P. 1
Couyat_Montet_Les_inscriptions_hiéroglyphiques_et_hiératiques_du_Ouâdi_Hammâmât_1913

Couyat_Montet_Les_inscriptions_hiéroglyphiques_et_hiératiques_du_Ouâdi_Hammâmât_1913

|Views: 333|Likes:
Publié parAmr Nour

More info:

Published by: Amr Nour on Sep 17, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/15/2014

pdf

text

original

MÉMOIRES PUBLIÉS A\WK /-?. \--\ ' M " ./.A iAPAR fc) .

7 LES »

MEMBRES

''

L'INSTITUT

FRANÇAIS DU

D'ARCHÉOLOGIE

ORIENTALE

CAIRE

TOME TRENTE-QUATRIÈME

MINISTÈRE

DE L'INSTRUCTION

PUBLIQUE

ET DES

BEAUX-ARTS

MÉMOIRES PUBLIÉS PAR LES MEMBRES DE

L'INSTITUT

FRANÇAIS

D'ARCHÉOLOGIE

ORIENTALE

DU SOUS LA

CAIRE DE

DIRECTION

M.

É.

CHASSINAT

TOME TRENTE-QUATRIEME

LE IMPRIMERIE DE

CAIRE L'INSTITUT

FRANÇAIS

D'ARCHÉOLOGIE

ORIENTALE

1912 Tous droits de reproductionréservés

LES

INSCRIPTIONS

;

Bi^OGLYPHIQtiES'ET

HIÉRATIQUES

: (i II y

;

OT

OBl'W

1AMMÂ1ÂT

MM.

J.

COUYAT

ET

P.

MOHTET

^v:

AVANT-PROPOS.

Les de tions Prisse

egyptologties d'Avenues, ouâdi

connaissent de Hammâmât, d'un par notre français Ci est Lepsins la ensemble

par et de vallée de

les M. de

publications Golénisçheff Rohanou

de les des rapporté persuada de

Burton, inscripanciens de cette M. ces textes que Couyat, recueil mes je le

du

Égyptiens. vallée, Directeur serait me dans les bien rendis le en

L'examen 1910,

documents M. Couyat,

collègue, qu'une pour

de l'Institut accueillie. au mois ouâdi de mars déjà

nouvelle préparer en

édition cette

réédition de le M.

Hammâmât, 1911. publiées On dont Couyat. graffiti que

compagnie dans

trouvera j'ai amélioré On

présent d'après

inscriptions et les

le texte aussi

copies

photographies et de sur que qui du nombreux des j'ai dû

y trouvera un et les

plusieurs nombre avaient

inscriptions étaient recouverts M. les notre gravés et

inédits; le sable

certain pierres

rochers déblayer. un

Couyat,

prépare

travail a bien

d'ensemble voulu se de volume.

sur

les

routes pendant tous donc texte. M. Chas-

et

carrières mission

désert

arabique, au les ouâdi planches

charger recueillir C'est mon

commune qui forment toute permis confié

Hammâmât de qui ici mission ce

les à lui

documents que nous Qu'il sinat,

devons me soit m'a

l'illustration de remercier

accompagne mon de directeur, copier

qui

l'agréable

sur

place

les

VIII textes du Hammâmât Dévaud m'ont apporté Je les et ont de les éditer. avec M. moi V. Loret et mon ancien diffi-

condisciple ciles des et

étudié leur prie

nombre pour

d'endroits la de

précieux d'accepter /$^

concours l'expression

correction toute ma

épreuves.

reconnaissance.

PIERRE

MONTET.

LES

INSCRIPTIONS

HIÉROGLYPHIQUES -

ET

HIÈRATÏQIJIS

DU

OUADI

EAMMA1AT,

,'

PREMIÈRE

PARTIE.

REMARQUES

SUR

LE : CLASSEMENT ET SUR

L'IMPORTANCE DES

ARCHÉOLOGIQUE INSCRIPTIONS.

Les inscriptions hiéroglyphiques, sont très diverses de Hammâmât derniers des rois temps

et hiératiques d'âge, tandis

perses au visiteur dans

de la Ve dynastie Xerxès et Artaxerxès

puisque que les plus récentes et des deux Neetanébo.

qui sont gravées les plus anciennes sont

dans

la vallée aux

remontent

contemporaines Elles se présentent

Il ne faudrait le plus grand désordre. que les pas s'imaginer en un même point de la vallée et de l'Ancien sont groupées Empire inscriptions chronoloont été gravées à la suite par ordre plus récentes que les inscriptions les époques voisinent fraternellement. Partout les inscriptions de toutes gique. Sur un rocher de dimensions assez modestes on trouve, entre des VIe dynastie des graffiti et des inscriptions de la XIIe, une inscription du temps les plus saïtes et les cartouches d'Àrtaxerxès. Or, si les inscriptions celles qui sont les procès-verbaux officiels des expéditions, sont les inscriptions date. Néanmoins de graffiti. caracqui n'ont aucun il n'est pas impossible il y est fait mention Souvent i de la graffiti de RamsèsII,

importantes, dans le cas général datées avec précision, tère officiel, le plus souvent, sont sans de mettre de l'ordre dans cette masse t Mémoires, . XXXIV.

2 de personnages au Hammâmât. permettent l'épigraphie encore faire rédigées semblent de dont Dans leur

J. COUYAT ET P. MONTET. on sait d'autres assigner à quelle ils sont venus époque par ailleurs précise cas les particularités et d'orthographe d'épigraphie une date approximative. Lorsque l'onomastique, ne fournissent considérations. aucune indication valable Les inscriptions ne sont du Moyen Empire inscriptions on peut pas toutes

ou l'orthographe intervenir d'autres un

Les ne resplan uniforme. ni à celles des temps plus anciens, ni à celles de l'époque mais les saïte, de chaque se ressemblent entre elles. Ces ressemblances et inscriptions époque ces différences sont encore un moyen de ranger à leur place celles des inscriptions C'est donc à ce classement qu'il était le plus difficile de dater. général que sera consacrée la première de cette étude. partie La seconde traitera de questions Les inscriptions du Hamarchéologiques. mâmât ne fournissent des noms et des dates, mais aussi des pas seulement détails démontrer sur le but, que l'organisation, les Egyptiens furent les incidents dans des cette voyages. région 11 sera du désert, facile de attirés à toutes

suivant

les époques, par les mêmes motifs. Il est donc parfaitement légitime tous les renseignements donnés et d'emprunter par les inscriptions les éléments qui ne sont nullement contemporaines qui permettent tuer l'aspect d'une caravane égyptienne allant de Coptos à la vallée

de coordonner à des sources

de reconstide Rohanou.

I § 1. — LES INSCRIPTIONS Six rois de l'Ancien DE L'ANCIEN EMPIRE.

sont mentionnés dans les inscriptions du ouâdi Empire Assi et Ounas de la Ve dynastie, de Hammâmât, Ati, Imhotep, PépiIer et Merenrê la VIe. Aux inscriptions de ces rois s'ajoutent de qui sont datées par les cartouches attribuer à l'Ancien avec une entière graffiti qu'on peut encore Empire certitude et même, en précisant au règne de l'un des rois précédents. davantage, Il faut pour cela établir combien il y eut d'expéditions sous l'Ancien Empire. La présence d'un cartouche du Hammâmât ne signifie royal sur les rochers les cas pas dans'tous vallée. Les souverains que les contemporains de l'Ancien Empire en pays étranger. troupes on déclarait de ce roi marquaient Tantôt on que vinrent de gravait le roi dans deux la célèbre manières le nombreux

de leurs passage noms du roi(1). Tantôt

les noms avait

expressément

et préune envoyé

(1' K. SETHE,Urkunden, I, 7, 8, 3a, 53, 55, 69, 91.

LES INSCRIPTIONS expédition. On prit Fhahitu.de

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. toutes les inscriptions destinées * :

3

de faire commencer

: 4= de ce genre par la formule ___m à rappeler des événements Parmi les rois dont le nom se trouve au Hammâmât, PépiIe* et Mefenrê ont suivi et Pépi Pr lui-même la première Ati, Lnhotep manière{2), de véritahles Ils ont fait graver qui renseignaient procès-verbaux les effectifs (3,i nommaient les chefs > indiquaient de l'expédition, d'Assi les protocoles On ne trouve pas au Hammâmât complets des texte ne nous apprend aucun que ces rois y envoyèrent On y trouve simplement les noms dé deux personnages appelés

.[ h

ont adopté la seconde. sur la date

et d'Ounas; expéditions. lé premier

dés anciennes ^e second (JËMIJT dyrs *&'" Les Égyptiens O^rQ"*^' le nom d'un roi, en le faisant suivre de quelque volontiers nasties se donnaient le nom du roi qui était leur contemLe plus souvent ils empruntaient épithète. f 0^M: J' V \ T dkig^a qui eut l'expédition porain : c'est ainsi qu'un nommé on pouvait aussi utiliser le nom d'un roi défunt. lieu sous Pépi Ier M. Cependant le nom d'un A l'époque d'Assi vivait un certain qui portait Ji (Pî^1^ On voit que rien n'oblige à considérer siècles^. mort depuis plusieurs pharaon Assi-âa et Ounas-ânkh Le premier une sorte les contemporains de ces personnages n'est évidemment comme . Il est nommé avec d'Assi et d'Ounas. pas de l'époque les autres d'Assi. C'était de cette

d'archiviste, dans

titulaires

la date, une inscription datée de l'an 18 de Pépi Ier et qui contient le nom des chefs et une liste de gens pourvus de titres divers. Lepsius avait fait des dernières où se trouve le nom d'Assi-âa une inscriplignes de l'inscription tion indépendante(6). Il n'y a en réalité qu'un seul texte et tous ceux qui y sont fonction nommés, Assi-âa comme les autres, sont des contemporains dans de Pépi Ier. inscripffi^-^ vint Le second tion J^ es[ nonim^ (j£M£j^ 0 !^ pas autre chose que ce nom précédé moins facile de savoir à quel ,me petite 41 î

personnage

qui ne contient fi (7)' ^ est ^one

des titres

moment

ce personnage

(1) K. SETHE, rkunden, I, 55, 56, U 92, g5. < Hammâmât, 3a, 60, 62, 63. 2' <3>Hammâmât, io3, 107, 169, 206. î4> Hammâmât, 61, 107. ' 5) K. SETHE,Urkunden, I, 58. (6) Le début de l'inscription est publié dans LEPSIUS, Denkmider,II, 115 g, et la fin dans Dcnkmàler, II, n5 /, cf. le n° 107. (7) Hammâmât, 187.

k au Hammâmât. celles Il faut

J. COUYAT ET P. MONTET. d'abord chercher d'Ati, dater dans les inscriptions de l'Ancien Empire de Pépi Ier et Merenrê. Nous d'Imhotep,

qui appartiennent pourrons plus aisément

aux règnes après cela

les autres.

La première de l'Ancien Empire en venant de Keft inscription qu'on rencontre est du temps de Pépi Ier (n° 3 2 ). Elle contient les noms du roi. Une autre inscription de la même époque a été gravée tout à côté, sur le même rocher (n° 3d). Elle mentionne en effet parmi plusieurs tous des noms très individus qui portent communs savons Les sous l'Ancien par ailleurs qu'il Empire, fit partie 33, un nommé f ©\ \ \ X IlsA dont nous

six petites

On peut négliger le n° 33 qui est mutilé. précédentes. 35 se traduit ainsi : «Expédition ami L'inscription qu'a faite le chancelier royal, du dieu, commandant des chancelier des soldats, commandant unique, (?)', contemporaines chef le pays désertique, maître dans les pays désertiques, ~ 1 ° Les premiers mots _m tions de l'Ancien Empire. au Hammâmât Parmi de tout ...... Teti». celui Plusieurs sont la terreur de son qui impose raisons permettent de la dater : débutent les inscrip-

inscriptions des deux

de l'expédition envoyée en l'an 18 par Pépi Ier w. le bas du rocher sont toutes 35-39 qui couvrent

ceux par lesquels

a laissées sieurs

personnages

inscriptions que le Moyen Empire de la même façon. 20 Pluune seule (n° 12 3 ) commence les titres venus au Hammâmât vers la même époque portent

les nombreuses

plique nom dition

à plusieurs propre de l'an

aventuriers | a été porté

de la VIe dynastie, par trois

Harkhouf, qui

Pépi-Nakht(3). firent partie

k° Le de l'expétels

personnages 36-3g

18 w. Quant

aux inscriptions

qui contiennent

des noms

et des titres tels que w que ^£ ^^ Vn^' J—.$H'. Jf^, on ne peut les dater Trois inscriptions sur sept sont que de l'Ancien Empire. clone contemporaines de Pépi Ier; les quatre sous l'Ancien autres ont été gravées il est donc extrêmement à la même Empire; probable que toutes ont été gravées Hammâmât, JO3, 1. h. Hammâmât, 169. SETHE,Urkunden, I, 12A, i32, iln. Ce sont le-]^)^^6/i), le ^^^^^(77,107),le^^|0^^(io3 et 107). (5' Plusieurs personnages mentionnés au Hammâmât s'appellent I —». -—- â) \. Le j$) i I ou I nom propre ^ I "^ est à comparer avec j^ I ou j^ 1 qui sont des noms de la VI0 dynastie. Les titres *—s| "|"^\ V"7T se retrouvent dans les inscriptions de Pépi Ier au ouâdi Magliara (SETHE, Urkunden, I, 92) et au Hammâmât même (1 57, i5g, i65). W (2) ,3) W

LES INSCRIPTIONS pour les noms leurs propres les assistants gravèrent et à côté. au-dessous purent, occasion. On réserva On franchit plusieurs mètres avant

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. royaux noms la meilleure ainsi place du rocher; comme que leurs titres, monuments

5 puis ils le

de trouver

d'autres

de l'Ancien

Il n'y a ni dans du foi Merenrê (n° 60) se présente isolément. Empire. L'inscription son voisinage ni dans les autres parties de la vallée aucun graffito qu'on puisse raison dater de ce roi. avec quelque la 61-6 k qui dominent Un troisième groupe est constitué par les inscriptions celui qui commanda hauteur. La première fait connaître route d'une grande l'expédition de l'an 18, (°M Cl"f^"f"La petite inscription de ses voisines. de huit Dans 6'4, les deux \Jf\) autres est représenté

le roi Pépi en personne. chances d'être contemporaine On arrive hientôt auprès

___. I> à les plus grandes

les unes inscriptions qui, sans être éloignées des autres, sont néanmoins séparées par les monuments qu'ont laissés les voyaCe sont, sur le même rocher, les graffiti 69, 74, 76, 77, geurs moins anciens. 101 et io3, à gauche et un peu plus 85, sur un rocher voisin les inscriptions bas l'inscription ainsi que io3, est datée dé l'an 18 de 107. Cette dernière, Toutes dans les autres l'inscription 101, un ont été gravées 107 en même temps : parmi se trouvent A 1k en effet le jk ^ <=» U connu aussi ^^ 77, | : le | ^)I ' les personnages t • 0© m ^ par 85, 3,

Pépi.

nommés mentionné le V -.

dans

certain

T*»—-,iM^ inscription Ier portent

mentionné

dans

8 V

mentionné

dans 76. Aucune envoyés de Pépi

datée ne mentionne les mêmes titres

*»«* I (n° 74),

mais les autres

De même, « ^

en dehors

de l'inscription un ^e

> V<==**'^t" flf \fLipjY d'un nommé 69 il n'est fait aucune mention porteur " f V '¥'• comme lui du titre rare

m. & J^' mas, Ainsi est nommé les

ma*s

ses couè8'ues'

dans

61 à la suite

de f ©^^

des inscriptions graffiti du temps de Pépi Ier sont groupés autour officielles de ce roi. Pendant la date du voyage qu'on les gravait, afin de rappeler et le nom des chefs principaux, les gens de moindre à importance s'occupaient inscrire le voisinage leurs noms et leurs titres. Ceux-là mêmes qui étaient nommés dans la grande ne s'en contentaient inscription pas et recommençaient tout à côté. n'a pas été seulement Or, ce mode de groupement en usage auprès des contemporains de Pépi 1er. Quand on a dépassé le dernier de leurs monuments (n° 107), dans

6

J. COUYAT ET P. MONTET.

les inscriptions de l'Ancien facile de distinguer des Empire qu'il est toujours tant par les caractères ne se renconautres, épigraphiques que par le contenu, trent plus qu'en trois endroits : près du graffito d'Ounas-ânkh autour de (157), de 206 laissée par l'inscription 169 datée de Fan 2 d'Ati et dans le voisinage les envoyés du roi Imhotep. Par conséquent, il faut considérer comme les con-

les v- '-M' "\A 11111Éll WWéMme. (168), / ' commandants préposés aussi chef à la des soldats 8? 4 oit —»—^^ 172, JK'M^ (182) 173 et (17°) et |O|*M^ 179. furent et tous qui Ceux e*rN^ (I85) qui M^ C1?1)' ^es

lingerie des

et probablement vinrent p\l avec J V nommés Djati, ^^ dans

les auteurs de l'expédition

graffiti

organisée

sous Imhotep, (49^) 207-209 fait encore peu et graffiti et et f deux un

le =L -^^ les personnages

le j^\) (188), '} kwtÊm/ ji*j^ les graffiti 196-198, 200-202, inscription. Une dernière deux et se rochers compose T n série qu'on à la M^ de textes découvre fois de

font

cercle

autour

de la grande

Elle partie de l'Ancien Empire. avant vers l'inscription d'arriver d'inscriptions. Les pourvus Il faut du graffiti des joindre titre HT

occupe d'Ati

mentionnent mêmes titres le

G^M'P' que lui,

(1^7) (1^9) O^' 2)

personnages (155). porteurs au nombre

tf\-e-\k*M^ .. \sâfrL

jW l*j^ individus

à ceux-ci Jl-=>

"W'il9T (i5i, méros i63,

et les

1^17, qui furent transportées traduire l'inscription quatrième surveillant mois

Les inscriptions, 166-167). 1&9, 1 5o et 1Ô2. Dans trois pour le compte 1^7 et 162

de quatre, portent de ces inscriptions, il s'agit des pierres d'un certain Taoutaker. Je me bornerai à n'en diffèrent

Mh"^J^ les nu-

1^9; de la saison

divin, prophète de la pierre faire descendre ami unique, chef des prophètes lecteur, J'ai fait descendre pour lui deux pierres gueur et huit coudées trois autres et même en largeur de toutes celles

: ffLe que par des détails d'été, le 3(l), venue du chancelier royal, ami unique, des secrets du Dieu, chancelier, Adi, pour supérieur à celui qui est aimé de Dieu, au prince héréditaire, divins de Min, chef du sud, Taoutaker. en lonqui avaient ». L'inscription 15o qu'on trouve dans ce désert chacune dix coudées

qui diffère au Hammâmât et désirerez

des complètement consiste en une descendre vers de cruches le

: crO vivants, qui viendrez prière Sud chargés de vos produits pour vos maîtres,

dites cemilliers

de pains,

(1) L'inscription îk-] porte la même date, mais l'inscription la saison d'été, jour 2.

152 est datée du troisième mois de

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

7

milliers de toutes les d'étoffes et de vêtements, de bière, de boeufs, de volailles, maître scribe (?), Chebonnes choses au chancelier lecteur, royal, ami unique, de la précédente, au-dessous maï»! de Chemaï qui est placée L'inscription comme comme si elle lui faisait suite, lui est tout à fait semblable par l'écriture, ont été gravés très aux deux textes voisins 1^7 et 102. Les signes d'ailleurs légèrement graveurs phiques. Taoutaker en Egypte au moyen d'instruments ont mélangé constamment encore remarquer Il faut ont les mêmes le verbe FL]\Î^ comme titrés primitifs, les formes que et que tous par des mains malhabiles. Les aux formes hiéroglyhiératiques de Chemaï et les deux fonctionnaires emploient pour désigner donc le retour les

OU son factitif

Om jL

* On doit

considérer

quatre inscriptions Il reste à démontrer

M. Golénischeffi Empire. qui à 151 les deux dernières mélangea par mégarde publia trois de ces inscriptions(1), le cartouche d'Âmenemhat Ier. d'Antef (199) qui contenaient lignes de l'inscription En supprimant les deux lignes parasites aussi le motif qui fît attrion supprime buer au Moyen Empire qu'on peut les deux faire inscriptions' d'Adi(2). J'avouerai de ces inscriptions I d'abord que au les remarques pas de nous de m I sur l'orthographe date précise. ne permettent lieu

contemporaines. qu'elles datent de l'Ancien

fixer sur leur

L'orthographe

«largeur»

mais plus tard elle ne cesse dynasties^, dans les manuscrits B 1 et pas d'être usitée; c'est elle qu'on emploie constamment B 2 du conte du paysan. D'autre de la première du part le pronom personne s'écrit régulièrement II jusqu'à la fin de la XIIe dynastiew. singulier Les noms fournissent des indications plus précises. Deux des quatre personnasous l'Ancien Empire, l^*»- j?) I ges mentionnés portent des noms très communs et Plusieurs des Égyptiens la qui vinrent au Hammâmât pendant ^^y ^y. VIe dynastie s'appelaient • I * Adi ou bien Adou. Au contraire est un 3C* \ nom rare. du moins Il ne se trouve un nom pas dans l'index 3^,%-J. Au Moyen très riche Le de Miss Murray( 5) qui renferme personnage Égyptiens porte un

est habituelle

aux anciennes

analogue

quatrième quelques

double

nom

J ^£^1^^-

Empire

portaient

(!) GOLÉNISCHEFF, Résultats épigraphiques d'une excursion au ouadij Hammamat (en russe), pi. 2, U; 1 et 3. pi. 3, t2) Par M. Maspero et M. Breasted. Voir la bibliographie de 1&9 et 1 5i. (3) K. SETOE, rkunden, I, /1, 108. U I4) ER.MAN, Grammalik, 3mc édit., S i4i. Aeg. (5' Index of names and titles llw old of Kingdom, London, 1908.

8 encore coutume deux noms dont

J. COUYAT ET P. MONTET. le second était qualifie *"*** ïll), mais qu'elle ils suivaient était très une répan-

très rare tandis qui de leur temps était devenue due pendant. l'Ancien Empire. On ne trouve pas dans ces quatre textes les formules tions

habituelles

de la VIe dynastie; néanmoins les uns et les autres possèdent : les faits sont exposés avec brièveté communs et sécheresse ; les titres sont énumérés avec complaisance. Au contraire ils diffèrent extrêmement des inscriptions qui ont été gravées au Hammâmât le Moyen Empire. Celles-ci pendant sont au point qu'en traversant la vallée, on les reconnaît, au d'aspect, la date. Les titres des personnages ne premier coup d'oeil, avant d'avoir déchiffré sont pas oubliés, mais ils sont suivis par d'abondantes formules laudatives. Le récit est souvent fort étendu. Il serait ainsi étrange que les inscriptions que nous pareilles cherchons à dater des Mentouhotep, en les reculant objection de celles contemporaines des Amenemhat ou des Sanousrit, fussent qu'ont laissées les serviteurs mais on ne s'expose à aucune remontent aussi à l'Ancien

des inscripdes caractères

l'Ancien jusqu'à Empire. S'il en est ainsi, et puisque les graffiti du voisinage nous sommes amenés à penser qu'inscriptions Empire, Comme sous la VIe dynastie, les textes contemporains. trouvent dans le voisinage gens les uns des autres. ont eu l'habitude Pendant d'écrire les petites Empire tions plus étendues faire

et graffiti sont exactement qui sont du même temps se toute nom la durée autour de l'Ancien des inscripet assez près pour

leur

le cartouche d'Ounas ainsi une grande qui contient acquiert car il permet de dater toute la série. Il est parfaitement importance, possible ait vécu plusieurs années et même bien longtemps qu'Ounas-ânkh après le roi 0un-as. comme les Egyptiens le nom d'un roi emToutefois, qui se donnaient pruntaient neuf fois sur dix le nom de leur roi, dont fit partie Ounas-ânkh que l'expédition Ve dynastie. Les inscriptions sont donc les plus d'Adi, de Meri et de Chemaï anciennes de toutes celles qui sont gravées au Hammâmât. C'est pour cette raison sans doute qu'elles ne ressemblent Si les envoyés pas à celles de la VIe dynastie. de Taoutaker rément avaient trouvé formules. moins les adopté Hammâmât ou du il y a neuf chances sur dix pour ait eu lieu sous le dernier roi de la

comprendre Celui des graffiti

les renseignements qui donnaient quels avaient été leurs chefs.

essentiels

des inscriptions ils en auraient assudéjà rédigées, Ceux qui vinrent les premiers clans la vallée de qui ont eu les premiers l'idée d'y laisser une trace

(1' La stèle du Caire 207-48 mentionne un certain^Grab- und Dcnksteinedes M. R., II, p. &06.

11 I ¥ |~*î"^-^^H

und (LANGE SCHÂFER,

LES INSCRIPTIONS durable de leur passage étaient bien

DU OUÂDI HAMMAMAT.

9

la bienvenue à ceux désignés pour souhaiter dans le pays du sud. un bon retour après eux et désireraient qui viendraient dans le pays du sud, Chemaï un bon rétour En souhaitant aux voyageurs le sud de l'Egypte. lui-même habitait nous apprend Taoutaker* que son maître, Ta©uti, dont le nom soit a peu près sëmluahlej Le seul de ses contemporains de Goptos d'où Cet endroit n'est pas très éloigné à Kasr-eLSayad(lj, est enterré On peut admettre de Rohaîiou. les caravanes que les pour la vallée partaient 4 dans ont été particulièrement noms tels que 3^, V-l> 3C«\~I répandus les à exploiter ainsi les premiers la région de Goptos. Les gens de Goptos furent le succès connurent de la VIe dynastie lés pharaons du désert. richesses Quand ils sonils étaient amis des expéditions comme lointaines, de leurs tentatives, gèrent à les imiter(2).

§ ?:..— LES INSCRIPTIONS du Moyen Empire Les inscriptions ont été gravés Les textes importants

DU MOYEN EMPIRE.

aux dynasties XIe, XIIe et XIVe. appartiennent Neb-taoui-rê sous deux des Mentou-hotep, sous Amenemhat III. Ier, II et III, et sous Amenemhat etSankh-ka-rê, Ier, Sanousrit Ier de la XIVe dynastie se sont fait En outre, Mentouhotep Ier et le roi Sebekemsaf représenter précédente, gravées par importance. accompagnés monuments divers &x£^ points en train les d'adorer Min, du le dieu du désert. Gomme ceux de l'époque se composent des inscriptions Moyen Empire laissés des gens de moindre ordre des chefs et des graffiti qu'ont de ces graffiti sont datés(3). D'autres Quelques-uns qui ne sont pas d'un cartouche contiennent des noms qui se retrouvent sur des d'Amenemhat III, MO-"^* lire (a"39-) et |P au Moyen ouguère possible (2 55). Empire rsifcide dater avec En : monuments

datés

de la vallée z±\™> J5

on peut -%^&>

des noms ^\-&> qu'il n'est

répandus

i'l*J^' cTl plus de précision.

(*ans ^es graffiti

W Voir PRISSED'AVENNES, Monuments égyptiens, pi. 3, et LEPSIUS,Denkmâler, II, 11 4, c-i. t2) Je dois faire observer que plusieurs monuments du temps de Mycerinus sont en schiste gréseux et que la pierre du Hammâmât est le schiste gréseux. Cependant, comme il a d'autres y gisements de cette roche dans le désert Arabique, on ne saurait conclure les carrières du Hammâmât que étaient déjà exploitées. l3> Hammâmât, ùo., 55,. 8i, 96, io5, 117. <">Ibid., 116, 118, 12/i, 225, 226, 227, 253. t Mémoires,. XXXIV.

10

J. COUYAT ET P. MONTET.

maintenant de signaler les principales J'essayerai particularités qui sont communes à ces inscriptions. Elles portent sur le contenu, sur la disposition extérieure et l'épi graphie. des textes, enfin sur la langue Il y a toujours au début de l'inscription dés indications sur la date et sur le En général on mentionne le mois et le jour; l'année, règne. contenté l'année(1). Le protocole du roi est tantôt d'indiquer réduit aux deux noms ^h Une partie essentiels plus ou moins ensuite remplie par les formules laudativ.es. destinées à mettre on s'est parfois tantôt

complet,

d'ingénieuses du rédacteur. mules

comparaisons l'intelligence, On sait comme le Moyen

l'habileté, l'énergie enrichit la Collection Empire

est importante en relief au moyen ou le dévouement de ces for-

au Hammâmât, nous en avons d'abonqui partirent dants témoignages, ne furent ni moins pointus de tête, ni moins fermes de jambes restés en Egypte. que leurs compatriotes du récit varie d'une S'il est quelquefois à l'autre. L'importance inscription il en général la moitié du texte et quelquefois ligne *>% occupe Les détails intéressants et commentés seront plus. pour l'archéologie groupés montrer en ce moment ne s'est pas borné plus loin. Je voudrais que le rédacteur à une banale mention des faits ; il a voulu les présenter d'une manière vraiment littéraire. outres prendre et Les gens qui avaient traversé une le désert, creusé quelques oignons, et dans leurs pour des héros, des contes populaires. ils avaient emporté pour y vivre des n'étaient de se pas éloignés ils sont un peu semblables aux le KNaufragé vu la terre hommes » étaient et étaient réduit à une seule

(3). Les fonctionnaires

citerne,

personnages «de l'élite plus Amenemhat «de l'élite vallée les

inscriptions Les marins dont vu le ciel, les pas

de l'Egypte, braves que des lions»(5); emmenait de la terre avec

parle ils avaient trois mille

de même, lui n'étaient ils avaient

des fait

entière»16';

gens quelconques; du désert un pays

que le vizir ils étaient cultivé, de la

un fleuve. des

Gomme

dieux

divinités

rapports du désert, à Min

les personnages ces explorateurs ont avec imaginaires, : clans les cas difficiles ils s'adressaient aux quotidiens en particulier qui savait remettre dans le bon chemin

11 Hummâmât, 17, i 9, 199. ' (2' Le protocole du roi est complet dans les inscriptions de la XIe dynastie et est généralement réduit dans celles de la XIIe. (3) Voir en particulier les stèles du Caire ao538 et 2o53g, l'une des grandes inscriptions de Siout (éd. GRIFFITH,I, 1. 210-2Z18) le roman de Sinouhit, B., hU-^h et le conte du Paysan. (4) Hammâmât, 17, 43. ,s) Naufragé, 28-30. (6) Hammâmât, a3,1. 11.

LES INSCRIPTIONS les caravanes

DU OUÂDI HAMMAMAT.

11

une citerne favorablement placée(2), accorder indiquer égarées(1), et s'ils ils se comptaient un bon retour(3). Quand le but du voyage était atteint, que pas même un âne ne manquait s'apercevaient que tout le monde était présent, de Montou{5). Il est en l'honneur ils poussaient des acclamations à l'appelw, le début bien connu de de ces divers épisodes de ne pas rapprocher impossible on a pris le maillet l'histoire du Naufragé : « Voici, nous avons atteint la résidence, Dieu ; tout et enfoncé le pieu; le câble a été posé sur le sol. On prie et on remercie le monde produisit s'embrasse. parmi nos n'avaient inscriptions qui vint avec tant d'à propos Neb-taoui-rê est de la même Notre troupe est revenue en bonne santé. Aucune perte ne se si les n'eût pas été complète soldats »(6). La ressemblance La gazelle eu à enregistrer merveilleux. quelque événement

la pierre que cherchaient les envoyés de désigner aux bergers et que race que les boeufs qui parlent d'îles mystérieuses. En glanant parmi les inscriptions on se les monstres gardiens aisément tout ce qui est nécessaire Un récit de voyage pour confectionner procure à ceux qui nous sont parvenus sur papyrus'7). pas en intérêt Dans la plupart des cas on terminait en désignant les fonctionnaires les plus les catégories d'ouvriers Les importants, qui avaient pris part à l'expédition. avaient aisément de distinguer graveurs adopté une disposition qui permettait qui les principales de l'inscription. La date occupe une ou plusieurs parties lignes horizontales tandis que le reste de l'inscription, parfois en caractères plus petits, est disposé suivant des colonnes verticales. Si l'inscription dite devait proprement être gravée horizontalement, on adoptait alors des lignes verticales pour la date et les noms royaux. La quatrième des partie était de même facile à distinguer autres. début; cette On revenait parfois un partie n'était elle aux lignes horizontales qui était laissé, de manière petit intervalle en somme qu'un appendice(8). pour avaient à bien servi pour le montrer que seulecertes ne le céderait

se que la ressemblance ment dans la disposition matérielle, de retrouver dans pas surprenant laudatives. Ces expressions étaient

Il arrive

entre deux inscriptions, non poursuit mais jusque dans l'expression. Il n'est

les mêmes formules plusieurs inscriptions extrêmement elles existent sur répandues;

(1) Hammâmât, 199, 7. (2> lbid., 191, 7-8. (3) lbid., 192,1. 20-21. <*>lbid., 87, 1. 8; ti3, 1. i4; 199, 1. 9-10. ™ lbid., 199,1. 8. '«' Naufragé, 2-8 (À.Z., XLIII, 1,-5). { Je n'ai fait 7) que développer ici une idée qui me fut suggérée par M. Maspero. ' 8) Voir les inscriptions 4-7, 48, io4, 108.

12 tous les monuments de cette

J. COUYAT ET P. MONTET. époque.

Il est plus curieux de constater que dans la certaines d'une inscription à l'autre, les dates, partie «récit» phrases passèrent les chiffres et les noms seuls étant : changés. Voici deux cas qui sont assez frappants 47. Inscription datée de Sanoùsrit IIL 48. Inscription datée à"Amenemhat III. <*""» 3 _^>_I «"•• 1 S *""** ïliMMI I V 4 OÊt* X

<==> A^«VJr 1 1 1 ! Jr *~~v 1*^ *. -H» I II «==. I I _1fi~* JT I 1 I

| • • *- | • • • r ttyutii a[Ôr,] Sa Majesté [ordonna d'(1)] aller pour lui apporter des monuments de la vallée de Rohanou en belle pierre de bekhenn.

« Or, Sa Majesté ordonna d'aller à Rohanou pour apporter les monuments que Sa Majesté avait ordonnés pour son père..... en belle pierre de bekhen-n. 87. Inscription datée de Sanoùsrit Ier. 1

104.

Inscription

datée de Sanoùsrit IL-

M 1f****\JML*-*-« I A-w*w\ 1 A Ï^GMÉI'^'^ÔII::::^^:: ra-V /m JML-!»—. Ai 11:1 JV J",dkV'iïV^IflilI,,,ïV-M'""iv Oain

X/«MWA

llk

1 1

Jr".—1 «Je suis venu dans ce désert pour transporter des pierres pour la Majesté du roi Kheperka-rê en l'année 38, le quatrième mois de l'inondation, le 4. Je suis reparti en paix le quatrième mois de l'inondation, le 6, avec 80 pierres qui étaient tirées par 2000, par 15oo et par 1000 hommes. J'atteignis le quai le quatrième mois de l'inondation, le 20». Dans les deux cas il s'agit d'inscriptions d'années d'intervalle.

$ mÊmÊmMÊÈ*

$.=Uï'-*--

•••

KJe suis venu dans ce désert pour transporter des pierres pour la Majesté du roi [ ] Sanoùsrit en l'année 2 , le second mois de iahhit, le. . . Je suis reparti en paix en l'an 2 , le premier mois de l'été, le 4, avec 200 pierres qui étaient tirées par -a. J'atteignis le quai hommes.

tout

à fait

voisines

et qui

ont

été

gravées à peu Les inscriptions et d'écriture graphe i° Un assez

du Moyen Empire présentent enfin de signaler qu'il était intéressant grand nombre de mots sont écrits,

des particularités : sans l'aide

d'ortho-

d'éléments

M 11 est probable que le rédacteur de 48 a par inadvertance passé le groupe ^p] j et modifié l'ordre des deux mots suivants. Dans tous les cas il faut corriger le texte de 48 parce que Amenemhat III n'est certainement pas allé lui-même au Hammâmât.

LES INSCRIPTIONS phonétiques, sont : #1 — i, 7; ,* 17, (lire i5; "V (lire .. 5;,: («ré 87,4; avec des signes figuratifs

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. employés avec leur valeur originelle.

13 Ce

fcO'1-2... B; -S .. B; {J V) u ) 11.1, 19,

4; if, -f

(lire (fee

2) p-*f«)

*• *« TT, .,.7.».;

O

*•â;

.V.^k-D C11™ 1P-) 5; n4, i5; *) (lire *• 8» 47' m )

'• »i'J>*2, 4; ( (; ( (lire 19; JVta; 19i, J|P) 4; 192, ii4,

OS") f^^j (lire i3; (lire %j ^7, |P«) |( ~) (lire

*' 8; *** 6; 111,

5; 192, n3,

* 4'*> 5 î î(lirerf (n4, 191, ^-J^-) i3; %îj;

la^^re^^.) 1 i4i 192, i4; i3.ai; j^j (lire )r{)

"^j 20;

3 . 9; ™.'(fi™|*) 192, 20.

Tfctf (lire mots sont

D'autres employés T\ (iire (lirep^—1|)

écrits

sans éléments : * l3 ' 3; T' (lire

phonétiques

avec des signes

figuratifs

comme Y\\i n3,

syllabiques 7 ,) 2. nombre

P>"k

<«*«mM

MM*;

%'

20 Un certain ~J «ouvrir» 17. 17, 3;

de mots n;

sont

écrits

sans déterm-inatifs 17, »;

:

^17, 12; ^ 48,8;

Jra^i7:^Vjs73^ ^ ] 113, i4;IT]^Jk 114,

i5;

i-17^9;^ 191, 5; jv

1 *4,

1 est employé suivant les règles mots est contraire à ces mêmes règles : a. On le trouve valeur , après les signes 1) : i figuratifs

3° Le trait

classiques

; son emploi

dans

certains

pour

montrer

qu'ils

sont

employés

avec leur ^ t>^

originelle{ ;,

,>^

191,2;

«noeud»

1 ia,

5;

«pierre»

190,

1 a. 19;

W Cet emploi du trait a été découvert par Champollion (Grammaire, p. 58-5g) et oublié après lui. M. Sethe l'a découvert pour la seconde fois en 1909 (Oie Bedeutung des Striches 1 in den Pyramidentexle Und im alten Reich, A. Z., XLV, p. 44-6o). i2! Je n'ai pas indiqué de référence pour les mots très usités.

14 reface»; 114, b. 11. Il suit les signes 48; -fi; 8; | |i; ; (dans

J. COUYAT ET P. MONTET. lk j ii4, 1; \ crlangue» ii4, 7; «île»

figuratifs ^BW;

employés ; LJ ; 114, i5;

comme «parole» ^^51

substantifs 114, 7;

: U ; <<1^ « crainte n4,i4. »

ifl|M 47, n4j4; ig3j

1 «chemin» figuratifs '

«noblesse» syllabiques

ii3,4; :

G. Il suit les signes i d. ' 1 ' 1' 1 ' 1

employés

comme

Il s'emploie mots après certains déterminatif : parfois comme unique rf-Ji 19, 2-3; I ^^1 48^-9; 5; 3j^ f 111,10; 19a-, 19,

comme

déterminatif

supplémentaire

et

4; -==== (dans 87, ^p 3;

dr bîh)

19,

4;

j

43, 11;1R

10;

1747^4;^^® 87, 3; j|' t 111, j-ll4r7_y—

o^I-^S,gîrîî^ 111, io;^,; »iî^/,

|^_^™

113, 19.3,16;^^

12;

ai;-—J/,19a,

114,

15. s'emploie ne justifie ,o 8' dans le corps : lo 8' *'3, B; d'un mot ou après un mot d'une seule lettre

e. Le trait sans que \T\ rien

sa présence

7;lT^lfc

8;"!Jri

B;^^.l3,

n3,i3; sition) 4° graphes 111, 8 ;

>¥,ii3,i3;|Jii3,i4; (pronom) dans 111,8;

r:il fait» n3,i4;l

113,

1 5;

(prépo19, 3.

(particule),

On rencontre bizarres

les inscriptions du Moyen Empire d'orthobeaucoup ou fautives. La liste suivante assurément être augmentée pourrait j±\^—^T? est fort embarrassant. . T^TIT*"]? Le graveur a peut-être (*7' voulu l 5" 16) écrire

: ]e

Dansjajmrase »_~groupe

l'ad-

, 119, jectif hrt «élevée» (cf. : r-, 8) et, trompé par le signe V&SjS r—i qui a les deux valeurs hr et pt, il a ajouté les éléments et phonétiques qui n'étaient pas ceux qu'il fallait.

LES INSCRIPTIONS L'orthographe miné par "^—; \ £L \\^^— la lettre ^V^."""^ \ i après V (17, 16)

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. est étrange écrite. séduisante : le mot La n'est jamais suggérée *3,

15 déterpar 10).

est rarement est tres —^

correction

M. Dévaud, La phrase correcte. le pronom

'

|> * ^ \

(cf. ^.'^"^fr' (*9' 3_Zt) ûe semble douté

î J*""*!^ La lettre

pas très à écrire

Le trait

est abusif,

A*~*V sert sans

du pluriel. personne ~ *— 0 ( 19, 12 -13 ) il faut proDans cette phrase : JJJÇ p | "^ ^ J^f de bablement le signe ^>—1 entre *«<* et le chiffre 5, ce qui permet suppléer de cinq [coudées]». On «Voici qu'il escorta dix statues traduire magnifiques » « Transport d'une statue de treize [coudées] trouve en effet 1H V* mL A««A de la première (El Bersheh, magnifiques JfeL. _^^ (43,7). Le signe © Il est curieux Il manque 43, 6; l_^_ P""J) avec la valeur (1 îo, 15) I ^jk X est employé deux fois dans l'inscription . écrit «Xr8 : ^^ Hj (pour ( 114,1 o ). 19. I, i4, pour 1) et |*^" des statues» m\ (Hammâmât, (17,12) *Sf 114, \%x i5). d'après AeL. , r:^ apporta des pierres

incompréhensible

peut se corriger

est un lapsus

pour ***© Henou

de voir le nom de l'explorateur une (pour lettre ^<=>) à un certain nombre

de mots autre

^-^-Nf) mot

47, 8.12;

dans une

inscription

le même

eslécrit^^,io8,7;;j^(pour^j;!)i13,5;.^(^1i4,i5 (au lieu de ^f |"Jl) ; "^ ^ (pour Lebensmûder, 69-70. Dans la phrase groupe ^ dans la stèle stèle 20538, "%*,*__ y î ffitl *T et répété

^~^

^)

114,

13 ; cf. la même

faute

JL/j| deux

^

^T

(*99'

9~ 3) on a oublié

le

et la lettre du Caire

ao53q,

fois le pronom * On trouve en effet *' côté II, 1. 4 : "^ ! et dans la lîfhMP^k "79^-44 sont les suivantes en particulier : de S avec les raies hori-

côté I, 1. 9 : ^J^fffi] épigraphiques

5° Les particularités

a. Emploi de caractères archaïques, zontales et de -A- sans les liens.

16

J. COUYAT ET P. MONTET. b. Emploi de signes hiératiques Les caractères sont hiératiques dans utilisés T*-. J'ai les inscriptions en particulier mentionné hiéroglyphiques. pour les chiffres, tous

les signes ce genre.

£.,

-^n,

.-"-^», w",

en note

et pour les emplois de

c. Emploi hiératiques

de signes régularisés

hiéroglyphiques : i| au lieu de

nouveaux ^\,

qui

ne de

sont JV \

que

des

signes de I-.

1) au lieu

au lieu

S 3. — LES INSCRIPTIONS

DU NOUVEL EMPIRE,

DE L'ÉPOQUE

SAÏTE

ET DE L'ÉPOQUE PERSANE. oubliée, la vallée de Rohanou fut de nouveau des Egypfréquentée Ier effacèrent les cartouches

Longtemps tiens à l'époque

Les gens de Sethosis d'AmenophisIVW. du roi hérétique. Ramsès 11, Sethosis II et Ramsès IV envoyèrent à leur tour des On s'est borné à représenter Sethosis Ier en adoration devant Min(2), expéditions. ou devant Àmon' 3) et à écrire en les les noms de Ramsès II(4). Parmi estropiant les hauts fonctionnaires mirent à la tête des que les rois du Nouvel Empire expéditions, nous connaissons trois fois en train représenté laissé la liste de ses titres et un le vizir Para-em-heb, plus particulièrement qui s'est d'adorer les cartouches de Sethosis II( 5) et nous a

de Ramsès Un II, Nes-hotep(6). contemporain le jour même de son arrivée, de fixer la date de inconnu, voyageur s'empressa cet événement mois II, le 5 du troisième qui eut lieu en l'an î de Ramsès de l'été(7). Ramsès IV a laissé deux grandes stèles en souvenir des expéditions lieu en l'an 2 et en l'an 3 de son règne. Un fonctionnaire venu en qui eurent l'an Près 3, Ramsès-nekht, de la stèle à cette date qui de l'an date(9). nous a fait connaître sur un ses titres rocher des dans une petite stèle(8). 2 se trouvent Celui

remontent porte une

s'applique

de ces graffiti naturellement

qui est situé à tous les autres

graffiti hiératiques qui tout en haut du rocher et qui est celle de

'*' Hammâmât, 94, a5i, 262. »>' lbid:, ai3, 214. < lbid., 94. 3' M lbid., 22. <5> 76ÎV/.,46, a39 et 2/46. <6i lbid., 238. '" lbid., 86. W lbid., 223. <w lbid., 23o-237.

LES INSCRIPTIONS la stèle de l'an 2. Par contre,

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

17

les inscriptions qui gravées par des personnages le chef de tels que l'intendant Hor(l), un rang élevé, occupaient cependant 2) ne sont il en est de même de quelques travaux Para-m-heb( graffiti pas datées; laissés par les carriers sur le côté nord de la route(3). des noms saïte ne contiennent Les inscriptions plus que des dates, d'époque Il n'est cependant des noms et titres de particuliers. pas complètement royaux, inutile de dater les monuments de cette époque qui ne sont pas accompagnés d'un cartouche. cartouches nommé | de la reine Amenardis ont été gravés * • Tous les graffiti qui 4= Vf^ en l'an 12 par un Les carrier

contiennent du la

le nom moins dame

de ce personnage, 70, 79, 102 sont donc sinon de la même année, de la même époque. Les graffiti en outre 79 et 102 mentionnent J ainsi qu'un nommé -=^ retrouvons ces mêmes noms sont en tout six monuments I ^^ *^k-

Nes-ptah, s'est fait représenter en adoration seconde cuter propre fois en adoration ce dernier monument

Un certain

du règne fils du défunt

Les graffiti 73 et 78 où nous des premiers, ce qui fait donc contemporains de la reine Amenardis. Ment-em-hat, d'Amon, quatrième prophète devant les cartouches de Psamétique Ier( 5)et une devoir au nom qui fut chargé d'exéde son chef le sien Ce Pers™age nom est encore peu lisibles excessivement ieS noms Jli^A' les inscriptions où il en est 0r ^ gravé

devant crut

Min(6). Le chef de travaux ajouter

^ mentionné

j~| ^ ^ -=1^ =^.l\ jfc} "H" 7); son seul clans quatre autres monuments( dans un cinquième avec plusieurs noms malheureusement faon de ^ l'/wwwA^^c des noms ' ^ ^Jl^, du premier ne sera^ sans J^ des Psamétique à l'époque doute ™ ^ pas

à i'exceptéméraire

de rapprocher

© et de dater A , j^, fait mention(0). Les autres monuments

appartenant

saïte sont datés par les cartouches

(1) Hammâmât, 218. (2) lbid. ,221. '3) lbid., 215-2i y. t") lbid., 187. < lbid., a. 5' < lbid., 5i. 6' O Ibid.,kh, 5a, 68, 128. <«> /totf.,83. l°> lbid., 7, a7, 45. t. Mémoires, XXXIV.

18 de Nekhao d'Amasis, nous font connaître

J. COUYAT ET P. MONTET.

II(1). Les monuments du temps d'Amasis II, de Psamétique divers personnages venus au Hammâmât en qui étaient l'an 44 de ce roi et qui y retournèrent plus tard, sous Darius à plusieurs reprises. Les monuments de l'époque sont surtout intéressants en ce qu'ils nous persane montrent comment Les s'écrivaient expéditions en égyptien qu'envoyèrent fils del les noms et Artaxerxès. sivement de Cambyse, Darius, ces rois eurent à leur tête \ Iw et de la clame ^^ Xerxès succes^ V-

ou simultanément 1 M ^falfS»^

trois frères,

Le fils aîné \k Il revint Il revint 11 m *=*

vint pour la première

longtemps plus tard sous Darius en l'an encore en l'an 10 du même roi, mais accompagné 1 ^^ ; cependant l'an il fit seul ses deux Ariourta, derniers était Dans

6 de Cambyse(2). 36( 3) et sous Xerxès en l'an 2 w. de son frère voyages dans ^k <=>

fois en l'an

les années

12 et 13(6). Le second voyage qu'il une dernière accomplit

fils d'Artamès,

5 d'Artaxerxès(7).

seul de son côté pendant le les années ^e ce r°i 16-17

fut conduite fils d'Artamès(8). expédition par les deux plus jeunes Les contemporains des derniers rois indigènes, les deuxNectanébo, vinrent à leur tour creuser une carrière dans la montagne et sur les parois gravèrent de beaux furent reliefs. Les inscriptions ou gravées en caractères démotiques postérieures rédigées en langue grecque. II de gens parmi ceux qui ont fait graver des inscriptions Il y a deux sortes Pour les uns elle ne fut qu'une dans la vallée de Rohanou. étape au cours d'un comme des inscriptions ils dans le désert oriental; s'y trouvaient déjà, voyage le souvenir de leurs actions. fréquenté mission de se rendre à Rohanou, Les autres avaient et, leur pour précise revenaient directement en Egypte. terminée, besogne La première deux individus la catégorie comprend qui vécurent pendant aimèrent XIe dynastie, Sankh et Henou*9'. Sankh exerçait avec d'autres fonctions le mieux laisser dans cet endroit

W Hammâmât, 88, * < lbid., i64. 2' W lbid., i46, i64. W lbid., 5o. t5' lbid., 106. i«) lbid., i48, i64, W lbid., ilih. I« /M/., 72, i45, '9' L'inscription de

100, 101.

i3. i46. Sankh porte le 11°1, celle de Henou le n" 11 4.

LES INSCRIPTIONS commandement

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

19

le désert. Voici quelles furent sur les troupes qui surveillaient de pains, et de vêtements, d'outrés ses occupations : «Fournissant [les hommes] de cruches de bière et de toutes les sortes de plantes fraîches du pays du sud, j'ai en réservoirs à transformé les vallées [du désert] en pays cultivé, ses montagnes eau. Il fut pourvu de jeunes gens en son entier depuis Taâou au sud jusqu'à Menatchassé les oiseaux et les quadruKhoufou au nord> J'ai paru sur la mer Rouge, moi, homme de soixante ans, ainsi que soixantepèdes. J'ai paru dans ce désert, ». L'inscription de Sankh est la seule dix jeunes gens issus d'une même [famille] c'est là ville, ou le pays, de Taâou et, tout ce que nous savons, qui mentionne à une distance plus ou moins grande. que Taâou est au sud de Menât-Khoufou, Menat-Ehoufou était bâtie dans la vallée du Nil, il est probable que Puisque Taâou se trouvait Peut-être sinon en Egypte ne faut-il pas attribuer même, du moins à une faible distancé du fleuve. aux termes de l'inscription une rigueur trop comme un point situé au sud par rapport à Menat-

Taâou grande. En considérant mais non sur le même méridien, on pourrait maintenir l'identification Khoufou, proposée par M. Maspero qui faisait de Taâou un port situé sur l'emplacement de Qosseir'1'. Sankh parcourut donc dans le désert une sorte de rectangle compris entre le Nil et la mer Rouge, limité au nord et au sud par deux lignes dont l'une

l'autre un endroit indéterminé Il reMenat-Khoufou, couperait appelé Taâou. connut la contrée et s'efforça de là rendre aisée et sûre à parcourir. Le voyage de Henou qu'accompagnait une armée de trois mille hommes eut lieu peu de temps après. L'inscription que dans la vallée de Rohanou a été si souvent j'en rappellerai de Pount pour avons route seulement y chercher sur les voyages antérieurs ce grand personnage a fait graver ou commentée citée, traduite que indications. Henou se rendait au pays

les principales de l'encens. Les très

vagues renseignements que nous au sien semblent montrer qu'il n'y avait pas de

au pays de Pount. Les uns traversaient la classique pour aller d'Egypte Nubie et quittaient le Nil le plus tard possible avant de franchir le désert qui les séparait de la mer Rouge ('2). D'autre il se disposait à part, c'est comme sur son navire le pays de Pount que l'aventurier fut tué gagner Pépi-nakht et que son escorte fut massacrée les or, les Amou étaient par les Amoul3); W G. MASPERO, De quelques navigations des Égyptiens (1878), dans les Études de mythologie et d'archéologieégyptiennes, t. IV, p. 37-38. i2' Un certain Klmoum-hotep dit en effet qu'avec ses maîtres, Teti et Khoui il est allé en Nuhie et à Pount : J >SH~ —iWI^) %\A^^" °jMJrt — "S (31 Lignes 11-12 de la grande inscription : SETHE, rkunden, I, i34. U S«HB, Urkunden, I, ,40.

20 bédouins « sur sant du Sinaï. Henou

J. COUYAT ET P. MONTET. prit ordonné il partit de Coptos( 1) Sa Majesté » et gagna la mer Rouge en paset Iaheteb (2), qu'il est difficile de placer sur la ne les mentionne. On ignore en quel également un itinéraire différent;

le chemin

qu'avait

Idahet par deux pays, car aucun autre texte carte,

Henou le littoral et construisit son navire. il est point atteignit Cependant certain mène à Qosseir puisque c'est qu'il ne prit pas la route qui aujourd'hui seulement au retour qu'il traversa la vallée de Rohanou(3). Il n'avait aucun intérêt à remonter vers le nord-est, à l'endroit où sera plus tard Myos-Hormos. Il est plus probable Coptos à la par cette qu'il suivit mer Rouge, Henou routes de grandes qui conduisent la route de Bérénice. Les quelques renseignements sur ce qu'il a fait entré Coptos et la mer Rouge n'interdisent la troisième des

donnés pas

: «Or, je fis douze citernes dans le chemin et deux puits au hypothèse coudées sur un côté, trente coudées sur l'autre ; pays de Idahet ayant vingt au pays de Iaheteb sur dix en chaque j'en fis un autre qui avait dix coudées côté;?. Le mot a été pris par quelques J'^ -rr que je traduis* par «chemin.» mais ce mot n'a pas la même physionomie pour le nom d'une localité, noms un de localités désertiques^. du désert Il existe suivaient en égyptien un mot j %*„Tr le fond

traducteurs que les autres qui désigne des vallées

arbuste.

Les routes

mot qu'un aussi qu'on même endroit. du désert

et généralement le fond des vallées de sorte tel que bit a pu servir pratiquement à désigner la route. Il semble se serait donné une peine inutile en creusant douze citernes dans le D'après situées les témoignages à des distances anciens telles et modernes, les citernes aller de l'une pouvait la route désertique, il devient de temps à autre, les peut-être où l'on comptait dix antiques à l'autre

presque toujours; est couvert de buissons

sont

en une journée. Si le mot b',t désigne très probable en s'en écartant que Henou suivit, vallées qui constituèrent plus tard la route de Bérénice stations

qu'on réellement

de citernes entre Coptos et la mer. Après avoir dit qu'il creusa pourvues des citernes le long de sa route, Henou mentionne qu'il fit trois puits dans les Idahet et Iaheteb. N'en résulte-t-il étaient pays appelés pas que ces endroits situés au débouché de la route, soit vers l'emplacement de Bérénice, soit plus au sud pourrait sur seul la route dire d'Aidab? Un encore s'il existe bien explorateur clans ces passages au courant de ces régions ayant des citernes

antiques

(1) Hammâmât, \ i4,1. 10-11. M lbid., n4,l. i4. (3>lbid., nU. t' ' Si le mot bit était un nom de localité, il serait suivi du déterminatif «—. 1

LES INSCRIPTIONS les dimensions

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

21

a eu besoin Je ferai encore remarquer que Henou indiquées. M. Golénischeff son navire et que, non loin de Bérénice, d'arbres pour construire heureusement forêt(1). Quoi qu'il en soit, Henou atteignit a traversé une véritable du pays et revint en contre les produits le pays de Pount, sa cargaison échangea Il avait donc quitté son navire à Egypte en passant par la vallée de Rohanou^. et heureux navila hauteur de Qosseir. Henou qui avait été adroit commerçant gateur se montra dont magnifiques Les Egyptiens pour qui ne dépassaient pas la vallée de Rohanou s'y rendaient dans la vallée des pierres. Un des premiers se procurer Egyptiens qui pénétra deux pierres déclare en effet : ceJ'ai fait descendre pour celui qui est aimé de de Min^ Taoutaker(4)». chef du sud, chef des prophètes Dieu, le prince, L'envoyé du roi Ati est conduits venu hommes la pyramide d'Ati t5'». Trois mille à leur roi Mentouhotep II apportèrent par le vizir Amenemhat « cette pierre de sarcophage(6). Amenemhat Ier voulut posséder pour refaire des travaux ingénieur on voulait il fit parvenir habile; jusqu'au faire des statues divines(3). Nil trois pierres

un beau couvercle

merveilleuse telle qu'on n'en avait pas apporté de semblable depuis le temps du Ier on amena sur le quai de Coptos quatre-vingts dieu( 7)». Sous le règne de Sanoùsrit de Rohanou( 8) et deux cents sous Sanoùsrit II(9). En l'an i4 de pierres qui venaient Sanoùsrit apporter aussi désiré III trSa Majesté des monuments ordonna en bonne d'organiser à Rohanou expédition pour de bekhen^h. Amenemhat III avait une

pierre des «monuments de la montagne à l'orient de la provenants auguste devaient être aussi en bonne pierre de vallée(11,5>; nous savons que ces monuments 6efe/ten(12). Un fonctionnaire du temps de Ramsès II parle de «l'expédition royale à la montagne de bekhen pour apporter des monuments à Sa Majesté V. S. F.lJ3>». Ramsès IV crparvint à la montagne merveilauguste pour faire des monuments leux à son père et à ses parents, tous les dieux et toutes les déesses d'Egypte» W W. GOLÉNISCHEFF, excursion à Bérénice, dans le Recueil de Une travaux, t. XIII (1890), (2) Hammâmât, 114, 1. i5. < Ibid.,i. 17. 3) I") lbid., i47. l5' lbid,, 169. (6>lbid., 111, 113, 191, 19a. <7> lbid., 199,1.6. 8' lbid., I 87," L6-7. <°>lbid., io5,1.5-6. »°> /fo7/,, 47,1.4-6. «"' lbid., 19,1.2-3 < 12' i3. /foW.,48,1.3-4;io8,l. 13' 7JÎW., 238,1. 4-5. i p. 90.

22 pendant bekhen^fi.

J. COUYAT ET P. MONTET. que ses employés L'un des nombreux faisaient graffiti des recherches «dans la montagne 2 de Ramsès de IV

par les petites gens de l'expédition de l'époque saïte Les Egyptiens

hiératiques signifie «vers

gravés en l'an la montagne de bekhen®»!

et de l'époque persane qui sont tant de fois venus au Hammâmât n'ont fait que graver leurs noms, ceux de leurs rois et des sans dire un mot des uiotifs ni. des incidents de leurs divines représentations tout lieu de croire qu'on n'avait Il y a cependant pas cessé d'exploiter voyages. de bekhen. Des monuments en pierre de bekhen datent de les carrières égyptiens ces époques; or les Egyptiens ne semblent d'autres pas avoir exploité gisements de ces monuments de bekhen que ceux de Rohanou. Au nombre se trouvent deux de l'expédition et qui furent découverts française par les savants obélisques au Musée Britannique(3). Ces obélisques sont du temps de ensuite transportés roi qui fit graver ses noms dans une carrière du Hammâmât(4). Nectanébo, Une petite chapelle de Kous, Harsiésis gens qui allaient D'innombrables monolithe sous Ptolémée qu'un prince de Goptos était aussi fit construire en bekhen^. pour Or, les

au Hammâmât carriers ont

Philadelphe, étaient la plupart le nom Enfin,

écrit

du temps des gens de Coptos : de la ville de Coptos et de son dieu notre collègue, M. Couyat, plu-

Min sur les roches sieurs qui monuments sont de l'époque française du Nil et Ainsi

de la vallée. du Musée saïte, avaient

d'après

du Caire, sont

en particulier les sarcophages anthropoïdes en pierre du Hammâmât. Les membres de l'ex-

pédition la vallée

du désert{6).

monuments frouvés dans déjà reconnu que plusieurs «ornés de beaux hiéroglyphes» de cette région provenaient de toutes les époques allaient dans cette vallée les Egyptiens

et qui s'appelait une pierre qu'ils estimaient la pierre beaucoup pour y chercher de bekhen. Quelle était donc la pierre de bekhen et comment l'exploitait-on? la pierre de bekhen est assurément Un bon moyen de savoir ce qu'était de Le minéralogiste la pierre se rendre aux carrières antiques. qui identifierait W Hammâmât, 12. Voici le texte de ces passages : ?-^lT^JJ§P V -=>-<^Si™^lv

<2> lbid., a-30. f3' Ces obélisques sont puhliés dans la Description de l'Egypte, Antiquités, t. V, pi. 21 et 22. La phrase suivante est répétée deux fois sur chacun d'eux : Pf ^^@^|^7^ J A {rH a élevé un obélisque dans son temple en bekhenn. W Hammâmât, 28. (5) •<3=~ "M ^=z\ /JLv^^ îf % ij % tf (SBTIIE,Urkunden der griechisch-rômischenZeit, II, 68) »J'ai ^^ fait un naos en bekhen pour Harsiésisv. Je dois cet exemple à l'obligeance de M. V. Lorel. Le naos dont il est question est publié dans la Description de l'Egypte, Antiquités, IV, pi. 1, n. 3. (0) Description de l'Egypte, Histoire naturelle, t. XX, p. i 65 et seq.

LES INSCRIPTIONS exploitée clans ces carrières donnerait

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. du même coup dans la traduction du

23 mot

bekhen. égyptien Les carrières situées les

de Rohanou

doivent

se chercher

la vallée

même

où sont

de d'affirmer mais il serait imprudent que la vallée inscriptions; aient Il est possible Rohanou cessait où cessent les inscriptions. que les Egyptiens où il n'y a plus du ouâdi Hammâmât du même nom la partie orientale désigné Kosseir. Les ensuite et même les ouâdis qui se succèdent jusqu'à d'inscription en voici la liste d'après M. Couyat : roches de cette région sont assez nombreuses; des blocs de brèche universelle du ouâdi Hammâmât il y a à l'entrée auxquels de très beaux blocs de schiste gréseux noir. Dans le succèdent longtemps pendant on trouve du talc, de la serpentine ouâdi Fouakhir, qui fait suite au Hammâmât, de Fouakhir, de la dîorite. C'est et du granit; dans le ouâdi Aeseh, à une journée de ces pierres qui est la pierre de bekhen. recherches à Assouan, à Silsileh Il n'y a pas besoin de longues pour trouver des carrières Même dans le cas où les ou à Tourah antiques. l'emplacement à ciel ouvert, les traces de leur activité sont évidentes; ouvriers travaillaient on les blocs; voit encore les tranchées en certains qu'ils creusaient pour découper donc une des roches qu'ils n'ont pas achevé d'extraire. Dans la attaqué ^ et ce n'est la roche n'a été attaquée vallée de Rohanou qu'en un seul endroit et de statues. pas de cette carrière unique qu'on put tirer tant de sarcophages si peu de choses des anciennes reste-t-il nous le saurons Pourquoi exploitations, endroits, en demandant aux inscriptions peut-être étaient conduits à Rohanou. L'exploitation des carrières contemporaines comment les travaux ils ont

de bekhen n'était

se sont le plus persane que les expéditions pas moins de six sous le règne de Darius entre les années 26 et 3o(2); mais auparavant elles s'espaçaient bien davantage. On en compte trois sous Amenemhat III(3), w et deux sous Ramsès IV(5). La deux pendant le long règne de Sanoùsrit Ier plupart des rois ne firent qu'un essai. Quand le avait décidé d'employer la pierre pharaon "' Hammâmât, 23-29. i2' lbid., i4, 18, 91, i34, i37, i85, 190, i93. t3> Ces expéditions eurent lieu en l'an 2 (Hammâmât, 43), en l'an 19 (ibid., 17, 19, 48, 108): et en l'an 20 (ibid., 42). Une seule des inscriptions de l'an 19 porte une date complète (48); dans les autres le mois et le jour ne sont pas indiqués. La mention de dix statues de cinq coudées dans 19 et 48 prouve que ces deux inscriptions sont exactement contemporaines. w Hammâmât, 87 et i23. (5) Ibid., is et 24o.

C'est pas permanente. Il n'y en eut multipliées.

à l'époque

24

J. COUYAT ET P. MONTET.

on expédiait de bekhen pour le couvercle de son sarcophage ou pour une statue, se mettaient à une troupe. Parvenus à la montagne de bekhen, les Egyptiens la recherche d'une de dimensions convenables et qu'il n'était pas trop pierre difficile de faire descendre sur la route : « Quand la terre s'éclaira le lendemain et qu'un second jour fut, j'arrivai les hommes. Voici que mes soldats cette vallée en son entier. Voici II qui ont laissé leurs recherches du Rohanou avec montagne supérieur se divisèrent et parcoururent par la montagne la pierre. . . .(l)>>. Les gens de qu'ils trouvèrent des souvenirs si variés et si nomla gazelle qui vint avec tant d'à en sa place de couvercle de sarcoà cette

Mentouhotep virent breux, propos

au Hammâmât abrégées par était

mettre bas «sur cette pierre qui (2) ». L'incident de la gazelle mois de l'inoneut lieu le 2 du second phage dation(3). Le i5 du même mois on érigeait deux monuments commémoratifs, des éloges du roi, des dieux qui avaient prêté leur bienveillant concours, pleins de l'ingénieux vizir 2 3 on put arracher à partirt<5). semaines. A cette Amenemhat

de la mission^'. Le qui avait assuré la réussite 5); le 2 la pierre aux flancs de la montagne( 7 on était prêt Le séjour des Egyptiens dans la vallée de Rohanou fut donc de trois

on se procurait les blocs au moyen d'un procédé vraiment époque rudimentaire. On faisait rouler du haut en bas de la montagne la pierre qu'on et l'on recommençait voulait elle se brisait avec emporter. Presque toujours une que, choses l'habile une autre ce qu'un résultat fut obtenu. jusqu'à le hasard on finissait aidant, par descendre durèrent directeur dans cet état jusqu'en Meri, l'an 19 des travaux, Les l'une pierres d'elles étaient sans III. si solides Les la briser.

d'Amenemhat serait utile

A ce moment, auparavant

de plan incliné, la se trouvait la pierre depuis jusqu'à route : «On se mit à précipiter les pierres de cette montagne orientale comme cela se faisait auparavant. Or ces pierres se détérioraient au point de se briser. Jamais il ne s'en hérault fasse trouvait qui arrivassent au bout Que en bon l'on fasse état. un Alors le chef des travaux, Que l'on à faire [y] glisser du palais, Méri glisser les pierres»! comme dit : «Hé! plan incliné! incliné. On se mit chose qui n'avait

sorte

pensa qu'il l'endroit où

d'établir

les monuments

Voici qu'on fit ce plan il [l']avait dit en tout,

'*' Hammâmât, 199, 1. 7-8. t2' lbid., 110, 1. 5. W Ibid., 110, A. W Ibid., n3 et 192. (6>Ibid., 191, 1. 1-2. 6' lbid., < 192, 1. 19-21.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMAMAT.

25

fut payé dé ses peines. L'habile chef des travaux jamais été faite auparavantw*. de dix. étaient au nombre Les statues qu'il amena à son maître clairs pour qui a Visité le sont parfaitement des inscriptions Les témoignages au roches des autres Au rebours ouâdi Hammâmât. qu'il eut fallu exploiter ne s'y présentent les roches schisteuses ou de tranchées, pas moyen de galeries et de formes Ce sont partout des blocs très variables en une masse compacte. les On comprend les uns des autres. de dimensions et indépendants pourquoi trouvé la ils avaient ni galeries ni tranchées. ne creusèrent Quand Égyptiens ils n'avaient les dimensions naturellement convenables, pierre qui présentait sur la route. On plus qu'à la faire rouler, avec plus ou moins de ménagements, la pente de la montagne d'éclats aussi le grand nombre qui couvrent s'explique Ces éclats sont trop nombreux à proximité des inscriptions. pour être le résultat des Egyptiens de destruction. Ils sont les témoins de l'activité des agents naturels en convoitée arrivait et aussi de leurs insuccès, chaque fois que la belle pierre morceaux Nous réunissant au fond arrivons de la vallée. donc à identifier la de bekhen avec le schiste noir en pierre et les observations faites sur le terrain. Ces des monuments dont : nous savons sont ces monuments

le témoignage des textes résultats confirmés seront-ils par l'examen de bekhen? Voici quels qu'ils sont en pierre

1 ° La chapelle d'Harsiésis à Kous mentionnée D'après l'expliprécédemment. cation des planches de l'Egypte, cette qui est en tête de l'atlas de la Description serait en granit noir. Il ne m'a pas été possible de faire contrôler chapelle cette opinion; cette chapelle. je ne sais où se trouve actuellement 20 Les deux obélisques du Musée Britannique. Ils sont en basalte d'après la

W Hammâmât, 19, 1. 3-12. J'ai beaucoup tenu compte pour la traduction de ce texte des observations orales de M. V. Loret. Il importait surtout de fixer le sens des expressions J^ —* I ^ ™, * I *~~v <=»1 11 et ^u mot P/ JV. T "*" k° verDe '^ <IU' cst presque toujours employé intransiti\ vement signifie «se précipiter». Il signifie «précipiter, jeter à terrer; lorsqu'il est transitif. Puisquen faisant rebondir les pierres sur la montagne on n'arrivait qu'à les briser et qu'on n'eut pas cet inconvénient en faisant l'opération désignée par le mot sfn, c'est que ce mot a un sens exactement contraire à celui du mot hd. Au lieu de «précipiter les pierres» on les fit donc « glisser doucement r,. Le mot p j 3^ | •*- désigne le moyen qui permit de faire glisser les pierres, c'est-à-dire un chemin ' en pente douce. Ailleurs (Hammâmât, n4, i4) on parle d'une citerne qui fut creusée A—AT Sl 'a lecture de ce passage est certaine, il faut comprendre «vers la ^EH™" pente deTeauT] c'est-à-dire au point où aboutissaient les vallées qui charriaient les eaux des pluies. Toutes les "**se citernes du désert essayaient de remplir cette condition. Un autre trouve exemple de (1y T 3°6)=A dr un,.!f efAssiout <éd-«r™'j' «Le quil im donna pour cela, ce fut mille mesures ec:iP!îw»î^p>TT-^ii.!kw son terrain». dans le versant sud de t. Mémoires, XXXIV. ,

26 mais le basalte Description; souhaiter qu'un minéralogiste 3° Une chapelle

J. COUYAT ET P. MONTET. est une roche examine du temps rare dans le désert oriental. Il est à

à nouveau

ces deux monuments. trouvée il à Keft. Sur le monIV <e=l

monolithe

de Nectanébo suivante :

tant droit de la façade J AvwMV

on lit l'inscription

1 X HIT « H lui fit une chapelle en pierre de bekhen poli •»(1). M. Lex l l I A estime qu'il est en brèche Verte. D'après le Guide grain, qui publie ce monument, du visiteur au Musée du Caire( 2) il serait en granit noir. M. Couyat, qui l'a examiné sur ma demande, la pierre du ouâdi Hammâmât, le schiste gréseux. y a reconnu h° datée Une stèle du Musée de Berlin au nom du chef de travaux f o ? «(3)

ne dit pas que cette stèle est en pierre 27 de Darius. L'inscription de bekhen, mais sa provenance n'est pas douteuse car il s'agit d'un personnage et qui s'y trouvait à qui a fait de nombreux séjours au Hammâmât précisément la date indiquée. M. M. Burchardt nous apprend que cette stèle est en schiste noir dur. est le schiste. Quand acquis que le bekhen du Hammâmât un minéralogiste nous aura renseigné au sujet de la chapelle d'Harsiésis et des de Londres nous saurons enfin si le mot bekhen ne pouvait pas encore obélisques à d'autres roches(4). s'appliquer Les pierres étaient dégrossies sur place. Le fait est prouvé par l'inscription du chef des travaux Meri : «Voici qu'il accompagna dix statues de magnifiques cinq coudées »(5), il est encore prouvé par les sarcophages qui ont été abandonnés sur la route (6\ C'est pour des expéditions V -=*t \'ll un V1 diriger %o «chef ce travail I* qu'on faisait figurer dans le personnel de Pharaon» ou un «surveillant des artistes Il reste donc

de l'an

et des sculpteurs». Les pierres n'étaient dans la vallée du Nil au moyen de chars pas transportées sans doute volontiers et comme on fit plus tard attelés comme on le supposerait à l'époque elles étaient traînées de l'escorte. La gréco-romaine; par les hommes fameuse scène gravée dans une tombe d'El-Bersheh se passait tous les jours entre

des artistes

"' Annales duServicedes Antiquités, VI(igo5),p. 122. Cette référence m'a été obligeamment com. muniquée par M. V. Loret. (2) amcédition, 191 2, p. 192. 13) Publiée par M. BmicnAitDT, Datierle Dcnkmiilerder Berliner Sammlung, aus der Achâmenidenzeit, À.Z., t. XLIX (1911), p. 69. Celle stèle m'a été signalée par M. L. Borchardt. '*' Je viens de recevoir une communication de M. Gardiner d'où il résulte que ces obélisques sont en basalte. (5' Hammâmât, 17,!. 11-12. 6' < De même que des statues et des sarcophages existent encore dans les carrières d'Assouan.

LES INSCRIPTIONS la vallée de Rohanou

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

27

les inscriptions Quand et le quai de Coptos(1). parlent les provisions(2), c'est pour nous apprendre d'animaux, que les ânes portaient des dieux et en l'honneur sacrifiés étaient ou antilopes que les boeufs, chèvres de Coptos Les troupes en Egypte(4). ou bien ramenés qui partaient mangés(3), le désert dans dont la présence d'hommes milliers comprenaient plusieurs les pierres à traîner si l'on n'admettait serait inexplicable qu'ils furent employés comme aujourd'hui toutefois que les Egyptiens, jusqu'en Egypte. Il est probable isodans ces régions nombre les fellahs, n'étaient pas fâchés de se savoir en dont les Bédouins de forces n'était lées, mais ce déploiement pas dirigé contre a un dont on peut dire qu'elle était possible. la rencontre La seule expédition m'a : «Mon maître, militaire fut celle de Henou Force, caractère Vie, Santé, envoyé gomme crainte donnés donc au pays de Pount un navire pour conduire maîtres en compagnie des cheikhs, fraîche, J'allai les pays désertiques parcourût et renverser de protecteurs. des attaques, hostiles les ennemis » Henou du roi, en guise et pour lui apporter du pays rouge pour avec les soldats pour les enfants du désert de la que sa ouvrir m'étant

la voie en avant à prévoir n'étaient pas tous font allusion soldats

eut d'immenses territoires qui traversa du désert mais on voit aussi que les habitants aux Egyptiens. C'est à peine si les autres inscriptions de la part de grandes des Bédouins. Le commandant «maîtrisant des les qualités guerrières, tous les pays

à des actes

hostiles

Amenemhat

s'attribue la terre

nègres, pénétrant mais il ne paraît eurent découvert

des Àmou,

parcourant

les envoyés pas en avoir fait usage. Quand la citerne, et qu'ils l'eurent à la d'eau, ils songèrent remplie dissimuler aux Bédouins16*. Si ces derniers étaient constamment prêts à causer aux voyageurs des désagréments, il n'y eut du moins pas de bataille rangée. guerriers; les Egyptiens n'auraient ils auraient renoncé battus, pas manqué aux carrières de rapporter de bekhen. leurs exploits

»(5), désertiques de Neb-taoui-rê

Vainqueurs,

(1>Voir le commentaire de cette scène dans L'art de bâtir chez les Égyptiens, p. 117-119. CHOISY, 11est curieux de constater que les termes techniques sont les mêmes dans l'inscription de Bercheh et les textes du. Hammâmât. On dit d'une part S)[U^ JÀ>~~*^, (El Berslieh, 1,1 4, 1) «Transport d'une statue de 13 coudées» et, d'autre part, n (Hammâmât, 1 9,1.13) «Il transporta ^^T^^ 1o statues magnifiques de 5 [coudées] ». La manoeuvre elle-même est désignée par le verbe I!—|^_i 1. 2; Hammâmât, 87, 7; 10/1, 6). (ElBersIwh, I, i4, l' ' Hammâmât, ii4, l. i4. 2 (3) Ibid., i 92, 1. 20-21. M Ibid., 1 52, I. 4. < Ibid., 43,1. 5' 7-8. <6> Ibid., 192, 1. 4-5. 4.

28 Les pierres la montagnell) de transporter venu ka-rê, paix dans dans étaient

J. COUYAT ET P. MONÏET. en général de transportées par ceux qui les avaient extraites Sanoùsrit Ier envoya une troupe ; cependant chargée spécialement les pierres avaient disposées que d'autres pour le départ : « Je suis des pierres pour traîner pour la majesté 3 8, le k du quatrième mois de l'inondation. mois de l'inondation avec du roi KheperJe suis parti en

ce désert l'année

quatre-vingts pierres traînées deux mille, cents et mille hommes. J'ai atteint par quinze ' 2)». On sait le quai le 2 0 du quatrième mois de l'inondation que les gens de Neb-taoui-rê seule pierre rester durent qui n'emmenèrent qu'une vingtquatre jours dans la vallée de Rohanou. Ce n'est, donc pas en deux que les gens de ment considérables prêtes quand carrière. Cette les Ier purent extraire quatre-vingts pierres Les pierres étaient par le poids et les dimensions. de les faire parvenir en Egypte arrivèrent gens chargés cargaison effectua en Sanoùsrit jours assurédéjà à la

le 6 du quatrième de [trois équipes]

le trajet quatorze jours qu'une caravane modérément fait en un peu moins de trois jours. chargée du désert Les ressources étaient évidemment à cette époque ce qu'elles sont c'est-à-dire insuffisantes de subsister aujourd'hui, complètement pour permettre à des caravanes une fois plus de huit mille personnes et qui en qui comptèrent comptaient dans les endroits plusieurs des boeufs sauvages et des antilopes que la pluie venait de favoriser, qu'il ne devait pas être facile de capturer à ceux qui ne possédaient que des arcs et des lassos et c'était tout. Les chefs d'expédition ne pouvaient donc donner le départ sans avoir prévu ces difficultés. L'un d'eux prétend avoir transformé «les vallées du désert en un pays verdoyant, ses montagnes en réservoirs d'eau(3)». Un autre a fait du désert un fleuve, de la vallée supérieure un canal(4), et un troisième a transformé le chemin en un fleuve, le pays rouge en un canton de terrains cultivés(5). De telles affirmations ne doivent simplement que l'eau se serait cru non pas et les provisions dans le pays rouge pas être prises à la lettre. Elles signifient se trouvaient en telle abondance qu'on mais dans les cantons verdoyants de en moyenne deux à trois mille. Quelques sources les unes des autres, de l'herbe rare jours de marche isolées, situées à

énorme

(1' Hammâmât, 19, 193. f2' Hammâmât, 87, 1. 4-8. La méthode inaugurée par Sanoùsrit Ier fut suivie par Sanoùsrit H (Hammâmât, io4, 6-7). H serait intéressant pour nous de savoir si les délais furent les mêmes. Malheureusement je n'ai pu déchiffrer dans celte inscription les chiffres qui marquaient les dates. ' 3) Hammâmât, 1. ("' Ibid,., n3, i2-i3. <s>Ibid,, 114, i3.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

29

le désert : Sankh qui parcourait ces provisions l'Egypte. Voici en quoi consistaient de vêtements, de II avait muni ses hommes d'outrés, au temps de Mentouhotep sortes{1). D'autres de toutes fraîches de cruches de bière et de plantes pains, à ses Henou de pains, étaient «rassasiés qui fit traverser grisés de bière(2)». un sts (?), deux nous dit : «Je donnai une outre, hommes tout le désert arabique Pour la grande homme vases d'eau et vingt pains à chaque expépar jour(3)». de. la viande, des grains, des gâteaux, dition organisée par Ramsès IV on emporta étaient prode bière(4). Ces provisions du vin de grenade et du vin, des cruches bablement Henou à dos d'ânes. Un passage apportées dit que les ânes à tour de rôle étaient car «pas un peu obscur chargés nous savons même de de l'inscription des provisions^. Henou

des ânes, ne fut pas seul à employer II qui eut lieu sous Mentouhotep Ramsès IV, des chars attelés de boeufs

Aux provisions qu'on emportait Sankh fut un grand chasseur(8). Le vieux

remplacèrent à l'occasion s'ajoutait

que pendant l'expédition un âne ne périt( 6) ». Sous les ânes(/). le produit des chasses. Adi ramena de son second

voyageur et cinq pots de graisse(9). les Quand voyage deux boeufs, cinquante antilopes eurent aperçu la gazelle qui venait de mettre bas, ils s'approchèrent,,. Egyptiens lui coupèrent la gorge et la firent cuire(10). Avant de s'embarquer pour le pays de de Pount, Henou fit une grande provision La préoccupation constante de tous les fut de remplacer régions désertiques par l'eau des outres qui devenait fétide dès les creusée par Henou dans eaux de façon à recueillir Il y a actuellement au un puits profond qui boeufs et d'oryx(J1). qui s'engagèrent sources ou des les citernes( 12) dans Egyptiens l'eau des

La citerne premiers jours de marche. le pays appelé Iaheteb était située sur le passage des les ruisseaux au moment des pluies(13). qui se formaient du une ouâdi eau Fouakhir, abondante, pas très loin des carrières, fraîche et saine. A l'entrée

milieu donne

(1) Hammâmât, j, 4-5. 1°-)Ibid., 87, 10-11. <3> Ibid., 114, i3. <*> Ibid., 12,1. 20-21. M Ibid., 114,1. i3. i6» Ibid., n3, 1. i4. '" Ibid., i2,l. 21. (s» Ibid., i,l. 7-8. <»> Ibid., i52,l. 4. '10>Ibid., iio,1.6. •"J Ibid., 114,1. i4-i5. (12> Voir la stèle de Kouban et les inscriptions du temple de Radesieh. (13) Hammâmât, 114,1. i4.

30 du être la Hammâmât, utilisée. vallée de des un Il ne autre semble

J. COUYAT ET P. MONTET. puits contient de l'eau qui pouvait cependant aient creusé des puits dans citernes où l'eau à pouvait sujets de Neb-taoui-rê 1) une citerne naturelle( qui la remplirent d'eau jusqu'aux Les salée

Rohanou, rochers

pas que les Egyptiens mais ils creusèrent des assez longtemps. de la vallée Ils

l'ombre eurent avait bords

se conserver

la chance dix coudées

de trouver en toutes

au milieu ses

dimensions.

la nettoyèrent, à la (avec l'eau de leurs outres probablement), songèrent à la fois des oryx qui auraient l'eau et des Bédouins garantir pu souiller qui auraient la citerne(2). les allées et venues faites dans «Or, malgré pu détruire ses parages des anciens rois venus aucun oeil ne par les soldats auparavant, l'avait aperçue, aucune face d'homme n'était tombée dessus'3'». Quel est l'Egyptien qui ne mit pas ses propres actions au-dessus de ce qu'avaient fait ses ancêtres'? Une inscription datée d'Amenemhat Ier nous rapporte un dramatique incident : «Mon maître m'envoya à Rohanou cette pierre merveilleuse, telle pour rapporter de pareille que jamais il n'en avait été apporté avait aucun chasseur ses qui connût depuis le temps du dieu. Il et qui pût l'atteindre. Voici ce désert sans en connaître la disposition. Voici devant et tous Min, Maut, la grande magicienne eux l'encens et nous sur le feu. vers La terre s'éclaira cette n'y que que les

je fis huit jours à parcourir je me jetai à plat ventre dieux du désert. Je mis pour et un second supérieur(4)». ture et les prétend plorer(5'. même un jour fut

le matin

parûmes

montagne

du Rohanou

les angoisses les voyageurs à errer à l'avenqu'éprouvèrent le chef de l'expédition, Antef, privations qu'ils durent supporter, ne se dispersa que la troupe pas et qu'il n'y eut pas de mort à déD'autres furent aussi heureux. «Personne ne manqua», affirme le vizir Malgré «personne âne ne périt; n'alla à pas un sous Sanoùsrit Ier «aucun aucun mérite ne fit un à ramener l'ordre ne perte; ouvrier ne fut malade^». homme ne fut sa fut dispersé; pas son homoD'après aucun n'eut pas

Amenemhat,

nyme qui vivait soif sur le chemin, pas un médiocre était parti.

malade,

moment d'un

7)». Il de découragement( n'y avait d'hommes long voyage autant qu'il en

W Le mot î— est dans cette phrase déterminé par un signe rare %* qui semble représenter coupe de la citerne. I2' Hammâmât, 191, 1. 3-5. I3' Ibid., 1.5-6. <« Ibid., 199,1. 6-8. (5) Ibid., 199, 1. 9-10. l«> Ibid., 113,1. 1/1-15. O Ibid,, 87, 1. 8-10.

la

SECONDE

PARTIE.

CATALOGUE

DES

INSCRIPTIONS.

ou sur les rochers sont gravées qui bordent inscriptions 209 premières de Keft à en allant le côté sud de la route qu'on a à sa droite qui dominent La première cette direction. suivant Kosseir. Elles sont numérotées inscription bâti environ après avoir dépassé un puits profond un quart d'heure se rencontre fort espacées, sont d'abord Ali. Les inscriptions de Mohamed à l'époque puis on de la à quelques mètres au-dessus creusée dans la montagne arrive à une carrière démoroute et dont les côtés sont couverts de bas-reliefs d'inscriptions égyptiens, à l'est de cette de graffiti. La partie de la montagne qui s'étend tiques et grecques, de toutes les la plus riche en inscriptions carrière est de beaucoup w; les graveurs Les époques polie. y ont utilisé Immédiatement et d'éclats presque tous la après, de rochers. eu. C'est qui présentaient n'est plus qu'un montagne On ne voit pas d'inscription doute que les anciens les rochers une surface assez tas de immense

fragments

jamais probablement rouler les gros blocs plus souvent avant

là sans

et il n'y en a carriers faisaient

de schiste d'arriver

le de l'un d'eux se brisaient qui au témoignage on retrouve de nouvelles en bas. En poursuivant, puis de plus en plus est la dernière inscription en rares. L'inscription On ne importante. l'ordre inverse,

inscriptions, contemporaine rencontre plus

nombreuses du roi

d'abord,

Imhotep après elle que quelques graffiti. Les inscriptions du côté nord sont numérotées c'est-à-dire la direction de Keft. Plus rares et moins elles s'étendent mâmât le côté nord

suivant

variées

sur un plus grand espace. En s'éloignant on trouve du côté de Keft comme du côté de Kosseir tandis d'en face en sont que les rochers se rencontrent encore entre inscriptions

que sur le côté sud, de la vallée de Hamdes inscriptions sur

Quelques Keft, aux endroits rotées

dépourvus. la vallée de Hammâmât Elles sont

et

et publiées

Kasr el-Banat. appelés Moueh, Abou-Koueh, à la suite des inscriptions du Hammâmât.

numé-

(1) Voir la planche II.

32

J. COUYAT ET P. MONTET.

I INSCRIPTIONS DU CÔTÉ SUD. 1. Inscription de [l-¥- ^ , contemporain les autres dé Mentouhotep sont Verticales. Les lignés II (pi. Hiéroglyphes III). cursifs : (<—«)

La première gravés au trait;

ligne est horizontale; quelques signes

hiératiques.

ne sont pas séparées

W Hiératique. (2) Le signe embarrassant &> a été lu A par M. Schiaparelli et sd par M. Breasled (Ancient records of Egypt, I, p. 217, note 6) sur la proposition de M. Gardiner. Il est en effet tentant de lui comparer le signe <Q, du nom propre <Q.V" ^~f" (PÉTRIE, Deshasheh, pi. XVII et XIX). Ce dernier signe représente une outre avec la corde qui servait à la porter; les outres sont bien d'autre part au nombre des objets indispensables qu'une caravane doit emporter dans le désert. l3) Le signe <=•=>e diffère que fort peu sur l'original du signe qu'on rencontre au Moyen n Empire dans le groupe "^ "fl* (LACAU, arcophages antérieurs au NouvelEmpire, II, p. 7 et 16). L'abS sence du déterminatif "H" conforme aux habitudes d'orthographe en usage dans les inscriptions de 1, la XIe dynastie et en particulier dans celle-ci, ne saurait nous empêcher d'attribuer au groupe ™ la lecture -—>-V %* \ ™. C'est donc un exemple à ajouter à ceux que M. Dévaud a réunis pour l'étude de ce mot (A.Z., XLIX (1 911), p. 106-116). |4) Entre les un signes Het rfftfî espace suffisant pour contenir un groupe est resté vide. • (5) L'oiseau et l'animal ont respectivement les formes c^t et 4S? îm ne permettent pas aisément de reconnaître à quelles espèces on a affaire. Il s'agit ici de chasses dans le désert et, d'autre part, des autruches, des oryx, des bouquetins, des gazelles sont fréquemment représentés sur les rochers du désert. Il est cependant difficile de reconnaître l'un ou l'autre de ces animaux dans les signes embarrassants. Il est probable que le rédacteur de l'inscription n'a pas voulu désigner telles espèces en particulier, mais que le groupe <<? doit se lire \k _^_ ,V et que le groupe <«? doit se lire £Z ; comme dans la formule des offrandes. (c) Les chiffres sont écrits avec les caractères hiératiques Ji. et ^ .

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

33

BIBLIOGRAPHIEPublié par LEPSIUS,Dônhnàler, II, i4o,g-, dont le texte est reproduit par : La NEWBÉRRY, Béni-ttasan, t. H, p. 18-19, et, en partie, par SCHIAPARELLI, catena orientale delLes monuments égyptiens de la vallée de Hammamat traduit par MASPERO, l'Ëgitto, p. 87-38; De quelques dans les Études de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV* p. i3-i4; (1877), loc. et par SCHIAPARELLI NUWBËRRY, cit.; par navigations des Égyptiens (1878), ibid,, p. 87-88; Ancient records ofEgypt, t. î, § 455-456. BREASTED, d'Amoîi " *—t | w, contemporain de Psa-

2. Inscription Ier (1). métique Un personnage suivant trois lignes

du

prophète

agenouillé verticales

lève les bras

les cartouches royaux " T \ÊÉ f o $ •*• : "iP CJf_ (+—*) : j | ^:SQ: devant

disposés 1 |p

du personnage est une inscription de six lignes horizontales ; la fin des deux dernières lignes à été enlevée par une cassure du rocher (»—A:

A droite

et au-dessus

3.

Une ligne

horizontale

(«—-)

:

iQq

à

""^

^w^ (?).

3 est un peu à droite et au-dessous du numéro a. A côté est gravé au trait un petit scarabée. Les numéros k, 5 et 6 sont situés sur le même rocher : 1 ' '^i^ A

Le numéro

4. Une ligne

horizontale

(^— ) :

lkM"m

V^^AL.

A gauche du dernier contient un dieu Ptah gravé au signe un petit rectangle trait, muni du sceptre Au-dessous des hiéroglyphes on remarque un oiseau et j\ un personnage. 5.

Un dieu Khnoum : (—)

assis, i ^

d'hiéroglyphes

tenant © ^

le sceptre *. | j

£;

devant

lui une ligne

verticale

(1>Voir l'inscription 51. ™ Le signe ^ au lieu de |£ (lire \\§ particulier dans ceux du Nouvel Empire. t. Mémoires, XXXIV.

~)

est fréquent dans les graffiti du Hammâmât,

en

34

J. COUYAT ET P. MONTET. 6. Le dieu Min ithyphallique est représenté du fouet /i. debout, coiffé du mortier entre une caisse surmonté d'arbres

des deux grandes et un autel

plumes,

muni

Il est placé

posées deux fleurs de lotus. Il y avait à droite un second de Min est une inscription verticale d'une ligne autel qui est effacé. A droite A &. dont les signes sont en partie effacés («—-*) : -w s J 1k © >—< » ~| où sont Plus sont à droite se trouve lisibles une inscription |Àf^] de cinq lignes horizontales iH^"WIU!l ; les signes

petits

et peu

: (—)

7. Une

ligne

verticale

(—«) au trait

:

V^^l^~l™" des personnages et un dieu

JL^J^' Ptah entouré d'un

A côté ont été gravés rectangle. 8. Une ligne Les trois verticale

(-<—«) : V

_ place

WMiê^â^sur le même rocher :

numéros

suivants

ont trouvé

9. Deux

lignes

horizontales

(•<—«) : j V :

] |.|i)|;|^.

10. Une ligne 11. Une ligne

verticale

(«—)

\^%\\^: Jiin ^ <=>Il commençait aussi par I les signes et j.

horizontale

(-<—«)

Un autre V-=». 12. Cette mètres

graffito

en grande des graffiti datée

partie

effacé

Au-dessous Stèle stèle pendant cintrée

se trouvent

des marques IV (pi.

de carriers

de l'an des

3 de Ramsès

IV). centaines est gravée de au

est séparée lesquels

numéros

on ne trouve

par plusieurs précédents aucune Elle inscription.

LES INSCRIPTIONS bord fendu nières de la route sur un rocher

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. bien droit

35 est polie, mais qui les derest brisé;

endroits. en plusieurs lignes de l'inscription

une surface qui présente du côté Le coin inférieur ont ainsi perdu

on a gratté les personnages en jaune sur un fond noir. deux registres.

légèrement La stèle est large

très

les signes du début(1). Pour obtenir la pierre de sorte qu'ils se détachent de de 1 m. ko cent, et se compose

offre au dieu le roi debout, face à gauche, Registre 1. Au milieu du registre, Il est vêtu de la sento à Amon une image de la déesse Mat et un objet indistinct. de sa à urseus. Au-dessus et à queue et coiffé de la perruque tablier triangulaire de trois lignes de deux ureeus. Légende verticale tête le disque solaire flanqué

Amon

est assis,

face à droite^ plumes ; d'une

sur le siège main il tient

gf. Il est coiffe du mortier le signe de vie *

surmonté un

des deux grandes sceptre verticale Derrière Min, Horus, P. Devant d'une

et de l'autre

lui est un autel (-<—-) '.ti_^

ligne

sur lequel ' ***•

est posée une fleur

de lotus.

Légende

le roi et tournés

comme

lui face à gauche un petit autel.

viennent

successivement

Min porte

Isis et Ouadjit. est debout ithyphallique Sa coiffure

derrière

Il tient

le fouet

/[

et

les deux hautes plumes; elle est munie d'une supporte terre. Sa légende est effacée. tige qui descend jusqu'à Horus est vêtu d'un caleçon court, à il porte la double couronne W queue; et tient un sceptre du de vie; 1 de la main longue solaire main droite. Légende un : \k » iaux %; seins. elle Sa coiffure d'une est main : à". solaire.

la barbe.

Isis est vêtue surmontée le signe

d'une disque l'autre

robe posé

collante, sur

prenant croissant

tient

est levée par

à la hauteur l'uroeus ailée, : îlil*. sens que

de l'épaule. coiffée du

Légende disque

Le registre Entre les ailes

se termine se trouve

à droite un anneau.

Légende

Derrière Khonsou,

tournés dans le même Amon, Bastit et une seconde uroeus.

lui,

se

succèdent

Maut,

W Cette lacune existait déjà lorsque Lepsius a copié l'inscription, 219 c.

cf. LEPSIUS, enhnàler, III D 5.

36 Maut dune est vêtue d'une

J. COUYAT ET P. MONTET. longue robe collante prenant aux seins. couronne Elle paraît jÊ. D'une coiffée main

dépouille le signe :2j|.

de vautour ¥ tandis

surmontée que l'autre

de la double main est levée

elle tient Légende Khonsou derrière Ses mains

à la hauteur

de l'épaule.

est debout, emmailloté. Il porte le dos. Au-dessus de sa tête le disque sortent /\. du maillot et portent un

l'urseus, solaire sceptre

pendant ^i. posé sur un croissant composé des signes P, | > f

la barbe

et un

et du fouet Bastit d'un

Légende (-^— ) : à tête de chatte porte l'urseus

~L « Aet la longue robe collante. Elle est munie

effacée. j. Légende Le registre se termine à gauche comme à droite par une la première avec cette différence entre qu'il n'y a pas d'anneau sceptre \°A

uroeus

semblable

à :

ses ailes. Légende

Registre a. Un texte de vingt-deux lignes lacunes gravés au trait; quelques («—-) :

horizontales.

Hiéroglyphes

cursifs,

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

37

38

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS,Denkmâler, III, Ancientrecords 219 e; traduit par BREASTEB,

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

39

La et traduits dans SCHIAPARELLI, Quelques passages sont transcrits o/Egypt, IV, § 461-468. Varia, XLIt, dans le Recueil de travaux, catena orientale dell'Ëgitto, p. 6o; cf. aussi SPIEGELBERG, t. XXI, p. 48. Inscriptions de Xerxès (pi. III). Le rocher 13. de "^] (^^^'Mù& ên Vm 36 de ®arius et lan 43

se trouve près et les deux suivantes cette inscription qui contient de la stèle de Ramsès IV. Hiéroglyphes style gauche («-—*) : gravés au trait;

40 15. Deux lignes

J. COUYAT ET P. MONTET. horizontales le même style d'hiéroglyphes (pi. III) gravées au-dessous AY jln| du numéro M^ iV. j_

précédent

et dans

(-<—«) : j -^p

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS Denkmàler, III, 2 8 3 g. , 16. faucon A une sur distance du groupe d'inscriptions grande JL , gravé soigneusement. un collier, assez 19-1 5 se trouve un

17.

Inscription

de

. (xx*^

en lan

^

d'Amenemhat

III (pi.

V).

L'inscription cales , séparées gravés

la première les autres vertihorizontale, comprend 17 lignes, entre elles par des traits et entourées d'un rectangle. Hiéroglyphes en creux, peu soignés (<—«) : légèrement

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUSDenkmàler, II, 13 8 d; GOLÉNISCHEFF, Résultats épigraphiqucs , d'une excursion, au ouady Hammamal, IX, 2 ; cité par BREASTED, Ancient records ofEgypt, I, § 711. (1' M. Môller (Hieratische Palaographie, I, n° a4i) attribue au crocodile à queue droite *— les valeurs ^Pf, ^ au crocodile à queue repliée ^3 la valeur fl^-^k. L'usage de \^.~*""' ^-V

LES INSCRIPTIONS 18. a Inscription Quatre de Çoit j en l'an

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. 26 de Darius dans (pi. VI).

41

comprises lignes horizontales du rectangle. cales au-dessous Hiéroglyphes

b trois lignes vertiun rectangle; : maladroitement gravés au trait (^—)

19. (Pl. V).

Inscription

du chef des travaux

^^

^

j4

en J'aû 19 d'Amenemhât

III

une ligne horizontale et des divisions pour contenir On avait tracé un rectangle sont restées et quinze verticales ; la dernière ligne et la moitié de l'avant-dernière a la pierre des défauts vicies. En plusieurs endroits que le graveur présentait évités. Les hiéroglyphes scription 17 (-<—«) : sont gravés en creux avec plus de soin que ceux de l'in-

réserver au crocodile ^ la valeur persiste au Nouvel Empire pV^ 1. Il importait donc RamsèsJX, pl. XX, 7; PÉTRIE,Abydos, III, 19,1. 5). constitue une exception à un usage qui paraissait bien établi. ^^5 W Sur l'original le fauteuil (lire ™P) occupe la hauteur d'un signe <2> Entre p et — se trouve une fente du rocher qui a obligé le graveur il en est de même 1. 9 entre ^fj et -*-. (3>Sur l'original il y a le personnage debout au lieu de ^. t. Mémoires, XXXIV.

Le (GUILMANT, tombeau de de signaler que le groupe long tel que fl. à espacer les deux signes ;

6

42

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS Denkmàler, II, 138 c; GOLÉNISCHEFF, , Hammamat, IX, li° 1: cité dans BRËASTED, Ancient records of Ëgypt, 1, § 710.

20.

Une ligne

verticale

d'hiéroglyphes

cursifs

(«-^)

:t

pS

f

] ^M^"

cursifs («—~) Une ligne verticale d'hiéroglyphes Sur le même rocher quelques signes isolés çà et là. 21.

' T VAlAWWV-J f JVTA

22.

Cartouches

de Ramsès gravés en creux

II(4). avec soin : de prove-

=11* ^—N

Hiéroglyphes

^ /^ * fuumi 1 "5rn Ml '

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Kônigsbuch, n°'52.4, sans indication et Le uance; BRUGSCH BOURIANT, livre des rois, n° 548.

'If

23 et 24. hiératique phallique. l'inscription

On rencontre, scène

et une

une inscription quand on a dépassé les cartouches, à Min ithyoù un roi cle basse époque fait une offrande est à peu près illisible dieu Min, des oiseaux dans des la montagne. inscriptions grecques, un ainsi que sur leurs

La légende

perchoirs, Sur le côté crocodile,

hiératique. puis on arrive droit

la scène qui accompagne On aperçoit encore un à une carrière creusée se trouvent nombre,

de la carrière des oiseaux

un chien,

La paroi du fond est occupée et par des graffiti qui paraissent tiques amusés à imiter les bas-reliefs égyptiens avec soin et ornée de bas-reliefs

en grand à droite

un personnage

par des inscriptions l'oeuvre d'artistes grecs qui (pl. VII). La partie gauche des derniers pharaons.

agenouillé. et démogrecques se seraient a été polie

à l'époque

I1' Il est difficile de savoir s'il y a /~~* ou —. . P) Entre J\ et i un espace suffisant pour un groupe est resté vide. (3' Le signe p est petit et placé devant JL. l<,) D'après Lepsius, suivi par Brugsch et Bouriant, ces cartouches appartiendraient à un roi de la XXe dynastie inconnu d'autre part. D'après un renseignement que m'a communiqué M. H. Gauthier, il s'agit simplement ici de Ramsès II. L'inscription 86 mentionne qu'une expédition au Hammâmât eut lieu en l'an 1 de ce roi.

LES INSCRIPTIONS 25 (pl. VIII). Un personnage

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

43

lève les mains devant Min. Le ^ il sur un socle; il porte le collier et le fouet /[; dieu ithyphallique est debout et muni surmonté du disque et des deux grandes est coiffé du mortier plumes du personnage est une insd'une tige; devant le dieu un petit autel. Au-dessus sont gravés en et personnages Hiéroglyphes cription de quatre lignes horizontales. agenouillé creux, dans le style habituel des reliefs de basse époque («—) : | "^p"^ J® J^J'.

La scène

est encadrée

dans

représentations, du disque et

un dieu Min, assis sur leur

un rectangle copie réduite socle, des dans

encore une quantité de qui contient du premier, des cynocéphales coiffés des oiseaux. Des inscriptions béliers, toutes les places libres. Le coin droit

et elémotiques sont logées grecques est occupé par l'inscription 26.

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 286 h.

26.

Bas-relief Amon

daté

de l'an

3 de Nectanébo sur

II (pl.

VIII).

Le dieu coiffure porte

est assis

face à droite

dépassent le signe ^

le rectangle et le sceptre

le siège rf. Les deux de sa plumes où est inscrite la scène ; il est muni du collier et A sa droite est une inscription . (*—«) : ( "~T~"1 1 1 de deux lignes

j\

verticales

(<—«) : î §• du dieu une ligne

V—'W«A horizontale

, A .2."^

Au-dessous

d'hiéroerlvphes

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 286 h. 27 (pl. Un naos contient une représentation VIII). du dieu Ptah. Le dieu est debout sur un socle; il est emmailloté, derrière porte la barbe et un pendant le dos. Ses mains sortent du maillot et tiennent un sceptre des composé signes et Devant lui est un autel sur lequel sont j\ f J. posées des fleurs de lotus. J " A droite est une de deux lignes verticales inscription : (^— ) j | k& V À H1*7*

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 287 a. 6.

44

J. COUYAT ET P. MONTET.

mais un peu plus grand, 28 (pl. VllI), Un second naos, semblable au premier, du dieu Ptah emmailloté : barbe, contient aussi une représentation collier, le dieu, un obélisque. Devant lui, une ligne verticale pendant, sceptre. Derrière ' ^ : d'hiéroglyphes (~) f^^Pf <^ 551^*^3 BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 287 a. 29» Bas-relief Le roi présente du temps les de Neetanébo à trois Ier (pl. divinités

VIII), contenues à l'intérieur d'une

offrandes

et Isis. Min, Harpocrate chapelle, Le roi est vêtu d'un grand pagne queue; devant il est il porte le collier, de l'uroeus et par derrière droite il verse de l'eau d'un vase allongé allumé «H-*J.

tombant de la bande

jusqu'aux double d'étoffe. au l'en-

chevilles couronne

et muni W munie

d'une par

coiffé d'une sur

De la main moyen censoir

des offrandes main il tend

y -^ .=—1

II; de l'autre

x\U ^—" —_ i \ "* '^

-^o ^* "L^ L » v m /

La chapelle qui loge les trois divinités est surmontée d'une frise d'uroeus coiffées du disque solaire. Min debout sur un socle porte le collier et un pendant il est coiffé du mortier il est muni verticale du fouet

;

'

1

^

*

v

des deux plumes; à tige surmonté Derrière lui une caisse d'arbres; /\. (<—«) : -w I V \\

devant

lui une

ligne

d'hiéroglyphes est nu; disque

Harpocrate surmonté du

droite le dieu porte • a J;MI Isis est debout, un collier du et quatre disque solaire

il porte un collier et un pendant; il est coiffé d'un mortier et des deux plumes. Le bras gauche est plié; de la main ^* le signe •¥•. Légende verticale 3) -*— "==!*' (<—-) : j jk

vêtue

d'une

bracelets; posé sur

aux seins; elle porte longue robe collante prenant sa coiffure est une dépouille de vautour surmontée un croissant une Q. ligne La déesse verticale tient le signe ligne <* et le

sceptre

I • Sa légende

comprend

et une

horizontale

(~Hi:SlHiZî*-|T!~ A gauche du naos sont Pas représentées de légende.

tourné vers debout, personnage il porte un long vêtement correctement;

un

la droite; laissant

les épaules le bras à nu.

LES INSCRIPTIONS Tout autour du naos et à l'intérieur, grecques

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. entre les personnages, sont gravées

45 de

nombreuses

inscriptions

et démotiques.

: LEPSIUS,Denkmàler, IIIs 287 a. BIBLIOGRAPHIE

Au-dessous un obélisque, et démotiques.

des bas-reliefs des personnages,

naos sans inscription, on trouve d'autres 26-29 des inscriptions des vases, des animaux, grecques 3o

de la carrière contient les inscriptions La paroi gauche et 31 ainsi que deux inscriptions démotiques.

hiéroglyphiques

30 (pl. commencé

Deux lignes verticales d'hiéroglyphes gravés en creux. On avait IX). à graver autour de l'inscription un carré qui est resté inachevé (-<—«) :

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Eammamat, IV, n° h.

31 (pl. IX). d'un carré („)

Deux lignes : | fc*Z^

verticales

d'hiéroglyphes î l\~~******

gravés

en creux

entourées

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, IV, n° 3.

A quelque distance de la carrière un caché par le sable contient les inscriptions

rocher

qui était 32-38 :

en très

grande

partie

32.

Inscription

du roi Pépi gravés (<—») : au trait,

Ier (pl.

X). suivant trois

V p^| — JJJ

llK. "^ ^, TÎT ' J*""j k^'^T)

VU f^ ^ l J

Hiéroglyphes lignes verticales

disposés

BIBLIOGRAPHIE:: LEPSIUS,Denkmàler, II, n5z; H. GAUTHIER, Le livre des rois dÉgypie, t. I, p. i5a (d'après Lepsius). 33 (pl. X). Trois lignes verticales verte en partie par d'autres graffiti, de caractères est peu lisible

hiératiques (~)

; l'inscription, : j frll^H8*

recouV

46 34. Cinq Liste lignes de noms

J. COUYAT ET P. MONTET. du temps de Pépi Ier (pl. gravés X). au trait (-*—«) :

horizontales

d'hiéroglyphes

35.

Inscription

du

|^jf\)

I (pl-

X). cursifs, gravés au trait (^—«) :

Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

36 (pl. X).

Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

cursifs

(<—«) : % ^ : \jt^

t H^*

37 (pl.

X).

Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

cursifs

(«—«)

|T

38 (pl. X). ifc-fr-lV

Deux

lignes

horizontales

d'biéroglyphes

cursifs

(«—«)

: ] *W ^^

39 Inl'

(pl. X).

Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

cursifs

J-»« («—«) : AH

JJ)M

40. Cette

Inscription inscription

de l«l domine

ta^lil, la route

contemporain

de Mentouhotep Elle comprend

II (pl.

XI).

de 7 à 8 mètres.

une ligne

(1)

L'original porte ici : I 4-

,

LES INSCRIPTIONS horizontale lisibles et quatre lignes verticales.

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. Hiéroglyphes gravés en creux,

47 très

(-«^-«) :

: Publié par LEPSIUS,Denkmàler, H, 1^9 Â; traduit par MASPËRO, p. cit., dans BIBLIOGRAPHIE o les Etudes de mythologie et d archéologie égyptiennes, t. IV, p. 13 y 41 (pl. XI). du disque personnage zontales droite entouré Dans coiffé Un cynocéphale assis sur le signe——., A côté du précédent. lui Un une fleur de lotus. Derrière £/, respire posé sur un croissant trois lignes horidu personnage dresse l'instrument \. Au-dessus .("—) j HJC horizontale, : î'AAHiï I^J^cT-É/ très effacée également. des crocodiles ^n Le à P61* tout est

d'hiéroglyphes une d'un petite

inscription

rectangle. et des cynocéphales

le voisinage des inscriptions ko- et ki sont représentés de manière fort humoristique. 42. Inscription de "jfP^Ê horizontales comme lignes en l'an dans une étaient

20 d'Amenemhat rectangle. véritable écorce recouvertes un La

III (pl. couche

XII).

Quatorze la pierre endroits.

lignes s'est soulevée

de superficielle et a disparu en plusieurs et le sable (-<-—) :

Les dernières

par les pierres

»l La disposition des signes indique que le groupe ^ -= doit se répéter devant les deux substantifs :

j, "^ a î ^ 1 111 111

m

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Les deux premières lignes sont publiées par LEPSIUS Denkmàler, II, i 3 8/: , cf. BREASTED, Ancient records of Egypl, I, § 71 2. 43, Cette d'un cursifs Inscription inscription il n'y carré; gravés de en l'an 2 d'Amenemhat III (pl. XIII).

^mmV—*jÂ

une ligne horizontale et douze verticales entourées comprend a pas de séparation entre les lignes verticales. Hiéroglyphes au trait («—*) :

BIBLIOGRAPHIEPublié par LEPSIUS, Denkmàler, II, i38a; : ofEgypt, I, § 707. 44 (pl. XIII). A gauche du numéro précédent;

cité par BREASTED, Ancient records

une

ligne

verticale

(-<—«) :

t1' Le signe *»-*hiératique. < Voir les inscriptions 51, 62, 68, 83, 1 28. 2)

LES INSCRIPTIONS quelques Après avoir franchi : rocher quatre inscriptions 45. mètres

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. on rencontre sur la surface d'un

à9 même

Hiéroglyphes

gravés

au trait,

ainsi

disposés

(«-—)

:

46. Un

Inscription

du

vizir

)^^jf

J^j-f

SduS Sethosis

Iï( 1) (pl.

XIV). les aux Q/D LÙA U| ;Z;

personnage cartouches royaux. aisselles. disposés martelé Derrière

devant face à gauche, lève les deux mains agenouillé, Il a la tête rasée et est vêtu d'un long jupon prenant lui est gravé l'instrument le signe une \. Les cartouches j; sont a été Q/D LCu QQ. J^!

verticalement (—): du

par-dessous est

>——•.Le signe de cinq

Au-dessus

personnage

inscription

lignes

T\AHBIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamal, II, n" 1.

'*•:

*

47.

Inscription

de ^f^ffen

l'an d'un

14 de Sanoùsrit carré

III (pl.

XIV).

Un texte de quinze lignes entourées sont premières lignes et la dernière

large de o m. 63 cent. ; les trois les autres verticales. Hiérohorizontales, au trait. Les signes de la dernière et glyphes cursifs gravés ligne sont petits resserrés. La partie du rocher choisie a été pour recevoir l'inscription auparavant soigneusement polie (-<—«) :

(1) Voir les inscriptions 2 3g et 2 46. (2) Le - est réduit à un petit trait horizontal —, comme dans les textes d'Hor-hotep. t. Mémoires, XXXIV.

7

50

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Les trois premières lignes sont publiées par BURTON, xcerpla hieroglyphica, E 6 a, dont le texte est reproduit , pl. VIII, n" 2 ; l'inscription complète par LEPSIUS Denkmàler, II, 13 'x) Le vase n'a pas été gravé de sorte que les signes t et J\ arrivent à se ressembler. (2' Dans ce mot et dans le mot suivant le rouleau de papyrus «*» n'est plus qu'un rectangle allongé; le cachet et les extrémités du lien n'ont pas été gravés. Dans le reste de l'inscription le cachet et un bout seulement du fil sont visibles comme c'est paiTois l'usage au Moyen Empire Bem-Hasan, III, pl. IV, fig. 6i). Le lien qui enroule le papyrus est figuré ici dans (cf. NEWBERRY, tous les exemples du signe. I3' Au lieu des signes ^ et *ft\ employés constamment dans l'Ancien Empire on a dans quelques inscriptions de cette époque deux personnages debout, l'un portant la main à la bouche "h, l'autre sur la tête une corbeille en équilibre (^ . On sait que dans l'écriture hiératique les jambes des personnages sont toujours représentées de la même façon : ^ correspond à % et J^ , correspond à ^fj. L'habitude de cette écriture a donc pu amener les scribes à représenter debout, dans les inscriptions hiéroglyphiques, des personnages qui à l'origine étaient toujours assis. '4' Le signe -•— est semblable au signe hiératique. '5' Le signe \ est pourvu de deux petits traits à gauche par influence du signe hiératique. (6) Ce passage est un peu indécis sur l'original où l'on voit <«^. La lecture est cependant certaine, car il s'agit d'expressions connues qui précisément se trouvent correctement écrites dans l'inscription — voisine (48,1. 10-11) : T" f f —^ j n TT J^ (" La n'a pas été gravée. pupille de l'oeil maintenant

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMAMAT.

51

traduit par La en partie avec une traduction par SCHIAPARELLI, catend orientale dell'Ëgitto, p. 3g; Ancient records ofEgypt, I, § 67a. BREASTED,

48. Cette

Inscription

de Hf P<=^~*~ est à côté

en l'an de la deux

19 d'Aïnênemhat elle

III (pl.

XIV), lignes et neuf vertigravés deux

inscription douze horizontales, cales.

verticales\-,

précédente; nouvelles lignes

comprend horizontales

13 et 1 k. Hiéroglyphes entre les lignes Il n'y a pas de séparation tracés de couleurs en creux, peints en rouge; (<—«) : quelques

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS,Denkmàler, II, t38 e, dont le texte est reproduit

en partie

•"Lecture adoptée sur la proposition de M. Loret. Le rouleau est un simple rectangle; le n est 8 mais le rf reste douteux. certain,

52

J. COUYAT ET P. MONTET. partielles de SCHIAPARELLI,

La par SCHIAPARELLI, catena orientale dell'Egitto, p. ho; traductions loc. laud,, et de BREASTED, Ancient records ofEgypt, I, 708-709.

49 (pl. VI). Un personnage est agenouillé devant un naos T qui une image du dieu Ptah. Devant le dieu est une inscription verticale •rM-rrTlTI-Au-dessous En dehors du dieu une ligne a du naos se trouve horizontale encore une (-*—) * : lu ir A v I ligne n

contient (<—«) :

^ wmm"r » • Wmm I I WÂ11 (»—>) : TJ| '«**'

horizontale

50. Inscription Hiéroglyphes disposés (<—) :

d'un nommé au trait

lk

il J \>nl

Ij^en

*an % ^e Xerxès( de l'époque

1)

(pl. VI). ainsi

gravés

dans le style gauche

persane,

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 283 H; GOLÉNISCHEFF, Hammamal, XVIII, nc 3.

51.

Inscription

du prophète contemporains

d'Amon

' {

8 Jt

et du

chef

des

travaux

|(s,'eM W)

de Psamétique

Ier (9) (pl. X). et d'un debout à tige

la tête rasée, vêtu de la peau de panthère Un personnage agenouillé, caleçon, un collier autour du cou, lève les bras devant Min ithyphallique, sur un socle, portant la barbe, le collier et le fouet /|, coiffé du mortier

W Voir les inscriptions i3, 1A6, i48, (2) Voir l'inscription 2.

16/1.

LES INSCRIPTIONS surmonté du disque et des deux

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. Devant le dieu, un autel Bâs-reliei |'

53 sur lequel ^ ® ^ r:"•_

plumes,

est posée une fleur de lotus ; derrière lui, une caisse d'arbres, exécuté. en creux soigneusement La légende du dieu consiste en une ligne verticale > ainsi Au-dessus de deux lignes et à droite verticales. du personnage, Hiéroglyphes deux lignes gravés en creux

: disposée suivies horizontales (*—>-) :

^ ^ J£ '-*** p | '-

Au-dessous

du numéro

sept inscriptions numéros 52, 53,

5i et presque au bord de la route La base en était (5a-58). complètement étaient visibles. 5,7 seulement

un rocher ensablée

contient et les

52. Inscription Un personnage dans l'inscription caisse d'arbres. Au-dessous gravés au trait

du chef des travaux lève les mains entre un

-<^>-I "1 devant

agenouillé précédente de la scène (~)

autel

le dieu Min représenté comme couvert de fleurs de lotus et une cursifs ~ 1 A© T et petits, ^ ^ ^-~^ Q

quatre lignes verticales. Hiéroglyphes ' ' ' " @ : f _ Lî I "» î ? ' I A*w«A I 1 »m~K t \\ I f&\ fit

53. Deux

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

gravés

au

trait

(+-^)

: ] —-^

A côté se trouve

un grafiito

dèmotique

d'une

ligne.

<]>Voir les inscriptions 44, 6i, 68, 83 et i 28. Les signes effacés sont restitués d'après Pins1. 3-4. cnption bi, (2i Ce graffito reproduit exactement le début de l'inscription 21 5.

54 54. Deux lignes

J. COUYAT ET P. MONTET. horizontales d'hiéroglyphes gravés au trait (<—«) : j I

55.

Inscription

de j***? m *"^f 4= V, cursifs gravés au trait

contemporain («—) : j ( °

de Mentouhotep zEJ

II. V

Hiéroglyphes

| Vk(sic) T ~£^

56. lement

On peut en caractères laissée inachevée. Inscription hiératiques la première \ et quelques ligne, signes de la seconde. ^C\\ Liste de noms appartenant cinq à l'époque lignes saïte (pl. XV). en creux

lire seu-

57.

L'inscription lignes puis

comprend

d'hiéroglyphes

gravés

(-<—»); les J, les

sont séparées quatre uroeus :

par des traits. fn, enfin

Au-dessus ^gj

on remarque tournés dans

quatre

personnages sens que

quatre

le même

hiéroglyphes

BIHLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, II, n" 3. 58. Situé celui Bas-relief au-dessous haut contenant le cartouche de (çjwjSj

J (pl.

XV).

d'en

de l'inscription deux registres, 57, ce bas-relief comprend celui d'en bas par une inscription. occupé par des personnages,

Le rocher ont été

une surface inégale et raboteuse. et hiéroglyphes présente Personnages il reste encore de des traces gravés en creux, puis, peints en rouge;

couleurs. Registre Amon coiffé collier; du 1. Il est occupé est debout, mortier il est muni face par seize divinités torse accompagnées vêtu de légendes court :

à droite',

de face,

surmonté

des deux

grandes

du pagne il porte plumes;

à queue, et le la barbe

du signe •¥ et du sceptre

JT-

LES INSCRIPTIONS «°+ Horus d'un pagne soleil muni Légende à tête court d'une (—) de faucon \l est debout,

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

55

face

à droite, ^< avec

torse le sceptre

de face; j\ Sur

il est vêtu sa tête le

à queue et porte uroeus î#^. : \"|J-

le signe

Min ithyphallique d'un mortier muni Derrière surmonté le dieu d'une

face à droite : barbe, collier et fouet; il est coiffé est debout, du disque et des deux grandes d'une tige et surmonté plumes. vers le haut et un édifice arrondi se trouve son sanctuaire, de cône; e J la porte ^.©West ornée ^. de Ptah. Le dieu Nil debout, il est que de l'enseigne \£(.

sorte : ^

Légende'(«—-) h° face Groupe

constitué

à gauche, porte coiffé d'une grosse perruque dans l'état du bas-relief (-<—«) : 8

par le dieu Nil en présence un pagne court et un roseau ornée de on ne peut £Z"?' et offre £ reconnaître.

en guise de ceinture; à Ptah certains produits

Légende Ptah et un

est debout

pendant de plusieurs de coutume jegende H—«) :

sur un socle, face à droite; il est emmailloté, derrière le dos. Ses mains sortaient du maillot, attributs; 8§||le sceptre f seul est encore

porte munies visible.

la barbe comme

5° Groupe constitué et Osiris. Les deux divinités sont placées par Harpocrate sur un socle rectangulaire. est lui-même Harpocrate placé sur un second socle soutenu par le signe ^fâ. 11 est tout petit et sans vêtement; il est coiffé de la double couronne M; il tient dans la main droite les signes f», J, 1 et dans la gauche le fouet K .

Osiris

est assis,

face à droite,

le torse il croise

de face, les bras

son costume Légende Sur Gomme plus

ne sont pas clairs; (~) : \%, du dieu occupe {^

sur le siège rf. Les et porte la couronne

détails M

de

j"\\\Xl\. le cartouche difficile à lire de (ou$ \

les genoux le cartouche

se trouve une

question

du roi

Men-Mieper-rê

place tout à fait inaccoutumée dans le reste de l'inscription,

et qu'il n'est on admettra

56 difficilement

J. COUYAT ET P. MONTET.

a été gravé par les auteurs du bas-relief. L'examen que ce cartouche et une de l'original et de la photographie prouve que les attributs d'Harpocrate ont été gravés par-dessus ce cartouche. Les auteurs de partie du corps d'Osiris notre place bas-relief qu'ils ont donc choisie trouvé le nom avaient de même de Men-kheper-rê un qu'ils ont trouvé de l'existence gravé sur la peu plus à gauche de ce cartouche est déjà

quelques graffiti. que le bas-relief 6° Gebeb

Le seul renseignement à tirer à Men-kheper-rê. est postérieur face à droite, surmontée vêtu d'un plumes

debout,

perruque

à uroeus f • (^):-|^JX à tête f, («)

de deux

pagne court et coiffé d'une grosse d'autruche II; il porte le signe >f*

et le sceptre Légende 7° Horus

111de faucon, vêtu du pagne couronne court W < à queue, muni du signe >V>

et du sceptre Légende 8° comme

coiffé de la double : ^^V^llJv sur (5°), un socle

Harpocrate

placé

précédemment

avec

que supporte cette différence

le signe mk. qu'il est tourné

Il est costumé vers la droite.

L%ende(~):V^VT1i:ti*e' 9° Le dieu Thot à tête d'ibis est debout, JJÈÎface à droite, un vêtu d'un de pagne papyrus muni et le trois

de queue, sceptre signes dés Q0.

coiffé années

de la couronne | auquel

H porte en bas

rouleau

s'accrochent

les signes

J: et en haut

Légende io°

(*—)

:

^_

—,"]

\ \ | |®. coiffée d'une dépouille de vautour surmontée

Isis debout,

face à droite,

des cornes aux miroir seins. (?).

et du disque \^/; elle est vêtue d'une longue robe collante, prenant Le bras droit tendu un porte le signe Hp, le bras gauche replié

ii° seins, munie

Nephthys coiffée d'une

debout,

face

à droite, de vautour

vêtue

d'une

robe

collante

prenant j~| . Elle

aux est

dépouille

surmontée *|.

de l'édifice

du signe (~)

>¥• et d'une :

image

de la déesse

Légende

Tj^P^fO^m.

LES INSCRIPTIONS ia° Horus à tête (70). (~) : \~ UU£' de faucon, j\ de faucon;

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. sa coiffure, ses insignes

57 comme

son vêtement,

précédemment Légende i3° signe grandes $

\ vêtu d'un

'• court à ufoetts à queue, surmonté muni du

Un dieu

à tête

pagne

et du sceptre plumes. (<—«) :

Sur sa perruque

le disque

des deux

Légende

"**** © j en une sorte coiffé comme mais de sac porté à l'ordinaire plus claire sur du et

du dieu Min consistant 1 k° Une représentation et d'où sort la tête du dieu un édifice à brancards mortier plus et des deux Une représentation plumes. est décrite sous le numéro 10I : _^|| o .V-A contient place «

analogue,

complète, (~)

Légende

^Hl

ML' deux 1. de la déesse disque et des représentations de

a. Le second Registre registre divinités qui n'avaient pu trouver i° Toueris deux Un naos à tête sommairement d'hippopotame, plumes (-.—-) M, munie *^

à gauche sur le registre une

indiqué coiffée

contient d'un % "1 "1H •

mortier

représentation surmonté du

grandes

du signe § Hll

Légende

: -=== naos contient ^^-I^TJ. est

2° Un second Légende (—):

également

une représentation

de la déesse

Toueris.

La partie droite cales (-«—«)' :

occupée

par

une

inscription

de dix-huit

lignes

verti-

58

J. COUYAT ET P. MONTET.

59.

Nom

de bannière gravés

du roi Psamétique en creux avec beaucoup (pl. VI).

Ier.

-^ de soin (<—«). : p=ri

Hiéroglyphes 60. Inscription

du roi Merenrê

L'espace occupé par les cartouches et sur les par un trait horizontal sceptres f et 1. Hiéroglyphes du . trait gravés

royaux est limité en haut par côtés par les deux ^>r -—"-*• au trait ainsi dis€\}

«—«, en bas ^ ..M. ^1 —=T i,u .' •.» ™ f~^ ^

Posés: Au-dessous horizontale

inférieur :

se trouve

une

ligne

d'hiéroglyphes

j^fYÂTl^^-

f^j ^

par BURTON, Excerpta hieroglyphica, H. GAUTHIER, Livre des rois, I, p. i64 (d'après pl. XIV, i; LEPSIUS, Denkmàler, II, iiïtd; précédents). 61. Inscription lignes de f o\\\ horizontales | Vy» d'hiéroglyphes contemporain gravés de Pépi au trait Ier.

BIBLIOGRAPHIE Publié :

les

Quatre

(-<—«) :

BIBLIOGRAPHIEPublié par LEPSIUS, Denkmàler, II, i i5 k, et, d'après Lepsius, : Ancient records o/Egypt, I, § 299. Urkunden, I, g4 ; traduit par BREASTED, (1) Le signe "^ fois au-dessous. a été dessiné deux fois, une fois, peu lisiblement,

par SETHE,

au niveau de la ligne, une

LES INSCRIPTIONS 62. Bas-relief daté de Pépi Ier (pl.

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. XVI).

59

chacun la moitié. A droite le roi est en occupent symétriques vers la droite; il est enveloppé Il regarde assis sur le siège d dans un pavillon. Ses mains sortent du maillot et d'un long maillot et coiffé de la couronne ^. avec le fouet tiennent un sceptre recourbé f\. Deux tableaux Légende verticale (*—) : ^^^~(JHD de gauche reproduit Le tableau symétriquement différence que le roi est coiffé de la couronne Q:. ^^ Légende verticale (—•-) : des deux tableaux, Au-dessous i Ç°\U'. une ligne 111^^ . celui de droite, avec cette

l"*"" horizontale

d'hiéroglyphes

(<—)

:

Personnages

et hiéroglyphes

sont gravés

au trait.

: Publié par BURTON, BIBLIOGRAPHIE Excerpta hieroglijphica, pl. X; LEPSIUS,Denkmàler, II, M n5a; WILKIKSON, anners and cusloms, III, p. 282 et, d'après Lepsius, par MORET, DU caractère religieux de la royauté pharaonique, p. 2 6 3 ; K. SETHE Urkunden, 1, 96 ; H. GAUTHIER , , Livre des rois, p. i5i; cité par MASPERO, Etudes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 6, et par BREASTED, Ancient records ofEgypl, I, § 296. 63. Bas-relief daté de Pépi Ier (pl. XVI).

Les personnages et les inscriptions sont encadrées un trait par le signe »——«, horizontal et les deux sceptres r et 7. Min est debout, face à droite, sur un socle en forme de trapèze, divisé en Il porte la barbe, le collier et le fouet A. Sa coiffure consiste compartiments. en un bandeau muni d'une tige qui descend terre et surmonté des deux jusqu'à à la hauteur de sa tête(1). grandes plumes. Derrière le dieu trois laitues montant Le roi est debout, à la même hauteur que le dieu et tourné vers lui. Il est vêtu d'un jupon court à devanteau il porte le collier; sa coiffure est munie triangulaire; d'une uroeus. D'une main il tient un long bâton et de l'autre une massue ——. Le roi est encadré par quatre A gauche, une ligne verticale (*—«) • légendes. Au-dessus du roi, deux lignes ' Vil ' *. 4= &

horizontales

(—*)

: î "V

l'J Même représentation sur un bas-relief de Koptos (WEIL, Décrets royaux, pl. IV) et à Deir elBaliari (III, pl. 81).

60 A droite Au-dessous une ligne

J. COUYAT ET P. MONTET. verticale (*—>) : ©f N : A? ;TV Qy fj~~\ ***' •

du roi (-—>)

A gauche du bas-relief de Pépi on remarque une scène sans inscription qui Un personnage vêtu d'un caleçon court, debout, paraît être d'époque persane. adore Osiris assis, le buste de face, sur le siège rf décoré par le signe Osiris J«. il a quatre mains croisées deux M, la barbe I et le collier; porte la couronne i et deux fouets /\, par deux, occupées à tenir deux sceptres A droite du bas-relief de Pépi subsistent quelques signes fc*' * r ^V;jj ,\ rp ftp

d'une

inscription

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS,Denkmàler, II, 11 5 e, et, d'après Lepsius, par K. SETHE, Ancient records of Egypi; 1, § 296, et par GAUTHIER, Urkunden, I, 96; cité par BREASTED, Livre des rois, I, p. 1 5s. 64. Une ligne horizontale datées d'hiéroglyphes de Men-kheper-rê f©^!»» se trouve cursifs (pl. un («—~) XII). : barbe, ithyphallique Au-dessous se trouve une Min : |^) I-

65 et 66. A gauche collier,

Scènes du

cartouche bracelet,

pendants,

est représentation analogue, que la précédente adore Min qui est placé derrière un autel que gravée au trait. Un personnage surmontent le disque solaire posé sur les cornes ^f et une fleur de lotus et devant la caisse d'arbres. 67. Une ligne verticale d'hiéroglyphes j». J devant un bélier accroupi sur un socle. .... de Psamétique Ier

haute coiffure. fouet, mais gravée en creux tandis

Sur la tête 68.

du bélier de

la couronne -«>-

(-<—») : l^j | S^(1),

—*— ^*®

Inscription

contemporain

(pl. XXVII). la tête rasée, vêtu d'un long personnage agenouillé, adore le nom de Min de Coptos entouré du cartouche : pagne, A droite du personnage une inscription de deux lignes verticales (-<—-). : Un f-""p\ J . ^ IV * J m *

BIBLIOGRAPHIE : PRISSED'AVENNES, Monuments égyptiens, pl. VI, n° 5. a' Voir les inscriptions 2, 44, 5i, 52, 83 et 128.

LES INSCRIPTIONS Immédiatement commode, à côté

DU OUADI HAMMAMAT. le rocher

61

de longue s'étaient mètre. Le sable et les pierres toutes les inscriptions, sauf celles qui portent ""^ du 69. Inscription à ^ "]#\)^ Trois lignes horizontales d'hiéroglyphes

68 de l'inscription mètres environ quatre

une surface présentait d'un sur une hauteur moyenne en cet endroit et recouvraient accumulés les numéros (pL cursifs XVH). (-*—«) : 69 et 70.

Un

peu

au-dessous assez effacés

une («)

petite :

inscription ft^X^MF

du

Nouvel ^

Empire J*©**£ w (pl.

en caractères

hiératiques 70. Liste

de noms

contemporains contient

de la reine

Amenardis

XVII). (6) Imméécriture :

(«) Un rectangle diatement au-dessous

deux lignes horizontales d'hiéroglyphes. on lit deux autres lignes qui sont de la même

71 (pl. Un peu 72.

XVII).

Une

ligne

en caractères

hiératiques

: /

(,g=\\, \, \^A^__

n^

au-dessous

on a esquissé de 1k 11 #1 en trois

des boeufs. en l'an 16 et en l'an 17 d'Artaxerxès

Inscriptions

*^

(pl.XVII). L'inscription est divisée registres : ligne horizontale ne

Le premier entre le signe •—— et une registre compris contient de deux dates (-<—-) : que la mention fênm,,,l!= (1) Voir les inscriptions 73, 102 et 186. fôn'n""

62 Le chacun ment(~): A droite touche et en face des second des

J. COUYAT est registre noms de divinités divisé disposés

ET P. MONTET. en trois verticale^T \ J "1. fin V J_ compartiments qui contiennent

noms

divins

le

car-

-p* \-m.

d'Artaxerxès

disposé

verticalement

(«—«) :

: Le'troisième tales (-<—«) :

registre

comprend

une

inscription

de

trois

lignes

horizon-

73. Trois entre

Liste

de noms

contemporains gravés

de la reine en creux

Amenardis( d'un

1)

(pl.

XVII). et séparées

lignes d'hiéroglyphes elles (-<—«) :

entourées

rectangle

74 (pl.

XVIII).

Deux

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

gravés

au trait. (<—-)

:

75 (pl. XVIII). est debout deux deux

Un personnage il porte Devant derrière

agenouillé la barbe, lui est un se trouve

^A le fouet autel une

adore

Min.

Le dieu ithyphallique à tige surmonté et à gauche entre des de le

sur un socle; plumes. semblables;

et le mortier

grandes vases

T flanqué caisse

à droite

d'arbres.

Il y avait

(1) Voir les inscriptions

70, 102 et 187.

LES INSCRIPTIONS personnage été effacée une inscription volontairement. et le dieu

DU OUÂDI HAMMAMAT. de quatre lignes verticales qui paraît

63 avoir

76 (pl.

XVIÎI).

Deux

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

(•«—•)

: j

jj^V)!

o

77 (pl. XVIII).

Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

soigneusement

gravés

au

78. Deux par un seconde

Liste

de noms

contemporains gravés y a un trait vertical

de la reine au trait

Amenardis

(1)(pl.

XVIII).

lignes d'hiéroglyphes Il trait horizontal. ligne; un petit

du numéro précédent séparées la première et la trait horizontal entre 77 (-eJ~*} : sépare la ligne 2 du numéro

79. Deux dessous

Liste

de noms

contemporains

de la reine gravés rO 4I

Amenardis( en creux A

1)

(pl.

XVIII). au"r"

lignes

horizontales 78

d hiéroglyphes : j »

immédiatement ^ ' î I

du numéro

(*—«)

'""""r

80 (pl.

XVIII).

Une

ligne

verticale

d'hiéroglyphes

cursifs

(«—*)

: f V(')^P)

81. Trois

Liste

de noms

du temps

d'Amenemhat gravés

III (pl. au trait

XVIII). soigneusement (-<—-) :

lignes

verticales

d'hiéroglyphes

¥ Au-dessous des lignes 2 et 3 on voit une autruche et les signes >*<X [FJ.

(1) Voir les inscriptions

70, 102 et 187.

64 82 (pl. XIX). Deux

J. COUYAT ET P. MONTET.. lignes verticales d'hiéroglyphes cursifs («—«) : ] f l(?)^(?)

83 (pl. verticales,

XIX). puis

Hiéroglyphes en colonnes

cursifs horizontales

disposés (<—«)

sans : j

ordre, «iïîïL

d'abord , v^

en colonnes î TK

84 (pl. sinés (~)

XIX). :

Une

ligne

d'hiéroglyphes; JJ-.

les

signes

ne

sont

qu'à

moitié

des-

C-^— contient

Le rocher

en cet endroit

plusieurs Ier (pl.

graffiti

démotiques.

85. Cinq

Liste lignes

de noms

du temps

de Pépi

XIX). au trait V~ clans le bon Î "^t" style de

horizontales (~) =

d'hiéroglyphes j V^t.Iljf

gravés PM

l'AncieaEmpire

86.

Inscription

d'un

*~~l

|f

• en l'an

1 de Ramsès

II (pl.

XIX).

a. Un texte de deux lignes ; la première elle est soulignée ligne est horizontale, d'un trait et forme angle droit avec la seconde qui est verticale. Hiéroglyphes gravés au trait (~) : j f ô'^^nm^lit^ CESIEËI ^

b. Dans fendes îegenues 87.

l'angle

compris

• |™0— . ( %n> ^ Inscription d'une

entre les deux O — HI,»-

lignes

deux

textes

de béliers

avec

les

au nom de I

^^\k

~"^^^

en l'an 38 de Sanoùsrit

Ier (pl. XX).

et de dix-sept ligne horizontale lignes verticales séparées par des traits et encadrées La moitié gauche de la première par un rectangle. ligne est détruite; il manque et fragments de signes dans le haut quelques signes des dernières cursifs au trait; gravés quelques lignes. Hiéroglyphes signes hiératiques (-<—-) :

Un texte

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

65

(1) Tous les signes l'onds 0,0,©,© sont dans cette inscription figurés par un simple rond o. (2) Sur l'original l'oiseau que je transcris 7y* a la forme ^ . (3) Le — placé au-dessus du est à peine visible. | '4) Dans cette inscription le signe *£* est toujours semblable au signe hiératique J[_ . (5>Le signe que je lis —m est sur l'original petit et effacé. Il se pourrait que ce fût un «=. (6) Le signe ^ est semblable ici au signe hiératique £ . (7) Le déterminatif •*. a la forme du signe hiératique. (8) La pupille de l'oeil n'a pas été tracée. (9) Le signe Q a la forme du signe hiératique g . (10) Le déterminatif du mot A^.— est un rectangle irrégulier surmonté de deux petits traits £±±3. Le rouleau de papyrus -J*- a dans cette inscription une forme très voisine, mais les deux petits traits s'y rencontrent en un même point avec le côté supérieur du rectangle. Dans le hiératique du Moyen Empire les signes qui correspondent à -»<- et à *** sont parfois très voisins l'un de l'autre. Je pense donc que ci^i est une forme cursive de ***•qui est d'ailleurs le déterminatif attendu. (n) Le signe f~& a la forme ^ . 'l 2) L'original porte ici : jl n ; la lettre qui est à gauche du h est très peu distincte. La transcription adoptée m'a été JT . suggérée par M. V. Loret. Un bon exemple de l'expression À tombeau de Mera à Saqqarah dans une légende qui accompagne mi hb njr se trouve au , des'scènes de boucherie : ? Z, (Ghambre C 3' ¥ 11J CD î ^ \1.\ \ > ^ ^ d'après ma copie). ,13) Le signe que je transcris Jfr a sur l'original la forme p. J'avais d'abord été tenté de lire t Mémoires,. XXXIV. 9

66

J. COUYAT ET P. MONTET.

88.

Scène

et inscriptions

du temps devant

d'Amasis Min;

(pl.

XXI).

Le roi Amasis à pendant et à queue. surmonté les deux

est agenouillé et porté le collier; Le dieu et des

du casque de guerre ?Ly il est vêtu d'un caleçon à devanteau triangulaire est debout sur un socle; il est coiffé du mortier plat à tige deux plumes; il porte la barbe /\ J, un collier dont

il est coiffé

du

disque

Derrière en forme Légende

se croisent sur sa poitrine, pendants le dieu est son sanctuaire : un édifice de cône du roi et dont la porte est ornée : 4° ^

le fouet à toit rond,

et deux surmonté

bracelets. d'un objet

de l'enseigne (• ^ »"]| "ijî

\§(( j?> V iTj ^P

(verticale)

(—>)

Légende A droite verticale, tions ration observé. que j|.

de Min (verticale) de cette scène

(<—«) on trouve

: M

-vis- îjf

J jk®d'une ligne d'abord les mêmes direcle geste d'ado-

: a une

inscription

b une seconde puis horizontale; inscription qui suit la première; un personnage faisant enfin, debout, Dans C'est les inscriptions qu'on trouve le sens ^ de l'écriture de =4?^ n'est •

pas

régulièrement

ainsi

=L au lieu

mais il était difficile d'admettre que p fut "s. J'avais ensuite songé à lire "V © I H I -_£"^/»~*ï J "^, ce qui aurait été le nom d'un chef bédouin, mais les formes hiératiques du signe ¥ sont quelque peu différentes de p. La lecture Jfr qui m'a été indiquée par M. V. Loret est exacte du point de vue paléographique et fournit un sens satisfaisant. : «Le chef de la ville d'Edfou, Isi». (1' Le premier signe de la ligne 17 est mutilé; on distingue encore l'extrémité de l'aile et des pattes de l'oiseau V • (2) Le signe a sur l'original la forme <ê?. f3' Le signe qui a disparu dans la lacune peut être le signe sj^; cf. les groupes ^| ^'^^ -£^*-*-5]\Q,

LES INSCRIPTIONS

DU OUADIHAMMAMAT.

67

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS,Denkmàler, III, 275 c. 89* Une verticale d'hiéroglyphes cursifs (+—*) -w W M« â

ligne

J

1

90^ Une

Inscription ligne

de fo

Ï>

, contemporain devant

de Darius. une représentation de Min («-—*) '

verticale

d'hiéroglvphes

•* BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, III, 275^. 91. La cursifs Inscription première gravés de Ça* ligne au trait, est j en l'an horizontale, 26 de Darius les autres (-<—)

(pl. sont :

XXII). verticales; hiéroglyphes

de forme

maladroite

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS, Denkmàler, III, 2 83 b. (1>Les signes ^ \|£ oubliés ont été rajoutés au-dessus de la ligne, mais dans le sens opposé. 9-

68 92, Liste de noms

J. COUYAT ET P. MONTET. contemporains d'Amasis et de Darius (pl. XXII).

Treize

par un entre les lignes.

lignes horizontales. trait vertical et une

est séparée du texte suivant L'inscription (n° 9 3) fente du rocher. Il n'y a pas toujours de séparation cursifs semblables à ceux du numéro Hiéroglyphes 91 (*—-») :

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS Denkmàler, III, 2 7 5 a. , 93. Inscription lignes («—«) : de foi* d'hiéroglyphes (pl. XXII). semblables à ceux des deux inscriptions pré-

Dix-neuf cédentes

(I) Le cartouche est disposé verticalement,

en dehors de la ligne, au-dessous du groupent!

&.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

69

BIBLIOGRAPHIELEPSIUS, Denkmàler, 111,375 t

a.

un perest gravé un joli bas-relief A gauche de l'inscription représentaut muni du t en présence dune déesse vêtue dune vêtu d'un long jupon, sonnage la couronné à urseus que surmonte coiffée d'une perruque Mjupe collante, 94. Stèle Stèle cintrée de Sethosis limitée Ie"; (pl. à droite

XXIII),

et à gauche par r et I. Le cintre assez irrégulier des deux est occupé par le disque solaire à cause de la forme du rocher flanqué des rayons terminés A gauche Amon est assis, uroeus d'où partent par des mains. des sur le siège rf; il est coiffé du mortier face à droite, plat à tige surmonté le et tient d'une maiu deux grandes il porte la barbe et le collier plumes; le sceptre lui des vases et des fleurs sur des autels. T. Devant signe •¥«, de l'autre Légende La rement (<—) ; IW& le vase f\ et l'autel , . . une IV. niveau plus bas, à uroeus et porte (»—>-) : : O Y •*>T gravés en offre la O y \IMMMj à Amon deux ^_ *N I | \, U»^ place où avaient été antérieu-

légende, gravés

occupent

les cartouches sur d'une un

Le roi, vases barbe. #.

agenouillé Il est coiffé

d'Aménophis à un socle,

Au-dessus

ronde perruque de lui les deux cartouches légende hiéroglyphes verticale

Derrière Les avec

le roi on lit une

"*»" creux

et les personnages une grande perfection.

sont

BIBLIOGRAPHIE : PRISSED'AVENNES Hammamat, III, n° 5. , Monum. égypl., pl. VI, n° i ; GOLÉNISCHEFF, 95. Un d'une de 1k-=»ll\ face à uroeus à gauche, surmontée *==* offre de Xerxès au dieu et vêtu Min;

Inscription roi debout,

V^P* deux

contemporain vases #

(pl. XXI). il est coiffé

perruque

du diadème

|]»y

de la sento à de-

70 vanteau triangulaire et des deux sur t

J. COUYAT ET P. MONTET. et à queue. Min est coiffé du mortier à tige surmonté du il porte la barbe, un collier dont les deux pendants plumes, le fouet vases vers /[ d'où et deux l'eau bracelets. déborde. que Devant Derrière un le dieu un

disque se croisent petit tuaire et d'une

sa poitrine,

autel

surmonté d'un

de deux édifice

lui un sancobjet conique :

composé

arrondi

le haut

surmonte

porte ornée de l'enseigne Au-dessus des vases se trouvé

\£(. une légende

de deux

lignes

verticales

(<—«)

A gauche

du

sanctuaire

une

inscription

de

trois

lignes

verticales

(«—*)

:

96. Les glyphes

Liste deux

de fonctionnaires

datée

de l'an

3 d'Amenemhat

III (pl. verticales.

XXIV). Hiéro-

les cinq autres premières lignes sont horizontales, en creux, lisibles et bien conservés gravés (-*—) :

: PUISSE B'AVENNES, BIBLIOGRAPHIE Monuments égyptiens, pl. VI, n" 8; LEPSIUS, Denkmàler, II, t38 b; GOLÉNISCHEFF, Hammamat, X, n" a. 97. Bas-relief du temps de Nechao sur un II (pl. socle

XXIV). en face d'un cynocéphale coiffé du

Un personnage assis dans disque Légende verticale

est agenouillé son sanctuaire. (-—»)

: 4= A du groupe

On reconnaît martelés.

au-dessus

m*"**" les deux

cartouches

de Nechao

qui

ont été

98.

Cartouche

du

roi

Men-kheper-rê gravés au trait

(pl.

XXIV).

il >v

p mm L J

Grands

hiéroglyphes

(-<—«) :

LES INSCRIPTIONS 99. (pi-xxiv). Hiéroglyphes gravés en creux (-f—) Inscription de l'an 8 de Nechao

DU OUÂDI HAMMAMAT. II +^ fTl °I : y * ~5^ 0 ^ \ -" frm 1 111.1.

71

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS Denkmàler, III, 2 7 3 b. , 100. tique Un de l'an 3 de Psamé-

Inscription II (pl. XXIV). bélier sur un

socle,

face

à droite,

coiffé

du diadème

«jjb-

En

face

les

de Psamétique (-i—«) : Un peu plus bas on a gravé encore une fois, mais les cartouches du roi. Enfin, on lit au-dessous ment, cartouches

peu lisibledu bélier,

"^O ^—x

4=Ils *h^\

: LEPSIUS Denkmàler, III ,275e. BIBLIOGRAPHIE , Les inscriptions 101. Cinq Liste lignes 97-100 sont groupées sur le même rocher.

T^ ^—^

y '

v

de noms verticales

contemporains d'hiéroglyphes

de Pépi gravés

Ier. au trait (-<—-) :

Un peu

au-dessous

de l'inscription

un nom

oublié

a été ajouté

:V

~-,

t •

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS, Denkmàler, II, 1 i5 b. 102. Cinq Liste lignes de noms de la reine cursifs Amenardis(1). gravés en creux (-<—«) :

contemporains d'hiéroglyphes

horizontales

l1' Voir les inscriptions 70, 79 et 187.

72

J. COUYAT ET P. MONTET.

Monuments égyptiens, pl. VI, n° k; LEPSIUS, par PRISSE D'AVENNES, Denkmàler, II, 115 c, et, d'après Lepsius, par SETHE, Urkunden, I, gi-5; traduit par BREASTED, cf. GAUTHIER, Livre des rois, I, p. 162. Ancient records ofEgypt, I, § 3oo-3oi; BIBLIOGRAPHIEPublié : A Inscription de^*l «^j^^^^kenranlldeSanousritlI^u.XXVI).

104. Cette

et huit lignes verticales et une ligne horizontale inscription comprend Les signes sont gravés si des précédentes. seize lignes horizontales à gauche une à en prendre et se détachent si mal que j'ai dû renoncer peu profondément deux clichés a été faite d'après qui suit, fort incomplète, copie. La transcription W La ligne h est séparée de la précédente par un intervalle assez grand. (2) La première fête sd de Pépi Ier eut lieu en l'an 18 (cf. l'inscription 107). (3) Les le titre lignes verticales 3-7 sont disposées au-dessous de la ligne 2 pour montrer que '"' s^ppliq 116aux cin<I noms des lignes 3-7. S.Vk©^f

LES INSCRIPTIONS pris

DU OUADI HAMMAMAT.

73

où l'éclairage était le plus favorable, La première par M. Couyat au moment les la date; les lignes a-6 contiennent des formes laudatives, ligné indique la liste des gens qui prirent Vient ensuite lignes 6-9 un récit de l'expédition. part avec au Voyage. l'inscription On remarquera 87 qui date les ressemblances de Sanoùsrit que Ier (*—*) : présente cette inscription

Mémoires,t. XXXIV.

10

74 105, Grâffito du temps

J. COUYAT ET P. MONTËT. de Mentouhotep cursifs, IL gravés au trait (+—*) : fo^T" J

Une ligné

verticale

d'hiéroglyphes

106. en l'an a. muni

Inscription 10 de Xerxès A droite

de \k (pl.

I j^®ll^»^ XXVII), se trouve

et de son frère

\^-==>f|%

^^

de l'inscription de brancards est pose, tous qui deux

un bas-relief

en creux.

Sur un

socle sphinx dune ^.,__ , _ ^ ©

superposés, corniche sorte sort

de profil'>. un en marche, la queue un faucon

siège orné d'un lion et d'un en l'air, Le siège est surmonté couronne étendues. Jf et une

supporte de Min

coiffé de la double déesse coiffé aux ailes

de sac muni la tête

à l'arrière portant grandes se compose au trait

d'une la barbe, plumesw. d'une (.-.)

De ce sac surmonté du

du mortier

disque

et des deux

Légende ligne : verticale

plat verticale :

b. L'inscription Hiéroglyphes gravés

et de trois lignes (oM^k^ffl]

horizontales. | ^P

j { ^JZl

BIBLIOGRAPHIE : Les trois premières lignes de l'inscription Denkmàler, III, 2 83 k. 107. Inscription de " (®MÏ]| en trois f \% en ran

seules sont publiées dans LEPSIUS,

48 de PéPi

1<îr (PL XXVII).

La première comprend sept lignes parties. la troisième la seconde une ligne horizontale et huit verticales; horizontales; sont gravés au trait Les hiéroglyphes une ligne horizontale et neuf verticales. mais avec soin; quelques signes sont effacés («—«) : peu profondément, L'inscription se divise

M M. Chassinat a eu l'obligeance de me signaler l'intéressant travail où M. Daressy décrit et et de publie plusieurs monuments qui représentent comme le nôtre un siège portatif orné de lions spbinx et surmonté d'un sac d'où sort la tête de Min (Une nouvelleforme d'Amon, dans les Annales du Servicedes antiquités, t. IX, 1908, p. 6/1 et seq.). Au Hammâmât même une seconde représentation de celte divinité, beaucoup moins claire, se trouve parmi d'autres dieux dans le bas-relief 57 (q, v.).

LES INSCRIPTIONS

DU OUÀDI HAMMAMAT.

75

BIBLIOGRAPHIE : PRISSED'ÀVENNES, Monuments égyptiens, pl. VI, n" 3. Les dix-sept premières et, d'après Lepsius, par K. SETHE, lignes sont publiées par LEPSIUS,Denkmàler, II, n5g, Urkunden, 1, g 3; elles sont traduites par E. de Rouge, dans ÏAeg. Zeitschrift, t. III, i865, p. 84; par Maspero, dans les Eludes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 6; par l1' Après le mot ZJ\f ! ^a %ne se partage en deux; le cartouche occupe la partie supérieure ; la seconde partie du nom occupe le bas. (2) Il s'agit ici non pas d'un mais de deux personnages nommés personnage appelé J©| !I\' l'un ^:#l> le second If \ qui sont déjà connus par l'inscription 6i, 1. A :'"^^uifVH^ùl^-^Sans répéter denx fois le titre "l^JTu, le scribe aurait pu montrer clairement qu'il s'appliquait à deux noms en disposant "1^p\) J fi_' ou d'une manière analogue. Par exception à un usage qui est presque constant sous l'Ancien Empire, le scribe a simplement écrit les deux noms à la suite l'un de l'autre. j 3' Le dernier signe mutilé est rétabli d'après l'inscription 85 qui mentionne un nommé ji\k-=- 2 *^>. Ce nom propre est assez répandu. On le trouve au tombeau de Mera (Chambre A4) avec un déterminatif analogue. M.V. Loret m'a communiqué qu'un nommé J^V<=~"B est mentionné dans un tombeau encore inédit qu'il a découvert à Saqqarab. Le nom commun J"V .=»<^» signiGe cfpanier» (M. a38, T. 84, N. 6i5). Le signe S représente donc une sorte de panier avec la corde qui servait à le suspendre. w La ligne 8 se compose de deux litres écrits horizontalement qui s'appliquent aux huit personnages dont les noms occupent les colonnes verticales 9-16. La disposition des lignes montre avec certitude que le premier titre convient aux trois premiers noms, le second aux deux derniers. Il peut donc y avoir doute pour les trois personnages des colonnes 12-1 4, mais il faut remarquer que deux personnages de la liste sont appelés du même nom ^^ I, le cinquième et le septième. Puisque ce dernier est porteur du second titre 2=~ ^_ "Ç" V"=- { 0 >ï'autre doit l'être du premier =^L | Û ^k,cfi • On reste encore dans le doute au sujet du sixième individu qui peut également prétendre à l'un ou à l'autre titre. (5' La ligne 17 se compose de trois titres écrits horizontalement. Le premier s'applique aux personnages nommés dans les lignes 18-23 ; le second aux personnages nommés dans les lignes 24-2 6 et le troisième au dernier nom de la liste. !6' La ligne 19 est écrite horizontalement au-dessus des lignes verticales 20 et 21. Les person* I et f VI sont donc porteurs du titre P t fflÉen m^me temps nages nommés dans ces deux lignes que du titre ]^ f$) 2 qui leur est commun avec leurs deux camarades ^ \^= \\ et | ~Q"\.

76

J. COUYAT ET P. MONTËT. comme s'il

Ancient records of Ëgypt, I, S 298. La fin de l'inscription est publiée, BREASTEDr s'agissait d'une inscription indépendante, par LEPSIUS,Denkmàler, II, ii'5-Z, 108» Stèle solaire lit (*—) verticales Stèle cintrée flanqué d'un inconnu en l'an 19 d*Amenémhat III XXVIII).

(pl.

Le cintré contenait large de 0 m, 60 cent, environ; A côté de l'aile des deux ailes ; l'aile gauche a disparu,

le disque droite on

se compose dé trois lignés horizontales, onze : «**^ |îTy L'inscription et une dernière La surface du rocher s'est soulevée ligne horizontale.

en plusieurs en sorte que le tiers de la stèle vers la gauche endroits a disparu. verticales La dernière des lignes que (L 14); n'est plus représentée la stèle à gauche n'existe plus; on peut le trait qui limitait signes; par quelques donc se demander si une ou plusieurs lignes n'ont pas disparu sans laisser aucune et est tombée trace. C'est exactement et il y avait peu dans car la sixième des lignes verticales (1. 9) se trouve probable l'axe du disque solaire. Elle occupait donc le milieu de la stèle cinq lignes à sa droite comme à sa gauche (-<—*) :

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, IV.

LES INSCRIPTIONS 109» Deux lignes ^Ai&wte**-.; 110» Inscription (pLXXIX). A. entre L'inscription les signes f encadré Une verticalesd'hiéroglyphes

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. cursifs .. (*—•); :| A r~]S\ -

77

dé l'an 2 de Mentouhotep

II, dite

«du

miracle

de la qazëlle»

/|. Au-dessus

de coutume comme qui est comprise du ***** se trouve l'indication dé là date (-*—») : W=^ rf © "!^~ M\ --jfiL L "& 4^, fmm v -±-~N . % V %. Z-^. : jj'fe- •**& *w^ ^___,. '-I..11 — feà ilH/T""*"^ m m .-.-. .-.-..

scène

I ©i il "^i i i Immédiatement au-dessous, et prénoms du roi :

les noms

Le roi offre à Min les deux vases de

• Il est l'ait 4 4. Légende («—*) « t sans uraeus, la barbe et le: collier, Son debout, porte une grosse perruque est une sento /YV munie d'une queue. Min est debout vêtement sur un socle. II porte la barbe, le collier dont les pendants se croisent sur la poitrine et le fouet, il est coiffé du mortier des pas de bracelets; plat à tige surmonté deux plumes, mais non du disque solaire. Le sanctuaire du dieu figuré derrière lui est un édifice en forme de pain de sucre surmonté d'un petit objet rectangulaire. La porte ornée d'une enseigne qu'on voit sur les représentations d'époque saïte ou persane n'existe pas ici. On lit derrière le roi (—>-): k^fl 1®Ë ~\ mais

B. une

A droite

et au-dessous

de la scène

six verticales ligne horizontale, au trait sur une surface un peu accidentée;

est gravée l'inscription qui comprend et quatre horizontales. Hiéroglyphes gravés quelques signes cursifs (-<—•«) :

W Les lignes 2 et 3 ne descendent pas jusqu'au niveau des autres lignes verticales et semblent avoir perdu un groupe ou deux. En réalité la cassure est ancienne et il ne manque rien. (2' Le g ressemble beaucoup plus au signe s qu'à un véritable Q. (3>Hiératique.

78

J. COUYAT ET P. MONTET.

i. Plusieurs : LEPSIUS,Denkmàler, II, lige'3'; GOLÉNISCHEFF, Hammàmat,X, BIBLIOGRAPHIE la scène et les passages de l'inscription sont transcrits par ERMAN,Aeg. Clirestomathie, LV, A; Monuments égyptiens, pl. VI, n" 6 ; légendes de fa partie A sont publiées dans PRISSED'AVENNES, Livre dès rois; 1, p. 22 a. L'inscription a été traduite par ERHAW» cf. H. GAUTHIER, Aeg. Zeitschrifl, Ancient records ofEgijpt, I, § 436-438. t. XXIX (180,1), p. 63, et par BREASTED, 111. du roi Sebekemsaf Ier. pagne court à queue, la barbe et un collier mortier plat

Inscription

Un roi offre à Min deux vases de lait £. Le roi, vêtu d'un est coiffé de la couronne muni

de pendants à tige surmonté et hiéroglyphes Personnages Le style est fort

Le dieu ithyphallique porte ^/. sur la poitrine ; il est coiffé d'un qui se croisent des deux grandes plumes. défectueux. gravés au trait. des Au-dessus ainsi disposée :

personnages

on lit une légende

Monuments égyptiens, BIBLIOGRAPHIE : PRISSE D'AVENNES, , pl. VI, n° 7 ; LEPSIUSDenkmàler, II, 151 /; GOLÉNISCHEFF, Livre des rois, II, p. 72. Hammamat, XVIII, n" 6; cf. GAUTHIER,

Un autre Sebekemsaf

monument

contenant publié

à la fois les cartouches par LEPSIUS, Denkmàler,

de Sebekemsaf II, i5i

Ier et dé

III est encore

k, avec l'indi-

11 Hiératique. ' (2) Un double trait sépare celle ligne de la précédente. (3>Le fac-similé de Lepsius ayant été exécuté d'après un estampage, tous les signes gravés dans les creux de la pierre n'ont pas été reproduits.

LES INSCRIPTIONS cation

DU OUADI HAMMAMAT.

79

Je désirais d'autant ce qu'il a été copié au Hammâmât. plus retrouver monument que la lecture des noms royaux n'est pas très certaine sur le fac-similé de Lepsius. Bien que mes recherchés aient été vaines, je n'oserais affirmer que cette inscription n'a pu m'échapper. On peut supposer que le rocher qui contenait cet important monument s'est brisé ou bien qu'il a été recouvert par le sable. On peut encore admettre s'est trompé en attribuant au que Lepsius Hammâmât un monument rencontré soit en Egypte soit en quelque autre point du désert. Il mentionné cription 112. est à remarquer monument qu'aucun dans l'ouvrage de M. (îolénischeff qui 1èr. de Sebekemsaf par contre III n'est l'insa publié

de Sebekemsaf

Inscription

de Mentouhotep

Ier (pl. XXX). offre deux vases s à Min.

Le roi, coiffé dé la couronne Le dieu dants, porte la barbe,

>/, vêtu de la sentoa queue, le collier à pen-

le fouet

/[ ; il est coiffé d'un mortier

des deux plumes. La plat à tige surmonté des personnages et des hiéroglygravure phes est fort maladroite. Légende (-*—) :

BIBLIOGRAPHIEPRISSE D'AVENNES, onuments : M égyptiens, pl. VI, n° a; LEPSIUS,Denkmàler, II, i5orf; cf. GAUTHIER, Livre des rois, I, p. 218.

GOLÉNISCHEFF, Ilammamat, XVII, n" 2-

113.

Inscription

de l'an

2 de Mentouhotep

II (pl. XXIX).

onze lignes horizontales comprend qui avaient environ 1 m. 3 o cent, en largeur. Le nom du roi occupe deux lignes verticales à droite et la date une de l'inscription. au-dessus Toutes les lignes étaient intactes ligne horizontale L'inscription les copia en i885. quand M. Golénischeff Depuis s'est détachée la fin des lignes. J'ai emportant la fin des trois dernières fragment qui contient d'après fragment cette date une partie du rocher sur la route un pu retrouver

lignes. Les parties restituées les copies anciennes sont entre crochets. Les signes copiés sur le détaché sont soulignés. sont semblables Les hiéroglyphes à ceux de 11 o (-<—«) :

l'inscription

80

J. COUYAT ET P. MONTET.

'*' Le signe p|q a ]a forme du signe hiératique régularisé, ._!_.. 121Sur l'original l'oiseau est représenté assis comme le fauconneau 3^.. Cependant il diffère encore du signe usité au N. E. qui a les ailes déployées JR*. 13) Le groupe ° ! a la valeur V V —JE ' • | (4) On attendrait, au lieu de ->, la lettre J; le crocodile à queue repliée ^ a en effet la valeur * O»£_ J et d'autre part l'expression 0 m£m est au M. E. d'un usage assez fréquent. Cependant ^ le ~- est tout à fait certain. (5) Hiératique.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

81

BIBLIOGRAPHIE : Publié par LEPSIUS,Denkmàler, II, i4g e; GOLÉNISCHEFF, Hammamài, XII-XIII; traduit par MASPÉRO, Etudes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 13 , et par BREASTED, Ancient records ofEgypt; I, § 444-448114. (pl. Inscription du ' jk *^ I * ^ en ^an S dé Mentouhotep IV

i m. 5o cent., comprend une ligné verticale large d'environ et seize lignes horizontales. de signes Hiéroglyphes gravés au trait; beaucoup et de signes cursifs de forme intermédiaire* Il y avait dans la pierre hiératiques dés trous que le graveur a évités; des cassures ont détruit plusieurs signes (*—*) :

XXXÏ). Cette inscription,

ll) Le faucon est perché sur une bannière qui a la forme d'un rectangle un peu irrégulier, divisé dans le sens de la hauteur par des lignes verticales. '2' Entre le mot H^ et le mot ^"T* se lrouve un espace suffisant pour quatre groupes, mais comme la pierre était à cet endroit défectueuse, il n'y eut probablement de gravé que le groupe ~^~. (3' Sur l'original l'oiseau est à l'intérieur du n. <"' Le signe ^ a la forme du signe hiératique. ~ '5) Le signe que je transcris ' J se retrouve à peu près semblable dans le mot (L i3). J (6>Entre 0 et Q un espace suffisant pour un a été inoccupé pour éviter un défaut de la pierre. groupe I7' Le signe que je transcris par 1 a sur l'original la forme | qu'on retrouve 1. 6 dans l'exH ne semble pas que ce signe puisse correspondre au gouvernail ^v comme pression j ^ f*I^^^' me le suggérait M. Dévaud. (8' La partie supérieure du signe ffj est représentée par une boucle ^ . t. Mémoires, XXXIV. ji

82

J. COUYAT ET P. MONTET.

M Hiératique. (2) II y a sur l'original

.

.

(^ J^

1 l3' Le mot distinct. J'ai adopté cette lecture sur le conseil de M. Dévaud. f^""- est fort peu

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI. HAMMAMAT.

83

W II y a sur l'original ffjj^fg* (2>Le signe ^j est presque complètement effacé. P) Ce passage est fort indécis. Le signe \£ n'est pas certain; le signe '—\ a peut-être été écrit par confusion avec =-^.

84

J. COUYAT ET P. MONTET.

Monuments égyptiens, BIBLIOGRAPHIELa première ligne est publiée dans PRISSE D'AVENNES, : Hammamal, VI, n° 2; l'inscription complète dans LEPSIUS,Denkmàler, II, i5o a; GOLÉNISCHEFF, XV-XVII. La première traduction est celle de GHABAS, Voyage d'un Egyptien, p. 56-7. L'insHistoire, cription a été par la suite souvent citée et traduite; voir la bibliographie dans MASPERO, Livre des rois, I, p. 2 43. I, p. 496, et dans GAUTHIER, coiffé du Un cynocéphale assis, (pl. XXXII). Devant lui une inscription le croissant disposée Q. — --L -H-1111 ira M 1 • il S 1 • n Derrière fui : II. =1= ^—"— 115 116. a. vêtu Graffiti Devant d'un du Moyen solaire disque verticalement posé («—«) sur :

Empire

(pl.

XXXII).

et vides, un personnage gravé au trait, debout, les mains tombantes on lit une inscription collier et d'un caleçon à devanteau triangulaire occupe une hauteur égale à celle du personnage (•<—) : l-^^ll

verticale

qui

b. Non loin du premier vêtu de la sento /M. Devant

est gravé

un autre

personnage analogue

semblable à l'inscription

à lui,

mais

lui une inscription

a (-<—«) :

117.

Graffiti

du temps du roi

de Sanoùsrit est disposé

Ier.

f^ on lit deux

Le cartouche lignes horizontales

verticalement cursifs

d'hiéroglyphes

H ; à sa gauche (-<—-)' : y ,,

118.

Trois

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

cursifs,

gravés

au trait

(»—>-)

:

LES INSCRIPTIONS 149. Deux

DU OUÀDI HAMMÂMÂT.

85 gravés au trait. de sable (-<"—*) :

Ce grafïito,

lignes horizontales d'hiéroglyphes soigneusement situé au-dessous de l'inscription 11 k, était recouvert

120.

Une ligne Une

horizontale

d'hiéroglyphes

cursifs

(-<—«) : :

^Ml~î A r%

rT^M*' I I % i

121.

ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

cursifs

(*—*)

122.

Une ligne

verticale

d'hiéroglyphes

cursifs

('-<—«)::' A Ier.

^-Ow

"»^-

423. Cette Empire, prend prénoms d'une

Inscription inscription,

de

[ A^M^

en l'an 46 de Sanoùsrit imitée îoo, de certaines comet

par exemple : a à droite, deux parties du roi entourés d'hiéroglyphes l'inscription de jf

qui semble 1 inscription

inscriptions

de

l'Ancien

les noms \ et surmontés

ligne

b à gauche, a.

indiquant elle-même. gravés (<—«) :

la date;

Hiéroglyphes signes

cursifs hiératiques horizontales se mêlent

au

trait;

quelques b. cursifs

Six lignes auxquels

d'hiéroglyphes de nombreux signes

hiératiques

(-<—«) :

M L'oiseau ^JK a la forme du signe hiératique. Le signe ^^ rencontre plusieurs fois au Hammâmât ro . t2' Hiératique.

a une forme irrégulière

qui se

86

J. COUYAT ET P. MONTET.

424. diatement

Deux lignes au numéro

verticales précédent

d'hiéroglyphes («—«) : j

cursifs. A

Ce grafhto J^

fait suite -***_ V -J

immé^^

FV 11 \k

425,

Une ligne Deux

verticale

de signes

cursifs

(-*—«) : '§1 ^^ cursifs (-c—«) : j V

^

^1^-

126,

lignes

horizontales

de signes

^^

^k"J^ç,i

427. pierre i 128. Deux était

Une ligne détachée

horizontale au bord de

de signes

cursifs.

Ce grafïito

a été trouvé

sur une

de la route

(<—) y : _H^ i ik \

I Jr ^B^BS^r i i i ymmSiWM JuL. de Psamétique Ier (2).

Inscription

•I

|:*»J^» contemporain

lignes recouverte

horizontales de sable.

d'hiéroglyphes Il a également (.—)

contenait

les numéros

i29-i33

La dernière gravés au trait. ligne fallu dégager le rocher voisin qui ~ * ™ : 7T i P * T1 ï | j^t j

129.

Une

ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

gravés

au trait

(-<—«) : j |

^C

130.

Une ligne Une ligne

horizontale

d'hiéroglyphes

gravés

au trait (-<—-) : ]]>*• ^^ au trait

^^

^

'.

131.

horizontale

d'hiéroglyphes

gravés

(-<—«) : HT jklîgf

(1>Toute la sixième ligne est écrite en caractères hiératiques. (2) v0ir jes inscriptions 44, 5i, 5a, 68 et 83. (a) Voiries inscriptions 227 et 247. ' 4) Voir l'inscription 221.

LES INSCRIPTIONS 132, Cartouche du foi Men-kheper-rê. : (-t—-*) ] ni

DU OUÂDI HAMMAMAT.

87

DêUx lignes 133,

Verticales

i fo«iÉ^^ propres sont

. en désordre , jPï barque à côté les jk J*f^-4k

Un certain

nombre

de noms seulement

gravés

uns des autres.

Les premiers

sont lisibles on voit

(*-—-") • L grande

Au-dessous J^/f^^"' des statues. A cet endroit verte par y fit rouler sarcophages. d'inscriptions 134,

dés inscriptions

une

contenant

la montagne change des éclats et des fragments du haut

la pente en est entièrement coud'aspect; de rochers qui témoignent on qu'autrefois en bas les blocs destinés aux statues et aux couvercles de

les rochers sont de nouveau couverts Après un assez long intervalle et de graffiti, toutefois en moins grand nombre qu'auparavant. de Ço ^ * j| en l'an 28 du roi Darius (pl. XXXII). séparées entre au trait («—•) :

Inscription

une ligne horizontale et sept verticales L'inscription comprend elles par des traits et entourées d'un rectangle. Hiéroglyphes gravés

BIRLIOGRAPHIE : BURTON, Excerpta hicroglyphica, pi. IV, n" 2 ; LEPSIUS,Denkmàler, III, 2 83 c. 135. Inscription où fut au nom de f o [Î •*•] . est aujourd'hui (-<—«) : brisé et il ne subsiste

Le rocher que la partie

gravée l'inscription de trois lignes supérieure

88 136. Trois lignes

J. COUYAT ET P. MONTET. horizontales d'hiéroglyphes gravés au trait (+—«) : j -si- A"¥"

137.

Inscription

de

(o^P

*

J

en l'an 44 d'Amasis

(pl.

XXXIII).

et quatorze verticales ; toutes trois lignes horizontales L'inscription comprend des deux dernières les lignes sont séparées entre elles à l'exception ; un rectangle entoure le tout; hiéroglyphes gravés au trait («—«) :

: LEPSIUS,Denkmàler, Ifl, s'jh b. BIBLIOGRAPHIE :

138.

Hiéroglyphes

gravés

au trait,

ainsi

disposés

AWJ^ au trait (-<—«) : j J^j—-]

139.

Trois

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

gravés

140.

Un personnage

est agenouillé.

Devant

lui on lit :

^m^

141.

Une ligne

horizontale

(«—)

:

—H—i Q g ^-^T ^

I HUM à m. ' \ fi

142.

Une

ligne

horizontale

(-<—-) : 5^_3fli : ~"v

^f"'

143.

Une ligne

horizontale

(-<—«)

H] -^-O-

LES INSCRIPTIONS un peu à gauche un dieu Bes et un Chnoum. On trouve

DU OUADI HAMMAMAT. inscription démotiquë de trois

89 lignes,

une petite

144.

Inscription

de

^>^tl%^^.^&

en l'an 5 d'Àrtaxefxès

(pi. XXXIV).

Le dieu mortier collier, une

Min ithyphaliique à tige surmonté du bracelets

est représenté sur un socle. Il est coiffé du debout B porte la barbe i le disque et des deux plumés. /\. Devant lui se trouvé La date un petit occupé autel avec

deux

et le fouet

fleur

de lotus :

et derrière

lui la caisse

d'arbres.

Une ligne

horizontale,(-*—) Au-dessous touche royal, une

HHITI:«*-. f , trois le carl'une à droite contenant lignes verticales, devant et une troisième derrière lé dieu («-—*); :

on trouve seconde

Au-dessous

on lit une

inscription

de deux

lignes

horizontales

(«—«). : j

BIELIOGRAPHIE : BURTON, Excerpta hieroglyphica, VIII, n° 3; LEPSIUS,Denkmàler, III, 2 83 q.

145. Cette

Inscription

de l'an

16 d'Artaxerxès

(pl.

XXXIV).

La date occupe une ligne est à côté du numéro inscription précédent. du disque et des deux plumes I horizontale et le cartouche du roi surmonté forme ligne verticale t. Mémoires, XXXIV. une (-«r—) : j f Ç\ 111n "] J —. j (^y^^ Hljxï 12 j-

90 Au-dessous du cartouche

J. COUYAT ET P. MONTET. quelques signes sont ainsi disposés :

: LËPSIUS Denkmàler, Hî, 28 %p-, BIBLIOGRAPHIE ,

446, a. disposé La

Inscription date, (-*—-*) : le

de

\]

f\ et

D les

^^

en l'an du

36 de Barius roi forment

(pl. un

XXXIV). groupe ainsi

nom

épithètes

b.

Quatre

lignes

horizontales

d'hiéroglyphes

gravés

au trait

(<—«) : 1

1

D : BURTON, xcerpta hieroglyphica, pl. XIV, n° 3 ; LEPSIUS, enkmàler, III, a837t. BIBLIOGRAPHIE E

147.

Inscription

de

ra SE^Î^^^*]^' dans le

horizontales peu profondément, gravés d'hiéroglyphes Cinq lignes : mais par une main inhabile (->—«) Empire, style de l'Ancien

148. Inscription

LES INSCRIPTIONS de m ^ ] f{ ^ ^

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. en l'an gravés verticalement 12 de Xerxès au trait. (pl. XXXIV).

91

Six lignés pée par

horizontales du

d'hiéroglyphes roi disposé

La ligne

3 est occuH' ' ' ] H a

le cartouche

(-*-—*) : j f

BIBLIOGRAPHIE : BUHTON , Excerpta hieroglyphicà, pl. XIV, n° a ; LEPSIUS Denkmàler, III, a 8 3 o. ^

149. Quatre cription

Inscription lignes

de

^-^^^(pl.

XXXV). Les hiéroglyphes sont semblables à ceux de l'ins-

horizontales.

1&7 (-*-—) :

Hammamat, II, 4; traduit par MASPERO,Sur par GOLÉNISCHEFF, quelques inscriptions du temps d'Amonemhait l" au ouady Hammamat, Huitième congrès international des orientalistes, section africaine, p. i56, et par BREASTED, Ancient records of Egypt, I, p. 226 , note c.

BIBLIOGRAPHIE Publié :

450. Cette

Inscription

de —

J7 ^

^ (pl.

XXXV).

au-dessous de l'inscription est située immédiatement inscription î&g. La technique est à peu près la même, les signes sont un peu plus cependant réguliers. Lignes horizontales (-s—«) :

92

J. COUYAT ET P. MONTET.

: Publié par GOLÉNISCHEFF, BIBLIOGRAPHIE Hammamat, III, i, dont le texte est reproduit K. SETHE, Urkunden, I, i4g-i5o. 454 (pl. XXXIV), Deux lignes horizontales d'hiéroglyphes gravés au trait

par

(-<—«) :

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, III, 3. 152. Inscription du rocher f (PL X™V). précédent. gravés L'inscription comprend au trait (<—«) : quatre

5^=-'%^

\\^$

Sur le même lignes horizontales

que le numéro,

d'hiéroglyphes

cursifs,

: BIBLIOGRAPHIEPublié par GOLÉNISCHEFF, Huitième Hammamat, III, 3; traduit par MASPERO, Ancient records, I, p. aa5, note c. congrès des orientalistes, p. 167, et par BREASTED, 153. Deux lignes verticales (-*—-«) : j jk ^ **mr ' ^^ "^ T ik A"WWA

(1) Il y a sur l'original un rectangle un peu irrégulier. M. V. Loret m'a fait remarquer que cette formule si fréquente comprend presque toujours un nombre pair d'éléments, 4,6, 8. Dans les deux derniers cas les numéros 5 et 6 se lisent ss et mnht. Les signes s et M sont assez fréquemment suivis d'un signe rectangulaire mmm, : 1 I-1 T 1 s 1 H| réduit parfois à ^ | —(Caire, 2 53g = LANGE SCIIÂFKR, p. 157). Ici, le signe UND au lieu d'accompagner II s'est complètement ÏÏ, substitué à lui. Il est probable que le rectangle représente un morceau d'étoffe. Ce serait le même signe qui dans le groupe '^ *|f a la lecture -*—I A». (2) Hiératique. '3) Les signes ffl^jjjh'"' son1 restitués d'après 163 et 167. '*' Hiératique.

LES INSCRIPTIONS 154. Une ligne horizontale (-*-^)

DU OUADI HAMMÀMÀT. : '"^ fiAaix \ T I ^ ^_

93

155.

Une

ligne

horizontale

(+—«)

: T É$T

À \L

I jfl^ :

156 (pl._ XXXIII).

Deux

lignes

horizontales

(+—)

j V^^ÉV^T^

157. Une

Graffito ligne

au nom

de

(êil3

f

^

J^

(PL au trait

XXXI1I> (-<—*) : TWL ffi^ ^

horizontale

d'hiéroglyphes

gravés

BIBLIOGRAPHIELEPSIUS, Denkmàler, II, 11 5 m; GOLÉNISCHEFF : ^ Hammamat, VIL 158 ainsi (pl. XXXIII). (<—«) Deux : lignes horizontales, comprises entre deux traits et

disposées

159 fait

(pl. (~)

XXXIII). : |Iîi>«A

Une

ligne

horizontale M»Î>À-

d'hiéroglyphes

cursifs,

gravés

au

BIBLIOGRAPHIELEPSIUS Denkmàler, II, 115 m. : , 160. Une verticale aperçoit (-<—«) : -Emii»»I<?> quelques signes tracés

ligne on

Vsuivant une ligne oblique :

Au-dessous

464.

Deux

lignes

horizontales

(<—«)

: j V

^

'[M> \\\/%\k-

462.

Une

ligne

horizontale

(-<—-)

: j^nMjjf :

itf^'

463.

Deux

lignes

horizontales

(—)

j PÎP^^/j^^

| '"^^^ contemporain

j^' de Cam-

164. byse,

Inscription Darius

d'un

nommé (pl.

^k-—-Il

VroliN^,

et Xerxès

XXXV). ?

(1) Le signe ^ est mutilé. Peut-être faut-il lire \\\^

94 Hiéroglyphes gravés

J. COUYAT ET P. MONTET. au trait disposés en six colonnes verticales («—«) :

: BIBLIOGRAPHIEBURTON, xcerpta liieroglyphica, VIII, i; LEPSIUS, Denkmàler, III, E GOLÉNISCHEFF, Hammamat, XVIII, 4. 165. Deux lignes Deux lignes Deux lignes Grafïito horizontales :

283 m;

(«—.)

] ^|

J/^^^^"

] ^^4^

466.

horizontales

(<—)

:

j [f J] P'=*/j|'8^* -

| ^*"iJ

j^

467.

horizontales

(<^—) : j P |f/$-=* du roi signes Ati. sont

"*^

| '^"isJ4k-

468.

contenant

le cartouche les derniers

très effacés; Hiéroglyphes fait illisibles (-<—«) :

tout

à

O T"^

^

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS, Denkmàler, II, ii5/(4i); Hammamat, VIL de I OUI ^^ horizontales. en l'an

GOLÉNISCHEFF, ( LII

]

469. Quatre

Inscription lignes

4 du roi

Ati. très légèrement mais

Les hiéroglyphes

sont gravés

BIBLIOGRAPHIEPublié par LEPSIUS, Denkmàler, II, n&f; : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, VII Notes sur quelques points (seulement les lignes 3 et 4) et, d'après les précédents, par MASPERO, de grammaire et d'histoire, dans le Recueil de travaux, t. XVII, p. 56-57 e' Par SETHE,Urkunden, loc. I, i48; traduit par MASPERO, cit. et dans les Eludes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 3-4 et par BREASTED, Ancient records of Egypl, I, § 387.

LES INSCRIPTIONS 470. précédente Une ligne horizontale (~) : ^ *J| ^

DU OUÂDI HAMMÂMÂT. de la ligne i de l'inscription

95

dans le prolongement ^ ^

BIBLIOGRAPHIECe grafflto est publié comme s'il faisait partie de l'inscription : dans LEPSIUS,Dènlanàler, II, ii5/; SETHE, Urkunden, I, i48. 471. Une ligne horizontale gravée entré les lignes

précédente

i et 2 de l'inscription

469

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, II, n5/> 172. 173. Une ligne Une ligne verticale verticale verticale

SËTHE, Urkunden,!, • — ^

i48.

Aw*w («-—*) : K* (—) («—) : =

H*^ :

1[, ^ r

-L

f J-

%>j$fc•

174.. Une ligne 175. Trois

^HPfJfy^' : j || -J_^ > J\® j* ^

lignes;

verticales,

(V-)

"[^

176.

Cartouche

de Taharqa. est disposé verticalement — ^1^*7* (-<—«) : f "3k Jr

Le cartouche

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, IV, 2. ~ 177. Une ligne verticale (—«) : p—«» ^ P ^ j )C ^M^^£ '

178. 179. 180; 181.

Une ligne Deux lignes Une ligne Une ligne

horizontale horizontales verticale verticale

(*-)

:

^C^III : j A 1

ft

ft'. 1 I/**"** ^V (?)I f(?)V ' ^ _'

(«—«)

entourée

d'un

rectangle ï<?) ^^

(«—«) : O JT^^11 -*-

(-<—«) :

P

*^

182.

Trois

lignes

horizontales

(-<—«) : '] T

m |V<=>|

1 81—•*—

^V

96 183. 184. 185. 186. Trois Une Deux ligne lignes verticale

J. COUYAT ET P. MONTET. (.—-) : ffr era j™^ Tff i^p(?)|^M>j^ ! ] fol'-S^. (pl. XXXIII). \^("•

horizontales horizontales de

(«——) : rjk,-j (-<—«) : j V'"53^ en l'an

j m~jj3^-

Deux lignés Inscription lignes

fo>JP«-J

30 de Darius rectangle

horizontales

entourées

d'un

(-«—«) :

: LEPSIUS,Denkmàler, III, 2 83/. BIBLIOGRAPHIE Au-dessus bouquetins, 187. la reine et à droite gazelles, du numéro 186, les Egyptiens ont gravé des oryx, des ~ „- ^ % , f .—^_ n I • 1 • O /--N n r~\ V^T" iji"1 ^ [j LJ -ot>-»'* '—» •-«>. "**" S S' «1 fffjf d:

girafes. de o ï w (pl. ® XXXV). . et le troiX ^ en l'an 12 de

Inscription Amenardis

Hiéroglyphes sième cartouches

Le premier gravés ont été martelés (-<—«) :

au trait.

i/amBIBLIOGRAPHIE : LEPSIUS,Denkmàler, V, i e; GOLÉNISCHEFF, marnai, XVIII, 5. 188. du fils royal cursifs peints IV

AP LJ ^-^^ 1J^U8'BM"1 '-M:

Inscription

^V rouge, peu lisibles

—-'—* (^—)

Hiéroglyphes

à l'encre

(1) Voir les inscriptions 70, 79, 109. (2) Les chiffres sont tracés en caractères hiératiques.

LES INSCRIPTIONS Un peu à droite mais complètement 189. Cartouche se trouvait illisible. de Taharqa. r^T^vT^v. en rouge. une

DU OUADI HAMMAMAT. seconde inscription peinte à l'encre rouge,

97

Le cartouche inscriptions peintes

' disposé

verticalement;,

se trouve

entre

les deux

A peu de distance, on trouve sur un rocher présentant à quelques mètres au-dessus de la route, les quatre suivantes : 190i, Inscription Deux lignes de f ° **'• J en l'année d'hiéroglyphes 30 de Darius. gravés

Une surface importantes

bien

polie,

inscriptions

horizontales

au trait

(-<—«) :

BIBLIOGRAPHIE : BURTON, Excerpta hieroglyphica, III; LEPSIUS, Denkmàler, III, NISCHEFF, Hammamat, XVIII. 191. Inscription datée de l'an 2 de Mentouhotep II (pl. XXXVI).

2 83 e; GOLÉ-

Dix lignes verticales Les signes, soigneusement d'hiéroglyphes. se détachent en blanc sur la surface noire de la pierre. Conservation

gravés parfaite

au trait, (-<—«) :

(1) L'oiseau rht "W sur l'original est assis comme le fauconneau 3^.. t2) Ce signe diffère du signe -«—-en ce que la ligne supérieure au lieu d'être horizontale concave. Il représente probablement la coupe d'une citerne. i Mémoires,. XXXIV. "X i3 /^.^^

est

98

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Publié par BURTON, xcerpta hieroglyphica, Ht; LEPSIUS,Denkmàler, i4o f; E Les monuments égyptiens de la vallée de Hammamat, XIV; traduit par MASPERO, GOLÉNISCHEFF, Hammamat, dans les Etudes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. ii-i3, par Ancient records of Egypl, t. I, § 45o-45i. BREASTED, Quelques passages sont transcrits dans ERMAN, Aeg. Chrcslamathie, LV, B. 192. Inscription du vizir I V —* en l'an 2 de Mentouhotep et dix-neuf que l'inscription II (pl. XXXVII). verticales. précédente Les ;

L'inscription signes paraissent la conservation

deux lignes horizontales comprend avoir été gravés par la même main est également parfaite (-<—«) :

(1' Hiératique. '2> Dans cette inscription les signes o, o, © sont représentés par un simple rond, sauf deux exceptions; par contre les détails intérieurs de © sont figurés. Dans l'inscription précédente le crible est réduit à o, mais ©, © et © sont gravés avec les détails intérieurs.

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

99

(1) Dans le nom du roi et en haut de la ligne ig on a par exception o, avec un tout petit cercle au centre au lieu de o. '2' M. V. Loret a attiré mon attention sur la façon dont est représenté ici l'oiseau 3c«. Entre les deux parties du bec on distingue nettement un trait qui ne peut représenter qu'un ver ou un insecte. I3' Le rocher était déjà fendu quand on grava l'inscription, mais depuis cette époque la fente a pu s'agrandir et amener la disparition d'un signe tel que | par exemple. l4' La ligne 19 est séparée de la précédente par un double trait et un petit intervalle. '5) Ici se présente une anomalie. Le signe o et les deux signes exprimant les dizaines occupent le haut de la ligne 19 tandis que les traits exprimant les unités occupent le haut de la ligne 20. D'autre part il y a également un nom de chiffre au bas de la ligne 19 de sorte qu'on a la disposition suivante : a" '9 Il semblerait donc légitime de lire «le jour 20» et ensuite t?9 coudéesn. Cependant ©nn E = fa* admis que les sept traits horizontaux faisaient partie de la date et non du nombre 1 de coudées pour les trois raisons suivantes : i° Si le graveur avait voulu écrire le ^^ I •** chiffre 9 en bas de la ligne 19, il aurait gravé les neuf traits les uns à côté des autres, II au-dessous du signe -—1. 20 Une pierre qui aurait les dimensions 4x8x9 serait singulièrement peu propre à servir de couvercle à un sarcophage, tandis qu'une pierre de 4 x 8 x 2 a les dimensions exactement convenables. 3° La date indiquée en haut de la ligne 19 est celle où la pierre partit pour l'Egypte, traînée par trois mille hommes. Or, d'après l'inscription 191, 1. 1, cette pierre fut arrachée à la montagne le 23 du même mois. C'est donc le 27 et non le 20 qu'elle quitta la vallée de Rohanou. i3.

100

J. COUYAT ET P. MONTET.

BIBLIOGRAPHIE : Publié par BURTON, Excerpta hieroglyphica, pl. V; LEPSIUS,Denkmàler, i4g d; Les monuments égyptiens de la vallée de GOLÉNISCHEFF, Hammamat, XI; traduit par MASPERO, Hammamat (1877), dans les Etudes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 8-9, et Ancient records of Egypt, t. I, S 44o-443 par BREASTED, 193. Sept rectangle de i » J en l'an et 453.

Inscription lignes

(o

27 de Darius gravés

(pl. XXX). au trait entourées d'un

horizontales

d'hiéroglyphes

(-<—«) :

: BURTON, BIBLIOGRAPHIE Excerpta hieroglyphica, pl. IV, n° 1; LEPSIUS,Denkmàler, III, a83rf. 194. Trois horizontales :

lignes

(-—«)

j ^\)Ml ^TTTT

j 7mmm 7 jâ R i\ •

I M^-

195.

Deux lignes Deux lignes Une ligne Une ligne

horizontales

(-—«)

:

]

j

196.

horizontales

(«—«) :

:

j [lîl

2)m

î ~"JVM^

197.

horizontale

(——)

flî^$|,w»^mII]D^$|-

198.

horizontale de 1! *

(-<—«) : ift VÎ*3*Icontemporain d'Amenemhat Ier (pl.XXXVIH). manquent et un grand

199.

Inscription

*^^,

Un texte le plus

interlinéaires de dix lignes horizontales. Les séparations se mêlent des signes hiératiques souvent. Aux hiéroglyphes

LES INSCRIPTIONS nombre

DU OUADI HAMMAMAT.

101

de signes barbares des deux modes d'écriture. qui s'écartent également Les signes qui sont en beaucoup d'endroits très serrés sont gravés peu profondément et se détachent mal sur le fond jaune du rocher. Pour toutes ces faisons l'inscription Hammâmât d'Antef (<—«) : est la plus difficile à déchiffrer de toutes les inscriptions du

(1) Le faucon est perché sur une bannière dessinée d'une façon incomplète etrudimentaire, mais qu'il est possible de distinguer du support d'enseigne "T" • (2) Dans cette inscription le pluriel est plusieurs fois indiqué par trois demi-cercles —• —.. — t3) Les signes /[fi ~„ sont placés à gauche du faucon, au-dessus du rcsn. (4) Les deux cartouches sont disposés l'un au-dessous de l'autre. '5) Le signe •*•a dans cette inscription une forme bizarre \n/ . '6) Le signe tm est toujours dans ce texte semblable au signe hiératique I pif • (" Le déterminatif du mot J=», ^r*, a la même forme que le signe qui détermine les noms des poissons dans les textes hiératiques. (*' J'ai eu entre les mains, par l'intermédiaire de M. Dévaud, une transcription de ce passage (depuis p o -f\ °)| ) faite par M. K. Sethe d'après la copie de M. Golénischeff. (9>Le signe ^»>,est à peine ébauché. (10' On a ici le mot qui signifie tepierre ti et non pas le mot "^ qui désigne un couvercle (remarque de M. Dévaud).

102

J. COUYAT ET P. MONTET.

: Les BIBLIOGRAPHIE sept premières lignes sont publiées dans BURTON, Excerpta hieroglyphica. pl. X, n° 3, et dans LEPSIUS,Denkmàler, II, 118 d; les huit premières dans GOLÉNISCHEFF, Hammamat, VIII; les lignes g-10 sont publiées par M. Golénischeff, pl. Il, 4, comme faisant partie de l'inscription de I -•». ii) i (cf. n° i4g). D'après ces copies M. Maspero a donné une transcription, un commentaire et une traduction des huit premières lignes dans son travail : Sur quelques inscriptions du temps d'Amenemhait Ier au ouady Hammamat, Huitième congrès international des orientalistes, section africaine, p. 150-161. L'inscription est encore traduite dans Ancient records ofEgypt, I, p. 225-226. BREASTED, 200. 201. Non Une ligne Une ligne loin de là et un horizontale horizontale se trouve oiseau («—«) : rtfj •¥• (-<—«) : j =L ^" 4- à -«•»- R f 1 1. un

et une verticale une

j

personnage 202.

inscription démotique dessinés. grossièrement, (+—) : | |.$jj)f ttî^^'

de quatre

lignes,

Une ligne

horizontale

(1) Hiératique. |2) A cet endroit le graveur a omis un mot féminin, """"jou I ;5£ï —-. (3) Il y a un V inachevé au-dessous du signe 0. C'est avec beaucoup de réserves que je crois H-~"""" reconnaître le mot dans les signes informes qui suivent.

LES INSCRIPTIONS 203. 204. 205. Une ligne Une ligne horizontale horizontale de I (—). («-—)'

DU OUADI HAMMAMAT. : ^^ST^nl^r" : 11

103

^\ffj.^Ahaut fonctionnaire du temps de Men-

Inscription ÎIW. touhotep Six lignes inscriptions

*""** m'É^^*jJ^'

verticales 191 et 192

d'hiéroglyphes (~) : | ^

gravés |^<^

au /

trait, ,^

semblables H ™\^

à ceux

des ^

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, III, 4. 206. Inscription de A \ (pl. XXXIX). est gravée sur un rocher qui domine la route d'une verticales disposés en colonnes entre les lignes (-*—-) : dizaine et hori•|i/«»^l naut fonctionnaire

'^*l'*"r(>

JK^Ï

M*'

du roi Imhotep Cette de mètres. zontales.

inscription

Hiéroglyphes gravés au trait, Il n'y a pas de trait de séparation

111Se reporter aux titres d'Amenemhat énumérés dans les inscriptions 110, 113 et 192. I' Le bouclier de 2) |-^ est réduit à un trait comme dans le sarcophage d'Hor-hotep. (3) La girafe est dessinée de façon assez rudimenlaire, avec une longue queue qui part du milieu de son dos. 1 I' ' Le signe -^ a une forme cursive na. ,5) La disposition des lignes montre que la préposition V gouverne à la fois les lignes 6 et 7. l6> Pour le déterminatif du mot \ J ^,, voir Ounas 45g, Teli 346, Pépi I 36o où le signe JU. est très clairement fait, ,7) Le signe *< a sur l'original la forme hiératique ^=1.

104

J. COUYAT ET P. MONTET.

: Publié par LEPSIUS,Denkmàler, II, n5/t; BIBLIOGRAPHIE Hammamat, VII, 3 GOLÉNISCHEFF, et, d'après les précédents, par K. SETHE, Urkunden, I, 148-14g; traduit par Maspero, dans les Etudes de mythologie et d'archéologie égyptiennes, t. IV, p. 2-3 , et par BREASTED , Ancient records Cf. GAUTHIER, Livre des Rois, I, p. i43. ofEgypt, I, § 38g-3go. 207. Une ligne verticale en caractères hiératiques («—«) : I % A X .^

208.

Deux lignes Trois

horizontales

{<—*) : ] P j J^^L^^fc («—«) : | | mo I

| J^Mu^-

209.

lignes

horizontales

CÔTÉ Les mais adopté 210. rocher inscriptions suivant celle pour sont numérotées c'est-à-dire

NORD. non de Kosseir, plus suivant la direction dans l'ordre inverse de celui qui a été

de Keft,

le côté sud. de Kosseir on rencontre tout d'abord sur ce côté un immense

En venant dont

la surface personnages,

a été couverte assez mal

éléphants, petites 211.

de graffiti, autruches, boeufs, antilopes, exécutés d'ailleurs. On y voit aussi quelques

inscriptions,

mais

illisibles. qui a roulé sur la route :

Sur une pierre

détachée

jusque

ll) Le vase qui doit surmonter les jambes dans le signe t est représenté par un simple trait.

LES INSCRIPTIONS 212. Bas-relief du temps

DU OUADI HAMMAMAT. (pl. #. XL). de la couronne

105

dé Khëper-men-rê vases

Le roi offre à Min

et à Isis les deux

Il est coiffé

m

et porte la barbe; il est vêtu de la sento à tablier Min est debout triangulaire. sur un socle. Il porte le mortier à tige surmonté des deux hautes plumes, un collier à pendants et le fouet Derrière et /[. lui est un petit édifice arrondi terminé les cornes une en pointe, qui divisé horizontalement habituellement composée de trois Le mât et par des raies parallèles. sont ici absents. Entre Min et le roi se lignes verticales (-s—«) : j T o-jjjjj«BÉI1

figurent

trouve

légende

robe collante est debout sur un socle. Elle est longue coiffée du disque et des cornes X^X et tient le signe de vie ^ et le sceptre 1. . Légende («—«) : J Les personnages et les signes sont gravés au trait avec la lourdeur et la habituelles aux monuments de cette époque. gaucherie 213. Situé Bas-relief à une du temps hauteur de grande de Sethosis comme Ier (pl. le

Isis

vêtue

d'une

XLI). et les gravés .ft.,

hiéroglyphes au trait. Le roi, portant déesse fouet hautes j\

grande qui sont vêtu

Les personnages précédent. dimension sont très soigneusement coiffé du diadème triangulaire, une image de la le collier et le des deux

debout,

i'uroeus Mat,

du caleçon et la barbe, offre porte

à tablier à Min

$ . Min debout

la barbe,

. 11 est coiffé d'un plumes. Bas-relief Légende

mortier (-<—«) :

à tige surmonté

214.

du temps hauteur avec que

de Sethosis

Ier (pl. Les

XL). personnages et les signes de gauche vêtu les deux du (~) roi : du collier grandes (le sont roi) et d'un plumes. (-<—«) : a

A la même gravés en creux

le précédent. de soin. beaucoup deux d'un fleurs mortier

Le personnage Amon,

à moitié. disparu Le roi offre à Amon caleçon Il tient court, le signe est coiffé

de lotus. qui

supporte

de vie >¥-et le sceptre Légende

1. Légende du dieu

(verticale)

(?NM-BlG*J~] l Mémoires, . XXXIV.

|"^|f. i4

106 215. Quatre inscription Liste de noms

J. COUYAT ET P. MONTET. du Nouvel Empire. d'un de Cette rectangle. la route («—«) :

lignes ainsi

d'hiéroglyphes gravés au trait entourés se trouve au bord que les suivantes

216. dente;

Deux deux

lignes faucons

verticales. se trouvent

Cette l'un

inscription à sa droite,

est

au-dessus

de

la

précé(-«—«) :

l'autre

à sa gauche

217.

Liste

de noms gravés :

du Nouvel en creux,

Empire peu

(pl.

XLII). disposés de la façon

Hiéroglyphes suivante («—«)

profondément,

LES INSCRIPTIONS 218. Inscription d'Un nommé agenouillé en ligne inscription adore verticale de cinq tj*>

DU OUADI HAMMÂMÂT. \ tête JAX (pl- XLlI). coiffée j 11*^. (*—*) du diadème

107

Un personnage Légende encadré du dieu par une

une

de bélier

J/l/jf,.

I (-<-—) : -^ lignes verticales

Le personnage est *===* : 4= \/ j

: GOLÉNISCHEFF, BIBLIOGRAPHIE Hammamat, ÏL, S. 219. Cartouches cartouches : de Ramsès II. disposés suivant ] ^ : deux (37ï^g£ lignes verticales • à côté

Les deux d'un dieu

du roi sont j = (°t1jM/l (——) des

Min («)

220.

Une ligne Inscription

horizontale

j ^

jj^^ ~^i£

j^^ ^ %l.

4j_.

221. Deux

du chef l'un

travaux

personnages, Min représenté comme

l'autre le dieu adorent agenouillé j|, ^^a, de coutume et placé entre son sanctuaire et deux autels des vases II et des fleurs de lotus. Devant les personnages se qui supportent trouve une inscription verticale d'une ligne en hiéroglyphes de très petite taille («—«) cription : _ J'TiO,^v-^*^1(!,3 d'une ligne (*—«) • Au-dessus m : f f * *<ç de la scène j. r j£on lit une ^^ j { ins^|\

debout

horizontale

222.

Bas-relief debout,

avec

inscription

daté en signe

de l'an

3 de Ramsès devant

IV (pl. XLIII). Min, Isis et Horus. mal leur sur le costume.

Le roi, Les

lève les mains

d'adoration

sont gravés très personnages fond jaune de la pierre, de sorte Les cartouches du roi occupent

superficiellement qu'il est impossible colonnes

et se détachent de décrire

deux

Arerticales

«^— (•f[jf (-<—«) : j

ll> Sur l'original ^L est placé à l'intérieur du \/. (2) A cet endroit se trouve l'angle de la pierre et l'inscriplion

continue sur le côté latéral.

108 j (•fnlUJLes

J. COUYAT ET P. MONTET. légendes des dieux se suivent dans cet ordre («—«) :

A gauche mières

de la scène les

se trouve autres

une

inscription («—«)

de cinq : j T^.

lignes, (•f^f^l

les deux

prei ^È^

verticales,

horizontales

BIBLIOGRAPHIELes lignes : III, 292!. 223. Cette dimensions hiéroglyphes A gauche d'un sceptre Stèle stèle cintrée se trouve sont de ®

3-5

de l'inscription

sont publiées

dans

LEPSIUS, Denkmàler,

~*~ fjj V-JfJ datée de l'an 3 de Ramsès même IV (pl. XL). Ses

au bas d'un

rocher,

sur le bord

de la route.

en largeur o m. 32 cent, et en hauteur o m. 20, cent. Les et la déesse sont très légèrement gravés en creux. de la stèle se tient la déesse Bastit, debout, coiffée de l'uroeus, munie et du signe de vie. Légende les deux cartouches verticale («—«) :¥ ffr^^ T £• (-<—«) :

En haut

se trouvent

du roi disposés

verticalement

La partie

droite

est occupée

par une inscription

de six lignes

horizontales

(-<—«) :

quatre la route : 224.

Les

inscriptions

suivantes

sont

groupées

sur

un

rocher

dominant

Deux lignes

verticales

(~)

:

j ||^

«T

j JC"1P>—

~-

_225.

Qaatreligne,

verticales^):

j ^

j C-VIHjr!T

'CM

J

LES INSCRIPTIONS 226. Quatre lignes horizontales

DU OUADI HAMMAMAT. d'un carré (-<-—) :'i %k

109 1111 ! ^^

entourées

AT227.

i ~£,M-*;£W Deux verticales

î (1 :

i

AT ' '

î ^?i

W-

lignes

(—)

j ^M

^H

VV^lM^

228.

Une

ligne

verticale

(«—)

: J^

Jk&V*^.

229.

Une

ligne

verticale

(-^—)

:

1^ W0""^*'^sur le même d'un ft rectangle; rocher : ligne seule

Les numéros 230. est lisible Deux (V-) Une

230-287 lignes

son* groupésentourées V en —

verticales

la seconde

: Î V™MI horizontale

TO:1"1^ 1)

231. BU?-

ligne

caractères

hiératiques(

(-*—*)• : 1 £7)"

BIRLIOGHAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, 232 Une

VI A. en :

(pl.

XLIV).

ligne

horizontale

caractères

hiératiques

(*—«)'

: GOLÉNISCHEFF, BIBLIOGRAPHIE Hammamat, 233 Une

VI B. :

(pl.

XLIV).

ligne

horizontale

en

caractères

hiératiques

(-"—«)

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, VI D. 234 (pl. XLIV). Une ligne horizontale en caractères (-«—«) : /****#

hiératiques

f1' Le graffito 231 porte la même date que l'inscription a/io gravée par Ramsès IV. Tous les graffiti en caractères hiératiques a3i-236 appartiennent par conséquent à cette date.

110 235 (pl. XLIV). Deux

J. COUYAT ET P. MONTET. lignes horizontales en caractères hiératiques (-<—*) :

: GOLÉNISCHEFF, BIBLIOGRAPHIE Hammamat, VI F. 236. Une ligne horizontale en caractères <=» [<—«) : ^

hiératiques

millm

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, Vf G. 237. Une liane verticale d'hiéroglyphes cursifs («—«) : ^ ^ÊÊ'^^S-X\

238.

Stèle

cintrée

de cent,

\

, fonctionnaire environ, cette se divise stèle,

du temps

de Ramsès

II (pl. XLV).

de o m. 62 Large sur un rocher au bord en hauteur.

de la route,

gravée ainsi en deux registres

que la stèle 239 à peu près égaux

vêtu de la sento à tablier triangulaire, Registre 1. Le roi, debout, face à gauche, coiffé d'une perruque à uroeus offre à deux divinités une image de la déesse Mat £ . La première de ces divinités fut d'abord un Min dont il reste encore le bras qui porte méconnaissable sur un socle le fouet. un faucon, On grava par-dessus puis une autre divinité qui portait un sceptre f. Entre le roi et cette divinité se trouvent autels I qui supportent verticale un vase et I des ' fleurs de lotus. carjj Un

deux

Derrière touches î .

le roi on lit en légende qui sont au-dessus { G^r~'^MV^L\à gauche Isis dont

(-<—») : À T T1

Les deux

du roi sont Au-dessus

fort peu lisibles

—(•<—«) : j

f ©"f f f^ \.

de la divinité seconde légende

on lit (->-—«) : ^TSBi (-<—«) : T-^,et les cornes; d'une légende I

peu plus se trouve tient déesse

se trouve la coiffure vie, l'autre

une

A gauche main elle de la

le signe'de (*—«) a. : J

le disque supporte main est levée. Première à gauche

au-dessus

. Légende

(<—«) : Y T f 1 Ji iT^-—J'

un personnage qui occupe environ le tiers de la largeur est agenouillé, les mains Le reste du registre levées en signe d'adoration. est de huit lignes verticales. Les hiéroglyphes comme les occupé par une inscription Registre

À droite

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

111

sont très légèrement du premier et du second registres gravés au personnages les signes ainsi gravés du Hammâmât trait. Sur presque toutes les inscriptions en clair; ici, au contraire, les parties gravées et les parties intactes apparaissent sont de la même couleur (-<—*) :

239. Sethosis Cette rocher

Stèle

cintrée

du

vizir

1(ÉL .

|

X 1 -***-

^aL,

sous

le

règne

de

11^ (pl.XLV). stèle se trouve située hauteur. à côté à sa gauche, sur le même de la précédente, Elle est large de o m. 73 cent.'et se compose de et les hiéroglyphes sont gravés de la même façon

et à la même

Les personnages deux registres. voisine. que ceux de l'inscription

face Registre 1. Le roi, debout, et à queue vêtu de la senlo à tablier devant lui. Les cartouches royaux

à gauche, coiffé offre deux vases difficilement

de la perruque à uroeus, debout # à trois divinités =—= o \ ™-Jr («—«) : j f -f ($ (

se lisent

Min, grandes supportent Horus et Isis

debout plumes; un

sur

un

socle,

est

coiffé

du

mortier et le fouet.

à tige

surmonté

des

deux I

il porte plateau

la barbe, chargé

le collier

Devant

lui deux autels Viennent ensuite

de vases M,

et de fleurs portant

de lotus.

coiffé de la double vêtue du |. d'une

couronne

le signe

de vie **>et le sceptre

surmontée sceptre illisibles.

robe collante, aux seins; sa coiffure longue prenant et des cornes elle porte le signe de vie et disque XjX; qui existaient au-dessus des trois divinités sont

j est le

Les légendes

devenues

I1' Hiératique. (2' Voir les inscriptions 46 et 246.

112 Registre 2. A droite en signe un

J. COUYAT ET P. MONTET. personnage agenouillé, derrière verticales vêtu de la peau l'objet de panthère n*. A gauche ij

lève les mains est une

d'adoration; lignes

lui est représenté («—«) : j m

inscription

de cinq

II * ] A***?'! ^J

240.

Stèle

cintrée

datée

de l'an

2 de Ramsès

IV (pl.

XL).

Les personLarge de 1 ni. 5o cent., cette stèle se compose de trois registres. en grattant la surface de la ont été obtenus légèrement nages et les hiéroglyphes ils sont par endroits assez effacés. . ^ , . ^^ „ +^, pierre; .mm «'* = Ul fë-î'T-J % r S T, est* -^mr ^^ 1. 11 N S—\ ^^ Hegistre occupe par cinq perm fLa déesse. Mat et le roi sont m. * sonnages. , „ „ lmai>*> * » -» m —« **' * tournés vers la droite, il il ^«^ Amon, Min et Isis vers tuaire. la gauche. Légendes Derrière verticales Min son : sancnn* L J g L . m J , , , quatre divinités

(«—«)

Registre a. Le dieu Dhouti et le roi sont tournés sont tournées vers la gauche. Les cartouches au-dessus du roi sont effacés. \s~ Légendes verticales Registre scription beaucoup («—) 3. de de : Il est quinze signes occupé par une inhorizontales ; (-<—«) : 5£

vers la droite,

#<|/ ~ ^*

-^r Jj X1 | "W -*™

J ~ J%

V* f^

lignes sont effacés

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

113

BIBLIOGRAPHIEPublié par LEPSIUS, Denkmàler, III, 2 23 c; traduit : records ofEgypl, t. IV, S 459-/160. t. Mémoires, XXXIV.

A par BREASTED, ncient t5

114 241. Une Inscription

J. COUYAT ET P. MONTET. inachevée de !¥ lignes _ , contemporain de Mentouhotep cursifs, II(1). gravés

ligne horizontale au trait, ainsi disposés

et trois (-<—-~) :

verticales

d'hiéroglyphes

242. wsâ

Deux

lignes

verticales

d'hiéroglyphes

cursifs

(<—«) : j *"""^ ^—i 7!Jf

I ^JTiWéWêÉ. Deux lignes a-4:2 et 243 Trois horizontales on distingue verticales (*-) (-<—«) : ] |^ quelques : % signes j TV

243. Entre 244.

çà et là.

lignes

j §j§(>,|l

j ^

] -*—("1

0^^

245.

Une ligne Inscription n'3».

verticale

(-e—) *~~{ *

:

Pf^°^|3^ yÉL \a, contemporain de

246. Sethosis Un est

du

^^

lève personnage agenouillé vêtu d'un long jupon; sa tête

les mains est rasée;

devant derrière

les cartouches lui l'instrument

du

roi; 1.

il Les

l 1' Le propriétaire de l'inscription 241 n'est pas nommé, mais il est aisé de voir que cette inscription reproduit mot pour mot et avec la même disposition des signes le début de l'inscription i appartenant à un nommé 0-2- Q . Les inscriptions i et 241 sont situées presque en face l'une de l'autre, la première sur le côté sud, la seconde sur le côté nord de la route. (2) Le groupe sr en écriture biératique. l3) Voir les inscriptions 46 et 23g.

LES INSCRIPTIONS cartouches disque; signe du roi sont d'eux surmontés le signe sceptres on

DU OUADI HAMMAMAT. chacun des deux encadrés plumes d'autruche

115 et du

au-dessous —<, par

rsri.

les deux du

Au-dessus lignes verticales

personnage (*—) : j Xlîoe

par le : le groupe : surmontant £ lit une inscription de trois Ils sont î lîf£7 5*7 I !€>

247. Un bélier,

Inscription

du chef

dés

travaux

yC lève le bélier

. les mains une ligne devant une tête •(«-—) de :

personnage agenouillé, coiffée de la couronne

face à droite, JftjDevant

verticale

Au-dessous

de lui une

ligne

verticale

encadrée

par

des traits

(<—-)

:

j

?

gvi

Un

peu

plus

à gauche

se trouvent

deux

lignes

verticales

(-<—«) : j U î j| %

BIBLIOGRAPHIEGOLÉNISCHEFE, : Hammamat, 1,9. 248. mains. I* 249. Entre Une ligne 267 horizontale (-<—«) : HT T —H-|. trois graffiti peu lisibles. Un personnage Devant lui une Ai debout, ligne vêtu d'une sento à tablier lève triangulaire, (-<—«) : JlL*\—i^l^TTT les

verticale

d'hiéroglyphes

et 2kS

se trouvent

III. GRAFFITI 250. Devant verticale Un lui personnage une debout, verticale cursifs nombreux : graffiti : personnages, uroeus coiffés muni DE MOUEII. canne lui et du une -+-. ligne *3 O ^ du disque,

de la grande 1^.

ligne en caractères de 2 5o,

(•<—«) : ^^

Derrière

Non loin autels, vases.

!" Voir l'inscription

231. i5.

116

J. COUYAT ET P. MONTET.

IV. GRAFFITI 251. l'objet Un personnage debout, D'ABOU-COUEH. face à droite, surmontés Les vêtu tous d'un deux caleçon du court ÇZ^ H IIP « P, tend £~> 12* f F Il P

t au-dessus deux

de deux plumes

cartouches d'autruche.

disque - et des • grande partie

cartouches une

effacés.

Au-dessous (.— ) : •

de la

scène

sont en • • horiligne

zontale d'hiéroglyphes / ^0AW*^ ' o cr-iT

^§(™fft|li2#H?

BIBLIOGRAPHIE : GOLÉNISCHEFF, Hammamat, pl. I, 8. mais très effacés, sont situés au-dessous solaire d'un disque d'où s'échappent des rayons terminés Le par des mains. cartouche à gauche est surmonté des deux grandes plumes droites ; r \ premier les deux autres des deux plumes I d'autruche et du disque. Le second cartouche seulement est lisible : -J— gravés On remarque encore sur le même rocher d'autres graffiti très effacés. -^vr 252^ Trois cartouches en creux,

BiRLioGRAPHiELEPSIUS,Denkmàler, III, 91g; : 253. KM 254. Deux lignes horizontales de signes Une ligne horizontale

GOLÉNISCHEFF, Hammamat, I, 6. cursifs : r» I

d'hiéroglyphes

(-<—«)

jk

cursifs

(«—«)

:

]

H V="J- Ht ^^

1

255.

Trois

lignes

horizontales

de

signes

cursifs

(«—-)

:

i|

1 A*™*m

IJ

256.

Une ligne

horizontale

de signes

cursifs

(-<—«) : H

jfr

i^^^

T

J'

(" Hiératique.

LES INSCRIPTIONS 257. bâton. personnage Au-dessus de Un debout, lui une gravé ligne

DU OUADl HAMMAMAT. au trait grossièrement, en caractères est cursifs muni

117 d'un :

horizontale

(«—•)

258. ligne 259.

A rintériéur horizontale

d'un

rectangle

un

personnage (^—«)

grossièrement

gravé

et une

en caractères

cursifs

: j^[ 2Jf^fjlj£I V _* une (cf. horizontale

Une

ligne

verticale

(^—):

^^ tracé.

260.

Un

personnage cursifs

grossièrement («—) d'un : 4f^>^l._ une

A sa droite f V ^^ assise

ligne n° 267). une

en caractères

261.

A rintériéur

rectangle

femme lignes

respire

Au-dessus d'elle une ^ 2 l^(J) | -«>-^ I AvwwA -^^ J!% jl 262. I -» Deux J-

inscription

de deux

horizontales

de lotus. ' : | ~1 Jfa. (-<—«)

fleur

lignes

horizontales

entourées

d'un

rectangle

(-<—«) : j "Il

I

1

V.

GRAFFITI On trouve boeufs, à Kasr el Banat des barques verticale une

DE

KASR

EL

BANAT.

grande

quantité

d'animaux,

oryx,

bouquetins,

éléphants, Une

et quelques :

inscriptions.

263.

ligne

(^—)

^^^^J^J^J-

264.

Une ligne Trois

verticale

(-<—«) :

j^ ) : j ^ ^ MliiiiS * t " j J^ |)^ jj

265.

lignes

horizontales

(«—

ffi

(î> Hiératique.

118

J. COUVAT ET P. MONTET. VI. APPENDICE. 266. Je Inscription n'ai de 11 X>1 it]ll^g^ en l'an 1 de Xerxès.

pas Je la transcris

vu. cette

mon séjour au ouâdi Hammâmât. inscription pendant ici d'après les copies de Lepsius et de M. Golénischeff (<—»)

:

BIBLIOGRAPHIE : LEPSIDS,Denkmàler, III, 288 l; GOLÉNISCHEFF, Hammamal3..pLXVIII,

6.

ADDITIONS

ET

CORRECTIONS.

Page 17. Aux inscriptions que j'ai datées du règne de la reine Amenardis l'inscription 119. Il y est fait mention du chef tailleur de pierres ^i^^n^ nommé dans les inscriptions déjà datées 78 et 102. au lieu de : ] |, lire : ^|. Page 38, ligne 3 (1. 16 de l'inscription),

il faut ajouter 1' l11*es'; aussi

Page 3g. Sur un fragment de stèle trouvé à Coptos et conservé au Musée du Caire nous retrouvons les premières lignes de l'inscription 12 contenant le protocole et l'éloge de Piamsès Pv. Ce fragment de stèle a été publié par DARESSY , Remarques et noies y XL, dans le Recueil de travaux, XI, 91. Piehl a reconnu la parenté du texte qui s'y trouve avec celui de l'inscription du Hammâmât (Proceedings S. R. A., XHI, p. i3)> La notice de Piehl m'a été signalée par M. Wiet, professeur d'arabe à l'Université de Lyon. Page ho. L'inscription 17 contient vers le haut de la ligne 3 un groupe qui semble devoir ""' "™ être lu I. M. Dévaud, observant qu'un mot est inconnu par ailleurs, me proposait de corriger snb en JJJJJJJ| Eu réalité le dernier signe du mot suspect diffère des autres J qu'on |. trouve dans l'inscription et ressemble parfaitement à la forme hiératique du signe ^j (MÔLLER. Paléographie, I, 67). Le mélange des formes hiératiques et hiéroglyphiques est, on le sait, fréquent dans les inscriptions du Hammâmât qui datent du Moyen Empire. D'autre part l'insTTt> '• 7) Pour qu'on puisse cription 17 contient assez d'orthographes fautives (cf. [|jf|2£î^F en un. On aurait l'expression JJJJJJ jj*j «pasteur des foules». ^ Page 4 2, n° 22, au lieu de : Ranisès II, lire : Ramsès II (?). Page 60, inscription 65. A gauche de Min sont gravées deux lignes verticales en caractères * ] V H P 111 î j* ^'^if On petits et peu lisibles î ^ i #^ retrouve le nom de ^ JL-1^ dans les inscriptions i5, 69 et 1 36, qui sont par ce moyen datées ^' .-j^N du règne de Men-kheper-rê. /A\^'^ "^ \ /•$ Page 6/1, n° 86 , au lieu de : Ramsès II, lire : Ramsès IV. corriger Page 107, n" 219, au lieu de : Ramsès II, lire : Ramsès IV.[ — \ -. j ', j" .-.7 .c ?

TROISIEME

PARTIE.

/0m%\ / V

-

'..A-5,

INDICES. —

(I./ÎK.J; \^>H1J%7 TABLEAU DE CONCORDANCE INDEX ENTRE I. LES DIFFÉRENTES ÉDITIONS.

BUBTON, Éxcerpla hicroglyphica : PL 3=190-191; PL h, n° 1 = 193; PI. h, n° 2 = i34; PL 5 = 192; PL 8,n° t = i64; PL 8, n° 2 = /i7, 1. i-3; PL 8, n" 3 = 144; PL 10, nos i-2 = io3; PL 10, n° 3 = 199; PL 14, n" 1 = 60. PL 14,n.°2 = i48; PL 14, n° 3 = i46; PL 14, n" 4=96. PRISSED'AVENNES, Monuments égyptiens : PL VI, i=g4; 2 = n4, 1. 1; 3 = 107; 4 = io3; 5 = 68; 6 = 110, A; 7 = 111; 8 = 96; 9=112LEPSIUS,Denkmàler : Ah. II, ii5« = 62; &= 101; c= io3; d= 60; e= 63; /= 168-171; g et 1= 107; A= 206-; t= 33 ;./Ï=6I; ni= 1 5y et 15g. Ab. II, 118 </= 199. Ab. II, i36a = 47. Ab. II, i38 « = 43; 6=96; £=19; «"= 17; e=68;/=42. Ab. II, 149 c=iio; c=ii3; «'=192; /= ^J) 1; g= 1; A = 4o. t Mémoires,. XXXIV.

Ab. II, 150 a = 114; d=H2. Ab. II, 151 h = voir 111 ; l=ni. Ab. III, 91 g = 251. Ab. III, 219 e= 12. Ab. III ,2221=222. Ab. III, 2 2 3 c = 2 4 o. Ab. III, 273 e== 99. Ab. III, 275 0 = 92-93; 6 = 137; c = 88; d~ 90; e — 100. Ab. III, 283 b = 91; c= 1 34 ; (/= 193; e = 4= i46; i = 186; g= i4-i5; 190;/= »i= i84; w=5o ; i3; /c=io6; £=266; 0= i48; p = 145 ; q = i44. Ab. III, 286 4= 2 5-2 6; 2870=2 Ab. V, 1 e= 1 87. LEPSIUS,Kônigsbuch : N" 524 = 22. Résultats épigraphiqucs d'une exGOLÉKISCUEFF, cursion au ouady Hammamat : PL 1,6 = 252. PL I, 8 = a5i. PL I, g = 247. PL II, i = 46. PL II, 2 = 218. PL II, 3 = 57. PL II, 4 = 199, PL III, i=i5o. PL III,2 = i5i. 7-29.

9-10 et 149.

16

122 PL III, PL III, PL III, PL IV, PL IV, 3= 4= 5= i = 2= i5a. 2o5. 94. 108. i75.

J. COUYAT ET P. MONTET. PL X, 1 = 110. PL X, 2-96. PL XI =192. PL XII-XIH=ii3. PL XlV=i9i. PL XV-XVlI=ii4, PL XVII*. us. PL XVIII, 1 = 190. PL XVIII, 2 = 266. PL XVIII, 3 = 5o. PL XVIII, 4=i64. PL XVIII, 5=187. PL XVIII, 6=111.

PL IV, 3=3i. PL IV,/.=3o. PL VI, A = 93i; B = 232; 234; F = 235-, G= 236. PL VII = 1&7, 159, 168, PL VIIW199. PL IX, 1 = 19. PL IX, 2-17.

D = 933; E16g, 206.

INDEX LISTE DES INSCRIPTIONS PAR

IL ORDRE CHRONOLOGIQUE. An 8, icrmois

DYNASTIE V. Ounas, sans date ni noms royaux : 147, i4g, i5o, i5i, i52, 153 ("?), i5£ (?), 155, 156 (?), 157, 159,160,161,162, i63, 165-167. DYNASTIE VI. AU, de l'an 1, 4 "mois de iakhit, jour 2 : 169; sans date ni cartouche : 168, 170, 171, i72(?), .173 (?), 17/1, 179. Imholep, 206; sans date ni cartouche : 182 , i85, 188, 194-198,. 201, 202, 207, 208,209. Pépi Ier. De la première fêle sd (an 18) : 62, 63, 10 3 , 10 7 ; sans date : 3 2 ; sans date ni cartouche : 33-3g, 61, 64, 6g, 7/1, 76, 77, 84, 85, 101. Merenrê : 6.0. DYNASTIE XI. Menlouholep Ier : 112. An 2 , 2e mois Mentouhotep II Neb-taoui-rè. de iakhit, du 3 au 27 : 110, 1 i3, 191, 192, 205; sans date : 1, 4o, 55, io5, alii; sans date ni cartouche : 205.

Mentouhotep IVSankh-ka-rê. de l'été, jour 3 : 11 h. DYNASTIE XII.

Amenemhat Ier : 199. Sanousrit Ier. An 16, 3° mois de iakhit : 12 3-; an 38, 4° mois de iakhit, le 20 : 87; sans date : 117. Sanousrit IL An 2, 3° mois de iakhit : 1 o4. Sanousrit III. An i4, 4° mois de iakhit, jour 16 : 4 7. Amenemhal III. An 2, 3° mois de iakhit, jour 1 : /13 ; an 3 , 3e mois de iakhit, jour 3 : 96; an 19, icr mois àeprl, jour i5 : 48; an 19 (sans indication de mois ni de jour) : 17, 19, 108; an 20, 3" mois de iakhit, jour 12 : h 2 ; sans date : 81. DYNASTIE XIV. : Sebekemsaf X™ t 1 1. DYNASTIE XVIII. Amenophis IV : 94, 251 (?), 252 (?).

LES INSCRIPTIONS DYNASTIE XIX. Sethosis Ier : g4 , 2 13 , 214. Ramsès II : 22 288. Sethosis II : 4 6 2 3 q 2/16.

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

123

4e mois àe.prt, jour i5 : igo; sans indication de jour : 186 ; an 36 : 13 , 146, 164. Inscriptions contemporaines d'un personnage "l™ ra* fonctionnaire d'Amasis et de Darius : **> ^' &* l35. J .t1. v f' Xerxès. ^' 1cr : 200 ; an 2 , 1cr mots de .iakhit. An . _ îour q : bo; an 10 : 100; an 12 : i4o, J „ „ ., an i3 • i3. iw; • _ , , ,,. Artaxefxes. An 5 : i44; an 16 : 72, i45; an 17 : 72. .... . . x Inscription appartenant a un contemporain de ' , . ,,. , r Aerxes et d Artaxerxes : g 0. « „vv DYNASTIE XAA. Nectanébo Ie'' : 2 q. J Nectanébo IL An 3, 4e mois de iakhit : 26. Inscriptions ' appartenant à l'un des deux rois ll : a5, 27, 28, 3o, 3 1. précédents II est difficile dattribuerune date un peu précise à un grand nombre de petites inscriptions. Cependant on peut avec plus ou moins de certitude ranger dans le Moyen Empire les inscriptions 3, 8-11, 20, 21, 56, 84, 109, 115, 116, ia4-ia7, i39, aoo, a-afi-aa-g, 242-245, 24g, 253-2Ô2, dans le Nouvel Empire les inscriptions lt, 5, 41, 71, 12 gi3i, 211, 215-2i8, Les inscriptions 6, 7, 57, 67, 7.5, 80, 82, i58 i33, i4i-i43, [ aux temps postérieurs 220-221, 23o, 247. i5, 65, 4g, 53, 54, 83, 118, 120-122, semblent appartenir au Nouvel Empire.

DYNASTIE XX. • . . • 1 i.,-/ • „ n Tir r rvamses IV : An ior, oe mois de iete, tour 0 : n„ , , , *. 00; an 2, 2e mois m iakhit, rour 2 : - 1 p(! o . q a 7 24o; an 0, 2 mois de leté, 231-237, • > .. „ o A lour 20 : 2 2 0 ; an 6, même mois, Tour 2 7 : • • r ..... V A a 12; an 0, même mois, sans indication de , jour : 222; sans date : 210. : DYNASTIE XXV. . TA o r s Amenardis..: An 12 : 107; sans daté m nom , a a royal :70,70,70,79,102,11g. A ro m m rn o o% Kneper-men-re • : 5 0, o 0 , 0 0, 9 0, 1 0 2 , 212 ; . j . 1 oc sans date ni cartouche :10b. ' Taharqa:176,i89. 1 ' E vvin '

Psamétique V : 2 , 5 9 ; sans nom royal : 44 , 5i,52,oo,o-d,i20. Nekhao. An 8 : 99; sans date : 9?. Psamétique Amasis. An 44 : 1 37; H. An 3 : 100. sans date : 88.

DYNASTIE XXVII. Cambyse. An 6 : i64. Darius. An 26, 20mois de l'été, jour 10 : 18; 4e mois : gi; an 27, 3e mois de iakhit: 28, 193; 4e mois de prl, jour i3 : i4;an ior mois de l'été, jour 11 : i34; an 3o,

INDEX NOMS DE ROIS ET

III. DE REINES. ou d'une ville ne

: REMARQUELes noms royaux qui servent à écrire le nom d'un particulier figurent pas dans cet index.

126

J. COUYAT Et

P. MONTET.

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

127

INDEX NOMS DE

V.

PARTICULIERS,

128

J. GOUYAT ET P. MONTET.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMAMAT.

129

(1) La lettre M à rintériéur du cartouche remplace le nom o V I I. 1T

130

J. COUYAT ET P. MONTF.T

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

131

132

J. COUYAT ET P. MONTET.

INDEX TITRES, NOMS DE FONCTIONS,

VI. NOMS DE MÉTIERS.

LES INSCRIPTIONS

DU OUÂDI HAMMÂMÂT.

133

134

J. COUYAT ET P. MONTET.

Tfis- ïivsr.ftTPTîniVK

r>n nTiAht

HAMMAMÀT

135

136

J. COUYAT ET P. MONTET.

LES INSCRIPTIONS

DU ÔUADI HAMMAMAT.

137

INDEX FORMULES

VIL LAUDATIVES.

138

J. COUYAT ET P. MONTET.

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

139

HO

J. COUYAT ET P. MONTET.

LES INSCRIPTIONS

DU OUADI HAMMAMAT.

141

INDEX NOMS DES ANIMAUX ET DES OBJETS

VIII. UTILISÉS DANS LES EXPÉDITIONS,

TERMES

TECHNIQUES.

TABLE

DES

MATIÈRES.

#'"7 ! —' • ' ^ < A .1. AvANT-PIiOPOS.:.r... .1 .,'... .iï-..l. .,'. I , . 7 7 \ v\%n$V£> Remarques sur le classement, I. Si. —- Les inscriptions S 2. —- Les inscriptions S 3. — Les inscriptions H

.-. PREMIÈRE PARTIE.

vu

et sur l'importance archéologique des inscriptions de l'Ancien Empire. ...;,. du Moyen Empire du Nouvel Empire, de l'époque saïte et de l'époque persane.. .

i a 9 16 18

SECONDE PARTIE. Catalogue des inscriptions I. Côté sud IL Côté nord III. Graffiti de Moueh IV. Graffiti d'Abou-Goueh. V. Graffiti de Kasr el Banat VI. Appendice ET ADDITIONS CORRECTIONS TROISIÈME PARTIE. Indices I. II. III. IV. V. VI. VII. VIII. Tableau de concordance entre les différentes éditions Liste des inscriptions par ordre clironologique Noms de rois et de reines Noms de villes, de contrées et de peuplades Noms de particuliers Titres, noms de fonctions, noms de métiers Formules laudatives Noms des animaux et des objets utilisés dans les expéditions, termes techniques. ... 121 1a 1 122 123 125 127 i3a 187 i4i 31 3a î ok 115 116 117 118 119

T MÉMOIRES, . XXXIV.- Le Ouàdi Hammâmât.

Le Ouâdi Hammâmât

prés des stèles de Ramsès IV.

T MÉMOIRES, . xxxiv. - Le Ouâdi Hammâmât.

Le Ouâdi Hammâmât. "Vue des rochers les plus riches en inscriptions.

m

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât,

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. IV

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouàdi Hammâmât.

PL V

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL VI

MÉMOIRES,T. XXXIV.— Le Ouâdi Hammâmât.

PI. VII

Représentations

gravées

dans la curriére

de Nectanébo.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât. PI. VIII

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. IX

MÉMOIRES,T. XXXIV. _ Le Ouâdi Hammâmât.

PI. X

MÉMOIRES,T. XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

PL XI

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES, T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XIII

MÉMOIRES, T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XIV

T. .MÉMOIRES, XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât,

MÉMOIRES,T. XXXIV - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XVI

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XXI

MÉMOIRES,T. XXXIV.— Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXII

MÉMOIRES, T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXIII

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXIV

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXVIII

MÉMOIRES.T. XXXIV. - Lc Ouâdi Hammâmât.

PI. XXIX

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

T MÉMOIRES, . XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXXII

MÉMOIRES,T. XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

PL XXXIII

MÉMOIRES,T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XXXIV

MÉMOIRES.T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

PI- XXXV

T MÉMOIRES, . XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XXXVI

MÉMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

T MÉMOIRES, . XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

MEMOIRES, T. XXXIV. — Le Ouâdi Hammâmât.

T MÉMOIRES, . XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PI. XL

MEMOIRES,T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XL!

MÉMOIRES, T. XXXIV. - Le Ouâdi Hammâmât.

PL XLII

T MÉMOIRES, . XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

MÉMOIRES,T. XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

T MÉMOIRES, . XXXIV.- Le Ouâdi Hammâmât.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->