P. 1
DEBUSSY, Claude • La Revue Musicale. 1ère année, numéro 2. Numéro spécial consacré à Debussy (Éditions de la Nouvelle Revue Française, Paris, 1er décembre 1920) (facsimile music source)

DEBUSSY, Claude • La Revue Musicale. 1ère année, numéro 2. Numéro spécial consacré à Debussy (Éditions de la Nouvelle Revue Française, Paris, 1er décembre 1920) (facsimile music source)

|Views: 707|Likes:
Publié parGérard Reyne
author : La revue Musicale // title : La Revue Musicale. 1ère année, numéro 2 // subject : Numéro spécial consacré à Debussy (Éditions de la Nouvelle Revue Française, Paris, 1er décembre 1920) ________________________________________¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
La Revue Musicale / Directeur : Henri Prunières / 1ère année, numéro 2 / Numéro spécial consacré à DEBUSSY / avec la collaboration de André Suarès, Alfred Cortot, Louis Laloy, Émile Vuillermoz, René Peter, D. É. Inghelbrecht, Robert Godet, J. G. Aubry / Illustrations. Portraits gravés sur bois par F. L. Schmied, Dumser, Georges Aubert, ornements gravés par D. Galanis / Supplément musical / Le tombeau de Debussy par Paul Dukas, Maurice Ravel, Albert Roussel, Erik Satie, Florent Schmitt, Bela Bartok, Manuel de Falla, Eugène Goosens, G. F. Malipiero, Igor Stravinsky / 32 pages de Musique gravée sous une couverture illustrée d'une lithographie originale de Raoul Dufy / Éditions de La Nouvelle Revue Française, 35 & 37, rue Madame, Paris, 1er décembre 1920
author : La revue Musicale // title : La Revue Musicale. 1ère année, numéro 2 // subject : Numéro spécial consacré à Debussy (Éditions de la Nouvelle Revue Française, Paris, 1er décembre 1920) ________________________________________¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
La Revue Musicale / Directeur : Henri Prunières / 1ère année, numéro 2 / Numéro spécial consacré à DEBUSSY / avec la collaboration de André Suarès, Alfred Cortot, Louis Laloy, Émile Vuillermoz, René Peter, D. É. Inghelbrecht, Robert Godet, J. G. Aubry / Illustrations. Portraits gravés sur bois par F. L. Schmied, Dumser, Georges Aubert, ornements gravés par D. Galanis / Supplément musical / Le tombeau de Debussy par Paul Dukas, Maurice Ravel, Albert Roussel, Erik Satie, Florent Schmitt, Bela Bartok, Manuel de Falla, Eugène Goosens, G. F. Malipiero, Igor Stravinsky / 32 pages de Musique gravée sous une couverture illustrée d'une lithographie originale de Raoul Dufy / Éditions de La Nouvelle Revue Française, 35 & 37, rue Madame, Paris, 1er décembre 1920

More info:

Categories:Topics, Art & Design
Published by: Gérard Reyne on Nov 10, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/11/2015

pdf

text

original

1

Atfutlulah•tdiGU el Publlcii#J :
311, Rue , Madame (VI') .Fleurus 12-21-.
Dlreello tJ et llêclncllon ,
Boulcvar cl Saint-Germain (VIl•)
LA REVUE MUSICALE
nïrecteur : Henry PRUNIÈRES
L, lJirtclt ur re;oil la JI/tUai .J p-,,.()r<(Ji ô, .f b. à 6 J,,
Comit é cle Dlrt>c tion ; A. DOlLY, G. GAI,LUIARD, H. PRUNIÈRES
Revue Alensuelle lnt-ernatiôiiale· d'Art l\lusical Ancien et Moderne
SOl\ll\IAIRE DU 1er· DÉCEl\IBRE
Debûssy, par AnJrl SUARÈS. . • • •....
La Mu;Îque pour piano de Debussy, par A. CORTOT .
Le dè Claude Debussy, par Lou/$ LALOY •. .
Autour du Martyre de Saint-Sébastien, par Eml!e VUILLERMOZ
Du temps d'Achille, par Rent PETER . •. . . . . . •
Souvenirs, par IN(JHELBRECIIT . . . . . , . • .
Le Lyrisme intime de Debussy, par Robert GODET'.
L'Œuvre critique de Debussy, rar G. ,}ean AUBRY .
CHRONIQUES ET NOTES
L'OEUVRE DI.;Rl!SS\' EN FRA:SC.E ET ,\ l,'ÉTRANGElt
FRANCE. Thl&tres Lyriques, CRANDE-BRETAGNE
p. 98
127
151
155
159
165
161
'9'
}eux aux Ballet. Suédois, Èmllt
Vulllermor p.
Les Anglais et L. Dur1lan·
Green • • •• . ..• • • •
BELGIQUE
Debussy el la Belgique, par Henri
Lesbrau,sarl • 1 o5
ESPAGNE
L' Espagne dans l'œuvre de Debussy,
par Mar.uel dt Falla • 106
ITALIE
et la jeune école ita!ienne,
par Alfredo Case/la
!l RUSSIE
!f Debu.sy à Pé1rograd, par L. Sam/n$1&
lLLUSTRATl{'NS
Trois bandeaux et fronti spices, bois origin1ux deN. Ga/anis, pp. 127, 1 S'), 167
PORTRAIT DE DEBUSSY
..
lJ\)

gravé par Georges Auber/, d' après le médaillon en bronze de Madame Bee/r-Chorpenllu, p. 91
Lfi MUSJQUlJ, dessin de Maxime Delhomas, gravé sur bois, par Ç. Ac:bert, p.
HORS-TEXTE : Portrait de Debussy, bois original de F.-L. SchmleJ, d'après le tableall d., Pau 1
Rober/. Debussy sur son lit de mort, croquis inédit d' Othon Friesz, gravé bl'is par Dumser.
SlJPPI.Él\IENT l\HTSICAT ..
L E T OMBEAU DE CLAUDE DEBUSSY
Œuvres inédites , composées spéci al ement en hommaae à Debu&sy par Pau/ Maurice RaJel, A/berl
R c>uHel, Erik Satie, Florent Schmitt, Btla Manuel Je Falla, Eugëne Goossem, G. Francesco
Mali:>lero, Igor Slrawlmf(y, sous une couverture d'une lithographie originale de Raoul Dufy,
OE I.,'AUO:.\':\'El\Œ:\'T
É DITION ORDI NAIRE, Un an : France, SO Ir. - Autres pays, 60 Ir.
Ë DITION DE LUXE. Un an : France, 100 Ir. Autres pays, 120 Ir.
T irage à petit nombre sur papier pur fil. Chaque exemplaire est numérotoi; un numéro qui restera le
pendant toute la durée de l'abonnement est affecté à ch3que abonné. Le• de l'édition de luxe ne
•ont pas vendus séparément.
'// '· ·' ", Compte • postaux n" 19.618

THÉATRE NATIONAL DE L'OPÉRA
Matinées Symplwniques
Concerts PASDELOUP
Directeur Général : Chef d'Orchestre :
Serge SANOBERG RHENÉ-BATON
Trois Grands Concerts
par
Se1naine
Les Samedi - Dimancbe & Jeudi à 3 Heures
Les Concerts Historiques du Jeudi
• t)e la Jfluique Dramatique Françai,J'e <111 .\[.\"" ,<.,'iècle,
,Je "lfeyerbeer à Debu,r.ry "
-----
SÉRIE A SERIE B
I . MEYERBEER
7
Octobre 1. .\1 EYERBEER
14 Octobre
r J
6
1" fJJ' Ofll' amme) ( l'me l'rugt·omme)
2. BERLIOZ 2I Octobre 2. HA LEVY 28 Octobre
' 1 (Il' f',·o,qnnn me 1

BERLIOZ r8 Novembe
' .

GOUNOD
3
Novembre (:>me I'I'0.'/ 1'0111111e)
( , • •. 1'1'0[{1 0 11!1111' )
• 4·
A . THOMAS 2 Décembre

REY ER
25
Novembre
GOUNOD I6 Décembre :;.

MASSENET q Décembre (f!me Pl·oyl· .. mme)
1 / '' I'I'O!framme
(). CHABRIER r 1 Janvier
6. LALO

Décembre
MASSENET 27 Janvier
__ ,


D'INDY 20 '] am·ier (:Jmc i'l'o!JI'O>nme)
8. SAINT-SAE};'S
3
Février 8. BIZET IO Février
( /''r l'rogramme)
q. SAINT -SAENS 24 Février

ERLANGER
I7
Février ( im• l'rO.'J''amme)
IO. BRUNEAU
.3
Mars !O. FAURÉ
17
Mars
Ir. CIIARPENTIER.3I Mars II. GEORGES HUE
7
Avril
12. DUKAS
I4
Avril I2. DEBUSSY 21 A nil
Sm•ia , )<'·' .-fi>olllumelllJ' : 2, Rue des Italiens - /Téléphone CENTRAL 14.44)
-:- : à l'Opéra - chez Durand - chez E>chig - chez Roudanez -: -
l"oici le Camd pmltqu<' qu'nlfenJaimt
lou.x [,.,, . . lfu.,·irit'lz.r
{,·
Salle Pleyel -
-loo--+
Mercredi 29 Décembre 1920
IÎ 9 • Ju ott)Ù ..
Anthologie Moderne de Piauo
Se111ainier
!lérie)
Concert donné par
AGENDA-f'vlEMENTO
pour 1921
" l'usage des Professeurs et ElèH·s
des Artistes et Amateurs
JANE MORTIER
PAYOT & C", 106, Boulevat•d Saint-Germai n, PARIS
J .· G . PROD' HOMME
LA JEUNESSE DE BEETHOVEN
(J770·1eOO)
Prix ncl : En Yent« ddns toutes
les Maisons de Musique
l'n fort vol. in-4 orne de 3 pl. heliogra,ure
hors-texte et un lac-simile tco fr.
Publication• de
l'OFF ICE GÈNÈRAL DE LA MUSIQUE
t5, Rue de Madrid - PARIS :
Cet ouvrage est Je premier en France qui pre.
sente avec une telle abondance de détails et sous
une forme attrayante l'hist oire des de
Beethoven et des trcntes premieres années de
v1e d'homme et d'artiste.

1
t
t
t
1
t
t
t
t
t
1
t
l
*
t
l
l
t
t
COURS
CHAIGNEAU
PARIS. q, Rue de Chanalei lles. VII '
COURS QUOTIDIENS DE MUSIQUE DE CHAMBRE
pour les lO:li-Yes Amateurs ou Professionnels de tou-.;
Pianistes, Violonistes, Altistes et Violoncellistes
dirige' par M mc' Marguerite et Su=aune CHA IGNEA U
SONATES, TRIOS,
Q\dATUORS, Q!JINTETTES CLASSIQ!Jr:S ET NODEIINES
DECHIFFRAGE
EXAMENS TRI,\1ESTRI ELS
DE TOUTES LES CLASSES
par Lucien CAPET
PRIX DF.S COURS hebdomadairL'< ..
de quinzaine
cbaqut cour.r . 2 bcurt .. •
t ces examens sont facultatifs)
lOO fr. par moi,
5o fr
cours sont payables à l'avance - Tout mois commencé est dû.
Ou peul ,,' ùz.•crire lou,• le,• mal in,•, 1), rtu l)e Cban,zl,•i{/,..r ou par corr<'·'l''''"l'""'".
*
t
t
t
t
*
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t



Société pour· la Fabrication des Instruments
+- • de Musique Pneumatiques ._ ._ ._
5. Aveuu• ::OP''"· p,,;,
(( CA NT 0 LA n
Appareil Automatique permettant une int erprétation musicale
• anssi expr·essive, personnelle et nuancée que le jeu a la main .
'"

progrès au point de vue artistique ...
o n , • 1_:. tou.• 1 e.• pL'ano,, à quellt' et piano.• droù
t)e qmlllJ IIWt)è/e *

'


Aut01natique {{ Cantola '' pour Orgues
*t'; le seul donnant toutes les combinaisons jeux et clavier

:tf PARIS - 5, Avenue de l'Opé,·a, 5 - PARIS



VIEUX

Tel. Location : Saxe 6-t-69
Joue en Décembre :
La Surprise de l'Amour La Jalousie du Barbouillé
de J\1ARIVAUX de J\l ouÊRx
La Folle Journée
d ' EMI LE J\1AZAUO
La Coupe Enchantée Le Pain de Ménage
de LA FoNTAI NE et CHAMP>IESLÉ de J ULES R ENARD
Le Paquebot Tenacity
d e C HARLES V ILORAC
Le Carrosse du Saint-Sacrement Les Fourberies de Scapin
de J\1ouÊRE d e PRoSPER J\1 ÉRmtE
La Nuit des Rois
de SHAKESPEARE
MATINÉES DU JEUDI POUR LA JEUNESSE
D o nnez votr e n om et a dresse a u S ecre t a riat du Thea tre :
V o us r ecevrez c h a que sema me une cart e progr a mme.

Rue du Vieux- Colombi er - PARIS (VI•)

({LE
GUIDE DU CONCERT"
; 12 , PLACE o'AK\' ERS ,g') - TÉL. GUTEKBERG 1-f·O-f
(ïf' Année
CHAQUE f'E.YDREDI JJAT! N:
Les Programmes avec noti ces d e t ous les
C oncert s d e l a scmame s ui \' ante. Les
Spectacl es Lyriques. L a 1\lusique d' Egl ise.
In formations. Articles. L'Edition. Opinions de la C1itique sm· les premièr es auditi ons .
Planches humoristiques, etc.
J,lrr l'Enquèü .rur D'EXSEI GNE, II EXT .l!USI C • .JL OBLIGATOIRE
Spécimen sur simple demande pour les lecteurs rie LA RE\'UE ;\\ USICAL E
Le Numéro, France, o fr 5o. · Autres pays, o fr. 70. - Paris, 12 fr 1-4 fr. Autres pay!'. J8 fr.
COLLECTIO:-.J'S depuis J q 1 o, ouvrage Je documentalion unique avec tables, chaque annêe J 2 fr
N" SAl NT.SAENS, So pages. 3o ar.ides inédîti, illu .. trations, musique, le N" (papier coucht!1 3 fr. (H.>llande tirage numérote ) ï fr'
ABONNEMEKT combiné a L,1 REVUE .JIUSIC.-ll.E et au GUIDE DU COXCERT, Paris, bo fr. Cet abonnement ne peut êt"
souscrit qu'au.'\ Bu:eaux:. de ces Revues.
CONCERTS GOLSCHMANN
Comité Artistique: MJ\'1 . L. AuBERT, A. BERTELIN, BLAIR FAIRCHILD, Maurice R.-\YFL
Albert RoussEL, Flm·ent SCHMITT, Igor STRAWINSKY, Albert VERLEY
Les CONCERTS GOLSCHMANN feront leur reouvertul'e le JEUDI 9 DÉCEMBRE.
en soiree, SALLE GAVEAU. avec le concours de J\\adarne CROIZA et auront lieu ensuite de
. . . .
qumzame en qumzame.
M. VLADI.\\IR GOLSCHl\lANN a inscrit à ses programmes, à côté d'œuvres classiques, le Ro.ur,qno/ et
Pu/elne/fa d'Igor STRA\V! NSKY, dont ce sera la première audition au concert; du même auteur aussi l'ffiJ'loire Ju
SoiJ<Zf; en premiere audition Ragnnw/ilar de 1\lauoice DELAGE, une Pac<l.wale de Louis DU REY, l'Amour brujo de
Manuel de FALLA, Ori"'' Imagina/te de MALIPI ERRO; trois 'pieces de SCARLATTI, orchestrées par Rolaod
1\lANUEL, cinq liu•'•'" pour piano et orchestre de Darius MILHAUD, un PaJ'Iel Sonore d'Albert VERLEY, des
œuvres de Mademoiselle Germaine TAILLEFERRE, de MM. Georges AURIC, Arthur HONEGGER, Francis
POULENC, TANSMAN, etc.
Aux g"' et IOe concerts, a la suit e d!! l'audition de huit œuvresiaédites retenues par le comité, le public sera
appelé à se prononcer pour l'attribution du PRIX VERLEY, un prix de composition à répartir entre les denx
œuneo ayant obtenu le plus grand oombre de sulfrages.
PROGRAl\11\lE DU PREMIER CONCERT
) eu di 9 Décembre à 8 heures 3/ 4
Ouverture d'Obéon ... \Veber - Air de P.irr J' el flélèllf .. , Gluck - Air de Suzanoe des .VoaJ cle Figaro ... 1\lozart
Chao! : M"' " Croi za - •Voc!urneJ' ... Debussy - SbéberaJaJe ... Rimsky-Korsakolf- Deu;x . l!/loJie,· ... \Vagner •
CLaot : M"' " Croiza - Pré/uJe d .!for/ J'Y,erd/ ... \Vagner.
Orchestre de 8o musi ciens sous la dioection de l\1, VLADIMIR GOLSCHMANN
Billt-ts chez Dur-and et à la Salle- L'ABONNEI\1ENT au:-.. 10 concerts donne: droit à une rèduction Je 10 0 /
0
. Les
reçues à l'Administration des Concerts GOLSCHl\\ANN, 5, Rue du Sergent Hoff (17e)
1;= Les seuls véritables Ürgues de Salon
1 1
11
"MELODIAN" à 1 et 2
1 1
SONORITÉ INCOMPARABLE
GILBERT
Mai son fondée en r 84o
Pianos GILBERT à corde,
. '
crot.sec.f.i
:: : : Orgue, ALEX. ROUSSEAU 1
Pianos "MELODIAN " 1 4 Queue
1 16 et 113, Rue de Vaugirard
PARIS
ECHANGES
RÉPARATIONS
LOCATION
1 1
'1
Il
1 1
1
1'
1
1
1
[
1
Le plus grand cl10ix d'OCCASIONS, p1auos droits et à queue. 1
1
Il., ,
- ::: \_ Erard - Pleyel
' ..
Orgues "Mustel ''
Jr
- Stei nway - Gabriel Gaveau -
CouRs DE MusiQUE
INSTRUMENTALE
Piano, V iolon,
par MM. BASSET
Deux cours par semaine. - Deux leçons particulièees par mois. -
CO/IlPOSIT!ON RT DJSTRIBUTIOiV DES COl'RS
LUNDI, }t:UDI :
Piano ( Gabriel BASSET
Leçons particulihes du 1 · au 5 et du 15 au 20 du moi <
i\lARDI. Vt:NDI·ŒIJI :
Violon ( c·our.•) .. ..... . Paul BASSET
Leçons pa rticulières du 6 au 10 et du 21 au 26 du mois
Violoncelle ( c,,u,.,).. . . Camille BASSET
Leçons parti c ulières du 1 1 au 15 et du ,6 au Jo du mois
Pour lou . .- rcn.•·t:ignemenl. •· t'l arr,vz_qemenl.r ./ aclre.r.rer à
MM. BASSET, 58-6o, Rue de la Rochefoucauld, Paris (g")
LIBRAIRIE DELAGRAVE 16, Rue Souffiot, PARIS
Encyclopédie de la Musique
et Dictionnaire du Conservatoire
Fondateur: ALBERT LAVIGNAC Directeur: LIONEL DE LA LAURENCIE
de considérable est de fixer l'état de s jusqu'à nus jours et d'en fain· le-t
s_vntbèso gonérale, au triple point de vue hi•torique, technique et est hétique .
L"ENCYCLOPÉDIE DE LA MUSIQUE comporte parties :
1. - HISTOIRE DE LA MUSIQUE, a travers les temps et dans tous les
Pubhc,rtion sttr !t" point d'Nrt• ,uhtvù: stra romplétù l'Il r iuq r·o!llml's distincts.
11. - TECHNIQUE, PÉDAGOGIE & ESTHÉTIQUE, lsous ·. traitant l' en sem ble des
données qui constituent la Science musicale.
1 Il. DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE (c11 préparatioll)
PREMIÈRE PARTIE
HISTOIRE DE LA
0111 paru :
3.000 pages de 7.000 lettres chacune
5.000 exemples de musique, 1.500 figures
PRE]I!IER voLu,,,r . - Moyen Age LoRET, ,.,ROLLF.IUI>.
Pfi.AGAUD, C.-\HP.N, CouRANT. . .\!auri ce EmtA:-\ VEL.
\"OLU!IlE - 1 ta lie - Al lem agne G.\SPFR\!'<1 . CHILESOTTI, Romain
RoLLAND. \ "ItLANIS, So.-FREDINI, RADIC:CIOTTI, f:AMFTTI . \ 1 AZZONI. PIRRO. RRENFl .
Ra ymond D PVAL. LE SENNE.)
TRoisitME \ 'OLUMJ:.. - france Belgique
Angleterre
QuiTrARD, ExPER1 . .'IIAsso:s, RoLLA:SD. m I. A LAURE:-<r.IE. RADI GVER,
LYR, GILSON, MAc LEAN, 1
IJI,B.nP, LocARD, LF
Vient de para itre :
QU.\TRIE.'IIE , .oLU.\ IE. -
ESPAGNE. Des Origines au xrv' siècle l lllllsique religieuse et prolaJZt:l, par Rafaël .\ln;ANA.
La .\lusique et la Danse populaires, par Raoul
La Renaissance musi cale . par He nri CoLLET.
PORTUGAL. - Des Origines à nos jours. par Michel'angelu
En cours de publication par fascicules de }2 pages, paraissant par qu,lfre, tous les 2 mots:
CINQUJEME \' OLU.\I E. - Russie, Afrique,
Antérique, etc.
Chaque Yolume grand in-8" ( o"'29 ,x,_ u'"201, illustre, broch e .. 25 fr.
Reli é demi-chagri n. ters ·spéciaux, plats artistiques. .. .. .. 45 fr.
On peut snuscrire encore à l'ouvrage complet, cinq volumes: broches, 100 /1:.: relies, 200fr.
Le prix de souscription sera notablement élevé par la suite.
~ ~ - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ~
ce rè1•e L\1'/ llllL'll,1._'
qu'un rèt•e ....
C'c,rt fa réaft'.ralt'on cbarmante
par
L 0 f r f S f / U 1 T'l' 0 N
rJ'une pocbettc ù)éa/e
pour fe ()incr. pour
fe ,l(l[{per. J. i .J. .J.
Le "v· .d NITY C.dSE ..
rh,tcrd, peu cmcomlwant,
conf/en! tout : ,glace,
pouJre, rouge â épùzg/c,t,
t7Wucboù·, porte- bi//ct.r,
tJllefque.•· cigardle,t enfin
LOl!IS VUITTON
;o. /J,•cnue ou Cbamp.r-É/y.réu
PARIS
NICE - LILLE - LONDON
1
~ - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ~
LA
EVUE
MUS CALE
/.//././//////././/././././././././/././.U////.//./././///././////./////./././././/.///./././//././/./././././/./
PREJ\IIÈRE ANNÉE 1•• Décembre 19'20 NUl\IÉUO DEUX

NUlUÉRO SPÉCIAL
CONSACU.É A LA HE
CLAUDE DEBUSSY
DEBUSSY
S 1 LA MUSIQUE FRANÇAISE est à présent, comme au vivace Moyen Age et
aux temps tumultueux de la première Renaissance, l'exemple et la parure
de l'Europe, on ne le doit réellement qu'au seul Debussy. Il a tout renou-
velé : le poème chanté, la musique de clavier et le drame musical. Dans
Pclléas, il laisse un modèle éternel à tous les musiciens qui voudront écrire pour
le théâtre : il a tenu la gageure, toujours perdue jusqu'à lui, de l'équilibre par-
fait entre la musique et la poésie, dans une œuvre pourtant toute musicale. Il
est bien plus que le chant : Debussy est l'harmonie spontanée. Le chant n'est
que la musique moins l'art. Pour moi, l'art seul me suffit, l'art seul me touche.
Tou te la nature chante : seul, l'artiste harmonise. Assurément, Debussy est l'ar-
bre roi de toute une forêt; il n'est pas unique en son essence; il a des voisins
et des proches, comme il a des racines : un peuple et des siècles l'ont fait; il
représente toute une culture. J'y consens, tant qu'on voudra; mais enfin il
dépasse de loin toute école et la fatalité banale du talent. Il a cette vertu que
rien n'annonce et que le moment implique sans la déterminer : vertu qui change
tout à ce qui est, après qu'elle s'est produite, sans qu'on pût prévoir d'abord
qu'elle dût se produire.
Voilà pourtant le merveilleux musicien, où tant de gens ne reconnaissent
encore qu'un assembleur de sons insolites et de consonances rares, qu'ils appel-
lent dissonantes pour mieux prouver qu'ils ne les entendent point. Ils savent
si peu la musique, d'ailleurs, qu'ils ne comprennent pas que le plus musicien
est presque toujours le plus harmoniste. Qui ne prise en Debussy que la forme
n'est pas beaucoup plus digne de goûter ce qu'enveloppe cette apparence
enchanteresse et le monde qu'elle exprime. En tout art, les petits maîtres ont
le bonheur de l'expression; quelques-uns même font illusion par là. Mais la
UEBUSSY 99
11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111
forme originale, celle qui fait époque, ne va pas sans le don suprême : le style
parle alors pour l'homme : et, plus rare est l'art, plus rare est l'artiste. Pour
qui fut-il jamais plus vrai que pour Debussy?
Il ouvre un monde à la sensibilité musicale : on se livre au plaisir ou à l' éton-
nement de ces sensations nouvelles et on méconnaît tantôt le ·sentiment de cet
art, tantôt les idées qui l'animent. On compare Debussy à ce qui lui ressemble
le moins, avec une obtuse injustice. On lui demande le discours et l'éloquence
de Beethoven, lui qui tord le cou à l'éloquence. Mais pourquoi n'exige-t-on pas
du Tintoret le charme de Watteau? On lui reproche de n'avoir eu ni l'éclat,
ni la force de Wagner, lui qui met autant de soin à cacher sa puissance que le
grand Allemand à l'étaler, à la hisser sur le socle, à l'armer de l'épée, de la
cuirasse et de tous les engins de la guerre.
Tant il est musicien, Debussy est tout génie : et la preuve, qu'on ne prend
plus garde à son talent ni à l'admirable qualité de son écriture. D'autres qui
l'ont suivi, grâce à un extrême talent qui ne va pas au delà, malgré tout, de la
forme pour la forme, ont donné le change sur ce point à nombre de bons esprits :
les docteurs de la musique n'ont pas été ses juges les moins sévères. Faire de la
musique ne suffit pas : l'âme musicale est encore plus nécessaire.
Fau te de sens harmonique, l'œuvre de notre Debussy reste un chiffre dont
l'esprit n'a pas la clé.
I
Pour juger Debussy et pour l'entendre, il faut toujours prendre sa
musique en fonction de l'harmonie. Que de vaines disputes on se fût
épargnées si les musiciens laissaient les sourds discuter entre eux et refusaient
de leur répondre : par malheur, la plupart des musiciens sont sourds plus qu'à
demi : le mal le plus répandu est assurément la surdité; et personne ne se croit
infirme parce que tout le monde chante dans les cours.
En Debussy, un sens admirable de la nature nourrit le sens harmonique. Il
est poète en musique autant qu'on le puisse être. Les œuvres qu'il voulait
écrire n'en donnent pas une moindre idée que celles qu'il a écrites. Il lui fallait
un texte, où il pût verser toute cette vie passionnée qui est le propre de la

1 ' .
.... , ...
I·L
L' 1!
+vt
• . i .l
.._,
1}' 1
......... '
f\LL
!'"'
"'
100
LA REVUE l\lUSICALE
réalité musicale. A lui seul, Debussy a été pour la musique ce que les grands
poètes du dernier siècle à son couchant furent pour notre poésie; mais il le fut
à un degré supérieur, du fait que la musique est une langue universelle.
La réussite parfaite est, d'ailleurs, le trait le plus visible de son art. Que ce soit
un drame ou une petite pièce pour le clavier, toute œuvre de notre Debussy
est un monde achevé, d'une perfection presque unique. Je ne vois ce caractère
qu'aux deux œ de Wagner et aux innombrables effusions de Bach,
source intarissable de la beauté sonore. A la vérité, les maîtres du clavecin ont
eu de cette perfection, dans une sphère de divertissement et de pensée légère :
leur mesure, leur charme et leur grâce ne se sont pourtant exercées que dans les
sentiments moyens. Par un prodige singulier, Debussy les a mises dans les
passions les plus profondes, et quelquefois même, sans qu'on pût s'en douter,
dans ces mouvements du cœur qui touchent aux sommets de la pensée. Par là,
rien n'est plus original que Debussy et rien n'est si imprévu. C'est l'originalité
intime d'un art qui fait l'unité des œuvres. On ne saurait en discerner les
ments un à un : l'analyse les dissout en même temps qu'elle les sépare. Pour
Debussy, 1 'harmonie enveloppe tout : elle est son âme naturelle; et voilà
ment une forme, au plein du mot : elle fait la vie et la constitue. Le calcul de
l'art se laisse oublier. Cette musique paraît soudain une révélation de la nature,
aussi enchantée qu'une fontaine fleurie dans les bois ou une roseraie. Il n'est
pas absurde, au contraire, de concevoir une symphonie de Beethoven douée
d'une harmonie moins monotone, d'une palette plus colorée et d'un orchestre
plus sensible.
Debussy écoute la nature d'une oreille confidente. De tout ce qu'elle offre
à ses yeux, à son tact, à son imagination, il fait de l'harmonie. Il prête une
conscience musicale à ce qui n'a point de conscience. Il est le faune et la naïade,
le rêve de la lune sur les marbres et la mélancolie des terrasses; le poète du
vent et de l'écume, de la mer et des eaux, de tout ce qui est vapem, fluide et
nuages. Il saisit le soleil et le rythme des rayons. Toutes les eaux lui parlent,
et la pluie même, qui rafraîchit le matin, au sortir de l'insomnie et de la noire
chambre, où le malade a compté dans l'angoisse les heures lentes de la nuit.
Tout objet lui est sentiment et sa musique est une peinture de 1 'émotion par
l'émotion : la subtile magie des accords en est l'instrument; et la nuance, le
HEBUSSY lOt
moyen dont il possède tous les secrets en tout-puissant alchimiste. La nuance
est la fée de Debussy. La nuance est la variation dans la profondeur et dans
le sentiment. La variation n'est souvent que de la matière musicale : la nuance
est de l'esprit.
II
A quoi donner la dans Pelléas? On ne sait qu'y vanter
le plus : la force de l'expression, l'accent le plus intense ou la sobriété.
Un art plus concis, il n'en est pas, surtout en musique. A dix reprises, Debussy
insinue des idées qui pourraient donner lieu à d'admirables développements :
il n'a même pas la peine de s'en défendre, il passe aussitôt. Et qu'on n'aille
pas croire qu'il ignore la beauté d'une pensée musicale ou la richesse d'un
thème : il les connaît mieux que personne. Mais Debussy a horreur de toute
rhétorique : il la bannit du drame avec autant de rigueur que Verlaine de la
rêverie. Tout ce qui déborde dans Beethoven est ici contenu jusqu'à l'étouffe-
ment. La discipline est intérieure encore plus que de la forme. Un goût exquis
l'impose. Pour Debussy, un seul accent doit tout dire; une seule harmonie doit
peindre la nuance. Le reste est superflu. Ce qui n'est plus nécessaire est redon-
dant. La répétition est bien morte : enfin, l'âge de la reprise est révolu. Seul,
l'essentiel suffit. Et d'ailleurs, l'essentiel devrait seul nous suffire. Telle est la
sincérité d'un art vraiment sensuel : il fait connaître le prix de la vraie sensation,
profonde et délicate, forte et délicieuse. Ainsi Pelléas est une des quatre ou
cinq œuvres durables que la musique ait produites au théâtre, avec Parsifal,
Tristan et les Noces de Figaro : Boris Godounow y touche, sans être d'une
beauté assez égale. Entre toutes ces grandes perles, Pelléas est la plus une,
avec Tristan. Pas une note de trop et pas une qui manque. Parsifal est de bien
loin la plus haute et la plus belle. L'extrême séduction de P elléas est de nous
tant ressembler, d'être si près de nous : nous frémissons ainsi, nous rêvons de
la sorte. Et tous ces petits jeunes gens, avec leurs danses, l_eurs bonds, leurs
sauts et leurs bruits de nègres nous font lever les épaules, qui s'imaginent que
les amants sont des terriers qui trottent dans un bar, et le dernier mot de
l'homme un petit chien jappant qui fait le beau.
La grandeur de P elléas se cache sous l'exacte mesure et la sobriété voile la
102 L A RE VUE l\IU SICALE
puissance On n'a jamais moins cherché l'effet. Jamais on ne mit tant de
réserve à être plus tragique. Une telle discrétion donne à la tragédie un charme
de pudeur irrésistible. Tou te musique paraît emphatique près de celle-là. Il
y a je ne sais quoi d'attique et de racinien dans ce style. La scène du Petit
Y niold avec son père, celle du quatrième acte entre Golaud et Mélisande, sont
l'expression la plus pénétrante à la fois et la plus farouche de la jalousie : la
fureur, les accès de frénésie, la double cruauté du jaloux envers lui-même et à
l'égard de sa victime, les spasmes charnels du soupçon et les convulsions de
la certitude, il faut se rappeler Roxane et Othello pour trouver rien qui les
égale. Tant de vigueur dans la passion ne nuit point à la délicatesse du senti-
ment. Les traits en abondent : les scènes d'amour, la grave compassion du roi
Arkel, toute la fin d'une mélancolie si douce et si profonde, sont d'un accent
inimitable : phrases adorables, pareilles à des confidences, aux sillons de sages
sanglots, à la trace de longues larmes sur du cristal, musique étonnante qui
semble l'émotion de l'idée dans la gaine transparente du mot : phrases adora-
bles enfin d'être si justes et pourtant si générales que l'inflexion en paraît être
la voix naturelle du sentiment.
La sensibilité de l'ardent Debussy est surtout artistique et amoureuse. Comme
le chat se câline à la main qu'il flatte, Debussy se caresse l'âme à la volupté
qu'il évoque : nul n'y est plus savant ni plus habile : il arrive alors que la
volupté même le cède à l'impression d'une chasteté si voluptueuse que toute
autre volupté s'efface devant celle du sentiment. Triomphe d'amour, si je ne
m'abuse, douceur qui les rend toutes grossières. Et le même Debussy con-
naît le mystère de la vie : il en a une idée qui jamais ne le quitte; il y porte une
gravité sereine, qui n'est pas dupe, une tristesse infinie. Laissons dire les
e
nigauds qui se vantent d'avoir inventé la joie. En art, la joie est tout bonne-
ment un haut état d'amour, que la pensée domine, voire dans l'excessive dou-
leur. La beauté pacifie tout. La contemplation d'amour est la plus pure allé-
gresse, et la seule. Pour l'ordinaire, être gai, c'est probablement manquer
d'âme, et d'imagination surtout. Nos joyeux gamins ne s'en doutent pas. Leur
vide fait leur superbe : le grelot sonne où il n'y a rien. Ils parlent de leur
santé : ils feraient mieux d'avouer qu'ils n'ont pas fini de se sucer le pouce et
qu'ils y trouvent des délices qui ne nous contentent plus.
DEll USSY 103
111111111111111111111111111111.1111111111111111111111111111111111'1111111111
Le goût de la France a tout transformé en Debussy. Ce que Moussorgski
indique, Debussy l'achève. Ce qui est profondeur de · passion personnelle dans
Wagner est caractère dans Pelléas, et pur objet. Autant qu'il peut y en avoir
une dans un art si intérieur, Pelléas est l'œuvre la plus objective de la musique.
III
Avec la Cathédrale engloutie, l'Hommage à Rameau est, à mon gré, la
plus belle pièce pour le clavier qu'il y ait en musique, depuis les trois dernières
sonates de Beethoven ( 1) . La beauté de la forme, la grandeur et la pureté de
l'architecture, la douce majesté des proportions, la simplicité de l'effet, nonobs-
tant l'extrême raffinement des éléments qui y entrent et s'y ordonnent, tout
conspire à la perfection de ces deux chefs-d' œuvre. Rameau est une machine
de guerre pour Debussy. Je ne pense pas qu'il vit le maître des maîtres dans ce
laborieux musicien, d'ailleurs si sec parfois, si savant dans le sens otl l'art
s'oppose à la science, si peintre de décors et, par moments, si peu sensible, plein
de force inutile çà et là, maigre avec puissance, souvent pédant et plein
d'ennui. Non, Debussy a trop l'amour de Jean-Sébastien Bach pour donner
à Rameau plus qu'il ne mérite : mais Rameau est l'antidote de Gluck. Et il
est très vrai que Gluck est un rustre de génie. L'opéra de Gluck est italien
sans mesure, tout allemand ou français qu'il veuille paraître. II est cette forme
bâtarde, entre la musique et la poésie, qui redouble l'expression et la décuple,
qui insiste surtout avec indiscrétion, qui alourdit tout, qui nourrit le texte tra-
gique d'une pâte épaisse, où la rhétorique sentimentale a bien plus de part que
le pur sentiment. Les Champs Elysées d'Orphée sont une invention sublime;
mais combien d'airs, à la façon de }'ai perdu mon Eurydice, sont d'une abon-
dance, d'un embonpoint et d'une niaiserie en somme intolérables. Ce barbare
ne sait jamais se borner, en dépit de sa mine classique : il est fort et grossier;
bref, il sentimentalise et ne cesse pas de sentimentaliser.
II est clair que toute l'épaisseur du monde sépare la musique de Gluck et
celle de Pelléas. Debussy interprète le drame, il en saisit la poésie et la trans-
(1) La Lune 5ur le Temple, el La Terrasse des audience5, y sont à peu près égales par la perfection
el la nouveauté,
f04 LA RE VU E l\1 U S 1 CA J. E
pose dans le purgatoire de la musique. Gluck s'y attache et le retient à la terre :
il l'habille, il l'affuble du costume théâtral, d'armures, de plumes, d'airs carrés
et de rondes chansons. La vérité de la musique est avec Pelléas et non avec
1 phigénie. D'ailleurs, l'orchestre et l'harmonie de Gluck sont presque morts.
Gluck met à la fois le plus de musique et le moins qu'il peut dans la tragédie.
Debussy accomplit le destin musical qu'on voit poindre dans Boris Godovnov :
rien ne lui sied mieux qu'un beau texte tragique, pour en dépouiller i'anecdote
et faire jaillir la poésie. II le recrée dans l'ordre de l'émotion, qui est celui de
la musique. Et tel est le drame musical, s'il en est un.
A Rameau enfin l'honneur du mot le plus fameux qui ait été pensé sur
la musique : C'est l'harmonie qui nous guide. Ce Français ne doit pas sa
découverte au hasard, mais à l'intelligence de son art. Par malheur, elle
ne saurait suffire. L'Orphée de Gluck n'est pas seulement la plus belle réussite
du Chevalier : il est le chef-d'œuvre du drame musical entïe Mozart et Mon-
teverde. Tou tes les tragédies de Rameau et tous ses drames ensemble n'ont
pas cette force musicale. Rameau n'a pas la sensibilité du génie; mais il pense
pour le temps à venir. II sait ce qu'il faut faire et il ne le fait pas. II a la
raison et l'instinct original lui manque. Il faudrait savoir et penser comme
Rameau, mais chanter au moin$ une fois comme Gluck, et sentir comme
Monteverde. En Debussy s'est fait le beau miracle et son harmonie en est le
signe. Il n'ignore pas la portée de son œuvre; mais il en a eu, d'abord, le don
gratuit et le pur privilège. Avant de l'accomplir dans l'art, elle lui est natu-
relle. L'art accomplit la nature : s'il la rend inutile, c'est qu'il y succède. L'ac-
cord d'onzième naturelle, voilà donc, sinon tout Debussy, la couleür, la sensi-
bilité et la vie de Debussy qui, pour un temps au moins, sont aussi les nôtres.
IV
Monteverde n'a peut-être pas su l'immense portée de sa trouvaille sensi-
ble. Les inventions de la sensibilité ne laissent pas d'être ingénues. II s'est con-
tenté de rendre la sienne toujours plus féconde et plus assurée pour lui-même.
Dans le cinquième livre des M adrigali, il est en pleine possession de son har-
monie. II n'hésite plus à employer sans préparation le triton.- la sixte avec la
DEBUSSY
11111111111111111111111111111111111111,11111111111111111111111111111111111
quinte diminuée, la septième, la neuvième de dominante, enfin la septième
diminuée. Ainsi, la transmutation de la tonalité était accomplie. Qui ne le
sait? Mais ce qu'on sait bien moins, c'est que tout le style s'ensuit. Pour qui
peut y voir de plus près, les inventions de Monteverde, que l'on croirait le plus
étrangères à son harmonie, y ont leur origine : l'air et le duo créés par lui
en dérivent bien plus qu'il ne semble. Il n'en va pas autrement avec Debussy :
il révèle une harmonie inconnue, et, comme un Ariel, l'esprit libre de la musi-
que y prend l'essor. Lui-même, qui avait une conscience si fière de tout ce
qu'il faisait, le donne à sentir dans ses Préludes et dans la forme si curieuse du
dialogue musical tel qu'il se réalise dans Pelléas.
Ce n'est plus le récitatif, ni l'air, ni rien de ce qu'on a connu avant lui.
L'harmonie constitue l'élément mélodique lui-même. L'inflexion de la parole
conjointe à l'accord est un chant. L'accord est le jet d'eau sonore, et ce qu'on
appelle mélodie est la gerbe qui s'éparpille; mais elle est le jet fluide encore.
Qui ne pense pas harmoniquement ne pourra jamais entrer dans cet art, où
l'oreille imp;ufaite croit trouver un abus de la science musicale et qui, au
contraire, est la découverte d'une beauté naturelle. Ce système abolit tous
systèmes : une liberté absolue en résulte, qui n'a d'autres règles ni de limites
que le génie du musicien. Désormais, on n'imite pas Pelléas pour être dans la
voie de Pelléas : il faut avoir quelque chose à donner de soi et qu'on puisse
s'imiter soi-même. Personne mieux que Debussy n'était fondé à dire : « Plus
je vais, plus j'ai horreur de ce désordre voulu qui n'est qu'un trompe-oreille,
comme aussi des harmonies bizarres ou amusantes qui ne sont que jeux de
société (1) . » De Wagner, il ne pouvait sortir que des copies, aussi pesantes
qu'inutiles : des formules selon des formules. Tout peut sortir de Pelléas : le
monde nouveau est celui d'une recherche originale et d'une sensibilité sans
limites.
v
On doit aux gens de lettres un bizarre lieu commun sur Debussy. On dit
de lui qu'il est impressionniste en musique et on le vante comme peintre de pay-
(1 l Cité par R. Godet, Semaine Littéraire de Genève, 20 avril 1918.
106 LA R EV U E lU US 1 CA J, E
sages. Que de tels jugements sont peu musiciens. Il faut une tête sans musique
pour comparer Debussy à Claude Monet, une tête qui prend les notes pour
des sons et les couleurs pour ce qu'elles expriment. Toute vraie musique est en
ordre, d'abord. La peinture de paysage est presque toujours le désordre incarné.
Chez Debussy, et jusque dans la moindre de ses œuvres, l'ordonnance est
admirable.
Debussy est grand peintre de paysages, assurément, mais sans jamais
peindre l'objet. On ne trouverait pas chez lui les jeux de Haydn et de Beetho-
ven dans la Pas tora le, ni même de Wagner dans les Murmures de la Forêt :
Wagner, du reste, est déjà très loin de l'imitation et Parsi[ al n'en offre plus la
moindre trace. Il semble puéril et un peu barbare de chercher à donner le
change sur l'objet décrit. Debussy ne vise partout que l'émotion : il est trop
musicien pour être réaliste; il efface le paysage à mesure qu'il s'y promène
ou qu'il le contemple, pour n'en laisser paraître que l'écho sensible, l'image
sonnante, le chant que tout moment de la nature fait naître dans une sensi-
bilité ardente et vive. On pourrait nier qu'il y eût la moindre description
dans Debussy. Il transmute la nature en harmonies, en émotions sonores. Il ne
songe pas à peindre la forêt bruissante, mais ce que le cœur d'une jeune fille,
marquée pour le mortel amour, y éprouve dans le profond abandon, à l'heure
du crépuscule où elle rencontre son destin. Il ne cherche pas à rendre la lueur
d'une lampe qui soudain s'allume dans une chambre obscure, ou le bêlement
des moutons qu'on mène à l'abattoir, ou le murmure lent de la fontaine : il ne
pense qu'à évoquer le doux soleil de la clarté dans un enfant qui tremble et la
lumière qui entre comme un couteau dans l'esprit sanglant d'un bourreau; ou
l'innocence perfide de l'eau qui trompe sur la fuite des instants et des baisers;
ou l'immense, monotone et fatale douleur de la vie, lorsqu'on la surprend, au
couchant qui rougeoie, dans un troupeau de pauvres bêtes sans malice et
sans péché, que son destin, un bâton de berger à la main, pousse vers la mort,
là, derrière la porte, loin du bercail, pour cette nuit déjà si proche.
En musique, le paysage est un sentiment. Et d'ailleurs, la seule beauté
réelle du paysage, en art, sera toujours de faire un cadre, accord ou harmonie,
aux passions de l'âme et aux pensées de l'homme. Mais je m'arrête : cette
vérité est aujourd'hui si méconnue que je ne serais pas compris. On prend le
DEBUSSY 107
1111111111111111111111111111111111111111111.11111111.11111111111111111111111
paysage pour lui-même, pour un objet qui ait sa valeur ou sa fin en soi. F ai-
blesse misérable, flatterie à la paresse de l'esprit, ou naturel abaissement. Je
voudrais mesurer la chute d'un art à l'importance qu'il donne à ce vide théâtral
qu'on nomme un paysage et qui est en train de perdre la peinture. Les peintres
se laissent aller à traiter la pensée et les figures en éléments du paysage, tandis
que le véritable artiste doit peindre le paysage dans le style de la figure et cher-
cher à y mettre tout ce que la forme implique de pensée. Grâce au moindre
effort du paysage, les peintres finiront par ne plus peindre que des natures
mortes; et ils y sont déjà, si on ne considère que leurs portraits. Debussy n'est
pas impressionniste le moins du monde. Il est au contraire le musicien qui
fait partout usage des symboles. Car le paysage digne de la musique, digne
de la poésie, digne de l'art enfin, est un symbole, et un symbole seulement.
VI
Je ne prendrai dans les Préludes que deux ou trois exemples, plus faciles
que les autres : La Fille aux cheveux de lin, Danseuses de Delphes, Pas sur la1
neige, Bru:yères. Pour calculées et choisies qu'elles puissent être, rien n'est
moins volontaire que ces harmonies. Elles sont voulues par l'instinct musical et
non par la pensée du musicien. Il ne rédige pas harmoniquement un texte conçu
sous 1 'espèce de la mélodie nue. L'art, ici, consiste à réaliser ce que le génie
propose. Et quoiqu'on prétende la flétrir ailleurs sous le nom de romantisme, en
musique la sensibilité est d'abord le génie.
A quoi bon décrire ces harmonies si sensibles dans leur enchaînement qui
porte toute une espèce nouvelle du chant? Ces frictions délicieuses de secondes,
ces quintes ajustées comme les tons purs des primitifs; ces intervalles inouïs
jusque-là, qui s'accordent enfin pour une oreille exercée et qui vont chercher le
cœur ou caressent si intimement notre vie sensuelle à sa source, que l'âme musi-
cienne en ressent une sorte de transe amoureuse et d'amoureuse ébriété? Ces
chefs-d' œuvre échappent à la logique, comme le frisson de l'amour même, à
quoi il faut toujours revenir en musique et, sans doute, en poésie. On en ferait
l'analyse mesure par mesure qu'on n'en donnerait pas plus le secret ni la recette
qu'en dressant la liste de toutes les syllabes qui entrent dans un vers de Dante
ou de Verlaine.
fOR LA REVUE AlUSICA LE
Il importe davantage de faire sentir combien la peinture de la scène et du
lieu, que semble se proposer uniquement la musique et où elle réussit avec un
bonheur prodigieux, dépasse infiniment l'intention et la qualité descriptives :
bien loin d'être une description de l'objet, le génie de cette musique est la
peinture du sentunent. Ce que les peintres ne peuvent pas faire, Debussy le
fait. Le paysage n'est pas du tout ce qui s'appelle imité ou suscité dans sa cou·
leur et ses lignes : il est réalisé par l'e.sprit dans l'émotion qu'il donne à un mou·
vement passionné du pèlerin qui le contemple, voyageur de 1' amour et de la
vie. Pour Debussy, tout est poème lyrique. Et poème lyrique tout ce que fait
Debussy. Berlioz et Gluck lui sont aussi opposés que possible.
Pas sur la neige : Sans doute, ce rythme trébuchant, obstiné, comme d'un
faux-pas sur le feutre perfide, et d'un pied qui glisse et se reprend, évoque
à merveille l'horizon blême ou glacé sur l'étendue livide; mais combien plus le
silence étouffé de l'espace où le cœur s'entend battre et presque s'arrêter,
malade de chagrin, hanté de mélancolie, haletant de doutes et de regrets. Le
petit souffle qm suspend parfois le flocon dans sa chute et le fait tomber de
côté; la longue, l'interminable route; la nostalgie de la lumière absente et de la
chaude caresse : cette solitude, infinie, en un mot, qui est celle de notre âme,
cheminant penchée sur elle-même et dont tous les déserts et tous les hivers
de la terre n'approchent jamais.
De même La Fille aux cheveux de lin : elle est là, avec toute son apparence
mortelle, ses lèvres virginales, ses petits ongles de nacre sur ses doigts joints; ses
yeux de seize ans, ses pervenches marines d'Irlande; son air de venir sur la
lande et les bruyères, comme entre les feuilles d'un missel : pourtant, qu'on y
reconnaisse plutôt un conte de fées ravissant, un songe du sourire ingénu, une
légende voilée de la plus suave délicatesse. Dans cette musique, les pièces qui
semblent le plus près de mirer l'objet doivent être interprétées par le_ sentiment
pour être vraiment comprises. Sous tant de charme et de finesse, on en saisit
alors la force musicale : goûte-t-on moins le nectar de le boire dans le verre de
Venise le plus subtil, le plus arachnéen et le plus irisé?
VII
On ne pourra Jamais trop admirer les Images et les Préludes. Ici
UER USSY lOO

encore, Debussy accomplit une époque et en ouvre une autre. Personne
avant lui n'a écrit pour le clavier comme il l'a fait. Qu'importe, çà et là, si
telle harmonie, tel dessin l'ont annoncé, ou telle arabesque dans Chopin, dans
Schumann ou dans Liszt même? Un trait ne suffit pas à créer une forme.
Debussy a créé une forme pour la musique de piano. Nul n'a compris cet
instrument comme lui. Liszt, grand maître et grand esprit à l'orchestre, ten-
dait un peu trop à donner, sur le piano, l'impression de tout l'orchestre en
effet : en somme, le piano est alors un orgue à percussion, avec le caractère
neutre et uniforme de l'orgue, cet organe presque abstrait de la quantité sonore.
Debussy a conçu le piano comme un instrument original, d'une sonorité varia-
ble et d'un timbre propre, où les cordes frappées ne sont pas capables seule-
ment de résonnances mais du chant même et de l'enchaînement bien lié qui
est réservé au quatuor. Son style n'est jamais du virtuose : il y montre une
science et une habileté sans pareilles. Il obtient beaucoup avec peu, et tout
parfois avec rien. Il va de la grâce la plus légère et la plus vaporeuse à
l'extrême puissance. Dans l'impalpable, il est le maître souverain. Il n'a pas
son second pour évoquer les dans les formes. Toute peinture est
grossière près des mirages qu'i l évoque. La joie de l'art est à son comble
quand tout est d'autant plus réel qu'il est une création spirituelle et que la
réalité tient à la seule imagination. La Cathédrale Engloutie est la plus belle
pièce pour l'instrument qui ait été écrite depuis l'opus Ill : elle n'y ressemble
pas plus qu'une folle verrière à une fenêtre romane, massive et sombre. La Ca-
thédrale Engloutie est le prélude de Lohengrin, dont notre Debussy a fait don,
un beau jour, à la musique de piano. Elle en a l'architecture, la force concise,
la sobre abondance et la plénitude. Et les deux édifices semblent issus de la
même idée originale. Au piano, comme dans le poème vocal, rendez vous
compte, enfin, que Debussy est l'un des plus grands poètes lyriques de tous
les temps.
VIII
Une atmosphère inoubliable enveloppe Pelléas. Cette musique est un
climat du sentiment. En général, la musique corrompt le poème; elle n'y ajoute
que la fadaise. Elle abaisse les grandes œuvres de l'esprit, en les rendant pré-
HO LA REVUE lUUSICALE
caires et temporelles : à la grandeur elle substitue l'emphase sentimentale.
Shakspeare, Dante et Gœthe ont pu s'en plaindre. Dans Pclléas, Debussy
donne au poème la vie réelle qu'il n'a pas : il fait des hommes et des femmes
avec des marionnettes, et de la fatalité avec de simples ficelles. Les drames
de Mœterlinck appellent la musique, ou un poète : toutes les scènes, d'une si
vive invention quelques fois, sont les titres de chapitres qu'il faut écrire.
La merveilleuse unité de Pclléas est un effet de l'équilibre peut-être unique
de cette musique entre la sensation et l'intelligence. Ici, toute la sensibilité est
intelligente, et toute l'intelligence est sensible. Ce caractère n'est au même degré
que dans Parsi/al ct Tristan. Mozart se tient dans le plus heureux équilibre,
sans doute; mais il va bien moins loin 'dans la connaissance : bonheur de l'âme
légère, il reste à la surface : un petit monde lumineux, plein d'esprit et d' agré-
ment; mais les passions n'y ont pas ces lames de fond qui révèlent le néant ou
l'univers, et qui emportent tout. En son art, Debussy veut être tout divertisse-
ment, et il s'élève de beaucoup au-dessus du divertissement. Une mesure si
exquise doit être en lui l'effet d'une puissance égale : elle l'est, quoi qu'il
semble. Tant l'opinion est grossière, la douceur et l'enveloppement de Pelléas
font tort à la grandeur de cette musique et à sa force : il est impie de les
méconnaître.
La scène des souterrains est presque sans exemple : la couleur, le sentiment,
l'harmonie, tout est original; mais la force tragique ne le cède pas à la nou-
veauté : la vigueur contenue, étouffée en quelque sorte, n'en est que plus intense.
Ce trait est propre à Debussy : pas un musicien ne l'approche pour évoquer
l'émotion ou insinuer l'idée : il exprime par allusion ce que les autres ne réus-
sissent pas également à définir en multipliant les signes.
Golaud et le petit Yniold, au pied de la tour, ne font qu'une image
d'Epinal, dans Mœterlinck, tout au plus un conte populaire à la façon de
Geneviève de Brabant. Debussy porte la scène au plus haut point de la pas-
sion humaine : tous les tons se succèdent et toutes les nuances, les éclats terribles
de la jalousie et les soudains apaisements du tigre, qui se retient, qui guette et
fait patte de velours : la rage qui se contracte, le contraste de la violence la plus
sauvage et de la plus douce innocence, le scherzo de l'enfant et la fureur de
l'homme, sa douleur qui ricane, ses grincements de dents jusqu'à l'explosion
DEBUSSY H!
111111111111111111111,1111111111111111111111111111111111111111111111111111
finale, le musicien conduit la tragédie avec une certitude et une puissance qu'on
ne saurait dépasser. Je compare de tels moments aux conflits les plus formidables
de la Gœtterdœmmerung, cette catastrophe musicale, et l'avantage n'est pas
toujours aux géants : le comble de la puissance est dans le caractère et l'
tion, non dans la masse, le tonnerre et les orages : la massue d'Hercule me
touche moins que les petites mains de Cordélia.
D'ailleurs, toute la fin de Pelléas est un continu œ Quoi de
plus beau que les merveilleux accords, où se mirent les yeux innocents de
Mélisande jusque dans le plus sombre délire de son bourreau, ces doubles quintes
où passent on ne sait quels anges du ciel? Seul, Parsi[ al a cette profondeur
de musique et ce sens du mystère : il faut toujours juger d'une musique sur le
philtre qu'elle nous verse et sur le génie qu'elle a d'exprimer l'inexprimable.
L'énorme enluminure des Italiens, leur badigeon de foire, est le contraire de
cet art là. Non, la musique n'illustre pas un texte : elle le transpose dans un
autre ordre : elle le prend à l'intelligence pour l'élever à la connaissance
reuse de l'émotion. Et comme la poésie ne prétend pas moins faire avec les
moyens qui lui sont propres, telle est la guerre du grand poète et du grand
musicien au théâtre : un grand poème se suffit, la musique le gâte. Pour le
grand musicien, le seul poème qui lui convienne est celui où la musique peut
mettre la grande poésie, qui n'y est point.
Quand les pauvres amants osent enfin s'avouer leur amour, au seuil de
la mort, répondant à l'ivresse de Pelléas, le murmure de Mélisande, presque
imperceptible, presque morne, sur une seule note, forme un aveu sublime.
Et l'adorable sourire de la mélodie : ] e suis heureuse, mais je suis triste, est
à la fois d'une profondeur et d'une délicatesse, qu'on n'a jamais trouvées
ensemble ni jamais égalées. Presque partout, la simplicité des moyens le dispute
au raffinement. Il n'est musique près de là qui ne semble ou un peu vide
ou trop grossière.
Le charme de l'expression sonore, la beauté d'un orchestre où le génie des
timbres fait régner une incomparable unité, la perfection de la phrase vocale,
tout concourt à masquer la puissance. L'œuvre paraît simple et facile, à force
d'art. Par ce qu'elle est sans clameur et sans cri, parce qu'elle ne fait jamais
de bruit, on la pourrait croire sans haleine. Enfin, elle semble se jouer dans la
112 LA RE VUE l\1 U SICALE
demi-teinte, parce qu'elle possède la maîtrise des valeurs et du clair obscur.
Rien n'est si faux. Il est nécessaire, au théâtre ou dans la chambre, sur le
clavier ou à l'orchestre, d'exprimer avec un soin jaloux toutes les nuances de
cette musique : on s'étonne alors de· tout ce qu'elle recèle : on perçoit, à la
juste échelle de l'ensemble, la puissance des éclats, du tragique et de la passion,
comme on sent déjà le charme extrême de la tendresse et les séductions de la
mélancolie. Le dédain de ce Debussy pour l'effet est sans parallèle. Pour
moi, eût-il commis des crimes, Debussy est par là d'une sainte vertu : depuis la
Renaissance, il n'y a que Bach pour la partager avec lui ( 1). Il finit presque
toutes les scènes et tous les actes de son drame dans une sorte de silence inimi-
table, qui est précisément la palpitation profonde de l'émotion : elle prend fin,
à la lettre, comme on meurt, comme on s'évanouit, soit de douleur, soit de plai-
sir. Près de ce soupir, tout cri est faible. Toute explosion manque de force et
d'écho près de ce frémissement. Et on ne comprend rien à Debussy, tant qu'on
ne l'a pas saisi dans cet ébranlement secret de l'ardeur la plus intime.
IX
Jusqu'à un certain point, Debussy a été le Rimbaud de la musique. Il part
du Rimbaud véritable, et non de ce monstre ridicule que les théologiens de la
tradition, les Royers Collards de omni re scibili ont dressé en idole au seuil
de la nouvelle pcésie, le coiffant d'un bonnet pieux pour lui trouver une excuse
d'avoir été un individu, autrement dit un anarchiste : mais tout finit bien pour
le moi, ce galeux, s'il meurt imbécile et converti. Nos docteurs n'auront pas
besoin de se convertir : ils auront vécu comme il faut mourir.
Tous les musiciens qui l'ont suivi ou qui le suivront de longtemps dépendent
du seul Debussy, comme les poètes dépendent tous de Rimbaud, plus ou
moins. Mais Rimbaud n'a donné que le branle et l'exemple d'une expression,
tandis que Debussy a eu le bonheur d'accomplir un chef-d'œuvre. Le chef-
d' œuvre finit toujours par être une œuvre objective. Voilà pourquoi Pelléas a
tant d'importance: Debussy y a libéré la musique en même temps que l'harmo-
nie. Il les a toutes deux arrachées au système. La libération de l'harmonie n'est
(1) Et, pour être juste, assez souvent Moussorgski.
DEBUSS\' H3
pas un fait moins considérable, il n'a pas moins d'avenir en musique, il me
semble, qu'en poésie le jeu direct de la pensée dans le sentiment et du sentiment
dans l'image, dont Rimbaud, pour sa gloire, a laissé de foudroyants exemples.
Rimbaud a séparé la poésie de la logique, et d'un seul coup, jusqu'à l'excès,
jusqu'à la parodie du penser. Ill' a osé dans le temps où régnait absolument la
métaphore Natoire, cette vieille reine de théâtre enchaînée à son Potemkin, à son
géant favori, à son Hercule de Victor Hugo. Tout ce qui a, depuis lors, quelque
valeur en poésie, tient de Rimbaud. Même si quelques gamins font les fous, et si
quelques poètes cherchent leur rythme dans le délire, les Illuminations sont leur
soleil et ils en tirent leur lumière. Il suffit à Rimbaud de se comprendre : son
moi est la trame de ses pensées : son sentiment propre fait le continu de ses
impressions les moins cohérentes. On recueille ses idées, ses éclairs, ses ellipses;
on en cherche l'enchaînement: lui, il bondit et il passe: il suit sa vision intérieure,
les traces et le murmure de son action. Comme la Pythie, il ne peut servir de
modèle qu'à de faux oracles. Mais à chaque homme né poète, il montre la voie
Où d'être enfin lui-même un chant pur a l'audace
De même, l'harmonie délivrée par Debussy ouvre une carrière infinie à la
consonance. Et le sens même de la mélodie en est changé pour toujours. Il ne
s'agit plus d'un discours prévu en toutes ses propositions, en toutes ses incidentes.
La mélodie oratoire a vécu. Ceux qui pensent écrire aujourd'hui contre Debussy
en relèvent aussi étroitement que ceux qui l'imitent. Les hérétiques sont plus
dans la religion, souvent, que les fidèles. L'Après-midi d'un Faune est une date
capitale de la musique. Par nature, le phénomène sonore est en perpétuelle évo-
lution : il se differencie toujours davantage. Les grands inventeurs en musique
donnent un corps à la sensibilité inquiète qui se cherche et s'ignore. Du côté
purement sensible, l'histoire de la musique est, comme celle de la mathématique,
un enrichissement continu. Qu'on le veuille ou non, c'est en musique surtout que
la soi-disant simplicité ne répond à rien, et n'est qu'un mot vide. On ne fera pas
que notre ouïe soit celle des hommes d'il y a mille ans ni même de nos grandsN
pères. Pris au hasard, un homme sans culture, un nègre, un Lapon est un demi-
sourd près de nous. Parmi les musiciens même, le sens sonore de l'Occident
en 1900 est infiniment plus riche et plus complexe de siècle en siècle. On a
2
114
LA REVUE lUUSICALE
beaucoup aimé la musique dans les Cours d'Amour, en Flandre, en Italie, voilà
quatre ou cinq siècles; mais entre les hommes de ce temps-là et nous, la distance
proprement musicale n'est pas moins grande qu'entre les physiciens de la Renais-
sance et la physique de Poincaré ou de William Thomson. Et qu'est-ce que la
mathématique de Viète près de celle où Einstein nous convie?
Le plus souvent, d'ailleurs, celui qui ouvre une époque· au sens de l'art en
accomplit une autre qui s'achève. La moitié du génie original consiste à porter
l'originalité des autres à un point de perfection qu'ils n'ont pu atteindre. Le
destin des précurseurs est d'avoir presque toujours tort : on les méconnaît, quand
ils paraissent; et le messie, qu'ils ont précédé, les absorbe ensuite jusqu'à les
faire disparaître. Ainsi Debussy accomplit, au piano, les pressentiments et les
émotions de Chopin, de Schumann et de Liszt : ce qui était éloquent chez eux
et du virtuose sentimental, s'élève à l'expression pure chez Debussy : ses ren-
contres et ses emprunts sont plus à lui que tout le reste : parce qu'il a un style,
et toujours musical.
Ni ses modulations, ni son goût chromatique, rien n'est plus offensif en
Debussy : le style pacifie tout. Rien ne sent la manière ou la manie, comme dans
César Franck. Avec tous ses mérites, ce saint homme n'est pas un héros de la
musique : la vertu est la vertu, mais elle n'a pas le pouvoir de surfaire l'œuvre
de Fartiste. César Franck est maniaque de chromatisme. Son ingénuité ne
l'empêche pas d'étaler un sérieux continu et presque ridicule; et sa conviction est
toujours grandiloquente : trop d'onction, trop de voix céleste. Cet orchestre est
un harmonium. Cette église est bien plus loin de Chartres que de Saint-Sulpice.
Il y a telle façon d'être candide qui a tout l'effet de la rouerie. L'affectation
peut être naturelle et l'apprêt innocent. Enfin, gare à l'artiste en qui l'innocence
et le petit esprit se confondent. Quelles que soient d'ailleurs sa vertu et sa sincé-
rité. Une certaine niaiserie, aussi, peut être sincère : c'est de quoi la lourdeur de
la pédanterie ne s'est jamais privée. Je ne puis souffrir qu'on nomme Jean
Sébastien Bach, à propos du bon César Franck. Il cultive l'effet et ne se prive
même pas d'être fort brillant. En art, c'est le péché.
x
A l'orchestre, Debussy a le génie des timbres, et par la couleur il multiplie
DEBUSSY
lllllllllllllllllllllllllllllllll,/1'1111111111111111111111111111111111111111
l'harmonie. D'ailleurs, tout chez lui est harmonique: dès l'origine, Debussy est
tout génie. Debussy n'a rien touché, qu'il n'y ait fait éclore la fleur musicale.
On n'a jamais été plus musicien que lui. De là, qu'il a dérouté cette foule de
gens qui goûtent la musique, non pas en musiciens, mais en lecteurs de livres :
ils y cherchent d'abord un discours logique, des idées comme on dit, et toute
sorte d'intentions : raisonnables tant qu'on voudra, elles ne sont pas le principe
de l'art, mais le moyen seulement. Il faut de l'intelligence et des idées en
sique, comme en toute œuvre de l'esprit : toutefois, il y faut, bien plus encore,
de la musique. Les idées littéraires ou les idées plastiques ne sont pas les idées
musicales. Au fond, et par-dessus tout, l'harmonie en décide. La musique de
l'homme moderne est à ce prix.
Il est très vrai que la polyphonie éloigne de la musique aussi souvent qu'elle
la réalise. Il y a dans la polyphonie une part mécanique et abstraite, qui finit
par étouffer le sens naturel du chant, en désséchant le sens de l'harmonie : le
jeu des thèmes, la science de les conduire, le plaisir intelligent de les combiner
donnent à la symphonie un air de problème à plusieurs inconnues, qu'il s'agit de
débrouiller élégamment et dont l'esprit se réserve la solution : il y trouve un
contentement, dont la musique est à peine le prétexte. Beaucoup de savants
croient aimer la musique et se plaisent à en faire, qui ne poursuivent que le
plaisir d'une géométrie sonore. Et nombre d'ignorants écoutent la symphonie
comme on suit les mouvements des acrobates, dans un cirque, avec l'extrême inté-
rêt d'une curiosité enfin satisfaite si, au terme, tous les tours de force concordent,
si rien n'a rompu le rythme et si la figure est accomplie, sans que personne se
soit cassé le cou. Plus ces bonnes gens écoutent, moins ils entendent. Bref, les
notes remplacent les sons.
A cet égard, Debussy a fait une révolution ingénue. Lui-même avait le
sentiment de quitter une géométrie musicale pour revenir à la nature. Il est clair
que le contrepoint et la polyphonie d'orchestre tendent à une espèce de géomé-
trie descriptive ou de position, où non pas l'étendue se projette, mais où la durée
se représente. Le sens musical, quoi qu'on dise, est le plus inégalement réparti
du monde. L'immense foule des hommes n'entend à peu près rien : ils sifflent
un refrain .et ils sont qu'ils chantent : plus l'harmonie est riche, plus
elle leur semble confuse. Rien ne sépare plus les hommes entre eux que leurs
HG LA ltEVUE 1\IUSICAI,E
"'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
ressources sensibles; mais l'amour-propre leur défend d'en convenir. Cet abîme
fait le fond des querelles en art et même en poésie. Ecoutez-moi ce triple sourd,
qui tranche du b1en et du mal en musique, au nom de Rome, du Pape et de
Minerve. Les uns .sont sensibles à ce qui laisse la foule des autres sans la
moindre sensation; et comme ils n'y trouvent aucun agrément, ils s'indignent.
On ne veut jamais être moins sensible que le voisin : il n'est pas d'offense plus
secrète et plus cruelle qu'un divin plaisir, qu'on ne peut même pas soupçonner,
loin qu'on le puisse prendre.
Tout est génie dans l'orchestre de Pelléas : Tout y est musique et fait pour
l' oreille. Quand on a goûté de ce philtre, toute l'ancienne musique, hormis
Wagner, semble un peu fade, lourde et terne. Le Prélude à l'après-midi d'un
faune est une révélation. L'Orfée même de Monteverde n'a pas eu tant
de nouveauté. Un voile est tiré : un mur séculaire nous séparait de la nature :
voici, dans sa chaleur riante de bel été, s'animer en chantant un nouveau
monde sonore.
Debussy a rendu sa qualité originale à chaque instrument. Il les a délivrés
de l'énorme, de l'admirable contrainte où Wagner les avait tous asservis pour
n'en plus faire qu'une lyre immense : tous les timbres dans Wagner, sont
comme Kundry à genoux devant son maître, absorbée dans la seule volonté
de servir : (( dienen, dienen. » Pourquoi l'orchestre ne serait-il qu'un orgu'e
gigantesque? Avec Debussy, les familles d'instruments sont libres et vivantes.
Debussy divise volontiers le même instrument, pour en obtenir toutes les nuances.
Maître des timbres, il est d'ailleurs incomparable dans l'usage des bois à la
française, comme Wagner dans l'emploi des cuivres. Et quant à la harpe,
jamais personne n'a écrit comme Debussy pour cet instrument. C'est à
l'orchestre surtout que le génie de notre Debussy se fait connaître : sa poly-
phonie est toute harmonique. La Chute de la Maison Vsher nous eût ouvert une
cathédrale impalpable de sons. Rien ne le sépare plus des Allemands. Mais,
à mon gré, il est encore plus loin des Italiens peut-être, et de leur mélodie si
étrangère à tout sens harmonique. Debussy est tout de France, comme le
J ardin du Luxembourg, la Sainte Chapelle, les verrières de Chartres et le
Palais de Jus ti ce à Rouen.
DEBUSSY
XI
Pardonnez-moi comme à l'Egyptienne.
Si, si, je suis heureuse, mais je suis triste.
Elle va pleurer aussi; j'ai pitié d'elle ( 1) .
H7
Voilà des accents qui me ravissent : plus droit ils me pénètrent, plus
j'en admire la pointe subtile. Il semble que ce soit sans effort, à bien peu de
frais; et le calcul n'en est que plus exquis. Je dirais même que cet art a plus
de fond qu'un autre : il est plus beau, plus rare et même plus puissant d'enve-
lopper ainsi l'aigu du doux poignard et la force du coup qui entre. C'est la
pure nudité sous un voile en fils de la Vierge. Une certaine épaisseur de
génie veut en vain nous persuader que la grandeur se mesure à la rudesse,
au poids et à la violence. Il n'en doit rien être, tant qu'il y aura sur la terre
quelque confident des dieux : la beauté et l'amour vont ensemble; et la
suprême beauté ne se connaît que dans la grâce suprême. En ceste fo:y, je
vueil vivre et mourir.
Le dieu de l'art n'est pas celui qui fait beaucoup avec beaucoup, mais
celui qui fait tout avec à peu près rien. J'ignore une puissance sans profondeur,
ou je n'en puis faire cas; mais où je trouve la profondeur du sentiment, le
long et doux abîme de la rêverie pour la pensée, je trouve aussi toute la puis-
sance. Dieu sait si. a vingt ans, j'ai été fanatique des Derniers Quatuors et des
Dernières Sonates. Dieu sait, aujourd'hui même, si je vois rien dans la musique
moderne qui s'égale à Parsi/al et à Tristan. Mais je suis forcé d'en faire
l'aveu : les cris inouïs d'Isolde et toute l'immense lyre du Titan n'ont rien
de plus pénétrant que ces trois mesures, rien de si juste, rien qui soit plus riche
en confession sur l'amour de la femme, sur son cœur et son destin. Et certes,
qu'une telle beauté soit atteinte dans l'ordre du sentiment par la justesse seule
de l'accent, cette réussite est un miracle de la mesure et de cette intelligence
que j'appelle l'intelligence sensible. Il faut dire, en passant, qu'une exquise
sensibilité rencontre le ton juste de l'amour plus que toutes les forces déchaî-
(1) Ballades de Villon, p. 8, etc.; Pelléas, pp. 254, 255, 299.
H8 LA REVUE MUSICALE
nées de la passion. Puis, en art, un sens exquis de la volupté n'est pas sans
toucher à une merveilleuse intelligence. On ne peut comparer les sommets de
notre Debussy qu'aux cimes préférées de la poésie et de l'art, à telles scènes
du Soir des rois ou de Cymbeline, et aux paysages si tendres où trempent les
visions amoureuses de Watteau.
Il faut bannir de l'art la superstition de la masse et les moyens de la quan-
tité. Cette religion est celle de la musique depuis cent ans : elle est trop gros-
sière. Quand un artiste nous fait toucher le fond du sentiment, quand il nous
émeut dans ce cœur du cœur, qui est la rêverie de notre entendement d'amour,
il possède la plus beau de l'art; il en détient tous les prestiges. Berlioz, avec
ses mille instruments, ses canons et ses bombardes, s'évanouit d'un seul coup
devant un violon unique en un simple prélude de Jean-Sébastien Bach, Notre
Père. On parle vainement du géant Victor Hugo et de Rubens, ce colosse :
Verlaine et Watteau sont d'un bien autre prix. Et certes, ce n'est pas pour
rien que Debussy, dans mon esprit, donne la main à Watteau et à Verlaine,
les trois grâces françaises.
XII
Ses dernières œuvres n'ont pas été comprises. On y a vu un jeu de la
forme rare. L'extrême audace de l'harmonie a trompé sur les sentiments : ici,
le parfum cruel de la fleur égare le musicien qui la respire : il ne discerne
plus assez la nature de la plante et la beauté lui échappe.
Pauvre Debussy! Les Epigraphes, avec les deux Sonates pour le violoncelle
et le violon, ne sont pas sans doute ses chefs-d' œuvre; et pourtant, il y fait
quelques-uns des aveux les plus secrets et les plus déchirants que l'art ait
jamais arrachés à un artiste. On ne saurait imaginer plus de simplicité dans le
plan et plus d'étrange curiosité dans le goût sonore : ce contraste est surpre-
nant. Le raffinement de l'harmonie, la sincérité encore plus que l'audace n'y
sor.t pas le moins du monde un effet de la recherche, mais au contraire
l'expression la plus directe de l'instinct et de la sensibilité : ici, le soupir, le
cri étouffé, l'abandon du corps torturé, l'angoisse de la maladie est musique.
DEBUSSY
tH)
Il n'en est pas d'autre exemple. C'est la douleur qui parle, et la pire de toutes,
la douleur physique, la pointe sans remède qui s'insinue dans le cours des idées
et vient les interrompre : le mal les altère en Debussy et ne les trouble pas; il
les· suspend, sans réussir à les brouiller : l'ordre intérieur, la clarté de l'intelli-
gence restent admirables : le témoin de la sensation demeure incorruptible. Et
rien iùst plus extraordinaire que cette lucidité. L'esprit n'a pas cessé d'être
le maître : il halète seulement; il va par frissons et par sursauts; si la fièvre
traverse ses rêves et les rend tristes à frémir, il modèle cette fièvreuse tristesse,
il en dessine les contours; et de son délire même, sa fidèle lumière fait un pur
cristal. Il garde sa grâce dans le désespoir; il ne perd pas tout sourire dans la
brume des tourments. Sobre et contenue, cette musique déchire l'imagination
par tout ce qu'elle livre du musicien et ce qu'elle laisse supposer. Il n'est guère
croyable qu'on ait pu trouver du calme et de l'allégresse dans les Epigraphes.
La lumière éclaire parfois la plus irréparable misère, et qu'on n'eût pas sondée.
Le calme, ici, est celui de la rémission; l'apaisement, la ruineuse lassitude, la
sueur qui succède au feu de l'insomnie. Le souffle court, la mélodie entrecoupée
de spasmes, interrompue de brusques heurts, de contractions et de tressaille-
ments, pas une ligne qui ne trahisse l'homme à la question, sur le lit de sup-
plice. Les songes qui le visitent encore, les images caressées passent dans une
vapeur si lointaine que l'artiste semble leur dire adieu d'un autre monde.
Accords souffrants, dessins repliés sur eux-mêmes, le martyre de la maladie
mortelle s'en exhale avec des lancinements et des angoisses presque intolérables.
Par miracle, le poison qui empêche le vol de la musique, ne l'alourdit pas; il
l'entrave, sans lui ôter sa légèreté originelle; il retient l'aile, il tire sur elle
jusqu'à faire crier la pauvre âme : il ne la coupe pas. Une partie des
Epigraphes semble, impassiblement, le rêve d'un supplicié, tandis qu'il est sous
l'influence de l'opium : il contemple ses tourments; il les raconte, en paroles
brèves; mais il paraît en être détaché. Dans l'autre, il est réveillé; il ne regarde
plus sa souffrance : il souffre. L'unité ne manque pas à ces œuvres pantelantes
et saccadées; mais elle est presque partout suspendue par le cri sourd et le
frémissement. Fragments, si l'on veut; mais quelques-uns d'une force et d'une
beauté entières. Quant au génie, il est toujours aussi original. Le premier temps
de l'une et de l'autre Sonate, je ne sache rien qu'on y puisse opposer depuis un
t ~ O LA REVUE Jl,USICALE
siècle, dans la littérature du violoncelle et du violon ( 1) . Deux ou trois pas-
sages de la Sonate pour Violon sont dignes de Jean-Sébastien Bach (2). Là
encore, dans la dernière œuvre sortie de sa main, Debussy montre la plus rare
de ses vertus, dans une pureté incomparable : la sobriété ne peut aller plus loin.
Il la pousse jusqu'à l'avarice, jusqu'au dédain de plaire, lui qui est tout
charme et tout désir de charmer. Quand il nous découvre une perle sonore
d'une suavité merveilleuse, je lui en voudrais de ne jamais me la présenter
deux fois : il la dérobe aussitôt; il en sait le prix, et on dirait qu'il la dédai-
gne. Ah, c'est trop bien répondre à la plus belle exigence de l'art, et trop
selon mon goût, pour que je puisse lui en tenir raison et que je le lui reproche.
Le Titan Wagner, quand il saisit un filon de grandeur et de beauté, il ouvre
toute la mine : il l'exploite en tous sens; il ne s'en lasse pas; il répète l'idée
passionnée sous toutes les formes; il ignore la satiété; non seulement, ill' épuise :
il ne craint pas de l'enfler, à l'occasion, et de l'appauvrir ainsi en la rendant
vulgaire. Comment d'ailleurs lui en faire grief? Cette insistance formidable
est son génie propre. La réserve de Claude Achille est le génie contraire :
parfois, elle n'est pas moins puissante que l'entassement, et elle ne donne pas
un moindre sentiment de la profondeur; mais elle les dissimule : peut-être,
cette passion concise, ce dédain de tout effort, sont-ils, dans l'ordre pur de
l'art, au delà même du pathétique. La plus belle victoire de l'artiste est celle
qu'il s'assure sans avoir l'air d'y toucher : au lieu d'une complaisance ou
d'une concession facile au goût moins relevé des autres hommes, elle est le
sacrifice exquis de l'artiste à sa propre et plus parfaite beauté. Le porche de
Chartres en offre de sublimes exemples. Il en est ainsi dans Stendhal et dans
(1) La plupart des Sonates pour les deux instruments paraissent sans couleur près de celles-là; et
celles du dernier siècle tout à fait vulgaires. Qu'on s'en assure par cette seule remarque : Les deux
Sonates de Debussy sont nées, plus ou moins directement, des Sonates de Schumann, Or, par le simple
souvenir qu'on en garde, comme un écho lointain, elles rendent les Sonates de Schumann presque insipides,
dans leur naïveté échevelée et leur passion débile : Schumann est sentimental jusqu'à la nausée, comme
Chopin; Debussy, à la lin, ne l'est jamais.
(2) Sonate pour Violon : Les §§ 2 et 3 du premier temps; le Scherzando du second, pages Il
et 12; le Meno Mosso, qui rappelle le plus beau passage de la Grande Fugue pour Archets, de
Beethoven, op. 133; le § 3 du troisième temps, d'une variété si expressive et d'une grâce aiguë.
Sonate pour Violoncelle : l'admirable premier temps; le Lento, § 9 du troisième. Sans doute, ces
deux Sonates n'ont pas la plénitude sublime de Bach dans les siennes et dans ses Concertos. Mais elles
seules y peuvent être comparées, depuis Mozart et Beethoven.
DEBUSSY
121
11111111111111111111111111111111111111111111.11111.1111111111111111111111111
Racine. Que Debussy y fasse penser, quelle clarté sur son génie : la merveille
en est d'autant plus précieuse qu'elle est plus rare en musique. Le musicien
est sans retenue, le plus souvent : il est un artiste qui, d'abord, s'épanche et
qui ne sait presCjue jamais se borner. Debussy n'a pas son pareil pour la mesure
son art n'est tavelé d'aucune intempérance.
XIII
La force, le pouvmr, l'intelligence du musicien Debussy! Veut-on les
mesurer, que l'on compare sa musique pour Baudelaire à S:!S trois ballades
de Villon. Vingt ans séparent ces deux œuvres, le grave espace qui s'étend
entre la trentième an née et la cinquantième, entre la pleine jeunesse et la
plénitude puissante de la maturité. A quelques rares exceptions près, qu'est-ce
qu'un grand poète ou un grand musicien à trente ans? Un génie écolier. Quelle
que puisse être sa veine, elle n'a pas fait son lit; elle ne coule pas seule, ample
et d'une onde profonde. S'il ne nous restait de Beethoven et de Wagner, de
Gluck et de Monteverdi, de Liszt et de Moussorgski que les œuvres de leurs
trente ans, nous n'en ferions pas grand cas. Dans ses poèmes de Baudelaire,
Debussy montre une . étonnante maîtrise. En 1890, non seulement il possède
toutes les conquêtes de Wagner, mais il y ajoute. Son harmonie est déjà bien
plus hardie, plus subtile et plus riche. On dirait d'un Wagner éblouissant,
qui prodigue ses trésors d'expression; qui, sur le premier signe, et à propos
d'une simple émotion, s'élève d'un seul coup aux transports de Tristan à
l'agonie et d'Isolde mourante. Rien n'est plus pathétique que cette œuvre,
et c'en est le défaut. Elle est toute en excès. Un poème sourd et triste tourne
à la suprême tragédie. La douleur, la passion s' y répandent en éclats sans
mesure. Mais enfin personne au même moment, et personne depuis, n'a donné
ni fait entendre un chant, où la puissance et le génie forcenés de Wagner
soient approchés de si près ( 1). Le jeune musicien s'y égale au titan de la mu-
sique, et d'ailleurs hors de propos. Là pourtant, on voit ce que Debussy aurait
pu faire dans une voie qui n'était pas la sienne. Il était capable, et lui seul, de
(1) Richard Strauss excepté, à qui rien n'a manqué peut-être, si ce n'est la beauté et le choix des
pensées,
122 LA REVUE MUSIC,\LE
donner, s'il l'eût voulu, l'opéra wagnérien que mille autres ont tenté, sans en
produire que des copies, toutes plus ennuyeuses et plus vaines les unes que
les autres.
La vie se passe, et pour Debussy sans doute, dans un siler.ce et une demi
retraite propices aux émotions profondes. Il y a du secret et de l'ardent dans
tout ce qu'il a produit. ]'écoute à présent ces Trois Ballades de Villon :
l'eussé-je méconnu, j'y découvre quel homme était cet artiste et tout ce que
révèle cette musique immortelle, la seule à mon sens qui ait jamais ajouté à
une immortelle poésie. Car les chefs d'œuvre des poètes n'ont que faire de
musique le plus souvent : ils ont la leur, que l'autre sentimentalise et par là
qu'elle abaisse. Mais ici il n'est plus question de redoubler l'expression.
Le génie de Claude Debussy n'échoue pas à récréer le poème : il le transpose
dans un autre monde. Une tristesse brûlante, une mélancolie sans pareille,
où celle de Bach s'apparente seule; la profondeur d'une émotion toujours
accolée, dans la volupté, à la douleur et au néant, toute cette nature d'homme
si musicale, parce qu'elle est d'une âme passionnée entre toutes, se fait jour
et chante dans ces ballades. Je laisse de côté la dernière qui, à l'orchestre,
est sans doute le plus beau jeu, le plus vif scherzo de la musique moderne,
on ne sait quoi qui rappelle la reine Mab. Les deux premières portent la
musique de notre Debussy dans l'un de ces hauts lieux de l'art, où l'on peut
atteindre mais qu·· on ne dépasse pas. Si le plus rare raffinement, la plus savante
recherche; si une sensibilité déchirante, une émotion passionnée au point que
le sanglot et le cri s'y suspendent, tel un rossignol sur un fruit qui va tomber;
si toutes ces vertus de l'excès s'enveloppent jusqu'à sembler naïves; si une
possession du soi infaillible gouverne et dirige les sentiments les plus déchaînés
du cœur humain; si enfin l'artiste domine sur sa pensée et sur son style au
point que la complexité la plus étonnante se fait prendre pour la simplicité
même et le propre discours de la nature, ces chants en vérité sont sublimes,
et d'un sublime musical qu'on ne retrouve que dans Bach, Notre Père, et son
Fils le Wagner de Parsi/al. Qui entendra cette musique dans sa plénitude;
qui la ressentira dans l' e.:>prit d'amour où elle est conçue, connaîtra Debussy
enfin : et il saura, non pas seulement le charme, mais la puissance voilée
et la douce majesté de son génie.
DEBUSSY t23
11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111
XIV
A quelque douze ou quinze ans d'intervalle, je le rencontrai deux fois. La
dernière, il était près de sa fin. Il payait de sa personne dans un concert de cha-
rité où l'on donnait de ses œuvres. La guerre l'a révélé passionnément de son
pays, et, plus que Français, enraciné à son Ile-de-France. Il venait d'être fort
malade et on l'avait dit perdu : ill' était. Peu· de temps après, il allait retomber
dans le mal qui l'a tué. Je fus frappé, non point tant de sa maigreur ou de sa
ruine que de son air absent et de sa lassitude grave. Il avait la couleur de la cire
fondue et de la cendre. Ses yeux ne rendaient pas la flamme de la fièvre, mais
le reflet lourd des étangs. Il n'y avait même pas d'amertume dans son sourire
ténébreux : il y perçait plutôt un ennui de souffrir, et ces roseaux de l'angoisse
qui coupent la rive rêveuse d'une mare, un soir d'automne, dans la paix qui ment.
Sa main, qui était ronde, souple, potelée, un peu forte, épiscopale, pesait à son
bras; son bras, a son épaule; sa tête, à tout son corps; et, à cette tête, la vie, l'uni-
que, l'adorable et si cruelle vie. Quelques personnes, s'entretenant de lui, affec-
taient la confiance et le trouvaient en meilleure santé qu'elles ne s'y fussent atten-
dues. Cependant, comme il venait de s'asseoir, il regarda les auditeurs, d'un œil
lent, sous la paupière rapide, à la façon de ceux qui veulent voir sans être vus et
qui dérobent par dessous ce que leur regard semble ne toucher directement qu'à
demi. Il était dévoré de pudeur, comme peut l'être l'artiste, dans le dégoût et
presque la honte de souffrir. On a prétendu même qu'il a laissé croître son
mal en le dissimulant. Les plus voluptueux sont parfois les plus jaloux de voiler
leur chair, surtout si elle est meurtrie. L'esprit y participe : la pudeur ombra-
geuse, le goût de la volupté et le souci de la perfection dans l'art ne se séparent
guère. Ainsi Debussy nous a privés de toutes ses esquisses et même de fragments
admirables :il a délruit tout ce qu'il n'a pas achevé; il n'a rien voulu laisser que
d'accompli.
Dans ces yeux qui fuyaient la rencontre, j'ai reconnu l'ironie désespérée qui
est si naturelle à ceux qui vont quitter la vie pour ceux qu'ils y laissent. Entre
eux, il est déjà un tel abîme. Ce jour-là, Debussy, quoi qu'on pût supposer ou
qu'il pût espérer pour lui-même, a fait ses adieux. Il savait qu'il ne mettrait
124 LA 1\EVUE AlUSICA LE
plus, en public, sur le clavier ses mains magiciennes. Car, interprétant ses
pres œuvres, il ne touchait pas l'étrange instrument aux doubles palettes d'ébène
et d'ivoire : il l'enchantait. Le jeu de Debussy était une incantation, la musique
la plus immatérielle et la plus nuancée qu'on ait jamais ouïe. Il ne réalisait
pas la sonorité en pianiste, même pas en musicien, mais en poète. Il prit aussi
congé de l'orchestre, et de son pouvoir sur le beau peuple des sons, et de la joie
qui naît de la douleur même quand l'œuvre d'art contente un peu le désir de
l'artiste. Et sans doute, en s'inclinant avec lenteur, il fit mystérieusement son
adieu à la vie.
xv
On ne doit pas rester sur l'image désolée que la maladie nous légua d'un
grand artiste lorsqu'elle le précipite, avant le temps, sur les sables du royaume
immense. Pour l'artiste, la maladie est le seul ennemi trop impitoyable et trop
sûr de vaincre : il peut tenir tête à tous, mais il ne saurait prévaloir contre cette
perpétuelle trahison. Comme elle fait honte à l'amant de la maladie
accable le poète et le dépouille de son privilège : quelle que soit l'œuvre, et si
pessimiste qu'elle paraisse, l'œuvre d'art véritable est toujours une œuvre de la
puissance : dans l'excès même du désespoir, elle est ainsi un fruit de la santé
et de la joie, l!ne offrande de la vie à la vie et presque un hymne. Il est juste,
il est doux d'honorer le poète en effaçant les rides et les ténèbres de son front.
Je vois donc Debussy à la veille de Pelléas. Rien ne le distinguait, d'abord.
Il n'était pas de haute taille. Ni plus robuste ni plus faible qu'un autre, il avait
une certaine solidité d'aspect, quoique de complexion un peu molle. Bien en
chair, quasi replet, toutes ses lignes étaient rondes; la barbe soyeuse et sensuelle,
les cheveux abondants et bouclés. Les traits ronds, la joue pleine; la raillerie
apparente, la finesse cachée. C'était une figure ironique et charnelle,
lique et voluptueuse. Il était brun et ambré. Nerveux et maître de ses nerfs,
mais non de ses émotions. : elles devaient avoir en lui un long retentissement,
et d'autant plus qu'il les avait moins laissé paraître. Il a connu, dans la retraite
amoureuse et la douceur complice de la nuit, bien des heures ardentes.
L'ironie naturelle, comme l'inclination au plaisir; une malice pleine d'esprit
et l'aveu de toutes les gourmandises; la flèche au coin des lèvres; quelque
DEBUSSY
11111111111111111111111111111111.11111111111111111111111111111'1111111111111
chalance dans 1 'accent, quelque charme précieux dans les gestes; une ardeur
désabusée et savante; une nature forte et sensible; toujours du goût et beaucoup
de simplicité sous une apparence parfois contraire, Debussy n'est pas plus
homme du monde que bohème de Montmartre. Il a du chat et du solitaire.
Tant de volupté visible sur cette figure n'y était pas brutale, si même elle pou-
vait avoir de la violence : jeune homme, il a dû passer de l'humeur timide aux
aveux cyniques. Un fond de perpétuelle mélancolie a toujours un peu séparé
Debussy des autres hommes, il me semble. La forme de son crâne marque
beaucoup d'entêtement de pensée.
Le front était bien celui qu'on trouve aux grands ouvriers du nombre, maî-
tres du rythme, suprêmes artisans de l'harmonie; il poussait en avant sa bosse
ronde, cette saillie convexe qui s'oppose au miroir courbe des poètes. Et les
géomètres, virtuoses du nombre, ont aussi de ces nœuds bombés au-dessus des
sourcils. A qui l'observait mieux, le regard de Claude Achille disait surtout
l'homme qui sort de l'ordinaire, encore plus que le musicien. Ces beaux yeux
caressants et moqueurs, tristes et chargés de langueur, chauds et pensifs.
n'était-ce pas ces yeux de femme accomplie et souveraine. qu'ont parfois les
artistes, comme s'ils avaient été femmes avant d'être ce qu'ils sont, dans une
autre vie? Le regard. d'ailleurs, pouvait prendre une pesanteur étrange. une
extrême attention. regard de poète à la française. qui analyse jusque dans la
rêverie et qui ne cesse pas de comprendre.
Debussy ne se livrait pas, d'abord. Plus d'un trait donnait le change sur
l'art et sur la personne. On eût dit d'un peintre ou d'un poète autant que d'un
musicien. Il a lui-même égaré l'opinion des critiques. A juger ses œuvres sur
les titres, il est peintre et cherche à l'être : images. esquisses. estampes. arabes-
ques, masques, en blanc et noir, wn plaisir apparent est de peindre en musique
et sa réputation s'est faite sur ce faux semblant. Sa physionomie y a prêté, et la
mode, qui ne fût jamais tant aux peintres que depuis un quart de siècle. Rien
de fatal ni de violent. on ne peut être plus loin de Beethoven ou de Berlioz. ni
l'air d'un aigle en cage et qui s'indigne, ni l'allure d'un inspiré. Point d'éclairs
en redingote, ni ce front démesuré que la calvitie dévaste si heureusement afin
que les idolâtres y installent le siège du génie, ni ce nez d'oiseau de proie
qui a tant fait pour ravir les moutons.
126 L ,\ REVUE MUSICALE
Quoiqu'il ne fût pas du Midi le moins du monde, et que rien n'en soit si
peu que sa musique, Debussy n'était pas sans ressembler à quelques hommes
de Provence ou même à certains Italiens. Il aimait d'ailleurs l'Italie. Il se
faisait de Pelléas à Rome à peu près la même idée que Wagner de Tristan au
Brésil. Il avait comme eux cet air averti, qui est la patine des siècles sur les
visages d'homme et qui leur vient d'être policés depuis plus longtemps que les
autres, sans y avoir perdu la neuve ardeur des sensations. Personne enfin ne
fut moins barbare; et il avait bien le droit de tourner le dos, avec dédain, aux
vertus même de la barbarie.
Par sa finesse et sa perfection, un tel artiste devait tromper sur sa force, et
sur la richesse de son esprit par les dons voluptueux de sa nature. Outre qu'on
n'a rien compris d'abord à son chant, toute musique nouvelle étant le scandale
de la sensibilité et presque une offense aux communes oreilles, les sots, qui sont
toujours moralistes pour être sots sans risques, ont flairé beaucoup de vice
dans cet homme comme dans son œuvre. Nous en sommes toujours là que la
volupté passe pour un crime, et pour un péché le don d'être plus sensible que
les autres, qui est le don même de goûter la vie.
Si menacé de la perdre, nul ne l'a sentie avec plus d'ivresse mélancolique
ni plus d'intelligence que notre Debussy. Il y a mis toute la poésie d'une âme
éprise et qui regrette tous ses plaisirs, tant elle les sait prendre, tant elle y trouve
de délices. Sa musique est une longue dilection. Il a été le plus musicien des
Français et le plus français des musiciens. Peu de musiques ont eu autant de
beauté que la sienne, et toujours musicale. Il a vécu et pensé dans l'harmonie.
La musique n'a pas eu de voix plus rare que Debussy, et il en reste un des plus
chers ornements.
ANDRÉ SUARÈS.
La Musique
de Claude
pour Piano
Debussy
o'n a dit souvent et excellemment en quoi consistaient la nouveauté et
l'invention techmques de la musique de Debussy. On a parlé de la hardiesse
raffinée d'une langue harmonique qui parait se dérober à l'analyse, on a vanté
la subtilité d'une écriture qui néglige les conventions cérémonieuses de la modu·
lation et qui tolêre entre les tonalités, en apparence les plus distantes, des rap·
ports d'une intimité inattendue et délicieuse, on s'est émerveillé, à juste titre,
d'un art dont la substance et le métier étaient renouvelés d'un même coup.
De fait, en même temps qu'il avivait le mystérieux plaisir des sons en créant
la fine atmosphère harmonique où se complaisait sa sensibilité ou sa fantaisie,
Debussy restituait à la virtuosité instrumentale une valeur poétique singulière
et un agrément dont il semblait que les tendances franckistes eussent momen·
tanément dépossédé la musique française au bénéfice de tendances plus austères.
Tant dans son œuvre d'orchestre que dans le quatuor ou dans les trois
sonates d'une suite, hélas inachevée, on rencontre cette connaissance aiguë des
ressources exceptionnelles des instruments, adaptée, avec une si heureuse préci·
sion, aux sensations qu'il entend suggérer.
Tantôt c'est le détail d'un accent particulier qui, au gré du rythme ingé·
nieux, rehausse tel passage pittoresque d'une touche légère mais définitive;
tantôt l'emploi de registres inaccoutumés qui, en altérant les timbres, fournit
le coloris intense de la plupart des pièces descriptives, ou bien la sonorité
l 2tl LA REVUE MUSICALE
fluide, transparente, presque immobile, de ces fonds harmoniques qui lui sont
si familiers et desquels les images musicales semblent émerger peu à peu,
voluptueuses ou confidentielles pour s'y fondre à nouveau en s'évanouissant.
Rien, à la vérité, de ces effets ou de ces combinaisons qui n'eût été connu
de longue date des instrumentistes curieux des limites de leur art, mais en
quelque sorte à la manière de divertissements ou d'artifices extra-musicaux. Il
fallait l'extraordinaire acuité de perception et la lucidité imaginative d'un artiste
aussi délicatement sensuel que l'était Debussy pour discerner le parti qu'il en
pouvait tirer et pour incorporer, avec un goût si parfait, tant de saveur et de
liberté. ces éléments nouveaux au langage musical qui était le sien. Et malgré
l'impersonnalité apparente de la sonorité du piano, Debussy réussit également
à en • !égager des combinaisons de timbres exactement appropriées à ses besoins
descriptifs et tout aussi caractéristiques que celles qu'il employait pour l'orches-
tre ou la musique d'ensemble, dès ses premiers essais.
Dans un remarquable article paru au lendemain de la première représen-
tation de Pelléas, Paul Dukas se défendait de pouvoir analyser séparément
une musique intimement liée au poème et comparait cette tentative à celle qui
consisterait à vouloir, pour en goûter l'éclat, regarder un vitrail du côté de
l'ombre, privé de la lumière qui en assure les reflets.
La musique pour piano de Debussy, elle aussi, a son poème constant qui
vit en elle, qui modère ou accuse ses inflexions, précipite ou ralentit son allure,
impose ses silences, inspire ses détails, modèle ses proportions, et ce poème
secret, c'est l'imagination. Et non seulement l'imagination musicale, celle d'un
Chopin, d'un Schumann ou d'un Fauré, qui se suffit à elle-même et qui traduit,
sans les formuler explicitement, les rêves et les désirs humains, mais une imagi-
nation précise qui recourt aux suggestions les plus définies de l'esprit et des sens.
Nous voudrions, au cours de cette étude, nous garder de l'écueil signalé
par Dukas, sans nous dissimuler toutefois que c'est un dessein hasardeux que
de tenter, en même temps que la description d'une forme musicale si personnelle,
l'analyse du sentiment intérieur qui doit en dicter l'interprétation.
Mais il se peut qu'à la faveur d'une épithète le charme sonore d'une phrase
se fasse encore plus doux, plus insinuant; qu'en atteignant la sensibilité par des
évocations d'images, nous préparions à l'émotion musicale un terrain plus fertile,
LA 11USIQUE J>OUR PIANO DE DEBUSSY 129

et que, sans prétendre avoir toujours pénétré les intentions de l'auteur, le seul
fait de se vouloir expliquer à soi-même toutes les raisons d'une dilection pré-
dispose d'autres à l'éprouver également.
Les premières œuvres pour piano, composées entre 1888 et 1890, les deux
Arabesques, la Ballade, la Mazurka, la Rêverie, le Nocturne, la Valse roman-
tique, ne laissent, à vrai dire, que faiblement pressentir cette musicalité raffinée,
maîtresse de son pouvoir, dispensatrice experte des sensations, qui sera celle
des Préludes, des Estampes ou des Images.
Malgré l'emploi souvent ingénieux de rythmes et de sonorités qui ne sont
point familiers aux pièces de genre de la plupart de ses contemporains,
y paraît néanmoins sensible comme eux aux influences combinées de Grieg et de
Massenet, dont la tyrannie tout aimable sévissait à l'époque sur les compositions
dites de salon. Les grâces qui fleurissent dans ces œuvres un peu incolores
sentent encore l'école et l' s'explique mal que dans le même temps qui voyait
naître ces sages productions, l'Institut se soit cru obligé de dénoncer les
audaces tendancieuses du musicien de Printemps et de la Damoiselle élue.
Mais s'il nous faut attendre quelques années encore avant que de pouvoir
goûter cette technique incisive et lumineuse par quoi l'écriture pianistique de
Debussy s'apparente à certains Degas ou à telles estampes chinoises, il convient
cependant de retenir dans la production de cette période trois pièces qui, à des
titres différents, méritent une attention spéciale : la Fantaisie pour piano et
orchestre, la Suite bergamasque et Danse.
On sait que Debussy, après avoir retiré la Fantaisie (écrite en 1888 et qui
constituait la dernière partie de cet envoi de Rome, si malencontreusement
accueilli par la section musicale de l'Institut) du programme d'un concert de
la Société nationale, en prétextant l'orchestration défectueuse du Final, n'en
autorisa pas la publication de son vivant.
De là à crier au sacrilège, lors de la récente première audition de cette
œuvre. il n'y eut qu'un pas à franchir pour quelques musiciens que l'on ne soup-
çonnait point si soucieux de la gloire posthume de Debussy. Il y a lieu de pen-
ser, pour rassurer ces bons esprits, que les raisons qui motivaient la rigueur de
l'auteur n'étaient pas exclusivement d'ordre musical.
En tous cas, en admettant les réserves de Debussy quant à certaines fai-
130 LA UEVUE
blesses de réalisation orchestrale et non seulement dans le final, en regrettant
même un défaut de proportion qui écourte la dernière partie ainsi que la réexpo-
sition et la coda du premier morceau, il n'en reste pas moins que la Fantaisie est
une œuvre qui contient mieux que des promesses d'élève, ainsi qu'on l'a dit
un peu inconsidérément.
La fraîcheur et la franchise des idées de la première partie, la rêveuse et
tendre mélancolie du morceau lent, la mystérieuse transition qui le relie au
final et la fermeté du trait qui, dans cette partie, souligne les modifications
rythmiques du thème initial, tout cela est d'un musicien sûr de soi, en possession
de sa personnalité expressive, sinon déjà maître absolu de son métier.
Et, si nous étudions ce qui, dans l'écriture de la partie de piano, traité à
l'imitation de la S:ymphonie sur un thème montagnard de Vincent d'Indy, en
instrument concertant plutôt qu'en soliste, s'y différencie des œuvres posté-
rieures de la même période et fait pressentir la chatoyante technique des pièces
descriptives, c'est précisément l'intelligence avec laquelle son timbre spécial
y est employé, et combien, en se mêlant à l'orchestre, le piano enrichit et diver-
sifie la présentation de la phrase musicale par l'apport de sa virtuosité légère,
l'enveloppement des pédales, le coloris pittoresque de sa sonorité percutée.
Encore que moins personnelle et soumise parfois à des réminiscences fau-
réennes qui, du reste, n'en constituent pas le moindre agrément, la Suite
bergamasque, mollement infléchie au souffle verlainien, contient déjà ce mélange
un peu précieux de moderne et de désuet qui caractérisera nombre de pièces
ultérieures où s'évoquent les ombres fines des clavecinistes, ces ancêtres d'élec-
tion de Debussy.
11 y renouvelle, sans les pasticher, leurs grâces et leurs manières, indiquant
la formule heureuse qui s'affirmera avec tant d'élégance dans la suite intitulée :
Pour le piano, dans Mouvement, de la première série des Images, ou dans le
prélude : Les Tierces alternées, par exemple.
Avec la prestesse capricieuse, les coins de soleil et d'ombre de la pièce qui
se nomme Danse, nous goûtons aussi par anticipation au plaisir bondissant du
rythme qui animera la musique de Debussy d'une joie si neuve et si personnelle.
Ce sont déjà les accents et les combinaisons des Collines d' Anacapri, de Mas ..
ques, du Caqe-DJaUe de Childrcn's Corner, et le dessin mélodique, tout en offrant
LA 1\IUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY 131
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
une singulière analogie avec le thème de la Fantaisie pour piano et orchestre,
qu'il reproduit presque littéralement, fait également prévoir la vive arabesque
de la Danse de Puck.
Si nous étudions maintenant pour quelles raisons ces trois œuvres nous
paraissent supérieures à la production pianistique de la même époque chez
Debussy et font présager si nettement ce que sera son style de la maturité, nous
remarquerons que deux d'entre elles, Danse et Suite bergamesque, sont d'ordre
descriptif, évocatrices de sensations plutôt que de sentiments, et que dans la
Fantaisie, c'est par le coloris des timbres et par le jeu des rythmes bien plus
que par la conduite des idées que l'œuvre prend sa valeur.
Nous touchons là à l'un des secrets du génie acéré et divinateur de Debussy.
Il avait un don si parfait de fixer par des sons les impressions visuelles, soit
directes, soit suggérées par l'imagination, les arts plastiques ou la littérature,
qu'il a pu donner la pleine mesure de son art dans un domaine de sensations
jusqu'alors à peu près fermé à la musique.
Il est rare de trouver à la base de son inspiration un de èes sentiments qui,
depuis la révélatioin beethovenienne, ont ému l'âme des compositeurs en ani·
mant leurs œuvres, c'est-à-dire les passions, les douleurs ou les enthousiasmes
humains. Non pas qu'il répudie ou qu'il dédaigne l'émotion musicale, mais, par
une sorte de réserve aristocratique, il entend plutôt nous la suggérer par contre·
coup que nous la faire directement éprouver.
Et plutôt que d'agir sentimentalement sur notre organisme par la pathé·
tique sollicitation d'un émoi personnel, plutôt que de créer, belle de lignes et
de formes, l'architecture sonore dont la pure discipline sache contenter notre
esprit, c'est presque à notre insu, par la volupté secrète de deux accords enchaî·
nés, la nervosité vibrante d'un rythme ou le mystère d'un silence, qu'il nous
décoche en pleine sensibilité cette flèche dont l'insinuant et délicieux poison
132 LA REVUE 1\IUSICALE
nous procurera, aussi intense que la réalité, la sensation qu'il avait préméditée.
Un art d'un mécanisme à ce point délicat et qui suppose un tel accord entre
le don et le métier devait tout naturellement se prêter aux traductions des
ments les plus rares. Aussi que l'interprétation de l'œuvre de
Debussy exige une collaboration imaginative plus littéraire et plus subtilement
nuancée que nulle musique jusqu'alors ne l'avait nécessitée.
D'aucuns, à propos de ce mode d'expression si différent de ce que nos
oreilles et notre intelligence avaient accoutumé d'éprouver ou de concevoir ct
par lequel Debussy nous ouvre le bel horizon vierge des sensations
nées, ont parlé de l'influence russe et, en particulier, de celle de Moussorgsky.
Dans les œuvres orchestrales, en effet, certains procédés d'instrumentation, les
divisions fréquentes du quatuor, l'emploi caractéristique des instruments à vent,
les modifications artificielles de leur timbre témoignent du goût non dissimulé
de Debussy pour la technique inventive d'un Rimsky ou d'un Balakirew.
Mais il ne s'agit là que d'une assimilation passagère de moyens descriptifs
qui n'amoindrit pas davantage 1 'originalité de l'écriture que celle de la pensée.
Et, lorsque nous comparons le caractère presque confidentiel des œuvres pour
piano les plus significatives de Debussy avec les tendances nettement exté-
rieures qui parent les compositions de l'école russe, avec cette sensualité ina-
paisée qui lui vient de l'Orient, ce sentiment populaire ou légendaire qui
mule sous une enluminure musicale volontairement naïve un métier rusé, une -
connaissance avisée de l'effet, nous ne pouvons retenir l'insinuation en son entier.
Reste Moussorgsky pour la musique duquel, en effet, Debussy professait
une tendresse compréhensive assez analogue à celle que dictaient jadis à Robert
Schumann les poèmes musicaux si étonamment neufs, si pleins d'élans et de
larmes refoulées, du polonais Frédéric Chopin.
Nous le verrons, à propos de la Chambre d'enfant, exprimer une émotion
sincère en parlant du mystérieux pouvoir qui dort entre les notes peu nombreuses
de ces pages intuitives. Et nous savons combien il s'était employé, par une
action personnelle assez étrangère à ses habitudes, à faire naître autour de lui
l'enthousiasme pour Boris Godounof ou pour la Khowanchina, qu'il fut sans
doute le premier à connaître en France. Mais si parfois quelques analogies de
LA MUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY f33
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ~ , , , , , , , , , ; , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ; , , ,
procédés ou d'écriture, avec un art si profondément admiré, se font jour dans
l'œuvre de Debussy, la différence essentielle de race et de culture qui sépare
les deux tempéraments n'en demeure que plus sensible.
Un intervalle d'une dizaine d'années sépare la production des œuvres de
jeunesse des compositions p o ~ r piano où s'attestera désormais le don évocateur
de Debussy. Dix années emplies de la tendre et douloureuse méditation qui
dicte Pelléas, de l'ardeur extasiée du Quatuor, de la sensuelle langueur du
Prélude à l'après-midi d'un Faune, des sonorités neuves des N oclurnes, où le
reflet du ciel et de la mer, l'éclat luxueusement assourdi des réjouissances patri-
ciennes semblent, par un miracle d'orchestration, naître de la musique même
qui les traduit; diX années pendant lesquelles Debussy assouplira journellement
ses moyens d'expression par la recherche patiente d'un art que n'alourdisse
point l'éloquence fatiguée du romantisme et confrontera sa propre sensibilité
avec les formes littéraires les plus affinées de Baudelaire et de Verlaine, de
Stéphane Mallarmé ou avec ces sentiments qui, chez Maeterlinck, semblent
flotter entre deux eaux et dont sa musique élucidera le mystère dormant.
Pour son retour à la musique du clavier, après ce long éloignement, il écrira
en 1901 les trois pièces d'une suite Pour le piano où s'inscrivent de façon bien
attachante les modifications apportées à sa technique depuis les œuvres de la
première manière et qui peut être considérée comme une sorte de transition
entre ces œuvres et celles dont il porte déjà en lui le secret.
Point de titre suggestif; les morceaux s'intitulent : Prélude, Sarabande,
Toccata, et ne s'mspirent en apparence que du plaisir rapide et clair d'un jeu
des sons, ou, dans la Sarabande, de la noble et paisible gravité d'une cadence
ancestrale. Mais l'écriture y revêt une ingéniosité précise, une diversité de
moyens, une saveur harmonique si propices à l'expression des sensations qu'il
semble déjà les voir affleurer à la surface d'une musique qui ne les recouvre
plus qu'à peine.
A dater de 1903 et jusqu'à sa mort, les compositions de piano vont se suc-
céder par une chaîne presque ininterrompue et formeront dorénavant l'essentiel
de sa production, à l'exception de quelques mélodies, de Saint-Sébastien et de
deux œuvres d'orchestre : la Mer et les Images. Encore pour ces dernières
convient-il de remarquer qu'elles ne constituent que la troisième série d'une
134 LA REVUE MUSICALE
suite de pièces éditées sous le même titre générique et issues d'un sentiment
analogue, mais dont les deux premiers recueils sont composés pour le piano.
C'est avec les Estampes, écrites en 1903, que Debussy établit réellement
le genre et la forme de ces œuvres profondes ou charmantes qui renouvellent
la poétique du piano, où rit et joue, écoute ou soupire,innombrablement multiplié
par chaque vibration, l'Ariel aux ailes invisibles, qui sait tous les parfums de la
nuit, tous les frissons de l'eau, toutes les voix du vent, tous les émois humains.
Il se plaira, désormais, à en suggérer l'atmosphère par un titre ou une
épigraphe d'un sens à la fois assez souple pour n'en point figer l'interprétation
par un puéril souci d'imitation et assez défini pour la maintenir dans la qualité
d'expression qu'ils requièrent, et n'abandonnera plus ce principe que pour
ses toutes dernières œuvres où paraît s'annoncer une troisième manière : celle
des Sonates pour divers instruments et des Etudes pour piano, dont l'argument
musical ou technique constitue le seul prétexte. .
Les trois pièces qui forment le recueil des Estampes offrent un heureux
exemple de cette adaptation du titre au caractère de la musique et montrent
comment celle-ci prolonge mystérieusement la délicate impulsion donnée à
notre sensibilité. La première de ces pièces, Pagodes, pourrait n'avoir
d'autre ambition que d'éveiller en nous l'idée d'un site et d'une architecture
d'Extrême-Orient par l'emploi un peu conventionnel de sonorités et de moda-
lités exotiques. Mais, par ce privilège évocateur propre à Debussy, dès les pre-
mières notes du rythme nonchalant, quoique précis et sa..rts langueur, qui brode
le dessin menu de ses successions de quartes, tierces et secondes sur les tenues
immobiles de l'accompagnement syncopé, ce n'est plus seulement cette sensation
purement descriptive qui s'impose à notre esprit, mais, ainsi qu'on la subit en
rêve, la nostalgie délicieuse de ces pays de lumière fine où s'accordent les rites
doux et les danses traditionnelles, les fêtes des pêchers et les gestes rusés,
patients et prémédités d'une civilisation lointaine.
Soirée dans Grenade ne se satisfait point davantage d'évoquer uniquement
les nuits d'Espagne et leurs enchantements convenus, guitares et castagnettes,
mais nous y sentirons frémir de volupté une âme occidentale à la pensée trou-
blante et parfumée des jardins de l'Alhambra dans le soir saturé d'effluves;
nous entendrons au travers de son désir ces douloureux chants d'amour qui
LA l\l US 1 QUE P 0 UR P 1 AN 0 DE DEn US S Y 1 3lS
naissent, à la nuit, dans les quartiers mauresques et par lesquels s'expriment
des destins monotones et fiévreux et aussi les bruits étouffés de ces rythmes ibé·
riens qui font danser de belles filles, graves et arrogantes.
Avec jardins sous la pluie, c'est, sur les bosquets parisiens roussis par l'été,
la légère averse au travers de laquelle rit le soleil. Estampe, en effet, mais
d'une qualité si fine et si pénétrante, que, malgré la vivacité continue des doigts
sur les touches, nous y percevrons, sous la teinte mélancolique d'une ronde
enfantine, comme le furtif regret d'un bonheur évanoui.
Masques et l'Isle joyeuse, écrits et édités en 1904, paraissent marquer un
léger retour vers la forme et le genre des œuvres de jeunesse, Masques surtout,
dont certains passages sont frappants d'analogie avec la pièce intitulée Danses,
ou avec maintes formules d'accompagnement des premières mélodies sur les
textes de Verlaine. Ce sont, l'un et l'autre, des morceaux assez longs, vu les
dimensions généralement limitées des pièces pour piano de Debussy. Et, malgré
leur achèvement parfait, malgré le souci qui s'y fait jour d'un développement
musical normalement ordonné, ou peut·être même à cause de ce souci, ils n'ont
point, semble-t-il, toute l'originalité persuasive des œuvres de la même époque.
Sans doute, dans Masques, vit et s'agite toute la comédie italienne, couleur
et mouvement : Scaramouche aux grands gestes, Cassandre ridicule, Zerbi·
nette agaçante, Pierrot rêvant à la lune, et, dans la nuit complice, Arlequin
aux pieds de Colombine. Et l'Isle joyeuse tend le piège de ses rires et de ses
plaisirs faciles à l'insouciance des amants dont les barques légères vont accoster
ses rives fortunées, sous les regards bienveillants de Watteau, de Verlaine et
de Chabrier auquel force à penser la courbe sensuelle de cette musique.
De plus, ce que nous pourrions appeler l'orchestration pianistique de ces
compositions- à défaut de termes qui définissent plus exactement la variété des
combinaisons de registre·s qui les animent de leur fantaisie - est,
à la lettre, un enchantement et Debussy n'a point dépassé l'aisance et la sûreté
avec laquelle il fait s'y jouer les rythmes.
Malgré cela, malgré la verve et l'ingéniosité de ces deux pièces, leur agré·
ment musical, la perfection de leur facture, il se peut, pour que nous n'y retrou·
vions pas, exactement semblable à notre attente, ce rare plaisir dont Debussy
t3G LA RE VU E l\1 US 1 CA J, E
nous a enseigné le secret, que les sujets qu'il s'était proposés aient péché par
leurs suggestions trop directes.
Ce n'est pas sans jus tesse, en effet, que l'on a pu dire de Debussy qu'il
était avant tout le musicien de ces mystérieux rapports de sensations par les-
quelles, selon Verlaine, « l'imprécis au précis se joint ». Lui-même définit la
qualité qui le touche particulièrement dans certaines œuvres musicales : une
transposition sentimentale de ce qui est invisible dans la nature.
Et lorsque, au lieu d'éveiller en nous, par la magie sournoise et puissante
des harmonies et des rythmes, un de ces états de réceptivité subtile qui nous
incite à percevoir ce qui chante et ce qui vibre d'indéfinissable sous les appa-
rences des choses et des êtres, il nous propose un tableau dont la composition
est ~ s s e z arrêtée pour ne plus exiger cette intime collaboration de notre sensi-
bilité, nous ne pouvons nous défendre d'éprouver un sentiment qui est pres-
que celui de la déception.
Mais, au demeurant, est-il une preuve plus convaincante que cette décep-
tion même de la profondeur qu'atteignent en nous ces faibles accents de poésie
éternelle qui sont la révélation, l'essence neuve de sa musique et qui portent en
eux le pouvoir inexprimable du génie?
Les deux cahiers des Images, composés chacun de trois morceaux qui
s'opposent les uns aux autres suivant un plan de tonalités et de mouvements
dont la Suite pour le piano et les Estampes nous offrent déjà l'exemple, sont
respectivement écrits et publiés en 1905 et 1907. Ils sont bien significatifs de
l'orientation consciente et, à partir de cette époque, définitive, qui entraîne
Debussy vers la recherche d'une expression musicale aussi subtile que les senti-
ments et les impressions qu'il veut traduire et qui sont, dorénavant, les seuls
inspirateurs de la lorme.
La virtuosité en constitue l'élément, pour ainsi dire, atmosphérique, qui
enveloppe et baigne, atténue ou cristallise les rapports des sonorités. Cette con-
ception si neuve du caractère et du pouvoir de l'instrument confère à la tech-
nique pianistique de Debussy une personnalité poétique qui la garde de se
confondre, même extérieurement, avec la virtuosité inventive de Liszt ou de
Chopin, dont elle est née cependant.
LA 1\1 US 1 QUE P 0 UR P 1 AN 0 DE D E B U S S Y 13 7
IIIIIII,ÇIIII.rlllllllllllllllllllllllll,lllllllllllllllllllllllllllllllllll
Mais alors que chez ces deux musiciens les ornements et les arabesques
viennent se surajouter à la ligne mélodique essentielle, procèdent d'un thème,
accusent un développement, augmentent en quelque sorte la vie expressive et
dynamique de l'œuvre, les formules fluides de Debussy tendent à estomper les
contours, à voiler les harmonies et presque à prolonger du silence.
Trois pièces au moins, sur les six qui constituent les Images, vont nous per-
mettre de goûter la saveur si particulière de ce procédé et le bonheur de son
application. Ce sont, dans la première ?érie, Re/lets dans l'eau, et, dans la
seconde, Cloches à travers les feuilles et Poissons d'or.
Voici, avec Reflets dans l'eau, le sommeil lumineux et flottant des aspects
inversés et les images lentes qui s'étirent au miroir ondoyant des sonorités, dans
la transparence délicieuse des accords et des arpèges effleurés; Cloches à tra ...
vers les feuilles : murmure des branches à peine balancées, bercement doux
du silence, ombre verte et repos, que pénètrent, sans les troubler, des vibrations
lointaines, comme suspendues et prolongées par l'enveloppement des pédales.
Et, Poissons d'or, qui, dans le frissonnement d'eau courante d'une virtuosité
vive et claire, mettent la fuite étincelante d'une lueur, - un reflet, puis un
autre, - vie frémissante et capricieuse, qui se dérobe et bondit, captée par le
sortilège de la musique.
Nous pouvons joindre à ces trois pièces comme participant du même esprit,
quoique la volubilité de l'exécution en soit absente et que seuls le langage har-
monique et l'emploi de la pédale en assurent le caractère suggestif, la deuxième
Image de la seconde série : Et la lune descend sur le temple qui fut.
En dépit de la préciosité du titre, le sentiment en est simple et pénétrant et
s' accorde à la beauté méditative d'un site lentement composé par le temps, qui
poursuit dans la nuit vaporeuse le rêve silencieux de ses ruines.
L'Hommage à Rameau et Mouvement, qui complètent la première série
des Images, procèdent d'un principe moins délibérément évocateur, encore qu'il
ne soit pas possible de négliger le discret appel à l'imagination qu'en font naître
les titres. Et ce n'est peut-être pas une erreur, ni une exagération sentimen-
tale, qui nous porte à supposer que la magnifique et grave effusion lyrique de
l'Hommage à Rameau s'adresse, par delà le symbole d'un nom préféré, à
133 LA REVUE .1\IUSICALE
toute la lignée des' clairs génies issus de notre sol, de la filiation desquels se
réclamait si justement Claude Debussy, musicien français, ainsi qu'il se plaisait
à se désigner
C'est l'âme profonde de la race qui se reconnaît dans ce noble chant, qui
lui confère, avec cette émotion, cette mesure et cette mélancolique dignité. Et,
l'amplification poétique qui paraît ici s'imposer à l'interprète, ne peut, certes,
qu'honorer la musique qui la sait inspirer.
Sous l'indifférence apparente d'un dessin de croches répétées qu'un
sement égal de triolets active et talonne, le morceau intitulé Mouvement, donne
en réalité naissance à cette sorte de tyrannie rythmique dont Strawinsky, et à
sa suite, Bartok, Casella ainsi que quelques autres jeunes musiciens ont tiré un
parti ingénieusement volontaire.
Nous ne rencontrons pas encore, il est vrai, dans l'œuvre de Debussy,
l'opiniâtreté inlassable d'un rythme qui s'obstine, s'acharne, s'exaspère de sa
propre monotonie, et détermine cette sensation de force élémentaire et
tive qui est l'une des plus récentes acquisitions de la musique, sinon la plus
téristique. L'impression dominante dans Mouvement, est celle d'une joie légère
et vive, d'une activité sans frénésie, mais le principe dont nous venons de parler
s'y trouve cependant déjà nettement formulé.
Un nouveau sentiment, d'un charme et d'une tendresse inexprimables,
raît, en 1908, dans l'œuvre pianistique de Debussy, avec Children's Corner,
dédié « à ma chère petite Chouchou, avec les tendres excuses de son père pour
. .
ce qm va suivre )).
Et « ce qui suit )) est si doucement ému, si espiègle et rêveur à la fois,
si ingénument empli de toute la poésie enfantine, que nous ne trouverons pour
lui être comparé, dans l'innombrable production musicale qui tire son
tion de sujets analogues, que les Kinderscenen de Schumann, la Chambre
d' enf ani, de Moussorgsky et Doll:y, de Gabriel Fauré; adorable tryptique où
se lisent des sentiments puérils et profonds, où l'intuition se mêle au souvenir,
où le sourire attendri qui contemple se voile parfois de larmes involontaires.
LA l\IUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY 139
11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111
Nous ne saurions mieux définir ce qui nous touche si dans
Children's Corner qu'en empruntant à Debussy lui-même les termes dont il s'est
servi à propos de la Chambre d'enfant. Voici ce qu'il écrivait en 1901 dans
un article de la Revue blanche, consacré à Moussorgsky : « Personne n'a
parlé de ce qu'il y a de meilleur en nous avec un accent plus tendre et plus
profond ... jamais une sensibilité aussi raffinée ne s'est traduite par des moyeni
aussi simples ... cela se tient et se compose par petites touches successives, reliées
par un lien mystérieux et par un don de lumineuse clairvoyance. »
Ne sont-ce point là les mots mêmes qu'il conviendrait d'employer pour
caractériser la pensée et le procédé de Children's Corner;> Et le rapproche-
ment de ces lignes et du menu chef-d' œuvre par lequel Debussy devait,
années plus tard, nous confier, lui aussi, le secret harmonieux d'un bonheur
paternel, ne donne-t-il pas une force bien singulière à cette proposition connue,
que comprendre, c'est égaler?
Du reste, sauf la rencontre initiale du sujet, nulle similitude de forme ou
d'esprit entre les deux œuvres.
Les mélodies de Moussorgsky éveillent en nous la notion savoureuse et
populaire de la vie enfantine slave, pleine de spontanéité, impétueuse et naïve.
Elles en évoquent les rêveries sans raison et les tapages magnifiques, les sou-
daines tendresses et la vivacité turbulente qui met à rude épreuve la vigilance
bougonne de la vieille Niania, dispensatrice familière et superstitieuse des
contes merveilleux.
Debussy, au contraire, dépeint dans Children's Corner les jeux élégants et
surveillés, l'espièglerie discrète, les gestes câlins d'une fillette citadine et, même,
parisienne déjà coquette et un peu femme, et dont la fantaisie spirituelle semble
quelquefois tempérée par la présence devinée d'une Miss traditionnelle.
Est-ce pour souligner d'un accent tendrement amusé, cette malicieuse
notation que Debussy s'est diverti à donner, en accord avec le titre d'ensemble,
une appellation anglaise aux six numéros qui constituent, suivant sa propre for-
mule. le « programme » de Children's Corner;> Pour qui sait combien lui était
coutumière, tant dans la conversation que dans la manière de penser, certaine
forme d'humour à peine indiqué, la réponse affirmative n'est pas douteuse.
Mais la qualité artistique d'ordre si rare, et, en quelque sorte, universel de
uo LA REVUE Al US l CA LE
ces pages et la douceur pénétrante de leur sentiment, ne laissent subsister de
ces détails moqueurs, que ce qui est nécessaire pour donner à ces esquisses
d'après un modèle chéri, le caractère troublant de la ressemblance.
Dès les premières mesures du Doctor Gradus ad Parnassum, c'est la char-
mante vision de l'enfant au piano, le récit un peu railleur de sa lutte candide,
inégale et résignée contre les monotones complications du perfide Muzio
Clementi. Quel ennui, quels découragements insondables, ou quel invincible
besoin de distractions pour un rayon de soleil, pour une mouche qui passe,
pour une rose qui i' effeuille, décèlent ces arrêts brusques, ces ralentissements
Et, vers la fin, quel élan irrésistible vers le mouvement, vers les jeux,
vers la liberté enfin recouvrée 1
Puis, avec ]imbo's Lullab:y, ce sont les belles histoires chantonnées tendre-
ment au placide éléphant de feutre, trop grand pour les petits bras qui le bercent.
Elle les lm raconte sans les dire, ces histoires qu'elle invente pour elle-
même, Sheherazade de six ans, qui poursuit, tout éveillée ce rêve intérieur pro-
digieux de l'enfance, plus intense que la réalité, plus captivant qu'une féerie.
Puis, est-ce l'enfant? est-ce le jouet qui s'endorment? Peut-être tous les deux.
Il convient sans doute d'imputer à la connaissance rudimentaire de la
langue anglaise possédée par Debussy la légère erreur qui lui fait intituler la
pièce suivante : Serenade of the Doll, alors que l'index placé en tête du recueil
mentionne : Serenade for the Doll. La traduction française donne certainement
le sens exact en indiquant : Sérénade à la poupée, et non, de la poupée.
C'est un détail bien mince, mais qui a cependant son intérêt pour l'inter-
prète, puisqu'il permet de substituer à l'imitation légèrement parodique de mou-
vement mécanique toute la grâce mutine et la libre fantaisie d'un badinage
enfantin, que contemple le sourire figé de la poupée neuve, immobilisée dans
l'attitude excessive où le dernier caprice l'a laissée.
Snolll is dancing; - la neige danse et c'est un plaisir mélancolique, que
de suivre des yeux, le visage collé à la fenêtre de la chambre chaude, l'indo-
lente chute des flocons. Mais, que sont donc devenus les oiseaux et les fleurs?
Et le soleil, quand donc luira-t-il de nouveau?
The lillle Shepherd; - petit pâtre imaginaire et charmant du troupeau
naïf que l'on vient de sortir de sa boîte et qui sent bon le vernis frais et la
LA ~ 1 U S 1 Q U E P 0 U R. P 1 AN 0 J) E D E ll U S S Y 141
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
résine, comme vous portez en vous, toute la poésie de cette vie insoupçonnée
que crée votre métamorphose ingénue, toute sa douceur agreste et son silence
et ses lointains.
Colliwog' s cake-rvalk; - ataxique et dégingandé, le polichinelle se
désarticule selon le rythme volontaire qui casse les élans et, ce sont pour guider
ses déhanchements comiques, de tels rires frais, une gaieté si délicieuse, qu'une
inexprimable émotion fait trembler de tendresse la main qui note ce jeu.
Il est à peine besoin de faire remarquer l'art avec lequel l'écriture pianis-
tique de Children's Corner s'accorde avec son sujet. Point ou presque pas de
virtuosité, un souci délicieux des teintes et des nuances, une sorte de perfection
fragile du métier qui s'égale à la délicatesse de la pensée.
L'année 1909 et le début de 191 0 sont occupés par 1 'orchestration de la
troisième série des 1 mages, et par la composition de quelques mélodies; deux
courtes pièces seulement, durant ce temps, augmentent sans l'enrichir, la pro-
duction pianistique de Debussy et séparent la publication du Coin des enfants
de celle des Préludes.
La première, intitulée Sur le nom d' H aJ)dn, était destinée à un supplément
musical de la revue S.I.M. paru en 1909, et qui; sous le titre général
d'Hommage à H aJ)dn, réunissait six esquisses dues à la collaboration de
Debussy, Dukas, R. Hahn, V. d'Indy, Ravel et Widor. Une sorte de calem-
bour musical, conçu selon la tradition allemande, en identifiant à des notes les
lettres du nom de Haydn, fournissait le thème initial de ces pièces. Celle de
Debussy est aimable et ingénieuse, sans plus, et, du reste, sans prétendre à
davantage.
En 191 0, paraît une valse, La plus que lente, mi-parodique, mi-sérieuse,
et, à coup sûr, totalement insignifiante. Mais dans la même année qui voit
éclore cette fleur indigente, le génie de Debussy s'affirme plus sensiblement
inventif, plus sensible et plus divers qu'il ne l'a encore été, avec la publication
du premier livre des Préludes.
La conception romantique du Prélude, telle qu'elle naît dans l'imagination
frémissante de Chopin, expression ardente et ramassée d'un sentiment humain
142 LA REVUE 1\IUSICALE
qui n'a· d'autre contrainte que la limite même de son tourment ou de son exal-
tation, ne devait convenir à Debussy que transposée selon les exigences d'un
art plus objectif et d'une sensibilité moins impulsive.
Non qu'il ignore les accents pénétrants d'une musique par quoi se livre un
douloureux secret, ou qu'il néglige le pouvoir tumultueux et angoissant d'un
paroxysme sonore : Des pas sur la Neige, ou Ce qu'a vu le vent d'Ouest, en
témoignent d'une manière suffisamment convaincante, mais il n'abandonne point
pour cela le contrôle exact de son émotion, et, lorsqu'il entend provoquer la
nôtre, ce n'est pas par le moyen fiévreux d'une inspiration passionnée.
Il s'efforce, au contraire, dans ses dernières œuvres, à cette réserve appa-
rente du sentiment, qui détermine, non seulement le caractère personnel de sa
musique de piano, mais encore le plaisir particulier qu'elle nous procure.
Elle sollicite doucement notre réceptivité, l'invite par le choix savant des
sujets à un effort délicat qui est presque de la collaboration et se satisfait d'une
faible impulsion, dont elle sait que notre imagination multipliera l'élan.
Adapté à cette nouvelle modalité expressive, le Prélude, avec son caractère
d'improvisation, la valeur poétique de son raccourci, sa docilité à traduire toutes
les idées musicales sans leur imposer les rigueurs d'un développement préétabli,
devait offrir à Debussy les ressources d'une forme particulièrement favorable
à la réalisation de ses tendances. De fait, aucune des œuvres de piano n'a
reflété plus fidèlement que les Préludes la fraîcheur et la diversité d'un art
dont le pouvoir évocateur paraît s'être encore affiné.
On a déjà tenté à diverses reprises, en France et en Italie principalement,
le commentaire des Préludes. Nous ne pensons pas que la crainte d'une ren-
contre inévitable de sentiment ou d'expression avec ces essais excellents doive
interdire une nouvelle analyse de l'ouvrage pianistique le plus significatif de
Debussy, et, f!n nous excusant des redites qu'y pourra trouver le lecteur, nous
souhaitons qu'à défaut d'autres qualités elles témoignent du moins de la sûreté
descriptive d'un procédé musical qui suscite un accord si remarquable.
Les notes suivantes ont trait aux douze Préludes du premier livre :
Danseuses de Delphes; graves et silencieuses, elles évoluent au rythme lent
des harpes, des sistres et des flûtes. Et dans l'ombre mystérieuse du temple, où
LA AlUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY 143
,,,_,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,_,,,,,,,,,,,,
traînent les vapeurs lourdes des parfums consacrés, repose, invisible et présent,
le dieu inconnu qui médite les destins.
Voiles; des barques au repos dans le port lumineux. Leurs voiles battent
doucement et la brise qui les gonfle entraîne vers l'horizon, où le soleil s'abîme,
la fuite d'une aile blanche sur la mer caressante.
Le Vent dans la plaine; furtif et rapide, il glisse sur l'herbe rase, s'accroche
aux buissons, échevèle les haies, et parfois, dans la jeune ardeur du matin, d'un
souffle plus brusque, courbe les blés naissants d'une longue vague frémissante.
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir; c'est le trouble alangui
du jour agonisant, les parfums qui rôdent dans la caresse de l'air, les vibrations
confuses que recueille la douce nuit qui marche, et, pour rester dans le sens
de l'épigraphe de Baudelaire, le langoureux vertige, où défaille un cœur,
sans ra1son.
Les collines d' Anacapri: du mouvement dans de la lumière; une vision
ensoleillée des collines de Naples; un rythme vif de tarentelle s' enro:.:le à la
nonchalance d'un refrain populaire; la nostalgie délicieuse et banale d'une
cantilène amoureuse se mêle intensément aux vibrations d'un ciel trop bleu qui
blesse l'animation inlassable et perçante d'une flûte rapide.
Des pas sur la neige; sur le fond triste et glacé du paysage d'hiver dont
Debussy requiert l'évocation sonore, ce sont les faibles traces qui subsistent
encore, après le départ de l'absente et dont chacune éveille douloureusement
le souvenir d'un bonheur qui n'est plus.
Ce qu'a 'VU le 'Vent d'Ouest: à travers les lueurs livides de l'aube, ou dans
l'épouvante des nuits, c'est la terrifiante vision de l'ouragan où, dans les hurle-
ments de la mer déchaînée, passent des cris d'agonie que se rejettent les vagues.
La Fille aux che"Veux de lin,· une tendre paraphrase de la chanson écossaise
de Leconte de Lisle, qui dit le charme et la douceur de la lointaine amoureuse,
« dans ln bruyère en fleur assise ... >>
La Sérénade interrompue: fantaisie nocturne et malicieuse, à la Goya, qui
traduit la passion timide d'un « iiovio », ses chants d'amour sous une fenêtre
close, et ses émms peureux ou rageurs pour un bruit insof:.te ou pour une estu·
diantina qui passe dans la ruelle voisine, sur un rythme de guitares, nerveux
et cambré, qui se trouve déjà dans /beria.
144 LA REVUE MUSICALE
La Cathédrale engloutie; une légende de Bretagne raconte que par les
clairs matins où la mer est transparente, la Cathédrale d'Ys, qui dort sous les
flots son sommeil maudit, émerge parfois lentement du fond de l'océan et du
fond des âges. Et les cloches sonnent, et des chants de prêtres se font entendre.
Puis la vision disparaît à nouveau sous la mer indolente.
La Danse de Puck; capricieux, mobile, ironique, aérien, le subtil génie
shakespearien vole, fuit, revient, se joue ici d'un rustre qu'il berne, là d'un
couple qu'il abuse, puis, rapide, s'évanouit.
Minstrels; évocation humoristique et géniale de l'atmosphère de music-hall.
Des pitres anglais se livrent flegmatiquement sur la scène à des évolutions tré-
pidantes, pendant qu'une bouffée de musique sensuelle suggère le charme facile
du lieu de plaisir.
Les douze Préludes du second Livre, édité en 1913, s'inspirent d'impres-
sions de même caractère, peut être un peu plus ténues et stylisées. De plus, la
composition de quelques-uns d'entre eux paraît déterminée par la séduction ini-
tiale d'une combinaison de sonorités à laquelle le sujet vient s'adapter ensuite,
plutôt que par la sensation même que ces sonorités eussent exprimée.
Debussy paraît se préparer ainsi à l'écriture des Etudes où nous le verrons
abandonner la traduction des sentiments et des images pour les seuls agréments
d'une virtuosité raffinée et d'un plaisir musical essentiellement physique.
Mais, malgré les traces évidentes de cet acheminement vers une manière
nouvelle, ce recueil s'apparente si étroitement au précédent par l'unité générale
du style et par la finesse de l'ornement que nous y retrouverons pour les mêmes
causes les mêmes raisons d'admirer et de chérir.
Brouillards; une vapeur de sonorités, en suspens dans la superposition, à la
seconde mineure, de tonalités qui se confondent, prête un aspect irréel, presque
fantômal, à la hgne mélodique qui tente de s'en dégager. Quelques brèves
lueurs, rayons de phare sitôt happés par la brume, et dont le brusque évanouis-
sement rend l'atmosphère plus équivoque et plus incertaine encore .
. Feuilles mortes; le mol et lent tournoiement des feuilles qui se posent sans
bruit sur le sol; la splendeur mélancolique d'un couchant automnal qui semble
porter en lui toutes les émotions d'un long et triste adieu.
La Puer ta del Vino; image ardente et populaire d'un coin de faubourg
LA l\IUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY
espagnol; l'auberge douteuse où les muletiers s'attardent en excitant de leurs
voix gutturales et de leurs secs battements de mains la danse nerveuse et sen-
suelle d'une fille aux cheveux noirs.
Les fées sont danseuses; - c'est, suivant le caprice charmant
d'une virtuosité aérienne, l'envol léger de visions impalpables, le jeu fugace des
reflets, la vie dansante de la flamme, la ronde tourbillonnante d'une fumée,
tout ce qui va se dissolvant sous la caresse de l'air et dans la joie de la lumière.
Bru:yère; la poésie agreste et familière d'un sous-bois où le parfum péné-
trant de la terre se joint au sourd éclat des taches violacées.
General Lavine eccentric; l'exactitude ironique et la verve d'un Toulouse-
Lautrec. C'est le fantoche même que nous montrèrent tant de Folies-Bergère
et son habit trop vaste et la plaie vive de sa bouche, que fend la béatitude figée
du sourire. Et, surtout, c'est le sautillement maladroit de sa démarche, que
compliquent les accidents prémédités d'une pantomime burlesque et que rompt
subitement la prodigieuse détente d'acier d'une pirouette.
La Terrasse des Audiences du clair de lune; sous ce titre légèrement her-
métique dont le charme prétentieux a la grâce fleurie de certaines fantaisies
littéraires chinOises, se voile l'une des œuvres les plus profondément musicales,
les plus délicieusement sensibles de Debussy. Une brève exposition du thème
popula1re « au clair de lune », les premières notes seulement, que poétise une
harmonisation délicate de septièmes, et sur quoi semblent venir se poser les
rayons lunaires d'une lente descente chromatique, et c'est tout le trouble amou-
reux des nuits embaumées, et leurs émois voluptueux.
Ondine; pour qui sait la voir, elle surgit à mi-corps, ruisselante, tentatrice
nue, du scintillement calme des vagues qui la bercent. Et, pour qui peut s'en
souvenir, comme elle est attirante et tendre, la voix murmurante qui dit les
trésors de ses palais flottants et la douceur de son amour.
Hommage à S. Esq. P.P.M.D.C.; il n'est point possible de con-
cevoir une adaptation musicale plus spirituelle, non seulement du caractère du
héros de Dickens, mais encore du style même de ce dernier. C'est sa bonhomie
caustique, sa malice savourèuse et chaque mesure de cette pièce est un trait qui
porte, depuis l'emploi comiquement sérieux du Cod save the King, jusqu'au
14.6 LA JlEV UE l\1 USICALE
sifflotement dégagé de la dernière page, en passant par ces alternances de gra-
vité distraite, de timidité et de contentement de soi qui composent la person-
nalité humoristique de Picwick Esq.
Canope; les lignes pensives et douces de cette pièce ont la noblesse même
et le dessin mesuré de l'urne cinéraire antique qui lui sert de symbole. Et ce
chant douloureux et tendre, qui gémit ainsi par la voix d'une flûte languissante,
dit l'inextinguible amour de l'ombre adolescente dont le secret tourment dort
ici, dans ces cendres légères, d'un sommeil sans oubli.
Les Tierces alternées; l'argument technique, renouvelé des clavecinistes,
qui donne naissance à cette fantaisie, a été utilisé par Debussy avec une ingénio-
sité charmante. Il lui est un prétexte non seulement au divertissement des sono-
rités, mais encore à la grâce féline du geste qui les fait naître. Il jongle avec cet
intervalle rond de la tierce, comme un chat avec une pelote, le fait rebondir,
l'envoie dans un coin, puis, après un moment d'indifférence apparente, d'un
brusque coup de patte, le ramène dans le jeu.
Feux d'artifice; ce dernier Prélude est un enchantement de virtuosité évo-
catrice. Vapeurs dormantes des flammes de Bengale d'où se détachent des
étincelles solitaires, grésillement des fusées, lentes descentes paraboliques des
étoiles, ronronnements des soleils, éblouissements des bouquets multicolores,
tout ce qui scintille et qui brille dans la nuit, toute la féerie des lumières, est
dans cette musique. Et, par une coquetterie de peintre qui soigne sa mise en
page, Debussy glisse dans les dernières mesures, quelques notes de la
Marseillaise qui sont toute la poésie populaire des soirs poussiéreux des
14-Juillet.
Nous voudrions, en passant, noter la disposition typographique assez peu
usuelle employée par Debussy dans les deux livres des Préludes, qui consiste à
ne mentionner qu'à la fin de chaque pièce le titre qui lui est affecté, comme s'il
paraissait désirer que le plaisir du lecteur soit de deviner le sentiment qu'il décrit
musicalement et que, de la vérification d'une sensation juste, naisse une sorte
d'épanouissement intime. C'est là une tactique graphique à la Mallarmé, qui
s'inspire avec évidence du plus pur symbolisme et dont l'artificiel pouvoir ne peut
être que de bien minime durée.
Une autre remarque encore, les Préludes ne sont pas dédiés. Les dédicaces,
LA llUSIQUE POUll PIANO DE DEBUSSY 147
11111'11111'111111111111111111'1'111'11'1111'1'111'11'1'11111111'111111'111'1'1111'11'111'11
du reste, sont rares chez Debussy. Il faut y voir un nouveau signe de sa réserve
un peu hautaine, mais non d'indifférence ou d'orgueil; il n'allait pas comme
certains de ses contemporains jusqu'à se dédier ses œuvres à lui-même, pour se
prouver l'estime dans laquelle il se tenait, mais il ne consentait à en faire hom-
mage que pour prouver des liens spéciaux de tendresse, d'admiration ou
d'amitié. Les dédicaces des Sonates ou de C lûldren' s Corner, l'Hommage à
Rameau, les noms d'intimes tels que J.-E. Blanche, le graveur Charpentier,
Louis Laloy, Ricardo Vinés qui fut le premier interprète de la plupart des
œuvres pour piano, ou bien encore celui de Chopin qui figure en tête des
Etudes, établissent la délicatesse et la sûreté de son choix.
Il ne peut être question d'assimiler aux œuvres pour piano proprement dites,
le délassement espiègle et charmant qui a nom la Boîte à joujoux, ballet pour
enfants, en cinq tableaux, que Debussy écrivit en 1913, d'après le texte et les
compositions en couleurs d'André Hellé. Cette musique mobile, qui accom-
pagne et précise des événements puérils, ne saurait se priver du concours de la
pantomime qu'anime de ses émois artificiels et de son existence fictive la troupe
naïves des jouets enfantins.
Mais c'est un plaisir exquis que de suivre pour soi-même la fantaisie musi-
cale et l'invention spirituelle de cette partie de piano, qui, sans excéder jamai:s
les limites sonores d'un discret commentaire, vit à la façon d'un orchestre aux
couleurs amusées, et se divertit à chaque mesure de sa propre malice.
La guerre trouvait Debussy déjà cruellement atteint d'un mal inexorable
qu'il dissimulait avec cette sorte de froideur distante qui n'était pas le trait exté-
rieur le moins singulier de cette nature dont toutes les réactions artistiques décè-
lent la sensibilité frémissante.· La hantise douloureuse des événements, plus en-
core que la maladie, devait ralentir une production qui n'aimait à s'inspirer que
des joies déliées et subtiles de l'esprit, autant par choix que par élégance native.
Cependant deux pièces sont directement nées de l'idée de la guerre; l'une
en décembre 1914, écrite originalement pour piano et orchestrée ensuite, inti-
tulée Berceuse héroïque, et dont la dédicace est la suivante : pour rendre hom-
mage à S. M. le Roi Albert 1•• de Belgique et à ses soldats; et l'autre pour
chant et piano, Noël des enfants qui n'ont plus de Maison, en 1915. La Ber-
ceuse héroïque est une page émouvante et grave, digne du sentiment qui la dicte
148 LA REVUE lUUSICALE
et où, dans une atmosphère dont la simplicité tragique fait parfois penser â
1\-loussorgsky, résonne noblement cette Brabançonne, dont la voix, autrefois
familière et modeste, devint la voix sublime d'un peuple qui se hat.
Un travail à la fois musical et patriotique assez inattendu et qui sans la
guerre n'eût probablement pas retenu l'attention de Debussy, allait également
occuper une partie de ses derniers mois d'existence en attestant, une fois de plus,
son goût pour les choses du piano. Sollicité par Jacques Durand de collaborer,
par une révision de. texte, à une édition française des classiques de la musique
destinée à remplacer les collections étrangères, il fit choix de l'œuvre de Chopin,
pour lequel il professait, depuis le temps de ses études de piano au Conservatoire,
un culte qui ne s'était jamais renié, même à l'époque où le sens d'une opportunité
élégante commandait aux musiciens, que l'on qualifiait d'avancés, de négliger
des tendances que n'abritaient point l'ombre formidable du wagnérisme.
Il ne faut point chercher, dans cette révision, de notes analytiques, de con·
seils d'interprétation, de modifications de doigtés, non plus qu'une indication
quelconque fleurant la pédagogie. Debussy avait pour ce genre d'observations
parasitaires une aversion qui n'excluait pas le dédain et dont la préface des
Etudes est un témoignage piquant.
Mais il s'attache à la saveur harmonique délicate, à la pureté du dessin
mélodique, et ses corrections, si elles ne sont pas toutes ordonnées par une con·
naissance exacte et approfondie de l'œuvre de Chopin, reflètent du moins un
amour sensible de son génie. On se plaisait à dire du reste dans l'entourage de
Debussy qu'il jouait du piano comme Chopin. Et de fait, son toucher était
délicieux, facile, doux et enveloppé, fait pour les nuances fines et pour l'inti·
mité. sans heurts ni cassures; il se servait de la pédale et principalement du
mélange des pédales avec un art infini, et, de même que Chopin, il aimait les
claviers dociles jusqu'à la mollesse. Mais ce sont là concordances purement
extérieures et ce qui faisait la personnalité profonde du jeu de Chopin ou de
Debussy n'était sans doute point seulement question de sonorité.
Les douze Etudes pour piano sont contemporaines de cette révision, étant
LA MUSIQUE POUR PIANO DE DEBUSSY flW
11111111111111111111111111;11111111111111111111111111111JIIIIIIIIIIIIIIIII
écrites pendant l'été de 1915, et leur dédicace « à la mémoire de Frédéric
Chopin », montre bien l'intérêt que Debussy avait pris à ce commerce intime
de plusieurs semaines avec la pensée et les œuvres du musicien polonais.
Ce sont de réelles études de virtuosité dont chacune traite exclusivement
d'une difficulté particulière, à savoir dans le premier recueil : pour les « cinq
d o i g t ~ », pour '!es tierces, pour les quartes, pour les sixtes, pour les octaves,
pour les huit doigts; et dans le second livre : pour les degrés chromatiques, pour
les agréments, pour les notes répétées, pour les sonorités opposées, pour les
arpèges composés et pour les accords.
Debussy semble établir ainsi, de même que Liszt et Chopin l'avaient fait
dans des œuvres et selon un dessein analogues, la somme des procédés technique3
dont l'intelligence est nécessaire pour l'interprétation pianistique de sa musique.
Mais de chacun de ces secs arguments scolaires il extrait une telle diversité
d'effets, il emploie si ingénieusement la musicalité de ces successions d'inter-
valles ou de formules volontairement identiques, il les fait évoluer avec une
telle indépendance d'écriture, un sens si fin de la poésie naturelle du piano,
que, loin de paraître résoudre un problème déterminé, ces études, l'une après
l'autre, donnent l'Impression de traduire, sans rigueur, une mspiration qui ne
pouvait trouver mode plus naturel de s'exprimer.
On y rencontre, avec des combinaisons que les œuvres antérieures nous ont
déjà rendues familières et où s'inscrit, de manière si caractéristique, la person-
nalité de Debussy, toute une gamme insoupçonnée de sensations pianistiques,
d'autant plus frappantes et originales que la suggestion d'une idée littéraire ne
vient plus expliquer ou atténuer leur audacieuse nouveauté.
Et, indépendamment de sa qualité musicale, la seule valeur technique de
cet ouvrage, le premier de cette nature où s'affirment sous l'égide d'un grand
nom les principes de la virtuosité moderne, suffira peut-être à créer à Debussy,
dans la gratitude des professeurs de piano de demain, une place dont son
humour le meilieur et le plus ironique n'eût certes pas conçu sans étonnement
l'importance didactique exceptionnelle.
Telle est l'œuvre pour piano de Debussy. Il convient d'y ajouter quelques .
pièces à quatre mains, comme la savoureuse Marche écossaise des Comtes de
:HW LA REVUE 1\IUSICALE
Ross, écrite en 1891, orchestrée vers 1908, la populaire et charmante Petite
Suite, éditée en 1894, dont une adaptation orchestrale existe également, mais
non de la main de Debussy, et Six Epigraphes antiques, parues en 1915,
parentes mineures de certains des Préludes. Trois morceaux pour deux pianos,
réunis sous le titre de En Blanc et Noir et composés au milieu de 1915, plus
une composition peu importante D'un Cahier d'esquisses à deux mains, paru<!
en 1903, à Bruxelles, viennent clore cette liste d'œuvres conçues avec amour
pour un instrument que la plupart des compositeurs français, depuis l'événement
wagnérien, délaissaient au profit de traductions sonores plus retentissantes.
Le tranquille et persuasif exemple d'un Claude Debussy ou d'un Gabriel
Fauré, confiant à l'intimité du piano la traduction de leur émotion ou de leur
fantaisie, à cette époque d'exaltation où la musique paraissait ne pouvoir
s'exprimer que par les voix multipliées de l'orchestre et selon les exigences
dramatiques ou philosophiques d'un rite consacré, n'a pas servi qu'à démontrer
l'originalité délicieuse et sans effort de leur esprit. En redonnant aux jeunes
musiciens de notre pays le goût de cet art à la fois vivant, sensible, intelligent
et mesuré, qui vaut par la qualité plus que par le nombre, qui, pittoresque,
impulsif ou confidentiel, est toujours ordonné par un sentiment exquis des pro-
portions, et qui, en se jouant, renouvelle et la forme de la composition et le
caractère de l'instrument, l'auteur des Préludes et des /mages a bien mérité
cette gloire qu'ïl préférait, semble-t-il. à toute autre, de demeurer dans no3
mémoires fidèles, Claude Debussy, musicien français.
ALFRED CORTOT.
LE THÉATRE
DE CLAUDE DEBUSSY
Le 30 avril 1902, le théâtre de l'Opéra-Comique représentait pour la
première fois Pelléas et M élisande; date mémorable, car en ce jour nous fut
révélé un drame lyrique où la plus juste expression des sentiments concordait
constamment, par une sorte de prodige, avec la plus parfaite harmonie.
Depuis son origine, qui remonte, comme on sait, à l'Italie du seizième
siècle, le drame lyrique avait tenté d'accorder ensemble ces deux nécessités,
sans jamais complètement y parvenir. Monteverdi est le seul musicien qui avant
Debussy soit arrivé à unir ce que tous les autres, dans l'intervalle, vont séparer;
encore n'est-ce pas sans sacrifier un peu l'un des deux éléments de la composi-
tion : dans ses premiers ouvrages, tels que l'Orfeo, l'expression, dans les d e r ~
niers, comme le Couronnement de Poppée, l'harmonie. Après lui, on ne trou-
vera d'autre moyen, pour adapter la musique au drame, que de diviser l'ouvrage
en deux parties : l'une, où la musique sera dominée par le discours, l'autre où
elle s'en affranchira. D'un côté le récitatif, sous quelque nom qu'on le désigne;
de l'autre, des airs de chant ou des morceaux d'orchestre aux formes aussi arrê-
tées que si l'auteur les eût destinés au concert, non au théâtre. Rameau, plus
symphoniste, Gluck, plus dramatique, ne s'affranchissent ni l'un ni l'autre de ce
partage, non plus que Mozart, Beethoven, ni aucun des auteurs du dix-neu-
vième siècle, jusqu'à Wagner.
Le tourment de l'unité fut en Wagner, et sitôt qu'il se mit à réfléchir sur son
art, il s'efforça d'en fondre et d'en souder ensemble les différentes parties, à
LA REVUE 1\IUSICALE
' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ~ ' ' ' ' ' ' ' ~ ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '
grande peine et grand ahan, comme Siegfried réunissant au feu de la forge les
débris de l'épée paternelle. II n'y a pas toujours réussi, son impétueux génie
s'échappant quelquefois des moules préparés et interrompant la coulée pour
des constructions qui se dressent, isolées, au beau milieu de l'œuvre et s'en déta·
chent aisément : Chevauchée des Valkyries, marche funèbre de Siegfried.
Duo d'amour de la Valkyrie. Incantation du feu, Enchantement du Vendredi·
Saint. II n'y a guère que Tristan et Yseult où poésie et musique soient unies,
selon le vœu de l'auteur, d'une indissoluble et formidable étreinte. Malgré la
différence des moyens et l'opposition des styles, on peut dire en ce sens que
Debussy succède à Wagner, dont il devait cependant détruire l'influence sur la
musique moderne, et que Pelléas et Mélisande peuvent de loin reconnaître
Tristan et Yseult, bien qu'ils soient d'un autre temps, d'une autre race, et n'aient
pas d'innocence.
L'exemple de Wagner n'a certainement pas été inutile à Debussy qui se
pose le même problème, mais le résout par un procédé dont Wagner n'avait
pas et ne pouvait avoir l'idée. Wagner a l'esprit ordonnateur : les matériaux lui
sont fournis disjoints, il les choisit, les façonne et les assemble, de telle sorte
que par exemple un chant qui . n'obéit qu'à la parole soit enchassé en un
orchestre relevé de vigoureux motifs où la musique reprend tous ses droits.
Debussy est intuitif : une mélodie sans accompagnement, un accord sans pré·
paration contiennent toute la complexité des pensées qu'il a su y accumuler par
l'effet d'un patient travail de retouches, pareil à l'ouvrier d'Extrême·Orient
penché sur le morceau de jade qu'il évide. amincit, creuse, amenuise. utilisant
sa résistance même pour lui prêter la molle souplesse des corps vivants ou des
tiges fleuries.
Debussy a eu des précurseurs. Les musiciens français qui vers la fin du
dix·neuvième siècle ont écrit pour le théâtre, notamment Gounod et Massenet,
avaient su s'affranchir des raides cadences du récitatif pour un chant qui, suivant
de plus près les inflexions naturelles du discours, se prêtait aussi à de plus déli·
cates modulations. Mais ils n'usaient de cette forme nouvelle qu'à titre de réci·
tatif encore, entre les airs qu'ils construisaient à la manière ancienne. Les musi·
ciens russes sont allés beaucoup plus loin. L'un d'eux, Dargomyjski, a
composé un opéra entier, le Convive de pierre, sur la prosodie des paroles, sans
LE TIIÉATRE DE CLAUDE DEBUSSY HS3
jamais y introduire une mélodie définie. Moussorgski est parti du même
cipe, mais son profond instinct de musicien lui a fait trouver les accents les plus
justes et les plus mélodieu."X tout à la fois, et Boris Godounov est bien, comme
me le disait un jour le charmant Charles Bordes « le de Pelléas ».
L'œuvre russe est malheureusement inégale, et l'un de ses actes, celui qui se
passe en Pologne, contient d'indéniables banalités. Sans ces défaillances, et
d'assez nombreuses négligences d'écriture que a maladroite-
ment corrigées, Boris Godounov égalerait Pelléas et Mélisande, qu'il dépasse
par la grandeur des caractères et la religieuse élévation des sentiments.
Après Pelléas, que pouvait nous donner Debussy? Un autre Pelléas? C'est
ce (]U' on lui demandait de tous côtés, et le succès était certain. Il refusa, ou
plutôt il se déclara incapable de se répéter. Il avait travaillé dix ans à Pelléas,
de 1892 à 1902. Sitôt l'œuvre jouée, il entreprit de mettre à la scène deux
nouvelles d'Edgard Poë : le Diable dans le Beffroi et la Chute de la maison
Usher. La première donnait lieu à un dérèglement de gestes où pouvait s'exercer
la fantaisie bouffonne qui plus tard animera, dans les recueils des Préludes, les
Afinstrels ou le Général Lavine. La seconde était présentée par le conteur
même sous la torme d'une symphonie de pressentiments, constamment renforcée
jusqu'à la catastrophe qui ramène le calme avec le deuil. Interrompus, puis
repris tour à tour, aucun de ces deux projets ne devait aboutir; les scenarios
seuls furent écrits, la musique n'a jamais été rédigée.
Debussy eût ensuite l'intention de composer un drame musical sur le roman
de Tristan et Yseult, tel que le lui avait fait connaître le livre admirable de
M. Joseph Bédier. Pour les deux nouvelles d'Edgar Poë, il avait voulu se
passer de collaborateurs. Cette fois, il en eut trop. Jose ph Bédier et Claude
Debussy suffisaient. D'autres personnalités s'interposèrent, on perdit des
années à vérifier leurs pouvoirs et à discuter leurs droits, de telle que
l'écrivain et le musicien perdirent patience l'un et l'autre, et l'œuvre à peine
ébauchée fut abandonnée. C'est grand dommage, car on eût aimé voir Debussy
se mesurer avec Wagner, et rendre à la musique de notre nation une légende
que M. Bédier avait déjà réintégrée en sa poésie.
Le MartJ)re de de M. Gabriele d'Annunzio, a été repré-
senté pour la première fois sur la scène du Châtelet le 22 mai 1911, avec la
LA REVUE MUSICALE
musique de Claude Debussy. Le poète italien qui recevait alors l'hospitalité
de la littérature française ne pouvait rendre à l'art musical de notre pays un
plus digne hommage. Pourquoi fallut-il que le spectacle, organisé par une
artiste dont le goût n'a rien de français, succombât sous le faste et la longueur?
Ce n'est que l'année suivante, lorsque la nouvelle partition, dégagée d'un
poème exubérant, fut exécutée seule à un concert de la Société musicale indé-
pendante, que nous en pûmes apprécier la pure et sublime beauté. Tou te fois,
comme il ne s'agissait ici que de musique de scène, l'auteur avait composé, pour
chacun des épisodes qu'il lui avait été réservé de traiter, un morceau particulier,
aussi dégagé de contours qu'exact en ses proportions, et c'est pourquoi peut-être
certains de ses anciens admirateurs, qui attendaient toujours un autre Pelléas,
furent déçus. La vérité est que la musique du Martyre, plus achevée que celle
de Pelléas, n'est pas moins vivante, et rayonne d'une céleste clarté que Pelléas,
tout humain et terrestre, n'a pas connue.
Dans les dernières années de sa vie, Debussy eut l'intention de transformer
en drame lyrique le Martyre de Saint-Sébastien. La nouvelle direction de
l'Opéra l'y encourageait, et M. d'Annunzio donnait fort galamment carte
blanche pour les remaniements et les coupures. Le travail assez ingrat entrepris
sur le texte fut interrompu par une rechute du mal qui devait emporter le grand
musicien. Nous ne saurons jamais sous quelle forme ni de quel style Debussy
eût composé son second drame lyrique, enseveli dans le même mystère qui
recouvre la dixième symphonie de Beethoven.
Il a encore donné à la scène deux ballets : l'un, dont le titre est Khamma,
date de 1912 et appartient à une danseuse anglaise, qui ne l'a jamais dansé;
l'autre est le ballet de feux, écrit sur un scénario de M. Nijinski et représenté
pour la première fois au théâtre des Champs-Elysées le 15 mai 1913. La
musique de ces deux ouvrages est charmante, mais s'apparente plus au poème
symphonique qu'au ballet proprement dit. Enfin, le théâtre du Vaudeville a
mis à la scène, l'an passé, en sa trop brève saison lyrique, l'Enfant prodigue, la
Damoiselle élue et la Boîte à joujoux « ballet pour enfants )), que l'intention
primitive de l'auteur n'y destinait pas.
Louis LALOY.
Autour du Martyre de Saint s :ébastien
Le Laurier blessé! ... Ce titre de la quatrième « mansion » de l'œuvre de
d'Annunzio est celui qui me vient aux lèvres lorsque je songe à la partition
que Claude Debussy écrivit pour ce naïf et subtil mystère. Cette musique avait
la pureté et la noblesse de l'arbre sacré, elle frémissait comme son feuillage,
elle se tendait vers la lumière comme ses rameaux effilés : et elle fut blessée,
cruellement blessée par la foule incompréhensive, par la critique incompétente et
par le théâtre brutal. Cette blessure saigne encore : elle ne se fermera peut-être
Jamais.
Il y a là un grand effort demeuré vain. Cette partition a été marquée, dès
sa naissance, des signes mystérieux du mauvais destin. Tout l'accabla. Les
dieux même tentèrent de la foudroyer. Au nom de l'un d'eux, l'archevêque de
Paris menaça d'excommunication les auditeurs qui auraient l'audace d'assister
à ce spectacle. Et, très docilement, les riches familles catholiques - et même
quelques autres, promptes à saisir cette occasion inespérée de réaliser une éco-
nomie - expédièrent leur valet de chambre à M. Astruc avec mission de récla-
mer le remboursement des loges qu'elles avaient louées pour la Grande Saison
du Châtelet.
Au théâtre, la musique arrivait feuillet par feuillet, hâtivement copiée, cor-
rigée au crayon : Debussy demeurait invisible, enfermé chez lui, écrivant et
retouchant jusqu'à la dernière minute cette œuvre dont quelques intimes avaient
seuls deviné l'importance. La majorité des musiciens affectait de ne voir dans
cette partition qu'un ouvrage de circonstance, une « commande » bâclée en
quelques heures par le compositeur afin de satisfaire au caprice fastueux de
Mme Ida Rubinstein et de Gabriele d'Annunzio. Il fut, d'ores et déjà, entendu
qu'on ne la prendrait pas trop au sérieux.
Cependant, page par page, la partition s'épaississait sur le pupitre des chefs
de service et sa complexité mystérieuse remplissait les exécutants d' une sorte de
terreur sacrée. Ces petits fragments demeuraient assez obscurs pour qui n'en
pouvait apprécier la mise en place exacte dans le texte encore inconnu. Et les
LA REVUE 1\lUSICALE
choristes, en présence de la subdivision en huit parties de la symphonie vocale
des Martyrs, des Anges et de tous les Saints dans le tableau final du Paradis,
échangeaient des regards chargés d'inquiétude. Mais le zèle fervent des quelques
amis de Debussy qu'un hasard bienveillant avait chargés de la direction des
études musicales triompha de tous les obstacles. André Caplet assouplissait
l'orchestre avec cette sorte de placidité obstinée et cette expression à la fois dis-
traite et têtue qui lui sont habituelles. lnghelbrecht sculptait passionnément le
bloc choral avec la foi ardente d'un imagier du moyen âge ciselant la grande
rose d'une cathédrale. Et Marcel Chadeigne, poussant de temps en temps de
petites exclamations d'extase, cherchait à arracher au clavier les secrets de
l'orchestration insoupçonnée.
La réduction de piano ne permettait pas toujours, en effet, de deviner le raf-
finement des timbres dont Debussy allait parer ce vitrail sonore. Investi per-
sonnellement de l'insigne et périlleux honneur de faire répéter les « danses »
d'Ida Rubinstein- qui, dans la banalité d'un palace de Versailles avait trouvé
le moyen de s'aménager un studio mystique ennobli de tous les chefs-d'œuvre
inspirés aux peintres et aux sculpteurs par le supplice de l'archer d'Emèse- je
connus, plus d'une fois, l'appréhension de ne pouvoir extraire du coffret de ces
harmonies à secret les magiques trésors qu'on y savait enclos. Dans la sombre et
frémissante page où Sébastien, amené devant un tapis de charbons ardents « se
tient au bord de la braise comme à la lisière d'une prairie >>, ie clavier est d'un
faible secours pour traduire la « respiration titanique >> des « engins de bois,
de cuir, de fer et de vent » qui halètent autour du feu, sous l'effort des esclaves
éthiopiens. Mais, à l'orchestre, cette musique se met soudain à entrer en ignition,
à rougeoyer, à devenir incandescente, à émettre des étincelles crépitantes et à ::e
couronner de petites flammes bleuâtres qui sifflent comme des serpents irrités.
Nous nous tenions donc « à la lisière n de cette partition, attentifs et
recueillis, dans l'attente du prodige. Le miracle se réalisa, un matin de mai, au
foyer du théâtre, où l'on avait organisé une répétition à l'italienne. jusqu'alors,
l'orchestre avait travaillé dans sa fosse et les chœurs avaient construit, isolément,
dans la salle de répétitions du dernier étage, le palais harmonique enchanté dont
l'auteur avait si suavement calculé l'équilibre architectural. Pour la première
fois, les deux éléments allaient être associés. Ils le furent avec une magnificence
Atl TO t: R DU liAilT\' R E DE SAINT S ÉBASTIEN Jü 7
que n'oublieront jamais ceux qui eurent le privilège d'assister à ce premier
tact des voix et des instruments.
Les artistes, généralement blasés sur ce genre de cérémonies, étaient, ce
réellement émus. Debussy était venu assister à cette expérience. L'œuvre
était si étrangement imprégnée de magie qu'on n'osait la traiter familièrement.
Elle fut dépliée et déroulée devant l'auteur avec une vénération et un respect
surprenants. Cette exécution fut d'une qualité inégalable. Debussy,
qui avait. à un très haut degré, la pudeur de son émotion, ne put conserver son
attitude habituelle de bienveillance sarcastique et, très ingénument, pleura! Ce
fut, certainement une minute unique dans sa vie d'artiste. Jamais, peut-être, il
n'avait assisté à une incarnation aussi parfaite de son rêve ! Il faut avoir entendu
ce jour-là la partitiOn complète du M art:yre de Saint Sébastien pour savoir tout
ce qu'elle contient de talismanique et de surnaturel. Car cette magnifique
sation devait être sans lendemain! ...
La musique descendait, en effet, sur le plateau, quelques heures plus tard;
et là, elle recevait les premières flèches qui devaient inaugurer son martyre. Les
exigences tyranniques d'une mise en scène, d'ailleurs fort belle, allaient
siner lentement. Armand Bour, inquiet, nerveux, tourmenté, exilait
quement de ses foules grouillantes ces choristes figés, uniquement préoccupés de
ne pas perdre de vue la baguette du chef d'orchestre. Il cherchait à se
rasser de ces poids lourds qui compromettaient ses plus saisissants « mouve·
ments » d'ensemble. On les parquait dans la coulisse, derrière un portant, on les
enterrait entre deux praticables géants, on les chassait de partout.
Les chefs de chant, affolés, s'efforçaient de rassembler les débris épars de
leurs troupes, de les grouper, de les étayer l'un par l'autre. A la mode russe,
ils avaient revêtu des costumes de figurants pour se mêler à la foule, sur la
scène, glisser ici une indication de mesure, murmurer là un avertissement d'at-
taque, souffler dans une oreille une intonation difficile ...
Mais l'excellent peintre Léon Bakst veillait. L'œil il étudiait
le groupement de ses merveilleux costumes. Et, dès qu'une pause le permettait,
il allait prendre doucement par le bns un guerrier, une femme de Byblos, un
archer ou une esclave, et les conduisait discrètement à l'autre extrémité de la
scène, dans un groupe tout différent, pour faire, avec simplicité, un
L.\ REVUE llUSICAL E
« rappel de jaune >> de vert ou de violet. En quelques instants le délicat équi-
libre des chœurs était rompu. Les soprani se trouvaient dispersés au milieu des
basses, les ténors craintifs étaient disséminés dans tous les coins de l'immense
plateau : les malheureux choristes, isolés et noyés dans cette foule étrangère, ne
se sentant plus les coudes et ne s' entendant plus mutuellement, n'osaient plus
se lancer dans l'exécution de leur difficile partie!
C'est dans ces conditions paradoxales que fut exécuté ce chef-d'œuvre qui
aurait eu besoin, au contraire, d'une présentation musicale exceptionnellement
minutieuse. Il ne faut donc pas trop s'étonner de l'incompréhension manifestée
par le public en présence de cette révélation par trop incomplète.
Depuis, on a entendu, une seule fois, dans un concert de la S. M. 1.,
cette admirable musique de scène supérieurement mise en valeur p!lr D.-E.
lnghelbrecht, le meilleur chef d'orchestre debussyste de l'heure présenle. De
temps en temps, Chevillard, Pierné ou Rhené-Baton exécutent la suite sym-
phonique tirée de la partition, mais cette suite ne rend pas l'atmosphère
exceptionnelle de l'ouvrage. Elle ne produit généralement qu'une impression
terne et lointaine. La trompette cherche en vain à remplacer les voix absentes.
On n'entend plus se construire, des basses aux soprani, ce magnifique escalier
d'appels mystiques dont les marches montent jusqu'au ciel; les jumeaux
Marc et Marcellien ne jettent plus leur double cri de lumière à l'heure du
miracle et l'on ne voit plus se dresser, au dessus de l'orchestre, comme des lys,
les « sept témoins de Dieu n dont le chant pur planait avec une indicible
majesté. On a perdu les noirs enchantements de la Chambre M ~ g i q u e et son
scintillement polytonal qui a la valeur d'une prophétie; la voix de la Vierge
Erigone qui laisse flotter sa mélodie dans les airs comme une écharpe aban-
donnée; la mélopée demi-nue, si émouvante de la Vox cœlestis; les plaintes
sensuelles des femmes de Byblos qui roucoulent de douleur et d'amour comme
des colombes blessées et ce flamboiement grandiose du Paradis avec son furieux
acte de foi et sa sauvage allégresse de psaume ...
Le Marty;-e de Saint Sébastien est un chef-d'œuvre qui n'a pas encore été
révélé. Il est tout entier à découvrir. Debussy a écrit ce jour-là son Parsifal.
Mais ce Parsifal attend toujours son Bayreuth! ...
Emile VUJLLERMOZ.
Du temps d'Achille ...
Sous son masque farouche aux traits purs, il cachait, comme en ayant honte,
une sensibilité âpre et particulière, celle dont nous retrouvons, à chaque pas de
son œuvre, l'aveu divin.
J'ai l'orgueil de l'avoir connu mieux que personne. C'était un cœur d'enfant,
fier d'une jolie cravate plus que d'un compliment sur son génie, dont, d'ailleurs,
il ne doutait pas, mais qui lui paraissait chose si naturelle qu'autant valait n'en
point parler, - sinon d'une certaine manière, un peu rude, que nous savwns
bien, nous qui l'avons aimé avant qu'il fût adoré.
« - Tu as travaillé? - Non. - Un peu? - Très peu. - Ça va?
- Pas mal, et toi? - Tu sais, si c'est encore sublime, tu nous embêtes; ça
devient cramponnant. - Idiot, va! »
Je le vis pour la première fois, sur le coup de mes onze ou douze ans, à
un dîner chez le poète Vaucaire, où mes parents m'avaient emmené. II s'appe-
lait alors Achille ... Son aspect assyrien, son teint noir, son parler martelé, son
nom mytholog1que me firent peur. Il revenait de la Villa Médicis, d'où il
s'était évadé comme d'une prison, car il ne put supporter jamais aucun maître,
sauf Mozart, et, longtemps, il faut le dire, Wagner ... bien que depuis!... -
Mais alors!... - Il en joua ce soir-là : du Tristan (oh 1 sa façon cuivrée de
JGO LA REVUE MUSICALE
' ~ ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '
prononcer« Brangœne »,je l'entends encore!), la fin de la Walküre, l'incan-
tation du feu, - puis, le prélude de Parsi/al.
Imaginez ce que ce put être l Lui-même restait ému et silencieux. Puis,
se tournant vers moi tout à coup :
- « Et alors, mon petit ami, ça vous plaît? Bien, très bien. Il faut aimer
très jeune les très belles choses. Comme ça, on a plus de temps pour s'en
dégoûter. >>
Simple boutade; son wagnérisme semblait alors incrusté. Etant pauvre,
il voulait faire à pied le voyage de Bayreuth!
On lui demanda de jouer du Debussy. - « Ce sera pour une autre fois,
~ i vous le voulez bien, répondit-il. Mais nous tenons aussi l'article Carolus
Gounod! >> - Et de chanter à tue-tête
F ailes-lui mes ave-û ...
Portez mes 'Vœ-iÎ...
Et de s'asseoir sur le piano.
Il avait entrepris, avec Vaucaire, une adaptation musicale de Comme il
'Vous plaira, qui ne vit jamais le jour. De même, plus tard, avec Mendès, une
Chimène, dont il avait écrit deux actes sur trois (je crois). Mendès vint le
trouver : - « Enfin, ce dernier acte? >> - « Voici les deux premiers! » Et
il les déchira. - « Ce n'est pas mon affaire. »
Le théâtre l'avait toujours sollicité. Il devait n'y trouver enfin sa - v o i ~
qu'avec l'admirable Pelléas, qu'il mit près de quatre ans à composer.
Car il avait l'inspiration aisée, mais l'exécution soucieuse. Un détail l' achop-
pait. Et il restait des nuits à guetter la nuance, comme un fauve en arrêt.
Cinq actes' résolus ne valaient pas pour lui, sur le moment du moins, tel accord
de neuvième bien tapé.
- « Ça, ça y est!... » Il souriait, dans sa barbe frisée ...
Cette minutie, il ne l'avait pas seulement dans sa musique, mais dans ses
lettres, dans sa manière de s'habiller, de s'exprimer. Mon admiration pour
lui était si fervente que je le jugeais incomparable dans tout ce qu'il lui
DU TEMPS D'ACHILLE HH
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ~ , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
plaisait d'entreprendre, et j'eus l'idée étrange de le prier d'être mon premier
professeur ... d'art dramatique! Ce qu'il accepta volontiers. Il me donna, pen-
dant environ dix-huit mois, deux leçons par semaine. Il était pourtant bien
tout le contraire du « métier », et sa façon de filer une scène, d'amener une
entrée, de camper un effet, procédait peu de la technique rigoureuse d'un
Scribe ou d'un Sardou. Mes débuts s'en ressentirent assez cruellement. Je me
souviens de l'effarement d'Antoine à l'audition de trois actes ainsi élucubrés,
et où il y avait de tout, sauf de ce qui fait « une pièce ». Mais cela nous
paraissait la chose méprisable. Antoine me suggéra quelques retouches, fon-
damentales, il est vrai. Debussy, qui n'avait jamais porté à l'essor du Théâtre-
Libre qu'un médiocre intérêt, ne voulut rien entendre quand je lui en parlai.
C'est dans cet esprit que nous commençâmes en collaboration une féerie qui
devait avoir quatorze tableaux, mais n'alla pas au delà du titre : « Les Mille
et une Nuits de n'importe où et d'ailleurs >>, - et une satire dramatique, dont
nous écrivîmes deux scènes. Cela s'appelait : « Les F. E. A. » (les « Frères
en art »). C'était l'histoire d'un méchant peintre, comblé d'honneurs, qui avait
trouvé le moyen - à l'aide d'une ligue fondée par lui (les F. E. A.) et dans
laquelle il avait toute autorité - d'étouffer les talents naissants et de mettre
à mal une jeune esthète, femme de son élève favori. Ce plan fut conçu dans
l'enthousiasme ... et sans péché, car, au plus beau moment de la Scène III. sur
un simple regard échangé, suivi d'un silence, puis d'un sourire simultané, le
manuscrit se referma comme de lui-même et les dix feuilles noircies glissèrent
à jamais dans le tiroir aux oublis poudreux l Je les y ai retrouvées récemment,
dans leur mélancolique chemise bleu pâle, près de la page-titre de notre illu-
soire féerie et d'un paquet de souvenirs de mon cher Debussy.
J'étais resté pour lui toujours le gosse qu'il avait rencontré jadis; d'où la
spéciale tendresse qu'il voulut bien me témoigner jusqu'à la fin. J'avais droit
de blague. - « Toi, lui dis-je un soir, toi qui crânes, tu seras tout de même
décoré ... Oui, mon prince ... et ça te fera plaisir ... et tu seras de l'Ins-ti-tut! »
Il se mit à rire de si bon cœur que, piqué au vif, je n'hésitai pas à lui propo·
ser la gageure Il me signa, séance tenante, trois lignes à peu près ainsi rédigées:
- « Je m'engage à ne jamais accepter la décoration et à ne faire, sous
IG2 LA REVUE
aucun prétexte, partie d'aucune académie. Paris, le ... Claude Debussy. »-Six
mois plus tard, il avait le ruban rouge, et il le porta. Et comme il eùt raison,
puisque ce petit ruban, c'était Pelléas! .
Ah! l'apparition de Pelléas, quelles minutes! et aussi quelles angoisses ...
Debussy apportait parfois, dans ses jugements sur autrui, une sévérité qu'il
avait pour lui-même, et, comme il ignorait l'hypocrisie, il n'ignora point les
inimitiés. Le chef-d' œuvre fut écouté sans indulgence, le cinquièmé tableau
« sans patience ». Debussy, d'assez méchante humeur, s'était barricadé dans
le bureau d'Albert Carré, comme dans un fort. Je l'y découvris, nous descen-
dîmes faire quelques pas dans la rue ... parler d'autre chose ... Le lendemain,
une presse grise, polie, la pire injure 1 Je vois encore, à la « troisième », le
chanteur populaire Paulus quitter la salle en rigolant!... Ce fut le premier
signe certain de la victoire. Huit jours plus tard, l'auteur, peu connu jusqu'alors,
- sauf d'une « chapelle », - était illustre, Pelléas était consacré.
Il eût fallu ne pas chérir Debussy comme je le chérissais pour ne point
éprouver, dès lors, l'impression trop certaine qu'il nous échappait. Lui, sut ne
pas changer; mais, malgré lui, malgré nous tous, sa définition devenait autre.
Des gens surgirent, que l'on appela les debussystes; - et nous, les vrais,
les debussystes de toujours, nous ne correspondions plus qu'à un vague passé
qui avait perdu sa raison d'être. Chose curieuse, notre Claude, encore si
jeune et si ardent, prenait comme une sorte de patine et cessait de se ressembler.
On ne se disait plus les mêmes choses; ce n'était plus un dieu, c'était un
maître. Le génie s'estompait derrière la gloire ... Et cette gloire ne nous donna
point tout ce qu'alors qu'elle nous paraissait chimérique, nous en avions espéré.
Vingt concerts s'arrachaient ses œuvres, son nom reluisait sur cent affiches
et aux quatre pages des journaux. L'Institut lui était ouvert, s'il l'eût voulu;
et combien de fois, à ce propos, n'ai-je pas songé à la deuxième partie de
notre pari L.
DU TEIIPS 163
11111111111111111111111111111111111'1.1'1111111111111111111111111111111111111
Où était-il, le Debussy de ma toute jeunesse, qui jouait mal au jacquet,
où il montrait d'ailleurs un délicieux caractère détestable, - affreusement au
tennis, qu'il prati_guait d'une main de pianiste et d'un pied lourd? ... Il n'avait
plus le temps, harcelé de reporters, d'éditeurs devenus friands, d'idolâtres
odieux, - bien qu'il les évinçât, - de jouer mal à quoi que ce fût. L'enfant
terrible se devait désormais à lui-même de faire bien tout ce qu'il faisait. Il eut
le courage, auprès d'une femme aimée, de s'exiler, et, ne pouvant plus être à
ses amis, de n'être plus qu'à son travail; mais il avait créé, sans le vouloir,
une formule, et cette formule l'encerclait! Sa production se fit plus lente ...
Il s'était arraché au monde; mais un monde l'arrachait à nous.
Des mois passèrent. Il m'écrivit une fois, en 1914, lorsque se joua ma
première pièce, Chiffon, dont je lui avais soumis l'idée originelle, qu'il
approuva ... Puis des années ... Et puis, la guerre!... Je devais le revoir une
fois encore.
Ce fut le 12 mai 1915, le jour de l'Assemblée générale de la Société des
Auteurs et Compositeurs dramatiques, où je fus bien étonné de le rencontrer.
C'était jour d'élections. Je n'oublierai jamais son beau sourire : « - Te
voilà! ... » Il était coiffé d'un « melon » noir, comme jamais jusqu'alors il n'en
avait voulu porter. - « Qu'est-ce que tu fais ici? >> lui demandai-je. - « Je
suis venu voter pour mon ami André Messager » (car il aima toujours profon-
dément Messager et se plaisait à dire tout ce qu'il lui devait pour la produc-
tion en public de Pelléas); - « mais, maintenant que c'est fait, on s'en va,
hein? On va un peu bavarder. » Ah! si je vins l Et quel souvenir! ... Q11el
magicien!... Dès la première minute que je fus près de lui, je ne respirais plus
le même air, je ne voyais plus, je n'entendais plus les mêmes choses ... Mais on
le sentait déjà très souffrant. La conversation tomba sur ses thuriféraires. Je
puis dire qu'elle « tomba dessus » 1 - « Ecoute, Claude, risquai-je au
moment de nous séparer, les debussystes m'agacent » ... - « Moi, ils me
tuent! » me répondit-il. Mot si profond! Il savait bien que les debussystes
le dépasseraient; mais il eût dû savoir que, même dépassé, il ne serait jamais
surpassé.
164 LA 1\EVUE .llfUSICALE
Nous nous quittâmes en nous jurant de nous écrire pour prendre rendez-
vous, ou de nous téléphoner. Mais tous deux trahîmes le serment.
Deux ans plus tard, me présentant à mon tour à cette même Commission
des Auteurs, je lui écrivis pour lui demander sa voix. Le lendemain de mon
élection, je recevais la lettre suivante
« Mon cher René,
<< Si tu veux bien te souvenir de notre belle amitié, tu dois aussi te rappeler
« ma haine de l'écriture. Je n'ai pas changé, puisque tu dois rn' excuser de
« n' avoir pu me rendre aux élections du 16 mai... endroit charmant où les
« odeurs sont fortes comme celles des capitaines vainqueurs.
« Pour l'histoire : J'ai été un an et demi très rnàlade, et j'ai conservé de
« cette maladie une prodigieuse inactivité.
« Mais ... ne pas cultiver une vraie amitié est peut-être le plus sûr moyen
« de la conserver, - a dit Scipion le cynique, que personne ne connaît, pas
« même ton vieux fidèle, quoique un peu défraîchi
« Claude Debussy >>.
Et c'est fini !.. . Il ne me reste plus de cette grande amitié qu'un monceau
de lettres ... et un petit cylindre de phonographe, où, peu de temps avant la
première de Pelléas, j'avais enregistré, chantée par Debussy, la mort de Méli-
sande ... Hélas! à force d'avoir sollicité son harmonieux secret, j'ai usé la cire
précieuse .. . la voix s'est tue!... Peut-être, une fois encore, comme un écho
mourant, pourra-t-elle se faire entendre ... peut-être s'est-elle éteinte à tout
Jamais ...
Encore un peu de Debussy vivant est-il là?... Je ne veux pas savoir!...
R epose tranquillement dans ton écrin de carton, cher trésor, si près du néant,
et qui es à la fois l'infini!
RENÉ PETER.
Souvenirs
L.es artistes que Debussy voulut bien accueillir dans l'intimité de sa vie
savent qu'il parvenait à concilier un très rare et très pur amour de la Musique
avec les devoirs de l'amitié la plus fidèle. Les articles qu'il a laissés semblent
n'avoir été écrits que pour célébrer la Musique, la servir et tenter de ramener
vers elle ceux dont il signalait les égarements ou les erreurs, d'une parole tou-
jours bienveillante et modeste.
Il demeurait en général silencieux et réservé vis-à-vis de ses interprètes et
ceux-ci avaient également tort de considérer cette attitude comme un blâme
ou une approbation. En réalité son excessive sensibilité ne lui permettait pas
de dire toute sa pensée, s'il n'avait pas l'intuition de s'adresser à un homme
capable de le comprendre. Comme 11 sortait alors de sa réserve, et avec quelle:
netteté il indiquait la façon de réaliserses plus subtiles intentions!
Les rares privilégiés à qui il fut donné d'être reçus, au printemps 1913 au
Théâtre des Champs-Elysées, dans la plus belle maison qui, à Paris, fut
jamais offerte aux musiciens, pour y participer à des travaux qui devaient brus-
quement cesser l'automne suivant devant l'indifférence générale, ont pu voir
Debussy vivre là des « heures d'études tumultueuses et charmantes. ))
Discret et patient pour ses propres œuvres, il les négligeait bien volontiers
pour s'intéresser à celles des Maîtres qu'il vénérait. A l'un des concerts, dont le
programme lui éta1t presque exclusivement consacré, devait être exécuté le chœur
A la Musique de Chabrier; tandis que l'on répétait cette œuvre, Debussy écou-
tait, attentif, au fond de la salle. Peu à peu il s'anime et se rapproche de
l'orchestre, on l'entend chanter, comme malgré lui, de cette voix intérieure si
émouvante qu'il avait à ces moments, il parle soudain et ses avis se précipitent
jusqu'à ce qu'il s'exalte enfin au point d'être devenu celui à qui seul obéissent
musiciens et chanteurs ... Un instant après, il s'excusera, confus de son indis-
crétion ...
Qu'il s'agisse du Freïschütz ou de Boris Codounow, de Bach, de Mozart,
de Beethoven ou de Wagner, sa vigilance affectueuse était toujours prêie à don-
IGG LA REVUE lfUSI'CALE
ncr le conseil ou l'avis, fruits d'une érudition silencieusement formée, dont il
dispensait avec modestie l'enseignement bienfaisant.
L'homme splendidement illusionné qui crut le public capable d'apprécier
le cadeau de la somptueuse Maison de la Musique qu'il était parvenu à ériger
à Paris, dans son amertume pour cette aventure « infiniment triste et désobli-
geante pour l'Art », conservera du moins la satisfaction d'avoir mérité que
Debussy saluât son héroïque erreur comme « un effort qu'il faut joyeusement
« fêter, pour ce que la Musique y est vraiment chez elle et n'a plus cet
« air « invité » qu'on l'oblige si souvent à prendre ».
Jusqu'à la fin de sa vie, et même terrassé par « les retours offensifs ter-
ribles >> de la maladie, Debussy vécut de la Musique, pour la Musique; non pas
dans le dédain hautain du << Maître incontesté >>, mais dans l'ardeur incessante
de la mieux servir : « ... Mon retard vient de ce que je réapprends la musique ...
« c'est beau tout de même! C'est même plus beau qu'on ne le pense dans
« diverses sociétés ... , le total d'émotions que peut donner une mise en place
« harmonique, est introuvable en quelque art que ce soit 1 Excusez-moi! j'ai
« l'air de découvrir la musique, mais, très humblement :c'est un peu mon cas>>.
Si Debussy évitait, sans affectation, les manifestations spontanées qui sur-
prennent un auteur au fond de sa loge à la première audition de son œuvre, il
ignorait aussi la modestie excessive qui n'est parfois qu'une des formes de la
prétention. Au cours d'une répétition, faisant allusion à une récente exécution
de la Marche écossaise, qui avait « occupé un numéro creux » dans un concert
donné par un il'Justre virtuose étranger, et auquel on n'avait pas osé l'inviter
parce qu'il aurait dû y subir le reste du programme, Debussy avoua tristement
n'avoir jamais encore entendu son œuvre, écrite en 1891! La répétition aussitôt
interrompue, la première audition lui en fut donnée, et, très ému, il sut dire après
un silence : « Mais c'est joli 1 >> ...
Il m' est doux d'invoquer une telle mémoire pour inaugurer la maison d'un
ami, mais il m'aurait été moins malaisé de le faire selon mes moyens qui n'ont
jamais su être littérai res. ]'ai essayé d'être, dans le petit cercle mélomane,
l'auditeur attentif qui rappelle parfois un souvenir personnel, laissant de plus
autorisés que lui bien augurer pour Claude Debussy de « la dure mise au point
que le T emps inflige à l'œuvre des hommes >>. D.-E. lNGHELBRECHT.
Le lyrisme intime de Claude Debussy
Comme une impétueuse source n'anime pas ses bords tranquilles sans les
peupler d'échos, où s'éveille et s'éteint la voix des profondeurs- comme elle
baigne et berce au fluide miroir de son onde apaisée, prestige d'ombre et de
1
clarté, l'image qu'ils découpent - ainsi touché par le poète, et le transposant
en musique, un maître des nuances ne « fiance » le rêve au rêve qu'à ce prix
d'ajuster lui-même, au dessin plus strict d'un songe plus calme, sa passion
transfigurée. Ne craignons pas de lui qu'il déborde ses aimables rivages,
qu'il accable de sons - torrent wagnérien - le verbe rébarbatif et offensé.
A peine effleure-t-il d'une haleine de chant des liens de parole à demi dénoués,
que déjà vole entre ses bras la captive « enchantée », tous ses liens changés
en ailes. Et ce langage ailé, qu'ordonnent de concert la parole et le chant,
pour un essor jumeau, fait paraître alors de la voix humaine sa plus humaine
acception : elle traduit un état d'âme- et de grâce- debussyste.
En son art qui nOU$ verse inépuisablement l'ivresse de la sobriété - clas-
sique par la mesure d'une sensible raison, mais classique à la grecque (cette
sérénité parfois tragique du sourire, comme un arc-en-ciel peint l'orage grondant
encore dans la nue, entre les dieux et le monde, ici la tête et le cœur) , Claude
Debussy instaure, ni plus ni moins, son naturel équilibre d'homme. Or, l'homme
t 08 LA RE VUE llUS ICALE
de cet art s'y borne en général à ce don de lui-même dans le style : trait fort
significatif, tel qu'il s'accuse en particulier dans la province lyrique, seul thème
de ces notes.
Infiniment sensible, infiniment expressive chez Claude Debussy, poète et
musicien, la voix humaine l'incite à mille échanges, lui suggère pour elle mille
sortes d'emplois et revêt par son art autant d'acceptions qu'elle traduit d'obiets :
où donc l'entend-on dire - sujet pris pour objet, objet se désignant lui-même
- « je » ? Nulle part, ou presque. Ou alors, partout. Scrupule? Répugnance?
Le fait est là, quelle qu'en soit l'explication. Alors que tout s'évoque de ce qui
intéresse Claude Debussy ou qui le divertit, l'attendrit, l'obsède, le passionne.
le déchire, le console, l'exalte, en ce vaste univers de son lyrisme, lui seul.
toujours présent, lui seul. jamais ou guère, n'intervient de sa personne. Elle
n'en reste pas moins la première, bien sûr! Mais distante souvent et plus souvent
cachée sous des figures d'emprunt, soit qu'elle s'y déguise pour l'agrément de
l'incognito ou la sûreté de l' évasion, soit que prise elle-même au piège fascinant
d'une évocation plus intense, elle s' y absorbe : impossible à localiser dans la
matière par elle animée pour ses jeux divins; non moins impossible à mécon-
naître dans la forme aux effets non pareils de son souffle diffus. Tel un dieu
créateur s'orne et se voile d'une création qu'il habite invisible.
Présumant une aspiration du monde inanimé, parfois il déleste les choses
du poids de leur silence. Moins organe alors qu'instrument, la voix humaine
profère, par la bouche des Sirènes, ce nostalgique appel qu'elles n'énoncent
pas : confidence - on dirait- de l'onde amère au clair de lune et, peu à peu,
on ne sait quel poignant message de la nature à la conscience; ébauche radieuse
d' une insaisissable Aphrodite qui fuit de vague en vague, se balance comme un
espoir, s'évanouit comme une illusion; puis, une fois de plus, berceuse mono-
tone, anonyme fredon de ces êtres élémentaires, toujours en gestation du verbe
où s'articulerait le message.
Avec Pelléas, la voix humaine a charge d'âmes. C'est un souci psychique
et. par surcroît, plastique - le respect, en somme, de l'individualité - qui
prescrit ce mode de déclamation polymorphe, aussi divers, aussi nombreux que
les caractères et les physionomies. Calqué sur l'intonation du discours, ponctué
sur le rythme du geste, il expose d'un coup passions, attitudes, arrière-pensées,
LE LYRISME INTIME DE CLAUDE DEBUSSY IU9
réflexes, jusqu'au tréfonds inconscient des personnages les plus étrangers à
l'auteur. Eh 1 quoi, l'auteur va-t-il s'abolir en ses Elles le ressuscitent
à chaque soufRe qu'elles tirent de sa poitrine; elles le manifestent, on ne i)eut
davantage, en s'adaptant, toutes et chacune, aux modalités d'un style qui est
J'homme même. Cette vie d'art issue de la sienne, il est vrai cependant qu'elle
l'en délivre. S'il a ri, s'il a pleuré pour son compte -égoïste chimère du réel!
- déjà l'expérience ne sert plus qu'à guider l'imagination, qui par elle éclai-
rée, comme l'artiste par l'observateur, se consacre pour lors, sans retour, à
nourrir les fictifs enfants d'un amour désintéressé. Version esthétique, et tout
instinctive, du qui custodit animam suam ...
Quand du drame on passe au mystère, et des hommes aux dieux, quel
contraste dans la forme 1 Par ailleurs, quelle analogie 1 Légère ou grave,
sereine ou terrible, cette mélopée continue, et proprement religieuse, qui naquit
d'un fantôme au tendre paradis de la Damoiselle Elue, s'élève avec aisance
vers les sommets extatiques du Saint Sébastien. Ici encore, pourtant, la pro-
gression marque un détachement. A considérer l'auteur sous l'angle de sa
destinée, nul doute qu'elle ne lui tombe des épaules, avec les oripeaux d'une
gloire qui lui pèse, qu'il dépouille presque avidement. Il n'aura bientôt plus
de regard que pour la divine aventure.
« Entre temps, j'ai écrit deux mélodies avec ce qui me reste de plumes.
Cela vous est dédié et n'est pas que pour vous plaire, mais pour vous donner
une preuve de pensée amicale. J'aurais encore mille choses à vous dire, elles
ne vaudront qu'une fois vous présent. Alors cessera peut-être ce sentiment
insupportable de vivre en des lieux d'exil où rien ne m'attend, où il semble
qu'être quelqu'un ne puisse aller sans cabotinage, et où la musique manque
d'infini. »
Vieilles de trente ans et davantage, ces lignes qui furent jeunes -ne le
sont-elles plus? - marquent un sentiment et une pensée qui se posent et se
lient, dès l'origine du développement visé par notre titre, dans l'esprit de Claude
Debussy; car il est ainsi fait - homme et artiste - qu'il s'éclaire de ce qui
l'émeut, s'émeut de ce qui l'éclaire, parle raison avec ardeur, et brûle avec
sang-froid. Ici un sentiment d'exil et une pensée d'infini communient dans le
170 LA 1\.EVU E 1\1 USICALE
désir d'une musique ainsi faite, elle-même, que - par la pensée apaisant le
sentiment, et par le sentiment échauffant la pensée - elle les accorde harmo-
nieusement. Cette formule s'appliquerait - avec une nuance complémentaire,
la nuance amicale, qui se précisera plus loin - à l'ensemble des efforts que
représente l'œuvre de Claude Debussy, et singulièrement à son œuvre lyrique.
Mais nous quittons ici les amples monuments du lyrisme objectif où il déploie
toute l'envergure de son génie, et nous l'allons chercher en des compositions
dédiées à l'intimité, qui fraient plus directement l'accès de la personne, peut-
être aussi l'intelligence de la formule. Telles sont les deux mélodies mention-
nées. Tels environ cinquante poèmes musicaux petits ou grands, dont l'appareil
réduit s'adapte aux fins plus familières : il ne requièrent tous qu'une voix et
un piano, avec la manière de s'en servir. Cette série intime s'ouvre par une
Nuit d'étoiles en 1876 :presque l'enfance; elle s'achève en 1916 par le Noël
des enfants qui n'ont plus de maisons : presque la mort. Ses exemplaires
diffèrent d'inspiration et de facture autant que d'âge et de dimensions. Riches
en beautés non moins qu'en contrastes, ils renferment quelques-uns des aveux
les plus délicats, les plus profonds, les plus amusants ou les plus nobles, qu'ait
livrés leur auteur à sa plus sûre confidente.
Touchant le traitement et le rôle de cette voix, ici parfois pliée aux
inflexions de la personne, on se retient d'avancer rien qui, embrassant les cin-
quantes poèmes, laisserait supposer que le traitement ne varie pas avec le rôle.
Il va de soi que les caractères typiques dont on a cité des exemples se présentent
rarement, et qu'au demeurant ils s'atténuent par combinaison avec d'autres,
moins tranchés. Sur vingt chemins moyens ou extrêmes, le but général qui
domine tous les cas particuliers, que l'auteur ne perd jamais de vue, et qu'il
atteint par la vertu presque infaillible de sa lucide fièvre, est toujours cet ajus-
tement de l'émotion musicale au propos poétique sous tous ses modes {passion,
tendresse, piété, verve, mode âpre, ou exquis, ou comique, ou précieux, etc.) .
Instrumentale seulement par exception - le temps de réconcilier fantoches
et fantômes, Verlaine et Wattea'u, dans une souriante vocalise d'infiniment
d'esprit- bien plus souvent organe d'une subtile conscience créatrice qui s'af-
fine par degrés chez l'auteur, la protéiforme voix des cinquante poèmes épouse
de cette conscience toutes les modulations; et docile aux nuances verbales les
LE INTIME DE CLAUDE DEn USSY :171
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
plus fugitives de pensée ou de sentiment, elle y assortit les siennes. Mais elle
exerce en outre - avec quelle grâce pénétrante !- un pouvoir singulier qui
la dénonce et l'identifie à travers tous ses avatars; elle transcrit, répercute,
ordonne sur le plan de l'art (par la souple rigueur du mètre alliée à l'émotion
du timbre) les harmoniques trop négligées de cette gamme occulte que sous-
entend <.u verbe- dans la musique éparse et implicite de la vie -l'accent, le
ton. Accentus est etiam in dicendo cantus obscurior. On dit, on a raison de dire,
que le ton fait la chanson. Si tant de ces chansons du réel nous abusent, n'est-ce
pas la faute d'une oreille plus attentive à percevoir des mots que des sons, et qui
prend l'ombre pour la proie/ Accord momentané du timbre et du mètre, il
semble que le ton marque souvent la première étape de conciliation ou de com-
plicité d'une pensée (ou arrière-pensée) avec un sentiment (ou pressentiment),
en vue d'un but que la réflexion n'a pas eu le temps de ratifier ou de dissi-
muler. L'oreille debussyste (espèce de graphologue fort intuitive) ne s'y trompe
pas :et la voix notée par l'artiste bénéficie de toutes les expériences de l'homme.
Ces qualités vocales sont-elles plus qu'il n'en faut pour permettre à Claude
Debussy de causer avec lui-même/
Peu enclin par nature à se peindre, à se dire, il assume volontiers, ici comme
ailleurs, quelque figure d'emprunt. Mais ici plus qu'ailleurs cette fiction, qui
préserve sa liberté d'allure, nous trahit la réalité plus prochaine. Il institue le
décor, il crée l'atmosphère des discrets rendez-vous que prennent, dans une âme
d'artiste, la tête et le cèeur : tels aux heures de lied (mutatis mutandis)
Florestan et Eusebius dans l'âme de Schumann.
Avant d'analyser la substance d'un tel entretien, abandonnons toute espé-
rance d'y découvrir l'ostensible « moi >> du monsieur empressé à nous conter
ses petites histoires, et encore moins rien qui rappelle certain maniaque
Debussy disait qu'enfant gâté de la musique, il lui fourrait les doigts dans le nez
(à la musique), quand il sentait une démangeaison de nous écraser les pieds.
Mais à ce propos, quoique d'un point de vue plus aéré, une mise en garde et
une mise en place.
objectif ou bien lyrisme intime, on aurait tort d'exagérer cette
opposition : elle n'en est pas proprement une. Fondée sur la distinction des
genres, qui indique en effet une nuance dans les fins, elle ne lui attribue qu'une
J 7 ~ LA REVUE AlUSICALE
,
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
valeur relative et, pour ainsi parler, de commodité. Dans le cercle le plus
étendu de son activité le généreux créateur ne se donne pas moins que dans le
plus étroit. Mais dès lors qu'il ~ e laisse approcher davantage, malgré les pré-
cautions qu'il prend pour passer inaperçu, le mécanisme du don, le rapport des
mouvements, la nature aussi des occupations familières que nous lui observons
par la porte entrebâillée et que nous atteste le choix du costume, t:>ut cela
devenu perceptible nous fournit les éléments d'une fiche, d'ailleurs fort sujette
à retouches. Il serait paradoxal que le génie de Debussy ne pût, à l'occasion,
se ràmasser dans la personne dont il émane.
On ne saurait, en revanche, exagérer l'écart de cette conception debussyste
du lyrisme (quelque genre ou forme qu'elle revête) et de l'apologue wagnérien
qui pensa démoraliser nos pères. Incapable de bien par elle-même, la « musique-
femme » (on se souvient) cédait aux entreprises du poète, mâle nécessaire (je
résume et je glisse) . Suivait un curieux renversement des facteurs, qui n'était
pas dans le programme. Harcelé, débordé, subjugué par sa conquête, le con-
quérant s'évertuait à lui imposer des lois : elle lui contre-appliquait les siennes
avec un si retentissant succès que le « W ort ton drama » - fruit démesuré de
cet orageux commerce - renie en fait, avec sa doctrine, le nom plein de pro-
messes, mais plein d'équivoques, qui lui vient d'elle. Loin de subordonner le
son au verbe, il réagit contre le sic volo poétique par un impérialisme musical.
Plus ses héros se mettent en frais d'éloquence tétralogique, plus s'appesantit
sur eux l'uniformité du mélos niveleur; plus ils s'élancent à l'assaut de « mots-
sommets » pareils pour tous, où les prétend exalter une tyrannie arbitraire, plus
une autre tyrannie arbitraire les ravale et les rive au fichier mécanique d'im-
muables leitmotifs. Et ainsi de suite. Sous le régime de ces mœurs excessives,
l'équilibre s'obtient par un double attentat. Si maintenant l'on essayait (ingrate
opération!) de tourner l'apologue wagnérien en fable debussyste, le résultat
répondrait à peu près à notre première image et n'en aggraverait pas sensible-
ment l'incohérence, qui fut son moindre mérite. On verrait la poésie, sous les
traits d'une gracieuse captive, attendre du musicien sa délivrance : il vient, il
voit; il ne rêve pas de vaincre et il n'est pas vaincu; mais il s'offre et du même
coup reçoit; car aussitôt alors - on l'a déjà dit, mais qu'importe si le geste
est b e a u ~ - la captive déliée, la captive ailée, vole dans les bras du libé-
LE LYRISME INTL\lE DE CLAUDE DEBUSSY 173
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,.,,,,,.,,,,,
rateur, sans qu'il ait eu l'embarras de franchir un cercle de feu en sonnant de la
trompette pour célébrer leurs justes noces. Et rien ne les empêchera d'avoir
beaucoup d'enfants, pas trop gros.
Tou te poésie ne requiert point délivrance : on en connaît de plus d'une
sortP qui se trouve bien telle qu'elle est. Comment Debussy distingue-t-il entre
ses textes? D'où procède son inspiration dans ceux qu'il compose lui-même?
Quels motifs déterminent et peut-être légitiment, ici et là, ses préférences?
L'accord du goût littéraire et du sens musical est en lui l'indice- un indice
superficiel, mais d'autant plus net et palpable - de cette harmonie profonde
qui s'établit sans cesse entre sa tête et son cœur. Non seulement ses choix
• démentent avec éclat l'aphorisme de Figaro : « Ce qui ne vaut pas la peine
d'être dit, on le chante », mais il va tout droit, dans ce qui vaut la peine d'être
dit, à ce qui procède d'un état d'âme debussyste et pourra donc être chanté
debussystement; bien mieux : à ce qui ébauche déjà - cantus obscurior - la
musique de cet état d'âme. J'écarte ici - comme en dehors de nos limites -
· Rossetti, Maeterlinck, d'Annunzio, trois « alliés » à plus d'un égard, qui lui
ont offert ce qu'ils avaient de meilleur, notamment deux chefs-d' œuvre de notre
langue. Me bornant aux cinquante mélodies pour chant et piano, dont les
auteurs sont tous Français, je fais encore - si l'on y tient - la part des
juvenilia, soit une demi-douzaine d'essais menés en compagnie d'ailleurs hono-
rable : Bourget, le Bourget lakiste, charmant poète mort trop jeune, Banville,
le Banville des Exilés, qui par ce titre au moins tend la main à Debussy. Eh
bien, ce qui reste n'appartient qu'à des maîtres-écrivains, et les trois bons quarts
de la série se répartissent entre six grands poètes dont le génie singulier, divers,
mais non point disparate, suscita au jardin de l'anthologie nationale, sinon
officielle, ses fleurs tour à tour les plus subtiles et les plus naïves : fleurs rares,
mais encore et surtout, par la qualité et la matière, si manifestement autoch-
tones qu'on n'en conçoit l'éclosion sous aucun autre ciel. Et pourtant, et d'autre
part, ce mot « ciel » ne se peut prendre à la lettre, comme on verra, et ces
fleurs autochtones sont toutes en quelque manière des fleurs d'exil : nous trou-
verons même là une raison essentielle des rapports spéciaux et continus que
noue Debussy avec les six associés favoris de son lyrisme intime.
Il importe d'indiquer ici d'autres motifs qui se rattachent à cette raison
174 LA RE VUE liU SI CALE
essentielle d'affinité, et qui complèteront ou préciseront la formule dégagée plus
haut de son propre témoignage. Nous venons de le voir apparaître- du point
de vue le plus général que comporte son lyrisque intime - comme une force
organisée dont la fonction s'exerce normalement, même en ses heures d' exo-
tisme, au profit d'un ordre français. Or, nous l'avons laissé, trente ans en
arrière, sous l'impression de sa lutte « contre le sentiment insupportable de vivre
en des lieux d'exil où il semble qu'être quelqu'un ne puisse aller sans cabotinage,
et où la musique manque d'infini. >>
Cette lutte durera toute sa vie, et tout son art ne signifiera pas autre chose
qu'un effort d'opposer au discord de l'existence l'harmonie de l'être. Mais à
quelle sorte d'ambiance réagit l'exilé, dans l'instant qu'il prend conscience -
pour la première fois, peut-être, si vivement - de ce sentiment d'exil et de
ce désir d'une musique ne manquant plus d'infini? Un ou deux exemples, à
seule fin d'assurer notre marche :
« D'abord ma joie de votre retour. J'ai aussi beaucoup pensé à vous :
tout('S ces pensées vont faire quelque chose de très présentable, il me semble.
Tachez de venir mercredi, à partir de deux heures. ]e suis pris d'ici là par un
arrangement- c'est dur, le pain quotidien - sur Etienne Marcel, ancien
conseiller municipal >>. Et d'un!
A peine en règle avec cet ouvrage exempt d'infini et qui - « combour-
geoisant la musique à l'histoire >> - n'est pas de son fait, Debussy tombe -
et de deux! - sous la menace d'une Chimène qui voudrait l'être , « ayant
accommodé exprès aux habitudes du boulevard ses mœurs du romancero >>.
Ah! pour le coup, il n'y a pas seulement grève d'infini : mais on sent que
la boulevardière Chimène a fait le nécessaire pour être « quelqu'un >> dans
l'ambiance du cabotinage. Aussi leurs beaux jours sont-ils courts, mais Debussy
n'en tond pas moins, d'un pré stérile et camouflé, deux largeurs de sa langue
avant de la tirer - si j'ose m'exprimer ainsi - à l'enfant déchue du roman-
cero. Et il connaît, pendant la première opération, toutes les affres d'une cons-
cience timorée :
« Ma vie est tristement fièvreuse à cause de cet opéra où tout est contre
moi. J'ai hâte de vous fairé entendre les deux actes achevés, car j'ai peur
d'avoir remporté des victoires sur moi-même. »
LE LYRISl\IE INTL\IE DE CLAU DE DE Il USSY 17o
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
Victoires sans lendemain, Dieu merci 1 Elles n'ont que cet heureux effet
de le ramener, par un bref détour qui le lui rend plus cher, sinon moins doulou-
reux, à son fécond exil. Et du même coup - Chimène, qui l'eût dit? - elles
consomment pour jamais sa rupture avec l'ambiance du cabotinage, laquelle
lui demeurera parfaitement irrespirable jusqu'au dernier souffle.
On va entendre le langage de l'innocence reconquise. Mais j'y dois pré-
luder par un rapide pro domo. Il y a un sentiment que Claudè Debussy, qui est
un si fin transpositeur dans son art, ne transpose pas assez dans sa _correspon-
dance : c'est l'amitié. Ou alors il transpose trop dans son cœur l'image de
l'ami, et se peint une brillante fiction dont il emprunte les couleurs à sa palette,
bien plus qu'à une pâle réalité, qui n'a que la ressource d'en rougir. Si j'avais
ici beaucoup de citations à faire, je mettrais en tête cet avis pour les myopes :
prenez garde à la peinture 1 Il suffira d'avoir indiqué que la faculté amicale
fut, chez Debussy, modèle d'équilibre, la seule à prendre un développement
excessif : « Je suis tout heureux, cher ami (laissez parler un peu ma petite sensi-
bilité, ce ne sera pas long), oui je suis heureux d'une amitié qu'un naïf orgueil
avait pressentie, et aussi la secrète pensée que des peines sincèrement subies
devaient être un peu partagées. Tout ça, c'est peut-être encore des vieilles
façons de voir la vie, mais heureusement nous ne sommes pas « modernes» !... »
Retenons ces derniers mots : « Pas modernes. » Ils partent du cœur et,
dans les circonstances, valent pour l'artiste juste autant que pour l'homme. Or,
quand un homme, quand un artiste récuse à vingt-cinq ans, sur ce ton d'évidente
sincérité, toute ambition d'être « moderne », nous pressentons que ce fier dédain
durera jusqu'au tombeau. c· est un trait qui prendra une grande signification
en matière de lyrisme intime, par rapport à la relation de Claude Debussy avec
ses inspirateurs Mais il en a une plus générale. Dans un détestable
manuel où semble naître spontanément sous la plume de l'auteur tout - ni
plus ni moins- tout ce qui ne pouvait en aucun cas se dire de Claude Debussy,
son héros, on ne le loue pas seulement « de s'être penché sur tous les poètes
de nos jours et de la Renaissance » (comme si, déjà mal avec la « musique-
femme », il y devait préférer la « musique-fille »), on acclame en ce musicien
à tout faire, qui lui ressemble si peu, « le génie de la modernité 1 » Pauvre
génie, dont il ne reste à la génération suivante que les rides... Dans une des
170 LA 1\.E\' t;E }IUSlCALE
dernières lettres qu'il ait écrites, on entend Claude Debussy, torturé dans son
corps, inflexible dans son propos, se demander si déjà, si vraiment c'est fini
pour lui, non pas tant d'une faculté, mais d'un désir. La faculté? « Trouver
des façons inédites d'assembler les sons » : une grande chose ou une petite
chose, selon qu'elle s'exerce à l'injonction d'un haut ou d'un vil désir. Quel est
celui que marque Debussy? « Est-ce fini pour moi ... de ce désir d'aller lou-
jours plus avant, qui me tenait lieu de pain et de vie? » Plus avant vers quoi?
Vers plus de modernité? Allons donc! Que le lecteur, s'il hésite, s'instruise de
Gœthe mourant... Mais tirons enseignement, surtout, de cet art debussyste qui
trouva moyen d'aller toujours en effet « plus avant » sans rien devoir jamais,
ni sacrifier, au dernier bateau; et qui, sans davantage s'inféoder à la lettre de
la tradition, lui porte sur ses voies propres un hommage spirituel sans cesse réi-
téré! Dans l'un et l'autre cas Debussy obéit d'instinct- oui d'instinct, sans
doctrine, sans école, sans programme, sans tamtam, sans modernisme, sans
deLussysme surtout! - d'instinct, mais d'un instinct le plus clairvoyant du
monde - à cet ordre intérieur qui lui dicte ses lois - et ses chefs-d' œuvre :
les dates n'ont d'autre pouvoir sur lui que de l'aider à transcrire l'ordre.
Au demeurant, il est du naturel de cet exilé, exempt par son génie de
l'époque et du milieu ou, si l'on préfère, voué à son royaume intérieur pour
l'éternité - une éternité sans rides - d'écarter de lui toutes poses, toutes insin-
cérités, toutes affectations, sans pitié pour le cabotinage, méfiant des grandeurs
de chair. Il n'est pas seulement hostile à la grimace, il y est réfractaire. ~ a cor-
respondance comme sa vie abonde en exemples de ce phénomène insolite. Je
feuillette et, presque au hasard, cueille ceci, par allusion à un ami fort long-
temps éclipsé et reparu soudain avec d'étonnants témoignages de son labeur
caché : « Cet X ... qui disparaît si soigneusement qu'on a pu le croire mort, quel
bel exemple de courage moral! J'en connais d'autres ... Ils enseignent qu'il faut
dédaigner la mauvaise fumée des encensoirs, et qu'au besoin il n'est pas inutile
de cracher dedans. >>
Et ceci, écho de la grande saison, dont Debussy nous reparlera :
« Ah l si je pouvais vous demander de me trouver un petit coin, dans cette
Haute-Savoie que vous n'avez certainement pas choisie en vain, pour me retrem-
per dans de la vraie lumière, pour secouer cette atmosphère de fausse gran-
LE LYRISIUE INTii\IE DE CJ, AUD E DEilUSSY 1i 7
dcur qui- quoi qu'on fasse pour y échapper- finit toujours par passer sous
notre porte 1 »
C'est ici qu'il siérait d'évoquer- si j'en avais le courage et la qualité-
le plus cher et le plus sûr abri de cet exilé : l'intimité, lyrique par elle-même,
de son musical foyer, qu'il entourait d'un culte assidu et charmant. Par les
nombreuses dédicaces consacrant dans son œuvre (nous retrouverons celle du
Promenoir) le nom de Mme Emma Claude Debussy, par l'envoi à
Mlle Chouchou du Children's Corner où son papa s'excuse de lui adresser si
peu de chose, Claude Debussy a indiqué lui-même au public ce qu'il jugeait
suffisant et nécessaire.
Restait comme refuge ce « petit coin » que l'amitié était censée lui ménager
contre les « fausses grandeurs » ou les servitudes réelles d'une vie d'exilé en
mal d'infini. Quelques bouts de lettres donneront la nuance des imaginaires ser-
vices qu'il payait par une sollicitude inépuisable :
« Oserais-je vous mander gu' il est question d'un festival De_bussy? Ce
sera vraiment charmant! Ne serez-vous pas là pour m'aider à souffrir? >> -
« Ma musique se rappelle le temps où vous l'encouragiez, ce qui lui fut pré-
cieux entre toutes choses. Alors, si vous retrouviez des minutes à perdre, tâchez
qu'elles soient pour moi. En guise de poignée de main, acceptez cet exemplaire
de l'Après-midi d'un Faune.»- «j'ai terminé les trois Nocturnes, dont vous
connaissez 1 'essentiel. Il me faut regretter que vous ne soyez pas là pour l' exé ..
cution : votre présence excuserait au moins tout ce que ce geste a de fâcheux
et d'inutile. >> - « Vous allez recevoir un nouveau livre de Préludes (Nb.
C'est celui qui contient, par exemple, la Terrasse des audiences ... ) , que vous
voudrez bien considérer comme une carte de visite sans aucune prétention.
N'oubliez pas que j'aimerai toujours mieux vous lire que vous écrire. n -
(< Voilà bien des tristesses entre nous! Malgré le poids des miennes, je vous prie
de croire que je rn' emploierai de tout mon cœur à faire les vôtres moins lourdes,
si votre amitié le veut bien. >> Cela s'achève, à son habitude, en sourire : « ]'ai
eu la visite d'un jeune ami à vous, étonnant de laideur, mais très poli, quoique
trop matinal. Il n'a pas r air de savoir très bien le parti à tirer de sa laideur.
Naturellement j'ai fait ce que je pouvais pour lui. >>
Plus tard, vers la fin, la voix du martyr tremble parfois de tendresse, et
6
t78 LA REVllE .MUSICALE
l'on dirait que sa sollicitude s'accroît de ses souffrances : d'où une manière de
transposition qui, sur le plan de la vie, constitue une manière d'altruisme :
« Il y a des ruines qu'il vaut mieux cacher, et si je suis déjà vieux, je ne
puis prétendre à ce qu'on éprouve le frisson historique devant la mienne ... Mais
mon griffonnage ne va-t-il pas encore fatiguer vos pauvres yeux? Dites-moi,
cher ami, est-ce de trop écrire? est-ce de trop fumer? Pardonnez-moi cette
attitude de mentor à laquelle je n'ai aucun droit, mais il ne faut pas que des
accidents de ce genre viennent vous troubler, vous? »
« ... L'histoire de votre blessé m'a profondément touché. Cela console de
bien des « admirateurs >>, ces confidences d'un homme dont on sent qu'il aime
la musique pour elle-même, non pour ce qu'on lui en dit. Il vous appartenait de
le découvrir. Ces choses-là sont écrites dans un livre secret, que très
sement peu de gens peuvent lire ... N'oubliez pas trop, tout de même, l'humble
blessé dont l'âme a besoin d'être affectueusement pansée. >>
« ... Si vous pouvez venir sans rien déranger, ou pas trop dans votre vie,
venez : « Nous avons tant de choses à nous dire ... >> La maladie, « cette
vieille servante de la mort >>, m'a choisi pour champ d'expérience : quand ça
finira-t-il?... La vie continue son _mouvement de vieille machine fatiguée, mais
visiblement elle en a assez ... Pourtant les morceaux sont encore bons, et
être que votre amitié voudrait bien pardonner à quelques faiblesses
d'exécution. >>
« ... Je continue cette vie d'attente - de salle d'attente, pourrais-je dire :
car je suis le pauvre voyageur qui attend un train qui ne passera plus jamais ...
Oui, mais ce que vous devenez, vous? Voilà la question. Ce n'est pas, vous le
savez, banale curiosité. J'ai pris l'habitude de penser à vous le plus
ment du monde, comme à un paysage où l'on a vécu heureux, dont la couleur
est ineffaçable ... Votre santé? Rassurez-moi là-dessus. Espérons qu'il reste des
dieux, nous en avons le plus pressant besoin. Et j'ai soif de clarté amicale ... >>
Tel, quand Claude Debussy « laisse parler sa petite sensibilité n," sonne
ce canlus obscurior qu'une oreille subtile sous-entendrait à la musique de son
lyrisme explicite. Et ce serait « long >>, si nous avions le temps de le suivre sur
le plan de sa vie qui décline; on le verrait poursuivre, à travers des souffrances
philosophiquement endurées, sa magnifique œuvre de guerre qui toujours monte;
LE LYRI Sl\IE !NT UIE llE CLAC DI<; DEBUSSY i 70
la gloser de mots délicieux sur les << gris de Vélasquez », ou sur le déconfort
des musiciens d'orchestre auxquels est interdite leur coutumière chevauchée des
Valkyries « où il est si commode de bafouiller »; le commentaire se couperait
d'une question imprévue, savoir : si le roi X n'a pas tout l'air d'un marchand
de crayons sans mine; suivrait un paysage sentimental, brossé d'une verve étin-
celante ... Et nous ne le quitterions qu'au chant du cygne - celui dont il dit :
<< Défiez-vous à l'avenir des thèmes qui planent en plein ciel! » - celui qui
aboutit, symbole de l'infini bouclant sa boucle, << au jeu simple d'une idée
tournant sur elle-même comme un serpent se mord la queue. » Mais cela, ni le
reste, ne nous concerne ici directement. Et au surplus :
« Tout son col secouera cette blanche agonie,
Mais non l'horreur du sol où le plumage est pris ... »
Retournons maintenant au point de départ du splendide essor, à ces << mélo-
dies » qui formèrent comme les premiers nids. Elles s'accompagnaient, voici
trente ans et plus, de l'assurance <<d'une amitié gardée avec soin et à jamais »,
et cette dédicace dont l'engagement fut si bien tenu, trouve peut-être son
excuse, ou sa généreuse raison, dans les lignes qui suivent, contenant allusion à
un voyage (par lui-même indifférent à la cause) que faisait le destinataire :
<< Il faut croire que la Hollande va m'être infiniment sympathique, d'abord
pour ce que vous me dites de votre vie; puis, pour ce qu'elle a bien voulu lais-
ser ma musique se mêler à ses personnels paysages. Du reste ma musique n'est
pas faite pour d'autres buts : se mêler aux âmes et aux choses de bonne
volonté. » Ce dernier trait, si gracieusement dessiné par Debussy, paraît bien
expressif. Au besoin d'évasion qu'éprouve l'exilé se joint, propre à l'artiste
plus encore, peut-être, qu'à l'homme, le besoin de communion. Communion en
ces << personnels paysages », << paysages états d'âme » où Debussy excelle dès
ses débuts. avec des << âmes de bonne volonté>>, puisqu'il en est, ou que l'amitié
en découvre dans sa sollicitude. Nouveau motif d'attacher sa charrue à une
étoile : elle laboure un champ où d'autres vont profiter, et quels autres? Non
point ceux pour lesquels en eût achevé de tondre le pré de Chimène : nous ne
sommes pas << modernes! >>
Ainsi se complète la formule que Debussy nous avait livrée au début, et
IBO LA REVUE MUSICALE
qui semblait définir si exactement son aspiration lyrique, dès l'origine. Disons
maintenant, grâce aux précisions intervenues depuis, et en empruntant ses
nuances : besoin de se mêler aux âmes congénères par une musique sans date,
comme elles impatiente des servitudes que crée l'ambiance hostile (de milieu
ou d'époque), musique accordant non seulement son auteur, mais tout ce qui
partage l'exil de cet exilé, à sa pensée d'infini, commune et suprême délivrance.
Or, nous nous trouvons ainsi transportés par un coup de baguette, et bien
simplement installés, dans le groupe des six poètes élus par Claude Debussy
pour mener le principal effort de son lyrisme intime. Ils ont représenté pour lui
des « âmes de bonne volonté n entre toutes les âmes, de celles auxquelles il
aspirait à mêler la sienne et qu'il souhaitait mêler à d'autres, assorties. Et, en
effet, ils répondent si bien - de diverses manières que l'on va voir - aux
besoins maintenant définis du musicien, qu'ils ont l'air de les avoir conçus
d'avance ou suscités exprès, et qu'il a l'air, en s'accordant satisfaction par leur
moyen, d'exaucer leur vœu.
Ce groupe des six poètes comprend Verlaine, Baudelaire, Mallarmé et,
respectivemnt, Villon, Charles d'Orléans, Tristan Lhermite. On n'y joint pas
Pierre Louys, malgré l'importance de son contact avec Debussy, dont il a si
particulièrement bénéficié, parce que la nature des services qu'a valus Bilitis
à Claude Debussy est d'un autre ordre (d'ailleurs voisin) : on retrouvera
naturellement l'immortelle joueuse de flûte, qui constitue à elle toute seule -
sans fléchir - la phase hellénique du lyrisme debussyste. Venons maintenant
aux six grandes voix françaises dont Claude Debussy a inspiré sa musique, et
considérons un instant en eux-mêmes, pour marquer le rapport du musicien et
de ses poètes, Verlaine et Villon, Mallarmé et Tris tan, sans omettre
les deux Charles.
Tous d'abord possèdent en commun ce privilège d'échapper aux dates par
l'essentiel de leur personne, et de ne pas « dater n non plus - quelque âge
que leur assigne extérieurement langue ou costume - par l'essentiel de leur
œuvre. S'ils prennent peu de part à nos cérémonies officielles, jamais ils ne
refusent, invités à nos jeux, de s'y associer dans un cercle choisi, et certes! ils
n'y font pas figure de barbons, encore moins de vieillards fardés. Sous la
pâleur naturelle et assez constante de lem teint - caractère qui admet les
LE L Y R 1 S E 1 NT Ul E ll E CL A U DE ll E ll U S S Y f 8 1
variations individuelles : ce nez ou ces pommettes gu' allume la fièvre ou l'alcool
- ils présentent une indélébilité de complexion qui laisse présumer une affinité
de sang. Et en effet, malgré mille contrastes du tempérament et du style, c'est
leur structure même qui les avère tous parents à quelque degré.
Souvent interchangeables de voix comme de geste, Villon et Verlaine, en
continuelle émulation de bordées ou de pèlerinages, rivalisent surtout par cette
fureur d'aimer « parallèlement » les plus extrêmes objets : « Depuis la fille
amère au souris sépulcral jusqu'à Dieu tout-puissant dont la droite nous mène >>.
Et ce rythme alterné, et contrition, qu'ils battent aux grilles de leur
bagne moral - « Dieu des humbles, sauvez ces enfants de colère 1 >> - n'a
pas cessé de marquer et temps forts et syncopes de notre boiteuse existence.
Or, il se répercute, étrangement filtré, ésotériquement cryptographié, chez ces
galants croisés (mais un peu ivres) de l'éternelle énigme, l'un portant au cœur
sa claire Madone toute en neige, l'autre un libidineux Faune sous son front
crispé : Tristan Lhermite, Stéphane Mallarmé. Rayons divergents d'une
Grâce hellénique où s'élaborait déjà quelque dieu inconnu, lieu des irréduc-
tibles. ils trouvent le foyer de leur conjonction dans notre âme nourrie d'enfer
et de ciel moyennageusement chrétiens et païens, telles ces cathédrales pleines
d'ombre et de lumière, de fables disparates et d'harmonieuses raisons, avec
leurs nobles tours qui mènent par l'espace deux parallèles dont la définition est
de se joindre dans l'infini. De là, chez les deux croisés diversement éblouis de
leur croisade, ce profond sourire de si haute allure, tout innocence et volupté
mêlées, qui pardonne et bénit sensuel, sensuellement métaphy-
sique. - jusqu'à la mauvaise tenue des mauvais garçons : pauvres fleurs, eux
aussi, de bonne volonté, s'il est orthodoxement vrai qu'il n'y ait d'efficace dic-
tame san.; une goutte de poison.
Ainsi l'on dirait qu'à travers les siècles ces quatre poètes se renvoient la
balle d'tm mystérieux mais logique génie, qui les apparie deux par deux : plus
réservé, voire secret chez les uns jusqu'au rébus, plus expansif chez les autres
et pouRsant la familiarité jusqu'à l'argot, chez les uns et les autres baigné
d'émotions où ne plongent pas les racines des purs concepts, chez tous donc
- notons-le - organiquement musical. Et musical encore à ce même titre,
sinon de la même façon, chez les plus dissemblables du groupe, chez ces deux
t 82
LA r\EVt 1E .\lt ' SIC;\LE
Charles- Orléans, Baudelaire- de qui l'on imagine aisément une rencontre
dans les avenues du Spleen aux fins d'assortir les nuances qu'ils en font
paraître : l'un par son « frisson nouveau » presque aussitôt classique malgré
la crudité du ton; 1' autre par sa << chanson grise », verlainienne avant la lettre,
sous le précieux tissu ducal de son ajustement.
Cet instantané pris sur les physionomies et les attitudes, on n'a pas à le
retoucher en observant l'aventure du génie aux mains de sa destinée. Si
Verlaine, si Villon endurent la prison et la fosse, fosse et prison signifient-elles
autre chose qu'un symbolique détour consenti par le sort pour faire mieux
éclater par eux cet émouvant de profundis de l'esprit torturé dans la c h a i r ~
Mais n'est-ce pas aussi d'un mental cachot, plus ou moins aggravé de con-
traintes matérielles, que s'exhale - en son mode hautain ou nonchalant - la
plainte transposée des captifs nostalgiques? Captif, ce Baudelaire de tous côtés
circonvenu par le vertige du gouffre pascalien, par l'attirance des paradis arti-
ficiels, par l'étourdissante hantise d'on ne sait quel phénix, qui, dans son vol de
flamme s'élançant avec lui, avec lui renaîtrait de leurs cendres confondues
« n'importe où hors du monde ... )) Et presque à l'opposé, léger, souple, frivole
autant que l'autre est grave, tendu, halluciné, captif cet Orléans, dernier des
grands féodaux de France, dont le cœur « vestu de noir >> fait une parure si
assortie au perpétuel deuil de sa pensée, et dont le confinement dans une île
étrangère figure trop bien l'incurable « mérancolie » d'une âme fière et grêle,
tournant sans trêve et sans espoir dans le champ clos des saisons ... Mais encore,
là tout près de nous, quel anachronique in pace que ce caveau dallé d'hermé-
tisme où Stéphane Mallarmé peine héroïquement pour dresser la dalle! A sa
premiÈre échappée de vue sur un âge d'or où Pan médite et folâtre parmi
l'innocence des printemps révolus, pan! voilà qu'il retombe avec la dalle, avec
1 'énigme, avec son Faune frappé d'aphonie, avec un tas énorm,e de thèmes
anglais manifestement << chus d'un désastre obscur » : après quoi ii ne se
relève. tout meurtri de la chute, que pour achever en « divagation )) sa prière
sous l'Acropole ... Et enfin, et d'autre part, quelle plus féconde carrière, mais
quelle plus ingrate, que celle du fantasque chevalier errant, lumineux météore
d'une orbite saturnienne, et victime jusqu'à ce jour d'une fatalité si jalouse
qu'elle le bannit même des anthologies 1 Comme Ovide, mais sous le nom de

Tristan, il occupe ses tristes à « écrire d'amour », et d'amour il écrit,
tout au contraire d'Ovide, en vers incomparables de fraîcheur, de parfum,
d'éternelle jeunesse : les plus musicaux, les plus transparents, les plus fluides de
notre langue. Or, loin d'éclipser son opaque devancier, il compose, avec des
gouttes de rosée et des pétales de fleurs, un si parfait art de n'être ni aimé,
ni lu, qu'il n'a seulement pas de manteau sur les épaules quand ses contempo-
rains croient l'honorer en désignant pour son héritier Quinault, son valet.
Nul doute, n'est-ce pas, sur l'interprétation d'un ensemble de traits si con-
tinuellement significatifs? Princes du sang, ou simplement princes parmi les
hommes, ou moins qu'hommes : « gibier », mais princes encore, fût-ce de basse
pègre, tous ces poètes isolés de la foule par l'aristocratie d'un daïmôn ailé qui
les habite et les soulève, tous portent à la fois et la peine et l'honneur du mal
dont nous entretint Debussy, du mal qui lui vaut à lui-même une part si riche
de son lyrisme : le mal d'exil. Seulement il ne suffit pas de les dire exilés
comne lui. Leur exil. on l'a vu, présente toujours quelque caractère extérieur
ou intérieur de captivité : le plus souvent un de ces nœuds tragiques du génie
et de la destinée, avec les ordinaires accessoires du guignon; le terme de
« poètes maudits >> s'appliquerait assez ici. Maintenant convenons vite que ces
prétendus « maudits >> n'en sont pas moins, par ailleurs, les plus libres des
mortels : libres - on l' entel!d - dans l'exacte mesure où leur génie, n'ayant
que des geôliers mais pas de maîtres, et ne devant rien à personne qu'à Dieu,
exerce en sa province la prérogative d'une debussyste autonomie. Bien sûr!
mais il reste que cette prérogative, prix de l'équilibre, est à double tranchant :
et les chaînes n'en pèsent que plus lourd, là où elles pèsent, n'importe le for-
geron. Exilés donc et, par surcroît, captifs, quels que soient dans chaque cas
les motifs particuliers qui les rendent concients du mal, tous semblent implorer
quelque manière de délivrance. Pressentent-ils la plus prochaine, la plus pro-
aussi peut-être? On le croirait déjà sur le seul témoignage d'un Art poé-
tique posant ce paradoxal principe : « De la musique avant toute cho:;e. n
Chacun d'eux le ratifie pour sa part. Chacun, en effet, possède réellement une
musique propre qui se chante implicite - canius obscur.ior - dans le rythme,
la sonorité. l'inflexion, la coupe de ses vers et de ses strophes. Il tend ainsi les
bras au musicien capable de la libérer tout en la fixant. Et combien ne lui faci-
184 LA ItEVUE l\IUSlt:ALE
lite-t-il pas la tâche en conférant à sa langue, prestigieux magicien du verbe, lUl
pouvoir expressif qui la porte au delà d'elle-même, c'est-à-dire au devant de
lui! Comment, d'autre part, Claude Debussy ne répondrait-il pas à des avances
qui comblent ses vœux! Mais précisément parce qu'elles les comblent, il est
bien trop sensible au procédé pour en abuser. On a dit plus haut qu'il ne tran-
chait pas des liens de parole à demi-dénoués, mais les changeait en ailes. Ajou-
tons ici qu'il respecte en tous points l'ordonnance d'une prison verbale aména-
gée par de si mélodieux reclus, mais sans la démolir, ni la bouleverser, d'un
coup de sa baguette il en fait un palais magique, une maison de fée où tout
prend vie et qui s'anime elle-même, aérée, diaphane, filtrant les paysages ély-
séens de l'âme et de la nature. Il affranchit les corps du poids de la matière,
non point en l'ignorant, mais elle devient souffle; et dans les rares cas où ces
libres génies qu'il secourt ont gardé quelque tare ou tic d'école, assouplissant
les articulations, délestant les poumons, il émancipe jusqu'au.x â.rnes et aux
styles. Plus de lourdes chaînes alors, plus de muscles courbaturés dans l'effort
d'ouvrir un soupirail ou de percer lUl mur. Plus d'oubliettes impénétrables aux
jeux divins de l'atmosphère. On dirait qu'une lampe amicale s'allume sous
chaque mot, en éclaire les recoins obscurs; on dirait que la lampe vacille à
dessein pour promener ses lueurs d'énigme en énigme, ou pour amortir les jours
trop crus d'évidences vaines. Un seul accord noué à l'arabesque d'un motif,
et déjà s'évanouit l'être charnel du verbe ou du fait, sous la fluide étreinte de
son fantôme.
Ce dernier mot m'induirait logiquement, si la place ne faisait défaut, à une
considération du Fantôme. Il a parfois rôle de protagoniste dans l'art lyrique
qui nous occupe, il y atteint la plus grande intensité de vie dont soit susceptible
une réalité muée en rêve. Mais, si par hasard, cette réalité n'est déjà qu'lUle
ombre, et ce rêve qu'un concept, alors l'âme debussyste trouve dans le fantôme
transpositeur son plus redoutable ennemi, ou mieux : le seul qu'elle ait propre-
ment à redouter. Planant comme elle plane entre ciel et terre, l'équilibre et le
souffle lui sont également essentiels. Or, sa pondération tient à la l i ~ r t é de ses
ailes, que ne doit entraver ni trop de chair, ni trop d'idée, mais entre la chair
et l'idée il y a une région moyenne où s'opèrent les échanges nécessaires entre
ces deux pôles de l'être vivant. C'est là, au plus intime de ses pemées mêlées au
l .. E LYI\1 Sl\IE INTii\lE DE CLAU OE DEU USSY 13l:S
plus intime de sentiments, que respire le c'est là qu'il peut
être frappé de stérilité. II suffit que la chair et l'idée se volatilisent outre mesure
et- ce qui revient au même- que l'éccut des pôles aille s'exagérant, pour que
la liaison soit rompue et, du même coup, le souffle arrêté. Ce danger de rupture
au centre, avec étiolement des extrémités, croît dans la même proportion que le
génie déploie son envergure. Sitôt produite la rupture, il ne plane plus, mais
tombe. « 0 Imagination, s'écrie Shakespeare, fille légitime de la tête et du
cœur! » Ce qui dépasse l'imagination a donc passé illégitimement entre la tête
et le cœm, et par cette fissure béante sur le vide, a fui hors nature, sinon contre
nature : au surnaturel, disent les religions, mais s'agissant d'art disons : au
néant. Telle est l'aventure de Claude Debussy dans ses deux seuls échecs
vraiment douloureux, et vraiment instructifs. Avec la Saulaie de Rossetti, qui
le fascine par son platonisme désespéré, il enchérit sur Platon, et sans demander
aux ombres de la caverne - en l'espèce : des reflets dans l'eau - l'illusion
d'une réalité qu'il sait n'être que son ombre, il dédaigne de se
ner. Mais alors il échoue à joindre les fragments d'une musique cependant
exquise, pour décrire cette auréole dont l'auteur du poème ceint sa propre tête,
réunie à celle d'un Eros abstrait, dans le miroir d'une fontaine. Avec la Maison
Usher, d'Edgar Poë, ce n'est pas le fantôme de la chair abolie qui se cherche
en vain des linéaments d'idée, c'est le phantasme de l'abstraction pure qu'essaie
de figurer sur la toile, comme dérivatif à son excessive sensibilité, l'hypocon·
driaque Roderick : et ces spectrales ébauches de concepts - tracées au demeu·
rant dans une démente atmosphère où le magnétisme ni l'électricité n'ont l'air
assurés de leurs explications en présence d'événements horribles et
normaux - font dresser les cheveux d'épouvante, si l'on en croit l'auteur.
Claude Debussy convient qu'il y perd les siens. Son échec en ces matières
surnaturelles - pour lui beaucoup plus accessibles et plus obsédantes que pour
beaucoup d'entre nous, qui n'en pressentent pas le cérébral émoi - est une
garantie singulièrement éloquente de la force de vérité qui réside dans sa voca-
tion naturelle, et dans les créations vives qu'elle lui inspire.
On voudrait souligner, à cet égard, l'importance des aperçus qu'il put
prendre de la planète au plein jour des réalités; on voudrait évoquer le11
voyages en chair et en os "qui, multipliant contacts avec la vie, formèrent
186 LA REVUE MUSICALE
l'utile et saine contrepartie des explorations fictives. Mais l'influence n'en est
qu'indirecte sur son lyrisme intime, où tout lui est bon de ce qui tend à rap-
procher ses foyers, à centrer plus fortement, à polariser plus harmonieusement
et lui-même et sa création, suggérant ainsi l'image d'un cercle ou d'une spirale
dont la perfection exclut toute retouche : tel son monogramme accolant un C
et un D, qui symboliquement lui bouclent un paraphe d'infini. Pour s'élancer
vers cet infini sans péril de se perdre, en croupe d'une chimère, dans l'indéfi-
nissable, il lui faut, au début, un ferme terrain sous les pieds. Il le trouve avec
ses poètes français, ni trop idéalistes, ni trop positifs. Nous l'allons voir, de
phase en phase lyrique, découvrir en leur société ce que comporte d'humain la
d'amour la volupté, de divin le mystère et aussi, toujours plus nette-
ment, plus tendrement, plus fièrement, de foi la patrie : car elle est pour lui
comme pour eux l'inépuisable matrice où naissent pensées et sentiments, avec
le besoin d'en accorder les aspects conformément à son empreinte. Commen-
çons toutefois, sans immédiat souci de chronologie et d'évolution, par un ou
deux exemples concrets qui nous feront toucher du doigt le mécanisme des
transpositions debussystes, fonctionnant à la lumière du réel et sur sa matière.
Claude Debussy ne se met à noter sa musique, au moins en général. qu'après
une longue incubation. Alors il l'écrit comme sous dictée et presque sans
rature. Il y a cependant des exceptions, surtout dans les cas lyriques, lorsqu'un
discord soudain de la tête et du cœur provoque un « rétablissement » qui va
se traduire - féconde gymnastique du génie - par le poème musical. Certain
soir de sa prime jeunesse il rentre chez lui en grand déconfort par l'effet d'un de
ces adieux sans retour dont il nous livrera ci-dessous l'impression. Chemin
faisant - le long des rues désertes «dont les pavés ne sont plus que l'écho
triste des anciens pas si jolis >> - un poème lui revient en mémoire, qui marque
la première étape de sa délivrance, à mesure qu'il en dégage la musique impli-
cite. Et cette musique se trouve toute composée quand il réintègre son domicile :
seulement il en retouchera plus tard, à plusieurs reprises, la conclusion, crainte
que ses « espérances noyées » ne se noient en effet dans l'ivresse d'un instant
passager. Voici d'abord l'impression de l'adieu -extraite d'une lettre qu'on
peut citer sans inconvénient, après un grand quart de écoulé depuis le
départ de l'héroïne, généralement ignorée, pour un monde meilleur :
LE L \' R 1 S ,\l E 1 NT Ul E D E C J, AU 1) E D E nIl S S Y t 8 7
« Je remarquais cette transposition bizarre par laquelle, au moment où
tombaient de ses lèvres les mots si durs, j'entendais d'autres mots répétant
malgré elle tout ce qu'elle m'avait dit de si uniquement adorable; et les notes
fausses (réelles hélas!) venant heurter celles qui chantaient en moi, me
raient sans que je pusse même comprendre : il a bien fallu comprendre depuis ...
Maintenant voilà : comment savoir si elle contenait cela que je cherchais t
Réalité, néant, fiction? Malgré tout je pleure sur la disparition du Rêve de
ce rêve. Mais ne pas revivre les jours où je commençai d'éprouver
qu'il allait mourir et que c'est qui veillerais sur cette mort. >>
Voici ·maintenant le poème libérateur (et comment ne pas admirer ce
mécan:sme instinctif grâce auquel le contraste des mots si durs et des
adorables par eux évoqués se transpose encore - transposition d'une trans·
position - en d'autres contrastes figurés par un paysage de reflets?)
L'ombre des arbres Jans la rivière embrumée
Meurt comme Je la fumée;
Tandis qu'en l'air, parmi les ramures réelles,
Se plaignent les tourterelles.
Combien, ô voyageur, ce paysage blême
Te mira blême loi-même!
Et que tristes pleuraient Jans les hautes feuillées
Tes espérances noyées!
Ainsi l'instinct transpositeur réagit tour à tour de l'artiste sur l'hom!'ile,
qu'il délivre et ennoblit, de l'homme sur l'artiste, qu'il affine et cultive. L'exem·
pie suivant, qui est un peu l'inverse du précédent, a le mérite de comporter
moins de larmes que de sourires : << souris framboisés », dans le goût du
dix-huitième siècle, et comparés à cc un troupeau d'agneaux apprivoisés». Sitôt
lâché par le poète ce mot d' << agneaux », magique entre tous ceux qui désignent
les exemplaires de la faune debussyste, le musicien pâme d'attendrissement.
C'est plus fort que lui! Et voici défiler à l'arrière-plan de son tableau le troupeau
de Pelléas conduit, si je ne m'abuse, par une brebis qui s'est enfuie de la Boîttô
aux joujoux. On soupçonnait peut-être, tout à l'heure, dans les rapports
de Claude Debussy avec Roderick Usher, l'action satanique de ce tentateur
183 LA REVUE MUSICALE
qui a nom : « démon de la perversité>>. Mais quelle erreur! Si rigoureusement
qu•ou lui applique les méthodes de la psychanalyse, si loin qu•on porte la
lumière dans sa préhistoire infantile, son berceau même ne livrera pas - je
le gage! - d•épouvantail plus ténébreux qu•un agneau à roulettes. Et seules
des âmes très blanches paraissent aptes à goûter la spéciale émotion qui émane.
avec un bêlement, de cette pelote de laine.
A la considération du Fantôme s • opposerait utilement celle du Jou et. Ici.
toutefois, nous requiert un problème bien plus important à. élucider. dès lors
qu'il s·agit de lyrisme intime : on veut parler des rapports de Claude Debussy
avec la nature. Il avait un ami peintre qui, dans une ère de « pleinairisme >>.
s·obstinait à préférer l'éclairage artificiel de son atelier. et qui, à bout
ments, se résumait en ces termes : «La Nature, c'est des bruits qu•on fait
courir! >> Cependant, poursuivant son effort de poète-musicien, Claude Debussy.
mieux qu•aucun autre artiste avant lui. contribuait à nous suggérer l'existence
d'une grande réalité sous le grand mot. Cette réalité, dont il assemblait les
traits épars, prenait figure de monde organisé : tel un temple où « de vivants
piliers se répondent )) et qui nourrit un dieu caché. Un jour. son ami peintre
arriva plein d'une information, d'ailleurs exacte, dont il pensait nous accabler :
il ncus apprit que les Japonais n·avaient même pas de mot pour désigner la
nature. « Ça doit les empêcher de dire bien des bêtises, observa Debussy. mais
aussi de faire quelques distinctions utiles. Et tenez. ils n· ont pas de mot non plus
pour désigner l'art. >> On remarquera en passant que Debussy, qui aimait tant
les paysages d'un Hokousaï, par exemple, leur dut moins d•inspirations qu•à
aucune autre sorte d'art exotique. Il en goûtait le prestigieux artifice - cet
ouvrier ajouté à la nature; il n•y trouvait pas, ou guère, l'état d'âme,- cette
nature accordée à un Mais où donc passe la frontière? Et l'artiste
s'avise d'humaniser la nature, si le musicien, en particulier, ne peut laisser de
r égotiser. n·y réussit-il qu• en la violentant ou, s·il ne la violente, qu.il
l'imite?
Un autre camarade de la même époque nous devint précieux pour un bref
ouvrage resté inédit sous ce titre : « Le poète et l'oiseau >>. C'était une matière
à mettre en vers français que lui avait imposée quelque professeur. Peu enclin
aux longs efforts, il n· avait pas eu de peine à contenir les mouvements d·une
LE , L Y R 1 S ll E 1 :l'; T Ul E U E t;J- AU HE U E ll U S S Y f.U V
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,1,111111111111111111111111111111111111111111111111
muse lucrécienne, et il s'était borné à deux hexamètres, mais définitifs :
- Pour clzanter, cher oiseau, dis-moi, comment fais-tu 1
:--- Eh bien, j'ouvre le bec et je fais tu tu tu.
Ce tu tu tu ravit Debussy. Il l'eût voulu soumettre à l'érudit bénédictin
dom Caffiaux qui rapporte qu'Adam, notre père à tous, prit de l'oiseau ses
leçons de chant, et qui doit le savoir, ayant laissé une Histoire de la musique
qui s'étend de la création du monde à la prise de Troie. Ill' eût voulu soumettre
au poète Gresset, lequel se porte garant de la chose pour notre mère Eve :
«Dès qu'elle eut ouï les gracieux accents des oiseaux, devenue leur rivale
elle essaya son gosier ... » Tu tu tu, comme cela paraît simple! - « Oui,
disait Debussy, et si par dessus le marché c'était vrai, vous sauriez tout de
suite pourquoi votre fille est malade : extinction de voix 1 Mais ce n'est pas
vrai. Le mal qui pousse les demoiselles à chanter, quand elle s'y mettent, et
mêmement leurs papas, ne consiste pas dans l'envie d'imiter ce tu tu tu, d'ailleurs
inimitable. Et les leçons de l'oiseau, quand ça nous chante de lui en demander,
ne vont pas plus loin que cela : ouvrir le bec et faire un tu tu tu que nous ne
pouvons pas faire, alors que nous sommes si impatients de connaître notre
propre musique ... » En tenant ces propos, Claude Debussy s'acheminait à la
conclusion de ce sage chinois qu'on lui présenta plus tard : « La musique
humaine vient du dedans>>. Affirmons hardiment qu'il n'en fit jamais d'autre,
alors déjà ni depuis lors; et loin de se montrer par là un fils dégénéré de nos
memiers parents, il ne fit ainsi que maintenir d'instinct (un instinct plus sûr
même qu'une érudition de bénédictin) la démarcation établie par la nature
dans la nature, selon qu'elle produit des êtres entièrement assujettis, comme
l'animal, aux nécessités extérieures, ou d'autres, comme l'artiste, déterminés
aussi par des motifs internes, d'un ordre différent. Rien donc (ce « donc»
va un peu fort, mais c'est pour aller vite) ne s'applique plus mal au naturalisme
debussyste, essentiellement « expressif », que l'étiquette « impressionniste »
dont on \'affuble si souvent. On chercherait en vain, dans l'hymne aux mille
strophes que se chante le monde en ce musicien et qu'ordonne et délivre
son personnel génie, une seule note qui ressortisse à la musique imitative ou
même - si l'on ne détourne le terme de son acception propre, réaliste, pittores-
190 LA l U ~ \ ' l J E JI USICALE
que- à la musique descriptive. Cela s'entend des matériaux sonores comme des
autres. Ni les rossignols de Debussy ne font tu tu tu, ni ses tourterelles rou
cou cou,· il ne bouche pas tous les cuivres de son orchestre comme M. Richard
Strauss afin d'obtenir cet intéressant résultat que ses moutons fassent bè. Pour-
tant ses moutons bêlent et moutonnent, rien de plus certain! Ses tourterelles
roucoulent et battent des ailes; ses rossignols filent des sons cristallins, lancent
des roulades en fmée. Il n'a point dédaigné leurs leçons « quand ça lui
chantait», mais précisément c'est à lui que «ça chantait »,et c'est son émotion
qui fait tout le prix du sommaire enseignement.
La musique de Claude Debussy - on n'y saurait trop insister - « vient
du dedans>>. Si elle ne connaît pas d'états d'âme qui n'aient vibré de sensations
et qui n'en prolongent le frémissement, elle ne retient pas de sensations qui
n'aient pris, muées en états d'âme, valeur humaine. Elle est une juste balance.
Et par suite, quand il se tourne au dehors, l'instinct transpositeur, veillant à
J'équilibre des plateaux, incline à situer platoniquement la réalité de l'objet dans
l'écho ou le reflet, la réalité parfois du visage dans le masque, et - sans nul
dommage quand il se fonde en bonne et maternelle nature - la réalité de la
chair dans le fantôme. Ce sont là autant d'applications de son « ordre » inté-
rieur, par quoi il n'obéit pas surtout aux contraintes des sens ou des éléments,
mais traduit- si l'on ose le dire- une libre détermination du génie qui l'incite
à créer. Maintenant ce génie créateur, cet art qu'il engendre, ne sont-ils pas
eux-mêmes des faits de nature? « La nature, répond Shakespeare, ne peut être
amendée par aucun moyen qui ne soit l'ouvrage de la nature. Ainsi, au-dessus
de cet art qui, dites-vous, ajoute à la nature, il y a un art que crée la nature ...
Il la corrige, il la change plutôt : mais cet art lui-même est nature. » Tel
Shakespeare nous défend de tenir l'art pour un artifice, tel Debussy nous pré-
serve de compter l'imitation pour un art. Et nous concluons que l'instinct trans-
positeur, lorsqu'il 'achève l'ouvrage de la nature et la recrée humaine, en accom-
plit les volontés profondes.
RoBERT GooET.
L'œuvre critique de Claude Debussy
li en est beaucoup, même parmi les admirateurs de son œuvre musicale,
qui tiennent les articles que Claude Debussy écrivit dans des revues et des jour-
naux, à diverses époques de sa vie, pour de simples boutades, des successions
d'amusants paradoxes sans importance, les fantaisies parfois extrêmes d'un
jeune compositeur audacieux, impatient de toute règle, et fort enclin
à la raillerie. Si les essais de Debussy n'ont ni l'étendue, ni le poids des
critiques que nous ont laissés Hector Berlioz ou Richard Wagner, ils
peuvent nous donner non seulement des clartés sur les goûts du compositeur,
mais encore d'utiles enseignements sur la musique.
La plupart de ceux qui parlent des opinions de Claude Debussy ne le font
guère que sur la seule vue d'extraits plus ou moins fidèlement transcrits. Dis-
persée dans des r;ériodic.ues dont la consultation n' est pas des plus aisée,
l'œuvre littéraire de Debussy n'a été touchée de première main, en son entier,
que par une douzaine d'entre nous. A plusieurs reprises nous avions insisté
auprès du maître pour qu'il consentît à laisser réunir la plupart de ses articles :
il s'y résolut à la fin, et, assez peu de avant sa mort, il me communiqua
les épreuves d'un volume : « Monsieur Croche antidilettante », dans lequel
il s'était efforcé de souder les unes aux autres ce qu'il considérait comme les
pages les plus saillantes d'un'! œuvre critique qui avait été quelquefois hâtive.
L'ouvrage jusqu'alors n'a point été publié. Cette nouvelle présentation, si
elle n'était pas sans supprimer des défauts, des négligences, ou des redites, si
elle faisait disparaître des détails d'actualité, périmés après vingt ans, atténuait
en même temps ce qui donne précisément à ces articles tout leur prix, cette spon-
tanéité, ce premier mouvement, ce caractère d'aveux partiels, occasionnels mais
directs et sincères, provoqués par le contact immédiat des œuvres, par des sensa-
tions sans réticences. Un recueil des articles eux-mêmes, avec leurs dates, d'où
l'on ne ferait disparaître que les redites, donnerait, à mon sens, une image plus
JH2 LA REVUE MUS I CALE
juste de sa pensée à divers âges de sa vie : même à travers ces expressions frag-
mentaires et momentanées elle n'en ferait éclater que mieux la constance d'une
doctrine à la fois la moins dogmatique et la plus ferme qui fut jamais.
A l'exception de réponses faites à plusieurs enquêtes et de deux articles
isolés l'œuvre critique de Debussy est contenue dans trois séries d'articles;
l'une, publiée d'avril à décembre 1901, dans la RelJue Blanche, la seconde, de
janvier à juin 1903, dans Cil Blas; la dernière, beaucoup plus récente, parut
de façon intermittente dans SIM, de novembre 1912 à mars 1914: en tout
une quarantaine d'articles. De ces trois séries, la plus considérable, quoique
relativement la moins nombreuse, est celle cle la RelJue Blanche : Debussy
l'estimait assez pour ne pas craindre, deux ans plus tard, d'y faire des emprunts
lorsqu'il donna sa série d'articles au Gil Blas. Et quand, plus tard, il collabora
à SIM, il avait depuis longtemps cessé d'écrire de la critique, il était déjà en
proie aux premières atteintes de la maladie qui devait l'emporter, et ses articles
portent nécessairement le reflet de quelque lassitude.
On a pris l'habitude singulière de diviser la vie et l'œuvre de Debussy en
deux périodes que l'on oppose volontiers, l'une à l'autre, et dont la frontière est
marquée par l'apparition de Pelléas et M élisande, en 1902. Pour certains
critiques, cette date est même à la fois celle de l'apogée et du déclin de Debussy:
à les en croire, il n'aurait écrit, depuis lors, que des œuvres médiocres : ou, au
moins, grandement inférieures aux précédentes, en dépit de la Mer, des Pré-
ludes, du MartJ)re de Saint-Sébastien. Il semblerait ressortir, en dernière ana-
lyse, de ces sentiments contradictoires, qu'avant Pelléas, Debussy a écrit
plusieurs chefs-d' œuvre, sans savoir exactement ce qu'il faisait, mais d'après
Pelléas, sachant parfaitement ce qu'il faisait, il n'a plus composé que des
œuvres seconda1res. C'est du sein de cette étrange confusion d'idées que l'on
continue assez généralement à considérer l'œuvre critique du musicien : et pour
savoir que les premiers témoignages en ont paru avant Pelléas, on ne les tient
presque que pour de simples péchés de jeunesse. Il est bon cependant de ne pas
oublier que lorsque Claude Debussy publiait dans la Revue Blanche, ses pre-
miers articles, il allait avoir quarante ans; il avait déjà composé ses pièces de
piano de la première manière, celles qui précèdent l' 1 sle joJ)euse, la plupart de
ses mélodies, son Quatuor, le Prélude à l'Après-midi d'un Faune, les Noe-
L'OEU\' 1\E CJ\ITIQUE DE (;JJAUHE .DEfliJSSY U ) ! ~
turnes, la Demoiselle Elue, et, à peu près tout Pelléas ct Mélisande.
La critique de Debussy ne ressemble, en vérité, à aucune autre : elle est tout
aussi éloignée de la manière superficielle des chroniqueurs que du dogmatisme
des spécialistes : elle n'emprunte pas à Berlioz ses exclamations passionnées, ni
à Wagner ses afhrmations autoritaires : elle n'a pas le sinueux et pénétrant
mouvement de la critique baudelairienne, elle ne cherche pas dans d'autres
arts, qui lui étaient pourtant familiers, des assistances profittbles et singulières :
elle ne s'étend pas, elle ne développe pas : elle dit ce qu'elle veut dire briève-
ment, d'une façon originale, mordante, tout animée d'une verve un peu pincée,
réprimée par une discrétion qui sait, toutefois, quand il le faut, ne pas ménager
ses termes. A dire vrai, ceux qui ont fréquenté Debussy savent bien qu'il
parlait de la même façon, et ses lettres familières n'ont ni un autre style ni un
ton différent. Il ne s'est donc pas contraint pour écrire ainsi : il n'y a ni appli-
cation ni artifice, ni obéissance à une certaine mode littéraire, comme cela se
peut remarquer dans les textes qu'il écrivit pour ses Proses lJ)riqucs. Si l'on
veut trouver au style de ses critiques, ou à sa vision d'écrivain un antécédent, il
faut selon moi, ne pas le chercher dans Baudelaire, Verlaine ou tout autre poète
ou prosateur de cette génération, ni même parmi les écrivains qui se rencon-
traient avec Debussy dans l'arrière-boutique de la Librairie de l'Art Indépen-
dant, mais bien plutôt dans les Notes et dans les Moralités légendaires, de Jules
Laforgue à qui il porta et conserva une affection des plus vives et qui avait
avec lui certaines affinités d'esprit dont il ne paraît pas qu'on ait fait jusqu'à
présent suffisamment état.
Il règne presque partout dans les écrits de Claude Debussy une sorte de
bonhomie narquoise qui a fait souvent illusion : on a trop cru qu'il avait
cherché, avant tout, à faire de l'esprit, aux dépens de la musique et des musi-
ciens. sans qu'on ait voulu découvrir tout ce que ce demi-sourire recélait,
d'amour, d'aversion ct de jugement.
Habitué que l'on est à une critique qui ne sait être, rien d'autre, comme on
disait autrefois, que de la critique à bras ouverts, ou de la critique à poings fer-
més, on n'a pas toujours accepté qu'il pût ne s'inféoder à rien et se sentir libre
de dire son sentiment sans égards aux fétiches et aux religions.
Le goût de la liberté est à la base et au couronnement de l'esprit de Claude
7
LA ItE V{.; E J! US H:. \.LE
Debussy comme de tout -esprit français, digne de ce nom : non pas le goût du
désordre, ni le sens destructif et l'effusion debordante des philanthropes révo-
lutionnaires, mais une secrète discipline à soi-même imposée, à non
des comices ou des conciles, mais de la vie même sous ses multiples formes, vie
de l'esprit autant que des sens, vie des choses autant que des hommes mêmes :
expérience sans cesse défaillante et reprise, épreuve renouvelée des gestes héré-
ditaires, sans souci pourtant de se fixer à jamais, mais de s'alimenter chaque
jour selon des appétits nouveaux, selon des faims et des soifs particulières.
Dans l'Entretien avec i\1. Croche (ce personnage antidilettante, auquel il
a prêté ses idées essentielles), il fait tenir à celui-ci, en plus d'un endroit, des
propos qui sont en quelque sorte la somme de sa « moralité esthétique ».
« Une idée nouvelle en formation contient du ridicule peur les imbéciles. Soyez certain quïl y a
« une espérance de beauié plus certaine dans ces hommes ridiculisés que dans cette eopèce de troupeau
« de mcutcm qui dcc;lement ien \a ven les obsitoirs qu"une fatalité clairvoyante leur prépaT'.
« Rester unique ... sans tare. L"enthousiasme du milieu me gà!e un artiste. tant j"ai peur qu"il ne
« devienne par la sui:e que !"expression de son milieu. Il faut chercher la discipline dans la liberté et
cc non dans les formule• d"une philosophie devenue caduque el bonne pour les faibles. N"écouter les
cc conseils de personne, sinon du vent qui pazse et ncus raconte )"histoire du monde » (1).
II aura eu beau subir la règle des Conservatoires, conquérir la plus haute
récompense que puisse décerner l'Institut à un jeune musicien, il n'en a pas
contracté de goût pour les préceptes ni les férules : ce n'est pas lui que l'on
verra, comme Bizet dans ses lettres, friand d'honneurs et d'autorité. II ne
s'élève point violemment contre ces barrières, il les évite, il leur échappe : il ne
veut point d'autre contrainte que celles que lui imposent sa propre nature et la
Na ture : il a ce goût latin qui ramène sans cesse l'art vers la vie, et ne le laisse
pas s'égarer vers de confuses méthaphysiques, ni de froides littératures. Il a
eu beau choisir de faibles et diaphanes figures comme celles de la Damoiselle
Elue ou de M élisande, il leur a infusé cependant la conviction d'une vie plus
réelle, il les a ramenées dans le monde vivant par la vertu de cette vitalité essen-
tielle qui se répand aussi bien dans les Nocturnes que dans la Mer, et qui fai-
sait déjà chanter la syrinx du faune par cet après-midi ensoleillé.
Campagne romaine, paysage d'Ile de France, jardin des fêtes galantes ou
ce chemin de Grèce où chante Bilitis, il n'importe, mais le plein air avant tout;
(1) Blanche, 1 •• juillet 1901.
L' OEUVRE CRITIQUE DE CLAUDE DEBUSSY HUS

sinon toujours, du moins souvent, pour rafraîchir le corps et la pensée. Il
souhaite ce plein air pour 1' audition de la musique même: ( 1)
« Pourquoi l'ornement des squares et des promenades est-il resté le monopole des seules musiqueo
militaires ? Il sereit plaisant d'imaginer des fêtes plus inouïes et participant plus complètement au décor
naturel, La musique militaire n'est-elle pas l'oubli des longues é!apes et la joie des boulevards ? En elle
•e totalise l'amour de la patrie qui bat dans tous les cœurs épars : par elle se rejoignent le petit
pâ!issier el le vieux monsieur qui pense à l'AJ,ace-Lorraine et n'en parle jamais 1 Loin de moi l'idée
de lui enieve1 ces nobles privilèges : mais encore une fois : dans les arbres, ça fait le bruit d'un phono-
graphe en enfance 1 »
« Pour les arbres, il faudrait un orchestre nombreux avec le concours de la voix humaine. (Non 1 ...
« pas l'orphéon 1 je vous remercie... J'entrevois la possibilité d'une musique construite spécialement
« pour le « plein air », toul en grandes lignes, en hardiesses vocales el instrumentales, qui joueraient
« dens !'nir libre el planeraient joyeusement sur la cime des arbres. Telle succession harmonique
« paraissant anormale dans le renfermé d'une salle de concert prendrait certainement sa juste valeur en
<< plein air : peut-être trouverait-on là le moyen de faire disparaître ces pe!ites manies de forme et de
« tonalité trop précises qui encombrent si maladroitement la musique ? Celle-ci pourrait s'y renouveler
« et y prendre la belle leçon de liberté contenue dans l'épanoui;sement des arbres : ce qu'elle perdrait
« en charme minutieux ne le regagnerait-elle pas en grandeur ? ... Je puis me tromper, mais il me
« semble qu'il y a dans celle idée du rêve pour des générations futures. Pour nous autres, pauvres
« con!emporains, j'ai bien peur que la musique continue à sentir un peu le renfermé ».
Ce désir « d'ouvrir des fenêtres » est constant chez Debussy. Pour satis-
faire ce souhait de discipline dans la liberté, il faut avoir le désir d'être libre.
Il compte bien plus sur le spectacle des horizons, sur le rythme du sang qui
vous bat dans les veines, pour donner à un jeune esprit le sens des proportions et
la juste conduite de sa pensée, que sur les régents de collèges et leurs mementos.
« La musique est un total de forces éparses ... On en fait une chanson spéculative 1 J'aime mieux
les quelques notes de la flûte d'un berger égyptien, il collabore au paysage et entend des harmonies igno-
rées de vos traités ... Les musiciens n'écoutent que la musique écrite par des mains adroites : jamais celle
qui est inscrite dans la nature. VGir se lever le jour e'l plus utile que d'entendre la S]!mphonie Pasto-
rale ... Vo•Js piétinez parce que vous ne savez que la musique et obéissez à des lois barbares el incon-
nues ... Ûi! vous salue d'épithi:tes somptueuses et \OUs n'êtes que malins 1 Quelque chose entre le singe et
le domestique. » (2)
Là-dessus il ne cèdt pas: c'est autour de quoi tout se meut pour son esprit;
c'est là qu'il s'appuie sans cesse pour dire leur fait aux pompeuses caducités;
il le fait avec une indolence apparente et dédaigneuse, mais qui révèle, quand
on y regarde d'un peu près, une aversion qui va, au fond, jusqu'à de la colère.
En chaque endroit il montre le dégoût 'des idées toutes faites, des gens en place
qui se carrent sur leur siège comme après le Jugement dernier. Il raille, pour-
(!) Revue Blanche, 1•• juin 1901.
(2) Revue Blanche, J•• juillet 1901.
J, A IΠV U E l'illl S 1 CALE
suit ou méprise tous ceux qui veulent mettre une barrière à l'éternelle évolution
de la pensée : les spécialistes qui regardent le monde dans une seule direction,
et qui prennent leurs œillères pour les bornes de l'univers : les critiques qui
manient l'équerre et le fil à plomb pour juger des œuvres vivantes; les formules
soi-disant imprescnptibles, les attitudes prises une fois pour toutes, les formes
imposées au nom d'une tradition émasculée, la sentimentalité creuse. Toute la
critique de Debussy le révèle, tel qu'il nous apparaît dans son œuvre musicale,
raffiné, épris de justes proportions, de mouvements souples. Il fait dire à
Monsieur Croche :
u Monsieur, se spécialier, c' est rétrécir d'autant son univers et l'on ressemble à ces vieux chevaux qui
faisaient tourner anciennement la manivelle des chevaux de bois et mouraient aux sons bien connus de !>
Marche Lorraine 1 ... Si l'on peut constater chez quelques grands hommes une « obstinée rigueur » à
se renouveler, il n'en va pas ainsi chez beaucoup d'autres qui recommenceront obstinément ce qu'ils
avaient réussi une foi• : et leur habileté m'est indifférente. On les a traités de maîtres 1 Prenez garde
que cela ne soir qu'une façon polie de s'en débarrasser ou d'excuser de trop pareilles manœuvres. -
En somme j'essaie d'oublier la musique parce qu'elle me gêne pour entendre celle que je ne connais pas
ou connaîtrai cc demain » ... Pourquoi s'attacher à ce que l'on connaît trop bien »
..... Je sui• curieux des impre;sions sincères et loyalement ressenties beaucoup plus que de la cri-
tique : celle-ci ressemblant trop sou,·ent à des variations brillantes sur l'air de : « Vous vous êtes trompé
parce que vous ne faites pas comme moi »,ou bien cc Vous avez du talent, moi je n'en ai aucun, ça ne
peul pas continuer plus longtemps l>. J'essaie de voir, à travers les œuvres, le• mouvements multiples
qui les ont fait naître et ce qu'elles co:'liiennent de vie intérieme : n'est-cc pas r.utrcment intéressant que
le jeu qui comiste à les démonter comme de curieuses montres ? ll
Cette attitude de M. Croche était celle de lui-même, je n'ai
jamais rencontré un homme, doué d'une personnalité aussi p1rticulière, qui fut
plus attentif et ouvert aux œuvres nouvelles : parmi tant d'autres témoignages
qu'il m'en donna, il n'est pour m'en assurer que de me rappeler les propos si
justes qu'il me tint au lendemain de l'audition du Trio de Ravel et du Sacre
du Printemps de Strawinsky.
Plus que personne il savait !es dangers des formules et même de celles
qu'on avait faites d'après lui, en réduisant à des procédés des modes d'expres-
sion qui lui étaient propres et nécessaires, en sacrifiant l'expression véritable au
simple métier. Il sait, comme beaucoup d'autres, qu'il faut connaître son métier,
mais justement pour parvenir à n'y plus penser, à en être le maître, et non pas
le serviteur dccile, étonné et vaniteux. Et les exemples de la meilleure réussite
ne lui servent qu'à recommander de chercher une autre voie.
cc .Une symphonie est toujours accueillie avec Il me sembbit que, depuis Beethoven,
L'OE UVRE t.;RITIQUE DE CLAUDE DEflUSSY 197
la preuve de l'inutilité de la symphonie êlait faite. Aussi bien chez Schumann et Mendelssohn n'est-
elle plus qu'une répétition reopec!ueme des mêmes formes avec déjà moins de force. Pourtant la
« neuvième n était une géniale indication, un dé, ir magnifique d'agrandir, de libérer les formes habituelles
en leur donnant les dimensions harmonieuses d'une fresque.
La vraie leçon de Beetho· en n'était donc p;,s de conserver l'ancienne forme: pas davantage l'obli·
galion de reme!!r. les pieds d3ns l'empreinte de ses premiers pas, Il fallait regarder par les fenêtres
ouvertes sur le ciel libre : on me paraît les avoir fermées à peu près pour jamais : les quelques géniales
réussites dans le genre excusent mal les exercices studieux et figés qu'on dénomme, par habitude, sym·
phonies. ll (1)
II n'a de goût pour aucun s:ystème, fût-il nouveau. Il n'a d'objection entière
contre rien, mais il s'oppose naturellement à tout ce qui se fait par force, au nom
d'une autre directiOn que celle de la sensibilité. Il ne s'oppose pas, par exemple,
à l'emploi des thèmes populaires. (Ne l'a-t-il pas fait lui-même dans les jardins
sous la Pluie, avec quel discret bonheur, nous le savons) , mais si la chose tourne
au système et au procédé, il s'insurge sur le rn <:le plaisant :
« Bientôt cependant la mode du thème populaire s'étend, sur l'univers musical : on remua les
moindres provinces de l'est à l'ouest : on arracha à de vieilles b. •che, paysannes des refrains ingénus,
tout ahuris de se retrouver vêtus de dentelles harmonieuses. Il. en gardèrent un petit air tristement gêné :
mais d'impéri eux contrepoints les sommèren t cl'a,•oir à oublier leur paisible origine »·
D'un long passé français il a hérité ces inclinations : on les sent chez lui
essentielles. II a ce goût de construction, d'atmosphère, de sensation élaborée,
qui se montrait ainsi chez l'autre Claude, le Lorrain. Il ne veut point imposer
une forme à la branche, c'est affaire au vent, au soleil. à la lumière, et à la
pluie, mais pour la racine, il sait bien où elle est plantée et quelles vertus
culières en nourrissent la sève.
II y a peu d'esprits qui moins que lui aient établi de principes, et qui
tant obéissent davantage à une direction constante, qui montrent une plus
faite conséquence. Comment voir dans ce << corps de doctrine >> si enclin à la
liberté autre chose que la somme involontaire de penchants soigneusement
épiés : comment cette conduite permanente qu'on ne saurait guère nommer
autrement qu'une libre rigueur, n'aurait-elle pas irrité tous ceux (et n'est-ce
pas le plus grand nombre) qui ne savent voyager dans la vie et dans l'art
qu'avec un Bredeker c;ui ne pourra jamais leur dire, en dépit du nombre de
ses pages, ce qui naît au moment même, ou ce qui apparaîtra demain.
Dans ses essais critiques comme dans toute son œuvre, ce désit de se
veler a été son dogme constant.
(1) Re1>ue Blanche, 15 novembre 1901.
1{)3 LA REVUE i\iUSlCALE
~ ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ~ ' ' ' ' ' ' ~ ' ' ' ' ' ~ ' ' ~ ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '
« En art, a-t-il écrit, on n'a à lutter le plus wuvent que contre soi-même, el les victoires que l'on
« y remporte sont peut-être les plus belles. Mais par une ironie sin:;ulière, on a peur, en même temps,
« d'être ,·ictorieux de soi-même, el l"on aime mieux !ramp!Ïllemcr.l faire partie du public ou suivre
« ses amis, ce qui revient au même ».
Suivre ses amis n'était pas dans l'humeur de Claude Debussy : au reste,
il eut fort peu d'amis, recherchait peu le monde et dédaignait la gloire : et,
comme l'âge avançait pour lui, il semblait, sans aimer davantage les hommes,
aimer plus passionnément encore la musique. Il n'étalait pas ce sentiment, mais
on le sentait vivre en lui constamment. Le railleur qu'il affectait d'être souvent
dans sa conversation, ne raillait la plupart du temps que par pudeur, par crainte
de laisser trop voir la passion dont il était tout occupé.
Il est allé jusqu'à en faire l'aveu dans un de ses articles du Cil Blas, sorte
de profession de foi qu'il n'affirmait que pour préserver mieux son indépen-
dance vis-à-vis du public et des opinions des autres.
« j'aime trop la musique pour en parler autrement qu'avec pa,;sion. Saurais-je même éviter ce
« petit grain de parti pris qui parfume les meilleures ré,olutions d'ê!re équitables, au point de tourner
« la tête au plus déterminé raiwnneur ? Je n'o,e le croire, les passionnés d'art ét ant d'irréductibles
« amoureux. » Ill
La plupart des gens en ce monde p:1rlent vobntiers de passi:m, prétendent
au besoin la ressentir, mais s'en savent incapables; ils vont assez volontiers jus-
qu'à la haïr chez les autres : et se vengent de leur incapë.cité d'émotion par le
papotage et le sarcasme. On a laissé entendre que les opinions de Debussy ne
prenaient guère que le ton de l' « éreintement >>. Vers 1900, la plupart des
chroniqueurs venaient de parvenir à reconnaître que Richard Wagner était
un compo.siteur de grand talent : comment auraient-ils pu admettre qu'un
esprit un peu plus avancé qu'eux en eût déjà fait le tour, en eût mesuré les
lacunes, et déterminé les dangers. Pour avoir fait des réserves sur Beethoven,
avoir manifesté de l'antipathie pour Gluck, et avoir tenté de contrecarrer le
wagnérisme, on a fait à Debussy la réputation de n'écrire que de parti pris ct
en se moquant. On n'a pas voulu voir combien la pensée qui le guidait était
sérieuse. Cette pensée était la préoccupation constante du maintien, du dévelop-
pement et de la grandeur de la tradition musicale française.
Pour lui ces mots « musique française » n'étaient pas une expression toute
faite, ni une forme de ce chauvinisme étroit et dénué de goût tel qu'on en a
(1) Cil Bla.s, 28 juin 1903.
L ' OE UV U E C 1U T 1 Q U E DE CL A lJ DE 0 E n V S S \' HW
.1 ..F 184"§ J 1 I.S' J J'PoJ-.,-,..,. ,.-.; _ _.. ...,....•. J ..rf .C.? .._,..E .. J _.•.J.; J ..r .10' /,!! 7 .:r .Y .1 J' 8 .r 1 § .1.?1 J..? ..1' Jl..l.l.ll.l
vu paraî tre durant la guerre et depuis la paix. Tout son instinct et toutes ses
méditations ne le portaient qu'à réfléchir à ce qui pouvait être utile ou néfaste
à la musique française. Il savait que notre tradition même nous commande de
regarder ce qui se fait au deià de nos frontières, de l'apprécier, d'en faire état,
mais aussi de nous défendre, de maintenir fermement ces vertus particulières
qui seules peuvent assurer à nos œuvres la durée et quelque rayonnement.
Longtemps avant la guerre, à une époque où compositeurs, interprètes
et critiques se souciaient assez peu de notre grandeur musicale propre, Debussy
pensait que la musique n'est pas du. tout l'art international que l'on veut bien
dire, mais, comme la littérature ou les arts plastiques, une émanation propre
au génie d'une race et qui en reproduit les instincts, les goûts, les penchants.
les préventions aussi, cu les aversions. Vers la fin de sa vie, il le redisait
clairement:
« Croire que les qualités au génie d 'une race ocni à une e.u!re r ace tall'3
dommage, est une erreur q'Ji a nc:re assez cllr nous adopton3 avec un endlou-
•iasme sans défi ance, des formu les clans lesquelles rien de français ne peu! en!rer. Il serai! rr. eill eur de
les confronter avec les nôtres, de \' oir ce qui nous mu.ncpte e! tâcher de la retrouver sans rien changer
au rythme de no!re pensée. Ains i nous cnri chiriom notre patrimoine >>.
C' est ce sentiment qui le guidait tout aussi · bien quand il attaquait Wagner
que lorsqu'il initiait les musiciel' 5 aux beautés de Rismky ou de Moussorgsky :
il savait que le génie franç ais se doit d'être « amical », mais qu'accueillir les
idées d'autrui ne veut pas dire s'y soumettre aveuglément. On l'a raillé, de son
vivant, de n'être point abîmé d'admiration devant Wagner; on voit de nos
jours des jeunes gens ne le tenir que comme un suppôt de la musique russe. Il
faut bien que toutes les sottises soient dites.
Loin d'êt re un esprit aigre et un génie hargneux, Debussy aimait la grâce.
Des propos erronés sur sa personne ont ajouté encore à la fausse impression de
ses écrits : tous ceux qui l'ont connu et fréquenté savent ce que sa brusquerie,
son goût de la retraite, recélaient de penchant pour l'amitié, et l'émotion. II ne
concevait pas qu'on pût mêler à la musique des préoccupations philosophiques
et sociales, et n'y voulait pas voir un tonique religieux ou laïque. II pensait,
comme la plupart de ses prédécesseurs en France, que << la musique doit hum-
blement chercher à faire plaisir : et qu'il y a peut-être une grande beauté pos-
sible dans ces limites n (l). Parce qu'on ne voulait voir en lui qu'un musicien
(! ) Revue Bleue, 2 avril 1904. Répome à une EncrJête.
LA RE V U E .M U S l CALE
compliqué, raffiné à l'excès, morbide et vague, c'est-à-dire précisément ce qu'il
n'était pas, on a cru qu'il se moquait, lorsqu'il publiait le goût qu'il ressentait
pour Gounod et Massenet. Paradoxe, paradoxe encore, disait-on, sans vouloir
comprendre que Debussy les aimait pour leurs indéniables qualité de musiciens,
et pour la simplicité de ce charme qui lui semblait plus précieux que tant
d'autres préoccupations orgueilleuses dont on a cru devoir farcir la musique.
Ce prétendu « démolisseur » aura aimé beaucoup et ne l'a pas toujours
caché. Il a aimé avec une inépuisable tendresse ce « vieux Bach qui contient
toute la musique >>. « Ce Bach dont œuvres sont si belles que très
« sincèrement on ne sait plus oit se mettre, ni comment se tenir pour se rendre
« digne de les entendre ». ( 1)
Il a aimé Chopin de la première à la dernière heure de sa vie musicale :
la dédicace des « Etudes >> et le soin qu'il prit de reviser une édition des œuvres
du maître polonais le témoigneraient déjà sans tel passage de ses critiques :
« Certes la nervosité de Chopin sul mal se plier à la patience qu'exige la confection d'une sonate ;
il en fil plu!ÔI des « esquisses très poussées ». On peul loul de même affirmer qu'il inaugura une
manière personnelle de traiter celle forme, se.ns parler de la délicieuse musicalité qu'il inventait à celle
occasion. C'était un homme à idées généreuses, il en changeait souvent •ans en exiger un placement à
eenl pour cenl qui esl la gloire la plus claire de quelques-uns de nos maîtres. »
Il a aimé Moussorgsky, on sait comment, et point n'est besoin à présent
de reproduire ici la page exquise consacrée, dans la Revue Blanche, à la
« Chambre d'enfants>>. Il a aimé, à une époque où presque personne ne s'en
souciait plus, Weber : il lui a consacré une page touchante au cours de laquelle
il évoque, dans les brouillards de Londres, ce jeune génie dont l'œuvre conte-
nait « la sorte de rêveuse mélancolie si personnelle à cette époque, et jamais
« alourdie par l'indigeste clair de lune allemand, dans lequel se baignaient
« presque tous ses contemporains. >>
« Tous les moyens connus de décrire musicalement le fantastique se trou-
« vent en puissance dans le cerveau de cet homme. - Même notre époque si
« riche en chimie orchestrale ne l'a pas dépassé de beaucoup. »
Ce qu'il a dit en l'honneur de Couperin et de Rameau, il n'est pas besoin
de le redire ici : on en a fait état, à mainte reprise; un peu trop même, car on
a prétendu l'enfermer dans ces seules admirations.
( 1) S. [. M. Jam-ier 1913.
L'OE UVRE CRITIQUE DE CLAUHE JlEIJUSSY 201
..
On voudrait nous faire croire qu'il n'a aimé qu' un art minutieux
et petit, lui qui, outre Bach, Weber et Chopin aimai t encore Liszt dont il a
dit plaisamment, et avec justice :
« La beauté indéni able de l'œu· n de Li ,zt tient, je crois, à ce qu 'il aimai t la rnusique a l'exclusion
de tout autre oentiment Si par fois il va jusqu 'à la tutoyer et la meUre carrément sur ses genoux, cela
vaut bien la man ière gourmée de ceux qui ont l'air de lui êire préeenté, pour la première fois. Assu-
rément c'est très convenable. mais ça manque de fi<:vre. La fi èvre ct le débraillé atteignant souvent au
génie de Liszt, c'est préférable à la per fection même en gants blancs, »
Parmi ses contemporains il a su rendre justice à Charles Bordes et à son
œuvre, à Albeniz, à Paul Dukas dont la Sonate lui servit de prétexte pour
définir et admirer la à hf assend « dont la musique est secouée
« de frissons, d' élans, d'étreintes qui voudraient s'éterniser. Les harmonies
<< y ressemblent à des bras, les mél odies à des nuques : on s'y penche sur le
« front des femmes pour savoir à tout prix ce qui se passe derrière ... ( 1)
Il a rendu justice à Lalo : « P armi trop de stupi des ballets, il y eut une
manière de chef-d'œuvre, la Namouna, de Lalo; on ne sait quelle sourde féro-
cité l'a enterrée si profondément que personne n'en parle plus ...
Qu'on relise donc son article sur Gounod (2), on y trouvera sous des phrases
plaisantes d'assez solides vérités :
« Des musicographes éminents ont reproché à Gounod d'avoir travosti la pensé de Gœthe ; les mêmes
éminents personMges ne pensh ent jamais à !l'.p<rcevoir que Waener avait peut-être fe.ust é le person-
nage de qui, dans la légende, n'_, t pa• du tout le bon petit garçon repentant qu'en a fait
Wagner, et dont le bâton, brûlé du souvenir de Vén'-"• n' a jamais voulu refl eurir. Dans cette aventure,
Gounod ost peut-être pardonnable paree qu'il est Françai•, tandis que Tannbeu.er et Wagner étant
tous deux Allemands, cela reste •ans excnse ... l l
« Gounod, avec ses est nécess ai re. D'abord, il est cultivé ; il connaît Pal es trina, col-
labore avec Bach. Son respect des traditions es t •mez clairvoyant pour ne pa' damer le nom de Gluck,
autre influence étrangère aosez mal dét erminée. Il recommande plutôt Mozart à l'amour des jeunes
gens, - preuve dt- grand déc:Ï!1!éreccement. ("'ar jamai• il ne s'en .. . n
Mais qu'on relise aussi l'article qu'il consacre à Richard Strauss (3), pour
combien l'esprit de Debussy, si pénétré qu'il fût de la << grandeur
française >>, savait rendre hommage aux génies les plus éloig'lés de ses propres
tendances et de sa propre nation. Qu'on rebe les deux articles sur Grieg, pour
voir comment il sait, au besoin, modifier, après dix ans, ses opinions, sans aucun
égard à la mode.
(l\ Revue Blanche, J•r décembre 19\'ll.
(2) M u•ica, juillet 1906.
()) .Revue Blanche, 1 or juin 1901.
20!.! ' LA REVUE li USICALE
Peut-on le blâmer d'avoir loué modérément César Francq, dont il reconnais-
sait le génie, et d'avoir dit de lui : « Jamais il ne pense mal, ni ne soupçonne
l'ennui n, à propos des Béatitudes? Le blâmera-t-on de n'aimer pas ardem-
ment Berlioz, tout çn reconnaissant que « la Symphonie Fan tas tique est tou-
jours ce fiévreux chef-d'œuvre d'ardeur romantique où l'on s'étonne que la
musique puisse traduire des situations aussi excessives, sans s'essouffler. C'est
d'ailleurs émouvant comme une lutte d'éléments. ))
Lui reprochera-t-on les réserves qu'il a faites sur Beethoven : il pensait que
le fétichisme à l'égard de ce maître dépassait les bornes raisonnables, et que la
place qu'il occupait dans les concerts était excessive. Qu'on relise avec soin les
diverses opinions de Debussy sur Beethoven, qu'on en fasse la balance, et l'on
y trouvera une leçon de goût dont il y a plus de profit à tirer que des effusions
littéraires de beaucoup d'autres.
En fin de compte, les « démolissages n de Debussy se bornent à deux têtes,
considérables il est vrai. celle de Gluck et celle de Wagner. Pour Gluck, il est
aisé et peut-être juste de ne pas partager le sentiment de Debussy; pour Wa-
gner, c'était une question d'époque, d'influence, d'esthétique. Il faut se souvenir
du point extrême où l'on avait porté le culte de Wagner vers le début de ce
siècle; peintres, littérateurs, mus:ciens, rivalisaient à en répandre l'évangile et,
presque seul. Debussy sentait tout le danger d'un tel culte. Qu'on s'étonne donc
que dans sa passion, dans la ,rersuasion où il est, que « le wagnérisme, c'est
l'ennemi n, il mette parfois une ardeur extrême à combattre l'auteur de Tristan;
qu'on s'étonne donc qu'il à la nnnière de Lohengrin, fils de Parsi/al,
de Jules Laforgue, pour ridiculiser !e livret ridicule de Parsi/al.
Dans l'ensemble, par la nature de ses idées, par la verve de son esprit,
par la qualité personnelle de sen style, l'œuvre critique de Debussy mérite
grandement d'être conservée; elle constitue un document considérable pour
l'étude du goût musical en France, pour l'éclairement de la personnalité du
compositeur, et elle marque un moment plus considérable encore du mouvement
aïtistique qui a porté la Musique Française au sommet où elle est parvenue
aujourd'hui.
G. ]EAN-AUBRY.


LA MUSIQUE DE DEBUSSY EN FRANCE ET A L'ËTRANGER
France
THÉATRES LYRIQUES
U// ]EUX de DEBUSSY au de:1 Champs-Elysées
La troupe de danseurs suédois que le caprice fastueux de M. Rolf de Maré promène
à travers le monde, nous a donné, en passant, une pcùe leçon. Ce n'est pas précisément
une leçon de danse. Ces charmants jeunes gens, si consciencieux, si sont, en
chorégraphie, des écoliers plutôt que des maîtres. C'est une leçon de goût. Ils nous ont
rappelé, incidemment, que nous possédions un petit chef-d' œuvre de musique dansante,
int:tulé ]eux et que nous ne paraissions pas nous en douter.
Nos directeurs de théâtres lyriques l'ignorent en effet et nos associations symphoniques
n'en ont pas encore été informées. On a dérobé aux danseurs pour les inscrire au répertoire
des concerts, la Péri, le Festin de l'Araignée, la Tragédie de Salomé, Daphnis et Chloé :
on ne songe pas à rendre les mêmes honneurs à cette remarquable p:utition de Debussy qui
est un m!racle de souplesse, de mobilité et d'agilité rythmique et orchestrale. Remercions les
hôtes suédois de M. Hébertot d'y avoir songé pour nous.
feux est un divertissement ironique et attendri d'une couleur psychologique absolument
nouvelle dans l'œuvre de Debussy. C'est un exemple saisissant de ce que pourrait être la
féerie moderne, celle qui consentirait à s'apercevoir de la beauté éparse dans nos horizons
quotidiens et de la grâce enclose dans les humb!es accessoires de la vie actuelle. Il fallut
un certain courage à Nijinsky pour en choisir le thème : une partie de tennis stylisée, un
double flirt ébauché, raquette au poing, dans un parc moderne, à deux pas du filet tendu
et de la balle bondissante.
l,A REVUE MUSICALE
L'éducation p!astique de nos contemporains est si conventionnelle et si sommaire qu'il
est fort difficile d'intéresser un spectateur de 1920 à la beauté qui l'entoure. Notre
public ingénu s'extasie docilement en présence de la figurante empaquetée de linges blancs
qui se contorsionne pour hisser sur son épaule une amphore de carton-pierre : c'est, pour
lui, toute la Grèce antique, c'est de l'esthétique cataloguée, consacrée, poinçonnée par les
autorités responsables. On peut admirer sans crainte : on admire l Mais la suave ara-
besque décrite, entre ciel et terre, par un corps d'ado!escente qui se cambre ou se dénoue
dans les airs en poursuivant le caprice ailé d'un insaisissable atome blanc, n'émeut pas
la plupart des hommes d'aujourd'hui. Ce « motif » est trop près de nous : on n'ose pas
le prendre au 8érieux.
Et pourtant, que de grâce forte, de ferme élégance et de riches!es linéaires inépui-
!ables nous ont apportées les gestes sportifs 1 c· est à ces harmonies plastiques nouvelles,
c'est à la beauté stricte et précise des costumes même du Epart que la partition de
Debussy se proposait de rendre hommage. Souple, toujours prête aux voltes instantanées,
cette musique est d'une inconcevable prestesse. Elle e ~ t en éveil comme les joueurs qu'elle
décrit. Elle change de mouvement et de nuances toutes les deux mesures. Elle abandonne
un dessin, un timbre, un élan, pour se précip-iter dans une autre direction. La mélodie est
reprise ensuite par un habile « revers » : le thème, adroitement ressaisi, est lancé à la
volée ou à la demi-volée, bloqué net ou virant comme une « balle coupée » ... Ce n'est
pas la description d'une partie de tennis, ma.ls c'est une transposition instinctive de sa
technique agile et remuante.
Et dans les mille éclats de ce miroir mélodique brisé se reflète, fugitif, insaisissable,
le sourire cruel de l'amour. Deux mesures alanguies, une courte palp:tation mélodique
expressive, au-dessus des ironiques pizzicati du reste de l'orchestre, suffisant à nous indi-
quer le pathétique éternel des regards qui se fuient et se cherchent, des mains qui se fTôlent
et des lèvres qui n'osent s'unir.
Avec un peu de timidité dans le décor et le costume - il fallait oser les lunes élec-
triques de la création, malgré l'invraisemblance de l'heure; il fallait oser le costume
moderne intégral - les danseurs suédois ont réalisé consciencieusement et respectueusement
cette singulière vision. M. Jean Barlin, en fâcheuse culotte de garçonnet, resta souvent
un peu en deçà des intentions de l'auteur, mais Mlles Hasselquist et Carina Ari, avec
l'intuition géniale de l' éterne
1
féminin, retrouvèrent, sans effort apparent, la pensée pri-
mitive du compositeur et la traduisirent avec une ingénuité et une souplesse charmantes. Et
l'exécution orchestrale de cette page miroitante, chatoyante, moirée de reflets perpétuel-
lement changeants, fut, grâce à la fine sensibilité orchestrale de 0.-E. lnghelbrecht, le
plus délicat des éblouissements.
EMILE VUtLLERMOZ.
CHRONIQUES ET NOTES
Belgique
DEBUSSY EN BELGIQUE
œuvres de Debussy ont pénétré tôt en Belgique, où elles ont éveillé une curiosité
grandissante et très sympathique. Grâce à Octave Ma us, lei deux frères Ysaye, Guidé,
Sylvain Dupuis, nous avons successivement connu, peu de temps après leur apparition, la
Damoiselle Elue, le Quatuor, d'un Faune, les Nocturnes, Pelléas et la Mer.
Depuis une dizaine d'années déjà, nos pianistes et nos chanteurs inscrivent à leurs pra.
grammes les Images, les premiers Préludes, les Ariettes et les Poèmes. La guerre empêcha
l'initiation complète; les derniers Préludes, Saint-Sébastien, les /eux, lbéria ne nous sont
pas encore familiers : les virtuoses et les organisateurs de concerts s'emploieront à combler
cette lacune.
Toutefois, certains ouvrages récents n'ont pas attendu la fin de l'occupation ennem1e
pour pénétrer en Belgique. Les trois Sonates composées en 1915 et 1 916, après avoir
traversé la Suisse ou la Hollande, furent révélées au public bruxellois, quelques semaines
après leur publication à Paris, par des artistes tels que Zimmer, Pitsch et Bosquet. Le
Noël des enfants qui n'ont plus de maison, transporté avec simplicité par la poste alle-
mande, parvint en copie, au milieu d'autres pages musicales d'apparence germanique, à
l'un de nos mécènes. La ballade circula parmi les dames et demoiselles, qui la copiaient
avidement. Au printemps 1916, il n'était pas rare d'entendre une voix, s'échappant d'une
fenêtre ouverte, répéter avec : « Ils ont tout pris, tout pris », tandis que les
officiers gris à tête rasée passaient sur les trottoirs en jargonnant et sonnant de l'éperon.
Si le public belge a compris et aimé Debussy, il est curieux de constater que nos com-
positeurs ne semblent pas en subir l'influence. On aperçoit celle-ci dans les pays latins et
même anglo-saxons; elle reste négligeable en Belgique. Pourquoi?
On a pu dire que la littérature joue un rôle essentiel dans l'inspiration de Debussy;
une littérature très raffinée, dont les écrits de Baudelaire, Verlaine, Pierre
Louys et Maeterlinck fournissent les principaux éléments. Or, la plupart de nos composi-
teurs lisent peu. L'invention est pittoresque chez les Flamands, harmonique chez les
Wallons; le folklore les sollicite volontiers. Mais moins la transposition en musique de la
pensét: écrite, surtout raff.mie et subtile. Une commune curiosité de la musique russe pou·
vait provoquer entre le maître français et nos compositeurs une rencontre; mais l'objet de
cet attrait n'était pas le même. Les pages substantielles du groupe des cinq se jouaient
fréquemment en Belgique il y a trente ans, époque où Paris les connaissait moins. La
fa stueuse, la saveur sensuelle des timbres, les rythmes souples de Borodine et de
!.!OU L ,\ REVUE MUSICALE
Rimsky-Korsakow séduisaient surtout nos écrivains pour l'orchestre, alors que l'âme ner·
veuse de Debussy s'ouvrait aux mélodies inquiètes ou fantasques de Moussorgsky, enrou-
lées autour d'une simple pédale, et comme éclairées d'un reflet d'Orient. De même la pré-
dilectiOn de Debussy pour les clavecinistes français n'est pas partagée par nos musiciens
dont la conception reste plus volontiers lyrique. Ils ne s'émeuvent point de << ce parfum
sournoisement voluptueux, cette fine perversité inavouée » que s"Ignale Debussy chez
Couperin; et lorsqu'il écrit : « J'aime beaucoup Massenet >>, cela les heurte comme un
paradoxe déplacé.
Au surplus, les artistes de Belgique sont trop jaloux de leur personnalité pour en
une parcelle en employant des formules étrangères à leur tempérameent. La for-
mule (pour autant qu'il y en ait une!) rejette la discipline tonale, cherche
l'indépendance, la liberté de l'expression, s'efforce de dégager l'essence de l'élément sen·
sible. Un goût d'une sûreté unique, peut-être la plus surprenante qualité de Debussy,
temoère toute licence et écarte tout danger d'excès; une union prodigieusement
identifie la pensée musicale avec la forme qui l'exprime. Ceux qui s'inspirent de cette forme
doivent penser comme Debussy et se laisser absorber par sa personnalité. Le compositeur
qui veut garder la sienne en étudiant profondément Debussy n'y parviendra qu'en se déga-
geant prudemment de la séduction. Les nôtres s'en défendent; s'i!s reconnaissent avec une
tendre admiration la supériorité du maître exquis, l'instinct, sauvegarde de leurs tempéra-
ments, les dissuade de l'imiter.
HENRY LESBROUSSART.
Espagne
CLAUDE DEBUSSY ET L'ESPAGNE
Claude Debussy a écrit de la musique espagnole sans connaître : c'est-à-
dire, sans connaître le territoire espagnol, ce qui diffère sensiblement. Claude Debussy con-
naissait l'Espagne par des lectures, par des images, par ses chants et ses danses chantées
et dansées par Espagnols authentiques.
Lors de la dernière Exposition Universelle du Champs de Mars, on pût voir deux
jeunes musiciens français qui allaient ensemble les musiques exotiques que, de
pays plus ou moins lointains, l'on venait offrir à h. curiosité parisienne. Modestement mêlés
à la foule, ces jeunes musiciens remplissaient leur esprit de toute la magie sonore et ryth-
qui se dégageait de ces étranges musiques tout en éprouvant des émotions nouvelles et
jusqu'alors insoupçonnées. deux musiciens - dont les noms devaient compter plus tard
parmi les plus illustres de la musique contemporaine - étaient Paul Dukas et
Claude Debussy.
ET NOTES 2()7
Cette petite anecdote explique l'origine de bien des aspects de l'œuvre de Debussy: mis
en présence des vastes horizons sonores qui s'ouvraient devant lui et qui allaient de la
musique chinoise jusqu'aux musiques de l'Espagne, il entrevit des possibilités qui devaient
se traduire bientôt en de splendides réalisations. « J'ai toujours observé - disait-il _ et
j'ai tâché, dans mon travail, de tirer parti de mes observations. >> La façon dont Debussy
a compris et exprimé l'essence même de la musique espagnole, prouve jusqu'à quel point
cela était vrai.
Mais d'autres raisons devaient encore faciliter sa tâche : on sait quel était son pen-
chant.pour la musique liturgique; or, le chant populaire espagnol étant basé, dans une
grande partie, sur cette musique, il devait en résulter que, même dans les œuvres du
maître qui n'ont pas été écrites avec l'intention qu'elles fussent espagnoles, on trouve bien
souvent des modes, des cadences, des enchaînements d'accords. des rythmes et même des
toun.ures qui décèlent une évidente parenté avec la musique << naturelle >> de chez nous.
Pour en donner une preuve ie citerai Fantoches, Mandoline, !v/asques, la Danse
profane, le deuxième mouvement du Quatuor à cordes, qui, même par sa sonorité, pourrait
passer, dans sa plus grande partie, pour l'une des p!us belles danses andalouses que l'on
ait jamais écrites. Et cependant, quelqu'un ayant questionné le Maître à ce sujet, celui-ci
déclara ne pas avoir eu la moindre intention de donner à ce Scherzo un caractère espagnol.
Tout pénétré du langage musical espagnol, Debussy créait spontanément et je dirai même
inconsciemment, de la musique espagnole à rendre envieux - lui qui ne connaissait réelle-
ment pas l'Espagne- bien d'autres qui la connaissaient trop!...
Une seule fois il avait traversé la frontière pour passer quelques heures à Saint-
Sébastien et assister à une course de taureaux; c'était bien peu de choses! Il gardait, néan-
moins, un fort souvenir de l'impression ressentie devant la lumière toute particul:ère d'une
Plaza de T oros : le contraste saisissant la partie inondée de soleil par opposition à
celle qui reste couverte d'ombre. le Malin d'un jour de fête d' << lbéria )), on pour-
rait peut-être trouver ur.e évocation de cette après-midi passée au seuil de l'Espagne ...
Cependant, il faut bien dire que cette Espagne-là n'était pas la sienne. Ses rêves le
conduisaient p!us loin, car c'est surtout dans l'évocation de l'ensorcelante Andalousie qu'il
aimait recueillir sa pensée. Par les R!!es et par les Chemins et les Parfums de la Nuit,
de l'œuvre plus haut citée; la Puerta del Vino, la Sérénade interrompue et la Soirée dans
Grenade, en font foi.
C'est d'ailleurs, par ce dernier morceau que Debussy inaugura la série des œuvres que
l'Espagne devait lui inspirer; et ce fut un Espagnol, notre Ricardo Vines, qui, ainsi que
pour la plupart des œuvres pianistiques du Maître, en donna la première audition en
1903, à la Société Nationale de Musique.
La force d'évocation concentrée dans les quelques pages de la Soirée dans Grenade,
tient du prodige quand on pense que cette musique fut écrite par un étranger guidé presque
,
!103 LA REV UE MUSICALE
par la seule vision de son génie. Nous voilà bien loin de ces Sérénades, Madrilènes et
Boléros dont les faiseurs de musique soi-disant espagnole nous régalaient autrefois; ici
c'est bien l'Andalousie que l'on nous présente : la vérité sans l'authenticité, pourrions-nous
dire, étant donné qu'il n'y a pas une mesure qui soit directement empruntée au folk-lore
espagnol et que, nonobstant, tout le morceau, jusqu'en ses moindres détails, fait sentir
l'Espagne. Nous reviendrons plus tard sur ce fait auquel j'attache une importance capitale •

Dans la Soirée dans Grenade, tous les éléments musicaux collaborent à un seul but :
l'évocation. On pourrait dire que cette musique, par rapport à ce qui l'a inspirée, nous
donne l'effet des images miroitant au clair de lune iur l'eau limpide des larges albercaa
dont l'Alhambra est parée.
Cette même qualité d'évocation nous offerte par les Parfums de la Nuit et la
Puerla del Vino, étroitement liés à la Soirée dans Grenade, par une commune oase
rythmique, celle de la H ahanera (qui n'est en quelque sorte que le tango andalou) dont
Debussy aimait à se servir pour exprimer le charme nonchalant des nuits ou des après-midi
de l'Andalousie. Je dis des après-midi parce que c'est l'heure calme et lumineuse de la
sieste à Grenade que le musicien a voulu invoquer dans la Puerta del Vino.
L'idée de composer ce Prélude lui fut suggérée en regardant une simple photographie
coloriée reproduisant le célèbre monument de l'Alhambra.
Orné de reliefs en couleurs et ombragé par de grands arbres, le monument fait con-
traste avec un chemin inondé de lumière que l'on voit en perspective à travers l'arceau
du bâtiment. Debussy ressentit une si vive impression qu'il résolut de la traduire en musique,
et, en effet, quelques jours plus tard La Puerta del Vino était composée ...
Ce morceau, bien qu'apparenté par son rythme et par son caractère, à la Soirée dans
Grenade, diffère de celle-ci par le dessin mélodique. Dans la Soirée, le chant est s)llla-
bique - pourrions-nous dire - tandis que dar:s la Puerla del Vino il se présente souvent
enguirlandé de ces ornements propres aux copias andalouses que nous désignons par l' ap-
pellation de cante jondo. L'usage de ce procédé, déjà suivi dans la Sérénade interrompue
et dans le second thème de la Danse profane, nous montre jusqu'à quel point
Debussy avait connaissance des variantes les plus subtilei de notre chant populaire.
Cette Sérénade interrompue, que je viens de citer, et que je n'hésite pas à inscrire
parmi les œuvres du maître inspirées par l'Espagne, diffère, par la division ternaire de la
mesure, des trois compositions du même groupe précédemment mentionnées, où le rythme
binaire est employé d'une façon exclusive.
En ce qui concerne le caractère populaire espagnol du Prélude en question, il faut
remarquer l'heureux emploi de traits caractéristiques de guitare qui préludent ou accom-
pagnent la copia, la grâce toute andalouse de celle-ci et l'âpreté des accents de défi répon-
dant à chaque interruption ...
Cette musique semble inspirée par une de ces scènes dont les poètes romantiques de
t:IIRONIQ U ES ET NOTES 209
jadis nous entretenaient souvent : deux donneurs de sérénades se disputant les faveurs d ' u ; ~ e
belle qui, cachée derrière le grillage fleuri de sa fenêtre, épie les incident3 du galant tournoi.
Nous arrivons à lbéria, l'œuvre la plus importante du groupe dans lequel, cepen-
dant, elle fait une sorte d'exception. Cette exception provient du procédé thématique
suivi par le musicien dans la composition de l'œuvre; son thème initial donnant lieu à des
transformations diverses et subtiles, celles-ci - il faut l'avouer - s'écartent quelquefois
du vrai sentiment espagnol qui se dégage des œuvres antérieurement signalées. Mais
qu'on ne voie pas le moindre blâme dans ce que je viens de dire; je pense, au contraire,
qu'on ne doit que se féliciter du nouvel aspect qu'/béria nous offre.
On sait, d'ailleurs, que Debussy évitait toujours de se répéter. « II faut- disait-il-
refaire le métier d'après le caractère que l'on veut donner à chaque ouvrage ... >> Et il
avait bien raison!
Or, en ce qui touche lbéria, Claude Debussy a expressément dit, lors de sa première
audition, qu'il n'avait pas eu l'intention de faire de la musique espagnole, mais plutôt
de traduire en musique des impressions que l'Espagne éveillait en lui ...
Hâtons-nous d'ajouter que cela a été réalisé d'une magnifique façon. Les échos des
villages, dont une sorte de sevi/lana - le thème générateur de l'œuvre - semblent
flotter dans une claire atmosphère où la lumière scintille; l'enivrante magie des nuits
andalouses, l'allégresse d'un peuple en fête qui marche en dansant aux joyeux accords
d'une banda de guilarras et bandurrias ... tout, tout cela tourbillonne dans l'air, s'appro-
chant, s'éloignant, et notre imagination, sans cesse en éveil, reste éblouie par les fortes
vertus d'une musique intensément expressive et richement nuancée.
Je n'ai rien dit de ce que ces diverses œuvres nous apprennent par leur écriture har-
monique; ce silence était bien intentionnel, car ce n'est qu'en présence du groupe d'œuvres
tout entier que cet aspect pouvait être envisagé. Nous savons tous ce que la musique
actuelle doit à Claude Debussy à ce point de vue et à bien d'autres encore. Je ne veux
pas parler, bien entendu, des serviles imitateurs du grand musicien; je parle des consé-
quences directes ou indirectes dont son œuvre a été le point de départ; des émulations
qu'elle a provoquées, des néfastes préjugés qu'elle a à jamais détruits ...
De cet ensemble de faits l'Espagne a largement profité. On pourrait affirmer que
Debussy a complété, dans une certaine mesure, ce que l'œuvre et les écrits du maître
Felipe Pedrell nous avaient déjà révélé des richesses modales contenues dans notre musique
naturelle et des possibilités qui s'en dégageaient. Mais tandis que le compositeur espagnoi
fait emploi, dans une grande partie de sa musique, du document populaire authentique,
on dirait que le maître français s'en est écarté pour créer une musique à lui, ne portant
de celle qui l'a inspiré, que l'essence de ses éléments fondamentaux. Cette façon d'agir,
toujours louable chez les compositeurs indigènes (exception faite des cas où l'emploi
du document enregistré est justifié} prend encore une plus grande valeur lorsqu'elle est
210 LA R E \ ' U E .\1 U S H ~ AL E
observée par ceux qui - pour ainsi dire- font une musique qui n'est pas la leur. Mais
il y a encore un fait à signaler au sujet de certains phénomènes harmoniques qui se pro-
duisent dans le tissu sonore particulier au maître français. Ces phénomènes en germe,
bien entendu, les gens du peuple andalou les produisent sur la guitare sans s'en douter
le moins du monde. Chose curieuse : les musiciens espagnols ont négligé, méprisé même ces
effets, les considérant comme quelque chose de barbare ou, tout au plus, en les accommo-
dant aux vieux procédés musicaux; et cela jusqu'au jour où Claude Debussy leur a
montré la façon de s'en servir.
Les conséquences ont été immédiates; les douze admirables' joyaux que sous le nom
d'lbéria nous légua notre Isaac Albeniz, suffiraient à le démontrer.
J'aurais certes bien d'autres choses à dire sur Debussy et l'Espagne, mais cette
modeste étude d'aujourd'hui n'est que l'ébauche d'une autre plus complète dans laquelle
je· rn' occuperai également de tout ce que notre pays et notre musique ont inspue aux
grands compositeurs étrangers, depuis Domenico Scarlatti - que Joaquin Nin reven-
dique pour l'Espagne - jusqu'à Maurice Ravel.
Mais dès maintenant je veux dire très haut que si Claude Debussy s'est servi de
l'Espagne comme base de l'une des plus belles parties de son œuvre, il a si largement
payé sa dette que c'est l'Espagne, maintenant, qui reste sa débitrice.
MANUEL DE FALLA.
Grenade, 8 Novembre 1920.
P.-S. - L'Espagne a honoré d'une façon toute particulière la mémoire de Claude
Debussy. D'émouvantes séances lui ont été consacrées un peu partout et notamment à
Madrid, par l'Aten.;o Cientifico Literario .Y Artistico et la Sociedad Nacional de Musica,
Le nom du grand musicien français est très souvent inscrit aux programmes de cette der-
nière Société qui, deux. ans avant la mort du maître, avait obtenu de lui la promesse
formelle de venir diriger un concert composé de ses œuvres. L'état du grand malade ayant
empiré peu de temps après, il ne fut malheureusement pas donné suite à ce projet dont
nous avions tous si ardemment souhaité la réalisation.
Grande Bretagne
LA MUSIQUE DE DEBUSSY ET LES ANGLAIS
Pour comprendre l'attitude des Anglais envers la musique de Debussy, il est nécessaire
de revoir et de corriger, les notions qu'on a à l'étranger et en France en particulier sur le
degré de « musicalité n du peuple anglais ou tout au moins de cette partie de la population
CURONIQUES ET NOTES 21 t
r l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l ~ l l l l l ~
qui s'adonne à la musique d'une manière plus ou moins sérieuse. Or il règne sur cette ques-
tion des idées confuses et erronées qu'il n'est pas inutile de rectifier. Il est convenu d'affirmer
que l'Anglais n'est pas musicien et que le mouvement musical en Angleterre ne vaut pas
la peine qu'on s'en occupe. Comme tout préjugé, celui-ci contient une parcelle de vérité,
mais elle n'apparaît pas à la surface de l'affirmation que je viens de citer. La vérité est
que ce n'est ni le goût, ni ,Je talent qui font défaut en ce pays, mais le sens critique et la
curiosité artistique. Une certaine paresse d'esprit semble rendre le bon et le mauvais
également acceptables, mais ce n'est pas à dire que l'affection pour la musique comme telle
soit moindre en Angleterre qu'ailleurs. Bien au contraire mon expérience personnel-le, qui
s'étend à tous 'les pays d'Europe où la musique joue un rôle important parmi les plaisirs
intellectuels, me permet de dire que je n'en connais aucun où l'amour de la musique soit
à la fois plus réel et plus général. Je n'en veux pour preuve que le nombre considérable
de concerts, de récitals, de séances de musique de chambre (il y en a parfois jusqu'à cinq
dans une même journée}, exécutions musicales qui toutes attirent un public plus ou moins
abondant, mais rarement clairsemé. Tout ce monde écoute béat ou enthousiaste des con-
certs de valeur inégale souvent fort longs et qui mettraient partout ailleurs la patience
des auditeurs à une .épreuve assez rude. Il accepte !}a médiocrité sans broncher, la nou-
veauté avec respect, mais sans enthousiasme. Son amour pour la musique a quelque chose
de traditionnel : il ressemble à l'amour tout court ou à la foi, en cela qu'il est aveugle.
Demandez-lui son appréciation, elle sera conçue en termes généraux et vagues presque
monosyllabiques, nice, fine, lovel:y, ou se traduira par ce néologisme horripilant : topping!
Une minorité s'intéressera aux détails techniques et vous parlera avec sérénité de la gamme
à tons ·entiers ou de celle des douze notes. Ceux en effet qui s'occupent sérieusement de
musique semblent s'imaginer que pour être musicien i.J suffit de comprendre la technique
musicale. Dans aucun pays du monde il n'existe une littérature aussi abondante sur la
musique, l'histoire de la musique, la construction musicale, l'harmonie, le contrepoint et
nulle part cette littérature ne se rend plus condescendante, plus populaire, plus insinuante
presque, afin que les plus ignorants puissent se rendre compte des éléments qui constituent
la musique. Et c'est précisément cette façon de regarder la musique qui lui est la plus néfaste;
les arbres empêchent de voir la forêt, la science étouffe ,J'instinct. Il y a enfin une partie
du public qui aborde la musique sous l'égide de la littérature. C'est de beaucoup la plus
nombreuse en Ang!eterre comme en France. Pour elle, tout se traduit en images précises
ou, par une association d'idées plus raffinée encore, en couleurs, et elle demeure étonnée
quand on lui dit qu'il est fort possible d'écouter intelligemment de la musique sans qu'elit>
suscite image ni couleur. Or, c'est ce public généralement fort cultivé, qui a été tout d' abord
gagné par l'œuvre de Debussy, qui lui est resté fidèle et qui peu à peu lui a attiré le
respect d'abord, puis l'admiration, enfin l'enthousiasme des autres.
Il faut bien dire qu'il y a un quart de siècle la musique de Debussy n'apparaissait à la
212 LA nE \ ' l J E :.'\1 U S A L E

plupart que comme un chaos très confus de sons parfois cacophoniques et qui n'avait
d'autre avantage sur celle de Richard Strauss, par exemple, que d'être moins bruyante et
moins longue. Mais la gent musico-littéraire y vit la réalisation vivante de ses vues sur le
but de ,]a musique :pour elle l'Après-midi d'un Faune était bien la traduction en sons
du poème de Stéphane Mallarmé; elle entendait bien nettement la tomber goutte à
goutte sur les jardins, elle voyait distinctement la lune inonder de sa lumière pâle l'immen-
sité des temp
1
es dsiparus et elle ne s'effrayait guère des audaces d'un système harmonique
particulier qui confondit d'horreur èeux qu'avait prévenus contre lui une longue accoutu-
mance aux cadences traditionnelles.
Mais ces mêmes hardiesses qui éloignèrent de Debussy une très grande partie du
monde musical curent une influence et une répercussion inattendues sur les
de la jeune école. Chose remarquable, mais naturelle et historiquement logique, ces jeunes
gens, tout nourris qu'ils fussent à l'école classique, dont Brahms à la fin du siècle dernier
était devenu la dernière et plus haute expression, loin de continuer dans les traditions où ils
furent élevés, s'empressèrent de les rejeter et de se précipiter tête baissée dans r émancipation
harmonique rythmique et contrapuntiste où Debussy et l'école française moderne les avait
précédés. Dans l'œuvre de Frank Bridge, de Scott surtout, de John lreland, de Goos sens
Jr., de Speaight, de John Heath, de Holst, de John Gerrard Williams, il ne reste pres-
que aucune trace de l'influence de la grande école allemande; chez les uns comme chez les
autres, c'est celle de Debussy et de Ravel qui a présidé à leur éclosion, qui leur a ouvert
des horizons et qui, en donnant à leur pensée musicale une orientation nouvelle, leur a per-
mis à leur tour de produire des œuvres originales trop peu connues même en Angleterre.
Pour le grand public, l'œuvre de Debussy souvent mal interprétée, jouée trop rarement
ct d'ordinaire trop difficile pour les amateurs même avancés est restée presque terra
incognito; pour un nombre p!us restreint, l'oreille déjà se repose sur la douceur de ses
sonorités des dissonnances stridentes qu'aime l'école ultra-moderne. Pour les uns comme
pour les autres, l'ère des grands enthousiasmes comme des grandes indignations est passée.
Avec les admirateurs éclairés de Debussy, on peut, sans provoquer de colères, parler de
ses limites. Mais ce que la musique anglaise ne pourra oublier, c'est l'empreinte
profonde que son génie a laissée sur elle et le service qu'il a rendu à la musique
de tous les pays en opposant la finesse de son esprit, l'élégance de sa facture, la sobriété
toute française de son style et de ses moyens à l'envahissement croissant du genre colossal
auquel l'art de la musique a failli succomber.
L. DUNTON GREEN.
ET NOTES
1 ta lie
DEBUSSY ET LA JEUNE ECOLE ITALIENNE
II est assez difficile de définir - en peu de lignes - les rapports de l'esthétique debus-
syste avec notre nouvelle école, et la part prise par le grand musicien français à la formation
de notre plus récente sensibilité.
Il faut, à mon avis, envisager l'influence de Debussy sur les jeunes Italiens : d'abord
d'un point de vue strictement, techniquement musical, en faisant ressortir la vertu émanci-
patrice - dans le sens anlidialonique - de son art; ensuite du point de vue plus général
de la doctrine impressionniste dont il fut -- en musique - le principal représentant.
Chacun sait en quoi consiste l'essence de la « révolution » debussyste : ,)a réalisation
soudaine, complète et déjà en elle-même parfaite, d'une musique véritablement libre,
c'est-à-dire affranchie de tous ces dogmes tyranniques que la théorie occidentale avait fait
peser durant de longs siècles sur notre art - et surtout du plus lourd d'entre eux : celui
du dialonisme.
Aujourd'hui que l'art de Debussy nous apparaît déjà comme « cristallisé » par un
suffisant recul, il devient possible d'en découvrir la rigoureuse nécessité historique. Après
l'épuisement des principales ressources du diatonisme traditionnel par le Tris lan de Richard
Wagner, des lueurs venues de Russie - et des lointains de la civilisation byzantine -
indiquaient au jeune « Prix de Rome ll la voie de l'avenir. Nous savons maintenant
qu'il ne faillit point à sa tâche et que - par un prodige dont il est bien peu d'exemples
dans l'histoire de l'art - sous l'impulsion d'une fantaisie et d'une sensibilité des plus
rares et des plus hautes - la nature se découvrit enfin aux yeux émerveillés des musiciens.
Mais, encore une fois, la venue de Debussy et l'apparition de son art n'avaient rien d'un
miracle. Elles résultaient de l'inflexible logique qui préside à l'évolution créatrice, et qui
fait que, lorsqu'un cycle est révolu, la nature pourvoit infaiHiblement à l'élaboration du
suivant, coordonne jalousement les circonstances et crée les individus nécessaires pour que
la nouvelle phase de l'évolution s'accomplisse à son tour.
Il y a une quinzaine d'années, commença à se manifester chez nous les symptômes
d'une imminente transformation du goût musical national. Lourde d'un passé mél odra-
matique dont la richesse demeure encore aujourd'hui ·inégalée, la musique italienne allait
se tourner à nouveau vers la musique pure. Mais, la tradition nationale en étant brisée
depuis le XVIII' siècle, force était à ces nouveaux musiciens, de puiser une partie de leurs
énergies rénovatrices à d'autres écoles, déjà mûres et conscientes. C'est ainsi que, tandis
que les prédécesseurs immédiats de notre génération, c'est-à-dire Sgambatti, Martucci,
214 LA H EV U E U S u.: A LE
Bossi, etc., avaient tout appris de l'école allemande, les meilleurs de nos jeunes méditèrent,
au contraire, les exemples plus récents et témoignant d'une évolution plus accentuée qui
leur parvenait de Russie et de France. Alors que Wagner, Brahms et Strauss conser-
vaient toute leur influence sur les éléments 1es moins audacieux de notre génération,
Moussorgsky et Debussy engageaient nettement le parti d'avant-garde à tenter un effort
analogue et souvent parallèle à celui que poursuivaient en même temps - les peintres
Carrà, De Chirico, et les littérateurs Papini, Soffici, Palazzeschi, etc.
On a reproché à cette nouvelle école italienne d'être un peu « nationale », c'est-à-dire
de ne point offrir ces caractères d' « italianité » que chacun connaît et qui se résument trop
souvent en un seul, (combien déplorable) : l'idolâtrie du chanteur. Je n'ai pas à exprimer
ici à nouveau ma pensée à cet égard. Je dirai seulement que l'Italie - nation aujourd'hui
en pleine résurrection - ne pouvait plus longtemps rester étrangère à l'énorme effort de
transformation accompli depuis quarante ans par toutes les grandes écoles européennes, et
qu'il devait fatalement se former chez nous une conscience musicale, de tendances fran·
chement << avancées ». L'avenir nous apportera sans doute l'équilibre nécessaire entre la
nouvelle technique et les qualités traditionnelles et essentielles de la race (chez certains de
ces jeunes musiciens, cet équilibre est déjà un fait accompli).
Nous avons vu ,]a jeune école italienne entrer résolument dans la voie d'une musicalité
« antidiatonique », quelle est la part exacte de Debussy dans cette
J'ai entendu récemment soutenir par un des mes camarades que si Debussy n'avait pas
existé, uotre nouvelle sensibilité serait à peu près identiquement la même. Je ne partage
pas cet avis. D'abord il semble plutôt difficile d'établir à priori ce qui aurait pu vous
arriver si votre mère avait négligé de vous mettre au monde. Au reste, il est certain que, le
système diatonique ayant été épuisé par le Romantisme, il devait fatalement se former
une nouvelle musique pol:ymodale d'abord, chromatique ensuite. D'autre part, la réali-
sation de cette musique ne pouvait pas être l'œu'.lre d'un seul homme, et chacun, depuis la
mort de Wagner tentait - dans la mesure de ses moyens - d'atteindre le but qu'on
sentait désormais proche. Mais il n'en est pas moins vrai qu'il fallait, à toutes ces
recherches, une confirmation éclatante de leur justesse. c· est précisément ce que fut la
pensée de Claude Debussy, réalisant d'un coup une musique sinon encore « atonale »,
tout au moins libérée de la vieille conception heplaphonique. Cette musique devait être
nécessairement pour les jeunes générations, un phare iJ.luminant la route de l'avenir. Loin
de clore un cycle comme le wagnérisme, cet art en inaugurait un autre.
Telle est, selon moi, la principale influence exercée par Debussy en Italie sur notre
génération. Nul asservissement, nulle atteinte aux prérogatives de la race, mals une
<< indication » d'ordre supérieur, analogue à celle que Debussy avait lui-même rencontrée
chez Moussorgsky.
Il serait naïf de vouloir apprendre à un lecteur français ce que fut l'impressionnisme
CHRONIQUES ET 2to

pictural. Chacun sait en quoi consista ce mouvement qui, au lendemain du Romantisme,
proclama la prépondérance absolue de la couleur sur les anciens éléments classiques, dessin
linéaire, volume, clair-obscur, etc.; et personne n'ignore comment ce magnifique mouve-
ment aboutit aux merveilleuses chimères d'un Claude Monet.
Mais l'impressionnisme pictural est un art nordique. Alors que les plus grands de
ces peintres travaillèrent dans le nord de la France, en Angleterre, en Belgique, en
Hollande, le vieux Cézanne, le jour où il décida de réintégrer dans la peinture toutes ces
valeurs (dessin linéaire, volume, clair-obscur, etc.) , que les impressionn!stes avaient foulées
aux pieds, fixa son centre de travail à Aix-en-Provence.
Il est à remarquer que l'impressionnisme pictural ne lit en Italie que peu d'adeptes, et
tous de secondaire et de dérivation nettement française (comme par exemple, les
macchiaioli florentins). Ceci n'est point étonnant. La nature, chez nous, est absolument
antiimpressionniste. Nul brouillard dans nos paysages, nul mystère dans les lointains, mais
toujours une netteté de contours fine et implacablement précise, une lumière essentiellement
classique et déjà proche de celle qui éclaire le Parthénon hellénique.
Pour quiconque a lu un fragment de Dante ou de Macchiavelli, ou contemplé le
Palazzo Venezia à Rome, ou écouté les Concerli delle Stagioni de Vivaldi, il apparaît
dès lors évident que le génie italien est avant tout fait de robustesse, de plénitude, de clarté,
et aussi surtout d'un grand « sens du volume ».
Il est difficile de concilier ces qualités ethniques avec l'impressionnisme, qui consiste
précisément en la négation systématique des principales d'entre elles.
Ceci explique ce qui sépare si profondément l'effort actuel des jeunes Italiens de
l'esthétique debussyste. Non point que certains d'entre nous n'aient, maintes fois, eu la
tentation de succomber au charme exquis, à la grâce vaporeuse, à la poésie mystérieuse
et fascinante du parfum debussyste. Mais Ja nature nous protégeait; et j'ai souvent mis
en garde mes disciples et mes amis contre le danger qui aurait résulté pour eux de l'assimi-
lation d'un principe artistique foncièrement incompatible avec nos meilleures facultés.
Je crois avoir à peu près défini ,Je rôle joué par Debussy dans la formation de notre
nouvelle école, part considérable, comme l'on a pu voir. Lorsque j'aurai ajouté que sa
musique est répandue chez nous à un point dont les Français ne se doutent certainement
pas, j'aurai suffisamment mis en lumière, je l'espère, la place considérable occupée dans
notre pays par un musicien que nous aimons un peu comme s'il était des nôtres.
Alfredo CASELLA.
Rome, septembre 1920.
21G LA REVUE l\IUSICALE
Russie
DEBUSSY A PETROGRAD
L'arrivée de Debussy en Russie, sur l'invitation de M. Serge Koussevitzki, suscita
l'enthousiasme de tous les amateurs de musique, mais particulièrement des musiciens de la
jeune génération russe. Pour nous, qui formions le cercle des jeunes compositeurs de
Pétrograd, Debussy était, en quelque sorte, le fils spirituel de Moussorgski et de Rimski
Korsakof, notre maître adoré, bien vivant, entre l'Orient russe et l'Occident français, sym-
bole et porte-parole de la puissance musicale en Europe, régénérée et créatrice.
Pour tous [es fervents de la musique, à Pétrograd comme à Moscou, Debussy était
!'ami bienvenu, car ses œuvres avaient trouvé en Alexandre Silo ti et Serge Koussevitzki,
des apôtres dévoués, qui répandaient son nom et sa gloire. C'est pourquoi son séjour en
Russie fut une fête perpétuelle de concerts et de réceptions où rayonnaient ses œuvres.
Parmi les plus belles et les plus profondes impressions de cette époque, ma mémoire
conserve pieusement celle du concert dirigé par Debussy à Pétrograd. Il y a un charme
étrange dans Ja manière de diriger chez les compositeurs, même lorsque la suprême habileté
du chef d'orchestre leur fait défaut. Une beauté touchante se révèle dans cette combi-
naison d'une maladresse technique avec une interprétation convaincue et personnelle au plus
haut degré. C'est ce qui fit le prix de l'apparition de Debussy au pupitre de chef
d'orchestre. Ses yeux pensifs, grands et beaux, un peu souffrants, ne semblaient pas voir
cette foule immense qui inondait la vaste salle. Une paix merveilleuse régnait dans
ses mouvements. Jamais la musique admirable, si souvent entendue de La Mer, ne nous
parut si séduisante et si mystérieuse à la fois, si pleine de l'énigmatique vie du Cosmos,
qu'en ce soir merveilleux, où le grand créateur, d'une main douce, gouvernait ses ondes.
Lazare SAMINSKY.
Le Gérant : G. TRONCHE
lm p. A. DO IL Y, 11, r u ~ Montyon, Paria
.........
\
HOTEL
\
MAJESTIC
(Etoile)
LHôtel de Luxe et de Grand Confop-{
près d ·u Bois de Bot.dogte

. r
u
ri
...... -
JENNY
7 0'
A v e n u e d es
CIl am P s - É 1 / y sees
Jt,
~
J ~ - L
habill ée pa1· Jeanne LA J'\ V 1 "l'
_j
rY "'V

Demaudez partout :
*'




....

le.s incomparables Parfuws "RAMSÈS "
la Poudre de Riz "R.A.MSÈS "
l'Eau de Cologne " RAMSÈS "
21, RUE ROYALE
PAR l S

Jf-


;j'
{jè
1
{
..,..
~
"..>
~
à
......
~
.
;>-<
j
CFl
CFl
::::J
0::
w
0
w
0
::::J
<
.....l
ü
u
"'
ti
0
"
a,
t
..0
8
~
(,j
Q
0
;z;
~
" >
1
\1
CLACDE DEBIJSSY
.....:' .•.•.. L: .......• l.
1
Création
de
La
Grande
Maisoil
de Bla11c
G, BOtdc\·ar·d d es Capucines
PA RIS

êres-vous

.. zoaiaque
du mois de votre naissance
vous donnera
CHANCE
{
Vermeii ____________ .2.2F;s
P R 1 X

:
.
REUSSITE
BONHEUR
Le plus ancien.
Le pl us pu issa n r.
Le plus sûr Talisman
Oemandez-le avx B!Jovriers er Grands Magasins
ov8 Maurice LESPOUS
76. Rue Charlot-. PARIS (3-:)
'fUi vous enverra notice exj)licalive graluilemenf
The Musical Quarterly
Edite ct by Ü. G. Smlllec-k
Conteuts for January, 1921
AGAINST MODERN "IS.\1"
Constantin von St ernbe rg (Philadelphia)
CllA;'o.IBER MUSIC : !TS PAST A.;\0 FUTURE
Cyril Scott (London)
ER:\TEST BLOCII
Guido Gatti 'Turin1
.. \ RE T 1 1 E C L A S S 1 CS D 0 0 .\1 E D .,
D. C. Parker (Glasgow)
THE \\' .-\ G NE R lA:\ Cl.. L T R RE S Y:\ Iï 1 ES 1
\Vilhelm Peterso-Berger ,Stockholm)
· · 1 C II T .\'l E 1-1 R T R I S T ..'1. "
B . .\1. Steigm:m 11\'ew-Yorkl
T 0 i\ l C-S 0 L - F ,-\ : P R 0 A :\ 1 > C 0 1\'
J. A. Fuller- .\laitland ( LonJnn
LETTER.S FR0.\1 \'ERDI TU CA:"-IILLJ:: Dl' LOCLE
( 1 ( l() - 1 7 () 1
J. ( ;- Prodïwmme '·Pa ri s 1
THE EARLY YEARS OF THE FIRST E.:\<;USH OPER.\ HOL'SE
\\ '. J. Lawrence (Dublin )
SOMETINC •· BlGGER " THE HETI-ILEIIE.\1 B.-\CII FESTI\'ALS
Charles ]), lsaacson (:\ew-Yorlc
THE PASSINC OF THE PRESSURE TOUCH
V/ eyman i New-York)
STEI\'DHAL A:\D RUSSINI
Henrv Prunières (Paris 1
Published quarterly in January, April, Uctober.
Each number (i llustrated 1 contai os about t.=;o of text.
Three dollars a vear. Seventv-five cents a copy.
:\fe\V-York, G. Schirmer. 1 East 43rd St.
Société Anonyme des Editions u SON OR"
.:(b, rue <lu Stand, à GENÈ',VE
LA REV-UE
"
DE GENEVE
La RL'I'IIC rJc GmL'I'L', organe de liaison intellectuell e et d e
documentation originale groupe des écrivains appartenant a ux
nations les plus variées. Internationale sans être internationaliste,
elle renseigne ses lecteurs en leur apportant les œuvres significa-
tives et les témoignages actuels de leurs voisins.
\
Ses Cbroniquc,r J.VatL'tllllzlcJ, toujours rédigées par des ressor-
tissants des pays dont elles traitent, expriment la conscience
profonde que chaque peuple prend soi-même. Sa Cbrolltljllè J
lntcmationalc relate les efforts de ces peuples pour s'entendre et
collaborer.
La Rc1'lll' l)c Gow•c publie des œuvres de lVlM. Maurice
Barrès, René Boylesve, Henri de Régnier, Camille lVI.auclair,
Pierre lVlille, Edmond Pilon, Edmond Jaloux, Georges Duhamel,
André Suares, Albert Thibaudet, J .-J. Tharaud, Maxime
Gorki, Geijerstamm, Zangwill, Joseph Conrad, Dostoievsky,
G: Ferrera, Prezzolini, Bernard Shaw, Chesterton, Maximilien
Harden, Freud, Ri chard Dehmel, Heinrich Mann, etc., ainsi que
des écrivains suisses les plus importants.
ABONNE,\lENTS :
F RAl\Clè ET un a n . 60 fr.; six mois, 32 fr·. Prix du numéro : 6 fr·.
, A1·genl français
ETIL\l\GER : un an, 44 fr·.; six mois, 23 fr. Pr·ix du numé,·o : 4 fr. 50
Argen{ suisse

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->