la variation marginale, sans pour autant être identique:
1000 kg à 12% (120kg) = 1091 kg à 11% (120kg protéines)
Si la méthode des variations marginales ou celle de l’extension du système ne
sont pas applicables, l’allocation pourrait se faire sur une base financière, en fonction
du rapport entre les prix du blé avec respectivement 11% et 12% de protéine.

3.4 DEFINITION DU SYSTEME DE PRODUCTION

Principe
Un système de production est un ensemble de processus et d’opération connecté
entre eux par des flux et des produits intermédiaires, qui remplit une ou plusieurs
fonction. Chaque processus peut également avoir des entrées du monde
environnemental (consommation de ressource, d’énergie ou de surface) et des sorties
(émission dans l’eau, l’air, le sol...).
Le système de production sera subdivisé en une série de processus unitaires
assurant une activité unique ou un groupe d’opération. le niveau de détail dans la
modélisation du système sera choisit en fonction des objectifs de l’étude. Le système
étant un système physique, des bilans de matière et d’énergie peuvent être effectués
afin de vérifier que les processus unitaires et le système global respectent les lois de
conservation de la matière et de l’énergie.

Arbre des procédés ou diagramme des flux


on appelle arbre des procédés (“flow chart”) le diagramme des processus
impliqués dans le système, où chaque processus a une sortie qui est l’entrée d’un
autre processus (voir fig 4.12 et 4.13xx). Lorsque de multiples processus sont
impliqués dans un procédé de fabrication, il est très profitable de réaliser ce type de
diagramme pour avoir une vue claire de l’ensemble des processus et de leurs liens.
36

3.5 LIMITES DU SYSTEME

3.5.1. Principe
La définition des limites du système détermine quels sont les modules qui sont à
considérer pour la modélisation du système étudié. La fonction du système est
également à la base de cette définition. En effet, les limites du système incluent par
définition tous les processus utiles à la réalisation de sa fonction. Tous les processus
économiques requis pour cette fonction, du berceau à la tombe, seront pris en
compte.

Economie Environnement

Consommation (ressource,
énergie, sol...)
Produit
Système
Input = 0 Emission (dans air, eau et
sol, bruit)

Limite du système étudié par l'écobilan.

Fig.3.7 Rapports et échanges entre le système étudié, le monde économique et l’environnement

Le monde peut être schématiquement décomposé entre environnement, système


et reste de l’activité économique (fig. 3.7). On constate sur cette figure que les inputs
du monde environnemental vers le système sont la consommation de ressource,
d’énergie et de surface; comme output du système vers le monde environnemental, on
a les émissions dans l’air, l’eau, le sol, ou encore le bruit. Comme output du système
vers le monde économique, on a le produit réalisé.
Théoriquement, le système devrait être défini de manière à ce que l’input du
monde économique vers le système soit nul et que seul le produit correspondant à la
fonction étudiée sorte du système vers le monde économique. Tous les procédés
requis à la fonction du système devraient en effet faire partie du système.
Pratiquement, ceci n’est pas possible, soit par manque de donnée ou de temps pour
réaliser l’écobilan, soit parce que le système de production a comme output en plus
du produit étudié d’autres co-produits de valeur, produits auxquels une partie des
émissions doivent être allouées (voir section 4.5).
Sur quelle base peut on définir les limites du système ? Ou pour prendre un
exemple concret de production agricole, en sus des émissions liées à l’utilisation du
tracteur, dans quelle mesure est-il également nécessaire de prendre en compte la
fabrication de ce tracteur, celle des machines qui ont permis de le fabriquer et celle
des machines qui ont permis de fabriquer les machines qui ont permis de fabriquer le
tracteur ? On décrit ci-dessous les principaux processus à considérer. A partir de
l’analyse d’un contre exemple, la suite du chapitre définit des règles de cohérence en
vue de la détermination de ces limites (Jolliet und Crettaz, 1997).
37

3.5.2 Processus à considérer


De façon générale, la sélection des processus à considérer commence par
l’analyse de l’ensemble des processus impliqués dans la réalisation de la fonction. A
cet effet, l’élaboration d’un diagramme des flux et des inputs est extrêmement utile et
permet une visualisation des différents processus en cause. On veillera en particulier
à couvrir l’ensemble des différentes étapes du cycle de vie :
• L’extraction et la préparation des matières premières et de l’énergie
• La mise à disposition des infrastructures, des machines et des intrants ainsi
que les transport
• La phase principale de production
• La phase d’utilisation des produits, entretien compris
La phase de traitement des déchets en tenant compte des mises en valeur
possibles sous forme de réutilisation, de recyclage ou de valorisation énergétique.
Comme l‘élimination de ces déchets génère des émissions, leur traitement est à
considérer à l‘intérieur des limites du système et les émissions correspondantes sont
prises en compte dans le bilan. Les déchets ne sortent donc en principe pas du
système considéré.
38

3.5.3 Un excellent contre-exemple

Fig. 3.8 Résultats de la comparaison entre restaurant McDonald’s et restaurant conventionnel

L’exemple McDonald’s fait bien ressortir l’importance du choix des limites du


système.
Le bureau d’ingénieurs Elektrowatt AG a été mandaté par la chaîne de fast-food
américaine afin de comparer un restaurant McDonald’s avec un restaurant
conventionnel. Les résultats obtenus affirment qu’un restaurant McDonald's
consomme 6 fois moins d’énergie, 7 fois moins d’eau et produit 5 fois moins de
déchets par client (fig. 3.8: ELEKTROWATT, 1990)!
39

Devant ces résultats surprenants, les limites du système considérées lors de cette
étude doivent être examinées de près. Pour ce faire, les processus de fabrication des
deux scénarios sont mis en parallèle dans le tableau 3.9.

Tableau 3.9 Comparaison des étapes de confection d’un repas entre restaurant MacDonald’s et cuisine
conventionnelle

McDonald’s Restaurant conventionnel

Chaîne production agronomique Chaîne production agronomique (idem)

Transport Transport (idem)

Conditionnement centralisé
(préparation de hamburgers, salades ...)

Chaîne de production de la vaisselle plastique Vaisselle solide à nettoyer


(couteaux, fourchettes, verres ...)

Cuisson Conditionnement des aliments + cuisson

Nettoyage, chauffage, éclairage du restaurant Nettoyage, chauffage, éclairage du restaurant


(idem)

Gestion des déchets d’emballage, de nourriture Gestion des déchets de nourriture, d’emballage

Le premier problème vient du fait qu’Elektrowatt a pris pour limites du système


les murs du restaurant et ne s’est intéressé qu’aux processus ayant lieu dans ce
dernier. De ce fait, le conditionnement centralisé, la chaîne de production de la
vaisselle et la gestion des déchets sont exclus du système McDonald’s, puisqu’ils sont
situés hors du restaurant. Par contre, le conditionnement des aliments et le nettoyage
de la vaisselle sont inclus dans le système du restaurant conventionnel puisque ces
étapes s’effectuent dans le restaurant. Ainsi plusieurs processus défavorables à
McDonald’s ont été exclus des limites du système. Une seconde critique est que la
fonction d’un «fast food» est différente de celle d’un restaurant où les clients
s’attardent volontiers (tableau 3.1).
L’étude décrite ci-dessus a été refaite par LANG et al. (1994). Cette fois, le
restaurant McDonald’s a été comparé à un restaurant de même style (c.à.d à un autre
fast-food, Silberkugel) afin de comparer deux restaurants remplissant la même
fonction. De plus, les limites du bilan ont été fixées de façon à prendre en compte la
même réalité (fig. 3.10).
Ainsi, la production de la vaisselle et son traitement après usage ont été
considérés. De plus, suite à un nouveau comptage, le nombre de repas servis chez
McDonald’s considéré dans cette étude a été réévalué à la baisse par rapport à l’étude
d’Elektrowatt. On arrive alors à la conclusion que la charge environnementale
provoqué par un restaurant McDonald’s est environ double par rapport à celle de
l’autre fast-food (fig. 3.11).
40

Frontière du système

Ex traction de matière première Préparation de l’eau Préparation d’énergie

Matière première Eau Energie

Production Transport Restaurant

Préparation de
Nourriture Nourriture Chauffage
nourriture
Ec lairage
Aération
Vaisselle Vaisselle
Refroidissement
Lavage de la
vaisselle
Emballage Emballage Nettoyage
WC

Eau usée Déchets

Usine d’incinération
STEP Emission dans l’air Décharge

Eau purifiée Dépots de déchets

Eau Air Sol

Fux d’eau Autre flux


Légende
Bien matériel
Exclu du système
Process

Fig. 3.10 Limites du système en vue de la comparaison de l’impact environnemental d’un restaurant
McDonald’s et d’un Silberkugel, d’après LANG et al. (1994).
41

45000

40000

35000
Ecopoints/clients par jour
30000

25000

20000

15000

10000

5000

0
Silberkügel MacDonald's
Transport Vaisselle Emballage secondaire Exploitation

fig. 3.11 Comparaison de l’impact environnemental par client servi entre McDonald’s et Silberkugel,
d’après LANG et al. (1994).

3.5.4. Règles de définition des limites du système


L’exemple ci-dessus illustre la nécessité de définir certaines règles de cohérence
dans la définition des limites du système. Une première règle peut être formulée
comme suit:
Règle 1: Les limites du système doivent recouvrir la même réalité dans les
différents scénarios.
Dans l’étude d’Elektrowatt, les limites du système ne recouvrent clairement pas
la même réalité: elles recouvrent le conditionnement des aliments et les opérations sur
la vaisselle pour le scénario “Restaurant conventionnel” alors qu’elles ne recouvrent
ni le conditionnement des aliments ni la fabrication de vaisselle et son traitement
après utilisation dans le scénario “McDonald’s”.
L’exemple McDonald’s fait bien ressortir l’importance d’une bonne
détermination des limites du système. Si ces limites sont fixées sans règles, n’importe
quelle conclusion peut être déduite. Par contre, en suivant des règles fixes, on rentre
dans un cadre qui devrait permettre de déceler et d’éviter d’éventuelles erreurs.
Règle 2: Sont retenus dans le système, l’ensemble des processus qui contribuent
à plus de x% de la masse des input, à plus x% de la consommation énergétique ou à
plus de x% des émissions d’un polluant. Le pourcentage seuil de x% est
préalablement fixé, par exemple à 1% ou 3%.
Cette règle va dans le sens d’une approche «screening», en réalisant d’abord
l’analyse de A à Z de façon rapide et simplifiée avec un ordre de grandeur des
différentes contributions. L’analyse détaillée n’approfondit que les points contribuant
de façon sensible aux émissions. Il n’est pas possible de fixer la valeur du seuil de
façon générale, car il dépendra en particulier du nombre de modules pris en compte
dans la description du système.
42

• Règle 3: Les étapes identiques dans les deux scénarios peuvent être exclues, à
condition que l’output total du macro-système soit également identique.
Autrement dit, on ne peut pas se limiter aux seules étapes différentes, si les
étapes ont une influence, même indirecte sur l’output du macro-système.
Revenons à l’exemple du défanage présenté au chapitre 2.3. Mis à par ce
défanage, les autres opérations aux champs sont les mêmes pour les scénarios
chimiques, mécaniques ou thermiques. On est donc tenté de les exclure et de
considérer uniquement le sous-système défanage. Ceci est admissible si les scénarios
de défanage n’influencent pas le rendement cultural et c’est du reste ce qui a été
retenu dans l’exemple présenté. Si le défanage venait à avoir une influence sur la
quantité récoltée, c’est l’ensemble des opérations qu’il faudrait considérer, car même
pour la phase de labour identique, les émissions par kg de pommes de terre s’en
trouvent modifiées puisque la quantité produite change d’un scénario à l’autre. Dans
ce cas, c’est le sous-système étudié qui affecte indirectement les étapes identiques en
modifiant le rapport entre unité de production et unité de fonction.
Un deuxième exemple combine deux types d’influences; c’est le cas
d’emballages pour le dentifrice: en tube standard avec carton, en tube auto-porteur ou
avec une pompe doseur. Dans ce cas le rapport entre unité de production et de
fonction peut être doublement affecté:
• le type d’emballage a une influence sur la quantité résiduelle jetée une fois le
tube utilisé.(fig.3.12)
• le type d’emballage peut modifier la quantité utilisée par lavage de dent, ce qui
n’a pas été pris en compte dans l’étude de HAYDOCK (1995).
Ainsi l’étape de production du dentifrice doit être considérée même si les
émissions liées à cette production sont identiques dans tous les scénarios.

10

7
Energy (MJ)

0
Tube standard + carton Tube auto-porteur Tube doseur

Pâte de dentifrice Emballage Déchets de la pâte de dentifrice

Fig. 3.12 Besoins énergétiques totaux liés à l’utilisation de dentifrice ainsi qu’à son emballage (d’après
HAYDOCK, 1995)
43

CHAPITRE 4

INVENTAIRE DES RESSOURCES ET DES


EMISSIONS

4.1 PRINCIPE

Définition
L’inventaire des flux environnementaux est par définition la description
quantitative des flux de matière, énergie, polluants qui traversent les limites du
système (voir également chapitres 3.4 et 3.5).

De façon générale, ces flux se calculent à partir des flus de référence des
scénarios à l’aide de facteurs d’émissions contenus dans des bases de données ou en
effectuant directement le bilan de masse du procédé étudié.
En général, les procédés intervenant dans le cycle de vie ont lieu à différents
lieux et en des temps différents. Ainsi, l’émission de 5 kg de SO2 dans l’air peut
consister de 1 kg émis en Inde en 1970, 0.1 kg émis en Suisse en 1995, 3 kg émis au
Brésil en 2010 et de 0.9 kg émis sur le “marché mondial” (sans spécification
géographique) en 1996. D’où une quantité énorme d’information à traiter, différentes
substances étant émises en quantités différentes en des lieux et temps différents.
Pour réduire le travail à effectuer, une agrégation est souhaitable. La première
étape de cette agrégation se fait en général implicitement lors de l’inventaire en
additionnant toutes émissions de la même substance. Le principe à la base de cette
agrégation est que l’impact d’une substance est liée aux propriétés intrinsèques de
celle-ci et à son émission totale, plutôt qu’aux modes d’émissions, ce qui est
clairement une simplification.
En effet, le fait que la même substance peut être émise en différents lieux
entraîne des différences de devenir des polluants (p.e. due à des différences de climat
ou de sol), d’exposition de la population (p.e. dû à la proximité de zone peuplée), de
toxicité (p.e. dû à des écosystèmes sensibles). Si ces facteurs jouent un rôle
déterminant, ce sont non seulement la quantité totale mais également le lieu ou le
mode d’émission qu’il convient de tracer pour en tenir compte lors de la seconde
agrégation effectuée dans l’analyse de l’impact environnemental.
44

4.2 INVENTAIRE: SREENING ENERGETIQUE


Pour le design d’un produit, le calcul de la demande en énergie primaire par
unité de fonction constitue un outil utile et efficace pour une première identification
des points responsables de la majorité de la consommation des ressources et des
émissions. Basé sur la méthode définie par Gaillard et al. (19xx) et sur la base de
données LCA de ETH-Zurich (Frischknecht et al., 1996), la demande en énergie
primaire et les émissions de CO2 ont été calculée pour différents matériaux et
processus (Tableau 4.1). L’annexe 11 fournit, pour un grand nombre de matériaux et
de processus, des informations supplémentaires sur l’énergie primaire et sur la
quantité d’émissions de CO2 et de NOx.

Tableau 4.1 Demandes en énergie primaire non renouvelable et quantité d’émissions en CO2 pour
différents matériaux et modes de transport.

Energie primaire non CO2


renouvelable (MJ par unité) (kg par unité)

Consommation énergétique durant la


phase d’utilisation.

1 kWh électricité (Europe) 13.7 0.5

1 kWh électricité (CH-Suisse) 8.7 0.02

1 kg mazout (42.5 MJ final) 50 3.6 / 0.6

1 l essence 43 3.3 / 3.9 / 0.5


3
1 m eau 7-20

Transport

1000 km kg Transport camion CH 5.1 0.3

1000 km kg Transport avion 17 1

1 pers km Train 0.5 0.03

1 pers km voiture/avion 3.2 0.25

Matériau

1 kg Aluminium 184 10

1 kg Aluminium recyclé 18.5 0.9

1 kg Cuivre 106 5.2

1 kg Acier 31-100 1.6-5.3

1 kg Plastics 80-110 2.3-3.5

1 kg Papier 20 0.4

1 kg Verre 14 1

1 kg Béton 1 0.1

1 kg PC-unité de contrôle 210


45

Ces données peuvent être utilisées pour une première évaluation des principales
contributions à la demande totale en énergie, sur la base des flux de référence
identifiés à la section 3.3. Reprenons l’exemple des ampoules électriques: en
supposant l’hypothèse que la demande en énergie pour les matériaux de base des
ampoules ne dépasse pas 200 MJ par kg de matériaux, l’extraction des matières
première ne représente que 200 MJ/kg * 0.035 kg/ampoule * 6 ampoules/unité de
fonction (UF) = 42 MJ/an. Par contre la consommation d'énergie pour la phase
d’utilisation représente 360 kWh/UF * 13.6 MJ/kWh = 4900 MJ/an. Le tableau 4.2
montre que même lorsque la fabrication est prise en compte, la demande en énergie
pour la phase de production reste nettement inférieure à la phase d’utilisation. De
même, pour les ampoules à fluorescence, la phase d’utilisation domine. C’est
pourquoi, des améliorations futures doivent se concentrer sur l'efficacité des
ampoules, en maximisant la quantité de lumens par watt.
46

Tableau 4.2 Energie primaire non renouvelable pour le cas des ampoules électriques par unité de fonction
(UF), qui représente un service de 600 lumens pendant 6000 heures.

a) Ampoules à incandescence

Phase de l’écobilan Flux de référence et de Demande en énergie Energie primaire


production spécifique non renouvelable

Unité/UF MJ/Unité MJ/UF

Matières premières 0.02 kg verre/ampoule *6 Verre: 14 MJ/kg 0.12 kg/UF * 14


ampoules/UF = 0.12 kg/UF MJ/kg = 1.7
MJ/UF
0.015 kg cuivre/ampoule * 6
Cuivre: 106 MJ/kg
ampoules/UF = 0.09 kg/UF 9.5 MJ/UF

Fabrication 6 ampoules/UF 0.35 MJ/ampoule 2.2 MJ/UF

Utilisation 360 kWh/UF Electricité (CH): 8.7 3130 MJ/UF


MJ/kWh

Transport 1000 km * 6 ampoules/UF * Transport camion (CH): 1.4 MJ/UF


(0.035 kg/ampoule + 0.01 5.1 MJ / 1000 km
kg/emballage) = 270 km
kg/UF

Emballage 6 ampoules/UF * 0.01 Papier: 20 MJ/kg 1.2 MJ/UF


kg/ampoule = 0.06 kg/UF

Total 3142 MF/UF

b) Ampoules à fluorescence

Phase de l’écobilan Flux de référence et de Demande en énergie Energie primaire


production spécifique non renouvelable

Unité/UF MJ/Unité MJ/UF

Matières premières 0.06 kg Electronique/UF Electronique: 210 MJ/kg 12.6 MJ/UF

0.1 kg Verre/UF Verre: 14 MJ/kg 1.4 MJ/UF

Fabrication 1 ampoule/UF 10.6 MJ/ampoule 10.6 MJ/UF

Utilisation 66 kWh/UF Electricité(CH): 8.7 574 MJ/UF


MJ/kWh

Transport 1000km*(0.16 kg/ampoule + Transport camion (CH): 1 MJ/UF


0.04 kg/emballage) = 200 km 5.1 MJ / 1000 km
kg/UF

Emballage 0.04 kg/UF Papier: 20 MJ/kg 0.8 MJ/UF

Total 588 MJ/UF

Basé sur cette approche, il devient possible de classer d’une manière générale
les produits selon les critères suivants:
47

• actifs ou passifs: un produit est actif si la phase d’utilisation domine. Dans ce


cas, l’accent d'un design environnemental doit être mis principalement sur
l’efficacité d’utilisation.
• fixes ou mobiles: pour un produit mobile transporté sur de longues distances,
par exempl, pour les composants des voitures, c'est la réduction du poids qui
est essentielle.
• service à court ou long terme: la durée de vie du produit est essentielle
seulement lorsqu’elle est corrélée avec la durée de vie des matériaux. La
durée de vie d’une bouteille en plastique à usage unique n’est pas importante
puisque la durée de vie du service est limitée par la boisson et non par la
bouteille.

Selon cette classification, une ampoule électrique est un produit actif, fixe et
avec une durée de vie moyenne.

4.3 CALCUL DE L'INVENTAIRE DES EXTRACTIONS ET EMISSIONS

Si l’énergie est souvent un bon indicateur des différentes émissions responsables


du réchauffement global (Beck et al., 1999), elle n’est pas suffisante pour estimer la
toxicité humaine ou l’écotoxicité. Pour ces catégories, il est nécessaire de déterminer
de manière détaillée les émissions afin d’analyser ensuite leurs impacts.

Ce calcul de l'inventaire des extractions et émissions est illustré par un exemple


pratique de “bloc avant” d’automobile (voir également le cas d’étude détaillé dans
l’annexe 3, ainsi que l’exemple du défanage du chapitre 2.3). Pour cette étude, les
principaux points de la définition des objectifs et du système peuvent se résumer
comme suit:

• Fonction et unité fonctionnelle: la fonction du bloc avant est de tenir


différentes pièces (phares, ventilateur) sur la durée de vie de l'automobile. L'unité
fonctionelle est un bloc avant de rigidité équivalente, transporté sur la distance
parcourue par l'automobile, typiquement 200000 km.
• Limites du bilan: l’ensemble de la chaîne d’extraction et de préparation de
l’énergie, la fabrication de la pièce et surtout son utilisation durant la phase de
transport sont à prendre en comptes.
• Scénarios et flux de référence: quatres scénarios sont considérés et comparés:
un bloc acier, un bloc en thermoplastique, un bloc en aluminium vierge ainsi qu'un
bloc en aluminium recyclé.

L’inventaire des ressources et émissions (tableau 4.5) se calcule en multipliant


les données de l’inventaire de production (tableau 4.3) par des facteurs d’émissions
(tableau 4.4). Ces facteurs issus de différentes base de données définissent la quantité
de chaque polluant émise par unité d’intrant utilisé. Ces calculs, détaillés par
JOLLIET (1993) se basent sur les données du BUWAL publiée par
HABERSATTER et WIDMER (1991). Le tableau 4.5 présente les résultats de
l’inventaire.
48

Tableau 4.3 Flux de référence et inventaire de production.

Substance Unité Acier Composite SMC Aluminium

Poids final kg 10 kg 7 kg 3.8 kg

Matières

Poids bruts kg 15.4 7 5.9

Fabrication

Electricité kWh 19.7 4.7 15.2

Mazout kg 2.3 0.56 1.8

Utilisation

Benzine * l 80 56 30.4

Taux de recyclage % 0% 0% 0%

* 200'000 km, 0.00004 l / kg km

Tableau 4.4 Matrice d’émission.

Substance Acier Alu non Alu Benzine Electricité Mazout


rec. recyclé (CH)

unité = kg unité = kg unité = kg unité = l unité = kWh unité = kg

Ressources

Energie MJ/unité 31.3 184 18.5 42.8 8.7 50

Emissions dans l’air

CO2 kg/unité 1.6 10 0.89 3.9 / 0.6 0.02 3.6 / 0.6

NOx kg/unité 0.0025 0.0198 0.0016 0.0033

SO2 kg/unité 0.005 0.058 0.003 0.0044

Pb kg/unité 7.5E-6 3.3E-6 1.7E-7 3.5E-6

Emissions dans l’eau

Pb kg/unité 3.1E-5 2.4E-5 1.1E-6 --


49

Tableau 4.5 Inventaire des émissions.

Substance Unité Acier Composite Aluminium

Poids kg 10 kg 7 kg 3.8 kg

Ressources

Energie MJ 4287 2865 2686

Emissions dans l’air

CO2 kg 317 222 179

CO kg 2.6 1.6 0.9

NOx kg 0.32 0.52 0.23

SO2 kg 0.063 0.173 0.35

Cd kg 4.0E-6 4.6E-6 4.9E-6

Pb kg 3.8E-4 2.2E-4 1.4E-4

Emissions dans l’eau

Pb kg 3.1E-4 2.0E-5 1.5E-4

Nitrate kg 1.9E-4 5.3E-4 8.2E-4

Figure 4.5b Variation de la consommation énergétique primaire des blocs avant en fonction de la distance
parcourue par le véhicule (0%= matériaux vierge; 100%=100% recyclé)

Total primary energy requirements

6000
Primary energy MJ

5000 Steel (0%)


4000 SMC (0%)
Alu (0%)
3000
Steel (100%)
2000 SMC (100%)
1000 Alu (100%)
0

0 100000 200000 300000


Transport distance km

On constate que d'un point de vue énergétique le bloc recyclé en aluminium


recyclé est le plus intéressant à partir d'une distance parcourue de 40'000 km. Si l'on
considère l'aluminium vierge, ce n'est qu'au-delà des 200'000 km qu'il devient plus
intéressant que le thermoplastique
50

4.4 DONNEES D’INVENTAIRE

Lors de la définition des objectifs, les limites du système ont été définies. Tous
les procédés à l’intérieur de ces limites sont à examiner. Des données d’inventaire
quantifiant pour ces procédés les inputs de l’environnement (tels que les matières
premières, agents énergétiques) et les outputs vers le monde environnemental (tels
que les substances émises dans l’air, eau...) sont alors à chercher en littérature.
Notons d’entrée que l’obtention de données d’inventaires fiables, clairement décrites
et régulièrement mises à jour n’est pas aisée et peut rendre délicate l’application de
l’analyse de vie. Un certain nombre de base de données disponibles en littérature sont
mentionnées ci-dessous, en mettant l’accent sur deux d’entre elles. On insistera
également sur l’analyse de la qualité des données qui devrait faire partie intégrante de
l’écobilan.

4.4.1. Bases de données

Le répertoire SPOLD
Un répertoire des bases de données a été crée par SPOLD (Society for the
Promotion of LCA Development) [Hemming, 1995]. L’annexe 3.1 présente de façon
résumée les bases de données répertoriées par cette étude ainsi que les matériaux,
substances chimiques, fuels et services pour lesquelles des informations sont
disponibles. Cette table n’est pas exhaustive, la majorité des bases de données
renseignant sur des éléments qui n’y sont pas répertoriés.
Parmi les 41 bases de données mentionnées dans le répertoire SPOLD, deux
sources d’inventaire couramment utilisées (BUWAL, ESU) sont décrites ci-dessous.

BUWAL
Le cahier de l’environnement “Bilan écologique des matériaux d’emballage, état
1990 [BUWAL 132, 1991] a pour objectif d’adapter le rapport “Bilan écologique des
matériaux d’emballage, 1984” [BUWAL 24, 198x] à l’état des technologies utilisées
en 1990 et de prendre en considération de nouveaux matériaux. Les matériaux
retenus sont l’aluminium, le verre, les matières plastiques, le papier, les cartons et le
fer-blanc. Les données de cette étude devraient permettre de comparer objectivement
les conséquences écologiques résultant de ces divers emballages. Elles fournissent
également une base d’appréciation et d’amélioration pour les professionnels de
l’emballage.
La figure 4.6 fait apparaître les limites du système considérées par cette étude.
On y constate que la production des emballages, leur remplissage, utilisation et
éventuelle réutilisation sont exclus du bilan. On ne considère donc pas le traitement
appliqué au matériau brut pour en faire un emballage.
51

Extraction matières premières


Energie
Trans port
Dérivés
Adjuvants
Production mat. emballage Emis sions atmosp.

Eaux usées
Production emballages
Déchets solides

Remplissage dis tribution


Réutilisation Energie
emballages
Cons ommation / Utilisation

Récupération Hors du bilan


mat. emballages Transports

Combustion Décharge

Champ d’application

Fig. 4.6 Limites du système considérées pour l’ACV de matériaux d’emballage


(d’après BUWAL 132, 1991)

Comme l’élaboration des matériaux d’emballage requiert de l’énergie, des


renseignements concernant l’effet environnemental de divers agents énergétiques
sont étudiés; les agents énergétiques retenus sont le gaz naturel, le charbon (lignite et
houille) et le pétrole. Pour ces agents énergétiques, la charge polluante émise lors de
la combustion est distinguée de la charge polluante de précombustion qui est liée aux
activités de préparation des agents énergétiques telles que l’extraction, le raffinage,
transport...
Pour les divers agents énergétiques, les émissions de précombustion sont
données en Annexe 3.2. Les émissions liées à la production d’énergie électrique sont
également données en Annexe 3.3. La chaîne de production (flow chart) retenue pour
chaque agent énergétique est présenté; à titre d’exemple, le flow-chart du gaz naturel
est dans la figure 4.7.
Soulignons qu’une mise à jour du rapport [BUWAL 132, 1991] est disponible
(BUWAL, 1996, N°250).
52

Centrale

Extraction gaz
Trai teme nt
naturel (Ho llan de)

Industrie

Extraction gaz
Trai teme nt
naturel (URSS)

Produ cti on

Fig. 4.7. Flow-chart du gaz naturel

ESU
La base de données [BUWAL 132, 1991] présentée ci-dessus a fait ressortir le
besoin de meilleures données concernant les systèmes énergétiques. Pour ce faire, le
groupe ESU (Energie-Stoff-Umwelt) de l’ETHZ a entrepris une des études les plus
complètes d’Europe sur ce sujet [Frischknecht, Hofstetter, 1996].
Les dix systèmes énergétiques suivants ont été considérés:
- Produits pétroliers - Energie hydraulique
- Gaz naturel - Energie geothermale
- Charbon (houille, lignite) - Energie solaire-thermale
- Bois - Energie photovoltaïque
- Energie nucléaire - Electricité mixte
L’électricité mixte est définie comme l’électricité résultant de la combinaison de
différentes ressources énergétiques pouvant être utilisées pour produir de l’électricité.
Parmi les types d’éléctricité proposés, le modèle suisse (CH88) caractérisé par une
contribution importante du mode de production hydraulique diffère du modèle
européen UCPTE (Union pour la Coordination de la Production et du Transport de
l’Eléctricité) où les énergies nucléaires et les énergies à base de produits charbonneux
jouent un rôle important.
Des données pour les systèmes moyens existants en 1990 ont été recherchées.
Les systèmes énergétiques considérés sont ceux utilisés en Suisse et Europe.
Des règles ont été établies afin de définir les limites du système de façon
consistante pour tous les systèmes énergétiques et ainsi couvrir la même réalité dans
tous les cas. Ainsi, tous les systèmes sont décrits selon le principe “du berceau à la
tombe”; la chaîne complète de production de l’énergie est donc considérée, allant de
l’exploration et de l’extraction des ressources énergétiques à leur usage final, incluant
le démantèlement des infrastructures et le traitement des déchets.
Des procédés multi-outpout ont du être considérés, par exemple la production
combinée de mazout et de gaz sur une plate-forme marine. De ce fait, des critères
d’allocation ont du être définis.
Les pages du rapport ESU présentant les principaux résultats sont données en
annexe 3.4. Les résultats de l’inventaire global (Full LCA Summary) sont présentés
en annexe 3.5.
53

Seules les deux premières étapes de l’analyse du cycle de vie (définition des
objectifs et inventaire) sont entreprises par [Frischknecht, Hofstetter, 1996]. Ceci se
justifie par le souci de présenter les données sous forme non agrégées, la
responsabilité de l’agrégation lors de l’évaluation de l’impact étant laissée à
l’utilisateur. Ainsi, la consommation des matières énergétiques est présentée pour
chaque agent énergétique par unité de poids et de volume (m3 ou kg), et non pas par
unité énergétique. La conversion en MJ est en effet une étape importante d’évaluation
qui peut être délicate. En se basant sur les PCI cités par [Frischknecht, Hofstetter,
1994] et l’équation xxx, l’énergie de production et de distribution des agents
énergétiques peut être calculée [Gaillard G, Crettaz P, 1998].
( Etot )i = Σ ( Qj ⋅ PCIj ) (4.1)
avec: (Etot)i: Energie primaire de l’agent i [MJ/MJ]
Qj: Quantité de la ressource énergétique j [kg/MJ]
PCIj: Pouvoir Calorifique Inférieur de la ressource énergétique j [MJ/kg]

L’énergie de production et de distributiuon est l’énergie nécessaire à


l’extraction, au raffinage et au transport de l’agent énergétique. Elle est présentée au
tableau 4.8., ainsi que le contenu énergétique et l’énergie totale de chaque agent
énergétique.

Tableau 4.8. Energie de production et de distribution des agents énergétiques

xxx

On constate que l’énergie de production et de distribution s’élève à la moitié ou


même plus du contenu énergétique pour les produits charbonneux et le fuel oil.
Concernant l’électricité, le rendement de 37.8% proposé par Habersatter (1991) est
revu à la baisse pour aboutir à une valeur de 22.8%. L’électricité apparaît de ce fait
comme très défavorable du point de vue énergétique, 4.37MJ étant requis pour
obtenir 1MJ électrique. Ceci découle du fait que l’électricité est une énergie
secondaire produite avec de faibles rendements à partir de produits pétroliers, gaz
naturel, charbon, énergie nucléaire, hydraulique...
Notons que différentes étapes d’évaluation sont faites dans l’équation xxx:
- Le contenu énergétique de la ressource est supposé être l’unité la plus appropriée
lors du bilan énergétique. Une autre approche envisageable serait de calculer le temps
nécessaire à l’épuisement total de la ressource. Une ressource rare aurait alors un
effet plus grand sur le bilan total qu’une ressource très disponible, même si son
contenu énergétique est faible.
- Les PCI sont retenus pour les combustibles fossiles, et non pas les PCS. Pour
d’autres ressources telles que l’uranium, des approximations sont proposées.
- Comme le bilan énergétique d’un écobilan a pour ojectif d’évaluer la contribution
d’un procédé à l’épuisement des ressources non renouvellables, toute énergie
renouvelable est à exclure. La décision de savoir quelle énergie est renouvelable (p.e.
bois et énergie hydraulique) ou non renouvelable est débatable et peut varier d’une
région à l’autre.
54

4.4.2 Qualité des données


Obtenir des données est une opération longue et délicate. Une fois qu’un jeu de
données est obtenu, il ne peut cependant pas être appliqué sans autre. Ses
caractéristiques doivent en effet être étudiées. Parmi celles-ci, citons:
• La portée géographique et temporelle des données, c’est à dire la région et la
période pour laquelle les données sont valables.
• Les limites du système (“berceau à la tombe” ou “berceau aux portes de l’usine”)
couvertes par les données.
• La forme des données (agrégées ou non, moyennées ou avec un rang de valeurs).
• La qualité et les lacunes des données ainsi que des indications sur d’éventuels
contrôles des données (comparaison avec d’autres sources de données, bilan de
masse...)
• Les inputs de l’environnement et outputs vers l’environnement considérés
• Les sources considérées (littérature ou site de production)
C’est dans ce sens que les caractéristiques de chaque base de données du
répertoire SPOLD sont commentées de façon détaillée [Hemming, 1995].
Les paragraphes qui suivent se concentrent sur la qualité des données. Dans ce
domaine, il faut reconnaître que jusqu’à présent il n’a pas été courant d’inclure la
notion de qualité des données en écobilan. Il est cependant reconnu que cette notion
est à considérer de façon sérieuse afin de garantir la valeur et la crédibilité de
l’analyse du cycle de vie. En effet, si l’erreur totale de l’écobilan est supérieure à la
différence entre les impacts finaux des différents scénarios, un jugement éronné est
entrepris. Il est donc vivement recommandé d’inclure des informations sur la qualité
des données.

Indicateur de qualité
Certains indicateurs de qualité des données ont été développés [Weidema,
1995]. Ces indicateurs sont les suivants:
- la sûreté des données, qui dépend de la méthode de mesure et des procédures
de vérification.
- la représentativité des données, qui dépend du nombre d’entreprises
considérées sur une période de temps suffisante.
- des corrélations géographiques, temporelles et technologiques, à savoir si les
données utilisées couvrent le lieu, la période et la technologie du procédé
étudié.
Pour chacun de ces indicateurs, des scores allant de 1 (meilleur score) à 5
(moins bon score) peuvent être attribués. Le tableau 4.9 présente les critères
permettant d’attribuer les scores.

Tableau 4.9. Matrice avec 5 indicateurs de qualité de données


55

Gestion des erreurs


La figure 4.10. fait apparaître le type d’erreur pouvant apparaître au cours de
l’analyse du cycle de vie [Schaltegger, 1996]. Seules les erreurs possibles lors de
l’inventaire, et plus particulièrement lors de la quantification des émissions et des
ressources, sont discutées ici. Les erreurs pouvant alors survenir sont typiquement des
erreurs de mesure; en répétant la mesure plusieurs fois, les valeurs oscillent autour
d’une “vraie” valeur. Si un nombre élevé de mesure est disponible (plus de 30), une
distribution Gausienne peut être proposée (voir figure 4.10). Si cette distribution est
très connue, son application est limitée par le nombre élevé de données requises.
Lorsque celui-ci est insuffisant pour décrire une distribution Gausienne, un intervalle
d’erreur exact peut être donné. Des renseignements sur l’erreur tels que “valeur
moyenne ±25%” sont alors présentés. Un intervalle “flou” peut également être
considéré.
56

Figure 4.10. Types de distribution d’erreur

Il est à souligner que peu de sources de données donnent des informations


quantitatives sur la qualité des données. Il est ainsi rare de connaître la distribution de
l’erreur des données. Comme source donnant de telles informations, citons [Dinkel et
al, 1996] qui utilise un intervalle d’erreur exact pour l’inventaire de matières
plastiques.
Il apparaît alors que l’importance de l’erreur sur l’émission dépend de la
substance émise. Elle est ainsi en général faible pour le CO2, l’émission de cette
substance étant calculée à partir de procédé de combustion bien connu. Par contre,
elle est relativement élevée pour des substances telles que les métaux lourds dont les
émissions dépendent de nombreux paramètres.

4.5 CO-PRODUITS ET ALLOCATION

4.5.1 Pose du problème


Un grand nombre de processus de production agricole et industrielle et de
traitement des déchets sont des systèmes à produits multiples. Or dans une analyse du
cycle de vie donnée, on ne s’intéresse généralement qu’à un seul de ces produits.
D’où la nécessité d’attribuer certaines charges environnementales et l’utilisation de
certaines matières premières entre produit étudié et les autres co-produits.
La façon de traiter ce problème dépend de la nature des produits et des systèmes
étudiés.

4.5.2 Catégories de produit et type d’allocation


Sur la base de leur valeur économique, on distingue différents types de produits
et de systèmes (figure 4. 12):
• Les co-produits: en sus d’un produit principal, chaque module du processus de
production peut générer également un ou plusieurs produits secondaires qui ont une
valeur marchande, mais qui ne corresponde pas à la fonction étudiée où qui sont
utilisés en dehors du système. La production simultanée de paille et de grain de blé
est un exemple type de cette problématique. Citons comme autres exemples le lait et
la viande dans la production animale ou encore celui .
57

Dans ce cas la problématique revient à attribuer les émissions ainsi que la


consommation de matières premières et d’énergie entre les différents produits. En
reprenant l’exemple du blé, le problème se formule comme suit : quelles émissions
sont à attribuer respectivement au blé et à la paille, dans quelle proportion et suivant
quels critères. De façon plus générale, résoudre ce problème revient à répondre aux
questions suivantes: quelle activité économique est-elle responsable de quel problème
environnemental ? Ou formulé inversement: quel problème environnemental est-il dû
à quelle activité économique ? Comme différents types de causalité interviennent
entre activité économique et émissions, cette attribution peut se faire suivant plusieurs
méthodes qui sont décrites plus loin.

L‘allocation entre différent co-produit intervient également dans différents sous-


module d‘un système de production. Par exemple dans le cas d‘un transport combiné
où deux produits sont transportés simultanément. Pour des tracteurs qui sont utilisés
sur plusieurs cultures, il faut aussi allouer entre les différentes cultures les émissions
et matières premières intervenant dans leur fabrication.

Matières Emissions &


Procédé
premières Résidus

Blé Paille

Fig. 4.12 Co-produits: production simultanée de paille et de blé

• Les déchets (à éliminer): Le déchets sont des restes qui n‘ont aucune valeur ou
une valeur négative et qui nécessitent un traitement. Les emballages constituent
l‘exemple par excellence de déchets.
Comme l‘élimination de ces déchets génère des émissions, leur traitement est à
considérer à l‘intérieur des limites du système et les émissions correspondantes sont
inclues dans le bilan. Les déchets ne sortent donc en principe pas du système
considéré.
Ce bilan peut néanmoins lui-même poser un problème d’allocation: comme la
plupart des usines de traitement traitent simultanément plusieurs flux de déchets, il
convient d’attribuer les différentes émissions, par exemple celle de Cadmium, aux
différents déchets à l’entrée de l’usine. Ce problème est similaire au cas des co-
produits décrit ci-dessus, où les fonctions délivrées par l’usine sont le traitement des
déchets A et B (fig.4.13).

Déchet A Déchet B

Matières
premières Traitement déchets Emissions

Fig. 4.13 Problème du traitement des déchets


58

•Les déchets recyclés et les produits à très faible valeur marchande: Souvent, la
séparation entre déchets et produit n‘est pas nette. En fonction du contexte
économique, un produit secondaire peut ou peut ne pas avoir de valeur. Le papier
recyclé en est un exemple type où, en fonction des masses recyclées et utilisées, soit
le papier usager est racheté, soit il faut au contraire payer pour l‘éliminer ou le
recycler. La production de lisier et de fumier constitue aussi un produit de faible
valeur marchande qui prend une valeur négative en cas de surproduction locale (fig.
4.14). A l‘inverse certains produits sans valeur peuvent prendre une valeur positive
suite à un traitement. De même une valorisation énergétique des déchets peut se faire
lors de leur incinération.
Dans le cas d‘une réutilisation possible des produits recyclés à l‘intérieur du
système étudié (recyclage en boucle fermée), on peut aisément le prendre en compte
au travers d‘une réduction des matières premières utilisées et par suite des émissions
correspondantes.
Dans le cas d‘un recyclage en boucle ouverte, le produit recyclé est utilisé à
l‘extérieur du système étudié. Les émissions dans les processus de recyclage, de
traitement ou de stockage pourront être allouées en fonction de la valeur des déchets
avant et après traitement; les méthodes de résolution possibles sont décrites à la
section 4.2.5.

Matières Emissions &


premières Production animale Résidus

Viande & lait Lisier à l’étable

Recyclage
Matières traitement Emissions &
premières Stockage Résidus

Lisier aux champs

Matières Emissions &


Production végétale
premières Résidus

Céréales

Fig. 4.14 Produit proche d‘un déchet: exemple du lisier


59

4.5.3 Description des méthodes d‘allocation pour co-produits, à l‘exemple du blé


et de la paille
Disons tout d’abord que les problèmes posés ci-dessus peuvent être totalement
évités en modifiant les objectifs de l’étude et en étudiant simultanément la production
des différents co-produits. Ceci revient à élargir les limites du système de façon à ce
que tous les produits soient inclus dans le système. Par exemple, il est possible
d’évaluer l’impact global d’une exploitation agricole productive de lait, de viande et
de céréales. Dans ce cas, il n’est plus nécessaire d’attribuer les différentes émissions
de la production animale à la viande, au lait, ou lisier qui sera utilisé dans la
production végétale. Toutefois, l’écobilan s’intéresse généralement à un seul produit,
par exemple la production de blé en vue de la fabrication de pain. On est de ce fait
contraint de ramener le système à produits multiples à un système équivalent à
produit unique.
A cet effet, différentes méthodes ont été proposées et discutées . Dans le cadre
du développement actuel des normes ISO (ISO 14041, 1997) et du travail de la
SETAC (Clift et al., 1997), une hiérarchie de méthode a été définie selon l’ordre
suivant:
• a) Eviter l’allocation, par subdivision des procédés ou par extension du
système et bonus
• b) L’allocation suivant la causalité physique, par variation marginale ou
suivant une propriété représentant la causalité physique
• c) L’allocation financière ou fonctionnelle.

Ces différentes méthodes sont décrites tour à tour et dans l’ordre de préférence,
en définissant leurs conditions d’applicabilité et en les appliquant au travers de
l’exemple concret d’une production simultanée de paille et de blé (cas développé à
partir de Audsley et al., 1997). On examine brièvement ensuite comment d’autres
problèmes de co-produits spécifiques à l’agriculture peuvent être résolus.

a) Eviter l’allocation
Là où c‘est chose possible, il convient d‘éviter l‘allocation par subdivision des
procédés ou par extension du système:

a.1) Subdivision des procédés


L’idée est de décrire le système étudié en grand détail en examinant si certains
sous-procédés sont spécifiques à l’un des co-produits.
La subdivision des procédés s’applique lorsque des sous-procédés peuvent être
associés indépendamment à l’un ou l’autre des co-produits
Ce principe ne s’applique que partiellement au cas de la production de paille et
de blé. L’ensemble des processus de production de l’énergie, de production des
engrais et des pesticides, de travail mécanique du sol et de traitement sont commun
aux deux co-produits et ne peuvent être attribués spécifiquement à la paille ou au
grain. Par contre, la production de paille implique la mise en botte puis le transport
des bottes. Ces sous-procédés sont à exclure des limites du système lorsque l’on
s’intéresse à la seule production de grain pour du pain. Les émissions et les matières
premières utilisées pour ces sous-procédés ne doivent donc pas être considérées dans
le bilan du grain.

a.2) Extension du système ou bonus


En sus du produit A considéré, le co-produit B substitue une produit similaire B‘
susceptible d‘être fabriqué par d‘autres procédé (fig. 4.15). Dans ce cas, les émissions
60

liées au produit substitué sont évitées. On peut donc attribuer au produit A un bonus
correpondant à cette réduction d‘émission.
Pour que cette méthode soit applicable, il faut qu’un produit substitué existe et
que l'on dispose des données sur les émissions et l’utilisation de matières première
qu'il engendre, du berceau à la tombe. Le calcul n'est valide que pour le produit de
substitution considéré et uniquement dans la mesure où on peut démontrer que la
substitution a effectivement lieu ou que cette substitution correspond à l'usage le plus
probable du co-produit. Ainsi, la substitution doit en général être pertinente et avoir
une réalité économique.

Matières premières de A & B - Matière première de B’

Emissions A & B - Emissions B’


Limites du système A

Production Produit de

A& B
- substitution B’

B B’

Produit A

Fig.4.15 Principe de l’allocation par extension du système

L’exemple de l’allocation de l’énergie consommée et des émissions entre le blé


et la paille permet d’illustrer cette méthode. La paille n'a pas de substitut direct, mais
elle peut être brûlée et utilisée pour substituer du mazout de chauffage, une pratique
courante au Dannemark en raison d’un politique de subvention (fig.4.16). Jolliet et
Crettaz (1997) montre que les 2000 kg de paille permettent de substituer 25690
MJ/ha d'énergie primaire renouvelable et de xx g d'émissions de CO2 ou xx g de
NOx. Cette énergie primaire non renouvelable et ces émissions liés au mazout
substitué sont déduites de celles liées la production combinée de grain et de paille
(27520 MJ/ha xx g/ha de CO2 et xx g/ha de NOx). On attribue ainsi à la production
liée au seul grain une énergie non renouvelable de 1830 MJ/ha et des émissions
s'élevant respectivement à xx g/ha de CO2 et de yy g/ha de NOx.
61

Energie A & B - Energie B’ = Energie allouée à A

27’520 MJ - 25’690 MJ = 1830 MJ

Raffinerie et
- extraction de
pétrole

B = Paille
2000 kg
13.7 MJ / kg
27400 MJ
Final
23’530
MJ

Combustion
Combustion
chaleur
η = 0.85
η = 0.73

Chaleur utlisable Chaleur utilisable


B = 20’000 MJ B’ = 20’000 MJ

A = Blé
8000 kg

Fig. 4.16 Application de l’extension du système pour le cas d’une co-production de paille et de blé.
Utilisation de la paille pour le chauffage en substitution à un chauffage à mazout.

Un autre usage de la paille peut être suggéré, par exemple une co-génération
d’électricité et de chaleur (fig.4.17). Dans ce cas, la paille permet de substituer 34670
MJ/ha d'énergie primaire, xx g/ha de CO2 et yy g/ha de NOx (Annexe xx). Dans ce
cas, l'énergie substituée est donc supérieure à celle nécessaire à la production de grain
et de paille et la production du grain seul est associée à un bonus énergétique de -
7150 MJ/ha ainsi que des émissions de xx gCO2/ha et de yy gNOx/ha.
62

Energie A & B - Energie B’ 1 - Energie B’ 2 =Energie allouée à A

27’500 MJ - 17’125 MJ - 17’540 MJ = -7145 MJ

Electricité
Raffinerie et
- extraction
- UCPTE
moyen
de pétrole
η = 0.38
B = Paille
2000 kg
13.7 MJ/kg
27’460 MJ Final
15’686
MJ

Cogénération
Combustion
de chaleur
η = 0.85
η = 0.73

Chaleur Electricité Chaleur Electricité


utlisable utlisable utlisable utlisable
B1 = 13’333 MJ B2 = 6’667 MJ B’1 = 13’333 MJ B’2 = 6’667 MJ

A = Blé
8000
kg

Fig. 4.17 Application de l’extension du système pour le cas d’une co-production de paille et de blé.
Utilisation de la paille pour une cogénération chaleur-force en substitution à un chauffage à mazout ainsi
qu’à une production d’électricité

Une troisième alternative couramment pratiquée est la réincorporation de la


paille dans le sol (fig.4.18): au lieu de récolter la paille et de la mettre en balle, elle
est réincorporée dans le sol, la production de blé en grains restant identique à 8000
kg/ha. Il est alors possible de réduire les engrais apportés à la culture suivante, ce qui
peut être assimilé à une réduction de la quantité d’engrais effectivement utilisée pour
la production du blé. L’apport d’engrais potassé passe de 50 kgK à 36 kg K, soit une
réduction de 14 kgK de Potassium, à laquelle s’ajoutent de légères modifications des
émissions liées au processus de réincorporation de la paille. Dans ce cas la
consommation d’énergie est réduite de 420 MJ/ha, les émissions de CO2 de xx g/ha
et celle de NOx de yy. La consommation et les émissions pour la seule production du
grain s’élèvent donc à 27100 MJ/ha, xx g CO2/ha et yy g/NOx/ha. Cette alternative
est intéressante d’un point de vue conceptuel dans la mesure où la substitution se fait
à l’intérieur même du système de production. Comme pour les autres alternatives, il
faut néanmoins s’assurer que l’incorporation de la paille dans le sol est un scénario
63

réaliste et le résultat n’est valable que dans la mesure où c’est celui qui est
effectivement appliqué.
Ce triple exemple indique bien que le choix de l’usage du co-produit et de son
alternative est crucial dans cette méthode. Il faut donc être conscient que le choix du
produit de substitution peut conduire à un résultat faussé d’où les conditions
d’applications formulées dans l’encadré ci-dessus. S’il est possible d'influencer le
choix du produit substitué B’, on dispose par contre d'un moyen d'optimiser le bilan
environnemental du produit principal: on substituera un produit particulièrement
défavorable à l'environnement.

b) Allocation physique – Physikalische allokation


Lorsqu‘il n‘est pas possible d‘éviter l‘alljocation, il convient d‘attribuer
émissions et matières premières aux différents co-produits, de manière à reflèter les
relations physique sous-tendantes Les deux possibilités de résolution concrètes
suivantes sont possibles

b1) Variations marginales


Cette méthode s’applique dans le cas où l’on peut varier à volonté la proportion
entre co-produits. On déterminera les émissions, les consommations d’énergie et de
matières premières engendrées ainsi que les émissions dans la situation de base et
dans le cas d’une légère variation des quantités produites. L’émission allouée à
chaque co-produit peut en être déduite sur la base d’une simple résolution de deux
équations à deux inconnues.
Pour que cette méthode soit applicable, il faut qu’il soit possible de varier
légèrement la proportion entre le produit et le co-produit et que cette variation
corresponde à une pratique réaliste.
Dans le cas de l’allocation entre paille et blé, l’alternative de réincorporation de
la paille dans le sol pourrait être assimilée à ce cas des variations marginales
(fig.4.18): la quantité de paille produite peut être variée à volonté, soit en la
réincorporant totalement dans le champs, soit en variant la hauteur de la coupe et ce
indépendemment de la quantité de grain produite. Il en résulte que les engrais
supplémentaires (14 kgK, 1kgP) nécessaire à la production de la paille lui sont
alloués avec les émissions et matières premières correspondantes , le reste étant
alloué à la production du seul grain.
Energie A & B - Energ ie e ngrais substitué = Energ ie allouée à A

27’500 MJ - 420 MJ = 2 7’100 MJ

2 6 kg P - Engrais
minéraux
5 0 kg K

B = Paille
2000 kg

14 kg K
Réinco rporatio n 1 kg P
1 4 kg K
1 kg P

A = Blé
8000 kg

Fig.4.18 Allocation par variation marginale appliquée au cas d’une culture de blé avec production de
paille ou réincorporation de la paille dans le sol
64

b2) Propriété reflétant la causalité physique


Le principe est de déterminer une propriété ou grandeur représentative de la
relation de cause à effet entre production et émission et d’allouer proportionnellement
à cette propriété.
Cette méthode s’applique pour autant qu’il y ait une relation de cause à effet
entre le paramètre physique et la quantité d’émissions ou de matière première utilisée
Cette méthode ne trouve pas d’application directe dans l’exemple de la paille.
Elles’applique avant tout au cas du traitement de déchets multiples (fig.4.13). Par
exemple, entre le traitement de déchets plastiques, de batteries et de boues
d’épuration, une propriété importante de ces déchets est leur teneur en métaux lourds.
Les émissions de métaux lourds lors du traitement sont directement proportionnelles
à cette teneur et peuvent alors être allouées proportionnellement aux quantités de
métaux contenus dans les déchets initiaux.
Si une des allocations les plus couramment appliquée dans l’industrie est
l’allocation par masse, elle est toutefois des plus discutable d’un point de vue
conceptuel, car elle n’est que très rarement représentative d’une relation de cause à
effet.

c) Causalité économique ou fonctionnelle

c1) Allocation financière


Lorsque la causalité physique ne peut être appliquée, l’allocation peut se faire
sur la base d’une causalité économique, en considérant que les produits sont d’abord
fabriqués pour leur valeur marchande. On alloue donc les émissions entre les co-
produits selon la valeur respective de leur produit “prix·quantité” au point de
division, c’est à dire après séparation des processus spécifiques à un seul des co-
produit (voir a1 ci-dessus).
Cette méthode d’allocation est toujours applicable. Cependant, elle n’est à
utiliser que si aucune autre méthode décrite précédemment n’a pu être appliquée avec
satisfaction.
Soulignons que pour cette méthode, peu importe que les prix soient déterminés
par des conditions sans rapport avec les effets environnementaux du produit ou qu’ils
soient fluctuants. Ce qui est pris en compte c’est le caractère incitatif du revenu
financier, l’une des raisons majeure de produire les différents outputs considérés.
L’exemple de l’allocation entre le blé et la paille peut de nouveau être considéré.
Le point de division entre ces deux produits se situe après le passage de la
moissonneuse, avant le séchage des grains et la mise en balles de la paille. Le prix du
grain peut être estimé à 0.6 euro/kg contre 0.024 euro/kg pour la paille à ce point de
division. Les 8000 kg de blé et les 2000 kg de paille engendrent des revenus
respectifs de 4800 euro et 48 euro/ha, soit des facteurs d’allocation de 99% pour le
blé et de 1% pour la paille. Ces facteurs s’appliquent à l’ensemble des émissions et
des matières premières utilisées.

c2) Propriété représentative d’une fonction commune


Dans le cas où les co-produits assurent une fonction identique, on peut
également envisager de faire l’allocation sur la base d’une grandeur ou d’un
paramètre représentatif de cette fonction, en considérant que les différents produits
sont fabriqués pour assurer cette fonction.
65

Pour pouvoir s’appliquer, il faut que la grandeur soit bien représentative de la


fonction commune des co-produit et que cette fonction correspondent à celle définie
dans les objectifs de l’étude.
Si ces conditions ne sont pas remplies, on évitera de choisir un paramètre
physique simplement parce qu’il est représentatif du prix des produits, ce qui
correspond à une allocation financière déguisée, implicite et imprécise.
Dans le cas de l’allocation entre le blé et la paille, l’allocation pourrait se faire
en fonction du continu énergétique des deux produits si leur fonction était la même, à
savoir le fourrage des animaux. Cette fonction ne correspond cependant pas à celle de
la définition des objectifs puisque dans l’exemple retenu le blé est produit dans la
visée d’une fabrication de pain pour la consommation humaine. Cette aproche ne peut
donc pas s'appliquer à cet exemple. Une allocation en fonction des masses respectives
ne fait pas non plus de sens ici car la masse n’est nullement représentative d’une
fonction commune ou reliée à une causalité commune.

4.5.4 Analyse de sensibilité et comparaison des méthodes possibles


Le tableau 4.19 résume les résultats obtenus pour l’allocation entre le blé et la
paille avec les différentes méthodes d’extension du système ou d’allocation.

Tableau 4. 19 comparaison des facteurs d’allocation finaux pour la consommation d’énergie primaire non
renouvelable, les émissions de CO2 et de NOx

Méthode d’allocation Extension du système Extension du système Ext. du système ou Allocation


variation margin. financière
Paille chauffage Paille chaleur-force
Réincorporation paille

Energie Blé 1830 ( 7 %) - 7150 (-26%) 27100 (98.5%) 27250 ( 99 %)


MJ/ha

Energie Paille 25690 ( 93 %) 34670 (126%) 420 (1.5%) 270 (1 %)


MJ/ha

Total Energie 27520 (100 %) 27520 (100 %) 27520 (100 %) 27520 (100 %)
MJ/ha

CO2 Blé g/ha A compléter

CO2 Paille g/ha

Total CO2 g/ha

NOx Blé g/ha

NOx Paille g/ha

Total NOx g/ha

Le choix de la méthode d’allocation influence notablement le résultat de


l’allocation. Dans notre exemple, l’allocation financière et les variations marginales
donnent des résultats proches pour l’énergie et le CO2, alors que les différentes
variantes d’extension du système aboutissent à des résultats totalement différents. Il
est donc indispensable de bien délimiter quelles sont les conditions d’application de
chacune des méthodes. Dans cet exemple, la méthode d’extension du système ne peut
s’appliquer qu’au cas où la paille est effectivement utilisée à but énergétique. Dans
66

les autres cas, la méthode des variations marginales avec réincorporation de la paille
semble la mieux adaptée et donne des résultats très proche de l’allocaton financière.
Soulignons que seule l’allocation financière travaille aboutit à des pourcentage
d’allocation identiques quel que soit le polluant ou l’input considéré. Pour les autres
méthodes, cette fraction varie pour chaque polluant.
Comme mentionné ci-dessus, l’allocation en fonction des masses respectives est
déconseillée dans ce cas de figure car elle n’est pas le reflet d’une relation de
causalité. Elle aboutirait à des résultats sensiblement faussés, avec de 20% à 50% des
émissions attribuées à la paille selon la quantité de paille produite (resp. 2000kg et
8000 kg paille /ha).

4.5.5 Recyclage en boucle ouverte ou co-produit à caractère de déchet :


allocation financière

a) Principe
Dans le cas d‘un recyclage en boucle ouverte ou lorsque la séparation entre
déchets et produit est imprécise, on applique fondamentalement les mêmes principes
que pour les co-produits. Certaines adaptations sont néanmoins nécessaires et
plusieurs points sont à considérer:
- La réutilisation ou le recyclage d‘un produit peut impliquer que les émissions
et les inputs liés à l‘extraction et la préparation des matières premières sont à allouer
à plusieurs systèmes de production. Ceci s‘applique également au compostage, à la
valorisation énergétique et à d‘autres procédés qui peuvent être assimilés au
recyclage ou à la réutilisation.
- Les processus de recyclage et de traitement sont à allouer aux différents
systèmes de production.
L‘allocation pour les procédés partagés entre les différents systèmes de
production se fera sur la base (ISO 14041, 1997, p.25) des données suivantes:
- Les éventuelles propriétés reflétant la causalité physique
- La valeur économique des produits
- Le nombre de réutilisation successives du produit

Cette procédure d‘allocation et les adaptation nécessaires sont illustrées ici au


travers de l‘exemple du fumier et du lisier (fig.4.14). La figure 4.20 montre comment
l’attribution des émissions liées au traitement et au stockage du lisier peut se faire
dans le cas de l’allocation financière : les émissions peuvent alors être allouées entre
la production animale de viande et de lait et la production végétale, en fonction de la
valeur du lisier avant et après traitement.
67

Prix de vente
+ Prix après recyclage/ traitement

Coût du recyclage/ traitement


Prix avant recyclage/ traitement
Produit
0

Cas
- intermédiaire
Déchet

Fig.4.20 Allocation financière pour système avec co-produit «proche d’un déchet».

On distingue 3 cas :

a1) Cas du déchet


Le prix du lisier est toujours négatif après traitement et épandage, ce qui signifie
que c’est vraiment un déchet. De ce fait, toutes les émissions ayant lieu au cours de la
production animale et du stockage et du traitement sont allouées à la production de
viande et de lait. De plus, une fraction des émissions liées à la production végétale
peuvent être allouées à la production animale du fait que la production de blé assure
le traitement des déchets liés à celle de viande et de lait. Cette fraction peut se définir
en fonction du rapport entre le prix à payer pour que le lisier soit étendu et le prix du
blé. En d’autres terme, cette causalité financière signifie que la production végétalele
est aussi partiellement réalisée dans l’objectif d’assurer le traitement des déchets de la
production animale.

a2) Cas intermédiaire : recyclage


Le lisier a une valeur après traitement, mais les coûts liés au stockage et au
traitement du lisier sont supérieurs à cette valeur. Dans ce cas, Les émissions lors du
stockage et du traitement sont allouées entre production végétale et animale en
fonction du rapport entre les valeurs du lisier avant et après stockage et traitement
(2/3 et 1/3 selon la figure ci-dessus). Les émissions de la production végétale sont
entièrement allouées au lait et à la viande, alors que les émissions liées à la
production végétale le sont entièrement au blé.

a3) Cas du produit


Le lisier a une valeur avant le traitement (sont prix de vente est supérieur au
coûts de stockage et traitement, ce qui signifie que c’est un co-produit. De ce fait, les
émissions lors du stockage et dutraitement sont entièrement allouées à la production
de blé. Par analogie au cas dus déchet, une fraction des émissions de la production
animale peuvent être allouées à la production de céréales, en fonction du rapport
entre les revenus liés au lisier avant traitement et ceux de la vente du lait et de la
68

viande. Cette causalité financière signifie que la production animale est aussi
partiellement réalisée dans l’objectif de produire des engrais de ferme.

b) Application numérique dans le cas du lisier


Dans le cas du lisier, le prix après stockage atteint 3 à 4.5 ECU par m3 de lisier
(dilution 1:1). Les coûts du stockage et du traitement sont estimés en admettant un
investissement initial de 100 ECU/(m3de lisier/année). Avec un taux d’intérêt de 6%
et une durée de vie de 50 ans (5% de payement annuel), le coût du traitement et du
stockage revient à 5 ECU/m3 de lisier (dilution 1:1). Selon cette estimation, la
situation correspond au cas intermédiaire, où 3/5=60% à 4.5/5=90% des émissions
provenant du stockage et du traitement sont attribués au blé. Toutes les émissions
durant l’épandage du lisier sont allouées à la production du blé.

4.5.6 Synthèse et recommandations


Pour conclure cette discussion sur l’allocation, nous pouvons souligner qu’après
des années de confusion dans ce domaine, un consensus sur les procédure à adopter
apparaît finalement dans le cadre de la SETAC et du développement de l’ISO 14041.
Ceci est d’autant plus important que le choix de la méthode d’allocation peut avoir
une influence cruciale sur les résultats finaux.
69

CHAPITRE 5

ANALYSE DE L’IMPACT
ENVIRONNEMENTAL

5.1. INTRODUCTION
Lors de l’inventaire, une première agrégation a été entreprise en sommant toutes
les émissions de la même substance ainsi que les diverses consommations de la même
ressource. Une table d’inventaire en a été déduite.
On se retrouve généralement dans la situation où un scénario est préférable pour
un certain nombre de substances mais défavorable pour certaines autres substances.
D’où la nécessité de recourir à une méthode permettant d’agréger les émissions en les
pondérant selon leur potentiel à causer un ou plusieurs problèmes environnementaux.
L’élaboration de méthodes d’évaluation de l’impact environnemental n’est pas
chose aisée. Devant la complexité de la tâche, certains soutiennent qu’il est préférable
de comparer les résultats des différents scénarios sur la base du seul inventaire. Il faut
alors être conscient qu’une pondération implicite est généralement effectuée, souvent
en donnant le même poids à chaque polluant. Une évaluation de l’impact sur des
critères cohérents et explicite est plus judicieuse qu’une évaluation implicite, même si
l’incertitude est importante.
Comme nous le verrons ultérieurement, diverses méthodes permettent la
pondération des émissions. Pour l’heure, il n’existe pas encore une méthode de
référence utilisée par tous les praticiens de l’écobilan. Il est néanmoins essentiel
d’éviter que l’on choisisse la méthode appropriée pour obtenir le résultat désiré. Afin
de répondre à ce besoin, une structure générale a été proposée pour évaluer l’impact
environnemental, de même qu’une série de critères à respecter.
Soulignons que si le développement des méthodes d’analyse d’impact peut-être
relativement complexe, leur application est en général triviale puisqu’elle consiste en
une multiplication des facteurs d’émissions par des coefficients de caractérisation ou
d’évaluation prédéfini.
70

5.2 PRINCIPES DE L'ANALYSE DE L'IMPACT

5.2.1 Principe général


Comment est-il possible de comparer une émission de plomb dans l'eau à une
émission de CFC dans l'air ; comment comparer toxicité humaine et effet de serre ?
En d'autres mots comment comparer des pommes et des poires ? Certains diront que
ce ne sont pas des pommes et des poires, mais que ce sont des pommes et des
éléphants. S'il est bien connu que ces éléments ne peuvent être ajoutés directement et
qu'une pomme plus un éléphant ne donnent pas deux pommes-éléphants, ceci ne
signifie pas que toute comparaison est impossible. La comparaison entre une pomme
et un éléphant peut se faire sur la base de différents critères : si l'on s'intéresse à la
résistance d'un plancher, le poids ou le poids au mètre carré est un bon critère. Dans
ce cas une pommes pesant environ 0,2 kilo et un éléphant 8 tonnes, un éléphant
équivaut à environ 40'000 tonnes ! D'autres équivalences pourrait être définies à
partir d'autres points de vue et critères, comme le pouvoir nutritif si l'on désire les
manger ou les émissions d'arômes s'il s'agit de la capacité de détection par l'odeur
dégagée !
Alors que les premières méthodes d'analyse de l'impact classaient les émissions
par compartiment d'émission (air, eau, sol), le développement actuel des méthodes
commence par définir les critères de comparaison et principes d'équivalence. La
Norme ISO 14042 définit en premier lieu trois "domaines de protection" ou "sujets à
protéger" ayant une valeur bien reconnue par la société : la santé humaine,
l'environnement naturel et les ressources naturelles. A ces domaines, UDO DE HAES
et al. (1997) on rajouté "l'environnement anthropogène" en visant la protection des
ouvrages humain. Plus récemment, il est envisagé de considérer les équilibres
climatiques comme domaine à protéger pour lui-même (UDO DE HAES et al., 2001),
la relation entre ces équilibres et les autres sujets à protéger étant trop incertaine pour
pouvoir être modélisée.
Les méthodes d'analyse de l'impact environnemental visent à relier les
extractions et émissions de l'inventaire aux dommages relatifs à ces domaines de
protection, en prenant en compte les mécanismes environnementaux. Cette phase
d’analyse de l’impact se compose en général de trois sous-étapes (fig. 5.1):
-

•La classification détermine quelles émissions contribuent à quels effets


environnementaux (ressources, effet de serre, toxicité humaine, écotoxicité,
etc.),
•La caractérisation pondère les émissions à l’intérieur de chacune des classes
d’effet, sur la base d'un indicateur retenu pour la classe considée. Cet
indicateur peut être défini à n'importe quel niveau des mécanismes
environnementaux reliant émissions aux dommages. Les facteurs de
pondération qui viennent multiplier les émissions de l'inventaire sont appelés
« facteurs de caractérisation ». Ils doivent être modélisé d'une façon
scientifiquement valide et quantifiée autant que faire se peut. Lorsque
l'indicateur est directement choisi au niveau du dommage /endpoint), une
71

analyse des dommages regroupe les classes d'effet correspondant à des


dommages analogues sur un même sujet protégé, sur la base d'approches
scientifiques « dure ».
• "Environmental relevance": Lorsque l'indicateur retenu se situe à un niveau
intermédiaire (midpoint) entre les émissions et les dommages (endpoint) sur
les sujets à protéger, le lien entre indicateur et dommage doit au moins être
décrit de façon qualitative ("environmental relevance")

La pondération sociale, qui donne une valeur aux différents dommages de


référence et évalue l’importance relative des différentes classes entre elles, est
maintenant prise en compte dans la phase d'interprétation (ISO 14042).
Certaines méthodes font également intervenir dans l'interprétation une étape
intermédiaire de normalisation qui consiste, à rapporter pour chaque effet les
résultats de la chararctérisation au score mondial total pour cet effet. On compare
ainsi les parts respectives de l’application considérée à l’effet total actuel au niveau
mondial, continental ou régional.

Impact Category
LCI results
Life Cycle assigned to Category Category
impact Indicator Endpoints
Inventory category
Results Association of
Assigning Quantitative
Category
LCI results Category
Indicator with
Modelling
Category
endpoints

Fig. 5.1 Démarche générale de l’analyse de l’impact des émissions sur les sujets
à protéger d'après la norme ISO 14042.

5.2.2 Classification
Lors de cette étape, les types de problèmes environnementaux à considérer sont
déterminés de même que les émissions qui y contribuent. Le tableau 5.2 présente les
classes environnementales proposées par le SETAC (UDO DE HAES et al., 1996).
Elle doit servir de “check list” commune pour chaque écobilan afin d’augmenter la
comparabilité des différentes études. L’exclusion éventuelle de certaines classes doit
être mentionné et justifié.
72

Tableau 5.2 Liste des catégories d’effet à considérer par défaut

Catégories Level Position in the cause-effect


chain

A. Input related categories

1. Abiotic resources (deposits, funds, flows)

2. Biotic resources (funds)

3. Land

4. Erosion

B. Output related impact categories

5. Global warming glob begin

6. Depletion of stratospheric ozone glob begin

7. Human toxicological impact glob/cont/reg/loc end

8. Ecotoxicological impacts glob/cont/reg/loc end

9. Photo-oxidant formation cont/reg/loc middle

10. Acidification cont/reg/loc begin/middle

11. Eutrophication & BOD cont/reg/loc begin/middle

12. Odour loc end

13. Noise loc begin

14. Radiation reg/loc begin

15. Casualties loc end

N.B. Flows not followed up to system boundary

Input related (energy, plantation wood, etc.)

Output related (energy, plantation wood, etc.)

output related (solid waste, etc.)

Notons que les classes 12 à 15 sont rarement retenues. Les négliger revient à
leur donner un poids nul. Une estimation approximative de ces classes serait sans
doute préférable, leur exclusion étant une mauvaise estimation.
Soulignons que pour le niveau de localisation, on intégrera chaque effet sur
l’ensemble de la surface terrestre. De ce fait il devient possible de comparer un effet
global qui peut être significattif sur l’ensemble du globe avec un effet local, dont
l’intégrale sera nulle sur une bonne partie de la terre

5.2.3 caracterisation : cadre d’analyse

Lors de l’étape de caractérisation, les émissions à l’intérieur de chaque classe


sont pondérées. On obtient ainsi des “impact score” représentant la contribution
73

agrégée à la classe éludée d’un certain nombre d’émissions. Par exemple, toutes les
émissions de gaz à effet de serre peuvent ainsi être ramenées à une émission
équivalente de CO2.

L'effet de serre permet d'illustrer les principes décrits ci-dessus: plusieurs


indicateurs pourraient être retenus dans les mécanismes environnementaux reliant des
émissions de gaz à effet de serre à différents types d'impacts. Idéalement, il serait
souhaitable de pouvoir déterminer les dommages directs du réchauffement climatique
sur la santé humaine et sur celle des écosystèmes. Ceci n'est cependant pas possible,
compte tenu du niveau de connaissance et de l'incertitude des modèles actuels. De ce
fait, l'indicateur est retenu à un niveau intermédiaire, représentatif de la conservation
de l'équilibre climatique. Plusieurs choix seraient possibles : l'élévation du niveau de
la mer, l'élévation de température ou encore la réduction des pertes radiatives de la
terre. C'est cette dernière grandeur qui est en général retenue pour déterminer les
potentiels à effet de serre, l'incertitude sur la description des mécanismes
environnementaux ultérieurs étant considérée comme excessive. Lorsque l'on
compare deux substances comme le CO2 et le méthane, deux types d'informations
sont nécessaires. D'une part la capacité d'absorption des rayons infrarouges de chacun
de ces gaz (le facteur effet), d'autre part leur persistance qui régit l'importance de
l'augmentation de la concentration dans l'atmosphère (facteur de devenir).

Score d'équivalence: Si = Ei Fi Mi
Information
principale

E : facteur effet F : facteur devenir


Information effet Information devenir

Information “background”
modificateurs
Facteurs

Information geographique

Fig. 5.3 Facteurs de caractérisation tenant compte de l'effet et du devenir des


substances

Dans la même ligne, mais de façon plus générale UDO DE HAES et al.(1996)
ont définis qu'une méthode devrait inclure les informations sur les points suivants
(fig. 5.3):
- sur l’ “effet”, c.à.d sur la toxicité des substances (obligatoire)
74

- sur le “devenir” , c.à.d. les transferts, la dégradation et la dilution des


substances (obligatoire).
- sur le niveau “background”, l’effet d’une émission pouvant en dépendre
(facultatif)
- sur l’effet géographiques, car l’effet d’une même émission peut différer selon
la sensibilité du milieu ou le type de source d’émission (cheminée, etc.: facultatif)
Ces critères rejoignent la structure générale proposée par la SETAC pour la
toxicité humaine et l’écotoxicité (JOLLIET et al., 1996). Dans cette structure, le
score d’une substance i s’exprime en effet comme:
Si = Ei Fi Mi, où
Mi : émission de substance i [kg]
Ei : facteur d’effet de substance [par exemple: années de vie perdue/kg ingéré]
Fi : facteur de devenir (fate-exposure) de substance i [par exemplekg ingéré/kg
émis]
• Dans une analyse complète du devenir des polluants (full fate and exposure
analysis), le facteur de devenir fait le lien entre l’émission et le facteur d’effet; le fate
factor est le coefficient de proportionnalité entre l’émission et l’augmentation
correspondante de l’effet. (tableau 5.4)

Table 5.4 Caractéristiques d’une analyse complète du devenir des polluants et de l’exposition à ces
polluants, pour différents facteurs d’effet

Examples of effect No Effect Acceptable Daily Acceptable Standard


coefficient Concentration (1/NEC) Intake (ADI) deposition rate concentration in biota

Effect variable Concentration Dose Deposition Composition ratio

Fate factor required Links emission to a Links emission to Links emission to Links emission to an
for a full fate analysis concentration increase doses absorbed deposition rate assimilation rate

Un consensus commence à se dégager pour mieux séparer la pondération


scientifique des dommages de l’évaluation sociale. Illustrée à la figure 5.1, l’idée
consiste à relier les scores des différentes catégories d’effet à des dommages sur les
sujets de protection considéré dans ce que l’on pourrait appeler une étape de
caractérisation des dommages (endpoints) En même temps, il convient de garder
l'information sur les étapes intermédiaires (midpoints).
Pour réaliser cette étape il convient de rattacher une augmentation de l’émission
à un dommage. Les premières approches systématiques à cet effet ont été proposées
par GOEDKOOP (1995), en essayant de relier des “target value” correspond à un
dommage de 5 % de l’écosystème (5% des espèces ne sont plus protégées) pour
l’écotoxicité et à une mort supplémentaire sur un million de personnes pour la
toxicité humaine. Jolliet et Crettaz (1996) propose de relier directement les émissions
à un dommage en utilisant les facteurs de devenir déterminés lors de la caractérisation
afin de dissocier entre la relation émission-augmentation de la concentration et celle
entre augmentation de la concentration et dommage. Plus récemment, GOEDKOOP
et al. (1999) ont proposé une approche de caractérisation des dommages qui calcule
75

par exemple l'ensemble des dommages sur l'homme en année de vie perdue
équivalente (section 5.xx)

5.3 COMPARAISON ENTRE METHODES


Nous allons rapidement décrire les principales méthodes d’évaluation de
l’impact, en faisant ressortir leurs qualités et leurs limites et en les comparant (tableau
5.5)

Table 5.5 Comparaison de différentes méthodes d'analyse de l'impact

M é th o d e N °s u b s t. E ffe ts n o n F a c te u r d e N o r m a lis a t io n E v a lu a t io n
c o n s id . c o n s id é r é s d e v e n ir ( e x p lic it e , im p lic it e ? )
V o lu m e s > 300 P a s o r ie n t é e A ucun - -
c r it iq u e s “ e ffe t ”
CM L 92 ? 300 O r ie n t é 92 : G W P oui O ui N on pas 92 ,
+ “ e ffe t ” t o x ic it é n o n G u in é e 9 5 : v a le u r s
c ib le s h o lla n d a is e s
G u in é e e t a l ? 100 O r ie n t é 9 6 : t o x ic it é N on
96 t o x ic it é “ e ffe t ” o u i, v a le u r s
H u ijb r e g t s 9 9 p a r d é fa u t
CST 95 ? 250 P a s o d e u rs , O ui --, p a s d e O u i, d o m m a g e s
? 30 b r u it s sens pour c o rre s p . à d e s N E C
--> 2 0 0 1 t o x ic it é dom m age t o x ic it é s u r t o u t e la t e r r e
E c o in d ic a t e u r ? 150 à T o x ic it é e n G W P oui O u i, v a le u r s O ui
95 200 p lu s ie u r s t o x ic it é : n o n a c t u e lle s , R é d u c t io n
c la s s e s N iv e a u p a r “ G LO BE ”
--> 9 9 dom m age t o x ic it é : o u i e u ro p é e n
E c o p o in t s 47 + 47 P lu s o r ie n t é I m p lic it e -- E v a lu a t io n d ir e c t e
91&97 s e rre & p o lit iq u e ( lim it e s u r la b a s e
B r a u s c h w e ig , tro u d ’é m is s io n ) d ’o b je c t if s p o lit iq u e s
M ü lle r - W e n k ozone
EPS 15 P r in c ip e s ????? -- “ W illin g n e s s t o p a y “
c la ir s opaque c e q u e la s o c ié t é e s t
d é te rm . d e s p r ê t e à in v e s t ir p o u r
c o e ff.? é v it e r le d o m m a g e

L'une des premières méthodes d'analyse des impacts pour les ACV était celle
des volumes critiques qui classait les émissions par compartiment d'émissions (terre,
eau, sol) et surtout qui ne prenait pas en compte la persistance et le devenir des
polluants. CML 92 a été la première des méthodes à être orienté sur les effets et elle a
servi de base à nombre de développements des dix dernières années. Néanmoins,
pour l'évaluation des toxiques le devenir n'est pas en plus prise en compte et cette
approche correspond à celle des volumes critiques. Pour pallier à cette déficience,
Guinée et al. (1996) et plus récemment Huijbregts (1999) recalculé les impacts des
toxiques en tenant compte du devenir des polluants.
La méthode des surfaces-temps critiques a été mise au point à l'EPFL. Elle prend
en compte à la fois l'effet et le devenir des polluants. Elle esquisse une étape de
caractérisation des dommages, démarche mise en forme et rendue récemment
76

opérationnelle par Crettaz (2000) en évaluant les dommages de santé humaine en


terme d'équivalents d'années de vie perdue.
Ecoindicateur 95 puis surtout 99 ont joué un rôle pionnier dans l'élaboration
d'une méthode pleinement orientée dommages. C'est l'une des méthodes de référence
qu'il conviendrait de tester sur chacune des études. Les écopoints 97 comparent les
différentes émissions sur la base d' objectifs politiques. Développer en Suisse, des
versions alternatives existent pour différents pays comme la Hollande par exemple.
Finalement la méthode EPS avait déjà proposé il y a près de dix ans d'évaluer les
impacts en terme de dommages. Si son cadre d'analyse étaient excellent et précurseur,
les bases du calcul des coefficients sont peu claires.
La suite de ce chapitre présente un exemple d'application, en montrant que si le
développement de ses méthodes peut-être complexes, application est simple. Les
chapitres suivants détaillent ensuite tour à tour les différentes méthodes présentées.

5.4 EXEMPLE D'APPLICATION DE LA MÉTHODE CST 95 AU CAS D'UN


COMPOSANT L'AUTOMOBILE

5.4.1 Analyse des résultats de l'inventaire


L’inventaire des ressources et émissions (voir tableau 4.5) présente les données
de l’inventaire de production d'un bloc avant d'automobile pour trois types de
matériau différents. L'analyse de ces résultats d'inventaire montre qu'aucun des trois
blocs considérés n'est supérieur aux autres dans tous les domaines: le bloc acier
engendre la consommation énergétique la plus élevée mais les émissions de SO2 les
plus faibles. Le bloc aluminium est le plus avantageux pour le CO2, mais il génère les
émissions de SO2 les plus importantes. Il est donc indispensable de disposer d'une
méthode d'analyse de l'impact pour comparer et mettre en perspective l'importance de
ces différentes émissions.

5.4.2 Schéma général et classification


77

Inventory Impact Damage classification


polluants classification on safeguard subject

Energy Resources Indirect


Land use damage

CO2 Greenhouse effect


NOx Ozone depletion Human health:
e.g. damage
corresponding to NEC Global
impact
Pesticides Human toxicity

Acqu. Ecotoxicity Acqu. Ecosystem health


Terr. Ecotoxicity e.g. damage
corresponding to NEC
Nitrates
Eutrophisation
Phophates
Oxidant formation
Acidification Terrestr. Ecosyst. health

Impact Damage Societal evaluation of damages &


characterisation characterisation safeguard subjects

S = ∑ CTF ⋅ M D =∑ d ⋅S X =∑ w ⋅D
j ij i k jk j k k
i j k

Fig. 5.6 Démarche générale de l’analyse de l’impact des émissions sur les sujets à protéger (CST95)

- Toxicité humaine: kg Pbair, HTP Exposition à dose référence


- Ecotoxicité aqu. kg Zneau, AEP No effect concentration sur
- Ecotox. Terrestre kg Znsol, TEP surface*temps
- Oxidant photoch.(O3) kg éth., POCP Capacité former oxidants (O3)
- Acidification kg SO2, AP Faculté à libérer H+
- Eutrophication kg PO3-4, , EP Capacité former biomasse (rég.)
- Effet de serre kg CO2, GWP Réduction radiation
- Trou d ’ozone kg CFC11, ODPContribution à dégradation O3
stratosphérique
- Ressource MJ, EIS Energie ramener au stade initial
- Utilisation Surfaces m2-an Occupation terrain

La figure 5.6 et le tableau 5.7 présentent les différentes classes d'effet retenues
pour l'étape de caractérisation ainsi que les critères de pondération correspondants.
Au sein de chacune des classes, le coefficient de caractérisation permet de
transformer chaque quantité de substance émise en une quantité équivalente d'une
substance de référence propre à la classe considérée. En reprenant l'exemple de l'effet
78

de serre, le potentiel à effet de serre de 6,5 pour le méthane (tableau 5.8: CH4)
signifie qu'une émission de 1 kg de méthane équivaut à 6,5 kilos de CO2.

Table 5.8 Potentiels à effet de serre pour un horizon de temps de 500 ans (d'après IPCC, 9x)

Substance Formula GWP500


[kgCO2/kg]
Carbon dioxide CO2 1
Methane CH4 6.5
Dinitrogen oxide N2O 170
Trichlorofluoromethane (CFC-11) CFCl3 1400
Dichlorodifluoromethane (CFC-12) CF2Cl2 4100
Chlorotrifluoromethane (CFC-13) CF3Cl 15000
Tetrafluoromethane (CFC-14) CF4 >5300
Chlorodifluoromethane (HCFC-22) CHF2Cl 540
1,1,2-trichloro-1,2,2-trifluoroethane (CFC-113) C2F3Cl3 2500
1,2-dichlorotetrafluoroethane (CFC-114) C2F4Cl2 5800
Chloropentafluoroethane (CFC-115) C2F5Cl 8500
Hexafluoroethane (CFC-116) C2F6 >7200
1,1-dichloro-2,2,2-trifluoroethane (HCFC-123) CHCl2CF3 30
1-chloro-1,2,2,2-tetrafluoroethane (HCFC-124) CHFClCF3 150
Pentafluoroethane (HFC-125) CHF2CF3 1200
1,1,1,2-tetrafluoroethane (HFC-134a) CH2FCF3 400
1,1-dichloro-1-fluoroethane (HCFC-141b) CH3CFCl2 200
1-chloro-1,1-difluoroethane (HCFC-142b) CH3CF2Cl 620
1,1,1-trifluoroethane (HFC-143a) CH3CF3 1600
1,1-difluoroethane (HFC-152a) CH3CHF2 49
Tetrachloromethane (HC-10) CCl4 480
1,1,1-trichloroethane (HC-140a) CH3CCl3 34
Bromotrifluoromethane (HALON-1301) CF3Br 2300
Trichloromethane (chloroform) CHCl3 9
Dichloromethane CH2Cl2 5
Carbon monoxide CO 0
Non-methane hydrocarbons (NMHC) - 0
Nitrogen oxides NOx 0

Le score pour l'effet de serre des différents blocs avant s'obtient en multipliant
les substances de l'inventaire (tableau 4.5: CO2, CH4 et N2O) par leur potentiel à
effet de serre (tableau 5 9). On constate que c'est le CO2 qui domine le score total à
effet de serre, le bloc aluminium étant le plus favorable. Un calcul semblable peut
être effectué pour la toxicité humaine, en multipliant les résultats de l'inventaire par
les potentiels de toxicité humaine qui transforme les différentes émissions en kg de
Pb équivalent, le plomb et ayant été retenu de façon arbitraire comme substance de
référence. Le tableau 5.10 montre que ce sont les émissions de métaux lourds dans
l'air qui dominent le score total, via leur déposition sur les sols agricoles et leur
reprise par les plantes.
79

Table 5.9: Calcul des scores pour l'effet de serre: bloc avant en aluminium

Steel SMC Aluminium CharacterisatioAluminium


emiss.+score emiss.+score emissions factor GWP score
kg/component kg/component kg/component kgCO2eq/kg kgCO2eq/comp
CO2 kg 317 222 179 1 179.0
CH4 kg 0.477 0.334 0.29 6.5 1.9
N2O 0.016 0.011 0.008 170 1.4
Effect score kg CO2 equ. 322.8 226.0 ---- ---- 182.2

Table 5.10: Calcul des scores pour la toxicité humaine : bloc acier

Su b st an ce in ven t a ir e P o t en t iel Sc o r e To xic it é


B lo c ac ier o xic it é H u m ain e
Mi PTHi S i = M i * PT H i
k g i / b lo c k g Pb e q u. /k gi k g Pb e qu . / b l o c
Air
CO 2 .6 0 .0 0 0 1 4 0 .0 0 0 3 6
N Ox 0 .3 2 0 .0 0 2 0 .0 0 0 6 4
SO2 0 .0 6 3 0 .0 0 7 5 0 .0 0 0 4 7
P b in h alat io n 3 . 8 E -4 1 0 .0 0 0 3 8
P b a -s -f 3 . 8 E -4 2300 0 .8 7 4 0 0

Eau
Pb 3 . 1 E -4 0 .8 6 0 .0 0 0 2 7
N itrate 1 . 9 E -4 0 .0 0 0 8 5 1 . 6 E -7

Total 0 .8 7 6 1 2
Comme mis en évidence à la figure 5 1, la méthode des surfaces-temps critiques
effectue une étape de caractérisation des dommages qui permet d'agréger les impacts
en cinq classes distinctes : 1) l'impact sur la santé humaine comprenant la toxicité
humaine et la formation d'oxydants photochimiques 2) les impacts sur les
écosystèmes terrestre, regroupant la formation d'oxydants photochimiques,
l'écotoxicité terrestre et l'acidification 3) les impacts sur lesécosystèmes aquatiques,
regroupant l'écotoxicité aquatique et l'eutrophisation ainsi que finalement 4) l'effet de
serre et 5) l'utilisation des ressources énergétiques. Le calcul s'effectue en multipliant
les scores de chacune des classes par les coefficients du tableau 5.11 ou l'ensemble
des impacts sont exprimés en m2 de surface polluée pendant un an par kg de
substance de référence. Le tableau 5.12 donne le calcul pour la santé humaine et le
graphique 5.13 présente la comparaison finale des scores pour les quatre blocs avant
considérés.
80

Table 5.11: Factuers de caractérisation des dommages: CST 95

Refer. Reference Safeguard djk: Damage-


subst. annual subject effect slope
damage m2yr/kgref subst.
Human toxicity Pb air NEC over earth, 1year Human 12100
Oxidant formation O3-->Eth. NEC 1 year Human 2400
Oxidant formation O3->Eth. O3 NEC air 1 year Ter.ecos. 2400
Terrestrial ecotoxicity Zn soil NEC 1year Ter.ecos 7100000
Acidification SO2 Critical deposition Ter.ecos. 830
Aquatic ecotoxicity Zn water NEC, freshwat.,1 yr, 510000
Aquat.ecos.
Eutrophication PO4 P-NEC swiss Aquat.ecos. 4800
Global warming CO2 Reduction factor 2.5 Indirect 34
Ozone depletion CFC-11 Reduction factor 10 Indirect 1400000
Land use land,m2 land, Indirect m2yr/m2landyr 3.33
Energy & resources Energy land, Indirect m2yr/MJ 0.72

Table 5.12: Calcul des scores pour la santé humaine : bloc acier

Substance Sj D jk Sj*D kj
kg subst.ref/bloc m2-an/kg subst.ref. m2-an/bloc
Toxicité humaine kg Pbéqu. 0.88 12100 10648
Oxidant photoch. kg éth.équ. 0.34 2400 816

T otal 11464
81

Figure 5.13: Comparaison des impacts des différents blocs avant, d'après CST 95

Evaluation avec CST 95 (pourcentage)

120

100

80
Bloc acier

60 Bloc Composite SMC


Bloc Alu
40 Bloc Alu recycl.

20

Hum an health Terrestrial Aquatic Global Energy


ecosystem ecosystem warming
health health

On constate que c'est très clairement le bloc en aluminium recyclé qui offre la
meilleure performance vuque son score est inférieur dans toute les classes de
dommages considérées. En seconde position vient l'aluminium qui est en général plus
favorable que l'acier ou le thermoplastique, sauf pour l'écosystème aquatique où la
phase de fabrication des matières premières et de la pièce domine, l'aluminium
nécessitant plus d'énergie pour sa production.
82

5.6 DESCRIPTION GENERALE DES SURFACE-TEMPS CRITIQUES 95


(CST95)
83

5.7+5.8 FACTEURS DE CARACTERISATION ET D’EVALUATION DES


SURFACE-TEMPS CRITIQUES 95
84

5.9 COMPARAISON AVEC D’AUTRES METHODES


Nous allons rapidement décrire les principales méthodes d’évaluation de
l’impact, en faisant ressortir leurs qualités et leurs limites et en les comparant avec
CST95. (voir résumé tableau ci après)
85

5.9.1 Volumes critiques


Le principe de cette méthode (BUS, 1984) est de calculer, pour chaque polluant
de l’air ou de l’eau, le volume équivalent pollué jusqu’aux valeurs limites. Ces
volumes partiels, établis pour chaque polluant, restent en principe séparé entre
médias, air, sol ou eau

mim
Im =
C im , où:
Im : Volume critique du média m (air, eau ou sol) [m3]
mim : émission de substance i [g]
Cim : valeur limite de la substance i dans le média m [g/m3]
Les valeurs limites Cim utilisées proviennent principalement de l’ordonnance sur
la protection de l’air et de l’ordonnance fédérale sur le déversement des eaux usées.
A titre d’exemple, la concentration maximale admissible de NOx est 0,03
mg/m3; ceci signifie que 1 m3 d’air est pollué pour chaque 0,03 mg de NOx émis.

Si cette méthode a l’avantage de sa simplicité, elle est critiquable sur de


nombreux points. Les résultats sont donnés en m3 d’air critique, m3 d’eau critique,
m3 de déchets solides et MJ d’équivalents énergétiques. La méthode ne permet pas
de comparaison entre les polluants de l’air et de l’eau et ne considère pas les résidus
alimentaires. On y suppose qu’un seul polluant est contenu dans un volume donné,
alors qu’en réalité plusieurs polluants peuvent être contenus dans le même volume.
Les volumes obtenus sont de ce fait utilisables uniquement pour des comparaisons et
n’ont aucun rapport avec la réalité.
De plus, cette méthode ne rentre pas dans la structure présentée ci-dessus. Elle
ne tient pas compte du devenir des substances et de leur dégradation ou dilution. ceci
revient à négliger des facteurs 1000 entre polluants en surestimant l’effet des
polluants à court temps de vie. Quant aux concentrations maximales rendant compte
du fate des polluants, elles sont plus basées sur l’aspect légal que sur l’aspect
écotoxicologique.

5.9.2 Méthode CML


En 1992, un rapport réalisé par Heijungs et al [Heijungs 92] du “Centre of
Environmental Science” (CML) de l’Université de Leiden a été publié . La méthode
d’évaluation de l’impact alors proposée, communément appelée la méthode CML, est
probablement avec Ecoindicateur 95 la méthode la plus appliquée en Europe. Elle
suit la structure présentée précédemment car elle est en fait à l’origine des facteurs de
CST95 pour une majorité de catégories, à l’exclusion de la toxicité et des ressources.
Décrivons brièvement cette méthode.

Classification et caractérisation
Les principaux problèmes environnementaux à considérer selon cette approche.
sont classés en trois catégories principales que sont :
86

L’épuisement des ressources qui regroupe les problèmes associés avec


l’extraction de matières premières
La pollution qui regroupe les problèmes associés avec les émissions de polluants
La consommation d’énergie n’est pas incluse. Selon la méthode CML, cette
dernière n’est en effet pas un problème en soi, mais plutôt un problème d’épuisement
des supports énergétiques, de pollution et de dommages dus à l’extraction des agents
énergétiques. L’utilisation du sol n’est également pas incluse dans cette liste. Il
pourrait être introduit sous l’épuisement des ressources étant donné que l’espace est
limité. Mais ceci est plus un problème d’aménagement du territoire que
d’environnement et la nature du land use est bien plus importante vis-à-vis du
dommage de l’écosystème.
18 problèmes environnementaux sont mentionné, mais seuls neuf d’entre eux
seront traités dans la pratique: toxicité humaine, écotoxicité aquatique et terrestre,
formation d’ozone troposphérique, destruction de l’ozone stratosphérique,
eutrophisation, effet de serre, acidification, utilisation des ressources (biotiques et
abiotiques).

Normalisation et Evaluation
Dans la méthode CML, les scores dans chacune des classes d’effet sont ensuite
normalisés en les divisant par le score mondial total pour cet effet (facteurs N, avant
dernier tableau, annexe 4.3):
Snormalisé effet j= Sj / Nj
Ce score normalisé représente la contribution de chacune des catégorie par
rapport à l’effet mondial global. Mentionnons que des inventaires globaux n’ont pas
été trouvés pour certains problèmes; dans ce cas, les données mondiales ont été
extrapolées à partir des données néerlandaises en considérant le PNB.
Aucune valeur permettant une évaluation quantitative n’est fournie par Heijungs
et al [Heijungs, 1992 ou 1996]. Par contre, Guinée [Guinée, 1995] propose des
“target values” D pour un certain nombre de classes environnementales. Dans ce cas
le score après évaluation devient
Sévalué effet j= Sj / Dj = Sj / Nj * Nj / Dj
Le dernier tableau de l’annexe 4.3 résume ces valeurs du paramètre D. Ces
“target values” ont été choisies de façon partiellement arbitraire à partir de différentes
sources.

Discussion
L’annexe 4.1 présente les différents facteurs de caractérisation différents de ceux
de CST95. Notons que les valeurs des facteurs GWP, ODP, POCP, AP et NP
également utilisée dans CST95 ont été développées en dehors du cadre des écobilans.
Par exemple, plusieurs auteurs ont développées des modèles calculant le GWP et une
liste des meilleurs estimations a été produites par l’IPCC (Intergovernmental Panel on
Climate Change). C’est cette liste qio a été retenue par Heijungs et al pour établir les
GWP.
87

Le développement de facteurs de caractérisation pour la toxicité humaine et


l’écotoxicité a par contre été nécessaire. Le principe de la méthode des volumes
critiques, qui consiste à diviser les émissions par une valeur seuil, a alors été repris.
Ces valeurs seuils ont été évaluées à l’aide d’ADI ou de TDI pour la toxicité
humaine. Pour l’écotoxicité, des NOEC ont été extrapolées à partir de données
toxicologiques concernant certaines espèces en utilisant la méthode de l’EPA. De ce
fait, les valeurs seuils sont basées sur des données écotoxicologiques uniquement et
sur l’exposition continue de toute la population ou de tout l’écosystème. De plus, les
impacts sur l’homme et l’écosystème aquatique et terrestre sont évalués séparément.
Mais une objection importante demeure. Les procédés de dégradation et de transport
vers les autres compartiments environnementaux ne sont pas inclus.
Afin de les considérer, le modèle USES 1.0 [Jager, 1994] a été utilisé par
Heijungs et al. (1996). Ce modèle permet d’englober le fate des substances en
considérant leur persistance, leur biodégradation et leur transfert intermedia.
L’exposure y est également considérée au travers de données telles que le volume
d’air respiré, le volume d’eau potable bu, la consommation de poisson, de viande, de
légume, de produit laitier...
Relevons que le modèle USES a été développé pour le Risk Assessment (RA).
Son utilisation en LCA nécessite de ce fait le développement d’une country file
contenant des valeurs spécifiques à l’écobilan pour certains paramètres d’input. Par
exemple, la country file permet de changer l’échelle régionale en un système
continentale ressemblant à l’Europe de l’Ouest.
Une étude avait présenté de nouveaux facteurs de caractérisation déduit de cette
approche par modélisation[Heijungs, 1996]. Le problème majeur de ces calculs est
qu’il se basait sur environ 150 paramètres d’entrée du modèle et que du fait de
l’importance des données à recueillir, plusieurs valeurs étaient prises par défaut. Dans
le cadre de la révision globale de la méthode CML actuellement en cours, de
nouveaux facteurs de caractérisation ont été calculés à l'aide d'EUSES par Huijbregts
(1999) avec un soin particulier accordé aux données de base. Ces facteurs sont
donnés en annexe 4.2.
88

5.9.3 Méthode des écoindicateurs 95 et 99


Cette méthode est présentée plus en détail en annexe 7. Mark Goedkoop et
Renilde Spriensma, de PRé Consultants (NL) sont les auteurs de cette méthode [10],
qui a impliqé différentes équipes de travail en Europe.

a) Ecoindicateur 95
La méthode 1995 comprennait les étapes proposées par la SETAC:
classification, caractérisation, normalisation et évaluation.
La classification comprend les effets suivants : substances carcinogènes,
pesticides, métaux lourds, smog d’hiver, formation d’ozone troposphérique,
destruction de l’ozone stratosphérique, eutrophisation, effet de serre et acidification.
La toxicité humaine est divisée ici en substances carcinogènes, pesticides, métaux
lourds, et smog d’hiver.
Les facteurs de caractérisation sont les mêmes que dans la méthode CML, sauf
pour la toxicité humaine, l’écotoxicité terrestre et aquatique, et pour la formation
d’ozone. Pour ces catégories, les substances de référence sont différentes de celles de
la méthode CML.
Une normalisation se fait par rapport au score européen total de chaque effet.
Finalement, une évaluation basée sur le principe de la saturation écologique
permet de comparer les différents effets normalisés. Ce principe est tiré de la
méthode des Ecopoints. La différence est que les flux critiques sont fixés d’après le
dommage causé réellement et non d’après des objectifs politiques (ordonnances,
etc.).

b) Ecoindicateur 99: description


La nouvelle méthode publiée en 1999 (Goedkoop and Spriensma, 1999) est de
fait la première méthode qui tente d'évaluer des dommages aux niveaux des
ressources, de la santé humaine et de la qualité de l'écosystème. Ceci en fait l'une des
méthodes les plus intéressantes à appliquer. Le texte ci-dessous résume les
principales caractéristiques d'écoindicateur 99. Les valeurs des coefficients sont
données en annexe 7 pour la perspective culturelle retenue par défaut.
The method is intended to be used for product development applications. The
most critical and controversial step in Life Cycle Impact Assessment (LCIA) is the
weighting step. With this in mind the Eco-indicator methodology has been developed
top down. The weighting step was the starting point. From there the damage models
have been developed for the most important impact categories.
There are two important requirements for the weighting step, if a panel is used:
1. The number of subjects to be weighted should be as small as possible. In most
LCIA methods a panel is asked to weigh ten or more subjects; this number is clearly
too high.
2. The subjects to be weighted should be easy to explain to a panel. In most
LCIA methods the panel is asked to weigh rather abstract impact categories. It is very
difficult to give a meaningful assessment.
89

From these requirements it was concluded that the panel should only weigh the
following three types of environmental damages (endpoints): Human Health,
Ecosystem Quality and Resources
The following damage models have been established to link these damage
categories with the inventory result.
Damages to Human Health are expressed as DALY (Disability Adjusted Life
Years). Models have been developed for respiratory and carcinogenic effects, the
effects of climate change, ozone layer depletion and ionising radiation. In these
models for Human Health four sub steps are used:
• Fate analysis, linking an emission (expressed as mass) to a temporary change in
concentration.
• Exposure analysis, linking this temporary concentration to a dose.
• Effect analysis, linking the dose to a number of health effects, like the number
and types of cancers.
• Damage analysis, links health effects to DALYs, using estimates of the number
of Years Lived Disabled (YLD) and Years of Life Lost (YLL).
Damages to Ecosystem Quality are expressed as the percentage of species that
have disappeared in a certain area due to the environmental load. This definition is
not as homogeneous as the definition of Human Health:
• Ecotoxicity is expressed as the percentage of all species present in the
environment living under toxic stress (PAF). As this is not an observable
damage, a rather crude conversion factor is used to translate toxic stress into
real observable damage.
• Acidification and eutrophication are treated as a single impact category. Here
the damage to target species (vascular plants) in natural areas is modelled.
• Land-use and land transformation is based on empirical data of the occurrence
of vascular plants as a function of the land-use type and the area size. Both
the local damage on the occupied or transformed area as well as the regional
damage on ecosystems is taken into account.
Resource extraction is related to a parameter that indicates the quality of the
remaining mineral and fossil resources. In both cases the extraction of these resources
will result in higher energy requirements for future extraction.
In figure 1 the different procedures and (intermediate) results are shown. A clear
distinction is made between intermediate results (grey boxes) and the procedures
(white boxes) to go from one intermediate result to the other.
90

Figure 1: General representation of the methodology. The white boxes below


refer toprocedures; the other boxes refer to intermediate results.
A limiting assumption is that in principle all emissions and land uses are
occurring in Europe and that all subsequent damages occur in Europe. Except for the
damages to Resources and the damages created by climate change, ozone layer
depletion, air emissions of persistent carcinogenic substances, inorganic air pollutants
that have long-range dispersion, and some radioactive substances.
Two types of uncertainties are separated:
1. Data uncertainties; this refers to technical problems of measuring and
assessing factors
2. Model uncertainties; this refers to the uncertainty if the model is configured
correctly
Data uncertainties are presented as the squared geometric standard deviation. In
some cases, especially for toxicity, these uncertainties are substantial.
Modelling uncertainties cannot be expressed as a range; a model assumption is
correct or not. In order to cope with these uncertainties a system, referred to as
Cultural Theory has been used to separate three versions of the damage model. A
simplified characterisation of these versions is:
E (Egalitarian): Long time perspective: even a minimum of scientific proof
justifies inclusion
I (Individualist): Short time perspective: only proven effects are included
H (Hierarchist): Balanced time perspective: consensus among scientist
determines inclusion of effects.
The H (Hierarchist) version is chosen as default, while the other version can be
used in a robustness analysis.
The weighting procedure is executed with a written panel procedure among a
Swiss LCA interest group. The results can be used as a default, but should not be
considered to be representative for the average European. For those who do not want
to use the weighting step, a new alternative approach is suggested using a weighting
triangle.

les scores dans chacune des classes d’effet sont ensuite normalisés en les
divisant par le score européen total pour cet effet (facteurs N, prernier tableau,
annexe 7: Nsanté humaine=3.77E-02 DALY/pers-yr; Nécosystème=5.13E+03
PDFm2yr/pers-yr, Nressources=8.41E+03 MJ/pers-yr) et en le multipliant par le
facteur de pondération par défaut w: (w=0.4 pour la santé humaine, 0.4 pour
l'écosystème et 0.2 pour les ressources.
Snormalisé effet j= Sj / Nj
Spondéré effet j= wj Sj / Nj

c) Discussion
La méthode mise au point est extrêmement intéressante, et représente un progrès
très net par rapport à la version précédente. Du point de vue de l'auteur du présent
ouvrage, certains points restent critiques:
91

• Pour les ressources, la possibilité de comparer et de combiner les ressources


minérales et les ressources fossiles est extrêmement intéressante et
satisfaisante pour une première évaluation. Traiter les ressources énergétique
et fossiles uniquement au travers de l'énergie nécessaire à l'heure extraction
est par contre discutable. En effet, en raison des transformations
irréversibles, c'est non seulement l'énergie de mise à disposition qui devrait
être fournie dans le futur, mais c'est également le contenu énergétique qui
n'est plus disponible. Dans ce sens, il nous paraît judicieux d'ajouter le
contenu énergétique des énergies non-renouvelables, Uranium compris (voir
partie inventaire du présent document).
• L'utilisation du terrain joue un rôle particulièrement important dans les
premières évaluations effectuées. Les données de base de cette évaluation
restent néanmoins largement préliminaires et il est important d'en être
conscient dans l'interprétation des résultats.

5.9.4 Méthode des écopoints


Comme nous venons de le mentionner, la méthode des volumes critiques fournit
plusieurs résultats sous forme de volume critique d’air, d’eau... Afin d’obtenir une
seule réponse, la méthode des écopoints a été développée [ BUWAL 133].
Selon cette méthode, le score totale I [écopoint]est donné par l’équation
suivante:
I = EP ⋅ mi
où:
c Fi
EP = ⋅ ⋅
Fci Fci
Fci : flux critique de la substance i en Suisse [tonne/an]
Fi : flux effectif de la substance i en Suisse [tonne/an]
c : coefficient 1012[point/an]
mi : émission de substance i [tonne]
Le rapport 1/Fci consiste à normer par la charge totale critique et le rapport
Fi/Fci revient à pondérer notre émission mi en fonction du rapport entre la contrainte
réelle et la charge totale admissible. Les flux critiques (sorte de target flow) dans l’air
et l’eau découlent respectivement de la stratégie de lutte contre la pollution de l’air et
de l’ordonnance sur le déversement des eaux usées.
Si cette méthode a l’avantage de ne présenter qu’un seul résultat final, il faut
noter que les flux critiques sont difficiles à déterminer pour un grand nombre de
substances. De plus, ni l’aspect “effect” ni l’aspect “fate” ne sont considérés. Les
critères présentés ci-dessus ne sont donc pas respecté, de même que la structure
générale recommandée

Un nouveau rapport présentant une nouvelle version des écopoints est


actuellement en impression et devrait être disponible très prochainement. Les
coefficients EP de cette nouvelle méthode sont donnés en annexe 5.
92

5.10 Méthode EPS


Cette méthode a été développée en Suède. Elle vise à donner une valeur
différente aux divers types de dommage en faisant appel à la notion de “willingness
to pay” (= volonté de payer) pour éviter un dommage. La valeur des dommages est
ainsi basée sur la “volonté de payer” pour les éviter.
La table ci-dessous fait ressortir le prix que la société est prête à débourser pour
divers dommages. On constate que la société est prête à payer 1 million d’ecu pour
une mort humaine. Les émissions sont alors pondérées en déterminant pour chaque
substance le facteur de pondération fEPS qui est donné par la formule suivante:
fEPS (ECU/kg) = F1 . F2 . F3 . F4 . F5, où :
F1 : Facteur de valeur
F2 : Fateur d’extension
F3 : Facteur de fréquence
F4 : Facteur de durée
F5 : Facteur indiquant la contribution à l’effet total
Impact type Value in ELU Note

(s.d.factor)

General and global impact on biological diversity 5.1011 (5) 100 ELU/person

times 5.109 persons

Decreased production of :

1 kg of crop seed 0.2 (2)

1 kg of meat or fish of economic value 1.0 (3)

1 kg of wood 0.025 (2)

1 kg of freshwater in areas with water deficiency 0.003 (4)

Excess death, normalized 106 (5) equal to 50 % reduction in


mean life expectancy at birth

Painful morbidity and/or severe suffering, per 105 (10)


man/year

Other morbidity, per manyear 104 (10)

Severe nuisance, per manyear 103 (10)

Moderate nuisance, per manyear 102 (10)

Si le principe de la méthode est intéressant, son calcul est relativement obscur.


93

5.10. FUTURS DEVELOPPEMENTS


La méthode CST, de même que la méthode CML, a l’avantage de permettre une
fate and exposure analysis pour la toxicité humaine et l’écotoxicité. Des progrès ont
donc été accomplis par rapport à une approche telle que la méthode des volumes
critiques. Certains aspects mériteraient encore d’être développés
Différentiation spatiale
Le fate et la toxicité des substances, de même que l’exposure, dépendent
d’aspects spatiaux. La dégradation dépend en effet des propriétés physico-chimiques
de l’environnement. Ainsi, des dégradations différentes découlent de sols ayant
différents pourcentages d’humidité et de matière organique. La toxicité dépend pour
sa part de paramètres de l’écosystème, p.e. de la sensibilité de la végétation. Quant à
l’exposition d’une substance, elle sera plus grande dans une région à haute densité de
population que dans une région à faible densité.
Pour l’instant, aucune information géographique n’a été inclue dans le cadre
d’un écobilan. Mais le besoin d’une procédure d’évaluation de l’impact dépendant du
site est reconnue. Un premier pas vers la différentiation spatiale a été fait par
Heijungs [Heijungs 1996] en distinguant les sols agricoles des sols industriels.
Cependant, une distinction entre différentes régions reste à faire lorsque cel a une
influence prépondérante.

Impact category
Il n’existe pas un seul “overall endpoint” pour la toxicité. En fait, chaque
substance toxique agit de façon unique. Beaucoup d’impact categories seraient donc
nécessaires. Mais comme le but de l’évaluation de l’impact est d’agréger les
émissions des différentes substances, il faut bien se limiter à un certain nombre
d’endpoint.
Pour l’instant, il n’existe pas de méthode distinguant différents endpoints tels
que la carcinogenicity, la mutagenicity ou la diminution de la capacité de
reproduction... Une distinction entre les substances carcinogéniques et non-
carcinogéniques pourrait être faite en récoltant des données sur le type d’impact
(cancer, irritation...).
Notons de plus que près de 100’000 substances ont été répertoriées dans
l’inventaire EINECS (European Inventory of Existing Commercial Substances)
[Hermens, 1995]. Même si toutes ces substances ne sont pas dangereuses, il n’en
demeure pas moins vrai que le nombre de substances étudiés dans les méthodes
existantes est encore très limité.
94

CHAPITRE 6

INTERPRETATION

6.1. INTERPRETER, INTERPRETER, INTERPRETER !


Cette quatrième étape de l’écobilan a pour but d’identifier les étapes de la chaîne
de production sur lesquelles il faut intervenir pour réduire judicieusement l’impact
environnemental du système ou produit étudié et d’analyser en détail les incertitudes.

Il est fréquent que les résultats d’un écobilan impliquant des mois de travail ne
soit interprété que de façon superficielle. Dans ce sens on veillera à interpréter les
résultats à tous les niveaux possibles :
- A chaque niveau de l'ACV : après l'inventaire des polluants, après la
caractérisation et l'évaluation de l'impact global.
- En comparant les contributions de chaque phase du cycle de vie: L’extraction
et la préparation des matières premières et de l’énergie, les transport, la
phase de fabrication, la phase d’utilisation ainsi que le traitement des déchets
- En examinant les contributions de chaque composant du système
- Pour chaque polluant, en examinant leur contribution respective.

Dans l'interprétation intervient également la pondération sociale des


dommages eux-même, liés à la gravité du dommage ainsi qu’à la valeur sociale
relative accordée aux sujets à protéger.
L’évaluation qualitative se base uniquement sur le jugement d’experts pour
comparer les impacts scores. Son avantage est de toujours aboutir à un jugement et
d’inclure tous les aspects qualitatifs. Par contre, le résultat est ouvert à la discussion.
La pondération est en effet subjective et d’autres experts peuvent arriver à d’autres
conclusions. Des groupes d’experts de différentes parties de la société peuvent alors
être mis en place afin d’inclure l’opinion sociale et scientifique. Par ailleurs la façon
de poser le problème est absolument crucial. On veillera en particulier à toujours bien
définir explicitement le niveau de référence auxquels les différents effets sont
comparés (par exemple l'effet mondial actuel pour l'effet de serre comparé à l'effet
actuel pour l'acidification au niveau mondial)
L’évaluation quantitative se base quant à elle sur la définition de facteurs de
pondération. Elle offre l’avantage d’être indépendante d’un groupe d’experts et d’être
95

rapide à l’utilisation une fois les facteurs de pondération fixés. Mais la définition de
ces facteurs est un problème majeur. L'une des approches les plus courantes est de
baser ces facteurs sur la "willingness to pay", en déterminant par sondage ce que les
personnes sont prêtes à payer pour éviter un dommage donné.

6.2 ANALYSE D’AMELIORATION


L’objectif est d’étudier les possibilités de réduire l’impact environnemental, en
dégageant des priorités d’action. Pour ce faire la table de l’inventaire ou les scores
d’impact obtenus lors de l’étape de caractérisation sont d’excellents points de départ.
Deux techniques peuvent alors être considérées.
Ces améliorations environnementales peuvent se faire par une diminution de la
consommation des ressources, de la demande énergétique ou des émissions
[Heijungs, 1992].
On se concentrera sur les étapes de la production qui génèrent le plus grand
impact et sur celles qui offrent de faibles surcoûts pour réduire l'impact, voire une
réduction des coût ce qui conduit à une situation « win-win ». Même une réduction
limitée de l’impact peut être extrêmement rentable si les coûts d’intervention sont
faibles.

6.3 INCERTITUDES ET ETUDES DE SENSIBILITE ET CRITIQUE

6.3.1 Analyse de sensibilité

L’objectif est de tester la robustesse des résultats et leur sensibilité aux


données/hypothèses/modèles utilisés.

On visera à identifier les paramètres clés qui ont le plus d’influence sur le
résultat.

Une première possibilité est de varier de 10 % chacun des paramètres d’entrée


du modèle et d’examiner le pourcentage de variation qui en résulte sur les résultats du
modèle. Il faut noter que si l’on s’intéresse à une comparaison entre deux produits,
l’étude de sensibilité doit directement porter sur la différence entre les deux
scénarios. De façon générale, la somme des variations sur chaque scénario pris
indépendamment est nettement supérieure à la variation sur la différence, car ces
variations se font de façon similaire dans les différents scénarios.

Une seconde possibilité consiste à faire varier les paramètres entre leurs bornes
maximales et minimales et d’analyser l’incidence sur le résultat final.

Une troisième possibilité consiste, dans le cadre de simulations statistiques de la


propagation d’erreurs, à regarder quelle est la probabilité que l’impact d’un scénario
96

A soit supérieur à celui d’un scénario B. La figure xx montre par exemple que la
probabilité que le scénario A soit supérieur au scénario B est de 60 %.

La démarche d’analyse de sensibilité est également applicable dans le cadre de


l’optimisation de produits afin d’évaluer l’incidence d’une modification du système
de production.

6.3.2 Incertitudes

Relevons que dans une classe d’effets donnée, une différence non significative
entre deux effets n’implique pas forcément que cette différence soit moins importante
qu’une différence significative dans une autre classe d’impact. L’exemple ci-dessous
montre que si la différence n’est pas significative pour la toxicité humaine, elle est
néanmoins dominante par rapport à l’écart significatif sur la formation d’oxydants
photochimiques, en raison des différences de pondération entre les différentes classes
d’effets.
97

6.4 EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET


EVALUATION SOCIO-ECONOMIQUE

6.4.1 Analyse coût-bénéfice


Un écobilan peut être entrepris pour différentes applications (voir Ch. B) qui
nécessitent une décision finale. Celle-ci n’est pas basée uniquement sur des
considérations environnementales. On sort alors du champ d’activités de l’écobilan et
d’autres disciplines telles que l’analyse coût-bénéfice sont nécessaires.
L’écobilan indique l’impact sur l’environnement des divers scénarios, ce qui
permet de déterminer celui qui est le plus doux pour l’environnement. Ces résultats
peuvent aussi être utilisés pour déterminer dans quel scénario il faut investir en
priorité une somme donnée pour obtenir la plus grande amélioration
environnementale, c’est-à-dire la plus grande diminution de la charge
environnementale.
On se place ainsi dans le rôle d’un décideur qui peut investir une somme donnée
et veut obtenir la meilleure amélioration environnementale possible. Le principe est
alors de subventionner le scénario où la marge d’amélioration environnementale est
la plus grande par unité d’investissement.
Ceci peut de faire de la façon suivante. Soient trois scénarios dont les
caractéristiques sont les suivantes:
x1 : indexe environnemental global du scénario 1 [m2 an/U.F.]
x2 : index environnemental global du scénario 2 [m2 an/U.F.]
x3 : index environnemental global du scénario 3 [m2 an/U.F.]
c1 : coût d’investissement et d’utilisation du scénario 1 [fr./U.F.]
c2 : coût d’investissement et d’utilisation du scénario 2 [fr./U.F.]
c3 : coût d’investissement et d’utilisation du scénario 3 [fr./U.F.]
Posons que le scénario 1 est le scénario de référence (scénario “conventionnel”).
Alors, l’efficacité environnementale η de notre investissement est donnée par:
x 2 − x1
η1−2 =
c2 − c1
[m amélioré - an / fr. investi]
2

x3 − x1
η1−3 =
c3 − c1
[m amélioré - an / fr. investi]
2

On compare alors η1-2 à η1-3. Afin de maximiser l’efficacité de notre


investissement, le scénario dont l’efficacité environnementale est la plus grande est
sélectionné

6.4.2 Internalisation des coûts


Une seconde approche possible est d’évaluer les impacts en termes financiers afin de
pouvoir les combiner directement aux coûts de production.
98

6.5 NORMES ISO 14000


L’ International Organization for Standardization (ISO) est une organisation qui
élabore des normes internationales concernant la majorité des domaines
technologiques. Les normes qu’elle établit sont d’application volontaire. Cependant,
plusieurs pays ont adopté des normes ISO dans le cadre de leur réglementation. Les
normes ISO sont axées vers le marché et sont le fruit d’un consensus entre experts du
monde industriel, technique, économique, académique...
Au cours de vingt dernières années, l’ISO a publié plus de 350 normes traitant
d’aspect environnementaux. Actuellement, l’ISO prépare les normes de la série ISO
14000. Ces normes concernent les systèmes de management environnemental. Cette
série permettra à toute entreprise de fabrication ou de service de gérer l’impact de
ces activités sur l’environnement et de mesurer leur performance environnementale.
Les normes ISO 14000 sont développées dans six secteurs, dont celui des
écobilans. Un premier rapport d’ISO (publication prévue pour 1996:à commander!)
établit les lignes directrices pour mener des écobilans. Un groupe d’outil rassemblant
les informations nécessaires à une planification stratégique, à la conception ou
refonte des projets, à l’évaluation des performances environnementales et à une
déclaration relative à l’environnement est actuellement élaboré. Des documents
concernant l’inventaire, l’évaluation de l’impact et l’utilisation des conclusions de
l’écobilan aux fins de perfectionnement sont prévus pour 1997/98 [ISO, 1996].

Etat du projet ISO/TC 207 et de ses sous-comités dans le domaine du LCA:

INTERNATIONAL STANDARDS PUBLISHED AND DRAFT


INTERNATIONAL STANDARDS CIRCULATED FOR VOTING
ISO 14001:1996 Environmental management systems - Specication with
guidance for use (published on 1 September 1996)
ISO 14004:1996 Environmental management systems - General guidelines on
principles, systems and supporting techniques (published on 1 September 1996)
ISO/DIS 14021 Environmental labels and declarations - Self-declaration
environmental claims - Guidelines and definition and usage of terms (circulated for
voting on 19 December 1996)
ISO/FDIS 14040 Environmental Management - Life cycle analysis - Principles
and framework (voting begins on 13 March 1997)
ISO/DIS 14050 Environmental management – Vocabulary (circulated for voting
on 12 December 1996)
COMMITTEE DRAFTS, WORKING DRAFTS AND NEW PROJECTS IN THE
PROGRAMMES OF WORK OF SUBCOMMITTEES OF ISO/TC 207
ISO/CD 14041 Environmental management - Life cycle assessment - Inventory
analysis
ISO/CD 14042 Environmental management - Life cycle assessment - Life cycle
impact assessment
ISO/CD 14043 Environmental management - Life cycle assessment - Life cycle
improvement assessment
99

CHAPITRE 7

CONCLUSIONS ET POINTS CRITIQUES


100
101

BIBLIOGRAPHIE

Ahbe, S., Braunschweig, A. and Müller-Wenk, R., 1990. Méthodologie des


écobilans, OFEFP N°133. Methodik für Oekobilanzen. Schriftenreihe Umweltschutz
Nr. 133, Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft, Bern, pp.xx.
BARLOW, W., «National prosperity, the role of the engineer», A presidential
address, The royal academy of engineering, London, 1993. p.10.
Bengt Steen,1992; The EPS enviro-accounting method, Swedish environmental
research institute, Götheborg
Braunschweig, A., Förster, R., Hofstetter, P., Müller-Wenk, R., 1994. Evaluation
und Weiterentwicklung von Bewertungsmethoden für Ökobilanzen - Erste
Ergebnisse, Institut für Wirtschaft und Ökologie, Hochschule St. Gallen,
Diskussionsbietrag 19, pp247.
* Braunschweig, A. et Müller-Wenk, R., 1993. Oekobilanzen für
Unternehmungen. Eine Wegleitung für die PraxisVerlag Paul Haupt, Bern, pp.224.
BRETZ, R., 1994. Life cycle assessment: Making it revelant, European
chemicals news, 22-23.11.94.
Bundesrat, 1975. Verordnung über Abwassereinleitungen (8.12.1975). Bern, SR
814.20, 1975 p. 2'403-2'417 und 1985, p. 874.
BUS, 1984; Oekobilanzen von Packenstoffen; Bundesamt für Umwelt, Wald und
Landschaft, 3003 Bern, Schriftenreihe Umweltschutz Nr.24
BUWAL, 1987. Von Menschen verursachte Schadstoff-Emissionen in der
Schweiz 1950-2010. Bundesamt für Umwelt, Wald and Landschaft, CH-3003 Bern,
Schriftenreihe Umwelt n˚76, p.VIII.
Buwal 132, 1991; Bilan écologique des matériaux d’emballage état en 1990;
Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft, 3003 Bern, Schriftenreihe Umwelt Nr.
132, pp. 167.
BUWAL, 1992. Die Bedeutung der Immissionsgrenzwerte der Luftreinhalte-
Verordnung. Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft, 3003 Bern,
Schriftenreihe Umwelt Nr. 180, pp. 59.
BUWAL,1996, N°250. Ökoinventare für Verpackungen. Band I und II.
Bundesamt für Umwelt, Wald and Landschaft, CH-3003 Bern, Schriftenreihe
Umwelt n˚250, pp.584
Crettaz et Jolliet, 1997; Calculation of fate and exposure coefficients for life
cycle toxicity assessment. In preparation
Elektrowatt, 1990; Vergleich von MaterialflüSsen, Energie und Wasserverbrauch
eines McDonald’s-Reataurants mit konventionellen Retaurationbetrieben; Elektrowatt
Ingenieurunternehmung AG, Zürich
102

DFG, 1990. Pflanzenschutzmittel im Trinkwasser. Deutsche


Forschungsgemeinde, Mitteilung XVI der Kommission für Pflanzenschutz-,
Pflanzenbehandlungs- und Vorratsschutzmittel, VCH Verlag, D-6940 Weinheim,
pp.xx.
Dinkel, 1995; ökologische Bewertung mit der wirkungorientierten Methode;
Entwurft Bericht, Carebotech, Basel
Frischknecht, R., Hofstetter, P., Knoepfel, I., Dones, R., Zollinger, E., 1994.
Environmental Life-Cycle Inventories of Energy Systems : Methods and Selected
Results, Swiss Federal Institute of Technology, Zürich
Frischknecht, R., Hofstetter, P., Knoepfel, I., Dones, R., Zollinger, E., 1994,
Ökoinventare für Energiesysteme, Eidgenüssische Technische Hochschule, Zürich
* Frischknecht, R., Hofstetter, P., Knoepfel, I., Walder, E., Foskolos, K. and
Zollinger, E., 1992. Umweltbelastung durch die End- und Nutzenergie-Bereitstellung.
Institut für Energietechnik, ETH-Zürich.
Finnveden, G, 1994. Some comments on the allocation problem and system
boundaries in LCA. SETAC, 1994. Allocation in LCA: Proceedings of the SETAC
worshop at Leiden 24-25 February 1994. Society of Environmental Toxicology and
Chemistry, pp. 65-73.
Goedkoop M.; 1995; Eco-indicator 95, weightening method for environmental
effects that damage ecosystems or human health on a European scale, Final report;
RIVM
Goedkoop M., 1995 a. Manual Simapro 3, Pré Consultants, Netherlands
Goedkoop M. and Spriensma, R., 1999. Eco-indicator 99, methodology report
and appendix. Pré Consultants, Netherlands. http://www.pre.nl/eco-
indicator99/index.html.
Guinée, J.B., 1995. Development of a methodology for the environmental life-
cycle assessment of products with a case study on margarines. Leiderdorp. Doctoral
ThesisLeiden University, NL, Optima Druck press.
Guinée, J.B., 1995; LCA Impact Assessment of toxic releases; generic modelling
or fate, exposure and effect on ecosystems and human beings with data for about 100
chemicals
HABERSATTER, K. et WIDMER, F., 1991. Ecobilan des matériaux
d’emballage OFEFP N°132 (Oekobilanz von Packstoffen, Stand 1990. Bundesamt
für Umwelt, Wald und Landschaft, 3003 Bern, Schriftenreihe Umwelt Nr. 132, pp.
262).
HAYDOCK, R., 1995; The environmental performance of toothpaste & its
packaging SETAC case studies symposium
* Heijungs, R., Guinée, J.B., Huppes, G., Lankreijer, R.M., Udo de Haes, H.A.,
Wegener Sleeswijk, A:, Ansems, A.M.M., Eggels, P.G., van Duin, R. and Goede,
H:P:, 1992. Environmental Life Cycle Assesment of products, Background and
Guide. Centre of Environmental Science (CML), NL-2300 RA Leiden.
Heijungs, R., 1995; Harmonization of methods for impact assessment ; Env. Sc.
and Poll. Res.2 (4), p.217-224
103

HEMMING, 1995; SPOLD Directory of Life Cycle Inventory data Sources;


Chrisalis Environmental Consulting
Hofstetter P., Blau S., Seneviratne S., Studer P., 1995; Acidification and
Eutrophisation in Life Cycle Assessment, Student thesis; ETHZ
Huijbregts, M.A., 1999. Priority Assessment of Toxic Substances in LCA.
Application of the Uniform System for the Evaluation of Substances 2.0. IVAM,
University of Amsterdam. Available on CML website:
http://www.leidenuniv.nl/interfac/cml/lca2/index.html.
Huppes, G., 1994. A general method for allocation in LCA. in SETAC, 1994.
Allocation in LCA: Proceedings of the SETAC worshop at Leiden 24-25 February
1994. Society of Environmental Toxicology and Chemistry, Brussels, pp.74-90.
ISO, 1997. ISO 14040 Environmental Management - Life cycle analysis -
Principles and framework (voting begins on 13 March 1997)
ISO, 1997. ISO 14041 Environmental management - Life cycle assessment -
Goal and scope definition and inventory analysis
ISO, 1997. ISO 14042 Environmental management - Life cycle assessment - Life
cycle impact assessment
ISO, 1997. ISO/CD 14043 Environmental management - Life cycle assessment -
Life cycle interpretation
Jager D.T., Visser C.J.M., 1994; Uniform System for the evaluation of
substances (USES), version 1.0; RIVM, VROM, WVC. Distribution number
11144/150
Jolliet, 1996; Impact assessment of human and ecotoxicity in Life Cycle
Assessment; SETAC working group on impact assessment in LCA
JOLLIET, O. et P. CRETTAZ 1996. Ökobilanz unterschiedlichen Strategien zur
Kartoffelkrautbeseitigung. 1996. In “Umweltverträgliche Pflanzenproduktion,
Wittenberg (D),12.7.1996.
Jolliet, O., 1994. Impact Assessment of ecotoxicity and human toxicity in Life
Cycle Assessment, including exposure and fate: Critical Surface-time II. Prepared for
the SETAC Working subgroup on toxicity assessment in LCA, Paper 2/94 EPFL-
IATE-HYDRAM, CH-1015 Lausanne.
Jolliet, O., 1994. A.Structure of Impact Assessment for LCA: Impact categorie
and serial/parallel impacts B.Normalization of LCA: an implicit valuation C.The
structure of valuation. Proceedings of the SETAC Impact Assessment Workshop,
Zürich, 8/9.7.1994.
Jolliet, O., 1994. Critical Surface-Time: an evaluation method for life cycle
assessment. in Integrating Impact Assessment into LCA, Proceedings of the 4th
SETAC-Europe Congress, Brussels, Belgium, 11-14 April 1994, SETAC, av. E.
Mounier 83,box 1, 1200 Brussels, pp.133-142.
Jolliet, O., Farago, S., Cotting, K. and Drexler, C., 1994. Life cycle analysis of
biodegradable packing materials: the case of popcorn. Agriculture, Ecosystems and
Environment, Elsevier publisher, 49(3):253-266.
104

JOLLIET, O., 1994. Bilan écologique de procédés thermique, mécanique et


chimique pour le défanage des pommes de terre. Revue suisse Agric. 26 (2):83-90.
Jolliet, 1994; Integrating impact assessment into LCA; Proceedings of the LCA
symposium held at the fourth SETAC-Europe Congress, 11-14 April 1994, the Free
University, Brussels, Belgium
Jolliet, O., 1993. Bilan écologique de la production de tomates en serre. Revue
suisse de Vitic. Arboric. Hortic. Vol.25(4):261-267.
JOLLIET, O., 1993. Life cycle analysis in agriculture: comparison of thermal,
mechanical and chemical processes to destroy potato haulm. Expert Seminar on Life
cycle Assessment of Food products, Technical University of denmark, 22-23
November 1993.
* Jolliet, O., 1992. Vergleich von Bewertungsmethoden für Ökobilanzen. Arbeits-
papier 1/92, FAT, CH-8356 Tänikon.
Jury W.A., Focht D., Farmer W.J., 1987; Evaluation of pesticides groudwater
pollution potential from standard indices of soil-chemicals adsorption and
biodegradation.J.Environ.Qual., Vol 16., n04., p.420-428
Köppen, H., Jolliet, O., Baracchini, P., 1994. Life Cycle Assessment (LCA) of
Glass Wool Processing: Application of different Impact Assessment Methods (II).
SETAC-Europe symposium of case studies, Brussels, Belgium, 1 December 1994.
Köppen, H., 1994. Méthodes d’Evaluation pour les Ecobilans de Produits,
EPFL–HYDRAM / ISOVER S.A. Travail de 3ème cycle en ingénierie et
management de l'environnement.
Lang, B., Lupi, C. Omlin, M., Reinhardt, I., 1994. Wo speist man ökologischer ?
Möglichkeiten und Grenzen von Ökobilanzen im Restaurant-Vergleich, GAIA 3,
N°2, pp.108-115.
Life cycle assessment technical committee; 1995; Expert panel for the evaluation of
the human health component of LCA; ISLI Health and Environment Science Institute
Pedersen, B., 1993. Life cycle assessments on food: State-of-the-art. Interim
report from the danish academy of Technical Science project, I. Krüger AS.
Gladsaxevej 363, DK-2860 Soborg.
Pedersen, B., 1994. Integrating qualitative and quantitative parameters in product
impact assessment. 4th SETAC-Europe Congress, Brussels 11-14 April 1994,
Integration of impact assessment in LCA.
SAGE (Strategic Advisory Group on Environment), 1992. Sustainable industrial
development: a role for international standards. ISO Bulletin, April p.7.
Schaltegger, S. and Sturm, A., 1992. Methodik der ökologischen
Rechnungslegung in Unternehmen. Wirtschaftswissenschaftliches Zentrum der
Universität Basel.
Schaltegger S., Braunschweig A., Büchel K, Dinkel F., Frischnecht R., Maillefer
C., Ménard M., Peter D., Pohl C., Ros M., Sturm A., Waldeck B., Zimmermann P.,
1996; Life Cycle Assessment (LCA)- Quo Vadis; Birkhäuser Verlag
105

SETAC, 1993. Guidelines for Life-Cycle Assessment: a Code of Practice”.


Society of Environmental Toxicology and Chemistry, Fax +32 2 770 53 86, Brussels,
pp.69.
* SETAC, 1994. Allocation in LCA: Proceedings of the SETAC worshop at
Leiden 24-25 February 1994. Society of Environmental Toxicology and Chemistry
Fax +32 2 770 53 86, Brussels, pp.171.
SETAC, 1994. Integrating impact assessment into LCA. Proceedings of the LCA
symposium 4th SETAC-Europe Congress, The Free University Brussels, Belgium.
SETAC, 1995. The Methodology of impact assessment in LCA. Europe Working
group on impact assessment in LCA.
SETAC, 1995; Presentation summaries, 3rd symposium for case studies, Brussel
Teulon, H., 1993. LCA in the food industry: The French experience. Expert
seminar on Life Cycle Analysis of food poducts, Technical University of Denmark,
22-23 November 1993, p.69-79.
Udo de Haes, Huppes, 1994; Positioning of LCA in relation to other
environmental decision support tools; Proceedings of the LCA symposiun held at the
fourth SETAC-Europe Congress, 11-14 April 1994, Brussels
UDO DE HAES, H.A, 1996, editor. Towards a methodology for Life Cycle
Impact Assessment. Report of the Europe working group on Life cycle Impact
Assessment, in xx With written contributions from Bovy, Finnveden, G.,
Frischknecht, R., Giegrich, J., Guinée, J.B., Hauschild, M., Heijungs, R., Hofstetter,
P., Jensen, A.A., Jolliet, O., Lindeijer, E., Müller-Wenk, R., Nichols, Ph., Potting, J.,
Wenzel Christensen, H., White, P.. SETAC, in press
Udo de Haes, H.A., Jolliet, O., Finnveden, G., Hauschild, M., Krewitt, W.,
Müller-Wenk, R., 1999. Best Available Practice Regarding Impact Categories and
Category Indicators in Life Cycle Impact Assessment. Part 1. Int. J. LCA 4 (2) 66-74.
Weber, 1980; An evaluation of nonpoint sources of pesticides pollution in
runoff; in Environmental impact of nonpoint source pollution., J.Davidson Ann Arbor
Science, p.69-105
Weidema B.; 1995; Data quality management for life cycle inventories - an
exemple of using data quality indicators; 2nd SETAC World Congress, Vancouver
1995
Weidema B.; 1996; The relationship between product life cycle assessment
methodology and its application area; TITE International Workshop on Total
Ecobalance, Tokyo
Weidema B. Elements of an impact assessment of wheat production. Paper
presented in WMII of the concerted action agriculture.
Winter, 1992; Pesticide risk assessment; Review of environmental contamination
and toxicity, Vol.127
106

ANNEXE 1

GLOSSAIRE
107

ANNEXE 2

REVISION DE L’ETUDE (PEER REVIEW)


ET FORME DE COMMUNICATION
108

ANNEXE 3

DONNEES D’INVENTAIRES:
SPOLD-BUWAL-ESU
109

ANNEXE 4

METHODE CML
110

ANNEXE 5

METHODE ECO-INDICATOR 95
111

ANNEXE 6

METHODE ECOPOINTS
112

ANNEXE 7

METHOD EPS
113

ANNEXE 8

ETUDES DE CAS

VOIR AUTOMOBILE, TRANSPARENTS


114

ANNEXE 9

CHECKLIST DES POINTS CRITIQUES


D’UNE ACV
115

ANNEXE 10

NOUVELLE STRUCTURE ISO 14042 ET


DEVELOPPEMENT DES FUTURES
METHODES D'ANALYSE DE L'IMPACT

Extrait de "Best available practice regarding impact categories and category


indicators in Life Cycle Impact Assessment: background document for the second
working group on Life Cycle Impact Assessment of SETAC-Europe (WIA-2)" by the
Editorial committee: Helias Udo de Haes, Olivier Jolliet, Göran Finnveden, Michael
Hauschild, Wolfram Krewitt, Ruedi Müller-Wenk

5.3.1 Definitions
A first term to be defined is impact category: a class representing environmental
issues of concern into which LCI results may be assigned (ISO term, see Figure
5.2b). All physical processes and variables starting from extractions, emissions or
other types of interaction between the product system and the environment, which
are connected with a given impact category, are called the environmental mechanism
of that impact category (ISO term). This replaces the term “cause-impact network”
which was used by SETAC-Europe. Within and connected with this environmental
mechanism one can distinguish:
• environmental interventions, such as in particular extractions from or emissions
into the environment and other variables at the boundary of the product system
and the environment, like different types of land use (SETAC-Europe term); note:
the extractions and emissions are called together “elementary flows” by ISO; we
propose to use the broader term “environmental interventions”
• category midpoints, connecting the environmental interventions with the category
endpoints (see below), like the concentration of toxic substances, the deposition
of acidifying substances, the global temperature or the level of the sea (SETAC-
North America term; in SETAC-Europe until now called “intermediate
variables”)
• category endpoints, being the variables which are of direct societal concern, such
as human life span or incidence of illnesses, natural resources, valuable
ecosystems or species, fossil fuels and mineral ores, monuments and landscapes,
man-made materials, etc. (ISO term); the level of the endpoints is also called the
“damage level” (SETAC-Europe term)
116

• areas of protection, being classes of endpoints which have some well


recognisable value for society (SETAC-Europe term; also called “safeguard
subjects”); we distinguish four areas of protection: human health, natural
resources, natural environment and man-made environment (the first three
distinguished by ISO, the last added here).

Within the total of the environmental mechanism a category indicator is


identified, a quantifiable representation of an impact category (ISO term), being the
object of characterisation modelling. Aggregation of environmental interventions
within an impact category takes place in the units of the category indicator. The
category indicator can be defined at any level of the environmental mechanism.. The
factors with which the environmental interventions are to be multiplied for this
aggregation are called characterisation factors (ISO term) (sometimes called
“equivalency factors”). The links between the environmental interventions and the
category indicator are modelled as much as possible in a scientifically valid and
quantitative way; the links between the category indicator and the category endpoints
have to be identified either in quantitative or qualitative terms. These links are
described with the term environmental relevance of the category indicator (ISO
term).

5.3.2 Criteria for the definition of impact categories and category indicators
In the ISO draft international standard a number of requirements are defined for
characterisation modelling for “comparative assertions disclosed to the public”, i.e.
for public comparative applications of LCA. Furthermore a number of requirements
have been identified by the first SETAC-Europe working group (Udo de Haes, ed.,
1996). Taking the input from these two sources together and adding also some new
aspects, in Table 1 a list is given of relevant starting points for the definition of
impact categories and category indicators and for the corresponding equivalency
factor:
General criteria:
1. a framework shall be developed which is open to further scientific progress and
further detailing of information (new)
Criteria for the total of categories:
2. the categories shall together enable an encompassing assessment of relevant
impacts, which are known today (completeness) (ISO/SETAC-Europe/new)
3. the categories should have the least overlap as possible (independence) (SETAC-
Europe)
4. the total of the impact categories should amount to a not too high number
(practicality) (SETAC-Europe)
Criteria for separate impact categories:
5. the category indicator can be chosen anywhere in the environmental mechanism
of an impact category, from environmental interventions to category endpoints
(ISO)
117

6. the category indicator should (shall for comparative assertions) be modelled in a


scientifically and technically valid way in relation to the environmental
interventions, i.e., using a distinct identifiable environmental mechanism and/or
reproducible empirical observation (ISO)
7. the category indicator shall be environmentally relevant, i.e., it shall have suffi-
ciently clear links to the category endpoints (ISO)
8. it must be possible that characterisation factors are multiplied with mass or other
units indicating the magnitude of the environmental interventions (new).
118

ANNEXE 11

PRINCIPALES DONNEES DE
CONSOMMATIONS ENERGETIQUES
PRIMAIRES ET
D'EMISSIONS DE CO2 ET DE NOX
119

Matières premières
Pour évaluer l’impact d’une utilisation de matière première, l’idée suggérée par
Weidema (1996) et de calculer l’énergie nécessaire pour ramener la matière première
à sa qualité initiale (même concentration que dans le minerai) après utilisation.
La figure 5.3 permet d’expliquer le principe en regardant le cycle du cuivre:
déchet en cuivre ait une concentration en Cu inférieure à celle dans la mine, c’est-à-
dire :
1 : Sort du cuivre contenu dans une mine
1∅2 : On extrait le cuivre de la mine et on le purifie pour en faire un produit
vendable. Lors de cette opération, de l’énergie est consommée
2 : Cuivre après traitement
2∅3 : Le produit cuivre est consommé, ce qui diminue sa qualité.
3 : Cuivre après consommation
Le déchet en cuivre a une concentration de Cu inférieure à celle dans la mine
3∅4 : De l’énergie est donc nécessaire pour ramener le déchet à la
concentration initiale (=concentration dans la mine);

Qualité du Cu
2. Après traitement

4. Retour à la
1. Mine concentration
initiale
3. Après
consommation

Energie consommée
Ei

Fig.5.3 cycle de vie du Cuivre et énergie utilisée


On a alors : Si = 0,72 [m2-an/MJ] · Ei [MJ/kg]· Mi [kg], où
Mi : Consommation de ressource i [kg]
Ei : Energie nécessaire pour ramener la concentration à son niveau initial (MJ /
kg)
Le principe de cette approche est donc que les minerais utilisés se retrouvent à la
fin de leur cycle d’utilisation dans des décharges d’où ils peuvent être extraits. On
ferme ainsi le cycle de matière et les minerais ne “disparaissent” pas.
120

Energie
Prenons comme exemple d’agent énergétique le mazout. Une fois consommé, le
mazout ne peut pas être reconcentré (contrairement à un minerai). Pour fermer le
cycle de nature, Weidema [Weidema, 1996] suggère de remplacer le mazout
consommé par de la biomasse (forêt). Le principe est, qu’un jour ou l’autre, les
surfaces de production vont devoir être utilisées pour produire l’énergie alternative à
l’énergie fossile.
121

La conversion se fait alors en considérant une forêt à croissance annuelle de


5000 [kg/an-ha], un pouvoir calorifique de 18,5 [MJ/kg] et une efficacité de 50 %.
Alors :
kg MJ MJ
5000 . 18,5 . 0.5 = 4,6 2
an − ha kg m − an
1 m2 . land. an m2 .an
==> ≅ 0,2 = 0, 72
MJ MJ MJ
4,6
m 2 − an

 m 2an 
De ce fait : Si = 0,72   . Mi [MJ], où Mi : Consommation d’énergie
 MJ 
[MJ]