Vous êtes sur la page 1sur 33

Catherine Azzaro-Pantel- Calcul des Investissements

Calcul des Investissements

Catherine AZZARO-PANTEL Professeur ENSIACET-INPT Catherine.AzzaroPantel@ensiacet.fr

Sommaire
Institut National Polytechnique de Toulouse ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES INGENIEURS EN ARTS CHIMIQUES ET TECHNOLOGIQUES

Chapitre 1 : Structure et caractéristiques d’un investissement Chapitre 2 : Méthodes de calcul des investissements Chapitre 3 : Coût Opératoire et Prix de Revient

-1/ 33-

Catherine Azzaro-Pantel- Calcul des Investissements

Structure & Caractéristiques d’un Investissements

Objectifs : Définir la notion d’investissement en limites des unités de fabrication (ILUF) Définir la notion d’investissement global

1.1 Introduction Le calcul des investissements est fondamental (cf. Cours d’Evaluation Economique) et le plus grand soin doit être apporté aux études préparatoires pour mettre son évaluation. Généralement, deux niveaux sont impliqués :

Société d’Engineering Services « Estimation » Devis des installations

Evaluation des projets Détermination rapide du montant des immobilisations nécessaires Précision suffisante pour que le résultat puisse orienter la décision ou conduire à des études économiques Approfondies Méthodes de calcul simplifiées

Nous nous intéressons exclusivement dans le cadre de ce cours à l’utilisation de méthodes de calcul simplifiées à partir de données existantes disponibles rapidement. 1.2 Structure des investissements

L’élément essentiel est constitué des matériels constituant les unités de production auxquels des unités et bâtiments annexes. On s’intéressera principalement aux : -2/ 33-

Catherine Azzaro-Pantel- Calcul des Investissements

- INVESTISSEMENTS EN LIMITES DES UNITES DE FABRICATION ILUF (Battery Limits ou In Site Battery Limits ISBL). Une grande attention doit être apportée à la référence en matière d’Investissement. La plupart des publications font en général appel à l’ILUF mais ce n’est pas forcément la règle. On distingue également :

Différents types et classification des estimations
Association américaine des ingénieurs de cotation (1958) 5 définitions de types d’estimation:
Ordre de grandeur (précision valable au-delà de +/-30%) Estimation d’études : précision jusqu’à +/-30% Estimation préliminaire : précision +/-20% Estimation définitive : précision +/-10% Estimation détaillée : estimation du constructeur, précision +/- 5%

Dans le cadre des projets étudiés, nous nous situerons généralement autour d’une estimation de l’ordre de +/- 25%. Il vaudra mieux parler alors d’EVALUATION plutôt que d’ESTIMATION.

Le schéma de principe d’un complexe industriel fait intervenir les éléments de la figure suivante.

-3/ 33-

Inside Battery Limits) Matières premières Produits finis Utilités courantes Produits chimiques ILUF.Calcul des Investissements Schéma de principe d’un complexe industriel Matières premières STOCKAGES Produits chimiques STOCKAGES Produits chimiques usés utilités TRAITEMENT DES EAUX USEES Produits (coproduits) STOCKAGES Sous-produits STOCKAGES Utilités épuisées Production d’utilités Production d’utilités Services généraux (administration. Il traduit le coût des installations proprement dit. de la date et du lieu d’implantation de l’unité. services sociaux.Catherine Azzaro-Pantel. magasins. Investissements en limites des unités de fabrication ILUF ( ISBL. ISBL Utilités à traiter Sous -produits ILUF { capacité de production date donnée localisation donnée -4/ 33- . cantines. ateliers …) L’ILUF est donc indissociable de la capacité de production.

f + ∑ n (Vp − Dp − Ap)(1 − a) + Ap (1 + i ) p + p =1 f (1+i)n + Ir (1+i)n l’ILUF n’en constitue qu’une partie.5 Coût du Matériel Principal Si l’on raisonne par rapport à l’Investissement global I (qui figure dans la formule de calcul du bénéfice actualisé) : Bact = -I . il vient : ILUF = 3.Catherine Azzaro-Pantel.Calcul des Investissements La structure moyenne fait intervenir les éléments suivants : Structure moyenne d’un ILUF 30 350 80 300 250 200 150 100 50 0 1 ILUF IMPREVUS FRAIS INDIRECTS DE CHANTIER MONTAGE MATERIEL SECONDARE 70 70 MATERIEL PRINCIPAL 100 En raisonnant par rapport au coût du matériel principal. Il faut prendre en compte d’autres charges d’investissement qui vont être explicitées : Les diverses charges d’investissement (source IFP) FR=Fonds de roulement I8=Frais de démarrage Capital amortissable CA Investissements unités I7=Intérêts intercalaires I6=Charges initiales I5=Frais de contracteur I4=Stock de pièces de rechange I3=Ingénierie I2=Services généraux et stockages I1=Investissements en limites des unités de fabrication Capital fixe CF -5/ 33- .

3 à 0. la détermination des services généraux et stockages est plus facile. labo contrôle Traitement des eaux usées Stockages Réserves MP.4 I1 Installations générales Production et distribution d’utilités Routes Bâtiments Ateliers. voir les installations et stockage du site. réception des installations. FRAIS D’ENGINEERING Frais d’études et d’ingénierie I3 = 0. coordination. catalyseurs. implantation unité.Catherine Azzaro-Pantel.12 (I1+I2) Sociétés d’Engineering « Maîtres d’œuvre ». magasins. validation des performances (tests) … -6/ 33- . Pour une nouvelle unité. réactifs.Calcul des Investissements SERVICES GENERAUX ET STOCKAGES Services généraux et stockages I2 = 0. Cabinet d’architecte Calculs et spécifications des appareils. solvants Produits finis NB : S’il s’agit d’une usine existante.

centrifugeuses : opérer en // avec deux appareils identiques utilisés à 60% de la capacité max … EXPERTISE Frais de contracteur Frais de contracteur I5 = 0.Catherine Azzaro-Pantel.5 M€ mi-2000 -7/ 33- .05 (I1+I2) Modalités de rémunération de la R&D Redevances paid up Redevances courantes « Livre de Procédés »+ « Manuel opératoire » entre 0.2 et 0. filtres rotatifs.Calcul des Investissements STOCK DE PIECES DE RECHANGE (pratiquement nul) Stock de pièces de rechange Evaluation difficile (tenir compte de la fiabilité des équipements) Ex: prévoir un équipement de secours pour 3 ou 4 en fonctionnement Compresseurs.

Calcul des Investissements FRAIS D’ACHAT DU TERRAIN (en général non pris en compte) « land costs » Varie d’un projet à l’autre (ex. on parle d’investissements sur site vierge « Grass Roots » La viabilisation de terrains vierges nécessite en première règle empirique une majoration de 30% du montant du capital amortissable. achat de l’équivalent de 2 charges initiales en catalyseurs. assimilées à du consommable Sinon. adsorbants … -8/ 33- . véritable investissement Souvent. par souci de sécurité. l’achat du terrain effectué à partir de réalisations antérieures Si le site est nouveau.Catherine Azzaro-Pantel. avantages locaux) Impossible dans les calculs d’évaluation de faire figurer ce poste. CHARGES INITIALES EN CATALYSEURS Charges initiales Si régulièrement renouvelées. • • • Si le site est déjà industrialisé.

mise en place.Catherine Azzaro-Pantel. achat. voire la totalité o Financer études implantation. coût matières inclus 6 mois de frais opératoires. à l’issue de la vie réelle ou théorique (n années des équipements) Provision courante: 1 mois de frais opératoires.5 à 4 mois de frais opératoires) Démarrage d’une unité sous la responsabilité du détenteur du procédé+ personnel usine + Société d’Engineering. montage … o EMPRUNTS (organismes appropriés ou Trésorerie Générale de la société) FRAIS DE DEMARRAGE (0. FONDS DE ROULEMENT (f) Cf cours évaluation économique Immobilisation temporaire. aménagement du terrain. liée au fonctionnement effectif des installations Récupération éventuelle à un niveau voisin de sa valeur initiale Calculs économiques : dépense non amortissable effectuée à l’année 0 Récupérable à tout instant.4 ans o Débloquer progressivement ou emprunter une fraction importante des investissements. coût matières exclus ou encore 15% de I -9/ 33- .Calcul des Investissements INTERETS INTERCALAIRES Intérêts intercalaires Décision de construction Démarrage Site existant. Le temps nécessaire dépend bien évidemment de la complexité de l’installation. schémas d’unités simples 12 à 15 mois Technologies plus complexes (vapocraquage. L’utilisateur rémunère cette double assistance à travers ces frais de démarrage. génie civil. commande matériels. craquage catalytique …+ aménagement de sites vierges) 2 ans ….

. soit.3 Précision des méthodes de calcul d’investissement : De nombreuses études ont été menées afin de relier la précision des résultats au volume des moyens mis en œuvre.4 Adaptation des données d’investissements Trois éléments sont à considérer : l’adaptation en capacité la mise à jour des investissements la prise en compte de la localisation qui vont être examinés successivement. le coût d’une estimation est multiplié par 5.e. Selon l’American Associtaion of Cost Engineers.Calcul des Investissements 1. 1. en fonction des informations disponibles. f voisin de 0. 1.4.10%.30% à +/. i.1 L’adaptation en capacité Elle est basée sur la méthode largement utilisée du facteur d’extrapolation (« scaling factor » ou « six tenth factor ») I '1  C '1   = I 1  C1    f avec : I1 et I’1 coûts montés des matériels ou unités considérés. de donner l’erreur probable commise sur I.Catherine Azzaro-Pantel.7 -10/ 33- . On comprend donc tout l’intérêt de méthodes de calcul rapide. lorsque la précision est ramenée de +/. ILUF correspondants C1 et C’1 capacité de traitement ou de production afférentes à ces immobilisations f « facteur » d’extrapolation NB : expression préconisée initialement pour le calcul par similitude du coût de diverses catégories d’équipements EN GENERAL.

variation en valeur vraie du prix des MP et de la masse salariale Conséquences pratiques • • • Toute indication relative à un investissement doit être accompagnée de la date à laquelle il correspond Pour déterminer la valeur d’un investissement à une autre date ou comparer sur des bases homogènes 2 investissements relatifs à des dates différentes PROCEDURE permettant de TRANSPOSER les informations disponibles d’une année ou d’un mois à l’autre ILUF( date t1) t1 ILUF( date t2) t1 = Indice coût date t1 Indice coût date t2 -11/ 33- . productivité et les conditions de rémunération de la MO) Intègre érosion monétaire.2 Mise à jour des investissements Problématique • • • • Improprement appelée « actualisation » Ne consiste pas à calculer la valeur d’une somme perçue ultérieurement Il s’agit de prendre en compte l’évolution au cours du temps des prix de mise à disposition des matériaux et des coûts de façonnage ou de montage des équipements (i.e.Calcul des Investissements 1.4.Catherine Azzaro-Pantel.

de bois de charpente. Stanford Research Institute. de ciment et MO) N’intègre pas les améliorations Technologiques Evolutions trop fortes -12/ 33- .Catherine Azzaro-Pantel.indice du coût de la tôle moyenne en acier Martin de 4 mm d’épaisseur Peu adapté secteur chimie Cas des Etats-Unis Indices nombreux • Publications de grande diffusion • Sociétés de consultants (SRI.Calcul des Investissements Notion d’indices de mise à jour Indices d’actualisation ou indices de coût (cost index) • • Affichent une date de référence (année de constitution): en général arbitrairement valeur 100 Il s’agit d’indices « composites »: Pondération entre plusieurs indices composants Exemples d’indices de coût Cas de la France (Source : L’Usine Nouvelle) Indice de R. Process Economic Program) Indice de Engineering News Record ENR (Source Chemical Engineering) Date référence 1913 Indice composite : moyenne des chiffres pour 20 villes des USA (coûts de quantités de profilés en acier.indice global pondéré S des salaires des industries mécanique. PEP index. . électrique et des produits réfractaires. Boulitrop (Techniques de l’Ingénieur): Moyenne arithmétique entre: .

commerciaux et de construction « Process industries and related industries »: Moyenne pondérée de coûts d’unités dans 12 domaines industriels différents 1 pour le pétrole. pétrole Le plus connu: Indice d’inflation 3 composantes: .MO -13/ 33- . d’investissements et de produits chimiques Chimie. de MO.matériaux (28%) .Catherine Azzaro-Pantel. du pétrole Indices de Nelson ou de NelsonFarrar (Source The Oil and Gas Journal) Date référence 1956 Plusieurs indices: « Indice dit d’inflation » « Indice de coût vrai » : Productivité atteinte dans la construction d’unités complètes de raffinage … « Indices de « coûts opératoires » : moyenne pondérée de coûts de combustibles.Calcul des Investissements Indice de Marshall et Swift (ex. 1 pour la chimie … Indices pour le secteur de la chimie. Marshall et Stevens) M&S (Source Chemical Engineering) Date référence 1926 2 indices: « All industry » : moyenne arithmétique à partir de 47 catégories d’appareillages industriels.équipements divers (12%) .

4. politiques et financiers: Variations de coût de MO.4 Prise en compte de la parité monétaire ou taux de change Le taux de change entre 2 monnaies est publié de façon régulière dans des revues économiques grand public et ne pose pas en général de problème. machines tournantes. régimes fiscaux. une unité industrielle en tous points identiques aux plans techniques. contraintes réglementaires. on préconise en pratique l’utilisation l’indice CE et M&S dans le secteur de la chimie et Nelson dans le secteur pétrolier. disponibilité et qualité de la MO … Peu d’études récentes sont disponibles : Etudes de CRAN (1973).Equipements. sociaux.Ingénierie (10%) En conclusion. pratiques de calculs de Sociétés d’Engineering. de Guthrie (1974) On définit un facteur de localisation d’un pays à un autre : f Pays A/Pays B ILUF(lieu1) t1 ILUF(lieu2) t1 = flieu 1/lieu 2 1.Calcul des Investissements Indice de Chemical Engineering CE (Source Chemical Engineering) Date référence 1957-59 4 composantes principales: . 1. aides. -14/ 33- . technologiques et dimensionnels à celle dite de référence pour laquelle l’information correspondante est disponible pour une localisation connue? Cela implique des variations de nombreux paramètres techniques.Montage (22%) . de supervision. normes ou standard propres à chaque pays. de matériaux.Catherine Azzaro-Pantel.Bâtiments (7%) . économiques.4. et structures (61%) . incitations diverses.3 Prise en compte de la localisation Comparer des coûts d’installations construites dans divers pays ou sur différents sites Combien coûte dans les conditions locales d’une autre zone géographique.

4.5 Prise en compte de la parité technique On peut également combiner parité technique et facteur de localisation à travers la notion de parité technique.Catherine Azzaro-Pantel.Calcul des Investissements 1. Investissement dans le pays X Parité technique à l’année n à l’année n exprimé en monnaie locale entre une monnaie et l’US$ = Investissement correspondant aux USA à l’année n exprimé en US$ Investissement Investissement dans le pays X = X Parité monétaire X Facteur de localisation aux USA à l’année n à l’année n Monnaie x/US$ à l’année n en US$ en monnaie locale Parité technique à l’année n = Parité monétaire X Facteur de localisation à l’année n À l’année n -15/ 33- .

précision Relier la précision des résultats au volume des moyens mis en œuvre Coût d’une estimation x 5.10% FIABILITE FINESSE Finesse (dans quelle mesure une petite modification au niveau des données se traduit sur les résultats) Traçabilité (lien entre résultat et données) CREDIBILITE TRACABILITE Crédibilité (expérience et connaissance) -16/ 33- . lorsque la précision est ramenée de +/.1 Introduction : Le chapitre précédent a montré que : • • • L’ILUF est l’nformation de base sur laquelle repose tous les calculs économiques Les préoccupations d’ordre économique se manifestent de + en + tôt dans le déroulement et la conduite d’un projet Les méthodes de détermination de l’ILUF sont indispensables Le choix d’une méthode d’estimation est délicat car : • • • Il existe de nombreuses méthodes d’estimation et d’évaluation Leur diversité = preuve qu’aucune d’entre elles ne donne entière satisfaction Certaines + performantes et surtout mieux adaptées aux circonstances Critères de choix d’une méthode: FIABILITE.Calcul des Investissements Méthodes de calcul des investissements Objectifs : Présentation de quelques méthodes significatives de calcul des investissements 2.Catherine Azzaro-Pantel.30% à +/.

déterminer par extrapolation les investissements d’unités nouvelles (cf méthode du facteur d’extrapolation chap. 3. On comptabilise les blocs à partir du tableau suivant : -17/ 33- . 1) Les Méthodes des unités fonctionnelles fictives Les Méthodes des flux Les Méthodes des étapes significatives Nous ne les traiterons pas dans leur intégralité : certaines seront examinées lors du TD long.Catherine Azzaro-Pantel.30%). Les méthodes globales : à partir d’investissements connus d’installations complètes ou des parties d’installations. ni même de bilans matières NB: Descriptif complet des différentes étapes de la technologie mise en œuvre « ne pas oublier de blocs » Exemple: méthode de R. Prérequis : schéma de principe d’une installation Séquence des opérations unitaires (blocs) Pas de dimensionnement. la complexité du calcul augmente lorsque l’on passe du niveau 1 à 3.D. Il faut avoir déterminer la séquence des opérations unitaires ou blocs intervenant dans l’installation considérée. Les méthodes utilisant des facteurs multiplicatifs variables : suivant la nature des matériaux employés. 1/ Méthodes globales On distinque : • • • • • La Procédure du facteur d’extrapolation (cf chap. Bien évidemment. Exemple : Méthodes des unités fonctionnelles fictives dites méthodes des blocs: Principes de base Il s’agit d’évaluer l’investissement (ILUF) très rapidement avec un faible degré de précision (en général + :.Calcul des Investissements Il existe 3 grandes catégories de méthodes : 1. Les méthodes utilisant des facteurs multiplicatifs constants : elles permettent de passer de la valeur des équipements principaux à l’investissement total de l’installation. sans BILAN MATIERE et donc SANS DIMENSIONNEMENT. 1) 2. Hill Elle s’applique pour des installations à pression modérée (P<7 bars) où ne circulent que des fluides.

Calcul des Investissements 1 bloc Colonne acier ordinaire Réacteur Evaporateur Soufflante Cyclone 2 blocs Colonne acier inox Four Centrifugeuse Compresseur Cycle de froid +1 Pour chaque alim ou effluent nécessitant un stockage intermédiaire Exemple : Méthodes des flux (ex. méthode d’Allen et Page) Objectif : Influence sur le coût d’une installation des poids respectifs des effluents autres que le produit principal Elles nécessitent donc des Informations plus détaillées et perdent en simplicité et facilité d’utilisation. Le rapport constant. LE PRIX PEUT ËTRE OBTENU A PARTIR DE CORRELATIONS OU A PARTIR DE CONSULTATIONS AUPRES D’EQUIPEMENTIERS. Le TD long aura pour but d’étudier et d’appliquer une méthode de calcul global des investissements. appelé facteur de Lang. -18/ 33- . TD Long Méthodes des blocs • Méthode de Hill • Méthode de Zevnik et Buchanan • Méthode de Wilson Méthodes des flux • Méthode de Stallworthy • Méthode de Allen et Page Méthodes des étapes significatives • Méthode de Taylor 2/ Méthodes factorielles Méthodes utilisant des facteurs multiplicatifs constants Principe ILUF = coefficient constant moyen x Coût divers équipements Le coût du matériel principal est une CARACTERISTIQUE de chaque appareil. qui dépend de leur dimensionnement. est identifié à partir de résultats obtenus sur un certain nombre d’unités.Catherine Azzaro-Pantel.

3 à 4.5 4 2.74 Méthode du facteur de Lang modifié (facteur de Bach) : on distingue l’ILUF et le coût du matériel monté pour la production d’utilités et stockages.5 2 4 2.63 4.8 Méthode du facteur de Hand : C = f x (MPIC) où MPIC = Main Plant Item Cost ILUF = ∑c Facteur de HAND 4 4 3.6 2.7 à 2.5 TYPE DE MATERIEL Colonne de distillation Ballon sous pression Echangeur Four Pompe Compresseur Instrument Divers -19/ 33- .1 3.Catherine Azzaro-Pantel.Calcul des Investissements Méthode du facteur de Lang TYPE DE PROCEDE Procédés traitant des produits solides Procédés traitant des solides et des fluides Procédés traitant des fluides Facteur de LANG 3. TYPE DE PROCEDE Fabrication de produits Production d’utilités Implantation de stockages Facteur de Bach 2.8 à 4.2 1.

Elles ne rendent donc pas compte de la réalité pour des installations dont le prix est anormalement haut ou bas en raison de l’utilisation d’une technologie particulière ou de matériaux spéciaux.Calcul des Investissements Méthode de l’IFP : On retrouve également la méthode de l’IFP déjà proposée au chap. Dans ce cas.) auxquelles nous renvoyons le lecteur. 350 300 250 200 150 100 50 0 30 80 IMPREVUS FRAIS INDIRECTS DE CHANTIER 70 MONTAGE MATERIEL SECONDARE MATERIEL PRINCIPAL 70 100 ILUF 1 Méthodes utilisant des facteurs multiplicatifs variables Les méthodes précédentes sont basées sur des données statistiques et conduisent à des valeurs moyennes. Méthode de Hiirsch et Glazier Méthode de Miller Méthode de Guthrie Méthode du SRI (Stanford Research Institute) Méthode PRESTIME de l’IFP Mentionnons également deux logiciels : PDQS Price and Delivery Quoting Service ICARUS (Investigating Costs and Reliability in Utility Systems) -20/ 33- . 1. De nombreuses méthodes existent (cf Manuel d’Evaluation des Procédés de Chauvel et al.Catherine Azzaro-Pantel. il faut affiner l’analyse.

On définit le : Facteur de marche = durée de fonctionnement / durée annuelle -21/ 33- . Soit en continu (24h/24) Soit en discontinu ou semi-continu HYPOTHESE ON RAISONNE AU NIVEAU DU BUREAU D’ETUDE sur la base de 8000 h an soit 340 jours /an au lieu de 8760 h/an .Catherine Azzaro-Pantel. Calculer un prix de revient. 3. Elles peuvent être rapportées à la tonne de produit : c’est le point de vue des vendeurs et des services commerciaux . Nous utiliserons les deux premières notions qui font intervenir les notions de coût opératoire et de prix de revient. Facteur de marche Durée de fonctionnement des installations au cours d’une année compte tenu des arrêts pour maintenance.Calcul des Investissements Coût Opératoire et Prix de Revient Objectifs : Appréhender la notion de dépenses et recettes d’exploitation. On parle aussi de dépense horaire (personnels de fabrication ou de société d’Engineering). 1 Modalités de comptabilité des dépenses Les dépenses peuvent être ramenées à l’année : c’est le point de vue économiste ou comptable . 365 jours/an pour tenir compte de l’entretien de l’installation.

des services généraux et administratifs est comptabilisé dans les charges FIXES. grèves. Le personnel d’entretien. 3. la main d’œuvre désigne les opérateurs postés. 2 Découpe du coût opératoire On distingue trois grandes rubriques : Charges variables (variables charges or costs) : résultat des bilans matières et énergétiques Charges fixes (fixed charges or costs) : ne dépendent pas de quantité produite. Taux d’utilisation et de charge = facteur de marche effectif/ facteur de marche théorique. ruptures d’approvisionnement. Main d’œuvre opératoire (labor) : les opérateurs sont difficiles à classer dans les 2 catégories précédentes. En pratique. HYPOTHESE ON RAISONNE AU NIVEAU DU BUREAU D’ETUDE sur la base d’UN FACTEUR DE MARCHE EFFECTIF = FACTEUR DE MARCHE THEORIQUE. Attention.Calcul des Investissements Le facteur de marche théorique tient compte uniquement de la phase de maintenance Facteur de marche effectif tient compte des arrêts non programmés. ne s’éteignent pas en cas d’arrêt fortuit mais de longue durée. il faudrait tenir compte du fait que le régime nominal n’est atteint que progressivement. -22/ 33- .Catherine Azzaro-Pantel.

Calcul des Investissements Les éléments du coût opératoire Frais généraux et de siège Taxes et assurances Entretien Frais financiers Provision pour amortissement Main d’œuvre CHARGES FIXES FRAIS OPERATOIRES CHARGES VARIABLES Frais divers Utilités Produits chimiques Sous produits Matières premières 3. une remarque s’impose concernant la prise en compte d’éventuels co-produits dans le bilan économique.Catherine Azzaro-Pantel.3 CHARGES VARIABLES Les charges variables comprennent les : A/ Matières premières et autres produits consommables B/Utilités A/ Nature et caractéristiques des produits consommables Il faut prendre en compte : Matières premières Coproduits : ensemble des productions conjointes d’une même ligne de fabrication Sous-produits Réactifs Catalyseurs en phase hétérogène et garnissages divers Catalyseurs en phase homogène et ajouts liquides divers Eléments d’équipements consommables Concernant les produits. -23/ 33- .

C’est celui que vous utiliserez dans vos études. solvants. pour les produits pétroliers.Catherine Azzaro-Pantel. quality and location. nor do they represent bid or asked prices. unless otherwise specified. Price ranges. These listings are based on pricing information obtained from suppliers. additifs Prix unitaires des produits consommables Contexte général Prix d’un produit: prix plancher +marge Principaux référentiels en matière de prix Prix postés ou affichés Prix officiels de vente ou prix producteurs Prix spot : Chemical Marketing Reporter Ce sont des prix relatifs à des transactions au jour le jour. as indicated by the two columns. Rotterdam…) Chemical prices Benchmark chemical prices These chemical prices are list. LE PRIX SPOT est un bon indicateur de la situation de l’offre et de la demande.a u coup par coup. as well as differences in quantity.Calcul des Investissements Ensemble des productions conjointes d’une même ligne de fabrication Choisir un produit clé (ex. -24/ 33- . may represent quotations from different suppliers. they do not carry any guarantees. portant le plus souvent sur des quantités limitées et qui sont établis en référence à des sites bien identifiés( ex. The prices are intended as a benchmark for CMR readers and are not to be used as a basis for negotiations between producers and customers. Although prices are reported as accurately as possible. éthylène) Définir une tonne de produit « fictif » Ethylène Isobutène Propylène VAPOCRAQUAGE DE NAPHTA Benzène Butadiène Cas des sous-produits : Transformations secondaires indésirables liées: Soit au processus de conversion des MP Soit à l’utilisation de réactifs ou produits chimiques. Posted prices do not necessarily represent levels at which transactions may have actually occurred.

Néanmoins. janv. les prix contrat font le plus souvent référence aux prix spots.Calcul des Investissements Prix Contrat Les transactions de gré à gré sur les matières premières et produits s’effectuent pour l’essentiel des quantités échangées dans le cadre de transactions. En général. les prix contrat sont le plus souvent déterminés à partir des prix spots de la période précédente. 1999 -25/ 33- . Comparaison prix spot/prix contrat [$/t]: cas de l’éthylène Prix de transaction pour certains produits chimiques aux USA $/tonne. afin de ne pas pénaliser l’un des contractants par rapport à l’autre. en amortissent les variations extrêmes et offrent donc une pus grande stabilité.Catherine Azzaro-Pantel.

Catherine Azzaro-Pantel.Calcul des Investissements Partage des frais et des risques de transport entre vendeur et acheteur : normalisation du langage -26/ 33- .

procédé. gaz combustibles). frigories) qu’annexes (eaux refroidissement. 1ère de nature énergétique ou stratégique (GN. Frais main d’œuvre. Charges fixes Rentabilité du capital investi Prix des utilités : variables d’un site à l’autre MAIS fluctuations faibles.Catherine Azzaro-Pantel. chaudière. combustibles.Calcul des Investissements Pratique des prix en matière d’évaluation Matières premières. Modalités de prise en compte des dépenses d’utilités Charges variables. d’où l’utilisation en pratique de VALEURS MOYENNES Coût moyen des utilités France fin 1998 HTS : Haute teneur en Soufre BTS : Basse teneur en Soufre TBTS : Très Basse teneur en Soufre -27/ 33- . coproduits Prix moyen de transaction Si mat. catalyseurs Prix spot B/ Utilités et frais divers Il s’agit de la fourniture à une installation de ses besoins tant énergétiques (électricité. gaz d’inertage …) et production (vapeur. étude de sensibilité Sous-produits (tonnage modeste) Prix spot + coût de purification pour mettre aux spécifications (décote) Cas par cas … Réactifs. produits. biomasse): plusieurs scenarii. vapeur. pétrole….

RTT.Catherine Azzaro-Pantel. temps partiel … 4 eq … 5 … 6. maladies.Calcul des Investissements Coût moyen des utilités (France fin 1998) 3.78 t coefficient : = 23 [Opérations en discontinu] = 17 [Opérations en continu avec une instrumentation moyenne] = 10 [Opérations en continu avec une bonne instrumentation ] = 7 [Opérations en continu avec lignes de régulation ] -28/ 33- .5 EQUIPES (grandes unités) Règle empirique (à titre indicatif !) Nombre d' heures d' opérateurs Nombre d' étapes du procédé =t Tonne de produit (capacité en tonnes/jour) 0.4 MAIN D’OEUVRE Notion d’opérateur posté Durée maximale pour un travail effectif d’affilée (quart) : 8 h Opération en continu : 3 équipes postées MAIS : congés.

Calcul des Investissements Coût de la main d’oeuvre Structure d’une équipe (personnels de quart dans l’industrie du pétrole (1999) en France Coût annuel moyen d’un poste de travail (France) Montant global MO = [Nombre d’opérateurs/équipe ] x Coût d’un poste -29/ 33- .Catherine Azzaro-Pantel.

7 Diverses phases dans la conduite d’une étude Etude du marché et de la disponibilité en matières premières Etablissement des éléments techniques nécessaires au calcul économique Calculs économiques Coût opératoire Détermination de la rentabilité Analyse des résultats -30/ 33- .5 % (I1 + I2)] Frais généraux usine et dépenses de siège [ 1 % (I1 + I2)]/an 3. Dp et Vp.Calcul des Investissements 3. 3.5 CHARGES FIXES Entretien [ 4% (I1 + I2)] / an Inspection de routine (opérateurs de quart) Entreprises extérieures : • Révisions spécifiques programmées • Réparations à caractère urgent Taxes et assurances [ 1 à 2 % (I1 + I2)]/an Obligations de caractère environnemental [ 0.Catherine Azzaro-Pantel.6 Conclusions A l’issue de ces 3 chapitres. Vous pouvez à présent passer à l’étude de rentabilité et de calcul des critères économiques. vous êtes en mesure de déterminer l’Investissement global à partir de l’ILUF.

Calcul des Investissements Eléments récapitulatifs CHARGES VARIABLES Matières premières Sous-produits (crédit) Coût matières Produits chimiques et solvants Catalyseurs Utilités Vapeur Electricité Combustible Eau de refroidissement Eau de chaudière Eau de procédé Réfrigération Frais divers Total CHARGES VARIABLES (A) MAIN D’ŒUVRE (B) FRAIS OPERATOIRES (A) +(B) CHARGES FIXES Amortissement Charges financières Entretien Sur les unités de production I1 4% de I1 Sur les services généraux et stockages I2 Taxes et assurances Frais généraux et de siège Total CHARGES FIXES 2% de (I1 + I2) 1% de (I1 + I2) 3 à 4% de I2 Coproduits (éventuellement) -31/ 33- .Catherine Azzaro-Pantel.

GARRETT VAN NOSTRAND REINHOLD.CHEMICAL ENGINEERING ECONOMICS par Donald E. . GUTHRIE. W. Mc GEAN HILL Inc.DATA AND TECHNIQUES FOR PRELIMINARY CAPITAL COST ESTIMATING par K. Y.MANUEL D'EVALUATION ECONOMIQUE DES PROCEDES par Alain CHAUVEL et consorts.22/02 // …) 4 . Y. TIMMERHAUSS 4 ème édition. N. 1989 6 . N.2000 3 . 2 .24 Mars (p 114 à 142).Calcul des Investissements Bibliographie 1 .ESTIMATES COSTS OF … par Armando B. -32/ 33- .Catherine Azzaro-Pantel.A GUIDE TO CHEMICAL ENGINEERING PROCESS DESIGN AND ECONOMICS par G.. D. R. 1969 . Y.PARIS . ÉDITIONS TECHNIP .. CHEMICAL ENGINEERING. 1984 5 . ULRICH JOHN WILEY.. PETERS et KLAUSS D. 1991. N.PLANT DESIGN AND ECONOMICS FOR CHEMICAL ENGINEERS par Max S. CORRIPIO et consorts.. M. GRACE. Suite d'articles publiés dans CHEMICAL ENGINEERING (1981-05/10 // 1981-28/12 // 1982-25/01 // 1982.

icispricing.htm http://www.com/il_shared/il_splash/chemicals. conditions France) -33/ 33- .com/welcome.htm coûts USA) http://www.asp http://people.the-innovation-group.gouv.industrie.clarkson.Calcul des Investissements Sites Web Prix des produits chimiques : Chemical Market Reporter (abonnement Médiathèque ENSIACET) http://www.Catherine Azzaro-Pantel.htm (coût énergie.fr/energie/sommaire.edu/~wilcox/Design/refcosts.