P. 1
Le développement

Le développement

|Views: 201|Likes:
Publié parmokademamina

More info:

Published by: mokademamina on Nov 12, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/14/2012

pdf

text

original

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

Partie IV : Le développement et les perspectives d’évolution
I-Notions de base :
A- La croissance :
1- Définition :

La croissance économique traduit la variation quantitative durable de Biens et services. La croissance économique est l accroissement sur une longue période des quantités de Biens et services produits dans un pays, pendant une année. 2- Mesure de la croissance : La croissance économique d’un pays se mesure par le taux de croissance à partir de la variation du PIB.

Le taux de croissance économique exprimé en % peut être calculé de deux manières : Taux de croissance en volume : Il mesure la variation des quantités produites des richesses à partir du PIB en volume (PIB aux prix constants) Taux de croissance en valeur : Il mesure la croissance des richesses produites par un pays à partir du PIB en valeur (PIB aux prix courants). 3- Les formes de la croissance : La croissance économique dépend à la fois des quantités des facteurs utilisés et de l’amélioration des techniques de production permettant de produire plus de richesse avec la même quantité de facteur. On distingue 2 forme de croissance, la croissance extensive et la croissance intensive. - La croissance extensive : C’est l’augmentation des richesses produites grâce à l’augmentation des quantités des facteurs de production (travail, capital) . - La croissance intensive : C’est l’augmentation de la production à partir d’une même quantité des facteurs grâce aux gains de productivité. 4- Les facteurs de la croissance La croissance économique dépend des facteurs de production disponibles dans un pays et de la manière dont ils sont utilisés. Le facteur travail : la croissance est possible grâce à une augmentation de la quantité du facteur travail et par l’amélioration de la qualité de ce facteur (formation, qualification). Le facteur capital : la croissance se traduit par des investissements qui vont améliorer le capital technique disponible dans un pays et l’augmentation de la productivité économique par le progrès technique. Remarque 1-Actuellement avec les nouvelles technologies, la croissance est basée de plus en plus sur (le progrès technique, la technologie, les compétences …) 2-La notion d’expansion se distingue de la notion de croissance : L’expansion économique est une augmentation conjoncturelle de la production d’un pays alors que la croissance est une augmentation durable de la production d’un pays, généralement, la croissance économique est constituée de phrases d’expansion, de stagnation et de récession.

2ème Bac sciences Economiques

Page 1

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

B- Le développement : 1- Définition : Le développement est l’évolution qualitative d’un pays qui se traduit par des évolutions démographiques, économiques, sociales ou politiques. Le développement est l’ensemble des transformations économiques, sociales et politiques qui accompagnent la croissance. Le développement est très lié à la croissance économique, mais il peut y avoir croissance sans développement (ex : Pays pétroliers). 2- Mesure du développement : Les critères de développement sont multiples : Le niveau de vie, niveau d’éducation, niveau de la santé ; le développement peut être mesuré par l’indicateur de développement humain IDH. L’IDH est appelé aussi indice de développement humain, c’est un indice synthétique permettant de classer les pays du monde en fonction de leur croissance qualitative et non pas seulement quantitative. IDH est un indice sans unité qui varie entre 0 et 1 : 0 IDH 1 L’IDH est calculé à partir des éléments suivants :  Le PIB par habitant ou PNB par habitant qui mesure le niveau de vie de la population.  La santé (longévité) mesuré par l’espérance de vie à la naissance, qui mesure indirectement la satisfaction des besoins essentiels de la population (alimentation, logement, l’eau potable, habillement et accès aux soins médicaux)  Le niveau d’éduction : il est mesuré par le taux d’alphabétisation qui traduit la satisfaction des besoins en science et en formation. On distingue 4 niveaux de développement à partir d’IDH :  Développement humain très élevé IDH 0.8  Développement humain élevé 0.7  Développement humain moyen 0,6< IDH< 0,7  Développement humain faible IDH <0,5 Dans le rapport PNUD de 2010 : IDH : Norvège = 0.938 (classement 1) IDH : Australie = 0.937(classement 2) IDH : Maroc = 0.567 (classement 114) 2- Rapport croissance et développement : La croissance et le développement deux phénomènes étroitement liés : La croissance est une condition nécessaire mais non suffisante au développement, il peut y avoir croissance économique sans développement lorsque la plus grande partie de la population ne bénéficie pas des fruits de la croissance .Ex : Pays pétroliers. 3- Notion de développement durable : Le développement durable c’est un mode de développement économique respectueux de l’environnement et des conditions de vie, le développement durable permet de répondre aux besoins du présent, sans mettre en danger les besoins des générations futures. C- Le sous- développement : 1- Définition

2ème Bac sciences Economiques

Page 2

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

Le sous développement est l'état d’une société dont les caractéristiques l’empêchent de satisfaire des besoins essentiels de sa population et de réaliser une croissance économique lui permettant d’améliorer cette situation. 2- Terminologie du :

On distingue plusieurs appellations du sous-développement :  PSD : C’est une insuffisance de la situation de sous développement et son infériorité par rapport à la situation de développement  PVD : Cette notion affirme une existence d’un processus en marche et d’une dynamique de développement, ce qui n’est pas le cas de certains pays sous développés (les pays les moins avancés PMA).  Tiers monde : il signifie l’existence d’un 3ème monde autre que le monde capitaliste libérale et le monde socialiste constitué des pays communistes.  Pays du Sud : le monde est divisé en 2 parties : -Les pays du Nord : constituée par les Etat unis, l’Europe et d’autre pays du Nord. -Les pays du Sud : qui sont en développement .Ex : L’Amérique latine, l’Asie, l’Afrique... C’est une appellation erronée et loin de la réalité car l’Australie et le Japon sont des pays développés dans le Sud.  Les pays pauvres : Notion qui se base sur le PIB/habitant, il est employé par la banque mondiale mais il ne reflète pas la situation des pays développés. Ex :Pays pétroliers.  Les pays périphériques : c’est une notion marxiste, le centre du monde est constitué par les pays développés dans le cadre du système capitaliste mondiale, alors que les autres pays constituent des périphéries pour ce centre qui exploite leurs richesses.  Pays non industrialisé : les pays industrialisés sont caractérisés par une structure industrielle alors que les pays sous développé se caractérisent par une industrie fragile vulnérable et hétérogène  Pays émergeants : c’est une notion récente pour désigner les pays sous développés qui réalise une forte croissance économique Ex :la Chine ,la Turquie……  P.M.A : Les pays les plus pauvres du monde, qui sont classé les derniers au niveau du développement humain .Ex : Les pays africains. II- Les indicateurs du sous développement : Un indicateur est une grandeur qui permet d’approcher la réalité d’un pays et de comparer dans le temps et dans l’espace cette réalité. On distingue plusieurs catégories d’indicateurs :
1- Indicateurs quantitatifs /qualitatifs :  Indicateurs quantitatifs : Ce sont des Indicateurs qui mesurent la croissance de la richesse (la croissance de la production) comme le PIB par habitant, le PNB/habitant et le taux de croissance économique.  Indicateurs qualitatifs : Ce sont des indicateurs qui mesurent la qualité de la vie de la population comme l’espérance de vie à la naissance, le taux de scolarisation, nombre de médecin /habitant, population ayant accès à l’eau potable…

2- Indicateurs économiques /sociaux :
2ème Bac sciences Economiques Page 3

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

* Indicateurs économiques : - PIB par habitant - Le taux d’investissement. - Part de la valeur ajoutée industrielle. - Part de l’agriculture dans le PIB - Productivité du secteur agricole - Taux de couverture /d’ouverture /de pénétration. - Déficit budgétaire en % du PIB. - Importance du secteur informel….. * Indicateurs sociaux: - Taux d’alphabétisation - Répartition des revenus (Indice de Gini). - Accès de la population aux services de santé. - Taux de croissance démographique. - Taux de pauvreté….. * Indicateurs humains: On utilise l’indicateur de développement humain (I.D.H) pour mesurer le niveau de développement d’un pays, il est une moyenne arithmétique des indices de longévité (espérance de vie), du niveau de vie (PIB / habitant) et du niveau de savoir ou d’éducation (taux d’alphabétisation, taux de scolarisation).

III- Les théories explicatives du sous développement : A- Les facteurs internes :
1-La théorie des étapes de la croissance de Rostow : Pour Rostow le sous développement est un phénomène naturel il n’est qu’un simple retard de développement et les pays sous développés sont les seuls responsables de leurs situations ; pour se développer les pays sous développés doivent franchir 5 étapes de croissance :
1ère étape : La société traditionnelle : Se caractérise par la prédominance de l’activité agricole et une très faible productivité. 2ème étape : Le pré décollage : Cette phase se caractérise par le développement du système bancaire, la création d’infrastructure et l’apparition d’une classe d’entrepreneurs capable d’innover. 3ème étape : Le décollage (Le Take off) : Le décollage se caractérise par une augmentation du taux d’investissement qui passe de 5 à 10% du PNB, et par la création d’industries motrices ayant des effets d’entrainement sur d’autres secteurs. 4ème étape : Le passage à la maturité :

2ème Bac sciences Economiques

Page 4

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

Une nouvelle augmentation du taux d’investissement qui passe de 10% à 20% du PNB ainsi que l’apparition de nouveaux secteurs économiques (diversification de la production). 5ème étape : La Société de consommation de masse : La production de biens de consommation durable, ralentissement de la croissance, augmentation de la consommation et réalisation du bien être matériel de la population. *Limites du modèle de Rostow : Le développement n’est pas un processus linéaire composé de cinq étapes car :   Les PVD sont différents de ce qu’étaient les pays européens au 18 ème siècle. Les PD ont effectué leur décollage par la conquête extérieure des marchés et des sources d’approvisionnement, ce qui n’est pas le cas des PSD actuellement. Le développement des PSD a été bloqué à cause de la colonisation, de la domination et de la dépendance aux PD.

B- Les facteurs externes :
D’autres théories expliquent le sous développement par des facteurs externes tels que l’échange inégal et le rapport centre périphérie. 1- Théorie de l’échange inégal (A. Emmanuel): L’échange inégal entre les pays développés et les pays sous développés ne conduit pas au développement, c’est un moyen de transfert de valeur des pays sous développé vers les pays développés, d’ou appauvrissements des PSD à cause de la détérioration des termes de l’échange. Si le commerce international est un moyen de développement ce n’est pas le cas pour les PSD, à cause de la spécialisation internationale : Les PSD exportent essentiellement des produits à faible valeur ajoutée (matières premières, produits agricoles…) et importent d produits industrialisés, à forte valeur ajouté et à forte intensité capitalistique et technologique. Le commerce international devient un facteur d’appauvrissement pour les pays sous développés. 2- Théorie du rapport centre périphérie (Samir Amin): a- Analyse en termes de domination Selon les théoriciens marxistes, les pays du centre assure leur domination sur les PSD qui constituent la périphérie pour prélever des surplus. Le surplus économique réalisé par les PSD ne permet pas de financer des investissements productifs et de réaliser la croissance économique car il est transféré vers les pays développés. Afin de se procurer de la main d’œuvre bon marché et chercher des débouchés ; les pays du centre ont colonisé les pays périphériques pour mettre en place des structures de production qui répondent à leur besoins de métropole, tout en préservant leur domination. b- Analyse en termes de dépendance :
2ème Bac sciences Economiques Page 5

Lycée Technique de Fès

Mme Mokadem Amina

Année scolaire : 2011/2012

Le sous développement est la conséquence de la domination impérialiste (colonisation, exploitation des richesses) des pays développés, qui s’est traduite par des dépendances à tous les niveaux, économique, commercial et financier….  La dépendance commerciale : Les PSD exportent essentiellement des produits primaires et importent des biens d’équipement et des produits a haute technologie, ce qui crée un déséquilibre commercial (échange inégal) ; d’où sortie de devise et transfert de valeur des pays sousdéveloppés vers les pays développés.  La dépendance financière : Les PSD ont toujours recours à l’endettement pour financer leur croissance économique, les capitaux procurés par les pays développés et par les organisations internationales sont souvent liés à des conditions économiques et sociales (taux d’intérêt élevé, réformes…) d’où crise d’endettement, les PSD s’endettent de plus en plus pour rembourser leurs dettes (spirale de l’endettement, boule de neige….)  La dépendance économique : Les PSD sont dépendants à l’égard des firmes multinationales et des sociétés étrangères qui sont installées dans les territoires des PSD pour bénéficier des matières premières ,de la main d’œuvre bon marché ,tout en transférant les dividendes par le rapatriement des bénéfices (Investissement étranger). Conclusion Pour les économistes marxistes et tiers mondistes le sous-développement doit être analysé comme la conséquence des rapports de force entre les pays développés et les pays sous- développés. Le sous développement est la conséquence et le produit du développement. Le sous développement est un phénomène historique et daté (colonisation, impérialisme..).

C-

Explication par des facteurs internes et externes : Approche de F.Perroux :

Selon F .Perroux le sous développement s’explique par la coexistence de facteurs internes et externes qui ont bloqué le développement des PSD. Le sous développement qui est le produit de la domination des PD, a entrainé la destruction de l’équilibre ancien en provoquant une désarticulation des structures économiques internes, d’où coexistence d’un secteur moderne et d’un secteur traditionnel dans ces pays. La domination se traduit aussi par l’insatisfaction des besoins primaires par la majorité de la population, il ya non couverture des coûts de l’homme. Le sous développement est un blocage structurelle de la croissance c’est un phénomène historique est daté, Il est le produit du développement historique du capitalisme mondiale Selon F.Perroux la domination des PD sur les PSD a entrainé une désarticulation (absence d’interdépendance entre secteurs et entre régions..) et un dualisme (coexistence entre secteurs traditionnels et secteurs modernes) d’où blocage de la croissance économique.

2ème Bac sciences Economiques

Page 6

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->