Vous êtes sur la page 1sur 2
E€SEQu Le magazine des réseaux économiques du Languedoc- Roussillon a Orphemea clavients EVROBIOMED ACTUALITE POLES / CLUSTERS MECENAT LES OUTILS SE METTENT EN PLACE VINSEO SE 4 LA REGION DONNE DEVOILE SON FEU VERT A LA FILIERE EAU CLUBS D’ENTREPRISES LES ARTISTES AUSSI SE FEDERENT Alter’Incub, la pépiniére de projets sociaux devrait rendre bien des services 4 tique. Explication sur SmartFr. Les artistes travaillent souvent de maniére isolée. lis créent, ils réfé- chissent, ils concoivent... Dans le domaine du spectacle, le probléme est différent: les artistes créent un spectacle, et attendent avant de participer & une autre création, par- fois avec d'autres artistes, parfois dans d'autres lieux. Bref, tous ont une bonne raison pour percevoir quelques difficultés & gérer la par~ tie administrative d’un travail peu structuré! En Belgique, des personnes ont ré- fléchi & la question et ont mis en place un systéme de gestion ex- terne des activités artistiques. C’est ce projet qui arrive maintenant en France, avec une premiere implan- tation & Montpellier. SMartFr va alder les artistes, pro- ducteurs de spectacles, metteurs en scéne, etc. dans cette partie admi- nistrative. Lidge en elle-méme est déja innovante, mais l'innovation va encore plus loin, puisque l2 struc~ ture s‘appule sur un outil innovant, un logiciel de simplification adminis- trative intégré. SMartFr permet ainsi aux nouveaux créateurs de réduire les risques liés & isolement et & la méconnais- sance des mécanismes de création et de gestion de structure Premier maillon de ce projet d’en- vergure nationale, la structure ba- sée & Montpellier, SMartFr Sud-Est. Il va permettre déja de tester le systéme sur les régions Languedoc- Roussillon, Provence Alpes Cote d’azur et Rhéne-Alpes, Lincubateur régional_d’entreprises sociales dintérét collectif Alter‘In- cub (voir encadré) accompagne le projet SMartFr Sud-Est dans sa création et sa structuration. Sous forme d'une SCIC (société coopé- rative d'intérét collectif), SMartFr Sud-Est prévoit de démarrer son activité au printemps 2009. Conerétement, SMartFr prend en charge la production administra- tive et financiére des projets artis tiques. Les projets sont hébergés par SMartFr, ce qui évite donc aux porteurs de projet de créer, d’ani- mer une structure juridique et de sfoccuper de toutes les démarches une catégorie précise de la population : novants héberge notamment un projet qui le secteur artis- administratives qui en découlent (composition du bureau, déclaration en préfecture, demande de licence d’entrepreneur, inscription aux cals~ ses sociales, assurance...). Bien souvent jusqu‘ti, pour étre dans les ragles, des producteurs de specta~ cles devaient monter une structure pour chaque spectacle. SmartFr permettra de simplifier les choses. Le principe s‘apparente & un porta- ge classique, sauf que le projet est ici porté par une société coopérati- ve & intérét collectif, et non par une entreprise privée classique. ‘SMartFr établit et envoie les factures ‘ux clients; réceptionne le montant des factures payées par les clients et les montants convenus dans les conventions de financement; enga- ge ceux qui vont travailler 3 la réa~ lisation du projet et assume toutes les obligations sociales et fiscales qui découlent de ces engagements, etc, SMartFr assure également la comptabilité de chaque projet. Bref, un concept qui devrait rapidement séduire cette population par nature rétive aux complexités administrati- ves. ce. Un projet de l'incubateur d’en- treprises sociales Alter'Incub Il existe 4 Montpellier un incuba: teur un peu différent des autres il a pour but de faire émerger des projets d’entreprises dont le carac- tere Innovant porte, non pas sur des aspects technologiques, mais sur des aspects diintérét collectif. Alter‘Incub est la seule structure de ce type en France. Depuis dé- but 2008, Vincubateur a sélec- tionné cing projets, et table sur ing autre début 2009. Parmi eux, le projet Smart pour les artistes, ou encore le projet de coopérative artisanale dans Aude qui vise & regrouper les artisans locaux sur le marché de I’éco-contruction. Al- ter’incub a nécessité une envelop- pe budgétaire de 200 000 euros. 30% de cette envelope vient du FEDER. aie il i aele nian all