Vous êtes sur la page 1sur 359

- ~.

;

J.
l'r

!!_-=:~>HAR0
dr•

\ d t ' \ \ l'tH

l'l1o11

!!lolo OJ<j11•

·\to
11 H

o 1•. fa• ultr- do· Mo·ll'tllH' t•t d" l'hou"'
Ml'r·•hrt•
t<lllf".:H)Ildurd

,f,

1 1·

•·•••

t-.JnlloiiHII

'1

1 •llll, •tl

do· I'AcLdt•lf1!P d,· l'li• If

li PH,,.

OUVRAGES DES MÊMES AUTEURS

CHEZ LE M~ME ÉDITEUR
1'. liroch, .J. h.nlwro, J. '\ctik ct J. flesllord<·s. l'ne e-xp(•riPn<c franç:~h<' dt· t•écupér:lti(/n deL! j•t'·n dii!H'. lln'·LHT autugr;;;lttL' du (~ént~ra! L{·ch·rc, l !Il .l ~ ~pui:-.l'}.

,
Il

LB PHARmACOPÉE SÉnÉGALAISE
TRADITIOnnELLE
PLAnTES mfDICiftALES ET TOXIQUES

l'. llrodt, .J. 1\.('rharo, J. :\"etik d J ..Jotfre. Fabrication de la pénicilline. l'n'lac<· du :'.Tédi·tin Général Dehrnedetti, 1\146 (épnis(•).
1'. 1\rodt, J. h.erlwro. J. :\"elik et .J. Cola'. La pénicilline: dosages. Préface ri<' C<·or",.., lluhJmel. 1'" édition l!il!'i: 2•' édition 1!1 ~~ !épw,t'·). .) . l~l'rhnro d A. Bouqnet. Sorciers, féticheurs d. guérisseur> de la Côte-d' IYoin·, Haute-Yolla, 1!•10 ((:puis(>).

~ Il
.1

!

.J. 1\.t·rh:tru el \. Hrttl(jl:,·l. Plantes médicinales d 1 oxicjues de• la C•Ht•-d IYuirc·. lbu!<'-\'olta. l'r(·l~r·e de Em. l'c•rrut, Yigot Frèn:s dt'Jll•sitairt·s. 1!1.-,IJ (épuisü

' n

'1
!

CHEZ D'AUTRES ÉDITEURS
·'· h.<'rh:H·tt, c.,nJ rilnttion ù l't'tude du chlorure de c!J:wx ('( tic l'h'T'"'hiNitc cltc:t!ciurll. E~S;JI~. Ht·tru:..:-radation. 'l'hê:..;l' doctnrat-I·/l~;.rnl<H'i~· n 11ll\'('f~itf5 .\ix-\l:Jt·scille), 1 Yol., 1:!'' p., :'.lar>eille, 1\>:l.'\.

avec la col/cboratic.1 pour la parfit botanique de

'i
1

\

J.

G. ADAM

J. h!Til:Jro t'! J. (;_ ,\ti~t::r'. 1.<''- }··~lnle:-- rnétiidnales. to)..ÎCJilf".; cl rnagiquPs (ks .:-\.iornink:t et <ks :O,oc, des l!n du Saloum. In .\frikanischl' Ht'ilpllanzen. J'Jantes JJH~dicinak>. :Jfri<:<iine-.,, ~ part1e, 1 \·oL. ;):q p. \'rrLJg Für und G-cselhchafTt
:\<:.,.\ct:\ }'roJ•i .. 1 Et!it. B<ik, HHi·+ .

Chcrgé de Recherches au CNR.S,

l

ex Chef du Oeparteme'>f de Botar.(_jue de l'Institut Fondamental à'Afrique Nuire

.J. !\ t-riJ;Irt f, 1{l'('IH·r~·ilc"' d llno1 H,:Jrnlacognn:-,ique~ to:">..iqiH'"' dt· Li t·>ann~t~ ·)pt;L, :.t;négab(_q• ir
Jdl:lrn< \('ic iLicJ't
1 \td. ··nnt··d)lH~'. 2,\;-l p ..

lllt·dii.'ii~..les

l't
l'tl

Thc'st• doct••rat

;!

1 i
et une Préface du

.1. ( •.. \ thllll. l·l· 1n· tk:-.lTI~d i\ l' \1 1 .\lullh ':\irnha . .\lt'•n1oire~.; tl\! :\111.'-t:Uln :\" ,ttiorwi :.., dï lisl<>llt' '\:IIW··IIl', Il• 1t1l'lie série, S(·t·it' H. !Jota;Jiqut·. E,litiu:ts du ,\111'-,c\1111, l':ui-.,_ 1 ~' p:trti1· 1 '"J., .-1"2,, p., t'Jl1H' X:\. 1~1--;: . . ,,. p;trl it· 1 ' :r:-1 !) . tlJnH· :\ ~ [ L 1 ~~~ 1.
1

:!

1

Président léopold Sédar Senghor

l'

; l;ll 1 If'

\

1,11

:dl

l'<

i'

t

t
1

Editions VIGOT FRÈRES 23, Rue de i'Ecole de Médecine 75006 PARIS

....

(,l
'
.
-:-

/

~~
1
~'

1

(

INDEX ALPHABÉTIQUE DES NOMS DE FAMILLES ET DES NOMS SCIENTIFIQUES PRIORITAIRES ET SYNONYMES*

A
. AllRUS 1'1\ECATORIUS,

Acanihosperm!fm humile, 220,
ACHHADACEES, 116. AcnYRANTHES ASPERA, 119 .

435. Abutilon glaucum, 519. Abutilim muticum, 519. •\llUTILON PAN,OSUM, 519. Acacia adansonii, 561. Acacia adstringens, 561. AcACIA ALBIDA, 55?. Acacia arabica, 561-562. Acacia arabica var. adansoniana, 561. Acacia arabica var. adansonii, 561 .. A;:acia arabica var. adstringèns, 561. Acacia arabica var. nilotica, 562. i!cacia arabica var. tomentosa, 562. AcACIA ATAXACANTHA, 560. Acacia caffra, 563. Acacia campylacantha, 563. Acacia catechu, 563. Acacia catechu var. campylacantha, 563. AcACIA nuDGEO,.I, 560. Acacia fasciculata, 564. Acacia glauca, 576. ACACIA "ACROST ACHY A, 561. Acacia nilotica var. adansoniana, 561. AcACIA :'iiLOTICA var. ADANSONII, 561. Acacia nilotica Yar. adslringens, 561. AcACIA :-;tLOTtCA var. ,;ILOTICA, ·562. AC.<CIA !'iiLOTICA Yar. TOMENTOSA, 562. .-\C.<CIA POLYACA!\TIIA, 563. ~·\CACIA RADDlAl\"A, 564. Acacia samoryana, 560. Acacia scorpioides var. adstringens, 561. Acacia scorpr:oides var. rzilotica, 562. Acacia scorpioides Yar. pubescens, 562. Acacia sene gal, 560.
AcACIA SENEGAL, sur~.

Achyranthes brachiata, 123. Achyranthes la.ppacea, 123. Acridocarpus hemicyclopteru.•, 519 . Acridocarpus hirundo, 518. ACRIDOCAIIPUS PLAGIOPTER[.;S, 518. ADANSONIA DIGIT AT A, 241. Adansonia sphaerocarpa, 241. ;ldenanthera telraptera, 586. ADENIA LOBATA, 626. ADENIA sp., 626. Adenium honghel, 153. ADENIUM OBESUM, 153. Aegle barteri, ?08. Aerva brachiata, 123. Aeschynomene bispùwsa, 4?3. AESCIIYNQMEN E SE NSITIVA, 441. AFRAEGLE PANICULATA, 708. AFIIAMOMUM spp., 786.
AFROR~IORSIA LAXIFLOHA, 441. AFZELIA AFRICANA, 256. AGAV ACÉES, 116. AGAVE SISALANA, 116. AGERATUM CONYZOIDES, 22:.!.

Acacia seTlegal var. sa1noryoua, 5GO.
ACACIA SEYAL, 567. AcACIA SIEREHIA,.A,

Agialida barteri, ?90. Agialida senegalensis, 790. Agialida tombouctensis, ?90. ALBIZIA ADIANTIIIFOLIA, 569 . Albizia brownei, 5?2. Albizia dinklagei, 586. Albizia fastigiata, 569. ALRIZL< FERRUGIN EA, 5J0. Albizia gummifera, 569. ALBIZIA LERBECK, 5?1. Albizia sassa, 569. ALHIZIA ZYGIA, 5?2. Alchomea cordata, 402.
ALCHORXEA CORDIFOLIA,

402.

568.

Acacia stenocarprl, 567. Acacia suma, 563.
AcACIA

spp., 569.

AraC'ia tortilis, 5G·l. Acac1:Œ torûlis var. pu!Jescens, 56ft. Acacia l'Cr('k. 5G-I. ACA"-'THACÉES, 111. .-\.C..<\'\TIIOSI'EHMl;J\1 JIISPIDUM, 221.

ALISJ\IATACÉES, 11B. ALLIUM AESCALO~ICl''1, ft99. ALLlUM CEPA, !t9Y. ALLIU~I PORUM, 499. ALLIU~1 SATIVUM, ft99. ALLIU" SJlJl., 499.
ALLOPIIYLUS AFHICA!\lJS,
ALSTO:XIA HOONEI,

719.

155.

Alstonia congensiB, 155 .

• Les noms de familles sont en grandes capitales, les noms scientifiques prioritaires en rapitalcs, les noms scientifiques synonymes en italiqm.• maigr{'.

..'

c

'U

1

..

-~·

.. ,
''"''/

~.-. \

1'11\l\\1\1•11'11
11, /, 1/'

',1 'lo,\1 \l.o

1'1:\11111

,1.1 1 1
,/1/jlll

:

11/1,11"'"1 ,,
1'1'.<~1 I l l \ ,

"·''

1/•
\:Il'

,ffi/

'Id

1 "
1 "

,./.
11 \ 1' 1 ' • ('

\11"1'\

,:\'1

1\1 11'
\\1\1 1

1 Il \1 1 1
11 , , , \1

1 ,.,

~' 1

lldl

Il
'1·1 ,, •.

,) )Ill< Il 1 \ 1 \

1,,1,

1" 1 r11 rd, ru 11", , • . . , : ; ~ 1. ' .u tif!'' , ,·iutultl, :,:i~l.
1
f/ rtl

\\! \1
\ \1 l' 1

1 1
Il

1 1 1 ,, Il
, '" ,,
""'''""~l./1·'1'·'
'\'\•.1

.1::
,,J,,•, :1·.
11 1
Ill

\ H !( \t :1 :!·:....:
1 \ 1: 1 !
•,

i :r

1 1\

~ 1 ·, 1 •, \ l 1 '\ -.., 1 •,. . ;
/1 !1'1!

! " 1. \ \

\ ' . ? :..~ : : •

lu,!• 111/llld

•/,

1
', \1.

1 ..

li\

Il< ,, \

1,

Ill
\,!,,.

,, 1•

1 "'

\ 1 Il"\

1" \ \ 1 1 1 1 1 \
1111

f ;, •-~ 1'/ f/

{ul 1 Il,

:;

1; i.
~

l :AB 1..,-....-"'

1-.lll L!"

J.:-1~.

llll/1/dll/1/

oi/!t 1/lldld' t

:.

1 t.

l/!u

1/f/111

/1/r/1 ,,,. /r/1-/1/fd,

i'.l;:;

f:our·I'TitS/(/

dt

<"11/·,._,ll'll!I(J,

1 ;1,
~1.:->.

C'uns ...:a !·duit:: sui,;.;/,· r·r,•tf:n,•flflllls, 1 :,;--;_

\ \1 0,1 o\ ':\ r \
ln/1111111/11

\1 1 Il 1 Il 1\.

:,ft,
;)lh.

\ \ H 1."\'\1 \

\1 HIL\'\ \. 2:~ 11

h'ouo·rusÙ1 ,.,,,, /JuL'fucn.'-.ls,
HIJ{i(;.\J:'-1\'lLLLA CL-\1\IL\..

'-rl.'l/l/,•/11!, :,11;

. 1~'Il

.·1rnfllllfiHI .~ol'-ïl{:,lflu.-.u,

A\ 1

u-:"" 1-11: 1·:

l'f!fr/1/

ulu,

2:~·'t.

(110.

1-:~. ~:;

',

J:uct,AI.'\,II.LrA SI'ECTAH!Ll..;, ()10.

:\\1'04.:\1·\ :-.1 .\! I;ALI::\~1:-., ,t"d(i.

Hr('Ji.'t-·ria hrildr lut ii, :~r,:·:.
H!:J])l'LIA
'I~JCHA:'.TIIA,

. \Z\11/H:\1:1/T\ 1:\JI/C.\, .);{(),

Ammun,·rJ

.'>l'lii'{!,(Jlct,si.-:,

:)16.

ltù.:J.

A\1(11\I'I!(JJ•Jt:\LL{'S ~:f)"\ ... I\1JLJ:-'*,

200. Amorphophallus duryplwru.o;, 200. A~II'EL!lt.\Cl;E~ (d. \'l'L\CI::I·:Cl), 7h:L .\'\.\C.\Hill At:l~l·:~, 128.
. .:\"\.-\C.AI\llll"'\1 OCLIDE:-.;TALF:,

NurhrH'ro hr·rmontheca, 'ï'2~l.
Ht'Hl\..LA AFHILA:\'.\:

Canssa ni,'il/.~ i'fli'lt!d f'-'1!!1·-:c,·r,s, 1 ;·,}-(_ Cari,-...·-.·o J.'U Id so·r,s, l.lA. CarptJdutu.s un do, 1 ~ 't . ('urpodutus fh~ln.-., 1 ~ -'t. Curpol•dila a{':ehona, (i(i:~ . (,'arpofr,l.•iu tttllf'f'u,-.·frH·hya. 660.
CASSJ-\ ABt'-t'.'•,

H
l{,u:oJ'A

l:!iJ.

lJJ:t:L'~1BL\:-o;,

:-:21.

Anrhomanf'-"

dohz'dii,

~02.

..'\l\CHO\lA:\E~ l1IFFOH!VIIS 1

202.

Anrlaunanc . . · duhius, ~02. . Anchomanes nhtw. . us. 't0'2.
..:\~DIRA 1'\FH\ll~. LJ.J:.:). Andirr..t jamaircn~·is, -f/J:-L

nut'Ofl/1 f'T'('('/(1, /:_!~. Uaillondf'a nurahili . . .·, :)!}:{. llaisst•a f'au.dilol•a, 1 ;,-;. Har>".~t·o IH'udt'lutÎI, 1;>'7
HAISSI:A

:250. Hl'l:~l~HACU';~, 252. H !_-T \hi 1SI' r 1::'\1 l' ~1 r· ,, H "D (J \. r !fut,tlru."-prrnnun porl.-1i, ï:!:i /{_1/T\r;<·Jrpu.-... Clllllci, 45·'•·

.\1, ~·:2-f.

C.\HY<ll'I!YLL.\C(~E:-', :!.01 (:.\.~:·d ~ \LAT_\~ :!.{i't.
CA~SIA A~CHH[h.. ~().),

:;:w.

Cas,.,iu f\,,f,-.·r-J~ya~,il, :!;5.
CAS:--1"-.

CASc-'JA IT_\LI(."-.. :!.f<l .

\Hd:!CA\S, ~67 .

c
1: \I:T.\1:(:1-::i,
~;;:J.
i .., 11 "l'' 1 'H r :-. .- t)S <\, :~ 1 D.
f.\1 '-,\LI'Ii\1\ 1\II ..... J)[f., :!J~t.

Cas . ..;r·a o/,ovato, :!h[J. l~A:-o;SJ-\ t•U.l/11 '\T.\Ll~,
L-\~:-:.IA
i'(){HII ..\HI'rl..

:!•JF. /

l.J7. Baiss('a multiflora, 157,
MULTllLOH:\,

:!.'7:L

,.
~

C\~~T-\ ~!A\11 _\, C\~~1-'1.

:!.'7i.

A"'lJHOI'UGO:'-. PI:\"Gl:Jl'r:S,

641. Andrfi]'O{!,O!I .•·:rzuarro.•;u . . .·, 65f:.
~\:o.·:\ll:'\A

BALA:\'ITES AEGYI'TJAC4.., ï~JO.

~iFllfHIA\A, '2/G.
l-lll}-IJJ\'\11:-, ·~<:1--'t.

Balanites zizyplwidFs, :90.
Balsam,ocitrus panicu.lata, /OK. !Jalsomodrndrum africanum, :.!5~. /Jam/,usa ahyssinira, {);,o. Barleria auriculata, ·J J :2. Harlcria longifolia, 112.

CASSIA T•li\:\. :!.:'7. CASSYT!I4.
(~rJssyt hu 8('f<l'{.!.ri/CI/.'-'/.~·,

~\:'1:\(1:\A Gl -\l'CA YHI'. <;LAl'CA, 14~.

r '•ll.~olr!irua f,llr;dur·ellu, :.!..)~~­

."11 ltlCI\TA, 14~.

!: \l::i \1.1'1 \1.\C:(;E~, 2~1;.
( -~~~·-:ulf!tflw ~-n . . tr:, ~S~L
f 11fumrt:-. f ·~rlun<it ~

4 'J-'t.

l/16. •\:\ \OI\ A SE :'i u; :\ Lr "\!"IS, 14'7. A:\:\(1\-\ SI,I(_A,10SA, 14B. A'\/\0.\AU~ES, H:L A!\td;EJSSl s LEJOCARJ'LS, :i41. An<lgt'i·"·'·u:::; leiocorpus va.r. schinqwri, ~~!11. Anogcis.•;us srhim.pcri, 341. Anthorlci...,·ta frr::,nu/I.:ii, 509.
_\:\:0,0,'\A RET/(TLATA,

l:l,uul'fiSis, ~(J!J .

CA~I' .\Hl'\.\U:I:C',
CAST'4.H!\' A.

:;:;o.
15H.

Bas.<.,·ia parkii,

1~4.

/J!tr/f·n, :!U 1J.

(. \1. >., \11 . . _ ]Il l Hl\>\ Tl :--,

:_!0 J.

<: . .\THAI:-\'\THl'S

1.\,'l I~ET!FOLIA, ;~:H). 1\11.:-lE"{':-.,

508. Anthucleista pnrviflora, 508. A\TH!lCLEI:--TA PHOCEHA, 509. A nthoclcista procrra var. parc'tflora, 50H. Antlwcleista procera var. urnùellata, 508.
i\'OB!LIS,

A~THOCLE!:-;TA

l-Jauhinia adansoniana, :2Sï. lJ a fl h il ti a he n zo i 11, :l 00. Bauhinia glabra, :iOO. liauhirLÙz glauca, ~{00. Hauhinia rrticu.lata. :JOU. BAL'II!\IA HllFES<:.E"'iS, :,!;,;

( 'olu'"-'''· (,i/,,f,, 11si.~, ~0-'t.
lil'1llil·lufrt. ~O't. /1 t•r[l /If'/ 1 :2.0 '• f 'olamlf:. /'' rr,,tfi'[J 1, ~(1 '•
f
'1/lrtmfl:.
fil/l'

f 'alli

C'athormiun, d 1nklo gt:i, ::--,:-;(1. ('1'(/rPla lrot~·rh,ui, ;,4 /. ('ei!Ja cari&w'il, :!-~5. Ceiha ~uiw·ntsis, ~'t5.
CEIB.\ PF:\TA\IIH-\, :!4~).

'"'""''' . . . f;,.lllfl{rutJnr. :_'(1',_
, A 1.01 1', r 1 ]'1 •, l' H 1 H 1 1'. A.., '...~

Rauhiltia thunninr:i1, :w:.!. lh·r~ia uuiw·o1sis, .'t(Jl.
HEHCI:\ St1J'FH{''!/I.IJSA,

1J

( 'al_t11 11 ru/ ra

/' Ulflll 111.

~~

0 ()

(.'ri/Jo thonnint:ii, 2:15. u:;!,A~TH.\(:ÉES, 3:11.
('rlo.';trus roriw·t·us,
:~:J:~.

ftOl.

Ui;.;nonia afri('~llllt, :2:{1~.

A:\THOSTHE\IA

SE:"EGALE:'iSIS, ft01J,

BJ(;;-.;()1\;JACJ>:I:.-.;,

~:;;,_

t:\l.'llll]lll/1 Ill 1 l'l.l.<lîll. :;t,:\. ('alyetrul!tlll' ;:_lltflll'f/.~1~, (,tH; ( .'ui/UI.'f11 UJ ri fnnt nu, '1 '• ~1.

( 't•fllSirus 8f!I!C{.!.Oif'Ti~IS 1

:-:::):L

( 'r·ltis

~uir,rcn..;,is, ':"'7~.

CJ\.\1\\AI.IA..

1.'\~1!'111\\11:--,

·.:.~,

(:rLTIS I.\TI:<;HJFOLIA, ';/:!..

A:"'TIABIS AFJllCANA,

587.

BLA/i\'\'ILLEA ,;.\\'1\'\A,
H1.CJ\-1EA At:f\JTA y;1r

:!:!:L

A ntiaris kerstin ;;ii, 5H?. Antiaris toxicaria var. africana, 587.
Ai'HA\'IA

J'r~J.IIILI·~",

.,

Hlumca guim·,·nsts, :!:!.'1
h'lumf'a guint'f'nsis
B(JFHIIA\îA
\':11'

--.

.. ,

( 'anal.'olia

g!adwfu. '• '•~1.

( 't·nchru ..; har/Jatus. ()!Ji.
(:EJ\CHHt ~ BIFLOHl'~, f).',~­

SL:O.'I:<;ALE'\SI~,

720.

lu!tu!usu, '.!.'.!.'t
fdl~.

Ap/1'1~ur_1 :'il•:a~i~~' 1:;~~· A lili.! I'\,\t.bL:-;, t;,.,
_t pud_1{f1;s f,f'ftl.nrn ..,·is, !tB/. .\HAt:EEC'. ~00.
:\H-\1'/!1~ HY/'OI;AJ:\, 'tft~

Jlœrlwi.'ia ad:-n·nrll'fls,
Hoi:HHA\'JA

( ·onavolia rr·~alts, 't 't~l ( 'andl'la/,rùt ffi/Crant!w, .r,o:~ CV\'\AHl'\ \Cl:;!·>. :llO.
(: \ \ :\AB J S

HIFFI SA, 1)0~.

SA 1 1 \'A, :{

11

('('ft<"hrus cotharticus, ().',:,!. Ct'lttaurr•a alf'nindrinn, :;:,!!J. (.'(·ntaur1·rt Ctiiclfrapa, ~:!·'•.
(:E~l'Al Hl'\
(:E!\TAI HF.\
l'l HHOTT[TII, ~~ft.

111:1'1.'\S, t)()~l.

( .. \1'1'.\Hill.\U~E". :n:;,
('oppan·s a phyl/a, :~ 1 (~
t:Al'J'AIUS JJI'4'!lll'A, :)1(,. Cupf1aris oMuriJ:tfolro. :~:.!~ .
C'-1'1',\HIS

SI '\Et;:4,I.I;:\:-l~, :.!~?·

HœrluH·io npr:n-": \·ar. drffuso, hO~
HOMB.\CACEI·:~, ~',1.

LEI'HALLl~ I'l Dt~\Cl LAHI:-., (JOb. CEHATtiTHJ:C\ ~rs-\,JOII>r:-., f\:!S.

.\i:CI:.\C(:I:~. ~O:l.
AH~:r:,to:\1:
'lr\lr:Al\A, 619. A r; . . . rulu J, ,,lrlliJtrino. !i't-1. .:\Hr~l 1/1\ 1 il"\\;.IJ'Loi~A*, 6~1. .\HJ:--1/11 \ "1 [J'{I[/11>· .. f}-'t:.!. :\HT•H \111'1" 1.0,1\\l'.\l~. J89.
• fr(f!('llTjllh /f/1'/St/ 1

/l(l!fll,a.r andrù·tu·, 2 't;'llornhal huon(Jpo;:.r·n-::f', :!'t~~­
l)o~t1B\\. Cf)~'f.-\TtqJ, ~~~~~­

}'11L\~1t1HI'IIA. :~1?. :~1

Cap paris puf,1·rul)(l,

lfom/uu· houarrhi, 2 1-t;), /lr;m/Nu: pcntandru111. ~t,.)_ Hnm/J(l:C ''uil/f'ti, :!lt.l.
BoHA:-:sl,s ALTIIJIJI'L " ' :10:-~ . Horossus flahd(rf'r'T, 20:{.
2'•~­

c '\l'l'-\!:!:-;
C >\ l'SII

S.

Til',; 1. "\l'O..;,\,

:-:1 K .

1· \1 _\:O.\ 1· 1· '1, ) :L.~.
f1{\'TI·,:-;1.E\~, ~:~~~­ at,!:.~>,

("crlwra jll'rll.\'lrlftrl, l~J:!. ( "r,rhero tht'V('/to, 1 ~1:!.. ('/wrio r·lw~alu-rr·. ;,',O. ('haria t·ndcninl.-.1 . . .-, ;;'dt.

i:AI'S!I.I :'Il

Cl!};\;tl!'ll!Jl.\C(:Es, :; :1;.
CHE:\IJI'Ullll'.\1
''1}\]11)~[1)/!11 :-.,

!)J-; 1 ,l,
1

_1 ru!lj:llfllf fuJf/ u·u/fllfl. ltk -1. \C'<.I.(:I'I \il\1:1::1·::-::. ~11

( 'nrullruna f 'arol/umo

:!lD.

;{::7.

C"flt!!llllilltJ, ~

H(J!L\(iJ:\ACEE,.,,
B(l!!HEHIA

C-\H\Ll.l \],-\

/J-\i.ï!FLJI,

1 :1. :!1-'t
:.!l;...J,

('hlaf!ll/docorllll rosluto, ::tl:~. Ch/oro~·udrJF! ;t,hift'i. Îi:t '1.
Ci!Hti/.()J'}/'11\.--\ lli\IIITI/1 ., '\ \,

. t.. -1'/,·f"l/'
. l>flllf'IJ;._:u,
. \~l'\ Il \

~t'.,, !!tin. ~

1~.-~1111

Cl! J\J:TOLJ:l'II4..L.o\l HA!ll·\·t·A,

t;:--::.L

C-\H-\LLl :'Il\

!II.CAJS\J:.\'1i,\,

't()f'J.

,fjf'lt'•tll/1,'-, ;~ul

!forreria lnu'Of'dn. ()t;:: .
J:rJn\ti"H!:\

('url/llllr!lo
(:A 1:.\ 1.1. li :\1 \
('onJ!iUfflfl

l!i.-...pt·n·dum, :!1:-~
1\ t:TI\11SI'1 Cl

Cl/Jt(l/.(,j'JiOI\-\
Cnno'liH·JIIlHA

I'J.l(. \TA. 'dl), SJ::'\1'1,4./.!.'\.'-J:--,

<, 1 -...

-\FIl 11: \ \ 1 -...,

f)l-\'t .

* Cf. .\<i<knda. p.

r. .:\ ~. '2, t ~l :!.15. ( 'ora/lumrJ fl,mhoucttu·r, . . . ,.....-, '.!. 1:1. f 'ara/lu mo ~·cru'flo . .·u, ~ 1 ;~, ('arapa guir.tr·n . . is, ;,:-;9. ('urapo ;;unnrujl11a. ;l:i~l.
,-.prl'!l{!,('rl,

',01--i.

Chro:ophoro .~l'ltt'::,rtll'n.-:i."-, ·'tUt;. ('hrysuf,,Jiall rt.~ t·rur·u, (i "; ~.
CI!HYSOHAJ :\\15(JJ\Hii.l'/.-\1\!:-;,

f/77.

f'hry~·oNr!yJ Chrys(Jcrii_~f.r

f!,Tfl('l'/i::--,

.rJ;ll. n;/,fgitu•.'·-'a, :1:-.t.

~~~~~-

874

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRAD!(

NNELLE

(
Croton scnegulcnsis, ~u·;. CRYPTOLEPIS SANGUI!'OLENTA,

>..S -"OMS SCIENTIFIQUES
DIOSCOREA spp., 399. Dioscorea togoensis, 398. Dioscorea triphylla, 396. DIOSPYROS MESPILIFOIIMIS,

875

Chrysophyllum alnifolium, 725. Cicca discoidea, 424. CJENFUEGOSIA DI<HTATA, 520. CJSSAMPELOS MUCRONATA, 550. Ciisampelos pareira, 550. CJssus POPUL:'IEA, 783. Ctssus QUADRANGULARIS, 784. Citrullus colocynthis, 375. Citrullus vulgaris, 374. CITRUS AURANTIFOLIA, 709. Citrus medica var. acida, 709. Citrus paniculata, 708. Clematii djalonensis, 673. CLEMATIS HIRSUTA, 673. Cleome gynandra, 320. Cleome pentaphylla, 32{).
CLERODENDRUM 4CERBIANUM, 774. CLERODENDRUM CAPJTATUM, 774.

Clerodendrum capitatum var. conglobatum, 774. Clerodendrum. capitatum var. talbotii, 774. Clerodendrum frutectorum, 774. Clerodendrum obanense, 774. Clerodendrum talbotii, 774. Clitandra barteri, 282. CLUSIACÉES, 338. CNESTIS FERRUGINEA, 362. Cnestis oblongifolia, 362. Cocculus bakis, 554. Cocculus leaeba, 551. CoccuLus PENDULus, 551. COCHLOSPEJŒACÉES, 339. Cochlospermum niloticunz, 339. CocHLOSPERllhar TJKCTORIUM, 339. Cocos NUCIFERA, 205. Coinochlamys hirsuta, 51 O. Cola acuminata, 753. Cola acuminata var. lati(olia, 753.· CoLA coRDIFOLIA, 752. Cola cprdifolia var. puberula, 752. COLA NITIDA, 753. Cola vera, 753.
CoLOCYNTHIS CITRULLUS, 37~. CO!-OCYNTHIS VULGARIS, 375.

COMBRÉTACÉES, 341. Combretum abbreviatum, 351. CoMBRETUM ACULEATU>~, 342. Combretum altum, 346. Co!IIBRETU., CROTONOIDEs, 343. Combretum elliotii, 350. Combretum floribundum, 346. Combretum geitonophyllum, 3-'13.
CoMBRETUJ\1 GLUTINosur.t, 3~3.

CoMBRETUM TOMENTOSUM, 353. Combretum trichanthum, 349. Combretum velutinum, 349. COMMÉLINACÉES, 360. COMMEL!NA FORSKALAEI, 360. CoMMIPHORA AFRICAKA, 252. COMPOSÉES, 220. CONNARACÉES, 362. Conocarpus leiocarpus, 341. CONVOLVULACÉES, 363. Convolvulus asari(olia, 365. Convolvulus balatas, 366. Convulvulus brasiliensis, 369. Convolvulus cairicus, 367. Convolvulus sapitatus, 370. Conço/vulus guineensis, 370. Conyza cinerea, 230. Conyza heudelotii, 227. Conyza pauciflora, 233. Conyza pyrifo/ia, 22?. Conyza senegalensis, 224. Copai(era copalli(era, 297. Copaifera guibourtiana, 297. Copaifera çuilletiana, 297. Copaifera vuilletii, 297. CoacHoau"s OLITORIUs, 763. Cardia gharaf, 249. Cardia lteudelotii, 249. Cardia mannii, 249. CORDIA l\IYXA, 248. CoRDIA ROTHII, 249. CaRDIA SENEGALENSIS, 249. Cordia senega/ensis, 249. COIIDYLA AFIIICANA, 280. ConoYLA ~INNATA, 280. Cornus gharaf, 249. CosTus AFER, 787. Costus anomocalyx, 787. Costus bingervillensis, 787. Costus dubiu.<, 787. Costus insularis, 787. Costus littoralis, 787. Costus lueanusianus, ?87. Costus luteus, 787. Coslus oblitterans, 787. Coulteria ? a(ricana, 583. Cracca purpurea, 476. Crate,,a adansonii, 319. Cra.teva cappa.roides, 322. Crale<'a (ragrans, 322. CRATEVA ltELIGIOSA, 319. Crescentia pinnata, 236.
CRESSA CRETICA, 364. CniNU" PAUCIFLonuM*, CR!NUM SANDE.RJANU.M*,

632.

Cryptolepis triangularis, 632. Cucumis colocynthis, 375. / Cueumis maderaspatanus, 385./ CUCUHBITACÉES, 371. Cucurbita citrullus, 37 4. CUCURBITA MAXIMA, 377. CucullniTA PEPO, 379. Cucurbita ûceraria, 381. Cyanothrysus ogea, 282. Cylista pycnostachya, 4 72. CYM'BOPOGON CITRATUS, 643. CYMBOPOGON GIGANTEUS, 644. Cynanchum hastatum, 21 7. Cynanchum lanci(olium, 217. CYPÉRACÉES, 390. CYPERUS AllTICULATUS, 390. CYPERUS ESCULENTUS, 391.

399. 535.

Diospyros senegalensis, 399.
DJSSOTIS SE!I"EG.OIBIENSIS, DonoNAEA viscosA, 721.

Dolichos biflorus, 480. Dolichos ensi(ormis, 449. Dolichos pruriens, 46 7. Doliclws sinensis, 480. Dolichos unguiculatu.<.480. Dombeya atacorensis, 756. Dombeya multiflora, 756. Dombeya multiflora var. senega/ensis, 756. DOMBEYA QUINQUESETA, 756. Dombeya senegoünsis, 756. Dracœna hirsuta, 361. Drepanocarpus a(ricanus, 456. DREPANOCARPUS LUNATUS, 456. Dupuisia juglandi(olia, 142.

D
Daemia extensa, 218.
DALBERGIA BOEHMII, 454. DALBERGIA ECASTAPHYLLUM,

E
454. ÉBÉNACÉES, 390. Ecastaphyllum brownei, 454.
EcHINOCHLOA PYRAMIDALIS, 646. ECHDIOCIILOA STAGNINA, 647.

Dalbergia el.ata, 454.
DALBERGIA MELANOXYLON, DALBERGIA sp., 456·.

455.

/
f

Combretum lecauanthum, 350.
CoMBRETU" LECARDII, 345. Com.bretun~ leonense, 343. COMBRETL:l\1 l\tiCRA~THt'~l, 34.6.
CoMnllETUM MOLLE,

125.
125.

34.9.
3.50.

CoMBRETC'' :\:IGRICA~s ,~ar. t::LLIOTII,

CoMHRETU M !\IGRICANS Yar. NIGRICANs,350.

CoMBRETUM

PA"ICUL.nu'll,

351.

Combretum. passargei, 343. Combretum pincianum, 351. CoMHRETliM RACEMOSIBI, :J53. Combretum raimboultii, 346. Combret1un ramosissimum, 35t. Combretum sokodense, 349.
• Cf. Addenda, p. 799.

686. Crossopteryx kotschyana, 686. Crotalaria arenaria, 4_ ?6. CROTALARIA ATROIIUHENS, 451. Crotalaria ga.mbica, 451. Crota.lar;a ononoidr.s, 451. CnoTALAniA PEnnoTTETII, 451. CnoTALARIA rouocAnPA, lt51. CnoTALAHIA RETUSA, '•52. CIIOTON LOHATUS, 408. Croton plicatus, 407.
CROSSOPTE R Y X FERRI FUGA,

Daniellia, caudata, 282. Daniellia fosteri, 282. DANIELLIA OGEA, 282.' DANIELLIA OLIVER!, 283. Daniellia puncltii, 282. Daniel/ra similiS, 282. Daniellia thurifera, 283. Daniellia tlturi(era var. chevalieri, 282, 283. ~Datura alba, 738. . Datura fastuosa, 738. Datura (astuosa var. alba, 738. DATURA INNOXIA, 737. DATURA METEL, 738. DATURA STIIÙIONIUM, 742. Degue/ia stuhlmannii, 469. DELONIX REGlA, 284. Desmidorchis retrospiciens, 215. Desmodium lasiocarpum, 456. DESMOIJIUM VELUTINU", 456. Detarium lteudelotianum, 286. DETARIUM )!ICROCARI'UM, 285. DETARIUM SENEGALENSE, 286. Detariu"l senegalensis, 285. UIALIUM GUINEENSE, 289. Dianthera bicalycr.i./ata, 115. DICHROSTACIIYS CINEREA, 573. Dichrostachys glomerata, 573. Dichrostacltys nutans, 573. Dichrostac!tys platycarpa, 573. DICOMA SF..SSILIFLOHA, 226.
DIGITAHIA EXILIS,

Ec/ipta alba, 226.
EcLIPTf PROSTATA, 226. Ehretùi acutifolia, 249. Ekebefgia cltevalieri, 540. Ekebergia dahomensis, 540. Ekebergia indeniensis, 540. EKEI!ERGIA SEN EGALENSIS, ELAEIS GUINEENSIS, 208. Elaeis nigrescens, 208. Elaeis virescens, 208. ELAEOPHORBIA GRANDIFOLIA,

540.

408.

ÉLATINACÉES, 401. Elayuna biloba, 300. Elcaja roka, 548.
ELEOCHARIS ACUTANGULA, ELEOCHARIS DULCIS, 392. ELEOCHARIS MUTATA, 392. ENTADA AFIIICANA, 575.

392.

Entada sudanica, 575. Entada ubanguiensis, 5?5. Entadopsis sudanica, 575. Epibaterium pendulum, 551. Eragrostis cambessediana, 648. ERAGROSTIS CJLIARIS, 647. ERAGROSTIS GANGETICA, 648. Eragrostis pulchella, 64 7. Eriodendron an(ractuosum, 245.
11JRIOSEMA GLOMERATUM,

45j,

Eriosema sericeunt, 4.57 ~
ERYTIIRINA SENEGALENSIS,

457.
603.

6ft5 . .-

DfLLÉNfACÉES, 393. DIOSCOIŒACÉES, 394. Dioscorea abyssinica, 398. Dioscorea anthropofagorum, 395. !liOSCOREA BULBIFERA, 395.
DIOSCOHEA J)UMETOHt::'\1,

ERYTHROPÙLEUM AFRICANU~t,''l90. EnYTHROPIILEUM GUI!"\EBNSE, 290. EucALYPTus

cA~tALilliLEI'\'SIS,

396.

398. DioscOrea satÙ'a, 395. Dioscorea saliva var. syloestris, 395.
DIOSCOIIEA I'RAEIIENSILIS,

EucalJtPlUS rostrata, 603. Eupatorium coloratum, 231. Eupatoriu1n cordatum, 228. EUPHORBIACÉES, 402. EuPHORBIA BALSA~IIFERA, 409. Euphorbia drupifera, 408. Euplwrbia grandifolia, 408.

876

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADI1( mELLE
Gardenia nigerica, 690. spp., 690. Gardenia ternifolia, 690.

(

INDEX DES NOMS SCIENTIFIQUES
IPO>fOEA ASARIFOLIA, 365. lPOMOEA BATATAS, 366. ·

877

/

/

EuPHORBIA HIRTA, 410. Euphorbia leonensis, 408. EuPHORIHA PAGANORUM, 414. Euphorbia pilulifera, 410. Euphorbia poinseuiana, 415. EuPHORBIA PULCHERRIMA, 415. Euphorbia rogeri, 409. EuPHORBIA SCOIIDIFOLIA, 415. Euphorbia sepium, 409. Euphorbia thymifolia, 415. EuPHORBIA TIRUCALLI, 416.

GARDENIA

F
F ABACÉES, 434. Fadogia cinerascens, 688. Fadogia djalonensis, 688.
FADOGIA ERYTHROPHLOEA,

688.

Fa&ogia leucophlœa, 688. Fagara angolensis, 712. Fagara attiensis, 712. FAGARA LEPRIEURII, 712. Fagara nitens, 712. Fagara polyacantha, 712. Fagara senegalensis, 713.
FAGARA ZANTHOXYLOIDES,

713./

Faidherbia albida, 557.
FERETIA APODANTHERA, 688. Feretia canthioides, 688. FICOIDACÉES, 481. FICUS CAPENSIS, 590. FICUS DICRANOSTYLA, 591. FICUS EXASPEI!.ATA, 591. FICUS GLUMOSA, 592. FICUS GNAPHALOCARPA, 592. FICUS INGENS, 593. FICUS ITEOPHYLLA, 593. Ficus lutea, 593. FICUS LEPRIEURI, 594. FICUS PLATYPHYLLA, 594. Ficus pseudovogelii, 596. Ficus sassendrensis, 593. FICUS SCOTT-ELLIOTII,. 595. Ficus senegalensis, 596. FICUS sp., 595. Ficus spragueana, 593. FICUS THONNINGII, 595. FICUS UMBELLATA, 596. FICUS VOGELII, 596. FLACOURTIACÉES, 482. Flemingia faginea, 466. Flemingia faginea., 466. Fluggea klaineana, ·42(.. Fluggea microcarpa, 432. Fluggea obovata, 424. Fluggea virosa, 432. Fugosia digitata, 520.

690. Gardenia thunbergia, 690. . GARDENIA TRIACANTHA, 690 .. Gardenia triacantha var. parvilimbis, 689. Garnotia africana, 651. Geoffraea inermis, 443. GLADIOLUS KLATTIANUS, 488. Gladiolus multiflorus, 488. Gleditschia africana, 290. Gloriosa caerulea, 501. Gloriosa carsonii, 501. GLORIOSA SIMPLE X, 501. Gloriosa sudanica, 50L GLORIOSA SUPERBA, 503. Gloriosa superba var. planipetala, 501. Gloriosa virescens, 501, 503. Glycine subterranea, 481. Gomphrena sessilis, 120. GOSSYPIUM spp., 521. GRAMINÉES, 483. GREWIA BICOLOR, 767. GREWIA CARPINIFOLIA, 7.68. GREWIA FLAVESCENS, 769. Grewia guazumifolia, 769. Grewia kerstingii, 769. GREWIA LASIODISCUS, 769. GREWIA MOLLIS, 770. Grewia pilos'!r 769. Grewia salvi{ plia, 76'7. Groutia celtillifolia, 618. Grumilea psychotrioides, 707. GUAIACUM OFFICINALE, 794. GUIBOURTIA COPALLIFERA, 297. Guibourtia l'uilletiana, 297. GUJERA SENEGALENSIS, 353. Guilandina bonduc, 259. GUTTIFÉRACÉES, fo83. Gymnosporia senegalensis, 333. GYNANDROPSIS GYNANDRA, 320. Gynandropsis pentaphylla, 320.
GARDENIA TERNIFOLIA,

Hexalobus tomentosa, 149. HIBISCUS ASPER, 523, Hibiscus cannabinus, 523. Hibiscus cannabinus var. chevalieri, 523. HIBISCUS ESCULENTUS, 525. Hibiscus furcatus, 528. Hibiscus furcellatoides, 528. Hibiscus hispidissimus, 525. HIBISCUS ROSA-SINENSIS, 526. HIBISCUS ROSTELLATUS, 528. HIBISCUS SABDARJFFA, 528. HIPPOCRATÉACÉES, 483. HJPPOCRATEA AFRICANA, 332. Hippocratea~ bequaertii, 332. Hippocratea cymosa, 332. Hippocratea indica, 334. Hippocratea lœsneriana, 334. Hippocratea obtusifolia, 332. HIPPOCRATEA PANICULATA, 332. Hippocratea polyantha, 332. Hippocratea richardiana, 332. H ippocratea senegalensis, 336. Holarrhena africana, 162. HOLARRHENA FLORIBUl'ÎDA, 162. Holarrhena wulfsbergii, 162. Hugonia acuminata, 507. HUGONIA PLANCHONII, 507. HUNTERIA ELLIOTII, 172. If YGROPHILA AURICULAT.\, 112. Hygrophila longifolù;I, 112. Hygrophila lutea, 114. HYGROPHILA SENjliGALE~SIS, 1H. Hygrophila spinosa, 112. Hylacium owariense, 179. HYMENOCALLIS LITTORALIS, 127. HYMENOCARDIA ACIDA, 417. HYPERICACÉES, 483. HYPHAEl'Î E TIIEBAICA, 209. HYPTIS SPiCIGERA, 489. HYPTIS SUAVEOLENS, 490.

lpomoea biloba, 369. IPOMOEA CAIRICA, 367. 1pomoea digitata, 368. .,. lPOMOEA MAURITIANA, 368. lpomoea pa/mata, 367. lpomoea pes-caprae, 369. IPOMOEA PES-CAPRAE, 369. Ipomoea repens, 365. lpomoea reptans, 364. lpomoea tamnifolia, 370. lpomoea vesiculosa, 367. IRIDACÉES, 488.

J
Jacquemontia capitata, 370.
J ACQUEMONTIA TAMNIFOLIA, JATROPIIA CHEVALIER!, H8. JATROPHA CURCAS, 419.

370.

Justicia Justicia Justicia Justicia Justicia Justicia

bicalycu/ata, 115. buettneri, 114. canescens, 115. ci/iata, 114. gangetica, 111. togoensis, 114.

K
KAE M P FERIA AETHIOPICA, 788. KHAYA SENEGALENSIS, 541.

H
126. Haematostaphis pierreana, 140. HANNOA UNDULATA, 730. llaronga madagascariensis, 48(.. Haronga paniculata, 484.
HAE>fANTHUS MULTIFLORUS, HARUNGANA MADAGASCARIENSIS,

ICACINACÉES, 486.
JCACINA SENEGALE,.;SJS,

486.

·---..._

Ichnocarpus af::.elii, 220.
IMPERATA CYLI~DRICA, 6-'tfL fNDIGOFERA ARRECTA, 459. Jr;DIGOFERA RRACTEOLATA, 460.

abyssinica, 236. ai:utifolia, 236. aelhiopica, 236. aethiopium, 236. KIGELIA AFRICANA, 236. Kigelia africana var. aethiopica et var. dliptica, 236. K igelia elliotii, 236. K ige lia elliptica, 236. Kigelia impressa, 236. K ige lia pin nat a, 236. K igelia spragueana, 236. Kigelia talbotii, 236. Kigelia tristis, 236. KOHAUTIA GRANDIFLOHA, 691. Kolbia elegans, 626. L

K igelia K igelia K igelia Kigelia

Indigofera da/abaca, 460.
484.
JNDIGOFERA

DE~DROIDES,

460.
LAJ;j};Es, 488. LAGE~ AH! A SICERARIA, 381. Lagnwria#,,u/garis, a~n.

G
Gaertnera morindoides, 701. Garcinia conrauana, 338. Garcinia dinklagei, 338. GARCINIA KOLA, 338. GARDENIA ERUBESCENS, 689. Gardenia jovis-tonantis, 690. Gardenia medicinalis, 690.

/ledyotis lancifolia, 705. lledysarum ecastaphyllum, 454. Hedysarum lasiocarpurn, 456. Hedysarum velutinum, 456. HEERIA INSIG~IS, 133. Heleockaris fistulosa, 392. Heleocharis mutata, 392. lleleocharis plantaginea, 392. lleliotropium africanum, 250. HELIOTROPIUM BACCIFERUM, 250. HELIOTROPIU>f INDICUM, :1.50. lleliotropium undulaturn, 250. Herpestis decumbens, 727. lleudelotia africana, 252. HEXALOBUS MONOI'ELATUS, H9.

Indigofera grisea, 460. Indigofera /otononoides, 461.
INDIGOFERA MACROCALYX, !t61. INDIGOFERA MACROI'HYLLA, 461.
JNUIGOFERA OBLON(;IFOLIA,

INDIGOFEHA I'A~ICULATA,

461. -l62.

LAMIACEES, 488. Lancretia ::;uffrutico.r-:a, 401. LANDOLPHIA DULCIS, 174.
LANDOLPHIA H.EUHELOTII,

lndigofera ln di go fera Indigofera Indigofera lndigofera

paurifolia, 461. phy/lanthoides, 460. procera, 462. sesbanii{olia, t.60. tinctoria, 459.

174.
1)1~,

lJandolphia heudelotii var. djenge, Landolphia senegalensis, 186.
LAN!\EA ACIHA, 1:~5.

lndigofera tinctoria var. arrerta, l.t59. Inga ferruginea, 570. Inga zygia, 572. 1pomoea angusti(olia, ~ 71.
IPO>fOEA AQUATICA,

Lannea afzelii, 1 :l6. Lan.ncn. dalwmensi ..,·. 1 :Hi. Lannea djalonica, l:l6. Lannea glaberrima, 1:!6. I....annea grossularia, 1:lG.
LANNEA MICROCAHPA,

36'..

136.
.ii(

___________ __J_

·{

878

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADIT(
MANGIFEIIA

.

.

.NELLE
137.
422.

(
MoniNDA GEMINATA,

iNDEX DES NOMS SCIENTIFIQUES

879
p

LANNEA NIGRITANA, 136. LANNEA VELUTINA, 137.

INDICA,

MANIIIOT ESCULENTA,

Lantana antidotalis, 7?5. LANTANA CAMAllA, 775. LAURACÉES, 494. Lawsonia alba, 517. LAWSONIA INERMIS, 517. Leersia a.ngusti(olia, 649. LEERSIA HEXANDRA, 649. LEGUMINEUSES, 498. Leonotis africana, 490. LEONOTIS NEPETIFOLIA, 490. Leonotis pallida, 490. LEPTADENIA HASTATA, 217. Leptadenia lanci(olùt, 217. LEPTADENIA spp, 217. Leptoderris dinklagei, 462.
LEPTODERRIS FASCICULATA, LEUCOENA GLAUCA, 57~

Alanihoi utilissima, 422. Mani/kara maclaudii, 726.
MANILKAJIA MULTINEJIVIS,

726.

Mappa heterophylla, 4:!1. MARANTAC!tES, 534.
MARKHAMIA TOMENTOSA, 237. MAYTE:XUS SENEGALE:'iSIS, 333. MELA:\THERA GAMBICA, 227.

MELASTOMATACÉES, 535. MELIACÉES, 535. M elia azadirachta, 536. MELIA AZEDARACH, 545. Melia indica, "536. Melothria gourmaensis, 386.
462.
MELOTIIIIIA MADERASPATANA, MELOTHRIA TRIDACTYLA, 386.

Morinda confusa, 701. 698. Alorùrda longiflora, 701. :\!UIIINDA LUCIDA, 700. MOiliNDA MORINDOIDES, 701. MOHI!XGACÉF;S, 59? .. MolliNGA OLEIFERA, 598. .Uoringa pterygosperma, 598. Monus "ESOZYGIA, 597. MosTUEA HinsuTA, 510. !IIUCUSA PRURIENS, 467. M ukia scab.rella, 385. MYRTACÉES,.602 ..
N

Palisota ambigua, 361. PALISOTA IIIRSUTA, B61. ... Palisota la:riflora, 361. / Pa/isola. maclaudii, 361. Pa/isola. prionosta.cltys, 361. PALMIERS (cf. ARÉCACÉES), 619.
128. 651. Panicum ghiucifolium, 651. Panicum klingii, 651. Panicum longiflorum, 645.
PAXJCtJ)t
A::\"AHAPTISTU\1

PA:\"CRATIU:-t TRIANTHU~,

385. /

LILIACÉES, 498...,.. Limonia warnecke'r, 708. LINACÉES, 507.4 Lippia adoensis, ?:JI. LIPPIA CHEVALIER!, 778. LIPPIA MULTIFLORA, 778. LOGANIACÉES, 507. / Lochnera rosea, 158. Lonchocarpus argenta, 469.
LoNcuocARPUS CYANESCEXS, 463. / Lonchocarpu.s fasciculatus, 462. 464. Lonchocarpus philenopter~j, 464. LONCHOCAIIPUS SElliCEUS, 464. Lonchocarpus staudtii, 443. < Lopkira afriénna, 613. Lophira alata, 613. LOPHIRA LANCEOLATA, 613. Lophira spatulata, 613. Lophotocarpus gourmacus, 118. Lophotocarpus guayanensis, 118. LORANTHACÉES, 514. Loranthus bangwensis, 514. Lorantkus thonningii, 5H. LOTUS AllABJCUS, 465. Lotus mossamedeiiSis, 465. LUFFA ACUTANGULA, 382. LUFFA AEGYPTIACA, 383. Luffa cylindrica, 383. Lycopersicum cerasiforme, 750. L YTHRACÉES, 515. LONCIIOCARPUS LAXIFLORUS,

MENISPERMACÉES, 550. Merremia a.ngu.sti(olia, 371.
MERREMIA KENTROCAULOS, 370. MERREM·IA TRIDENTATA, 371. MEZOI'iEURON BENTIIAMIANUM, MICRODESMIS PUBERULA, 424.

Nauc/ea ti.fricana, 695. -'-Yauclea esculenta,.)02. NAUCLEA LATIFOLIA, 702.
NAUCLEA I'OBEGUINII,

704.

298.

Nauclea slipulacea., 696. Xauclea slipulosa, 696. NELSO,;IA CANESCENS, 115.
Nelsorûa cantpestris, 115. 1.Yerium obesum, 153.
NERIUM OLEANDEII, 175. NEWBOULDIA LAEVIS, 237. NICOTIANA ftUSTICA, 742. NICOTIANA TABACUM, 743.
NoTHOSAERVA
BRACHIATA,

PAPAVEIL\CÉES, 619. PAPAYACÉES (cf. CAHICACÉES), 323. PAPILIO!\ACtES (cf. FABACÉES), 434. Paradaniellia oliveri, 283. PARI!'< AR! CVRATELLIFOLIA, 678. Parinari elliotii, 680. i'AIIINARI EXCELSA, 6B0. Pa.rinari holstii, 680. f'ARINARI >HCROI'HYLLA, 680. Parinari lenuifolia, 680.
PARKIA

BH~LOHOSA, 579. PARKINSO!\"L\ ACULEATA,

299.

Microdesmis ze11keri, 424.
MICROGLOSSA PYRIFOLIA,

227. Microglossa volubilis, 227. M ilrania chenopodi(olia, 228. 228.

MIKAI'i!A CORDATA var. CORDA TA,

M
~IACARANGA. HETEROPHYLLA, 421. MACROSPHYRA LONGISTYLA, GY:!. MAEilUA ANGOLENSIS, 321.

M ilra11ia sca11de11S, 228. MIMOSACÉES, 5~. Mimosa adia11thi(o ·a, 569. Mimosa adstringen 561. Mimosa asperata, 5 8. / Mimosa biglobosa, 579. Mimosa dinklagei, 586. Mimosa glauca, 576. Mimosa glomerata, 573. Mimosa lebbeck. 571. Mimosa ·nilotica, 562. Mimosa nutans, 573. MIMOSA PIGRA, 578. Mimosa senegal, 564. Mimusops atacorensis, 726. Mimusops chevalieri, 72û. Mimusops densiflora, 726. Mimusops djalonensis, 726. M imu.wps kummel, 726. 11/imusops mu/linervis, 72ô. Mimusops poissonii, 726. MITRACAI\.PUS SCABER, 692. Mitracarpus verticillatus, 692. Mitragyna a(ricalw, 695.
MtTRAGY NA Jr\ERMIS,

123.

NYCTAGl.!':ACÉgs, 607. NYMPHÉACEES, 611. ,Vymphaea lilkriensr:s, 611. NYMPHAEA LOTUS; 611.
0

Paronychia linearifolia, 330. Parquetina gabonica, 635. PARQUETI:'<A l'll;nEscE,;s, 635. PASSIFLOHACÉES, 625. Pa.spalum e:rile, 645. I'ASI'ALUM SCROl!ICULATt.;M, 651. i'ASI'ALU" VAGJNiTUM, 653. PASSIFLOHAC~ES, 625.
PASSIFLOil.A FOE"rlDA, PAULLI!'\IA

PIN!\"ATA,

627. 722.

!

l'avelia baconia var. oblongifolia, 706. l'a~ettâ barteri, ?05. PAVETTA CI\."Sli'ES, 705. Pa.vetta nitida, ï06.
PAVETTA OHLO:'\Gl'FOLIA,

Ocùnut~t diclwtot;~u,n: ~91.
Ocimu.m ltispidulum, 492:
UcintUIIt laru:eolaturn, 491.

OCH!\ACÉES, 613. Oci"zum americanurn, 491, 492. ÛCIML)t BASILICUM·, -1.91. 0CIMU" CANUM 492

706.

Pavetta schwein(urtltii, 706. l'a<•etla utilis, ?05. PAVONIA HIHSl"TA, 5:11. l'EDALL\CÉES, 628.
Pennisetum gambiense, 65"4. Peunisetum leonis, 65ft. Peunisetum nigritanurn, 654..

Ocimum menthaefolium, 491. Ocimum thymoidea, 49:!. Odina. acida, 1:l5. Odirw ••elulina., 1:17. OLACACÉES, 615. Oldenlandia ~randiflora, 691. Olyra.
ÜLUE"'\LANIJIA LANCIFULJA, bre~ifolia, 650.

l'enuisetum pediccllatum, 653.
Pf!luâsetum pycnostacltyum, 65't. PE:'\:'\ISETU'I spp., 65!~, Pennisetum typlwideum, 654. PE:\"!\"ISE'flJ'I SVHA;'\t;ljSTU\1, 655. PE ~TACl.ETH lLo\ MACHOI'H y J.t.A, 581. ]•EH<lULAHIA 1>.-\EMIA, :!1H. J>('rgu.laria r.rtensa, ~18.

705.

695.

Maerua angustifolia, 322. · Maerua dasyura, 322.
MAERUA OBLONGIFOLIA,

32:!.
725.

111 aerua rogeoni, 32:2. Malacantha acutifolia, 725.
MALACANTHA AL~IFOLIA,

Mitragyna macrophylla, 696. MITRAGYJ>;A STIPULOSA, 696. Modecca carici(olia, 626. Modecca incisa, 626. Modecca lobata, 626. MoGHANIA FAGISEA, 466. MoMORDICA HALS.nli,;A, 386. MoMORDICA CIIAllAl\TIA, 387. MoNDIA wniTEI, 634.
MoNECHMA CILIATUM,

ÜLYIIA LATIFOLIA, 650. Omphalogonus mlophyllus, 63:>.

l)f'rgula.ria ,..;an guinolenla,
l'EHII'LOC.\C~;t<;,;, 6:!~.

f):~:!.

Umphalogonus ni;::ritanus, 6:!5.
ÜNCOH.\ SI'I:\OSA, 4H:~.

Upilia

amentac(~a, ()J

X.
61H.

PeriphH'a calup!tylla, tl:~~Pf•riphwa ni!{rc."·cens, ü:E1.
f>EHISTIIOI'IIE BICALYCt LATA.

ÜI'ILIA CEJ,TIIIIFOLIA,

115.

OI'ILIACÉE!o\, Gl?.
OPUNTIA TL:\A,

LJf•ristrophr pi/osa., 115.
I)EHSEA A.I\IEltiCA:'lA, ,,~)5.

.

25ft.

Urmosia la:riflora, lo4 \.
U:-:ûeckia sa.ricula, 5~~5. Usbecln·a senegwnbieTu;is, 535. Ostryoderris chcvalicri, 469.
ÜSTHYODEHRIS STlJIIL:'!IANNII,

Per . ..;ea gratissima, lt95. Philcnoplt•ra rya.nrsrcns, !tfl:J.
Philonopff'ra la.riflora, ·'•6·'t. Ph/omis a{rir·a1w, 490.

Malacanlha heudelotiana, 725. Malacantha obtusa., 725. Malacantha warneckeana, ?25. MALPIGHIACÉES, 518. MALVACÉES, 519.

1 tt.t.

Monechma hispidum, 11ft. Maniera decumbens, 727. MORACÉES, 587. Morinda citrifolia, 698·700.

ÛXYTF.:o-lA!\THEH.A ABYSSINICA,

469. 650.

l'hlo'ltis pal/ida, 490.
PHOI~Nl:\. HECLI:\"ATA, ~09.

Ozoroa insi~nis, 1 :{3.

Phff rlix .'>'f'negalensis, :!09.

....

880

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITI(
)',CJ.

'ELLE

(
SAPOTACÉES, 723.

INDEX DES NOMS SCIENTIFIQUES
Spermacoce chaetocephala, 683. Spermacoce globosa, 684. Spermacoce hebecarpa, 683. Spermacoce leucaeda, 684. Spermacoce radiata, 68~. Spermacoce stachydea, 684. Spermacoce çerticillata, 684. Sphaeranthus lecomteanus, 228.
SPHAERANTHUS SENECALENSIS, 228. Spilanthes acmella, 229. SPILANTHES ULIGINOSA, 229. Spondias birrea, 141. Spondias lutea, 143.

881

Phœnix spinosa, 209. PHRAGMITES VULGARIS*, 655. PHYLLANTHUS DISCOIDES, 424.' Phyllanthus discoideus, 424. ,' PHYLLANTHUS NIRURI, 427. PHYLLANTHUS PENTANDRUS, 428. PhyUanthus çirosus, 432. Physichilus senegalensis, 114. Picralima elliotii, 172. PILIOSTIGMA RET!CULATUM, 300. Piliostigma rufescens, 257.
PILIOSTIGMA THONNINGH, 302. PIPÉRACÉES, 635. , Piper famechonii, 636. PIPER GUINEENSE, 636. Piper leonense, 636.

PUNICA GRANATUM, 670. PUPALIA LAPPACEA, 123.

Sapindus senegalensis, 720. Sapiudus simplicifolius, 142. Sarcocephalus diderrichii, 704,., Sarcocephalus esculentus, 702. '- / ' Sarcocephalus pobeguini, 704. Sarcocephalus russeggeri, 702. Sarcocephalus sambucinus, 702. Sarcocephalus sassandrae, 702. Schmidelia africana, 719. Schousboea cordifolia, 402.
ScuwENKIA AMERICANA, 746. Schwenkia guineensis, 746. Schwenkia hirta, 746. Scilla indica, 505, Sc IL LA PICTA", 505. ScLEROCARYA BIRREA, 141. ScoPARIA DULCIS. 728. SCROFULARIAC:ÉES, 726. SECAMONE AFZELII, 220.

R
Randia longistyla, 692.
RAPHIA SUDANICA, 210.

Piptadenia africana, 582.
PIPTADENIASTRUII AFRICANUII, 582. Pithecellobium dinklagei, 586. , PLUMBAGINACÉES, 637. Pluchea subumbellata, 227. PLUIIBAGO ZEYLANICA, 637. PLUMERIA RUBRA, 178. POACÉES, 640. Poa ciliaris, 64 7. Podalyria obcordata, 476. Podoria senegalensis, 314. Poinciana regia, 284. Poinsettia pulcherrima, 415. Polyadora elliotii, 172. PoLYCARPAEA LINEARIFOLIA;330. POL YGALACÉES, 663. POLYGONACÉES, 666. Polygonum glabrum, 667. POLYGONUM SENEGALENSE, 667. PORTULACACÉES, 667. PoRTULACA OLERACEA, 667. Portulaca portulacastrum, 482. PoucHETIA AFRICANA, 706. Poupartia birrea, 141.

Rauço/fia senegambiae, 179. RAUVOLFIA VOMITORIA, 179. REISSANTIA INDICA, 334. RENONCULACÉES, 6?2. Requienia obcordata, 476; RHAMNACÉES, 673. RHAPHJOSTYLIS BENINENSIS, 487. RHINOPTERYS SPECTABILIS, 519. RHIZOPHORACÉES, 676. RHIZOPHORA RACEMOSA, 676. Rhus insignis, 133. Rhynchosia calycina, 472. Rhynchosia faginea, 466. Rhynchosia glomerata, 457.
RHYNCHOSIA PYCNOSTACHYA, 472. RHYNCHOSPORA CORYMBOSA, 392. RICINUS COMMUNIS, 422. RJTCHIEA CAPPAROIDES, 322. Ritchiea fragrans, 322.

l
t
f
'1

1

Spondias microcarpa; 140.
SPONDIAS MOMBIN, 143.

Secamone leonensis, 220. Secamone myrtifolia, 220.
SECURIDACA LONGEPEDUNCULATA, 663. , SECURINEGA VIROSA, ~32. Senna italica, 265. SESAMUM ALATUM, 626. Sesamum caillei, 631. Sesamum heudelotii, 628. S&SAMUM INDICUM, 630. SESAMUM RADIATUM, 631. Sesamum sabulosum, 629. Sesamuni talbotii, 631. Sesbania aculeata, ~ 73. SESBANIA BISPINOSA, 473. Sesbania pachycarpa, 473. SESBANIA PUBESCENS, 474. SESUVIUM PORTULACASTRUM, 482. SIDA ALBA, 532. SIDA CORDIFOLIA, 532. Sida mutica, 519. Sida pannosa, 519. SIDA RHOMBIFOLIA, 533. Sida spinosa, 532. Sima,ba ? undulata, 730. SIMAROUBACÉES, 729. Simirestis paniculata, 332. SMEATHMANNIA LAEVIGATA, 627. SMILACACÉES, 731. SMILAX KRAUSSIANA, 731.

Spondias oghigee. H3. Spondias zanze~. H(). Stachyanthus nigeriensis, 263. Stapelia ango, 215. Stapelia decaisneana, 215. Staurospermum çerticillatum, 692.
STERCULIACÉES, 752. Sterculia cinerea, 757. Sterculia cordifolia, 752. Sterculia nitida, 753. STERCULIA SETIGERA, 757.

Securinega microcarpa, 432.

Robinia cyanescens, ~63. Robinia sericea, 464.
RocERIA ADENOPHYLLA, 628.

Sterculia tomentosa, 757.
STERCULIA TRAGACANTHA, 759. STEREOSPERMUM KUNTHIANUM, 239. STREPTOGYNE CRINITA, 657. Streptogyne gerontogaea, 657. STRIGA HERMONTHECA, 729.

Rondeletia africana, 686. Rondeletia febrifuga, 686. Rondeletia floribunda, 162. 1
ROSACÉES, 677. / RUBIACÉES, 683. RUTACÉES, 708. Rutidea kerstingii, 707. RUTIDEA PARVIFLORA, 707.

Striga senegalen:>is,.729.
8TROPHANTHUS HISPIDUS, 187. 8TROPHANTH US SARMENTOSUS, 189. STIIYCHNOS AFZELil, 511.

s
SABA SENEGALENSIS, 186. SAGITTARIA GUAYANENSIS, 118. Salacia africana, 332. Sa/acia angustifolia, 336. Salacia dalzielli, 336. Salacia demeusei, 336. Salacia doeringii, 336. Sa/aci:a euryoides, 336. Salacia johannis-a/lirechti, 336. Salacia macrocarpa, 336. Salacia oblongifolia, 336. Salacia oliçeriana, 336. SALACIA SENEGALENSIS, 336. SALICACÉES, 715. SALIX COLUTEOIDES, 715. Sa/ix safsaf, 715. 8ALIX SUBSERRATA, 715. SALVADORACÉES, 716. SALVADORA PERSICA, 716. SAMANEA DINKLAGEI, 586. Sansevieria cornui, 117. Sansevieria guineensis, 11 Î. Sansevieria liberiensis, 117. SANSEVIERIA SENEGAMRICA, 117. SAPINDACÉES, 719.

t

·i

Pouteria alnifolia, 725.
PREMMA HISPIDA, 781. Prevostea heudelotii, 363. Pristimera indica, 334. PROSOPIS AFRICANA, 583. Pnosor1s CHILENs1s, 585. Prosopis juliflora, 585.

Strychnos Strychnos Strychnos Strychnos Strychnos Strychnos Strychnos

buellneri, 512. caryophyUus, 511. djalonis, 512. erythrocarpa, 511. /axa, 512, lokua, 512. spinosa vàr. pubescens, 512.

1
~

Prosopis oblonga, 583. Pseudocedrela chevalieri, 547.
PsEUDocEDRELA KOTSCHYI, 547. PsEUDOSPONDIAS MICROCARPA, 140. Ps1DJUM GUAJAVA, 604. Psorospermum guineense, 485. PSOROSPERMUM SENEGALENSE, 485. PSYCHOTRIA PSYCHOTRIOIDES, 707. Ptelea çiscosa, 721. PTELEOPSIS SUBEROSA, 356. Pterocarpus lunatus, 456.

STRYCHNOS SPINOSA, 512. Strychnos zizyphoides, 511. Stylosanthes bojeri, 475. STYLOSANTHES ERECTA, 475.

Stylosanthes erecta var. guineensis, 475. Stylosanthes guineensis, ~75.
STYLOSANTHES MUCRONATA, 475. Stylosanthes l'iscosa, 475. SWARTZIA MADAGASCARIENSIS, 304. Swietenia senegalensis, 341.

Sodada decidua, 316.
SOLANACÉES, 732. SOLANUM AETHIOPICUM, 747. SoLANUM INCANUM, 749. SoLANUM LYCOPERSICUM, 750. Sophora nitens, 474. SOPIIOIIA OCCIDENTALIS, 474. Sophora tomentosa, 474. SoRGHUM sp., 656. Sorindeia doeringii, 51,0. Sorindeia heterophylla, 142.
SoRINDEIA JUGLANDIFOLIA,

Sycomorus gnaphalocarpa, 592. Syntharisma exilis, 645.
SYZYGJIJM GUI!ŒENSE, 606.

Pterocarpus abyssinicus, 4 72. Pterocarpus angolensis, 470. Pterocarpus echinatus, 4 70.
PTEROCARPUS ERINACEUS, 470. PTEROCARPUS LUCENS, 472.

;

~

T
Taccazca .viridis, 634.
TAMAHICACJ1:ES, 761. TAMARINilUS INDICA, 307. Tamarix gallica, 76t.
TAMARIX SENEGALENSIS,

14.2.

Pterocarpus lunatus, 456. Pterocarpus simplicifolius, 4?2.
PUNICACÉgs, 670.

Sorindeia, simplicifolia, 142. Sotor ncthiopium, 236. Spathodea laeçis, 237. Spathodea tomentosa, 237.
• Cf. Addenda, p. 799.

761.

TAPINANTIJUS RANCWENSIS, 514.

" Cf. Addenda, p. 799.

.

... ,;,

~-;·

...;;:.

882

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO~"'"rLLE
VERBÉNACÉES,

TAPINANTHUS spp., 514. Tarenna pobeguinii~ 70?. Tephrosia leplostachya, 476.

(

~

INDEX DES NOMS SCIENTIFIQUES
ZIZYPHUS MAUR!TANIA, 674. Z!ZYPHUS MUCRONATA, 675. Zizyphus orthocanlha, 674. ZIZYPHUS SPIN A CHRISTI, 676. Zygia brownei, 572. ZYGOPHYLLACÉES, 790.

883

TEPHROSIA OBCORDATA, 476. TEPHROSIA PURPUREA, 476. TEPHROSIA VOGELII, 477. TERMINALIA AVICENNIOIDES, 357. Terminalia chevalieri, 359. Terminalia dictyoneura, 357. Terminalia elliotii, 35&. TERMINALIA LAXIFLORA, 358. Terminalia lecardii, 35.7. TERMINALIA MACROPTERA, 359. Tèrminalia sokoderisis; 358. TETRACERA ALNIFOLIA, 393. Tetracera eriantha, 394. Tetracera leiocarpa, 393, 394. Tetracera obtusata, 394. Tetracera podotricha, 393.. TETRACERA POTATORIA,394. TETRAPLEURA TETRAPTERA, 586. Tetrapleura thonningii, 586. Thalia caerulea, 53<.. Thalia geniculata, 534. THAL! A WELWITSCHII, 534. THEVETIA NERIIFOLIA, 192. The~etia peruviana, 192. TILIACFJES, 762. TINOSPORA BAKIS, 554. TonseUa afticana, 332. Toxocarpus leonensis, 220. TREMA GUINEENSIS, 772. TR!liULUS TERRESTRIS, 795. Trichilia emetièa, 548: fRICH!LIA PRIEUREANA, 548. fRICHILIA ROKA, 548. Trichilia senegalensis, 548. fRIUMFETTA HEUDELOTII, 770. TYPHACÉES, 771. l'YPHA AUSTRALIS,. 771.

Verbes ina prostrata, 2 6. Vernonia baoulensis, 232.
CINEREA, 230. COLORATA, 231. NIGRITIAl\A, 232. PAIJCIFLORA, 233. Vernonia senegalensis, 231. VETIVERIA NIGR!TANA, 658. Vigna baoulensis, 480. V igna sinensis, 480. VJGNA UNGIJICULATA, 480. Vinca rosea, 158. Vinticena carpinifolia, 768.
V inticena fla,•escens, ?69. Vinticena kerstingii, ?69. Vinticena lasiodiscus, 769. Vismia guineensis, 485.

Zanthoxylum senegalense, 713.
ZEA MA YS, 659. ZINGIBERACÉES, 786. ZINGIBER OFFICINALE, 789. Zizyphus amphihia, 6?6. Zizyphus jujuba, 674.

VERNONIA VERNONIA VERNONIA VERNONIA.

VITACf:ES, 783.

V itex Vitex V itex Vitex

bartata, 78~. camporum, 782. cienkowskii, 781. cuneata, 781.

VITEX DONIANA, 781. Vitex gomphophylla, 248. VITEX MADIENSIS, 782. Vitex pobeguini, 782. Vitex syringaefolia, 249. V itex umbrosa, 781. Vitis pal/ida, 783. Vitis quadrangularis, 784. VoACANGA AFRIC,ÀNA, 195.

Voacanga Voacanga Voacanga Voacanga Voacanga
Voacan~a Voacan~a

Typha angustifolia, 771.

africalla var. glabra, 195. eketerisis, 195. g/aberrima, 195. glabra, 195. magnifolia, 195. schweinfurthii, 195. talbotii, 195.

1

VOANDZEIA SUBTERRAIHA, 481.

u

Vo/kameria acerbiana, i74.. Volkameria capitata, ?74.

JLMACÉES, 771. rJncaria inermis; 695. 'J non a aethiopica, 151. 7 Snona macrocarpa., 150. 'J ragoga peduncularis, 686. ) ragoga thorbeckci, 686.

w
11'altheria america na, 760. WALTIIEHIA INDICA, 760.

:lragoga tumbaensis, 707.

]RGINF.A INDICA, 505. Jrostigma ingens, 593. Jrostigma vogelii, 596, ]STERIA GUINEEl\SIS, 513. JVAHIA CIIAMAf~, 150. r,,aria cristata, 150. '<•llria cylindrica, 150. !varia echinata, 150. 1,,aria rnonopeta/a, 149. ·''aria nigrt~sr.ells, 150. .:''aria par,•iflnra, 152. h'AIUA TIIOMA!'ôll, 151.

x
Xeroderris chevalieri, 469. .Xi"wnia aegyptiaca, 790. XutENIA AMEniCAlXA, 615. XYLOPJA AETJIIOPICA, 151. Xylopia eminii, 151. XYLOPIA PARVIFLORA, 15.2. Xylopia <•all?tii, 152. XYRIDACEES, ?85. X Y HIS A !\CF.P!'O, '785 .

v

z
Zanlhoxy/um lt•prieurii, 712.
Zantltoxylum nitnts, 712.

'angueria. dalzielli, 681!. 'angueria erythrophlœa, 688.

Zanthoxylum polygamum, 71H.

. •Pnk.;};;

~·-·

-·~~~

....

,~.,..'-·.-.~-.

;-...,··-~~--

....

(_)

.....

(~)
.
.).

\
-~

'

. ..--'. """. ··,.

,;::/
~

DEUXIÈME PARTIE

/

1
)

t

Les· plantes médicinales et toxiques du Sénégal
f

,

r_., .. • 1r

a.··~-~-~

:--·-

. :~-.:.-~"""'-"'"'"~ ......... ~~--- ........ ·-------··~·-·

"'*'

.....

:;>····

.. _ _ _

j

...

._

...... ~

,_--·-:-·

··:"'~'·*""'!';"

--~~".,.._....__.:·-:""·-~·--

( .....

(,\

AVERTISSEMENTS

• Je \COUdrais que pendant quelques années vous usass~z plus de souliers que de plumes. st selon mes petits avis, ,-ous vous borniez à ne publier à présent que ce qm est entièrement vôtre. votre tâche serait beaucoup moins . pénible et ..-ous assureriez la position de ce que vous avez acquis. • Lettre du naturaliste Bonnet à Adanson en date du -! fé..-rier liSO. .

1

1

t

Sages paroles en vérité. Notre intention première en commençant la rédaction de cet OU\Tage était de borner notre étude à l'ethnobotanique et à l'ethnoiatrie. Le regain de faveur dont jouissent actuellement, à juste titre, les plantes médicinales en général et les plantes africaines en particulier, nous a incité à dépasser les limites d'un travail faisant seulement état, à l'origine, de nos recherches personnelles pour y ajouter les données anciennes et récentes sur la chimie et la pharmacologie des six cents végétaux inventoriés. Nous présentons donc en définitive un OU\Tage de pharmacognosie ou plus précisément, d'ethnopharmacognosie, qui par ses prolongements dépasse le cadre du Sénégal, nombre de drogues signalées se rencontrant dans d'autres territoires du contjnent africain et même au~delà. Dans un but de simplification la classification des familles ·par ordre alphabétique a été adoptée. II en va de même pour les espèces qui figurent au sein des familles · dans l'ordre alphabétique de leurs noms prioritaires. On ne saurait en effet trop insister sur l'importance des noms scientifiques prioritaires et synonymes avec la désignation de leurs inventeurs, la même espèce pouvant être valablement étudiée sous des noms différents. :\'ous avons adopté en conséquence les noms prioritaires et les synonymes figurant dans les dernières éditions de Flora of West Tropical A(rica (Hl]. · Les noms vernaculaires cités, mais qui n'ont pas été relevés par nous-même sont indiqués dans le texte avec entre parenthèses le nom de l'auteur qui les a rapportés : Sébire (Sl]•, Laffitte [L8], Aubréville [A4], Berhaut [B43], Merlier (~19], sauf pour les noms figurant dans l'ouvrage de compilation de Dalziel (04] dont les sources n'ont pas été vérifiées et qui figurent dans le texte avec l'indication« d'après Dalziel • entre parenthèses. Cet ouvrage n'étant pas une flore on n'y trouvera pas les descriptions d'espèces dans le sens taxonomique où on les entend habituellement••. Par contre nous avons noté les caractères remarquables de reconnaissance et les habitats des plantes signalées. Ceci pour en donner une certaine représentation, faciliter leur identification et attirer l'attention sur les particularités de l'appareil végétatif propres à leur écologie sénégalaise comme l'allure générale, la taille, l'aspect des écorces, les couleurs des organes et autres éléments constitutifs de ce que Auguste Chevalier appelait justement la flore vivante. ~ous avons aussi insisté sur les caractères des feuilles et des fruits car les spécimens rencontrés en fleurs constituent l'exception alors qu'ils sont généralement

• Après correction des erreurs évidentt>S et remplacement de certaines désignations Mtaniques par les synonymies prioritaires, nous avon; fait appel à l'ouvrage du R. P. Sébire datant de 1889 pour les noms none et falor, dialectes sérer en voie de disparition. C'est ainsi, en particulier: que les Sérer Falor, encore appelés Sércr du ~dout, ont changé de langue pour adopter le lebou. lui-même wolofisé. •• Se reporter pour les descriptions aux flores existantes, en particulier : Flora ,., lr<•pical A{rica [01], Flora of West tropical A{rica [Hl], Flore du Sénégal [B43].

•'1.·~--~"'!'W'-:-.

----~~1" ~-"·

.:-.

~·~·--,.--?Z·~

$

..1\•_ . . . .~ ........-

.....

·~--'1! --~~~--.r;:-··~-,.:_,

..

.... , ••.

.~.y, • •

.,

--:.......... ~--~,-~.·::.. ~~--.~... ~.-·~~~·~·-·

llO

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRAD!(

NNELLE

('

feuillés. D'antre part, les feuilles peuvent présenter des caractères aberrants de fasciation ou encore de dimensions lorsque, par exemple, il s'agit de rejets (cas fréquemment rencontré lors des prospections avec les guérisseurs) et il faut y penser pour pouvoir faire une diagnose correcte, malgré les contradictions apparentes avec les nonnes données par les flores classiques. · Par ailleurs, la mention des habitats et des répartitions (milieux géographique et biologique) constitue des compléments d'informations venant s'ajouter à celles déjà fournies par l'origine des dialectes portée en regard des noms vernaculaires. Les informations fournies sur les emplois en médecine traditionnelle ont été recueillies au cours de nos enquêtes et de nos recherches sur le terrain. Par la suite la rédacti>>n en a été faite uniquement à partir des ilotes prises au jour le jour, sans emprunts ni compilations d'aucune sorte. Il s'agit donc, dans ce domaine, d'un travail original, intentionnellement limité aux seuls usages médicaux propres au Sénégal à l'époque de nos prospections, c'est-à-dire de 1959 à 1973. · Au point de vue chimique nous nous sommes attaché à mentionner la composition des différentes parties de plantes quand cela était possible, même lorsqu'il s'agissait de drogues classiques. En effet les guérisseurs africains ayant à leur disposition le végétal vivant, emploient, selon les eas, les différents organes (feuilles, écorces, racines. graines, etc.) alors que nos pharmacopées officielles n'en retiennent, et par voie de conséquence n'en étudient, généralement qu'un seul (graines de Strophanthus, racines de Ranvolfia par exemple). De même, et toujours dans la mesure du possible, nous a\·ons traité dans la partie pharmacologique l'action des organes ou de la plante entière, les galéniques. preparations mises en œuvre en médecine traditionnelle étant toujours :Sous nous devons également d'attirer l'attention sur le fait que cet OU\Tage se voulant instrument de travail ne peut avoir l'allure didactique d'un traité de pharmaCopaosie. Ausù, malgré un plan rigoureusement suivi pour l'étude chimique ei pharmacologique, les exposés peuvent quelquefois manquer de clarté et, certains énoncés peuvent même s'opposer les uns aux autres. Il s'agit souvent dans ces cas-là d'obscurités dans la rédaction des auteurS' ou de résultats plus ou moins contradictoires opposant entre eux les chercheurs/N'ayant pas encore suffisamment de recul dans le temps pour faire le tri des hypOtbèses nouvelles ou des travaùx les plus récents, nous a\·ons tenu néanmoins à les IMntionner pour tenir le lecteur informé de l'enSemble des études entreprises dans le monde sur les espèces signalées. A ce sujet, et concernant la nature ainsi que la teneur des principes actifs dans les végétaux, une remarque liminaire s'impose. n peut exister pour une même espèce, outre des variétés botaniques, des variétés chimiques sous la dépendance de différents facteurs dont le plus important est l'habitat (facteur écologique). Or, telle plante existant au Sénégal peut aussi se rencontrer dans un autre pays, proche comme la Guinée ou lointain comme les Indes, et y avoir donné lieu à des travaux de grand intérêt. De là notre souci de mentionner, dans ces cas, l'origine géographique des drogues étudiées, car les résultats obtenus à partir d'une espèce croissant dans une région donnée du globe, ne sont pas toujours· valables pour la même espèce croissant dans une autre région. N'ons aurons l'occasion d'en donner des exemples qui. s'ils doivent commander la pmdence dans les extrapolations, doivent aussi, par voie de conséquence, susciter, pour les drogues sénégalaises concernées, des recherche! chimiques et pharmacologiques comparatives du même ordre afin d'élucider leur constitution et de vérifier leur action. Si~alons aussi que la date de parution des travaux relatés est généralement précisée- dans le texte afin de pouvoir estimer, de prime abord, si les recherches effectuées par les auteurs ont pu bénéficier ou non des techniques modernes d'investigation. Enfin, sauf rares exceptions, tout article référencié dans la bibliographie est cité avec le titre intégral, pour donner d'emblée au lecteur un élément d'appréciation utile sur le sujet traité.

1. - ACANTHACÉES *

Importante famille tropicale et subtropïcale comprenant une vingtaine de genres au Sénégal. Elle est représentée dans toutes les régions par quelques espèces très plastiques à grande répartition et notammmt Monechma ciliatum. En général les Acanthacées recherchent les lieux humides (Nelsonia, Hygrophila) ou ombragés (Asystasia). Le Peristrophe existe jusqu'au nord du Sénégal. Certains Lepidagathis sont exclusifs des bowé orJCntaux. Cette famille ne livre à la thérapeutic;ue aucune drogue médicil1i3le. Pourtant quelques espèces, non étudiées, sont utilisres dans certaines pharmacopées indigènes tropicales. Ce sont RhinMlhus communis. Andrographis paniculata et Hggrophila auriculaia. Cette dernière qui existe au Sénégal est très estimée aux Indes où elle a fait l'objet de recherches•. Dans l'ensemble les représentants de cette famille ont une assez forte teneur en potassium leur conférant des propriéUS <!iurétiques.
/
1
f

..

/

1.- Asystasia gangetica (L.) T. Anders.
SYN. VERN. -

'
#

floup

Justicia gMgetica L. ; .-lS!f'llasia coromandeliana Nees. lfol. omigalin, umegarm (d'après Dalziel) ; dio.fa hédul.

Oussouye,

Caractères remarquables. Herbe annuelle dressée, ramifiée pou\"at.t atteindre 1 m. Feuilles ovales-triangulaires, arrondies ou tronquées· à la base, largement pointues au sommet ; limbe et pétiole pubescents. Fleurs blanches a\"ec ~énéralement des taches violines à l'intérieur ; lobes du calice de 5 mm environ. Fn.its capsulaires de 2 cm de long 11'ouvrant en deux longitudinalement. Habitat. Surtout commun en Casamance à proximité des rizières, mais remontant au nord en recherchant les lieux humides ou omt ragés. Dans la région sou danienne il se cantonne surtout dans les vallées. Emplois. Espèce très peu signalée et utilisée seulffilent en basse Casamance dans la région de Oussouye, comme contrepoison : la consommation de la racine en natu.re ou à la « croque au sel • serait émétique.

• REMARQUE. Six Acanthacées ont été ir. wn:"riée• au titre de la pharmacog>ée sénégalaise traditionnelle. Une seule, J' Hygrophila auric data ~ \"rannent fait J'objet de recbeR'ches chimiques et pharmacologiques. Or, il s'agit précisémen: de :·espèce indienne mentionnée daas la littérature sous les noms de Hygrophila spinosa ou enco~e .41t.eracantha longifolia (Cf. p. 112) .. On saisit ainsi d'emblée, l'importance qu'J co~ vient d'attacher aux synonymies et à J'origine géographique des drogues étudiées, comme nou• l'avons souligné ci-dessus dans les • Avertissements • (Cf. p. 110).

__ ,.. . ,,....

~,-·-":""" ......,.._··~

"· ,... ·e---- '· .,,,:

....,,::...-::.:..,..;~

......

~-.- -··-··. ·?-::·~..... ··~~

....;"'W''".,._..,.,......,. •.

~

• . . - - ·.....

'1"'<~ ~-""!"'~~ • • •
...

·"-~.,_--. .~:............ ; ....

,

~-

..

-~·-..,.,...-........_-.;~

112

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITCJ~ŒLLE

(

'hf,.
113

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

Chimie et phannacologie.

Les feuilles et les fleurs donnent des tests négatifs pour l'hémolyse, les llavones, les alcaloldes et les tanins, mais donnent par c:ontre des tests fortement positifs pour les stérols [W6]. D'autre part Wehmet signale que la plante est riche en potassium et renferme des traces d'alcaloïdes [W3). Selon Boorsma les extraits aqueux présenteraient une certaine toxicité due à la forte teneur en potassium (22 mg par g de tige sèche) (in [H55) J, p. 47).

2. ~ Hygrophila auriC\Ilata (Schumacb.) Heine.
SYN. - Barleria auriculata Schumach. ; Hygrophila longi(olia (L.) Kurz ; Asteracantha longi(olia (L.) Nees• ;· Hggrophila spinosa T. Anders ; Barluia longi(olia L. VERN. - Wol. séber buki (Berhaul); ser. godakos, dabasaw (Ba-haut); ser., niom. orokarok, rokarot ; bamb. kélebéto kala (Berhaut) ; soci kositâbo, kostâbo ; diol. édalora (Berhaul) ; bain. balâ balâgan.
Caractères remarquables.

un phytostérol C18H 410 de Pt. F. 194° dénommé hygrostérol, des traces d'essence, une cire, une gomme collante et une quantité relativement importante de maltose, mais pas d'alcaloïde. En 1965 Parashar et Singh ont obtenu 1,9 mg d'huile essentielle à pàrtir de 20 kg de poudn de racine séchée [P54]. Dans la plante entière, y compris racines et graines, il a été mis en évidence un alcaloïde dénommé ehlorostérol, du manganèse, des sels de potassium, une huile fix~ et un mucilage [B51]. En 1934 Chopra et Ghosh ([C11] p. 354) isolent un résidu amorphe donnant les réactions des alcaloïdes. En 1947 Basu et Lai (CU) p. 354, obtiennent un alcaloide soluble dans le chloroforme, de PF 216-217° donnant les réactions des corps puriques. Basu et Gode en 1952 [B52] isolent et ca.ractéris.ent • l'état pur deux bases solubles dans l'eau : B 1 de PF 294°, de formule C6 H,.N0 1 : B 2 de PF 194°. Puis en 1957 Govindachari d'pne part (G34), Chatterjee d'autre part (C43) isolent des racines sèches, tin triterpène, le Jupéol (~ viscol, cautchicol) C10 H 110, avec un ~ndement de 0,25 à 0,33 p. 100 et concluent que ce corps est l'hygrostérol de Gattak et Dutt.
20 RAMEAl.-X FEUILLÉS.

Plante annuelle, dressée, ligneuse à la base, atteignant 1,30 rn et plus, généralement non ramifiée ; tige nettement quadrangulaire avec à chaque nœud six fortes épines verticillées étalées, atteignant 4 cm de long. Feuilles oblongues lancéolées, jusqu'à 25 cm de long, pubescentes. Fleurs bleu-mau~e groupées autour des épines.
Habitat.
~·est une herbe très commune dans les sols humides paralittoraux, souv!!llt plus ou, moins salés, notamment dans les rizières en jachères. Elle forme des peup&ements pllrs, étendus dans les vallées et les affluents du Ferlo, du Sine, du Saloum Ainsi que dans les cours deltaïques des rivières de la Casamance. · On la retrouve dans les mares temporaires de l'intérieur mais moins communément.

Des feuilles et tiges ces mêmes auteurs isolent, outre le lupéol, un carbure aliphatique l'hentriacontane C,,H., tandis que Parashar et Singh y trouvent 1,8 ml d'huile essentielle pour 20 kg de poudre sèche et y dosent 3,15 p. 100 de maltose [P54J. Dragendorfl (1898) et Wehmer (1935) avaient précédemment signalé la. présence d~ cholestérol.
30
G~ES.

Emplois.

H. auriculala est une espèce estimée en basse Casamance, aux Iles du Saloum et en pays sérer. Les rameaux feuillés sont prescrits dans les aménorrhées, plus spécialement lorsqu'il s'agit de jeunes mamans dont Je bébé vient d'être sené. Dans ce cas, les Bainouk l'associent à une autre espèce non déterminée, dénommée kisâdor. Les Socé, les Sérer et les Xiominka reconnaissent d'une façon générale à la plante entière, mais plus particulièrement aux racines. des propriétés diurétiques mises à profit dans le traitement des blennoragies, des hydropisies et des anuries. Nous avons eu l'occasion à Bétanti (iles du Saloum) de voir soigner avec succès et en une nuit notre propre piroguier qui avait été piqué à la plante du pied par une raie venimeuse de grande taille. Le traitement institué sur-le-champ par le marabout de Niodior «maitre des serpents •, uniquement à base de rokarot (et d'incantations), consistait à pratiquer sans répit, avec Je décocté de plante entière des bains et bains de vapeur en alternance avec applications de pansements humides chauds.
Chbnie. C'est J'espèce indienne qui a été étudiée, généralement sous Je nom de Ast.uoœnlha longifolia, ou encore sous celui de Hygrophila spinosa. 1o
RACINES ET PLANTE

Les graines renferment une huile semi-siccative qui par hydrolyse donne 75 p. 100 d'une fraction liquide et 25 p. 100 d'u'e fraction solide, cette dernière étant principalement constituée par les glycérides., des acides myristîque 5,5 p. 100, palmitique 73 p. 100. stéarique 21,4 p. 100 [P65Jt.Gadbole et coll. obtiennent un rendement dt 23 p. 100 d'huile composée d'acides linoléique 72 p. 100, oléique 10 p .. 100, stéariqut 12 p. 100. palmitique et myristique 6 P- 100 [G35). Basu et Rakhit [B53] isolent des graines en 1957 deux bases solubles dans l'eau paraissant ide·ntiques à celles extraites antérieunment de la plante entière par Basu et Gode [B52) et dénommées provisoirement a~teracanthine C,H,N0 3 et asteracanthinine C3 H 9 N (OH,), H,O. En 1963 Parashar jP55] reprend l'étude des graines: il obtient avec un rendement de 20,4 p. 10<• une huile tixe semblable à celle obtenue par Godbole et Basu et met en évidence dans l'insaponiiiable un composé stéroïdique auquel il attribue provisoirement la formule C31 H 01 0• 1l60 g d'huile donnent 0,46 g d'aiguilles blanches en amas). De son côtt Amjad Ali a extrait des graines par différents solvants une huile; des sucres (glucost. rhamnose. arabinose) et un mucilage [A46)Dans les graines également Lagavankar et coll. [L24] ont mis en évidence la pré· sence d'une lipase et d'une protéase.
Pharmacolo~ie.

EXTRUTS

D'ORGANES.

ESTIÈRE.

De la racine, Dymock et \V arden [015] isolaient dès 1893 une substance cristallisée, mais impure, non identifiée. Plus tard en 1931 Gattack et Dutt [G33) en retiraient
• Une étude pharmacognoslque de l'espèc<" indienne A&ltracanlha lonrlfol/a Nees a en 19112 par Mehrotra et Kundu [}136) et en 1969 par Datta ct !llanlaha Das (D911J.
ft~

faite

Cette drogue occupe une place importante dans la matière médicale indienne et Chopra e>time qu'elle doit ses propriétés diurétiques et calmantes aux sels de pota•sium et au mucilage abondant ([Cll) p. 354). Par ailleurs Chatterjee confirme J'action efficace da lupéol dans les rhumatismes et les affections urinaires [C43]. Bose tt coll. {B51l attribuent les propriétés diurétiques de la drogue aux sels de potassium et constatent qu'un extrait fluide de la plante entière relève la pression sanguin~. Basu et Rakhit [B54] préparent des extraits variés et obtiennent Je maximum d'acti· vité diuritique avec comme liquide extractif de départ l'éthanol (une partie d'éthanol pour une de drogue). Selon ces auteurs l'activité diurétique n'est pas due seult· ment aux composés inorganiques mais aussi aux éléments organiques comme Je' alcaloïdes et les sucres. Kumar. et Iyer ont de leur côté montré l'action diurétique des extraits alcoolique5 de la plante entière sur les rats albinos. De plus, les décoctés et les extraits aqueux des cendres se montrent également diurétiques. Ces effets peuvent être attribués à la haute teneur en sels de potassium. En solution isotonique les extraits aqueux de

~·--~-t-

·.'"<•'--

...-.,~

?4...... ~,...,.-

a.v!li

:~'

--· ..• 7...:~, .....

,.,...,~:·~--~~;a,

-

.;~

.........

p

· ....... ~_;,:~.••-~- .... -"...;·~·

'"'~ ....

F''M ,-- si:a;tzlle,,.......-.-•-:·.--

114

PHARMACOP~E S~N~GALAISE TRADITIO~ELLE

.

··c·

-~ . .--~···

1;"

...

.:~

.... ., ..
}'

(

PLANTES M~DICINALES ET TOXIQUES

115

cendres et les déeoctés ont une action diurétique comparable à celle du chlorure de potassium. Les auteurs signalent en outre que le résidu huileux provenant de l'extrait alcoolique ne présente pas cette action [K32). 2°
FRACTIONS BASIQUES.

savanes et les jachères soudaniennes. On en rencontre également dans les marécages guinécms où elle atteint ses plus grandes dimensions.
EmpJoia-

Basu ·et Gode {B52), après avoir isolé astéracanthine et astéracanthinine de la plante entière, constatent chez Je rat que la première base seule est pharmacologiquec ment inactive à l'exception de J'action diurétique alors que les d~ux bases associées produisent, outre la diurèse chez le Rat, une illhibition du cœur de Grenouille et une légère baisse de pression sanguine chez le Chien. La fraction aJcaloldique {base purique) soluble dans .le chloroforme et Isolée des parties aériennes par Basu et Lai a été étudiée par Parasbar et. Singh [P54) : elle relâche les muscles lisses, abaisse la pression sanguine (peut-être par vasodilatation), stimule la respiration et montre une action diurétique sur Je lapin. 3°
HUILE ESSENTIELLE.

Cette espèce bien connue mais généralement non dénommée, est souvent considérée par les bergers et les cultivateurs comme étant toxique pour le bétail.

5.- Nelsonia canescens (Lam.)

Spren~.

SvN. - Justicia canescens Lani. ; Xelsonia cainputris R. Br. Vll:RN. - Ser. mbodahâ ; bamb. koni.kadlo (Berhaut) ; maml. nokoto ; diola Pogny ékolingéol ; bain. dapoli ; mandj. bukobatané ; bas. énam.
Caractères remarquables.

Les mêmes auteurs étudient également l'huile essentielle retirée des racines et parties aériennes et constatent une action antibactérienne vis-à-vis des organismes Gram + e t -

Herbe vivace (parfois annuelle), à tiges molles, 'illeuses, dressées puis prostnes ou rampantes. Feuilles ovales elliptiques entières, pétiolées ou sessiles suivant lenr position sur les tiges, recouvertes d'une pubcSèence laineuse blanchâtre et de dimensions très variables (de quelques millimètres à 4 ou 5 cm). Epis cylindriques compacts de fleur:s rose violacé, accompagnées de bractées imbriquées ovales, de 6 mm. Habitat.

3.- Hygrophila senegalensis (Nees) T. Anders.
SYN. -

Phgsichilus senegalensis Nees.. VERN. - St!r. mbubén, maro; banrj.
1

kuru .ulu (Berhaut) ; socé

'.

buben.

Plante de la région guinéenne qui croit partout dans les lieux humides en permanence: rizières en jachères, galeries forestières. En Casamance maritime le Ne/sonia peut s'installer comme mauvaise herbe dans les cultures.
/

Caractères remarquables.

/

Petite plante dres~ée atteignant 1 rn, tiges quadrangulaires se ramîtlant, glabres, épaissies et spongieuses à la base. Feuilles linéaires, celles de la base devenant pennatifides. Fleurs 'iolet pourpre vif, entourées par des bractées très divisées, d'apparence soyeuse, qui sont présentes bien avant la floraison ce qui permet de reconnattre aiSément J'espèce. Habitat. Forme des peuplements dans les rizières en jachères et dans les marécages temporaires des bowé. i:mplois. A Bétanti (Ues du Saloum) deux féticheurs socé utilisent les graines pilées pour le raitement de diverses maladies oculaires.

Em_plols.

f

'

Espèce bien connue, car utilisée dans de nombreuses régions pour enfumer les ruc:hes. Du point de vue thérapeutique elle-ne jouit d'aucune considération auprès des guérisseurs, mais trouve quelques emplois externes mineurs en médecine populaire ( démlangeaisons, dartres). Chbnie. Des ess.ais préliminaires pratiqués par Haerdi [H18! sur N. canescens du Tanganyika pour la recherche des alcaloïdes, des saponosides, des tanins et du mucilage ont donné des résultats négatifs.

6.- Peristrophe bicalyculata (Retz.) Nees
Sv:s. - Dianthera bicalyculata Retz. ; Juslicia Ncalyculata (Retz.) Vahl ; Peristrophe pilosa Turrill VERN. - Wol. môto, nopo sâdar ; ser. mut (Berhaut), buben ; bamb. baré, bara kala (Berhaut). Caractènes remarquables. Plante vivace pouvant atteindre 1,50 m. nombreuses tiges anguleuses, ramifiées,
dressées, grêles, garnies de poils épars. Feuilles ovales-lancéolées ; limbe atteignant

l.- Monechma ciliatum (Jacq.) Milae--Redbead
SYN. - Ju.sticia ciliata Jacq. ; Monechma hispidum Hochst.; Justicia togoensis Lindau ; Ju.sticia budtneri Lindau ; Hggrophila lutea T. Anders. VERS. - Wol. ngatumbey (Merlier); bœnb. nâbla (Berhaut). 'aractères remarquables. Herbe annuelle dressée atteignant 1 rn dans certains sols marécageux, ligneuse à base et coun•rte de poils blanchâtres. Feuilles lancéolées linéaires atteignant 10 cm ~long, plus ou moins poilues. Epis courts de lieurs blanc-crème avec des stries rouge·angé ; corolle de 1,5 cm environ. Fruits de 1 cm. abitat. C'est une plante banale dans tout le Sénégal, avec de nombreuses variétés écologites. Elle croit dans les sables sahéliens, mais elle est surtout commune dans les

10 cm. longuement cuné le long du pétiole. Lâches panicules de petites fleurs de 1,5 cm de long mse violacé pâle. Fruits de 1 cm, pubescents. Habitat. Plante plutôt sahélienne qui recherche les sols compacts assez longuement humides. Très irrégulièrement répartie, elle est abondante dans les lieux où elle existe : vallée du lleuw Sénégal, extrémité de la presqu'Ile du Cap-Vert (Dakar-Fann).

.....
116
Emplois.

~~·~·-~:

~ -·~~-~.

..-....---·.. ·-·....

"~I!Wf:A

4

· .,,_..,.......,., ....-~ ...7 _.;;:~~ "i!L

w

•· ........... ·~·~·~.'-'-....;;!"

--..;.:~.-

PHARMACOPf:E SÉNÉGALAISE

TRADITI( 3ELLE

('

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

117

L'utilisation de cette espèce est due à une propriété physi<Jile : le mucilage des graines devient par dessiccation collant, élastique et peut s'étirer en une lame mince dont on se sert pour l'extraction des corps étrangers des yeux et des oreilles.

ACHRADACÉES (Voir SAPOTACÉES)

2. -

AGAVACÉES

Famille représentée seulement par deux genres : Dracaena (Casamance) et Sansevieria (diverses régions du Sénégal) qui sont d'ailleurs souvent placés dans les Liliacées. · Pour certains botanistes il n'existerait au Sénégal que le genre Agave (Sisal) qui est introduit et plus ou moins cultivé pour la production de ses fibres. D'autres auteurs situent le genre Agave dans les Amaryllidades.

Mais depuis une dizaine d'années A. suaJ.na fait aussi l'objet d'études chimiques poussées concernant sa teneur en saponosides stéroidiques susceptibles de servir de corps précurseurs dans les hémisynthèses des corticostéroïdes et hormones sexuelles. On a actuellement décelé dans les feuilles 4 sapogénines stéroldiques : tigogénine CuHuOs et son épimère la néotigogénine, l'bécogénine C,,H..o, et son épimère la sisalagénine (K1, C18, W5, W6, C19). La plus importante est l'hécogénine dont la teneur d'après Callow (C18) et Wall (W5) varie de 0,04 à 1 p. 100•. On a constaté que non seulement la teneur, mais aussi la répartition des différentes sapogénines varie avec l'âge de la plante. Les travaux de Dawidar et Fayez exécutéS en 1961 ont montré que l'hécogénine· existe en très faible quantité dans les bulbilles formés sur la hampe florale et dans les jeunes feuilles (0,07 p. 100) où la tigogénine moins oxygéni'e prédomine ; la teneur en hécogénine passe à 0,17 p. 100 dans les feuilles adultes et 0,23 p. 100 dans les feuilles Agées de la plante qui a fleuri (in [P29)). Il apparalt qu'un traitement rentable du sisal en Afrique où-il trouve dès conditions de développement favorables (plus de 100 000 t traitées annuellement en Afrique orientale). peut être envisagé non seulement pour l'obtention des fibres, mais aussi pout celle des sous-produits : glucides, alcools supérieurs et hécogénine. La pulpe fermentée de sisal fournit au Mexique un vin de • pulque • et; après distillation, un alcool, le « mescal •· Pharmaœlop. Au point de vue pharmacologique Fitzgerald (F13) a trouvé qu'une suspension aqueuse de feuilles d'A. sisalana présentait une certaine activité antitumorale contre le sarcome 37 de la souris à la dose de 100 ;tg par g de poids. Sharaf et Zahran ont étudié l'action sur les musculatures intestinale et utérine. des rats et souris du jus obtenu à partir de l'espèce égyptienne parvenue à maturité. La MLD et la DL50 du jus par voie sous cutmlée sont de 4,2 et 7,1 mg/kg. Jn vitro 0,1 ml de jus produit l'effet ccirr_espondarit à 1 unité de pitocine et 0,01 mg d'acétylcholint". D'autre part l'associatioq'pitocine et jus est synergétique. ln vivo l'injection sous cutanée de O,t ml de jus .aux souris gravides provoque l'avortement dans les vingt quatre heures. Les auteurs estiment en conséquence que le jus de sisal peut être utilisé comme abortif et être administré avec la pitocine. Ils ont d'autre part constaté un effet laxatif (avec stimulation des effets intestinaux) qui justifierait l'emploi dans les constipations dues à l'atonie intestinale. Ils ont aussi reconnu une action hypotensive caractérisée par une abaissement considérable de la pression sanguine et suggèrent l'emploi du jus en association avec d'autres médk.aments classiques dans l'hypertension artérielle [Sï4).

l . - Agave sisalana Perrine (nombreuse synonymie).
VuLGo. - Sisal. VERN. - Ser. yos ; cliola Pogny busa:ta.
1

Cara<Jères remarquables.

Rofouste plante vivace originaire Mexique et de l'Amérique centrale. ( Feuilles en rosette, épaisses, charnues, glauques, épineuses, noirâtres à l'extréinité pouvant atteindre plus de 2 m de longueur et 15 cm de largeur, mais généralement moins au Sénégal. Hampe florale dressée au milieu des feuilles, pouvant dl)passer 8 m de hauteur, avec des panicules de fleurs jaune \"erdâtre en entonnoir de 5 cm de longueur avec 6 tépales, 6 étamines exsertes et 1 stigmate .capité trilobé. Fruits capsulaires subsphériques produisant rarement des graines mais plutôt des bulbilles, jusqu'à 2 000 par pied, qui servent à multiplier la plante. Habitat. Le sisal vient très bien au Sénégal. De grandes plantations ont été effectuées il y a de nombreuses années mais le prix éle,·é de la main-d'œuvre n'a pas permis la rentabilité des exploitations qui ont périclité. Emplois. Les feuilles sont considérées comme diurétiques. On utilise aussi le décocté de racines comme diaphorétique. Dans les régions non islamisées on emploie même la sève des racines et des feuilles qui donne rapidem<'nt un liquide fermenté. Chimie. Les feuilles d'Agave renferment d'une faç_on gé!lérale des sucres réducteurs, du saccharose, du mucilage, des acides organiques ainsi que de la vitamine C. Celles d'A. sisalana contiennent en .particulier 1 500 mg p. 100 g d'acide ascorbique (F39). L'hydrolyse de la pectine de Sisal libère rl!amnos.e, xylose, arabinose, glucose, galactose, acide galacturonique, un peu de méthyl-2-xylose et méthyl-2-fucose (B71). A. sisalana est connu depuis longtemps et culth·e pour les excellentes fibres qu'il fournit à l'industrie de la corderie. Après une étude approfondie, Das Gupta et Mukherjee suggèrent que l'hémicellulose de la fibrt est formée d'environ 97 chalnes résiduelles de ~D-xylopyranose liées en 1-4, aue approximativement tous leeS 8 résidus un reste terminal d'acide 4-0-méthyl-o:-D-glucopyranosyluronique lié en position 2 [D46).

du

2.- Sanse,ieria senegambiea Baker
S'l-:-.-. - Sansevieria guineensis A. Chev., Sansevieria liberiensis l\I. Cornu ex A. CheY., Sansevieria cornui Ger. et L<lbr. Yt"LGO. Sansevière, Chanvre d'Afrique, Herbe à perruque. YER~. n·ol. nder, balak (St!bire), ::ros (Berhaul) ; diola busata (Sébire) ; mand. bakatu (d'après Dalziel), bagagu; bain. bahural.

Caractères remarquables.
Plante rhiz.omateuse de dimensions très variables. Feuilles dressées épaisses, longuement !anet'olées, diversement et irrégulièrement marbrées ou striées de vertclair ou d~ blanc. Epis de fleurs blanches. d'environ 3 cm de long. Fruits orangés.

Habitat.
Espèct' très irrégulièrement répartie, se rencontrant dans des stations très diverses : presqu'lit du Cap-Vert (proximité des niay), Casamance (sous forêt), Kédougou.
• En utùsant des techniques de séparation on peut obtenir un concentré titrant 2 à 4 p. de 9-déhy irobt-cogéninc [C18].
l(l(t

.:",...,..........__ ..... :_.....:
118

.:....,.....--......-~-·

>"·~-_..,.~-

--~....... ·~~-:-··~~~-

~-·~~- .. ,..-;;,.,.·.-..._.......,..._ ·~.!!~l!""f!Ï!1l'~''~'n:"W"'"
.. p .., •. :

9

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISB.-;•:ru.TL ftiP'fE Habitat.

~

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

119

Tambacounda (vallées plus ou moins inondables des grandes rivières), vallée du Fleuve (lieux ombragés), etc. Emplois. Cette espèce, courante au Sénégal, n'est appréciée que pour des propriétés magiques~ Toutefois un guérisseur Baïnouk réputé nous a déclaré qu'il utilisait fréquemment avec succès diverses préparations du collet de la plante pour le traitement des otites. Chimie. D'après une étude de Wall faite en 1954, la racille de nomb-reux Sansevieria de la Rhodésie du sud renfermerait une sapogénine hémolytique" et des acides organiques [W6]. Floch a trouvé dans les feuilles de l'espèce guyanaise 4 à 97 mg p. 100 g d'acide ascorbique {F39J. Pharmacologie. Feng et coll. [F2] ont étudié l'action pharmacologique d'un extrait aqueux à 100 p. 100 de feuilles de Sansevieria spp d'origine jamaïcaine sur des animaux et des organes isolés. ns ont trouvé que cet extrait était toxique pour la souris à la dose (intrapéritonéale) de 0,5 ml, qu'à la dose de 0,01 ml de débit sanguin dans la patte postérieure du rat perfusée avec une solution de Ringer oxygénée et noradrénalinée était diminuée, qu'à la dose de 0,1 ml il répondait sur l'utérus de rate par une inhibition du spasme induit par l'oxytocine et 5-HT, qu'à la dose de 1 ml il répondait sur le muscle strié du crapaud par une inhibition du spasme induit par l'acétylcholine. 1 . Par contre ils n'ont constaté aucune action FUr la pression sanguine chez le chien, ni sur l'intestin isolé de cobaye du point de vue spasme.

On ne rencontre cette plante qu'en saison des pluies dans les mares et dépressions longuement inondées. Elle est pantropicale. Emplois.

L. guaganensis est signalé dans le cercle de Kolda par lei Peul Fouladou comme antianémiant et antirachitique (macéré de feuilles en bains et boissons).

4. -

AMARANTHACÉES

Famille tropicale et subtropicale, bien représentée au ~négai (avec quatorze genres) dans tous les milieux et toutes les régions climatiques : littoral en sols salés (Philoxerus), zones inondées du fleuve (Centrostachys), maré<'.ages et lieux humides (Alternanthera), espèces rudérales (Amaranthus) et messicoles iCelosia). Ce sont des herbes annuelles ou vivaces à feuilles alternes ou opposées, simples, sans stipules. Les fleurs sont généralement hermaphrodites, régulières, apétales avec étamines épisépales et ovaire supère à une loge. Cette famille n'a jusqu'à présent fourni aucune plante médicinale au droguier.

1. - Achyranthes aspera L. *.
1

/

VERj. - Wol. nobisindaq ; ser. nani (&rhaut).
Caractères remarquables.

mboratad (Berhauf1 ; bamb.

sien doro

t

3. -

ALISMATACÉES

Famille des régions tempérées et tropicales de l'hémisphère nord dont les représentants croissent exclusivement dans les marécages ou les mares temporaires en saison des pluies. Au Sénégal, elle est représentée par quatre genres : Ranalisma, Wiesneria, Lophotocarpus, Limnopkgton. Aucune Alismatacée ne figure au droguier.

Plante vivace pouvant atteindre plus de 2 rn de hauteur ; nombreux rameaux dichotomes dressés, plus ou moins sarmenteux, légèrement quadrangulaires à angles arrondis. Feuilles opposées à limbe entier, ovale, obtusément acuminé au sommet ; base cunéiforme pouvant atteindre 10 cm de longueur sur 5 cm de largeur avec de nombreux poils argentés, apprimés à la face inférieure ; court pétiole ne dépassant pas 1 cm de longueur. Longs épis axillaires vers le sommet de la plante, plus larges vers l'extrémité ; boutons effilés, légèrement piquants ; fleurs de 5 à 6 mm de longueur ; sépales scarieux, brillants, longuement triangulaires, acuminés ; ovaire tronqué avec un style de 3 à 4 mm de longueur. Fruits ovoïdes s'ouvrant circulairement avec le style persistant. Habitat. Cette espèce qui existe dans toutes les parties chaudes du monde a parfois été confondue et réunie avec A. argentea Lam. qui est très commun au Sénégal dans les régions sahélienne et sahélo-soudanienne (Baol, Cayor, Djolof. Ferlo, Fleuve). Ce dernier est annuel, de taille moindre (environ 0;50 à 1 rn) ; il est dressé et non ou peu ramifié, la tige est nettement quadrangulaire, l'ovaire est obtus. le style ne dépasse pas 1 mm. Emplois. Les Wolof reconnaissent surtout à la plante entière des pr<o;>riétés diurétiques, quelquefois béchiques et l'utilisent sous forme de décocté en b<iis.son. Pour les affections rhino-pharyngées et pulmonaires on conseille en outre dt-s inhalations.

1.- Lophotocarpus J1uayanensis Dur. et Sch. *.
SvN. - Lophotocarpus gourmacus -A. Chev. ; Sagittaria guayanensis H. B. et K. ; Lophiocarpus guyanensis Micheli. VERN. Peul tamé. Caractères remarquables. Plante herbacée annuelle à tiges gorgées d'eau. Feuilles radicales, longuement pétiolées, ovales mais profondément sagittées à la base, atteignant 9 cm de long. Inflorescences non ramifiées portant des verticilles peu fourais de belles fleurs blanches avec des bractées ovales triangulaires de 1 cm environ ; nombreuses étamines et nombreux carpelles à bords ondulés-denticulés.
• Nouveau nom prioritaire : Sagitlaria guagan~nsl• Kunth

• Deux importantes études pharmacognosiques de. l'espèce indienne •mt été réalisées, en 1961 par Prasad et coll. (P86J, en 1969 par Mehra et Karnick [)1129].

:,_._,_.,,.•.

,.,..,....~,w

...,;-_,;...,.

-----~·

;..

;~,.;·-~····~

·"'-*F

·:"'·---~·~···~:· ...r..-~ ..·

;=.w).-~·,.;- . .;..-......~··:·•··

'!Il-

......

:W.

w-~.:~·41~··-·--t./11 J

-

··q

~r-'*'""·-

(i
120
Chimie.

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

121

Les reche~ eoncernant cette drogue ont été prati Basu y reehen:he sans succès glueoside, stérol, huile forte teneur en chlorure de potassium, la présence d'tme probablement celle d'un alcaloïde [B77]. La base de fonnule C,H 11NO,, · H.o isolée par Basu achyranthine a ~té identifiée à une simple bétaine dt pyrrolidine-3-carboxylique [B77, K69). En 1967, Kapoor et Singh ont mis en évidence dans la J·t alcaloïdiques non cristallisées [K33j. Les graines contiennent des saponines et de l'hentriac' premières recbenches en 1933 Gopalchari et Dhar obten dégraissées un saponoside (2 p. 100) dont l'hydrolyse dom de formule brute c..H,,O de structure supposée stéroïdi ils indiquaient. que la fraction glycos!dique était compo~ d1 (glucose, galactose, xylose, rhamnose) et que le génol étai!! lique (G49). A partir des racines de différents J!chyranthes de Form isolé un produit cristallisé brut (0,02 p. 100) qui par erilt deux substances hormonales dénommées inokostérone t't Pharmacolo&Je •.
ÜRGANES E'T FRACTIONS SÉLECTIVES.

sur l'espèce indienne. lile, mais signale une 'sse fondant à 59o et racines et dénommée de l'acide N-méthyl e entière deux fractions 1e C11H ... Lors de leurs :nt à· partir des graines du glucose et un· génol, e [G48]. Mais en 1958, quatre monosaccharides :ntique à l'acide oléano, Takemoto et coll. ont sations répétées fournit dystérone [T31].

z

Les auteul'5 reconnaissent généralement à la drogue activité diurétique et l'attribuent aux sels de potassium. Les extfaits de plante entière d'origine indienne réYaeJ par voie orale chez 1<{ rat une aition antidiabétique, la dose maximum tolérée tot 1t de 1 g par kg de poidS d'animal · [D86)· _ · Divakar et eoli. ont obtenu des résultats cliniques et baclêriologiques intéressants dans le traitemeD.t de la lèpre avec des extraits et ont c:x;asfaté une efficacité accrue de l'action en association avec les sulfones [D81]. ~ La fraction basique totale soluble dans le chloroforme btenue par Kapoor et Singh élève la pression sanguine du chien anesthésié,_ p oque initialement une stimulation transitoire de la respiration, augmente l'am ~tude des contractions cardiaques, montre une action spasmolyti<jue sur les eon ua 'ons des muscles intestinaux et utérins ainsi qu'une légère action. diurétique ch~z~es rats [K33].
PRINCIPES CBIJitiQUES.

L'achyranthine, soluble dans l'eau, montre des elle'ls ypotenseur, dépresseur cardiaque, vasodilatateur et analeptique respiratoire. >isft-vis des muscles lisses (iléon de cobaye, lapin, rat et utérus de cobaye) et musdlll) striés de grenouille son action est caractérisée par un effet spasmogène. Enfin son a4ion diurétique et purgative a été coll5tatée chez le rat, de même qu'une légère 1.ctlon antipyrétique [N54). Les deux subdances cristallisées inokostérone et ecd..-st:ne isolées des racines par Takémoto et coll. sont des hormones __qui agissent s_ 1 mue des insectes (T31 ]. L'acide oléanolique et les saponines terpéniques déri'\'-"ts uvent avoir une action cholagogue. L'acide oléanolique, comme l'acide ursoliqu~ ~icipe à la circulation entéro-hépatique et passe tout au moins en partie dan5 la'bile. n ne présente pas d'activité hormonale (in [B126)). ,~

w

2.- Alternanthera sessilis (L.) R. Br. ex Roth.

SYN. - Gomphrena sessilis L. ; Alternanlhera ach7rtlhthoïdes Forsk. VERN. - Toue. lebleban. -~-~-

lt

'!'

KJ...~..... w;...._

1

FIG. 9. - Amarmlhus spinruus L. - 1. Rameau réduit aux 2/3. - 2. Détail de nervation x 2 - 3. Insertion des feuilles et épines x 4. - 4. Fleur x 8. - 5. Pétale x 8. - 6. Spine x 4. - 7. Fruit x 8. - 8. Graine x 15 (D'après Busson).

* Cf. Addenda, p. 800.

.,........

-

·"'l'aai'JJIr- --~~--.........

·"'.::-·~}·

...::.....,, ..~

......

._-~

.~.- :

' •• ;,._: . . . . . . tl................._..... "."' ................ ~. ":·. -~·~. . . .

1 ....~-

~.;.; - ........;

-::...:_""~

•.

4JJ

·--··-~~

122

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITI~r~~NELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

123

Caractères remarquables. Herbe annuelle ou vivace, très variable de forme et de dime11\iion suivant les lieux où elle crott. Elle reste naine dans les stations relativement sèches et peut atteindre un mètre dans les dépressions inondables. En général les tiges sont grêles, prostrées et portent de petites feuilles ovales accompagnées d'inflorescences en glomérules compacts argentés. Habitat. Espèce répartie sur toutes les régions du Sénégal dans les lieux inondables ou parfois seulement très humides en permanence (Casamance maritime). C'est plutôt une espèce aquatique (vallée du fleuve Sénégal). Emplois.

cellulose 9,1, extrait éthéré 1,9, glucides 43,7, insoluble formique 39,9, protides 27,0, cendres 18,3. D donne aussi la composition centésimale en éléments minéraux pour les mêmes feuilles sèches : calcium 2,91, potassium 4,2(;, magnésium 1 ,20, sodium 0, 17, phosphore 0,51.- Il s'est attaché en outre à déterminer dans èes mêmes échantillons la composition en oligo-éléments et acides aminés. Quisumbmg a trouvé en 1947 de l'acide cyanhydrique dans les organes végétatifs et reproducteurs et signalé en 1951 la présence de mucilage. Quin (1954) décèle dans les jeunes feuilles fralches 8 à 9 mg p. 100 g de \itamine C [W2]. Selon Bouquet, dans feuilles et racines de l'espèce congolaise, absence d'alcaloïdes, flavonoïdes, saponosides, tanins, quinones, HCN, stéroïdes et terpènes {B210]. Pharmacoloafe. Du point de vue pharmacologique, les recherches de Caïus et Mhaskar sur !;action antivenimeuse préventive et curative, analogues à celles pratiquées sur Alternanlhera sessilis. ont également donné des résultats négatifs (CU]. De même la recherche de l'activité autibiotique par George (1949) et Bushnell (1950) s'est révélée négative. Par contre Broker et coll. ont signalé en 1955 à l'actif de A. spinosus un fort pouvoir phagoc:ytaire [B42) et Abbot et coll. en 1966 one action anticancéreuse des extraits de racines, tiges, feuilles, fruits, avec, sur les tumeurs transplantables du sarcome 180, une réduction de moitié chez les animaux traités [A71).

A. sessilis n'a guère d'utilisation que dans la région de Matam comme tr:Ptement externe des morsures de serpent (application de poudre sèche de rameaux "!ëuillés), le traitement interne consistant à prendre en boisson de la poudre d'écorces de Sclero. carga birrea et de Securidaca longepedunculala délayée dans du lait de chèvre.
Chimie et pharmacologie.

Busson [B9] donne la composition centésimale suivante pour des feuilles sèches récoltées en basse Côte-d'Ivoire : cellulose 10,5, extrait éthéré 4,2, glucides 49,0, insoluble formique 26,6, protides 23,6, cendres 12,7, calcium 0,74, phosphore 0,23. D'après Quisumbing (1947 et 1951) et Arthur (1953) les organes végétatifs et reproducteurs contiendraient de l'acide cyanhydrique [W2]. Il est curieux de noter que A. sessilis est/également utilisé aux -Indes comme remède populaire contre les morsures de servent. Caius et Mhaskar en 1936 l'ont étudié à ce titre mais n'ont trouvé ni action préventive, ni action contrepoison, ni même effet thérapeutique [Cll].

4.- Notbosaerva brachiata (L.)

Wi~t

SYN. - Achgranthes brachiâta L. ; Aerva brachiata (L.) Mart. f. VER.'o1. - Peul banana.
1
1

Caractèrj!S remarquables. Herbe annuelle de 50 cm de haut en\-iron, à ·ràmeaux grêles, souvent rougeâtres, très ramifiés, glabres. Petites feuilles elliptiques très minces, atteignant au plus 5 cm de long. Petites inflorescences en épis gloméruliformes d'environ 1 cm de long, les lobes des sépales étant villeux extérieurement ; fleurs blanches. Hàbitat. Espèce plutôt sahélo-soudanienne très irrégulièrement répartie, peu commune, se rencontrant surtout à proximité des mares de la saison des pluies. Emplois. Cette petite herbe est, aux yeux des Peul nomades, une plante magique, surtout pour le bétail ; aussi entre-t-elle à ce titre comme élément d'appoint dans certaines préparations méc:lico-magiques pour l'homme et l'animal.

3. - Amaranthus spinosus L.
VULGO. - Amaranthe épineuse, Epinard piquant. VERN. - Wol. mbum igor ( = mbum ~le) ; ser. dahdir gor (Berhaut) ; bamb. ngoroba blé (Berhaut). Caractères remarquables. Herbe annuelle dressée, pouvant être très ramifiée, atteignant 1 rn de hauteur, avec de longues épines axillaires par paires, à la base des feuilles. Feuilles ovales, plus larges vers la base, atteignant 7 cm de long sur 5 cm de large, à base arrondie, à sommet obtusément acuminé. plutôt arrondi ; pétiole de 3 à 10 cm de long parfois rougeâtre ainsi que les tiges. Epi terminal ; petits glomérules de fleurs vertes c:lisposées densément le long de l'axe. On rencontre parfois des épis latéraux à la base de l'axe principal. Capsules à déhiscence circulaire. Elabitat. Existe surtout dans les sols organiques autour des villages ; rare ailleurs. l!:mplois. Les différents organes de la plante sont utilisés en médecine populaire par les natrones pour les soins aux jeunes accouchées et pour les maux de ventre des bébés. Jhimie. Busson [B9) étuc:liant A. spinosus au point de vue alimentaire donne la composiion centésimale suivante de feuilles sèches en provenance de Bouaké (Côte-d'Ivoire):

5.- Pupalia lappacea (L.) Juss.
SYN. - Achyranthes lappacea L. VERN. Wol. nabent ; ser. nadâg (Berhaut) ; peul, bamb-. norna ba (Berhaut). Caractères remarquables. Herbe atLeignant 1,50 rn, annuelle ou vivace, parfois buissonnante, à nombreux rameaux lignifiés, entremêlés, courtement pubescents. Feuilles ovales, brusquement_ cunées à la base, pointues au sommet. Longs épis terminaux de fleurs plus ou moins groupés en glomérules qui sont garnis de poils-crochus autour des fruits. Habitat. Plante peu commune pour l'ensemble du Sénégal et très irrégulièrement répartie dans les stations les plus diverses. Existe surtout dans la presqu'Ile du Cap-Vèrt, la vallée du Sénégal, le Sénégal oriental.

toue.

nagobéré ;

....

-~ ~

....

-

.,.......

-~__,

.

.,.......

--

____

;,..,

;.-

. "~L"?

ltJI'"

·..• ·-.-~:·,.............._ _;.,..

w

... " .;t:i!i

_.. .

,.,..,,,

~

..................

~

~--

lli .. t

j.

tm

. -~~· ~.........._

.,.·.~ -~

( )
124 Emplois. On trouve enœre quelques pêcheurs toucouleur du :!leuve Sénégal qui utilisent, non pas precisément des espèces ichtyotoxiques, mais des appâts végétauL Parmi ceux-ci figure la racine de P. lappacea, L'appareillage mis en œuvre est constitué par une petite nacelle en fibre {15 cm de long sur 7 à 8 cm de large et 7 ·à 8 cm de profondeu:) traversée par une tige de bois. La tige de bois supporte une grande pointe mobile destinée, sous l'etiet du remous de l'eau et des tractions, à produire un son caractéristique; koto koto est d'ailleurs le nom donné, par onomatopée, à l'ensemble de l'appart-il qu'on remplit de drogueappât et qu'on attache soildement au filet avant de la jeter à l'eau. PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
PL.'\NTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 125

Les Crinum.
VuLGO. - Lis de brousse. VEIL~. - Baga (nom bambara employé d'une façon générale pour désigner les poisons).

1. - Crltium pauciflorum Bak. *.
VER:s. Jfa/.

barhô firila.

Caractères remarquables. Plante à bulbe blanchâtre ressemblant au C. sanduianum mais à feuilles beaucoup moins larges, ne dépm.-;ant pas 25 mm et longues de 30 à 50 cm à bords généralement plats. Fleurs solitaires ou par paires à l'extrémité de la hampe florale, avec 6 tépales blancs, les 3 extérieun rosés sur un côté (dans le bouton), longs d'environ 10 à 11 cm et larges de 2 cm ; spathe persistante de 8 cm sur 1 cm. Fruits subsphériques légèrement côtelés, isolés, dt 2 cm de diamètre. Habitat. Espèce très àbondan.te dans les sols argileux détrempés en saison des pluies où elle peut former de véritables peuplements, alors que C. sanderianum est généralement épars dans les sols plw marécageux. · On la rencontre· conmunément dans le Saloum, le Sénégal oriental et central, la haute Casamance. Emplois. Espèce toxique.
/

S. -

AMARYLLIDACÉES

Famille des régions tempérées et tempérées c:taudes, ~u représentée entre les tropiques et comprenant au Sénégal des plantes à bulbes appartenant à quatre genres : Haemanthus, Crinum, Pancratium et Hymenocallis. EllE$ fleurissent vers la fln de la saison sèche et donnent leurs feuilles en saison des pluies. n est difficile sinon impossible de les observer de novembre à mai durant leur période de repos. Wildman signalait en 1960 qu'en l'espace de six ans le nombre des alcaloïdes isolés des Amaryllidac&s était passé de 15 à plus de 70 [WS}..\ctuellement on en connalt une centaine. C'est dire qu'ils ont fait l'objet de nombreuses recherches et ceci en raison de lenrs propriétés pharmacologiques importantes : analgésiques, cardio- 1 vasculaires,fstimulantes respiratoires et antitumorales.. i Wildman à classé ces alcaloïdes en six groupes aminês : Pyrrolo. (de) phénantridine .: types Jycorine et galanthine. (2) benzopyranol (3,4 g) indole : type lycorénine. Dibenzofurane : types galanthamine• et homolyrorine. (2) benzopyrano (3,4 c) indole : type tazettine. 5-10 b éthanophénantridine : types ci:'inine et hat-multine. N-benzol-N(!'-phénéthylamine) : type belladine. Ce sont des bases faibles comportant 16 à 20 atomes de carbone et un seul azote. Différentes espèces d'une trentaine de genres d'Ama."}·llidacées ont été étudiées jusqu'à présent et toutes sans exception contiennent <k ta lycorine à côté des différentes autres bases**. La teneur en alcaloïdes totaux est de l'ordre de 0,5 à 1 p. 100 du poids frais, un alcaloïde étant considéré comme abondant lorsqu'il représente 0,01 à 0,1 p. 100 de ce poids. L'intérêt des recherches sur les Amaryllidacées vient des propriétés pharmacodynamiques particulières que l'on a découverte-s à ces alcaloïdes, notamment à la galanthine. Si sa toxicité est de l'ordre de 1,29ï mg/kg J"mr la DL50 chez la Souris, les effets les plus notables sont une stimulation de la r~iration et une action hypotensive dont le lllécanisme parait mixte, à la fois central <'t direct sur le système cardio-vasculaire. Par exemple, chez le lapin, là tension arterielle élevée à 17-18 cm de mercure par hypertension expérimentale s'abaisse à 1:2.. ,-oire 11 cm, à la suite de l'administration de 0,05 gfkg de poids corporel de gaiantbine. Vis-à-vis des fibres lisses, on observerait un effet dissocié : élévation du tonus non accompagné d'augmentation du péristaltisme. Les propriétés stimulantes !'eSpiratoires pourraient être mises à profit dans le traitement de la poliomyélite . .'\duellement déjà, en URSS notamment, la Perce-neige (Narcissus) est utilisée potrr le traitement des séquelles de poliomyélite qui peuvent être combattues à la fois pr reflet respiratoire et par les propriétés relaxantes vis-à-vis des muscles (in [DL·:).

2. - Crinuni saoderianum Bak. ••.
VER...,. -

bamb.

Wol. dalkané (Berhaut) ; ser. baga ; diola étiram (Buhaut).

rar ;

niom.

ilar ;

socé

baa ;

Caractères remarquables. Plante à bulbe blanchâtre ressemblant à celui du C. pauci{lorum mais à feuilles nettement plus larges. pouvant atteindre 75 cm de long sur 6 cm de large, glabres, vert foncé. avec des r,ervures médianes proéminentes à la face inférieure, ondulées sur les bords. Ombelle de 4 à 6 p-andes fleurs de 10 à 15 cm de long avec 6 tépales lancéolés acuminés au sommet. de même couleur que ceux du C. pauci{lorum. Cette ombelle est située à l'extrémitt d'un robuste pédoncule dressé dépassant 50 cm de long et est entourée par une spathe de 8 à 10 cm de long qui persiste jusqu'à la maturité. Fruits subsphériqms, verts, puis jaunes à maturité, d'enyiron 1,5 cm à 2 cm de diamètre, glabres, brllants, avec les vestiges des té-pales au sommet. Habitat. Occupe les sols humides, le lit mineur des vallées passagèrement inondées, la proximité des mares temp<•raires, souvent dans les sols argileux. Supporte cependant très bien une sécheresse d' 6 à 7 mois pendant lesquels les bulbes sont au repos. Emplois. Les bulbes de ces c.~ux espèces sont unanimement considérés au Sénégal comme de dangereux poison~ aussi ne signale-t-on guère d'emplois thérapeutiques par voie interne.
• :>:ouveau nom prior:t.aire : Crinum disiichum Herb. •• Nouveau nom prior taire : Crinum ornatum (Ait.) Bury

• La galanthamine est inscrite à la dernière édition 1968 de !b. Pharmacopée de l'URSS. •• Cf. Pharmacologie de la lycorine, p. 126.

~

...........;--.~-~

~.-.~

""'.

""-···-·

~

.....................

'~v -ft.."- - •-·~ ·.,. "!"'''l< .....;..... -~~ .......... ·.:-·_.,_,·~_.,.._,~--~\»~.·~..:.:-:

.~

......--

_,.-•_,._,

lll'f

·a.;n · :--'-"t--·~·':"

~

-·r;-,-.;__·,_. .......... .

.,....

-:.,

d

, , .. .

~ -~-

·:-~-

•••

••

(
126
PHARMACOP~E S~N~GALAISE TRADITIONNELLE

(

.PLANTES M~DICINALES ET TOXIQUES

127

Seuls les Socé, à notrt connaissauce, utilisent couram.ment les squames fratches du bulbe de C. sandtrianum, mais en usage externe pour les dermatoses, plaies, ulcères rebelles en les ap;?liquant sur la partie du corps lésée et en les renouvelant régulièrement lorsqu'elles sont sèches, jusqu'à guérison.
Chimie.

Caractères remarquables. Plante avec un gro& bulbe blanc qui laisse apparattre une tige florifère en saison sèche. Les feuilles se développent après la floraison en saison des pluies : piquetées de rouge à la base lorsqu'elles sont jeunes, elles peuvent atteindre au moment de leur plein développement jusqu'à 25 cm de long et 8 cm de large. L'inflorescence située au sommet d'une hampe de-20 à 40 cm est une grosse ombelle sphérique, pouvant atteindre 15 cm de diamètre avec des fleurs rouge vif très ornementales. Fruits sphériques, rouges à maturité. Habitat.
L' H aemanthus est irrégulièrement réparti dans tout le Sénégal en savanes boisées et arbustives. On ne le remarque aisément que pendant sa floraison.

Wildman [W8] donne la composition et la teneur en alcaloïdes de dix _Crinum dont deux non détermine> quant à l'espèce. Tous renfennent un certain nombre de bases. de constitutions variables (lycorine, crinine, haemanthamine, galanthine, etc.), mais la_ Iycorine est toujmrs présente au taux le plus faible de 0;042 p. 100 chez C. asiaticum L. et le plu& fort de 0,17 p. 100 chez C. laurentli Durand et de Wild*. On peut donc supposer que, indépendamment d'autres alcaloïdes, lese. pauciflorum et sandtrianum contiennmt également de la lycorine. Pbannacologie.

La toxièité des Crinum ne. fait pas de doute, les particularités de cette action toxique, comme celles dt l'action pharmacologique générale, étant fonction de la prédominance de tel ou ttl alcaloïde. Pour ce qui concerne la lycorine, celle-ci a fait l'objet de recherches de tous ordres. Après 10 injections jomrnalières de 10 v.g/g de lycorine à des rats impubères on constate une baisse de polds de 30 p. 100 par rapport aux témoins, des hémorragies sous-cutanées ou sous-mmqueuses, des atteintes de l'ém.ail dentaire et une baisse du taux en acide ascorbique de certains tissus. Les testic:ules et les ovaires des animaux _traités perdent. la "moitié de leur poids après trois jours de traitement en même temps qu'on constate une dégénérescence graisseuse du foie. Ces ellets étant nettement moins prononcés chez les rats pubères on en conclut que la lycorine agit principalement sur les cellules des sujets impubètes.. · _ Les illjections sous-cuunées de 0,01 à 1 mgj100 fi provoquent chez les rats une leucopénie granulocytairt et une grande diminution des érythrocytes du sang périphérique. L'effet analgésique de la lycorine a été recherchée, mais les résultats obtenus sont sans signification. Par C01ltre, on a constaté chez le chien une action cardiovasculaire : la dose de 7,6 mgj.tg provoque une légère hypotension et celle de 41 mgjkg, la mort [W8). En testant l'activité antitumorale de 15 alcaloïdes dillérents d'Amaryllidacées, Fitzgerald a trouvé que srule la lycorine se montrait active contre le sarcome 37 de la souris à 100 v.gfg, mais était inactive à cette dose contre le lymphome et le mélanome [F13). . Hano fH25) a montré ~e des dérivés de la lycorine exercent une action cytostatique sur l'ascite du rat dont l'effet est constaté sur le métabolisme et divers systèmes enzymatiques de tissus cancéreux. La plus forte activité est observée avec .. et (3 lycorine, puis, à un degré moindre, par la galanthine. Homo-lycorine et lycorénine sont rnoins actives. La lycorine agit également sur les protozoaires : elle montre une certaine activité :ontre Paramecium caudti:um et on a employé la dihydrolycorine comme succédané ie l'émétine dans le traittment de l'amibiase [W8). Chien Mu-ch un et coll. mt étudié quelques actions pharmacologiques de la lycorine : llle prolonge le sommeil dt la souris dft à l'évipan, pentothal, hydrate de chloral. Elle iiminue la température, 1~ métabolisme de base et la teneur du cœur en ATP [C99). Elle agit sur la cortico-surrénale, sans doute par stimulation de la libération d'ACTH lt montre un effet antiinfammatoire, sans doute par l'intermédiaire d'une stimulalon hypophyse-surrénal~ [C 100).

Emplois. Le bulbe de H. TTUJltiflorus est également considéré comme très toxique. Toutefois il entre avec les racines d'Acacia sitberiana et de Piliostigma reticulatum dans un traitement de l'ascite, propre aux Wolof d'origine gambienne. Chimle et pharmacologie. La chimie de H. mulliflorus a été étudiée par Boit et coll. à partir de 1955 ainsi que par Fales et Wildman en 1961 (in [W8, F7)). Boit y a trouvé lycorine 0,018 p. 100, haemultine 0,0068 p. 100, haemanthidine 0,0028-p. 100, chlidanthine 0,0028 p. 100, hippéastrine o,oo64 p. 100. Pales et Wild.r'tan en ont isolé lycorine, montanine, crinine, mais n'ont pas décelé haemultine. Quoi qu'il en soit, c'est encore ici la lycorine qui est l'alcaloïde prédominant, et en quantité pouvant être considérée comme abondante puisque dépassant le taux de 0,01 p. 100. Fitzgerald et coll {F13) ont vérifié que la dose efficace minimum d'une suspension aqueuse de bulbe d'H. mulliflorus sur le sarcome 37 de la souris est de 1 000 1-'g par g.

1

4.- Hymenocallis littoralis Salisb.
Caractères remarquables. Plante vivace par son bulbe atteignant 10 cm de diamètre. Nombreuses feuilles :à limbe long de 30 à 90 cm et large de 4 à 8 cm. Fleurs blanches parfumées, au nombre de 4-8, disposées en ombelles à l'extrémité d'une robuste hampe; bouton jaune verdâtre de 14 cm de longueur sur 6 mm de diamètre ; coupe hyaline, prolongée par 6 segments blancs atteignant 9 cm sur 4 à 5 mm ; étamines à longs filets de 5 cm, jaunes à la base, verts au sommet, avec anthères méditlxes jaune orangé. Fruits ovoïdes verdâtres légèrement côtelés. Habitat. Originaire de l'Amérique tropicale cettè plante est assez répandue dans les jardins de Dakar et parfois subspontanée. Emplois, chimie- et pharmacologie.

~.-

Haemanthus multiflorus Martyn
Boule de feu. VERN. Wol. taytay, bâtu bahon (Berhaul), gafaa toh (Berhauf• ; diola enkem (Berhaut).
VULGO. -

baxa ; ser.

mbah atun,

• Pour les deux Crinum SJ• on a trouvé dans l'un 0,002 p. HbO, dans l'autre 0,33 p. 100 de ycorine. ·

Cette espèce, pour les Sénégalais qui la connaissent, est considérée comme un Crinum et jugée toxique sans qu'on puisse obtenir d'autres renseignements. La lycorine a été isolée du bulbe par Gorter (in [H55), 2, p. 58). Wildman [W8) a signalé dans le bulbe la présence de 0,03 p. 100 de tazettine. La recherche des propriétés analgésiques de cet alcaloïde s'est révélée négative.

"'"~

··- .-., ·z

4

.......... "' ·-:."!\"'..._;_;"'!."" .o?ft'~~'! .~ ............. ~ .......~,_, ·.-__...;.~...._

~"l'~~~'il····

128

PHARJIACOPÉE

SÉNÉ~ALAISE

TRADITIJ .ELLE

(
PLAN1ŒS MÉDICINALES ET TOXIQUES 129 Cette famille est surtollt connue pour les produits oléo-résineux sécrétés dans les canaux de différentes espères et fournissant les sumacs vénéneux (Rhus toxicodendron) et médicinaux (Rhus arorudica, Schinopsis lorentzii ou Quebracho rouge), la laque (Rhus ~~ernici{era), le mtil!ic (Pistacia lentiscus), la cire végétale (Rhus succedanea). Nombre de fruits ou de graines constituent d'excellents comestibles : noix cajou (Anacardium occidentale), pistache (Pistacia vera), mangue (Mangifera indica), monbin (Spondias monbin), etc.

5.- Pancratium trlanthum Herb.
Caractères remarquables.
VERN. Wol. tondut (Bàhaut) ; mal. bahô ; peul ngada. Plante vivace par son bulbe qui est brun clair ou blanchâtre. Feuilles filiformes de 1 cm de large et environ 30 cm de longueur, sans nervure médiane apparente. Fleurs blanches c::ampanulées réunies par 1 à 4 à l'extrémité d'un long pédoncule; périanthe de 4 cm de long avec des segments acuminés de 1,5 cm ; 6 filaments blancs, rubanés, de 8 cm de longueur sur 6 mm .de largeur, soudés à la base de la partie périanthaire campanulée ; long tube pouvant atteindre 14 cm de longueur sur 5 mm de diamètre avec des bractées persistantes à la base. Fruits allongés, aaguleux, verdâtres pendant la maturation, jaunes à maturité.

1. - Anacardium occidentale L.
Anacardier, Pommier cajou, Cajou à pommes (et par corruption Pommier acajou, A<eajou à pommes); fruit: coque, noix de cajou ; pédon" cule floral : pontDllr cajou ; amande : cajou. YERN. Wol., ser. ~t tous les dialectes darkasé, darkasu; ser. daf du rubab (Berhaut) ; bamb. tinzâ ; floup kubisa ; dio/a balnlumay ( Berhaut) ; diola SéléÏâ bukayu ; p<rl créole kadu.
VuLGO. -

Habitat. Il est fréquent dans les sols sablonneux du Cayor et du Djolof ainsi que dans les mares saumâtres des environs de Dakar. Emplois. Espèce considérée comme fortement toxique. Un cas d'intoxication, sans conséquences graves, nous a été signalé à Dakar en juillet 1967 à la suite d'une consommation familiale de quelques bulbes grillés. Chimie. Différentes espèces de Pamratium ont été étudiées par Proskumina en 1955, Boit et coll. en 1956-57, Ahme.d et colL en 1964; Toùtes renferment un certain nombre d'alcaloïdes parm(lesquels les plus abondants.sont d'abord la lycorine, puis, semblet-il, la tazettine fW8, A21]. Ahmed et coll. {A2l] ont étudié particulièrement quatre espèces égyptiennes (P. arabicum, P. moritimum, P. sickenbergeri, P. tortuosum) aussi bien du point de vue des hydrates de earbo1.1e, que du mucilage, des lipides (Il sistostérol dans les insaponifiables), des aminoacides, des alcaloïdes. De leurs investigations il ressort que 6 alcaloïdes sont communs aux 4 espèces : sickenbergine, galanthamine, lycorine, haemanthidine, tazettine et une base non identifiée, la lycorinf" étant toujours l'alcaloïde principal. · . Ces auteurs ont ea outre constaté que la teneur en alcaloïdes totaux variait non seulement selon les espèces, mais aussi selon les organes considérés : 11"5 feuilles vertes contiennent le plus fort pourcentage, puis les tiges, les bulbes et finalement les squames. Il serait intéressant d'étudier pareillement le P. trianthum qui est une espèce affine.

Caractères remarquables.. Arbre originaire du litl<•:al de l'Amérique tropicale orientale, introduit dans tous les pays tropicaux et ctllti..-é surtout au Mozambique et aux Indes pour sa graine et son fruit aux nombreust5 utilisations. L'arbre ne dépasse pas 8 à 10 rn de haut. FO.t court, tortueux, frondaison large descendant jusqu'am sol. Feuilles ovales, arrondi5 au sommet, cunées à la base, d'environ 12 cm de long et 10 cm de large; limbe C815ant. Inflorescences en cymes terminales de fleurs rouge verdâtre. · Le pédoncule fructifère. jaune ou rouge (pomme d$ cajou) est charnu, pirüorme, atteignant jusqu'à 7 cm de long. Le fruit proprement dit, qui surmonte le pédoncule hypertrophié, est un akènt> reniforme (3-5 cm de long sur 2-'3 cm de large) qui entoure la graine blanchâtre. Tous les organes .de la J-:lante exhalent quand on' les liroisse un fort parfum de térébenthine. Habitat. L'arbre prospère surtout ·ians les sols sableux paralittoraux du Sine et du Saloum, mais il est planté jusqu'à Saint-Louis. Depuis quelques années sa culture a été largement intensifiée. au Sént"gal pour la fourniture des fm.its et des graines à une société industrielle des en·y1nJns de Kaolack. · Emplois.

/

AMPÉLIDACÉES (Voir VITACÉES)

6. - ANACARDIACÉES
Syn. TÉRÉBINTHACÉES

Famille surtout tropicale hien représentée au Sénégal par une dizaine de genres parmi lesquels on peut citer Lannea (avec cinq espèces), Sclerocarya (typiquement sahélien) et Pseudo-spondias (guinéen). On trouve en outre comme esp~es introduites un bel arbre fruitier le Mangi{era indica (Manguier) et un autre plus petit l'Anacardium occidentale (Pommier cajou). Au Sénégal, les Anacardiacées sont des arbres ou arbustes à écon:e souvent résineuse. Les feuilles sont alternes, rarement opposées, simples ou composées, sans stipules. Les fleurs sont hermaphrodites ou unisexuées, avec un disque. Ovaire supère uniovulé. Fruits généralement drupacés.

A. occidentale est très uliisé tant en médecine populaire (on vend l'écorce sur les marchés) qu'en médecine é..,. guérisseurs. L'écorce contielllt une gomme qui sourd quand on entaille l'arbre rt qui se concrète rapidement en passant de la couleur rouge à la couleur jaune. Cttte gomme n'a pas d'usage thérapeutique, mais la solution résultant de la macération aqueuse de l'écorce fralche (avec quelquefois les feuilles) est prescrite coimllllment, dans toutes les régiions, comme antidysentérique ; aussi, mais plus rarement, comme antientéralgique_ Dans le Saloum les propt"létés abortives des préparatioms à base de feuilles sont souvent signalées. Le pédoncule floral hyptoJtrophié est comestible et sert a réaliser des préparations sucrées, parfois même alcoc-liques. Aux environs de Toubal>~-uta il existe même une ébauche d'exploitation pharmaceutique artisanale mise en œuvre par un Bambara qui après avoir vendu sa production de fruits à l'usine ~ préparation des noix cajou de Kaolack utilise doublement les • pommes • comme un sous-produit. Celles-ci à l'état frais sont transpercées de part en part à l'aide de çandes aiguilles et le liquide recueilli par expression est bouilli puis évaporé jusqu·~ consistance de sirop. C'est, en fait, un sirop de sucre limpide, de couleur ambr~ parce que fortement caramélisé, à odeur et saveur agréables. II sert à la confection d'une médecine secrète liV'lrée comme panacée sous forme de sirop composé, lt- véhicule actif étant un solute extractif très amer de

.---:--·-_,....~..:.="'J'!'

-·---·...... O)i...

*" '11<1;'·,,~-··

~_

..;..,.._..,.._.. ;....,

..

.....-..-•. ....,~,·,~~ .>A ilt,,

T:" ·~·.'. ::('+<_,..,, "-·""'"r. ~·-

..,

..... * ............ ~."'

44.

W"54'·""

130

PHARMACOPIŒ SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(

/

(
PLANTES MEDICINALES ET TOXIQUES 131 2,5. Les acides aminés sont bien représentés : tryptophane 1 mg p. 100 g, lysine 6 mg p. lOO g avec des quantités appréciables de valine, acide aspartique, thréonine et alanine. De même les vitamhies avec pour 100 g: vitamine A 450 UI, thiamine 0 à 0,02 mg, riboflavine 0,02 mg, nia:ine 0,13 à 0,50 mg et 511rtout vitamine C 372 à 600 mg (H117). De son côté Toury a trouvé da::1s la • pomme • de l'espèce cultivée au Sénégal et pour 100 g: eau 85;5 g, protéines 1 g, lipides 0,6 g, glucides totaux 12,5 g, cellulose 0,54 g, matières minérale 0,40 g, calcium 12 mg, phosphore 44 mg, fer 1,5 mg, vitamine C 252 mg, thiamine 0,03 m~ riboflavine 0,25 mg, niacine 0,34 mg, équivalent vitamine A 380 mcg (T3). 2°
BAUME DU MÉSOCARPf;: YACI'-)LAIRE,

racines, écorces et feuilles de Secllliirega virosa. Quoi qu'il en soit, cette panacée, essentiellement douée aux dires de son préparateur de propriétés aphrodisiaques; stimulantes et fortifiantes, est considérée jusque dans la .région de Thiès, où elle fait l*()bjet d'un monopole œaraboutique, comme un véritable élixir de longue vie apprécié des chefs et des riciJes vieillards. Les pédoncules privés partiellemmt de leur suc sont commercialisés â leur tour comme deuxième sous-produit après avoir été soumis à une dessiccation poussée sur des claies disposées en plein air. Sous leur forme définitive qui perinet une longue conservation, ils ont l'apparemce, et un peu aussi le gotlt, des figues sèc-bes et sont alors vendues à Thiès et à Dakar. Le fruit possède un certailll nombre d'usages médicinaux externes dans le traitement des ulcères, des verrues,. des maux de dents. Le suc e~t utilisé par c;:ortains guérisseurs comme topique antilt;preux : on le fait couler sur les taches et à la faveur de la vésication, on applique differentes pâtes antilépreuses sur les plaies artific::iellement réalisées. L'amande contenue dans Je fruit est comestible et prend au grillage une sa\'eur très agréable, ce qui la fait recherlcher de plus en plus en confiserie.
DÉFINITIONS.

Les renseignements fournis sur les différents organes et leurs contenus sont souvent difficiles à interpréter en raisoa du manque de concordance entre les dénominations botaniques, commerciales et vulgaires qui donnent lieu à de très nombreuses confusions. . Les expressions les plus COllllramment employées peuvent se définir comme suit :
to Pomme cajou. - Ce n'est pas le fruit mais un pseudo fruit piriformt> constitué par le ·pédoncule floral charnu et juteux qui porte le fruit. L'hypertrophie est telle que cette « pomme • peut afteindre une taille dix fois supérieure à ceDe du fruit. 2o Noix• cajou. - c·~ le fruit proprement dit ou péricarpe comprenant un épicarpe dur et coriace, un mésocarpe vacuolaire à oléo-ré~>ine et un endocarpe épais et scléreux. Cependant on comprend ~vent sous la dénomination de • noix • à la fois le fruit et la graine contenue dans le fruit••. 3° Coque (shell des anglophones). - C'est encore le fruit. 4o Amande cajo11 (kernel des anglophones). - C'est la graine débarrassée de ses téguments•••. . 5° Baume de cajou ou liqaide d'écorce (CNSL ou « Cashew nut shell liquid • des anglophones). - C'est le suc: résineUI contenu dans le mésocarpe vacuolaire du fruit.

/
J

Le mésocàrpe vacuolaire renf~rme un suc brunâtre résineux, Acre et vésicant dénommé baume cajou. Ses principaux constituants sont un oxyacide, l'acide anacardique Cs1 H 32 0 3, son dérivé èe décarboxylation le cardo! C11 H ..o., l' anacardol, le cardanol et le gingkgol C 21 H,.o [Kt, P 98]. D'après Pate! {19138) les teneurs en acide anacardique et cardo! seraieJtt respectivement de 39 et de 5S p. 100. En réalité ces deux corps sont des mélanges: on a séparé ainsi de l'acide anacardiqut> quatre constituants dont la chaine oléfiniçue présente une insaturation hétérogène et notamment 44 p. 100 de 1-hydroxy-:.l-carboxy 3-(8-11-pentadécadiényle) benzène et 37 p. 100 de 1-hydroxy-2-carbox;r-3 (8-11-14-pentadécatriényle) benzène. Le cardol consisterait principalement en un mélange de 5-(8-11-pentadkadiényle) résorcinol et de 5-(8·11-14-pentadécatriénylt) résorcinol fJ3J. En 1964, Pereira a obtenu le baume de cajou à l'état cristalliié et isolé l'acide anacardique qu'il a identifié par photométrie en infrarouge (P9ï), Glngkgol, anacardol et cardanol:ionl des composés phénoliques aromatiques. L'anacardo! décelé par Hai'Vey en 1941 (iin (Kt]) a été de nouveau mis ~n évidence par Pradistch Cheosakul et coll. en 1963 dans le liquide de distillation <te l'écorce [P32). 3°. AMANDES.
f

!

Chimie.

1o

FEUILLES, ÉCORCE DE TRONC, PÉDONCULE FLORAL.

Les feuilles d'A. occidentale donnent par entralnement à la vapeur d'e-au une huile volatile (A13). L'écorce laisse exsuder une gomme connue sous le nom de gomme cajou qui serait un mélange de gomme véritable et de bassorine (d'après The dispensatory <if U. S. A., 1955). Elle donne avec l'eau 111n mucilage à propriétés adhésives et insectifuges (MlO, Cll, W2). _ Selon Haendler et Duvemeuil la • pomme • a la composition suivante p. 100 : eau 85-90,4, extrait éthéré 4t.(l2, fibres 0,04, cendres 0,19, celluloses et ht'micelluloses

Selon Jacqmain le poi.ds moyen d'une noix est de 4,25 g. Les écorces représentent 65 p. 100 et contiennent 31,2 p. lOO de liquide phénolique sur écorce, soit 20 p. 100 de noix entière (J3]. Les amandes qui représentent :par conséquent 35 p. 100 des noix donnent par extractionà I'hexane 34,2 p. 100 d'huile (J3]. Dans les amandes grillées du Sénégal, Toury a dosé pour 100 g : eau 5,1 g, protides 22,5, lipides 43,7 g, glucides totam: 27,1 g, cellulose 2,5 g, matières minérales 2,6 g, calcium 53 mg, phosphore 552 mg. fer 11 mg, thiamine 0,50 mg, ribotlavine 0,30 mg, niacine 1,6 mg. Il n'a pas décelé b Yitamine Cet a trouvé seulement des traces de vitamine A [T3J. Selon Busson pour des échantillons de Côte-d' 1\·oire, les acides gras les plus représen tatifs des lipides sont les acides oléique (61,5 p. 100 des acides gras totaux), linoléique (20,6 p. 100), palmitique (8,9 p. 100), stéarique (8,1 p. 100). Il note eu outre un insaponifiable de 1 p. 100. Les amino-addes parmi lesquels prédomine l'acide glutamique ont été également dosés par le mêne auteur [B9]. Jacqmain [J3) par extraction il l'éther a obtenu à partir des amandes de l'Est africain portugais 0,32 p. 100 d'imaponifiable dans lequel il n'a pas décelé de caroténoides, mais où il a identifié 81,4 ?· lOO de stérols (dont 89,4 p. 100 de~ sistostérol), 5,3 p. 100 de tocophérol et 11 p. H•J d'hydrocarbures (dont 21,2 P- 100 de squalène). Le squalène ou spinacène, carbure aliphatique de formule c...H .. avait déjà été mis en évidence en 1952 par Wohlers .de Almeida {in [Kt]). Pharmacologie.
1o
FEUILLES ET ÉCORCE.

• Habituellement le mot • noi:J< • désipe la graine (noix vomique, noix d'aree) oo l'amande, c'est-à-dire la graine privée de"""' téguments (noix de kola, noix muscade). •• C'est ainsi par exemple que Lefebvre dans un article extrèmement documen~ sur l'Anacardier de Madagascar ([L102,J p.. 51) écrit: • La composition pondérale de la noix <>~jou s'établit ainsi en moyenne : - c:oque : 70 à 75 p. 100 dœt 20 p. 100 pour le baume et 50 à 55 p. 100 de lis"" lignifiés. - amande : 25 à 22 p. 100, - téguments: 5 à 3 p. 100. ••• Comment comprendre aloors la pricision suivante fournie par Cadillat ([Cl49,] p. 70) : • Dans ce texte, on utUisera les t.ermes de • amande cajou • pour le fruit (n~ix) dt>barrassé de sa coque • ?

Les extraits de feuilles d'origint indienne montrent chez les rats, par voie intrapéritonéale une action hypoglycémiante. Ils montrent, de plus, une action antitumorale chez la souris vis-à-Yis d• l'hépatome 129, la dose minimum tolérée étant de 250 mg par kg de poids d'animal (D86J. L'huile volatile obtenue par di>tillation de feuilles produit un-e irritation de la peau avec fièvre, démangeaisons, J~gére tension de la tête et des membres [R11J,

'

_.,...,.....~,_.,......__,....Ail""~_,__.~,.;;..;. ~--·~~-M~~~Q'·'""'~·- ..;.~

-

.

.

t

.lli:;p.IÎ

.r.._....~,_._.!1"'·,;c-·-.

. . . . . . . . ._

4)

.....-.".....:..:.______ ~~-~-

'"--~···"--

••

·w

k~r'llni

la$

e'

-~

=

(
132 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONl'IIELLE L'extrait d'écorce administré per os s'est révélé hypoglycémiant; l'effet commence 15 à 20 mn après l'ingestion, atteint son maximum d'efficacité en 60 à 90 mn et persiste après 3 h (A14]. Les propriétés antihypertensives de l'extrait d'icorce d'origine sénégalaisè ont été établies par Giono et coll. en comparant l'action de ces extraits administrés par voie orale à plusieurs séries de rats présentant trois types d'hypertension artérielie expérimentale différents (rénal, métacortiœïde, neurogène) et à des mts normaux. D'aùtres essais ont été faits chez le singe, particulièrement une administration chronique. Les auteurs émettent l'hypothèse que ces extraits présentent une action antihypertensive due à une vasodilatation périphérique. La vasodilatation observée n'apparalt pas comme due à un effet muscarinique (elle n'est pas empêchée par l'atropine), ni à un effet adrénalytique [G128, B209). L'extrait d'écorce testé par Heal pour son effet imecticide n'a pas donné de résultats probants (H57].
20 FRUITS, GRAINES,

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 133 Gulati et coll. [G14] ont comparé l'activité bacttricide de dérivés d'ammonium quate~s préparés à partir du cardanol et de l'acide anacardique aux ammoniums quaternaires habituels. Ils ont trouvé que lt groupe phénolique hydroxyle de ces corps àccrolt grandement et d'mie manière inhabituelle l'activité des sels d'ammonium quaternaires. lmporlànce économique actuelle de l' Anacardit>r. Les chiffres de la production mondiale actuelle d~s différents produits de l'Anacardier mettent en évidence son importance éconooique :noix 380 000 t• (L102), amandes 8-1 500 t [C149); baume cajou 15 000 t .. (H116). Il est certain que l'utilisation rationnelle des Ana..:ardiers ne saurait être limitée à l'obtention d'amandes· et de baume .. Elle entraînera à coup sO.r le développement d'industries annexes· comme -celle de l'utilisation de; pommes cajou (poids 10 fois supérieur à cèlui des noix) dont on envisage dès à présent l'~xploitation in~ensive pour la comsommation locale en pâtes, jus, vinaigre, chutneys et pour l'exportation en fruits CDnflts, demi-fruits et chutneys [H117]. Bibliographie complémentaire de langue française a consulter : Tratchenko [T36]. Schwob [StOl], revue Fruits.

« LIQUIDE

D'ÉCORCE t.

Il est bien connu que le liquide d'écorce exerce sur la peau une action vésicante et des phénomènes allergiques considérés actuellement comme étant liés au cardol (pour certains auteurs au cardanol) et qui sont comparables à ceux provoqués par le sumac vénéneux (Rhus toxicodendron L.), autre Anacardiacée américaine contenant le cardol parmi ses. principes actifs. Eichbaum, ayant observé l'action vermifuge de l'huile de coque de noix dans rankylostomiase des chiens, l'a expérimentée en midecine humaine sur des patients qui éliminaiént un grand 'nombre d'œufs de parasites. Avec une dose moyenne totale de 13 g (en capsules de gélatine titrées à 1 g d'huile) en trois prises échelonnées sur quinze jours, la cure complète !ut réalisée pour 14 personnes atteintes d'ankylostomiase sur 22 traitées (soit 64 p. 100); sur le;> 8 autres, le nombre d'œufs éliminés fut réduit de 99 à 78 p. 100. D'autre part un effet significatif fut également obtenu dans trois cas d'ascaridiose et trois cas de tril:huriose. Cette huile pour la posologie indiquée produit simplement un effet purg<ttif doox, sans symptômes d'intoxication. Cette observation est d'importance, car, les vermifuges habituellement prescrits pour l'ankylostomiase sont généralement ou tosiques (huile dè Chenopodium, tétrachlorure de carbone, thymol) ou d'efficacité lùnitée (hexylrésorcinol tétrachloréthyline) [E5). · Selon la revue publiée par Attasi et Gaglioti sur les constituants du • liquide d'écorce • (CNSL), l'huile de CNSL rétablit l'équilibre oxydo-réducteur dans les tissus et le sang des lépreux, par conséquent dans les glandes surrénales et autres. Il ramène aussi à la normale le taux de glycémie. A partir des composés phénoliques du CNSL on a préparé des composés semblables aux médicaments de type phénolphtaléine et saligénine. Les propriétés insecticides et germicides du CNSL sont utilisées dans la lutte contre les termites souterrains et les vers du bois. On obtient des produits actif> par simple distillation du CNSL à pression ordinaire. Par condensation du CNSL et du carbanol avec des composés phénoliques en présence d'un agent de condensation (SO.H 1 ), on obtient encore des produits présentant les mêmes propriétés [A107]. · Les extraits aqueux et éthanoliques des téguments sont ichtyotoxiques ; le; extraits éthanoliques montrent une activité cardiorespiratoire chez le chat et 1~ extraits aqueu.-,: une activité ocytocique sur l'utérus de rate [B200].

PRINCIPES DÉFr.IIS.

2.- Heeria insignis (Del.) O. Ktze
Rhus insignis (Del.) Oliv. ; Ozoroa imignis Del. Wol. waswasij.r, waswasor ; su. gaygésan, sané sané ; bamb. doliségi (Berhaut) ; mand., socé kalakato, killakoto, kalakatô, kalakato dimbadâbo ; peul, toue. kéll:li, kélel, kélel déri.. kélelel déri ; bas. âdom boni
SvN. VERN. -

Caractères remarquables.

J

.

.

/1

Arbuste,ou petit arbre pouvant atteindre 5 à 6 m, mais se présentant plus souvenf encore e~'buissons de 1 à 2 rn; nombreus.es tiges dres>ées partant de souches laiss~es en terre .au moment des défrichements culturaux. Les feuilles, verticillées par trois à cinq, sont ovalts lancéolées, d'eJWiron 10 cm de long sur 2 cm de large; feut(ées argentées à la face inférieure, avec de nombreuses nervures latérales parallèles se ramifiant seulement au bord du limbe. Thyrses terminales de petites fleurs crème. Fruits charnus, aplatis, d'environ 5 mm de diamètre, noirs, brillants, très réticulés à maturité.
Habitat.

C'est une espèce essentiellement soudanienne. très commune dans les jachères d'arachides du Sine-Saloum au sud de Kaolak. Elle txiste partout ailleurs, plus ou moins sporadiquement, dans la même région climatique et remonte jusqu'au fleuve Sénégal où elle se raréfie en se localisant surtout dans les vallées aux sols sablolimoneux. Emplois.
Les trois grandes indications de H. insignis sont lts helminthiases, les maux de ventre et le5 diarrhées dysentériformes. Au marché Tilaine de Dakar les racines sont vendu~s comme vermifuge, mais les guérisseurs wolof du Cayor et sérer du Sine recomman4ent de préférence les écorces, souvent en àssociation avec Slereospermum kunthian'llTI.. Plus généralement on reèonnalt aux feuilles et aux r.acines des propriétés antientéralgiques et antidysentériques. Dans le Sénégal oriental on vient de très loin consulter un célèbre marabout de Maka-Kouli-Benta dont la composition antientéralgique est à base de H. insignis avec Vitex cuneata et Cordyla pir.nala. De même, on fait grand cas dans le Sine du traitement des diarrhées infantiles ;>ar un féticheur de Djilassem, traitement à base de H. insignis, Gardenia lriacanlha ~t Combretum micranlhum. Dans la région du Niombato (environs de Koulan, le macéré d'écorces est considéré
• -175 000 t prévues pour 1972. •• 31 500 t prévues pour 1971.

Eichbaum, dans de nombreux mémoires publiés depuis 1945 dans les Mémoire> de l'Institut Butant.an de Sâo Paulo a montré que les sels de l'acide anacardique ont des actions bactéricides et certains dérivés des actions fongicides, d'autres des actions vermicides. antiprotozoaires, parasiticides, larvicides, insecticides et mê~ antienzymatiques et antitoxiques (in [J3)). L'acide anacardique et ses complexes métalliques de mercure, zinc, cuivre, manganèse et cobalt ont été testés par Chattopadyaya et Khare pour leurs actions antibactérienne et antifongique sur 17 microorganismes. L'action antimicrobienne la plus notable s'exerce vis-à-vis du Staphylococcus awantius pour l'acide et sur Slaphy· lococcus auranlius, Sireplococcus pyogenes, Escherichia coli, Bacillus pumilus pour le complexe mercurique [C145).

• ,_.,.. ....

··t•• ...,.~.

...

'"-·~

.........,, ..

~~t.of"'~.......

~~.•

44tp

r1

..,....,......~·~,.,\,~-----~~-~,x~~:~

"•
134

... ~~~~~:'

~~--.~•'•''

PHARMACOP~E SÉ:SÉGALAISE

TRADITIOr .ELLE

(
PLANTES !lfÉDICINALES ET TOXIQUES

135

>'·-.

c__
)

~\_ \\ .. -û;,
\û·.---:-·
\ 1

6

dl

.

~~

d!

comme antientéralgique et cholagogue, tandis que celui de feuilles est considéré comme antidysentérique et galactagogue, L'espèce nous a encore été signalée comme galactagogue par les Toucouleur et les Peul. Ces derniers, dans le Toro, le Ferlo et le Niani, recommandent le macéré de racines en boissons et bains pour le traitement de la maladie dénommée dolfdi qui se manifeSterait d'abord par des migraines intenses suivies de bouffées délirantes. Nous avons relevé en outre des emplois antisyphilitiques. antiasthéniques (l'association avec Psorospermum semgalense, et Securinega virosa donnerait un excellent reconstituant), médico-magiques et même fétichistes. C'est ainsi que chez les WolofLébou les racines sont considérées comme étant particulièrement aimées des rab. A ce titre elles font partie des matériaux du xâinb (autel (\es ancêtres), entrant dans la composition de l'eau destinée aux ablutions purificatrices et dans les boissons doruiées aux possédés des rab. · · L'usage thérapeutique externe est rarement mentionné. Toutefois, chez les Bassari d'Etiolo, l'espèce est réputée pour son action désensibilisante et curative lors des enflures des pieds : avec les feuilles pilées légèrement chauffées on fabrique des cataplasmes et on pratique des onctions souvent répétées. La sève de H. insignis serait riche en résine mais celle-ci n'a pas été étudiée (W2).

3. -Lannea acida A. Rich.
Odina acida (A. Rich.) Oliv. Wol. son ; su. duguy, dugun, ndugun ; mand., socé bembénana, bembo ; bamll. pékuni (Aubréville), bembé ; sarak. sinoli, ~ttoli ; peul tittoli, tuko, bembey ; toue. tinoli ; diola bubuka, mu top é damen, bufira (Sébire) ;1 diola Fogny dégérélêtl ; land, 'gipurub. .
SYN. VERN. -

1

Caractères remarqJables.

!

Petit arbre soudanien de 7 à 8 rn, exceptionnellement plus. Fût cylindrique à écorce fissurée, noirâtre m011trant une tranche rouge, fibreuse. Frondaison claire, aplatie, soutenue par des branches plus ou moins contournées. Feuilles imparipennées, composées de quatre à six paires de folioles généralement opposées; limbe acuminé au sommet, mince, non glutineux, devenant rougeâtre mat en séchant. Inflorescences en grappes ou racèmes subterminaux, situées panni les feuiDes. Fleurs verdâtre emue. Drupes de 7 à 8 mm de long, ovoldes, cô-telées.
Habitat.

Il remonte dans 1( domaine sahélo-soudanien jusqu'au Djolof et au Ferlo, mais il est exceptionnel danS. le diéri du Fouta Toro, C'est un arbre commun dans toutes les savanes boisées, parfois cono;ervé dans les cultures pour ses fruits comestibles et son écorce fibreuse. Il existe jusqu'en Casamance maritime mais ne, pénètre pas dans les forêts de type guinéen.
Emplois.

FIG. 10. - Lannea acida A. Rkh. - 1. Feuille réduite aux 2/3. - 2. Inflorescence réduite aux 2/3. - 3. Détail de l'inflorescence x 4. - 4. · Stipule x 4. - 5. Fleur x 6. -Sépale x 8.- ï et 8. Pétai~ Y 8.- 9. Carpelles x 10.- 10.. Fruits réduits aux 2/3 (D'après Busson).

L, acida occupe une place très honorable dans la pharmacopée sénégalaise. Estimé en médecine populaire, ses indications sont de ce fait nombreuses. L'écorce est vendue au marché de Dakar comme médicament de la délivrance chez les femmes gestaittes. Associé avec les fruits de Ficus gnaphalocarpa c'est, pour les Sarakolé du Nguemar, un remède contre la stérilité. De même pour les Peul du Patim Kandiaye, mais en association avec Trichilia roka. Les inhalations du décocté d'écorces et de feuilles .sont très souvent recommandées pour des stomatites, gingivites, caries dentaires. Dans le Sine. des préparations à base d'écorces font l'objet en bains et boissons de prescriptions médico-magiques pour l'asthénie, les courbatures fébriles. On utilise encore assez souwnt les feuilles, les écorces de tronc et de racines comme antidysentérique. Un très bon guérisseur toocouleur de Matam nous a assuré avoir expérimenté avec succès au dispensaire du cercle son traitement pour la maladie « danévéle • qui serait une forme de béribéri. Il emploie dans ce but soit une poudre d'écorce simple mêlée

.-~

/

::"' ~··••:~·-·~ a •

ci wb.

; .,; ...,...,....._.,..,.

~~>,:~ ... ~.._,.,;..,._~, ·~~- 1JI;;

« c ,.....

..._~

.. _. ,:__..... . • ,.,:.....,.,_:~~~,....,....,...,.

!li

~· r """"~·~"'-,

~=··

.-.

J

Q

IIi • -

(
136

(

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOSNELLE

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

137

à la sauce de poulet ou de poisson cuit, soit une poudre composée Lannea-kinkéliba diluée dans du laiL Enfin, en haute Casamance, L. acida entre dans un traitement externe des orchites et des plaies des bourses consistant à tamponner les testicules avec une poudre constituée par le mélange de racines pulpées et de sel local. Chimie. Les feuilles sèches de L. acida originaire de Côte-d'Ivoirt ont la composition centésimale suivante (B9) : cellulose 10,3, extrait éthéré 1,8, glucides 67,1, insoluble formique 35,3, protides 16, matières minérales 4,8, calcium 0,8:1, phosphore 0,30.

ventre, des diarrhées (décocté d'écorces en boisson), des maux de poitrine et des courbatures (décocté de racines et d'écorces en bains et boissons). En basse Casamance, dans le Fogny, la poudre de racine mélangée avec la poudre de feuilles d'un Strychnos sp. constitue une spécialité à usage externe d'un guérisseur. des abcès et enflures, tandis que la poudre d'écorces est considérée, chez les Bainouk, comme souveraine pour les plaies torpides.

6.- Lannea velutina A. Rich.
Odina velutina (A. Rich.) Oliv. Wol. son a bey (Berhaut), ndogot ; ser. ndabarndoki (Berhaut), ndôg ; falor tâgba (Sibire) ; mal. bembégaga (Aubrivilfe) ; mand. · bembémuso (Aubréville), bâbadembéké ; bamb. bakorompéku (Aubréville) ; peul tuko nabé (Aubrévilk). tittoli poley; diola bukuka, mutopédamen (Berhaut); bain. bâgok.
SYN .. VE.R~. -

-··'
4.- Lalinea microcarpa Enttl! et K. Krause
SvN. - Lalrnea djalonica A. Chev. VERN. - Mm~d. bembé ; lwnb~ péhuni (Aubréville) ; bas. âgli ; land. giténi. Caractères l'eiJ1IlniWible. Arbre qui peut atteindre 12 à 13 rn, à écorce lisse, blanc grisâtre, devenant rugueuse et se détachant par plaques chez les vieux sujets (tranche rouge). Le feuillage d'un ~ beaucoup plus clair que celui de L. acida est brillant, glutineux. Les feuilles, glabres, imparipennées, ont deux ou trois paires de folioles vernissées, ne rougissant pas en séchant. Inflorescences et fruits re;semblent à ceux du L. acida. Habitat.
/
f
~ul

,.

tukonéudu Caractères remarquables. Petit arbre de 7 à· 8 rn (rarement plus, même dans les belles savanes boisées), à écorce beige foncé, fissurée sur les vieux sujets. Feuilles imparipennées avec trois à cinq paires de folioles très pubescentes, arrondies à l'extrémité. Elles atteignent 9 cm de long sur 5 de large•. Racèmes de fleurs jaunâtres. Fruits densément velus de 8 à 10 mm de long. Habitat.
1
Il se rencontre dans toutes les savanes boisées soi/daniennes, mais il est surtout abondant au Sud de la voie ferrée du Mali. /

Il est plus méridional et plus oriental que le L. acida. On commence à le rencontrer assez communément à partir de la voie ferrée du Mali vers le sud et à l'est de Kaffrine. Il est souvent en mélange avec L. acida.

'

Emplois. Cette espèce, comme la précédente, est peu réputée. Les préparations d'écorces et de racines sont utilisées par voie interne comme antidiaiThéique, par voie externe en bains chez les enfants rachitiques et chez les adultes souffrant de douleurs généralisées sans cause apparente, en massage pour les claquages musculaires.

Etnplois.

L. microcarpa, confondu par certains guérisseurs avec l'espêce précédente, reçoit aussi les mêmes applications, mais il est considéré comme. étam moins actif.

7. - Mangifera indica L. **.

5.- Launea nigritaaa (Sc. Elliot) Keay var. nigritana
SvN. - ~a afzelii Engl., Lannea glaberrima Engl. t't K. Krause, Lannea grossularia A. Chev., Lannea dahomensis A. Chev. VERN. - Diola bumakurin, budigi élen, fupéléyen, hugérelê6 ; koniagi à gel. Caractères remarquables. Petit arbre de 10 à. 12 rn au maximum, à écorce striée grh foncé. Les branches étalées portent un feuillage d'un vert assez vif, Intermédiaire e:rtre celui deL. acida et de L. microcarpa. Folioles longuement acuminées, glabres. Racèmes de fleursjaunàtres, apparaissant avant la feuillaison. Fruits subsphériques, côtelés, noirâtres à maturité. Habitat. C'est une espèce plutôt proche du littoral, se remarquant surtout dans les boqueteaux boisés au milieu des rizières de la Casamance maritime ~t dans les sols frais. Etnplois.
• Il existe un autre Lannea au St'négal, à folioles également pubescentes, le L. humilis, assez commun dans les sols compacts èt humides du Djolof et aux environ5 de Dakar, mais il a six à douze paires de folioles qui ne dépassent pas 4 cm de long et 2 cm de large. Nous n'avons eu aucun renseignement sur J'utilisation de cette espèce. · •• Pour la botanique et la culture du Manguier, consulter l'ouvrage de Singh, paru en 1960 (S143] et les revues spécialisées dans les fruits tropicaux, comme la revue française • Fruits '·

VuLGo. - Manguier, Mango (fruit). VERN. - Il est partout connu sous le nom de mango ou sous un nom déformé,. dérivé de mango : ser., niom., bwnb. imâguru, mâgum; mand. tubabuduto ( = duto de l'homme blanc). Caractères remarquables. Le manguier, originaire de l'est des Indes, au pied des monts Himalaya, est maintenant cultivé comme arbre fruitier dans tous les pays tropicaux. Il présente un fftt court, trapu et une frondaison dense, ovoïde, bien équilibrée, donnant toute l'année un magnifique ombrage. Feuilles lancéolées, très courtement pétiolées, dégageant quand on les froisse un fort parfum de térébenthine. Panicules terminales de nombreuses petites· fleurs jaunâtres ou rose verdâtre à une étamine. Le fruit est une dnipe ovoïde de grosseur

L. nigrilana, d'utilisation restreinte, est signalé seulemen: en basse et haute Casamance où il reçoit des applications internes dans le trai~ement des maux de

""
138

, .. <,. <•-'"""~

-...:•-0-·" ___,............... .Y_.llll~>~·'-·--~~.-.. __,_......,~~;·~·~ -~·

~-.$

cor.... ..-~

-~-

.,..

~

.............

~"-"

.....
139

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITI~

ELLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

et de poids variables, à pulpe plus ou moins fibreuse suivant les variétés et diversement colorée du jaane à l'orange.
Habitat.

Les feuilles contiennent encore une huile essentielle à terpènes et sesquiterpènes [14). Pour r\igam et coll. qui l'ont obtenu avec un rendement de 0,013 p. 100, elle est riche en o: thuyène, il1 carène, ocimène et ar: terpinène [N46).

Le manguier vient très bien au Sénégal depuis la région guinéenne jusqu'au Sahel où de très beaux exemplaires existent dans la vallée du Fleuve. II demande à être arrosé les premières anuées et protégé contre les animaux domestiques qui sont friands de ses feuilles. · Emplois. Différentes préparations astringentes de l'écorce et des feuilles sont utilisées comme antidiarrhéique et uüdysentérique. On recommande souvent de consommer simplement les jeunes feuilles tendres avec une noix de kola blanche. · Nous avons signalé par ailleurs,. l'utilisation dès feuilles dans le traitement de certains troubles mentaux. La matière gommo-I'Uineuse qui exsude du tronc et des tiges est quelquefois prescrite en association avec d'autres drogues comme fébrifuge sudorifique. Chimie.
1o FEUILLES.

FLEURS

ET FRl.'lTS.

Les fleursrenfennent aussi une huile essentielle (0,()4 p. 100) dans laquelle ont été identifié il 2 octène, ac-;?inène, ~-pinène, o:-phellandrène, limonène, dipentène, citral, géraniol, nérol, acétatt de néryle et mangiférol (alcool en c,.) ainsi que mangiférone C,.H 110 [B140). Les capitules florali...'l: contiennent des quantités assez importantes de gallate. d'éthyle, surtout quand ils sont bien mftrs [S14) et il a été trouvé en petites quantités dans les graines [Kt] un glucoside cyanogénétique. la linaJparine C 10H 170 1 N ~u acétocyanhydrine glucoside, présent également dans le lin, le manioc (manihotoxine), le haricot de Java (phaséolunatine), etc. Deux acides nouveaux dérivés du cycloartane, les acides mangiférolique c,.H..0 3 et .hydroxymàngiféronique C10 H,,O, ont été isolés en 1965 du manguiér par Corsano et coll. (in [M94)). Les fruits frais de ;livers· manguiers du Sénégal ont été analysés par Toury et coll. [T3) et les résultats obtenus sont exprimés dans le tableau III. 3°
AUTRES ORGANES.

On sait depuis longtemps que différents organes du manguier, en particulier les feuilles, les tiges, les éCIII'Ces, les graines sont riches en tanin : 10-20 p. 100 dans l'écorce, 8-9 p. 100 dans les graines.(in [H55) 3, p. 106). Après ceux d'autres auteurs, les récents travaux de'Sissi et coll. (S~. S 10, Sw S 12) ont élucidé la nature des différents composés phéno)iques des feuilles et des éc9rces. Ils ont mis en évidence dans ces organes acide gallique, acide ellagique, quercétine, kaempférol. Les tanins appartiennent à la câtégorie des tanins condensés et la présence à la fois d'acides gallique et ellagique indique qu'il y a des fractions hydrplysables. Ils ont trouvé pour une variété (Taimour) 1,33 p. 100 de substances polyphénoliques dans l'écorce et 11,73 p. 100 dans les feuilles; pour une autre variété (P~Ti) de 9,27 à 12,6 p. 100 dans l'écorce. En définitive, leurs dernières recherches [S195), assignent aux gallotanins des manguiers de Chine et des Indes la structure d'oeta ou nona galloïdglucose, tandis que les gallotanins de l'espèce égyPtienne auraient une structure différente avec 4-5 groupes galloyl par molécule de glucose. · Ont été également mis en évidence les sucres galactose, glucose, arabinose, rhamnose et des quantiUs importantes d'un pigment jaune (écorces 10,1 p. 100, feuilles 6,9 p. 100). Ce pigment, identifié à la mangiférine du fruit est un hétéroside du groupe xanthone, le 1-3-6-7 tétrahydroxy-xanthone-2 glucoside. Les mêmes auteurs ont obtenu à partir des feuilles de la variété taimour : saccharose, glucose, fructose, acides protocatéchique et gallique, mangiférine, kaempférol, quercétine (ces deux derniers à l'état libre et sous forme de glucosides), astragaline (ou kaempférol 3-gluc:oside) et isoquercitrine [S185) ; à partir des feuilles des variétés hindi-sinnara, mabrouka, pyri et taimour les amino-acides suivants : alanine, glycine, leucine, tyrosine, valine et un amino-acide non identifié, propablement l'acide y amino-butyrique. Ils ont d'autre part identifié, dans les. feuilles et les écorces de toutes les variétés, les acides quinique et shikimique [S186). Bate-Smith a égalemeut mis en évidence kaempférol, quercétine et acide p-coumarique [B102). Jacquemain a particulièrement étudié les feuilles de l'espèce ivoirienne, commune en Afrique noire. Elles se révèlent riches en phénols appartenant à!six catégories : anthocyanes, flavanols 3, flavane diols-3,4, flavonols, xanthones et tanins galliques. C'est ainsi que l'auteur a mis en évidence·: - des pigments anthocyaniques : quatre anthocyanidines qui sont des 3-monosides avec comme génois respectifs delphinidine, pétunidine. poeonidine et cyanidine, la génine dominante étant la pétunidine (méthoxy pentahydroxy flavylium) - des leucoanthocyanes : leucodelphinidine et leucocyanidine des tanins galliques et catéchiques ; des pigments flavooiques : mangiférine et flavonols [J49).

Outre les tanins dont la présence a été signalée ci-dessus dans les tiges, les écorces et les graines, l'écorœ contient des terpènes, les tiges et le tronc une gomme-résine qui exsude facilement [Bl91).
TABLEAU III 1 C6mposition des mangues du Sinégal

1

i

(d'après Toury (T3J)f 1\fango sauvage mOr
1) En g p. 100 g: Eau ......................... . Protéines .................... . Lipides ..................... . Glucides totaux . _............. . Cellulose ..................... . Cendres ..................... . 2) En mg pour 10(• g : Calcium ..................... . Phosphore ................... . Fer·-............ . ... · · · · · · · Vitamine C .................. . Thiamine ................... . Riboflavine .................. . Niacine ............ .......... . 3) En mcg: Equivalent vitamine .\ ......... .

Mango vert avec peau

Mangue greffée

83 0,70 0,08 15,8 0,9 0,4 29 30 1,5 40 0,02 0,04 0,40 920

86,2
1

0,06
12,2

1,7 0,5
57 35 1,3 270 0,03 0,06 0,30
500

82.6 0,80 0.10 16.1 O.ï 0,4

20
34

1,·1 26 0,04 0,04
O,ï

1 080

Quatre substances d• croissance ont été isolées de la fraction éthéro soluble des extraits alcooliques de; fruits et des graines de manguier d'origine indienne. L'une, de nature acide, inhibitrice de la croissance, parait identique à l'acide abscisique, les trois autres (deux aci les et une neutre), ressemblent aux auxines indoliques et montrent, comme ces ·iernières, des propriétés excitatrices sur la croissance quand elles sont soumises aux biotests auxiniques [C144). Jungalwala et Cama ont identifié dans les fruits 16 pigments caroténoïdes [J39). La mangiférine sigm!ée ci-dessus dans les feuilles a été d'abord isolée des fruits en 1956 par Iséda qui en a défini sa nature d'hétéroside flavonique avec comme aglycone le 1-3-6-7 tétrahydroxanthone (Journ. Chem. Soc. Japan, 1956, 77, 1629 ; 1957a, 30, 625 ; 1957P. 30, 629).

~~~-'""~

-~·""'""""""'"";"!1"""".......,._~ ·····'"tt'!T

..

,.-.
.

·~-~

~~~.....,·:.

··""'C'"i:

_,._,.,-.:~~~~.-<jo-,.ow,",.,.,..

.

(

.

.
Emplois.

140

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITioNNELLE

r\
'~
1

,

--~·,

'"'".~

,_,...;,

~

·F

1

- .. .

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQlJES

141

Pharmacologie. Feng et coll. [F2) ont trouvé que l'injection d'un extrait aqueux de feuilles et tiges de manguier (1 .ml d'extrait correspondant à 1 g d'organes frais) produisait chez le chien une baisse de la pression sanguine et que la perfusion chez le lapin d'un extrait alcoolique de mème titre produisait de l'hypotensioJi. Opérant avec un extrait identique Patricia Hooper et Léonard [Hl7] ont noté que les injections intrapéritonéales de 10 à 20 mlfkg à des souris déclenchaient des symptômes d'irritation péritonéale : tachypnée,. ataxie, contorsions et dépression, quelquefois suivis de mC)rt, mais que l'injeCtion intraveineuse était sans effet, ce qui laisse penser que dans k premier cas l'action peut être attribuée aux tanins présents dans les. feuilles. D'autre part l'bijection intraveineuse de 0,1 mlfkg chez le chat ne produit aucune modification de la pression sanguine ; mais on constate sur le cœur isolé de lapin une diminution passagère de l'amplitude après addition de 0,05 ml d'extrait au liquide de· perfusion. La recherche du pouvoir antibiotique et de l'action antipaludique des feuilles, écorces, tiges, fruits a élé pratiquée par divers auteurs avec des résultats contradic- .. toires [S95, B42, M130). Par contre l'extrait -rueux·d'écorce de tige se révèle expérimentalement efficace sur les tumeurs cancérell.'les transplantables. On note des réductions de tumeur de 100, pris comme·unité de contrôle, à 53 pour l'adénosarcome 765 et 47 pour le sarcome 180 chez les animaux traités [A71). . L'hétéroside ftavoniq&e mangîférine n'a pas encore fait l'objet d'études pharmacologiques, mais étant clonné son appartenance au groupe des xanthones on peut supposer qu'il est doué de propriétés intéressantes qu'on trouve chez d'autres flavonosides : propriétés vitaminiques P de renforcement de la résistance et de diminution de la fragilité des capillaires sanguins, propriétés diurétiques, diététiques et autres. L'absorption des preparations à base de feuilles, tiges, écorces, provoque des phénomènes d'irritation stomacale et rénale, de même hue la consommation exagérée des fruits qui peut donDer lieu à des réaètions à typf de shock [R85). Un usage assez inattendu des matières grasses de la graine de manguier. a été . préconisé par Schroff et Thampi (S13). Trouvant que les. propriétés physiques et chimiques de ces corps gras sont comparables à celles du beurre de cacao ils ont proposé de les utiliser pour la confection des suppositoires. Mais dans l'état actuel de nos connaissances les utilisations du manguier restent toujours uniquement d'ordre alimentaire.

En basse Casamance cette espèce est utilisée en médecine populaire par les femmes baïnouk pour la toilette des enfarits scrofuleux.

9.- Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst.
SvN. - Spondias birrea A. Rich. ; Poupartia birrec (A. Rich.) Aubrév. VERK. - ll'ol. ber, birr ; ser. ari ; none sung-.tl (Sébire) ; {alor sugu (Sébire); niom. inharid, arik, arid; bamb. mguna (Berhaut) ; mand. kutam ; socé kuten dao, kutan dao ; sarak. nôiié ; peul, lou(. éri, héri ; diola findibasu (Berhaut) ; bas. âguk, âguit.
Caractères remarquables.

Petit arbre de 8 à 10 rn au maximum, à ftit droit, cylindrique, à écorce _gris clair, écailleuse et fmemeilt fissurée, à frondaison arrondie, clain, bîen équilibrée. Les feuilles, groupées à l'extrémité des rameaux sont composées imparipennées avec sept à dix paires de folioles.ovales acuminées, entièrt'S oil dentées surtout sur les rejets et les jeunes pieds ; elles ont environ 2 à 3 cm de long. · Fleurs dioïques sur des racèmes, ou épis groupés également à l'extrémité des rameaux et apparaissant généralement avant· les feuilles. Drupes· subsphériques, jaune pâle, de 3 cm de long. Habitat. Arbre banal dans tout le Sénégal mais surtout· abondant dans .le Djolof où il forme des peuplements!' c:Iairs dans le_s sables fins. C'est une espèce ~élienne qui se rencontre cependaJ#t aussi dans les S(}ls non inondables de la Casamance maritime (sables paralittoraux). · · Il y a lieu de noter que c'est le seul. arbre conservant un fùt susceptible d'être utilisé par les artisans du Sahel, ce qui explique la rareté des beaux et vieux sujets dans leurs terrains d'élection du nord Djolof et nord Ferlo. Emplois.
/

8.- Pseudospoodias microcarpa (A. Rich.) Engl. var. microcarpa
Spondiœ microcarpa A. Rich. ; Spondias zanzee G. Don ; Haemaloslaphis pierretll!a Engl. VERN. - Malinké doréké (Aubréoille) ; peul dologa (Aubréoille) ; bamb. kuoni mpéku ; dio/a burombon, kununu (Berhaut) ; Casamance budêk (Aubréoille) ; bain. torugal.
SvN. Caractères remarquables.

Arbre de 12 à 15 m do-nt le fftt généralement mal conformé est tordu ou contourné. Ecorce foncée écailleuse ; frondaison assez claire. Feuilles composées pari ou imparipennées présentant trois à six paires de folioles opp9sées, ou subopposéts, elliptiques, asymétriques et arrondies à là base, obtusément acuminées au sommet, atteignant 20 cm de long ; elles· sont finement pubescentes sur· les nervures à la ace inférieure. Lâches panicules de petites fleurs blanc verdâtre, polygames. Fruits drupacés ovoïdes de 2 cm de loll!, noirs à maturité, avec fréquanment les vestiges des styles persistants vers le sommet. Habitat. C'est une essence guinéenne, commune dans les forèts humides de la Casamance maritime et longeant Ifs galeries dans la région soudanienne.

S. birrea arrive au deuxième rang des drogues antivenimtuse;, tout__dt suite après Securidaca /ongepedunculala et bien avant les autres espèces rencontrées dans diverses formules prescrites pour cet usage. On utilise, tant en usage externe qu'en usage interne, lt'S feuilles, IC$ écorces de tronc et surtout les écorces de racines. Le modè opératoire de choix consiste à frotter énergiquement la partie atteinte avec des écorces gros~ièrement pilées jusqu'à obtention d'une enflure importante. A ce moment précis <•n fait avaler la boisson, à base d'écorce également, puis on dispose loco dolenli un pan~ment réalisé à l'aide des différentes parties du végétal. Son association avec Securidaca longepedunculata est, pourrait-on dire, classique au Sénégal dans des compositions où on rencontre assez soU\·ent Balanites aegypliaca, Acacia macroslachya et J.1omordica charantia. La formule d'une fameuse guérisseuse du Toro (elle ne traite que les morsures de serpent) consisu à réaliser d'une part un macéré aqueux avec écorces de S. birrea, racines de Sècuridoc.a longepedunculata et plante entière de 111omordica charantia, d'autre part un empLitre avec les mêmes ingrédients. Le macéré est pris -en boisson, bains, lavages <ct sert en outre d'eau de cuisson au petit mil entrant dans l'alimentation du patient mis à un régime déchloruré très strict. L'emplâtre est placé à demeure après chaque séance <le lavage sur la partie du corps atteinte. Souvent les préparations sont réalisées à l'avance et tenues e-n réserve sous forme de poudre, de pâte, de magdaléon qu'on dilue extemporant'ment dans l'eau au moment du besoin. Des médications analogues sont aussi utilisées contre la ragé. Avec d'autres espèces telles que Detarium microcarpum, Entada africana et toujours Securidaca longepedunculata, S. birrea fait partie de traitement~ antisyphilitiques et antilépreux pratiqués dans le Nguémar, le Cayor, le Sine.

,....·~...

::)s • •--.?~.-~...,.,.,.,~~"~..,..

.........-"~'~ ........__. •. ,,.._,,,,;,.,,,. . .~.: .....
143

.

(

)
( i

142

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITJO...lELLE

PLANTES ·MÉDICINALES ET TOXIQUES

Dans le Niani un traitement de l'ascite consiste ·l boire un macéré d'écorces de S. birrea et de racines et feuilles de Cymbopogon giganleus (le très connu benfala des Wolof). L'effet purgatif de cette médication serait important. Dans le Sénégal· oriental l'écorce est h!putée antiodontalgique : pour les névralgies dentaires en masticatoire, pour les caries en plombage sous forme de boulettes. D'une façon générale la pâte d'écorce est considérée en usage externe comme antiinflammatoire ; additionnée de beurre on en fait quelquefois des applications sur le front pour lès céphalées et sur les yeux pour les blépharites. Par ailleurs, en usage interne, le décoeté d'écorce est considéré comme purgatif. Le fruit fermenté est très prisé, particulièrement en pays sérer, pour ses propriétés pudiquement considérées comme euphorisantes, mais qui sont en réalité enivrantes. Quant aux graines, elles sont recommandées par quelques guérisseurs dans les états aSthéniques. · · En médecine vétérinaire les Peul-Toucouleur du Fouta Toro et du Ferlo donnent le déeocté d'écorce aux animaux pour exciter leur appétit.
Chimie•.·

11.- Spondias mombin L.
",,

VuLGO.- Mornbin, Prune icaque, Prune mombin. SvN. - Spond.ias lutea L., Spondias' oghihee ·G. Don VERN. - Wol. sob, ninkom (Sébire) ; ser. yoga (Sébire) ; none sun (Sébire) ; falor sni (Sébire) ; mal., mand., bamb. ningô, ninkom, nemkôô ; socé kumkumo; peul l.alé, tali; diola bueta, budoy (Sébire) ; diola Pogny, diola Tendouk bulila ; bain. kifosin ; mandj. pilmé ; monk. umpélo; bal. sai.. msal. Caractères remarquables.

L'analyse pratiquée par Busson {B9) sur les amandes des graines en provenance de la Côte-d'Ivoire a donné les résultats suivants en gp. 100 du produit sec: cellulose 1,3, extrait éthéré 61,5, glucides 0,5, insoluble formique 3,8, protides 30,6, cendres 6,1, calcium O,lï, phosphore 1,04. · Les acides gras constitutifs des lipides sont surtout représentés par les acides oléique (63,9 p. 100 des acides gras totaux), myristique (17,4) et stéarique (8,7). Dans les amino-acides prédominent les acides glutamique (25,8 p. 100 des aminoacides totaux) et l'arginine (15,8 p. 100). · . Dans S. ca {Ira Sond., espèce affine de l'Afrique du sud il a été trouvé dans le fruit 54 mg p. 100 g de vitamine C et 2,02 p. 100 d'acide citrlquè accompagné d'acide malique et de sucre. On signale de plus que la boisson fermel}tée préparée à partir des fruits de S. ciJ.flra est très antiscorbutique, mais peut pr?'Voquer des intoxications IW2).

Arbre originaire de l'Amérique tropicale centrale et qui est maintenant naturalisé en Afrique occidentale, surtout à la limite' de la forêt dense. ti peut atteindre 25 rn, mais ne dépasse guère 15 au Sénégal ; fftt généralement droit, avec un faible empattement à la base ; écorce remarquable : très claire, profondément et grossièrement striée, crevassée, liégeusè, très épaisse. Les branches principales sont évasées et la frondaison est ample. bien équilibrée. II est complètement défeuillé en saison sèche. Feuilles composées, imparipennées avec cinq à huit paires de folioles de 7 cm de long sur 3,5 cm de large, inégales à la base, courtement acu!IÛnées, sauf chez les très jeunes feuilles qui ont un acumen spatulé caractéristique de l'espèce ; une nervure , court parallèlement au oord du limbe en unissant les nervures latérales. Grandes panicules terminales de petites fleurs blanches apparaissant en saison sèche pendant la défeuillaison. Drupes ovoïdes, jaune doré, de 3 cm à 3,5 cm de long, à pulpe acide-astringente, comestible. Habitat.
Il vit généralement, isolément et sporadiquement dans les savanes boisées soudaniennes où il recherc(te les vallées fraîches ; plus fréquent dans les galeries humides, il se rencontre ça etllà, parfois en petits bosquets en Casamance et dans les· circonscriptions administratives du littoral.
1

10. ~ Sorindeia juglandifolia (A. Rich.) Planch. ex Oliv.
SvN . ...- Dupuisia juglandifolia A. Rich., Sapindus simplièifolius G. Don., Sorindeia simpliâfolia (G. Don.) Exell, Sorindeia heterophylla Hook. f. VERN. - Diola fukot (Berhaut), usingélimit (Aubréville) ; diola Diembéreng dâguru muda ; mandj. kuridêdê (Aubréville).
Caractères remarquables. ·

Emplois. Le mombin est surtout connu pour ses fruits comestibles à goùt de prune, mais ses utilisations médicinales sont peu nombreuses. Le suc obtenu par expression des feuilles fralches est utilisé couramment en Casamance pour le traitement des maladies oculaires, tandis que le décocté de feuilles .est prescrit pour les diarrhées dysentériformes et le macéré de racines pour les coliques douloureuses. ' Le déeocté de feuilles-écorces est employé par les Peul dans le Goye pour les hémorragies du post parfum et par les Manding du Sénégal oriental chez les femmes sujettes aux avortements répétés. Les sectateurs bassari du fétiche • ichak • ont une grande considération pour S. mombin qualifié de médicament du mil et toujours ajouté en petites quantités aux graines de mil avant les semailles.
Chimie.

Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 rn, souvent ramifié près de la base, à branches grêles. Feuilles composées imparipennées avec trois à huit folioles elliptiques, arrondies à la base, légèrement acuminées, membraneuses ; elles sont caractérisées par des nervures tertiaires partant finement en zig zag du bord du limbe vers la base de la nervure latérale supérieure. Panicules terminales de petites fleurs blanc rosé. Fruits drupacés, ovoïdes, de 1 cm de long, noirs à maturité.
Habitat.
II est fréquent en Casamance maritime d1;1ns les taillis secondaires et les forêts humides. II longe les galeries en région soudanienne, mais il y est exceptionnel.

Les fruits frais d'origine sénégalaise étudiés à Dakar par Toury [T3) ont la composition suivante en g p. lOO g : eau 82,2, protéines 0,9, lipides 0,2, glucides 10,2, cellulose 0,33, cendres 0 •.50 ; en mg pour 100 g : calcium 24, phosphore 39, fer 1, ( ', vitamine C 12, thiamine 0,04, riboflavine 0,03, niacine 1,4 ; en mcg p. 100 g : équiva- \ lent vitamine A 700.

Emplois. Le décocté de feuilles de cette espèce casamançaise est signalé comme laxatif et diurétique. Les feuilles froissées sont employées en usage externe sur les plaies et ulcères.
• Cf. Addenda pour la chimie et la pharmacologie des feuilles, p; 803.

7. - ANNONACÉES
Famille tropicale ou su.btropicale ne comprenant que des arbustes ou des arbres. Elle est représentée au Sénégal par les genres Hexalobus et ..J.nnona, très communs dans les forêts soudaniennes, ainsi que par les genres Uvaria et Xylopia, tous deux d'origine guinéenne.

v·,...:...,...,.,~.-·

·-···-""""'·~

.,

.....,.... ,,...,..

··""'

..... ..
~

~ --~~..,.,__.

.

~,.-·.·~

. ,.....
(
Emplois. L'infusion de feuilles est considérée en médecine populaire comme hypnogène, béchique et fébrüuge. Certaines tribus de basse Casamance utiliSent des emplâtres de feuilles pilées pour les plaies de la circoncision. Chimie. L'écorce, les racines et quelquefois les feuilles, contiennent des tanins (Villanueva, 1926), mais on n•en rencontre pas dans les fleurs, les tiges ni même les feuilles (Wall, 1954). L'acide cyanhydriqae est présent en proportions variabl~ selon les organes : fortes dans les écorces, faibles dans les racines et les feuilles, à l'état de traces dans les fruits dont la pulpe, par ailleurs, ~st riche en vitamines B et C (Quisumbing, 1951). Des feuilles de l'espèce iiominicaine CaHan et Tutin ont extrait un alcaloïde, une petite quantité d'huile volatile, une résine vert noirâtre (contenant alcool myricilique, sistostérol avec, comme acides gras, acides oléique, linolique, stéarique, lignocérique), un nouvel alcool dihydrique l'anonol c,.H 000 1(0H) 1 et d'autres corps tels que chlorure de potassium, dextrose, tanins ainsi que des produits amorphes [C58). En utilisant la méthode de chromatographie-papier bidimensionnelle Durand et coll. {D9) ont identifié dans des extraits de feuilles et tiges l'acide y-aminobutyrique. Bate Smith a trouvé dans les hydrolysats des extraits de feuilles : leucocyanidine, acides caféique et p. coumarinique [B102). J>ower et Solvay {P53] ont isolé également des feuilles des composés du groûpe des phytostérol-t!lucosides tels l'anonol et l'ipuranol CuH..O.. D'après Merck (M18J l'ipuranol serait un sistostérol-d-glucoside de formule C 11 H,6 0-C,H 110 6 • Des tests pratiqués par Wall pour la recherche des alcaloïdes dans les tiges et fleurs se sont révélés négatifs [W2]. Par contre on en a isolé des écorces, mais i~ règne encore des incertitudes au sujet de leur véritable structure : Callan et Tutin avaient décelé en 1911 unlalcaloïde amorphe toxique, mais en 1941 ~leyer [M16] isolait et décrivait deux ~aloides cristallisés, la muriclne C10H 21 0,N obtenue sous forme de bromhydrate et la murieinine C 18 H 100.N obtenue sous forme de perchlorate. Ces deux alcaloïdes dérivés du noyau benzyl-isoqulnoléine pourrai~nt être, d'après Meyer {M16) et Manske (M17], des apomorphines. Le fruit contient 87 p. 100 d'eau et 5 p. 100 de matières grasses; sa pulpe est riche en acides aminés dont les deux principaux sont proline et acide y aminobuty rique [V30) ; la graine contient 41 p. 100 d'eau et 17 p. 100 d'une huile jaune. Il a été isolé de l'huie des graines, sous forme d'une masse résineuse, un principe insecticide non alcaloïdique dont la nature chimique n'est pas encore élucidée. Il s'agit probablement selon différents auteurs (Harper, ::-laidu, Mukerjee-Govind) de glycérides, ou encore de plusieurs oxyacides gras de poids moléculaires élevés (539). Ce principe insecticide, rencontré également dans les feuilles et les racines, est thermostable mais ne résiste pas à la saponification par les bases ([H55] 3, p. 120). Pharmacologie. L'extrait de feuilles et tiges préparé par Durand et coll. [D9), administré par injection, a un effet dépresseur passager sur la pression sanguine du chien et autres animaux de laboratoire, etlet attribué à l'acide y aminobutyrique•. D'autre part <:allan et Tnlin avaient constaté en 1911 que l'alcaloïde qu'ils avaient extrait à l'état amorplte de l'écorce était toxique et produisait chez la grenouille à la dose de 3 mg des convulsions tétaniques. Au point de vue activité insecticide Heal et coll. ont expérimenté avec d'excellents résultats les extraits de graines de A. muricata et donnent un tableau complet des résultats obtenus : paralysie, tests d'immersion des blattes allemandes et des punaises de laiteron, tests de prot.ection pour les. tissus, tests vis-à-vis de Aedes aegypli et Anophelus quadrimacuhltus, etc. [H57]. La recherche des propriétés antipaludiques [S95] et antitumorales [A71] sur différents extraits n'a pas donné de résultats significatifs.
• Outre ses propriétés llypotensives, l'acide y aminobutyrique proti·!(e 1<-s mammifères des chocs électriques ou chimiques induits. Sorer et coll. ont montré que l'activité convulsivante de la brucine est modifiée trois jours après l'administration par voie intraprritonéale à l'animal d'une dose de 3 gJkg d'acide y-aminobutyrique (S161].

44

PHARMACOP~E SÉN~GALAISE

TRADITIO( }LLE

. PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

145

Les Annonacées du Sénlgal ont des feuilles alternes, sans stipules et des Heurs rimères. Le Canangium ("\'liang-Ylang) d'origine indonésienne existe dans quelques ardins. Plusieurs Annones sont cultivées pour leurs fruits surtout Annona muricata des ndes et Annona squamosa d'Amérique tropicale Les Annonacées fourniss~nt des huiles essentielles odorantes connues sous difféents noms : Ylang-Ylang ,,canangium odorata Hook. f. et Thomson), muscade de :alabash (Monodora myrütiea Dunal) ; des fruits comestibles : Cachimans et Corosols (divers Annona) ; des condiments: Poivre de Guinée (Xglopia tuthiopica. A. Rich.). >ans différentes espèces d'.lnnona (A. reticulata L., A. triloba L., A. muricata L.) n rencontre les alcaloïdes à noyau benzyl-quinoléine et des matières résineuses.

. - Annona glauca Sebum. et Thonn. var. glauca
VERN. - •wot. dugor mer, dugur mer.

:aractères remarquables ..

Petit arbuste ou arbrisseau ne dépassant pas 1,50 m, fonnant souvent des touffes le plusieurs tiges partant d'une même souche. Les teuilles sont glauques. presque sessiles, glabres ou finement pubescentes à la llCe inférieure, elliptiques, arrondies au sommet, de dimensions très variables, mais n moyenne de 6 cm de long sur 5 cm de large. Fleurs isolées ou par paires sous le pétiole, jaune pâle. Fruits globuleux, jaunes à 11aturité, de 3 à 4 cm de diamètre.

1
labitat.
. .
l

/

f

D est assez commun dans >es sols sablonneux du Cay or, du Baol, du Sine, du Saloum t de la Casamance maritime. Il est rare à l'intérieur ·du Sénégal.
lmplots.

A. glauca est d'un emploi restreint dans la pharmacopée sénégalaise. Les. racines à 1ropriétés diurétiques sont prescrites comme antiblennoragique. Dans le Cayor, on confectionne avec les racines des ceintures pour les jeunes nfants en guise de fétiche protecteur des maladies.

:. - Annona muricata L.
VuLGO. - Corossolier épineux:, Grand corossolier, Cachlmantier. VERN. - Ser., niom. ndélesor ; peul dukumé porto (Pobéguin).

:aractères remarquables.

Arbre fruitier, originaire de l'Amérique tropicale et maintenant cultivé dans ems les pays chauds. Feuilles alternes épaisses, luisantes sur la face supérieure, bovales, oblongues, plus o~ moins acuminées. Fleurs à pétales charnus, valvaires, les pétales internes étant plus petits que les xternes. Fruits pouvant peser plus de 2 kg, ovoYdes, cordiformes, vert-foncé, porllnt de nombreuses épines charnues r~ourbées, non.-piquantes ; pulpe blanche, ucrée et acide, très agré&ble.

• Les deux espèces Annona plauca et A. -senegalensis sont souvent désignées par les mémes oms vernaculaires dans les diférents dialectes sénégalais.

· - - - -.. ~---

-~

,..... ~-

___ ,.,__,.......-:.·····-~~~, .......~.::--...:.:

;.;_':~"·t~-'

•.• ··-

ll!l!lli-•>'~---~,,~,...,r ..

J .... · -

-

...,.,.,..::--·...

~... ·;:.,•.:Mo.'-""'~·.

146

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRAiHT(

llo "ELLE

(

PLANTES MÉDKINALES ET TOXIQUES

147
.;

.

3. - Annona retlculata L.
VuLGo. Cœur de bœuf, Cachirnantier, Corossolier sauvate.

Caractères remarquables. Arbuste ou petit arbre bas branchu, à rameaux dressés, lenticellés. Feuilles glabres ou glabrescentes dessous, lancéolées, acuminées au sommet, courtement cunéiformes ou arrondies à la base, èn moyenne de 10 à 15 cm de longueur sur 3 à 5 cm de largeur avec 10 à 12 nervures latérales ; pétiole de 8 à 15 mm canaliculé à la face supérieure. · · Fleurs crèmes, axillaires avee 3 sépales valvaires et 6 pét.ales également valvaires. Fruits rappelant un cœur de bœuf, d'environ 10 cm de longueur, à épiderme rougeâtre, sans protubérances, mais avec des aréoles anguleuses formant des lignes disposées en réseau. Pulpe blanche ou rougeâtre suivant les variétés. peu sapide, se consommant surtout cuite, additionnée de sucre.
Habitat.

De son côté, Irvine [I8J signale que la suspension aqueuse des graines produit un fort pourcentage de morts sur la punaise des bois (Lecanium). La sève, très âcre et irritante, exsudée des branches coupées, provoque au contact des conjonctives des Inflammations sévères et, d'après Gresho!I, l'alèaloïde isolé par lui des racines serait toxique (in [W2]).

4.- Annona senegalensis Pers.
Vur.ao . .,... Pomme cannelle du Sénégal, Annone. · VERN.• - 1Vol. digor, dugœ,. dugor; ser. dôg, dôb, ndôb, mdôb ;uiand. sumkum, su il kuo : socé sunJ..'ll, sunkuno, sunékuu, sukum; bamb. · dânha, dâka, mâdé susu ; peul dukumé, dukumi, dokumi, dugumé ; dio/a Fogny fulôlok, fulolok ; diola Diembfreng hulolok ; diola Séléki butor ; !loup blolôf ; bal. boré, sungkuo ; mandj. benempé ; mank. barn ; bas. · anogur, anogu ; land. gitumku. Caractères remarquables. Arbuste, ou parfois petit arbre, at~ignant au plus 3-4 rn, à füt gl'êle, contourné, souvent abtmé par les feux de brousse. Feuilles alternes pouvant atteindre l2 cm. sur 8, et même plus sur les rejets, nettement pétiolées, glabres ou pubescente;, elliptiques, arrondies aux deux extrémités, plus allongées que celles de l'A. glawu ; nervures latérales nettement proéminentes dessous. Fleurs jaune pâle axillaires, isolées ou par paires, rarement plus, avec des pétales épais, ceux de la périphérie ayant environ 12 mm de long. Fruits subsphériques, jaunes à maturité, de 4 à 5 cm de lon~ avec les limites des carpell~ d'' une coloration plus foncée.

Originaire de l'Amérique centrale, cette Annone est peu répandue au Sénégal. Emplois. En médecine populaire le fruit de A. reticulala est considéré comme antidiarrhéique et les feuilles comme insecticide et vermicide.
Chimie.

. Gresho!I avait signalé en(1902la présence d'un a:Icaloïde dans les racines, mais ces travaux n'eurent pas de suite. Par contre un alcaloïde défini, l'anonaine, a été isolé des écorces par Santos enl930 avec un rendement de 0,03.p. 100 {S38J èl par Barger en 193.9 avec un rendement de 0,12 p. 100 {B44]. Ce dernier auteur après en avoir donné la structure et achevé la synthèse lui attribue la formule C 11 H 16 ~0. ce qui le classe dans les apomorphines. Un autre alcaloïde nouveau a été isolé en 1959 par Gopinath et coll {G91J sous le nom de réticuline. C'est le 1,2,3,4-tétrahydro-6-méthoxy-2-méthyl-1-vanilly 7-isoquinolinol de formule C 1 ~H 23 NO.•. . Harper à signalé en 1947 la présence dans la plante d'un ou plusieurs glycérides d'un acide hydroxylé insaturé ou d'acides à poids moléculaires élevés {H30]. Toutes leS parties du végétal et particulièrement l'écorce contiennent de l'acide cyanhydrique (Quisumbing in {W2]). Le fruit immature et l'écorce ont une forte teneur en tanin et les graines renferment d'après Naïdu (in (W2J) 42 p. 100 d'une huile fixe.
Phar~nacolojlie.

f

Habitat.

On le rencontre surtout daris le sous-bois des savanes arborées soudaniennes où il est remarquable par ses grandes feuilles (Tambacounda, Casamance)~ Il existe aussi dans les sables paralittoraux, plus ou moins en mélange a,·ec Annona glauca, mais inégalement réparti, depuis le Cayor jusqu'à la Casamance maritime. Emplois. Il est difficile de mettre de la clarté dans l'exposé des usages thérapeutiques de l'Annone tant ils sont variés. D'une façon générale on lui reconnatt dans tout le Sénégal des vertus magiques. Comme elle est de plus très répandue, très connue et très active, elle est pour ces raisons .communément utilisée en médecine populaire et souvent prescrite par les guérissems. La plupart des utilisations concernent l'action antidiarrhéique et antidysentérique des écorces de tiges ou de rameaux f~uillés. On les prépare simplement sous forme de macéré aqueux ou de poudre déla~'ée, soit dans du lait (chez les Peul), soit dans du sanglé (chez les Wolof1, avec quel·luefois addition d'un kola blanc. Les feuilles et les racines sont considérées comme étant dotées de propriétés fébrifuges, antitussives, sédatives des a!It'dions respiratoires, décongestionnantes, antiseptiques, diurétiques, antiinfectieuses, cicatrisantes, décontracturantes, etc., d'où leur emploi dans le paludisme, les maladies respiratoires (du coryza à la pneumonie), les oreillons, les· maladies oculaires, Je; dermatoses, les ulcères, les rhumatismes, la blerinorragie et autres manifestatiom pathologiques. Les Peuls considèrent la poudre d't"corce comme un médicament de choix chez la femme pour combattre la stérilité et accroître la sécrétion lactée. Les Diola insistent surtout sur les résultats obtenus par yoie interne et externe dans les rhumatismes et les douleurs articulaires (en y associa!lt V varia chamae); les Wolof utilisent plutôt les racines seules comme fébrifuge, ei. avec de nombreuses autres drogues, comme

On a signalé les propriétés antiscorbutiques de la plante (Lévy), les propriétés astringentes de l'écorce et l'action anthelmintique des feuilles (in {W2]). Des expériences pratiquées par Tattersfleld {T17] ont confirmé que -4. muricata se comportait comme un insecticide de contact vis-à-vis de M acrosiphonl'lla san bornia et que les graines, tiges, feuilles, racines étaient plus toxiques que œlies des trois autres espèces d' Annona• • ; toutefois la toxicité de la racine de ~-t. mwiall.a vis-à-vis de Aphis :rumicis est nettemeRt moindre que celle de Derris elliptica. Ces propriétés seraient dues, d'après Harper, àla présence du ou des glycérides présents dans la plante ; d'autre part comme pofson stomacal et comme agent o'icide les effets sont faibles et en général le pouvoir insecticide ne possède ni la puissance ni l't'tendue de la roténone.
• La réticuline, rattachée par conséquent au groupe benzylisoquinolin<. a par la suite été décelée dans d'autres plantes. On sait maintenant qu'elle joue un important roi" dt corps précurseur dans la synthèse végétale de nombreux alcaloïdes comme la morphine ~:lkz le Pavot. •• Cf. Annona muricata, p. 144.

• Cf. note concernant .-\nn->na glauca.

~~,,.,

. ,.._.,..,

-~··-~·

-~

-·-- ..

-~

...........

--

----~-

~~!.-4~'iJ.IIf ___•

.,_,..._......_....-.,.:~,

~~~,M,.,........,....,v·•~··

j,

:~.···t~.~,.,~

··p. ..... ( ....

'fil: ........~

(
148 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOlliNELLE antisyphilitique dânl! le traitement du d.iangara Cayor. Les fruits comestibles ne sont pas utilisés en thérapeutique. En bref A. senegalensis est oonsidérê comme une panacée pour son action propre, pour son action syne:rgétique et pmr ses vertus magiques. Chimie. Persinos et coll. ont recherché 1ans succès dans les racines, alcaloides,saponines et flavonoïdes [P100]. Par contre ùs ont obtenu pou_r les écorces de tige de l'espèce nigériane des réactions positives pvur la présence d'alcaloïdes, de tanins et de saponosides {P85). · · Mackie et coll. ont étudié les feuilles dans lesquelles ils ont mis en évidence rutine, quercétine et quercitrine [M30). · Mackie et coll. ont également é!:udié la cire des feuilles {M29, M30J dont ils ont séparé deux fractions : l'une dUJe (0_23 p. 100) ou «cire dure •, l'autre molle (1,25. p. 100) oil « baume •· La première donne après saponification des« acides cérotiques • en C11;C10 , c.., de la palmi1one ton hentriacontanone C,,H. 20), et un mélange d'alcools en C10 (20 p. 100), c. (4'J p. 100), C1, (40 p. 100). La fraction molle ou « baume " dorme après saponification les acides saturés en c.., c,., C1,, les « acides cérotique~ •, les acides monoléfiniques ea c .., C11, C,. avec de la palmitone et du sistostérol. Pharmacologie. Selon Mackie et Misra, le baume serait la fraction active. Il se montre efficace contre les Sclerostomes aux diflérèmts stades de la vie et les dérivés sesquiterpéniques pourraient avoir des propriétés l~icides [M29). 1
1

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

149

39,3 p. 100 d'une huile siccative et 0,56 p. 100 d'une résine neutre cotitenant un principe acre [G 27, N 19]. Pour Villanueva (V7] il n'y à pas de tanin dans feuilles, écorces, racillles, fruits, mais Gitbens (G28) en signale dans les racines. D'autres part Irvine [18) ~t Quisumbing (in (W2)) ont obteriu des tests positifs concernant la présence d'acide ~yanhydri­ qut dans feuilles, écorces et racines ; les tests sont négatifs pour la pulpt des fruits et lt'gèrement positifs pour les graines. Reyez et Santos [R19j, en 1931, ont isolé des feuilles une base blanche poudreuse anc un rendement de 0,4 p. 100 (en chloroplatinate) et de la plante O,tll43 p. 100 de !"alcaloïde anonaïne. Selon une note de l'V. S. Department of -~gri:ulture de féwier 1954 [W6) Wall n;aurait pas trouvé d'alcaloïdes dansles feuilles, ni dans les fru[ts. Par contre Tsang-Hsiung Yang et coll. en ont isolé sept des racines de l'espèce chinoise [T79). Pharmacologie. Les graines, feuilles, racines de A. squamosa, comme celles de A. reliculata. possèdent propriétés insecticides (H571• et, selon les tests pratiqués par Saha et coll. [S85), ellts auraient une action ocytocique. La toxicité de la résine des graines e1t disèutée. Pour certains auteurs la plante donne des tests antibiotiques positifs avec le Staphljlocoœus aureus et Escherichia coli [04) ; pour d'autres les tests antibiotiques sont négatifs (K6). Dans la note de l'U. S. Department of Agriculture signalée ci-dessus. Wall-fait état de la négativité des tests hémolytiques pratiqués avec les feuilles e1 les fruits. La fraction soluble dans l'eau de l'extrait alcoolique des feuilles a été étudiée au point de vue pharmacologique par Sarfraz Siddiqui (S39] :·l'action sur· le cœur et le duodénum du lapin et sur la pression artérielle d'animaux anesthésiés mootre que la substance active ressemble ~ueoup à l'adrénaline. La dibénamine et l'ugotamine in..-ersent et inhibent ses prppriétés. Les extraits aqueux et éfhanoüques provoquent un effet spasmogène sur l'intestin de cobaye, spasmolytique sur le duodénum de lapin,· stimulant sur L"utérus de rate ; ils montrent également une activité cardiorespiratoire chez le cha1 [B200).
de~

5.- Annona

squ~tmosa

L.

f

VuLGo. -Pomme canneUe. Caractères remarquables. Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 ::n tres branchu à rameaux lenticellés. Feuilles glabres, vertes, légèrement glauques, ovales, criblées de petits points translucides, aigùës au sommet. Cé urteruent cunéiformes à la hase avec 6 à 8 paires de nervures latérales ; limbe en m('yenne de 14 cm de longueur sur 6,5 cm de largeur avec un pétiole de 10 à 15 min. éplllisi à la base et aminci sur la moitié ou les 2/3 supérieurs. Fleurs blanc-crème, axillaires. iwlées ou par deux, pendantes :à l'extrémité d'un pédoncule de 10 à 15 mm ; 3 sépales ,-alvaires, lancéolés, de 2,5 cm de longueur ; 6 pétales plus courts. Fruits subsphériques ou ovoïdes ·ie 6 à 10 cm de diamètre ; épiderme vert glauque ; surface fortement mamelonnt>e, c·haquf' mamelon représentant un carpelle soudé aux voisins et contenant une graille. Pulpe blanchâtre farineuse et sucrée. Habitat. Originaire de l'Amérique tropicde, il est un peu cultivé dans les jardins des environs de Dakar et en Casamance. Emplois.

6.- Hexalobus monopetalus (A. Rich.)

En~l.

et Diels var. monopeta-

lus.
SYN. - Uvaria monopelala A. Rich. Hexalobus tomenlosa A. Rich. VERN. - Wol. sâter (Sibire) ; ser. sékor (Sébire) ; (alor yugut: (Sébire) ; mand. kundé ; bamb. fuganà ; peul, loue. boili, · koeli, koilt' : diola Fogny kayes sako ; bas. apéhi Caractères remarquables. Petit arbre de 7 à 8 rn, à fût contourné ; écorce beige claire, profondénent striée, plus ou moins lamelleuse, fibreuse ; frondaison évasée ou allongée, irrégU:ière. Feuilles de 10 cm de long sur -4 cm de large, alternes, distiques, oblongue~ lancéolées, aromdies aux deux extrémités. pubescentes à la face inférieure. Fleurs isolées ou groupées par deux ou trois à l'aisselle des feuilles. Pétales jaunepâte ou blanc crème, fripés, de 2 cm de long. Fruits oblongs disposés tn étoile ou couronne par deux à cinq, parfois solitaires par avortement, de 3 à 4 cm de long sur 2 cm de diamètre, rougeâtres à maturité, contenant cinq à six graines pla{'~es longitudinalement. Habitat.
il est commun dans toutes les forêts et savanes plus ou moins boisée-s S(ndaniennes. Il Cie dépasse guère le parallèle de M'Bour.

A. squamosa trouve en médecine ;_JOpuJaire les mêmes applications que _4.. reticulata. Les feuilles sont en outre utilisée~ quelquefois comme topique dans les dermatoses.
Chimie. Les feuilles vertes contiennent (,08 p. 100 d'une huile verte d'odeur agréable qui a été étudiée par Compton (in (Wl]). L~ graines renferment, selon les auteurs 14 à

• Cf. Annona reticulata et A. "'!fUamll.'la, pp. 146 et 148.

'~·......,...

--·

""'·

r"'"'!"-

..;..

.

...;:··";~--~~~---·g_ ---~·
.

--·'1#'!1U>t

•:-llli4:Q:4__ ,. l

_!;:~_..,-_,.,..;; -~~

!.·"'!@

4

:;...,.,.......~!Or_..._, . . . ;.,.

11 i.

~·--·!UAlJ!P-~-of+•__,..:....,

.,..-o

...._,., ._,_,.,,.
151

(
Chimie.

(

150
Emplois.

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO •• N"ELLE

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

Quoique H. morwpelalus soit considéré comme une drogue secondaire, on recom~ mande le décocté de feuille (souvent additionné de sel ou de jus de citron) comme béchique, expectorant, excitant et fluidifia:itt des sécrétions bronchiques. D'autre part, les préparations d'écorces ne produisant ru constipation, ni diarrhée sont prescrites dans les coliques; tandis que le décocté de racines est recommandé comme laxatif. Les fruits comestibles ne sont pas utilisés en thérapeutique.

Avec les racines et les écon:es de tige de l'e&pèce nigériane Pel'li.nos et coll. ont obtenu une réaction positive concernant la présence d'alcaloïde (pa: chromatographie en oouche mince selon la technique de Farnsworth et Euler) et la présence de tanin [P85).
Spra~.

8.- Uvaria thomasii

et Hutch.

7. - Uvaria cbamae P. Beauv.
Unona macrocarpa Dunal, Uvaria cglindrica Sebum. et Thonn. Uvaria cristata R. Br. ex Oliv., Uvaria nigresœns Engl. et Diels, Uvaria echinala A. Chev. VERN; - Wol. hasao (Sébire), sedada (&rhaul) ; ser. yidi (Berhaut), mbélam ; mand. sâbéfitJ, sâbifitJ, sâbafimô ; peul kélel'l baley (kélen noir), boélénimbo; diola buriay (Berhaul) ; diola Pogny furay, fuléyo, fuléafo, fuléyo afu ; diola Séléki buhal baré ( = buhal femelle) ; {loup, diola Séléki buléo; diola Pte bananaru (banane de singe) ; bain. sikaral; mank. boguna ; bal. sézei.
SYN. Caractères remarquables:

VERN. - Diola Séléki buhal bainé ( = b~hal mdle). Cet Uvaria nous a été siguàlé en Casamance dans la région Brin-Séléki pour l'action favorable du décocté de feuilles dans les coryzas et les, enté:algies.

9. - Xylopia aethiopica (Donal) A. Rich.
VuLGO. - Poivrier d'Ethiopie, Poivrier de Guinée, Pohrier de Sédhiou•, Poivrier nègre. SvN. - Unona aelhiopica Dunal, Xylopia eminii A. Che-.-. VERN. - Wol. nder, ndar ; none haledé (Sébire) ; mmd., socé kani ; peul gili, gilé, gilé bélé; diola baslev (Berhaut); didLJ. Fogng buheo, ~lebo ; {loup kaleo ; mandj. brobleké ; créole malagmta preta (Dalziel). Caractères remarquables.

Arbuste plus ou moins sannenteux atteignant 4 à 5 m, mais plus souvent buisson · Feuilles alternes, oblongues, elliptiques, obtuses ou cunlîformes à la base, obtusément acuminées au sommet avec des poils étoilés très fids à la face inférieure, bien visibles chez les jeunes feuilles. Elles contiennent une essence au parfum poivré qui s'exhale lorsqu'on les froisse, propriété pennettant d'identifier facilement l'espèce. Fleurs axillaires, jaune crème, avec des pétales presque circulaires ou oblongs de 14 mm de long. Fruits à plusieurs carpelles libres grossièrement cylindriques, arrondis à l'extrémité, lisses ou plus ou moins muriqués, brun verdâtre. Nombreuses graines à albumen ruminé.

à rameaux enchevêtrés.

Arbre de ~ à 15 JI• au ftU généralement droit, élancé, avec ute écorce lisse ou finement stfi~e. . . Feuilles elliptiquti;, régl!lièrement acuminées au sommet, obtuses ou arrondies à la base, atteignant plus de 15 cin chez les rejets ; limbe épais. gras au toucher, glauque à la face supérieure ; nervure médiane très large, vert clar ; nervures secondaires peu marquées. Fleurs blanc verdâtre parfumées, les pétales extérieurs atteigrunt 5 cm de long. Fruits à nombreux carpelles (12-15, ou plus), cylindriques, linéill'es, de 4 à 5 cm de long disposés en capitules et fonnant des bouquets de 12-20 capsules bacciformes. Habitat.

/

i

Habitat.
Il est commun dans les sols un pel! frais de toute le Casamance. On le rencontre aussi aux environs de Dakar à proximité des niay et dans quelques galeries soudaniennes humides. II est rare dans les savanes boisées sèches, mais existe encore dans les vallées et dépressions soudano-sahéliennes.

X. aelhiopica est une essence guinéenne localisée dans les sols brmides ou marécageux. Assez commun en Casamance maritime, il suit les galeri~ soudaniennes toujours fralches et se trouve encore exceptionnellement dans les nily les environs de Dakar.
1.

Emplois. C'est une espèce particulièrement appréciée des guérisseurs diola, peul et sérer qui ont souvent chez eux en réserve une petite provision de racines. En pays Firdou et Fouladou, il est courant de trouver chez les notables des fragments de racines achetés fort cher à des Diola qui en font le commerce à travers la Casamance depuis la Guinée portugaise jusqu'à la Garribie. On comprend dans ces conditions la réputation de panacée dont jouit la drogue en médecine .populaire, plus précisément en médecine de riches où elle est recommandée surtout pour les états adynamiques et la sénescence. · Les guérisseurs prescrivent le décocté de rameaux feuillés par voie externe comme antiseptique oculaire et par voie interne comme fébrifuge calmant des toux spasmodiques et des affections bronchiques. Mais ce sont surtout les préparations de racines qui sont employées, chez la femme en qualité d'antiaménorrhéique et antiecbolique, chez les enfants en qualité d'antirachitique. Les racines et les feuilles sont encore utilisées pour la cicatrisation des plaies ét constitueraient, en mélange avec les mêmes organes d' Annona senegalen&is, un remède puissant des douleurs abdominales intercostales et rénales.

Emplois. C'est une espèce très connue dont les fruits utilisés comme conttiment aromatique sous le nom de poivre de Guinée et comme antitussif sont en vente sur tous les marchés du Sénégal. · Les fruits sous diverses formes, mais généralement pilés avec }ts graines, ont des propriétés révulsives mises à profit dans le traitement externt' des rhumatismes. Consommés, en association avec Cassia occidentalis sous forme de rn1céré ou de décocté aqueux, ils sont considérés comme stimulant aphrodisiaque. En Casamance on les utilise aussi, avec des fragments de racine pour purifier et épurer par brassage, puis repos, les eaux bourbeuses puisées aux marigots et réparties d.ms des calebasses ou des canaris de terre cuite. Les racines, très odorantes, sont employées en décocté per os c:omme vermifuge, en rinçages et lavages buccaux comme antiodontalgique.

• En Casamance.

--~

••-Oiioo.o•·~-

............ ~
"

••v

..
152 Chimie.

~~·· • .

•"If;;

· - - <!lt•...-..,.....,..,.._...:-

-·"""'-·-·!··.......,.,z

**'f*""~·-...,.'~

.. -

~,.;,·~

Agir

t

-44A:~---~.......... ,...

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOr>o( .

~LLE
Emplois.

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 153

D'après les travaux anciens rapportés par Greshoff en 1900 la plante contiendrait un alcaloïde l'anonacéine dont l'action serait comparable ·à .celle de la morphine; mais pour Wehmer [W3] l'anonâcéine serait un glucoside des graines, lesqueHes renfermeraient en outre une huile volatile (dorante, une huile fixe et de la rutine. Des travaux en cours de Ekong et coD. pratiqués sur des fruits du Nigeria ont montré la présence d'un certain nombre d~ composés, les uns connus, les autres nouveaux: 1° un nouvel acide diterpénique .dénommé acide xylopique dont la structure a été établie : c'est l'acide .15 ~-acétoxy-(- )-kaur-16-ène-19 oique; 2° deux composés alicycliques ; 3• deux alcools diterpëniques dont l'un, connu est le kauran-16 <X ol, l'autre nouveau étant actuellement à l'étude ; 4° deux acides diterpéniques,. l'acide kaurénoïque (isolé antérieurement du Ricinocarpus stylosus) et un acide nouveau l'acide 15-oxo-kaurénoique; 5° plusieurs fractions de graisse et d'huile. Enfin les mêmes auteurs ont retiré de la fraction soluble dans l'éther de pétrole une huile essentielle incolore et parfumée avec un rendement de 2 p. 100 (08, E18, E39]. . . Ogan en 1971 a isolé de t•huile essentielle le curninal ou isopropylbenzaldéhyde [032]. Balland en 1903 avait dosé les huiles esse:atielles et avait trouvé 2 p. 100 pour la totalité du fruit, 6 p. 100 pour la gousse seule et 1,3 p. 100 pour les graines [B141). Mackie et Mieras ont dosé en 1961 les acides gras des amandes et donnent comme pourcentages pour les acides en C3 : 0,3; en C1• : 38,6 ; en C 11 : 0,3 ; en C. 18 : 9,1 ; en C11 : 3,6 ; en C 18 H .. : 41,6 ; en C18H11 : 3,2 ; en C 18H 18 : 3,3 [M96]. Pharmacolo!lie.

Cette espèce, dont les fruits, d'après Dalziel, seraient connus sous le nom de poivres de Sédhiou, nous a été signalée umquement dans la région de Brin-Séléki où on utilise en boisson le décocté aqueux réalisé à parties égales de racines et de feuilles, comme béchique et expeCtorant. Pharmacodynamie. La recherche de l'activité antibiotique vis-à-vis des organismes Gram + pratiquée sur des extraits aqueux de fruits et d'écorces de tiges de l'espèce ni11érianea donné des résultats négatifs' [M130).

8. -

APOCYNAC~ES

Dans l'état actuel de nos connaissances, reul l'emploi condimentaire est à retenir 1 [P140). 1 Les extraits de fruits présentent une œrtaine activité contre les:· organismes ' G1·am + : Sarcina luteà et Mycobactuium phlei [M130). r

10.- Xylopia parviflora (A. Rich.) Benth.
VULGO. - Poivrier de Sédhiou•. SvN. - Uvaria parviflora A. Rich., Xylopia vallotii Chipp. ex Hutch. et Dalz. VERN. - Diola bulev beyné (Berhaut) ; diola Séléki bosobul biébu.

Caractères remarquables. Petit arbre ou arbuste de 2 à 3 rn, ramifté presque dès la base, à. rameaux tourmentés. Feuilles ovales-elliptiques, plutôt obtus~ au sommet ou légèrement acuminées, arrondies à la base ; limbe mince de 5 à 6 ~rn de long et 3 cm de large, pubescent lorsqu'il est jeune. Fleurs jaune verdâtre avec souvent une tache rougeâtre à la base des pétales. Ceuxci sont linéaires, élargis à la bas.e, les externes pouvant atteindre 3,5 cm de long. Fruits à carpelles peu nombreux (3-4) d environ 3 cm de long et 1 à 1,5 cm de diamètre, irrégulièrement cylindriques, verts à maturité mais rouges à l'intérieur. Graines verdâtres. Habitat. Petit arbre guinéen qui est localisé dans J~s lieux humides (sables littoraux, marécages) de la Casamance maritime. Comme J~ X. aethiopica il longe les galeries et les bas-fonds de la région soudanienne. Il n'e~~ pas très commun.
• Sédhiou est la préfecture du département de rrème nom de la Casamance. Le nom de • poivre de Sédhiou • souvent conf<•>du aV<'C celui de c poivre de Guinée • se rencontre dans les relations anciennes de voyages <'Il «:tués <'n Sénégambie et a été repris par divers auteurs (Sébire, Dalziel, Jumelle).

Les Apocynacées sont des plantes à latex (laticifères vrais) surtout abondantes dans les régions intertropicales, mais rares dans les zones tempérées. Les feuilles sont simples et entières, généralement opposées sans stipules ; les fleurs gamopétales, actinomorphes et hermaphrodites sont à corolles tordues, à carpelles souvent libres dans leur région ovarienne. . Les Apocynacées sont bien représentées au Sénégal par quinze genres comprenant des lianes des arbustes et des arbres. L' Adenium obesum est essentiellement sahélien, mais les autres espèces sont plutôt guinéennes. D'autre part de nombreuses plàntes de cette famille ont été introduites comme plantes ornementales dans les jardins et les avenues : Allamandaf Catharanthus, Nerium, Pluineria, Thevetia. La famille des Apocynacées avec ses 155 genres et son millier d'espèces occupe une place de choix dans la matière médicale et la première dans la phannacopée africaine. Si la découverte de l'ouabaïne par Arnaud au siècle d.ernier avait attiré l'attention du monde savant sur les Apocynaéces africaines, celles-ci, jusqu'à ces dernières années, ne furent prises en considération que par un nombre limité de chercheurs. Mais depuis la :découverte en 1952 de la réserpine dans les Rauvolfia, elles ont fait dans le monde entier l'objet de travaux considérables et ont pris largement le premier rang des familles étudiées par les chimistes, les pharmacologistes et les cliniciens. Selon la nature et les propriétés des principes actifs mis en évidence on peut distinguer deux grands groupes d'Apocynacées : - Celles qui renfennent des hétérosides cardiotoniques (Strophanlhus, Thevelia, Laurier-rose) ou cardiotoxiques (Adenium) provenant tous de génois stéroidiques à noyau cyclo pentanophénanthrénique dérivés du cardénolide en C23 • - Celles qui renferment des alcaloïdes soit stéroïdiques, soit indoliques. Les premières (Holarrhena, Funtumia) peuvent posséder des propriétés thérapeutiques particulières importantes comme l' Holarrhena mais peuvent aussi servir de matières premières pour l'hémisynthèse des corticostéroïdes. Les secondes possèdent des propriétés importantes souvent hypotensives (Rauvolfia, Alslonia), cardiotoniques (l'oacanga), sympathicosténiques (1 boga), antitumorales (Pervenche de Madagascar). C'est aussi dans cette famille qu'on trouve les espèces africaines à caoutchouc, arbres (Funtumia) et lianes (Landolphia).

1.- Adenium obesum (Forsk.) Roem. et Schult.
VuLGO. - Baobab des chacals, Faux Baobab. SvN; - Nerium obesum Forsk., Adenium honghel A. DC. VERN. - Wol. guy sidéri (Berhaut), lisugâ, lisugar; mal. kulukuruné, kakalasita, sita kolokuru, kongosita, tukala sitâdi (Aubréville), fukala sitâdi ; sar. kidi sarané, fama ; peul, toue. lekki pôuri (Aubréville), darbugé, darbogel, darbugôl, darabuki, darbuki. ...-.,

..,_

-~

................

- ..
.. ~

-~---

..~

~,.,-·.--:~~~:-.. ....,...~

.""' ...__,...,.:."'.,. .• .......,..

IL$;a±

1

~-.:·-~-:.:· .-~...-...,

--~~ --·:v--.""".AI·"~......,. ~~---...::...,..,...,... .._"',.c~.;;' ''"""::~.'!'11'-'!l'•~lt. ..

b:

fi'

":~

(
154
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TR\DITIONNELLE
Caractères nDtarquables.

('
t>LANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 155 Cette espèce est caractérisée vraisemblablement par des races chimiques différentes et à ce sujet Frèrejacque fait remarquer que l'honghéline qu'il a obtenue à partir de J'espèce sénégalaise est constituée par l'union de D-thévétose et d'une molécule de digitoxigénol alors que Reichstein et ses coll., à partir d'un échantillon du Nord Nigeria, ont obtenu des digitaliques dont le génol est l'oléandrigénol (F41). Pharmacolollie.

Arbuste de 3 à 4 rn, au tronc épais, succulent, renflé à la base, atténué vers le sommet, avec de. nombreux rameaux tortueux dressés. Ecorce lisse, brun pâle, brillante. Feuilles placées à l'extrémité des branches mais présentes seulement en saison des pluies ; limbe d'environ 10 cin de long sur 3 cm de large, épais, glauque, glabre, elliptique, spatulé, élargi en un sommet arrondi. · Petites cymes terminales de grandes fleurs roses, c.unpanulées, de 5 cm de long, apparaissant en saison. sèche lorsque la plante est défe-uillée. Elle est alors très ornementale et se remarque. de loin. Follicules allongés, groupés par deux, finement pubescents, dirigés vers le bas, de 20 cm de long sur 1,5 cm de diamètre. Graines avec·des touffes de poils a1,1x deux extrémités. Habitat. C'est l'esp.èce la plus décorative du Sahel ; elle se rencontre plutôt isolément, parfois en petits groupes dans les sols compacts. interdunaires. Exceptionnellement elle forme de véritables peuplements clairs dans la région de Bakel à Kidira, en association fréquente avec Acacia seyal. Emplois.

A. obesum est classé dans les drogues cardiotoxiques. En raison de sa toxicité et de celle de ses constituants son étude pharmacologique n'a guère été poussée. Le co~plexe hétérosidique se comporte comme un poison cardiaque avec tme action analogue à la digitaline mais avec des effets particuliers· sur le système nerveux central et sur le myocarde (P12, C11).

2.- Alstonia boonei De Willd.
Alstonia congmsis (de FWTA). Mand., peul Fouladou bâtâforo ; peul légéré (Aubrévil/e) ; diola budafélèk, butétup (Berhaut) ; bain. tigog ; mandj. bikes.
SvN. YERN. :-

Caractères remarquables.

A. obesum est bien connu dans·son aire de dispersion pour sa toxicité en relation avec son action cardiaque. On reconnaît _que le latex servait autrefois comme poison d'épreuv;et poison de pêche, mais à travers les réticences des informateurs on pe~ supposerqu'il trouve encore de nos jours son emploi dans certaines ordalies et manœuvres d'éxoreisme. f On ne l'utilise guère comme médicament à usage interne, mais son usage est fréquent pour les dermatoses, dans le traitement du psoriasis et celui des phtiriases. Le mode d'emploi consiste à pratiquer avec le macéré aqueux d'écorces des frictions suivies de bains.
Chimie. Les études entreprises sur ce végétal dès 1909 par Perrot et Leprince n'aboutirent pas à l'obtention de corps cristallisés, mais mirent néanmoins en évidence la présence d'un mélange cardiotoxique qui fut dénommé adénüne [P12, Lll). Il faut ensuite attendre les travaux de Frèrejacque en 1949 pour connaltre le premier hétéroside cristallisé obtenu à partir d'un mélange de racines et de tiges du Sénégal (région de Saint-Louis) fourni par l'IFAS de Dakar. Frèrejacque ayant obtenu cet hétéroside avec un rendement de 3 p. 1 000 l'appela honghéline (maintenant honghéloside) et lui donna sa formnle exacte C,.H..0 8 (Ft, F45). Il possède comme génol le digitoxigénol et comme sucre le D-thévétose. A partir de cette époque de nombreux chercheurs dont les Suisses Schindler, Hesse, Hunger, Reicbstein étudièrent tiges et racines de A. obesum et purent en extraire sept hétérosides dénommés honghélosides A, B, C, D. E, F, G. Tous ceux dont on connalt la formule dérivent du cardénolide en Cu (H'!!9, H90, S155). Citons : - Honghéloside A C12 H .. 0 0 (0,5 p. 1 000 dans les tiges, 0,15 p. 100 dans les racines) donnant par hydrolyse oléandrigénol et D<ymarose. - Honghéloside B C08 H ..0 14 (0,8 p. 100 dans les racines) qui est le digitalhmm verum ou ·digitaline ou digitaloside, donnant par hydrolyse gitoxigénol, D-digitalose et glucose. - Honghéloside C C, 8 H 680 14 (0,08 p. 1 000 dans les tiges, 0,02 p. 1 000 dans les racines) donnant par hydrolyse oléandrigénol, D-cymarose et glucose. - Le 16 anbydro-digitalinum verum c •• H ..0 13 donnant par hydrolyse le 16anhydrogitoxigénol, D-digitalose et glucose .. - Honghéloside G C..H.,O, ou somaloside, donnant par hydrolyse digitoxigénol et D-cymarose.

Grand arbre atteignant exceptionnellement 30 m en Casamance, fdt droit cylindrique, à. écorce foncée, presque lisse ou finement fissurée, laissant couler par ·entaille un latex abondant. Feuilles verticillées généralement par huit (ou moins), d'environ 15 cm de ~ong sur 7 cm de large, obo,·ales, arrondies au somm,t, cunées à la base, avec une trentaine de paires de nervures latérales se réunissant avant le bord du limbe. · Inflorescences terminales très garnies de fléurs blanchâtres, par paires ; calice villeux ; tube de la corolle d'environ 9 mm de long. Fruits en follicules linéaires, groupés par deux, atteignant 50 cm de long et 5 mm de large, villeux. Habitat. Arbre guinéen, épars dans les boqueteaux de forêt dense de la Casamance maritime. On peut le rencontrer également à proximité des galeries marécageuses de la moyenne Casamance et très rarement dans les galeries sou daniennes du Sénégal oriental. Il existait il y a quelque temps encore dans les niay des .enviro~ de Dakàr, mais les défrichements J'ont fait disparaltre. Emplois. Etant donné l'habitat de l' Alstonia, ses usages thérapeutiques sont évidemment limités à la Casamanœ où l'écorce est considérée comme fébrifuge, antipaludique et antientéralgique. En usage externe les feuilles, plus précisément le suc exsudé des feuilles par expression, servent à la désinfection des plaies tandis que le latex de l'écorce est utilisé en médecine infantile pour le traitement de différentes éruptions cutanées. , Chimie.

*

On ne trouve pas dans la littérature chimique mention de A. boonei pour la raison qu'il a été souvent et longtemps confondu avec A. congensis Engl., y compris dans Flora of West tropical Africa. Ces deux espèces africaines botaniquement très affines, possèdent vraisemblablement les mêmes principes actifs et il n'est d'ailleurs pas exclu que des échantillons de A. boonei aient été étudiés sous la dénomination de A. congensis. Aussi. en tout état de cause, peut-on rapporter ici nos connaissances sur A. congensis.
• CL Addenda, p. 800.

,,

~""---r""'"'"~"""

.... -~.-~;·~--...;:~~~-.~,~--·~,li, .•

~~

~,·,..,~-~""·~

-

1

-,m

v ...,..ü ·.,... ,._..:---"'

---,~-,_~.,nit

·.' ar.t.a_~ÂM*

.·wn__

:---~

"'-i"

56

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TR.-\DITIO[l!:LLE

( . • 'LANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

157

L'écorce est riche en alc:aloides indoliques. Dans différents échantillons africains s teneurs en alC{lloldes totaux sont de 0,38-0,56 p. 100 au Ghana, 0,18-0,31 p. 100 Nigeria, 0,18 p. 100 au Cameroun [S106, G44). L'alcaloïde· principal est l'échimine ou ditaine C.OH.,O,N~ dont la structure a été donnée par Hamilton en 1962 1 [M18) ge éd.). D se rencontre dans les échantillons cités ci-dessus aux taux de 18-0,34 p. 100 (Ghana), 0,03-0,04 p. 100 (Nigeria) et 0,09 p. 100 (Cameroun) [S106). Une base voisine l'échitamidine de formule C..,H,.01 N 2 a été isolée en faiblequané par Goodson [G62)*. A côté. des alcaloïdes, ont· encore été mis en évidence dans les écyces des alcools terpéniques : f:l-amyrine et lupéol [M2]. Le Men et Pourrat ont dosé dans les feuilles sèches d' Alstonia congensis 4,2 p. 100 1 triterpénoides bruts et 2,4 p. 100 d'acide ursolique purifié {L68]. Selon Githeus (in [W2) p. 80) la racine et les feuilles renfermeraient un autre calolde isolé dans dillérents Alstonia, la ditamine, dont la formule serait, d'après enry, C 11 H 1,02 N ([H20) p. 720). D'autre part lsta.s et Hontoy ont trouvé dans le bois de l'espèce du Congo Kinstsa 0,84 p. 100 de tanin [118]. '

longtemps considéré comme un corps inerte sans propriétés pharmacologiques. Comme le signale Boiteau à qui nous empruntons les données sur cette question, le développement des recherches sur les propriétés physiologiques des triterpénoldes a attiré actuellement J'action des chercheurs sur l'acide ursolique [B126]. Il est peu toxique, mais on manque d'études détaillées à ce sujet. Toutefois on a constaté son absence de toxicité dermique•. Il possède des propriétés minéraloactives caractérisées par une activité vis;à~vis de la balance. des électrolytes chez le rat surrénalectomisé. L'acétate ursolique (3 mg) provoque une rétention du sodium de l'ordre <le celle que provoque 3 11-g de « DOCA • (désoxycortone) et une excrétion de potassium significativement supérieure [W38). L'acide ursollque est absorbé par la muqueuse intestinale et se retrouve dans la bile dès animaux. ·n partiCipe à la circulation entéro-hépatique et joue un rôle chola~ gogue. • L'acide ursolique est dépourvu d'activité hormonale et son activité antibiotique est controversée (in [B126)).

3.- Baissea multiflora A. DC.
SvN. - Baissea caudiloba Stapf, Baissea heudelotii Hua, Baissea multiflora var caudiloba (Stapf) Stapf VER.'!. Wol. dam _tap ; ser. ngutin ; bamb. kunda ninôbo ; mand. salamlibo, salanôbo ; peul rialâporé, salanôbo ; dio/a Fogny, diola Tendouk bufembéfol (la liane), sikénay, sifemb (le fruit) ; bain. kikof kidigen ; mandj. bépélam ; bas. ékuden. Caractères remarquables. / '
t

lllrDlllCOloAie.
ORGANES.

A J'occasion d'une étude sur les falsifications de 1'Holarrhena flori bunda, Mlle Schmit testé l'écorce de tronc et le fruit de A. congensis au point de vue toxicité. L'écorce t peu toxique: l'injection de teinture, correspondant à 10 gfkg de drogue ne proque en 18 h qu'une seule mort sur 10 souris. A la même dose, la teinture de fruits nne 6 morts sur 10. Par ailleurs l'infusé de fruits correspondant à une dilution 0,125 g de)frogue pour 100 ml d'eau n'a aucune action en 10mn sur le poisson lige Ides mdanotes [S2). La grande riputation d' antimalarique des Alstonia dans les pays tropicaux est telle e les écorces d'A. scholaris et A. constricia furent inscrites à la Pharmacopée brimique en .1914. Chopra signale qu'à J'hôpital de Manille les écorceS de A. scholaris donnèrent lieu me expérimentation très satisfaisante. Aux Indes des essais pratiqués sur 14 palums provoquèrent chez ceux-ci un retour de la température à la normale en un nps très court sans perspiration ni fatigue, un tràitement de quelques jours étant lisant pour guérir les patients [Cll). Par la suite des tests pharmacodynamiques pratiqués sur des oiseaux et des singes (laludés ne permirent pas de tirer des conclusions, l'action favorable dans les illeurs cas se révèlant faible ([Cll) p. 277 ; [H20) p. 720).
!0
ECHITAMINE.

Liane sal'menteuse atteignant 10 à 15 m sur les ~rbres tuteurs avec de nombreux rameaux .torsadés, pubescents, ferrugineux. i Feuilles opposées, ovales, de 6 cm de long sur 3'è'în de large, arrondies ou tronqué_es à la base, quelquefois légèrement cunées, acuminées au sommet, pubescentes à la face inférienre surtout quand elles sont jeunes ; angles des nervures médianes et latérales fréquemment garnis de touffes de poils. Panicules de cymes axillaires ou terminales abondamment fleuries, généralement en saison. sèche, pendant la défeuillaison. Fleurs blanches ou blanc rosé, de 2-2,5 cm de long. Follicules linéaires cylindriques, par paires, atteignant 60 mm de long sur 8 mm de· large, pendants, contournés à maturité. Graines munies d'une aigrette. Habitat. Commun en Casamance, B. multiflora se raréfie lorsqu'on s'approche du Sahel. Irrégulièrement réparti dans les forêts sèches et savanes diverses, il disparatt dans les sols qui ont été défrichés, sauf en Casamance maritime où il repousse dans les taillis secondaires. Il existe dans les rocailles, les galeries, les rebords de bowé et le pourtour des mares de saison des pluies.
Pharmacolo~e.

'\aymond Hamet a montré que l'échitamine a des effets physiologiques tout à fait iérents de œux de la corynanthéine : même à dose forte le chlorhydrate d'échi~ine ne prvvoque ni l'inversion, ni cmême une diminution marquée des effets Jertenseurs et vasoconstricteurs rénaux des doses moyennes d'adrénaline. D'autre t, si on pratique plusieurs injections intraveineuses successives d'une dose moyenne chitamine de 6 mgfkg, on n'observe souvent d"hypotension qu'après la première !etion [R38}. .e même auteur a également montré que l'échitamine peut à la fois abaisser la ssion carotidienne et augmenter le volume rénal par une action réno-dilatatrice

m).

.

,o ACIDE

URSOLIQUE.

.'acide ursOiique dont la présence est signalée en quantités notables dans quels Apocynacées ainsi que dans le Basilic, la Goyave, le Grenadier• * fut pendant

De la Casamance au Ferlo les racines et les écorces jouissent d'une réputation de grand médicament auprès des guérisseurs. L'action élective se situerait au niveau de la région abdominale : on soumet d'abord les racines et les écorces à une ébullition prolongée, puis après filtration le liquide est donné en boisson pour calmer les coli• ques, sans provoquer de diarrhées. Cette préparation est également très recommandée pour les diarrhées infantiles. Dans d'autres cas le décocté aqueux de fragments de liane, à effet diurétique, est prescrit ptr os pour les rhumatismes, les douleurS articulaires et d'une façon plus générale comme défatigant, tandis que les marcs résiduels servent à pratiquer des massages.

1

Selon Saxtoo(in IM1j, 1, p. 134) l'échitamidine n'existerait pas dans A. congensis. S'agirait-il autre Alslœia '1 ' Cf. pp. 491, 606, 670.

• Il est d"aiUeurs couramment utilisé comme émulsifiant dans les préparations pharmaceutiques, les produits de beauté et même les produits alimentaires.

-·· . _. ,. . . ,.

·:4'~..........,.-'_.......,.._~

~

.. ,.

;

~~-~.-....·

....~ . ~;.,..

. .--.IM!!II.I

~~ ....,...-._~-.

til

,....,.:~':11-:

!ii_

·-~:--'

158

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITl .• NELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 159 Sénégal il est commun dans les jardins ; parfois il se multiplie spontanément et s'étend autour des agglomérations. surtout. en Casamance. Emplois. La PeJrVenche de Madagascat est surtout citée ici en raison de son abondamce, de son ubiquité et des nombreux travaux auxquels elle donne lieu actuellemen1. Elle est rarement utilisée en médecine populaire où on reconnalt au déndé de feuilles (-qui son\ astringentes) des propriétés diaphorétiques, diurétiques et, <'mtradictoirement, antidiarrhéiques ou purgatives. Pratiquement ignorée des guérilseurs, elle nous a été signalée une fois seulement comme antidiabétique (décocté de fNilles).

Les écorces, et mieux encore les branches feuillées, riches en latex, sont reeommandées sous diverses formes dans les œdèmes par carence. Comme indications secondaires il y a lieu de noter l'usage de la poudre <le racine diluée dans l't'au pour les conjonctivites, mèlée aux aliments et à la boisson pour le traitement interne de l'appendicite. ·

4.- Carissa edulis Vahl
SvN. - Carissa pubescens A. DC., Carissa edulis forma pubes«ns (A. DC.) Picnon, Carissa edulis subsp. conJinmlalis Pichon. VERN. ;_ Ser. nd:ini ;· mal. kuma kwna (Aubréville) ; peul Fula kâboro (Pobéguiit) ; peul gubé.
Caractères remarquables. Arbuste de 3 à 4 rn très rameux, buissonnant, à épines simples parfois bifurquées, d'environ 2,5 cm de long. · Feuilles d'environ 6 cm de long et 4 cm de large, ovales, largement acuminées au sommet, cu nées ou arrondies à la base, avec '<[Uatre à cinq paires de nervures latérales. Inflorescences en cymes axillaires ou terminales courtement pédonculées. Fleurs denses, blanches ou blanc rosé, parfumées : tube de la corolle de 15 à 20 mm, les lobes des pétales ne dépassant pas 10 mm de long. Baies à latex (comme tous les organes de la plante), sphériques, de 15 mm de diamètre au maximum. Habitat. (
f

Chimie.
La Pervenche de Madagascar est sans contestation possible la plante qui •iepuis une dizaine d'années a donné lieu au plus grand nombre d'investigations chimiques et pharmacologiques. Dans le cadre de cet ouvrage il n'est guère possible de s'étendre sur cette question, d'autant plus qu'il s'agit bien maintenant d'une drogue cbssique qui devra par conséquent figurer dans tous les ouvrages de pharmacognosit- et de
phytoth~rapie.

II est très. inégalement répàrti dans le Sénégal. Nous ne l'avons pas rep1arqué dans le Sahel. On le rencontre à proximité des niay aux environs de Dakar (sols humides en permanence). Il est épars dans les boqueteaux de la Casamance Jr1ariliime, très fréquent dans les sols compacts; longuement humides, des environs de Vélingara (Casamance). Il croit en outre près des galeries soudaniennes et dans.les cassures de bowé. Emplois. Le décocté de radnes. additionné de pini~nt est considéré par les Peul Fouladou comme un bon anthelminthique, particulièrement contre le ténia. Chimie et pharmacologie. Plouvier a isolé le québrachitol des tiges feuillées (P161). Selon Githens la racine contiendrait un glucoside cardiotonique, la carissine, mais \Vehmer ne signale la présence d'aucun principe toxique. De même Burn a montré que l'écorce n'était pas toxique. De plus Bisset confirme à la suite d'essais chimiques et pharmacologiques l'absence de glucosid~ cardiotoniques [B166]. Il y a lieu de signaler que oertains Caris$(} indiens en contiennent, en particulier C. caranda L. et C. spinarum DC. dans les racines, le tronc et les feuilles [V22J. Les extraits de la plante ont été rl"Connus atoxiques par de nombreux auteurs. Les extraits de feuilles et de tiges dt' C. ~dulis ont été testés par Abbott et coll. pour leur action anticancéreuse vis-à-vis des tumeurs transplantables du sarcome 180. On note selon la nature des extraits des rt"ductions de tumeurs allant de 100 pris comme unité de contrôle à 64 et 59 chez les animaux traités (A71).

Dans une importante communication présentée en 1965 aux Inlernationala Symposium Bivchemie und Physiologie der Alkaloide, Svoboda qui s'est particulièrement illustré dans les recherches concernant C. roseus fait état de 61 alcaloïdes découverts dans les racines, les feuilles ou les graines (S67]. En 1967 ces diflérents alcaloïdes, auxquels sont venus s'en ajouter deux autres (désacétylvindoline et catharosine ont fait l'objet d'une revue de Stolle et Groger aux points de vue chimie, biosy11.thèse, analyse, biologie et pharmacologie (S107). Le Tableau IV tiré de ces deux publications donne les noms de 63 bases, les .formules qui leur sont attribuées et les references bibliographiques afférentes. ' .Panni ces bases vinblastine (VLS), vincristine (VCR), vinleurosine (VLR) ~t vinrosidine tVRD)* ont particulièrement retenu l'attention en raison de leur activité, les plus importantes étant les deux premières qui sont actuellement largement employéts en thérapeutique. Elles sont à l'origine de la connaissance d'une n<>uvelle classe d'alcaloïdes dimères, de structures voisines, contenant à la fois les :coyaux indol et dihydroindol. En dehors des alcaloïdes il a été trouvé dans les racines de la choline IP119], dans la plante entière 0,1 p. 100 d'acide ursolique C10 H ..0 3 (R65J déjà rencontré dans d'autres Apocynacées. Mais, fait plus rare dans cette famille, on treuve en outre chez la Pervenche de Madagascar un monoterpène volatil important puisqu'il s'agit du camphre isolé par Pillay avec un rendement de 0,03 p. 100 (PlO:tj. Signalons aussi que les fleurs fratches renferment des pigments hétérosidiqutS dont les aglurones sont hirsutidine (principalement), petunidine, malvidine, kaempférol et quen:étine [F65]. Pharmacologie. 1°
0RG.'\SES.

5. ~ Catharanthus roseus (L.) G. Don

,

Lorsqu'on fait l'historique de la drogue on apprend qu'elle était employt'e dans différent~ pharmacopées populaires (Afrique du Sud, Jamaïque, Philippines) wmme antidiabétique et c'est tout naturellement dans cette voie que ce sont engagés les premien chercheurs. Sous le nom de • Covinca • une spécialité fut créée en .\frique du Sud et sous celui de • vinq-q-lin • une autre fut commercialisée en Angleterre pour les traitements antidiabétiques••. ·
• !1/om• internationaux recommandés et abréviations approuvées par • The American Medical Association on Drugs o. - La vinblastine (VLB), encore appelée vinœleucoblastine ou vincalcukoblastine. "t spécialisée s<·us les noms de • Velban • et de • Velbé o. - La ,-incristine (VCR), encore appelée leurocristine, est spécialisée sous le nom • 0Leovin '· - La 'inleurosine (VLR) est encore appelée leurosine. - La 'inrosidine (VRD) est encore appelée leurosidine. •• Les recherches récentes sur l'activité hypoglycémiante sont traitées, p. 161.

VuLGO. - Pervenche de Madagascar_ SvN. - Vinca rosea L., Lochnera T(tiea Reichenb. f. Caractères remarquables. Sous-arbrisseau vivace de 0,50 rn emiron. à fleurs roses ou blanches, originaire de Madagascar et cultivé dans tous les pays chauds comme plante ornementale. Au

. ·~.....

·-e-,•··~c·~-~ ... .-- ....~~---\-,,~>,

~>IJ+' ~. wi

"llllfll'll---~-~···-~-~·· ...

~

.._..,,_.,~... ""'~--;-',••~·~;-..:...·,...-..~............:"".~-

·-<:----~ ~

. . .•

,.

--~---~-

_:. :.;. _,. ,_. .:,. . . •.•• ,; ,:-_ . . . . .
~

(
160
PHARMACOPÉE S:f:NÉGALAISE TRAÙITIONNELLE
TABLEAU

(

RU.

PLANTES M~DICINALES ET TOXIQUES
Fonnule

161
Organe• 1 Réf. blblio.

-S115 SllO Sl14 SllO Stt5 S108 567 S67

G

IV

AlcaloIde
ALCALOIOES DIMÈRES DIV'EJIS.

Lts alcaloldu de Catharanthos roseus (PtriN!nche de Madagascar)

(d'après Svoboda [567] et Stolle [S107] Alcaloïde
ALChLOIDES •o>~OMÈRES.

--

Formule

• 1

Organe

j. biblio.
St08
G63

lndols:

Ammœ-osine ................. : Cat~.. .... , ............ ,c.,H..:-.,o,.H!O ·né Catbin~ ( .1/2 f!JSO.) . . . . . . . CaVlllC:iidme ( .1/2 H 1 S00 ) • • • • • . • Cavin.cioe ( .1/2 H,SO,) ......... CooHu:Sa0. ,.1/2 H,SO, .1/2 H,O Dihydrositsirikine ............. C21 H18:S1 0• Isos!Wrildne ( .1/2 H1 S00 ) •••••• C11Hu:S 1 0 •. 1/2 H.S00 Si_tslrik!ne (.t/2 H 1 Su,) ......•. C21Hs.:S 1 0 •. ti2 H 0 so, Vmaspane .................... 1 2- Acylindiobl :

R,F R R R,F R,F R,F R,F F F R,F R,F R,F R F F F R F F
F

R

Carosidine ........•........... Vincamicine ................. . Vincarodine ......... , ......... Vindolicine ................... Vindolidine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vinosidine ................... Vinsedicine ................... Vinsediue .....................
ALCALOIDES
)(ENT.

C..,llt~t01o (c..Ho 1~ 2 U 1 ) 0 c ..H~ 0 0 10 C..H.iN,010 (1) (P. :)1. 780) (P~ JoL 778)

R,F F .F F F R
G G

S109 Sl09 S108 K52
K51

SIGNALtS

AJ<TtRIEURE-

Ajmalicine ................... C11H..N1 0 1 Tétrahydroalstonine . .. . . . . . . . . . . . Culfo.~ 1 0 3 Serpentine ................... C 11 HftN.03
Lochnerine ................... C~N 1 0 1

J26 S117 J26 R
1 8105

SllO Slll
1

M68

Reserpine H • Akuammine ++

. . . . . . • . . . . . . . ••

QI."N1 0 1

.. , •••••.••••••

c;!HUN 10,

J26

Perividine .................... C. 8 H21 :S1 0, Perivine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 10H ..:s,o, C Perosinoe {.1/2 H 1SO.) .......... '
Oxindobl:

S112 Sl13

• R = racines, F = feuilles, G = graines.

8109

Mitraplllyiline .........•....... c.,H..x.o,
a.-MélhrJihle Indolines:

M65

Lochro"itline .............. , ... C1 jHu:S1 0 0 .Lochrowine .•................. c..Hoox,o.
Dihyd1"11i1W.obl:

C14H 11N 1 0 5 !.ochrovicine •......•.•...... , C10H 11N 0 0•·

Akuammicine ................. Lochlleridne ................. L~Jmeridine ... , ... , ......... Loclmerinine ................• I.'oclmerivine . . . . . . . . . . . . . . . . .

C,8 Hu:S 1 0 1 C.,H..:S10• C..HuN 1 0 1 CuH11:S1 0 0

N33

H59

Sllft M66:
1 SHI&

S1f.l Sl-1<1 Sll<l

Une telle notoriété stimula les reehe:n:hes et simultanément en 1958 Noble [N32, N34l d'une part, Svoboda [Sl11] d'autre part, étudiant les extraits de plante entière n'y reconnaissent pas une activité hypoglycémiante mais y décèlent une acthité antitumorale : ces e.'!:traits exercent en effet un retard de toxicité sur la leucémie induite chez les souris par des souche& spécifiques transplantables de leucémie lymphocytaire aiguë. Rapidement on constata que l'activité expérimentale oncolytique était due à des alcaloïdes particuliers contenus dans les extraits. Aussi au fur et à inesure de leur isolement furent-ils sutXeS5iv.ement testés sur l'animal.

1

2•

ALCALOÏDES.

Maandrosine (. 1/2 H 1 SO,) ..... . Vincolidine ................... ,c..H.,:-<,0 1 Vincoline .................... CuHu:S10 0 Vindoline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C25 ffn:-< 1 0 1 Désacétylvindolinine . . . . . . . . . . C11f130X1 0, Vlndoliaine (.2 HCI) ........... ,C.,HuX1 0 1 .2 HCI Vindorosine .................. CuH30 x,o, CatharœliBe................... c ..H,,x,o,
Divers:

R F F F F F F R R F
F

SUl Sl14 1 K53 Gô-1 G63 M66

S109

M67

Amm«a!Jine ................ ·jc,.H,,x. Pericallïoe ................... C18 H10 X1 (Tabern.osc:hizine) · (Apparic:ine) ,c.. H.,x.o, Virosine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C12 H, 0 ::-o; 2 0 1
ALCALOIDES D . .ÈRES.

~~~=~-

..........

S108 5108 5t14

R

1 S113

1ndols-ind<:>line :

1

Carosine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Catharicine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cathariae •...... · .............. Désaœtyl VLB (.H1 SO,) ....... Isoleurosine .. , ............... Leurocristine .................. Leuroslne ..................... Leuroslvine (.H 2S00 ) •••••••••• Neoleorocristine .............. Neolenrosidlne ................

C.1 H, 2 X,01 .CH,OH
c ..H 51JS,O.. H 1 S00 C,1 H 10 :S,01 C,1 H51::-o;,0 10
-

C,6 H01l'0 0 11 c .. H,;,x,o,,

C41 JI.8 :S 1 0 1 .8 H,O C01 H.. :s.o,. H 2 S00 C<1 H51:S1 0u C08 fi0,:-<,0 11 Pleurosill<l •................... C16 H .. :S1 0 10 Rovidine (.H 1 S00 ) ••. , ••••..•• Vinaphamine ................ . Vincaleul<oblastine ............ ·1 c .. Ho.X,01 . (C1 H,)s0 Vincathieiue (. H 1 SO.) ......... .

Leurosid'bte . . . . . . . . . . . . . . . . . .

F F F F F R,F R,F R,F R F F F F F R,F F

5115S115 SllO SUl

l
1

i

1

Sit6 5116 Stl3 St08 S115 St15 Sll5 Slll Stll N32 Stll

suo

Pour les relations entre structure et activité, Je mécanisme d'action, les actions cytologiques et biologiques, les actions neurologiques, l'absorption, le deve.nir et l'excrétion. les usages thérapeutiques en clinique et la toxicité on pourra consulter les mémoires cités, les publications référenciées ci~dessous dans la bibliographie à consulter et l'article consacré aux alcaloïdes du Vinca (vinblastine et vincristine) dans l'ou'l.·rage édité par Goodman et Güman: Tbe Phannacological basis of Thera-. peutics ((G65] pp. 1373"1376). La vinblastine s'est révélée efficace dans le traitement du choriocarcinome, de la maladie de Hodgkin et d'autres sarcomatoses ainsi que dans une grande variété de néoplasmes (H60J. La vincristine possède un spectre d'activité clinique comparable à celui de la vinblastine, mais sa propriété la plus nrnarquabJe est de provoquer des rémissions dans la· leucémie aiguë de l'enfance. t:ne autre action satisfaisante se manifeste dans çertains carcinomes, réfractaires à la chimiothérapie. La vincristine peut être utilisée en œmbinaison avec le méthotrexate et la mt>rcaptopurine dans les leocémies aiguës, a'l.·ec les antimétabolites dans la maladie de Hodgkin t't les carcinomes métastasiques. Les combinaisons de thérapeutiques à base des quatre agents 'l.incristine, méthotrexate, rnercaptopurine et prednisone ont permis incontestablement de réduire à des niveaux sans précédents dans l'histoire médicale, le nombre des malades atteints de leucémie aiguë. Comme nous l'a,·ons signalé au début de cette étude, le point de départ de ces magnifiques découvertes Hait de confirmer les propriétés antidiabétiques reconnues à la drogue. Ces recherches qui à l"époque ne fun:nt pas concluantes en raison de la toxccité propre aux extraits bruts, furent reprises en 1964 par Svoboda et coll. sur les alcaloïdes purs. Les premiers résultats obtenus (S118] ont montré que catharanthine, vinleusine. lochnérine, tétrahydroalstonine, vindoline et vindolinine provoqut"nt l'hypoglémie à des degrés variables. Cette activité est caractérisée par un débllt lent mais durable de l'action. Ces alcaloïdes, différents du point de vue structure des
6

_..._

·~-··

...

--

"..-·-,~,-~.,...,... .... ~· ..';1-:.."<--:w',..,.....

1!'>:

,i

.....,...,_...,..,-.. . . - .. • _......,__

"'"

.+

k

~~\~'!'~ ~~~:·_-. . . . . . . . . . .

)

162

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO(,_.ELLE Emplois.

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 163

sulfonylurées, offrent par conséquent dans le domaine du diabète de nruvelles directions de recherches. En tout état de cause il est donc très probable que l'emploi continu des préparations galéniques de C. roseus en médecine traditionnelle comme agent antidiabétique par voie orale, n'est pas dénué dé bienfait. Ajoutons de plus que Gorman et coll. ont signalé également en 19~4 (G66J que 36 composés de Pervenèhe étudiés modifiaient tous l'élimination urinairPen montrant une activité diurétique ou antidiurétique. La lochnérine, présente .tn quantités importantes dans les racines, serait au premier chef responsable de l'attion diurétique des extraits bruts d.e racine ; la catharanthine et la vindolinine, alcalo'.ctes majeurs, de même que la lochrovicine, alcaloïde mineur,semblent d'autre part responsables de l'actifité des .extraits bruts de feuiiles. Dans un travail paru en 1969 Farnsworth et coll. font état de tests d'txpérimentation in vitro de 36 alcaloïdes du Catharanthus contre les virus DNA 1 ~·accinia) et RNA (Polio III).· Neuf d'entre eux ont révélé une. certaine activité, la plus importante étant celle de la péricalline {F70]. Par ailleurs, des tests pratiqués par Spencer (S95] ont montré pour les extraits de racine une activité antimalarique modérée ; ·d'autres, pratiqués par Heal (H57], ont montré pour les extraits de branchettes et de feuilles un certain pouvoir i!)secticide. Les tests de Nickell (N29) sur les propriétés antibiotiques ont été négatifs.

En médecine traditionnelle trois grandes indications ressltrtissent àTHolarrhène : diurétique, fébrifuge et antidysentérique. Les parties mises en œuvre sont surtout les écorees de tronc et les racines sous forme de macéré ou de décltcté. Les entéralgies sont traitées par le macéré de racines : celles-ci sont d'abord triturées dans une calebasse pleine d'ellu, puis on laissedécànter. Le liquide surnageant est donné en boisson, mais après chaque prélèvement, l'eau est renouvelée tant que dure l'amertume du soluté. Le décocté de racines est prescrit per os pour les parasitoses intestinales, la blennoragie, l'ascite, la stérilité. Cenaines matrones le conseillent également en· boi5Sons et en bains durant· toute la gestation chez les femmes sujfttes aux avortements. Dans la. région dakaroise un guérisseur de diabète vend fort cher son traitement aux Africains et aux Europét'ns : il s'agit d'une poudre obtenue simplement en pulvérisant au mortier les rameaux feuillés, les écorces de racines, de tronc, et de tiges. La drogue serait, aux dires du préparateur, extrêmement active. La dose moyenne pour un .. adulte et pour une semaine est de trois à quatre cuillers à soupe de poudre délayée dans quatre litres d'eau environ. La durée du traitement est évaluée à un mois ou deux. Chimie.

y

Bibliographie complémentaire à consulter :
Amie! {A65), Abraham [A66, A99), Bernard [B106, B109], Deysson (D59], Farnsworth [F42], Johnson [J19, J27J, Janot [J28), Kutney [K54), Lagrue JL48], Mathé (M69, M70], Neuss [N35, N36, N37, N38), Nogueira Prista (1'\3.9, NW), Ramiah (R66], Svoboda [S119], Sentein (S120], Paris (P155), Hebden [H114), Cofgrift [C14 7).
/

to

LEs

CONSTITUANTS ALCALOÏDIQUES.

6.- Holarrhena fl~bunda (G. Don) Dur. et Schinz var. flon"bunda
VuLGo. - Holàrrhène (non forestier). SYN. - Holarrhena a{ricana A. DC. ; Holarrhena wul{sbergii Stapr, Ronde/elia floribunda G. Don VERN. - Wol. séulu, salali; ser. ngas a kob (Berhaut), ken, kena; falor ndôgsay .(Sébire) ; mal:- kuna sana ; mand. tarik~t (.4.ubrér•llle), tarko ; bamb. fufu, nôfô, (Aubréville), kédan ; peul indama (Pobiguin), ndama (Laflite), farki, taraki ; Casamance kerko (Aubréville) ; dicl.a fumataf (Aubrévilie) ; dio/a Fogny kiilib, kélib, kalibaku, fulib, fukcrnafu ; bal. féa~ (Aubréville) ; bain. kilon ; kon. tembo.

Caractères remarquables.
Petit arbre atteignant 15 rn en région guinéenne, mais plus souven1 au Sénégal arbuste ne dépassant pas 3 à 4 rn, ou même arbrisseau de 1 à 2 rn, à raneaux grêles évasés qui partent, plus ou moins nombreux, d'une souche commune ; :es rameaux sont brun foncé très lenticellés, abondamment laticiférés. Feuilles ovales lancéolées, en moyenne de 12 cm de long et 5 cm de ·large; limbe· finement pubescent à la face inférieure. · Cymes corymbiformes axillaires, larges de 5 à 6 cm avec de nombr~uses fleurs serrées, blanches, parfumées ; tube de la corolle pubescent, de 8 mm de lmg ; lobes de 1 cm de diamètre, étalés. Follicules linéaires, pendants, groupés par deux, atteignant près d~ 45 cm de long et 8 à 9 mm de large. Habitat. L' Holarrhena est très commun en Casamance maritime (boqueteaux) e1 en moyenne Casamance dans les forêts sèches de Kolda où il croit dans les sous-bois e1 à proximité des galeries. II est épars dans le Sénégal oriental, dans les ravins et let rebords de bowé et un peu partout dans les savanes boisées. Il existe dans les sol~ sablonneux humides des environs de Dakar à proximité des niay où il reste arbustif.

Les investigations chimiqut"S concernant les Holarrhena ont été entreprises en 1858 sur l'espèce indienne H .. <llltidysMlerica (Roxb.) ex Wall (vulgo : Kurchi, Connessi) par Haines qui isola de l'écorce un alcalo!de non cristallisé appelé néréine puis, en 1865, conessine• [H61f. Par la suite Warnecke l'obtenait à l'état cristallisé et en donnait sa formule CuH.oN, f'\'23)*•. 1 C'est à cette" même époque que Polstorti et Schirmer :isolent de l'écorce de H. floribunda, av~ un rendement de 0,1 p. 100, un alcaloïde lrétat pur qu'ils identifient à la conessine [P104, PH•5). Plus tard, la présence de conessine est confirmée en 1918 par Ulrici (UlO] puis par Giemsa et Halberkann [G67J. Ces derniers retirent 0,7 à 0,8 p. 100 de conesslne dans les écorces et les graines et trouvent 0,5 p. 100 d'alcaloïdes mineurs. Les premières études sur H. floribunda entreprises en France à partir de 1938 par Paris [P9, PlO] puis par son élève M 11 e Schmit [S2) sont en fait le point de départ de toutes les recherches ultérit-ures dans lesquelles se sont particulièrement illustrés ensuite Janot, Goutarel et lel!lrs coll. Les résultats des diverses analyses de Paris permettent d'établir que les écorces de racines renferment en moy~nne 2 p. 100 d'alcaloïdes totaux, les écorees de tige 1 à 1,5 p. 100 .... Au cours de ses travaux Paris isole à l'état cristallisé : - Dans les racines et les tiges de la conessine dans la proportion d'au moins 50 p. 100 des alcaloïdes totaux ; un alcaloïde soluble dans J'éther de pétrole, vraisemplablement identique à la conessimine. - Dans les tiges 0,10 à 0,15 p. 100 d'une base voisine de l'holarrhénine et de I'holàrrhine.
II caractérise en outre :

-

Des alcaloïdes du groupe ·ie I'holarrhénine, de la kurchicine et de la kurchénine. Des alcaloïdes du groupt- de la kurchine et de la conessimine. Des alcaloïdes dii groupt" de l'holarrhine et de I'holarrbimine.

Ce qui revient à dire que P8ris met en évidence d'une part la présence d'environ 50 p. 100 de conessine dans les ~lcaloïdes totaux, et d'autre part la présence probable

• C'est le nom universellement •dopté maintenant, mais pendant longtemps a prévalu celui de wrightine donné par Stenhouse au même alcaloïde extrait des graines [St21). •• Il était indispensable de cit<'r ici H. anlidysenterica car les rechrrches effectuées sur H. {loribunda font souvent référence à <,-Iles qui sont parallèlement menées sur H. anlidysenlerica. ••• Les teneurs en alcaloïdes t<•~aux de l'espèce sénégalaise suivant les régions et les organes figurent dans le Tableau \'.

t•b

**

,_.-.,~-.

·.

.f-1

~"-.,~

---~::--·-:::·:,ti···

--

·,"*

.« ""'' ...~·;-.~~-. ....

-

.... ~~""-''"·

(
164 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITION,'IELLE
TABLEAU

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

165

v

.A./caloldes totaw: de Holarrhena florihunda du Sénégal pour 100 g de plantes ùdies
(d'après Paris et Sehmil) Paris [1'9, PlO) Schmit [S2) Région non précisée Casamance

... Il:

e~

.. e
c

ü

.... "'

ô"' ........ P..•t.l<Q "' .... P..ô.....

__ .,...._
{'['

Dakar-Thiès 1 Casamance (1)
Ecorce racine .... . Ecorce tlgè ...... . Portion centrale apl'ts écor~

~ci~~~~~~a:>co~~~;!:

....;<,...., ..

.NU

co '">

.. <P

p."'""·"''"'""'"'"" Il: Il: ...,..,..,u
0,044 (3) 0,25 0,10

= ........... ...,.e•oo-oooo
-:o~C"''CI')~M['['l""('

r-.t--r-1',_l,_l,_l.,..l

u
ô

..,. ,....

t.l"'>Cil'">'"l"'>..l..l..l..l

..., ""

2;15
1,65

0,65 0,35

2,4"4 (2)

Péricarpe ...... .. Graines ... ·...... . Feuilles ......... .

........... .

0,25 0,45 0,30

0

~

.. . =

<.!l<.!lt!l

. ....
.. .
...

....

tlltlltllr.:l:.:Jtllt<ltlltllb:lttltlltll<.!l

r ... •-~

...

= .s
~~r:.~~r:.r:.

~

(1) Echantillon très jeune. (2) Echantillon eontenant 1 p. 100 de conessine. (3) Echantülon en très mauvais état de conservation. .!!!.

de nor-alcaloïdes, d'alcaloïdes du groupe de la cookurchine et d'alcaloïdes oxygénés du groupe de l'ltolarrhimine et de l'holarrhénine (in (G22) p. 36). Ces résultats sont confirmés par son élève MU• Schmit• qui démontre en outre la présence dans les tC:orces de H. floribunda de l'.isoconessimine, de la conessimine, de la conkurchine, de l'holarrhénine et de l'holarrhimine (in [G12] p. 37). Dans ses conclusions, Mile Sc-bmit, se basant sur des analyses de lots de diverses provenanc·es (Sénégal, Guinée, <:ôte-d'Ivoire), estime que le !'âux des alcaloïdès totaux ,varie pour les é('orces de tiges de 1,20 à 2,44 p. 100 et pour les écorces de racines de 2,50 à 3,08 p. 100. La e>>nessine représente suivant les échantillons 30 à 67 p. 100 des alcaloïdes totaux, le taux étant généralement supérieur à 50 p. 100 alors que dans H. antidgsenterica I.a. teneur en conessine est seulement de l'ordre de 20 à 30 p. 100 [S2]. A ce titre l'H. floribunda africain est actuellement la principale source d'extraction industrielle de la conessine. Les faibles résultats obtenus par ces auteurs au point de vue teneur en alcaloïdes totaux dans les feuL!es·s·expliquent selon Goutarel par le fait que ces alcaloïdes sont très peu solubles dlas les solutions aqueuses acides et échappent ainsi aux méthodes analytiques classiques. Reprenant cette étude en 1959, Janot, Cavé et Goutarel (J30, J31, C55] obti~nnent alors pour les feuilles des rendements de 1,66 à 1,90 p. 100. Depuis lors, l'intérêt porté à la recherche des alcaloïdes de H. floribunda ne· s'est pas démenti et le Tableau VI fait état de nos connaissances en la matière**. On remarquera qu'à part la triacanthine***, trouvée en quantités importantes (0,60 p. 100) dans lei feuilles par les auteurs précités [J30], toutes les bases sont stéroïdiques et peuvent ftre classées en deux grands grQupes : celles qui dérivent de la cona~ine et celles qui dérivent du prégnane su••. L'intérêt des premières n'est plus à démontrer tant au point de vue thérapeutique, que nous envisagec-·ns plus loin, qu'au point de vue pharmacie industrielle pour l'obtention des hormones stéroïdes cortico-surrénales par les synthèses multistades. L'intérêt des sec<•ndes n'est pas moins grand et se trouve encore accru du fait de la découverte dans les feuilles de la progestérone [L19J, hormone progestative animale, et de la Jrégnénolone [BHl8], corticoïde précurseur de l'hydrocortisone. Ces corps se trouwt:t ainsi au voisinage de holaphylline, :tJolaphyllamine et.holaminè auxquelles ils sont ~eliés biogénétiquement. De nouvelles voies de recherches pour

'0

.
c

11:.

0

~

zzooooozoz Q) ::: .5 l: :Cl: ::cl: l: l: l: :t:'":t: l: :è':t: g
.!
1

=====··=·: ! JJJ JJJJJJJJJJ .. -G)

.z:.z:zA

" ..zz"Z..Z..z

.. .. z ..

1.:

z., zzzzzzz oz 0000000 z~ llll:!IO:I:I:I ., :l c x:: x ::c_::_x=x"::c x_ -Ë ~ .. .. c ... ""uo üër.!uüüü ~ ü
::

- .."' ., . ... l:
:>
..

.g
c
0

" ~
..c

" ., "" ~
~

""' -6
:<l E

~
~

"'

::>

<

1::

:t '0
~
~

>

~

~ ...
œ

~

c

..
,;

"' .., .. ..
-~

<

_go
-.

z. <J<l
.2-~C!l.<:J~~

'0 ""

"" " 0' "

~ "é .,

= 0' :a

" ::
c
u

.

1
7

f

.g

]
"'<

. = ;::
iii

f

-;;
~
1
fi)

~ ~<l. ~~
E~
Q)

cn.C!l.

~

~È~~~~ ~

.!

-

. ..,

~~ !<l~âÈ!! ~~ '?en. e;ae'?<.!l.C?'? 5er"9 g"? ~~~gC?ggcw:~gz --E ê<J·-E êz·;:: g--E--E~ o·-s<J .S ·E<n..!! ·- =·Eâ.! S~.!! 0~ o..:!crl..
2.!~ E.:S"? B.!!ÈÈ~.SB'? ~~o ..... ~o ..... ~+-~.., • ~ ..... o
'tl E §:; E §:a

z~:a~~~ë .., z>,..c::~ ~~

~ez~'7'f:ti

~~.Q.Q

~

~~ . ,1;. ;;...~
-

~

1

m :: t:C c

~ ;;;

.

~
~

:.

<1<1
<!l.~

c: 0 c:

""t

~ :<l ~ ~~ ~ -a~ üEE Cl b c,.,,., ... ~~~ §<t<:,!E~<J
0

-

• oo <:1~":1

"' 1 :::: .., .5
c

:ll

i
= .s
"' = = .'!
~

8

..
~

1 ~ ;.1 c 1 ' Q,) .. .. occ-ooc --:acn..s o c e .: .E o

C..:o(l')~c;- o~C".::c;~t"CC't

~ tfC!l,.CO~<n.C!l..O

'0

s~-=-e~·=Ê~âs~~s-=

~ ~ g.!!~~ c.:._ ~o o_.

%"''7 S<n.!!.!! Esen.

E.!!.sc:
~»o

:s
:5 ..,

"" :&
;;.,

"'

=:::::..c::c:"4.1..C.C::c
~=;.t;-:ë~~­

...
" 2 c.
0

s:;:a:; S'ti§

,.,:::a E ~;:a

EE§

E ,.:

g ..,

w
. .,
E

"' '!:
c

• La thèse de Sehmit comprend également une importante étude pharmacognosique. •• Nous remerdon• ,-ivement M. Goutarel de J'Institut de Chimie des Substances Naturelles du CNRS d'avoir bien voulu -revoir ce tableau et y apporter les rectifications nécessaires. ••• Cet alcaloïde dénommé à l'origine togholamme fut par la suite identifié à la triacanthine (C74). •••• Sous le terme -le conanine on désigne maintenant le squelette commun à la conessine et à la plupart des alc>loïdes de l' Holarrhena, ce qui permet de leur appliquer facilement, quand ils répondent à ces co~ditions, la nomenclature des stéroides.

M',.

;z

0

-~ ~e-~-- ~=se-t·c-t~ eât

. c . . . . . . . . . . •. . . . . • • • • :·s · ~ : ~.= ~ :.5 ~ ~ :.s ~-~ ~-ê ~~~~ ~~==·§ ~.ê
~

Ci.~

Ci.~

:~ ~

~..§]:§.! ~.s:§;go -;::; ::a>,>.:,g~>.~

·=c&.~c·c.o·-o:s

.·ê :È_; ~.g_

. ~ ::::

:~: j

·:::

:~

'c"

8:.:8888:t::t::I::I:::::t::t:8

=occccoooo-;ooe

~go:sc:.Ê..!Idœ:o:s-aiœc:ca«~«~

:...::::cxx:::::::x::co

§~.;~~-5~.-Ë~:5

§~ t'â"Ë.Ë~'â~~

;:
1:! ..

l

::

" "' u c

es

:·:-·

-

•Wiu!

-

4~~""·'"'4dr4p

•.

-~.....,.;,..,

,,...~~ ~-~-.....-. •

i8

,.

,.....

fP'Jo~"".,.....,....-;.,_..·._,__

a?·!JICI-

=.

-·--~

,.

-:::'*'>

+.

(
166 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE J'obtention des hormones stéroidiques sont ainsi ouvertes. Les chimistes et biochimistes ne s'y sont pas trompés et pour en citer un exemple, Lebœuf et coll. [L49) tout de suite après avoir mis en évidence la progestérone réalisaient à partir des oximes de ces trois alcaloïdes des feuilles, une hémisynthèse conduisant à l'obtention de randrostène dione. 2°
LES COSSTITUANTS NON ALCALOIDIQUES.

(
'

.

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

167

Les constituants non alcaloïdiques de H. {loribunda ont été peu étudiés. Au cours d'essais préliminaires Mlle Schmit a .dosé dans les écorces de tronc 7,5 à 10 p. 100 de matières minérales (sulfates, phosphates, fer, calcium, magnffiium et sodium), des tanins (5 p. 100), des glucides (6,158 p. 100 de sucres réducteurs exprimés en glucose et 0,253 p. 100 de saccharose). L'infusé- <l'écorce de tige contient une substance aphrogène, mais non hémolytique. La recherche de dérivés fla,·oniques a été négative. De même la présence d'on ~ glucoside n'a pu être mis en évidence dans les échantillons secs (S2). · Par contre Paris et Foucaud ont isolé des feuilles un flavonoside ideiJtifit' à l'isoquercitroside (P115), tandis que Janot et coll. au titre du CNRS et des Lab()ratoires Joullie ont fait enregistrer en 1968 un brevet protégeant un procédé d'is.1lement à partir de la plante Holarrhnla, d'hétérosides stéroidiques, en particulier : l'holacurténine et l'holacurtine (B203). Le Men et pourrat ont trouvé d'autre part dans les feuilles sèches une teneur de 1,5 p. 100 en triterpénoïdes bruts éOle 0,6 p. 100 en acide ursolique pur (U8J. Coureur et coll. ont obtenu à partir des graines avec un rendement de 25 p. 100 une huüe à 1,1 p. 100 d'insaponifiable. De cet insaponifiable il a été isolé les triterpènes tétracycliques et stéroïdes suivants : cycloarténol, nor-31 lanostérol, déhydro24 lophénol et desmostérol (C146).

A la suite de ces travaux qui se situaient pendant la deuxième guerre mondiale ou l'absence de médicaments comme la quinine et l'émétine était cruellement ressentie. Trenous en 1940 à l'Institut Pasteur de Dakar, entreprit. à partir des écon:es de racine de l'espèce casamançaise l'extraction des alcaloïdes totaux en vue de l'utilisation dans le paludisme (D60J. Les résultats de l'expérimentation clinique ne Jurent pas concluants et les essais cliniques furent alors orientés avec succès vers le traitement de la dysenterie amibienne préconisé par Paris. Traitant des amibiens avec des pilules d'extraits totaux à 0,05 g d'alcaloïdes totaux, Crosnier et coll., après échelonnement du traitement sur trois semaines (une semaine 8 pilules par jour, une semaine de repos médicamenteux et une semaine de reprise de traitement)-, constatent pour 13 malades atteints de dysenterie aiguë la disparition des amibes dans 9 cas ; pour 6 malades atteints de colites avec présence de kystes. la disparition totale d,es kystes [C75). 3°
ACTION DES PRINCIPAUX ALCALOIDES.

Les différentes bases qui ont été isolées à l'état pur des Holarrhena indiens (H. anlidysenterica) et africains (H. (ebri(uga et H. floribunda) constituent des entités chimiques qui ont de ce fait été étudiées pharmacologiquement comme telles par un grand nombre de chercheurs. Au premier rang se situe tout naturellement la conessine, alcaloïde majeur des écorces de tiges et de racines.
A) Conessine•.

/
Pharmacologie.
l

f

1o

LA DROGUE TOTALE.

·Les premiers essais de Paris furent réalisés en 1938 sur des extraits fluides o>u teintures de racine du • séoulou • du Sénégal (P9). . L'écorce se révèle peu toxique pour le cobaye. L'injection par voie sous...:utanée ·de 4 ml d'extrait fluide (correspondant à un poids égal de plante) par kilo d'animal ne produit d'autre dommage apparent qu'une légère nécrose locale. Sur ranimai en hyperthermie expérimentale, on note une action hypothermisante assez marquée. L'injection sous-cutanée de 3 à 5 ml/kg de teinture au dixième diluée au demi. abaisse la température de 1 à 2°. . Chez le chien l'injection intraveineuse de teinture diluée au demi (0,~· ml/kg) provoque de l'hypotension, généralement accompagnée de bradycardie et de diminution du Yolume rénal. Les essais de Mlle Schmit (S2) ont été pratiqués parallèlement sur les écorces d'échantillons du Sénégal, de Guinée et du Togo. Les infusés d'écorce de racine au millième correspondant à environ 1 p. 40 000 d'alealoïdes totaux provoquent en 3 h la mortalité de toutes les paramécies s-m mises à l'expérience. Les infusés à 2 p. 100 sont également mortels pour les daphnies. Chez les poissons rouges plongés dans une solution contenant 0,5 ml de teinture au 1 '5 pour 100 ml on constate, mais seulement avec l'échantillon de Guinée, urre perte de l'équilibre. Sur les souris blanches on note pour une injection de teinturt- correspondant à 10 gfkg de poudre d'écorce de l'espèce sénégalaise 6 morts sur 1<). Les écorces de tige se révèlent moins toxiques et les graines (échantillon ée Casamance) à une dose correspondant à 10 g{kg provoquent 2 morts sur 10 s<-uris, se montrant ainsi moins toxiques que les écorces.
20 LF.S .\l.CALOIDI>S TOTAUX.

Depuis la découverte de la conessine par Haines dans H. antidysenterica et la première mention de sa pharmacologie par Keidel en 1878 [K79) un nombre considérable de travaux ont paru sur cette question••. Dans son ouvrage Les alcaloïdes stéroïdiques des Apocynacées paru en 1964 [G22) ,.Goutarel a consat'ré un chapitre aux activités biologiques et pharmacodynamiques 'de ces alcaloïdes rédigé en collaboration avec Laroche et Khuong-Huu :Lainé. Les fauteurs après avoir résumé les propriétés pharmacodynamiques de la cdnessine ont établi deux tableaux synoptiques qu'ils ont bien voulu nous autoriser à reproduire et nous les en remercions vivement ; ils donnent en un excellent F,accourci tous les renseignements désirables (Tableaux VII, VIII, IX, X). Nous nous contenterons en conséquence de faire état des travaux de l'Ecole française sur le traitement de la dysenterie amibienne. En thérapeutique humaine la conessine peut-être administréè par voie buccale eu cachets ou comprimés sous forme de chlorhydrate ou de bromhydrate officinal, ce dernier sel étant mieux toléré. Le traitement pour l'adulte consiste à prescrire 0,50 g par jour pendant 4-5 jours puis à diminuer progressivement les doses en échelonnant la cure sur 15-20 joun, la dose totale étant de l'ordre dei'9FMe de 5 g IT58). Sur des malades traités en 1947 à Dakar à l'Hôpital principal (6 Européens) et à l'Hôpital centrai••• (6 Africains), Tanguy, Robin et Raoult ont constaté dans 7 cas la disparition complète des amibes et des kystes au cours du traitement et lors des épreuves de réactivation. Dans les cas aigus les résultats sont comparables à ceux de l'émétine. Dans les cas chroniques et mème après échec de l'émétine et du stovarsol, des succès équivalents à des guérisons ont permis aux malades de reprendre leur vie normale [T58). A la même époque Piette à l'Hôpital de la Pitié à Paris obtient 14 succès dans le traitement de 23 dysenteries aiguës et 6 succès dans celui de 14 dysenteries chroniques IP152). Crosnier et coll. à l'Hôpital militaire du Val-de-Gràce à Paris, traitant 76 malades atteints d'amibiase aiguë de première invasion ou de rechute, n'observent plus de parasites chez 74 d'entre eux après une seule série de conessine tandis que 2 sujets conservent des kystes, Sur 20 de ces malades revus au bout d'un mois, -t seulement présentaient des para-

Paris a montré IP9, PlO) que les chlorhydrates d'alcaloïdes totaux h:ent les paramécies en 15 mn à la dilution 1 p. 100 000 et en 5 mn à la dilution 1 p. 20 000 C'est donc une forte toxicité pour les protozoaires. Par contre, ils sont peu toxiques pour le cobaye par voie sous cutanée, n:ais par voie intraveineuse et à forte d05e (0,02 g i 0,03 gfkg) on observe des signes d'ir.toxication cardiaque (arythmie, dissociation auriculo-ventriculnire).

• Le bromhydrate de connessine a été introduit en 1965 dans la pharmaropée française. Il est spécialisée sous le nom de • Roquessine •. •• On pourra se reporter pour l'histori<J,UC ct le détail des recherches à l'ouvrage de Chopra [C11), ta thèse de Pictte [1'152], celle de Schm1t [S2J et diverses autres publications référenciées dans le texte. · • •• Maintenant Hôpital Le Dantec.

'->.<'
TABLEAU VII.- To:J:iciti et activité pharmacodunamique de la conusine (d'après Goutarel [G22)) Références Kcldel [JOB [ Burn [B151] Toxicité Action sur ie système circulatoire Activité pharmacodynamique et biologique

...
Q>

00

. .l
,1

!

Poison du cœur : nécrose par voie sous- Hypertension à faible dose ; bloc cutanée. auriculo-ventriculaire, hypotension à Dose mortelle : haute dose. grenouille 0,460 g/kg, cobaye 0,830 g{kl!. Mort par arrêt respiratoire.

Chopra [C104)

Bakhsh [B152)

St~phenson

[S153)

Mort par arrêt cardiaque. Dmm: grenouille 100 mg{kg/SC, cobaye 115 mg/kg/SC, souris 126 mg kg/ IP. DL50 IV: 1 souris 28,7 mg{kg

Dépression des centres cérébraux. Paralysie des centres respiratoire et vasomote ur. Narcose chez la grenouille mals non chez les mammifères. , Activité anesthésique locale 511r la cornée du i lapin. · · Hypotension, dépression cardiaque. _) Narcose chez la grenouille ; action dépressive sur les ferments digestifs ; stimulation puis dépression de la. respiration ; .activité anea- i thésique locale, inals Irritation ; stimulation de !'.intestin. Hr,pertension passagère; puis hypoten- Stimulation de l'utérus et de l'intestin; dépress, on ; pas d'action sur les coronaires; sion de la respiration ; paralysie du SNC chez i la grenouUle. ; vaso-constriction périphérique.
1 1
1

= ~
C'l

'd

i
f

~

0

t!j.

'd.

1

tt:J
Cil

1
t

z t!j.

t!j.

Deux fols plus active que la cocalnt.

1

~
~ tt:J

1

l.

}

TABLEAU IX.- Toxicité el activité pharmacodunamique: conkurchine, holarrhenine, kurchicine (holarrhimine) (d'après Goutarel [G22))

'
Alcaloïde Conkurchlne Holarrhénlne Kurchiclne rhimine) (Sulfate) Référencrs Bertho [B150) Burn (ln [G22J) (Holar- Chopra (in [G22)) Bakhsh (ln [G22}) Poison cardiaque. Dmm: souris 38,12 mg{kg/IV, cobaye 64,3 mg{kg/IV. Dmm: grenouille 0,051 g{kg SC, souris 0,160 g/kg/IP, cobaye 0,088 g/kg/SC. Mort par arrêt respiratoire. Hypertension à faible dose Hypotension déprésslon du fals· ceau- de--. His, vasodllatlon des vaisseaux splanchnlques. Hfcpertenslon suivie d'hypotenson. Diminution du débit des corona!res Vasoconstrictlon périphérique. Toxicité Action sur le système circulatoire Activités pharmacodynamique et biologique Activité sur les paramécies : 4 à 8 fols celle de l'émétine. Narcose chez la grenouille; activité anesthéslr que locale mais Irritation. Activité anesthésique locale ; stimulation de l'intestin et de l'utérus. Activlté·sur les paramécles 1/80 000 15 mn, 1/250 000 45 mn. Paralysie du SNC chez la grenouille, dê~reaslon de la respiration, stimulation de l'ln estln et de l'utérus. Activité sur les paramécies : 1/2 500-0, Acti-; vité sur Entamoeba proteus : 1/5 000-3h.

~ 0
:::3
'
~

z tt:J
t'"' t'"'

f
1.

tt:J

''

TABLEAU VIII

Activité antibiotique de la conessine• (d'après Goutarel [G22))

Î' l'
Trlchom'onas Helminthes

Bactéries

Paramécies

Amibes

Bacille tuberculeux

1/10 000 en 3 h

In vitro E. dysenleriae

T. homonis in vivo

In vitro Rhabditis macrocerca 1/5 000 72 h 1/100 1h

In vitro

Bakhsh [B152) 4-8 fois émétlneJpH = 7,21{20 000 (émétiner: 1/5 000 000)

+ + + Durleux (D61)
1n vitro mil. alcalin
"-...

> ~ t;l
~ tt:J.

'il t'"'

lr

l

Bactériostasc 1/10 (Melssncrl Ucrtho 1/10 000 5 mn Hesse) [M97)
ll!lcl~rio•lLlsc,

Flndlay in White [W37] pH= 6,8 1/45 000-1/71 000
A~tlon

Ascaris (seg. Isolé)
1/500-1/200 0 h
1 /n

.--"

1/28 000 48 h (émétine: 1/2 000 13 mn) Chopra [C104) T. vaginalis

mhydratc)

1,2f>/OOO

(bro-~Cnlu•.

l\lhnsknr (C tOr.) 1/28 000 mil. alcalin 2 mn

(émétine 1/20 000) 200 f (-)active qu'INH Lambin Bernard (L39,,B153) Chopra [C104] 1/10 000 30 mn Goya! in Schmit [S2)

inhibitrice 1/5 300-1{7 000 24 h Piette [P152) 1/1 000 24 h Goya! ln Schmlt 1/25 000 4-5 j. Guignard in Schmit (S2)

vivo (souris) oxyures

3 mg{jour, 6/9 déparasitées

+ + + Godet ln Schmlt (S2)
Humenolepis nana 1;5 ing/jour, 6/10 déparasitées Janot et Cavler [J41)

0 .... C'l .... z > t'"'
Cil

1 }.

tt:J

Bacille de l'I<'Xnt•r 0

1/1 000 000 Brown [B154] . . E. proteus et lima% mil. alcalin 1/280 ooo 11 mn , (émétine: 1/2 000 7 mn) Chopra [C104) . 1/8 000 Bakhsh (Bl52) 1/8 000 Findlay in White fW37] In vivo (rat) E. dusenteriae dose curative quotidlrnne per os
IOU-:!OU 111!1/l<g·

~ ~ >< .... tO c:: tt:J
Cil

.. f l
JI
if,

1
j

r

(émétine S/C 5 mg/kg) Schneider et Montêzin in Cavier

'
...
~

rr.1 ooJ

• Il n'y a pas d'action sur Plasmodium ni Schistosoma.

t t

,. . _ · ,_ _,_
170

_....,..,..~~,~:-·~·o--~

.>.....c::llti~4-: ~";.":-;-·~---~""'"~7"'~-~--" ...;,-.Iii

'a

,..,

---"'·~>x

·_,;.,,____.,~~-~~-~ ..~-

·«~~~,,..._....._~·

:C

"-·q'

'll.~·. -<'4IIIJI'IIi"-~.lloofo.._..,.~.

.

(

(

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO!'i..NELLE

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

171

sites après réactivation. D'autre part 6 malades atteints d'hépatite amibienne étaient guéris complètement et très vite [C75]. Lavier et coll. donnent par ailleurs les résultats intéressants obtenus dans le traitement de 42 cas d'amibiase aiguë • réchauffée • suivis cliniquement, parasitologiquement, rectoscopiquement [L73). L'action dans l'hépatite amibienne est discutée par Piette. II l'estime inférieure à celle de l'émétine qui constitue dans ce domaine une thérapeutique irrempla.;able [P152]. Toutefois Soulage et Porte ont présenté deux observations caractéristiques de succès obtenus avec la conessine dans des cas d'hépatites amibiennes pré-suppuratives graves non influencées par le traitement émétinien (S152). De même Cmmier et coll. font état des bons résultats obtenus sur 17 cas a• amibiase· hépatique aiguë [C103]. En 1949 Mj_decine Tropicale, Revue du corps de santé colonial français, fait pamltre un numéro sp~cial consacré au traitement de l'amibiase par la conessine. Alain et coll. font état des résultats très satisfaisants obtenus sur 40 militaires atteints de dive~s formes d'amibiase contractées Outre-Mer et traitées à l'Ht•pital Michel Lévy de Marseille. Amibiases intestinales aiguës de rechute (8 cas). - Amibiases intestinales chroniques à forme diarrhéique (6 cas). - Amibiases intestinales chroniques à forme de diarrhée et constipation alternées (3 cas). · - Dysenterie amibienne chroniqu~ vraie (18 cas). - Atteintes hépatiques pré-suppuratives (4 cas) et pulmonaires (1 cas) avec en particulier dans ces affections des résultats que les auteurs qualifient de • spectaculaires • (A92]. Soulage fait état de 105 cas de/différentes formes d'amibiases. traitées en pays d'endémie (Saigon) avec 90 succès d-ont 17 succès sur 17 malades traités pour hépatite pré-suppurative et pulmonaire [S158). On trouve encore dans cette livraison de Médecine Tropicale une étude expérimentale comparative de la conessine et de l'émétine due à Siguier et coll. {S159). Tous les cliniciens ayant pratiqué les traitements à la conessine s'accordt-nt à reconnaltre que malgré sa toxicité relativement faible, elle peut provoquer des incidents neuro-végétatifs sensoriels ou neurologiques (vertige, insomnie.agitation, angoisse, délire). Mais ces incidents sont rares et surviennent plutôt chez les s':ljets prédisposés {T58, C75, P152] ce qui se produit aussi avec bien d'autres médica1lons. D'ailleurs ils peuvent être prévenus ou atténués par l'administration concomitante de gluconate de calcium, d'antihistaminiques et, au besoin, de barbituriques. Séamnoins selon Lavier, là conessino-thérapie nécessite une surveillance médicale attenth·e et comporte quelques contre-indications : hypersympathicotonie, thréotoxicnse, imprégnation éthylique, tares psyc.hiques ou mentales. Cette surveillance attentive nécessite, en fait, l'hospitalisation du malade ~t la cont>ssine, malgré son activité amoebicide certaine, a été finalement abandonnte au profit de l'émétine qui conserve toujours la faveur des médecins traitants. Cependant le bromhydrate d'amino-oxyconessine• proposé en 1952 par Cromier, aussi actif et mieux toléré que la conessine, pourrait peut-être permettre d'étendre les indications de cette dernière et d'envisager un traitement ambulatoire, également possible d'ailleurs avec les extraits totaux d' H. {loribunda (C102, C103]. Quoi qu'il en soit, les différents travaux signalés ci-dessus (sur lesquels nous rrous sommes étendus en raison de l'importance de la drogue pour le Sénégal) n'ont p:;,s été poursuivis et l'utilisation thérapeutique actuelle de la conessine se retrom·e surtout par voie externe dans les vaginites et uréthrites à Trichomonas ainsi que dan.; les leucorrhées (G46J.

C) Holarrhénine (voir Tableau IX). Selon Goutarel, Burn étudiant cette base parallèlement à la conessine mit en évidence l'activité narcotique chez la grenouille et l'activité anesthésique locale, mais irritante, déjà observée chez l'alcaloide principal (in [G22].) Foussard-Blanpin et coll. ont vérifié les propriétés anesthésiques locales. Le bromhydrate montre des propriétés stimulantes du SNC avec diminution du sommeil barbiturique, augmentation des effets de la strychnine et de l'agitation morphinique, augmentation de la force musculaire, effets hypothermisants. Pour les auteurs l'holarrhénine, stimulant central avec composante sympathomimétique, se rapproche ainsi de la cocaïne [F15].

D) Holarrhimine (voir Tableau IX). Chopm et coll. puis Bakhsh retrouvent avec l'bolarrhimine la propriété hypotensive commune à tous ces alcaloid~;s ; mais Bakhsh osberve une diminution du débit des coronaires. L'holarrhimine est un anesthésique local et stimule l'activité des fibres lisses. Les résultats des auteurs sur la toxicité. de cet alcaloïde ne sont pas comparables (in [G22]). E) Holaphylline, Holaphyllarnine et Ho/amine (voir Tableau X). Ces bases ont été particulièrement étudiées par Quevauviller et Blanpin. Leur activité pharmacognosique est résumée dans le Tableau X auquel on peut ajouter encore des données complémentaires figurant dans d'autres travaux des mêmes auteurs {Q4, B31]. · Ce sont des dépresseurs du système nerveux central, anesthésiques locaux, hypotenseurs et ils sont doués de propriétés spasmolytiques. Ils possèdent une action déprimante sur la respiration et le cœur; renforcent l'action de l'adrénaline, mais sont inactifs sur l'hypotension acétylcholinique. Ces stéroïdes sont dépourvus d'action directe sur les gonades et sont anti-inflammatoires (in [G22)).

/
f

.

J

'

7

TABLEAU

X

f

Toxicité et activité pharmacodynamique de 1'/wlaphy/line, de l'holaphyltamine tl de l'holamine (d'après Goutarel [G22))
1

Holaphylline

Holaphyllamine

Holamine

Toxicité: DL50 souris IV ........... Dmm cobaye IV ..........

30 mg/kg

-

28 mg}kg 66,5 mgjkg hypotension 0 id. id.

37 mg/kg 93 mgjkg hypotension fugace 0 id. id.

Tension artérielle ......... hypotension Cœur .................... 0 Système nerveux autonome .
1

>action Ad Ac 0 '

Système nerveux central : 1 P<?lof!gation hypnose bar-, b1tunque ................ , Effet hypothermique ...... , Effet antipyrétique ........ Effet analgésique .......... Effet anesthésique local .... ,

+ 0
0

+ + + 0
2 fois cocaïne depression spasmolytique

+ 0
0 3,8 fois cocaïne dépression spasmolytique
1

0

Action sur respiration ..... !dépression Action sur fibres lisses intes-/ tin ales ....... ' ..... ·.... ·J spasmolytique Activité hormonale ....... ·!stimulation , surrénales Action an li-inflammatoire .. Ad = Adrénaline. Ac = Acétylcholine.

B\ Conkurchicine (voir Tableau IX).
Bertho a constaté in vitro que sur les paramécies la conkurchine est plus activt que l'émétine (4 à 8 fois plus) et la conessine (B150].

fugace sensibilisation des antagonisme de la récepteurs & et 1? à folli-culine au nh'eau leurs hormones de ses récepteurs

·1

1

i

+

+

+

• Spécialisé sous le nom de • Néo-Roquessine '·

··"'""""'·'--""

...,...~,·-

-

..;... ••• Nit

....

·,

-

M~·,...---.·

'-~~~--~~~- ..-,.~....._...-.,...,~

..

"-,...~·-...~·~·

172

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO(- -ELLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

173

F) Triacanthine.

Cette base purique dérivée de l'adénine est le seul alcaloïde non stéroidique actuellement connu de H. florinbunda. I;Jie a requis également l'attention de Quevauviller et Foussard Blanpin. Elle possède des propriétés hypotensives par effet sympatholytique central ; elle est antispasmodique et analeptique respiratoire, dépresseur de la formation réticulée à doses fail!lès, mais excitante des territoires bulbaires et hypothalamiques à doses subtoxiques ; elle marque aussi une action stimu1ante sur l'érythropoièse (Q15]. Elle agit sur les éléments figurés du sang dans l'anémie expérimentale du lapin par soustraction .sanguine (F43]. Les mêmes auteurs ont encore confirmé l'action tonicardiaque de la triacanthine sur le cœur déprimé du lapin in situ à une dose correspondant au 1/30• de sa DL50. Elle présente dans le domaine cardiovascuiaire des propriétés qui apparaissent expérimentalement plus intéressantes que celles de la théophylline'; elle améliore en ellet la nutrition du myocarde grâce à une vasodilatation importante et durable des coronaires. Cette propriété, jointe au fait que la triacanthine se comporte comme un sédatif du système nerveux central, contrairement à la théophylline dont les propriétés excito-cérébrales sont gênantes, laisse présager, selon les auteui"S, la possibilité d'une application clinique dans le domaine cardio-vasculaire (F69).

les troubles constatés disparaltraient peu à peu en renouvelant régulièrement le traitement_ Les fruits sont consommés pendant l'hivernage.
Chimie.

A vrai dire cette espèce n'a pas été étudiée en tant que telle. Mais il faut savoir que Pichon lors de la révision des Apocynacées en 1953, après avoir rattaché Picralii1KI e.lliotii Stapf au genre Hunteria l'a ensuite divisé en deux espèces: H. eburnea Pichon et H. elliotii (Stapf) Pichon; C'est dire que ces deux espèces sont affines. Seul H. rburnea qui est une espèce de Guinée, Côte~d'Ivoire, Ghana, .etc., mais qui n'existe pas au Sénégal a été étudiée, notamment par Asher, Bartlett, Bevan, Taylor. Olivier, Morfaux et leurs différents collaborateurs [A85, B142, B143, B66, B67. B68, 021. M126). La constitution alcaloïdique de la drogue est résumée dans le Tableau Xl d'après les récenh travaux effectués au laboratoire du professeur Le .Men à Reims.
TABLEAU

XI

Aicaloïd~s

des écorces des graine! et d~ feuilles dt Hunteria eburnea (d'après Olivier et coll. (021), :\lorfaux et coll. [M126])
Références Graines N,.-méthyl (-) akuammicine ............... Eburine ................ . Eburcine Eburénine. ·............. . (-)-éburnarnine ......... _ (+ )-isoéburnamine ...... .
ç •••

7. - Hunteria elliotii (Stapf) Pichon
SYN. - Polyadora elliotii StapT, Picralima elliotii (Stapf) Stapf VERN.- Mal., bamb. kodudu., mand. dagis.

Ecorces· Nb-méthyl (-) akuammicine.-................. . Nb·méthylyohimbol .... . ot-hunterbumine ....... . 5-hunterburnine ....... . Huntrabrine - - - ........ . Nb- méth~1- dihydrocory -

Références

C'

-

C""actères remarquables.

/

!Petit arbre de 4 à 5 m, à fftt contourné. L'écorce qui contient du latex ~st particulièrement épaisse, gris très clair, profondément et dtmsément grumeleuse caractérisant ainsi cette espèce dont l'aspect particulier ne se retrouve pas chez. les autres èssences du Sénégal. Feuilles opposées,.ovales lancéolées, largement acuminées au sommet, courtement cunées à la base ; pétiole de 1,5 cm de long; limbe d'environ 11 cm de long sur 4 cm de large avec quinze paires de nervures latérales et des nervures intermédiaires plus ou moins marquées. Corymbes terminaux peu fleuris de fleurs blanches ; tube de la corolle de 6 mm et lobes de 6 mm également. Les fruits sont des follicules jùmelés, courts, subsphériques, verts pendant la maturation. Nous n'avons pu recueillir de fruits mflrs, la maturité ayant lieu en saison de pluies, période où la èirculation est difficile et pendant laquelle les arbres sont généralement inondés. Habitat.
Il est localisé le long des grandes riviicres du Sénégal oriental (Gambie, Koukountou, Niéri-Ko, Niokolo-Koba). Exclusivement ripicole on le rencontre dans les limons recouverts d'eau en période de crues_ Il peut supporter une submersion presque complète de plusieurs jours et peut-être de plusieurs semaines.

A85 A85 A85 S66 867

/

021, A85 021 021 021 021 021, 8143, T56 021, 8143, T56 021, 8143, T56 021, K70, 81H

nanthéol .. - .......... . 867 8urnamicine ........... . 866 Burnamine ............ . 868, T55 Kopsinilam _- - ......... . K71, G92 Plétocarpinilam ........ . K71, G92 Pléiocarpinine - .... _... . K71, G92 Pléiocarpme _.......... . K71, G92 (-)-ébumamine ....... . 8143, 866, (+ )-isoéburnamine .... _. 8143, 866, (+ )-ébumamonine ..... . 8143, 866, (+ )-éburnaménine ..... . 8143, 866, Hunteriamîne- ......... . R41 Hunterine ___ - .. _..... _. N47 Pleiocarpamine .. _ - .... . B68 Hunteracine (Cl-) . - .... . 867 Hunteramine - ......... . 867 Néburnamine - ......... . B68 H-alcaloïde F - - ...... _.. 867 H-alcaloïde H .. - ...... . 867 H-alcaloïde L .... _..... _ 867 H-alcaloïdt- J . - .. __ .... . 867 H -alcaloïde h: ..... _... . 867 H-alcaloïdt- :-;; ..... _... . 867

(+ )-éburnamonine ...... :

(+ )-éburnaménine
T56 T56 T56 T56

.......

Coryminc . . . . . . . . . . . . . . . Feuilles Acëtyl-coryminc . . . . . . . . . De-sformocorymine . . . . . . . Coryminc . . . . . . . . . . . . . . . Erinine 4 .... _ . . . . . . . . . . Erinine 5 . . . . . . . . . . . . . . . Geissoschizol 6 . . . . . . . . . . Eburnaphylline . _. . . . . . . .

M126 l\1126 l\1126 1\1126 M126 1\1126 l\1 126

Pbarmacoloiie.
Emplois. L'emploi de cette espèce est strictement localisé aux régions riveraines de la Gambie et du Niéri-Ko. C'est d'ailleurs à Wassadougou et à Dialakato villages voisins du pont enjambant le Niéri-Ko sur la route de Tambacounda-Niokolo que l'usage de H. elliolii nous a été signalé dans les affections graves, caractéristiques surtout, nous semble-t-il, d'un dysfonctionnement hépatique. On réalise d'abord un décocté aqueux avec l'écorce, on y ajoute un peu· de mil et on fait cuire le tout à consistance de bouillie. La préparation encore chaude est prise le matin à jeun. Pour toute nourriture dans le nycthémère le malade peut boire seulement un peu de lait à midi. L'action serait en premier lieu analgésique avec un effet laxatif et Signalons. toujours pour JI. eburnea, que les écorces sont douées d'une forte action hypotensive et sympathicosthénique et qù'elles produisent une dissociation dela bradycardie et de la bradypnée [R«l]. Des propriétés pharmacodynamiques marquées ont été signalées concernant les principes actifs de cette espèce. L'un d'eux, notamment, de nature ammonium quaternaire. rtwntériamine, présenterait de remarquables propriétés hypotensives, tandis que l'éburnamonine abondante dans les graines est tonique et semble agir favorablemt'nt sur la circulation générale (in [M126)). Des travaux à leur sujet sont en cours (•t il serait intéressant de savoir si ces mêmes principes se retrouvent dans Il. ellioti i.

.'.....-·~~·-.. -

"-~~>

--~ ......-·~_;. ...,·,...,..., ,~-- ·~·-·~~.-:

Y"_!WI•·...~........ ~

--·

--.·:--.:,.;~----·----..

.......,...__,_,.~

IÙ:f

•••

4'fi$::i::~...._..,.~~·~---

_J.

174

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITION(-

~LE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

175

8.- Landolphia dulcis (R. Br. ex Sabine) Pichon var. dulcis
SYN. - Carpodinus dulcis Sabine ex. G. D9n, CarpOdinus acida Sabine ex. G. Don VERN. -Diolq Fogny ésébisom, asom asom; diola Diembéreng énot; diola Tendouk fubot ; (loup bunehol ; bain. kibod. Caractères remarquables. Forte liane volubile à tige ligneuse surtout vers la base, atteignant 10 rn en s'accrochant aux arbres à l'aide de vrilles. Feuilles elliptiques ou_ ovales; régulièrement acuminées au sommet, courtement cunées à la base, avec huit à neuf paires de nervures latérales se raccordant nettement avant le bord ; le limbe vert clair de 15 cm de long sur 6 cm de large en moyenne est, comme les rameaux, pubescent à la face inférieure. Petites cymes axillaires peu fournies de 2-3 fleurs blanches ou rose-mauve, parfumées ; tube de la corolle de 15 mm de long et lobes de 13 mm. Fruit ovoïde de 6 cm de long, jaune orangé à maturité à sarcocarpe blanc; pulpe acide et sucrée comestible. Habitat. Espèce guinéenne assez commune en Casamance maritime mais qui pénètre dans la région soudanienne le long des galeries et dans les vallées humides. Emplois.

Fleurs en cymes terminales généralement très fleuries, blanches, parfumées ; tube de la corolle de 7 à 8 mm de long; lobes étalés de 10 à 12 mm de diamètre. Fruits sphériques ou légèrement piriformes groupés par trois à six ou plus, dé différentes grosseurs sur la même infrutescence en raison de l'échelonnement de la floraison ; ils sont vert mat ptndant la maturation, deviennent jaune orangé à maturité et peuvent atteindw 5 cm de diamètre. Pulpe blanchâtre, sucrée, acidulée, agréable au goilt, comestibk Graines bistrées. Habitat.
II est commun en Casamance dans les lieux frais. Il se ren.cqntre aux· environs de Dakar dans les sables humides à faible profondeur à proximité des· niay. Dans la région soudariienne il existe dans les vallées, ravins et gakries, rebords fracturés de bowé.

Emplois. En thérapeutique on rec(•nnalt des propriétés antientéralgiques au décocté de feuilles ou de racines qui aurait l'avantage de ne pas produire d'effet purgatif. On utilise également L. heuddotii pour les maux de dents en faisant inhaler au malade les vapeurs émises par l'ébulition de rameaux feuillés. On recommande encore comme défatigant des bains pris avec le décocté de racines et de pulpe de fruit additionné de jils de citron. Quelquefois aussi le fruit dont la pulpe est comestible, mucilagineuse et légèrement acide, est conseillé comme eupeptique. Chimie.
/
J

G

Landolphia dulcis est quelquefois employé en médecine casamançaise sous trois formes d'administration et avec trois indications différentes. En usage externe : bains, massages, empMitres à base de racines et de rameaux comme antiarthritique, antirhumatismal et . .orexigène pour les bébés au moment du sevrage (application sur les seins de la maman), ainsi qu'en pansements occlusifs à demeure avec le décocté de tiges feuillées additionné de poudre d'écorce pour les blessures graves. En usage interne : décocté de racines comme galactagogue. Cbimie et pharmacolo&Ie. Au cours d'essais préliminaires entrepris sur l'espèce guinéenne, ?.Iascré et Paris >nt décelé de petites quantités d'alcaloïdes (environ ·0,25 p. 1000) à côté de sub;tances banales telles que lipides, phytostérol, tanin, pectine (!113). Les alcaloïdes se sont montrés peu toxiques, contrairement aux extraits de plante rui révèlent une certaine acti'\"'ité cardiotonique. Les auteurs ont en outre effectué quelques essais cliniques pour vérifier l'action :alactogène, mais ces essais ont donné des résultats inconstants (li3).
~.-Landolphia

1,

L'analyse diététique des fruit~ d'origine sénégalaise montre une teneurde 14 p. 100 en glucides. de 0,011 p. 100 en \itamine C, avec de faiblej quantités de niacine, thiamine et riboflavine [T3]. Le latex fournit un caoutchouc qui était anciennement exploité.
l'"

10.- Nerium oleander L.
Yt:LGO. -,- Laurier-rose. YERX.- Wol. tortor t?). Caractères -remarquables. Arbuste à rameaux dressé~. atteignant 4 rn, originaire d'Asie :Mineure et du Bassin méditerranéen, cultivé dan~ tous les pays tropicaux et tempérés chauds pour sa floraison très ornementale. Feuilles lancéolées verticillé~~ par trois ou quatre, présentant de très nombreuses nervures secondaires pennéef et parallèles se raccordant près du bord du limbe. Inflorescences terminales ·ie cymes racémiformes très fournies de fleurs rouges, roses ou blanches, atteignant 6 cm de diamètre et 5 cm de hauteur. Fruits en follicules couplt'<. NI plus souvent uniques par avortement, de 18 cm de long sur 1 cm de diamètre. se tordant hélicoïdalement à maturité. Graines de 1 cm de long. brunes, velues, surmontées d'une aigrette de poils. Habitat. Répandu dans tous les jariin> et plantations urbaines du Sénégal, il se développe vigoureusement dans les st<otkons humides mais est très. résistant à la sécheresse. Emplois. Les propriétés du Laurie~-ro-;e semblent ignorées des Sénégalais qui signalent seulement l'action sternutalo:oirt des feuilles et leur usage externe pour les éruptions cutanées. Les bergers Peul qui amtnent leurs troupeaux à Dakar connaissent la toxicité

beudelotii A. DC.

VuLGO.- Liane goruue (du nom malinké), Liane à caoutchouc du Sénégal. SvN. -Landolphia hl!udelolii var. djenge Stapf VERN. - lVol. toi ; ser. folé ; none ho, u, uk (Sébire) ; falor uk (Sébire) ; mal., bamb. goin; mand., socé folé, foré (d'après Dalziel) ; peul poré (d'après Dalziel); diola barakâ (d'après Dalziel) sôkon. sôkonasu (Sébire); diola Pogny bufem, fufembabu, bufembabu ; diola Sélél.:i bufemb ; dio/a Diembéreng oéhemp; (loup hunohol; bal. psobé, sobé (d'après Dalziel) ; bain. dikof ; mandj. nta (Sébire) ; Port. créole foli (Sébire). aractères remarquables. Liane à très nombnux rameaux pubescents, grêles, enchevêtrés, pouvant atteindre us de 40 cm de diamètre à la base et 15 rn de haut en s'accrochant à des branches 1trices à l'aide de vrilles terminales. Feuilles vert foncé ovales, plutôt obtuses ou à peine acuminées au sommet, arroues à la base, en moyenne de 7 cm de long sur 3,5 cm de large, pubescentes dessous.

~ ....

__ ....,,._

'"""!·~~~·""'"'"

.......,;,;.,-. .., . ..,• .....,.._...._~~-:~····-=·:

-;$.~

.-

•.-~:t.-.....-i. 1

4IÎI JW. '$i

.....

-~-,-·

~- ...... :Jôilf'O:~-...,.... ·~;.,

*· ··-

-~.-~-":

.~. ·__..·~-...-.···-1(·

.......

qqt .. ~

~--...

176

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITiü.~NELLE

(

(
PLANTES MÉDICIXALES ET TOXIQUES

177

du Laurier-rose et ne laissent pas les animaux en manger. L'intoxication se traduirait en cas de consommation exagérée par des diarrhées profuses avec convuliions, puis paralysie précédant la mort.

De la vitamine C (0,1 p. 100 dans feuilles sèches), des traces de carotène et de vitamine K. - Un tanin catéchique, une résine, du glucose, des lipides (4 p. 100), une huile essentielle (0,25 p. 1 000), etc. 2°
AUTRES ORGANES DE LA PLANTE.

Chhnie.

Le Laurier-rose spontanément abondant dans la région méditerranéenne t~t en Asie) y est d'autre part très cultivé comme plante ornementale. C'est une d:"ogue qui figure dans tous les traités de Matièft médicale mais qui était chimiquemen: mal connue jusqu'à ces dernières années.

1o

FEUILLES.

Ce sont les feuilles qui sont utilisées en thérapeutique: Elles sont caractérist'es au point de vue principes actifs par la présence de nombreux hétérosides digitaliqLes et de quelques hétérosides flavoniques.

A) Hétérosides digitaliques•. - Oléandroside (oléandrine, folinérine) C80 H,1 0 1 donnant par hydrolyse one fraction glucidique constituée par le L-oléandrose. C 17 Hu05 (qui est un. méttoxydésoxy-methylpentose) et un génol, l'oléandrigénol c..H ..o, ou acétyl16-gitoxi~nol. - Désacetyl oléandroside, formé de gitoxigénol et de L-oléandrose. ,..- Nériantoside (nériantine), c..H. 1 0 1 forme de nériantogénol CttHasO, et de glucose. - Adynéroside ~ynérine) C 18 H..~ formé de adynérigénol C.aH~•O, e: du D-Q.iginose. - Digitalinum verum (digitaline, digitaloside) c.. H 50 0,**. - Strospéside (desgluco-digitalinum verum) C30 H .. 0 1• - 16-anhydro-!!trospéside C..,H4.01 • - Odoroside A : CaoH..0 7 fo~ de digitoxigénol et de D-diginose. - O.doroside H : C 10H ..0 8 formé de digitoxigénol et de D~digitalose. - Odorobioside G : c..H..Ota· C'est le !i-D-glucose nionoacetyl-[3-D-digiW.oseligitoxigénol. - Odorobioside K : C 30 H51 0 11• C'est le 3-[3-!:: ,flucose-~D-diginose-5-allo ·ligi.oxigénol - Odorotrioside G (odoroside G) C..,H880 10• C'est le 3 [3-D-glucose monoacityl1-D-digitalose-digitoxigénol. - Odorotrioside K (odoroside K) C42 H..0 17 • C'est le 3-(3-D-glucose-(3-D-gluc<.;e-(3 )-diginose-5-allo-digitoxigénol

L'écorce contient 0,30 p. iOO de daml>onitol, une huile essentielle, une huile grasse, un corps résineux cristallisé, 3 p. HO de cendres, 3,5 mg p. 100 g de manganèse. On y a signalé un certain nombre de glucosides : le rosaginoside ou rosaginine · (Pieszczek en 1890, Cohri en 1913) ; le nériosîde, ou nériine qui est un principe amer mal défini constitué par un mélange de glucosides (anciennement signalé dans les feuilles); le corténoroside ou corténérine on cortinérine, proche tle I'oléandroside et, plus récemment, la scopoline. Des graines, Jâger a isolé huit cardénolides cristallisés et un composé donnant une réaction de Kedde positive, après fermentation. ainsi que 17,43 p. 100 de lipides et un sistostérol (in [W2]). · Les fleurs contiennent une huile volatile ün (-W2]) et Turkovic y a mis en évidence la scopoline [T40]. Les feuilles sèches renferment de l'acide ursolique : 4,3 p. 100 de produit brut et 2,8 p. 100 de produit pur [L78). Pbannacologie. 1o /
ORGANES.

L'oléandroside est I'hétéroside majeur des feuilles. Neumann (in (Kt] p. :lOl) ignale dans les feuilles sèches 0,11 p. 100. Selon Benigni (in [B14] p. 1000) les fecilles èches de provenance italienne en contiennent 0,5 p. 100 et selon Watt (in [W2] '· 91) on en a trouvé jusqu'à 1,5 p. 100. On peut estimer, semble-t-il, que cet létéoside représente 90 p. 100 des hétérosides totaux. Viennent ensuite le digitalh!IDl ·erum (en quantités notables), l'adyné.roside (mais il n'est pas cardio-actif), ;:HIÎS ~s autres principes hétérosidiques dont tin certain nombre ont été identifiés <hrolatographiquement par Turkovic (T41].
B) Hélérosides flauoniques. - Rutoside (quercétol 3-rhamnoglucoside) C2,H 30 0 8 , constituant 90 p. 10(1 de 1 fraction flavonique. - Nicotiflorine (kaempférol 3-rhamnoglucoside) C.,H 30 0 15 • C)
Di~rs.

Les feuilles contiennent encore Du dambonitol ou mésoinositol-1,3-().émethylether (0,54 p. 100) [Pl13J. - Les acides oxalique, malique, citrique, succinique, ursolique et oléanoli·llle. • Consulter les importants travaux de Turkovic sur les hétérosldes des graines (T39 j. des msses (TtOJ, des feuilles (T41 J. •• Cf. Honghéloside B de l' Adenium obeaum, p. 154.

Toutes les parties de la plante sont toxiques et ce sont les animaux qui en subissent le plùs souvent les conséquences. Selon W:att (in (W2] p. 90) la consotnm:ation des feuilles provoque chez les anim:aux domestiques vomissements, diarrftées. stupeur, tremblement, convulsions, paralysie. La d•>se mortelle de feuilles est évaluée pour les moutons à 1-5 g (fralches ou sèches), pour les chevaux à 15-20 ·g (fralches) et 30 g (sèches). Chez l'homme le syndrome dominant e'st une irritation gastro-intestinale avec une action type digitalique, troubles re~opiratoires, frissons, quelquefois hémoglobinurie, ralentissement et irrégularité du pouls, arrêt du cœur. Le traitement de l'intoxiCation par les sels de l'acide édétique (acide éthylène diamine-tétraacétique ou EDTA) peut ètr~ actuellement envisagé. On sait en effet que cet agent chélateur a été utilisé depuis 1959 dans les arythmies de l'intoxication digitalique (E25]. Or récemment Burton et coll. ont expérimenté avec succès l'édétate dipotassique par perfusion lente de 24 h chez les chats recevant la dose létale soit de feuilles (125 mg/kg), soit d'oléandroside (0,17 mg/kg) [B111]. Les extraits hydro-alcooliques et les infus.és de feuilles ont une action cardiotonique et augmentent la diurèse. Les extraits d'éc..rce de tige et les extraits de feuilles stabilisées se rapprochent davantage des Strophanthus que des digitales au point de vue action cardiaque. Signalons que, selon Leclerc, les doses maxima d'extrait sont de 0,20 g par jour comme cardiotonique et diurétique, notamment dans les myocardites des vieillards. Les expérimentations de Abbott et coll. h.Vec les extraits de, tiges et de feuilles sur les tumeurs transplantables de l'adénoc.arccnome 755 ont donné des résultats, mais relativement faibles quant à ia réduction dt-; tumeurs chez les animaux traités (A71]. Par contre à partir de différents extraits et fractions de tiges feuillées Dijkman et coll. ont obtenu des résultats intéressants c<•ncernant justement l'action cytotoxique~ C'est ainsi qu'ils ont noté les ED50 (!'-g/ml) scrivantes: 2,30 pour les solides de l'extrait aqueux, 2,60 pour ceux des protéines et 8.6>) pour ceux des matières grasses [D64]*. En dehors de ces propriétés thérapeutiques, les rameaux, les feuilles fralches, les fleurs ainsi que les extraits de feuilles. présentent expérimentalement une bonne action insecticide (H57].

• ED50 rst la dose qui in vitro donne une inhitltion de 50 p. 100 de la croissance par rapport 'à la croissance de contrôle. Pour le • Cancer chemo,herapy NatiOnal Service Center • est .:onsidérée .comme signl flcalivc une ED50 inférieure ou rgalè à 20 !'-8/ml.

_,

~-....,__

.....

,...

,-~,.

~

......

,.--,~_,..-........,....--::·..;

..,..·-~·~·
·u

.... ~ ....- : ~- ••

... . .

;"'~~

• 3 t ,• • • . "·

··.::.~:"""" .~-··.,·~~ ..... ,...,.....;... ~~---"':""

..... -

178

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOt>tSELLE principes cristallisés : t~n principe amer et un glucoside amrquE!:s sont attribués des noms et des formules variées (in [D3] p. 531; [R5] p. 197; [A621). En 1953 Schmid et ooll. ont isolé des écorces 0,25 p. 100 d'une laclone de formule CuH 110, dénommée fulvoplumiérine (in [K1] p. 453). Dans l'éèorce de l'espèce indienne, Rangaswami et coll. isolrot e~e 1961 : «-amyrine (1,5 p. 100), fnlvoplumiérine et Je glucoside plumiéride C11 H.0 11 H 20 sous forme cristalline [R73J, tandis que Venkata Rao et coll. isoleJ:.t en 1967, toujours dans les écorces de l'espèce indienne : fulvoplumiérine, lupéol, ~ si~tostérol et plumiéride IR61]. · Le plumiéride est, selon les auteurs cités, un glucoside amer >bter:u avec un fort rendement. L'écorce pourrait en contenir jusqu'à 2 p. 100. On tn tr~u,-e également dans les feuilles. • Le latex renferme 46 à 42 p. 100. de sels, notamment du plum,oératt de calcium, et 44,6 p. 100 de stérols (U6]. L'acide plumlérique serait vraisemblabltment un acide oxyméthyldioxycinnamique. Le latex contient aussi 3,06 p. 100 de g<mme IG69]. Les fleurs donnent 0,04 à 1,07 p. 100. d'une huile volatile 1ormte de géraniol, citronellol, farnésol, pbenyléthylalcool et linalol. Elles renferment en outre 0,4 p. 100 d'une huile fixe, 0,2 p. 100 de résine et 0,3 p. 100 de plumeria-tamoïde (in [W2) p. 95). Pharmacologie. Le « suc laiteux • administré à l'intérieur, et à doses élevées, oJgit comme toxique irritant. A doses minimes de 0,50 à 0,80 g et sous forme d'émdsioll. il donne lieu à des évacuations bilieuses extrêmement abondantes, propriétés qui lt font employer pour combattre l'hydropisie fD3]. Les extraits de fleurs et de tiges fratches présentent une faible <.~ction antitumorale vis-à-vis du sarcome 180 {A7l). Pour les solides de l'extrait aque1:x de rameaux feuillés, Dijkman et coU. ont trouvé une ED50 de 0,17 ILS/ml [Df.t]•. Une étude pharnÎacologique de. Chak et Par.IJaik parue en 19:-2 et portant sur la recherche des propriétés anesthésiques locales, analgésiques, spasm.Jiytiques d'extraits aqueux d'échantillons frais de tiges, écorces, feuilles, ~ mo:ttré (avec des variations selon les organes) que : - Seuls les extraits de tige présentent une activité anes1hési<ft!e de surface significative sur la cornée des lapins. Cependant tous les extraits t~stés mr les cobayes accusent une activité anesthésique d'infiltration d'une durée SUJ~rieure à une heure. D'autre part, chez les chats et les souris une conduction partiell~ de ~·anesthésie est constatée. - Aucun des extraits testés chez les souris par les méthtdes plaque chaude et pincement des queues ne présente d'effet analgésique, mais tom peuwnt prévenir la douleur induite par la phénylquinone. - L'activité spasmolytique n'est pas spécifique [C155). Selon Garcia [G69] cité par Watt, Je plumiéride n'est pas toxique n( irritant pour les conjonctives et est sans effet sur la respiration et la circulation. même après injection intraveineuse. II n'a pas d'action directe sur Je musclt utérin isolé ; il n'a pas d'action antiseptique (sic) sur le staphylocoque. L'effet :najeur observé est l'action purgative résultant d'une modification chimique du gluc<•;ide dans l'intestin. La dose pour l'effet purgatif chez l'homme est de 0,2 à 0,3 g. L-s d("es supérieures provoquent une importante diurèse avant l'effet purgatif. La lactone fulvoplumiérine est bactériostatique. Grumbach a c>nstaté qu'elle arrêtait la croissance du Jlfycobacterium tuberculosis à la concentra ti ;n de 1 à 5 ILS p. 1 ml fG70].

(

.

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

179

2° HÉTÉROSIDES. La Pharmacologie des dieérents hétérosides est plus ou moins étudiée dans les ouvrages et publications cités ci-dessous. Indiquons que selon Cben et Henderson l'adynérine n'est pas mortelle pour le chat à la dose de 13,98 mg,'kg et que l'adynerigénol n'est pas mortel à la dose de 6,935 mg/kg pour le mêmt' animal fC25]. Signalons aussi que ·l' olêandroside, spécialisé sous le nom de - Nériol t peut être donné par voie buccale en ec.mprimés de 0,2 mg (2 à 6 par 24 h). Selon Leclerc il ralentit le cœur, stimule la diurèse, réduit les congestions· viscérales et les stases périphériques. II..est également ~:apable de réduire le flutter auriculaire en fibrillation, puis en rythme normal. Son pouvoir d'accumulation est.f:.aible et son élimination rapide correspond à une dü1rèse supérieure à celle provoquée par la digitaline. Son effet le plus caractéristi.:rue est un effet bradycardisant : il est constant, net et précoce, mais passager fL"lO].

Bibliographie complémmlaire à consulter :
Bénigni (op. cil. [B14: pp." 996-1011, 91 références) ; Garnier (op. cil. [G4] pp. 1003-1007, 46 référmc.es) ; Watt (op. cil. [W2] pp. 88-93, 50 références) Pouly [P114] ; Fauconnet (F44] ; Aiozzi-Mancini [A67}. Stasbuniewcz [S197].

11. - Plumeria rubra L.
Yuwo.- Frangipanier.
/

/

Caractères remarquables.

t

J

Petit arbre de 6 à 7 rn <lont le tronc est ramifié près de la base ; branches lisses de teinte claire, dressées pui> t'talées en parasol et renfermant, ainsi que tous les organes, un abondant latex blanc. Feuilles alternes spiralée> en bouquets à l'extrémité rues branches, ovales, lancéolées, régulièrement cunéifunnes aux deux extrémités, aiguës au sommet, entières avec de nombreuses ner•nre-~ latérales régulières qui se raccordent avant le bord en formant une nervure marc<inale ; elles atteignent 30 cm de longueur. Cymes terminales de bellt-; fleurs très parfumées de 8 cm de diamètre épanouies, roses ou rouge urangé aYoc un cœur jaune ; calice formé de 5 sépales de 1 mm environ ; tube· de la corolle dffis.'ment poilu à l'intérieur, retréd à la base, arqué puis ensuite élargi, formé de 5 pétales tordus ; 5 étamines in~rées à la base du tube de la corolle. Fruits formés par deux follicules divergents d'environ :JO em de longueur sur 3 cm de diamètre renfermant de n•>mbreuses graines aplaties, :aik'e'!s à la partie supérieure. Habitat.
Il est originaire de l' Am.'ri<ft!e tropicale et du Mexique. n croit aisément au Sénégal. II existe aussi au Sént'jlal P. rubra Yar. aculifolia (Ait.) Woods (Syn.-P. aculi-

folia Poir., P. acuminala .\.it., dont les fleurs sont blanches avec un cœur jaune.
Emplois. Le frangipanier n'est pas utilisé en thérapeutique sénégalaise, mais il est considéré comme dangereux. Le l8tex est redouté, de même que l'écorce (mais à un degré moindre) des éleveurs de t-étai! car il se comporte comme un purgatif drastique.

'e

12.- Rauvolfia vomitoria Afzel.
SvN.- Rauuolfia senegambiae A. DC., Hylacium owarin.se F. Beauv. VERN.- llfal. :kolidohi (Aubré!•ille); peul moyaialaJ tAulréuille), moda tate! (Laffitte) ; diola bural, giupa (Berllaut) ; diola Séléri merianni.
• Cf. note de bas de pagje, p .. 177.

Chimie.
Des travaux anciens d~ &){)rsma, Peckolt, Merck, Owdeman font état de la présence dans le latex d'un acide particulier, l'acide plumiériqoe, dans l'écorce de deux

~- ~--_7....,._~>~---~--

..

~

,_,..."_ ..... -!-

~ :..;..,._, ~--~----~~-- - -

·~

.....

··-=····hioo

-~~

~--::-··~~·-···:--~~-~.;

....... ~-··~--~

180

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TR..-\.DITI( AELLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

181

Caractères nmarquables. Arbuste de 3 à 4 rn au Sénégal, rarement plus, ramifié près de la base, à nombreuses branches grêles évasées.· · Feuilles verticillées par quatre ou cinq, largement lancéolées et acuminées ; pétiole de 10 à 20 mm ; limbe de 12 cm de long sur 4 cm dt' large, vert foncé, avec douze paires de nervures latérales. Corymbes terminaux très fleuris. Petites fleurs blanches, :parfumées, de 1 cm de diamètre. Fruits sphériques formés par un ou deux carpellt.-> entièrement libres de 7 à 8 mm de diamètre, rouges à maturité. Habitat. Arbuste guinéen qui n'est fréquent. qu'en Casamance maritime où il .croit à proximité des rizims et dans les sols frais. ll s'en éloigne un peu en pénétrant dans le sous-bois de:s forêts sèches à condition de ne pas subir les feux de brousse. Emplois. Cette espèce peu abondante et peu connue au Sénégal n'y jol!Ît pas de la réputation qu'elle possède, par exemple, en Guinée et en Côte-d'h·oirt>_ Les guérisseurs diola de la rive gauche de la Casamance utilisent quelquefois en boisson le décocté de racines conune antiblennoragique, mais c'est une prescription banale qu'on retrouve pour presque toutes les plantes à latex. Plus rarement encore .on reconnalt au décocté de feuilles des propriétés vermifuges. En fait les préparations totales sont dangereuses et mal supportées car elles sont non seulement émétiques, mais encore fortement diurétiques et purgatives. Chimie.
/

Schlitter et coll. avaient séparé deR. oomüorÜl oo 1952 un nouvel alcaloïde l'alstonine [S123], mais c:'est l'isolement de la réserpine qui fut le point de départ de toute une série d'études dans lesquelles se sont particulièrement distingués Poisson et ses collaborateurs. Ces travaux ne peuvent être énumérés dans le cadre de cet ouvrage mais sont résùmés dans le Tableau XII•. Signalons à ce propos que les alcaloïdes des Rauoolfia ont été passés en revue par Pakrashi [P153) en 1968.

AUTRES PRll'CIPES CHBIIQUES,

Kupchan et Oba~i ont isolé des graines 0,002 p. 100 de 2-6-diméthoxy benzoquinone [K81]. Paris a signalé dans les feuilles de l'espèce ivoirienne la présence de deux hétérosides flavoniques dérivés du kaempférol : le 3-rhamnoglucoside ou nicotiflorine et l'astragaline qui est un kaempférol 3-glucoside {P108]. Le Men et Pourrat ont trouvé dans les feuilles (produit sec) de l'acide ursolique représentant une teneur en produit brut de 0,85 p. 100 et en acide ùrsollque purifié de 0,3 p. 100 [L68]. De leur côté Pousset et Poisson ont isolé, à l'état cristallisé, des feuilles de l'espèce ivoirienne, un alcool terpénique, le vomifoliol, de formule brute C13H 100 8 ; sa struc~ ture est proche de celle de l'acide abscisique, mais son action sur l'élongation des coléoptiles de blé est nulle (Pl69]. Pharmacologie.

-1°
/
t'

RACINES.

U

ALCALOtpES.

La première étude sur le R. oomiloria fut réalisée par Paris ~n 1943 sur des échantillons d'écru:œs de tiges et de racines récoltés en Guinée. L·auteur avait extrait à l'époque 0,5-9 p. 100 d'alcaloïdes totaux des écorces dè tiges et 1,7 p. 100 des écorces de racines. Il signalait dans ces dernières la présence d'au moins 5 alcaloïdes déjà trouvés dans d'antres Rauoolfia dont ajmaline (0,37 p.l (li)()), i!<lajmaline (0,74 p.100), ajmalinine et des traces d'une base jaune supposée être la serpentinine [P109]. Les travaùx de Müller, Schlitter et Bein [M71, S15';J aboutissant à la découverte en 1952 dans les racines de l'espèce indienne R. ser[Nnlina d.e l'alcaloïde réserpine aux propriétés sédatives et hypotensives, allait avoir un .rttentissement considérable en faisant naitre. la notion pharmacodynamique nouwUe des tranquillisants. Dans le monde entier les savants entreprirent l'étude œ différents Rauwolfia connus dont 175 espèces figurent à l'Index de Ke"' mais dont, selon Delaveau [D83], on peut fixer le nombre à 86 espèces süres plus quelque; autres rattachées. Janot et SQD équipe de phytochimistes avec Poisson. Le :;fir, Goutarel isolaient en 1954 la réserpine du R. vomiloria {P117] et dès lors cette drogue prenait immédiatement une pl:ace privilégiée en raison de sa forte teneur m réserpine, supérieure à celle de l'espèce indienne R. serpentina. On peut estimer que les rendements d'extraction des alcaloHes totaux du R. oomiloria sont de 4 à 8 p. 1 000 pour les feuilles et 1,5 à 2 p. 1 000 pour l.es racines [P143]. Quant aux éc.arce:s de racines elles sont presque 10 fois plus rk~es que les racines. Nous avons eu en mains au cours d'une mission accomplie ~n République Centrafricaine en 1967 des résultats d'analyses pratiquées par diffén~nts importateurs. Les écorces de racines sont en effet achetées sur titre. li semblt bien que d'une façon générale le titre minimum du produit sec actuellement exigt'· -;oit de 0,60 p. 100 de réserpine (certains lots titrent jusqu'à 1,7 p. 100) et on es:ime que cet alcaloïde représente le dixième des alcaloïdes totaux. Nous avons obtt·.1u aussi des renseignements concernant la teneur de deux lots en ajmaline (base du R. vomitoria également recherchée) qui titraient respectivement 0,35, et 1,6 p. 100 dL poids sec [K80]•.
• Ajoutons :à titre d'information que les exportations d"érorces cl• racines de R. vomiloria (produit sec) de la RCA ont été les suivantes de 1963 à 1966 en tonne> : 1963 (25 t), 1964 (35 t), 1965 (102 t), 1900 (282 t) (KSO].

Dès 1939, avant la découverte de la réserpine dans R. anlidysenlerica par conséquent, · Raymond Hamet étudie les propriétés pl,armacodynamiques des écorces de racines de R. vomitoria provenant de l'Afrique cccidentale••. L'extrait aqueux montre une remarquable actit"ité physiologique se trad~:~isant lors de son administration au Chien. - Par des symptômes respiratoires : aux doses faibles, tachypnée ; aux doses moyennes tachypnt'e. précédée et suivie de bradypnée ; aux doses fortes, accentuation de la bradypnée suivie de mort par asphyxie respiratoire. - Par des s~·mptômes digestifs : diarrhees se manifestant une heure après l'injection. - Par des symptômes nt~uro-musculaires : phase rapide d'excitation motrice puis sédation ; l'animal tombe sur le flanc. D'autre part chez l'animal anesthésié, cet extrait possède le pouvoir d'inverser à la fois les effets hypertenseurs et l'action apnéisante des doses moyennes d'adrénaline [R96]. Par la suite le mfme auteur vérifie sur l'intestin in situ du chien l'action motrice et constate qu'aux doses où ils inversent les eflets hypertenseurs de l'adrénaline, les principes actifs hydrosolubles du R. vomitoria ne font que diminuer l'action intestino-inhibitrice de celle-ci ; par contre, si on les fait agir à des doses beaucoup plus fortes, ils peuYent aussi inverser cette action qui d'inhibitrice devient alors motrice [R97]. Caujolle et coll. "nt étudié l'influence des extraits aqueux sur l'activité du barbital et du phenobarbital (C108]. Paris, étudiant sur la souris l'action calmante des racines de R. vomitoria en uti-· lisant une méthode <l'enregi~trement de la motilité, a trouvé qu'àvec une dose de 5 g/kg par voie som-cutanét'. le chiffre initial de mouvements ·qui était de 200 par cinq minutes passait à 100 après deux heures et était toujours de 100 après quatre heures [P157].

• Nous remercions ·;iYement ~1. le professeur Poisson d'avoir bien voulu revoir ce tableau et y appo~tc~ les n·otificatiom nécessai~cs. •• Aux Indes. et m~lg~é la vogue ext~ao~dinaire de R_ antidgsenlerica en médecine populaire, les premièr~s étu les sur la drogue furent réalisées par Ch'""ra entre 1933 et 1944 [C11].

..;~,-

''--"":"-'''".'~.'··

i"'"'

~-...··.--.....,..._~"""...:_~. ~-~ .. ~.,.,..

,.

.-~,...,..-...:,-:r-'<t"":'~..,.,.., . •~--~"N,..

~

__....,...,_
1
Organe

............

~""'·-

,.

ll!J. . I!IJi&flP

. "'

182

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE:_TRADITIO(- .ELLE
TABLEAU

(
PLANTES MÉDICIN.-\LES ET TOXIQUES
Formule Nom Structure

183

XII
1 Références

Alcaloldes indoliques du Rauvolfta vomitoria 1. - Groupe du Yohimbane

Nom

1

Structure---~-Formule

Autres alcaloïdes indoliqnes Organe
1

Référeoces désacétyl - desformol akuammiline C20H 22 N 1 0 2 Picrinine .............. ~désacétyl c desfonno icraline C 20 H 22 N 2 0 3 Yomiloline (= peraksine) arcaloide dihydro indo-1 • hqne . · C.,.H .. N 2 0 2 Geiss..scbizol .......... . C 10 H,..N 0 0
F (1)

P81 P81 P8l, P144, K72 P144

Rés.rpine ............. 1triméthoxybenzoyl 1 R méthy!réserpate C..H, 0 N 2 0 1 1 Réstrpoxydint ( = RénoR xydine) .•............ 1N (b) oxy-réserpine• C..H40N 1 0 10 R Resddine ............ . CUH,.N,o, Rescinnamine ......... . triméthoxycinnamoyl R méthylréserpate c.. H, 2N 1 0 0 R Yohimbine ........... C11 H 20 N 2 0 3 R Cl-yohlmbine .....•..... C11 H 18 N 20 1 ~ F (G, N) Sérédine .•............ diméthoxy- Cl-yohimbi1 p ne C13H 30N 2 0, 1

P117 U12 P122, Pl:21 H63 H83 H83 P144 P118

F(I)
F (I)

f

·1

·

• Artefact ? Org&llles : F "" feuilles ; R = racines .. Origillle des échantillons; (G) =Guinée; (1) =Côte-d'Ivoire;(:>:) = Nigeria.

II. Rauvanine ........... . Alst<>nine ............. . Raumitorine .......... . Tétrahydroalstonine .... .

Groupe de l'hétéroyohimbane

c ..H 28N 20 6

C,1 H 10N 1 0 3

c,.H.. N,o, c .. H ..N,o1
0 5 c 10H 26N 2 0 5 28 c 10H 28 N,o, c..H ..N,o, c 11H 2,N20 3

Aricine ............... .
lsoriserpiline ......... . Réserpiline ............ . Réserpinine ........... . Ajmalicine ........... .
f

C H

N 20

1

'

R(G) G2 Sl23 R P118 R(G) P13 R (N, G) M98 R(C) F(N, G) Pl3 F(N, G) · Pl3 P144 F(N, G) H83 R H83 R P109, BH.l R

III.- Groupe de l'Ajmaline

La Barre et Wirtheimer ont constaté que chez le chat anesthésié et chez le rat éveillé non hypertendu préalablement, les extraits de R. vomitoria présentent des effets bypotenseurs moins puissants, mais de plus longue durée que ceux de Morinda lucida [L32]. La Barre, également, dans une importante publication parue en 1958 étudie la toxicitJé des extraits non réserpinés (autrement dit privés de l'alcaloïde principal) de R. IIKJlllitoria et comparativement les effets de ces extraits avec ceux de la réserpine dans différents domaines : sécrétion et motilité gastriques, possibilité de productiotn d'ulcères. gastriques, pression sanguine du chat chloral osé, action tran(quillisante. Les résultats obtenus lui permettent de conclure que les e,:itraits non i réserpinés. de R. vomitoria accusent des propriétés hypotensives. et traqquillisantes aussi intenses que la réserpine tout en étant dépourvus des effets défavorables de cell~i du point de vue digestif (hyper.;écrétion gastrique, action diarrhéique et ulcérigène) [L 76]. L'activité anticancéreuse des extraits a été recherchée par Abbott [A71] et l'activité Ïnsecticide par Heal [H57] sans résultats probants. 2° LES ALCALOIDES. L'ét.:nde des alcaloïdes des Rauvol{ia a fait l'objet de multiples travaux dont il est fait largement mention dans les ouvrages classiques récents et les revues !>pécialisées: Woodson dont l'ouvrage est consacré aux Rauvolfia [W24), Sollmann [S51], Bm·ger [B87], Di Palma [D35], Bénigni ([B14], pp. 1207-1357; 803 références), Goodman ([G65], pp. 178-182 et pp. 569-572), Bein [B158, B159], Proceedings of Symposium on Rauwolfia (:\"ew Delhi, 1956), [A88J, Planta medica (1957. 5, pp. 128198, mombreux auteurs), Delaveau [D83j. etc. Les premières recherches sur le totum alcaloïdique, puis sur la réserpine à partir de 1952 mettent en évidence une action hypotensive. Kline en 1954 rend compte des resultats obtenus dans le traitement des psychotiques particulièrement chez les animaux et les agités [K83]. La découwrte de cette action sédative marque une date dans l'histoire du médicament car elle est à l'origine de la notion nouvelle des • tranquillisants • qui ont depuis lors connu une fortune exceptionnelle. Quatre alcaloïdes des Rauvolfia sont actuellement entrés dans la thérapeutique. Ce sont la réserpine, la rescinnamine, l'ajmaline et l'ajma!icinc.

c..H, 8 N,o, Ajmaline ............. . lsoajmaline ............ j stéréo isomère de l'ai· t maline c ..H ..N,o, Sandwicine ........... . id. c..H .. N,o, Tétr>.phyllicine ........ . CuHuN 2 0 Rau.-omitine ......... . tétraphyllicine o-trimé- . thoxybenzoïque--ester C..H34 N 2 0 5
llfitoridine . . . . . . . . . . . . . hydroxytétraphyllici none Séré<lamine ............ méthoxy tétraphyllicine Purpdlne . . . . . . . . . . . . . méthoxytétraphyllici none Yomilénine ............ 1 Péraliine .............. . Yom,.tidine ........... . C 01H 22 N 2 0 0
C21 H 28 N 2 0 1

R R R (1) R (G) R (1) R (G) R (G) R R R R
1

lsa2; PH9 P109 P109 G93 H64, G93 PllO P120 Pl20 P120 H62 Ut H84

c ..H .. N,o.

C 11 H 14 N 2 0 2

C21 H .. N 2 0 1 c,,H,.N,o,

IV. -

Groupe des oxindoles

Oxin4o/es déril'i< du noyau héléroyohimbane :
Carapanaubine ......... )Îsoréserpîline-oxindoles 1C 11 H 28 N 2 0 8 Isoc:;rapanaubi:Ie ..... ·1 isodoles-cc-isomères 'C 11 H 28 N 2 0 8 F(N, G) F (N, G) P13, P14: P13, P14: PJ3, Pl4: Pt3, P14, P14: F46

F(:'-1, G) Rau.-oxine ............ )réserpiline - oxindoles C11 H 28 N 2 0 8 . . isomères 1 F(N, G) RaUY•>XIDIDe . . . . . . . . . . . c,.H •• N.o. 1 F (1) lsoré>erpiline ·,;.-indoxyle.,isoréserpiline-oxindole fl CoaH 28 N,0 0 1 R

Réserpine•. La réserpine est l'alcaloïde principal caractérisé par une action sédative et tran·quillisante, une action hypotensive (plus précisément « antihypertensive •) en cas d'hype-rtension artérielle et un effet bradycardique. A la. différence des barbituriques, la réserpine provoque moins de somnolence et ne modifie pas l'électroencéphalogramme. Elle agirait sur les centres sous-corA)

• La réserpine commercialisée sous son véritable nom de réserpine est également spécialisée sous m.~ trentaine de dénominations : * serpasi1 ~. • eskaserp •, • rau-scd •, • serOn •, etc .

·::e.:<r.~

................._...... ... ~.~

.-~---•rç·~··.-

.~......._~,

(
184 PHARMACOPÉE SÉSÉGALAISE TRADITIONNELLE ticaux cholino-réactifs (action )121'asympathomimétique centrale) et influencerait le métabolism.e de la sérotonine, de la noradrénaline et d'autres catécholamines en les mobilisant des tissus où elles ~nt mises en réserve. D'autre part les inhibiteurs de la mono-amine oxydase s'opposent à l'action· de la réserpine et diminuent l'élimination urinaire des métabolites de la sérotonine [F67]. Des doses croissantes de réserpine provoquent chez l'animal une sédation non hypnotique, une dépn>ssion des centres respiratoire et thermorégulateur, une hypotension plus ou moins nette avec bradycardie, un ptosis, un myosis, une stimulation du péristaltisme intestinal, une hyPersécrétion gastrique. La réserpine n'a pas d'action ganglioplégique et son action hypotensive ~·exerce­ rait en bloquant la transmission de l'influx nerveux des voies sympathiques (fibres adrénergiques) [F67]. Delaveaù [D83J a relevé dans la littérature que les travaüx récents concernant la pharmacologie de la réserpine s'étendaient sur une trentaine de domaines différents. C'est dire combien le sujet est vaste et ne peut être traité ici dans son ensemble. Au point de vue indication thérapeutique, l'emploi en psychiatrie comme sédatif et tranquillisant a valu à la réserpine une vogue exceptionnelle qui a diminué peu à peu au profit des phénothlazin~. Elle est néanmoins prescrite chez les individus intolérants aux phénothiazines ou lorsqu'il s'agit de combiner des effets antihypertenseurs et sédatifs. Les do~ varient selon qu'il s'agit de traiter des états anxieux ou des psychoses de 0,5 mg à 5 mg par jour par voie orale et jusqu'à 10 mg en injection intramusculaire. L'indication de choix est l'hypertension artérielle labile ou modérée, particulièrement dans les formes aswciNs à l'anxiété ou à des facteurs émotionnels (dose orale 0,25 à -1,5 mg par jour} et l'hypertension grave (0,25 à 0,5 mg par jour) en association avec des hypotenseurs plus puissants. Selon Goodman [G65) on la pnscrit encore à de fortes dos' (2 à 10 mg) dans le traitement des toxémies de la grossesse. , Le traitement, surtout en cas de surdosages, peut provoquet' des effets secondaires : congestion ocuJ:o-nasale. diarrhées, état dépressif, anxiété paradoxale, sécheresse de la bouche, hypermotilité gastro-intestinale, ulcère gastro-intestinal, hématémèse, hypotension orthostatique, ·s~<~drome parkinsonien, etc.
B) Rescinnamine•.

'ES MÉDICINALES ET TOXIQUES

185

doses par voie orale sont de 100 à 200 mg :l'ar jour et , intramusculaire, perfusion) de 50 à 200 mg.
D) Ajma/icine•.

L'ajmalicine, ou ra capable d'inverser les hyperglycémique de ce. central. Elle est peu efficace doses de 1-2 nig 3 fois des vaisseaux périphe1 etc. (in [F67]).
E) Rherpiline.

ine, est un vaso-dilatateur action sympathicolytique s cardia-vasculaires de l'adrénaline sans modifter l'action i. Elle possède aussi une action sur le sy~tèrne nerveux s l'hypertension. Elle est prescrite par voie buccale aux jour comme vaso-dilatateur périphérique dans les spasmes · es, notamment syndrome de Raynaud, a<rocyanose,

a

par La Barre sur la réserpiline qui représente 75 p. 100 L'attention a été att! de l'extrait de R. vomi ia non réserpiné••. de 2 mg/kg par jour, ne provoque pas chez Je rat de lésions La réserpiline, à la d ulcéreuses gastriques et odénales, alors qu'une dose moitié moindre d~ réserpine détermine de graves t <les digestifs [L 77). La réserpiline n'en aucune perturbation motrice ni sécrétoi~ dt l'estomac "me (L79). contrairement à la ré: e chien que chez le chat anesthésiés, une artioo. hypotenElle possède, tant ch' sive aussi puissante lle de la réserpine, tout en étant complètflllmt dflluée de propriétés tranquilli tes. De ce fait La Barre estime qu'on pourraitt envisager s thérapeutiques de la réserpiline qui pr~tte des proavec intérêt les applica! priétés vaso-dilatatrices] tenses sans entralner de troubles digestifs ro d'état de somnolence [L80). D'autre part il a été alé par Hans et coll. que chez Je chien la ré;erpiline ne modifie pas de façon d able le taux des métabolites urinaires contrai11trnent à la façon notable l'élimination urinaire d'acide 5-hydroxyréserpine qui augmente indolacétique [H91].
F) Raumitorine.

La rescinnamine est également un hypotenseur sédatif appartenant au même groupe pharriw:codynamique que la réserpine. Elle est indiquée oralement selon Fattorusso aux doses initiales de 0.5 mg 2 fois par jour pour 2 semaines, la posologie pouvant être augmentée ou diminuée en fonction des effets. Selon Goodman on peut prescrire 1 à 12 mg par jour en doses échelonnées.
C) Ajmaline*•.

Selon La Barre la rau tensives marquées (cha· et la motilité gastrique L81, L82). La raumitorine corn chien le taux des métab Elle diffère de la rése à un degré assez marqué
G) Rauvanine.

orine, comme la réserpiline, présente des propr.iétés hypohien chloralosé), n'exerce aucune action sur h sécrétion est dépourvue de propriétés Ulcérigènes gastr:io1ues (L75, la réserpiline ne modifie pas de façon ncotatle chez Je es urinaires de la sérotonine (H91). ine par ses effets sur le système central car e~ conserve propriétés tranquillisantes de la réserpine JL75, L83).

L'ajmaline est un sympathicolytique dont les propriétés rappellent celle de la quinidine en prolongeant la pérwde réfractaire du myocarde, et en déclenchant des actions chronotrope négative tralentissement du rythme cardiaque) et dromotrope négative (diminution de l'excitation cardiaque). D'après Bénigni [BU), Je, DL50 trouvées pour assurer un effet préventif total d'arythmie provoquée par Je chlorure de calcium sont de 130 mgfkg pour l'ajmaline et de 135 mg{kg pour la quinidint'. Etudiant huit sujets au· cathét~risme cardiaque, Knippel et coll. ont constaté que l'injection intraveineuse de 1 mg/kg d'ajmaline ne modifiait pas, en général, la pression artérielle, mais d<'prim;;~it la contractilité myocardique [K107]. Lampertico a fait état en 19ïl d'excellents résultats observés sur 187 malades dans la prophylaxie et le traitement de la tachycardie sinusale, l'extrasystolie, la tachycardie paroxystique et la fibrillation auriculaire paroxystique [L107). En bref l'action principal< de rajmaline est une action antiarythmique et antifibrillante. On la prescrit dan; les extra systoles auriculaires, les crises de tachycardie les tachycardies sinusales. Ctn a $Ïgnalé également son indication dans le bigémi-

Selon Quevauviller et est un hypotenseur, n' Elle parait agir par a tonus sympathique [Q1 action sédative qui se des souris mises en situa· excitants du système elle exerce une action dilatatrice [Q24).
H) Autres alcaloïdes_

1. la rauvanine, deux fois moins toxique que la réserpine, sympatholytique, peu tranquillisant, non ulcérigène. entation du tonus parasympathique et dimmution du Elle présente sur le système nerveux central une légère uit par un abaissement de la curiosité et de la motilité libre et par un antagonisme important vis~à-'\is d'agents eux central (Q23]. Dans le domaine cardiovasculaire, ronotrope négative nette, antifibrillante et coronaro-

Signalons pour mémo des Rauvol[ia.

la yohimbine et J'alstonine qui ne sont pas ;pécifiques

• Spécialisée sous divers noms : • Anaprel '• • Moderil •, • Rescisan •, etc. •• Spécialisée sous les noms de • Cardiorythmine •, • Ritmos •, • RauwoUln •·

• Spécialisée sous les nom: Consulter Valora pour l'e la jonction neuromusculair' •• Cf, p. 183.

• Hydrosarpan •, • Rauvasan •, • Ttnsyl ,, « Ran:tol '· antibathmotrope (\'35] et Manani pour J'action d• bloca~e sur 134].

't;

.~

...

~-..,._-~

....,

..

____ ,,~--

----...- ................

~

..,.,..., .. ~-,.,-

·--·-~""-:'~

,...,:....,:"

- ........
(

\"'"-. -~ .... ~ .-.·.

~~~~

:i ... -

.... ..-

186

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITicf -<ELLE

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

187

La yohimbine à action sympatholytique, stimulant du système nerveux central est plus ou moins employé comme vaso-dilatateur, hypotenseur et aphrodisiaque. L'alstonine est un hypotenseur à action adrénolytique et à propriétés fébrifuges.

tations appropriées. Signalons enfin l'usage populaire des feuilles chez les Peul, en condiment dans les sauces pour exciter l'appétit. Les fruits sont comestibles. Chimie. Les fruits sont riches en glucides et vitamine C. Tels que consommés frais à Dakar à 80 p. 100 d'eau ils ont une teneur en glucides de 18,5 p. 100 et en vitamine C de 0,048 p. 100. On y décèle aussi de petites quantités de thiamine, riboflavine et niacine {T3}. Le latex fournit du caoutchouc.

13.- Saba senegaJensis

(A~

DC.) Pichon var. senegalensis

VuLGo.- Liane saba (des .noms malinké-bambara). SYN. -Landolphia senegalensis (A. DC.) Kotschy et Peyr. WERN.- Wol. mada; none mat (Sébire); mal., bamb. saba; mand., socé. kaba ; peul, loue. ·lamuné, lamudé ( = amer,. salé) ; diola {ogny bulanay, bu hindik, skèanay, élanay, ekenay; budimbob (la liane), sindipasu (le fruit) ; {loup buindip ; diola Séléki budur; bal. bendé; bas. agum, âgun ; land. giwom. Caractères remarquables. Forte liane ne dépassant guère 15 cm de diamètre à la base, mais pouvant atteindre plus de 30 rn de haut en s'accrochant aux branches des arbres avec ses vrilles. Feuilles oblongues, elliptiques, longuement acuminées au sommet, arrondies à la base, vert foncé, brillantes ; en moyenne de 13 cm de long sur 5 cm de large avec huit à dix paires de nervures latérales. Cymes terminales corymbiformes densément fleuries. Fleurs blanches très parfumées ; tube de la corolle d'environ 1 cm de long et lobes de 15 mm. Fruits ovoïdes, court~ment pédonculés,.de plus de 8 cm de long sm 7 cm de diamètre, verts pendant la maturation, mat, devenant orangé à maturité ; la pulpe est blanc jaunâtre, sucrée acidulée, très agréable au goüt et très recherchée.
1

14.- Strophanthus hlspidus DC.
VERN. - Bamb. kuna, hunayô, kunadé, baga•, baga iri ; peul tokéré* ; diola Fogny funiu, funiafu, muriékolo ; diola Tendouk fupumben ; bain. tifem ; kon. ato. Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux à nombreux rameaux généralement enchevêtrés pouvant atteindre 10 à 12 rn en s'accrochant aux branches des arbres, mais plus ~>uvent buissonnant. Tiges et feuilles couvertes de longs poils de 1-2 mm, denses ; limbe ovale, arrondi à la ~ase, légèrement acuminé au sommet, de 12 cm de long sur 8 cm de large_ Fleurs en cymes axillaires, jaunâtres, avec des pétales terminés par de très longs filaments filiformes de 12 à 15 cm. Follicules atteignant 35 cm de .long et 3 cm de diamètre, opposés à extrémité brusnuement élargie ; graines munies d'une aigrette blanchâtre. Habitat. C'est une espèce guinéenne qui se rencontre ça et là èn Casamance maritime et, plus rarement, dans les galeries forestières soudaniennes constamment humides. Elle est exceptionnelle dans les niay aux environs de Dakar. Emplois. La toxicité des graines est plus ou moins connue en Casamance ; mais sans doute . en raison de la méfiance qu'inspire le S. hispidus on lui attribue peu de. propriétés médicinales : l'emploi de l'écorce de racines·, grossièrement pilée puis appliquée sur la peau loco dolenti en cataplasme est bien établi pour le traitement du ver de Guinée et de certaines dermatoses. Le décocté de racines en boisson est considéré comme un bon parasiticide, comme diurétique et antiblennoragique. On emploie aussi en boisson le macéré de racines et d'écorces de tiges dans le traitement de l'agalactie et des ascites.

j'Habitat.

i

:

Liane commune en Casàmance dans les forêts et les boqueteaux. EUe existe dans les galeries autour des mares temporaires et dans les ravins soudaniens. Elle disparait dans la région sahélienne. Espèce guinéenne qui résiste. cependant aux feux de brousse peu violents. Emplois. On retrouve pour cette liane une prescription commune à toutes les plantes à latex : applications de feuilles pilées sur les brîllures comme cicatrisant kêrato-plastique et sur les blessures comme hémostatique. On reconnaît en outre des vertus à la vapeur émise lors de l'ébullition prolongée de l'eau de trempage des feuilles à laquelle on soumet les yeux des individus à la vue déclinante. Des inhalations de cette même vapeur calmeraient les céphalées et les toux rebelles. Pour les toux également et aussi pour les affections pulmonaires et même la tuberculose (?) les Peul Firdou, après avoir saigné la liane, recueillent le latex dans une gourde et le donnent en boisson en l'émulsionnant avec de l'eau. L'effet à doses fortes serait émétique. Dans le Katim Kandoye, les Peul considèrent les fruits encore verts et cuits avec du sel comme une drogue diurétique efficace et d'action rapide. Les féticheurs socé utilisent Saba senegalensis dans un traitement mêdico-magique de type gemmothérapique quand ils se trouvent en présence d'une affection échappant à. leur diagnostic et ne régressant pas malgré les différentes thérapeutiques mises en Euvre•. Ils choisissent alors sur une jeune pousse des feuillu les (celles où selon leur ~xpression imagée l'oiseau ne s'est pas encore posé), les répartissent en trois petits >aquets qui sont jetés dans un canari aux trois quarts rempli d'eau pour confectionter un macéré ou un décocté. Une partie de la solution ainsi préparée est absorbée -n boisson, l'autre partie est prise en ablutions tandis que les marcs résiduels servent t frictionner énergiquement tout le corps. Ce traitement s'accompagne alors d'incan-

Cbbnie.
1° GRAINES. Le S. hispidus est une drogue relativement mal connue bien qu'elle soit inscrite à la Pharmacopée française avec deux autres Slrophanlhus (S. gralus et S. kombe), tous trois étant chimiquement caractérisés par la présence d'hétérosides c.ardioto~ niques à génois dérivant du cardénolide en C23 • Ce sont les graines qui constituent la partie officinale. Les graines de S. hispidus contiennent 4 à 8 p. 100 d'un complexe hétér{•iidique amorphe dénommé H-strophanthoside**, mais dans lequel ont été décelés :
• Xom général pour les poisons. •• Les confusions ont été et sont tellement nombreuses entre les différentes espèc~1 de Sirophan/hus et les dénominations chimiques données aux mêmes hétérosides tellement. variees qu'on a con,·enu de les désigner par le terme de strophanthoside préc~dé de l'initiale du non: de l'es·pèc~ f"t suivi les ~ls f~'--' -n~ 1!'? la position "'• ·~ré ex,~' y.

• Ct. Gemmothérapie, p. 91.

.',.-.,',::-~--·-~..

~,_;..\..,...

·-~~'> ....._ __.

,.

-~

·"''

.~

""'"':-::...,._·,.;

~--~

..

~~-~

·.-...-~--·t'

..

4

·.:..:•

--~~

(
188
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE - Le K-strophanthoside at* (ou cymaroside) C00H ..0 1 donnant par hydrolyse le strophanthigénol (ou strophantidine) et le D-cymarose (methyldigito;x:ose) .. Lors des premières études en 1926 .Jacobs et coll. {J35] ont trouvé dans les graines une teneur de 0,1 p. 100, mais par la suite Euw et Reichstein [E26] en ont trouvé 0,57, puis 1,47 p. 100. - Le cymarol C00H..O, ne différant du strophantigénol que par une fonction alcool~CH,OH a la place de la fonction aldéhyde-CHO sur le carbone 19. Euw et Reichstein en ont trouvé 0,65 p. 100. - Le sarmentocymaroside [K57]**. - E-strophanthoside (ou émicymaroside)*** C30 H ..O, donnant par hydrolyse périplogénol et D-digitalose a été, selon Watt, signalé dam; les graines du Libéria par Heftmann {H65]. A côté des hétérosides se trouvent des saponosides ; Sieburg en 1913 (S147] a isolé des graines 0,2 p. 100 d'an saponoside acide (acide strophantînique) dont le génol serait le strophantogénol et Wall en 1961 a obtenu des tests positifs pour la présence de flavonosides [W21]. On a en outre décelé dans les graines choline et trigonelline qu'on trouve dans de nombreux Strophanthus. Les graines contiennent 32 p. 100 d'huile composée des glycérides des acides oléique (35,62 p. 100), linoléique (16,30 p. 100), 9-hydroxy !1 12 octadécènoique (13,5 p. 100), acides en C 11 (12-15 p. 100) et en C 18 (7 p. 100) [G95).
2o
AUTRES

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
189

Des tests variés pratiqués sur S. hispidus, ressortent la présence dans les feuilles de stérols {W6) et l'action des extraits éthérés de racine et de tige sur les mycobactéries (N29).

15. - Strophanthus sarmentosus DC.
VERN. - Wol. bôdé (Bàhaul), tox ; ser. ngabakok ; none ngap (Sébire) ; niom. ndolor, ndoloré; bamb., mal. kunamkala, klinâkalé (d'après Dalziel); mand. kuna kalo, kuna nombo (d'après Dalziel) ; mand., socé kesesoy. bidanâ, kunô ; dio/a Pogny fulan, fulâdafo ; diola Séléki butauma ; bal. ten (d'après Daliiel), bodi ; mandj. brâdtu. Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux formant généralement des buissons impénétrables aux rameaux entremêlés. Il peut atteindre 10 à 15 in en s'enroulant autour des branches des arbres. Les tiges sont ·lenticell~. Les feuilles sont alternes, opposées ou verticillées par trois ; le limbe d'environ 7 cm de long sur 4,5 cm de large est glabre, ovale un peu cuné ou légèrement arrondi à la base, longuement acuminé. Fleurs jaunâtres en cymes axillaires, calice avec des appendices de 7-10 cm de long. Follicules ligneux opposés de 20 cm de long et de 4 cm de diamètre, extrémité arrondie ou légèrement déprimée. Graines avec une aigrette blanchâtre. Habitat.

ORGANES.

Des essais pratiqués par Wall pour la recherche des sapononines (hémolyse), alcaloldes, tanins et stérols sur les racines, tiges, fleurs ont donné des résultats négatifs. Les feuilles donnent les mêmes résultats .sauf pour les stérols qui seraient présents (in [W2) p. 102). {
f
Pbannacolo~ie.

/
t

Espèce soudanienne répartie dans tout le Sénégal, mais Emplois.

jam~s

très abondante.

La teneur importante des graines de S. hispidus en Kcstrophanthoside "' fait que sa pharmacologie se rapproche de celle du S. kombe qui a été bien étudiée••• •. En résumé comme tous les Strophanthus cardiotoniques les préparations de S. hispidus augmentent la force et l'amplitude des contractions ventriculaires, régularisent le rythme et ralentissent les contractions cardiaques (règle dite des 3R : renforcement, régularisation, ralentissement). Dans la pharmacopée française S. hispidus n'est utilisé que sous forme galénique (teinture). La teinture donnée oralement agit rapidement et brièvement sans accumulation notable, avec une toxicité diminuée et un effet diurétique secondaire. Les préparations réalisées avec des semences fralches sont notamment plus toxiques que lorsqu'elles sont réalisées avec des semences préalablement conservées un an comme l'ont montré Vignoli et Cristeau ; mais les teintures une fois préparées conservent leur activité initiale (Y26). La pharmacopée française exige un titrage· biologique de la teinture au 1/10 de graines préalablement dégraissées dans l'alcool à 70° : chaque millilitre de teinture doit posséder une toxicité cardiaque équivalente à la toxicité de 3 mg d'ouabaïne étalon, déterminée de préférence sur cobaye par la méthode de perfusion lente. Les doses de teinture au 1/10 comme tonicardiaque sont de 5 à 20 gouttes par jour, les doses maxima étant de 500 mg à 1,50 g. (Chez les enfants 1 ou 2 gouttes de teinture par année d'âge). Selon Denoel (in [D13J p. 819), par rapport à l'ouabaïne (G-strophantoside) de toxicité 1, la toxicité du K-strophanthoside at est de 0,789 chez le chien. Selon le même auteur les doses létales chez le chat sont en mgjkg 0,110 pour le K-strophanthoside at et 0,099 pour le cymarol alors qu'elles sont pour l'ouabaïne 0,116, pour le K-strophanthoside ~ 0,128 _et pour le K-strophanthoside y 0,187.

Le S. sarmentosus est considéré comme un grand médicament polyvalent, mais ses indications sont surtout antisyphilitiques. Dans les régions du Cayor, du Djolof et du Diambour, nombre de guérisseurs prétendent être spécialisés dans le traitement du diangara Cayor (stricto sensu maladie du Cayor). Cette dénomination wolOf ne caractérise pourtant pas une maladie déterminée ; elle englobe en réalité plus~eurs · affections dont la syphilis tertiaire, la syphilis primaire étant bien connue sous le nom de siti. Les préparations destinées. au traitement du diangara Cayor sont généralement des apozèmes comprenant une dizaine d'espèces végétales parmi lesquelles on rencontre le plus souvent Strophanlhus sarmentosus, Guiera senegalensis, Acacia albida,

Cl

•• cr. Strophanlhus sarmmt.œus, p. 191. ••• Extrait pour la première fois en 1933 des graines de .Strophanthus eminii. •••• cr. en particulier la monographie de Benigni sur le Strophanthus kombe (in [814) pp. 15391569, 161 références) dans laquelle 17 pages sont consacrées à la pharmacologie et à l'emploi thérapeutique de cette espèœ-

• Trouvé d'abord dans le Sbophanthus kombe d'où l'appellation K-strophanthoside;

Maytenus senegalensis, Tinospora bakis, Cassia occidentalis, Leptadenia hastata, Calotropis procera et Cocculus pendu/us•. On retrouve lt>s racines de S. sarmentosus dans le plus célèbre traitement de la lèpre pratiqué au Sénégal à Rotnam dans lt> Ca y or• •. S. sarmentosus t>ntre également dans un traitement wolof de la folie très renommé dans la région du lac dl' Guiers. Dans le Cayor on recommande la consommation à jeun de la poudre de racine mélangé!.' et cuite avec le fonio (Digitaria exilis) pour Je météorisme abdominal avec constipation ; la guérison serait rapide et sans diarrhées douloureuses. Dans les tles du Saloum, les Niominka recommandent pour les diarrhées infantiles la prise per os d'un décocté de feuilles et de racines, tandis que les Socé utilisent comme vermifugt>, trypanocide et fortifiant le macéré de racint>s, soit en boissons, soit en bains et boissons. En Casamance, la racine est couramment utilisée dans le traitement des douleurs articulaires et herniaires. On emploie surtout le macéré de racines pilées dont on absorbe un verre le matin, à jeun. Le latex a la réputation de faire cautériser rapidement les plaies. raison pour laquelle, sans doute, la plante est considérée comme fétiche de circoncision dans certains villages du Fogny.
• Cf. Généralités, pp. 98-99. •• Cf. p. 94.

~-

,,jj,., .. ~--~'t""~

._..

,-, .~.: ,''•''..

Ça . . . .{i!l_,:.·· .. ·-·•,• '":'.,.. ,:,:.:~r:

.,.

·:; • - .~·

•·-~---[

...

,$

..

~;.....;,..7:.,~,.,...,[p

---: ~ _\

(
190 Chimie.
10 GÉNÉRALITÉS.

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(·LANTES

MÉDICINAL~

ET TOXIQUES

191

Le S. sarmentosus a connu vers les années 1948 et suivantes une célébrité inoale qui ri' a eu d'égale dans l'histoire de la pharmacognosie contemporaine que celle de la Pervenche de Madagascar, autre plante de la même famille des Apocynaeées•. Assez paradoxalement cette espèce très polymorphe dont l'étude a permis de dégager des notions nouvelles de races chimiques est main~enant, bien qu'inutilisée, l'espèce la mieux connue au point de vue contenu hétérosi>iique. Il y avait naturellement une raison à cet engomment subit et qui ne résidait pas cette fois dans la valeur thérapeutique de la drogue ou de ses principes actifs., mais dans la constitution stéroidique de l'un de ses composants"chimiques, la sarmentogénine. A cette époque en effet la cortisone, qualifi~ de médicament miracle du rhumatisme articulaire aigu, faisait défaut alors que la demande sur les marchés intermationaux était énorme. Sa préparation réalîsée à partir de la bile de bœuf par synthèse multistades nécessitait une trentaine d'opérations chimiques délicates et il apparaissait à l'évidence que cette matière première anîmalè de faible rendement• était insuffisante pour satisfaire les besoins de l'industrie naissante des corticostéroldes. Il fallait donc de toute nécessité trouver une autre solution••. Or la molécule de départ devait non seulement être de nature stéroïdique, mais de plus posséder un oxhydryle OH sur le cltrbone 11 (la cortisone possédant tme fonction cétone sur ce même carbone), ce qui était re cas de la sarmentogénine, génine stéroidique découverte en 1929 par Jacobs t't Heildeberger dans les graines de sarmentosus. (J46)***. D'où les espoirs placés dans la drogue. De toutes parts des expéditions furent alors orgal;risées en Afrique pour. faire l'inventaire des ressources en S. sarmenl0$11S et rech,rcher les variétés riches. Lès résultats furent décevants et on ne retro11va la sannentogénine convoitée qu'en faible quantitt' dans des échantillons en proverumce des- frontières nord du Sénégal, dli Mali,· du :Sïgeria. Il reste néanmoins que les différentes variétés de l'espèce ont été étudiées avtc acharnement et que, de ce laiit, la constitution hétérosidique des graines est maintenant parfaitement connue_

- Variété B à sarmentogénine C23 H 3,0,. A cette vari~té qualifiée var. senegambiae carrespondent les. hétérosides sarmentocymarine (sarmentogénine-sarmentose) 0,2 à 0,9 p.100 et sarnovlde (sarmentogéninedigitalose). Elle est typ~rue des zones de savane du Sénégal, Mali, Nord-Nigeria. - Variété C à faible teneur en hétérosides. cardiaques. A cette varitté chimique sont rattachées les variétés botaniques dont les teneurs des graines ne dépassent pas 0,01 p. 100 de sarnovide, ou 0,02 p. 100 de sarmentocymarine ou des traces d'intermédioside (sarvérogénine-diginose). Elle se· rencontre en Guinée et dans ses limites. - Variété D à sarmutogénine. A cette varitté chimique sont rattachées les variétés botaniques dont les graines contiennent comme hétérosides : sarmutoside (sarmutogénine-sarmentose), musaroside (sarmutot:!nine-digitalose), des traces de sarno,ide ou de sarmentocymarine. Cette variétt' chimique provient d'un type éeologiqoe localisé au Mali, uniquement aux alentours de Ki ta•. La variété smegambiae nous intéresse à un double titre puisque c'est la plus riche en sarmentogé11ine et qu'elle est d'autre part typiquement sénégalaise. Fechtig et coll. en ont isoté des graines et à l'état cristaUisé 20 hétérosides dont les structures ont été déterminées pour la plus grande partie [F68, F59). Ce sont : Oaabaine - Sl!lbstance R Sll'bstance S Sarmentoside D Zmkoside S~entoside E Tllollodiolidoside Bipindoside Lokunjoside Bipindaloside 3° Sarmento.toside Sarhamnc.loside SarmentOlSide A
Tholl~ide

s.

Acide,sarlentoside A Acide- tholloside Acide sarmentoside A méthylester Acide thol.loside méthylester Acarbethoside ThollothO<Side

LES HÉTÉROSIDES DES GRAINES. AUTRES OJXSTITUANTS DES GRAINES.

La connaissance qu'on en a est due principalement à Reichstein et aux chercheurs de l'école de Bâle et il y a lieu de se reporter à leurs travaux ([El, E2, E3, E4,E26, S3), etc.), en particulier à une revue faite par Reichstein en 1963 dans Planfll Medica [R102J. Sous l'action de glucosidases spécifiques, les hétt'rosides des graines de S. sarmrntosus peuvent être successivement hydrolysés t>n molécules plus simples conduisant aux génines qui sont des cardénolides faiblement polaires, et, partant, relativement faciles à séparer. Se basant sur la composition des cardénolide$. Reischtein distingue quatre raees chimiques différentes dans le S. sarmenlosus, le~ caractères chimiques de ces races étant héréditaires. - Variété A à sarvogénine C28 H 30 0 7 • A cette variété qualifiée var. major Dewèvre. c(lrrespondent les hétérosides sanréroside (sarvogénine-sarmentose) 0,05 à 0,2 p. l(M) et panstroside (sarvogénine-digitalose) 0,1 à 0,4 p. 100. Elle est typiquement de la Côte-d'Ivoire, Togo. Sud Nigeria, Cameroun et Congo.

Selon Hegna~er ([H55) 3, p. 158) les graines ùe la forme savane, correspondant par conséquent à la variété senegambiae, contiennent 30 à 35 p. 100 d'huile. Les acides gras sont reprérentés par acide oléique (38,3 p. 100 des acides gras totaux), linoléique (29,8), 9-hydroxy-tl."'octadécénoïque (7), en c._. (11,9), en c,. (9,2). Au cours de }~urs différentes recherches sur les graines de S. sarmentosus Reichstein et coll. ont isolt un triterpénoïde (0,33 p. 100) qui a été identifié à J'acide échynocystique (8155, El). Par ailleurs Wall et coll., au cours d'un screening, ont recherché sans résultats les réactions des fhvones et des alcaloïdes; ils ont obtenu également des résultats négatifs concernant le ;>ouvoir hémolytique [W21). Pharmacologi.!. Chen et colL [C25) ont donné les DL mo:yennes suivantes chez les chats : à la concentration <ie 1/100 000 pour le bipindaJoside 0,1426 mgfkg, pour le sarmentoloside 0,0979 rn~ kg et pour le sarhamnoloside 0,0881 mg/kg ; à la concentration de 1/40 000 pour ü sarmentologénine 0,3824 mgf'lkg. Dans le même travail les auteurs comparent les relations entre structure et activité. En réalité lt:; différents hétérosides de S. sarmentosus de même que leurs génines sont très peu w pas cardiotoniques et la sarmentogénine du S. sarmenlosus n'a plus pour le momPrt. dans l'état actuel de nos connaissances, qu'un intérêt historique.

• Cf. Catharanlhus roseus, p. 158. •• On estimait qu'il fallait en moyenne la bile de dix t•>vins pour obtenir la dose quotidirnme de cortisone nécessaire au traitement d'un malade atteint de.rhumatisme articulai:.:-e aigu~ ••• Par la suite une première étape dans l"hémi•yntr.èse des corticostéroïdes et hormomes sexuelles fut franchie quand on sut déplacer par py:uly,., en 11 l'oxygène du carbone 12 lies sapogénines des Di ascorea, des Agaves, etc. (CL p. 394 et r. 117). lJne seconde étape était enr..re franchie "'ors de la découverte des possibilités d'introd-"ch·ms de I"oxhydryle en 11 sur la pr<lgleStérone par voie microbiologique sous l'action de diw" microorganismes comme le RhtimpJUs arrhizus.

• C'est par ernur que Reichstein, et après lui tous. les auteurs traitant celte question, situent Kita au SénégaL

~"'~

~~·

~ .~

~

'!!i·-··--'!'~··'.:;:J.

,··.~·),

..........

~.

~··.::

~.......;-*'~-.!If~-

~- .... .-o;.~ _-_-

.~<~.::..-~~~~........

,

....,.,,.,,,.·~.. ...-..;.~~~

(
192 PHARMACOPÉE SÉNru;ALAISE TRADITIOC'IELLE PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 193

16.- Thevetla neriifolia Joss.
VuLGO. - Laurier jaune des Indes. SvN. - Thevdia peruviana (Pers.) K. Sebum., Cerbera thevetia L., Gerbera peruviana Pers. Caractères remarquables. Arbuste à latex de 5 à 6 rn, glabre; ramifié près de la base. Feuilles alternes, lancéolées, cunées aux deux extrémités, presque sessiles, 4e 11 cm de long sur 8 à 9 mm de large en moyenne. Cymes terminales de fleurs jaunes de. 7 cm de long ; dents du calice lancéolées, acuminées, de 8 à 9 mm de long ; corolle en entonnoir avec 5 lobes tordus ; stigmate dilaté. Drupe à peu près aussi longue que large de 4 cm, un peu bilobée, légèrement ailée au sommet, jaune à maturité et renfermant un noyau à deux loges. Habitat. Originaire ·d'Amérique tropicale, il est très cultivé dans les jardins urb:ùns du Sénégal. Emplois. Comme pour les autres Apocynacées introduites (Laurier-rose, Pervenche de Madagascar) les Sénégal:ùs semblent ignorer les propriétés cardiotoniques du Theuetia.- Le macéré d'écorces et de feuilles est employé dans les aménorrhées (m:ùs rarement et avec précautions, car la plante est considérée comme toxique), avec effet secondaire éméto-cathartique signalé. ·
/

Par :ùlleurs, les graines contiennent un tlavonoside découvert en 1970, I'apigénine5-méthy} ester [V37). Elles sont aussi riches en lipides : jusqu'à 57 p. 100 d'huile formée par les glycérides des acides oléique (64,3 p. 100), linoléique (6,3 p. 100), im C 18 (17,1 p. 100), en C 10 (11,8 p. 100) ([B161. H55] .J) et Frèrejacque y a dosé Q,& p. 100 d'un stérol cristallisé [F54). On a signalé dans les écorces de racines et de tiges la présence de thévétine, nériifoline, péruvoside et du triterpène acétate de lupéol [\"31] ainsi que du sistérol et des principes amers (015). Le latex contient des terpénoïdes sous forme de triterpénols estérifiés (65 p. 100) avec acétate de {3 amyrine prédominant. Les triterpénols libres n'excèdent pas 5 p. 100. . Les racines renfermeraient les thévétines .-\~tB et les feuilles de la nériant.ine (015); Dans les fleurs fralches Parikajamani a trouvé quercétine et laempférol (dans le rapport de 5 pour 1) principalement, avec leurs glucosides [P124). Plouvier a obtenu à partir des écorces et des feuilles du D-bornésitol avec un rendement pour les feuilles de 0,07 p. 100 [P161). Dans les feuilles Le Men et Pourrat ont dosé 0,7 p. 100 de triterpénoïdes bruts et 0,15 p. 100 d'acide ursolique [L68}. Selon Oliver-Bever elles contiendraient de la nériantine [015]. Dans les feuilles et les fruits, Paris et Etchepare ont isolé l'aucubine, de formule C 10 H,..00 qui est un iridoïde-hétéroside, pigment chromogène responsable du noircissement des organes du Thevetia par dédoublement enzymatique, oxydation et polymérisation du génol instable, l'aucubigénol [P172j. T. nuiifolia fournit d'autre part une gomme insoluble, mais gonflant (lans l'eau, ainsi qu'un caoutchouc an taux de 0,23 p. 100 dans la plante entière; 0,19 p. 100 dans les rameaux et 0,44 p. 100 dans les feuilles lin {W2)).
/
!

Chimie. La chimie de cette espèce est dominée par la présence dans les organes, surtout les graines, de différents hétérosides dérivés du cardénolide. · Si dès le siècle dernier on savait que T. neriifolia conten:ùt un principe glycosidique à action cardiaque du type digitalique, c'est seulement depuis quelques années que des études, toujours en cours, ont conduit à l'isolement de plusieurs hétérosides définis. Le premier dénommé fut la thévétine cristallisée (là 5 p. 100 dans les graines) dont on s:ùt maintenant qu'elle est constituée par un mélange de thévétine A et thévétine B*. Compte tenu de nos connaissances actuelles on peut estimer que les graines contiennent : - Thévétine A : C.sH..0 19, donnant par hydrolyse : cannogénine, thévétose et gentiobiose [B160]. - Thévétine B (cerbéroside): CuH.-0 18, donnant par hydrolyse acide: digitoxigénine, gentiobiose et thévétose ; par hydrolyse enzymatique : neriifoline et gentiobiose [F53, B160). - Nériifoline C80H..O, (6 à 8 p. 100 du poids des graines dégraissées), donnant par hydrolyse digitoxigénine et thévétose (F17, F60, F53). - Thévéfoline [FM, F73). - Acetylnériifoline (F54]. - Thévétose (0,15 p. 100) [F54, B146j. - Ruvoside ou thévénériine (0,45 p. 100) donnant à l'hydrolyse : cannogénine et thévétose [F54, B146, L69, M13). - Péruvoside : CaoH.....o. [L69, K76, B160). · - Pérusitine C30 H 440 10 qui est l'acide cannogéninique 1-thévétoside [L69). - Théviridoside [Sl90) nouveau hétéroside du groupe des iridoïdes (ex pseudoindicans) de formule C 11 H 2.0u. - Thévéside (S190, S198), autre nouveau hétéroside, également du groupe des iridoïdes de formule C18 Hu0 11•
• Pour l'historique et les travaux français jusqu'en 1925 consulter les études de Weitz et Boulay [W36, W40, B161).

fPharmacolo~e.
ORGANES.

On en trouve guère mention dans la littérature d'études pharmacologiques sur les ditlérents organes du T. neriifolia considérés comme toxiques. La toxicité des graines, en tout cas, ne fait aucun doute. Balfour en 1857, cité par Steinmetz, rapporte que l'absorption d'une amande produit des symptômes narcotiques analogues à ceux de l'Aconit (S160). En 1963 Martin et Dubois relatent un cas d'intoxication, constaté à Dakar précisément, chez un enfant de 27 mois ayant croqué des fractions de • noix verte •. L'observation des auteurs fait principalement état d'une bradycardie, d'un effet dépresseur de la tension sur la maxima, de vomissements abondants (mais absence de diarrhées) et retour à la normale en 48 h après mise en application d'urgence d'un traitement d'intoxication digitalique [!11128). En 1969 Guicheney et coll. rapportent a\·oir noté à Pondichéry, en l'espace de trente mois, 115 observations de tentatives de suicide par ingestions d'une ou plusieurs amandes. Ils ont constaté l'apparition précoce des premiers troubles (une demi-heure à une heure) avec tachycardie constante, puis, dans les cas graves, bradycardie et chute de la tension artérielle, vomissements bilieux abondants, diarrhée inconstante. Les anomalies électro-encéphalographiques laissent penser que le toxique atteint la totalité du myocarde et quïl intervient dans les mécanismes les plus généraux de l'activation et l'électrogénèse. Les auteurs basant leur opinion sur quinze décès estiment que la dose létale minima est de 4 graines, mais ajoutent que, toujours nécessaire, elle a été suffisante dans 5 cas tandis que les doses équivalentes ou supérieures se sont révélées insuffisantes dans 39 autres tentatives [G118). · Les écorces, selon Chopra, auraient été utili~ées en teinture au cinquième dans la médecine ayurvédique en qualité d'antipériodique [Cll). La recherche de l'activité antipaludique de> extraits de fruits et d'écorce n'a pas donné de résultats significatifs [S95]. Par contre les extraits de fruits et de feuilles testés par Heal comme insecticide dans différents domaines (paralysie, tests d'immersion, larves, etc.) ont donné d'excellents résultats (H57).
7

4 - -. . - .............

·:'~~ . . -~~~·~~- ........ ""''" ~, ........ __

'··~ ........ -:~:....-ii"- ... ;.-~~-·-~··-""~-~ .

"•l>:f~·....,.,..,..~~~~-~-...... ,...~.

(
PHARM...\.COPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOX!'to:LLE ( 1'LANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 195 20 HÉTÉROSIDES. D'une étude de Chen et Henderson, il résulte que contrairement au cas le plus fréquent pour les hétérosides cardiotoniques, la thévétine B est moins toxique que son aglycone, les DL moyennes étant de 900 i-tgfkg pour la thévétine B et 2 180!Lg/kg pour la digitoxigénine qui, de ~e fait, est plus efficace (C25]*.
B) liériifoline.

94

Toxicité des hétbœides.
Le Tableau XIII fournit quelques données sur les doses ktales des principaux étérosides de T. mrï.ifolilll.
XIII Tozicili da h&irosides de Thevetia neriifolia. Do.es Utalel en flgfkg
TABLEAU

Chat 850 IK76] 899 c·1o9]

Cobaye 7 800 !P6J

Pigeon 1 400 [K76]

Thévétine ..........•........... Thévétine A .................... 1 Thévétine B ..................

"1

635 [C25]
1 106 [C25] 217 [Y6]

Selon Aleshkina la nériifoline est plus active que la thévétine et s'élimine plus rapidement avec une bonne réwrption gastro-intestinale [.\93}. Huang Ching Chang et coll. ont déterminé chez différents animaux la dose létale et étudié l'absorption ainsi que l'indice thérapeutique [H92]. La diaeetylnériifoline ·(DL pigeon 0,649 mg[kg), moins toxique que la nériifoliite (DL pigeon 0,217 mgfkg), est aussi d'activité plus lente, plus réduite et plus cumulative .. Aux faibles doses, elle montre chez les pigeons des pro~riétés sedatives et aux fortes doses elle induit l'hypnose ou l'anesthésie. Chez les souris, aux doses de 1 mg/kg par voie intrapéritonéale, elle prolonge le temps de sommeil barbiturique et se révèle antagoniste de la caféine. De ce fait c'est un dépresseur du système nerveux central (Y6].
C) Piruvoside. Le péruvoside a été également étudié par quelques auteurs [K76, D89, A94]. D'une étude comparative faite par Kohli et Vohra avec péruvoside, ouabaïne et digoxine il résulte que l'action du péruvoside se situe entre ces deux hétérosides. Il a une action inotrope positive sur le cœur hypodynamique. ll est très actif avec une DL de 147 !Lgfkg chez les chats. D'autre part il est rapidement et bien absorbé, avec une courte période de retard entre le moment de l'administration et l'apparition de l'activité cardiaque. Enfin la durée de l'action est plutôt courte et la toxicité par accumulation basse [K76J. Pour De et Mil. son activité est au moins égale à celle de l'ouabaine et cette activité est maintenue par administration buccale [D89]. ( Selon Arora et coll. il exerce un effet inotrope. positif ~ur le muscle papillaire du chat et restaure la force de ~ontraction diminuée par un prétraitement à la pento- · barbitone sodique. II montre également une action cardiotonique sur l'organe isolé dénervé cœur.poumon. du chien. La thérapeutique, l'irrégularité et les doses létales déterminées sur ces préparations se sont révélées semblables à œHes de l'ouabaïne. Les expérimentations sur la toxicité sub-aiguë chez le chien sont à l'électrocardiogramme typiquement celles des glycosides cardiotoniques. D'après les auteurs ce glycoside à action rapid~ est bien absorbé par la muqueuse gastro-intestinale et possède une faible toxicité d'accumulation. D'autre part les -resultats des expérimentations cliniques sont en fa\·eur de son emploi prometteur dans les arrêts du cœur. Les auteurs concluent en estimant que le péruvoside est aussi actif que l'ouabaïne [A94]. Arora et coll. ont étudié aussi l'activité antivératrinique des ditlérents hétérosides de T. nérii{olia. Par rapport à l'ouabaïne, l'activité du péruvoside est quatre à cinq fois supérieure, celle de la nériifoline et de l'acétylnériifoline sont à peu près équivalentes, celles du ruvoside et du cerbéroside sont inférieures [A100].

Nériifoline ................... .. Thévéfoline ........•...........

------277 IC25] 282 F54]
114 [F54, C25]

Ruvoside ...................... 1 Péruvoside ..................... \ Ouabaïne ...................... \

147 [K76] 110 [K76]

709 [l'76]

263 [K76]
183 [K76]

258 [1>:76)

A) Thévétine*. 1 . La thévétine, bie~~ que déterminant presque toujours sur J~ chien chloralosé une élévation de la pres-Üon artérielle avec augmentation de la difftrentielle et ralentissement du rythme à.la façon des digitaliques, se montre peu act:ve sur le cœur normal in situ (chien, crapaud) on isolé (crapaud, escargot) [D87]. Delmas et coll. ont constaté que chez le crapaud à cœur aton-: par inanition, raienti et arythmique, la solution à 1/2 000 provoque rapidement un accroissement considérable de l'amplitude ainsi que l'accélération et la régularüation du rythme. Ces effets se dissipent assez rapidement et totalement après lavage ·iu cœur. La thévétine adhère donc peu au myocarde, ce qui explique la brièveté rehotive de son action et la rapidité de son élimination [D87]. Administrée par voie veineuse à des chiens chloralosés à la dose de 0,3 mg/kg elle détermine rapidement une hypertension de 2 à 6 cm de Hg aY~c accroissement de la différentielle. Le rythme .cardiaque diminue généralement et ;JCUt se trouver réduit à 70 p. 100 [D88J. Elle exerce en outre une action vaso-motrice, la vaso-constriction rénale s'accompagnant d'une réduction marquée de la diurèse. Toutes ces modilication"S caractérisant la« phase utile • se dissipent en moins d'une heure. Les doses plus fortes ({),.5 à 1 mg/kg) font apparaltre la • pha;e toxique • : hypertension avec très fortes oscillations tensionnelles irrégulières tt arythmie. Puis surviennent des poses cardiaques au cours desquelles la pres;~on s'effondre pour se relever ensuite jusqu'à 25-30 cm de Hg. Enfin une dernière ct.ute tensionnelle amène la pression à zéro et annonce la fibrillation [D88]. La thévétine affecte peu la respiration ; _elle excite parfois l'.nt~stin de façon passagère, sans provoquer de lesions congestives. Pour les auteurs r~tës la thévétine semble agir peu sur le cœur normal, vàgotonique et angiotonique, nuis constitue un remarquable modificateur eircmlatoire [D88]. Elle est employée' en thérapeutique pour ses propriétés di~italiques jointes à une élimination rapide dans l'organisme. Elle est indiquée dam les insuffisances cardiaques dyspnéisantes, les insuffisances ventriculaires des h:.-pertendus et des artérioscléreux aux doses de 1 à 2 mg par voie orale ou intravein"use. Selon De, l'action de la. thévétine A est proche de celle de :a thévétine (D89].
• Spécialisée sous ks nom,. de • Thévina • et • Thevanid •.

/

17. - Voacanga africana Stapf
SvN. • • - Voacanga glu/Ira K. Sebum., Voacanga sc~infurthii var. parri {lora K. Sebum., \'(.acanga magnifolia Wernham. Voacanga talbotii Yernham, Voacanga ekctensis Wernham, Voacanga glaberrima Wernham, l'oacanga a(ricana var. glabra (K. Sebum.) Pichon YERN. -- Ser. garada 'Ber haut) ; niom. ibalak; mand. sulabérékilo ( = testicules de singe) : S•)Cé narado ; dio/a kagis (Rerhaul) ; bain. ksiso rumbel.
• Sur ::.1 pharmacologie de la tht!'vtttine on pourra consulter encore les études de Lian [L97,

L98] el de Celicc [Cl:l9] ; pour la po<ologic, l'article de Lemesle el Dupuy [Ll12]. •• A la suite d'une élude réalisée en 1966 cl portant sur les anatomies comparées des feuilles de Voacanga schwein{urlhii Stapf et l'oacanga africana Stapf Newcombe el Pate! estiment que les similitudes de ces deux Apocyna<"""S permettraient de les considérer oommc une seule espèce [N41].

_,~~

. ,. .__·,. _

.......,~·;-·t--_

....r •i ..

·- ...

~<

-··....;;.":7f....:·.

-;_,_
... '!"
Ill

_
_.

-~....,..... ~~---"""-"'"c::;._·.._.::.....,., ...~--,................

#t

_,...~. ,.-~

196

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOC.;ELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
TABLEAU XIV Alcaloides du Voacanga africana

197

Caractères remarquables. Arbuste à latex de 2 à 6 m à branches évasées. Feuilles opposées, obovales longuement cunées à 1~ ,base, largement acuminées au sonunet, d'environ 18 cm de long et 7 cm de large, avec 12-15 paires de nervures latérales proéminentes à la face inférieure ; le limbe, et plus encore les nervures, sont glabres ou finement pubescents à la face inférieure. Corymbes terminaux de fleurs· souvent par p~, blanches, parfumées ; calice de 1 mm avec le limbe de·la cc-rolle un peu plus loltg; segments de la corolle étalés. Fruits vert marbré, jaunes à maturité, sphériques, accolés par paires. Habitat. Il est fréquent en CasamanC-e' maritime à proximité des marécages, mais il se rencontre surtout dans les sables littoraux et paralittoniux humides à faible profondeur, de la Guinée portugaise jusqu'aux derniers niay vers Lompoul. Emplois: Espèce signalée dans deux rtgions : aux lies du Saloum et en Casamance. A Diénouar, les Kiominka consomment les fruits et se servent du latex pour traiter les blessures. A Bétanti. son uiage est plus étendu et on- le considère même comme une panacée. A ce titre le décoocté de rameaux feuillés est administré matin et soir en bains et boissons aux individus atteints de maladies non déterminées. On retrouve aussi l'utilisation du latex pour les blessures et de plus, on prend per os le décodé de feuilles comme fortifiant et défatigant. En Casamance le décocté d~ racines est recommandé chez les femmes en prises orales, trois fois par jour durant la période de puerpéralité, pour éviter les séquelles fâcheuses des accouchements prématurés et précipiUs•. On retrouve la même pres- . cription pour. un. traitement interne des douleurs herniaires;' · ·

I. -Ecorces de racines d de tronc [P106, P113J

Nom Formule -----------1 a) Groupe Ibogamine : Ibogamine . ." ............... C11 HuN 1 Coronaridine ............... C21H 26 N10 2

Structure

1

Références ----·--

1

Ibogaïne ..................

·c,0 H .. N1 0

Voacangine"hydroxy indolénine• ................... C21 H 18 N1 0 4 Iboxygaïne ................. C20 H 28 N2 0 2 Voacangine Iactame• ....... CuH,.N 2 0 4 Voacangine . . . . . . . . . . . . . . . . C,2H 28 N20 3 Voacangarine
(=

T57 carbométhoxv - ilJo·gamine · T57 méthoxy-10 iboga- T57 mine T57 T57 carbométhoxv • ibo- J33. .J34, Pl 07, gaïne B7j} hydroxyvoacangint• S122, R62, R69, B;o, PHS oxovoacangine R68, R69, B70 R68, R70
R72. W35 R72, W35

hydroxycibogaïne

TS;

voac::ristine). c ..H, 8 N20 4

l

i
Chimie.

Voacryptine ............... C22 H .. N2 0 4 _ b) Groupe 11-acylindole: Vobasine .................. C23 H 24 N1 0 Voacafrine ................. C22 H 26 N0 0 4 4 Voacafricine ................. C02 H 14 - 21 N1 0 4 c) Groupe yohimbane : ~-yohimbine ................ C21 H 11 N1 0 3 y-yohimbine ............... C11 H 26 N1 0 3 3-épi-«-yobimbine .......... C21 H 10 N2 0 8 Réserpine(???) , . 1 ... ...... C33 H40 N,O• cf) Groupe bis-indoliqfe : Voacamine (voacanginine) .... CcsH.. N,O• Voacorine ................. C43 H 52 N4 0 4 Voacamidine ............... C•3 H 52 N40• N-oxy-voacamine ........... C43 H 51 N4 0 1 Vobtusine .................. C• 3 H 50 N4 0 1
II. -

l

T57 T57 T57 T57

/

to

ALCALOIDES.

l,,,ro,,ro-m•

Bt09. Bt 10, J32, BiO

BHI!l. BllO, G68,
.87(1

A propos de V. africana il est curieux de constater que cette Apocynacée africaine qui il y a quinze ans était igno-rée de tout le monde si ce n'est des botanistes, des ethnobotanistes et naturellement des thérapeutès africains, fit subitement une entrée en force dans la littérature chimique et pharmacologique à la suite des premières recherches menées presque parallèlement en France par J anot, Goutarel, Quevauviller [J33, J34, Q16], en Belgique par La Barre et Gillo [L84]. Depuis lors des travaux n'ont cessé d'être réalisés sur la chimie de cette espèce caractérisée par la présence d'un grand nombre d'alcaloïdes indoliques actifs, particulièrement ceux des écorces. Cette question ne pouvant être traitée ici en détail est résumée dans le Tableau XIV avec les références correspondant aux principes cités*. Les différents organes et particulièrement les écorces sont très riches en alcaloïdes. Selon Poisson [P143] on peut estimer que les rendements moyens d'extraction des bases totales sont les suivants : Ecorces de racines: 5-10 p. 100 Ecorces de tronc : 4-5 p. 100 Graines : 1.5 p. 100 Feuilles : 0,3-0,45 p. 100

isomère de la voacamine R62. R71
PU7 J32. P146. G94

Feuilles

a) Bases rnonoindoliques : Voaphylline ............... C19 H 24 N1 0 Hydroxyindolénine de la voaphylline•• ............... C19 H 24 0 2!\' 2 Voapbyllinediol ............ C19 H 28 N 1 0 2 b) Bases bis-indoliques : Vobtusine .................. C•3 H 50 N4 0 0 Désoxyvobtusine(alcaloide VI) C03 H 50 N4 0• Vobtusine-Iactone (alcaloïde V) C43 H48 N40 0 Désoxyvobtusine-lactone (alcaloide IV) .............. C43 H 50 N4 0 5 Voafoline (alcaloïde VII) ..... c.,H.. N4 0 4 Isovoafoline (alcaloïde VIII).~ id. Voafolidine (alcaloïde IX) .... CC2HuN4 0 5 Folicangine .......... _. ..... c.. H.. N4 0 1 Voacamine ................ C43 H51 N4 0 5 III. Tabersoninc ...............
Graines

é po x y q u é brac ha·

mine

K56. K55
K42. K55

K55 K55

K55. K74 K55. K74 K55. K55. K55. K55. K75 K75 K74 K75 K75 K75

L'alcaloïde principal des feuiHes est la voaphylline. L'alcaloïde principal des éo()rces est la voacamine suh; par la voacangine, la voacangarine, la voacorine et la vobasine comme le montre le Tableau XIV. 2°
ACIDES PHÉNOLS ET FLA YO:SOÏDES.

Duret et Paris signalent que les feuilles de l'espèce ivoirienne ne contiennent pas de leucoanthocyanes, de quino:tes et d'hétérosides cyanogénétiques. • Nous remercions \ivement M. le professeur Poisson auteur et inspirateur de nombreux travaux sur les alcaloïdes du V. af,icana d'avoir bien voulu revoir ce t.ableau et y apporter les rectiftcations nécessaires.

lc
1

21

H,.N 2 0 2

K55. Pl4S

• Artefact (?). •• Alcalolde 1II.

'la-~
'v
--·'"~~:>-'

_ _ :,~ ... ._...~~~~... -

>11-~·~"'·

... ·

(
198
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIJ."..rELLE PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
TABLEAU

199

Par contre, ils y ont mis en évidence de petites quantités de tanins catéchiques et 0,17 p. 100 de flavonoïdes totaux exprimés en rutoside. Ont été caractérisés comme ,acides phénols : dans la série benzoïque, les acides p-hydroxybenzoïque, protocatéchique et vanUiique ; · dans la série C'innamique les acides caféique et p-eoumarique. Pour ce qui concerne les flavonoïdes les auteurs ont trouvé c.omme génines du quercétol accompagné de traces de kaempférol. Les auteurs· ont pu séparer par chromatographie un ftavonoside principal et un llavonoside secondaire. Le premier dont la génine est le quercétol et la fraction osidique du glucose correspond, d'après les Rf au 3,4' diglucoside de quercétol. Le second n'a pas encore ~té étudié [Dl04]. Phannacoloiie.

ORGANES.

XV

r'emurs en a/caloidu du Voacanga afrlcana
(d'après Thomas et Biemann [T57J) p. 100 d'extrait

Alcaloïde

Alcalolde

p. 100 d'extrait

-----1
Voacamine ............... . Voaeangine ............... , Voacan.garine .............. , Voacormc ................ . Vobasine •................. ! 3-épi-a-yohimbine ......... . Vobtusine ................. . Ibogaïne ................. . 7,2 5,6 4 3,7 1,6 • 0,6 0,4 0,4

-1---Réserpine ................. . Voacangine lactame ........ . Voacangine bydroxyindolénine lboxygaïne .......• ,....... . Il-yohimbine .............. . }bogamine ................. , Coronaridine ..............• Pseudo yohimbine .......... .

Les travaux de pharmacologie concernant V. africana portent sur les alcaloïdes. Cependant Vogel a signalé les propriétés neuroplégiques de l'écorce de tronc. De son côté Paris avec une préparation .:l'écorce de tronc à la dose de 10 gfkg chez la souris par(vpie sous-cutanée, a constaté un effet calmant tres net et assez prolongé. En utilisait( une technique d'enregistrement de la motilité le nombre de mouvements initialement voisin de 200 par cinq minutes descend à moins de 100 en trente minptes, à moins de 50 après une heure et reste inférieur à 100 après quatre heures (P157}. 2°
ALCALOÜ>ES TOTAUX.

0,4 0,4 0,25 0,1 0,1 0,05 0,03 0,01

En 1955 Quevauviller et coll. signalaient que les chlorhydrates d'alcaloïdes totaux de racines et d'écorces de tronc étaient hypoténseurs, ceux de là racine paraissant les plus actifs. Les mêmes auteurs signalaient en outre que les alcaloïdes des racines étaient toniques cardi,aques ventriculaires, légèrement parasympatholytiques et présentaient un effet s}mpatholytique central et périphérique [Q16J. La découverte dès !955 des propriétés pharmacologiques des alcaloïdes de Voacanga a ouvert la voie à des conceptions et à des 'étùdes nouvelles dans le domaine de la thérapeutique. En ell'et voacamine, voacangine, . vobtusine quoique dotées d'une plus faible toxicité que la digitaline présentent un pou,·oir cardiotonique comparable. Or jusqu'à cette époque, en dehors des alcaloïdes. érythrophléine, cassaine, cassaïdine, etc; de i'Erylhrophleum guineense, plus cardiotoxiques que cardiotoniques, et par conséquent inutilisables, on ne reconnaissait ces propriétés cardiotoniques qu'aux hétérosides dérivés du cardénolide ou du bufadiénolide*.
30 VOACAMINE.

/
1

l-

Selon Quevauviller et Blanpin la voacamine est douée de propriétés myotoniques directes sur la tibre cardiaque. De toxicité 100 à 250 fois plus faible que celle de la digitaline, elle tue non par arrêt cardiaque, mais par arrêt respiratoire ; elle n'est pas chromotrope négative. Sous forme de camphosulfonate elle est environ deux fois moins toxique qùe sous forme de sulfate. Hypotenseur en raison d'effets parasympathomimétiques et sympatholitiques, c'est un dépresseur du système nerveux central et un contracturant de la fibre lisse des vaisseaux et de l'intestin. Peu diurétiquç, non anesthésique locale, elle ne semble pas modifier la coagulation sanguine. En bref on retrouve avec la vaocamine les actions tonicardiaques et sympatholytiques signalées pour les alcaloïdes totaux [Q17}. ; Sous forme de camphosulfonate la voacamine apparalt jl.ouée de propriétés cardiot1>niques plus intenses que celles du S!Jifate et d'une toiicité plus faible, avec une action dépressive sur le système nerveux moins prononcée [Q20]. En tout état de cause Quevauviller classe la voacamine non pas dans la catégorie des cardiotoniques majeurs, mais dans celle des cardiotoniques mineurs [Q6]. 4o
VoACANGINE.

La voacamine, alcaloïde principal, a été largement étudiée par Quevauviller [Q17, Q20] et par La Barre [L84, L85, L86, L87, L88, L72,-L89]. Selon La Barre elle possède des propriétés cardiotoniques majeures et une action circulatoire comparables à celles des hétérosides de la Digitale, du Strophanthus et de la Scille, une toxicité moindre et une défixation plu> rapide qui rendrait le produit plus maniable. Le sulfate de voacamine posséderait en outre certaines propriétés analgésiques vérifiées sur Je lapin et surtout sur la souris. L'action tonique sur le cœur a été confirmée en médecine humaine dans le traitement des cardiopathies rhumatismales, artérioscléreuses et hypertensives à des doses de 1 à 3 mg de sulfate de voacamine par jour. Vérific;.tion fut faite que dans les cas d'insuffisance cardiaque réfractaire à la Oigitale oU f!U Slrophanlhus, le sulfate de voacamine constituait la seule possibilité offerte au praticitn. Il a été aussi proposé d'associer la voacamine à l'ouabaïne car elle est moins toxique et réalise une synergie renforçatrice s'accompagnant simultanément d'une aécentuation très marquée de la bradycardie post strophanthinique. Les doses létales chez le cobaye (instillation dans la veine jugulaire) sont pour la voacaminc sulfate 313 mg/kg, alors que dans les mêmes con·iition' expérimentales elles sont de 2,5 mg/kg pour la digitaline et 0,9 mg/kg pour }'(,uabaïne (La Barre).
• Cf. Erythrophleum guin«nse pp. 292-298.

Lors de leurs premières études sur la voacangine et la voacanginine (cette dernière base étant la voacamine) La Barre et Gillo constataient que toutes deux à la dose de 0,1 mg possédaient un effet cardiotonique comparable à la dose test de 1/8• d'unité de digitale stabilisée. Les expériences menées parallèlement sur ces deux principes permettent aux auteurs de conclure que leurs propriétés pharmacodynamiques sont comparables qualitativement et quantitativement tant au point de vue effet sur l'oreillette isolée de lapin que sur la vitesse de fixation et de déflxation, la durée d'action, etc. [L84j. Les doses létales trouvées plus tard par les mêmes auteurs avec la voacangine purifiée sont chez le cobaye (instillation dans la veine jugulaire) de 348 mg/kg, pour 313 mgfkg avec la voacamine. Rappelons que dans les mêmes conditions expérimentales la DL de la digitaline est de 2,5 mg/kg et celle de l'ouabaïne 99 mg/kg [L84, Lï2]. De leur côté Blanpin et Quevauviller ont étudié la toxicité de la voacangine et ont trouvé que chez la souris par voie intraveineuse la dose maximum tolérée est de 25 mg(kg et la DL50: 41 mg/kg. Pour les mêmes auteurs la voacangine apparalt: ·. - Légèrement hypotensiw par action vasodilatatrice périphérique non tonicardiaque. - Excitant intestinal in situ par des doses très faibles, inactive sur les autres appareils, mais dépresseur in Pilro. - Anesthésique local, dépresseur à faible dose du système nerveux central, potentialisant l'hypnose barbiturique, pouvant à fortes doses entralner des convulsions et une hypermotilité d'origine nicotinique. - Sensibilisant l'action hypertensive de J'adrénaline dont elle atténue les effets bêta, possédant une composante parasympathomimétique. En raison de ces actions Je voacangine pourrait peut-être trouver quelques indications en gastë··~ntémlogie [B185].

, __

;._~:-~·

----

---~...---~.;...

---~ -~

. ..;; .,.; . . . '*

•t• .
::.:.:·

~-"""!':'_,·..,.,.:-~-~··'~·-,.!S':-.:;.:,.,.;;.:"::~:...,.;_.,_~·""·..-.-"~:·~- ......,;.

·.- .. .....,.:~-:~ ... :

···-~~~...-;_{.~··· 1ft • Ut ..... ----"""" -

(
200 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE
50 VOACORINE.

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

201

L'étude de Quevauviller et Blanpin sur la voacarlne IlliOntre que sa toxicité se situe entre celles du sulfate et du camphosulfonate de voacamine. Par infusion intraveineuse lente chez le cobaye, la dose minimum mortelle est de 288 mgjkg. La voacorine se oomporte également comme un tonicardiaque agissant par action myotonique directe et par augmentation de l'irrigation coronarienne. Elle est plus proche des hétérosides digitaliques que la voacamine mais tlle n'est pas pour autant un poison digitalique. Elle est en outJ'e sympatholytique et parasympatholytique et semble contribuer pour une large pu-t à l'action pharmacodynamique des alcùoides totaux du V. a(ricana [Q18, Q21).
60
VOBTUSINE.

Quevauviller et 'COll. ont trouvé que la DL50 de la vobtusme par voie intraveineuse est environ 33,75 mg/kg. Cet alcaloide est plutôt un dépresseur cardiaque. Il ne :modifie pas l'équilibre du système nerveux autonome et l'hypotension qu'il provtque relève de son effet dilatateur périphérique et de son action cardiaque. Il est insensible aux principaux réactifs du système neiVeux central et présente des propriétés l!édatives qui lui permettent de potentialiser le sommeil barbiturique. Il est possible égaleme~ qu'il soit légèrement analeptiqtlle respiratoire et diurétique [Q22).

'-

/
J

/

f

9.- ARAC~ES
Syn. - AROIDÉES

Famille des régions tropicales et tempérées contenant beaucoup de plantes plus ou moins épiphytes avec de longs rhizomes. Les inllorescentes (spadices) sont entourées d'une enveloppe (spathe). Cinq genres existent au Séntgal, où ils sont adaptés à des milieux très divers : A.morphophallus et Stylochilon oJtt des tubercules et sont communs dans les savanes soudaniennes, Anchomanes se ~encontre dans les forêts et galeries, Cyrstospuma est exclusif des marécages permantnts, Pistia est une plante flottante qui se déplace au gré des courants ou des vents. Dts espèces alimentaires ou ornementales ont été introduites : Caladium, Colocasia, Dù>ffenbachia, Xanthosoma, etc. A part les espèces à tubercules alimentaires fournis=t les taros, seule a été étudiée et utilisée en thérapeutique l'Acore (Acorus calanuu L.) originaire des régions marécageuses de l'Europe centrale. On est donc peu ou m~l renseigné sur les caractères chimiques et pharmacologiques des Aracées. Dans 1 ~nsemble, les rhizomes à l'état frais sont émétiques et plus ou moins toxiques. D-.1.près Perrot [P8) ils renferment des saponines ou saponoïdes dont l'action nocin· disparalt en général par ébullition pendant un certain temps dans l'eau.

\

.~5
....~_...f..,.__........._

mut

1. - Amorphopballus
SYN.-

c~nsimilis

Blume*
1

Amorphophallus doryphorus Ridley Ser. !ar (Berhaul) ; mand. bahôdina: diola éken. (Berhaut) diola Di~miéreng kaiata ; peul tubano fauru ; l>as. apal\.
VERN.-

Ftn. lL- .tr.chomanes difrormis EngL --L Feuilles réduites aux 2/3.-2. Spathe réduite de moitit'.- 3. Dessous de la spathe. gr. nat. - 4. Spadice réduit aux 2/3.5. Fleur màle 4. - 6. Fleur femelle x ~- - 7. Fruits réduits aux 2/3 (D'après Busson).

• Nouveau nom prioritaire : Amorphopha/lus flavovirens NE Br.

,.,_...o,lp,..~

·O·Ô"r·· ... · ·.-,-··"-,.-~,.
.
:

··-~---~

.

.

.

~~·-: ...-~...

-

J\1'.,_

.-,

_,,~~"""'~-=-

--·•. -

(
202 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONr>;ELLE
Caractères rentarquables.

(

)
203

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

Plante vivace par son bulbe circulaire. blanchâtre. Les feuilles annuelles apparaissent en saison des pluies· après la floraison. Elles sont profondément divisées, les lobes de 4 cm de large étant ovales ou ob(>vales à sommet arrondi, mais terminés par un acumen (les lobes des feuilles de l'espèce voisine, l'A. aphy/lus sont longuement lancéolés et ne dépassent pas 2 cm de largeur). L'inflorescence qui peut être portée par un pédoncule de plus d'un mètre est entourée d'une spathe vert grisâtre. Le spadice est gris et a environ 12 à 13 cm de long. Les fruits sont sphériques, verts puis rouges à maturité.
Habitat.

10.- ARECACÉES
Syn.- PALMIERS
Famille des régions tropicales et tempérées chaudes représentée par· sept gen~ spontanés au Sénégal : Ancislrophyllwn, Borassus, Calamus, Elaeis, Hyphamt, Phoenix, Raphia. . De nombreux autres genres ont été introduits à titre ornemental et le Cocotier .(Cocos nuci(era) est cultivé depuis longtemps sur la côte. • Les palmiers ont des stipes dressés, uniques ou ramifiés (Hyphaene); ils sont parfois lianescents (Calamus, AncislrophyUum). Les feuilles, généralement en bouquets terminaux, sont profondément pennatiséquées ou digitiséquées (en éventail). Les inflorescences sont entourées par une spathe. Les fleurs sont sur le type 3 avec souvent l'androcée diplostémone. Ovaire supère uniovulé. Les fruits sont variables. Hyphaene est sahélien, Borassus se rencontre jusqu'au fleuve Sénégal. lorsque reau est à faible profondeur. Les autres sont d'origine guinéenne. Cette famille ne livre à la matière médicale que trois produits, la noix d"Anc (Areca cateclui L.) à propriétés ténifuges, inscrite à la Pharmacopée française, l'huile ou beurre de Coco (Cocos nucifera L.) servant à préparer des savons médicinaux, inscrit au Codex 1949, mais écarté au Codex 1965, et la résine de Sang dragon (Calamus-draco Willd.) autrefois utilisée comme tonique astringent . Les Arécacées ont surtout une grande importance économique pour leurs pri:tduits alimentaires et industriels : sucre, fécule, vin de palme, fruits de dattier, coprah, huile, cire, raphia, crin et ivoire vég'étal, rotang, etc.
f

Il est répandu dans toute la région sou danienne, où il vit parfois en pt>tits peuplements sous la cime ou à proximité des grands arbres (Ficus, Cola, Khaya).
Emplois.

L'espèce est réputée dangereuse, voire toxique. Dans un Amorphophallus sp. de Borné<>, Arthur signale des tests positifs pour la présence d'huile essentielle, principes amers t-t saponosides [A13].

2.- Anchomanes ditformis

En~.

SvN.- Ancho~nes dubius Sch~tt. .tnchomanes dalzielli N. E. Br., Ancho.manes obtusus A. Chev. VERN. Diola éken (Berhaut). /
Caractères remarquables.

'

Plante à tige annuelle dressée, non ramifiée. pouvant atteindre plus de 2 m de haut, cylindrique, charnue, garnie de courtes épmes dispersées. Cette tige est en réalité le pétiole d'une grande feuille qui prend naissance à partir d'un gros tubercule blanchâtre, circulaire et légèrement aplati dè forme irrégulière. Feuilles profondément divisées, à segments pennés, plus ou moins oblong-lancéolés, acuminés, décurrents sur le rachis, minces.. glabres. Spadice plus court que la spathe qui atteint 20 à 25 cm de long, les fleurs femelles occupant environ le cinquième de la base du spadice, la partie supérieure étant garnie par les fleurs mâles.
Habitat.
Il se rencontre dans les forêts humides et ombragées de la Casamance et dans

1. - Borassus aethiopum Mart.
Ronier. Borassus flabelli(er L. var. aethiopum Warb. YERN.- Wol. ris, ron, sébé, sibi; ser. ndof; mal., bamb. sébé; mand. sibo; peul, toue. dubé; dio/a Pogny du!, duladu; bain. ·difundi (Borassus mâle), torunt (Borassus femelle) ; land. gapê ; bas. apè.
YuLGO. -

SY:s. -

Caractères remarquables.

quelques galeries soudaniennes du Sénégal oriental. Il n'est pas commun.
Emplois.

Cette espèce nous a été signalée un(' foi; seulement dans la forêt de Tendouk (Casamance) comme galactagogue (décoct'" d.: feuilles) par un guérisseur qui ne s'en rappelait plus le nom local. Aucun renseignement ne nous a été donné ~ur le tubercule, si ce n'est son utilisation assez rare comme aliment de disette après grattage et qlisson à l'ébullition prolongée dans une eau fréquemment renou...-elée. De telles précautions laissent penser qu'il pourrait contenir des principes toxi<:fu~s thermolabiles. Chimie. Le tubercule d'origine ivoirienne a étt' analysé par Busson [B9] qui y a trouvé en g p. 100 g : cellulose 5, extrait éthér~ •).6. glucides 76,7, insoluble formique 20,6, protides 12,4 cendres 5,3, calcium 0,73. ptosphore 0,25. Les amino-acides prédominants sont l'acide aspartique (15,7 p. 100), acide glutamique (8,8), leucine (6,4), arginine (5,5).

Palmier dioïque à stipe rigide, dressé, atteignant 15 à 25 rn, irrégulièrement cylindrique, plus gros vers le sommet ce qui lui donne l'aspect caractéristique d'une immense massue terminée par un panache non moins caractéristique de feuilles flabelliformes longuement pétiolées. Bords du pétiole grossièrement échancrés, coupants ; limbe large et long, d'environ 1 rn à 1,50 m. Fleurs mâles en spadices ramifiés, cylindriques; spadices femelles de 3 cm de long. Grappes pendantes de fruits sphériques de 8 à 10 cm de diamètre, lisses. brillants, verts, contenant 3 graines de 10 cm de long entourées de fibres.
Habitat.
Il forme des peuplements dans. diverses régions du Sénégal, depuis le Fleuve jusqu·en Casamance maritime. Les plus étendus sont ceux du nord de Thiès, du Sine, de la Casamance maritime et des vallées de la Gambie et de ses affiuents {Koulountou, Niéri-Ko, Niokolo Koba).

Emplois.

Le ronier, qui par ailleurs a de multiples et utiles emplois, est pratiquement peu considéré comme médicinal. Les préparations de racines récoltées sur les jeunes pousses sont pourtant utilisées dans les maux de gorge et les bronchites. Elles sont certainement béchiques car les chanteurs Wolof du Cayor et du Cap-Yert en

·-·---· ·~.--~- -~- ~. • .. 4'

44

)( .u

,,_._

(
'204 PH.:\RMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE consomment bfoaucoup pour les extinctions de voix ; ils ne manquent pas non plus d'en faire_ UsagE" au cours même des manifestations où ils se produisent pour lutter _contre les enrouements. Le \in de palme obtenu par fermentation spontanée de la sè\·e s'écoulant des bourgeons ou des stipes après incision, constitue pour les non-musulmans une boisson très appréciée. Il est considéré comme stimulant, entre dans la plupart des médiCatjons aphrodisiaques et sert souvent de véhicule pour des préparations diverses. Chimie et pharmacologie. Le fruit frais de la région dakaroise montre d'après Toury [T3) la composition suivante pour 100 g : eau 93,9 g, protéines 0,75 g, lipides 0,07 g, glucides totaux 5, 7 g, cellulose 0,24 g, cendres 0,30 g, calcium 10 mg, phosphore 45 mg, fer 1 mg, -,.itamine C 5 mg. thiamine 0,03 mg, riboflavine 0,01 mg, niacine 0,22 mg. De leur côté Lanza et Busson [L13, B9) ont analysé séparément trois parties différentes de rooier (jeunes pousses, pulpe et albumen) provenant de Côte-d'Ivoire• et donnent les chiffres suivants p. 100 :
Albmmen CelJuiMe Extrait éthéré ............ . Glucides lnsol. formique ........... . Protides0 : 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 •• 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0. 0 0 0 0 0 0

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
205

acuminés au sommet, de 1,5 cm de diamètre, couverts de petites écailles ovales triangulaires fimbriées sur les bords. Habitat. Epars à proximité des marécages depuis la Casamance maritime jusqu'aux niay de Dakar, rare dans les galeries soudaniennes mt-me humides (Koulountou).
Emplois.

Les feuilles du rotin semblent être appréciées en basse Casamance pour pratiquer des • cures d'amaigrissement • chez les rares indi,.idus, les ~efs généralement, dOtés d'embonpoint. On les prescrit aussi plus couramment pour les œdèmes généralisés de carence. On utilise en boisson le macéré réalisé avec les feuilles préalablement séchées et grillées sur le feu. Chimie du
~enre

Calamus.

Jeunes pousses

Pulpe 25,2 0,7 64,ï 37,2 . 3,0 6,4 0,45 0,07

r~r~:::::::::::\:::::

7;9 &.5 83.8 12;.7 6,1 1,7 0,.17

2,1 0,2 87,8 9,2 8,0 1,9

O,tt
0,24

}l.1s

Divers Calamus asiatiques (C. dioicus, G. tenw:~. C. uiminalis) fournissent le rotin. Le C. draco figure au droguier sous le nom de Sang-dragon. Le Sang-dragon est originaire des iles de la Sonde, -Java, Sumatra, Bornéo. On utilisait autrefois la résine exsudée des fruits mùrs moulée en bâtons ou en boules comme astringent et tonique. Elle sert actuellement pour la préparation de certains emplâtres et dentifrices ; aus:ii pour la fabrication des laques et vernis. Cette résine est surtout constituée d'éthers ben:wïque et benzoylacétique, du dracorésinotannol, de dracorésine et de draco-albane. Brockmann et Haase (d'après Kaçrer {K1)) ont signalé la présence d'un dérivé 3avonique la dracorubine C3 ,.H,..05 •
fl
f
'

Les mêmes auteurs ont également Jcb.erché et dosé les amino-acides parmi lesquels se trouYent trois représentants· inhabituels : l'hydroxyproline (1,2 p. 100 dans la_pulpe). l'acide y aminobutyrique (1,1 p. 100 dans l'albumen, 1 p. 100 dans les jeunes pousSes. 0,4 p. 100 dans la pulpe) et l'acide a.-y diaminobutyrique (14,3 p.100 dans l'albume-n. 13,2 p. 100 dans les jeunes pousses, 0,5 p. 100 dans la pulpe). On sait que des extraits de plantes contenant de l'acide y aminobutyrique montrent un effet de dépression passager sur la pression sanguine du chien anesthésié au phénobarbital [D9] mais aucune expérimentation n'a été pratiquée avec le"S organes de Ronier••.

· 3; - Cocos nucifera L.
Yuwo.- Cocotier.
VERN.-

( =

Wol., ser. koko, kota; Ronier de l'homme blanc).

ni:-m.

nkoka;

mand.

tubab

sibo

Caractères remarquables. Palmier monoïque de 20 rn à stipe arqué, renf.é à la base, avec des cicatrices circulai-res aux points d'attache des pétioles. Feuilles groupées au sommet du stipe. pennati~uées, de plusieurs mètres de long ; folioles de teinte générale jaunâtre, pliées en deu."l; près du point d'insertion, longues de 30 à 60 cm, larges de 2,5 cm, à bords lisses et à nervure médiane transversalement triangulaire. Gros fruits drupacés groupés à la base des fei.illes, ovoïdes, obtus au sommet, de 15 à 20 cm de diamètre. Habitat. Originaire du Pacifique, il est communément portugaise jusqu'à Saint-Louis.
Emplois.
p~anté

2.- Calamus deerratus Maun. et Wendl.
YULGO. -

Rotin. Svs.- Calamus barteri Beee. ex Drude, Calamus heudelolii Beee. ex Drude, Calamus akinensis Beee., Calamus (al.abrnsis Beee., Calamus leprieurii Beee., Calamus perrottetii Beee., Calamus sduuinfurthii Beee. \"ER."'. - _\la/. tâbi ; dio/a kaket, lk~kiya (Berhaut) ; bain. kintem.

Caractères remarquables. Palmier sarmeoteux, atteignant 8 à 10 m. tiges souples, de 2,5 à 3,5Jn de diamètre. ·

sur le littoral depuis la Guinée

Feuilles alternes, profondément divisées, pennatiséquées, longues de 1 cm à 1,50 rn; segments de 30 cm de long sur 2,5 cm de larg.e, finement dentés sur les bords ; pétiole élargi à la ba!Ol'. engainant et entourant la tjge, très épineux; nervure médiane avec des épines courtes à la face inférieure ; longs flagelles axillaires de 1 à 2 rn, épineux. Racèmes ramifiés axillaires de fleurs blanchâtres. Fruits jaune-orange ellipsoïdes,

• L'espèce d'origine indienne a fait assez récemment l'objet de travaux du mème ordre signalés par Hegnauer (!H~J. 2, p. 402 el ~92). •• Cf." nole p. H5.

Comme les autres palmiers, le cocotier a pt·l d'usages médicinaux. Les w·'Ülof et les l'iominka boivent couramment l'eau de nco et la prétendent diurétique (ce qui n'est guère étonnant en raison simplement des quantités considérables ab<sorbées) et aussi cholagogue. En • pédiatrie •, les W )}of l'utilisent encore chez les nourrissons en boisson comme fortifiant et en a ttc uchements dans la cavité buocale pour le muguet. La racine serait antidiarrhéique.

- ..~~~.-..,.~..

.-: .. ,........:~.,.,

' i

W: .... ··.--4'11*'

..,.~

.,..:.:· ....~ ..~

:'-·""q-~-

. • _,

...........-:~-

~

~...-....~--~-

4!'1t

1,

.!!' 1

:-j~.';

:---·~Ji,ii_. . !l!!'"-~·.

206

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITIO~•èLLE

( J PL\.NTES

MÉDICINALES ET TOXIQUES

207

Clùmie. A propos du cocotier il n'est pas inutile de donner quel~ explications sommaires sur des dénominations prêtant, souvent à confusion. Le fruit (ou péricarpe) qui contient la graine est composé de trois parties: l'externe \OU ~picarpe), la moyenne (ou mésocarpe)•; t.outes deux fibreuses et l'interne (ou endoca.'1Je) qui est très dure. Ce que l'on appelle couramment la noix de coco est constituée par l'endocarpe enfermant une graine unique. Celle-ci possède un albumen ab<lndJnt qui est de consistance ferme dans la région externe et de consistance liquide dans la région centrale. Au cours de la maturation, l'albumen liquide disparait prugrtssivement tandis que s'accroit parallèlement l'albumen solide qui tapisse la paroi. Cet albumen solide, après avoir été coupé en tranches et séché, constitue le copra1** d'où on retire par expression 60 p. 100 de c beurre • ou « huile de coco •· . L'albumen liquide contenu en abondance dans les jeunes no'x tendres, non encore mftres (c'est-à-dire 6 à 7 mois après la pollinisation), eonst.'tue •l'eau de coco •· En raison des applications pharmacologiques et autres auxquelles elle donne lieu depuis quelques années, on s'attache actuellement à distingr.er l'eau de coco ainsi définie qui est un liquide naturel du « lait de coco • qui cmtient en suspension aqueuse, d'apparence laiteuse, une partie notable de pulpe de noix broyée***. Selon les analyses de Eisemann l'eau de coco a pour composition centésimale : eau (93,5), extrait sec (6,5), saccharose (traces), glucose (2.1), lévulose (3,9), inuline (0,15), protéines (0,18), potassium (0,21), . magnésium 10,035), calcium (0,048), sodium (0,011), SO,- (0,024), PO,-- (0,045), Cl (0,12) [E43). Le lait de coco renferme 1 à 2 p. 100 d'oses et de polyols ~sornitol), des acides organiques (acide malique) de nombreux amino-acides, des hormones ou substances de croissance : acide fj indolylacétique,- diphényl 1-3 ucét' (S68, S69), mésoinositol [H55) 2) et un nouveau facteur de croissance non i6enti6é découvert par Kuraishi et Okumura [K12) et qu'ils ont dénommé phyllocncosine. D'autre part Durand et coll. {b9J y ont décelé l'acide y aminobutyrique darrs le liquide de l'endosperme à matqiité. . Le coprah sec nmferme environ 4 p. 100 d'eau, 20 p. 100 de glucides, 8 p. 100 de protides, 65 p. 100 de trilaurine ainsi que les glycérides C:es acides myristique, caprylique et caprique. L'huile ou beurre de Coco liquide à 2'>.-27°, forme à température inférieure une masse concrète blanche d'odeur faible à l'état frais, de saveur fade. Une petite quantité de vitamine Dy a été mise en é'ider.ce [P29]. L'amande fralcbe (albumen mftr) telle qu'elle est utili;ée au Sénégal [T3) contient pour 100 g : eau 40,8 g, protides 3,50 g, lipides 3Ul g, glucides totaux 14,7 g, cellulose 9,9 g, cendres 1,1 g, calcium 9 mg, phosphcre 135 mg, fer 3 mg, vitamine C 2 mg, thiamine 0,03 mg, riboflavine 0,03 mg. niajne 0,6 mg; en équivalent vitamine A 12 mcg.
Pharmacolo~ie.

Cette dernière action est peut-être en relation avec la présence d'acide y aminobutyrique (cf. p. 145). Abbott et coll. ont expérimentalement prouvé l'action anticancéreuse de !'·extrait de feuilles sur les tumeurs transplantabtes du sarcome 180 chez l'animal. La réduction constatée pour lts tumeurs est de 100 pris comme unité de contrôle à 60 chez les animaux traités J.\.71). Des expérimentativns concernant l'action antipaludique des extraits de racine n'ont pas donné de r.!sultats signiOcatifs [S95]. 2°
LAIT ET EAU DE •:OCO.

.,.,

/

Le lait-et l'eau de coco, en railiOn de leur richesse en substances de croissance, ont trouvé des applications importantes dans la culture des tissus végétaux•. ·Mais au point de vue phannacodynamie et pharmacologie c'est le liquide naturel • eau de coco • qui retient le plus l'attention. L'eau de coco par ;es facteurs de croissance agit sur le développement des tissus végétaux comme l'on: montré Kant et Arya avec: le Jujubier [K109). A la dose de 1/10 000 dans un milim de culture approprié, elle double la vitesse de développement de certaines bact<'rie; com,me le Mycobacterium tuberculosis. D'où son utilisation pour la recherche de; germes et pathogènes en clinique et contaminants dans l'industrie des fermentations [A113). Selon Clamohoy, cjté par Dupaigne, l'eau de coco a été aussi employée comme diluant plus efficace que le jaune d'œuf pour le sperme des animaux en vue de l'insémination artificielle, iles spermatozoides en dilution aseptique gardant leur mobilité pendant 8 jours au. lieu de 2 ou 3 à 5 °C [C151). Après la deuxième guerre mondiale on apprenait que les Japonais, à Sumatra, avaient utilisé de l'e:ou de coco par voie intraveineuse, mais il n'y avait eu aucune publication à ce sujet. Aussi à partir de 1954 des études furent entreprises dans ce sens, en particulier par Eisemann [E43), Goldsm~h [G133, G134), la dernière en date â notre connaissance étant celle de Acharya [A112). · Dans un article plh!'u en septembre 1971, Oui/aigne résume comme suit, l'état de là question [D102 : · • Deux conditions ;ont réunies pour rendre cette opération (la perfusion intraveineuse d'eau de coeJ) sans danger: · • 1° le liquide est ~bsolument stérile dans la noix int11cte ; il garde sa stérilité à condition de prt'ndre des précautions d'asepsie lorsqu'on l'extrait. L'opération est très simple : il suffit ce nettoyer à l'alcool l'une des trois dépressions du côté pédonculaire et d'y enfone;r un trocard stérilisé ; le liquide s'écoule dans le flacon par l'intermédiaire d'un mtonnoir garni d'une gaze stérilisée ou de coton pour retenir les débris éventuels ce pulpe, • 2° le liquide est i peu près isotonique et sa faibole teneur en graisse et en protéines n'a aucun effe; nuisible sur le sang : il le dilue simplement comme le ferait . du sérum physiologiq Je préparé à cet usage. • Naturellement. rtau de coco n'a aucun avantage sur du sérum physiologique; cependant, en cas d·ugence, elle peut le remplacer. Cette constatation a été faite à la fois par les Japomis et par les Britanniques au ctJurs de la guerre de Birmanie. Elle a d'ailleurs été p~ouvée par des essais cliniques dans les hôpitaux de Thai1ande, aux Indes et en Lou.,iane. La perfusion par l'eau de coco a permis de sauver des blessés, des malades complètement déshydratés par la dysenterie ou le choléra, des enfants déshydratés ,,ar une diarrhée persistante. Dans les hôpitaux de campagné ou de brousse, en Extrême-Orient, la perfusion par ce moyen est plus économique que la perfusion par ;érum physiologique, préparé en ampoules. • L'obstacle thforiqae de cet emploi est la présence de sels de potassium abondants, à la place du chlorun de sodium du sang humain_ On a pensé qu'il existait un risque d'hyperkaliémie du s<ng après la perfusion ; en réalité on n'a jamais observé d'accidents de cet ordre.

·i.

> ... ~..:~.

i!

FEUILLES, TIGES ET RACINES.

Selon les techniques déjà décrites, Feng [F6] a expérimen~é les actions de deux extraits aqueux et. alcoolique de feuilles et tiges ramenés à l~ concentration de 1 g d'organe pour 1 ml de liquide. La dose toxique sur la souris pa: voie intrapéritonéale était de 0,1 ml pour l'extrait aqueux et de 1 ml pour l'ext:ait alcoolique ; l'effet de stimulation du spasme sur l'intestin isolé de cobaye était atteint avec les deux extraits à la dose de 0,01 ml ; enfin l'extrait aqueux prm·oc:uait une hypotension chez le chien. • Le coir, matériau utilisé pour la fabrication de tampons d'emballlge, de cordes et de tapis est fourni par la fibre du mésocarpe. Robinson (G. M.) et Robinson (R.) ont mis en évidence dans ce m"ocarpe une leuco-anthocyanine donnant la cyanidine [R101]. •• Le coprah est nne des matières premières oléagineuses les plus ire portantes : la production mondiale annuelle depasse 2 millions de t et la France seule en impo"e plus de 60 000 t [P29] pour les besoins de !".alimentation (beurre de coco, végétaline, cocose). de la savonnerie (dérivés sulfonés du beurre de coco utilisés comme détergent) et de la pharmac:e. ••• Consulter à œ 11ujet Dupaigne [D102] et Pleris. Ce dernier en 19~! fait Je point de la terminologie en écrivant • The term coconut water should be used exclusiwl~ to designate the aqueous liquid within the c:avity of the nut and the lerm coconut milk be sin !arly reserved to denote the milk extract from the fresh, ripe kernel • [Pl73].

• Dans ce domaine lts propriétés de J'acide fj indolylacétique, de la diphényl 1-3-urée, du niésoinositol sont bien omnues. Quant à la phyllococosine elle aurait, seule, une action .supérieure à la kinéiine ou il la gibbérelline ; en association avec ces deux substances elle exalterait par synergie leur pouvoc· de croissance IK12).

..::,.~·-·

*~.-

·.·~~~....·~~·

·"·~

·,~.....,.··

~a. ...~_, .

.'\... ~ ... ~.::, · ·::l:~ .........,·.. '"'"'·~··-1"!"~"'··~'"':,_ ... ; .•. ~ ~; ......._-·-·'"'";;,:-'!iizilll

i ••• ,....,_(#;._·--:--·;- .....

~=:-.l't'lW.

.tL•

(
208 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(}
Chimie.

PLA..~TES MÉDICINALES ET TOXIQUES

209

• Des essais systénlatiques avec des mélanges plus ou moins riches en eau de coco, conduits en 1965 dans un hôpital de Bombay, sur des malades lhtteints de gastroentérites, n'ont pas apporté de'perturbations rteuro-circulatoires p·mr des injections de volumes allant de 400 à 1 900 ml t.
Utilisations de la noix de coco.

Avec les racines les :\landing et Socé réalisent des préparations antientéralgiques, les Wolof et les Lébou des préparations antisyphili~es.

Le coco est inscrit à la pharni.acopée indienne et britannique pour servir à la confection de divers onguents. En France l'huile de coco figurait au Codex 1949, mais elle a été écartée dans l'édition 1965. On prépare en pharrrucie par saponification à l'aide d'une lessive de pot:~.sse le savon mou d'huile de coco qui sert lui-même à préparer le savon liquide et Je bol purgatif vétérinaire. Par hydrogénation l'huile· de coco hydrogénée fournit des glycérides semi-syhthétiques utilisés comme excipients pour suppositoires. L'endocarpe ou coque, dont la combustion lente donne un chac-bon léger et très abondant, est utilisé en particulier dans .les masques à gaz pour se' propriétés adsorbantes.

L'huile de palme est formée en majorité des glycérides des acides oléique (jusqu'à 50 p. 100 des acides gras totaux), palmitique (40 p. 100 des acides gras totaux), puis linoléique, stéarique et myristique. Elle contient aussi des stérols : ergostérol ou provitamine A. estrone ou follièuline. La fraction insaponifiable est surtout constituée par des pigments caroténoides (400 à 600 mg par kilo) donnant à l'huile sa couleùr rouge caractéristique et qui sont : et carotène {30 à 40 p. 100 des carotènes totaux), néo y carotène, y carotène, ('1 carotène, néolycopine, lycopine. L'huile de palmiste est surtout constituée par les glycérides des acides laurique (plus de 50 p. 100 des acides gras totaux), myristique {15 p. ''lOO), oléique (15 p. 100), puis caprique, stéarique, caprylique, linoléique.

5.- Hyphaene thebaica Mart. 4.- Elaeis guineensis Jacq.
VULGO. Palmier à huile. SYN.- Elaeis nigrexens A. Chev.; Elaeis virescens A. Chev. VERN.- Wol. têg; wol., ser. tir ; ser. nged (Berhaut); nicm. êglên ; bamb. nté (Berhaut) ; mand., socé têgo, têê ; dio/a Pogny }ibékél. sit ( = la graine), bunuk ( = vin de palme) ; bain. tuxost; mandj. métarn. : bal. té, tel'l. VuLGO. - Doum, Palmier doum. VERN.- Wol. gélé. éla (Berhaut); bamfl. }imini. ngélé (d'après Dalziel), kolo kotobé (B~rhauf); mand. kello (d'après Dalzi~f); sar. gelé.

Caractères remarquables.

Caractères

remar~uables.
f •

/

Palmier de 15 à 20 rn, à stipe droit, un peu renflé à la base, avec les cicatrices de l'insertion des feullles très proéminentes. Feuilles groupées au sommet, les jeunes dressées, les adultes arquées retombant régulièrement autour du stipe ; de teinte générale vert foncé, elles sont pennatiséquées et longues de 4 à 5 rn ; segments alternes et subopposés, de 3) à 45 cm de long sur 2 à 3,5 cm de large, glabres et souples ; pétiole arrondi à la face supérieure, de la base aux premiers segments. Spadices mâles groupés, d'environ 10 cm de long et 1,5 cm de diamètre; spadices femelles en grosses masses ovoïdes, légèrement acuminés au wmmet : bractées rigides, piquantes, acuminées. Fruits drupacés, ovoïdes, ·acuminés, de 3 à 4 cm de lon~. rouges, lisses, brillants, à pulpe fibro huileuse ; endocarpe scléreux renfermant une graine brune à albumen blanc huileux.
Habitat.
II est très abondant en Casamance maritime, mais se raréfie en se cantonnant dans les vallées et marécages de la moyenne et haute Casamanct ainsi que le long de la côte dans les niay jusqu'au nord de Dakar. Il existe encore, mlis exceptionnellement, dans le Sénégal Oriental et au Niokolo Koba.

i

Palmier de 12 à 15 à stipe divisé dichotomiquement près de la base et se ramifiant ensuite.; cime étalée en parasol. Feuilles d'environ 75 cm de long et autant de large, groupées à l'extrémité des branches, flabellées, ~rt glauque; pétiole avec de nombreux crochets épineux. , Spadices mâles ra!llifiés entourés par une spathe a~ un pédoncule aplati vers la base, d'environ 20 cm de long sur 1 cm de diamètre ; spadices femelles courts, robustes, avec des proéminences tomtnteuses à la base des fruits. Fruits globuleux, quadrangulaires, à angles arrondis; d'environ 5 cm de diamè~re, lisses, brillants, brunâtres à maturité. Habitat.
Il n·existe que dans la vallée du Sénégal, notamment vers Richard-Ton et entre Podor et Bakel (région de :\latam).

m:

Emplois. Le doum nous a étt' uniquement signalé par un guérisseur sarakolé du Goye qui l'emploie, toujours en assodation avec Securinega virosa, pour le traitement de la bilharziose. Chimie. Selon Hegnauer la t~neur en mannane est très élevée dans ce Palmier et le taux d'huile ne s'élèverait qu'à 7..3-10 p. 100 (fruits ou amandes '?) ({H55] 2, p. 404). Les amino-acide.s de' graines sont principalement constitués par arginine (11 p. 100), lysine (6,7), leucine (5.5), nline (4,4) avec histidine. cystine, méthionine, tryptophane (in [S104]).

Emplois. Les principales utilisations locales du palmier à huile sor,t nat~Lellement la fabrication de l'huile de palme (à partir de la ·pulpe du fruit) de l'huile de palmiste (à partir de l'albumen. de l'amande), d'une huile de récupération (:. partir des fruits entassés en vrac) et du vin de palme (par saignée de l'arbre à la b;he du régime). En médecine populaire l'huile est utilisée en frictions pour les e·wrbatures et rhumatismes. Les guérisseurs des iles du Saloum recommanëent le < durit • (huile de palme proprement dite) en boissons et bains locaux pour les orchites. Les Wolof recommandent un traitement efficace des furoncles, abcès, entorses, consistant à imbiber d'huile de palme des feuilles de Pimentier (Capsicum frutescens) qu'on place à demeure loco dolenli.

6.- Phoenix reclinata Jacq.
VuLGO.- Dattier nain du Sénégal. SYN. - Ph•)enir senfgalensis Van Houte, Phoenix spinosa Schum. et Thonn. VERN. - ll'ol. sorsc.r (feuilles), siba (fruits), tob (la plante) ; ser. sing (Berhaul) ; ser .. niom. isao, bisao ; diola fud;ak (Sébire), hudak (Berhaut), fuduka ; bas. inib, i~ib.

,,'·'
~'

•._, _ . . -"......._,.,...,......_..:,.,-.4-.~·~-~-··_ _,;;._-

---.-·· ,,.._.~

'b"'l;""

a,a;·f...,;.....·

...,ç,_.,.... . -.w-,.,

(p

&;a#

~~~--~,·-

"~~:._ --~~·

·;

-

~~~--

"""".,....,. __.. __

~""- - · ·

l

. 1

~~,.....~

(
210 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE Emplois. Caractères remarquables. Palmier souv~nt ouissonnant de 2 à 3 m, mais pouvant avoir un stipe de 7 à 8 rn, courbé à la base puis redressé, grêle, de 15 cm de diamètre avec les cicatrices foliaires proéminentes. Feuilles pennati~quées en panaches terminaux. les jeunes dressées, les adultes retombantes, vert fmcé, brillantes, .glabres, de 3 m de long; segments raides, linéaires, très acuminés, les hférieurs plus courts et épineux. Inflorescences entourées par une grande spathe s'ouvrant sur le côté. Fleurs blanches dioïques ro panicules d'épis. Fruits ovoïdes de 1,5 cm de long, brun clair à maturitJ\, avec une pulpe mince sucrée entourant une graine de 1 cm de long, profondément ra:ïnurét· longitudinalement sur un côté. · · Habitat. Très commun sur le littoral près des lagunes et mangroves, mais également dans quelques galeries soodaniennes et ruisseaux temporaires (Niokolo Koba, Kédougou). Emplois. C'est en définitivt- le palmier sans doute le plus utilisé en thérapeutique sénégalaise (Cap-Vert, nes du Saloum, Sine, Sénégal oriental). Les racines, astringentes, sont recommandées pour les maux de ventre, coliques et diarrhées banales. Le décocté. de bemrgeons en bains et boissoll!S est très prisé des Bassari pour prévenir la fatigue avmt une marche forcée et comme revigorant après un effort physique .. un· certain nombre de recoupements concordll9ts mettent en évidence l'indication des préparations à 'base de folioles dans les mal:(dies oculaires.
1

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

211

Ce Rapbiia qui donne un vin de palme (le bâgi des Bambara) donne aussi une huile qui serait &nétique et qui est prescrite par les Bassari comme antilépreux en usage externe et même interne.

AROIDÉES (Voir ARACÉES)

11. -

ASCLÉPIADACÉES '

Pharmacoiogie. Abbott et coll. ~nt obtenu des résultats intéressants concernant l'action anticancéreuse des extr..ûts éthanoliques de fruits. Expérimentalement la réduction des tumeurs transplant-ables est de 100, pris comme unité lors du contrôle, à 46 pour le sarcome 180 et 41 pour l'adénocarcinome 755 chez les animaux traités [A71].

lmportamte famille tropicale bien représentée au Sénégal avec une vingtaine de genres. Ce oont des plantes à latex, volubiles ou sarmenteuses ( Gymnema, Lepladenia), crassulescemtes (Caralluma, Slapelia), arbustives (Calotropis). Plusieurs sont sahéliennes (Calolropis; Caralluma, Leptadenia, Glossonema, Pergularia) ; d'aœtres sont communes dans les savanes soudaniennes : Ceropegia, Leptadenia, Man;denia, Raphionacme, Tacazzea; certaines sont guinéennes : Tylophora, Telosma. t:n Cryptostegia a été introduit comme plante ornementale. Plantes à latex ; feuilles opposées ; fleurs régulières, gamopétales ; pollen aggloméré en masses (.pollinies); carpelles indépendants dans la région ovarienne••. La famillle des Asclépiadacées était considérée jusqu'à présent au regard de la phannacogJ!losie comme une famille mineure, fournissant au droguier un tonique amer avec l'écorce de Condurango d'Amérique du Sud (Marsdemia condurango) et un éméJjque-diurétique avec le Dompte venin d'Europe (Vinceloxicum officinale). / . Les trllvaux contemporains réalisés· en particulier sur les Calolropis et Pergularij:t ont montre l'intérêt .à la fois chimiq)le et pharmacologique de bien des espèces de cette famillie. ·

1.- Calotropis procera (Ait.) Ait. f.
VULGo.- Arbre à soie du Sénégal***, Pomme de Sodome. VER..,.. - Wol. faftan, fafton; ser. bodafot, mbadafot; none ôgu (Sébire); falor hugé (Sébire) ; niom. bodafor, imbudafot ; mal. fugofogoiri, mpompompogolo (Aubréville), ngeyi, ngoyo ; bamb. pêpô pogolo, mpôpôpogolo ; sar. tulurnba ; socé dimpâpaô ; peul, loue. kupâpâ, bamâbi, bâbâdi, bawmm bawam, bawoarn; diola bupumba pumb (Berhaut) ; bas. atapum. Caractères remarquables

7. - Raphia sudanica A. Chev.
VuLGo. - Raphia. YERN.- .Ucl., bamb. Caractères remarquables. Palmier pouvant .ltteindre 8 à 10 rn de haut. stipe de 3 à 4 rn avec les bases des vieux rachis persistants, ligneux, non fibreux. Grandes feuilles te plus de 5 rn de long, large rachis jaunâtre; limbes linéaires, pennatiséqués, an·c de fines dents épineuses sur les bords. Spadice à branchts latérales robustes de 30 c:m de long 11ur 8 cm de large. Fruits en grappes compactes pendantes avec de nombreuses écailles jaunâtres, lisses, brillantes à somme1 acuminé. Graines ovoïdes, coorternent acuminées à la base et longuement au som:net, de 5,5 cm de long sur 3 cm de diamètre. Habitat. II n'existe que dans les galeries humides en pennanence de la région soudanienne (Kédougou, NiokolQ Koba, Tambacounda, Vélingara). Il fait place, dans la région de Kolda et en Cas2III.ance maritime au Raphia graeilis.

* * *•.

bâ; bain.

tabint; bas.

inem.

Arbuste :ïJ. latex abondant de 2 à 3 rn, parfois plus, à écorce épaisse, liégeuse, beige clair. Grandes feuilles vert glauque, blanchâtre, laineuses à la face inférieure ; limbe sessile ovale., légèrement cordé à la base, arrondi ou courtement acuminé au sommet, de 20 ém de long sur 10 cm de large. Cymes uiillaires de fleurs blanches et violine ou pourpre de 15 mm de diamètre. Follicules gonflés d'air ovoïdes, lâchement et mollement fibreux à l'intérieur, verdâtres. Graines surmontées d'une aigrette blanche *****.

• Ct. aussi Périplocacées, p. 632. •• Krishnarmurthy et Sundaram ont fait en 1937 une étude morphologique et histologique de l'épiderme foliaire de quelques Asclépiadacées dont Calolropis, Leptadenia, Daemia en vue de leurs utilis:ations phannacologiques [K68]. ••• La flbne de l'endocarpe du fruit, fine, soyeuse et très abondante servait anciennement à la préparation cLe tissus fort appréciés, d'où le nom d'Arbre à soie du Sénégal donné à l'arbuste. •••• Voir pdlotographie planche hors-texte. ' ••••• Les e:aractères macroscopiques et microscopiques de différents organes ont été récemment décrits par Rilley (R89], Rizkallah [R105], Mahran [M127] et des observations écologiques ont été faites par Gillet (G116].

·-·--,"~-+-·~

-

-~M·,._,

,,............·........,~i'i-~>~1-'A;;,jji- ~;·~··:-"""""~.....~~-·~···

JJtri4·

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE •itat. est très irrtguliérement. réparti. Très commun dans les manies calcaires des .roits de Dakar où il forme de véritables peuplements, il se rencontre sporadiquet dans le Salle! ainsi que dans les vallées du Sénégal et de la Falémé. II existe :i en Casamance, mais accidentellement. D est absent ou exceptionnel dans le .re du Sénégal et réapparalt dans l'est. C'est plutôt une essence sahélienne. plois.

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 213 nolide. L'aglycone du procérosîde n'a pas encore été obtenu à l'état libre, maison sait qu'il contient un groupe hydroxyle (sans doute secondaire) de plus que la calotropagénine et qu'il est très probablement un 2œ, 3~, 1411, x-tétrahydroxy-card (20-22} énolide (8198]. Les interréactioru entre ces différents principes ont été particulièrement mises en évidence en 1960 par Hesse et coll. (H82], en 1963-1964 par Crout et coll. (C13, C26], en 1969 par Briise.hweiller et coll. [8199]. Le latex contient en outre : - Là calotropaïne (2 à 3 p. 100), nouvel enzyme proléolytique constitué·par cinq protéines dont 80 à 90 p. lOO de calotropalne A (A24]. - Un triterpène, le taraxastérol, surtout ·sous forme d'àcétate, d'isovalérianate et de pyrotérébraLe (Hesse et coll. Annalen 1941, 516, 233). - De la (3-amyrine et des traces de glutathion.
20 LES GRAINES.

es indicatiom de C. proœra dont la toxicité est redoutée, découlent principalement propriétés éméto-Cathartiques certaines du latex, des .feuilles et surtout des 11es. Celles-ci sont généralement absorbées en poudre dans du lait (rais ou caillé me purgatif. émétique et contrepoison. ans la région du fleuve Sénégal, les écorces et racines entrent dans certains cements des itats anxieux et de la folie. Un vendeur de simples du grand marché )akar vend odes racines pour cet usage avec: la recommandation de prendre la tue le jeudi. ans le Walo et le Cayor les racines font partie de nombreuses compositions antieuses et anti-syphilitiques qui sont parmi le:s plus actives connues en médecine itionnelle. n pays sérer. dans le Sine-Saloum c'est l'iDdication contrepoison (alimentaire, linel, magique) qui prédomine et on retrouve, là encore, les racines en mélange : d'autres drogues comme écorces de Parkia biglobOS6, petites racines de Leptaa hastata, etc. ans tous les n.s, les diverses préparations à usage interne sont prescrites à doses tionnées ou avec précautions (pour la lèpre par exemple), car leur action cardioc que est généralement reconnue. Anciennemen~ le latex était d'ailleurs utilisé· par ~ébou et les Wolof du Cllp-Vert comme in~ient de poison de flèche. . n usage exte-rne l'emploi du latex est const.ant comme antiseptique et sédatif. 'ilns Je domaine vétérinaire, les Peul-TotmM~Ieur ajoutent quelquefois, ·mais en ntité modérée, à la ration alimentaire des vaches, des feuilles et des racines de >rocera pour les rt'ndre prolifiques ou augmrnter la sécrétion lactée.

Les graines ne contiennent pas de dérivés de .la càlotropagénine, ou seulement à l'état de traces. Mais des glycosides d'un autre type de cardénolides, facilement cristallisables, ont été mis en évidence par Rajagopalan et colL (R90]. Pour l'espèce d'Erythrée : Coroglaucigênine (0,437 p. 100) ; Frugoside (0,022 4 p. 100) ; - CorotoxigénÏne (0,006 55 p. 100) - Substance B (0,001 03 p. 100) - Substance amorphe D. Pour l'espèce du Malawi : - Frugoside (0,231 p. 100) - Calot~ine (0,000 82 p. 100), 3° EcoRcEs. Les écorces de C. procera avec celles de C. gigantea des Indes étaient autrefois · connues sous le nom d'écorces de Mudar. Elles contiennent une résine amère, la mudarine formée d'esters valérianique et acétique et de deux résinols isomères : ot et (3 calotropéoL On y a également décelé la (3-amyrine (in (020]). Récemment Chandler et coll. ont isolé de l'écorce de C. procera d'Australie· deux digitanols, la benzoyllinéolone et la benzoylisolinéolone (C110]. 4°
AUTRES ORGANES.

-

/

f

mie.

) LATEX.

alotropis prot~ra a donné lieu depuis 1950 à dtes travaux de recherches importants. premiers, He;se et coll. (H80, H81, H82], isolent du latex de la calotropagérüne \tat libre avec six principes hétérosidiques cristallisés. En 1969 Brüschweiller et ·isolent trois composés supplémentaires : l'uzarigénine (dihydroxycardénolide), )'riogénine (trihydroxycardénolide) et un nouvel hétéroside. n connalt donc au total actuellement sept hétérosides du latex. Ce sont :
Hétérosides de Hesse et coll. Calotropin~ : C"9 H ..o,. Calactine (~),2 p. 100) : C80 H ..0 9 • Calotoxine (0,15 p. 100) : C80 H..,0 10 • Uscharine ,0,45 p. 100) : C31 Hu0 8 NS. Uscharidin« : c.. H~O,. Voruscharine : C81 Hu0 8 NS.

Les feuilles et lrs tiges, riches en latex, contiennent aussi les mêmes substances et particulièrement la calotropine obtenue par Hesse avec un rendement de 0,165 p. 100. La présence d'akaloïdes a été notée dans l'extrait aqueux de tige d'origine pakistanaise (S208]. Phar111acologie. 1o
LATEX.

' -

Hétéroside de Brüschweiller et coll. - Procérosidt : C80 H 100 10 •

es structure~ ·les 'ix premiers ont été étudiées·par Hesse et coll. [H80, H81, H82], i que par G~iger [G3J, Crout et coll. [C13, C26J, Hassal et coll. (H16], travaux is en 1969 par Brüschweeiller et coll. à I'occ::asion de leur découverte du procéro[8198, BH~l]. es 7 principes cardiotoxiques sont chimiquement apparentés. Ce sont des hétéros et dans le ~as de uscharine et voruscharidine (comprenant N et S dans leurs écules) des • alcaloïdes •· Ils possèdent tous un génol stéroïdique commun pour les incipes de H~sse. la calotropagénine C83 H 110, qui est une trihydroxy-oxo-cardé-

La toxicité du latex, ancien ingrédient de poison de flèche, est bien connue et persiste même après coagulation sous l'action de la chaleur qui le transforme en une masse résineuse. Selon Dalziel, quand on l'applique sur les conjonctives, il provoque d'abord une congestion et une anesthésie locale puis des effets plus profonds dus à son absorption [D4]. Son activité bactériolytique vis-à-vis de J!icrocorcus lysudeikticus a été démontrée par Shakla et coll. qui donnent les chiffres comparatifs suivants en unités/ml: 175 pour le latex de C. pr~H"ua, 335 pour celui de Carica papaya. 325 poUr celui de .-irtocarpus incisa et 18 pour celui de Euplwrbia pulcherrima [S144, S145J.
20 FEUILLES ET TIGES.

Les extraits aqueux de rameaux feuillés d'origine jamaïcaine sont mortels pour la souris à une dose correspondant à 0,5 g d'organe frais administrée par voie intrapéritonéale. Chez .Je chien de 8 à 16 kg l'injection intraveineuse de doses inférieures il 0,1 g provoque de l'hypotension (F2].

214

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE .l'R!U>ITIONNELLE

215

*

La toxicité non aigne a été recherchée avec des extraits de même ori ne (1 ml correspondant à 1 g de tiSsus frais) sur des lots de cinq souris : par inje tion intrapéritonéalé de 10 mlfkg on constate de la dépression. puis en vingt-qu tre heures; quatre souris reviennent à la normale tandis qu'une cinquième reste éprimée et meurt en soixante douu heures. Par ailleurs, avec l'intestin isolé de obaye, à la dose de 0,007 ml/ml de bain. on enregistre des contractions équivalentes à 25 p. 100 de celles produites par l'acétylcholine. Sur le duodénum de lapin à la dose de 0,002 ml/ml ori enregist~ une augmentation graduelle du tonus suivie d'un spasme irréversible. Il a été égaloement constaté que ces extraits ont un effet significatif sur le temps de sommeil bari)iturique des souris (H17]. Dans un autre domaine, des tests variés pratiqués sor des extraits de feuilles ont révélé un puissant pouvhic insecticide [H57]. 3o
RACI:-IES.

Fleurs par paires à sépales lancéolés de 3-4 mm de long; corolle à lobes de 4,5 mm, garnie de poils pourpre foncé. Follicules longuement lancéolés, de 5 à 6 cm de long et 5 mm de diamètre. Habitat. Cette espèce est rare au Sénégal. Nous ne l'avons rencontrée que sur le rebord des plateaux ferrugineux de la région sahélienne de Matam. Emplois. C'est une plante magique très prisée, vraisemblablemt'nt en raison de sa rareté, par les • bilédio •, c'est-à-dire les médecips toucouleur soignant par sorcellerie, particulièrement dans la région du Nguemar. Ils en utilisent diverses préparations pour purifier les malades, les protéger contre les envofitements, les sorciers mangeurs d'âmes, etc.

·Les extraits aqueux d alcooliques de racine ne sont pas toxiques : administrés oralement à "des rats peSUlt 140 à 240 g et à des doses de 100 mg, 500 mg, 1 g et 2 gfkg on ne constate aucune mortalité [D6]. Ces extraits révèlent une action stimulante sur la respiration et la pression sanguine du chien. Ils sont spasmogéniques pour les muscles involontaires du lapin et du rat ainsi que pour l'utérus de rate vierge. Derasari et Shah, qui ont trouvé en outre que ces extnits étaient vermicides pour les vers ronds, concluent en définitive qu'ils sont atoxiques et caractérisés par une action musculotropique. mais non neurotropique (D6). 4o
GRAISES.

3.- Caralluma decaisneana (Lem.) N. E. Br.
SYN. - Caralluma ango (A. Rich.):-<. E. Br., Caralluma sprengeri N. E. Br., Caralluma commutala Berger, Caralluma hesperidum Maire, Caralluma uenenosa Maire, Bouarosia deraisneana Lem., Stapelia decaisneana (Lem.) A. Chev., Slapelia ango A. Rich. VERN. - Wol. sol. Caractères remarquables. Plante grasse, .~ivace ne dépassant pas 15 à20 cm de haut, à tiges épaisses, glabres, cylindriques, à {leine anguleuses, de 2 cm de diamètre, wrt foncé marbré de clair, s'enracinant au contact du soL Petites feuilles .triangulaires à l'extrémité des tiges Fascicules terminaux de 2 à 4 fleurs, pourpre foncé, givrés de fines papilles blanches. Les 5lobes de la corolle sont étalés; de 10 à 12 mm de long, ovales triangulaires, en forme d'étoile de 2,5 cm. de diamètre autour d'un anneau central. Habitat.
II se rencontre surtout dans les sols calcaires (Bargnyl et les lagunes littorales à coquillages (entre Dakar et Saint-Louis). :\ous ne l'avons pas remarqué à l'intérieur du Sénégal.
/

Des extraits de grain~ (échantillons du Nigeria) testés par Pate! et Rowson pour leur àdivité cardiaque rur le cœur isolé de Bufo r}gullU'is ont donné des réponses négatives pour la cardiotoxicité et positives pour I.â cardioactivité (P15). 5°
LES PRINCIPES A !\CTION DIGITALIQUE.

Hesse et coll. ont trou,·é que les doses toxiques des principes actifs étaient pour la grenouille en mcgfg : calotropine 0,5, calotoxine 0,7, uscbarine 0,5, uscharidine 1,4; pour le chat en mgfkg: calotropine 0,12, calotoxine 0,11, uscharine 0,15 [HSO, H81, H82). . . Chen et- coll. ont particulièrement étudié l'activité cardiaque de calotropine, calo~ toxine et uscharine par rapport à d'autres principes digitaliques : antiarine, convallotoxine, cymarine, ouabaïne, etc. Vis-à-vis de l'ouabaine la puissance cardiaque s'ordonne comme suit Jl'('Ur le chat : ouabaïne 121, calotropine 100, calotoxine 92 et uscharine 69. Pour la grenouille : ouabaïne 144, calotropine 100, calotoxine 76 et uscharine 42 [C97]. 6°
AcnoN DE L'ExrnŒ.

Emplois. Dans la région du lac de Guiers ce Caralluma entre dans un c~rtain nombre de traitements médico-magiques des maladies mentales, de l'épilepsie, peut-être même la maladie de Parkinson (?). Les \Volof du Cayor et du Cap-Vert reconnaissent au latex des propriétés antiodontalgiques et placent à demeure dans les dents cariées des petits fragments de tige.

La calotropaïne est tm enzyme non toxique et hautement protéolytique, supérieur à la papaïne, la flcine et la broméline. Elle peut coaguler le lait, les aliments digérés, la gélatine, la caséine. Sa température optimum d'action est 80° et son pH optimum, selon le substrat, de 4.3• ~lait) à 5,5 (gélatine) (A24]. Elle est en outre douée d'une excellente action aothelmintique. Le temps létal observé vis-à-vis de Œt-'•phagum columbianum et Bun.ostomum trigonocephalum est plus court avec la calot:x.païne qu'avec la phénothiazine prise pour test. En bref la calotropaine aux même; concentrations que la phénotbiazine possède une actvité anthelminthique supéri<-ure (G87].

4.- Caralluma retrospiciens (Ehrenb.) N. E. Br.
SYN. - Caralluma tombucluensis 1.-\. Chev.) White ct Sloane, Desmidorchis relrospiciens Ehrenb., Boucerosia /ombucluensis A. Chev. VERN. - Wol. mborosan, mbarasan, barasan ; peul. toue. balamadi, duklabébé, kéidun war. téinduwar. Caractères remarquables. Plante charnue vert glauque grisâtre d'environ 1 rn de haut, mais pouvant atteindre 2 m {Adrnr de Mauritanie). Tiges quadrangulaires jusqu'à 7 cm de large avec des ailes à bords ondulés et mollement dentés. Inflorescences terminales sphériques de fleurs pourpre foncé noirâtre ; pédicelles

2.- Caralluma dalzielii N. E. Br.
YERN. -

Toue. bur~én'é, buri nariey, huri nanéwi.

Caractères remarqualtles. Plante succulente '\i,·ace d'environ 30-40 cm ù ram.eaux churnus, drt>ssl·•. nnguleux, glabres. marbré~.

"'"""""""'~......,

. ' ~....._......-· •.,.,.. """""""'. --~.:t'8•.>JM!Yd•

·."*'.:..•. --,----.

y -~~ ...~~:·,-..::,. ~11!;,;.-

: il ••-~-". t·,~-

_":,~--...-,,--.----·-;:==-~--~<--~

..................,.

~~~~~-----

-----r-- ---··--·-

f

(
216

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

('PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

217

de 1 à 2 cm, glabres; lobes du calice linéaires; corolle d'environ 13 mm dt- dlam~t"'. Follicules de 11-12 cm de long, longuement lancéolés.
Habitat.

n est rare. On le rencontre éparsément dans le Sahel, généralement Isolément par groupes de deux ou trois individus.
Emplois.

Oll

' & / ~.;··\~~\ ~~~~~)·M !tf~.~· .
' ;. 1',~. 1 ''' ' '',_),/', .. '1.'·
'

Les différentes parties de la plante et plus particulièrementle latex sont signalés comme étant très toxiques et n'ont pas d'utilisàtions thérapeutiques. Nous devons toutefois ajouter qu'un guérisseur du Cap-Vert nous a indiqué t'utilisation du décocti de racines t'Il lavement comme· vermifuge et ce fait mérite d'être doublement souligné. le lavement. si courant dans d'autres territoires africains, n'étant guère pratiqué au Sénégal.

~,:l.~t~
·" ~~~\ ~ \ l 1UfA j/g/
---,~//

.
3

5.- Leptadenia hastata (Pers.) Decne
SYN. - Leptadenia lanci(olia (Schum. et Thonn.) Decne, Cynanchum haslatum Pers., Cynanchum lanci(olium Schum. et Thonn. VER.'<. Wol. mbum sehet (Berhaut), tarhat, darhat, nkarkat; ser. gasu. • ngasu, gasub; niom. ngazu, ingasub, ndis wâdan; bamb. zoné (Berhaul); mand. sapato ; socé sora ; sar. sarafaté, sarafato. ; peul,. toue. tapato~. sapatoy, sapato, savato, sawat, sawato ; diola Fogny futakaciaf ; ·bair.. sora ; b/J$. aiiadu ; land. nadam ; .bal. brôgbé.
/
l

/

~ ""'

6s
/

Caractères remarquables.

t.

Herbe -..ivace volubile, à nombreuses tiges rampantes de couleur vert pâle t-t s'entremêlant parfois en formant· des buissons bas ; tiges et pétioles à pubescence courte ; latex translucide. Feuilles opposées glabrescentes de formes très variables, linéaires, à base sagittt'e ou ovale t-t même orbiculaire. Inflorescences en glomérules axillaires. Fleurs jaune verdâtre, p;irfumées ; coroe~ de 5 à 6 mm de long à pétales linéaires villeux extérieurement. Follicules de 10 cm èe long, lanciolés, lisses, verdâtres.
Habitat.

Plante l'ommune dans tout le Sénégal : vallée du Fleuve, Cayor, Djolof, Ba<·l, Sine-Saloum, Sénégal oriental où elle semble se développer après les défrichement;. Rare, dam les savanes boisées climaciques. Emplois. L'abondance de L. hastata, sa facilité de cueillette et la présence de latex expliquent largement son utilisation courante. La présence de latex dans cette petite Asclépiadacée est déterminante pour orient<'r ses principales indications vers les affections bénignes et graves sous la dépendan..:e d'un écoulement exagéré ou d'un tarissement des .sécrétions et excrétions : co~-z.as (latex ou tout simplement pétioles dans les narines) blessures (latex), anurie, con~!i­ pation, (macéré de racines) blennorragie (plante entière) agalactie et impuissan..:e (macéré de feuilles). Dans tous les cas d'absorption orale une bonnt> diurèse ht constatét>. En médecine vétérinaire les Peul-Toucouleur considèrent que les. racines ·ie L. hastala constituent le meilleur médicament des coliques des chevaux qui ~«nt toujours graves et peuvent se solder par la perte de l'animal. Par contre en médeci:le humaine pour le même syndrome et les entéralgies d'une façon générale, ils recommandent plutôt les feuilles. Les propriétés vermifuges sont également vantées. Dans toutes les régions les associations médicamenteuses sont fréquentes : ch<'Z

Fw. 12.- Lepladenia hastata (Pers.) Decne. - 1. Rameau fleuri réduit aux 2/3. 2. Autre forme de feuille. - 3. Fleur x 6. - 4. Fruits réduits aux 2/3. - 5. Graine (D'après Busson).

t?t!'lll!! 'll!il,•-

-

..-;-•• "'!-.

.

.,_. ,.,., . "',...._,
1..

~.............

i::-~

... --

~,.,.......;;:-~~· ............

4 •. ;.~!1.·

~~

(
218 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE
l~s Wolof pour la syphilis avec Sterculia setigera, Cordyla pinnata, Strophanthus S41'mentosus, Maytenus senegalen.sis, Stereospermum kunthianum, Cocculus pendulus, etc. ; chez les Sérer pour l'anurie avec Zizyphus mucronata et Parinari macrophylla, pour les empoisonnements avec Calotropis procera, pour la lèpre* avec Zizgphus mucronata, Acacia segal, Combrrlum micranthum, pour les entéralgies accompagnées

(

~

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

219

Racèmes axillaires de fleurs blanc verdàtre, larges de 10 à 12 mm et portées par des pédicelles de 3 cm environ ; lobe5 de la corolle longuement poilus sur les bords. Follicules pubescents lancéolés d'environ 7 cm de long, plus ou moins garnis de proéminences non épineuses. Graines de 8 mm, pubescentes.
Habitat.

de constipation opiniâtre avec le pain de singe (fruit du Baobab), etc. ; chez les Manding et Socé pour la trypanosomiase avec Detarium senegalense, pour la blennorragie , et l'anurie avec Cis&ampelos mucronata et Waltheria indica, etc. ; chez les PeulToucouleur pour les maladies mentales avec Balanites aeggpliaca et Tamarindus indica, pour les diarrhées vertes des nourrissons avec Solanum incanum, pour le traitement interne de toutes les congestions veineuses passives, varices. hémorroïdes avec Securidaca longepeduncplata, Cochlospermum tinclorium,_Acacia albida, Maytenus smegalensis, etc. et nous arrêtons là cette énumération qui pourrait ètre bien plus longue. Chlnrle. L'analyse par Toury des feuilles fratches du Sénégal révèle pour 100 g : eau 80,5 g, protéines 5 g, lipides 0,13 g,·glucides 11,7 g, cellulose 4,35 g, cendrés 2.65 g, calcium 398 mg, phosphore 97 mg, fer 4,8 mg, vitamine C 76 mg, thiamine 0,23 mg, riboflavine 0,35 mg, niacine 1,88 mg, équivalent vitamine A 2 400 mcg [T3]. Une analyse complète d'un échantillon sec de feuilles récoltées aux environs de Dakar a été également réalisée par Busson qui a dosé de plus les oligo-éléments et les amino-acides. Les oligo-éléments sont principalement en p. p. in. du produit sec : fer (950), baryum (180), bore (90), manganèse (72), strontium (72), zinc (34), vanadium· (18), aluminium (8). Les amino-acides sont pljncipalement : acides glutamique. (12,8 p. 100), acide aspartique (9,1), leucine (6,4), valine (5,1), glycine (4,7), arginine(4,5), phenylalanine (4,5), proline (4,4), i5oleucine (4,1), sérine (3,9), etc. [B9),

Espèce commune au Sénégal, locali-;ée surtout dans la zone littorale ou paralittorale. Emplois.

Cette espèce entre dans un traitement antldysentérique du Cayor : on réalise un macéré aqueux avec P. daemia (radnes et feuilles), Pavonia hirsuta (racines) et Grewia bicolor (écorces et racines). Ce macéré sert d'eau de cuisson au riz du malade. La durée du traitement serait de six a sept jours.
Chimie •. Des travaux anciens réalisés aux Indes sont mentionnés par Chopra ([C11] p. 330) et Watt ((W2J p, 388) : en 1891 Dymock signale la présence dans les feuilles et les racines d'un alcaloïde dénommé daemine ; en 1897 Hartwich rapporte de son côté la présence d'un glycoside mais ne donne pas de détails sur ses propriétés ou sur son action pharmacologique. En fait les véritables études chimiques ont été entreprises seulement à partir de 1946 par Gupta et coll. (G89, G90) qui isolent un glycolôide amer, puis par Dutta, Ghost (D80) et différents autres chercheurs jusqu'à l'époque actuelle. Ont été successivement mis en hidence dans la plante indienne : Un glucoside amer [G89, G90). : Quatre stérols dont trois à l'état pur [D80). i Trois terpénoïdes et nil stérol : acétate de œ-amyrine, acétate de lupéol, lupéol et ~-sistostérol [P48). - Différents polypeptides (R91). - De nombreux cardénolides : dans les tiges, isolement à l'état cristallisé de uzarigénine et coroglaucigénine et mise en é\'idence par chromatographie de huit autres cardénolides ; dans les graines calotropine et calotropagénine (M4]. - Un nouveau glucoside de P. F. 244-248° et un mélange d'hétérosides dont la fraction osidique contient Je D-cymarose, le D-sarmentose, le L-oléandrose, leD-glucose [M5]. Par contre, on manque de données sur l'espèce africaine, si ce n'est celles fournies par Pate! et Rowson qui avec les graines du Nigeria ont obtenu des réactions positives pour la présence de glycosides et négatives pour la présence d'alcaloïdes [P15).
Pharmacolo~ie.

/

6.- Leptadenia sp.
VERN. -

Peul

sabato : bain.

darirô.

Emplois.

Ce Leptadenia nous a été signalé eu Casamance dans la préfecture de Ziguinchor comme laxatif pour les enfants de moins de dix jours (macéré de plante entière, sauf racines, en boisson) et dans la préfecture de Kolda pour les maux de rein et les courbatures (macéré de feuilles en boisson). Signalons que au cours de leurs recherches sur les plantes anticancéreuses, Abbott et coll. ont obtenu expérimentalement des résultats intéressants avec l'extrait de plante entière d'un Ltptadenia sp : sur les tumeurs transplantables du sarcome 180 il a été constaté une diminution du volume de la tumeur supérieure à 50 p. 100 chez les animaux traités [A71).

7. -

Pergularia daemia (Forsk) Chio v.
SYN. Pergularia e:rknsa (R. Br.) N. E. Br., Asclepias daemia Forsk., Daemia extensa R. Br. VERN. -,- WoL tat iganar ( = cloaque de la poule); puni ; ser. nd in (Berhaut).

Caractères remarquables. Plante vivace volubile à latex. Tiges et feuilles pubescent~' ; limbe oYale-orbiculaire, profondément cordé à la base, cuspidé-acuminé au sommet, attt·ignant 15 cm de long sur 12 cm de large, longuement pétiolé. • Ajoutons que, au contraire, L. haslala est un interdit pour les plus renommés guérisse urs wolof de lèpre. •

La dose létale du glycoside amer de Gupta est de 12,5 mg{kg chez la souris par voie intraveineuse. Selon les résultats expérimentaux obtenus par l'auteur, l'action de P. exlensa sur l'utérus de grenouille, de cobaye et de chatte est comparable à celle de la «pituitrinet ** il constate à cet égard que les contractions utérines sont aussi fortes. Par ailleurs, alors que la • pituitrine • agit avec une égale intensité sur les parties supérieures et inférieures de l'utérus, le P. exlensa provoque plus vite une contracti'.m très marquée de la partie supérieure, tout à fait comparable aux processus normaux de l'accouchement. Chopra estime en conséquence qu'il est rationnel de l'utiliser au début des couches [G89, U3]. Contrairement a ce qui se passe avec l'extrait hypophysaire, la progestérone ne semble pas inhiber les effets de Pergularia sur l'utérus. P. exlensa parait avoir une action stimulante généralisée sur les muscles à réactions involontaires, lisses ou striés, et augmente sensiblement la tension artérielle. Il • Cf. Addenda p. 803.

*" Nom déposé d'extraits post-hypophysaires.

j

--"'-....--

....,.,_.....
(
1

''l!t:W

·'~.-~·

,,_,

•.....":..-:~:.--~-·-~--'~ ........ -.... . JI ica

4'"'91@.

-~-'''"""ê

<

,~,·--~mtt . . . . .

-

.:. ......,_..

--.....;...,~·-........ ~·

.

-

0

PHARMACOPÉE SÉNÉG..\LAISE TRADITIONl'liELLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

221

~rott la tonicité et les mouvements de la vessie. Les effets produits par cette plante ·aient dus au fait qu'elle excite d'UDe part directement les muscles à réactions mlontaires et d'autre part les nerfs cholinergiques post-ganglionnaires (in (U3] 49). Les études comparatives faites par Gepta sur les extraits de Pergularia et de postpophyse montrent incontestablement l'intérêt de la drogue [G90]. Notons d'autre part que la fraction p(.t_ypeptidique obtenue par Rakb.it et coll. est armacologiquement active, le maximum d'activité étant fourni par la fraction uble dans l'acétate d'amyle [R92, Ri>lJ. Pour ce qui concerne l'espèce africaine il a été reconnu par Pàtel et Rowson que extraits de graines étaient cardiotoniques alors que les extraits de feuilles, racines tiges ne l'étaient pas [P15, R4J. Enfin Heal et coll., au cours de leur étude sur les espèces insecticides, out noté que extraits de plante entière de P. daemia produisaient chez les blattes américaines 0 p. 100 de paralysie en deux jours mais que les tests d'immersion des blattes emandes et des punaises de laiteron ne donnaient qu'une mortalité inférieure à p. 100 en quatre. jours (H57J.

- Secamone afzelii (Schultes) K. Sebum.
SYN. Secamone myrti{olia Benth., Secamone leonensis (Sc. Elliot), N. E. Br., lchnocarpus afzelii Schultes. Toxocarpus /eonensis Sc. Elliot. VERN. Bamb. koron foin (Berhaut) ; diola Fogny bubében Diil ( = médicament du lait).

Les Astéracées sont facilement reconnaissables, à leurs inflorescences en :apitules entourés par une ou plusieurs séries de bractées. Les anthères sont soudées en tube, les filets étant libres. Elles sont représentées au Sénégal par plus de cinquante genres répartis dans les trois régions climatiques: sahélienne (Achyrocline, Pulicaria, Centaurea), sou d.anienne (.-!edesia, Blainvillea, Dicoma, Laggera), guinéenne (Ageratum, Mikania, Eltutheranlhera). Certaines espèces introduites d'Amérique sont des mauvaises herbes envah(ssantes : Acanlhospermum, Tridax ; quelques autres stationnent dans les marécages : Eclipta, Enhydra, Ethulia, Sparganophorus. Etant donné l'importance numérique des représentants de. cette famille (plus de 10 000 espèces) et leur aire de dispersion consiQ.érahle sur toute la -surface du globe, il n'est guère possible de les ranger dans une classe phytochimique. 'foutefob certains groupes de composants prédominent : inuline (dans les organes souterrains et les feuilles), essences (dans les glandes externes : Tanaisie, Absinthe, CamomiLe), principes amers et hétérosidiques (absinthine, arnicine, lactucine, taraxacine. cnicine, vemonine), principes insecticides et vermifuges (pyréthrines, santonine) alcaloides (rares, mais d'une importance considérable chez les Senecio*), dës résines, dtS caoutchoucs, etc. De même les propriétés thérapeutiques sont variées : pectorales, vermifuge!.. amères, stimulantes, diurétiques, sudorifiques, parfois fébrifuges et astringentes.

1. - Acanthospermum hispidum DC.
Acanlhospermum humile A. Chev. Wol. ndégétit(Berhaut), dagiganar (d'après Dalziel); ser. salarkasâg (Berhaut), nob (d'après Dalziel); .bamb. suraka wôni (Berhaul), nanengu (d'après Dalziel) ; peul, tor/c. dagasalum ; dio/a Fogny )lamusigüro~~ tkedkéda ( = piquant) diola Tendouk nabati kalimu, nabati kalimô.
SYN. VERN. -

~ractères

remarqûables.

Plante vivace à latex, volubile avec des tiges glabres et nerveuses s'enro.ulant tour des arbres, ou pll.rfois ·buissonnante. 1 Feuilles opposées, oblongues, acumint'es au sommet et plus ou mo~s arrondies à base,· d'environ 5 cm de long sur 2 cm de large, glabres ; nervures latérales invi>les. Panicules axillaires ou terminales de petites fleurs jaunes ; corolle de 2-3 mm de tmètre, glabre. Follicules lancéolés de ; cm de long sur 5 mm de large.
~bitat.

Caractères remarquables. Herbe suflrutescente annuelle à tige poilue, parfois vivace, formant des petits buissons de 50 cm de haut ou plus, très ramifiés à cime en boule étalée. Feuilles de 4,5 cm sur 2 cm, sessiles, obovales, obtuses ou courtement et largement acuminées au sommet, longHement cunées à la base, pubescentes sur les de:lX faces. Inflorescences axillaires, solitaires, sessiles, formées de plusieurs fleurs jame pâle. Fruits composés de cinq akènes rayonnants terminés par un crochet épine~:x. Habitat. Mauvaise h•rbe originaire d'Amérique qui existe dans tout le Sénégal saul dans la forêt guinéenne. Elle envahit les lieux habités et cultivés, les bas-côtés des ;outes et pistes. Elle forme des peuplements monospécifiques étendus autour des fœages du Djolof. Emplois. L'utilisation thérapeutique d' .-l. hispidum nous a été signalée uniquement par un guérisseur Peul du Boundou dans une préparation médico-magique (avec Ccmbretam glutinosum et Gardenia triacantha) pour le traitement des affections hépato-biliaires. Chimie et pharmacologie.

Assez commun en Casamance maritime et dans les galeries soudaniennes humides, le rencontre encore dans les niay des environs de Dakar.

1..

t

nplols.

Comme le laisse deviner la traduction du nom vernaculaire qui nous a été donné r les Diola du Fogny, cette espèce à latex laiteux est utilisée en basse Casamance mme galactagogue sous forme de macéré de feuilles, en boissons et massages sur les ns. Le traitement doit être suivi journellement pendant un mois pour donner des :ultats.

tarmacologie.

,,~~
1

Pate! expérimentant des extraits de feuilles, racines, tiges et graines n'y a décelé cune activité cardiotonique [Pl5J.

12.- ASTÉRACÉES
Syn. COMPOSÉES, SYNANTHÉRÉES

Watt [W2] signale que cette herbe a donné des tests positifs incertains cmcernant la présence d'alcaloïdes et la fait figurer dans une liste de plantes ayant dor.né selon Yan der Walt (1944) des tests positifs pour la présence d'acide cyanhydriqu~.

Famille la plus importante par le nombre des genres et des espèces et par sa répartin dans toutes les régions climatiques du monde. Elle comprend de$ herbes, des >ustes grimpants, rarement de petits arbres.

• L'importance des alcaloides dérivès de la p~nolizidine est telle chez les Senecio qu' la dénomination • alcaloïdes des Senecio • a été adoptée par les chimistes pour désigner ce typt de bases rencontre dans différents genres des Composées, Légumineuses et Boraginacées. ·

,....

_,..,...._..

·.··"''>;,-....

-~

...........:.

· - - ..- - - - : - - - - •. _ . . , . . , .

'.""""~

,.,_..,...

~~--~~-~-~~~-,;.,.....-

....,.

~,..._..~ ~-~

.

.....

(

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONN.t::LLE

(

rLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

223

>an côté, Bouquet, à l'occasioll d'un screening, note pour la plante t>ntii're )hise : présence incertaine d'akaloides ; absence de flavonoïdes. saponosidt'S, s. qninones, HCN, stéroïdes, terpènes [B210). in et Kar aux Indes, ont obtenu à partir des feuilles aveè un rendemt>nt de . WO une huile essentielle dont l'action antibactérienne a été testée sur 15 bacilles [)gènes et non pathogènes, les plull sensibles étant dans l'ordre décroissant :

Cependant en 1972 Bouquet n'a obtenu pour la plante entière congolaise que des tests négatifs concernant la pré$ence d'alcaloïdes, flavonoïdes, saponosides, tanins, quin·ones, HCN, stéroïdes, terpènes (B210]' L'action anticancéreuse [A7l] et l'action insecticide [H57] de différents extraits ont été recherchées sans résultats significatifs .

rubacterium diphlheriae, Salmonella typhi, Sarcinea lutea, Bacillm pumilus,

'hs subtilis, Streptococcus fatcalis, Pseudomonas pyogenes [J52].

3. -Ambrosia maritima L.
SYN. -

- :\geratum conyzoides L.
VuLGO. VERN. -

Ambrosia senegc:lensis DC. Wol. ngâdal nek (Berhcmt), nginé (Ber haut).
VERN. -

ser.

nonâ ambel, nit rtiti

Herbe aux sorciers. Wol. gobu ; bamb. nungu ; diola

ékerkéda (Berhaut).

actères remarquables.

eroe annuelle, dressée, mollement pubescente pouvant atteindre 1 m de hautt11r ; ~énéralement moins. Feuilles souples, douces au toucher, opposées, oval~, '\Ton 6 cm de longueur sur 4 cm de largeur avec un pétiole de 1 à 3 cm. ~-mes de capitules terminaux de 3 à 5 mm de diamètre avec des fleurs mau"·e pale bltutées ; 3 rangées de bractées oblongues, acuminées avec 3 nervures bien . quées. kines de 1,5 mm de longueur à 4 angles, noirs lorsqu'ils sont mûrs, pub~nts ~hlbrescents ; pappus composé de 4 à 5 soies barbelées.
1

Caractères remarquables. Plante annuelle atteignant 1 rn de haut, parfois vivace, sutlrutescente, ligneuse il. la base, à nombreuses branches dressées et à tiges striées avec des poils blanchâtres. Feuilles alternes profondément divisées, bipennées, mollement pubescentes, argentées dessous. Fleurs unisexuées jaune verdâtre, les mâles, en racèmes terminaux dans un involucre en forme de coupe de 5 mm de diamètre, les femelles, apétales, en glomérules axillaires. Akènes lisses, sans pappus, obovoides, enfermés dans un involucre avec généralement cinq cornes. Habitat. Cette plante est localisée dam les sols humides légèrement salins du littoral où elle peut former .des peuplements m•mospécifiques après les cultures. 1
l

)ftat. , e!t commun en Casamance t(ans les lieux humides, les rizières en jachères après etrait des eaux et aux environs de Dakar dans quelques niay.

,p)!Ois.

:ette herbe, sans doute en raison du parfum qu'elle dégage quand on la froisse, re mrtout dans des traitements médico-magiques ; aussi dans les traitements des ladies mentales . .es Wolof et les Diola utilisent le suc des feuilles en instillations dans les maladies lai.Jes et le macéré ou décocté de feuilles comme antientéralgique.

EDlplois. Cette espèce n'est pas consommée par le bétail. L'emploi des feuilles est signalé par les Wolof du Walo en ass«dation avec Polygonum senegalensis et Mitragyna inermis comme antisyphilitique fct avec diverses autres espèces dans certains remèdes stimulants*.

f

imie et phannacolo~e. 'ar distillation la plante entière fournit une huile volatile, d'odeur forte et agréable, ,cm rendement de 0,02 p. 100 pour le matériel frais et de 0,16 p. 100 pour le maté5t': {.-\13]. Elle renferme 5 p. 100 (exprimé en eugénol) de phénols et des traœs ugtt10llibre; elle consiste, en effet presqu'entièrement en esters phénoliques, protammt l'éthyleugénol, et développe par oxydation une intense odeur de vanilline, ~ s:..t1.S doute à la formation d'éthylvanilline [J9)*. )n m a également isolé de la coumarine (K21] et une substance dérh·ée du benzorame de formule globale C,.H.01 étudiée et dénommée agératochromène par ~rtsm en 1955 [A25). L.'étude de l'huile essentielle de l'espèce indienne a été reprise par Kasturi et tnitJ.omas qui ont trouvé deux nouveaux constituants A et B. Le constituant A 1 p. lOO) a comme formule empirique C 12 H 14 0 2 et sèrait le 6-déméthoxy-agératoronkne ; le constituant B (5 p. 100J serait .un dimère de l'agératochromène lK43]. Par la suite, Rudloff, dans l'essence defeuille indienne; a décelé comme constituant 1jeur l'agératochromone avec une teneur de 75 p. 100 [RIOS]. D'a:>rès Arthur {Al3] et Webb {WlO], l'extrait chlorhydrique de .-t. conywides nnt· des tests positifs pour la présence d'alcaloïdes**; d'après Quisumbing(injW2]), cidt cyanhydrique serait présent dans les organes végétatifs et reproducteurs.

Chimie. Grëshofl, en 1900, a signalé la présence dans les fruits de principes amers alcaloïdiques (G96]. Ces dernières années deux composés nouveaux dénommés ambrosine et damsine ont été isolés à l'état cristallisé. Leur structure est maintenant bien établie : ce sont deux lactones sesquiterpénique;, l'ambrosine de formule C 1.H 180 3 et la damsine C H 0 qui est de l'ambrosine hydrogénée par suppression d'une double liaison 10 3 15 (A61, B99, S148, N48, E32].
Pbarmacolo~ie.

L'expérimentation pharmaco:•>gique de ambrosine et damsine a été réalisée par Abu-Shady et Soine au point d~ vue toxicité, action sur le cœur, pression sanguine, utérus et intestin isolés: dans tüus ces domaines, l'activité s'est révélée faible (A61].

4.- Blainvillea gayana Cass.
VERN. -

Peul

légilégir·lé.

Caractères remarquables. Herbe annuelle très pubescer.te de 50 cm à 1 rn de haut, un peu ligneuse vers le pied.
• Cf. p. 103.

• Et•de faite sur l'espèce du haut Oubangui. •• a. Addenda, p. 800.

.

..........-:~,~!"''"'

~_:..:.

'"'-~~_..

..... ~.

~~.._,................._...,.,

___·,..;~~

···-·.-.~;-

. .., ... :.,, . 4.......,w~:"'~·~··•··.....,.. ....

e.IIP

.........

(
224
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONfi<ELLE Feuilles opp.osées de 8 cm de long sur an de large, dentées ~mr les bords, largement ovales, ~uminées au sommet, courtement cunées à la base d'où partent trois nervures.- loD!guement pétiolées. Capitules t~rminaux de fleurs blanches de 1 cm avec des pédoncules de 4 cm, oblongs ; bractées périphériques dressées, appliquées sur l'inflorescence, lancéolées, pubescentes ~vec cinq nervures longitudinales. Akènes trigones, finement ridés transversalemmt.
Habitat.

(

_.>LANTES MÉDICISALES ET TOXIQUES

225

•.s

épineuses. Capitules sessiles ou courtement pédonculés de fleurs mauves entolll"ées de bractées longuement épineuses avec deux paires d'épines latérales à la base. longues de 2 à 4 mm. Akènes sans pappus.
Habitat~

Plante commune de la région soudanienne. mais pénétrant dans la zone sahélienne jusqu'ali fleuw Sénégal. Elle vit souvent en peuplements monospécltlques àTomhre des arbres. Emplois. Dans la rég<m de Linguère B. gayana a la. réputation d'être toxique. ·On emploie le décocté ou macéré des tiges feuillées de cette herbe comme antiseptique et les graines après pilage et tamisation en saupoudrage dans les affections oculaires.

Il est surtout commun sur le littoral. Cette Centaurée jouit chez les ·wolof d'une bonne réputation médicinale. On la recommande par voie interne, mais toujours en association avec d'autres drogues, pour la blennoragie, la syphilis et les états fébriles. Par voie externe on réalise avec les feuilles des pansements appliqués ~ur les plaies ulcéreuses ou consécutives à l'extraction des mya.Ses, larbiches, vers de Guinée ; la plante entière pilée, et quelquefois après léger chauffage, est disposée autour du cou pour le trllitement des oreillons.
Chimie.

5.- Blumea aurita (L. f.) DC. var. foliolosa (DC.) C. D. Adams
Blumea guineensis var. foliolosa DC., Conyza senegalensis Willd., Blumea guineensis DC. (de Berhaut). VERX. Wol. ngun ngun (Berhaut) ; ser. datotâ (Merlier), bubungor ;bamb. boylé buti (Berhaut) ; socé lubutiô, frasâbukQnaô, frâsesàkukunau.
SYx. Caractères I'HWlrquables.
f

Etudiée sous le nom de C. calcitrapa L. cette espèce d'après Wehmer renferme un principe amer la calcitrapine qui serait l'acide calcitrapique et contiendrait en outre la centaurine. Les fleurs renfermeraient des pectines, une substance colorante bleue, peut-être de l'inuline et le cichorium glucoside ou cichoriine C, 6 Hn0• (dihydroxycoumarine glucoside) dont la génine est l'esculétine. Un enzyme comparable à la présure est présent dans tous les organes sauf les feuilles [W3). Depuis que ces renseignements ont.été fournis par Wehmer, on a reconnu que la calcitrapine (ou acide calcitrapique) était vraisemblablement identique à la centaurine (ou cnicine, ou cynisine) de formule C..HHO: (M18).
Pharmacologie.

J

Herbe annut:!le ou bisannuelle, dressée, atteignant 1,50m, très fortement parfumée, vert clair, à poils glutineux. Feuilles alttrnes, irrégulièrement et largement échancrées sur les bords ; limbe se prolongeant le long d'une tige ailée, pubescent avec de nombreux poils blanchâtres, mous, glutinel'-.'(, rendant la plante collante. Capitules entourés de bracté~s vertes également glutineuses.
Habitat.

Des extraits de C. calcitrapa étudiés par Spencer ont donné des résultats ppsitifs pouy la recherche de l'activité antipaludique [W2). ·' Le ou les principes amers semblent bien .oonstituer l'élément actif de la drogue. La cnicine a été utilisée en qualité de tonique amer, mais elle est émétique à fortes doses.

7. -Ceotaurea
VULGo. VERs. -

sene~alensis

DC.
nogo ntasé, dakar nig, dakarné ;

Il existe da'1s les sols littoraux humides et plus ou moins saumâtres, dans les rizières en jadères, depuis la Casamance jusqu'au nord de Dakar dans1es niay. l'ne variété. le B. aurita var. aurita possède des tiges vert rougeâtre et un feuillage vert foncé parfois m peu rougeâtre. Il est aussi fréquent que la variété folio/osa et stationne à peu ,.rès dans les mêmes lieux. Emplois. Pour le~ Soc< du Saloum, les feuilles de cette herbe apportent la guérison des plaies et ulcères ph<gédéniques résistant aux antres traitements (emplâtres de feuilles pilées en pan,ements à demeure).

Centaurée du Sériègal. Wol. homhom, xomx'lm_; ser. peul, toue. kodé bâbi, kodem baba.

Caractèns remarquables.

Herbe annuelle ou vivace d'environ ~.0 cm de haut formant des touffes dressées, évasées, très ramifiées ; base lignifiée. Feuilles oblancéolées, plus ou moins profondément pennatilobées, les lobes étant terminés par des pointes épineuses. Limbes s«:abres ou pubescents. Capitules terminaux avec des pédon<"Jles de 3 à 5 cm, composés de fleurs roses, entourés de bractées longuement épineu;es a\·ec 3·5 paires d'épines latérales vers la base. Akènes à pappus plumeux.
Habitat.

6.- Centaurea perrottetii DC.
Sys_ - Centaurea calcitrapa L. (de FTA et de A. Chev.); Centaurea alexandrina Id. (de FWTA). \'ERS. Wol. gargam bosé (MerlieT), homhom, xomxom.

C'est une espèce messicole qui est parlois trt>s commune dans les jachères récentes des sols sablonneux du Sine et du Cayor. mais rar~ à l'intérieur du Sénégal.
Emplois.

Caractères remarquables. Herbe Yivaet, prostrée ou érigée, atteignant 50 cm de haut, mais souvent moins, avec sur les feuilles des poils tantôt raides, tantôt scabres. Feuilles oblancéolées, pennatilobées avec des dents prolongées par des pointes

La Centaurée du Sénégal est d'utilis;;tion peu courante. Les Sért>r la considèrent surtout comme plante magique chasse-liabl~ et chasse-maladie quand on dispose quatre branches et quatre racines aux p<•lnts <".lrdinaux ; ils indiquent aussi un traitement de l'orchite consistant à envelopptr les bouNOes dans une pâte faite de racines pilées et de farine de mil.
8


t: •·

!"'~~~..r,·4·'~?-~1?J;.;'"

'·---~ '"""~~<~

..

""!!.

-·~··--,--~·--~"-----.

:-_,_..(" 9

/i:l' <O'P, .•..,..,..,_,_~

~~-

(
226 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOI\,-.IELLE Les Peul-Toucouleur la reœmmandent dans les entéralgies dnes à la constipation et aussi dans les cas de dysurie, en boisson, sous forme de décoc:té de racine ou de macéré de plante entière..

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

227

8.- Dicoma sessilifiora Harv.
VERN. -

Govindachari et coll. (G15, G97] ont isolé également des feuilles vertes de l'espèce indienne une 3 lactone, la wedelolactone C11H 100 7 et l'ont identifiée comme étant la lactone de l'acide dihydroxy·2-(2 : 6-dihydroxy-4-méthoxy phenyl) .benzofurane3-càrboxy}ique. La présence de triterpénoïdes libres a été signalée dans ·les feuilles par Simes et coll. (in [B126]).

Fogny

Peul wordtnldé sâbum élilit.

bamb.

itamé ngoin sina (Berhaut)

diola

Pbarmacologie.
L'action anticancéreuse d'extraits de la plante a été recherchée par Abbott et coll. sans résultats vraiment probants [A71). Dhar et coll. ont obtenu avec les extraits de plante entière des tests en faveur de son action antivirale sur la maladie à virus de Ranikket, sur ,la pression sanguine et sur l'iléon de cobaye isolé. La dose 'maximum tolérée par la souris (voie intrapéritonéale) est de 1 000 mgfkg [086].

Caractères remarquableS.
Herbe vivace par sa souche_ dr~ssée, d'environ 60 cm de liaut, ligneuse à la base, mais à tiges annuelles coto~uses, renfermant de la moelle au centre et qui sont régulièrement btQlées par les ~ de brousse. Feuilles oblancéolées, d'environ 12 cm de long sur 1,5 cm de large, glabres à la face supérieure, laineuses, blanchâtres à la face inférieure, mais devenant parfois glabres en vieillissimt. Capitules subiessiles de 3,5 cm de long avec de longues bractées dressées s'écartant peu, étroi!ement lancéolées, épineuses aux extrémités, glabres brillantes.

10.- Melanthera ~bica Hutch. et Dalz
VERN. -

Peul

surkémé.

Habitat.
pas très commun. On le rencontre çà et là, parfois par petites taches dans diverses savanes boisées souc:artiennes.

Caractères remarquables.
Herbe annuelle de 50 cm de haut, dressée, scabre, pubescente ou hirsute. Feuilles ovales triangulaires, poilues sur les deux faces, d'environ 6 cm de long sur 3 cm de large irrégulièrement et profondément dentées. Capitules de fleurs jaune vif de 2,5 cm de diamètre avec les bractées du réceptacle dressées et longuement acuminées, les externes étant ciliées pectinées ; ligules émarginées au sommey. Akènes tronqués au sommet.
f

il n'est

Emplois. Espèce signalée seulement en haute Casamance comme béclùqoe et antientéralgique 1 ( décocté de racines).

/

9.- Eclipta prostrata (L.) L.
SYN. - Verbesina prostrala L., Eclipta alba (L.) Hassk. VuLGO. - Herbe à l'eacre. VERN.- Wol. éleklaf-

Habitat.
Il se rencontre çà et là dans les savanes boisées soudaniennes et surtout soudanoguinéennes. Emplois.
M. gambica est considéré par les Peul du Patim Kimbo comme un des bonsftéments d'une préparation antiictérique et même antiamaryle composée avec"fâcines de Jlf. gambica et de Cot:hlospermum tinctorium, feuillés de Combrelum glutinosum. Cette préparation serait purgative et surtout très diurétiquè.

Caractères remarquables.
Plante annuelle, éOuchée ou dre~ée, à tige herbacée rugueuse, d'environ 50 cm de haut. Feuilles opposées de 7 cm de long sur 2 cm de large, lancéolées, longuement cunées à la base, subacumin~ au sommet avec quelques dents sur les bords ; courts poils scabres apprimés sur les -ieux faces. Glomérules axillaires ou terntinaux de 1 cm de diamètre à l'extrémité d'un pédoncule de 3 cm ; ils sont entourés de bractées ovales-orbiculaires. Petites fleurs blanches. Akènes finement tuberculés, d-mticulés au sommet.
Habitat.
Il est commun à proximité ·fes marécages depuis la Sénégal.
Ca~mance

11.- Microglossa pyrifolia (Lam.) O. Ktze.
SYN. Conyza pgri(olia Lam., Jlicroglossa volubilis DC., Pluchea subumbellata Klatt, Congza heudelotii Oliv. et Hiern VERN.- Dio/a Pogny bubun é~ab ( = médicament de l'é/éphan/,1.

jusqu'au fleuve

Caractères remarquables.
Plante ligneuse à rameaux plus ou moins sarmenteux, pouvant atteindre plus de 3 rn de haut ; tiges finement pubescentes. Feuilles d'environ 8 cm de long·sur 4 cm de large, sans stipules. alternes, ovalesarrondies ou largement cunéès à la base, acuminées, glabrescentes dessus, pubescentes à la face inférieure. Inflorescences en corymbes terminaux branchus avec les capitules groupés à l'extrémité; fleurs jaune très pâle ou blanchâtres.
Habitat.

Emplois.
Les racines d' E. prostrata s~at utilisées par les Wolof en usage interne dans les affections hépato-biliaires et =n usage externe comme antiseptique cicatrisant. Aux dires des guérisseurs elles mt des propriétés éméto-catllartiques. Les feuilles sont considérées ~·>mme ayant la même action, mais plus atténuée. Chimie. Pal et Narasimham [P30J on: id~ntiflé la nicotine dans E. alba et l'en ont extraite avec un rendement voisin de (U)8 p. 100.

On le rencontre surtout dans les recrus forestiers au sud de la rivière Casamance, mais il se fait très rare au nord.

1

•..,

·~,..-· -.r. "•--:::·

_.., ... ~='

.._

~ 1 -1.

n,li'

-·~· ';~:.~·-·

...

~""'~~ ~-·

~.,....

·.~.~

"'

... ~

...

"-·

•··

28

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITmJ":~LLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

229

mplois.

caractères remarquables.
Herbe vivace, de 80 cm, souvent rampante ou étalée, parfois dressée, très aromatique, surtout quand on la froisse ; tiges avec de nombreuses ramifications couvertes de longs poils mous blancbitres. Feuilles de 10 sur 2 cm, oblongues-lancéolées, mucronées au sommet, décurrentes iur les tiges, avec de longues dents sur les bords et couvertes â la face inférieure de poils blanchâtres laineux entremêlés. Glomérules compacts, terminaux de 1 cm de 4iamètre de fleurs rouge pourpre violacé â pédoncules étroitement ailés de 3 cm de cong.
Habitat.

Espèce jouissant en basse Casamanc~ d'une bonne réputation d'antinévralgique, lus particulièrement pour les névralgies dentaires. A cet effet la racine est donnée vec précautions en poudre nasale. Les feuilles ne sont pas prescrites car on leur prête une action toxique, mais elles e nous ont pas été signalées comme-ingrédient de poison de flèches. -

himie et pharmacologie.

Une étude préliminaire restée inédite e-t pratiquée par R. Paris sur des échantillons Ue nous .lui avions expédiés de Côte-d'Ivoire en 1947 a montré que les rameaux euillés contiennent des traces d'alcaloldes, des stérols et Wl principe aphrogène ortement hémolytique puisque manifestant encore cette action avoc l'infusé â p. 100. La dose 100 p. 100 mortelle pour la souris par injection sous-cutanée est de 0 g/kg; à 5 g/kg on obsèrve encore 20 p. 100 de mort. L'infusé à 1 p. 200 n'a aucune ction ni sur les paramécies, ni sur les poissons [K4). Les extraits de racines, tiges, feuilles et fleurs testés par Heal et Rogers, présentent me faible activité insecticide [H57).

II est très commun dans les lieux marécageux, parfois un peu saumâtres. li existe .dans les dépressions humides argileuses ou sablonneuses du Sénégal Emplois. Les Sérer du Sine-Saloum emploient les feuilles pilées et agglomérées en emplâtre ;>our faire mOrir avec succès les gros furoncles. Les Manding et les Socé utilisent aussi les feuilles comme topique cicatrisant, mais pratiquent surtout des ablutions avec le macéré de plante entière pour combattre la fatigue. S. St!negalensis entre dans la composition antirhumatismale d'un guérisseur Peul du Walo: il s'agit d'une décoction réalisée avec les racines fralcbes d'Asparagus 'i!fricanus, de Cadaba farinosa et les cendres de S. senegalensis. L'utilisation de cendres de racines mérite d'être soulignée car on trouve rarement <des éléments minéraux dans les préparations de la pharmacopée sénégalaise.
/

2.- Mikania cordata (Burm. f.) B. L. Robinson var. cordata
SYN. -

Eupalorium cordatum Burm. f., Mikania chenopodif()lia Willd., Mikania scandens Willd. VERN.- Wol. kumbanul (Ber/raut).

Arbuste pubescent, sarmenteux, à liges grêles s'appuyant aux branches des ltits arbres et atteignant 6 â 7 m de hauteur. Fèuilles glabrescentes_, de 7- x 4 cm, ovales, triangulaires, acumin~s au sommet, 1rdées ou arrondies tronquées avec 5 nervures à la base, longuejnent pétiolées, énelées-dentées sur les bords ou sub-t'ntières. Panicules axillaires de capitules blancs avec un involucre de bractées atteignant mm de longueur. Akènes noirs de 3 mm, glanduleux, avec des côtes anguleuses cartilagineuses; ppus sétacé finement barbelé, parfois rosé, atteignant 5 mm de longueur. Il est surtout présent en Casamance à proximité des lieux humides et dans les leries forestières du Sénégal oriental.
rtplois.

14.- Spilanthes uliginOfll Sw.
SvN. -

Spilanthes acmella (de A. Chev., FWTA).

Caractères remarquables. Plante annuelle étalée, s'enracinant aux nœuds seulement vers la base et atteignant 30 cm de hauteur ; tiges cylindriques, pubérulentes. Feuilles glabres, ovales, avec quelques courtes dents sur les bords, â sommets ->btus et bases cunéiformes trinervurées. Limbe de 2 â 3 cm sur 10 â 15 mm ; pétiole de 5 â 20 mm de longueur. Pédoncules de 3 â 5 cm portant de petits capitules coniques uillaires ou terminaux de 7 â 8 mm de diamètre avec des fleurs jaunes tubulées.
Habitat.
~n

:::ette espèce, médiocrement estimée, n'est guère utilisée qu'en usage externe par Diola de Casamance, soit en topique sur les plaies et morsures de serpent, soit friction pour les courbatures fébriles.
lmie et pharmacologie.

:elon Dominguez, la plante argentine renfermerait un saponoside ; mais, selon tquet, la plante entière congolaise d<Jnne des tests négatifs pour la présence de onosides ainsi que pour alcaloïdes, flavonoides, tanins, quinones, acide cyanhyrue, stéroïdes, terpènes [B2l0). D'apns Watt [W2), l'extrait sulfurique inhiberait roissance de Staphylococcus aureus, et, d'après NickeU, les extraits de fleurs et 'euilles seraient actifs contre les formes levures [N29). 'action antitumorale d'extraits de la plante a été recherchée par Abbott et coll. · ; résultats significatifs [A71).

Cette plante recherche les lieux humides et les marécages asséchés superficiellement zone soudanienne. Elle s'en échappe et peut devenir rudérale en Casamance maritime.
Emplois.

En Casamance les propriétés piquantes et sialagogues développé~s par les feuilles :l la mastication sont connues et on considère que, légèrement màchées au préaLable, elles constituent en application sur les plaies un bon cicatrisant.
Chimie.

- Sphaeranthus senegaltmsis DC.
SvN. - Sphaeranthus lecomteanm O. Hotl'm. et 1\fuschl. VERN.- Wol. karbobaba; ser; ndulubull (Berhaut),luburl, lulubun ;niom. luburl, ayalor; bamb. boylé buti téni (Berhaut) ; mand., socé kubédaro ; peul tédwawa, téduwawa, depé ; diola éfulimful (Berhaut), ékolinkol

(Berhaut).

Avec. la plante entière d'origine congolaise Bouquet a obtenu des tests négatifs !JOUr la présence d'alcaloïdes; ftavonoïdes, saponosides, quinones. HCN, stéroïdes ~t terpènes [B210). Selon Gokhale, les sommités fleuries de l'espèce indienne contiennent du spicantho!, un stérol et un polysaccharide non réducteur [G98). Le spilanthol considéré antérieurement comme étant le 1'\-isobutyldécadiénamide C,.H 25 0N a été identi!M â l'affinine C 14 H 23 0N ou N-isobutyldécatriénamide [l\118) .

-

· - - . . -.• ~ ~.

-':'"'""'="__..,.___..,.:_.;;

1

1

*-·

~~-·~,~

-~..,

.... ~

~-

*·' ,.

00!

4/

4 44

~-'.-~

~

~-

>A

_A

41

eae

•••~

30

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRA~ITI{_..ŒLLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
"''ABLEAU

231

'hannacolo~e.

XVI

00 p. 100 en deux jours lei; blattes américaines et les punaises de laiteron, mais r~e •rovoqulmt que 20 p. 100 de mortalité moyenne en quatre jours {H57]. Les extraits éthérés de sommités fleuries fraJches en suspension savonneuse et e spilanthol tuent les larves d'anophèles jusqu'à une dilution dans l'eau aussi basse [Ue 1/100 000 [P149, P156). Néanmoins la propriété remarquable du spilanthol est son fort pouvoir anesthéique local qui certainement mériterait d'être étudié plus avant. Les tests pharmacodynamiques pratiqués par Dhar et coll. avec des extraits de 1lante entiére montrent une action S\lr l'iléon de cobaye et sur la pression sanguine les chats et chiens. La dose minimum tolérée par voie intrapéritonéale chez la souris ~st dè 100 mg/kg [D86].

Les extraits de plante entière doués de propriétés insecticides, paralysent à

Huile de fNiines da Vemonla (d'aprà Hegnauer IH~) .!) Composition des glycérides en acides gras p. 1 Otl Espère p. 100 d'huile p. 100 insaponiflables dans l'huile

c .. c,.
8
9

Cu 8 6 8

Acide oléique
4 12 19

1

Acide Acides p-as linoléique oxydl•• 22 15 43 28 38
8

- - -- - - - - V. <inerea .. V. eolorata . . V. nigriliana

3,8 3,1 7,6

73 45 18

23
11·

2

18

.

l5.- Vernonia cinerea (L.) Less.
VULGO. VERN. Bouton Violet. kébelgamu (Sibire) ; mal. kunguéni
SYI'i.- Conyza cinerea L.

• .-.cidtS ( +)-12,13-époxyoléique (oo vcmolique C18H 31 0 3) et 12,13-dihydroxyoléique.

Pbarmacoloife.
Les tests pratiqués par Dhar et coU. sur la plante entière, montrent, comme pour Spilanthus ulïginosa, une action sur l'iléon de cobaye et sur la pression sang.lline des chats et chiens. Mais, de plus, ces extraits présentent un certain pouvoir J.llticancéreu vis-à-vis de l'hépatome 129de la souris. D'autre part ils sontmoinstox,iques, la dose minimum tolérée par voie intrapéritonéale chez la souris étant de 500 mg 'kg [D86]. Spencer [S95) signale que la plante entiére a donné des_ tests négatifs pour la recherche de l'action antipaludique. Les feuilles ont un léger pouvoir antibiotique [A26). Leur toxicité et leur action (sous forme d'extrait) sur le systèyne cardiovasculaire, sur la pression artéridle, sur la respiration, sur les muscles oytt été étudiées par Ajit Maiti [A27]'

Wol. [ibi )êba ; ser., none (d'après Dalziel).
Caractères remarquables.

Herbe annuelle dressée pouvant atteindre_! rn de hauteur, ramifiée vers le sommet ; tige finement et courtement pubescente avec de nomb!'euses petites canelures longitudinales. yeuîlles obovales ou oblancéolées, jusqu'à 10 cm de longuenr sur 3 cm de/largeur, pubescentes, minces, crénelées-dentées, sommet obtus. Nombreux petits fapitules dé 5 mm de diamètre en panicules terminales ; boutons et fleurs violacés ou mauves•. Habitat.

16.- Vernonia colorata (Willd.) Drake
Eupatorium coloratum Willd., Vernonia senegalensis Less. lVol. lugu], zidor, ndumburgat, ndobarkat; ser. mam (Berhaut), ndubarkat ; niom. ndubarkat, indubarkaz, indubarkat ; diola butabat (Sébire), kasipa (Berhaul); mand. bàtara burué ; peul kofesabna, kosafana ; bas. atata lufluf ; kon. ndara.
SYN. -

Cette plante est largement répandue en Afrique tropicale. Au Sénégal elle recherche les lieux humides, le voisinage des galeries et les cultures du sud de la zone soudanienne.

VERN.-

Emplois.

La racine de V. cinerea est signalée par les Wolof comme amère fébrifuge et vermifuge. Les feuilles sont utilisées en frictions dans les étàts fébriles.

Caractères remarquables.
Arbu~te de 3 à 4 rn de haut •, à fût ramifié près de la base, à bois très teOOre, blanc, avec de nombreuses branches dressées, évasées, à moelle dévelop~ et rameaux couverts d'une pubescence beige lorsqu'ils sont jeunes. Feuilles obovales de 15 sur 10 cm, pubescentes, blanchâtre beige dessou~ ; le limbe est plus large vers le milieu, à base souvent asymétrique, courtement ·mné et parfois un peu décurrent le long du pétiole qui a 20 mm de long et est également pubescent. Corymbes terminaux ramifiés de capitules de 2 cm de diamètre épimouis, .fleurs blanchâtres. Akènes longs de 3 mm surmontés de soies simples barbelées.

Chimie.

Travaillant sur l'espèce indienne Rao [R20J a isolé en 1962 de la plante entière : acétate de [3 amyrine, acétate de lupéol, [3 amyrine, lupéol, [3 sistostérol, stigmastérol, "' spinastérol et chlorure de potassium. D'après Quisumbing (in [W2]) les organes végétatifs et reproducteurs donnent des tests positifs pour la présence d'acide cyanhydrique. Les huiles des graines de sept espèces de Vernonia ont fait l'objet des recherches de Badami et Gustone [B147). Ces auteurs ont montré que les graines d'Astéracées peuvent avoir de très faibles teneurs en huiles, mais que celles-ci peuvent renfermer de forts pourcentages d'insaponifiables entraînant des ditlérences importantes dans la composition des glycérides. Les résultats d'analyse obtenus pour V. cinerea, V. colorala et V. nigritiana sont récapitulés dans le Tableau XVI. Selon Bouquet, les feuilles, écorces et racines de l'espèce congolaise ne renferment pas d'alcaloïdes, flavonoïdes, saponosides, tanins, quinones, acide cyanhydrique, stéroïdes, terpènes (B210].

Habitat.
1! est assez commun dans les sols frais de la basse Casamance et dans les gal•ries soudaniennes sèches ou humides. Il existe près des niay des environs de Dakar.

Emplois. Espèce très estimée des guérisseurs et employée partout où elle existe. Les feuilles. dont l'amertume est très prononcée, • comme la quinine • disent les connais~·urs,
• C'est une des rares Composées arbustives connue au Sénégal.

• Une étude sur les caractères macroscopiques et microscopiques de l'espèce d'origine indienne a été publiée en 1970 par Satish Chondra [S188].

•r> ............

~

._.,·-···"t·- ... ': __ '?Gttc

···~·

i;;"

~~-

..•

...,....,.,.~..

-;:w.

1"'~-...,...,:~:,,,

_ ....-"_W,JI(IIl\.1,~

0

••..........

• ..........

.._.....,..~·"'~

jtsc::a•

b(i

tM.

'T·

32

PHARMACOPÉE S~ÉGALAISE TRADITIONNnLLE

(

PLANTES M~DICINALES ET TOXIQUES

233

mt utilisées en qualité de fébrifuge et d'antigastnllgique. Les Sérer soumettent les talades suj~ts aux syncopes ou aux crises épileptiformes aux inhalations du décocté ouillant de feuilles et d'inflorescences. Ce même dt!Cocté sert également en frictions · >rporelles pour les éruptions cutanées de toutes origines et de toutes natures. Les · ges après grattage constituent des cure-dents. Chez les Ptul-Toucouleur nous avons reneontré entre la Falémé et Goudiry quelques 1érapeutes vantant de la même faço·n élogieuse l'efficacité de V. colorata dans les 1s de bilha:-ziose, stérilité et frigidité. Les préparations sont à base d'écorces de. ges et tronc ou de racines, avec presque toujours des épis de maïs variété rouge lont l'asp~.ct phallique n'est pas étranger à œtte addition) et quelquefois Securintga 'rosa, Combretum glutinosum, Acacia siebuiana.

Capitules terminaux de 4 à 5 cm avec de grandes bractées rougeAtres laméolées de 3 à 4 cm de long, .réfléchies vers l'extérieur. Akènes densément tomenteux à pappus jaunAtre. Habitat. On le trouve dans les savanes boisées .soudaniennes, surtout en moyenne Casamance. ll est épars partout sans jamais être très abondant.
Emplois.

bbnie.

Githens [Gll], sous la dénomination de V. untgalensis signale dans les racines

e l'espèce ouest-africaine la présence d'un alcaloïde et Haerdi [H18], sous la déno-

lination exacte de V. colorata, fait état de réactions positives obtenues Jors de la :cherche d'alcaloïdes (par le réactif de Mayer et celui de Dragendorfl) et de saponodes avec l'~pèce du Tanganyika. Paris de 50n côté a réalisé en 1945-19Ml une étude préliminaire plus poussée, 'stée inédit.e, sur nos propres échantillons de Côte-d' Ivoire. n a constaté que la lante ne renfermait pas d'alcaloïdes, mais des principes amers. L'un d'eux a été iparé à l'état brut par précipitation au moyen d'éther de pétrole d'un extrait :étate d'éthyle de tiges feuillées (K4, C12). D'autre part Pate! et Rowson (P15) dans l'espèce nigériane n'ont pas trouvé 'alcaloide, mais ont obtenu des réactions positives en faveur de· la présence de lucoside à action cardiaque. Toubiana a isolé en 1969 de V. coloraiD deux nouveaqx composés cristilllisés:le lmolide C,.H110 7 et I'hydroxyvernolide é 1,H110 1 de structure dilactone sesqui'rpénique 11'64). 1 Les résultats concernant l'analyse de l'huile des graines sont consignés dans le ableau XYI. ·

Les racines petites, grêle& et odorantes de cette Composée con&tituent un médicament sénégalais de très bonne et très ancienne renommée*. On leur recoimalt d'une façon générale des propriétés émétiques, vermifuges, diurétiques, antidysentériques, fébrifuges et antirhumatismales, Pour les guérisseurs de différentes régions, Casamance, Saloum, Cayor elles auraient une action aphrodisiaque marquée (dose : cinq à six racines) et à cet égard le nom giénom qui lui est donné par les Floup de Casamance est particulièrement suggestif.
Cbbnie.

hannacototie.

Le batator du Sénégal fut identifié par Sambuc [S34) au Vernonia nigritiana et l'étude chimique en fut faite par Heckel et Schlagdenhauflen en 1888 [H23). Ils retirèrent de la racine une substance amère glucosidique la vernonine Cteflu07 sous forme d'un<) poudre blanche, légèrement hygroscopique, soluble dans l'eau bouillante, l'alcool dilué, très peu soluble dans l'éther et le chloroforme. Elle se dédojlble par hydrolyse en glucose et en un produit résineux C,H 10 0s prenant au contact de l';,tcide sulfurique une coloration brune passant au violet pourpre. ' Cdrre [C5) ayant signalé qUe les rac.ines de batator ressemblaient à celies de l'Ipéca, l'émétine fut recherchée également par Heckel et Schlagdenhauffen, mais sans résultat. Les résultats concernant l'analyse des graines de V. nigritiana ont été donnés ci-dessus à l:a rubrique V. cinerea (Tableau XVIt. Pharmacologie. Selon des expérimentations datant du siècle dernier, l'extrait alcoolique de racine en solution :aqueuse à la dose de quelques .centigrammes paralyse chez la grenouille le membre siège de l'injection. Avec une dose plus forte, le cœur cesse de battre; 2 ctg font naltre des troubles cardiaques passagers, 4 ctg diminuent les battements du cœur; puis au bout de 45 mn le cœur s'arrête, la grenouille succombe 8 h après ; 9 ctg provoquent les mêmes phénomènes, mais la mort survient au bout de 3 h. Les expériences faites sur le pigeon donnent les mêmes résultats (D3). C'était la première fois qu'on trouvait dans une plante de la famille des Composées un principe analogue à la digitaline, à l'intensité d'action près, car la toxicité de la vernonine se révélait 80 fois moins accusée que celle de la digitaline [D3). Pate! et Rowson [P15) expérimentant un extrait de V. nigritiana de feuilles, racines et tiges dans les mêmes con.ditions que pour V. colora/a n'ont pas trouvé d'alcaloïdes mais y ont décelé un glucoside, Comme pour l'extrait de V, colora/a l'action sur le cœur de crapaud est cardiotonique ; elle n'est pas cardiotoxique.

Les expérimentations pratiquées. sur l'animal par Paris O'!t montré la toxicité colorala pour la souris, la dose 100 p. 100 mortelle étant de 10 gfkg. La toxicité -opre du principe amer isolé semble, par contre, peu élevée. Sur le chien, par injec>n intraveineuse l'extrait se montre hypotenseur (K4, C12). Pate!. et Rowson {P15) ont testé l'action toxieardiaque et tonicardiaque d'.un :trait de feuilles, racines et tiges sur le oœur de crapaud par comparaison aYec 's extraits de Digitalis purpurea (feuilles), de Slrophanthus kombe (graines), de 'ansonia allissima (écorces) et d' Erythrophleum guineense (écorces). Le test en veur de I'ac:tion toxicardiaque a été négatif, celui en faveur de l'action toniearaque a été positif. Le composé vernolide isolé par Toubiana présente une activité cytostatique vitro [T64{.

~ V.

r.- Vernonia ni~ritiana Oliv. et IDem
SvN. - Vernonia baoulensis A. Chev. VER:S. - Wol. batator; ser. yentgol (d'après Dalziel); mand. jubu jamba (d'apris Dalzit!l), kamé kumo ( = ute de pintade); socé kumaréturo, kurukey; peul sâban ; diola Floup giénom ( = lève-tot),

18.- Vernonia paucifiora (Willd.) Less.
Conyza pauci{lora Willd. VERN.- Bamb. siginiba (Berhaut); mand. Dalziel) ; socé kunturô, frâsâ bukanaô.
SvN. -

lr&Ctères remarquables.

faransambo kunango (d'après

Herbe vivace par sa souche tubérisée, à tiges dressées, laineuses à la base, de 5(1 à 1cm de haut. Feuilles obovales lancéolées, c:unées à la base·, acuminées au sommtt, ' 15 cm sur 5 cm, épaisses, denticulées, sc-.abres sur les deux faces, à pétiole peu stinct.

• Cr. Partie historique, p. 43,

··~

··---~"6·- _..,.,.~--~

.

. · ........

!

-

·····%·-~ ~-~:.~

.

..~......-~-·~·~·__,.

• •1·a

•..

&M.._..~.

•~~

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE Habitat.

234

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 235

Caractères remarquables.

Herbe annuelle dressée à tiges striées, pubescentes, simples ou ramifiées, de 10 èm de haut dans les sables pauvres du Cayor, mais pouvant dépasser 2 rn dans les sols humifères autour de certains villages (Badi, Niokolo-Koba). Feuilles courtement poilues, légèrement denticulées, de dimensions variables : les basales ovales, de 12 sur 4 cm, les caulinaites lancéolées, de 2-3 cm sur 12 mm. Capitules terminaux nettement pédonculés de 18 mm de long avec des bractées nombreuses, linéaires, fllifonnes et les fleurs bleues. Akènes pubescents.

Essence très cominune dans les mangroves depuis Saint-Louis jusqu'à la Guinée portugaise. · Emplois. Les graines sont considérées comme toxiques. Par contre les f'cc,rces et les feuilles jouissent aux tles du Saloum d'une extraordinaire réputation d'oc:"tocique. Tous les informateurs sont unanimes pour signaler l'emploi du décocté d'éco~ce et de rameaux feuillés en boisson, bains et lavages pour faciliter le travail et bâ~er l'expulsion du placenta lors des accouchements. • Le décocté de raCines pris en· boisson apporterait aussi un solLiagement certain à tous les maux du bas-ventre.

Habitat.

Il est eommun dans tout le Sahel et la région soudanienne ; parfois messicole et rudéral. '

Emplois.

Chimie.
Sous la dénomination de Avicennia officinalis L. une espèce trk ,-oisine et souvent même confondue par les auteurs avec A. lomentosa Jacq. et A. Q{rilana a fait l'objet de recherches. L'écorce renferme 17 p. 100 de tanin, 11 p. 100 de matières amylacées, un peu de résine et de lipides, 8 p. 100 de matières ferrugineuses. Bocquillon-Limousin n'y a pas trouvé d'akaloides, mais admet la présence d'une faiblE- quantité de glucoside et d'une matière colorante jaune [P8]. Cette matière colorante a été identifiée à une quinone, le lapachol C10 Hu0 3 isolé en 1913 par Bournot «ans la coque de graine de l' Avicennia tomentosa. Toutefois sa présence est douteuse dans A. a{ricana (cf. [H55), 3, p. 274). · Pharmacologie. J D'après Perror' [P8) l'écorce de A. nitida, employée en tannerie. possède des propriétés comparables à celles de A. officinalis qui produit la diùrè;e et ne présente aucune action sùr le cœur. A dose élevée, elle occasionne des vomisstments et surtout une céphalée intense, opiniâtre et insupportable; elle aurait une action spécifique certaine contre le bacille de Hansen (lèpre) et à ce titre aurait pron•qué des guérisons après 8-à 12 mois de traitement, mais surtout à la première période de l'infection ; l'action est moindre dès la deuxième période (?).. Des recherches récentes concernant l'action anticancéreuse [A;T et l'action antipaludique [S95) des extraits de A. africanà n'ont pas donné des résU:.tats significatifs. Signalons que les DL50 du lapachol administré oralement ont été déterminées chez la souris (0,621 gjkg). Les chiens recevant des doses de 0,25 à 2 g{kg 6 jours par semaine pendant 4 semaines ne présentent pas d'effet létal. Lts singes meurent avec 6 doses de 0,5 gjkg par jour et 5 doses de 1 gjkg. L'anémie o:onstitue un des symptômes de la toxicose [M132).
J

V. pauciflora nous a été SI!Uh:ment signalé dans le Niolnbato par les Socé qui le tiennent pour toxique. Ille serait particulièrement pour les tennites et on s'en sert à cet effet pour protéger les palissades, les bois de construction, etc.

13. -

AVICENNIAC~ES
/
)

Syn.- VERBENACÉES pro parte
Anciennement rattachée aux Verbénacées qui ont des ovaires à deux loges, les 1\vicenniacées sont maintenant séparées en raison de leur ovaire uniloculaire. Cette famille ne possède qu'un seul genre et en Afrique de l'ouest une seule espèce :

f

4.vicennia africana.
' Au point de vue chimique les Avicennia sont caractérisés par la présence de tanin 'n quantité importante dans le bois.

1. - Avicennia africana P. Beauv.
VULGO.- Palétuvier bbmc, Faux palétuvier. SvN,- Avicennia nitida Jacq. YERN. - Wol. sana, màglô (Sibire), samar, mbagé, ndar (Berhaut) ; sér. mbugâd ( = le fruit, a· après Dalzie/) ; niom. mbuhan, burhan, ibuhâd, mburhan : mand., soce dubukumô ; diala buhek (Berhaul) ; bain. bukelek. :aractères remarquables. Arbre pouvant atteindre 10 à 12 rn, à fût droit, cylindrique avec une écorce mcée, grumeleuse ; mais, plu< souvent, arbuste de 4-5 rn, branchu dès la base. ·ombreuses racines aériennes de plusieurs cm se dressant au--dessus du sol en fortant de véritables tapis (pneumatophores). Feuilles oppost-es, lancéolées, cunées à la base, arrondies ou acuminées au sommet, ;teignant 18 sur 8 cm, avec environ douze paires de nervures latérales ; limbe ~rt glauque grisâtre, souvent r~ouvert d'une couche de sel. lnBorescences en courtes micules axillaires longuement pédonculées. Fleurs blanches tétramères, larges l 1 cm. Capsules ellipsoïdes, de 4 cm de long, acuminées au sommet, légèrement >mbées, à tomentum verdâtu. s'ouvrant en deux valves et germant en tombant ms la vase.

14. -

BIGNONIAC~ES

Famille représentée au Sénégal par quatre genres arborés sponbnés. Un seul se rencontre jusqu'au Sahel : Slereospermum, les trois autres sont guinéens : 1\igelia, NewbaulditA, Spathodea, mais le Newbauldia est très fréquemment planté dans les villages soudaniens. Les feuilles sont· généralement opposées et composées sans stipults. Les fleurs sont zygomorphes, très grandes, de couleurs vives. Les fruits sont varits, capsulaires ou charnus. De nombreux genres américains ou asiatiques ont été introduiü dans les jardins d'agrément : Bignonia, Crt'.scentia, Jacaranda, Parmentiera, Tabeb~ia, Tecama, etc. Les Bignoniacées surtout connues comme plantes ornementales n'ont guère fait l'objet d'études chimiques et pharmacologiques. On cite seulement quelques espèces utilisées en médecine populaire : le Catuaba du Brésîl (Anemopal'gma mirandum

..... ,_, __

--.....j.

-~?"~--·,·.-~·

'"'":'

_,;.; •• .

'!"....

·'.

-

1411 •

J;.

~

..,....:.--o

-~·

"'

• . • •. -Jif!!!o'!

......-.

...

-

... ,

(
236
PHARMACOP.;;E SÉN.;;GALAISE TRADITIONNELLE DC.), réputé aphrodisiaque, dans lequel Raymond Hamet et Mercier ont mis en évidence la catuabine, substance agissant sur le rythme respiratoire ; le Curoba _du Brésil (Jacarando. proara Spr.) dont les feuilles diurétiques contiendraient des pectines, des résines, des tanins et un hétéroside; l'Ebénier vert de la Guyane (Tecoma leucoxylon Mart.) sudorifique et dépuratif; le Poirier des Antillt'!S (Tecoma penlaphylla Juss.) fébrifuge et antidermatosique (présence d'acide cbrysophanique dans l'écorce).

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

237

1.- Ki~elia africana (Lam.) Benth.
Sn;. Saudssonier. a{riœna var. aethiopica Decne et var. elliptica (Sprague) R. Sillans ; K. aethiopica Doecne; K. abyssinica A. Rich. ; K. pinnata (Jacq.) DC. ; K. acutifolia Engl. ex Sprague; K. ellioliiSprague; K. elliptica Sprague; K. imprensa Sprague; K. spragueana Werham; K. tristis A. Chev.; K. talbotii Hutch. et Dalz. ; K. flltlhiopium (Fenzl.) Dandy ; Bignonia afriama Lam. ; Crescentia pinnata Jacq. ; Sotor aethiopium Fenzl. VERN. - Wol. dabolé, dâbal; ser. sayo (d'après Dal!ziell; falor humbul (Sébire) ; mal. limbi, lambâ (.4.ubréoille) ; bamb. sidiamba (Aubréville).
VULGO.-

~K.

arbre végétant spontanémfllt en brousse ne présentait pas cette particularité et ne recelait pas la présence de lichéxantbone. Hutchinson et Dalziel [Hl} considèrent que dans l'Afrique de l'ouest il n'y a qu'une seule espèce de Kigttlia, d'où l'abondance des synonymies.. Dans ces con<litions on peut admettre que les études, au demeurant rares, faites sur K. aethiopica et K. pinnata peuvent s'appliquer à l'espèce sénégalaise avec des variations probables dues au facteur écol.ogique. -Au Tanganyika, sous la dénomination de K. aethiopiea Haerdi [H18} lors d'essais préliminaires a obtenu un précipité avec le réactif au ·perchlorure de fer indiquant la présence de tanin, mais 1~ réactions concernant la recherche des mcaloldes, saponines, mucilages ont été négatives. Au Tanganyika encore;•et sous ia même dénomination, un rapport gouvernemental de 1955 cité par 'Vatt [W2] signale que la plante est toxique dans certaines conditions. D'autre part toujours pour K. aethiopica et d'après Watt l'écorœ contiendrait un principe amer et de l'acide tannique. Etudié sous la dénomination de K. pinnata, le fruit de cette espèce serait très toxique avant maturité et ne renfermerait pas de tanin. Les tests concernant la recherche des antibiotique>< se seraient montrés négatifs [W2}. Wall a soumis les feuilles et les fruits à une ~rie _de tests pour la recherche des saponosides, fla von ols, alcaloïdes,. tanins, stérols. Seuls les tests concernant la présence de stérols ont été positifs (Wall M. E., J; .-\mt'r. Pharm. Assac. Sc., Ed. 1955, 44, 438).

Caractères relllllrqiMbles. Arbre à ffit et à branches tortueux, à cime large, basse, ne dépassant pas 10-12 rn au Sénégal. Feuilles composées imparipennées plus ou moins scabres ou glabres, coriaces, cassantes, avec tro? ou quatre paires de folioles entières ou légèrement dentées, asymétriques à la I;a:se, d'environ 8 cm de long sur 5 de large. Longues panicules pendantes de fleurs' atteignant 7 cm; pourpres striées de jaune, portées par un pédicelle de 4 à 5 cm. · · Fruits caractéristiques cylindriques, ligneux de 30 à 35 cm, arrondis aux deux extrémités, lisses, renfermant· de nombreuses graines. · Habitat. Le Kigelia est surtout localisé au Sénégal en Casamance maritime et dans les lieux humides littoraux. n est rare à l'intérieur où on le rencontre dans quelques galeries forestières. Emplois.

l . - Markhamia tomentosa (Benth.) K. Sebum. ex

En~l.

/
7

_$YN. - Spatiwdt.a tomentosa Benth. VERN.- Mand. ruuÎam (Aubréville), irigana (Trochain); peul kafanâ.du (Aubreville); diola l.:asungkares (Berhaut) ; diola Pogny bunamkarésabu (A~bréville); bal. blis (Aubréville); bain. kisa(; mandj. bétali (Aubréville)·
f

f

Caractères remarquables. Petit arbre de 8 à 10 m. à fo.t droit, à écorce légèrement liégeuse de couleur beige clair. Feuilles imparipennées a,·ec quatre à cinq paires de folioles, d'environ 12 cm de long sur 5 cm de large. oblongues elliptiques, acuminées au sommet, légèrement arrondies à la base et pube!ieentes à la fàce inférieure. Panicules terminales de jolies fleurs jaunes striées de pourpre, d'environ 6 cm de long. Siliques plates. lin<'aires tomenteuses, de 60 sur 1.5 cm. Graines entourées d'ailes hyalines. Habitat.
Il ne se rencontre asst'z communément qu'en Casamance maritime et en moyenne Casamance. II forme parfois de petits peuplements arbustifs dans les jachères du fait de son pouvoir drageonnant. Il existe aussi isolément dans le Sénégal oriental.

K. africana, quoique bien connu, n'a pratiquement pas d'utilisation en médecine sénégalaise, si ce n'est comme espèce tenue jusqu'à un certain point pour magique. Ses écorces avec celles de Mitragyna inermis, les racines de Fagara xantoxyloïdes et les graines de Slerculia setigera, entrent dans un traitement wolof des états épileptiques et les racines, avec celles de différents Ficus, dans les traitements médicomagiques de la stérilité. Les écorces figurent en outre dans quelques préparations antilépreuses. Chez les Lébou du Cap-Vert les matrones utilisent fréquemment la pulpe des fruits mO.rs en décocté pa- os et en friction sur les seins des jeun~ filles afin de les doter d'une poitrine avantageuse. Elles prétendent que les mensurations pratiquées avant et après le traitement prouvent à l'évidence le bien• fondé de cette thérapeutique.
Chimie et
Pharmac~.

Emplois. Les écorces bien pilées !oOnt appliquées en cataplasmes p6ur les douleurs intercostales strictement locali~ées aux aisselles (région de Bissine-Biaze en basse Casamance).

3.- Newbouldia laeYis (P. Beauv.) Seemaon ex Bureau
SYN. - Spathodt·a /a?vis P. Beauv. VERN.- Wol. vm.,·osor (Berhaut}, garn; ngam (d'après Dal:iel}, walakur ; sér. gamb (d'après Dat:iel); maml. kundo burô. küdum burô; socé kundu buro ; mal. kinkin (A.ubrévillr) ; bamb. kolokolo; peul kôdomburu ; diola Fogny fugompii, fugompafu ; diola Efok égompa ; bain. sibompol (Aubréville), kibompvr mandj. bukob ; mank. bukuf (Aubréville) ; kon. pasal ; bal. gimgid.
.!''

Dans l'espèce nigériane Ekong et Idemudia [E33] n'ont pas pu isoler de composés purs à partir du fruit. mais ont obtenu à partir de l'écorce le ~ sistosteryl palmitate et la lichéxanthone qui est un composé phénolique isolé antérieurement d'un lichen par Ashahina et Nogami et auquel on peut, peut-être, attribuer certaines propriétés antibactériennes. D y a lieu de noter à propos de ce dernier corps qu'il a été trouvé par Ekong sur trois échantillons provenant d'arbres plantés dans des enceintes et présentant des taches blanches de lichens ; le quatrième échantillon provenant d'un

'

··-{_>·

-~ ~ ......!

'*'.".. ·•

··H~;·

~·····~-'!

-~'"""~"l'.,.._ ..... ,_.

---~

-· --------------'J!"'I--·

~-·l<".~Ji. .. ~ ....,-~-~

............. ~ ........... :-~

........

(
8 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 239
Les Peul et Toucouleur ne semblent pas utiliser cette drogue par voie externe, mais donnent en boisson le macéré ou le décocté de racines et de ftuilles dans les helminthiases et les hernies : l'effet serait purgatif._ On retrouve encore de-ci de-là des indiCations comme vermifuge.

Chimie. Des échantillons de N. laevis provenant de Guinée portugaise ont tté étudiés en 1963 par Ferreira, Correia Alvez et Nogueira Prista (F4) qui ontt isolé des racines, en petite quantité, quatre alcaloïdes différents. D'après leurs sptdreJ d'absorption dans l'ultra violet ce sont tous les quatre des bases indoliques. L ·ane <i 'elles, d'après les spectres d'absorption et les Rf enregistrés par chromatograph~-papier dans différents solvants, a été caractérisée comme étant l'harmane. • Selon Bouquet, pour l'espèce congolaise : présence de traces d 'aicaJ.>Ides dans les écorces et absence dans les feuilles ; absence dans ces deux organes de flavonoides, saponosides, tanins, quinones, HCN, stéroïdes, terpènes (B:210).

uactères remarquables.

'

1 ,

Pharmacologie. L'action antipaludique des extraits de racines a été rechere'tée ;ans résultats probants (S95, H57). L'extrait aqueux d'écorce de tiges posséde une ce.rtaine activité antimicrobienne vis-à-vis de Sarcinalutea {M130]. _ - Les alcaloïdes obtenus par les auteurs portugais exercent une actir>n inhibitrice sur le tonus du duodénum isolé de lapin et l'iléon de cobaye ; ils montrent un effet antagoniste sur la réponse de l'iléon de cobaye à l'acétylcholine et i l'histamine; ils n'ont pas d'effet stimulant sur l'utérus isolé [C53]. Les propriétés de l'hannane C 12H 18N 1 (méthyl-pyriindolJ ou aribit..e ou loturine et ses dérivés hydro2 (harmol), méthoxy (harmine), dihydrométho:".-y (harmaline) sont connues : elles ,sont comparables à celles des alcaloïdes de; quJnquinas, plus particulièrement à ctlles de la quinidine (isomère de la quinine). Harmme et dérivés sont encore actifs contre les protozoaires, dilatateurs des ·coronaire; et peuvent, selon certains auteurs, être utilisés dans les maladies nerveus-es tel~s qre les séquelles d'encéphalite.

FIG. 13. -New/mu/dia laevis (P. Beau v.). Seemann ex Bureau. -A. Calice et style. B. Etamines avec une partie du tube de la coroUe. - C. Pistil (D'après FWTA).

Petit arbre de 7 à 8 rn se présentant généralement sou~ l'aspect d'un arbuste ·essé de 2 à 3 rn fonnant alors des cépées avec de nombreu~es tiges. Feuilles composées imparipennées avec trois à six paires de folioles pouvant .teindre 20 sur 10 cm. oblancéolées, dentées, longuement acuminées, montrant mx glandes à la base, de_ chaque côté du pétiole ; elles sont en outre finement pontées à la face inférieure. Panicules dressées terminales de belles fleurs roses ou mauve pâle ; calice se ndant sur un côté; corolle irrégulière de 6 cm de long, glabre à l'extérieur, contrace à la base. Siliques subcylindriques en longs fuseaux atteignant 30 cm de long et lluvrant en trois valves. Graines de 3,5 cm de long avec des ailes hyalines aux mx extrémités. ·

/
f

'

t
1

4.- Stereospermum kunthianum Cham.
VERN.-

abitat.

1

Wol.

de sorcier) ; ser.

bolnaq (Aubréville), fex, étudamô. yetmdomo ( = bâton màb (Berhaul), mam ; mal. mogo kolo, mon yéri (Aubré-

On le rencontre surtout en Casamance dans les villages, dans les défrichements . les lieux humides à faible profondeur. Il existe encore dans la région sahélienne, ans les villages de la vallée du Fleuve où il a été introduit. Assez commun sur le ttoral dans les sols frais ; plu> rare à l'intérieur du Sénégal. Il est souvent planté en rai;.oo de sa facilité de reprise par bouture et, comme il rageonrie, il vit généralement en petits peuplements.

i0.8
1
1

mplois.

Cette Bignoniacée jouit surtout d'un grand crédit auprès des guérisseurs casatançais. En tenant compte de~ différents recoupements, il y a lieu de retenir prinipalement son utilisation en topique pour la draconculose et Jl>s morsures de serpent,_ uelquefois pour les plaies sanieuses, les abcès, les ulcères phagédéniques, plus soueut pour les douleurs artkulaires, les rhumatismes, les arthrites douloureuses u genou. Dans certain> cas on se contente du traitement externe en constituant, près massage ou non, un véritable emplâtre avec les écorce-;. Dans les cas partiulièrement graves ou rebelles. on associe différents organes de Trichilia prieureana ux racines de N. laevis. Les préparations réalisées dans ces conditions servent telles uelles en usage externe et sous fonne de solutés aqueux en boisson. La même médication est appliquée par les Manding pour le tr-aitement des œdèmes vec N. laevis et Lophira lanaolata.

'
FIG. 14. - Stereos~rmum kunthianum Cham.- A. Feliill.s. - B. F•,ars.- C. Etamines. - D. Calice et style. - E. Ovaire. - F. Section de l'ovaire. - G. ~raines.­ li. Fruit< (D'après FWTA).

~J

}

f'

,,

··--..........--.-....-.,..,..

··~

.......,.,_..........,. .... _..,_

';..,._.....~~;;!<loo-

""!"""'~·~-":"'~~

~.

&tt

~-

----·:-~,--.-

~~--ii:;,.._"""':""~,.,..~,.~...................

(
240 PHARMACOP!lli SÉNÉGALAISE TRADITIOJI.~rlLLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 241

ville); mand., bamb. moroiro, moiro (= arbre de l'homme). moroiri, madiri; socé buapalô ; sarak. tafé (Aubréville), itôkulé ; peul, toue. golumbi, galumbi, golôbi, banidaney• ( = bani blanc), kulététaga• ; bain. kibokok ; bas. amal ; tand. gâgwor. ·
Caractères re01arquables.
Petit arbre atteignant 10 à 12 rn en Casamance, mais ne dépassant pas 5 à 6 rn dans le Sahel, souvent moins. FO.t rarement droit ; écorce mince, se desquamant par plaques. Feuilles imparipennées avec trois ou quatre paires de folioles peti()lulées, oblongues courtement acuminées au sommet, entières ou légèrement dentées, glabres ou pubescentes. Panicules terminales lâches de belles fleurs roses ou mauve pâle de 3 à 5 cm de long apparaissant avant les feuilles en saison sèche. Siliques cylindriques, linéaires, hélicoïdales à maturité, atteignant 50 cin de long sur 6.à 8 mm de diamètre. Graines de 3 cm de long a'Rc une aile hyaline à chaque extrémité.

fe

15. -

BOMBACACÉES

.t(.'·

Syn.-MALVACÉES BOMBAC:i!:ES
Famille tropicale parfois rattachée aux Malvacées mais qui s'en distingue par ses feuilles ~omposées palmées alors que les Malvacées ont des feuilles entières ou palmatilobées. Seul le genre Ochroma, introduit dans les Jardins, est inclus dans cette famille malgré ses feuiUes simples palmatilobées. Elle est représentée au Sénégal par trois genres bien connus Adansonia (Baobab), Bombax à fleurs rouges ou orangées (Kapokier), Ceiba à fleurs blanches (Fromager). Un petit arbre fruitier originaire de l'Amérique centrale est cultivé dans les jardins : Pachira.

'

t
•1

Habitat.
Il existe partout au Sénégal, de la Casamance maritime (hors des terrains trop humides) jusqu'à la vallée du Fleuve. Il est régulièrement réparti dans les savanes, boisées soudaniemres où on le remarque aisément lorsqU'il est en fleur.

t.
i
1

'

1. - Adansonia digitata L.
VuLGO. - Arbre aux càlebasses ; Baobab ; Pain de sin!le (fruits). SYN. - Adansonia sphaerocarpa A. Chev. VERN'. Wol. gui (l'arbre), bui (le fruit, sa pulpe, sa farine), gif (graines), tega (écorce), llilo (feuilles), ndaba (mucilage) ; ser. bak, mbak; none bph (Séb.ire) ; falor ba (Sébire) ; niom. bak, ibak ; mal., bamb. sira, sito ; mand., socé sito ; sarak. kidé ; peul, toue. ;boy, boiii, boki, boré ; diola Pogny bubakabu, bubaq ; bal. laté ; mankl bedôal ; bas. amak ; tand. amaq, gamaq. f.

Emplois.

S. kunthianum fait partie des espèces les plus ci~ées dans les régions à concentration wolof: Cap- V~, Baol, Walo, Cayor, Guet, etc. Les écorces et les racines entrent fréquemment dans, des préparations (comprenant même quelquefois des cantharides**) destinées aux traitements internes et externes du • siti • (syphilis primaire) du diangara Cayo,r et de la lèpre pratiqués par les. guérisseurs spécialisés•••. S. kunthianum est aussi prescrit sans adjuvant pour les états nauséeux et fébriles, les ulcères de l'estomac (macéré ou décocté de racines en boisson) et poUT les ulcères phagédéniques sous forme de poudre en usage externe. Chez les Sérer du Sine-Saloum la réputation de S. kuitlhianum est moins grande et on utilise surtout l'écorce qui est très amère comme vermifuge avec Heeria insignis, ou comme contrepoison avec Parkia biglobosa. Les Peul-Toucouleur recommandent les feuilles et racines püur les maladies des voies respiratoires et les gastrites. Les guérisseurs du groupe Mandé considèrent la racine comme un puissant diurétique et l'utilisent dans l'anurie, la blennorragie,la bilharziose. Certains d'entre eux ,poussent même le souci jusqu'à préparer un julep avec la poudre d'écorce ou de racine et la « gomme mbep • du Sterculia setigera. En usage externe les bains avec le macéré de feuilles sont recommandés comme défatigant. Dans Je Sénégal oriental Je décocté d'écorces de tronc est utilisé dans les toux· rebelles, les bronchites et les pneumonies. Enfin, étant donné le nom de yétudomo (bâton de sorcier) d•mné par les Wolof à S. kunthianum, il va sans dire que ceux-ci lui reconnaissent un~ puissance magique, particulièrement dans les cas de possession pour délivrer les individus poursuivis par les mangeurs d'âmes.
Chlnùe et Phar01acologie.

/
f

l
1

"

Caractères re01arquables.
Arbre au fil.t énorme, court, atteignant 7 rn de diamètre, mais dont la hauteur avec la cime ne dépasse pas 15 rn ; écorce lisse grise ou rougeâtre. Branches robustes généralement étalées. · Feuilles composées digitées avec sept folioles longuement pétiolées entières ou légèrement denticulées, pubescentes surtout à la face inférieure. Gros boutons floraux sphériques puis ovoïdes, pendants à l'extrémité d'un long pédoncule. Grandes fleurs blanches pendantes, larges de 8-10 cm à étamines nombreuses. Elles s'épanouissent le soir et la fécondation s'effectue surtout par les chauves-souris. Fruits de formes diverses subsphériques ou ovoïdes pouvant atteindre 15 cm de long, ligneux, à épicarpe verdâtre bronzé, velouté. Endocarpe fibreux plongé dans une pulpe farineuse à maturité .. Nombnm~ graines contenant une huile à utilisations variées.

~

Jr 41
~1
i

l t
11
1
1

Habitat. ll est irrégulièrement réparti au Sénégal. II en existe de beaux peuplements aux environs de Dakar, de Thiès et dans la région de Kédougou. Ailleurs il se rencontre dans la plupart des villages et persiste lorsque les anciens hameaux ont disparu. Il est rare, même exceptionnel; dans les savanes boisées soudaniennes. ·
Ori!lines. Etant donné la place importante prise par le Baobab dans la vie des Sénégalais•, surtout chez les ""olof et les Sérer, il n'est pas inutile de donner après sa description un rapide aperçu de ce que nous savons sur ses origines.

Dans leur « screening • phytochimique pratiqué sur quelque" espèces nigérianes Persinos et coll. ont testé sans résultats positifs les écorces de tige de S. kunthianum pour les alcaloïdes, les tanins et les saponosides {P85]. De leur côté Abbott et coll. ont recherché sans résultats probants l'action anticancéreuse des extraits de S. kunthianum [A71].
• Nom donné avec réserves, faute de recoupements suffisants. •• Psalydolylla flwioornÙl ; vulgo : cantharide; vern. : Wol. wâk. ••• Cf. généralités, pp. 97-99.

f

1

~

• ll y a lieu de noter à ce propos qu'il figure sur le sceau de l'Etat sénégalais.

~-~<''+

_ . ....,.,. •.,.,.__

__.,...__

"'

...............

·~~

.

.,..

-~·_;..-;«,~.1:"'0"·

~·, -4il00o. . . . vt;'"W.-l>··

,_

---~- _,..·.~·" ~ 7'!

.1

iiij"-

-'

. . . ......-

·"~~--

111W'"-· -~,.._:

"" U. ~

(
!42 PHARMACOPIŒ SÉNÉGALAISE TRADITIOJ\l'I'ELLE Emplois. Et d'abord signalons que, oontrairement à une croyance généralement répandue, l'origine de son nom commun ne peut être rapportée à aucune langue ou dialecte de l'Afrique noire. Le nom de baobab a été employé pour la premiere fc>ois en 1592 dans l'ouvrage illustré d'Al pino De plantis aegypti liber sous la graphle • ba hobab • qui est devenue au xvn• sièclt> boabab. Il semble bien que • ba hobaJ; • provienne du terme arabe • bu bibab & qui signifie : fruit aux nombreuses graines. et c'..-st d'ailleurs comme tel qu'il fut décrit par Alpino. Il était déjà connu à cette époque en France puisque dans les s:ngularités de la France Antartique, autrement dénommée Amérique, Thévet, à la suite d'un voyage au Sénégal, parle de l'arbre dœ Cap-Vert à feuilles de figuier. En 1757 Adanson l'appelait, comme les Européens "dakarois. dt cette époque, •l'arbre aux calebasses • qui, avec une nouvelle graphie, devait de,-enir le baobab actuel. · Quoique très commun dan$ l'ouest africain le Baobab n'est vr.aisemblablement pas originaire de cette région et c'est pourquoi Atibréville déclare qu'il est difficile de connaître les types de formations où il existait primitivement. Le berceau des •.tdansonia se situe probablement à Madagascar où sept espèces plus ou moins endémiques ont été décrites et où A. digitata existe également. Quatre autres espèces sont d'Afrique orientale nord ou sud et deux d'Australie. L'A. digitata étant la seule espèce ouest africaine on peut estimer qu'il s'est séparé da,ns les temps lointains de la souche des Adansonia orientaux. D est plus du nord de la zone soudanaise (sabéliea) que du sud (guinéen); il est tris eueptionnel dans les savanes boisées ; il n'existe pas spontanément en Réptibli~ Centrafricaine d ne commence à apparaitre que dans le nord Cameroun ; il "exisJ!e sur le littoral guinéen à l'état subspontané; on le retrouve dans l'hémisphère sué! entre 6° 30' et 13° de latitude pour les secteurs côtiers. Plus au sud, il suit l'escarpement du plateau jusqu'à 16° de latitude. ~ns les pays secs de l'intérieur du Kenya, li! monte jusqu'à 1 200 m d'altitude et ~ trollve sur la côte orientale du Kenya :au llozambique rt au Natal où il est àfsa limite sud. Il est maintenant répandu dans beaucoup de jardins tropicaux et ~ubtropic:aux ·en Amérique (de la Floride à !la Californie) et rn Asie (Indes, etc.) [Al]. Cet arbre a toujours frappé l'imagination autant pàr sa fonile grvtesque que par sa grosseur et différentes suppositions ont été faites sur l'âge qu·il pcavait atteindre. Adanson, cité par Becquerel aurait calculé (ou plutôt estimé e..'llpirtquement) qu'il pouvait atteindre 5 000 à ti 000 ans. Il a vu en tout cas en 1749 au Sénégal (Ile de la Madeleine ou presqu'ile ?) des spéc:imens avec des inscriptions remontant au xve siècle, mais ces Baobabs ont disparu. En fait on ne savait vralment pas jusqu'à présent si les Baobabs !J)Ouvaient devenir millénaires faute de données dendrochronologiques et faut~ de l!'ouvoir évaluer leur âge au-delà de cinquante ans par la numération des cercl~ annuels d'accroisSC!ment puisque les gros sujets 'Sont creux, la partie centrale se mornant peu à peu. Or, en 1963, Swart ayant eu à sa disposition des échantill<;ns de bois de cœur d'un arbre d'un diamètre de -1,572 m abattu près du lac Kariba àms la vallée du Zambèze a pu dater ces échantillons au radio carbone 14 e1 esruner leur âge à 1 010 ± 100 ans [S146). Les résultats de nos obsen·altions et celles d'autres auteurs (.\.. Chevalier, :\fanny) permettent d'estimer que leur croissance pendant leur relativr ~èunesse est en moyenne de 3 cm de diarnêtre par an, chiffre normal pour les arbre; à bois tendres. L'un des plus gros Baobabs actuellement connus, sinon le plus grüs, ~t celui que nous avons mesuré sur la colline de lwol (préfecture de Kédougou) en too:.; par la méthode de la corde tendue. Il avait alors 21 rn de péfimètre à 1,{10 rn du ;.,>l, wit environ 6,70 m de diamètre [A12). A la même époque, et mesuré par la mime méthode, le bien connu Baobab de l'ellipse du Point E, près de la Cité uniwrsitaire de Dakar, présentait un périmètre de 20,30 rn•. Enfin, le célèbre Baobab d~s grtots de Ouakam tbanlieue de Dakar), remarqué et signalé par Adanson il y a plu~ de deux siècles a'·ait, lorsqu'il a été abattu en 1959, 22,50 rn de circonférence.

(
PLAr-'"TES MÉDICINALES ET TOXIQUES 243

t

1

)

!

7
[

t

)

Le Baobab baptisé si juskmmt par Toury [Tl} arbre providentiel de l'Africain n'est pas ce que d'aucuns ont voolu voir en hii : «Cet arbre monstrueux et inutile, qui ne peut même pas fournir de planches •· En dehors de ses multiples usages alimentaires (feuilles, pulpe du fruit, graines), textiles (écorces de tronc), dome~tiques (tronc, bois, épicarpe), la variété de ses indications thérapeutiques en méd~ine "populaire est très grande dans les limites de son aire de dispersion et au-4elà. car on en trouve sur les marchés extérieurs à ces limites. Nous avons classé par usages.ies différentes parties de Baobab mentionnées dans la littérature et nous relevons d.J.rrs cette liste uniquement pour les "emplois thérapeutiques : emménagogue (fibres du fruit en décoction), antiménorragique (écorce), antidiarrhéique (feuilles), antientéralgique et antidysentérique (graines pilées en décoction, pulpe du' fruit avt'C <k l'eau, lalo per os ou en bains de sièges), antianémique, antirachitique et tonique ,lalo) antidote de la strophantine (écorce), béchique et antia5thmatique (lalo et fleur;), rafralchissant (pulpe du fruit avec de l'eau ou du lait), émollient (lalo), fQ)rlfuge (écorces, lalo en tisanes, lotions chaudes de feuilles bouillies, pulpe du fruit en tisanes), antiinllammatoire (compresses de pâte de graines grillées, compresses de lalo, lotions chaudes de feuilles bouillies, fumigations de feuilles:) antimaladies des voies urinaires (décocté de lalo per os), antiodontalgique (sève sûr caries, pâte de graines grillées sur partie malade), antiotalgique (lavages avec le décocté de lalo), antiophWmique (décocté de jeunes plants de Baobab écorcés en bains, compresses de décocü de lalo), antirhumatlsmal (décocté de lalo), vulnéraire et abstergent (nettoyag~e des plaies avec la gomme, décocté de lalo en compressés) antiulcéreux (poussière de l'épicarpe sur les plaies), antivarioleux et antirougeoleux (instillations oculaires d'un mélange épais de farine, de pulpe et d'eau), antidiaphorétique (lalo), antifilarien (compresses 9e feuilles sur les parties douloureuses renfermant le ,·er de guinée) [Al). 7 Cette énumération montre à révidence que toutes Je!/ parties ou presque de la plante sont utilisées en méd~w populaire. En médecine de guérisseun on retrouve ces mêmes utilisations, et quelques autres, avec généralement" des préparations composées. C'est ainsi que les médecins wolof reCommandent. pour l'àgalactie la poudre d'écorces de racines de Baobab mélangée à celles de Sterculia setigera av~ addition de son de mil ; pour les maladies urinaires et les soins intimes dé la femme des lavages avèc le macéré de tiges feuillées de Baobab et Tephrosia purpurw : pour le kwashiorkor une poudre (délayée dans du lait) réalisée avec le• feuilles •1e Chrozophora senegalensis et les racines de Baobab, Acacia albida, Bauhinia rufesœns. n·allheria indica, Milracarpus scaber. Curieusement la même poudre est recommandie pour la pelade. En pays sérer, mèmes indications, mais avec une part déjà plus grande faite aux traitements médico-magique~. t.andis qu'en pays toucouleur on retrouve souvent la mention des racines (additionnées de tête de coq sacrifié} pour le traitement des maladies mentales. Chimie. L'analyse faite à Dakar de la p<)udre de feuilles séchées donne les résultats suivants en g p. 100 : eau 12. protéines 12.5. lipides 2,89, glucides totaux 2,99, cellulose 10, cendres 9,62; en mg pour 1(1() ~ : calcium 2266 (dans les feuilles fratches 180 à 343 mg p. 100), phosphore ~.1. vitamine C traces (dans les feuilles fralches : 38 à 53 mg p. 100), thiamine 0,13, riboflavine 0,82 niacine 4,38; en mcg : équivalent Vitamine A 4 856 [Tl, T3J. Lt-s aminoacides prédominants sontles acides glutamique, et aspartique, la leucine et la I'bénylalanine [A15, B9). " · Les feuilles séchées renfemtent 3,64 p. 100 d'oxalate de calcium avec tartrate acide de potassium. chlorure de sodium [\V2). Elles renferment aussi, comme les autres organes de la plante 1et comme chez les Malvacées d'une façon générale auxquelles les Bombacacées sont rattachées), un abondant mucilage (9 p. 100 environ), particulièrement riche en acides uroniques ( 43 p. 100) et constitué par un noyau résistant formé d'acide galacturonique et de rhamnose ainsi que de sucres plus labiles, galactose et \TaisemblabJ.ement rhamnose. Par sa constitution il se rapproche par conséquent de la gomme de Sterculia qui contient elle aussi du rhamnose facilement détachable et du rhamnose combiné à un acide uronique. Paris et Mm• Moyse-

j
~

~

~ t,·

l'
~~

• Ce Baobab a été abattu en 19711.

'~··

,..,"""'l"l ",• .,.......

-~.........~-·-1·~~7~-'-'?'_. '!l'

··-~~

..•

...

.

....,.,.

....

...,, •..


244

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALA.ISE TRADITIONNELLE

(
PLANTES M~DICINALES ET TOXIQUES 245 tation, apres séchage et cuisson, un apport calcique de très grande valeur. Si le fruit est pauvre en protéines il constitue de son côté â l'état frais une source appréciable de calcium et de vitamines B 1 et C.

Mignon y ont caractérisé en outre des tanins., des catéchines et isolé un flavonoside. Cet hétéroside serait un déhydroxyflavanol dénommé par les auteurs adansoniaflavonoside IP31]. _ L'écorce et les racines contiennent également du mucilage, des matières de réserve, des pectines et de l'adansonine C8,H 30 0 33 qui se présente sous forme d'aiguilles blanc jaunât:J:e insolubles dans l'eau, solubles dans l'éther et l'alcool [M18]. Loustalot et Pagan signalent aussi dans l'écorce la présence d'alcaloïdes [L27]: Vers 1910 une usine s'était installée à Dakar en vue de la production de fibre de Baobab qui était vendue aux corderies françaises et à une papeterie de la Gironde. A cette occa!Jon Heim en avait fait une étude microchimique qui avait révélé la présence de tanins abondants, d'oxalate de calcium en macles, d'éléments cellulosiques et lignifiés ainsi que des composés pectiques dans la l,11melle moyenne. Il avait également obtenu à partir de l'écorce purifiée un rendement de 50 p. 100 en cellulose [H28]. La pulpe du fruit frais renferme en g p. 100 : eau 17 ,2, protéines 2,3, lipides 0,10, glucides 75,6. cellulose 1,07, cendres 1,8; en mg p. 100: calcium 293, phosphore 96; fer7, vitamine C 169, thiamine 0,38, riboflavine 0,06, niacine 2,16; en mcg équivalent vitamine A 2Q [T3). Les matières pectiques et les sucres réducteurs y sont abondants de même que l'acide citrique accompagné d'acide tartrique et malique. Les aminoacides caractérisés et dosés (B9) sont les mêmes que ceux des feuilles avec les mêmes éléments prédominants: Airan et !mai [A16) ont trouvé dans les fruits non mllrs glucose, fructose, saccharose et dans lrs extraits, acides ascorbique, citrique, malique, succinique et oxalique. Les mêmes J>ucres et acides se retrouvent dans les fruits mftrs et leurs extraits, avec en outre raffinose et galactose d'une part, acide tartrique d'autre part.-Ceci explique sans doute les résultats contradictoires des auteurs quant à la présence ou l'absence d'acide tartrique. . . . Les graines renferment en g p. 100 : eau 7/d, protides 35,2, lipides 29,2, glucides 19,4 ; en mg p. 100 g : calcium 238, thiamin4!{1,3, riboflavine 0,13, niacine 1,4 [T3). .Comme dans les feuilles et la puipe des fruits, mêmes amino-acides prédominants. L'huile des graines a été étudiée par Heim de Balzac qui mentionne les rendements à l'éther de 68 p. 100 pour les amandes décortiquées et 52 p. 100 pour la graine entière. Cette huile non siccative est surtout composée d'acides stéarique, palmitique et oléique (H:.)\}). Pharmacologie. Le principe adansonine contenu dans les écorces est considéré comme fébrifuge et d'après Bally [B18) il aurait une action strophantinique. Sallet, Vinrent et M 11 • Séro [S18) préconisent la poudre de feuilles comme antias~ thmatique et avec Brygoo (V4) ont expérimenté l'action de l'extrait sur l'animal. Injecté par V()ie intraveineuse chez le chi~n chloralosé, il provoque une chute de la pression carotidienne et une accélération du rythme respiratoire avec augmentation de l'amplitude. Sur le cobaye les injections répétées réalisent un certain effet protecteur vis-à-vi; de la crise asthmatique expérimentale provoquée par des aérosols d'histamine. Paris et l\1"' 0 Moyse-l\lignon [P31) ont repris l'étude pharmacodynamique des feuilles. La tQxicité est faible, la dose létale 50 chez la souris ét;mt par voie souscutanée de 10 g/kg, Par voie sous cutanée une dose de teinture correspondant à 0,10 g de plante par kg d'animal provoque une hypotension accompagnée de bradycardie puis de polypnée. L'action préventive sur le bronchospasme histaminique du cobaye d'extraits alc(~Jiiques et aqueux à des doses CIOrrespondant à 5 g feuille/kg n'a pas été significative. Les mêmt>> auteurs ont en outre pratiqué quelques essais physiologiques sur l'adansoniaflavonoside qu'ils avaient isolé, Il s'est révélé peu toxique pour la souris (dose tolérée par voie sous-cutan"e 1 gjkg). Chez le chien, par voie intraveineuse à la dose de 0,01 g kg, il ne provoque qu'une très faible hypotension. Chez le lapin dans les mêmes conditions, il diminue la perméabilité des capillaires, mais il est cependant moins actif que le rutoside. En conclusion le Baobab est susceptible d'avoir quelques actions thérapeutiques favorables en raison des principes qui y ont été décelés : adansonine, catéchines, adansoniatlawnoside, mucilage, acides organiques. Les feuilles fralches constituent une excellent~ source de \-itamine C et telles qu'elles sont consommées dans l'alimen-

2.- Bombax costatum Pellegr. et Vuillet
VuLGO. - Kapokier à fleurs rouges. . SYN. - Bombax andrieui Pellegr. et Vuillet, Bombax houardii Pellegr. et Vuillet, Bombax ùuilletii Pellegr., Bombar buonopozenze (de FWTA). VERN. - Wol. dundul, grap 1aobé, garab làobé ; ser. ndondul ; mand. bulruhu (Aubréville) ; _bamb. bumbu, bumu ; mand., socé bumku6 ; sarak; griomé (Aubréville) ; peul bumbuYi, doy, dioy ;' diola Fogny bunâbu (Au·bréuille) ; bal. kikela (AubréDill~) : mandj. mbetauar (Aubrivill~) ; monk. blofo (Aubréville) ; bas. âbauri. Caractères remarquables. Arbre de 15 rn au fût droit avec un petit empattement à la base ; branches étalées ou dressées ; cime bien équilibrée; écorce très épaisse, liégeuse, grossièrement épineuse lorsque l'arbre est jeune. Feuilles composées digitées, longuement pétiolées ; folioles obovales, oblongues, cuspidées au sommet, avec une pubescence étoilée lorsqu'elles sont jeunes, devenant ensuite glabrescentes et même glabres. Grandes fleurs rouges ou oranges apparaissant en saison sèche avant la feuillaison, de 8 cm de diamètre, à 5 pétales ovales soudés à la base et tombant d'une seule pièce après l'anthèse. Capsules de formes diverses. subsphériques, ovoïdes ou oblongues, pouv$t atteindre 15 cm de long et fi cm de diamètre. /

i.

,'

Habitat. C'est un arbre très commun dans toute la région soudanienne du Sénégal. Il forme des peuplements clairs étendus, souvent discontinus, surtout dans la province de Tambacounda. Il disparalt dans le Sahel et la forêt guinéenne. Emplois et pharmacodynamie. Le kapokier est peu utilisé par le; professionnels de la médecine. On reconnalt aux écorces de tronc et de racines de très bonnes propriétés diurétiques, de même qu'aux feuilles riches en mucilage. Les propriété-; émollientes sont incontestables et on prescrit ces différents organes soit seuls soit associés à d'autres drogues, surtout comme antiblennoragique, quelquefois comme antidiarrhéique. Les extraits aqueux d'écorces de tiges sont dépourvus d'activité antibiotique [l\1130].

3.- Ceiba pentandra (L.) Gaertn.
Fromager, Faux kapokier, Kapokier à fleurs blanches. Rombax penlandrum L., ErioJendron anfracluosum DC.. Ceiba thtmningii A. Chev., Ceiba guineensis .Th·mn.) A. Chev., Ceiba caribtrea (UC.) A. Chev. VEE-N. Wol. bêténé ; ser. buday, mbuday ; niom. buday, budey ; none leu (Sébire) ; mal. bana bâdà Ll.ubréville), busana, bana (d'après ·Dalziel), bâtân ; mand. kâtàfl : socé bêtanô ; bamb. bamâtl, batàn ; peul bâtigéhi (Aubréville), bàtinévi : d:ola Fogny busanay ; diola Séléki bus.ana ; diola Diembéreng étufay ; bail:. kidem. VuLGO. SYN. -


l

• Les noms vernaculaires sont parfois l<s mèmes peur Bombax costatum et Ceiba ptenlandra. Nous donnoons pour chacune des espèces ceux qui nous r araissent les plus sfirs parce que recoupés très souvent.

'·"-:-~·---~~:

"'"~·- · :.,.,;~:~:'~ ,._,~"""-...-....~ "~;. -~.-~AIÎII(_~ 111

J~i ~

....

~·~·

......
247

..,.. ~~-.··

(
246
PHARMACOPÉE SÉrŒGALAISE TRADITIONNELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

Caractères remarquables.
C'est le plus grand arbre du Sénégal où il peut atteindre dans· certaines régions (Casamance) 35 à 40 m. Son fllt est cylindrique, droit avec un empattement souvent très étendu à la base et une écorce grise, lisse ou très épineuse. Feuilles glabres,· composées digitées, longuement pétiolées. avec huit à quinze folioles sessiles, lancéolées, longuement acuminées au sommet. cunées à la base, entières ou finement denticulées à la partie supérieure. Elles po!Uvent avoir jusqu'à 20 cm de long sur 4 cm de large. Nombreuses· panicules de fleurs blanches. Calice d'emiron 1 ~rn de long à 5 lobes courts et larges; corolle à 5 pétales unis à la base, de 2.cm de lor.g, densément villeux à l'extérieur ; androcée pentadelphe. Fruit contenant de nombreuses graines entourées de fibres grisâtres qui s'échappent à maturité avant la chute des fruits. Habitat.
Le Ceiba est spontané au Sénégal : on le trouve en Casamance maritime, dans quelques galeries forestières humides et nilly des environs de D-.1kar. Il a été planté dans les villages et villes comme arbre d'alignement, mais il est maintenant délaissé pour cet usage en raison de l'abondance gênante des fibres qill jonèhent le sol au moment de la déhiscence des fruits.

Action et emplois. On signale au Sénégal dans les villes et villages où les kapotiers ont été plantés comme arbres d'avenues des épidémies de conjonctivite provoquées par le • mbuyam. Elles se manifestent à l'approche de l'hivernage, en mai-juin quand, au moment de la déhiscence, les graines et les fibres s'échappent des fruits encore fixés sur les arbres et se répandent dans l'atmosphère avant de tomber sur le sol. On peut dire du fromager ce qui a été dit du.Kapokier. Touttfois les prescriptions sont plus nombreyses et variées (on le signale beaucoup pour les maux de ventre, les blessures, les états adynamiques) mais il faut aj.outer que c'est peut-être en raison de son caractère magique reconnu dans nombre de régions. Le délo:octé de feuilles serait très efficace en instillations oculaires pour la conjonctivite purulmte et celui d'écorces en gargarismes pour les :ibcès dentair~s. gingivites, stomatites. etc. Chlmle. Bate-Smith a signalé la présence de quercétine, kaempférol et acide caféique dans les extraits hydrolysés des feuilles (8102]. Selon Githens les feuilles contiennent (G11) une résine et un tanin. L'écorce contient également du tanin, 10,82 p. 100 d'après lstas (16) et un mucilage gommeux noirâtre qu'il serait intéressant de comparer à celui du Baobab. · Selon Hegnauer ([H35] 3, p. 285) ~latthes et Holtz auraient signalé pour la première fois en 1913la positivité de la réaction de Halphen pour rhuile de graines ainsi que sa teneur en acides gras : 72-74 p. 100 dont ôO p. 100 d'acide oléique, 40 p. 100 d'acide linoléique et 26-28 p. 100 d'acide palmitique. Hiroso Nobori a étudié les constantes de cette huile et trouy~ 52,9 p. 100 d'acide oléique, 25,9 p. 100 d'acide linoléique, 10,1 p. 100 d'acide p;t!mitique, 4,6 p. 100 d'acide stéarique ainsi qu'une petite quantité de phytostérol IH85). Selon Karrer on aurait également trouvé de l'acide lignoct"rique dan5 l'huile de kapokier (K1]. Les poils de kapok sont formés de substances pseudo cel~ulosiques contenant 83 p. 100 de pentosane et 14 p. 100 d'anhydride uronique à savoir : xylose, un peu de glucose, mannose, arabinose et rhamnose, acide méthyl·4-"lycuronique (B71]. Quisumbing aurait obtenu des réactions positiws pour la préYnce d'acide cyanhydrique dans la fleur, l'écorce de tronc et la racine (in [W2)).
FIG. 15. - Cordia mgra 1. - 1. Rameau feuillé et fleuri réduit aux 2/3. - 2. Fleur épanouie et bouton Ooral x 4. - 3. Galice x 2. - 4. Etamine x 6. - 5. Pis· til x 4. - 6. Rameau frucliftre réduit aux 2/3 (D'après Busson).

1
f

'

......._

?

;

~.

Pharmacologie. L'action antibiotique des extraits a été recherchée sans résultats par :-lickell [N29), ainsi que par Malcolm et coll .. (l\1130). Par contre Heal a obtenu des résultats particulièrement net; avec des extraits de racines et de rameaux au point de vue action insecticide, lanidde, protectrice des vêtements et autres [H57).

·:......,

~......

.

.............,, ..-.-

!('...... ~~-"'!""-~~-~-~~-

(
248 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITION:NhLLE

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

249

16 -

BORAGINAC~ES

Cette famille est représentée dan·s toutes les parties du globe par des plantes ordinairement herbacées ; elles sont très abondantes danl' la région méditerranéenne et comprennent 7 genres au Sénégal dont plusieurs ont des espèces sahéliennes : Co/denia, Cordia., Heliotropium, Trichodesma .. Un seul petit arbrisseau croit dans les rivières rocheuses soudanieRnes : Rotula. Les feuilles sont simples, sans stipules, les fleurs sont souvent en cymes scorpioides. Les plantes ont généralement des P?ils rugueux et l'ovaire est lobé avec un style gynobasique. Quelques Boraginacées contiennent des alcaloïdes toxiques paralysants du système nerveux ou nécrosants du foie (Cynoulossum, _-\nchusa, Echium, Heliotropium)•, des uréides (allantoine de Borago, Symphytum), des principes antioestrogènes (Lithospermum) ; presque toutes sont riches en mucilage et en tanin ce qui leur confère des propriétés ém.ollientes, pectorales et astringentes.

L'amande du fruit de Côte-d'Ivoire analysée par Busson [B9) a la composition suivante exprimée en p. 100 de produit sec : œllulose 2,1, extrait éthéré 39,2, glucides 10,1, insoluble formique 6,6, protides 43,6 et cendres 5. Les acides gras des lipides sont priocipalement les acides oléique (43,6 p. 100 des acides .gras tot~J,ux), linoléique (28,9 p. 100), palmitique (17,6 p. 100), stéarique (8,6 p. 100) avec acides linolénique, béhénique et lignocérique, ce dernier à l'état de traces. A titre indicatif signalons que Tiwari et coll. (T16) ont fait état des résultats de l'examen de l'huile fixe des graines d'origine indienne pratiqué concurremment par diverses méthodes : contre-courant, chromatographie sur P!lPier, ·chromatographie en couche mince, spectrophotométrie. Les pourcentages trouvés par rapport aux acides gras totaux sont pour l'acide palmitique de 7,54 à-7,84, pour l'acide stéarique de 12,56 à 13,35, pour l'acide oléique de 59,95 à 60,68, pour l'acide linoléique de 16,42 à 18,86. De plus, les mêmes auteurs ont mis du ~ sistostérol en éviaence (pourcentage de l'acétyl 10,26) dans la fraction insaponifiable. L'activité antibiotique des extraits a été recherchée sans succès [N29).

2.- Cordia rothii Roem. et Schult.
SYN. -

1. -

Cordia m.yxa L.
SvN. - Vitex gomphophylla Bak. VERN. - Wol. mbey, mbeygilé, tampus (d'après Dalziel) ; ser. sub (d'après Dalziel), narr; mal. ndéké, dégé daramba; mand. daramâ tunko; peul/ Îamanohi (Aubréuille). . . .
f

Cornus ghara( Forsk., Cordia ghoraf (Forsk.) Ehreng. ex. Aschers, Cordia senegalensis A. DC. VERN. - "'ol. nenneh, tâpus, ndayeri (Berhaul); wol. (du Walo) mbéêbé, mbey mbey ; ser. subduam, suo mâg (&rhaul).

Caractères remarquables.
/
J

Caractèr~ remarquables.

Arbuste ou petit arbre de 8 à 10 rn, à fftt tortueux, som;ent branchu dès la base~ Ecorce claire, fendillée longitudinalement. Feuilles ovales orbiculaires de 10 sur 8 cm, légèrement mucronées au sommet, pubescentes surtout à la face inférieure qui est très réticulée. Le limbe est trinervé à la base, entier ou finement crénelé. Courtes cymes avec de nombreuses fleurs blanches. Calice obconique glabre ou légèrement pubérulent. Baies sphériques, jaunes à maturité de 15 mm de diamètre.

Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 rn, à fOt et; branches tortueux, ramifié près de la base, écorce beige jaunâtre clair. Feuilles opposée-s ou subopposées, oblonghes-oblancéolées, arrondies au sommet, coilrtement cunées ou arrondies à la base1 en général largement dentées ·vers le sommet, scabres sur les deux faces avec de courts poils blancs grossiers ; limbe vertgrisâtre ; court pétiole de 0,5 à 1 cm de long ; 5-6 paires de nervures latérales. · Cymes .axillaires de fleurs blanches à corolle en entonnoir de 6 mm de long ; calice un peu pubescent ; pédicelle d'environ 5 mm de long. Baies sphériques rouges à maturité, de 1 cm de diamètre, courtement apiculées, entourées à la base par le calice persistant. Habitat.
Il est commun dans la région sahélienne du Sénégal, surtout dans la vallée du Fleuve, dans les sols non ou rarement inondables, de même qu'à proximité des mares du Cayor, Djolof, Ferlo, etc. Son aire de dispersion va jusqu'aux Intres.

Habitat.

Il est très i.rnégulièrement réparti au Sénégal où il semble subspontané. On le rencontre isolé!llllent ou par petits groupes souvent à quelques distances des villages ~u près des hiUl'lleaux. Il n'est pas commun, mais il existe de la vallée du Fleuve jusqu'en Casamamce maritime.

Emplois.

Emplois. Les feuilles sont quelquefois utilisées dans la région du delta et du bas-fleuve Sénégal comme fébrifuge et antipaludique, soit seules, soit associées aux racines. de Guiera senegalensis, aux racines et écorces de Bauhinia rufescens.

Cette espèce aous a été signalée deux fois seulement par un guérisseur manding en usage externe des feuilles et bénéfiques aux lavages corporels ie matin à jeun :avec le macéré d'écorce qu'il recommandait en particulier, avec des incantations appmlpriées, pour la recherche d'une bonne situation.

~t un féticheur sérer pour les utilisations mineures ~corces. Le Sérer attribuait en outre des propriétés

3.- Cordia

sene~alensis

Juss.

C:himie et phannacologie.

Les feuilles, les tiges et les fruits contiennent d'après v,-all (CS Dep. Agric., févr. 1954) des stérolls.. L'espèce indienne renfermerait en outre une gomme (Howes F'. N., \'egetal g111ms and resins, Waltham, Mass : Chronica Botanica Co., 1949).

SYN. - Cordia mannii C. H. Wright ; Cordia heudelotii Bak. ; Ehretia acutifolia Bak. ; Vitex syringaefolia Bak. VERN. - Wol. mbeygilé, mbey (Berhaul), béhi (Aubréville) ; ser. su, sub, suu p. Caractères remarquables.

~

• On lira avec imtérèt sur ce sujet l'ouvrage de Bull, Culvenor et Dick consacré à la cllimie, a pathogénicité elt autres propriétés biologiques des alcaloldes pyrrolizidine [B162).

Petit arbre de ï à 8 rn, à fftt contourné, irrégulier, portant des branches à extrémités retombantes.

! ,,
i.

~

..

~....-----,..·--~

_@.,.. . . . . . ,. . .
~

<\-,·

.,.

~:<!:.-'~~~--01"'

"""'"""'

4

'!Ill~

't·,...,_::l!"., ..... ~

..,..,..,.~ ......,......"..-·t

....

...

......

,

.

·····~

-~:

(
250 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONx~BLLE Emplois. Feuilles alternes à long pétiole de 5 à 7 cm ; limbe entier ovale, courtement cuné à la base très longuement acuminé au sommet, glabre, avec 4-5 paires de nervures latérales. Cyines denses de ï à 8 cm composées de fleurs blanches. Baies sphériques de 1 cm de diamètre, noires à maturité, légèrement coniques au sommet. Habitat.
Il est peu commun au Sénégal. Il se rencontre isolément surtout dans le Sine, le Saloum et la Casamance maritime. Il est trè.s rare à l'intérieur ; on en voit quelques

i'LANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

251

Les feuilles réduites en poudre après séchage à l'ombre sont réputées chez les Wolof et Ubou pour différentes dèrmatoses, mais plus particulimment pour les crot\tes laiteuses caracténstiques de l'eczéma et de l'impétigo des mfants. La plante a la réputation d'être toxique pour certains arumaux.

Chimie. Quoique les Heliotropium fassent, particulièrement depuis une dizaine d'années, l'objet de recherches poussées en raison de la présence fréquenf.ll dans leurs organes d'alcaloïdes hépato-toxiques du groupe pyrrolizidine. la f'himie des deux espèces signalées H. bacci{erùm et H. indicum était jusqu'à présent inconnue. Seul dans la littérature scientifique l'ouvrage de Dynock Pharmacographia lndica [D15] édité en 1890 mentionnait la présence d'un alcaloïde dans H. indicum. Une belle étude, qui est en même temps un bel exemple de coopération en raison du parallélisme des travaux menés en commun, a été faite en 1961 sur H. indicum par Mattocks, Schoental, Crowley et Culvenar (M15], les deux premiers auteurs s'attachant à l'espèce d'origine africaine, les deux autres à l'espèce d'origine australienne. Dans l'espèce africaine provenant du Ghana (Afrique de l'Ouest) les auteurs ont mis en évidence trois alcaloïdes dont deux ont pu être idmtiftés : l'indicine et son N-oxyde. L'indicine de formule brute C 15 H 16 NO• est l'alcaloïde principal et il peut être considk"é comme étant l'ester trachelantiqUe de la rétronicine. C'est le premier alcaloïde isolé d'un Heliotropium renfermant la rétronicine romme fraction basique; cependant d'autres esters de la rétronicine avec des acides monocarboxyliques ont été trouvés dans d'autres genres des Boraginacées. Plus récemment encore (1967) Mattocks a repris l'étude de H. indicum : il a isolé les trois bèses acétyl indicine, indicinine (nouvel alcaloïde) et indicine dans le rappory pondéra1,'12-7-81 et en a discuté les structures. L'acétyl indicine et l'indicinine n'oqt pas été obtenus à l'état cristallisé, cette dernière base étant un ester de la rétronicirie avec un acide non identifié. Des traces d'autres bases ont ité de plus décelées dans les extraits [M44). Earle analysant la graine avec • péricarpe • a trouvé 2,8 p. 1 000 d'eau, 15 p. 100 de protéines et 11,6 p. 100 d'huile ; il a obtenu d'autre part des tests négatifs concernant la présence d'amidon, d'alcaloïdes et de tanim [E22]. Pharmacologie.
40 ORGANES .

exemplaires entre Dakar et Saint-Louis dans les sols frais à 'l'aible profondeur.. Emplois. L'emploi du macéré de feuilles est signalé dans la Sine avec deux indications :pour les coliques en boisson, pour la fatigue générale et les courbatures en bains.

4. - Heliotropium bacciferum Forsk.
SYN. -

Heliotrop.ium undulatwn Vahl

Caractères remarquables. Herbe vivace vert-grisâtre, rampante ou dressée, couverte de poils renflés à la base, pouvant atteindre 50 cm de haut et plus. Feuilles oblancéolées, ondulées sur les bords, ):rès variables de formes et de d1rnensions, en moyenne de 5 à 6 sur 1,5 cm. Inflorepcences en cymes scorpioides, plus ou moins allongées, composées de petites fleurs blanches. Fruits glabres. Habitat. Plante banale dans tout le Sénégal surtout dans les défrichements, autour des villages, et partout où l'homme a manifesté son influenéll. Emplois. Cette espèce n'est pas utilisée en médecine sénégalaise, mais elle est signalée comme n'étant pas consommée par le bétail.

5.- Heliotropium indicum L.


mand.

SvN. - Heliotropium a{ricanum Schurn. et Thonn. VERX. - n·o/. nag um der (Sébire) ; xéteram ; bamb. nâgiku merrino (d'après Dalziel) ; mal. nasimko (d'après Dal=iel). Caractères remarquables.

Plante annuelle '\igoureuse, atteignant 1 rn de hauteur. Grandes feuilles ovales, jusqu'à 12 cm de long sur 10 cm de large, largement et courtement acuminées au sommet, longuement cunées à la base ; limbe décurrent à 6- ï nervures latérales déprimées à la face supérieure ; pétiole variable en longueur, de 3 à 7 cm. Longues cymes terminales scorpioides, jusqu'à 20 cm de long avec de petites fleurs blanches de 2 mm de diamètre et 8 mm de long. Fruits ovoïdes, côtelés, glabres. Habitat. Herbe recherchant les lieux frais et humifères, parfois rudérale. Irrégulièrement répartie, elle existe depuis la vallée du fleuve Sénégal jusqu'en Casamance maritime.

La phannacodynamie de H. indicurri a été étudiée sur divers animaux et organes isolés par Feng [F2] à partir d'un extrait aqueux de feuilles et tiges ramené à 100 parties de drogue pour 100 d'eau. Il n'a pas été constaté de toxicité particulière par voie intraveineuse chez la souris ni d'effet de spasme sur les organes isolés (intestin de cobaye, utkus de rate, muscle strié du crapaud). Par contre il a été noté une nette diminution du débit sanguin de la patte du rat et de la pression sanguine chez le chien avec 0,1 ml d'extrait. Pour les préparations de racines de l'espèce brésilienne, Barros et coll. ont trouvé que l'extrait aqueux montre une certaine toxicité vis-à-\·is des souris, abaisse la pression sanguine, mais stimule la respiration du chat, déprime le cœur du crapaud, augmente le tonus du duodenum de lapin. L'extrait éthanolique se révèle atoxique pour la souris, sans action cardiorespiratoire chez le chat, ~ns action sur le cœur de crapaud et inhibiteur de l'intestin isolé de cobaye. Les extraits aqueux et éthanoliques sont atoxiques pour les poissons, sans action sur le muscle strié du crapaud et la motilité du duodénum de lapin, fortement stimulants de l'utérus de rate [B200l. Des extraits alcooliques de plante entière expérimentés par Abbott et coll. pour rechercher l'action anticancéreuse se sont montrés capablt>s de réduire les tumeurs transplantables de l'adénocarcinome 755, de lOO pris comme unité, à 64 chez les animaux traités. Dans les mêmes conditions pour le carcinome 180, et avec un traitement par extrait aqueux de feuilles, la réduction atteint 60 (A71]. Les extraits de tige et de feuilles révèlent un très faible pouvoir insecticide [H57).

1;

..,,___....,,

----"~·--~.

* ··-,.; ! t -

oWrti'·:. ..;.·-~.. _,~·-.-..,.....~~.,..._-,.,~ .. ,,.

-·-~--.............

'_:, ..

_.....~»~.

1

..

A ...

If.

_ . , , - - ,_....>

.........

~52

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITION{riLLE
ALCALOIDI!S.

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

253

2o

Des travaux de :Mattocks et coll. on peut déjà conclure que H. indicum d'origine tfricaine, renferme au moins trois alcaloïdes du type pyrrolizidine auxquels ~ trourent rattachés des propriétés hépatotoxiques. En particulier,le fait de l'existence à l'état naturel dans un végétal d'un alcaloide >yrrazolidine acétylf, est d'un grand intérêt depuis qu'on sait que les bases acétylées :ont plus hépato-toxiques que les autres bases apparentées. Sa présence dans la plante 1 différents stades de la croissance, ou dans certaines conditions climatiques et mtres, montre que la toxicité de la drogue peut être plus élevée que ne le laisserait :upposer la teneur en • alcl;lloide principal • (l\144). A partir d'une étude pratiquée sur les effets -biochimiques exercés par les alcalOides >yrrolizidiniques,bépatoxiques du genre Heliotropium. Ferry admet que ces alcaloïdes léterminent trois types d'atteintes : · - Une atteinte mïtoehondriale avec diminution de la concentration en nicotilamide adénine dinucléotide, suite à une perte directe des coenzymes nicotiniques le la mitochondrie (et de la cellule hépatique) et u~ synthèse de NAD diminuée. La lerte de ces coenzymes entralne une altération des oxydations enzymatiques assurées ~ar les déshydrogéuases mitochondriales NAD-déptndantès. - Une atteinte nucléaire, et peut-être nucléolaire. avec plus particulièrement une iiminution de la concentration en RNA et aussi de la synthèse protéique. - Enfin une atteinte des lysozomes. La pathogénie deœs lésions reste encore, selon l'auteur, à démontrer. Le rôle d'une !lkylation des acides aucléiques ou des protéines eneymatiques parait probable, mais >n ne doit pas écarter toutefois d'autres mécanismes éventuels [F71).

Habitat. ll est essentiellement sahélien et forme des petits peuplements surtout dans les sols colmatés du Djolof du Fouta Toro et du nord Ferlo.
Emplois. Au point de ~e strictement médicinal les écorces et les racines prescrites pour les coliques, constituent un antientéralgique de choix conseillé aux femmes enceintes et sont vendues coinme tel sur le marché de Dakar. En pays wolof les guérisseurs font entrer ces mêmes organes dans des préparations antilépreuses et antisyphilitiques (voies interne et externe). Chez les Peul-Toucouleur C. a(ricana est considéré comme antidermatosique. , , · La résine, quelquefois utilisée en aromathérapie .dans hi Fouta Toro et surtout le Walo (Saint-Louis), est préparée de la façon suivante : on pratique, une dizaine d'incisions obliques sur le tronc de l'arbuste et on recueille après une semaine la résine exsudée (toujours en faibles quantités) en raclant vigoureusement l'écorce. L'ensemble de la récolte est exposé quelques jours au soleil puis pilé, pétri et façonné en boules qu'on: introduit dans de petites calebasses (de la grosseur d'une orange)seètionnées aux deux tiers de leur hauteur. Généralement le produit se présente en une masse noirâtre avec des débris d'écorces, mais Iorsqu•n a été proprement préparé il est en lames ou morceaux durs arrondis, jaunâtres ou rouge jaunâtre, ·à surface lisse ou chagrinée, à cassure terne, cireuse, à odeur agréable aromatique, à saveur âcre et amère. On trouve encore dans certaines habitations saint-lousiennes des petits fourneaux qui servaient spécialement à brftler cette myrrhe. Elle brille en effet avec une flamme fuligineuse blanchâtre jaunâtre aromatique. Cette fumée jouit d'une excellente _réputation d'antil!Cptique, général et respiratoire, d'antimigraineux, d'insecticide, etc.

/
l

/

f

17. -

BURSÉRACÉES

t.

Syu.- TÉRÉBINTHACÉES pro parte

La famille des Burséracées était autrefois réunie avec les Anacardiacées aux Térébinthacées. Elle est tropicale et ne possède que deux genres au Sénégai, l'un sahélien : Commiplfora, l'autre guinéen avec de rares spécimens en Casamance : Canarium. Ce sont des arbres ou arbrisseaux à feuilles composées imparipennées et à fruits drupacés. Les Burséracées sont caractérisées au point de vue anatomique et chimique par la (lrésence de canaux sêcréteurs à oléo-gommo-résines odorantes fournissant encens o• oliban, myrrhe, bdellium, opopanax, élémi em(lloyés en pharmacie pour leurs pro(lriétés balsamiques.
En~l.

Chimie. Sous le nom de Bdellium d'Afrique la gOIIliii"e-résine de C. a(ricana faisait vers 1900-1910 l'objet d'un petit marché commerci"fÎ, Elle renferme 70 p. 100 de résine soluble dan:s l'alcool (résines et résines-acides) 29 p. 100 de gomme. Par distillation avec entralnement à la vapeur d'eau elle donne 6 à 8 p. 100 d'huile volatile. Les résines, de Commiphora constituent une source de triterpénoïdes. Thomas et coll. ont montré que la résine de C. pyracantho'ides Engl. renfermait une forte proportion d'acideS triterpéniques libres (20 p. 100) et combinés sous forme de glucosides (10 p.100). Ces acides désignés sous les noms d'acides commiques A, B, C, D, E sont des acides ursénoïques di ou trihydroxy [T59). Selon Boiteau et coll. la résine de C. a(ricana serait moins riche en constituants triterpéniques, mais renfermerait'par contre 30 à 60 p. 100 de gommes formées de p<>lyholosides [B126). Dans une espèce africaine voisine, le C. angolensis Engl. Cardoso do Yale a décelé la présence de tanins èt de pigments anthocyaniques (C16).
Pharmacologie. Des extraits de branches et des extraits d'écorces de tiges testés par Heal révèlent une certaine activité insecticide [H57). Le Bdellium d'Afrique inutilisé comme médicament à usage interne, entrait autrefois dans la préparation du diachylon gommé et de l'emplâtre mercuriel. Il figurait encore à ce titre au Codex français 1908, mais fut écarté au supplément de 1920. Par contre la myrrhe proprement dite fournie par l'espèce d'Arabie (Commiphorii abyssinica), écartée de la pharmacopée française en 1965 y figurait précédemment pour la confection de l'alcoolat de Fiovarenti, l'élixir de Garrus, l'emplâtre mercuriel et les pilules de Cynoglosse opiacées.

1.- Commipbonl africana (A. Rich.)

VuLGO. Myrrhe africaine, Bdelllum d'Afrique. SYN. - HeudelDiia a(ricana, A. Rich.; BalsaJnodendrum a(ricanum (A. Rich.) Arn. VERN. - Wol. sâgh, gnolotot, mirdit (Buhaut), moot, mootut, ngotot, notot; M:r. ngonan (d'après Dalziel); (alor bop bop (Sébire); bamb. darasé (Berhaul), barakâti ; peul, toue. badi (Sébin), badadi.

Caractères reDUlrqUilbleS.

Arbuste ou, petit arbre de 2 à 6 rn, à fût court, droit, cylindrique bas-branchu et à cime arrondie ; écoree brun foncé, mince, se desquamant par lamelles ; branches terminées par des pointes épineuses. , Feuilles pétiolées, trifoliolées, la foliole terminale, plus grande que les latérales, atteignant 4 sur 2,5 cm ; limbe des folioles profondément ondulé ovale, courtement pubescent à la face inférieure, longuement cuné à la base. Petites panicules axillaires de fleurs rougeâtres apparaissant en saison sèche avant la feuillaison. Baies sphériques ou ovoïdes, apiculées,. verdâtres, puis bronzées à maturité, de 5-6 mm de diamètre.

18. -

CACTACÉES

l

Famille essentiellement américaine qui n'a qu'un genre en Afrique occidentale. Il n'y a pas de Cactacées spontanées au Sénégal. Seul, Opuntia luna, introduit fortuitement depui~ longtemps, se multiplie naturellement le long de la côte. D'autres

!

_...
":..}.,''.•

;ttfl!!,..........

, .. ,.

11(~

......

~-...,..;.

...-::

,.

.....

_,iftey_..,.,...., ________

254

PHARMACOPÉE

S~f:GALAISE

TRADITIOri

)..LE

(

\

1

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

255

Opuntia, des Cacus, Hglocereus, Nopalea, etc. ont été introduits dœls un but ornemental. Ce sont des plantes • grasses •, adaptées à la chaleur et à la sécheresse avec des tiges ~hlorophyJUennes chamues à formes singulières et des feuilles atrophiées ou transformées en épines. Deux Cacactées figurent au dro!!Jller. Ce sont Certus grandiflorus Mill. de la Jamalque, stimulant cardiaque et Echinocact'us œilliœnsii Lem. ou Peyotl, plante lsychotrope du Mexique.

l. - Opuntia tuna Mill.
VULGO. -

VERN. -

Filtaier de Barbarie•. Wol. gargâ bos ; ser. ngalga.

::ar.ctères remarquables.

Plante charnue vivace de 1 rn à 1,50 rn, formant en groupes des buissons épineux mpénétrahles. Tiges composées d'articles ovales (raquettes), d'environ 10 à 15 cm de 1mgueur, gamies de nombreuses épines dressées (feuilles). Belles fleurs dressées vers 'extrémité des raquettes, de 10 cm de long ; corolle jaune vif de 5 cm de long et i cm de large. Fruits charnus, ovoides de 5-6 cm de long, verts puis rouges à maturité.

Diacono et Massa (1948) il s'agit de pectine à noyau polyga}acturonique. La teneur en est élevée: 2 kg de tiges fralches (à 75 p. 100 d'eau) fournissent 14 g de pectate calcomagnésien. La fleur dont le sne est plus visqueux que celui des raquettes, contient à peu près les mêmes principes auxquels on peut ajouter des dérivés Oavoniques (opuntiaflavonoside deR. Paris) [P43). Les cendres dont la teneur avoisine 9 p. 100 comportent 30 p. 100 de silice et 14 p. 100 de chaux. Le suc de fruit mOr comprend p. 100 : eau 86-92, sucre 11,2, cellulose 1,3, protéines 6,7, matière grasse 0,3, acides 0,1, cendres 0,7. n renfermerait aussi une substance visqueuse. A noter la richesse en sucre qui en fait une source éventuelle d'alcool,150 kg de figues produisent 100 1de suc capables de fournir 71 d'alcoolà85o. Il existe dans la pulpe ·un pigment rouge mal connu colorant l'urine en rouge. Enfin la graine contient p. 100: eau 33-36, protéines 8-10, huile 6-9, cendres 1,3-1,5. De limr côté Watt et Breyer-Brandwijk (W2) donnent sur le même sujet une copieuse bibliographie de laquelle on peut retenir quelques informations complémentaires, en particulier celle de Lévy et Giral qui ont trouvé dans le jus de fruit d'une espèce à fruit rouge vif 6,6 à 20 mg p. lOO d'acide ascorbique. Le dernier auteur cité révèle en outre la présence de 3,14 mg p. 100 d'acide déhydroaseorbique dans un échantillon mexicain.
Pharmacologie.

labitat.

O. luna est originaire d'Amérique tropicale, mais subspont~é ·sur tout le-littoral lu Sénégal depuis Saint-Louis jusqu'à la Guinée Portugaise. II est parfois utilisé pour onstituel' des haies vives. ·
.

/

:mplols.

l

f

Dans hi. presqu'De du Cap-Vert les Lébou utilisent la pulpe du fruit comme diucéique, la sève des. tiges comme émollient. Parfois la tige grossièrement pilée est appliuée en cataplasmes sur les tumeurs ou en massage dans les rhumatismes.
\

:him.ie.

Marbath a signalé en 1913 la présence dans les • feuilles • d'oxalate et de malatede illcium tandis que Wall en 1955 a obtenu des résnltats négatifs dans la recherche des lponosides (pouvoir hémolytique), des alcaloides et des tanins (W2) et que Hooper mentionné la présence d'histidine dans les extraits de tiges charnues (H17). Josselin et coll. étudiant le suc des fruits n'y ont pas décelé d'alcaloides mais ont -ouvé qu'il renfermait outre du glucose et du fructose libres une matière colorante tclassable dans les pigments végétaux habituels. Ce pigment, complexe rouge violacé [)nnant par chromatographie trois fractions diversement colorées, fixe très facilement s halogènes en se déc:olorant (J40). En réalité la chimie d'O. luna n'a pas été étudiée dans le détail. Celle de O. vulgaris, véritable figuier de Barbarie, a par contre requis l'attention de nombreux cherleurs et il est permis en raison des grandes affinités des deux espèces de supposer ~e leur composition chimique est comparable en plus d'un point. Madame Bézangereauquesne (in (G4)) donne pour O. vulgaris les renseignements suivants. La tige a une composition centésima'Ie moyenne de : eau 92, glucides 4,3, celluse 1,2, protéines 0,6, matière grasse 0,15, cendres (assez ric}les en fer) 1,5. On a signalé un tanin, des traces de berbérine (douteuses selon Jacquet) et un caloide indéterminé (Faiveley 1920**). On signale en outre la présence d'une subs.nce mucilagineuse ; pour Harlay en 1902 il s'agissait bien d'un mucilage, mais pour

• Le vrai figuier de Barbarie est en réalité Opuntia vulgaris .Mill. •• Dans son article sur les alcaloïdes des Cactus, Réti (in (.Ml]) signale aussi la présence d'allolde indéterminé dans O. vu/garis en donnant comme référence J. Faiveley (thèse Doct. !d. Paris, 1920). ainsi que F. Falco et S. Hilburg (Rev. fat. qui mie. ind. y agr., Uni v. nael. lit oral. nta Fé, Arg., 1946-1947, 15-16, N• 26-71) .

Pour ce qui concerne les propriétés pharmacologiques particulières d'O. luna, il y a lieu de signaler que Lucas en 1955 a pratiqué des tests antibiotiques qui se sont révélés négatifs (in fW2)). Feng et ses coll. [F2), avec un extrait aqueux de tiges charnues et épines ramené à la concentration. de 1 g d'organe frais pour 1 ml d'extrait, ont pra~qué différents te.sts pharmacodynamiques. Ces tests se sont révélés négatifs pour1a toxicité chez la· souris, le spasm:e et l'inhibition du spasme induit par / ocytocine et/« 5-HT •• sur l'utérus isolé de rate; le spasme et l'inhibition du spasme / induit par l'acétylcholine sur le muscle strié. du crapaud. Par contre ils ont constaté une diminution de la respiration et de la pression sanguine chez le chien anesthésié au pentothal sodique avec une dose inférieure à 0;1 ml d'extn,ût en injection intraveineuse, un etlet de stimulation du spasme spontané sur l'intestin isolé de cobaye à la dose de 0,1 ml et enfin une augmentation du débit sanguin de la patte postérieure du rat avec une dose de 0,1 ml d'extrait. Opérant avec un extrait préparé dans les mêmes conditions Hooper et Léonard (H17) y ont pharrnacologiquement identifié l'histamine comme nous l'avons signalé ci-dessus, mais estiment que dans les • thés de brousse • préparés par les Jamalcains la présence de cette substance n'a aucune valeur thérapeutique car elle est rapidement inactivée au cours du transit gastro-intestinal. Ce même extrait ne s'est pas révélé toxique chez la souris par voie intrapéritonéale à la dose de 20 ml/kg; mais il agit sur les muscles lisses de. l'intestin isolé de cobaye et du duodénum de lapin : sur l'intestin de cobaye dans un bain à une concentration de 0,007 ml d'extrait par ml, il produit une contraction équivalente à 75 p. 100 maximum de celle de l'acétylcholine, contraction inversée par la rnépyrarnine ; sur le duodénum de lapin à la concentration de 0,017 ml, on enregistre une légère baisse du tonus (Hl7). Les fruits d'O. luna sont cornestililes, mais d'après Grf'Shofi leur consommation exagérée pourrait produire des phénomènes hématuriques. Diacono {D10) a signalé pour O. vulgaris que le pectate calcomagnésien trouvé à la dose de 0,7 p. 100 dans la plante fralche possède une activité marquée sur l'accélération des temps de coagulation du sang et des temps de saignement. Son action se révèle même supérienre à celle des pectines employées comme étalon de comparaison ce qui laisse entrevoir là possibilité d'obtention d'une pectine fortement hémostatique . En fait pour l'O. luna, comme pour ro; vulgaris ce sont surtout les principes mucilagiàmx de leurs divers organes qui peuvent actuellement trouver des emplois pour la confection de cataplasmes émollients.

.

• Sérotonine ou 5-hydroxytryptamine.

._...

__

-:·"·~--~

~~~~~""":...:,.~:~:' ~-:oj ,··-\i~~iil!:tk._"tiiW""~...-<~'"~'·~~~-~A-4

. •lh!llotf.'".~ .:y,,_,._,

,~-~-~~

;; ·.-;-

~

256

PHAR.JrfACOP:eE SÉNÉGALAISE TRADITIO(

ELLE
Emplois.

(

. PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

257

19. -

CAESALPINIAC~ES

Syn.- LÉGUMINEUSES CAESALPINIÉES
Importante famille tropicale et subtropicale représentée au Sétregal par une vingtaine de ~ des domaines sllhélien, soudanien et gujnéen. Seuls les genres Bauhinia et e-la comprennent des espèces sahéliennes. Sont gént!ralement soudaniens les Caaia,. Cordyla; ·Daniellia, Sœartzia, 'i'amarindus. tandis que sont généralement guinie:Bs les Detoriuni, Dialium, Guibourtia. Cette distinctio.n n'est pas toujours nett-t marquée et, pour certain• genres, des espèces différentes appar" tiennent aux deux régions, comme par exemple chez les Danidlia, les Casaia, les Detarium. · Ce sont des adnes à fleurs presque régulières ; la zygomorphie est marquée par une corolle asymétrique à pré1loraison carénale ascendànte, le pétale supérieur interne étant recouvert par les deux pétales latéraux. Le ealice souvent très réduit est remplacé par IUle paire de bractéales opposéeS qui 'enveloppe la fleur dans le bouton Les étamines soat en nombre défini, généralement dix avec des variations en moins. Le fruit est toujours une gousse ou ~gume. Un magnifique arbre ornemental, le Delon~ regia, connu sous le nom de Flamboyant, se renaJOtre couramment au Sénégal où, après avoir été introduit et planté dans les savanes et les jardins, il est devenu subspontané. Le caractère nettement particulier de cette famille au point de vue principes actifs est de fournir avec les Sénés purgatifs (genre Cassia) des drogues à anthracénosides et avec l' Erytllrophlreum des alcaloldes cardiotoXiques. Mais on y trcHfve aussi des drogues à tanins (Burkea) à copal ( Guibowtia) à résines (Daniellia, C~inia), à Oavonoldes (Cassia, · Afzelia), à saponosides (Swartzia), à pulpes laxativoes (Tamarinier), etc. Les Caesalpiiriacées étant fort bien· représentées au Sénégal il n'est pas étonnant d'y rencontrer aombre d'espèces caractéristiques des diflérents types chimiques.

Les graines sont considéries parfois comme toxiques, mais nous n'avons pas obtenu de renseignements précis sv les accidents attribués à leur consommation. . La poudre d'écorce (qui est plutôt urie pâte gluante rougeltre) est prescrite chez les Diola, seule, sous fonne de macéré comme fébrifuge et stimulant gastro-intestinal, ou en association avec la rJJCine d'Annone dans la tachycardie et les aflections broncho-pulmonaires, eri aswci&tion avec Morinda lueida dan& le traitement externe dès plaies et blessures. Les Peul-Toucouleur n'ont guère beaucoup d'estime pour l' Afzelia, mais néanmoins conseillent quelquefois Je macéré aqueux d'écorce contre les maux .de ventre et généralement alors, en· associatiion avec le Cailcédrat. On retrouve encore l'e~IJD~Ioi interne et externe de ce même «ilacéré comme galactàgogue et antilépreux dams le Sénégal oriental.
Chbnie.

king et coll. ont isolé dm bois de cœur de A. a(riama diflérents composés flavoniques : - Afzéline CuH..0 10 oo kaempférol 3-rhamnoglucoside (K17). - Aromadendrine C 11 H 110 1 ou dihydrokaempférol (K17, K29). - Kaempférol (K29). - Un flavane nouvuu die formule C15H,.01 qui est1e 3,5,7,4'tétràhydroxyflavane dénommé par les autenrs <êpiafzéléchine (K29). La graine, l'arille e.t les feuilles du Nigeria ont été analysés ((W2] p. 552). ~

/
J

2.- Baubinia rufesceas Lam.

/

!

· SvN. - Bauhinia lliansoniana Guill. Piliosligma rufescem (Lam.) Benth. VERN; - Wol. râaa, râd ; ser. dâba yargin, ndindi (Berhaut) ; mal.• bamb. gésembé (Awbréoille) ; sar. gasâbé ; peul. toue. namari.
Caractères ·remarquables.

' et Pefr.,

1. - Afzelia africana Smith
VERN. - Wol. fok, bol (Sébire) ; ser. ngolôndô (Sébir~) ngol (Sébire) ; bamb. daga (Berhaut} ; mand., mal., bamb. linké, lêké, lingé, !ingo; peul, toue. 1iD8é. lingédé ; diold Fogny buléu, buleo ; ba! pika ; bain. kilar ; mandj. b)eg ; land. gapôl.
Caractères
~bles.

Arbre de 25 à 31) m à fdt droit, mais souvent court et trapu au Sénégal ; écorce gris foncé se desqwunant par petites plaques, ou plus ou moim fissurée et lai:IJelleuse, de tranche brun clair ou rouge pâle ; cime large, un peu étalée, dense. Feuilles co~ pennées à rachis de 20 cm de long ; folioles par 3-5 paires, de 10 sur 7 cm, largement elliptiques acuminées, ou légèrement obtuses, ou arrondies au ;ommet, glabres, lnement réticulées à la face inférieure. Courts pédicelles de 5 mm. Lâches pank:oles de fleurs parfumées verdâtres avec un pétale de 14 mm, blanc :Aelleté de rouge. Grosses gousses ligneuses aplaties, mais épaisses, ovales droites m légèrement courbées avec un acumen à l'extrémité ;- t>lles ont généralement l5 sur 7 cm. Les graines sont ovoïdes, noires, lisses, brillan,es, glabres ; elles ont !nViron 2 cm de long et sont entourées à la bàse par un arillt' jaune.
labitat.

Arbuste ou petit arbre dt 5 à 6 m, souvent buisson très ramifié avec des rameaux enchevêtrés à extrémités lignifiées, épineuses ; écorce li~., gris pâle. Feuilles orbiculaires. profondément bilobées, ·de 2 cm de large, vert glauque, glabres; courtement mais œttement pétiolées. Racèmes de 10 cm de lom.g constitués de fleurs blanches ; calice ltJ)athacé, corolle à pétales spatulés ; androcée de 10 étamines fertiles è filet:s poilus à la base ; ovaire longuement stipité, glabr~. Petites gousses contournées longitudinalement, brunfoncé à maturité, glabres, 4"environ 7 cm de long et 1 cm de large, contenant 5 à 6 graines brunes.
Habitat.

Il est très commun dans la vallée du Sénégal et la région sahélienne où il recherche les sols compacts. On le rmcontre égalemènt dans tout le Sénégal jusqu'à la forêt guinéenne.
Emplois.

Il est très commun en Casamance maritime et en movenne Casamance où il forme e fonds des belles forêts de cette région guinéo-soudànienn-e. D persiste dans les :aleries soudanieones et dans les forêts plus sèches du SénégallQriental. Il existe aussi 1rès des niay.

Les racines de. B. ru;escms jouissent auprès des Wolof du Cayor et du \Valo d'une bonne réputation de ft'brihge, diurétique, antit'mtéralgique. On traite aussi quelque~ fois les conjoncthites par ~es vapeurs du décocté bouillant: de feuilles. Dans le Sine, les Sérer accordent également les mêmes propriétés à la plante, mais lui attribuent par sun:roit des vertus magiques pour accroltre les récoltes de mil et assurer la protection des habitations contre les serpents. Chez les Sarakolé, le dt.:octé de rameaux feuillés est p.cescrit dans les diarrhées dysentériformes. et, en ass~~eiation avec Acacia sieberiana. dans la maladie désignée
9

1' •

""fli.*,'O!"">r.'1'! :.:-.: :,;,.

~- · J ;~111--~ "?·

. ,'

~~-

·--~~

~-- . ,..~..

.

~

-

·~

.

.....~~....-.~

.. ···-· ""
259

..

....

258

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITI( .•ŒLLE

(
VULGO; ' -

PLANTES ~DICINALES ET TOXIQUES

sous le vocable • fullpti t correspondant à des œdèmes gén&alilés (aussi bien infiltrations dilluses et segmentaires qu'albuminurie, voire même béribéri et ascite). Les Peul-Toucoule•r du Djolof, du Ferlo et du Fouta Toro utilisent les feuilles pour leurs propriét~ cholagogues, stomachiques, antidiarrhéàques et antldysentériques. Les préparations correspondantes sont variables, :illant da simple macéré à des compositions élaborées après cuisson avec de la farine de mil et du lait de chène. D'autre part les écorces entrent dans de nombreux apozème~ antisyphilitiques et antiictériques.

4. - Caesalpinia bondac(L.) Roxb.
Bonduc.

SvN. -

Guilandina bœtdue L., Caesalpinia bonducdla (L.) Fleming, Caeaalpinia crisla L. VERN.- Wol. fog (ilerhaut), kuri, xuri; ser. buri (d'apr~s Dalziel); niom. iborri ; peul F~uhl uri.

3.- Burkea africana Hook ..
VERN. - Mand. dakâ-dakà, ndà-ndàg ; bamb. siri. géléba (Aubrévi/le) ; peul j(uorkijlgai (Aubréville) ; pe~l Firdou et Fouladou binarobé ; peul, toue. tumborki.

Caractères .r.emarquables.
Arbuste un peu sarmenteu:~;. à nombreuses branches entremêlées garnies d'épines recourbées. • Feuilles bipennées avec emi.ron 5 paires de pinnules épineuses et 5 à 7 paires de folioles sur chaque pinnule ; Otlles-ci sont alternes, oblongues elliptiques, de 3,5 sur 2 cm, finement pubescentes. Panicules terminales ou slihtenninales, axes tomenteux, fleurs jaunes ; pétales de 1 cm de long ; 10 étamines à filets· villeux vers la base. Gousses longuement et densément épineuses, de 5 cm de long sur 3,5 cm de large, elliptiques un peu apla-' tles contenant 1 ou 2 graines Sj!lhériques vert pâle, lisses, de 1.5 cm de diamètre. Habitat. On ne le rencontre presque otxclusivement que sur le littoral, souvent à proximité des m!Ulgroves, dans lès '(égétlitions du bord des tans. Emplois.
/
1

Caractères remarq-bles.
Arbre de plus de 15 m à fdt droit, cylindrique ; écorce noirâtrt, rugueuse ; branches robustes ; cime large. Les jeunes rameaux sont tomenteux rou~âtres. Feuilles bipennées avec 2 à 5 pinnules opposées et 5-6 paires de foliolules alternes, ovales, lancéolées, arrondies ou émarginées au sommet, arroDdies et asymétriques à la base, de 5 cm de liong sur 3,5 cm de large, soyeuses argentéts dessous lorsqu'elles sont jeunes, devenant plus tard glabres et vert pâle glauque. , Larges panicules d'épis pendants de 30 cm de large à axe pukscent groupées avec les feuilles vers l'extl"lémilé des rameaux ; petites fleurs blanc crème, parfumées ; calice de 1,5 mm à lobes ciliés ; pétales glabres, de 3 mm de long; ovaire densément villeux. Gousses plates, rainees, de 5 cm de long et 2,2 nn âe large, à pubescence apprimée, contenal)t une graine.
l

Habitat.

.f

f

II existe surtout dans le Sénégal oriental à partir de Kaflrine de même qu'en haute et moyenne Casamanc.e oÙI il est un des constituants des forets sèches soudaniennes. Emplois. Cette espèce .ne nous a été signalée que par les Manding, Pwl et Toucouleur du Sénégal oriental, de la moyenne et haute Casamance. Outre les vertus médico-magiques qui lui sont attribuées. le B. a{ricana est considéré en usage interne ICOUmle béchique (décocté d'écorces), en liSage à la fois interne et externe conime remède· du dofdi, affection caractérisée par des vertiges ou migraines persistantes, etc. pouvant aller jusqu'à perturbu le psychisme du malade(?); on donne dans ce cas en bains et boissons le décocu d'écorces de B. a{ricana et Cassia sieberiGIUI. Le décocté d'écorces seul est prescrit comme antiné,Talgiqut- en boissons, lavages de têtes, instillations nasales et auriculaires. Les feuilles et les écorœs sont considérées par les Peul-Tou~ouleur comme étant dangereuses pour le bétail.

On reconnalt à la poudre de graine, dont l'amertume est très prononcée, des pro-· priétés fébrifuges mises à pro!iit quelquefois dans le traltement du paludisme. . Les racines· sernbi(mt plus employées : par les Peul comme _antivenineux et vermifuge, par les Sérer et les ~iominka comme aphrodisiaque (avec: une action diurétique secondaire signalée), par les Wolof du Cap-Vert, comme fortifiant des dents et traitement des parodontolyses.
Chimie. 1° LA GRAIXE.

/

Chimie.
lstas et Rakelboom out constaté que l'écorce de l'espèce congolaise donne un fort pourcentage en extraits aux solvants organiques : 12 p. lOO pour l'écorce des sujets jeunes et 23 p. 100 chez un specimèn adulte. L'écorce tst riehe en tànins et donne une réaction nettement positive pour la présence d"akaloïdes. Les auteurs, à cette occasion, ont analysé les cendres, les extraits et les tanins [16], Selon Watt les fruits et les cosses renfermeraient également des tanins, mais pas les graines, et l'arbre foUJTiirait dans l'Est Africain unr gonuw d'assez bonne qualité ([W2], p. 562). Les jeunes branches et les feuilles testées au point de vue pouvoir insecticide se sont révélées inactives [H57]. , Selon Da Silva et coll., l'activité pharmacodynamique de la é.rogue serait due à la présence de tryptamine dans l'écorce (An. Fac. Farm. Porto, 1\>71, 31, pp. 107-108).

Les données concernant la composition chimique de la graine sont souvent contradictoires. Les prf'mières études, dues à Heckel et Schlagdenhailflen, remontent à 1886 [H7]. Les auteurs troovfi"ent dans les cotylédons qui représentent environ la moitié du poids de la graine. 1~ substances suivantes p. 100• : huile 25 ; résine amère dénommée bonducine 2 ; sucres 6.8 ; sels 3,8 ; albuminoides 20,5 ; hydrates de carbone 35,7 et eau 5,8. Ils donnent même la formule brute CaH 10 0 5 pour le principe amer bonducine. En 1913, Bhadury signale la présence d'un alçaloide dénommé natine (?) [B21]. En 1929, aux Indes, Godbo-J<t et coll. signalent celle d'un sapOlJ()side et d'un glucoside amer contenant preMJIIt' tout le soufre de la noix [G78]. Puis Tummin Katti en 1930 fait état de la présence dans les graines de bonducine amorphe (qui serait un acide l'tsineux amer) de deux phytostérolines (dont l'une est identifiée au sistostérol) de ~uœo~ et d'une saponine; quant à l'huile d'amande elle est formée principalement de~ glycérides des acides palmitique, stéarique, lignocérique, oléique, linoléique e1 contient deux phytostérols, un sistostérol non identifié et de l'heptacosane (T44]. · Ces travaux sont repris par divers auteurs et notamment par Ghatak (en 1934) qui mentionne la présence dan; l'amande d'un glucose amer amorphe, d'une saponine neutre, d'amidon, de saccharose, d"enzymes, d'une huile jaune (20 p. 100). Il ne décèle pas d'alcaloïde mais reconnalt la bonducine dans le glucoside amer amorphe de PF 11\l-120• et de !ormoie C, 0 H 28 0 8 [G77].
• Chiffres arrondis.

~

-~.!ll!lllillll!~·'jol

"'·'~~:;'~·v,. J,...... ~~·

·:.;:~~~~·

..,r.,.-:-.,.,. -...~.~~.-·

·~·-:..~Ji •.

:=_,,•.

gp ...., .

60

PHARMACOP:f:E SÉNÉGALAISE TRADITIO{

~LLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 261 Nous avons signalé précédemment que Néogi et coll. avaient séparé quatre fractions dans les amers, A, B, C et D. La fraction A révèle des propriétés antibiotiques ; la fraction B, également antibiotique, est antipyrétique chez les lapins et de plus diurétique chez les mâles ; la fraction D a une action anthelmintique marquée, testée sur le lombric ; les extraits alcooliques des quatre fractions provoquent une légère hypotension chez le chien et une dépression sur le cœur de grenouille, mais les extraits aqueux sont sans effet ([W2) p. 564). Les études qui ne manqueront pas d•être poursui\ies sur les caesalpines dont la découverte est récente et dont les structures viennent d•être élucidées nous éclaireront peut être dans l'avenir avec plus de précision sur les propriétés thérapeutiques du Bonduè.

Neogi et coll. sépaNnt par chromatographie les principes amers en quatre fracions A, B, C, D, la fraction A de PF, 59-60o aurait pour formule brute C11H 780 1., :es auteurs auraient également décelé des alcaloïdes mals pas de saponines (in W2) p. 563). Iyengar et coll. obtitnnent de leur côté en 1965 des tests positifs pour la présenèe l'alcaloïdes (quoique disent-ils, d'après les investigations antérieures la présence l'un alcaloïde soit douteuse) d'acides tannique et picrique. Ils notent la présence de ubstances réductrices et l'absence complète de tanins (17). On a en outre déce!t\.dans les graines heptacosane et sistostéroline ((K1) p. 17 t p. 854). Les plus récents et 1ts plus importants travaux sur la graine sont dus à Erfan Ali t con. [E29J, Qtidrat 1 Khuda et coll. [Q3, G19)), Caaonica et coll. (C34, C80).ls s'échelonnent de 1000 à 1966. Ces auteurs ont isolé successivement des graines rois principes amers dénommés eaesalpines (1 (0,01 p. 100), ~ (0,003 p. 100) toutes leux cristallisées, et y (0,73 p. 100). Puis la y caesalpine obtenue par la suite à l'état ~ristallisé fut dénommie 3 caesalpine. Les constantes et les structures des 3 caesalpines sont maintenant_ connues. Ce 1ont des dérivés diterpéniques à trois cycles aromatiqnes et une fonction lactonique le formule C1,Hu01 pour " qui comprend deux folllctions acetyle, C10 H 180 1 pour ! et C10H 100 1 pour _3 JC80, Q19). A l'occasion de ces ncherches les auteurs confirment une teneur de 20 p. 100 en mile, la présence de saccharose, de sucres réducteurs, d'une protéine soluble dans 'eau [Q3, E29). Ni les uns nfles autres ne font mention d'alcaloïdes ni de sapono;ides. 2o
AUTRES ORGANES.

5.- Cassia absus L.
VERN.- Wol. kordo (Merlier); ser. kordo tev (Berhaut), sufarmaq; bamb. karibono (Berhaut) ; peul, toue. korodel ; diola Tendouk ékâgol ; floup bugérété ébé ( = arachide des bœufs). Caractères resnarquables. Herbe annuelle, dressée pouvant atteindre 1,50 m dans certains marécages de la Casamance ou restant naine,· ramifiée, plus ou moins étalée et rie dépassant guère alors 5-6 cm dans les sols osableux pau"Tes paralittoraux. Tiges à pubescence glanduleuse, visqueuse. Feuilles composées de 2 paires de folioles ; limbe obliquement obovale ou elliptique, de 2 cm sur 12 mm, pubescent sur les deux faces. Petites grappes de Ueurs jaunes ou rougeâtres terminales ou axillaires, à pétales veinés de po~re foncé. Gousses plates,_ dressées oblongues. arrondies, aux deux extrémités., d,! 5 cm sur 7 mm, couvertes de poils visqueux et contenant 5 à 7 graines. Elles sont déhiscentes et s'enroulent à maturité. Habitat.
Il est très banal dans tout le Sénégal. Il en existe plusieurs races écologiques suivant les stations très variées où il croit : sables presque stériles, carapaces ferrugineuses, marécages, jachères culturales, etc.

Selon Watt ([\\'2) p. 564) les feuilles livrent one resine amère et un peu d'alea~ loides, mais Webb fait état de tests négatifs pour l' présence d'alcaloides~ D'autre ~art le bois (qui mtre dans la catégorie des bois ditj; cie Pernambouc) contient deux mbstances colorantes: brasiline C 11 H 100 5 et brasil~e C 11H 120 5 •

J
t

'

Pbarmacolo!11e.

1° ORGANES. Au siècle dernier, l'amertume de la grai_ne et son usage fébrifuge en médecine populaire indienne avaient tout naturellement incité les médecins de l'époque à prescrire cette drogue comme antipaludique. Dujardin-Beaumetz recommandait même pour les fihres intermittentes la prise de 1 à 2 g trois fois par jour d'une poudre composée il parties égales de graines de Bond•c et de poivre (D3). Mais il a été prouvé en 1945 que -ces graines étaient. inactives contre le paludisme expérimental des pousiins (S95]. Par contre Iyengar en 1965 a mis en évidence leurs propriétés antidiarrhéiques chez les souris et estime qu'on ne peut les attribuer aux tanins qui n'existent p;as dans la drogue (17]. La recherche du pouvoir antibiotique des extraib aqueux d'écorces vis-à-vis des organismes Gram _;_ a été négative (M130). Des extraits de ram~aux feuillés montrent chez la S<Ouris par voie intrapéritonéale une toxicité algue aux doses correspondant à 1 g de drogue. Chez le chien ces mêmes extrai_ts provoquent une baisse de la pression sanguine [F2]. Les extraits aqueux de racine, de tiges et de feuilles montrent une action intéressante sur le sarcome 180. En effet Abbott et coll. ont obtenu expérimentalement une réduction dt'S tumeurs chez l'animal traité dans le rappOrt de 100 (unité de contrôle) à 65 (Aa). De leur côté Dhar et coll. ont constaté une. certaine activité antivirale (Virus roaccinia) avec les extraits de racines. [D86). .

FRACTIONS ET COl<IPOSÉS ACTIFS.

Emplois. Quoique largement répandu dans le Sénégal C. absus ne nous a été signalé que dans le Boundou et en basse Casamance. Dans le Boundou, on utilise les fruits pilés avec les graines comme emplâtres sur les chancres syphilitiques et la plante entière comme suppositoire antihémorroldal en la triturant jusqu'à obtention d'une pâte, à laquelle on donne par malaxage, avec quantité suffisante de beurre, la forme d'un magdaléon. En basse Casamance les feuilles sont utilisées par les Floup pour le traitement ex~eme des chancres syphilitiques.
Chimie.

1o

GRAINES.

De même, et plus encure que pour les graines, !·amertume de la résine la fit recommander au siècle dernitr comme antimalarique. Dujardin-Beaumetz. déjà cité ci-dessus, déclare que d'aprts le Dr lsnard (de Marseille) la bonrlucine à la dose de 10 à 20 cg sous forme de pilules agirait aussi efficacement .que le sulfate de quinine à la même dose dans les fièvres intermittentes. Mals, dans ce ("as aussi, les recherches récentes ont démontré que la bonducine était inefficaoe dans le traitement du paludisme des oiseaux.

Kobert, dans son ouvrage Lehrbuch dtr Jnloxicalionem (K62) signalait dès 1906 dans les graines la présence d'une toxalbumine appelée absine, analogue à l'abrine de l'A brus precatorius, assertion reprise ensuite par plusieurs auteurs ([SlOO, W46, D4, K4, K6:J] etc.). Cependant, en 1970, Oebelmas et coll. remettent en cause l'existence de cette toxalbumine à la suite d'essais d'hémagglutination négatifs et de toxicité non concluants• fournis par une fraction-poudre obtenue à partir de l'amande lors d'une extraction type protéine avec un rendement de 3 p. 100. Dans ces conditions, écrivent-

° Cl,

flharnlllCOiogle.

·-·:. ~-- ...... ~~ . . . . . . . . . .~ .. 4

.!\!!.,.."' ~·

... -"-~~~·... ,.,~

~~ ,...,~...,........~-'"c•4-'•'

(
262
PHARMACOPÉE SÉ."l"ÉGALAISE TRADITIO( ..ELLE PI..A.ll.ïES MÉDICINALES ET TOXIQUES 263 ils : • ou bien l'existence de la tox.albumine ... (est à) remettre ea cause, ou bien (le) protocole expérimental (n'a) permis d'obtenir cette substance qu'en trop faible proportion • (DlOl). Les mêmes a11teurs ont séparé des tissus supérliciels adhérant aux téguments une fraction représentée par une poudre donnant un mucilage qui serait constitué à la fois par des acides glycuronique et galacturonique (D101). En 1935 Siddiqui et Ahmad isolent de l'amande, avec un ~dement de 1,5 p. 100 et dans le rapport approximatif de 9 pour 1, deux bases (sous f0lllle de carbonates) qu'ils nomment chaksine et ïsochaksine et auxquelles ils attribuent la formule C 11 H 11 0 0 N~ (S132, 5133). A la suite de djfférentes recherches la formule C11H 110 3N 3 est finalement adoptée pour la chaksine (K61, P127, A73) et sa structure monoterpénique à cyCle lactonique est élucidée en1958 par Guhaet coU.{G80), Weisneretcoll.f":33J, Sing et coll. (S134) En 1958 Johnson retire de la graine 7,5 p. 100 d'huile à partir de laquelle Il isole du ~ sistostérol avet: un rendement de 1,5 p. 100 [J38), tandis qu'en 1964 Qureshi et coll. y mettent en évidence le sistostérol-f$-glucoside [Q14). L'huile dè la.graine est constituée p. 100 des glycérides des acides oléique 16,32, linoléique 47,32, linolénique 0,41 ; d'hydroxyacides 0,75; des acides palmitique 6,28, stéarique 8,10. lignocérique 0,82; d'un insaponifiable 8,-W; de glycérol 10,40; de matières indéterminées 1,21) (A74). du cœur, de la respirat.ion, des centres nerveux et qu'élie pro\'O((U1.it la mort de la grenouille à la dose de 0,1 gjkg [S132]. Depuis cette époque la pharmacologie de ces bases a été largement étudiée notamment par Pradhan et roll. [P128), Gupta et Chopra [G79), Haq (H72), Inayat Khan et Bukhari [114, 88], Cheema et Priddle (C81). D'après les différents travaux effectués on peut· estimer comme suit la toxicité de la chaksine : pour Je lapin par voie sous-cutanée la DL100 minimum du sulfate est de 80 mg'kg (mort en 12 mn) [G79) ; pour le chien 0,012 5 à I),Ol mgjkg pendant l'hiver, alors qu'en été la dose de 0,25 mg/kg ne serait pas fatale ; pour le rat 70 mg/kg par injection intrapéritonéale ; pour la souris par voie sous-.cuta.née 1,56 mg et intraveineuse 0,575 mg/20 g. ; pour la grenouille la DL50 est de 0,5750,625 mg/20 g ((W2), p. 567). La chaksine exerce une action dépressive sur le système nen-eux central et stimulante sur les muscles lisses de l'utérus, l'intestin, la vess:ilt. lt paroi des vaisseaux sanguins [P128). Selon Watt, la chaksine montre une action curarÜorme sur les muscles striés et un effet stimulant direct sur le cœur de grenouille à des concentrations de 1/100000 à 1/25 000. Elle dimimre le tonus du myocarde du lapin et provoque des contractions marquées sur les vaisseaux sanguins mésentériques. Chez les mal!llmifères, l'injection· intraveineuse de 0,5 mg/kg détermine une chute passagère de la pression sanguine et une augmentation proportionnelle de celle du cœur. Ces effets sont irréversibles si la dose administrée dépasse 1,25 mg/kg ({W2) p. 567). Chaksine et isochaksine étudiées sur l'homme et sur des animal!IX ou des préparations animales montrent un effet anesthésique local, uniquement par absorption intradermique. Sur la peau de cobaye les deûx alcaloïdes présénten1 une action inférieure à celle de la procaïne qui est 3,6 fois plus <!Ctive que la claksine et 1, 7 fois plus active que l'i~haksine [114). Les deux bases produisent des symptômes de· type histaminique 1e traduisant par érythèmes, démarigeaisons, etc., .induits par injection intradmn:ique et pouvant être bloqués par inject.ion parentérale d'un antihistaminique. De même les effets hypotenseurs sont particulièrement nets [114). Les propriétés de blocage neuro-musculaire comparées à c-elle du • flaxédil •• sur des préparations isolées de diaphragmes de rats, montrent qm le• flaxédil • est deux fois plus actif que la chaksine et 4 fois plus que l'isochaksi~ lll4). Haq a montré que la chaksine se comportait comme antag.oni~te des effets stimulants de l'acétylcholine sur l'intestin isolé de lapin et attribut- cet effet à une action du type atropinique. Cheema, étudiant les .actions de lïsœhaksine sur les intestins isolés de lapin et de cobaye, estime qu'elles ne sont pru; antagonistes du chlorure de baryum ou de l'histamine alors qu'elles Je sont légfl-el!llent de l'acétylcholine [H72J. Bukhari et coll. ont mis en lumière les actions stimulantes et inhibitrices de la chaksine sur rintestin isolé de cobaye et leurs cornlusions sont lés suivantes : le chlorhydrate de chaksine provoque une faible adi<.n antiacétylcholine et montre un effet antinicotinique marqué proportionnel à la concentration de l'alcaloïde ; c'est un agent bloquant les ganglions et aussi le~ réct!pteurs de nicotine sur les cellules mu:sculaires ; c'est également un puissant a~~nt anti 5-hydroxytryptamine (ou antisérotonine) et son augmentation d'acthité en fonction de l'augmentation de la concentration, indique sa double action simultanée sur les muscles et les nerfs récepteurs. L'isochaksine montre des effets nt>ttement inférieurs de type atropinique, antinicotinique et anti 5-hydroxytryptamint> iB8). La chaksine est nettement douée de propriétés antibiotiqu~. particulièrement vis-à-vis du Staphylocaaus aureus· (inhibition du développemt-nt .i la dilution de 11100000) et S. haemolyticns [679, Hi2, Ç81). En bref la chaksine se révèle douée de propriétés intére~!..lnt~s hypotensives, antistaphylococciques, ganglioplégiques, antisérotonine, anesttJ,.>si!!Ues locales, stimulantes sur les muscles lisses. L'isochaksine présente dans l'ensemble les mêmes propriéh:, mais généralement avec une activité moindre. ·

2° FEUILLES. Selon Dalziel, une étude faite sur la poudre de feuilles vertes a montré la présence de tanin et de sucres réducteurs, mais pas d'alcaloïdes {104), p. 179).
Pharmacologie.

to

FRACTIONS 0)3TENUES A P.U\TIR DES GRAINES.

Des essais· de· toxicité effectués en TP par Debelmas ,t coll. ont montré que la solution à 2 .p. lOO de la· fraction-poudre d'amande provoquait sur un lot de 9 souris la mort de 4 d'entre-elles en 3(• mn. Une injection répétée le lendemain sur les survivants, ne permettait pas de noter de choc anaphylactique {0101]. Pour ce qui concerne la fraction des tissus superficiels adhérant aux téguments et donnant un mucilage, celle-ci est atoxique et peut constituer, selon les auteurs, une nouvelle source de mucilage non toxique, de pH neutre et de rendement intéressant.

1

1

20

LA GRAINE;

Selon Dujardin-Beaumetz • les graines sont employées depuis longtemps par les Egyptiens PI!Ur combattre la conjonctivite purulente de la façon suivante : on concasse les graines, on les monde de leurs tuniques et on en fait une poudre que l'on introduit entre le globe de l'œil et la paupière. Elle détermine de la cuisson et fait couler les larmes. Puis la douleur se dissipe peu à peu et l'œil reprend son éclat (Caillaud). Cette poudre a été parfois employée avec succès en Europe dans le même cas • ([D3) p. 158). Dujardin-Beaumetz fait allusion, pensons--nous, à l'épidémie d'ophtalmie purulente qui sévit à Bruxelles en 1822 et au c011rs de laquelle les personnes atteintes furent traitée~ par ce procédé. Nous avons de notre côté signalé en 1948 les résultats obtenus par un • ouvreur d'yeux • africain dans le traitement de diverses maladies oculaires en utilisant des préparations variées dont le principal élément était la poudre de graines de C. absus [K63)•. 3°
TIGES,

Selon Nickellles tiges ont une action antimicrobienne vis-à-\i.s des bacilles Gram·+ et des bactéries [N29).

CHAKSINE l>T ISOCHAKSISE.

En même temps qu'ils isolaient.chaksine et isochaksine, Siddiqui et Ahmad signalaient que la solution aqueuse de sulfate de chaksine était un dépresseur général • Cette action est à rapprocher de la graine d' Abrm precai<A"ius. Cf. p. 436.

<k ceUe

• Nom spécialisé du triiodoéthylate de gallamine, curarisant de

syntt.~..

"'~:,.

-:'"' œ

• ....

JG,.. .•. 4•

'!'Ill&

YI rra'

264

PHARMACOPŒ SÉNÉGALAlSE TRADITIC .-iELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

265

6. - Cassfa alata L. •
VULGO. Dartrier. mbâlta; mand. dâbakasala.

VERN.- Wol.

Caractères· remarquables. Arbuste de 2 à 3 rn ori@.naire d'Amérique tropicale., subspontané au Sénégal, surtout .en Casamance. Rami !lé près de la base, il porte des brancl1es tendres ·et cassantes. · Grandes feuilles compost.e. pennées, avec environ 10 paires de folioles opposées obo.vales, arrondies à chaqut' extrémité, en moyenne de 10 sùr 5 cm. Rachis jùsqu'à 70 cm, avec des ailes contnldlées à l'insertion de folioles. Grappes terminales dresj;fts de fleurs jaunes très ornementales; avec de. grandes bractées. Gousses droites, atltl!ignant 25 cm de long et 15 mm de large à bords parallèles, avec des ailes crénelées Longitudinales sur chaque valve. Habitat. S'il est subspontané et prottocultivé en Casanlance à proximité ou dans les villages, il est planté dans quelques lioocalités de la vallée du fleuve Sénégal (Matam). Il est rare dans les agglomératioas (je l'intérieur. Emplois. L'action efficace des feuille dans différentes affections de la peau, généralement bien connue en Afrique, semJWe ignorée dans tout le S9DégaL Par voie interne les feuilles sont considérées ~e purgatif drastique danlenmx et on les utilise quelquefois, .mélangées aux raàaes des inflorescences, d~ des préparations buvables antigonococciques et antigrippales. . · Pour traiter les céphalées - dispose autour de la tête un bandeau contenant un mélange de feuilles fralcbts et d'écorces de racines pilées. Le décocté de feuilles est aussi donné en bains et lloissons pour les douleurs articulaires. En définitive C. alata, reconnu comme espice médicinale, est peu réjJandn et peu employé.

veaux pigments anthraquinoniques . la 1,3,8-trihydroxy-2-métbylanthraqÛinone et le 1,5-dihydroxy-8-méthoxy-2-méthyl-anthraquinone-3-0-~D-( + Y-glucopyranoside [T77]. Selon Watt la plante contiendrait de l'acide cyanhydrique (!W2) p. 568). Sèlon Bouquet, feuilles et écorces de l'espèce congolaise donnent des tests positifs pour saponosides et quinones, négatifs pour alcaloides, flavonoides;. tanins, stéroides, terpènes [B210). Pharmacologie. Pour Tolédo, l'activité biologique du C. alata est comparable à celle des Sénés officinaux [T52) et, étant donné la richesse de la drogue en anthraquinones totales, son emploi comme purgatif est parfaitem_ent justifié. • A l'époque où la rhéine était isolée de Cassia reticulata et de C. alata sous le nom d'acide cassique, on lui avait trouvé des propriétés antibiotique$ vis-à-vis du Bacillus mycoides, B. subtilis, Staphyloeoccus aureus, etc. [A75]. La présence d'acide chrysophanique dans les .différents organes est en faveur de son action dans les dermatoses. L'action insecticide des rameaux, fruits, écorces de tige a tité recherchée sans succès [H57). Un certain pouvoir anticancéreux vis-à-vis du sarrome 180 a été décelé par Abbott et coll. [A71). Les extraits éthanoliques de fleurs et de feuilles révèlent un pouvoir antibiotique vis-à-vis des bacilles Gram -'- (N29].

7.- Cassia italica (Mill.) Lam. ex F. W. Andr.
VULGO. -

Séné do Sénégal.
j

italica 1\IHI., Cassia aschrek Forsk., Cassia obovata Collad. VERN. Wol. laidur. leidur; ser. laidur; peul Foula Toro, toue. faladen, faladel, falajin ; peul Fouladou badulo, badula.
SYN. Caractères remarquables. Sous-arbrisseau dépassant rarement 50 cm, vivace par sa souche d'où partent une ou plusieurs tiges. Feuilles glauques, glabres, composées pennées· avec 5·6 paires de folioles obliquement oblongues, obovales, arrondies aux deux extrémités et mucronées au sommet, d'environ 3 sur 1,5 cm. Racèmes axillaires de fleurs jaune pâle. Gousses plates, m.-ales, oblongues, arrondies à chaque extrémité, de 4,5 sur 2 cm, avec une crête ondulée s·élevant irrégulièrement et longitudinalement au milieu de chaque valve. Habitat. II se rencontre dans toute la région sahélienne, hors des sols inondables. Il n'est pas très abondant, mais vit souvent en petits peuplements là où il existe. Emplois. Il est d'abord curieux de noter à propos de cette espèce dont les folioles et gousses ont figuré dans différentes pharmacopées .sous le nom de Cassia obooata, que l'usage médicinal des gousses, improprement appelées follicules de séné, ne nous a été signalé qu'une fois par un guérisseur wolof comme remède stimulant. Par contre les folioles sont très employées et les racines rarement. L'usage eri est limité, bien entendu, à son aire de dispersion et les prescriptions sont le fait des Wolof, Peul et Toucouleur des régions sahélienne;,_ Les feuilles (et à défaut les racines ou les écorces quand, pendant la saison sèche, l'arbrisseau est défeuillé), sont couramment utilisées comme purgatif proprement dit et purgatif de dérivation d'où découlent les principales indications : constipations, helminthiases, affections hépato-biliaires, maladies vénériennes. Dans les deux derniers cas les associations médicamenteuses sont nombreuses avec comme espèces

~ Se#na

t

l

Chimie.

Toutes les parties végétatiTes de C. alata contiennent des quantités importantes d'acide chrysophanique, ·en IJQrticulier les fruits dans lesquels :Maurin en a trouvé 2,2 p. 100 exprimés en oxymithylanthraquinones, chiffre dépassant la teneur des folioles de séné et la pulpe~ casse [M81) . .Hauptmann et Lacerda 1\"azario [H46) ont isolé des feuilles des anthraquinones réduites donnant par oxydation de la rhéine, du glucose et du rhamnose. Ils avaient également mis en évidence wn acide jaune bibasique de fonnule C,.H 8 0 , identique 1 il une substance isolée à l'état cristallisé du Cassia relicu/ata par Auchel et qui n'est autre d'ailleurs que l'acide c:tssique ou rhéine, c'est-à-dire l'acide dihydroanthra~inone carboxylique [A75].Tsukida a décelé dans les r~uilles de l'aloé-émodine antbrone libre, de la rhéine ibre et son glucoside, de la.rlll<tioc- anthrone et son glucoside (T51 ). De même Anton ~t Duquénois signalent la pré!ence de rhéine et de son glucoside, de l'aloé-émodol ~t de l'un de ses hétérosides aiinsi que des traces de chrysopbanol libre. Ces derniers mtetirs ont en outre décek <du kaempférol libre et probablement une tlavanone A77, A78). . ,. Dans les feuilles et les fleUN. la recherche des saponosides (pouvoir hémolytique) tlcaloides et tanins s'est révtllcte négative [W6]. -Dans les graines Tiwari et ~ou. ont mis en évidence chrysophanol [T78) et anaysé les lipides [S 194). Par la suite Tiwari c-t Yad{wa ont isolé des racines, outre li sistostérol, deux nou-

• Deux étÙdes pharrnaoognosiq-œs détaillées ont été faites sur C. lllilahl par Ramiro A. Finol n 1947 [R78) ainsi que.par ThartiBo et Neubern de Toledo en 19.W fT52).

~~-._,.,...,

......-

.-.,~·::!:,t~~

.•. ·-·

'"-~-:..::~·

/·"""-'

~ ~•

. .,.-

r , ."i. • •.. ~-~~'t·-~··~_.}f!

":•-tv
267

...

(
266

PHARMACOP8E S8N8GALAISE TRA_ LTIONNELLE

(
PLANTES M8DICINALES ET TOXIQUES et les gousses 001t une activité analogue, qui se manifeste par voie orale on rectale. L'action s'exer~':lllt au niveau du côlon, le~. administré par voie buçcale, n'agit qu'après 10 à•12 h, alors qu'il est rapidement efficace en lavement. . « i..e mécanisme d'action n'est pas parfaitement œnnu. An niveau du gros· intestin, les préparations de Séné diminuent la résorption de l'eau, augmentent la motilité et par suite le débit intestinal. On admet que, Jersqu'ils sont absorbés par la bouche, les princi~ actifs glucosidiques du Sén~ soat en partie absorbés au niveau de l'intestin grêle, passent dans le sang où Ds seraient transformés puis· transférés dans le gros. intfltin. Les génines à l'état naissant seraient plus actives (Fairbairn), peut-être . y amait-il combinaison avec les protéines de la muqueuse intestinale (Valette et Hu:reau). · . • Les sennosides A et B sont très actifs, mais ne présentent pas toute l'activ.ité des drogues. notamment des folioles. Les glucoside\ primaiies seraient plus actifs parce que plus solubles dans l'eau, l'aloé-émodol-glucoside potentialiserait l'action des senilosides Wairbalrn) (F63). «La drogue totale est donc très active, mais irritante à l'état frais pour la vessie et l,.utérns. On remploie donc séchée, parfois lavée à l'alcool. · « Le Séné produit par milliers de tonnes est le laxatif et purgatif végétal le plus utilisé. En Frlll!lCe, on en consomme 400 à 500 t annuellement, représentées surtout par des folioles•. · · • Il est admillistré sous forme d'infusé (5 l 20 g{l), de poudre (0,50-5 g) et rentre dans de nOIDbl"ftiSes tisanes et préparations spécialisées administrées le soir au coucher. Le lavemmt purgatif officinal est un infliSé préparé avec 15 g de folioles pour 500 g d'eau. et additionné de 15 g de sulfate de sodium. « Le Séné remtre également dans la prt!paration du sirop d' lpécacuanha composé (ou de Desessartz) et de la poudre de Réglisse composée (Pharmacopée française, 1949). . « La poudre t1e gousses est généralement ~vée de graines qui seraient irritantes. On recommant:k aussi le lavage préalable dfi, gousses et des folioles à l'àlcool pour . éviter les ooliques. . « Enfin, gou~ et folioles servent à l'exfrad.ion des sennosides A et B, administrés comme laxatif à la dose de 0,01 à O,M'g (P29]. t
Bibliographie complémentaire à consulter pour l'action antibiotique.

prédominantes Tamarinier, MayteRU8 senegalensis, C(l$$ia sieberiana et Securinega uirosa. Son e~ploi comme abortif nous est revenu de plusieurs sources.
Chimie•.

Les travaux récents aussi bien de Hifny Saber et coll. pour l'espèce égyptienne (H76], que ceux de Anton et Duquénois pour l'espèce ouest-africaine [A 77, A 78] ont montré l'étroite analogie qualitative dans la constitution chimique des folioles et des gousses des trois sortes de Sénés médicinaux : C. italica, C. angusti(olia, C. acuti(olia••. · Selon Paris les folioles de Sénés renferment 8 a 10 p. 100 .d'eau, une quantité importante de matières minérales (10-12 p. 100), du mucilage. un polyol : le pinitol, des pigments flavoniques (kaempférol,. isorhamnétol), de la rt!sine. Les gousses sont moins riches en matières minérales (4-6 p. 100) ((P29] 2, p. 361). Les principes actifs sont des .dérivés anthracéniques (anthraquinones libres et anthracénosides). Maurin a dosé dans les folioles de C. Ualica 1,10 p. 100 et dans les gousses 1,20 p. 100 d'oxyméthylanthraquinones. Ces teneurs sont légèrement plus faibles que celles de C. angusti(olia (respectivement 1,30 et 1,35 p. 100) et de C. acuti(olia (1,55 et 1,60 p. 100). Il s'agit là des espèces sauvages. Dans les espèces cultivées Maurin a trouvé des teneurs peu différentes, respectivement 1,15 et 1,10 pour C. italica; 1 et 1,35 pour C. angusti(olia; 1,60 et 1,40 pour C. acuti(olia (M81]. Les anthraquinones. libres existent en faible quantité. Elles sont surtout reprt!sentées par de la rhéine ou déhydroxy 1-8 carboxy-3 anthraquinone, accompagnée par un peu de chrysophanol et d'aloé-émodol (P29]. Les anthracénosides sont représentés principalement par les sennosides A et B qui constituent la majeure partie des hétérosides des gousses, mais un peu moins de la moiti~ de celle des folioles. Ces substances isol&s par Stoll en 1949 sont des dirhéinean~rones isomères donnant à l'hydrolyse 2 molécules de glucose et comme / génois les ,Mnnidines (ou sennidols) A et .B. . ./ Dans les échantillons de feuilles provenant du Soudan, Çubukçu a dosé 7 p. 100 d'eau et 11,3 p . .100 de cendres. La recherche des dérivés anthracéniques et flavo'niques a été positive ainsi que celle des tanins, Ies.tanins catéchiques étant en petite quantité. La recherche des anthocyanes a été négative. L'auteur y a aussi dosé les dérivés anthracéniques libres (0,03 p. 100) et les dérivés acides combinés (1,1 p. 100) [C82). Lemil et Cuveele ont isolé des feuilles par chromatographie deux nouveaux sennostdes dénommés C et D qui sont également deux glucosides isomères, dont le génol, la sennidine C, est une hétérodianthrone de rhéine et d'aloé-émodol (L65). Des glucosides primaires ont été séparés des gousses par Fairbairr et coll. Ce sont les glucosennosides A et B, plus solubles dans l'eau pure que les sennosides correspondants (F63, F64). · D'autres substances ont encore été caractérisées dans les gousses: rhéine 8-monoglucoside, rhéine 8-diglucoside et rhéine-anthrone 8-glucoside ; dans les feuilles aloé-émodol-glucoside (P29).
Pharmacolo~e.

t

Osborn et Harper (019) ; pour l'action des glycosides, Fairbairn (F63, F64) et . Valette [V28, \"29).

8.- Cassia

ni~cans

Vahl

VEIL'i.- Wol. gen gélêb (Berhaut), mbêdum; ser. lasgélêb, mbamar, fosed (Berhaul) ; bamb. daia ninkuma (Berhaul) ; peul Foula singiâgel (Pol!<rguin) ; diola dubémbéuéy (Sébiu). Caractères relllarquables. Herbe ligneu;e ou sous-arbrisseau vivace att.eignant 1 m, rarement plus. Feuilles composées pennées; rachis de 7 cm environ, avec 10 à 20 paires de folioles distiques, pubescente$ sur les deux faces, oblongues arrondies aux deux extrémités et apiculées au sommet. d'mviron 20 mm de long sur 5 mm de large. Fleurs jaune~ subsessiles groupées par 4 à 6 en un ou deux petits tacèmes axillaires, avec, dans ce ~rnier cas, une disposition axiale pour l'un et supra axillaire pour l'autre. Gousses dressées, plates, de 3 cm sur 5 mm, arrondies aux deux extrémités, contenant une <dizaine de graines.

Bénigni a consacré au Séné un important article dans lequel la pharmacologie est longuement traitée et auquel on pourra se reporter [B14] pp. 1512-1521, 43 références). Etant donné le caractère classique du Séné, nous empruntons à Paris son exposé sur l'action physiologique et les emplois: • Les propriétés laxatives et purgatives du Séné semblent avoir été découvertes par les Arabes au Ix• siècle et connues en Europe par leur intermédiaire. Les folioles
• Sous le nom de C. obovala, le C. ilalica a donné lieu à de nombreuses études botaniques, les plus ncentes étant celles de Hi!ny Saber et coll. [H77) sur les feuilles, les tiges et les fruits de l'espèce égyptienne. • • Ces trois Sénés étaient inscrits au Codex français de 1949 sous les noms de Séné d'Alep ou de Syrie ou du Sénégal (C. i>bovata = C. ilalica), Séné de l'Inde ou de Tinevelly (C. anguslifolia Vahl), Séné de Khartoum ou d'Alexandrie (C. aculi(olia Del.). Le Séné du Sénégal a été écarté de la pharmacopée française en 1965.

• Pelt signale ·<[Ile l'Industrie de fabrication des produits galéniques a consommé en France 39 385 kg en 1961• et 47.604 kg en 1963 de feuilles de Séné ainsi que 7 550 kg en 1960 et 7 913 kg en 1963 de gousoes [P19).

-·~··"f:l,

.... .,.._.~
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
269

...

8

tbitat.

~arti dans des stations variées : sable5 fins, sols ferrugineux, sols • bèiges •, etc.

Il existe dans tout le Sénégal, sauf dans la région guinéenne. Il est irrégulièrement

nplois. Ce Cassia est surtout employé par les "'olof, les feuilles en décocté comme chique, fébrifuge, sudoriflque, les racines comme vermifuge.
'!

limie et pharmacologie.

,.Il

Cette espèce n'a guère retenÙ l'attention des chen.-heurs si ce n'est celle de Duquéois qui a dosé les principes anthracéniques des tiges, feuilles et fruits. Ces trois rtes d'organes contiennent quatre mois après la récolte 0,10 à 0,68 p. 100 d'anraquinones et 0,35 à 0,75 p. 100 d'osides anthraquinoniques [D75]. Au cours de travaux réalisés en 1968 Duquénois a confirmé que C. nigrican.s ossédait des dérivés non rhéiniques : émodol, émodol-anthrone ainsi qu'une leucotthocyane assez abondante et que ces dérivés se retrouvaient encore dans les écban.lons de feuilles conservés depuis plusieurs années IA78, D82). En conclusion l'auteur estime qu'on peut préjuger des propriétés laxatives meillires des folioles 1'écentes, ou la proportion de formes anthracéniques réduites peut re supérieure et qu'on peut aussi rapporter aux leucocanthocyanes quelques ttres propriétés curatives (A78] .

. - q&ssia occldent:alis L.
7 /

'vuLGO.- Herbe

/ VERN. Wol. mbêtamaré; bêtamaré, xob bu adana ( = feuilles du paradis), bâté, bâta; $t!l'. bénéféne, bêtaféné; falor nani (Sébire); bamb. mbala mbala fin ; mand., soci kasalo, kasiùa ; bamb. aia nao, turiferé (d'après Dauiel); sar. makakasé; peul tasbati, câbali (Aubréuille); peul, toue. adana, aldana ; diola Fogny kaputa bana (kaputa = puant) ; diola Efok akâdé eyofum ; bain. dakémal ; créole fédégosa ; bal. kasala.

p~te, café nègre, Faux Jdnkéltba.

aractères remarquables.

Herbe ou sous-arbrisseau ·dressé, annuel ou ~ivace, d'un mètre de haut en moyenne, \néralement pubescent, à parfum peu agréable lorsqu'on froisse les feuilles; tiges

~rtes.

Feuüles composées généralement imparipennées avec 5 à 8 paires de folioles iales, acuminées au sommet, de 4,5 sur 2,5 cm, la paire terminale plus grande que s autres. Glandes vers la base du pétiole. Courtes grappes de fleurs jaunes, axillaires ou terminales. Gousses étroites, apiaes, légèrement arquées ou droites. de 14 cm sur 8 mm contenant 10 à 25 graines.
abitat.
~illages

FIG. 16.- Ct!ssia occidenla/is L. - 1. Fleur. -2. Appareil reproducteur. - 3. Graines (D'après IFA)-1).

Il existe dans tout le Sénégal, surtout autour des ans les cultures.
mplois.

et accompagne l'homme

C. occidentalis est une espèce très estimée par le populaire, les matrones acoouet les guérisseurs. Les graines sont généralement récoltées comme succédané de café. On consomme lors le décocté de graines grillées en guise de boisson réconfortante. Les feuilles mt très employées en boisson comme fébrüuge, diurétique, sudorifique, antiasitique sous forme de macéré, de décocté, mais aussi, malgré leur odeur particulièrelent désagréable quand elles sont froissées, en aromathérapie, le malade étant lo~ couché sur un lit de feuilles fraîchement coupées.

~euses

Les feuilles, particulièrement recommandées aux femmes enceintes, sont encore vendues sur les marchés et on peut dire que toutes les matrones accoucheuses wolof et sérer en font usage au moment de l'accouchement comme ocytocique, si cela est jugé nécessaire, et dans tous les cas, au moment des relevailles pour des ablutions purificatrices et propitiatoires. V Dans la région du Cayor on prone pour la stérilité féminine le traitement médico. magique suivant de type gemmothérapique : prélever les racines de C. occidentalis ; les débarasser de l'écorce par raclage au couteau jusqu'à l'endoderme en respectant 1~ faisceaux libéro-ligneux et réaliser un macéré aqueux. Le traitement n'a d'effet que s'il est pris dans des conditions bien déterminées. Commencé le troisième jour après l'apparition des règles, on le poursuit seulement quatre jours à raison de prises régulières matin, midi et soir. Au matin du septième jour, le féticheur monte dans un Acacia albida repéré d'avance et portant sur certaines branches des petits chaumes

.

270

( PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE
'

,...... ,

u

'

.)+ !.j:~-~fAll-;"

(
/

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

271

-1-

émanant de graines de Graminées transportées par le vent et ayant germé récemment ;\ même les rameaux de l'arbre. Les brindilles ainsi récoltées servent à la confection d'une ceinture qui sera renouvelée de temps en ·temps par le thérapeut~ et que la femme en traitement doit porter autour des reins jusqu'à l'accouchement. Les indications les plus nombreuses et les plus explicites émanent des guérisseurs qui reconnaissent à C. occidenldlis une gamme plus étendue eJlcore de propriétés ave<: des· modes de . préparations variées purement pharmaceutiques ou médicomagiques.'lOn trouve l'emploi fréquent, .non seulement des feuilles, mais aussi des racines et de la plante entière : en usage interne pour les traitements de la stérilité, et parfois à l'opposé pour des manœuvres anticonceptionnelles, pour les dystocies, l'impuissance, ltis maladies vénériennes, les helmintniases, les hépatites, le paludisme ; en usage externe pour les rhumatismes, les paralysies, les brftlures, les maladifs oculaires, etc. Pour les paralysies et les rhumatismès on pratique quelquefois une aromathérapie externe par onction avec un onguent • d'enfleurage • constitué par des feuilles pistées au mortier avec une matière grasse comme le beurre de karité. Les Peul font remarquer que C. occidentalis n'est pas· consommé par le bétail et de ce fait le considèrent comme dangereux. Cbbnie.

FEUILLKS.

Dans les feuilles, selon les auteurs, et sans doute selon les échantillons à leur disposition, on signale la présence de 0,45 p. 100 [N1), ou 0,8 à 2,7 p. 100 [A80) de dérivés anthracéniques, ou des traces (A78], ou pas du tout [C82). Nogueira Prista et roll ont décelé acide chrysopharuque, émodine et le composé déjà signalé dans les graines présentant les caractéristiques de la 1-8-dihydroxy-anthraquinone (N1J. · Par ailleurs Anton et Duquénois ont trouvé que les feuilles renfermaient en abondance un mélange de C-flavonosides de l'apigénine, parmi lesquels la vitexine et un 7-bétéroside de celle-ci [A78, A63J. _ De }"extrait de feuilles Gaind et coll. ont isolé une huile volatile qui par chromatographie révèle la présence de 10 composants (G25]. L'acide y aminobutyrique a été mis en évidence dan!!' les extraits de tiges et feuilles (D9).
30 RACINES.

to

GRAINES.

Des travaux anciens réalisés en France au cours de la deuxième moitir du XIX• si.ècle par Clouet d'abord, puis par Heckel et Schlagdenhauflen, relatent la composition de la graine en cendres, tanins, matières grasses, glucides, fractions solubles dans divers solvants, etc. Clouet avait trouvé en outre 0,92 p. 100 d'acide cbrysophanique et 13,58 p. 100 d'une substance appelée achrosine parce que malgré sa coloration rouge, elle ne pouvait se fix~ sur aucune étoffe quel que soit le mordant employé. Heckel et Schlagdenhauffen 11ttribuaient à cette substa11èe, abstraction faite des sels minéraux qu'elle renfermait (plus de 3 p. 100), la formule C 11H 110 8 • Crs différentes recherches semblaient montrer en outre qu'il n'existait dans la graine ni alcaloïde, ni hétéroside, ni matière amère [H8, D3, D76). Par la suite Valeri, puis Earle obtiennent des tests positifs pour la présence d"al<"aloïdes {V3, E22), tandis qu'en 1971 Kim et coll. isolent la N-méthyl-morphoüne, identifiée par comparaison avec un échantillon d'alcaloïde synthétique [K106). Dans l'étàt actuel de nos collllaiss.ances on peut considérer que la graine contient: Toxalbumine (M90). Un alcaloïde, la N-méthyl-morpholine [K106]. Acide chrysophanique {F32, N1, B133, B134, S179). Emodine [Ni, 5179). · - Rhéine [N1, S179). - Composé présentant les caractéristiques de la 1-8-dihydroxyanthraquin.one {N1). - Physcion (ou rhéochrysidine) [K67) qui existerait sous les trois formes dianthrone, anthronique et anthraquinonique {A78, A63). La teneur totale en dérivés imthraquinoniques varie en fonction du secteur géographique. C'est ainsi que Nogueira Prista et coll. en ont trouvé pour les graines 4' Angola, de San Tomé et de Guinée, respectivement 0,58; 0,68 et 0,98 p. 100 {NI. A9). Les graines analysées par Earle contiennent en p. 100: eau 1,6, cendres 4,4. protéines 22,5, huile 3,4· {E22]. Celles qui ont été analysées par Farooq contiennent 2,8 p. 100 d'huile, la composition des acides gras étantp.100: palmitique 19,7.1ignocérique 4,3, oléique 31,6, linoléique 38,1, linolénique 6,3 {F32). Elles contiennent aussi 36 p. 10(J de mucilage. Gaind et coll. ont isolé des extraits de graines une huile volatile qui par chromatographie en couche mince montre la présence de six composants actifs [G25]. La teneur en matières azotées est de l'ordre de 15 à 17 p. 100 [D76] et les principaux amiil.o-acides sont représentés par : acide glutamique 17,7 p. 100, acide aspartique 10.1,. arginine 7,3, leucine 6,3; sérine 5,5, proline 4,7 [B9). Des tests négatifs sont signalés par Earle pour l'amidon et le tanin [E22] ; mais d'un autre côté Cubukçu signale la présence de petites quantités de tanins cat~ chiques {C82). -

Dans les racines Morin a dosé 0,30 p. 100 de dérivés anthracéniques [M81J, Nogueira Prista 0,54 [Nl), Abiusso 5,67 [.\80) tandis que Correia Alves a obtenu 1,9 p. 100 de composés anthraquinoniques libres et 4,5 p. 100 de combinés (C56]. Ont été mis en évidence, hormis des constituants non identifiés, de nombreux hétérosides d'homo et d'hétéro anthrones [.\78) et selon les auteurs: - Acide chrysophanique [J;I11]; Chrysophanollibre et sous forme hétérosidique [T51, T52) ; Physcion libre et combiné [T51, T52r; Emodine, 1-8-dihydroxyanthraquinone (:-;1, C56) ; J- Rhéine [Nl); t~ "' hydroxyanthraquinone [C56). -

;

t'

1

· Ainsi que la quercétine et un pliytostérol (sans doute le y sistostérol) (C56). Gaind et coll. ont aussi isolé des extraits de racine une huile essentielle qui révèle par chromatographie la présence de 9 composants [G25). En soumettant à l'hydrolyse acide des extraits benzéniques et éthanoliques de racines, Gànde et coll. ont trouvé. en 1970 outre l'émodine, le physcion et le chrysophanol : Deux composés cristallisés incolores de PF 58-59° et 66-67• ; "'• si..o;;tostérol ; Deux pigments cristallisés non identifiés de PF 214-216° et 243-245o; - Un pigment cristallisé de PF 227-229° qui est une nouvelle xanthone dénommée eassiolline identifiée comme étant la 1.7-dihydroxy-5-méthoxycarbonyl-3méthyl:xanthone de formule brute C 11 Hu00 {G123)*. 4°
AUTRES ORGANES.

1

iiJt
•·

Les autres organes renferment également des quantités appréciables ou des traces de dérivés anthracéniques : Les fruits, des traces [D75, A78), 0,25 p. 100 [M81), 3,87 p. 100 [A80]; Les fleurs 0,79 p. 100, sous forme de chrysophanollibre et combiné {T51, T52J ; Les tiges 1,4 à 2 p. lOO [A80) ; Le tronc 1,6 p. 100 lASO).

Pe plus, des flavonosides, comme ceux des feuilles, ont été trouvés dans les fruits (A78), ainsi que des tanins catéchiques en petites quantités dans les fruits [C82) et dan-s les tiges (P85).

Recherches efiecluées en vue action diurétique de la drogue. de mettre en é\idenc<' les principes responsables de l'excellente

•*

PHARMACOPÉE SÉNÉG~ISE TRADITIONN~~•-- ~·· ·• ;~
'lnaCOlogie.
GRAINES.

l" ··-~~ ~::~S:D:IN::T~X:~:_, ~ -273~ O·~ ..~·.
0

Il·
! ~

toxicité des graines a donné lieu à un assez grand nombre de travaux depuis but du siècle, car auparavant elle n'avait pas été signalée. 1 France, Henry, Bourette, Moussu, Brocq-Rou~"Seau et Bruère ont montré xicité des graines sur les animaux : cheval, sourh. rat, cobaye. En 1913-1914 la région parisienne, des accidents ont été provoqués chez les chevaux par la >mmation de graines mêlées à .l'avoine, et Mousm a provoqué la mort d'un al de 380 kg en diX jours par l'absorption quotidienne (en. mélange avec la n d'avoine) de 250 g de graines [B134, M90, B133]. att relate également des cas· d'intoxication constatés en Afrique du Sud mais ole considérer, à l'analyse des études faites à ce sujrl, que les troubles me~tion­ >araissent plutôt dus à des désordres digestüs [W2n. !S phénomènes toxiques sont pourtant observés d'tlll!le façon indéniable et aUripar Moussu à la toxalbumine qu'il a isolée sous forme-d'un produit à consise pâteuse présentant les caractéristiques des matières albuminoïdes. Cette subse diluée, injectée sous la peau d'un chien de 18kgà la ·dose de 0,50 g peut provoen 48 h la mort de l'animal qui présente à l'autopsie des lésions tout à fait Jarables à celles constatées lors de l'injection sous-<utanée d'abrine*. Il en va tême chez le cobaye. tte toxalbumine peut être entièrement ou partidlement détoxiquée par la mr et le formol** ; elle est antigénique et elle peut immuniser les chiens lorsqu'on ninistre à ces animaux par injections sous-cutan~ répétées [M90). 'pendant Valeri et Gimeno, en 1953, en injectant les doses d'extrait correspondant t 8 g de graines. par kg de. poids d'animal dans le péritoine du lapin et du cobaye / servent! pas d'effets toxiques {V3). , J ais pa( la suite (1965~1966) Dollahite et Henson mettent en évidence des subs./ es myotoxiques [D77) et réalisent l'intoxication expérimentale chez les vaches tjoubnt à leur alimentation habituelle (haricots >ecs et feuilles vertes), de~ tes et tiges de C. occidenlalis. Des dégén.ératiims musculaires apparaissent chez les animaux soumis à ce régime avec des variations dans la sévérité de l'atteinte tez certains d'entre eux on note des hépatites de lé~re toxicité [H78). e leur côté, en 1967, Mercer et coll.. réalisent l'into:Dcation expérimentaie chez eau. lls notent des signes de diarrhée .modérée, ptJis de la léthargie, une altém de la démarche, des urines foncées avec hémoglobinurie et une myoglobinurie ctérisant une myodégénérescence intense ; enfin, préredant de peu la mort, une ation des créatines phosph~inase et déshydrogéiUI!it isocitrique sériqu~ [M91). es graines ont été étudiées éu siècle dernier du point de vue thérapeutique par oux de Savigne, Dubonne, Clouet, Féris qui avaient constaté· chez elles des >riétés antipériodiques assez prononcées pour suppléfT parfois la quinine quand _ci avait échoué. Elles se donnent en infusion ou en macération à la dose de 10 g pour 500 d'eau à prendre deux ou trois fois par jour (in [D3]). acthité bactériostatique des graines qui jusqu'à présent était douteuse et 1e non reconnue [GlOO], a été mise en évidence par Gaind et coll. avec des aits et avec l'huile volatile signalée précédemment à la partie chimique. Les mrs donnent un tableau des zones d'inhibition en mm obtenues par la méthode atley contre les bactéries Staphylococcus aureus, Bacillru subtilis, B. prolt;u.s, on cholérique et contre les champignons Aspergillu.~ niger, A. flavus, Penzcrlchru.•ogenum. Les résultats obtenus permettent d·avancer que l'action antiérienne des extraits alcoolique, benzénique, et pétro!léique est due à la présence ette huile volatile (G25). nton et Duquénois ont souligné l'Importance pharmacodynamique des dérivés hrones et anthrones du physclon qui ont été mis en évidence dans les nes (.\78).

f
r

ji
~
1.

2° AUTRES ORGANES. Quelques alilteurs rapportent que les folioles (et aussi les graines) ont été employées . en décoction c•mtre la fièvre bilieuse hématurilque et la fièvre jaune, particulièrement à Madagascar et à la Réunion. Dujardin-Beaumetz cite l'emploi au Brésil de la racine comme toniqme et diurétique en infusion : 4 g d'écorce dans 180 g d'eau pour une dose en vingt-quatre heures. Duquénois -signale l'action légèrement purgative des feuilles [D75) et souligne que les tlavonoidet présents doivent participer à leur action diurétique [A78). Des extraib de tiges feuillées se sont révélés non toxiques pour les souris par voie intrapéritonéme. L'intestin isolé de cobaye est stimulé par l'extrait aqueux à la dose de 0,1 mg et p:ar l'extrait alcoolique à la dose de 0,5 mg; l'utérus de rate est stimulé à la dose de 0.1 mg par les extraits aqueux et alcoolique ; le cœur de lapin est excité par les extraitts aqueux et alcoolique à la dose de 0,01 mg ; de~·doses inférieures à 0,1 mg provoq:uent l'hypotension chez le chien [F6]•. Cette dernière action est peutêtre en rapport avec l'acide y aminobutyrique présent dans la drogue. · Abbott et coll. ont montré l'action anticlUIICéreuse des extraits aqueux de feuilles et de tiges sur le sarcome 180. Ils notent avee les tumeurs transplantàbles une diminution des tumeurs allant de 100 (pris comme unité de contrôle) à 58 chez les animaux traités [A71]. . Par contre différents tests d'activité bioklgique (y compris activités antivirale et anticancéNuse) effectués par Dhar et roll. sur les extraits de la plante entière indienne ont Hé négatifs [D86]. L'action iniecticide testée sur extraits de feuilles n'a pas donné de résultats significatifs [H57fi.

10.- Cassia podocarpa Gull. et Perr.
/

Wol. lumolum (Sébire) j~ainai; peul Foula yélôk (Aubréville) ; pèul Fouladou bend.ân kafaa ; diola Fogny funâtl, bunân, -bunâtl gabo ; diola Séléki, floup buhâtl, bunâtl;
VERN.-

Caractères remarquables.
Arbuste de 2 à 3 rn, dressé, glabre. Feuilles composées pennées ou imparipennées ; rachis de 20 rm avec 4-5 paires de folioles elliptiques, arrondies à chaque extrémité, de 9 sur 5 cm.. minces, grasses au toucher, vert pâle. · Grappes terminales dressées de fleurs jaunes. Gousses indéhiscentes vertes puis noirâtres à maturité, plates, de 10 sur 1,5 cm, très profondément ondulées transversalement i chaque graine.

Habitat.
Il existe surtout en Casamance maritime dans les sols humides ; il est moins commun dan~ les galeries soudaniennes. Il 1"-Xiste encore à proximité des niay aux environs de iDakar .

Emplois. Cette esphce, à laquelle on reconnalt les mêmes propriétés qu'à la précédente, n'est pratiqUotment utilisée que par les guérisseurs. L'action diurétique serait plus faible; mais l'action purgative, plus forte, est toujours signalée et fait proscrire C. podocarpa par voie interne chez les jeune$ enfants. · Le décoctt'· de racines additionné de sel est très recommandé comme ocytocique, stomachiqut·. antinsritique, antiœdémateux e:t dans tous les cas de météorisme intestinal. Cette mt\dicution provoque diarrhées ~t diurèse. Les feuilles sont quelquefois employées <·omrne tmrgatif cl entrent dans la composition de remèdes stimulants. C. podocarptl fait partie des espèces non consommées par le bétail.

oxalbumine de Jéquirity (Abrua precatorlus). Cf. pp. 436-~:>7. D'ou l'inocuité defi préparations caféiformes, après torréfac~ion de la graine.

• Le• cxtran• utilisés dans ces exp.

''"''' '-'~ on1ent poids pour p.oids aux organes frais.

274
i

PHA~MACOPÉE SÉNÉGALAISE

TC.DI'fiONNELLE

Chimie. Paris et Chartier ont étudié en 1948 les feuiJies de l'espèce sénégalaise des environs. de Rufisque et y ont caractérisé des dérivés anthraquinoniques. dont la teneur évaluée en émodol est d'environ 0,20 p. 100, soit 5 à 6 fois inférieure à celle du ~né. Les auteurs ont en outre noté que les feuilles contenaient des anthranols, car, après oxydation à l'eau oxygénée, on obtient des résultats plus élevés (0,35 p.lOO). Ils ont également trouvé dans les fruits une teneur analogue [P49J. · De même Duquénois, dans des échantillons de Dakar, a trouvé pour les folioles et les gousses d'assez fortes proportions de glucosides anthraquinoniques, à côté d'anthraquinones libres et de plus faibles quantités de dérivés réduits (anthranols, anthranones). Le même auteur a repris plus récemment l'étùde d'échantillons anciens originaires de Guinée dans lesquels tous les dérivés anUJ.racéniques des folioles et des gousses sont rhéiniques : rhéine, rhéine-gluooside, rhéine-anthrone-glucoside, sennosides A et B. Dans ces échantillons la teneur des folioles en sennoside B est supérieure à celle du A, tandis que le sennoside A prédomine dans les gousses [A78, D82J. Pharmacologie. La drogue sèche est peu toxique par voie buccale chez le lapin ; elle est bien tolém à la dose de 5 gfkg. Chez la souris la dose maxima tolérée par voie sous-cutanée est de 1,50 gfkg et la DL50 est proche de 2,50 g/kg. L'action purgative chez l'homme a été vérifiée à la dose de 10 à 20 g en infusion [P49J. Duquénois fait remarquer que l'image chromatographiqu~ du C. podocatpa _est presque identique à la partie du chromatogramme physiologiquement active du C. anguslifolia. De ce fait on peut préjuger de la bonne activité purgative de ce Cassia puisqu'il contient, entre autr~ubstances, les sennosides A et B, principes majeurs de l'action pharmacologique ~v82). · ., .f

PLAli.'TES MÉDICINALES ET TOXIQUES

275

part les feuilles, tiges et racines ont donné des tests positifs concernant la présence d'acide cyanhydrique ({W2 p. 573). Dans le bois Iwaka a découvert de la chrysarobine (Kl) et de Willdeman de la chrysophanhydroanthrone différente de·la chrysarobi~ f\V2). ll a étt décelé ces dernières années dans l'espèce indimne des pigments bis-anthraquinones: Dutta et coll., en 1964, isolent des écorœs de .racine la cassiamine C,.H 110 1 dérivé doublé en 2-2' avec OH en 6 [D92). Chatterjee rt coll., en 1964-1965, isolent des écorces de tronc cassiamine C10 H 180 0 dérivé doublé en 4-4.' avec OH en 6, siaméanine c ..H 180 8 doublé en 4-4' [C91, C143). Patil et colL en 1970, isolent des.écorces de tronc et de racine les cassiamines A (ex cassiamine de Dutta, formée d'une molécule de.chrysophanol et d'une molécule d'éniodine), B de, formule C30 H 18 0 10 (deux molécules d'émodinè) etC de formule C30H 18 0 1 (dimère du chrysophanol) [P170]•. Arthur signale la présence d'alcaloïdes dans l'espèce de Bornéo [A13). De la graine ont été isolés en 1956 par Chakraverti du y sistostérol avec un rendement de 0,07 p. 100 (C83, C8!i) et en 1966 par Chatte.jee de la lupénone [C27). En 1971, aux Indes; Arora et coll. ont isolé une nom"dle chromone dont la structure a été étudiée (A109J. Pharmacolog.ie. L'extrait aqueux des feuilles possède des propriétés antitumorales. On constate pour Je sarcome 180 une réduction de la tumeur passant de 100 pris comme unité à 63 cbez !•animal traité [A71]. · La cbrysapbanhydroanthrone du bois serait irritante pour la peau [W2).

12.- Cassia sieberiana DC.

v'uLGO. -

11. - Cassia siamea Lam.
SvN.- Cassia florida Vahl

VERN.-

Caractères' remarquables.
Arbre originaire de la Malaisie, des Indes orientales et de la Thaïlande, ne ~pas­ sant pas 10 à 12 m au Sénégal. Feuilles glabres, alternes, paripennées avec. 8 à 13 paires de folioles opposées. ovales-oblongues, arrondies aux deux extrémités, parfois émarginées au sommet, m moyenne de 6 sur 2 cm et disposées sur un rachis de 20 cm de longueur. Grappes dréssées terminales abondamment couvertes de fleurs jaune vif. Calice glabre jaune· verdâtre; 5 pétales de formes presque identiques; 10 étamines très inégales et de formes diverses. Longues gousses plates, ondulées, brunâtres à maturité, longues de 20 t"m rl larges de 15 mm, renfermant une quinzaine de graines brunes, brillantes, aplaties et ondulées.
Habitat.
Il est planté dans la plupart des principales ,.illes du Sénégal et parfois le long des routes et avenues•. Il a fait l'objet de plantations forestières mais il est maint.-nana délaissé au profit d'essences plus rustiques.

.

Cassia kolschyana Oliv. f· Wol., mal., rmmd., socé, bamb. sin.dà, sindâil, sindêil, sèdêil, sinda, sâdêil ; ser. séélum, sélum ; noM sélé (Sébire) ; peul, toue. sidé, sidè, sindâ, sinanay, sinanavi, 1\inénawi, 1\iliâgawi ; peul Fouladou du Bademba bosé ; diola Pogny kaséit;. kasl't, buséit ; diola E{ok buséit ébu ; diola Diatok buséit ; fl.aup busayet ; bain. sidâ ; bal., mank. dzoàdzé ; mank., mand. butam, biitab ; bas. akéjékéjé ; land. ganaté bembo, madâga ; kon. késé késé ; bal. faôté.

~YN. -

Sindian.

/
7

~

Caractères remarquables.

Petit arbre de 8 à 10 rn et souvent moins, à ftlt court, contourné, fréquemment ramifié près de la base. Ecorce fissurée lamelleuse, fonc-t'oe chez. les vieux sujets. Feuilles composées pennées avec· 6 à 12 paires de folioles oblongues lanœo.Iées, largement acuminées mais obtuses au sommet, à poils apprimés à la face inférieure. Longnes grappes pendantes de fleurs jaunes apparaissant en saison sèche pendant la défeuillaison ou au commencement de celle-ci ; pédicelles pubescents. Longues gousses cylindriques atteignant 60 cm de long sur 10 à 15 mm de diamètre, droites, brun foncé ou noirâtres à maturité, persistant très longtemps sur l'arbre, avec une graine par loge.
Habitat.

Chimie. Selon Watt, C. siamea contient 2 à 9 p. 100 de tanin, les feuilles 7 p. lOO, les fruit. 6 p. 100. l'amande 10 p. 100. Les graines renferment 44,7 p. 100 d'huile fixe. D'autn
• C'est la raison pour laquelle nous le signalons, car en '•armacopée sénégalaise il ne reçni· :··· · à notre oonnaissance, d'applications thérapeutiques.

Très commun dans toutes les savanes boisées ou arbustives soudaniennes jusqu'en lisière de la forêt guinéenne en Casamance. ll est tres rare dans le sud du Sahel où il persiste encore dans les galeries sèches et les sols sablonneux du Cayor. Emplois. Le sindian est un purgatif-diurétique très connu et trè!. estimé dans tout le Sénégal où il est employé comme tel en médecine populaire t'1 plutôt comme purgatif de • Voir aussi l'étud<
iy <t D•.

le cœur (U16].

-~7". --'t, ... -·--·~";-il ~t~:}~·.F·~:'"t; ,_..;..;~
276

.

ri
(

":;~.2-

...;;.,,. ... "... _"""

~r ''-;":~:,~':Çtr,<"',. -~-~-·
!

.-. ·.:~ '""4:i:-..;.;o;·.-~......

,i, ..;;;;: .. -

"'

·.

L:~~~-... -~ ;~;.·-*: ';.
271

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONl'.riLLE

dérivation en médecine de guUisseurs. Pour certairi.s de c:es derniers c'est une véritable panacée et un vieux Balant nous a même déclaré en pr6nant les vertus d'un mellite de sa fabrication à base de C. sieberiana que le • dzoâdz.i avait été le médicament du Prophète, comme la datte sa nourriture •· Les indications priacipales découlent des propriétés purgatives et diurétiques proprement dites ainsi que des conceptions séméiologiques et étiologiques sur les maladies. C. sieberiana est en effet surtout prescrit dans les constipations opiniâtres, anuries, dysuries et aussi dans les cas d'entéralgies, parasitisme intestinal, lèpre, œdèmes~ maladies vénériennes, bilharzioses, impuissance, stérilité, douleurs rénales, courbatures fébriles. Ce sont presque toujours les racines· qui entrent dans les préparations d'où le nom de sâba sindâ, c'est•à·dire racine de sindâ, donné au C. sieberiana quand on parle de l'espèce én tant que drogue .médicinale. De plus, l'amertume des préparations est· généralement masquée par du sucre ou mieux du miel et on a alors affairé à des mellites simples ou composés avec d'autres espèces actives telles que Kinkéliba; Tamarinier, Annone, Burkea a(ricilnil, etc. . Les rameaux feuillés (macérés ou décoctés, .. en bains et boissons) sont plus spécialement réservés à la médecine infantile en qualité de dépuratif, fébrifuge, antianémique et antikwashiorkor. Chimie. 1°
FEUILLES.

Les extraits de fruits mftrs montrent une certaine activité insectîcide (H57). Les extraits aqueux de racines de l'espèce nigériane montrent une certaine activité antibiotique Grain + [M130].

13.- Cassia tora L.
VuLGo. -Casse fétide.
silr.

VERS. ---' ll"ol. ndur ; ser. hut, forhut ; diakanté, sar. val:é, kasé ~ makakas.é ; bamb. zélu (Aubréoille), bani go110 katiga (Bethaut) ;· peul ulo, ulo.ié ; peul Fou/adou dambaduro ; diola Pogny ékâgul ; diola Séléki esnlo ; bain. dakinal. • ·

Caractères relll8.rquables.

Les premiers travaux de Balansard puis de Vignoli et Balansard ·signalaient dans les tissus l'abondance de l'oxalate de_ calcium et de minimes quantités d'acide cyanhydrique ; dans les feuilles la présence de dérivés anthraquinoniques et d'un hétéroside mal défini (V6). Par ailleurs Cubukçu avait noté la présence de dérivés flavoniques et !fe tanins catéchiques condensés : dans les feuilles 4,2 p. 100 de caléchines et 10,8;op. 100 de tanins catéchiques (C82). Les recherches postérieures de Duquén9is. et Anton ont élucidé la constitution des feuilles. ; Les auteurs ont décelé dans les folioles provenant d~ llali : - Des dérivés anthraquinoniques à fonction carboxylique : rhéine et rhéine·8-glucoside, mais ni anthrones, ni dianthrones, ni dérivés non carboxyliques. - Des dérivés flavonoïdes qui sont des O·flavonolosides parmi lesquels se trouvent de notables quantités de quercitrin et d'isoquercitrin. · - Une leucoanthocyane. - Des tanins catéchiques en faible proportion [D58). 2o
RAciNES.

Sous-arbrisseau ou arbrisseau atteignant 3 rn dans les limons fertiles des rives de fa Gambie et de ses affluents, mais plus généralement ne dépassant guère 0,75 rn à 1 m. Feuilles pennées avec 3 paires de folioles obov:ales, mucronées au sommet, d'envi-' ron 2 cm de long sur 1,5 cm de large; rachis et pétiole atteignent 15 cm et présentant une glande à l'insertion de la paire ou des deux paires de folioles inféri~res. Fleurs jaunes axillaires, isolées ou par paires. Gousses filiformes de 20 à 25 cm {).e long sur 4 à ~ mm de diamètre, légèrement comprimées, arquées, avec un bec pointu au sommet. Graines ovoïdes glanduleuses.

i.

1 . ,

Habitat •

/
y

f,

il est très commun dans tout le Sénégal depuis la· valiée du Fleuve jusqu'en Casamance maritinle. D forme parfois des peuplements homogènes à proximité des villages amsi que le long des routes et pistes.
Emplois. Les emplois médicinaux de C. tora ne sont pas très étendus : feuilles comme antidermatosique; racines comme dépuratif et vermifuge, graines grillées comme boisson caféiforme. . . En basse Casamance il nous a été signalé un traitement des conjonctivites par instillation oculaire d'un décocté concentré de feuilles fralches et consommation de graines, autant de graines que d'années d'âge ju~u'à un maximum de vingt. Chimie. 1o
FEUILLES ET PLANTE ENTIÈRE.

L'existence d'oxalate de calcium, de mucilage, de stérols, de tanins, d'anthra· qulnones a été signalée par \ïgnoli et Balans.ard [V6). En 1966 Taylor-Smith en a isolé le 1!-sistostérol [T46). Plus récemment Paris et Etchepare ont étudié les racines de l'espèce ivoirienne sous l'angle des composés polyphénoliques dont la drogue est particulièrement riche : elle contient en effet de petites quantités de dérivés anthracéniques (0,15 p. 100); en dehors de tanins catéchiques condensés (12,6 à 16,5 p. 100), elle renferme iles leucoanthocyanes et notamment du leucopélargonidol, de l'épicatéchol et des llavonols voisins (gallate de l'épicatéchol et traces de gallocatéebol) (P82).

1

E>harmacologie.

Duquénols et Anton estiment que la composition des folioles peut expliquer leur emploi empirique car elles sont légèrement purgatiws par leurs dérivés anthra:éniques et surtout diurétiques par la prédominance de leurs llavonoldcs (D5.8) De mème Paris et Etchepare, pour lu groine, estiml'nt qut• les substances mises en !vldence dans les racines expliquent, tout au moins en partie, les emplois théra)eL' ]P82J. .i ; ui concerne les racim.•s, Anton et Duquénols considl-rt>nt que les stérols. I"S •. ~' nombreux polyphénols catéchique' ajoutent leurs eiTtllK Il ceux ,,,., J.~r des llavonoïdes (A78]

Les feuilles de I't»pèce sénégalaise ont fait l"objet d'une analyse diététique de Toury qui a trou,·é p. 100 g : eau 79,5 g, protéines 5,66 g, lipides 0,12 g, glucides 12,6 g, cellulose 2.36 g, matières minérales 2,10 g. calcium 608 mg, phosphore 95 mg, fer 6 mg, vitamine C 120 mg, thiamine 0,25 mg, riboflavine 0,51 mg, nlacine 1,52 mg, équivalent vitamine A 3 700 mcg [1'3]. Les feuilles d'Afrique de l'Ouest ont été également analysées par Busson avec dosages des oligtH!It'ments et des amino-acides [B9J. Au point de vue des dérivés anthracéniques de l'espèce ouest africaine, Cubilkçu n'en a pn~ trouvé dans les échantillons étudiés (C82), mais Duquénois en a obtenu à partir dr rameaux fructifères [D75). La prést•nce dt- llavonoldes est signalée par difft!'rents auteurs et il semble que parmi ceux-là dominent lt> J.aempférol et H>n diglucoside (C82, A77, A 78). En outre Cubukçu a trouvé des tanin.~ catf~'"'• , ~.->tite qnantité, mais pas de leucoanthocyHncM (CII:.!J.

·-·

'·~ ·'

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE .2°
RACINES*.

(
r'LANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

278

279

Les racines, dans lesquelles Maurin a dosé 0,60 p. 100 d'oxymethylanthr!lqui-

nonfS, se montrent riches en dérivés anthr~inoniques libres et osidiques, particulièrement ceux du physcion et du chrysOîPhanol (M81, A78j. Les auteurs japonais ont également décelé chrysophanollibre d glucosidique, chrysophanol anthrone libre et combiné, émodine libre et combinée ~T50, T51j.

GRAINES.

i

(

Les graines sèches de l'ouest africain contiennent 5,3 p. 100 d'une huile à 4,:3 p. 100 d'msaponifiable. L'huile est constituée par ks glycérides des. acides gras Iimoléique (41 p. 100), palmitique (23,3 p. 100), oléiqtie (22,3 p. 100), s,téariquè, linolénique, arachidique et palmitoléique [B9). Dans l'illlsaponifiable Chakraverti èt c101l. ont trouvé des teneurs importantes en ~ sistostoérol (C83, C85]. Tewari et coll. ont pratiqué le. fractionnel1llent des acides gras de l'huile à contrecourant avec l'urée et ont trouvé: acide oléiqut (39,55 p. 100), linoléique (36,14 p. 100), lignocérique (10,05 p. 100), stéarique (7,56 p. 100) et palmitique (6,70 p. 100:) [Tltj. Les graines ont été également étudiées par Earle. qui à l'occasion de ses analyses a recherché sans résultat positif les tanins, 1~ alcaloïdes et l'amidon [E22j. Elles fournissent avec un rendement d'emiiron 7,65 p. 100 une gomme, la gomme panvar, qui donne un mucilage de pH 7 extrimement visqueux, même à des concentrations très faibles dans le milieu (J18]. Deux substances cristallisées isolées des graines sous les noms de substances tora B et C ont été identifiées aux dérivés de ila xanthone nor-rubrofusarine et rubrofusarine [R44]. Plus récemment (1969) on e1ll a isolé la rubrofusarine 6-fl-gentiobioside (K92j. A partir d'un extrait méthanolique des grames, Yoginder Nath et coll. ont obtenu avec un rendement de 2 p. ·100 un compost de couleur brune, insoluble dans les solvants organiques, soluble dans l'eau, contenant azote, soufre, phospho're, montrant Ja présence d'hydrates de carbone et donnant par hydrolyse sulfurique ,18,2 p. 100 de sucres réducteurs (galactose, mannose et J;ylose) exprimés en gluèose [Y3]. De l'extrait .benzénique on a isolé en 1969 un pign~ent jaune, la torachrysone [S177]. Les dérivés anthracéniques mis en évidemlt' et cités par Cubukçu sont : émodine, chrysophanol libre et glucosidique, chrysoplDanol-anthrone libre et combiné, aloeémodine libre et glucosidique, rhéine libre -tt glucosidique, physcion, obtlilsifoline (C82].
40 AUTRES ORGANES.

Dans la plante entière récoltée à la période de préfloraison Sastry a trouvé des tanins réduisant les sucres, des glycosides, du d-mannitol, du glucose. Les matières minérales (10,5 p. 100 de cendres totales) sont wus forme de sulfates et de phoosphates de calcium, fer, magnésium, sodium et pota1sium (S135j. Les fruits renferment 0,70 p. 100 de dérivés anthracéniques (M81, D75j. Le ,chrysophanol a été mis en évidence dans les fleurs [T50, T51j. Mais les recherches; de ces dérivés ont été négatives pour les tiges [D75!. • Pharmacologie.

\;,'~ 1!'tt
- 8. Androcée et style x 2.- 9. Etamine, 2 faces x 4.- 10. Staminode x 6. - l t.
Fruit réduit aux 2/3. 12. GraiDe. 3 faœs x 2 (D'après Busson). a'ec glande x 4. -

M•de d'insertion de la feuille et des stipules x 2. - 3. Mode d'Insertion des foliol,.
4. Fleur 6puouie gr. nat. 5-6. Sépalell x 2. 7. Pétale x :.!.

F10. 17. -

Cassia lora L. -

1. Rameau Oeurl et fructifère réduit aux 2/3. -

:!.

Les extraits de feuilles de C. lora montren~ un haut pouvoir phago<·ytaire )842]. L'extrait alcoolique révèle des propriétés antibactériennes Gram -r- el antifongiques (019). Le composé isolé par Yoginder N'ath et coll. tes graines (cf. ci-dessus) est do11é d'une bonne activité ocytocique et produit mêmt' à des doses de 2 !lgfml de très fortes contractions sur l'utérus Isolé cie cobaye 1Y:·q. l.a recherche de l'action antitumorale n'a pas donné de résultats significatif$ [A 71), de même que celle du pouvoir insecticide [H:>ï], mais Dhar a reconnu une :activité antivirale à la plante entière [D86j. .Joshi et coll. ont étu<lié avec des résultat; très intéressants les propriétes de la gomme cie graines au point cie vue utilisation> pharmaceutiques. Pour eux, la gomme panwar est le meilleur produit que l'on puis~ utiliser pour réaliser des suspensions
'"1:1. Addendu, p. 801.

',~ji

-~--""

•>

·•'.~-~~~-.

.. -·-

--

:MiRJ,_'l .. w·•e.

..,t

• ~ A• •• ·---~~~~~~,_-.,~--~~-~~-d!!.a

111t~,t

~
............. -

'•

•.

"IIM!'M•r•e:-~

*"'WWi ...

w-~..-ri'~'MSiiw:

~

•--

-

·.*Jtif\l'lllli4aifl4A.!; .. -

280

PHARMACOPÉI;: SÉNÉGALAISE

TRADITIO~r.ELLE

( •'!..ANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

281

avec le calomel, le kaolin lourd et le talc. Ses propriétés la placent dans oe domaine au premier rang, suivi par la gomme guar, la gomme ghatti (Anogeissus) et les gommes d'Acacia. Elle peut être employée pour obtenir des émulsions à consist:mee de crème [J24). Cette gomme peut aussi servir d'agent li.mt pour les enrobages. Les mêœ.es auteurs ont préparé des tablettes de lactose,:bicarbonate de soude et sulfanilamide en utilisant les mucilages de panwar (1 p. 100), amidon (10 p. 100), Acacia (10 p. 100) et guar (1 p. 100). De l'étude comparative faite, il resulte que malgré une légère augmentation de la dureté des tablettes au stockage, le 1emps de désintégrationn'estpratiquement pas affecté [J18]. · Les graines, qui soiti puissamment antibiotiques, jouissent dans diverses régions d'une solide réputation d'activité dans le traitement de différentes maladies de peaù. A ce sujet, Anton .et Duquénois formulmt l'hypothèse qu'auprès des dérivés du chrysophanol, le kaempférol aurait une action antimicrobienne non néglig~eable dans le traitement externe de ces affections dermatologiques [A78).

14.- Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich.) Milne-Redhead
VULGO.

-Poirier du Cayor.

-t'X A. Rich., Cordyla a(ricana Lour. Wol. dim, dimb. dimba. dimbé, dimbu ; ser. nar; niom. inhart ; mal., bamb. duguta, dugura, dura ; mand., socé duguto, duto ; peul, toue. duki ; toue. naiké (Aubréoille) ; d:itola butin (Berhaut) ; diola FOfPlY kupokotin ; bain. kibodé ; tand. dudt'. diwut, giwut ; bas. âgut.

SYN.- Calycandra pinnata Lepr.

VERN. -

Caractères remarquables.

/

Arbre de 12 à 15 rn, à fût cylindrique, droit, à écorce épaisse, brunMre, profondément et régulièrement striée de raies fonnant un quadrillage presque 'parfait. Feuilles imparipennées avec 8 à 10 pa!ilres de folioles opposées ori alternes, vert glauque à la face inférieure; ovales. arrondies aux deux extrémités, de' 5,3 sur 2,5 cm, glabres ou finement pubescentes dessous, .rourtement pétiolées. Rachis et pétiolules · pubescents. Courts racèmes axillaires de fleurs apétales ; sépales verdâtres ; étamines nom~reuses blanches ; ovaire longuement stipité, glabre. Baies sphériques 0<11 ovoïdes, :le 5 cm de diamètre, vertes puis jaunes ~ maturité, contenant 2-3 graines entourées :l'une pulpe gélatineuse.

Iabitat.

n existe dans toutes les forêts sêches et -~avanes boisées soudaniennes. n est parti:ulièrement abondant au sud de la voie Jt!rrée de Dakar à Kidira. Il se raréfie au tord et s'arrête à la forêt guinél"nne.
:mplois. Les-écorces de tronc et de racines du Coriyla sont unanimement considérées comme nthelminthique à effet nettement purgatif. Un seul nom vernaculaire (à quelques exceptions ou variantes près) par dialecte, ne seule indication principale pour un végétal souvent recommandé dans les régions :s plus diverses, font de C. pinnala dans la pharmacopée sénégalaise un cas très rare téritant. d'être signalé. · . ' Il.est donné très souvent seul, mais aus~i en association avec les racines d' Entada, e Vitex cuneata, d' Heeria insignis, ete L1ptadenia. Pour les coliques les Manding prennent tn boisson le décocté de feuillés additionné ~ sel et de piment, traitement également appliqué aux bœufs pour le « yano t, taladie se traduisant chez l'animal par un manque de force et une tendance à rester 1ujours couché. Avec le macéré :le feuille' ies Wol' traû.tent k·; anorexies. On trouve les racines tr les marchés dt. ''otkar c.i. le sor:, , ,•mmand s comme antientéralgique, vermige, fortifiant, cl ., '"' ,, x •. ·!" Gamb'.e considèrent les racines :Siani

fiG. 18. - Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich.) 1\filne-Redhead. - 1. Rameau feuillé, :réalit aux 2/3. - 2. Inflorescence, rfd'uite aux 2/3. - 3. Bouton floral avec bractéoes et •tipule x 2. - 4. Fleur épanouie, gr. nat. - 5. Calice x 2. - 6. Coupe d• la ~'"r x 2. - 7. Anthère x 1 2 - 8. Fruit, réduit aux 2/3. - 9. Coupe d'un fruit, !l"éû'uite aux 2/3 (D'après Busson).

rr-:,~.--~--;--~·.;.....;...-· ~....:..."""=":.••.•::~.~ -~~-~..,-·...,"*!·-:~rro,u::•--·· Il _-~

~--·~--~~4~~.,.,.~~:.;;...~--~- P S-·;_.~:~;-~tr;Î-~,-~~.,.~~r

<,

F

fhtài

,;;Îf

l"f

-~·_;·-

......

!.

!l

j['·;~_QiJÏ~-~--~:~

(
12

(\
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
283

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNhLLE

1mme vermifuge et antibilharzien. D'ailleurs très souvent l'action diurétique e1t gnalée. Les Sérer reCQnnaissent aussi l'action v~ifpg_e_. mais ce végétal a plus· em>œe )Ur eux une valeur magique qu'on retrouve dans. de nombreux traitements médim,agiques, en particulier pour les troubles mentaux. Ils utilisent aussi les éCIOI'Ct!S 1mme ocytocique (en association avec les fruits de Ficus gnaphalocarpa) et cODUlle ltidiarrhéique chez les enfants (en· association avec écorces d' Entada a(rir:ant:). uant aux Niominka, en dehors des affections touchant le ventre, ils traitent les ab<•'s ar des cataplasmes de feuilles pilées. Les Casamançais attribuent à la racine des propriétés aphrodisiaques, aux éoornts ~s propriétés décontracturantes et au mélange raeines-écorces-feuiiles des proprié1<fs ~tientéralgiques; vermifuges et diurétiques. · Les Peul et Toucouleur, dans l'ensemble, reconnaissent. seulement l'action va-nitge. Dans le Sénégal oriental, Peul, Manding, Bassari, Tandanké traitent égalemmt :s troubles digestifs et abdominaux avec les racines, màis ils utilisent aussi la poudre 'écorce fratche en prise nasale comme remède de choix des céphalées, c.oryza~ ~t 1inites. himle.

La resille est quelquefois brillée comme de l'encens lors de cér-émonies magiques eo de traitements médico-magiques.

Clthnle. Pour l'espèce ghanéenne, Tajal a obtenu 2...'> p. 100 de résine et a trouvé da:ns l'huile es:sentielle 7 p. 100 d'aldéhydes [T12). Bevan, Ekong et Okogun ont isolé de l'huile essentielle de l'espèce nigériane, caryophyllène, a-bumulène•, ainsi qu'un muvel acide diterpène l'acide «Jzique et J'eziol. llsont d'autre part décelé.du ~ sistosttrol dans l'extrait éthéro-pétroléique [09].

16.- Daniellia oliveri (RoHe) Hutch. et Dalz.

,

VuLGO. -

Santan (Wolof, bambara. forestier).

Selon Watt ([W2j p. 577) l'arbre exsude une gomme résine et la pulpe du frlllt ()ntient 0,7 p. 100 d'acide ascorbique. · Une importante étude chimique de l'espèce rhodésienne (C. a(ricana) a été réalli<.'e n 1969 par Campbell et coU. Les auteurs ont isolé dans l'aubier et caractérisé ~ur égradation, synthèse et spectres, cinq isofiavonoides qui sont: 1° 2,4',5',6,7 -pm:tatéthoxy isoflavone, ·2o 3',4',6,7 tétramétboxyisoflavone, 3° 3',6,7 trimétho:EY-t·, '-méthylènedioxyisoftavone, 4° 2 ',6, 7-triméthoxy-4 ', 5 '-méthylènedioxyisoflav<•a~. 0 6,7-diméthoxy-3',4'-méthylèned(oxyisoflavone [C134). . Ces différents composés ont été s&nthétisés et réduits en isoflavone qui, par ai~. st coilsidérée comme étant aussi présente dans l'aubier (C134).-

SYN. -Daniella thuri(era A. Chev .. Daniellia thuri(era Benn var. chevalieri .J. Léonard, Paradaniellia oliveri Rolfe. VERN. Wol., mal., bamb., mand., ,1océ sâtâ, sâtâil ; bamb. sanà, sana ; ser. sâbam, sélé.êfl ; peul, toue. té~. téwé ; diola butimfi (Berhlmt); diola Fogny bnbalin, bupalay ; diola 7/endoilk bubalin, butêk ; bal. popdé (Aubréville) ; bain. kibêfl ; mandj.. bibihacar (Aubréville) ; mank. béka (Aubréville) ; bas. âdep. âdap ; tard. gin dep. Caractères remarquables. Arbre de 15 à 20 m, à filt droit, mais SOJ.vent bas-branchu à cime étalée ; écorce gris argenté, se desquamant par plaques circulaires. Feuilles pennées, CQmposées de 5 à 10 pailles de folioles ovales à base/asymétrique, cmnée ou subcordée, à sommet courtement et largement acuminé, do/12 sur 7 cm, gt:abres ou avec une légère pubescence sur les nervures à la face inférieure. Courtes panicules de fleurs blanches ou lllanc verdâtre avec pédicelles et sépales gb.bres. Gousses plates, obliquement elliptiques de 7 sur 4 cm, glabres, re111fermant · ume graine brune ovale, aplatie. Habitat.

/
J

!

.5.- Daniellia o~ea (Harms) RoHe ex Holl.
-Arbre à encens. Daniellia caudata Craib ex Holl., Daniellia punchii Craili ex Hdl., Daniellia (osteri Craib ex HoU., Daniellia similis Craib ex Holl., Danù:I.ia lluui(era var. chevalitri J. Léonard, Cyanothrysus ogea Harms, ClitfUlira barteri Stapf YER-". - Diola Fogny boyin, buyu pa ; mand. sâtâforo.
Yt-LGO.

S...-s. -

Il est très commun dans le sud du Saloum et en moyenne Casamance oia il forme des peuplements purs dans les sols compac~ ou argilo-ferrugineux. Il existe aussi dans 1e>s sols frais du Sine et les sables humid~ à faible profondeur f/e la presqu'Ile du Cap-Vert, mais il y a été pratiquement détruit par l'homme. Il vit plus ép:arsément d:ans le Sénégal oriental et dans les savane~ et forêts sèches soudaniennes. Emlplois. L'abondance du D. oliveri dans les zones wudaniennes et guinéennes fait qu'il est universellement connu et couramment empl>yé en médecine populaire, surtout pour les oo liques. Les indications données par les guéris~urs découlent des propriétés reconnues à la résine exsudée naturellement de l'arbrt· (quelquefois appelée Copahu africain) ou à J'oléo-résine obtenue après entaille profomde du ffit. Dans ces conditions ce sont évidemment les résines qui sont prép~ diversement et administrées en usage Îllilteme ou externe, ou les deux à la fois pgm·les gonococcies, les bronchites, les maux de rein, les courbatures, etc. D'autres applications sont encore signaltit~. variables selon les régions et les races. Les Wolof et les Lébou accordent à la ndne des propriétés aphrodisiaques et à l'êcorce des propriétés antituberculeuses. Olt vend d'ailleurs sur les marchés pour le tr:aitement de la tuberculose, des plaqu~ •l'écorces de la largeur de deux mains environ (correspondant au traitement d"unt semaine) à préparer en décoct:é.

---

~aractères

remarquables.

Très grand arbre de 40 m, à fl\t droit, cylindrique (jusqu'à 25m avant les branchts}. tvec à la base un empattement très faible ou même inexistant, à écorce grise filenent rugueuse. Feuilles glabres, composées de 8-9 paires de folioles pennées, oblongues, courtenent acuminées, asymétriques à la base, de 9 sur 5 cm. Panicules compactes terminales de Beurs bleues avec pédicelles et sépales den;è-nent pubescents, au moins sur les bords. Gousses plates, ovales, acuminées avec tiD Jec à l'extrémité, arrondies à la base, renfermant une graine.

:Iabitat.

Rare au Sénégal, il n'existe, en nombre très limité, qu'en Casamance maritimt- an ;ud du Fleuve.

&mplois: Les Diola du Fogny emploient la résine dans certaines dermatoses et le macén <:le acines avec une Rubiacée non déterminée (ka nin eyen = dent du chien) cûn-Tie phrodisiaque, en boisson.
• Corvc•' llyliP.ne et humulène sm•t deu:- i•.- n••n·
,. ,,,;_ ~,.• r-{'f";\"VOlJhviJfo~"" ~
r.

!t

\'

'":-'

et généralen-ent \'humulène est désigné 1 ~.11 '.'~ · ·\il: ·• - ~-aryophy:!ène.

....~.~--"' .:.;;._,..,-._-.- -.. ~~·:\~~<:.
.

~~

·"'""""'""'' -·~--~~,,~-, ; ,.· : "'!-~tP:. '~~~~ "~~-.<=··--~~.... -

:~· .:-~;"'0_,.~ ... ,. ·--~~~-··~~"·~-~~~-.:•. -_:.:-~~ar-··.: ; ~·~~+~~----~i

L!t.!ÎÏIIJit

œa

**· -~- ·, ,~·.c

.

(
Chimie. to
FLEURS,

(

84

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONN.~:..L.LE

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

285

Les Manding recommandent pour l'impuissanee la poudre de feuilles sèches diluée ans l'eau ou mêlée aux aliments. Comme nous avons pu le constater, ce ne sont pas proprement parler les feuilles qui sont mi$es en œuvre, mais ·les grandes stipules, pj)elées sâtAsolima, qui se trouvent sur tontes les jènnes pousses de sâtâ: ce-sont ces ~pousses qui aux dires des Manding auraient un grand pouvoir aphrodisiaque. Les Socé utilisent aussi les grandes stipules de lU à 15 cm de longueur en applicaton sur les plaies et ulcères et en outre les fumigations de la résine du tronc projetée ~r les cendres pour les céphalées persistantes. On retrouve chez les Balnouk ces mêmes usages. Enfin dans le Sine, les Sérer, outre les emplois généraux signalés ci-dessus, font ntrer la racine de. D. oliveri dans le traitement du • daf • ·(folie) avec les feuilles de ~icus gnaphalocarpa. ·

Les fleurs renferment : . cyanidine · diglycoside, qnercétine, kaempférol, caroténoïdes (C152, P175, P176, J51], hentriacori.tane, ~sistostérol, hentriacontanol, ~-D-glucoside de ~-sistostérol, acide protocatéchique (G135]. 2o
GRAINES.

:himie.

Le D. oliueri fournit une résine particulièrement riche en huile essentielle. Le rendelent qu'en a obtenu Talaj avec la résine de l'espèce ghanéenne est de 50 p. 100 IT12]. On y a mis en évidence avec un mélange de sesquiterpènes volatils, un nouvel acide 'acide daniéllique C,.,H..O, qui est un dérivé diterpénique en (C 5), à deux cycles tydroaromatiques fH73, 09]. Dans l'écorce de l'espèce nigériane Persinos et coll. ont décelé des tanins, mais ni aponosides, ni flavonoïdes fPlOO]. Ekong et coU. ont trouvé du ~ sistostérol dans l'extrait éthéro-pétroléique de la 1Iante [09).

Les graines qui contiennent 36,3 p. 100 d'eau renferment 17,5 p. 1.00 de protéines et 6,8 p. 100 d'huile [E22]. Les résultats concernant les teneurs en acides gras de l'huile ne sont pas conèordants. Murthy et Lyer d'une part, Gad et coll. d'autre part, ont trouvé respeCtivement pour·100 :. acides palmitique 0,42 et 21,3 ; stéarique 16,63 et 12,2 ; oléique 31,42 et 13,6; linoléique 51,3 et 52,9 fG13]. ' Selon les travaux de Nockrashy et coll. sur les graines, la lysolécithine se trouve en petites quantités dans les phospholipides ainsi que trois nouveaux phospholipides inconnus et des traces de lipides neutres; La phospbatidyléthanolamine (ou céphaline) semble présente en assez larges proportions !1'12].
Phai'IIUUi:olo~ie.

l7.- Delonix regla (Boj. ex Hook.) Raf.
1
VuLGO. -

Flamboyant.

i.
néré de l'homme

SYN. -- Poinciana regia Boj. ex Hook. VERN. &r. sev durubab ; bamb-•. tubabo néré ( =

olanc).

::&ractères remarquables.

Hooper et Léonard ont montré que les extraits de drogue étaient pharmacodynamiquement actifs [H17). Un extrait aqueux dont 1 ml correspond à 1 g de feuilles et rameaux frais a été injecté à des souris de 20-30 g. Par injection intrapéritonéale à la dose de 10 ml par kg on constate une baisse sévère de la pression sanguine, contorsions et hypopnée, les souris redevenant normales après 24 b. Par injection intraveineuse à la dose de 5 ml par kg on ne constate pas d'effet immédiat ; mais après 24 h une souris sur cinq est morte tandis que les quatre autres sont prises de contorsions. présentent une baisse de pression sanguine et de l'ataxie, mais reprennent leur A\tat norm;iJ au bout de 48 h. . · ' Selon Gupta et coll. les fleurs sont réputées aux Indes pour leurs propriétés thérapeutiques et possèdent sous forme d'extraits aqueux ou alcooliques une activité significative oontre le ver rond Haemoncfms contortus [Gl35). Avec les écorces de tige de J'espèce brésilienne Barros et coll. ont constaté l'action toxique des extraits aqueux chez les souris et l'action ocytocique de l'extrait éthanolique sur l'utérus de rate ; les extraits aqueux et éthanoliques sont cardiorespiratoires chez le chat et stimulent fortement l'intestin isolé de cobaye IB200).

Petit arbre pouvant atteindre 12 à 15 m. mais ne dépassant généralement pas 10 rn au Sénégal, à cime étalée en parasol, à ftl.t droit plus ou moins cylindrique avec m faible empattement à la base ; écorce très daire. Feuilles caduques tombant à la fin de la saison des pluies; elles sont bipennées avec usqu'à 30 paires de pinnules et 35 paires de foliolules de 7 à 15 mm de longueur, ~labres ou pubescentes ; rachis et pinnules plus ou moins canaliculés. Grappes corymbiformes terminales, en saison sèche, avant ou parfois au début de a nouvelle feuillaison, avec de grandes fleurs vivement colorées en rouge et diversenent tachetées de blanc; elles ont de 8 à 10 cm de largeur; parfois un pétale est blanc. Gousses Yertes puis brun-foncé à maturité, ligneuses, aplaties, droites ou légèrement rrquées, longnes de 30 à 40 cm et larges de 5 à 6 cm, déhiscentes, contenant de ~ombreuses graines disposées transversalement.

18.- Detarium microcarpum Guill. et Perr. -~
SYN.- Detarium senegalense Gmelin VERN. - Wol. dâk, dâx, dâha ; ser. dâk. dàg, rân ; bamb. tamba dala (Berhaut) ; mal. Thbâ ; mand. tâbo. sarawôke. saraôko, woko ; bal. sara wôkô ; socé uôko, wôko ; peul, toue. doli : dio/a Fogny bulibében, fulibéhen ; bas. ala rej.
Caractères remarquables.

Habitat.

Il est originaire de :\tadagascar et de l'Afrique orientale. Il a été. introduit dans tous les pays tropkaux comme essence ornementale pour la magnificence de sa floraison. Celle-ci est très abondante au Sénégal qui jouit d·'une saison sèche prolongée ; par oontre il flt>urit peu dans le climat constamment humide du golfe de Guinée.

Petit arbre de 8 à 9 rn, à ftit droit, à écorce claire et lisse. Feuilles composées imparipennées avec 3-4 paires de folioles ovales, arrondies aux deux extrémités, émàrginées au sommet, avec des points translucides épars ; limbe épais, glauque, de 9 sur 4,5 çm. Fascicules de racèmes axillaires compacts de fleurs creme avec des boutons densément pubescents. Fruits suborbiculaires, aplatis, de 4 sur 2,5 cm, peu charnus.
HaNtat.

"''

Emplois.

' •- Flamboyant ne nous a jamais été signalé comme médicinal, mais il est tellement r .· •11!'1 et c.onnu au Sénégal que nous estimons devoir donner quelquP• ···'!seigne.." chimie et sa pb, -~nacologie.

de 1 bac

.,t épars dans toutes les forêts et savanes boisées soudaniennes et forme parfois · '' peuplements par drageonnement. Surtout commun dans la région de Tam,, •n ····o'.enn~ <'"·. !.an'•· <::asamance et dans le Saloum .

~."':.---:·.-.....:.~....-

Jt:L ·-k·j.. , __ ,

ê-~-

.

~;~--~(-~...-.;;';.;~;

~~

ôt

·-~~ ~

,-~.,..,._ __;.li'

44Î t[

j';;~-~~:

. . __ ~' -~~-'-ir 'tM

•.

!ti·:~

.,

_,..,.~.,.;..._,~....o. ~~-!f!JIHit

4

......

lSt;

Mliti

286
Emplois.

PHARMACOPrn SÉNJWALAISE TRADITION{.C:LLE
Emplois.

(

LAN;ES MÉDICINALES ET TOXIQUES

287

Le D, microcarpum est bien eonnu pour les propriétés antientéralgiques et diurétiques des écorces. Les différents organes de la plante -sont de prescription eourante dans J'ensemble du Sénégal pour les diarrhées dysentériformes, les diaiThées des nourrissons, les hémorroldes, la lèpre, la syphilis•, la blennorragie, les rhumatismes, l'impuissance etl;a stérilité. Dans le Cayor les racines entrent dans un traitemf'nt médico-magique des maladies mentales avec d'autres éléments comme les racines de Zizyphus mucronata et re yorbuki (cerveau dè·hyène), tandis que dans Je Ferlo un traitement manding du Jinéto (forme de maladie mentale également), comp~nd avec les écorces de D. microcarpum, celles de Stereospermum kunthianum, les feuilles de Crossopteryx febri{ugu et les racines d'And ira inermis.
Chimie.

A propos des fruits de D. senegalenu ü convient de noter que certains arbres pr~duisent des fruits comestibles et d'autres des fruits toxiques sans qu'on puisse, dans l'état actuel de nos connaissances, différencier les uns des autres. La réponse n'a pas encore été donnée définitivement à la question de savoir s'il s'agit de deux espèces ou· de deux variétés différentes•. En toute objectivité nous constatons que certains arbres produisent des fruitstoxiques responsables de nombreux accidents, et d'autres des fruits parfaitt'ment comestibles dont il se fait d'ailleurs une grande consommation. Les Sénégalais. par expérience connaissant fort bien dans chaque région où ils vivent les exemplairt'S de l'une ou l'autre catégorie et leur doimeot quelquefois de$ rioms différents••. L'action du deta sur l'intestin (le ventre étant considéré comme Je siège d'un grand nombre de maladies, dont la lèpre) donne l'explication de la plupart"des prescriptions de guérisseurs. Les Diola de basse Casamance utilisent l'éconee de tronc de. la variété à fruits. comestibles comme boisson dans toutes les entéralgies graves: coliq~es, obstructions intestinales. etc., les doses étant calculées en cuillers à soupe de décocté. En moyenne Casamance les Balant s'adressent à l'écorce de la variété à fruits toxiques, prise en macération dans du vin de palme pour les bronchites, les pneumonies, mais surtout pour les maux de ventre et la lèpre. L'espèce ne se rencontre guère dans les zones habituelles d'habitat des PeulToucouleur, mais dans le Fouladon et le Firdou ceux-ci font entrer les fruits dans quelques traitements antilépreux ; on les choisit bien mOrs et on les malaxe avee un peu d'eau dans on canari ou une calebasse jasqu'à obtention d'une masse semipâteuse. Le liquide exsudé quand on introduit par pression un verre dans ce magma est donné en boisson tandis que le produit restant ~rt en frictions sûr tout le corps. Le fruit est vendu en abondance sur tous les mthés du Sénégal comme allment, . mais on lui accorde en outre des p,ropriétés)»éc · es. . Les guérisseurs Wolof et Sérer reconnaiS>Sent gaiement aux racines; écorces et feuilles du deta one excellente actiQri sur l'bhestin et pre~crivent en outre difl'érentes" préparations de ces organes dans J'anorexie et l'anémie. · · , A Dara .l1ousti il nous a été indiqué un traitement wolof de la maladie appelée • ngal • (cancer 'f avec la poudre d'écorce de la variété non toxique, par voie interne et externe. Les Sérer et les Niominka recommandent en outre les bains oculaires avee le macéré de feuilles pour les conjonctivites. Comme autre traitement particulier signalons aussi celui, médico-magique, de la maladie du sommeil par les Socé de Bétaoti : le féticheur prélève les écorces (variété comestible) sur le tronc d'abord à J'est, puis à t•ouest (culte du soleil) et réalise une macération avec Ct'S écorces et la plante entière de Leptadenia hastata. Tr~is fois par jour, lorsque le soleil se lève, qu'il est au zénith et qu'il se couche, on fait boi~ au malade une partie du liquide, on le lave avec une autre partie et on pratique un massage avec les marcs résiduels.
Chimie.

L'analyse des fruits de la région dakaroise a donné les réSultats suivants pour 100g: eau 11,1 g, protéines 4,9 g.lipides 0,4 g, glucides 81,1 g, cellulose 6,6 g, matières minérales 2,5 g, calcium 82 mg, phosphore 84 mg, fer 1.8 mg, vitamine C 32 mg, hiamine 0,03 mg [T3). ·

19.- Detarium senegalense G. F. Gmel.
.Detarium htudelotianum Baill. ditaq, détax, dota, dita yu ney (à fruits toxiques), hui (à fruits toxiques), holi (à fruits toxiquès) ; ser. ndoroy. ndoy ; niom. indorey, ndotey, 1 jJndohon, dohon ; falor hom (Sébire) ; 110ne tâgalâl'l (Sébire) ; ITjb.nd.. mabodo, mâbodo, mâboda ; mal., bamb. bodo ; socé tali, talo (vlûiélté comes.tible), tali knnaô, talo kunâ, talémbaro (POTiéM toxique); peul mobodey; diola Fogny bubun kutabu, bugungut, bunot\ ; diola Diembéreng bubunkut ; bain. bupokoten ; bal. blâdi, blundi, blondi pok ; iitandj. bâboré (Aubréuille) ; mank. bloro (Aubréville).
SYN.-

lERN.- Wol.

Caractères remarquables. Grand arbre atteignant 25 à 30 rn, au fût droit, cylindrique, mais plus souvent mal conformé, bas-branchu, à cime basse et à br.anches trapues étalées; écorce finement fissurée, foncée noirâtre. Feuilles composées imparipennées, ovales, arrondies aux deux extrémités comme celles du D. microcarpum, mais d'un vert mat foncé. plus petites (environ 5sur 3 cm) et plus nombreuses, avec 5-6 paires de folioles. Fascicules lâches de fleurs crème en racèmes axillaires ; boutons glabres ou glabrescents. Fruits subglobuleux, légèrement aplatis. de 5 cm de diamètre, fibreux charnus. Habitat. Il est commun en Casamance maritime et en mo,·enne Casamance où il forme le fond des belles forêts préguinéennes avec Erythrophll:um guineense et Afze/ia africana. Il existe dans la région soudanienne, mais il reste dans les galeries humides. Il vient jusqu'aux environs de Dakar à proximité des niay et remonte le long du littoral, vers le nord dans le Sahel côtier, en recherchant lt-S dépressions.

L'analyse des fruits vendus sur les marchés à Dakar a donné les résultats suivants pour 100 g: eau 66,7 g, protéines 2 g, lipides 0,4 g, glucides 29,7 g, cellulose 2,45 g, matières minérales 1,2 g, calcium 27 mg, phosphore 49 mg, fer 3 mg, vitamine C 1 290 mg, thiamine 0,13 mg, riboflavine 0,05 mg, niacine 0,65 mg, équivalent vitamine A 132 mcg [T3]~••.
• Cf. Généralités. p. 43. •• D'après les dillérents recoupements etTeetués, le Delarium à fruits toxiques semble plus souvent désigné par le mot milbodo et celui à fruits comestibles par le mot milboda, sans qu'il y ait pourtant de règle à ce sujet. " On peut assurer que dans chaque région à dela, tous les exemplaires à fruits comestibles sont inventoriés. Quand il s'agit de se prononcer sur la qlllllité d'un nouveau sujet, on reconnalt la variété toxique à l'abondance de fruits. mîlrs et en voie de fermentation jonchant le sol en~iron­ nant, parce que non consommés par les singes. ••• Si l'on veut romparer ces résultats avec ceux donnés pour les fruits de D. microcarpum il est indls;>l'nsable de tenir compte de la teneur en eau des échantillons analysés qui étaient de 11,1 p. lOf ''"ur leD. microcarcnn ifFdt "•\ ..t de 66,7 p. 100 pour leD. senegalense (fruit ftais, trl Q' ~ c-· m~;,. r· -- '~f

• A ce sujet notre surprise fut grande lorsque à Bétanti (llès du Saloum), un guérisseur ne comprenant ni ne parlant le français nous fit demander en présence d'un D. microcarpum si noU<S connaissions le sirop de Glbert. Sur notre réponse affirmative il nous déclara fièrement que 500'1 médicament était ' plus fort • que le sirop de Gibert. On ,ait. qu~ le t:i'f'·~f.' d'i:odure r•f>rcurique, ou de Gibf>l"t . ,...a.!? artciennement in' ... t ·:. •s: r ···P.rf'!"'~copée , ' ·,l'' tique.
A

•'-~~·-....'.*· ~·· :~· ; . ~x.~
288

"~"..,;i~;i:. ~.j..~+~·w$
QQO • •

,.,

1VIIIIIfl~-·~o~;.-,~";~~~-:-fiii

wi,_PU· .. 4.·.,.,._"'"'1"""!'"·n

:>'--v

""""-"'

,;.;,.... _ _;,_ .. : f .. ••

~-~.;..

i:..

ù

....~

~~.... ..

•.

·-·~

F?

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITiürr.C:LLE PLANTES MÉDICINÀLES ET TOXIQUES 289 Compte ten11 de l'imprécision des déterminart.ioos botaniques et des confusions de dénominations antérieurement à 1950, on peut estimer que les études faites par Heckel et Sclùagdenhauften en 1890 [H10) et celles faites par Paris en 1947 [P501 concernent le D. senegalense•. Les premien avaient dosé les lipides, les SIIIICres réducteurs, l'acidité et signalé la présence d'amidon et de tanin. L'étude détllillée de Paris a porté sur le p&icarpe, les graines et les écorces ayant subi un temps de conservation de quatre ans emiron••. Des fruits Pl:l"is isole un nouvel acide organique cristallisé pour lequel il propoSe la formule C8 Hu0 1 et le nom d'acide détarique : ü apparalt comme étant un acidealcool, lévogyrt, non saturé, probablement cétenique et dérivant des sucres. A partir des extraits il ,.btient en outre avec un rendelment de ·o,05 p. 100 un composé amer, amorphe, non uoté, se résinifiant à l'air et œmstituant le- principe toxique. Par ailleurs il"auteur y décèle des traces d'aJ\caloïdes et caractérise l'acide acétique et l'aCide gallifl!llC. L'acide tartrique et l'acide citrique n'ont pu être mis en évidence. Les téguments des graines, colorés en rouge Joncé contiennent tin tanin catéchique. ·· Les.écorces •ont une teneur en tanin de 9,4:8 p. 100. Elles contiennent des traces de substances alcaloldiques et un saponoside qui semble combiné à un tanin [P50H. PharmacolQJtie. Sambuc dam sa thèse soutenue en 1887 fatit état d'observations prises sur place à l'Ile de Gorée : il constate que la dose de 18 Il d'extrait alcoolique de fruit administrée par voie I!Jaœale au chien ne donne lieu ià aucun symptôme morbide. La pUlpe, même à haute dose, se montre inerte. Mais il111'en tire pas de conclusions, l'activiü, estime-t-il, pomvant être différente selon lfls réJiÏOOs de cueillette [S34) •• •. Pour leur part Heckel et Schlagdenbaufft)ll prfl.emlent que les fruits perdent leur activité après 11111 mois de conservation (H11Jj. · . Si cette assertion est exacte, ce que nous Joos proposons de vérifier, les observatious suivantes de P.His sur des échantillons de fruit.s vieux de quatre ans ne prennent que plus d'intérêt : Chez· le chim l'injection intraveineuse d'0111. extrait alcoolique correspondant à O,W gfkg provoque une hypotension passagère .avec vaso-constriction rénale et apnée transitoire. DaiS un cas, la mort par asphyxie e!Sl constatée avec une dose de 0,30 gfkg. Chëz le cob1ye, l'injection sous-cutanée d'mue dose équivalente à 1 gjkg amène, après une courte phase d'excitation, de l'inCOGrdination motrice et de la somnolence. Avec une dose doUble apparaissent des phénomènes de paralysie du train postérieur gagnant ensuitlf tout l'animal, avec diminutioln de la sensibilité et ralentissement de la respiration. Le retour à la normale s'eff>ecltue progressivement en une heure ·on deux .. L'animal le !Plùs sensible est le poisson : dams une solution aqueuse correspondant à une teneur dt- 2 p. 1 000 de fruits amers les liMes melanotes d'un poids voisin de 1,50 1! montrent une forte agitation, cherchant à S31Uter hors de l'aquarium. Au bout de deux minutes il.s se laissent entralner par le roturant. Une minute après il y a perte de l'équilibre et lts poissons flottent le ventre e111 l'air. Les animaux remis dans l'eau courante reprmnent en dix ou quinze minœltes leurs mouvements normaux. Un~ dilution deux 1ois moindre ne produit qu'une excitation passagère. Des effets ru::alogues ont été obtenus avec le principe amer dont l'effet est particulièrement maPl[Ué chez le poisson et le cobayeEn définiti"w pour Paris, la drogue parait agir sur le système nerveux centrai qu'elle dépririll après l'avoir excité transitoirement [P50):

20.- Dialium guineense Willd.
VuLGO
· VERN. -

-Tamarinier noir.·

Wol. solom ; ser., niom. ngalu ; niom. ingalu, galu ; mal.• bamb. kofina (Aubréullle) ; mand., socé koyto, kosita ; peul, toue. méko ; diola bufôran ; diola Pogny buparâ ; diola Séléki bufaro, bufaralarak ; bain. kitot ; mandj. boboy; kon. akona.

· Caractères remarquables. Arbre de 15 rn, à ftlt rarement droit et écorce très foncée, mais_plus souvent arbuste ou petit arbre ramifié dès la base, à nombreux rameaux rejetant de la souche. Feuilles généralement avec 5 folioles imparipennées, alternes ou subopposées, ovales, obtuses, arrondies ou subcordées à la base. courtement acuminées au sommet, vnt foncé brillant dessus ; rachis, pétiolules (ridés) et face inférieure du limbe finement pubescents. · Corymbes de nombreuses fleurs verdâtres avec 1 pétale et 2 étamines (rarement 3) à filets droits. Fruits stiborbiculaires, aplatis, apiculés au sommet, de 2 cm de diamètre, noirs, densément et courtement veloutés, renfermant une graine tendre, verdâtre.
Habitat.

ll est commun en Casamanée maritime dans ies forêts à Parinari excelsa. Il est également fréquent dans les sols humides, le long des bolons saumâtres de la Casamanc9'et des Iles du Saloum jusqu'au nord de Dakar où il existe dans les niay. }1 se rencontre dans quelques galeries soudaniennes humides et dans les ravins ombragés !. des Qhllines du Sénégal oriental.

Emplois. Le D. guineense est surtout employé en Casamance : la décoction de r:U:Oe,ux feuillés comme fébrifuge et défatigant, .celle d'écorces comme antihydl'9pique. celle de racines comme excitant génésique. Les fruits comestibles, à goût acidulé;- sont considérés cotnme astringents. . L'espèce est peu prisée dans les autres régions où on signale surtout l'action antidiarrhéique du fruit. Toutefois les écorces sont considérées comme béchique par les Manding, les Peul, les Toucouleur. Elles entrent aussi dans un traitement wolof antifllarien.
Chimie.

Les fruits de l'espèce sénégalaise contiennent pour 100 g :eau 17,7 g, protéines 4 g, lipides 0,25 g, glucides 77,7 g, cellulose 2,2 g, cendres 1 g, calcium 196 mg, phosphore 4 mg (T3). A l'occasion d'un screening sur 15 plantes de l'Afrique de l'Ouest, Popp et coll. ont recherché, sans succès, les alcaloïd!!S dans les feuilles de l'espèce libérienne (P102]. Un screening de Bouquet sur les écorces et racines de l'espèce congolaise donne : présence de tanins ; absence d'alcaloïdes, flavonoldes, saponosides, quinones, acide cyanhydrique [B210). Pharmacologie.

• Au sujet det confusions entre les Delarium d'A:rique de J'ouest on pourra lire avec intérit la communication particulièrement documentée d'Aubreville et Trochain faite à la Sociétté botanique de Frmce.en 1937 [A76) et l'exposé d'Atllbnville dans sa • Flore forestière soudan·oguinéenne • par•e en 1950 ([A4) pp. 227-231). •• C•·"" étudt est faite par l'auteur sur le • fau.:x detah • (Delarium heude/olianum Rai/l.) réputé ·'"""·La description qui en est donnée amri que le nom malinké • bodo '• permet! eni <le dire q• "~il TI11isemblablement du D. senegalt!Ut'. variété à fruits toxiques. ••• i it· historique p. :: :-·

Les extraits de feuilles de Popp et coll., test~ par le« Walter Reed Army Medical Center • et par le • Cancer chemotherapy National Service Center •, se sont révélés inactifs vis-1\-vis du paludisme expérimental, mais ont montré une activité antitumorale modérée chez l'animal (P102). Avec les extraits d'écorce, Abbott et coll. ont obtenu de meilleurs résultats Yis-à-vis dea tumeurs du sar.,ome 1 ·:Il a wc une réduction de 100, pris comme unité, à 68 et 64 chez l'animal •rai'
JO

..,_......,.;~~--~···~"".·

....

~;~.-·--· ·~ao •...,.:iT~'"'t:"'~~.

,.""1"•'_:..,.;·~..,._...-:

-~ ""!)'~. u · - •o

."le ·,'0 ...,.,;

-

>'

'~'

:_

,:;;._.•..;......,.".r""W

1

· - ..;;.;..;.._,

o' "'·if .•.•;-.-.-:.:;-..,,."··..

(
290 PHARMACbPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
PLA~TES

MÉDICINALES ET TOXIQUES

291

21. - Erythrophleum africanum (Welw. ex Benth.) Harms•
SYN. - Gleditschia africana Welw. ex. Benth._ VERN. -Mal. guélé téli, kabala (il.ubréville) ; peul vivant), koy (arbre mort) ; toue. niliimonovi. .

Fouladou peli (arbre

Caractères remarquables. Arbre de 12 à 15 rn, à fflt droit, à écorce brun foncé profondément striée, à cime ovoïde un peu étalée. Feuilles composées pennées avec souvent trois paires de pinnules qui ont de 4 à 8 paires de foliolules alternes plus- ou moins obliquement oblongues, asymétriques à la base, arrondies ou émarginées au sommet, très pubesCE-ntes lorsqu'elles sont jeunes, d'environ 3,5 sur 1,6 cm ; un pétiolule de 1 à 2 mm ; une glande à la base de chaque pinnule sur le rackis. Panicules d'épis de 1,5 cm de diamètre, avec des fleùrs densément pubescentes, beige jaunâtre. Gousses plates, ligneuses, oblongues, elliptiques, à extrémités arrondies, à sommet courtement acuminé. Elles ont environ 12. sul' 3,5 cm et contiennent 3-4 graines. Habitat. II est irrégulièrement réparti dans les forêts sèches et savanes boisées soudanïennes du Sénégal oriental ainsi que dans celles de la haute et moyenne Casamance. On le rencontre très éparsément à partir de Kaolack et Katlrine. Emplois. Cet Eryt6rophleum n'a pas d'usages thérapeutiques, mais les bergers peul-toucou- 1 ( leur prétentient qu'il est très toxique pour le bétail et de ce fait le considèrent comme dangereux; pour l'homme. Chimie. Selon Watt, citant un rapport de 1951 du Gouvernement du Tanganyika, l'alcaloïde de E. africanum serait l'érythrophléine 1(W2) p. 602)**. Dans l'écorce, Hanse! a isolé en 1961 un flavonol dérivé de l'acide shikimique, la dihydromyricétine C,.H 120 8 qui est un pentahydroxy dihydroflavone ol [H56).

22.- Erythrophleum ~uineense G. Don
VuLGo***.- Bois rouge, Mankone (du Portugais créole), TaH (des noms bambara, malinké, peul). VERN. - Wol. ndom, kulêten; none sâgay (Sébire); mal, bamb. tali, téli; mand. talo ; peul, toue. téli, tali (singulier) télidé. talidé ; dio/a Fogny buren, buran, buranabu; bain. kogot ; bal. tom ; mandj. bumtab (Aubréville) ; mank. butiè. Caractères remarquables. Bel arbre de 20 à 25 rn, à fllt pouvant être droit et élancé, mais plus souvent trapu, bas-branchu. Ecorce très foncée, écailleuse. à tranche rouge vif ou plus ou moins foncée, courtement fibreuse. Frondaison dense et large.
• L'étude de l'anatomie de l'écorce a été faite par Hansel et coll. [HS8). •• a. Erythrophleum guineense, pp. 292-293. ••• Pour ne pas prêter à critique nous donnons comme noms vu)j!.aires Mankone et tali car l'esp<.:e est connue sous ces noms, en dehors de l'Afrique Noire, par les nombreux récits des explorateurs et voyageurs européens. Ce- vr.ait nne erreur de croire qu'en Afrique mëme ces deux noms ont été vulg>;.. i.?s, ;~omr· celai du,. ~r': ti ba. par exemple. C'est ünsi qu'en Casamance. ··erceau dt"s :dalh·!=' ·' 1 '
n.~~ ~,...,

FIG. 19. -Fruits dt Caesalpiniat:ées.- A. Caesalpinia bonduc (L.). Roxb. -B. Parkinsonia aculeata L. - C. Burt~a a(ricana Hook. - D. Erylhrophleum guineense, G. Don. - D. Graine dt E. guinemY. avec son funicule (D'après FWTA).

ttOr?nt 1:"' ~Jt>men~

nom de tali et souven

eloi de M:._~

Dl"'

c

-

-~-;~::-;..;.,..,-.,

_....·~~''"'~..~;..;.;~~-.:.... ~~h~:~_~j

~~-:··'i, .: ·_-, ._...,~._;.,.,~~....~~--...;-:.

f-" . , .., .
~.·;..,

~~;~~~,

..

,.·;Cru~··.

1

=w,

~-~;:te~ •. , J,rt ...

92

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

TRADITIO~ •.C:LLE

(
PLANTES ·MÉDICINALES ET TOXIQUES 293 dülérente par conséquent du corps de Gallois et Hardy ils l'appellenll également érythrophléine (H74]. Disons immédiatement pour éviter toute confusiœ ultérieure que c'est à la substance de Harnaèk et Zallrocki qu'est r~sté attaché le nom d'éry. throphléine. En 1896 Harnack en donne la formule brute C18H 100aN [H7.5], contestée par différents chercheurs dont les derniers en date Blount et colL établissent la formule définitive C14H 110 0N en montrant que c'est un ester de l'ariide érythrophléiuique C11 H 820 0 et du fi-méthylaminoéthanol (B127]. A la suite de la découverte par Dalma en 1935 [D69, D70, D72, R81J dt trois bases cristallisées (cassalne, cassaïdine, nor-cassaidine) et d'une base amocyhe (homophléine) dans les écorces de l'espèce .congolaise, de nombreux travwx ont été réalisés sur les alcaloïdes des écorces d'E. guineense• .. Paris et Rigal ont étudié six échàntillons d' E. guin~ense dont un provenant de Bignona (Région de la Casamance, Sénégal) dans lequel la teneur tm alcaloides totaux est de 4 à 5 p. 1 000 (P129, R82]. En 1949 Engel et Tondeur à partir de l'espèce congolaise obtiennent l'l'ythrophlamine, cassamine et coumingine (cette dernière base déjà extraite de l'l:. couminga de Madagascar) (E31, T48]. Puis Lindwall et coll. isolent en 1965 l'l'l'ytbrophléguine (L62, L63]. Trois nouvelles bases ont été isolées de l'écorce en 1968 par Thorrel t't coll. dont deux cristallisées de structures bien déterminées, la cassamidine et la cmuni<line ; la troisième amorphe, mais donnant un:chlorhydrate cristallisé, a été dénomnée érythrosuamine et sa structure a t'té proposée par les auteurs (T74]. En résumé les alcaloïdes maintenant connus des écorces de E. gu~ sont les suivants :

Feuilles bipennées avec 2 ou 3 paires de pinnules, rarement 4, et 5 :à 6 paires de olioles alternes avec des pétiolules de 2 a 3 mm, ovales elliptiques d'environ 7 cm de ong sur 4 cm de large acuminées au sommet. Rachis pétiolulé ; face inférieure .des mbes finement pubesèente, face supérieure vert foncé brillant. Lâches panicules de fleurs tomenteu~ beige foncé jaunâtre avec des pédicelles e 1 a 2 mm. Gousses ligneuses, plates. ligèrement bombées, brun foncé à maturité, 'environ 15 sur 5 cm, contenant 4 à 6 graines ridées transversalement et de couleur Jrun foncé.

fabitat. · nest très commun en Casamance où il forme le fond des belles forêts subguinéennes tvec Detarium senegalense, A(zelia q,(rieana, Chlorophora reg_ia, eté. Il est encore réquent dans les galeries soudaniennes plus ou moins humides. Il existe dans les niay tUX environs de Dakar, mais il y est rare.

~mplois.

/-

L'écorce d' E. guineense constitue le poison d'épreuve le plus célèbre d'Afrique, :elui qui a causé le plus de ravages parmi les populations, particulièrement en Casanance où, encore au début du siècle, la totalité des habitants de certains villages ;oumis aux ordalies a été décimée*. Les propriétés cardio-toxiques de l'écon:e sont connues de tous les Africains, mais I faut noter que le caractère sacré attaché à l'arbre s'estompe de plus en plus. Les ~érisseurs diola et balant qui, il y a quelques années encore faisaient un silence total t4 sujet du buran ou du tom, !~indiquent maintenant d'une façon banale et sans ~ommentaires quand il entre dans leurs préparations. L'écorce est sternutatoire et employn: à ce titre sous forme de poudre, pilée avec précaution, en prises nasales pour les roryzas et les sinusites. D'autre part ses propriétés émétiques wnt maintenant mises à profit assez couramp:tent comme contrepoison. On lui reconn.alt également des propriétés diurétiques. · Dans la préfecture de Sédhiou on maintient E. guineense dans les champs d'ara~hide ; on l'y plante même quelquefois pour protéger les cultures contre les animaux :léprédateurs et il est curieux de voir alors bien en évidence ces arbres qm, il n'y a pas longtemps encore, restaient mystérieusement confondus avec les autres essences au cœur de la forêt, En pays bainouk on utilise les écorces mélangées avec de la viande pour la destruction des animaux nuisibles en disposant les appâts ainsi préparés autour des habitations. · En usage externe l'écorce sert à réaliser, avec d'autres composants, des lotions llUtidermatosiques et d~ emplâtres pour l'extraction du ver de Guinée, souvent avec Lannea acida. Chimie**.
1 o ALCALOÏDES DES ÉCORCES. On considère classiquement dans tous les écrits concernant la chimie de l' E. guineense que les premiers travaux ellectués sur l'écorce remontent à 1875. A cette époque, Gallois et Hardy y découvrent une substance alcaloïdique présentée comme étant cristalline, incolore, se combinant avec les acides pour d()nner des sels. Ils la nomment érythrophléine (G82, G84, G85, G86]•••. En 1882 Harnack et Zabrocki obtiennent une substance amorphe, se décomposant en un acide, l'acide érythrophléinique et en une base volatile, la manconine. Bien que

Bases cristallisées. Cassal'ne : C 2,H1 ,0,N. Cassal'dine : CuHuOcr-/.:; Nor-cassaïdine de Dalrryt (maintenant identifiée à la cassaidine). Coumingine (?) : C19 fJ4 7 0cN. Erytbr~phlamine : c'l;~so0 0 N. Cassamme : C25 H 3 ,0 6N. Erythrophléguine : C05 H 39 0 6 N. Cassamidine : C15 H 41 N0 5 • Coumidine : C29 HuNO,. Bases amorphes. Erythrophléine : C2,H 310 5 N. Homophléine : C60 H 10 0,N2 • Erythrosuamine.

ç

Tous ces alcaloïdes sont en général des esters N-alkylamino-éthyl d'acides diterpéniques à squelette perhydrophénanthrène, ces acides étant les acide. cassaique C10 H .. o,, cassaïdique C10 H 32 0 4 , cassamique C11G32 0 5 (M85, T47).

2° AUTRES PRINCIPES DE L'ÉCORCE. Outre les alcaloïdes, les écorces contiennent aussi un tanin catéchique =m quantité importante (10 p. 100), une saponine (1-2 p. 100), un phytostérol [P129, R82). D'autre part l'hydrolyse des alcaloïdes de l'écorce fournit toute une sme d'acides diterpéniques qui sont pour la plupart de structure maintenant connue : :1eide cassamique, déhydrocassamique, érythrophlamique (C113, C114, T63], F58_

PRINCIPES DES AUTRES ORGANES.

A) Bois.

• Partie historique, pp. 42-43 et 49-50. •• Depuis celle de Moeller, en 1882 [M8l[. de nombreuses études sur l'histollogie des écorces d' E. guinttn&t ont été pratiquées notammmt par Planchon (P130[, Ma.plethorpe [M84, M86], Paris et Riga\ !R82, P131]. ••• En fait d après les recherches de Riga) [R82] Gallois Et Hardy ont eu des précurseurs : •n 1849 Sentus [S140], en 1851 Proter Jr. (Pt33, P134j, en !.862 MartiD [l\1871 et sans doute f·tnuhanrt ':'~.e-rmacien •-t· mP.decln de mari:De en service à Ge~~"ée "~ dt~ ïJar P~anc:i•,.n (P1 ~.::_ ,,.·,.,,"' '"'"' .. ,,.~ ~, ,rf'ls de C;,~:>?is t•t Hart1y sont Dettement pl·· . . ·.!n.' H·· • • •. 'vr~·:; ,... ~.,.
lF:>t: ,,..

Le bois renferme un alcool triterpénique isolé par Uprichard et que Glx et King ont identifié au cyclo-eucalénol ou 4 ~-déméthyl-24-méthylène cycloart.anol (C93).

·""'i u~'

.. neures_

·• n y a lieu de consulter particulièrement à ce sujet l'article de Henry sur les • )Jcaloides de Erythroph/eum guintense • (!H20) pp. 725-732, 28 références) ainsi que la monographe de Dalma publiée en 1954 (D71] et cele de Morin publiée en 1968 (M85), toutes deux consac:re.~ aux • Alcaloldes des Erythrophleum • avee de nombreus~s références. Citons aussi les travaux dt" _\rya et coll. sur la cassamh el l'€ryth"ophlarnine ; \87).

~~-~o,,.;....~:~·.,~;···.~:.:,;·.;.

U

49.

*!($:

~--.. ~-----:~:"". . ?

.
...

t·•.•

;~·-a...r.;~·ttt:ë)~(.
.,,...,''l

di

!k

-'

-~--~filil-lf'.iè -_•r~~.:~~..~ --,- ~:4.4

._,.._, •• -.....,

(
PHARMACOPlm SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

{
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 295 avec des résultats jugés convenables mais ne donnant pas la certitude de l'etfët thérapeutique ni la régularité de Ill digitaline. [MSS). De son côté, estimant que les écorces de tali agissent comme la digitaline, Dujardlh• Beaumetz réalise en 1884 quelques essais cliniques avec des résultats variables sur des malades atteints d'affections mitrales: chez les uns la teinture d'écorces à la dose de 40 gouttes produit des effets diurétiques très énergiques ; chez les autres la teinture se montre dépourvue d'activité (073, D3]. Des essais précis sur l'animal sont réalisés par Rigal dans le but de déterminer la toxicité de l'écorce de différents échantillons et le processus de l'intoxication. Chez le cobaye par injection d'une dose de teinture au 1/10 correspondant à 0,50 g de plante par_kilo d'animal on constate des toxicités très variables d'un échantillon à un. autre, allant de la mort en une heure {avec un échantillon de Guinée titrant 0,68p.100, d'alcaloides totàux) à la survie (avec un échantillon d'Afrique équ!troriale chez lequel il est vrai, les alcaloïdes n'existaient qu'à l'état de traces)*. Plus précisément avec un échantillon de Casamance titrant 0,51 p. 100 d'alcaloïdes totaux, Riga! a constaté la mort en 3 h 30 avec une dose de 0,50 g/kg et en 55 mn avec one dose de 1 gfkg. Au cours de ces ess·ais Rigal à noté des phénomènes de latence. Immédiatement après l'injection, le cobaye ile présente aucun signe apparent d'intoxication, puis brusquement apparaissent de la tachycardie, de la dyspnée, des convulsions et l'animal meurt rapidement. Il a également noté par des expériences comparatives que les préparations totales sont plus actives que les quantités d'alcaloïdes correspondantes [R82). Les extraits d'écorce montrent en outre un certain pouvoir insecticide [H57). 2o
AUTRES ORGANES.

!94

B) F~uilles. Les f~uilles, outre les alcaloldes (0,6 à 1,6 p. 1000 dans l'espèce de Casatna~~oœ' [R82, P129], renferment un nouvel hétéroside isolé avec un rendement de 0,8 p. HOO par Dussy ~t Sannié en 1947 : c'est un rhamnoflavonoloside de. formule bruu ~s 1 0 11 pour lequel les auteurs ont pioposé le nom de taiiflavonoloside [D74]. Les mêmes auteurs se basant sur le fait que certains échantillons de feuillis sont très sucrés et d'autres pas, ont étudié séparément les deux variétés. Dans la vmété à feuilles sucrées de la Casamanee ils ont isolé deux principes de saveur sucrée dmt l'un a été identifié au pinitol (esUr monométhylique du d-inositol) ; l'autre étant anorphe n'a pas été déterminé. Sur des échantillons de tali non sucrés les auteurs out bien isolé du pinitol avec à peu près ie même rendement, mais n'ont j;m décéler la su.h<ltance amorphe qui semble donc être le principe responsable de la saTeur sucrée IS13}].

C) Graines. Les graines contiennent également des alcaloïdes (0,6 à 0,8 p. 1 000) et une S2tJOnine à saveur amère, puis sucrée:Elles fournissent 4 p. 100 environ d'une huile colorée en jamie par des flavonols (P12!9, R82].
Pbarmacolo~e.

to EcoRcE. Les premières expérimentations ont été des expérimentations humaines puisque les écorces étaient anciennement employées dans les ordalies sur toute la eôtte occidentale d' Afrique•. Sans doute avaient-èlles été pré<;édées, comme elles prirent fln d'ailleurs, par des « expérimentations • sur l'animal**. Au cours de la deuxième moitié du xxx• siècle et au début. du xx• de nOIIl}reuses observations relatées par Rigal [R82] furent faites sur l'action de différentes preparations d'écorces. ' Santos en 1849 compare toxicité des ééorces à celles des graines cie Tanghin [S140J•••. Procter constate qu'une dose de 0,18 g d'extrait aqueux donnée :au chat détermine de violents sympta.mes d'intoxication, un état de pr~;~stration, une salivation abondante, de la dilalatÎt!m de la pupille et une inappétence totale iP133, 134]. Martin vérifie lès propriét~t propose même leur introduction à ~e titre dans la thérapeutique (M87). -. Nous avons mentionné dans la partie historique les premières expérimei::;tations faites sur place au Sénégal par Corre au cours desquelles il avait constaté la to~ité de l'infusion chez le singe (mort en 20 mn), le rat (mort en 1 mn) le poulet qni meurt en trois quarts d'heure après un état de stupeur et d'insensibilité suivi de con misions [C4, C5). Par la suite, au cours de nouvelles expérimentations, Corre rtote diffèrent~ symptômes ehez les animaux soumis à l'administration de la drogue : nausé~. mfdriase, perte de la sensibilité, accélération puis ralentissement des battements du c:-Q:ur avec mort soit en systole, soit en diastole (C92). ·A la même époque le célèbre physiologiste anglais Brunton étudiant a•ec Pye l'action de l'infusion d'écorce observe chez le chat des nausées, des vomis!<tments. L'action initiale sur le cœur est induite par les centres médullaires du l"agœ et est caractt'risée en un premier temps par un ralentissement du cœur, puis, par ont accélération passagère. Par la suite, ou avec des doses plus fortes, la préparation provoque un ralentissement du cœur conduisant à l'arrêt ventriculaire alors que ks o~illettes continuent à battre. On constate également une baisse de la pression sanguint. Selon Brun ton la diurèse est due à. cette hypotension et il résume ainsi les phéwmènes obsen·és : l'Erythrophleum renforce et ralentit le cœur, contracte les artérioles et augmente la diurèse [B131, B132]. · · A la suite de ces travaux un tenta des essais cliniques avec la drogue dans des maladies de cœur. Drummooo utilise la teinture dans deux cas d'affection mitrale

/
}

la

f

Les graines sont plus toxiques que les écorces bien que leur teneur en alcaloïdes totaux soit en général beaucoup plus faible. C'est ainsi qu'avec les gt:aines de l'échantillon de Casamance titrant seulement 0,075 p. 100 d'alcaloïdes, jugal a constaté la mort du cobaye en 38 mn à la dose de 0,25 gfkg et en 1 h 15favec une dose de 0,125 gfkg [R82], Ce caractère est attribué par Paris et Rigal, entre autres causes, à la présence de la saponine fortement hémolytique contenue dJ!ns la graine et qui agirait en synergie avec les alcaloïdes [R82, P129). Les feuilles présentent à un degré moindre la même particularité puisqu'elles sont aussi toxiques que les écorces alors qu'on ne peut en retirer que de- faibles quantités d'alcaloïdes. C'est ainsi que, toujours pour l'échantillon de ·Casamance à 0,160 p.100 d'alcaloïdes, la mort du cobaye survient en 4 h avec une dose correspondant à 0,50 g/kg et en 1 h 10 avec une dose de 1 g/kg [R82, P129].
30 ALCALOIDES.

La place privilégiée tenue par le tali danslaphannacopéesénégalaisedepuislestemps les plus reculés justifiait pleinement dans cet ouvrage un développement particulier sur l'histoire de la drogue proprement dite et sur les recherches auxquelles elle avait donné lieu. Mais en dehors de ces considérations propres à notre sujet, le tali présente encore un intérêt historique général. dépassant largement le cadre africain. La découverte de la structure de ses alcaloïdes et de leurs propriétés marque en effet une date dans l'histoire de la chimiothérapie par la connaissance nouvelle qu'elle apporte sur les relations constitution chimiqut'-action physiologique. · Avant la découverte de l'àction cardiotonique des alcaloïdes de l' E. guineense, on considérait que cette action était incompatible avec la nature akaloïdique. Elle ne pouvait être, croyait-on, que le fait d'hétérosides très particuliers à génois stéroidiques comprenant une chaîne laetonique et dérivés dans la majorité des cas du cardénolide en C23 , dans les cas plus rares du· bufadiénolide en C,.. **.
• L'auteur pense dans ce cas avoir eu a:Iaire à un échantillon très vieux'"' même ayant séjourné longtemps sur le sol. On admet en effet que le taux des alcaloïdes, et partant la toxicité, diminue avec le vieillissement des échantillons. •• Seuls les hétérosides cardiotoniqu.-s retirés de la Scîlle et de l'Hellébore noir (scillaroside, ltellébroside) ont des génois dérivant du bufadiénolide. Tous les autres d~rivent du cardénolide, en particulier la digitaline (de la Digita"··) et les difiérents hétérosldes re-tirés des Apocynacées: üuabaïne, thhétoside, etc. Erylhrophleum guin-er.<t et l wcanac n{r ·a'!a sont les deux seuls végétaux, africains de surcroit, dont Ol' a exlrah .i· 1i~al, ,Ln;, ··ti<'' card·aque, ceux de l"OO<tlnga a(ricana étant
" :~ ·n~ : ..... ·otr·<lia

• Cf. Partie historique, pp. 42-·43 et 49-S.O. •• :-\ous avons signalé dans nc.tre ouvrage Sorciers, féticheurs et guérisseurs dr GOit-<1' Ivoire, Haule- \'olla {K47) que lorsqu~ as ordalies sont maintenant jugées nécessaires, on •ubst.Jèue généralem•·nt l'én<euve ·:••X poule.· !"épr"uvt t>umaine, les accu5és étant représentés par d.s poulets apv("~~.~,...t· ~""\ sait al •rber ~~' ""~"'''~':'"M:w1 ~·.,..al.' rouge. Le poulet qui meurt dans <:es tn"\dition"
en

des SakE·•

We\

de

J\lg,iz~ascar

-;---~--~~•,,.:""'

i

.,,..,.

~_:~~~'

••

.,,,.....,

,. ·. _:;....

.;..._-.;;,i•\-.!. !"!"''~''"':":" "~~c+- ,~,-4~

....;.,

,.;,;...~._ •.,;·..,_.,

.,..;.,

'*'•••

fi.: ,,...,_ _ _

.,.,.,,........,......,.ill!
297

4

~ ,..,.....

(
296 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE Or les alcaloïdes du tali. malgré leur structure chimique très différente de celle des hétérosides cardiotoniques, possèdent, comme l'ont remarqué tous les physiologistes une action tonicardiaque comparable à ceile de la digitaline et possèdent de plus une action ~ale en rapport aYt<: l'amino-alcool qui les constitue. L'« érythrophléine • de-6allois et Hamy, étudiée par les auteurs eux-mêmes, se révèle toxique s.ur le cœur de la grenollille qu'il arrête très rapidement en systole. Chez les animaux à sang chaud, elle. provoque convulsions, dyspnée, paralysie des muscles cardiaques suivie de la paralysie des muscles striés. Par injection intraveineuse chez le. chien, on constate.t.,ac~y= et élé~ation. .dtdapr!lssion artérielle. A fortes doses les troubles cardiaques o t av;mt la mort [G82, G86]. - .. ---- --- . Harn·ack et Zabrocki expérimentant l'étytbrophléine amoi"Dhe qu'ils avaient isolée, constatent sur le cœur de grenouille à la dose de 0,5 g une accélération des contractions systoliques, particulièrement des oreillettes, et finalement la mort par arrêt du cœur en systole. Une dose de 1 g administrée alli lapin par voie intraveineuse déclenche en un premier temps .un ralentissement du cœur avec une augmentation des contractions systoliques et de la pression sanguine. En bref les auteurs estiment qu.e Yérythrophléine agit sur le cœur à la façon de la dilgitaline et possède des propriétés oonvulsivantes [H74]. lls ne retrouvent pas ces dernières propriétés dans une érythrophléine purifiée qui agit alors uniquement à la manière de la digitaline [H75]. L'action cardiaque de l'érythrophléine a été ensuite étudiée par Van den Berg [V25]. L'intoxication se produirait en trois phases : la première est caractérisée par une augmentation des contractions vasculains, un ralentissement du pouls et une augmentation de la période réfractaire. La deuxième est caractérisée par des troubles du rythme auriculaire puis contraction ventriculaire. La troisième est caractérisée par une dissociation auriculo-ventriculaire et quèlquefois arrêt des oreillettes. Des dilutions aussi faibles que celle de 1/800 000 000 produisent encore la va504Constriction chez· la gren(luille. · . . Santi et Zweifel èn injectant des préparations alcaloïdiques dans lei sacs lymphatiques de grenouille trouvent que l'érythrophléine à la dose de 5 m~kgest mortelle et se 1pontre ainsi plus toxique que l'hom<()lphJéine (18 mg/kg), la norcasSaidine (25 mg/ kg) et la cassalne (200 mg/kg) [S141]. De leur côté, Chen et coll. ont trouvé que les DL50 causant par voie intraveineuse la mort des chats avec arrêt du cœur en systole sont, en mg/kg, de 0,364 pour le sulfate d'érythrophléine, 0,683 pour la norcassaïiline, 1,111 pour le chlorhydrate de cassaine et 0,127 pour le chlorhydrate de coumingine. Dans les mêmes conditi~ms la DL50 de la digitaline est de 0,325 [C38]. Les mêmes auteurs ont noté que l'acti<J-n émétique des bases coumingine, cassaïne, nor-cassaidine et homophléine est plus forte que celle de J'érythrophlt\ine. Ils ont également noté que cesbases ont une action anesthésique locale sur la cornée de lapin et la peau de cobaye. Chez l'homm<", elles produisent engourdissement et parasthésie de la langue. Comme les autres substances cardiaques elles augmentent la pression sanguine chez le chat, stimulent l'intestin isolé de lapin et l'utérus de cobaye. La cassaine provoque en outre des ronYUlsions chez la grenouille et Je ebat [C38]. Rothlin et Raymond Hamet ont également signalé l'action stimulante de l'érythrophléine sur l'utérus et l'intestin isolés de lapin [R80, R89]. Cotten et coll. ont étudié en 1952 la cassaine et la cassaidine et leur ont trouvé une action digitalique. A faibles doses l'augmentation de la force de contraction du ~œur est plus rapide et plus forte que c.elüe produite par l'ouabaïne tandis que l'arythmie est plus transitoire. Le pouvoir émétisant de la cassaïdine est approximativement le même que celui de l'extrait d' Erylhrop!r.ltUm et de ouabaïne aux mêmes doses [C89]. En injection intraveineuse chez le chi<"n Daum et coll. ont constaté que J'ouabaïne i la dose de 0,03 mgjkg et la cassaïne à !a dose de 0,04 mg/kg produisaient une aùgnentation de 20 p. 100 de la contraction ventriculaire sans baisse concomitante de la Jression sanguine. Ayant d'autre part préparé un carbamate de cassarne, ils ont :onstaté, dans les mêmes conditions expérimentales, que r" compo&é à la dose de 1 mg/kg augmentait de 30 p. 100 la contraction ventriculaire. laquelle s'accompagnait m outre d'une baisse de la pression s"n·-'.lline de 25 p. 100 D99]. La cassaïne, son iodométhylate et so•> '·ldoéthylate ont un• action inotrope positive La concentration minimale active est de ,ur J'oreillette gauche stimull'e du la• i v 1 <J-'l).f nour la cassaïne et "" 1 x l' i pour ses dérivés. ·, Jtre part à la concen. ylés diminuent ~:wtrope positif de la ; x to-•M. le~ d~ · ·:érivé '\6]. ·pmarqué · ·e et ooingine augm1 1>1· s r~ lutions le

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

passage du potassium du plasma dans les cellules, tandis qu'à fortes concl'llltratlons elles inhibent ce processus en agissant vrnisemblablement sur une adénosint' triphosphatase de .la membrane [K65]. Selon différents auteurs, les alcaloïdes de l'Erythrophleum.auraient, comme les hétérmides cardiotoniques, un effet inhibiteur sur le transport des catiœs et sur l'ATPase activée par Na et K [in D98J. A la suite d'expérimentation in uilro montrant d'une part l'ellet de la cas.-;aine sur la lipolyse spontanée ainsi que sur la lipolyse stimulée par la noradrénalinf'. et montrant d'autre part les interactions de J.a cassaine avec la caféine et avec le 3 .5'-AMP cyclique, Dorigo et Fm;slna émettent l'hypothèse suivante : la. cassalnt·- comme l'ouabaïnt'. inhibe l'hormone stimulant la lipolyse à deux nive=!ux du procesgas, avant et après la synthèse de l' AMP cyclique. Le premier composant de l'action, mis en jeu par des eoncentrations plus basses; représente probablement l'effet le plus !pécifique de ces compoSés naturels sur la lipolyse [D98]. · L'effet analgésique de l'érythropbléine d'abord puis des autres alcaloïdes a été mis en é'idence par différents chercheurs. Goldschmitt, Gutmann et Hirschfeld, les uns et les autres en 1888, affirment que chez l'homme la solution. d'érytblrophléine an 1/1 000 produit une anesthésie lticale persistant 3-4 h; sur l'œil il y a, outre l'anesthésie, quelques désagréments, tels qu'un ralentissement de l'accommodatim et une dilatation de la pupille. Toujours à la même époque Karewski déclare qu'on peut utiliser la solution d'érythrophléine à 0,50 p. 100 en injection sous cutanée rontre les névralgies et que par action locale de la même solution il a pu extirper che~ l'homme des polypes sans douleur [R82]. Trabntthi a signalé en 1937 que les alcaloides de l' Erythrophleum avaient un grand pouvoir anesthésique sur les muqueuses. Cette action, caractérisée par un élébut lent ·et u.ue intensité durable, serait généralement supérieure à celle de la cocame [T49]. En eondusion les Africains avaient donc parfaitement observé empiriqament les particularités d'action cardio-toxique de la drogue y compris le temps dt latence, noté par les pharmacodynames;' précédant les manifestations aiguës de l'empoisonnement. C'est ce délai, correspoifdant aux temps de fixation des principes to:Dques sur le myoearde, qui était mis à profit pour sauver l'accusé de la mort s'il avouai1l sa faute. Ces principes toxiques, constitués par les différents alcaloÏdes contenu~ dans les écorces, sont caractérisés essentiellement par leur action de type digitaHque sur .le cœur, seeo~airement par leurs prop!iété.sj!Détiques e_t anesthésiques. Mlllgré Tes diffi!rehts essa1s tnerapeutiques qui ont été ptatlqués,-léiïr tmploi en médeeine humaine, en .raison de leur toxicité, est contre-indiqué, Mais il est possible que dan~ l'avenir des modifications de structure apportées par les chimistes aux alcaloïde~> naturels ou l'obtention par synthèse de corps conçus à leur image :apportent des médieaments nouveaux à notre arsenal thérapeutique•.

Biblfugraphie complémentaire :
CnnnE: Engel [E34, E35] ; Repke [R93] ; Hauth [H86, H87] ; Portius [P151]. PHARMACOLOGIE : Goldberg [G101] ; Kahn [K78] ; Chen (ClOt] ; Ta:rtor-Smith IT60] ; Brown [B148] ; La Barre [L72].

23. - Guibourtia copallifera Benn.
YrLGO. Copaller, CopaHer d'Mrique occidentale, Copaller de Guinée.

SYx. - Copaifera guibourtiana Benth., Copaifera copal/ifera (Benn.) MilneRedhead, Copaifera vuilletiana A. Chev., Guibourtia vuil/etiana r.\. Chev.) A. Chev., Copai(era vuil/elii A. Chev. YERN. - Diola bumana ; flaup yuntu.

Caractères remarquables.

Arbre de 15 à 20 rn, à !fit droit, cylindrique, élancé, à écorce lisse géi:Jt'ral~ment tachetéE- de plaques gris verdâtre constituées par rles lichens et champigne>ns. • cr
~.·:<lw

d:. p. 802.

.,. .
!98

_,..1;:._,

~----:

~.;':.~~:1"_~~~;·..;.-~··:~

,·..:;.;·.:

'-,p;::,

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONr..~LLE Feuilles composées de deux folioles légèrement falciformes, ovales, cunées, asyméIiques à la base avec 3 ou 5 nervures longitudinales partant de la base ; le limbe de 7 sur 3.5 cm. Court pétiole de 3 à 5 mîD ile long. Stipules foliacées de 6 mm persistant 1ssez longtemps. . Corymbes axillaires de fleurs blanches. Gousses obliquement elliptiques de 4 sur J cm a,-ec sur un côté une ne~ parallèle au bord. Efabitat.
D n·existe qu'en Casamance maritime où il vit en peuplements en mélange avec Parinari excelsa.

-

_.....,.

..,.....,..,."::'"','

.~·tb;.;o~~fi-· •-~

lfli!l

7.;,.-~·~.-~. ;~ .~';:'":r• •,-.,IQI!!J

4. .

-~.4 ·-·~+---... ~-,...,.

);

"t'

(
PLANTES MÉDICIN.-\LES ET TOXIQUES 299 Feuilles bipennées avec 5-6 paires de pim.nules opposées ; rachis épineux. Foliolules subopposées ou alternes, oblongues, ellip'liques, mucronées, de 3,5 sur 2 <em, légèrement pubescentes. Racèmes terminaux simples ou ramifié!. d'épis tomenteux de 20 cm de long formés de fleurs jaunes avec des pédicelles de 1 cm, articulés près du SQmmet. Gousses indéhiscentes, plates, contournées, minetS, oblongues, de 10 sur 2,5 Clllll, finement pubérulentes, rouges pendant la maturaUoo, brunâtres à maturité, ailées longitudinalement sur un côté, avec 2-3 graines. Habitat;
ll est fréquent dans le recrfi forestier <du secteur de Bignona (Casamance). On le rencontre très exceptionnel.lement dans lots galeries soudanienaes humides. Il existe aussi aux environs de Dakar dans les lif'lll:x: frais (rare).

-,

,

F;mplois. Le Copalier n'a pas, à proprement parler, d'emplofmédicinal. Lors d'une prospection dans le forêt de Dianten (Casamanœ) nous avons décelé la présence d'un peuplement de cette espèce. A cette occasion il nous a été signalé que lorsque les agriculte-urs venaient couper les branches de l'arbre très recherchées pour la confection des k.àdâdu (llilaires spéciales pour le travail des rizières) ils. recueillaient en outre la résine et la brfilaient pour chasser les moustiques. · Quoi qu'il en soit, les Copals figuraat toujours eil bonne place dans les traités de matière médicale, il y avait lieu de noter dans. cette région de Casamance la présence d'un peuplement presque pur de copaliers. Généralitès sur le Copal.

Emplois. Cette espèce est uniquement connue ettmployée en Casamance (basse et moyenne). Elle constitue pour une célèbre guérisSftl.se manding des environs de Ziguinchor, spécialisée dans le traitement de la stérilité féminine, un médicament qu'elle prescrit aux maris dans les cas d'impuissance attribuée aux maladies vénériennes (macéré de tiges en boisson). Les feuilles auraient d'excellentes PI'O!Priétés antientéralgiques avec effet laxatif secondaire. ' La liane aurait aussi des propriété~ antiseptiques, détersives et cicatrisantes pour les plaies torpides : on emploie alors C()lllffie topique le macéré aqueux de la tige feuillée, en particulier pour les ulcères phagédéniques et quelquefois simplement poùr les pieds enflés. /
l

D ne faut pas confondre les produits dénommés copahu et copal. Le copahu est une oYorésine liquide, claire, visqueuSIC s'épaississant avec le temps et improprement qualifiée baume de copahu. Elle est l~urnie par différents Copai(era d'Amérique tropicale. Anciennement utilisée thérapeutique pour ses propriétés antiseptiques urinaires et antiblennorragique~ elle figurait encore à la pharmacopée française de 1947. Le oopal est également une oléorésine provenant de quelques espèces des genres Trachylobium, Guibourtia (ex Copai(av~.) et Hymanaea. Dn distingue·les copals durs fournis par les Trachylobium de Madagascar et de la côte orientale d' Afrique.les copals demi-durs fournis par le Guibourtia copalli(era de la côte occidentale d'Afrique et les oopals tendres fournis par l'Hgmtnaea courbaril de la Guyane•. Le copal fourni justement par G. cr»palli(era est une des sortes les plus estimées pour leur richesse en essence, supérieure aux autres. Le copal dit de Guinée, se présente en boules vitreuses de la grosseur du poing, translucides, dures, sèches et cassantes. Les constituants principaux sont d.es résines à acide résinique (10 p. 100). une essence (5 p. 100), des acides dicarboxyliques (45 p. 100) et des oxyacides en C.,H ..OHCOOH (40 p. 100) (D13]. Le copal est un produit industriel de forte demande servant à la fabrication des vernis. ll est utilisé parfois en pharmacie pour l'enrobage des pilules .. ,

ln

J
1

f

!

>.

25. - Parkinsonia aculeata L.
VuLGo.- Genêt épineux, ParkiDsonia.
VERN. • -

Wol.

parkinsono ; mmd., peul.

barkasmié, bargasoné.

Caractères remarquables. Arbuste de 3 à 4 rn, avec un ffit de 1 à 2 rn souvent branchu près de la base ; branches retombantes ; ramèaux verdâtres. Feuilles bipennées avec normalement 2 paires de pinnules. Rachis vert aplati, long de 10 à 15 cm, avec de nombreuses !Petites foliolules de 3 sur 1 mm. Courtes grappes axillaires, dressées om pendantes de fleurs jaunes piquetées de rouge. Gousses de 8 à 10 cm de long sur 9 mm de diamètre, longuement acuminées au sommet, contractées entre 4-5 graims oblongues. Habitat. Originaire de l'Amérique centrale et du sud de l'Amérique du Nord, le Parkinsonia est planté avec succès dans les villes et villages du Sahel sénégalais. Il est subspontané dans les lieux humides et marécageux de la vallée du Sénégal (Lac de GuiersTaoué). Emplois. Le Parkinsonia est très généralement utilisé en médecine populaire pour les diarrhées banales et dysentériformes som forme de macéré ou de décocté de rameaux feuillés. Les fleurs sont très recherchées par les enfants qui les consomment en abondance.

24. - Mezoneuron bentbamianum Baill.
VERN.-

Wol. ùida, ndeda (d'après Dalziel); ser. irÎ.âka, irÎ.âki (Berhaut) mand. solumorum ; diola FfllfliY fuwok ; bain. butopot ; bal. némin <d'après Dalzeil).

Caractères remarquables. Plante sarmenteuse à nombreux rameaux grêles, entremêlés, garnis d'épines courbt"S et formant des buissons impénétrables. ·
• Selon· Perrot, le mot copal est mexieain. d'où une confusion sur l'origine de la drogue. car elle v.-nait rn Europe par les bateaux anglais psant par l'Inde et on la croyait originaire de œ pays. En réalité, ce produit chargé sur la .;ôte oriealale d'Afrique et à Madagascar, puis transportè dans rinde revenait de là en Europe p !-e tralk &nglais [P6). •• v· après Perrot la consom,.,,... mondii:a e s'établissait à 900 OOOt en 192\l Lef. ~o txbe'"· en avait <>>.uorté r•k de 220{•'·' ".9:!<; ~t'' Guinée ex française 69 t en 19 · '''~' ·

-;ute

>ppellatior sénégalaises <lérivetJ'

"""'t

P

·kinsonia déformé.

;--~··,..,_

'"..~~~·~~·~.

-~·:-""·~ ~ •····..,-;':,,.J'w,::·~.~~~<Jt~ ~::::f·.,. . ..,.,.,:.<.'~:·· <·~.,.~~. :.,·i~tlir:·..,.L
f

f

J ..

~.~

.~

..~:.CF~~:kf;·: ..,;;.~
301

300
Cblmie.

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE Habitat.

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

FEUILLES ET FLEURS.

Les feuilles et les fleurs ont été étudiées en 1966 par Bhatia et coll. Les feuilles contiennent trois C-glycosides : - Epi-orientine qui est un C-glucoside de la lmtéoline (ou 3',4',5-7-tétrahydro:xyflavone), ressemble à l'orientine (ou 8-C-gllyco~yl-Iutéoline) comme composition, réactions chimiques, spectrès UV et IR, mais en ddlère par son point de fusion et :son pouvoir rotatoire. De ce fait les auteurs estiment ·que c'est un épimère de l'orientine. - Parkinsonine A qui èst. un Ç-glucoside de f>-0-methyl-lutéoline et est étroitement relié à l'orientine. - Parkinsonirie B qui est un C-glucoside de 5,7-di-O~étbyl-lutéoline et a une structure stéréochimique reliée à celle de l'éJJ~ritntine [B123). Les fleurs renferment ces mêmes composés ma:M constituent une meilleure SOUirce de C-glycosides et permettent de. les obtenir par un procédé d'extraction simple avec un meilleur rendement. Les auteurs ont ainsi obtenu à partir des fleurs frak:hes : 0,60 p. 100 d'épi-orientine, 0,38p. 100 depaxtinsmine À et 0,25 p. 100 deparkims<r. nine B [B122).
GRAINES.

Ar::lre twique de la région soudaniemlC!l ; encore très commun dans la vallée du Sénégal et s'arrêtant seulement à la forêt :guinéenne de la Casamance maritime. Emplois.
P. relic'mlatU:m est un grand médicamemt de la pharmacopée sénégalaise. En pap sérer et wolof les guérisseurs à la quasi unanimité déclarent utilistr les feuill~s et les écorces en pansements, gaqgarismes, instillations, inhalations, flll'JLigation~ polllr le mborom bop, terme de maladie englobant céphalées, odontalgies, oreiiJons. · · n·ane façon plus générale. encore. on neconnalt aux écosces qui sont astringtntes des propriétés antidiarrhéiques et antidysentériques. Un traitement du Niani COlll'!iste à pnndre en boisson le macéré de racines; de P. reticul(ltum, Prosopis a(ricana <ft en bain~ de ~ge le décocté des feuilles des deux mêmes espèces amené à tempér.arture supportabl'.e. · Eu US1IIIgtl proprement externe on pemt considérer que l'emploi des feuints et éCorres ·l$t général comme hémostatique, antiseptique, cicatrisant pour les plaies (de la circoncision en particulier), les blessmres,les ulcères phagédéniques, le5 chamcres syplillitiqœ.es. On tromve· aussi, mais avec moins d'l'llnité, de nombreuses autres indications : toUL bromchites, paludisme (P. rdi.:ulatnun seul ou associé à Guiera simegalemis e\ Secwinefll uirosa} ; troubles hépato-biliaùres avec vomissements (racines de P. _l!di~u­ lafum a'R'IC celles de Bauhini.a ru(esu:ns); :anurie et blennoragie (avec Enlada a{riKtma, Baltmilalllltgyptiaca, Zizyphus mucronafll)l; hydropisie et ascite (avec racinès d ....kacia. sidH'Tianmet bulbe d'Haemanthus multijk11rus); stérilité (avec Cassia sieberiana, Ficus divers} ; cas de possession et crisJ's épilœptiformes (décocté de feuilles en· bams · ei

/ :tf~,tarmacologle.

Earle a analysé deux échantillons de grainei> avec respectivement les résult.ats suivants p. 100 : eau 20 et 11 ; cendres S,8 et 3,4 ; protéines 24,3 et 20,5 ; huile 6,8 et 3,1 ; amidon sans indic_ation et 7,6. Les téguments donnent 7 p. 100 de cendres, 5,9 p. 100 de protéines et 0,8 p. 100 d'huile (E22j,. Lès recherches concernant tanins et alcaloïdes <mt été négatives (E22).
'

/

f

'

boissons)-

' Spencer et coll. ont testé sans résultats appréciables les extraits de branches. de tiges et de graines dans le paludisme expérimental des poussins induit par Pla:mtodium gallinaceum (S95). Notons que l'intérêt thérapeutique des C-flavOI!Iosides est loin d'être négligeable. Leur toxicité est très faible, Ils se montrent actifs sur la perméabilité cèllulairte et certains d'entre eux se sont révélés des diurètiquts et même des antiurémiques iatéressants.

n y a lliru de noter en outre unl gelllllltDthérapie pratiquée par certains guérùseurs

'

·

·

diob. et Wllcouleur consistant à ·utiliser en médecine infantilè le macéré des }mnes .bourgeoni- et des toutes jeunes feuilles pmur le rachitisme des bébés, le kwashiarkor, J'an(;re:De. Cette médication recommandée aurait, entre autres résultats bénéfiques, celw d'eniter les fonctions appétitives dies nouveaux-nés.
Chimie. Lts étl:J(ies sur la chimie du Piliosligmta reticulatum datent de 1938 et sont dues à Rabaté dl Gourévitch [R3, R60, R79]. Gts aotteurs ont isolé du fmit entier :avec un rendement important ·de l'aciidê L tartri~ découvert ainsi pour la premilère fois à l'état naturel (1,4 p. 100 d"acide libre et 3.9 p. 100 de tartrate acide de pt'lltassium exprimé en acide tartriqu~); P.ar aiillieurs, l'analyse du péricarpe leur a donné les résultats suivants Jk 100 : extntit bl:lsamique 16; sucres réducteurs; 1,1, saccharose 2,7, hydropectine 6. l)ans lls feuilles sèches ils ont égalememt isolé de l'acide L tartrique avec un rendement de .5,9 p. 100 [R3). Par la suite, Ral:laté obtenait en outre à partir des feuiilles le queli'Citr<.,ide avec un rendement de 0,3 J!il· 100 [R60). L·aciM L tartrique existe dans la plamte sous forme d'acide tartrique libre et dé tartrates de potassium et de calcium. Ralbaté estime que les feuilles constitumt une exallenk source d'acide tartrique lévo~ et a mis au point un mode opér.atoire simple ptrmettant d'obtenir les tartres gauches avec un rendement par kilo de ftroilles traitées dle 45 g de tartre brut, soit 43 g ule tartre pur [R79). Les feJillles ont fait l'objet d'une anallyse diététique de Toury qui y a dosi' pour 100 g : ~au 78,3 g, protéines 4,8 g, lipildes 0,10 g, glucides 14,4 g, cellulose 6,8 g, cendres 2,40 g, calcium 435 mg, phosphu:ire 80 mg, vitamine C 68 mg [T3). L'écoNe et les tiges contiènnent du tamin, mais les recherches de Persinos mr les tigt-; de D'espèce nigériane concernant na présence d'alcaloïdes et de sapolllOSides ont été I!Légati.ves [P85).
PI!J.>;.r.1J<,K01<'
,.,,1,('

26.- Piliostigma reticulatum (DC.) Hocbst.
SvN.- Bauhinia reliculala DC., Baulhinia benzoin Kotschy, BauhinU! glœbra À. Chev., Bauhinia glauca A. Chev.• Elapuna biloba Raf.
Wol. gigis, ngigis ; ser. lag <Berhaul) ; ser'., niom. nga, gayo, ngayo, ngayor ; niom. ingayo ; falotr gogel (Sébire) ; mal., bamb. nama, itama téné ; mand., socé fara, fara meskl, fara mesên ; sar. talé, ya:fé ; peul, toue. barkey, bardeJi, barkewi .: dioiil burékatod ; diola Fogny katalat, bufalat, kafalataku, bufalatahu ; lanél. gapes.
VERN.-

Caractères remarquables. Petit arbre· de 8 à 9 m.de haut, à fût rarem.e·nt droit, souvent contourné, se présentant fréquemment sous forme de buissons à norntlreux rejets partant de la souche ; écorce profondément fissurée longitudinalement. très foncée, fibreuse. Feuilles épaisses, coriaces, glauques et glab!es dessous, presque orbkulaires, largement lobées au sommet avec angle d"échmcrure obtus, cordées à la base, d'environ 7 cm de long sur 8 cm de large. Panicules ramifiées, c::·ut"l'· axillaires ou lee···' -.ales de fleurs blanches d'environ 2Ccm de long. Gons>es ·' ·ilncé b maturitè · -· -sistant longtemps sur les arbores, ligneuses, rmrrtem.-. · v ·;tes, ~·dsâtres. ~,. lées, atteign:r• • 2( sur 5 cm~avec plusieurs ·, ~tée~ ·ns · ;n~< ·r.

.. ,~H

·wtr>.' co'-"'ilisance, concernent l'activité. antibiotique • ' 1! · t · ~s donné de résultats [K6, S95}.

•'

(
302

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

303

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

L'acide tartrique est utilisé comme laxatif et rafralchissant. Notons que l'intérêt du P. reticu.lttlwn comme source d'acide tartrique est loin d'être nêgligeable pour r Afrique. n n"y a pas en effet de production indmtrielle. synthétique de ce corps• et les quelques. 15 000 t utilisées annuellement pour la fabrication des eaux. gazeuses, les maladies du vin, l'industrie des levures indusllrielles, etc. sont produites en Europe presqu'uniquement à partir du raisin, les tart:r.ates de tamarinier provenant des Indes étant d"un prix trop élevé••.

:..

ë
"' cu ""

:!

27.- Piliostigma thonningii (Schum.) Milne-Redhead
Snr. - Bailhinia thonningii Sebum. YERN***. - Wol. gigis, ngigis; ser. gayo, ngayo, ngayo gor ( = ngayomâle); 11111L, bamb. t'lama ba ; mand., siDCi, bal. fara, lara ba; peul, toue. harkéwi, bMkéo, barkey ; diola Pogny kafalat, kafalataku, kabâb.baut ; floup buhalet ; bain. lara ; mandj. bn1110tara (Aubréville) ; mank. butôgal ; bas. apes ; bal. mfara, lara.
Caractèns remarquables.

.;!

a :a ....
g~ t~

.s;;

=~

Vl'f .,.

....
s ..

lè.., "'= .5-;

Arbuste ou petit arbre de 6 à 8 rn, à fftt souvent tortueux. Ecorce profondément fendillée longitudinalement; brun foncé~ fibreuse. Feuilles ressemblant à celles du P. rdiculatum, mais plus grandes (en llJCilyenne de 12 sur 14 cm) et avec l'angle du lobe moins ouvert (ne depasse pas 90°); limbe revêtu d"une pubescence dense et feiTtlgineuse à la face inférieure. Petites panicules terminales de jlemrs blanches à sépales densément bronzés ferrngiiMUX. Gousses comme celles jiu P. reticulatum, mais à pubescence compacte ferrugimuse foncée. f.
Habitat.

iild

'""

ÙJ
.!

l.;

·1
/

]~

..

~:...

1 J 'J

' !.

. .,

al""
~f ;:~

1~

C'est me essence qui vit parfois a\~ P. reliculatum dans la région soudani1m1e du Sénégal oriental, mais elle ne pénètre pas dans le Sahel et exige plus d'hurmdïté. Elle est très commune au sud dé la voie ferrée de Dakar à Kidira et à l'est de Kaolack. Emplois.

"C '=co

=..

::;

.,!::

P. thomtingii fréquemment confondu :avec P. reticulatum est signalé avec les mêmes indicatioos pour le mborom bop•u•, les entéralgies,les diarrhées, l'anurie. On le trouve aussi chez les Toucouleur dans des traitements très réputés des maladies men:tales et, comme P. i"eliculatum signalé ci-dessus, dans ceux de l'épilepsie et des cas de possession. Mais ce sont surtout les usages externes qui sont étendus sans qu'on puiss.t, répétons-le, ftablir une barrière entre les deux espèces : l'écorce est recommandée .:it Dakar par les \t'Odeurs de simples pour les ostéites, les myalgies, les rhumatismes, em vapQrisations et frictions avec le décocté. La même indication se retrouve en Ca!Wllance avec en outre un autre emploi comme antivariolique. Dans ce cas, on·tncti~nne le corps a\'« un bouchon de feuilles préalablement trempé dans l'eau chaude. Si l'application t$t faite quand les boutons • crèvent • et au moment où les yeux devüennent rouges, la maladie ne laisserait pas de cicatrices. L'appaication de pâtes de feuilles fralc:hes est recommandée pour les ulcères phagédéniques; le suc des feuilles en bains oculaires sèrait pour certains guérisseuN l'antidote spt.ciftque de l'envenimation par serpents cracheurs qui projettent souvtnt leur venin smr les yeux.

e
l

IL

ll.!j

g:::l
.(J'J

<.

.... .,_. o:;
. 1

1~

> .

1

.§;
ga
~

-~~

~c .,p.

"~

.

~

.!;!

,: ~
"'
il.

~

1

"' ci

0

r::

• La s~"DUIPse partielle de l'ad de tar: hydrol<ylaliron de l'acide mal?• we. •• Cf. TarnJro·,du· indic• :IC" ••• Le> •Ir-" < ···w·· · ''" tent ~t'>~

'<~· ,._.

a été rf .usée en '
<JilL ,., "

1

par Church et Blumberg p11r
t souvent confondu•" el por-

mningl

:-~- --~-~~!J.;.~~ ---~ ~~.;.::-;-~~-.: ~~-:-. ~:-~.~--

.: ·-~-

~~~: ·tr~·-

•. ·!.~~,.;:.......~

f(~~ --~~- .~~

.·-

~~·,.,~ ~

T, • .{
305

(
304

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOX;IQUES

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

Chimie. Des travaux relativement anciens ont montré la richesse en tanins (20 P- 100) des écorces de tiges et racines ainsi que la presence de traces d'alcaloïdes [K4). A partir des écorces de l'espèce de Guinée portugaise Ferreira et ont obtenu du saccharose cristallisé et montré la presence de tanins pyrocatéchiqwes, des acides citrique et dextro-tartrique, de pigments dont le rhamnétol ou 7 methyl-quercétine. Ils ont d'autre part isolé un caroténoïde et un stéroïde qui n'ont pas été identifiés. Au cours de leurs essais préliminaires pour la recherche des alcaloïdes, ils ont obtenu une réaction positive avec le réactif de Dragtndorfl, mais pas de précipité avec l'aCide silico~tungstique ni de réaction de Mayer positive. Au cours de· ces essais. ils ont également dosé 4 p. 100 de mucilage et 0.25 p. 100 de sucres réducteurs exprimés en glucose [F5).

comme reronstituant et décourbaturant pom les hommes, comme abortif pour les femmes. !kmière utilisation est à rapprocher du fait que les Peul-Toucouleur ne Cette laissent pllis les vaches manger les fruits de Swartzia dont la consommation provoquerait dts avortements. Chimie.

~/

,.

ooD.

'!

~.

Pharmacodynamie. Les extraits aqueux d'écorces de tiges de l'espèce nigériane présentent une certaine activité contre Sarcina lutea, mais aucnne contre StaphylocoC(;us aureus et Mycobaeterium phlei [M130),

28. ~ Swartzia madagascariensis

J?esv.
1

VEI\N.- Wol. dimbé, dnimbé, ndimbili, dimbili, dimbéli ; bamb., maL samagara, samakara ; mand_, MJci numudit'l têbo ; bamb. firin gama (Berhaut) ; peul ohli (A.ubréDilk), gugirki, gugiriki.

1
7

to FRL"TfS. A part les travaux de Gaudin et Vacherat [G31],sign.alant l'absence de roténone dans les g{)usses. les premières recherches systématiques ont été entreprises en 1947 par :\flle Beauquesne [B69] qui n'a pas trouvé d'alcaloïdes mais ,Y a décelé : - Un pigment jaune flavonique donnant à l'hydrolyse une fétrahydroxyflavone (dénommée swartziol), du rhamnose et du glucose. Par la suite le même auteur, avec Paris, identifie le swartziol au kaempférol [P83). --,-- Un saponoside (2,4 p. 100) donnant à l'hydrolyse rhamnose, glucose, fructose et un aglycone indéterminé. · - Des; tanins catéchiques. - Dans les cendres (1,4 p. 100): chlorures, sulfates, sodium, potassium, phosphore; calcium, magné5ium, une quantité notable de fer et beaucoup de manganèse, r()sponsable de la couleur [B69). En fait, depuis les travaux de Sandberg et coll., on sait que les gousses contiennent des stooosides. Ce sont deux saponosides acides triterpéniques, les swartzia saponines H H d'n saponoslde neutre de nature stérolique•. Les swartzia saponines foumisst-nt à Ibydrolyse un aglycone (la swartziagénine) de fomiule brute CsoHaaO& et des su.:res : rhamnose, xylose, glucose, acides galacturonique et glucuronique [S136,
S2ï].
2° GRUSES.

f

Caractères remarquables.

7

f

f

~

Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 rn, à écorce brun foncé fissurée lengiltudinalement. Feuilles imparipennées avec 4 à 6 paires de folioles alternes ou opposées, ovales ou lancéolées obtuses ou émarginées au 50mmet, de 5 sur 3 cm, minces~ pubescentes dessous. Courts racèmes axillaires ou terminaux de fleurs blanches, parfumées, avec des pédicelles de 3-4 cm, tomenteux. Boutons sphériques. Corolle avec généralement un grand pétale orbiculaire atteignant .25 mm de large, densément villeux: àl'extérieur. Nombreuses étamines libres. Gousses de 20 à 30 cm de long sur 1 cm de diamètre, cylindriques, glabres, brun foncé, souvent un peu arquées. Elles ressemblent à celles du Cassia siebuiana, mais sont moins droites et plus courtes. Nombreuses graines. Habitat.

Les grnines contiennent également ,des saponosides [B69].
3° BO>IS DE CŒUR.

champi~ons ~t aux insectes, Harper et coll. ont entrepris à partir de 1965 tout une
série d't'tu des chimiques sur cet organe. L'extrait pétroléique est formé principalement de glyN rides. mais donne aussi une fraction constituée par une yésine · eprésentant plus de 6 p. 1(1() du poids sec. Dix composés appartenant au e es ptérocarpanes en ont Hé isolés. Ce sont [H93, H109] trois composés déjà connus: homoptérocarpine, déméthylptérocarpine, ptérocarpine et sept composés nouveaux : 3-hydroxy-9-methoxyptérocarpane. 3-h~·droxy-4-méthoxy-8-9 methylenedioxyptérocarpane. 3-hy•·iroxy-4,9-diméthoxyptérocarpane. 3-4-diméthoxy-8,9 méthylenedioxyptérocarpane. 3,4,\<-triiru'thoxyptérocarpane. 3,9-diméthoxyptérocarp-6a-ène. 3,9-dîméthoxy-6-oxoptérocarp-6a-ène.
PbarmaCOl~ie.

En vue de rechercher les constituants responsables de la résistance de l'aubier aux

n se rencontre ça et là dans les forêts sèches et savanes boisées ou arbustives, de la Casamance au Sahel. Il forme des peuplements clairs se présentant sous forme de rejets de souche de 1 à 2 rn dans les jachères du Cayor entre la route de Dakar-SaintLouis et la côte. D n'est pas très commun.
Emplois. Les racines du Swart::ia sont considérées dans le. Cayor comme un grand médicac ment .antilépreux et antisyphilitique. On les trouve dans le traitemènt antilépreuX: d.u village de Chérif II et même dans deux préparations différentes du traitement antilépreux de Rom'Nam. On les. trouYe aussi dàns les traitements les plus réputés de la syphilis•. · Les Manding et les Socé emploient le macéré de racine comme vermifuge. Chez les Peul les écorces de tiges et de racines possèdent une bonne réputation de purgatif. Les fruits trouvent également emploi : d'abord grillés, pws pilés après li•'~<.iccation, i•~ sont mis à macérer dans l'eau. Le filtrat est ensuite donné en boisson

L'indice hémolytique du péricarpe sec avoisine 500,alors que celui d'une préparation concentrée est d'environ 7 000 rapporté au saponoside pur de Beauquesne [B69]. Les graines sont encore plus hémolytiques que le péricarpe [B69]. Gaudin et Vacherat ont montré l'action nettement icbtyotoxique des fruits dolilt le digoesté à 20 p. 1 000 tue les poissons en deux heures et demie alors qu'il est non toxique per os pour le cobaye à des doses correspondant à 5 gfkg [G31]. Utilisant pour ses recherches le même lot d'échantillons que Gaudin et Vacherat,

----• c.- ·
H" 95, '!8.
~

. "'"

oremier cas si~· 9lé ~., 'a présence simultanée dans la même plante et le même orgaae ' ~. t" nér'< . :·oliques.

;

-~·_:~ "i,- ·~- ~:ic"-~,,;;i- 4,~}~·':'"-~""".'!.~ ~-·,<~~.:~~e:i]:~~ ~ ~"~:~~~--~:r-":·~i'~ -~41 '•{"J~

.''

n;

::s>·.:._ .•.n ~:"~;.~~ -· ,.___-~,

"'·

ï .. ,;..;..;:;.~w ;.

·fi ;;

1

,.c....

~•!i!4;.

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
307

106

aqueuse à 1p. 100 les tuait en 5 h. Dans tous les cas il était noté un engourdissement prononcé, tris rapide avec le décocté (15 mn). plus tardif pour le saponoside (-«> mn)
(009).

(
29. - Tamarindus indica L.
VuLGO.- Tamarinier.
VERN. -.Wol. daxar, dakkar, bêgal• ; ser. sob ; none kared (Siblire) ; falor -kara (Sébire) ; nîom.- isob, iOOb, inénef ; mal., bamb. tombi, ntomi, tumi ; mand. timbimb ; sar. kharallli d'après Dalziel) ; peul, toue. dam, dabé, dami, dadn:ii ; diola budahar (&rhaul) ; ba&. 'gidodam, gâgudam ; land. âtlwalam.

~-'·

~

Caractères remarquables. Arbre de 12 à 15 m, à mt court, droit, souwnt mal conformé, épaissi à la base, à écorce profondément striée, crevassée, brun foo.cé. Branches contournées, robu;stes-; cime touffue, longuement ovoide. Feuilles paripennées avec 7 à 12 paires de tlolioles opposées, longuement ovales, légèrement asymétriques à la base, arrondies <OU émarginées au sommet, d'mviron 2,5 cm de long sur 9 mm de large, glabres, vert :glauque ; rachis glabre ou pubescent. Petits racèmes terminaux, glabres, de fleun jaunâtres, plus ou moins maculees ou striées de pourpre avec des pédicelles de 5 mnn ; bractées caduques, concaves, presqu'aussi longues que les boutons ; 3 pétales ; :3 étamines fertiles alternant avree de petits staminodes ; ovaire stipité. /Gousses épaisses, iigneuses, Souvent courbée>, atteignant 10 cm de long ~ 2 cm ~ diam.ètre, légèrement aplaties, avèc une pulpe entremêlée de fibres à l'in!éri!eur et 5-6 grames. . . · Habitat.
Il existe dans tout le Sénégal sauf dans la f«"êt guinéenne. On le voit souvent sur les termitières si les sols sont légers ou ferrugilœux, mais il n'y est pas exclusif si les sols sont argileux. fi est très commun dans le~ sols argilo-marneux des environs.de Thiès .

Entplois. Le Tamarinier occupe une place prépondérwte dans la pharmacopée sénégalaise envisagée sous ses trois aspects : populaire, pmpre aux guérisseurs, magique. Le fruit du Tamarinier est très largement 6!0ployé en médecine populaire comme laxatif : dans la plupart des cas on pile au mortier le fruit (préalablement débarrassé de l'épicarpe et des graines à tégument dur} ~la masse obtenue est pétrie avec de l'eau ou du sanglé (breuvage à base de lait et •ie farine de mil) et donné en boisson avec sel ou non. Les guérisseurs emploient également la puJpe comme purgatif doux, mais aussi comme fébrifuge, plus précisément comme rl.J'ralchissant et calmant de la soif.Le traitement fébrifuge comprend souvent en •tomplément des frictions énergiques avec le fruit entier grossièrement pilé, additimné de vinaigre. Le fruit entre aussi dans le traitement interne antilépreux du village de Chérif II pour augmenter l'action éméto-cathartique du Trichilia roka, et daL--; des préparations antisyphilitiques. Parmi celles-ci on peut çiter lfll' traitement wdof pratiqué dans le Guet consis.tant à faire absorber au malade en début de cure de la poudre de wank (Cantharides) m-élangée à de la pulpe de tamarinier••. Deux compositions wolof à propriétés diurttiques et purgatives sont très recommandées pour le traitement des gonococcies : la_ première est formée d'une pâte

~:~ :

..........~

fto. 21.- Tamarillllua indica L . - 1. Alpect général, ·réduit aux 2/3.-2. Mode d'illsertiOE! des folioles, gr. nat. - 3. Foliole x 2.. ~ 4. Fleur épanouie X 2. - 5. S~le, faae esteme X 2. - 6. Pétale, face inLtel'De X 2. - 7. Coupe de J'ovaire, avec owles x :), - 8. Fruit, rMult aux 2{3 (D'apds Busson). la seule dUI<trence résidant dans le temps de conservation•, Mil• Beauquesne .1 constaté avK un décocté de même concentration (péricarpe seul) la mort de cyprii'JS dorés de 13 g en 2 heures. Dans des conditions •xpérimentales identiques la soluti(IQ

Le~

•ul

4"$~

~loyé

dlzalm d'

éc·

<'~r·.~

~~~

- '•r-

~t

Vaeherat étalent t

.. < '"

lh·

Beauquesne avaient .nt•

fruU

rarement, et d'ailleurs improprement, d'après nos infonnateura,
~·t-rt.

•0·101.

~ .:~···,-;..

;_-,,. "..

,.: )~.~...~~~~~:\::.~~---~·

. _ ,__ ;_::..._..

~'~~·"-:;:f,.;;;~...;.SO!',..

,.......- - ·-'~:

·~::···~~~ ~·...::---~··;;.;;.::~...;;;_--~~-~~.j-,_ ,,.~~~..,......

• ~~~~~·"·~~r

........

~.-~:

"•;'i'if~i·Ji

(
< /

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
309

..

;ç __..

308

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE "'RADITIONNELLE

constituée par le Tamarinier et des gr.aineS' de Jabr~ curcas pilées avec du mil, Jke tout étant ensuite cuit en guise d'aliment ; la seron die- est réalisée avec Tamarinier et Trichilia roka. Les Toucouleur recommandent pour fia mème action des préparatioms à base d'écorce de Tamarinier et dè Prosopis afric-. En usage proprement externe nous avons par aillturs signalé les propriétés hémos;tatiques et cicatrisantes reconnues à la poudre co~ d'écorces de Tamarinier et de Piliostigma reticulatum avec fruits d'Acacia nil~litm.. Le décocté de feuilles et ka poudre finement pilée d'écorce ou de fruit sont triés recommandés en applicatioms · locales pour le traitement des ulcères phagédéniqmes. Dans tout le Sénégal, le Tamarinier est un cousti1Diant quasi constant des préparations médico-magiques ·mises en œuvre·par les guérisseurs et mêmes les marabouts dans Je traitement des affections mentales. . C'est qu'en effet étant considéré comme un arbre sacré, lieu d'habitation préfér-é des )iné, il est normal de J'ajouter comme élément iboéaéfique à diverses préparatioms pour des affections sortant du commun (folie) ou ayant un retentissement sur lie psychisme de l'individu (impuissance, stérilitét.

Les échantilllons de poudre de pectine doRDent à l'analyse p. 100 : eau 8, cendres 3, pectate de ('"..alcium 80, méthoxyl 10 et acide uronique 56,2. Si la p111lpe contient environ 3 p. 100 de pro1léines brutes, 55 p. 100 de l'azote présent s'y trou~e S0US forme non protéinique dont 70 p. 100 constitués par de l'azote aminé. On y a aimi principalement découvert proline et acide pipécolinique avec sérine, alanine. phmylalanine et leucine [L60; B14]. Les frnits renferment en outre des pigments anthocyaniques: chrysanthémine (ou 3-glucosade '!1·anidine) dans la variété à frlllits rouges et une leucocyanidine dan$ la variété.ronunune [L61, L70, L109).
20 GRUNa:.S.

Généralités~
Le Tamarindus indica malgré J'étymologie de &oa nom et le pléonasme auquel ce nom a donné lieu••, est très vraisemblablemenlt originaire de l'Afrique tropicale d'où il s'est répandu anciennement dans toutes lrs ~chaudes du globe, surtomt aux Indes ou, maintenant naturalisé, il est très lalp:ment cultivé. D'ailleurs les travaux sur la chimie du Tamariniœ ont essentiellement été réalisés aux Indes où les fruits, selon les statistiques gouvfl'llftllentales de 1961, font l'objet d'un marché régulier d'environ 250 000 t par an. smr Inquelles 3 000 seulement so!llt exp9flées. Le prix en est très élevé, étant passé Cft dernières années de 300 Rs à .· / 1 OQO Rs la tonne [L60). ~n estime aux Indes qu'un bon Tamarinier pl'.oduit 1 200 kg de fruits ~ont la mpitié ou presque est constituée par la pulpe. ·· .Les principales utilisations industrielles éoncem<tDl la pulpe qui fournit ·des tartrates, de l'acide tartrique, de la pectille et· la pou~ de graines qui sert à la fabrication des apprêts. Selon Lewis pour la seule industrie du jute il est utilisé annuellement 3 000 t de poudre de graine [L60). Chimie. 1o
FRUIT.

Les graines représentent 35 p. 100 du fruit entier.et·comprennent 30 p. 100 de testa pour 70 p. 100 d'endilsperme. Le testa lujj-même renferme 40 p. 100 de matières solubl~s dam l'eau constituées par des ttanims et des matières colorantes. L'amande renferme p. 100 :protéines 17~ lipides 7, fibres brutes 5,6, hydrates de carbone no:m-libres 65, autres composés 5,4 et cendres 2,8. Les lipides sont constitués par les glycériides des acides linoléique (41,34 p. 100), oléique <138 Ill· 100), béhénique (6,86 p. 100), palmitique (6,19 p. 100), arachidique (4,42 p. lOOl et stéarique (2,63 p. 100) [B14]. Les hydrates de carbone sont formés prin<cipalement par une pectine de PM 55 000 qui est un polysaccharide comprenant D-g:alactose, D-xylose, D-glucose et L-arabinose• (S150. S151, S201, K77]. Laumas et Seshadri ont mis en évidence dans le testa une Ieucoanthocyanidine (L108].
30 F:Et:II.ii.ES.

La pulpe· du mésocarpe contient principalement acide tartrique (8 à 18 p. 100), sucres réducteurs (25 à 41 p. 100), pectine (2 à 3.5 p. 100) et protéines (2 à 3 p. 100) avec fibres et cellulose. Les teneurs en acide tartrique et en sucres sont tm '~>ariables selon les échantillons. L'acide tartrique se trouve environ pour moitié !<OOS forme libre dextrogyre. pour moitié sous forme de tartrates et principalement dt- bitartrate de potassium avec un peu de tartrate de calcium [L60]. D'autres acides organiques ont été dosés dans la pulpe. A part l'acide malique, ils sont en très faible quantité. Selon Benigni la répartition d'ensemble des acid(;!, œganiques est la suivante p. 100: acides tartrique 96,68, malique 2,34, insaturés 0,';~. succinique 0,16, citrique 0,04, oxalique 0,022, lactique 0,07 ([(B14) p.'1583). Les sucres réducteurs sont représentés par 70 p. 100 de glucose et 30 p. 100 <de fructose. Lewis y a en outre décelé du saccharose. mais à l'état de traces [L60). La pectine pure est constituée par 81,3 p. 100 d'llride galacturonique**. La pectine brute en contient 56,2 p. 100 avec 3,5 p. 100 de g!illactose et 1,25 p.100 d'arabino.se.

Les feuilks de l'es·pèce de J'ouest africain ont été analysées par Busson qui a trouvé dam le matériel sec les pourcentages suivants de : cellulose 18,8, lipides 3,5, glucide~ 56.2. insoluble formique 46,1, protiides 14,1, cendres 7,4. Le même. auteur a 1 en outn- dŒé les éléments minéraux (c:alci111m 2,30 p. 100), les oligo~éléments et les · amino-acides [B9]. Lewi~ et roll. donnent respectivement les taux suivants pour les feuilles fratches de l'espëce indienne récoltées au printemps .et en hiver : eau 80 et 60, acide tartrique total 27 et 12, protéines brutes 14 et 10. callcium 1,2 et 3,5 [L60). LeWÏ$ et coll. avaient trouvé en 1962 drm:sles feuilles des quantités importantes de pigments et avaient dosé 2 p. 100 de lutéoliine et apigénine. Des travaux auxquels ils se sont livm et qui ont été poursuivis pOO" Bhatia et coll. sur les C-glycosides des feuilles. il rtSsort que celles-ci contiennent deux paires de dérivés isomères. Ce sont d'une part ntexine et isovitexine (8 et 6-C-jglycosyl apigénine), d'autre part orien tine et isoriftltime (8 et 6-glycosyllutéoline) IL&.9, B124, B125, L110). Les dérivls iso sont plus générallement appelée homovitexine (om saponarétine) et homoorientine. Par aillemrs, Plouvier a mis en évidence <dans les feuilles du pinitol [P161).
40 ArrHES
ORGANES.

On a iso~ de l'écorce et du bois une prl()toanthocyanidine [8208) et, de l'écorce seule, des allcaloïdes dont l'hordénine (W4'H]. Présence de flavonoïdes dans les liges et écorces dt tiges de l'espèce cultivée aux Indes [K115).
Pharma~ie.

1o

ÛIRGAlo"1;:S.

•• Le nom de Tamarindus vient en effet de l'expression~ • tamar hendi • qui signifie • da.tu de l' :nde '· •• ''elon Bézanger-Beauquesne r.itant Sa v ur, ce qu ·on de!igDe commercialement sous le nom dr • p<>· ··ne de Tamarin • n'est qu',-,· <nélange de polymides g>ftripitables par l'alcool, oiifférent par l~.o;· \ubilité et l"'Jr pouv·><• 4•· · 'ification et dont l'un ...alrment, non gllil ,n•. ··nfc:mt une "'antit.' f' iP q.

TI a Hé s:i:gnalé récemment en Italie des cas de sensibilisation allergique provoquant bronchlte a'l>ec asthme ou prurit, erythème, œdème des paupières chez les ouYriers manipulant l"extrait de graines utilisé comme apprêt pour les tissus [C88, C148]. Les extnits de tiges et de feuilles poS:sèdent une certaine activité insecticide (H57] mais p.lS a·activités antitumorale et antivirale notables, cette dernière ayant été recherchée sur les fleurs [P85, D86].

• c· e>t cr ;:>olysacc!ta
,..,>i pour JQ. conft- ·T
',.-e ': iéC(l,

nstltuant la • gœmme 1e Tamarin • qui est employé dans les apprêts, e,.;;mes ~t de< 'ii'' • 1 que de structure différente il peut égale• pectine.

r~---:.;.;.··~~- ~-

..,_ . -.. -"-_.
(

~. ~-.-..,..,

.•. "'"" . . .

;....:.....!.~~-> ~,;:. · • lW·· ........
311

l,~·

11'••"'4 •'

...

(,
310 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADFI'IONNELLE La partie employée en théraprutique est la pulpe fournie plll' le mésocarpe spongieux .du fruit. Elle se présente :à l'état brut, simplement mondée, c'est-à-dire privée des débris végétaux et des graina Aux Indes, elle est exportée pour les besoins de la pharmacie après chauffage avec de l'eau bouillante, passage au tamis de crin et évaporation au bain-marie jusqu'i consistance d'extrait mou.Aux Antilles, onlalivre après l'avoir répartie dans des l>mneaux de bois et arrosée avec du sirop de sucre concentré bouillimt. La pulpe de Tamarin se prescrit à la dose de 30 à 60 g en une fois, le matin à jeun comme laxatif. On la prescrit aus!i. sous forme de tisanes~ Elle ent.re dans la composition d'électuaires lénitifs avec le iéné; la réglisse, le coriandre ou avec du. sucre .et de l'acide citrique·. C'estaussi un rill'rntchissant et un édulcorant acide. · Une préparation laxative associant séné· et tamarin est s~cialisée en. France sous le nom dè « Tai:narine •· ·
20 PECTINE.

PLAN'TES MÉDICINALES ET TOXIQlc'ES

· 1.- Cannabis sativa L. var. indica Lam.
VULoo. -Chanvre indien, Hachich (résine èt ses prtparations).
VERN. -

WaL

y:âmba*.

CARACTÈRES REMARQUABLES.

Bien que la pectine du fruit et de la graine de tamarinier ne soit pas une source commerciale de cette substance". ellè intervient certainement dans l'action thérapeutique de la drogue. Classée él;.tns · la catégorie des médicaments « protecteurs •, elle constitue un colloïde natwel hydrophile, antitoxine, activant les fonctions physiologiques du transit digestif en raison de ses propriétés physiques, chimiques et bactéricides. A ce sujet El Naketb et )!oussef ont montré réœm:ment que la_pectine à 1 p. 100 possédait eftectivemmt une bonne activité bactéricide, principalement vis-à-vis des bacilles Gram - , et antifongique, principalement vis-à-vis de Candida albicans et C. cerevisiae [E42].

Herbe annuelle dressée, atteignant plus de 2 m, ligneuse à la base, à tiges finement pubérulentes et glanduleuses. C'est une espèœ dioïque avec des pieds mâles plus petits que les pieds femelles, mais il existe aussi des variétés nonoïques. Feuilles altemes ou opposées, pétiole de 2 à 3 cm ou plus ; limbes profondément palmatilobés (cinq divisions ou plus) linéaires-lancéolées,• Œntées, acuminées au sommet, de 5 à 10 cm sur 1 à 2 cm. Stipules subulées. Fleul'l axillaires, les mâles, apétales en lâches panicules verdâtres, terminales ou axillaire!-> les femelles groupées avec de larges bractées persistantes et ovaire sessile jlnVelop~ par le calice. Akènes enveloppés par le calice persistant, finement réticulés, d'envirm 5 mm de long.
Habitat.

Espèce cultivée clandestinement au Sénégal, dans la presqti'lle du Cap-Vert, les -Des du Saloum, en Casamance maritime, mais surtout dans les niay de la côte DakarSaint-Louis. Emplois. Le yâmba est malheureusement trop connu d'une -fraction de la population sénégalaise, surtout dans)es villes et, malgré des. mesures de réprtssion rigoureuses, fait l'objet d'un import~t ttraflc clandestin dont la· plaque tournante est Dakar. La presse locale fait souvent état de fumeurs de yâmba pris sur le fait et appréhendés par la police sur des pl~ges désertes, dans des terrains vagws, des maisons abandonnées et même dans des salles de cinéma populaires. Jusqu· à présent, en effet les intoxiqués se recrutaient en général dans les catégories socilles les plus basses : désœuvrés, jeunes délinquants, repris de justice, mais depus quelques années le cannabisme gagne aussi les milieux intellectuels les plus évohés. La fabrication du yâmba est des plus sommaires et les prépartteurs locaux ignorent totalement la récolu séparée de la résine. Quand la plante est i maturité, au moment de la floraison, on coupe les jeunes tiges avec les branches feuiLëes et fleuries et après séchage (temps délicat de la préparation) on. hache le tout en menus fragments. En fin de compte le produit est livré pour ètre fumé dans des ·cornets de papier journal. Cette drogue est en eftet généralement fumée, comme le truac, mais il y a aussi quelques amateurs qui la prennent en infusions théiforme.s, d'attres en boissons alcooliques réalisées en faisant macérer le yâmba, additionné sou"mt de • petits kolas • ( Garcinia kola) dans du vin de palme.
Généralités.

/

' l.
20. -CANNABINACÉES
Cette petite famille est réduite â deux espèces appartenant à deux genres différents : Humulus lupulus L. (Houblon) p'lante dioïque à tiges volubiles et Cannabis saliva L. (Chan'\Te) avec sa ,-ariété indic:a. plante à tiges dressées, également dioïque. Aucun de ces deux genres n'est spontané au Sénégal, mais le Cannabis y :a été introduit. Les • cônes • de houblon ont 1llll important emploi en brasserie pour la fabrication de la bière. lls figurent ou ont figuré dans de nombreuses pharmaèopées officielles (écartés de la pharmacopée franç.lise en 1965) pour leurs propriétés amères, toniques et diurétiques. Cannabis saliva présente une particularité curieuse. Selon que les régions où il pousse sont chaudes ou tempéréts, il est riche ou non en résine inébriante et stupéfiante. C'est ainsi qu'il est cultivi en Europe pour >Ses tiges (fibres de chanvre) et son fruit (chènevis, donnant l'huile de chènevis), aux Indes pour ses inflorescences femelles qui donnent 15 à 25 p. 100 de rtsine. C'est la raison pour laquelle, dans ce dernier cas lui a été attribué le nom de v.uiété indica caractérisant en fait une différence de race physiologique. Signalons à ce propos que les travaux de Paris (P21] Dehay [D1:2] et Hérissey [H21] ont montré que les chanvres européens pouvaient aussi contenir de la résine, en moyenne 2 à 4 p. 100, Hérisse;o.· ayant même trouvé jusqu'à 7,20 p. 100 dans un échantillon provenant de la Loiire-Atlantique.

1
)

.f

• La pectine commerciale est retiré< pour la plus grande part des • écorœs • de citron ou d'orange (50 p. 100 de la production), des mar" de pomme, des cossettes de betterave. Elle est utilisée sur une très grande échelle pour la prépantion des gelées et des confitures. Elle trouve de nombreuses applications en médecine et en phamucie comme véhicule dans différentes préparations, absorbant pour vo ·cins, substance-retar•J }'>Ur certains médicaments tels les aBalgéslques, les antibiotiques, l• · ,.,,. vpeptldes hypotense .-,-,. On J'utilise aussi sous forme de complexes métalliques de fer, de '· · lt, de bismuth-alun: ""'. pour l'anémie, l'hyperchlorhydrie. les troubles gastrolntesti• · e.

Le Chanvre indien, classé dans la catégorie des stupéfiants et vertu de conventions intemationales ne peut être cultivé sans le contrôle des ét.tts signataires de ces conventions. En particuliler la • convention unique • adoptée il New York le 30 mars 1961 inclut le chanvre indien dans ce contrôle. Il figurait jusqu à ces dernières années dans nombre de pharmaiCOpées officielles et était encore insœit au Codex français de 1949 ; mais dès 1955~ dix ans par conséquent avant la p1rution de la nouvelle édition de cet ouvrage, il était interdit en France, y comprh pour l'usage médical. Depuis sa description par Lamarck en 1809 à partir d't•~hantillons reçus des Indes et surtout après les; premiers rapports de la ~ Hemp dru~s commission • (Commission des drogues à ba:se de Chanvre) en 1893-1894, le chatvre indien na jamais c•-,sé de faire l'objet de recherches chimiques et pharmacologiqtes. On peut se reporter

.,,

:~t

d"Qrigine brésilienne.

cr. p. 31:.

~::~-·-:--·~,~-.~~-

-

...~~-,~~···

-"~~~..::._·t_,.·.n ·~- :~-~-':""""'-~!'~ii!tl'!Ï. *+' A·.,*~~.-"""':';:ciq-e

-····••tr ;,;;, ....w-.~~
313

·"!lit!'"

"

;r!lf •

312

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIOJ:,.,.'LLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

pour les Indes à l'importante notice de Chopra dans lndigeoous drugs of lndia (Ct1J et pour l'Afrique du Sud à la non moins importante notice de Watt et Bre~r­ Brand·wijk dans Tœ medicinal and poisonous plants of Southtrn and Ecul.ern A(rica [W2). Par ailleurs tous les ouvrages de matière médicale traitent également aue question. Résumons la : Le Cannabis satioo var indica porte une multiplicité de noms montrant â l'évidem.ce sa dispersion dans le monde. Ganja, bhang, charas sont les plus usités aux Indes (mais Chopra en cite 13), mariju;ma en Amérique du Nord, aux Antilles, au MexiCj!Ue, djamba• et maronha au Brésil, taïmaau Japon, hachich elfokkara (herbe des fakirs) devenu par abréviation hachich en Afrique du Nord, kif au Maroc, takrouri en Tnni!ie, suruna au Mozambique, gandia à l'Ile Maurice, dagga en Afrique du Sud, hafium magoum et esrar en Turquie, anasha en Russie,· etc. · Les trois noms indiens mentionnés ganja, bhang et. charas correspondent à des drogues différentes. Le galija est la forme la plus active. Elle. est constituée UnÏCj!Uement par des sommités fteuries femelles fécondées, engluées de résine et forn:tlnt ainsi une masse plus ou moins volumineuse. Le bhang est obtenu à partir du chanvre encore vert, mâle ou femelle. Il est constitué par les sommités femell~ mêlées de sommités mâles et de feuilles. On sèche à l'abri de la lumière et on comprime_ Le chatas est la résme elle-même, récoltée sur la plante non coupée par divas procidés allant de l'exsudation de la résine par pression des sommités entre des morceaoux d'étoffe jusqu'à l'utilisation de fouets aux lanières de cuir avec lesquels on bat les plantes sur pied pour détacher ensuite la résine par raclage du cuir. Le hachich est un mélange de résine type charas, de miel, de beurre et d'autres ingrédients (opÏIIilll; musc). Chimie. La fraction importante du Chl:jllvre indien est la. résine {10 à 25 p. 100}, substamce molle, brunâtre-verdâtre, peu soluble dans l'eau, soluble dans les solvants organicpes. C'est à ses constituants pllénoliqUes que l'on doit les propriétés narcotiques et ph:!>'Siologiques spéciales du chanvre indien. Trois dérivés sont partiCulièrement importants : le carmabinol C11Hu0 1 , le Cllllnabidiol C11H 30 0 1 et le tétrahydrocannabinol, ce dernier étant le véritable principe actif. On y trouve encore une essence terpénique, des bases aminées (choline et trigonelline), un glueoside coumarinique, un hydrocarbure analogue à la paraffine et différents autres constituants. Parmi ceux qui ont été étudié récemment citons le cannabiebromène mis en évidence et considéré comme principe actif par Gaoni qui avait précédemment réalisé la synthèse d'un a:mtre constituant le cannabigénol précurseur biogénétique du cannabidiol (G6, G7) ... Phannacologie. Les effets du Chanvre indien sont sensiblement les mêmes quels que soient la nature et le mode d'emploi du produit et ne diffèrent que par leur intensité. L'action, plus marquée chez l'individu à jeun est favorisée par le café, diminuée par l'alCIOQI. Elle se traduit à doses moyennes par une sorte d'ivresse avec sensation d'euphorie due à l'excitation des nerfs moteurs. Cet état est bientôt suivi d'une incoordination intellectuelle avec gesticulations, hallucinations sensorielles, inversion de la sen!iliilité. Vient ensuite la période de repos profond (le kif des arabes). A doses plus fortes l'euphorie fait place à des crises de délire furieux. Aux doses aiguës un sommeil profond frappe le sujet et la mort peut survenir par asphyxie consécutive à l'atteinte des centres respiratoires. Au point de vue thérapeutique le Chanvre indien est un sédatif, hypnotique dans les troubles psychiques et affections respira.toires, sédatif' dans les gastralgies, mais il n'est plus guère prescrit en médecine interne même dans les pays où son eqloi médicinal est encore autorisé.

21. - CAPPARIDACÉES
Famille tropicale et subtropieale représentée au Sénégal par neuf genres dont la plupart sont sahéliens : Boscia, Cada!Ja, Capparis, Cleome, Courbonia, Crateva, Gr~nandropsis, Maerua. Seul Ritchiea e;t d'origine guinéenne. Ce sont des herbes, arbustes ou plmtes sarmenteuses, à fleurs en général très· voyantes dont l'ovaire est longuement stipité. Les Capparidacéés définies par Guignard • Crucifères des payt.chauds • renferment de la myrosine dans des cellules isolées ~u groupées et parfois des glucosides (qualifiés de glucosinolates) donnant naissance à des essences à sénevols rappelant celles des Cnlcifères. D'où leur emploi fréquent romme antiscorbutiques, stimulants et vésicants [P8]. ·· Le Capparis spinosa d'ot"igine asiatiq:ae est connu pour ses boutons floraux utilisés COJmme condiments sous le nom de CaJl'res. Il livrait aussi autrefois an droguier ses écorces riches en rutme qui étaient con!idérées en médecine populaire comme un bon médicament de l'hydropisie en raison <l;e leurs propriétés diurétiques.
an~ustHolia

1. /
)

Boscia
SvN. -

A. Rich.

Boscia tenuifolia A. Chev.

f

VERN.- Wol. nos (d'après Dmziel) ; ser. ndeyis (Berhaut);; niom. sus, isus, dâbâ dâbâ ; mal. dàba giinadu, ginégu, tutigi, somô késébéré, tékoni kolo (Aubréville); biHnb. bérédt (Berhaut) ; peul, toue. kiréwi, tirey, tirewi; bas. anodoraô.

Caractères remarquables.
Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 rn, à fût contourné, rainuré, dont la cime ovolde, ron1pacte, est formée de nombreuses bmnches courtes et serrées. Feuilles principalement groupées em petits fascicules ; limbe oblong, lancéolé, glabre, de 4 sur 1 cm (avec de grande; variations), arrondi, rétusé ou mucroné au sommet, cuné à la base. Inflorescences terminales en courts r.acèmes composés de nombreuses fleurs jaune verdâtre, très finement parfumées. Fruits sphériques pédonculés, ponctués et rugueux d'environ 1 cm de diamètre. Habitat.

n est irrégulièrement réparti dans la région soudanienne et semble rechercher les sols ferrugineux ou rocailleux. li n'est pas très commun et vit isolément par petits groupes dans les lieux qu'il préfère. Il lé rencontre également à proximité des mares telrnporaires du sud sahélien et dans les ~aleries sèches de la même zone. II existe aussi dans les limons des Iles du Saloum et dt la vallée du Fleuve.
Emtplois. Les propriétés médicinales de cette es~èce nous ont été signalées aux Iles du Saloum, dans le Fouta Toro, le Ferlo et en pay> bassari. Les feuilles sont considérées comme <holagogues. Les écorces sont utilisées comme antinévralgique pour les céphalées, le; raideurs de la nuque, les maux de rein. On les emploie encore en cataplasme> pour les pieds gonflés et surtout en fumil<l ·'lS sè"' ""pour les ophtalmies en les brûlant après dessiccation sur des braises
r>S

• C'est de ce nom h~ilien que nous faisons dériver le nom sénégalais yâmba. •• D'antro·< con•~''''"nts ont Vé isolés ces dernières années: acides cannablgéNlique, tttrabydroc""''"'''''"' '"' ":,.qne et ·annabinolique, ainsi que Je ll1 trans-3,4 tétrahydrocannaliDoJ (in (lV

~..-,~:··---

pW:

.ia llili4.····~~ ..;.. :·~~~~~-

~..;.:;ï,.,,,:.~

·; • ·; •.• · IJL 4

-..:·a , !If

_·~:"" -..

.

~.

""

,..,.,.

'

.

•*

·~

.,.- ,..,.....~ ,.-~ ~

. ·""""'t,r.'.:...·----, .,--_---~ ..... •

i

•d.in!é·

(
314 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 315 Selon Boiteau,l'huile de graines contiendrait 10 p. 100 d'insaponifiable !B126.). Les analyses pratiquées sur diverses graines de Capparidacées mettent m ~ence leur faible teneur· en huile et l'appartenance de celle-ci· au type acide ciltiiqut'-acide linoléique, avec une teneur élevée en acides gras saturés, surtout en acide stéarique.
TABLEAU

2.- Boscia senegalensis (Pers.) Lam. ex Poir.
SYN; - Podoria unegalemis Pers., &scia octandrà Hochst. ex Radlk. VERN. - Wol. nâdom, n<iadam, liàdam, dâdum, dâda ; ser. mbana (Berhaut); falor banâ (Sébire); baml. béréfin (Berhaut); peul, tour:. gisili, gigilé, gljili, gidili ; sarak. gigilé.

XVII

Caractères remarquables. Espèces 1) 2) 3) 4)

Huile des graims de Capparidacées

(selon Hegnauer (H55])
p. 100 . d'huile
0,9

Arbuste de. 0,50 rn à 3. rn, souvent. branchl:i dès la base, formant généralement des buissons· serrés. · Feuilles siinples, entières, rigides, coriaces, Jlvales, elliptiques; arrondies an sommet, glabres ou très finement pubescentes avec :5--6 paires de nervures latérales. Leur grandeur est très variable : elles· ont en moymne 6 sur 4 cm, mais chez les rejets elles ~euyent atteindre 13 cm. . Courts corymbes terminaux de fleurs jauootres finement parfumées. Fruits sphériques de J ,5 cm de diamètre, surface grumeieuse, finement pubescente, verdâtre rmis jaunâtre à maturité. ·

p. 100 des- acides gras en

1

---Roscia senegalensis ......... Capparis decidua ( 0 ) •• _ • • • • • • Capparis tomentosa .......... Gynandropsis gynandra (••) ...

c,.

r en c,. .,
41,8
. 1

oléique 31,4 57,2 21,3 15,7

---26",8
H.-l

tinolrique

·1

a

20,3 29,1 17_,6

21,1 23,4 18,3

7,7 23,4 8,1

i

i
1
1

5l.9

2~.2

1

Elabitat.

Il est essentiellement sahélien et très commun dans la vallée du fleuve Sénégal lins! qu'aux environs de Dakar et de Thiès. Il recherche les sols compacts ou rocailleux nais croit également dans les sols sablonnœx.

• 0,6 p. 100 acide myristique et 2 p. 100 acide arachidique, •• ~cides ~yristique (0,3 p. 100), arachidi'lue (2 p. 100), linolénique (2 p. 100). n 1 :.Grmdley (D. N.).- J. Soc. Chem. (London), 1948, 67, 230 T. n• 2 et 4 : Sen Gupta (A.), Chakrabarty (M. M.).- J. Sc. Food Agr.• 1964, 15, n• 3 : Grindley (D. N.). - J. Sc. Food Agric., 1950, 1, 152.

6~.

l!:mplois.

1
1

'

3.- Cadaba farinosa Forsk.
ndéba{gé, ndébarga, débarka; ser. ndébaré; fa/or gavargi démAdugu (Berhaut}, tomani (d'après Dalziel) ; IMl. bérêkunâ, késébéré tamba. nogu (Aubréville) ; peul, toué. · $-èttsen (Sébù>?), siill sill, sill sini, tsin sini.
(Sébire) ; bamb.

Les racines, les écorces et les feuilles de B. senegalensis ont ulie bonne réputation l'antientéralgique; elleS sont employées seules ou associées aux racines' de Set::urinega 1irosa et aux feuilles· d' Adamoliia digilata. Tous les utilisateurs vantènt pour les coliques l'action bienfaisante de la drogue, 'ans effet purgatif. C'est pourquoi on la retrouve dans les prescriptions des ictères :raves, des fièvres bilieuses hématuriques CIOOlme adjuvant du Tinospora bakis, du ;ochlospermum tinctorium, du Combretum glm:tinosum. Un traitement pratiqué dans le Djolof poœ:r des maux de ventre définis sous le tom peul de • ouldé »mérited'être noté ici ar il fait appel à cinq espoces végétales lont les trois premières sont des Cappa:Rdacéel : Boscia senegalensis, Cadaba (Grinosa, 11aerua angolemis, Guiera unegalensis et Combl-etum glutinosum. Les feuilles sont ueillies au lever du jour et mises -à sécher a111 soleil. Après dessiccation et pilage au 1ortier, la poudre obtenue est additionnée èW sel et délayée dans du lait caillé. La ,oisson prise le matin à jeun provoquerait un 10ulagement rapide sans manifestations econdaires diarrhéiques ou urinaires. La poudre de feuilles. sous forme de décocté, est encore employée en instillations ontre le prurit oculaire du diangara Cayor, <romme antibilharzien et même comme ranquillisant pour certaines formes de mala.dies mentales.

VERN. - Wol.

Caractères remarquables. Arbuste dressé, parfois un peu sarmenteux, atteignant 2 à 3 ni ; plJ:.S souvent buisson ramifié dès la base. Feuillage vert-gris blanchâtre à feuilles ovales, elliptiques, dJ 2 sur 1 cm : rameaux et feuilles recouverts d'une pubérulence farineuse blanchâtre. Courts racèmes axillaires de fleurs jaune-verdâtre avec cinq longue~ étamines soudées dans la moitié inférieure, quatre pétales linéaires. Fruits cylindriques, allongés, plus ou moins subtoruleux, arrondis à l'extrémité, de 3 à 6 cm d.e long et 6 à 8 mm de diamètre. Habitat.
Il est sahélien. Très commun dans les sols non inondés de la vallée dei Sénégal, dans le Djolof, le Cayor, et Je nord de la région sou danienne. Il existe aussi aux environs de Dakar.

:himie.

RAMEAUX FEUILLÉS.

Les études en cours de Koudogbo sur les ~es de nos récoltes du Sénégal révèlent 1 présence de bases azotées (stachydrine, chOI!ine), de stérol,s (~ sistostérol, campes~rol, stigmastérol), d'alcools aliphatiques JiC 30 , C3 ,, C38 prédominants), d'hydronbures (avec un pourcentage élevé en c... c... c.e. c.,) et de quatre hétérosides >ufrés non identifiés (K113]. 2o
GRAINES.

Emplois.

C. farinosa est signalé dans le Sine pour les états fébriles et les maladie! de~ voies respiratoires (décocté de racines et feuilles), dans le Cayor pour les dermatoses. plus particulièrement pour les anthrax (applications de feuilles pilées). Chez les Peul nomades du Fouta Toro les racines associées à d'autres d.-ogtres ont une bonne réputation d'antirhumatismal. Plus au sud, dans le Djolof, ce wnt les feuilles qui entrent dans des compositions antientéralgiques (cf. Boscia se~ga'kmis).
Chimie.

Toury [T3) donne pour les graines crues <le la région dakaroise la comp<Osition 1ivante pour 100 g : eau 11,2 g, protides 24 g, lipides 1,6 g, glucides 59,6 g, cellu~e 1,8 g, cendres 3,6 g, calcium 132 mg. phœphore 332 mg, fer 10 mg, vitam:·~· -· mg, thiamine 0,03 mg. riboflavine 0,003 mg. niacine 8,8, mg, équivalent vi'";r.· ) mcg.

D'apl"; Watt [W2], un alcaloïde amer et deux acides organiques a.malogues à ; l'acid '>t"' o-t;-,,o ,-~t ~·:. ,,. :\\cd''· 'll'lles.

_,~·.~,·~~.;;,.~;;.~~~

..

•.

~.~~... ~

at•

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNBLLE

PLANTES. MÉDICINALES ET TOXIQUES

317

Les études en cours de Koudogbo liUI' la plante entière (parties aériennes) de nos récoltes du Sénégal révèlent la préence de bases uotées (stachydrine, bétoniclne, choline), de stérols (~ sistostérol, campestérol, stigmastérol), d'alcools aliphatiques (en C.. c.. C18 prédominants), d'hydrocarbures complexes (pàurcentages élevés en C 11 C.0 C.., C31) et de deux hétérosides soufrés dont la glucocapparine [K113). La composition des feuilles sèches en provenance du Mali a été étudiée par Busson {B9) qui a trouvé 4,3 p. 100 d'titrait éthéré, 42,1 p. 100 de glucides, 1ï,4, p. 100 de protides, 7,9 p. 100 d'insoluble formique et qui donne également la composition en éléments minéraux (potassium prédominant), en oligo-éléments (fer et bore prédominants) et amino-acides (acide glulamique et leucine prédominants).

sont révélés extrêmement actifs vis-à-\is de S. aureus, E. coli, B. subtilis, P. vulgaris, B. megalerium, V. cholerae. Aucun des extraits testés ne présente d'activité antifon" gique [G117). La substance suifurée volatile est douée d'un puissant pouvoir antibiotique et antifongique, en particulier aux dilutions de 50 (.Lg/ml contre A. flavus, P. chrysogenum, C. albicans et de 25 (.Lg/ml contre l". cholerae (G117j•. Différents extraits de la plante ont aussi été testés pour leur activité antitumorale, mais sans résultats probants [A71).

5.- Capparis polymorpha Guill, et Perr.
VERN.~

4.- Capparis decidua (Forsk.) Edgew.
Sodada decidua Forsk., Capparis aphylla Hayne ex Roth. VERN.- Wol. gumel, gurmel ; peul, toue. gurmel, gurmel balévi, gumi, gumi balévi, bugi.
SYX. -

Niom••

gufor, igufor, ingufor.

Caractères. remarquables~ Plante sarmenteuse atteignant 6 à 7 rn quand elle s'accroche aux branches des arbres, mais formant plus souvent des buissons impénétrables. Rameaux garnis d'épines courbes, trapues, de 5 à 6 mm. Rameaux et feuilles tomenteux; poils dorés. Limbe de forme variable, généralement ovale, lancéolé, de 6 sur 3,5 cm, à base parfois élargie, plus ou moins auriculée, cunée ou arrondie. Corymbes terminaux de belles fleurs parfumées, de 5 cm de large, ou près du double (8 cm) quand les étamines sont bien épanouies ; quatre pétales blanc rosé de 2 cm de long ; nombreuses étamines atteignant 4 cm. Fruits sphériques à mésocarpe blanc et à épicarpe rouge à maturité. Habitat.
/
1

Caractères remarquables.

Arbuste de 3 à 4 rn ramifié dès la base, se présentant souvent sous forme de gros buissons plus ou moins sphériques, impénétrables et compacts. Rameaux grêles, verts, avec de courtes épines stipulaires géminées et recourbées. Petites feuilles lancéolées de 1 cm de long et 2 mm de large apparaissant seulement pendant la saison des pluies en aoiU-septembre. Fascicules axillaires de fleurs roses ou rougeâtres longues de 15 à 20 mm ; pédoncules grêles de 1 cm ou plus, pétales de 1 cm. Fruits sphériques de 15 à 20 mm, verdâtres puis jaunâtres ou rougeâtres à maturité. ·
.
·)

Habitat.

f.

J

Essentiellement sahélien, il est commun dans les sols non inondés de la vallée du Sénégal et dans le nord du Djolof et du Ferlo. Emplois.
Les écorces de C. decidua qui paraissent être diurétiques sont unanimement recommandées dans le Fouta Toro par les Wolof, Peul et Toucouleur comme anti~lennorragique; Elles sont employées seules ou avec d'autres drogues parmi lesquelles ~rédomine Zizyphus mucronata. · :::hlmie.

Il est assez commun sur tout le littoral et le paralittoral du s/négal mais semble pénétrer peu à l'intérieur où il existe cependant près des galeries/sèches et des mares temporaires sahéliennes ou soudaniennes. ll peut se confondre av~c le Cap paris lomentosa qui se rencontre parfois dans les mêmes stations. Ce dernier, est recouvert d'une pubescence grisâtre ; de plus ses· fruits ont un mésocarpe charnu rose vif et un épicarpe jaune à maturité.

Emplois. Le C. polymorpha est ·le seul Capparis à nous avoir été signalé aux Iles du Saloum et il n'y a donc pas, du point de vue utilisation, de confusion possible avec C. tomenlosa. Les guérisseurs niominka qualifiés considèrent les racines et les feuilles comme toxiques, à n'employer qu'en usage externe, contre les morsures de serpent. Envisagé sous l'angle de la magie le point de vue est différent. Les serpents sont effectivement nombreux dans les Iles etles habitants, dans leur quasi-totalité, portent suspendus à leurs ceintures des gris-gris protecteurs dont la confection est l'apanage exclusif du maitre des serpents résidant à Niodior et qui, dans sa concession, se livre à une véritable fabrication en série. Ces gris-gris, constitués par de petits coquillages munis d'un fil de fer formant anneau et remplis d'une pâte de tige de « gufor », jouissent en pays niominka, sérer et au-delà d'une réputation d'efficacité magique extraordinaire. Le porteur de tels talismans peut impunément parcourir la brousse sans craindre la rencontre des serpents qui doivent se détourner de son chemin. Si par aventure, un de ces ophidiens avait à son encontre des velléités d'attaque il serait immédiatement comme tordu de douleurs, disparaltrait de nouveau dans les herbes ou resterait prostré en état d'hypnose. · Cette croyance est tellement enracinée dans l'esprit des Niominka qu'on ne peut obtenir chez eux la mention de thérapeutique curative des morsures de serpent. En ~éalité, pourtant, le maitre des serpents auquel on emmène ·les malheureuses victimes dispose d'un traitement curatif approprié, mais il garde jalousement son secret et si C. polymorpha a pu être déterminé c'est par une indiscrétion involontaire d'un de ses familiers.
• Cf. Addenda p. 801. •• Les noms vernaculaires dans les autres dialectes sont confondus avec ceux de Capparis
mer

Les graines montrent la présence de sinapine (ester de la choline et de l'acide >inapique) et contiennent 20,3 p. 100 d'huile (Cf. Tableau XVII). En 1969 Gaind et Juneja ont étudié l'écorce de racine de l'espèce indienne. Ils mt isolé et identifié, dans la fracti811 insaponifiable de l'éther pétroléique, n-penta:osane, triacontanol et ~-sistostérol. A partir de l'extrait alcoolique Us ont isolé deux tlcaloïdes, la 1-stachydrine (0,10 p. 100) et un autre alcaloïde (0,15 p. 100) soluble lans le chloroforme (G102). Les auteurs signalent d'autre part avoir isolé des fleurs et des fruits n-pentacosane, 1-triacontane, ~-sistostérol, n-triacontanol, 1-stachydrine, choline, acide phtalique. )e plus, à partir des fleurs et des graines, ils ont obtenu· une substance volatile 'lltratnable à la vapeur formée par Wl. composé organique soufré aux taux respectifs le 0,4 et de 0,6 p. 100 [G117, G138I*~ •barmacologie. Les mêmes auteurs ont recherché l'activité antibiotique et antifongique d'extraits cariés de difl'Jrr·nts organes. Les extraits alcooliques (~ fleurs, graines et fruits se
... _
• Cf.

'

"·.

~' 1.

.....

----~~~~~ ~~n--. ·-··•·
313

~if•

""""·. ~ . :~ - . .--~~, ,_:_·~ . . ;, •·, . . '4'\flllol!t~~-"""'"'

•.-..

;p;:Me4

~·,>~';'".:tl

M~--~~

...~--)c'"""-:..·"·~~"40·.'~~

~~ , ••·• ~

.. ,r.;._~~- +' ,......:.. ;,.~----~·.A -,_ .,•._.,. i.rq

â ..

:.::#; ëaw ,.,.,....~-~

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE

T~DITION(~f..LE
ChimJe.

"(
PLA!\ 'TES MÉO ICINALES ET TOXIQUES 819

6. __:__ Capparis tomentosa Lam.
VuLoo. CAprier d;Afrique.

SvN.- Capparis puberula I>C. VERN.- Wol. karefl,. xareli, l;;éréên, kéren ; ser. ngufor, ngubor ; none nguo (Sébire) ; (alor bufa (Séiire) ; mal. databeli kilifara (Aubréuille) ; barn b. dukari (Laffitte); $ar. te!Lo; diola fungok (Btrhaul). kànog (Laffitte) ; peul, toue. gubi, bugi baley. gu])i balédé, gumibalewi, gumi baley ( = gumi noir). ·

Comforth et Henry ont isolé du fruit une bétaine, la L-stachydrine (C5!ill qui a été égalememt IIÛse en évidence dans les écorces de racine de l'espèce sénégalaile (K118). D'après :m rapport du Gouvernement du Tanganyika, Watt [W2) signale !la présence d'un alcüoide et Haerdi [H18) précise qu'il s'agit d'un alcaloïde du gr.oupe de la pyrrolidme. Le C. tomentosa renfermerait en outre une huile soufrée (W21' Les rémltats de l'analyse de l'huile de graines ont été donnés dans le Tabltau XVI 1.. A pro;pos des Capparis, signalons qu'on a décelé dans différentes préplll"ations de fruits (jm, extraits aqueux, fruits déshydratés) d'une espèce indienne C. momii Wight une activité tuberculostatique in vitro. Daris le sérum de cobaye noum avec ces fruits l'activité bactériostatique est également décelée [B149):

Caractères remarquables.

Plante sarmenteuse, épineuse, ayant l'aspect du Capparis polymorplla, niais pouvant être pratiquement différencié du C- tomentosa par les caractères de la pubescence et de la coupe du fruit : le· C. tomenlosa présente des jeunes rameaux à pubescence grisâtre, des fruits à épicarpe jaune et mésocarpe charnu rose rougeâtre, tandis que C. polymorpha présente des jeunes l'lUIM'<lUX à pubescence dorée, des fruits à épicarpe rouge et mésocarpe charnu blanc.
...~

7.- Crateva religiosa Forst. f.
Crateva adansonii Oliv. Wol. borel (Sébire) red, kred, kred kred, també (Aubréville), kulel, XlJJ!el. kure!, xurel, kurit ; ser. safoy, ngoral, ngorol ; falor sdl: ; niom. ngorol, ingorol ; mal., bamb. banidugu, gâdolo, munê, balasirllilli. mogoiri, IOOD(IO kula, sunamê (Aubréuille) ; peul dâta kulagé (Aubréville) ; peul, toue. 1111jibi, naiki, naiko ; bas. âga têgi .
S:w-N. YIER..~. -

Habitat.

Il existe souvent en mélange avec lt- Capparü polymorpha dans presque tout le Sénégal, mais il semble pénétrer plus à l'intérieur que ce dernier. Nous l'avons rencontré dans les ravins, galeries et sol rocailleux du Sénégal oriental. D est très disséminé et jamais très abondant.
/
l

éaractères remarquables.

Emplois.

f

Malgré la toxicité vis-à-,is des animaux attribuée aux fruits et même aux racines, C. tomentosa est très employé dans la pb.armacopée séné·galaise. En raison de leur effet diurétique ct purgatif, les préparations de racines (plus :aremènt d'écorces) sont considérées e:n: usage interne comme antibleunorragique et antisyphilitique. Pour les chancres on <omplète le traitement par la poudre en usage !Xterne ; de même pour les orchites. Si l'atteinte est jugée particulièrement grave, a préparation pour le traitement interne est additionnée à d'autres drogues actives :omme Securinega uirosa, Cucculus penJ.ulus, Zizyphus mucronala, StJIDadora persica,
~tc.

l'
JI:..·

Arbustte ou petit arbre de 5 à 6 rn à fflt rarement droit, souvent ramifié près de la base, à t'<coree lisse, mince, très :pâle, à branches glabres. · Feuille; trifoliolées longuemt)nt pétiolées ; folioles <ivales-lancéolées, cmées à la base, très acuminées au sommét, de 10 sur 4 cm, minces, glabres. Courts racèmes de nombreuses fleurs- blanches finement parfumées a'-ec parfois l'extrémfrtt' des pétales mauve pâle rose ; elles apparaissent en saison sèche pendant la défeuillaison. Fruits sphériques ou subglobuleux de 4-5 cm de diamètrt>. jaunes à maturilé.
Habitat.
Il est arès inégalement réparti. Assez commun dans les vallées du Séntgal, de la Falémé tt des affluents de la Gambie, il existe aussi sur le littoral depuis Saint-Louis jusqu'à la Guinée portugaise ainsi que dans les vallées et galeries sèches à Tintérieur. II vit ~n peuplements hétérogènes dans les limons inondables ripicoles & la Koulountou <tt du Niokolo Koba.

Pour les syphilis au dernier degré ty;pe diangara Cayor on ajoute encore d'autres nédicaments réputés parmi lesquels figuent généralement Acacia albida, Terminatia 1vicennioides et Tinospora bakis. C. tomentosa est utilisé plus spécialement par les Wolof comme antirhumatismal, tntinévralgique, antimyalgique. antiftdHJtalgique. On lui accorde aussi des propriétés .bortives et antiaménorrhéiques. Les Sérer, ainsi que les Peul-Toucouleur-, le font entrer dans des formules pour raiter les maladies mentales.. En dehors de ces indications courant~s. on signale quelquefois son emploi pour la ernie, à seule fin de « débarrasser le nntre de tout ce qui le gène • et aussi pour la térilité (avec en outre un autre purgalli, Cassia sieberiana), dans le même but, non Joins évident, de dégager le ventre :vour permettre ensuite à la fécondation de 'opérer. sans entraves. · Il y a lieu de mentionner également '!On util~sation, avec quatorze autres drogues, ans le célèbre traitement antilépreux du· mage Wohf de Rom'Narn•, On retrouve encore C. tomenlosa dans ~es pratiq 'es médico-magiques mises en ~~dans les cas d'ulcères, de folie, d"en <~oisonnen;"nts et d'envo~tements.

Emplois.

• cr.

pp. 94-95.

C. reliiiosa est pour les Sérer et les Wolof le médicament par excellence des héméralopies ainsi que de tous les troubles dus à une mauvaise vue. Les fe[illes sont d'ailleur;; vendues au marché de Dakar pour ces affections : on les fait bouiiHr dans de l'eau ~t les yeux du malade sont soumis aux fumigations. On pratique aussi dans le Sine-Saloum des fumigations de feuilles pour iles ictères, la fièvre jaune (sans doute en raison de la coloration plus ou moins jaune <du bois de Crateua), mais on prescrit en outre des boissons à base d'un autre boi~ iaune, le TinospoN bakis. Dans 1e Cayor, les racines figurent dans quelques apozèmes recommandés pour le diangara Cayor. Les po>udres de feuilles et d'écorces s<Ont considérées comme rubéfiantes par les Toucoult"Ur du Nguemar. L'emploi en est surtout recommandé pour les kJ'Ites qu'on frotte awc la poudre grossière afin d'obtenir la rubéfaction et qu'on recou,Te ensuite d'un pansem1•nt de fibres d'écorces et de rameaux feuillés. Un toucouleur de Matam spécialiste <V: · ''" "! a(lies dt> ls femme nous :a montré dans sa • pharmacie • um· provision c'écOJ·<·<"· 1 ,. ! r.c "''"' . o <".t' •J,.l•: 1 devant entrer ·dans des préP"lrations à ''i<f ie la stérilité.

---------....
~.~

_..,_

..,_...

•*

-.

-.

~
,~:

(
~0

(
PI.Alii'TES MÉDICINALES ET TOXIQLES

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

321

Chimie. Les feuilles sèches en provenanœ de Saint-Louis du Sénégal ont la composition suivante en g p .. 100 : cellulose 13,6, extrait éthéré 1,5, glucides 46,3, insohlble formique 23,5, protides 28,1, cendres 10.5 {B9]. Pour les feuilles fralches du Sénégal à 7.5,9 p. 100 d'eau, Toury a trouvé 0,09 p. 100 de lipides, 15,5 p. 100 de glucides, 6,05 p. 100 de protides, de la vitamine C (196 mg p. 100 g), de la thiamine (0,42 mg p. 100 g), de la 'riboflavine (0, 7 mg p. 100 g), de la niacine (1,70 mg p. 100 g), équivalent \'Ïtamine A 2 480 mcg p. 100 g). Les recherches concernant la chimie du C. religiosa ont été surtout pratiquées sur l'espèce d'origine indienne. L'écorce renferme une gommé [W2], un saponoside et un tanin ('\"2, W3). De l'écorce indienne Bhandari et Bose [B19J ont isOlé trois corps cristallisés : un triterpène, le lupéol C..H,..O ou ~ viscol ou cautchicol (0, 7 p. 100), le Jj sistostérol C11 H 100 ou cinchol (0,04 p. 100) et l'acétate de lupéol C11H. 00 1 (0,2 p. 100) De leur côté, Fang-Kai Ho et coll y oot identifié neuf flavonoïdes parmi lesquels les plus abondants sont dans l'ordre ; rutine, quercétine et isoquercétine [F66). Enfin., toujours avec l'espèce indienne, Smolensk! et coll. ont noté la présence d'alcaloïdes tertiaires et quaternaires dans les écorces [S208}.
P~logie.

le nom wolof qui ~'traduit par • vieil homme • est une allusion très nette à son indication chez' les vieillards cachectiques:.

Chimie et pharmacolojie.

On a isolé des graines la glucocapparine C8 H 110.NSsK glucoside du méthylsénevol et un principe cristallisé, la cléomine CnHu0 7 qui serait une o:-~ lactone insaturée.
Les feuilles contiendraient aussi de la glucocapparine ([H55] 3 ; (M137, A114)).

Les extraits ont une action inhibitrice nette vis-à-vis de Schigella dysmteriae et aussi, mais à un degré moindre non significatif, vis-à-vis de Salm011ella typhosa, S. paralyphi et Escherichia coli. C. rdigiosa révèle des propriétés anticancéreuses intéressantes. Avec différents .extraits aqueux Abbott et coll. ont constaté chez les animaux traités des réductions de tumeurs transplantables dans le rapport de 100, pris comme unité, à 65 pour le sarcome 180 (avec les écorces de tige) ; à 61 pour le sarcome 180 et à 52 pour le carcincmle du poumon (avec lis feuilleS) [A71]. ·
1 -

Les graines contiennent encore 17,6 p. 100 d'une huile fixe dont la composition est donnée au Tableau XVII. Haerdi, pour l'espèce du Tanganyika. a obtenu, concernant la présence d'alcaloïdeS,- des réactions légèrement positives avec le réactif de Mayer et celui de Dràgeridorff, mais des réactions négatives concernant la recherche des saponosides, tanins et mucilages [H18). Concernant l'espèce congolaise, Bouquet a obtenu pour la présence de glucosides cyanogénétiqileS des tests fortement positifs avec les racines, négatifs avec les feuilles et écorces. Ces trois mêmes organes donnent des tests négatifs pour alcaloïdes (réactifs de Mayer et de Dragendor!J), llavonoïdes, saponosides, tanins, quinones, stéroïdes terpènes [B210). La constitution de l'huile essentielle, riche en sénevol, est en faveur d'une action comparable aux autres essences à dérivés sulfurés comme celle de l'ail et de la moutarde. On peut considérer, par conséquent, qu'elle possède jusqu'à un certain point des propriétés antiseptiques, rubéfiantes, aniirhumatismales, stimulantes et vermifuges justifiant l'emploi aromathérapique de la drogue.

9. --' Maerua an~ole11sis DC.
/
J

f_

f

VERN. -

1 Wol. toj ; mal. kokali, bré bré (Aubréville) ; bfiD!b· · lébo lébo, lébu bélu (Aubréuille) ; peul bagu.

hélé hélé ;

8.- Gynandropsis
SYx. -

~ynandra

(L) Briq.
Caractères remarquables.Arbuste ou petit arbre de 5 à 6 rn _à fftt rarement droit, à écorce claire. Feuilles généralement glabreS, elliptiques ou ovales lancéolées, avec une base arrondie large ; sommet en coin court arrondi et mucroné ; limbe de 5 sur 3 cm, mais souvent plus grand, surtout sur les rejets ; long pétiole de 10 à 15 mm. Fleurs isolées, axillaires, blanches ; longs pédoncules de 3-4 cm ; quatre sépales de 15 mm et nombreuses étamines blanches de 3-4 cm. Fruits de 4 à 5 cm de long et 10 mm de diamètre, très étranglés entre les graines au nombre de cinq ou plus. Habitat.

Cleome gynandra L., Cleome pentaphylla L., Gynandropsis pentaphyl/a DC. VERN.- Wol. nakayorel, gor si bidaw, gor bu di daw ( = vieil homme); ser. safoybidum, korgona ; bamb. naségé (Berhaut).
Caractù'es remarquables.

Herbe annuelle dressée atteignant 60 cm de hauteur. Feuilles composées généralement de 5 folioles digitées avec un long pétiole ; folioles obovales glabres ou pubescentes de 5 cm de longueur. Ra~s de fleurs blanches ou rosées ; étamines à filets libres portés par un long gynophore ; 4 pétales ovales, longuement atténués à la base. Capsules atteignant 7 cm de longueur sur 3 mm de diamètre, etmées, se fendant longitudinalement en deux.
Habitat.

n se rencontre surtout dans le Sahel (vallée du Sénégal,
Il n'est jamais très abondant et vit plutôt isolément.

Djolof, Ferlo, Cayor, Baol).

Emplois. La toxicité des fruits de M. angolensis pour le bétail nous a été signalée-. mais il n'y a pas unanimité à ce sujet chez les personnes interrogées. L'espèce est prescrite par les guérisseurs Wolof du Baol et du Cayor dans les états asthéniques, anorexiques (poudre de feuiUes dans les aliments) et dans les céphalées avec (Edèmes du visage (inhalation à sec d'une poudre très fine de M. angolensis et Ximenia americana). Dans le Fouta Toro et le Ferlo les Peul conseillent M. angolensis pour les maux de ventre en général, soit seul, soit en association. Les feuilles constituent la partie la plus employée. Chimie. Les réactions nyika sont en f,.

Plante pantropicale, croissant surtout dans les sols sablonneux sahéliens.
Emplois.

Cette mauvaise herbe, considérée dans certaines régions d'Afrique comme espèce potagère, trouve au Sénégal des emplois aromathérapiques externes après froissage des parties aériennes : emplâtres à demeure pour le traitement des céphalées, instillations auriculaires du suc pour les otites, frictions pour les rhumatismes, les courbatures, la fatigue. Les -"·olof lui reconnaissent par voie interne è -s propriétés revigorantes et· elle entre tri-. souvent dans les formules des garab u toy remèdes défatiganb)*. D'ailleurs tude botanique p.

'' q · ;r des extrûb
~t

rle l'espèce du Tanga11

',":.

~·-~,~~

,;..,-..,>o:•. ~: ...ll)!ol;

··~,

:;.;;;:.

·""''~".

:*..:·~·

--.....

~~·;····~~~~~

_...,:.

._, ""'

•...:.~,..;-,--;

_

_.,;~ ... O~q

.;i;;

,.. -••·•••OIIO!SO:tt! ·r·j; Ille.\ •

.......,..,,;;:-~,;, '""'::i;.Juy=.;,.,.

.. 322

PHARMACOPÉE SÉNtGALAISE TRADITIO[•ELLE Emplois.

('
PLANTES 11ÉDICINALES ET TOXIQUES •.
323

3 p. 100 de lipides, 49,5 p. 100 de glucides et 27, p 100 de protides..

Les feuilles sèches de Haute-Volta ont été analysées par Bussou (B9) qui a trouvé Les tests concernant l'activité insecticide des racines ne sont pas probants (H57].

10.- Maerua

oblon~tifolia

(Forsk.) A. Rich.

SvN. - Capparis oblongifolia Forsk., Maerua angusti{olia A. Rich., Maerua dasyura Gilg et Benedict., Ma1rua rogeoni A. Chev. VEI\N: - Wol. gen, ngen, gensé, ngenséi ; ser. gui (d'après Dalziel), Caractères remarquables. Sous-arbrisseau rampant, buissoiUiallt ou sarmenteux ne dépassant pas de 2 à 3 m de haut en s'enroulant dans les branches des arbres. n est fonné fréquemment de rejets courts de 30 à 40 cm. à rameau isolés dressés. Feuilles arrondies à la base, oblongues, lancéolées, ou linéaires suivant leur position sur la lige ; leurs dimensions sont également très variables : généralement de 8 sur 2 cm, mais pouvant atteindre 16 sur 4 cm ; limbe épais avec deux nea-vures latérales partant de la base du limbe jusqu'au sommet ; pétiole court de 2 à 5· mm. Fleurs axillaires, blanches, très pariumées avec de nombreuses étamines blanches, étalées. Fruits allongés, contractés eEtre les graines qui sont sur plusieUlS rangs ; ils peuvent atteindre 10 cm de long et 3 cm de large. Habitat.
Il se rencontre çà et là dans le Sabtl. Il n'est pas très commun.
l'

Emplois.

t

J

Une seule indication recueillie dam le Baouar (préfecture de Kéb~mer) près d'un guérisseur wolof qui l'utilise avec huit autres drogues pour le diangara Cayor.

Végétal très estimé des gtrerisseurs casamançais. Les maux de ventre; Iles courbatures fébriles et les toux rebelles constituent les indications principales dloes racines. Les feuilles ont la réputatioo d'être antivenimeuses et antiftlariennes. ELles entrent, awc les racines, dans les traitements externes et internes des morsures 4e serpent, de même que dans les traitements externes du ver de Guinée. · On emploie encore racines et rameaux feuillés en emplâtres sur les gllllglions du cou des trypanosomés, d'où son nom diola. En réalité le traitement de ca maladie du sommeil, dont le siège pOUl' les Diola est situé dans la chaine ganglionnaire, bien viàble chez les individus atteints, fait l'objet d'une opération chirurgicale li l'on peut appeler ainsi l'ablation grossière des ganglions pratiquée dans lies conditims déplorahles par les • alaka » (chirurgiem). Avant d'en arriver à 4:elte extrémiu, on tente géaéralement par voie interne l'action d'un purgatif drastique, par voie externe des ID&5sages avec une pâte d'écorce de TrichUia prieureana et des applicatiWIS in &itu de l'emplâtre à parties égales racines-rameaux feuiUés de R. capparoides. Le succès ou l'insuccès de cette thérapeutique décide de •l'acte opératoire •· Les feuilles sont utilisées seules pour le traitement des conjonctivites et de~ maladies oculaires en général, selon différentes modalités pouvant aller de la simple :instillation du suc d'expression à celle du décocté pour atteindre à des procédés plus mmplexes. C'et ainsi qu'un guérisseur d'Onssouye nous a complaisamment instruit des modes de conservation et d'administration de la drogue dont nous avons pu no,us rendre compte de l'efficacité aromathérapique : les feuilles cueillies à la saison :lèche sorit fiotment pilées, pulvérisées et conservées dans des boites métalliques htmilétiques. Au moment du besoin le patient introduit la tête jusqu'à la nuque dans une chambre .close (constituée par un pagne soigneusement noué autour du cou) où-La botte à poadre, toujours bien fermée, a. été préalablement introduite. Le guérisseur, en agissant par l'extérieur, enlève alors le couvercle de la botte en: recommanctant à son cllmt de garder les yeux ouvertS et de respirer fortement parle nez. Rapid610ent, tous les émonctoires sont touchés ett1a durée de l'opération est fonction de la pl rn ou moins grande résistance du sujet à l'~tion de cette • inhalation sèche •·
Cbimie.

11. - Ritchiea capparoides. (Andr .) Britten
SYN. - Crateva capparoida Andr., Crateva fragrans Sims, Ritchiea fragrans (Sims) R. Br. VERN. - Diola Fogny bubében barasit* ( = médicament des ganglions), kabuful, kabulafuko, som SOIIL fu som som ; diola Tendouk busamay ; {loup banana hamata ( = banane da. berger) ;. bain. kaluf, kalal, xaluf, xalal ; mandj. bukokôkes. Caractères remarquables. Arbuste lianescent, quoique assez rigide, de 4 à 5 m. Feuilles trifoliolées, longuement pétiolées. Folioles à trois pétiolules égaux ; limbe oblong elliptique largement acuminé mais à extrémité obtuse atttignant 20 sur 7 cm avec 4-6 paires de nervures latérales saillantes à la face supérieure. Grandes fleurs à quatre sépales vert brillant, quatre pétales vert pâle et nombreuses étamines blanches~ Fruits ovoïdes t.."igones. Habitat. Il se rencontre çà et là en Casamlalce maritime. C'est une espèce guinéenne qui n'est pas très commune, mais qui existe jusqu'aux niay des environs de Dakar.

Haerdi (H18] a obtenu avec les extraits de R. capparoides les mêmes réactions positives qu'avec Maerua angoknsis, mais plus accentuées. en faveur de lJ: présence d'alcaloldes et de saponosides.

22. -

CARICAC~ES

Syn.- PAPAYACÉES
Petite famille de l'Amérique tropicale ne comprenant qu'un nombre restreint d'espèces réparties en trois geW'H. Il n'existe pas d'espèce spontanée a1: Sénégal. Seul Carica a été introduit comme arbre fruitier et est proto-cultivé dans !la plupart des villages. Les Caricacées sont surtout caractérisées par la pré~ence d'un appareil laticifère en réseau caractéristique. Seules une ou deux espèces sont utilisées en thér~peutique pour la papaïne et dans l'alimeutation pour le fruit.

1. - Carica papaya L.
VULGO. Papayer. VERN. - • Wol., >er. papayo ; niom. impapa key ; mand., socé, bambara papiu, papi a : , loue. papayi, papayo ; diola Fogny bupâpa ; ial. paba.
•car,, ,._:
pl-!."OIY·

* Stricto sensu • sit • signifie noix palm..~te, mais c'est également le même terme • sit • qui désigne les ganglions.

~es

noms dérivés et déformés dt· papayer :

,__.,.,,....,,.FI!'.~~+'ft~--~~.~.:~

.... ·.·.'~ ··' - -

'

~ ...t·..._..w_,.t ~'!Il

.

... .,..

',,..._
1!11

1. '~"'"'"1'19'-t::~~~~

"

.~ ;.~··.~..

.

~

...........

}'_~JI".

".•·0 ·.
#:!

('
24. PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE aradères remarquables.

.

~......,...~,

( .
..} PLANTES MEDICINALES ET TOXIQUES
~,

325 •.

Cbimie. 1° FRUIT. Le papayer est cultivé pour son fruit, la papaye, dont le poids peut. varier de 0,5 à 8 !kg et dont la moitié environ est comestible. En vue de calculer sa valeur diététique Tœury et coll. [T3} ont donné les résultats d'analyses pratiquées sur des échantillons .frais d'origine sénégalaise. Ils ont tr<>uvé p. 100: eau 88,7, protéines 0,6, lipides 0,1, glœcides totaux 10,1, cellulose 1,33. cendres 0,50. En mg pour ·100 g les éléments mimérauxsont représentés essentiellement parle fer 1,4, Je calcium 42, le phosphore 30 et aes vitamines par J'acide ascorbiqTZe 54, la niacine 0,4, la riboflavine 0,03, la thiac· milne 0,03. Pour les mêmes auteurs l'6quivalent en vitamine A est de 610 mcg p. 100 g. Parmi les glucides, les plus importants sont le saccharose ~t le fructose. Comme acWes organiques on note des tent"Urs variables en acides malique, tartrique et citrique atteignant en moyenne au total 1 p. 100. Le fruit contient encore deux pigments caroténofdes isolés en 1933 par Yamamato {Y1} : la caricaxanthine oti cryptoxanthine C40 H ..O (l g p. 100 kg) et la violaxanthine ou zéaxanthine-diépiDxyde C,0 H 68 0, (4 ctg p. 100 kg) ; mais Chopra (C11} signale en outre la présence -· de fl carotène, néo carotène B et néo carotène. Subbarayan et Cama ont identifie par chromatographie dans les fruits d'origine indiienne 19 caroténoïdes, le plus abondant étant la cryptoxanthine (48 p. 100), puis Je f? carotène (29,5 p. 100) et la cryptoflavine (13 p. 100). Ces auteurs ont en outre notté que les caroténoides oxygénés présents sont des hydroxy ou des époxycaroténoïides de fl carotène [S70].
2! 0 LATEX ET PAPAINE.
/
}

Petit arbre fruitier originaire de l'Amérique centrale, de 4 à 5.m de haut à fftt risâtre droit, simple, parfois ramifié, souvent renflé vers la base. Toutes les partie~; e la plante contiennent du latex.· Feuilles diversement et plus ou moins profondément divisées. n est le plus souvent dioique, mais on rencontre des formes chez lesquelles fleur~ mâles et femelles peuvent se trouver sur le même pied. Les inflorescences mâles forment de grandes panicules lâches partant entre les feuilles vers le sommet de l'arbre avec des f:leurs à cinq pétales lancéolés jaunâtres et dix étamines sur deux rangs ; lt'S inflorescences femelles sont courtes ·avec des f:leurs à pétales également jaunâtre et des ovaires renflés surmontés de cinq styles élargis· à bords profondément divisés. Fruits de forme, de grosseur et de œuleur de pulpe très variables, généralement Dbovoldes, à pulpe jaune avec de nombreuses graines entourées d'un tégument noir ; parfois lt'S fruits ne renferment aucune graine lorsque la fécondation s'est mal effectuée.

Habitat.

Il est cultivé dans la plupart des villages, mais rarement dans le Sahel.

Emplois.

Les uUlisations médicinales du Papayer sont variées, mais de nombreux recoupements concordants permettent de distinguer les trois propriétés principales qui lui sont reconnues : antiictériques (su,ttout les fruits), diurétiques (racines et feuilles). vermifuges (graines et fruits). · · .. Pour les ictères, hépatites, bilieùses, c'est le fruit et plus généralement le fruit vert qui sert de base aux préparations. Un grand traitement des Wolof et Lébou du CapVert pour la fièvre jaune consiste à donner uniquement au malade en médication solide de la poudre d'écorce de Tinospora bakis avec des papayes vertes (quelquefoi~ 1:uites a-ne du poulet quand l'améliocation se manifeste), en médication liquide Je décocté de feuilles de Cymbopogon giganleus, le très réputé benfala des Wolof. Les racines de papayer avec celles de Cassia sieberiana, de Detarium microcarpum et les fruits de citronnier sont à la base d'un mellite vanté dans le Ferlo pour um· maladie,, qui paralyse le ventre et descend jusqu'aux pieds, où elle se traduit par dei' tremblements de jambes • ('1). Les racines et feuilles de papayer occupent une place à part parmi les diurétique!' antiblennorragiques car on les prescrit plus précisément dans les gonococcies chroniques avec rétrécissement urétral et mictions douloureuses. Les graines, seules ou avec les fruits,eonsidérées comme constituant un bon vermifuge, sont absorbées avec de l'eau où des aliments après avoir été pilées et réduites en pâte. On ~ut en outre citer parmi les emplois divers celui de l'écorce et des feuillet. comme lactogène, antivenimeux, hémostatique, celui des feuilles comme aromathérapique pour les jeunes filles fatiguées, atteintes de différents maux au moment de Ill pubertt' et qu'on fait coucher tous les soirs sur des lits de feuilles fralches tUes do Saloum). En mffiecine vétérinaire, chez les Peul-Toucouleur les fèuilles sont prescrites porir les coliques des chevaux, soit seules comme dans la région du Fleuve, soit apm mélangP avec piments et œufs frais cDIDme dans le Niani. Il y a lieu de signaler enfin un emploi para-médical des feuilles de papayer, fréquen1 il y a enrore une trentaine d'années. A cette époque, faute de chambres froides et dt réfrigérateurs, les animaux de boucherie, au demeurant peu sélectionnés, étaienl débités immédiatement après avoir été abattus et devaient être consommés tm rapidement. Il était alors courant de voir les cuisiniers, au retour du marché. cueilli! en chemin des feuilles de papayer et y emballer la viande pour l'attendrir en un te<DP' trl>s conn a,·ec des rf. · ;faisants.

f

.

~'

~

Le fruit renferme de plus, et surt0out, un latex blanc extrêmement actif capable de ·se concréter par évaporation. Ce latex est constitué par environ 75/p. 100 d'eau,· des; matières pectiques et des sels, 4,5 p. 100 d'une substance cvoutchouteuse, 2,4 p. 100 de matières grasses, 2,8 p. 100 de résines, des albumines; des protéines, des. peptones et 1 p. 100 ·d'un complexe enzymatique protéolytiqu~ui est la papaïne bru: te ou papayotine. On y décèle aussi les vitamines A, B, C, 1\ et des traces de carpaine, alcaloïde surtout présent dans les feuilles et isolé par GreshJ>ff en 1890. Toutes les parties de la plante contiennent du latex mais en quantité plus faible et en qualité inférieure par rapport à celui du fruit. La papaine officinale fut inscrite au Codex français de 1937. Elle y était définie comme étant le latex ou suc de papayer épa.'issi retiré du fruit avant complète maturité. On l'obtient en incisant le fruit sur J'arlbre même à la façon des capsules dt pavot en le criblant de piqüres. Ces opérations sonlt pratiquées avec des instrumenh en os, verre ou bois (pour éviter les réactions enzymatiques) et en prenant des précautions pour ne pas atteindre la cavit.é intérieure du ;péricarpe. Le latex s'écoule alors en goQpttelettes qui se concrètent :en larmes. Séclhées et durcies au soleil durant 24 à 48 h, ou à l'étuve au-dessous de 38° durant 6 h, ces larmes donnent un produit blanc 'rème constituant la sorte de choix de papaïne connmerciale. Dl' après Ramstad (R6} un arbre 1ournit annuellement 200 g ou plus de _latex. D'ajprès Perrot [P8} on estime à Ceylan qu'un acre de papayers (soit 4 km 1) donne enviiron 90 à 95 kg de latex desséché et l'on admet que pour avoir 1 kg de papaïne bruite, il faut traiter environ 2 200 rruits. Selon Ramstad {R6J l'importation de pap:afne aux USA serait de l'ordre de !50 t par an (en provenance surtout du Tanganayiika, puis à un degré moindre du Kenya et de Ceylan) ce qui donne une idée de l'importance de ce produit. L.a papaïne telle que définie par le Codex français 1937 se présente en fragments vermiculaires de 1 cm de long ou en petites masses arrondies jaune clair si elles ont été iiiéchées dans le vide (meilleure qualité) ou brun chocolat si elles ont été séc)lées à l'air:. Son odeur spéciale est légèrement vireuse, sa saveur rappelant celle du pain grilhé. . L.a papaïne est soluble dans l'eau d"où elle précipite par l'alcool, l'acide picrique, le tanin, le ferrocyanure de potassium acétique. J'acétate de plomb et présente des cara,etères communs avec les albuminoïdes. · Ltil papaïne pure peut s'obtenir à pclrtir rle la n~'''~ ., .• brute par la technique de Fros:st' ', {F11j .,, ,, 1 •. ,. '; t. >ration dans le vide, addi+;, •,;,·mé qui contient ''- sur plaques

_c:;.;.;','t··.-.,;•·n . .,,,..,.. _,.

. ,.:::..,-: __ ~:~. :0

• .• ...~.,,......,,r:._..-

.;~;:~

;li

,

;,.--. ..-...

~· .~..;....w,.,.;,.._!li.• fi,.~-----·';"'~~--

"""*" .;":.,._ ..__ ;,:;,.;,.;,iii.
327

(
32b
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE 5° poreuses et dessiccation dans le vide en présence de ponce phosphorique. Le produit obtenu dans ces conditions avec un rendement de l'ordre de 20 p. 100 est une poudre blanche amorphe insoluble dans l'éther, l'alcool, le chloroforme,maistrèssolubledans l'eau. · · · On peut aussi obtenir une papaïne purifiée par la dialyse au sac de collodion et même de la papalne cristallisée (Balls 1940), par fractionnement de l'extrait aqueux avec du cyanure de sodium ou du sulfate d'ammonium à saturation en opérant à· pH 6,5 et à une température de 5°. Wurtz avait déjà donné en 1879la composition suivante de la papaïne : cendres 4,22 carbone 52,19; hydrogène 7,12; azote 16,40; mais Balls analysant la papaïne cristallisée a trouvé en dehors du carbone et de l'hydrogène: azote 15,5 p. 100, soufre total 1,2 p. 100 dont 1 p. 100 de soufre cystéinique. On remarque à çe sujet que le phosphore n'a pas été décelé. La papaïne brute contient deux enzymes cristallisés de nature protéinique : la papalne et la chymopapaïne de poids moléculaires voisins (27 000). La tyrosine et le tryptophane font partie de l'édifice moléculaire avec un groupement sulfydryle. 3o
GRAINES.

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
AUTRES ORGANES,

Les autres organes du végétal ont été moins étudiés. On signale égaleptent dans les racines la présenee d'un glucoside voisin de la sinigrine, probablement identique au -carposide et un enzyme comparable à la myrosine. Déjà Guignard avait indiqué que tous les organes eontenaient de la myrosine. En contusant la ràcine avec de l'eau il avait obtenu une substance sulfo-azotée, voisine sinon identique an sénevol allylique de l'essence de moutarde, le glucoside générateur étant particulièrement abondant dans cette partie de la plante [P8). A propos de la myrosine Perrot souligne qu'elle ne montre pas ici ume localisation nette comme chez les Crucifères car elle diffuse dans des groupes de cellules et n'est plus localiSée spécialement dans les éléments isolés. Chopra mentionne en outre ·que la carpaine eXisté aussi dlms les écorces de racine mais à l'état de traces.. ' Pharmacologie. L'étude des pmpriétés thérapeutiques· du papayer a donné lieu à un nombre considérable de travaux de tous ordres portant aussi bien sur les différents organes du végétal que sur la papalne brute et ses différents constituants~ sur les pigments caroténoïdes, sur les alcaloïdes, etc.
1o
ÛRGANES DE LA PLANTE.

Les graines de couleur noîre et à odeur de cresson sont également intéressantes au point de vue constitution. Chopra [C11] en donne la composition centésimale suivante : protéines 24,3, hydrates de carbone 15,5, huile grasse 25,3, fibre brute 17, cendres 8,8, huile volatile 0,09. L'huile grasse donne comme titre de saponification 1,32 p. 100, d'acides saturés 16,97 p. 100 (palmitique 11,35, stéarique 5,25 et arachidique 0,31 p. 100), d'acides non saturés 78,63 p. 100 (oléique 76,50 et linoléique 2,13 p. 100). Watt et Breyer Brandwijk (W2] font état d'après Ajenso (J. Amer. Chem. Soc., 1943, 6.5, 208 et Oil and Soap, 1943, 20, 217) de chiffres légèrement différents: 10-15 p. lOO-d'huile fixe constituée par les glycéridesdes acides oléique 76,58, myristique 4,33, palmitique 12,19 et stéarique 1,7 p. 100. / . .· • Les. principes importants sont représentés par la 1arpasémine qui est la beneylthiourée de formule C,H;.-CH 1NH-CS-NH 1 troùvée dans la proportion .de 0,35 p. 100 par Panse et Parandjpe en 1942 [P22, P84), le benzylsènevol C,H 5 -CH1 N=C=S isolé- en 1956 dans les proportions de 0,2 à 0,5 p. 100 par Ettlinger et Hodgkins (in [Kt)) un glucoside, la caricine (ou carposide ?), analogue à la sinigrine et un enzyme, la myrosine. D'après Perrot [P8]la myrosine est localisée dans le tégument et l'albumen ne renferme que du glucoside, mais pas d'enzyme. Greshoff y a aussi décelé ·la carpalne, mais à l'état de traces, et Panse une substance alcaloidique non identifiée (P22]. 4° FEUILLES*. La carpaïne fut isolée des feuilles de papayer par Greshoff en 1890. ll y trouva une teneur de 0,07 p. 100 dans les vieilles feuilles et de 0,28 p. 100 dans les jeunes. L'étude de ce corps fut poursuivie par Merck, puis par Van Rhyn qui lui donna la formule générale C14 H 2 .0 1 N admise jusqu'à ces dernières années. On connatt maintenant depuis 1965 sa structure, sa stéréochimie et sa configuration absolue par les travaux de Govindachari et coll. d'une part, de Coke et coll._ d'autre part : c'est un alcaloïde du groupe pyridine de formule C18 H 00N 2 0 4 ([Ml) 11, p. 491). Sa biogenèse fait au Nigeria l'objet des investigations de Bevan et Ogan [B16j. En 1954 aux Indes, Govindachari et coll. [G8] à partir des feuilles sèches, ont retiré 0,11 p. 100 de carpaine et 0,01 p. 100 d'un nouvel alcaloïde, la pseudocarpaïne. Celle-ci diffère seulement de la carpaïne dans la stéréochimie de l'un des groupes méthyles ([Ml] 11, p. 491). Sinalberger et coll. ont obtenu en 1968 à partir de l'espèce sud africaine -quatre alcaloïdes dont trois ont été identifiés à la nicotine (0,1 028 p. ·1 000), la cotinine (0,0 278 p. 1 000) et la myosmine (0,0014 p. 1 000), le quatrième restant encore inconnu (S202]. D'après Engel (1946) cité par ·Natt [W2] les feui.les des Indes néerlandaises contiennent 36 mg p. 100 de tocor- ·'roi ou vitamineE. :hopra [Cll] donnelamême Indication en ajoutant que les f.,. "ë contiennent en ·Jtre 286 mg p. 100 de vitami·

-

En dehors des nombreux usages des différents organes signalés dans la médecine populaire des régions de végétation du papayer, on rencontre dans la littérature peu de travaux scientifique les concernant. La question des propriétés bactéricides des feuilles, fleurs, fruits, graines est controversée. George et Pandalai ont recherché le pouvoir antibiotique des différents organes ; ils ont trouvé pour les graines une certaine activité vis-à-vis de Escherichia coli et Staphylocr«_us aureus (G29). Spencer, expérimentant in vioo des extraits variés pour reconnaltie leur action antipaludique, a obtenu des résultats négatifs. Des extraits prolongent légèrement la survie des embryons de poulet 'iralement infectés (Taylor. - Te». Rep. Biol. Med., 1954, 12, 551). Par ailleurs, Saba et coll. ont signalé les propriétés ocytociques du latex. [S85). D'après Ross (J. Am. Diet. Assoc., 1946, 22, 310) l'addition de fruit à la ration alimentaire humaine produirait un abaissement léger de l'acthité urinaire. Garein [G10] a observé que le jus de fruit vert liquéfie les tissus lésés par les anthrax, mais respecte les tissus sains non lésés. Selon Perrot (P:s] les fleurs fralches, non toxiques, donnent des infusions béchiques des plus utiles dans les bronchites ou les aphonies consécutives au.xrefroidissements nocturnes brusques des zones tropicales en altitude: · Les graines à saveur épicée sont condimentaires et carminath·es ; mais surtout elles sont incontestablement anthelmintiques et font à présent à cet égard l'objet d'études poussées en particulier par Krishnakumari (Kll) et Dar [D14). 2o
PAPAÏNE.

1

r.

de ... ~

-.r

f,

··, -.c:; cje--

Vauquelin avait sign.alé dès 1802la présence d'albumine et de caséine dans le latex qu'il avait dénommé pour cette raison • san.; végétal , ''t ·~u'on appelle s•mvent maintenant. • peps;ine vegdale • La papaïne est en fait un complexe enzymatique où l'on trouve une pe~,tidase capable d'hydrolyser les protéines en poly et dipeptides, une coagulase agissant sur la caséine du lait., une amylase, une pectase, une lipase. L'action de ce complexe enzymatique se caractérise par son action protéolytique voisine de celle de la pepsine et de la trypsine vis~à-vis de ·Ia digestion des protéines, la lyse obtenue allant jusqu'à la libération des divers acides aminés composant la molécule attaquée. Son activité, sa stabilité et son indifférence à la réaction du milieu dans une large gamme de pH en font un agent protéolytique supérieur aux enzymes d'origine animale. En effet, à travers les différentes assertions des auteurs on peut considérer que l'activité protéolytique n'est pas modifiée par un chauffage à 70° pendant une heure et demie, et on pe-ut même la maintenir à 100• chez des papaïnes spécialement purifiées. D'autre part le pH ortimum, var;:•!:>le avec le. structure de l'édifice protéinique à détruh:, est Il<' fi''·~"> ,, ·.-'lisin de ·' ité reste encore importante dans mw Jgr tabilité de la papaïne hrute est

:~~ -~::......~~:,.;~.

i;w

. -

·

4i~~---

·""""

·""~~,----· -1"'~---~" ...........,.,..#0!"';·._~"-· .~

........

,~-:._..;r.~-~·4~

. -~1"' --~~~_....-:::~, i%~t -~-~(l·>~<.... ro-:-~:~--.-:~. .'.t~-.~~--~:.~1"
l:t·

.~·· '~~..:;;;::,::....

.,."'F,;.,,i,d

...... lfti'jnsa

(
328 PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO!'o.'li.JELLE affectée par un stockage prolongé, moins d'ailleurs que la trypsine, mais l'addition de réducteurs protège efficacem.ent contre cet etJet. Du fait de sa nature, un dosage chimique n'a aucune significàtioD quant à sa valeur enzymatique qu'on peut mesurer par diverses méthodes : diges1ion à 70 °C de ·la viande de bœuf sous forme de poudre séchée avec évàluation du ~ésidu non digéré, ou encore détermination de vitesse de. coagulation du lait à 40 'IC. L'ancien Codex français prescrivait de tester son action par digestion de fibrine de porc desséchée étalon : la papaïne protéolyse 166 fois son poids de fibrine sèche ce qui correspond à 660 fois son poids de fibrine essorée fralche, données exprimffi en disant que le titre protéolytique de la papàine est 660. En thérapeutique la papaïne est ün excellent adjuvant de la di~stion des àlbuminoides recommandée dans la dyspepsie et autres troubles digestif~ à la dose de 0,50 à 3 g en cachets, sirop, élixir. Elle est prescrite de même dans la chlnrose et les gastroentérites infantiles. Velluz en 1938, cité par Perrot [PB) et Planchon [P20j, a mis en évidence son effet sur les toxines, toxalhumines et même àlcàloïdes : en solution à 2 IJI. 1 000, 18 mg de papaïne neutralisent 1() mg de ricine, 2 mg neutralisent 4 doses m'Ortelles de toxine tétanique et 10 doses mortelles de toxine antidiphtérique; vis-à-vis des alcaloïdes (strychnine) 12,5 mg neutralisent une dose mortelle, soit 2,5 mg d':dcaloides. La papaïne a été utilisée avec succès par voie intrapéritonéalt- pour prévenir les adhérences et éviter leur retour. Ochsner (1936) et Bryant (1950) cillés par Watt [W2] . font état des résultats obtenus: 83 p. 100 excellents, 5,8 p. 100 bons. 7,5 p. JOO moyens, 3,5 p. 100 faibles. Ochsner, contrôlant cette action par complll'llÏS<ln avec la trypsine sur des animaux présentant 100 p. 100 d'adhérences récidivantes.. a trouvé que par instillation intrapéritonéale d'une solution saline de ces ferments.. jJ, y avait 57 p. 100 de récidives avec la solution de trypsine et sèulement 9 p. 100 àve~ celle de papaïne. Walton (W2] a trouvé que cette différence était due au fait qot la trypsine perd rapidement son acthpté dans la cavité péritonéale alors que, daru; les mêmes conditions, la papaïne la garde longtemps sans qu'elle soit affectée par la jprésence du sérum. Les propriétés relharquables de la papaïne p()ur la liquéfaction <lu mucus, la digestion des tissus nécrosés, ete.. l'ont fait employer potÙ'les plaies piii1Ûtntes,les brftlures, les membranes diphtériques, les ulcères [R7). Ravina fait état à ce sujet [RB) des excellents résultats obtenus dans le traitement des ulceres de jambes, esi:arres, plaies atones, suppurations aigués ou chroniques avec une préparation pulvérulente d'extrait hydrosoluble lyophilisé de papaine associé à la pénicilline et dis.W~J~te au moment de l'emploi dans du sérum physiologique. Trease signale aussi une préjuration en ampoules stériles mise au point en 1951 par Bullock et S.en pour usaj:!t dentaire afin de dissoudre la pulpe nécrosée avant le plombage des dents cariées ou des canaux de racines [T6). L'action antiinflamm.atoire chez des opérés récents a fait en t964 l'objet d'une expérimentation clinique de la part de Yarington et Bestler [Y2): traitant 100 sujets (amygdalectomisés ou adénoidectomisés) soit par un placebo, soit p.tr une préparation enzymatique de papaye, ils ont obtenu de meilleurs résultats che~: les malades avec la préparation de papaye et n'ont noté aucun effet secondaire. La papaïne est encore employée depuis fort longtemps dan'> le traitement des helminthiases. Son action kératolytique et son activité contre ~ vers ronds à enveloppe de kératine est tout à fait remarquable. Activée par la cystiine elle agit contre les ascaris, les oxyures et les tricocéphales. Les parasites sont éliminés à un état plus· ou moins avancé de désagrégation et leur expulsion est ilccélérét" rar les laxatifs. On sait aussi depuis longtemps que la papaïne est un anticoaguLant du sang. Déjà les travaux de Pillai expérimentant à partir de 1952 un produit i~é<é et partiellement purifié du latex de papaye, avaient permis de définir les caracti-rts biochimiques de ce produit et son pouvoir anticoagulant in· vitro sur le plasma 1··>tal et le sang de différents animaux. Pillay avait également constaté à cette occa~ion que des extraits montraient un effet antieo.àgulant antiplasma, mais non coagul.:nt sur les érythrocytes. Ses collaborateurs Chandrasekhar, Vaidyanathan et Sini 1C17] poursuivant ce' trava•1x sur une préparation de latex purifiée dénommée AC.J.S tn déterminèrent la t• ·ziciV • le pouvoir anticoagulant in vitro, tant par administratàm orale, qu'intra-' ., ·u' et intraveineuse. En résumé l'administration du prod:~it AC48 obtenu à ··x augmente re temps de prothromb "le et celui dr <:oagulation chez les rats, et souris. Le maxim •m d'activ !. est obtenu u:œ demi-heure ar in"èrl! ·ms<·ulaire quoique p· · ''l'•>ie intraveineU'·, L'injecti ,. 'nes ioulour' montre ; ;,",tt' 0.nticoagt

··~~.:
\~

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 329 On ne constate aucune activité par voie buccàle. L'injection intraveineuse de l'anticoagulant à la dose de 2 mgjkg chez le chien triple le temps de prothrombine, la durée de l'acti()n variant avec les doses administrées. La dose max~a tolérée par les rats et les souris· est de 50 mgjkg quoique l'efficacité clinique s'observe déjà avec 1 à 2 mgfkg. La toxicité aiguê aux fortes doses est comparable à celle observée avec les autres anticoagulants comme l'héparine. Kambara et.Nohara en 1966 [K100] avaient observé dans le foie, après administration de protéase de papaïne, une augmentation considérable des index mitotiques qui avaient été interprétée. comme des témoins d·une activité stimulante du produit sur la mitose. Mais le protocole expérimental mis en œuvre par ces auteurs et leur étude des index mitotiques ont été critiqués en 1970 par Paraf et colt qui en employant la méthode pondérale sur vingt paires de rats mâles n'ont pas retrouvé l'action stimulant.e sur la mitose ni l'augmentation du nombre des mitoses [P171). Signàlons aussL pour terminer, que Giles et ·coll., ayant' réalisé un emphysème expérimental chez les rats en utilisant des aérosols de papatne, ont proposé l'emploi de ce procédé pour tester l'action des drogues sur l'emphysème [G122). 3°
CARPAÏrm*.

/
l

1

On reconnalt actuellement à cet alcaloïde d'une part des propriétés cardiaques et diurétiques, d'autre pàrt des propriétés amoebicides, les premières comparées à la digitale, les secondes à l'émétine. Planchon cite à ce sujet les travaux de Plugge et ceux de Von Oefele; Henry (H20) ceux de Alcock et Meyer (1903), Kakowski (1905), Tu (1925), Kyu (1930), To et Kyu (1934) ; Watt [W2] ceux de quelques auteurs cités ci-dessus et en outre ceux de l\lerck (1940), Sordgdrager (1941), Webb (194B), Tuffiey (1951). A faible concentration la carpaïne a une action dépressive d'àbord sur l'oreillette, puis le ventricule, ceci sans intervenir dans la circulation du sang jusqu'à ce que la dose soit sùffisante pour provoquer l'arrêt du cœur. Ce ralentissement du cœur est suffisant pour abaisser la pression sanguine. Des concentrations plus fortes produisent une. vasoconstriction sans inversion des effets de l'adrénaline. La carpaïne a une action relâcliante sur les muscles lisses de l'intestin, de l'utérus et sur les bronchioles. Elle est toxique aux fortes doses seulement, mais les petits animaux sont particulière· ment sensibles et meurent par arrêt du cœur lors de l'administration en faible quantité. D'après Henry la dose de 5 mgjkg pour le lapin, serait toxique, mais d'après \Va tt la même dose ne serait pas toxique pour le chat, par voie entérale. Le chlorhydrate de carpaïne a été utilisé dans les màladies du cœur par voie orale aux doses de 0,01 à 0,02 mg et par voie hypoderniique aux doses de 0,006 à 0,01 mg par 24 h (selon Merck). :s'oble [N8) qui a extrait la carpaïne des fruits souligne, après von Oefele, qu'elle a une action semblable à celle de la digitale et préconise son emploi contre l'hypertension à la dose de 0,02 g par jour. · En outre d'après To et Kyu (Jap. J. Med. Sc., 1941, 8, n• 1, p. 52), Sorgdrager (J. Pharm., Londres, 1941, 15, p. 86), Webb (Counc. sc. ind. Res. Auslr. Bull., 194B, p. 232) et d'autres. la carpaïne aurait une puissante action amoebicidc. 4°
CARICAXANTHINE.

Comme autre principe défini retiré du Carica et ayant donné lieu à des études ci!,H:s :e caricaxanthine. Yamamoto (Y1) a montré que la croissance du rat était a.;,:dcrée par 20 à 30 gamma de caricaxanthine ajoutés par jour à la ration alimentaire standard. 5•
AuTREs ·usAGES.

En terminant c.:tte revue des applications du papayer en thérapeutique, signalons qu'il est utilisé encore pour la .préparation des bouillons de culture peptonisés et industriellement pour la préparation des aliments pré-cuits et l'attendrissement des viandes, pour la clarification des bières, la fabrication du chewing-gum, l'industrie des textiles et celle du cuir. On l'a également préconisé en fromagerie.

• Cf. A·

··~da,

p. 801.

J

.:·~.

.:>••·••••··'W:~::·.;~ . ::~~..-;,~~-·./ ,.;....;;~:~~.~~~··-:.-:L:.~~--~'7*'"t.j·g.. ;.. _,*"~~.;,_c...;.".:.;;.,.,,~.l&i ;'CA·~

~-,..~·'"'"'~...vft.:f

fDW

.~-t.,

.t"<··

!;J$

n

Pll@îi··

j'

t:·F·

-~~<,,.--~.-

(
i30
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONSELLE (

PI~ANTES

MÉDICINALES ET TOXIQUES

331

23. -

CARYOPHYLLACÉES

Cette famille très commune dans les pays tempérés et le bassin méditerranéen n'est représentée au Sénégal que par trois genres dont un seul comprend plusieurs espèces : Polycarpaca (8 espèces). Ce sont des herb.es à feuilles opposées, simples, à fleurs munies de sépales souvent scarieux ou membraneux ; le fruit est une capsule s'ouvrant par des valves ou des dents au sommet. · · On y trouve des esp«es ornementales (Œillets) et quelques espèces médici!lales utilisées en médecine populaire. Le groupe phytochimique le mieux représenté est celui des saponosides, généralement toxiques. La saponine industrielle est d'ailleurs retirée de nombreuses saponaires et SapoiWria otficinalis écarté du codex 1965 figurait encore à l'édition antérinne de 1949.

retombantes. Ramil~ pendantes garnies de petites feuilles réduites à des écailles. Fleurs dioïques, maïs on trouve aussi fleurs mlles et femelles sur le même pied. Inflorescences femelles en masses ovoïdes verdâtres avec de longs styles rougeâtres ; inflorescences mâles en longs racèmes avec des étamines à filets terminés par une anthère à deux loges soudées à la base. Fruits ovoides, en cônes, laissant échapper à maturité des graines ailées. Habitat.
Il a été introduit :au Sénégal où il est planté sur de grandes superficies dans les sables littoraux et paralittoraux des secteurs côtiers. ll croit moins bien dans les zones de l'intérieur. ·

Emplois. Les feuilles sont considérées comme. ayant des propriétés sédatives et les fruits sont utilisés, particulièrement par les Lébou, pour les maux de dents, stomatites, gingivites : inhalations des vapeurs du décocté bouillant, suivies de gargarismes avec le décocté dès qu'il atteint au refroidissement une température supportable. Chimie et pharmacolottie.

1.- Polycarpaea lùaearifolià (DC.) DC.
SvN.- Paronychia linearifolia DC. VERN. .Wol. ndoggar (d'aprù Dalziel), didobop, ndidôbop ( = grosse
:•<.

tete) ; ser.

wokat (Berhaul) ; peul, toue.

arinayel, mamadldAdi.

Caractères remarquables. Herbe généralement annuelle, parfois vivace d'environ 50 cm de hauteur, à feuilles linéaires pubescentes de 3 cm sur 2 mm. Inflorescences ~mpactes, subglobuleuses, solitaires à l'extrémité des rameaux, atteignant 3 cm de, diamètre ; fleurs à sépales argentés, glabres. f Habitat. Cette plante est commune dans le Sahel et les jachères soudaniennes. Elle peut être considérée comme messicole. Emplois. C'est la seule caryophyllacée médicinale, signalée uniquement par les Peul-Toucouleur. La poudre de fruits séchés au-dessus du feu aurait un grand pouvoir magique, en particulier coinme pmentif du • bernai • (sort jeté), d'où son utilisation par les sorciers. En dehors de cet emploi, mais peut-être pour la même raison, on reconnatt à différents breuvages de Polycarpea une action excellente sur la santé et la longévité des vieillards.

:

..

' <

,,

L'écorce du fllao est riche en tanin, et contient une matière colorante non définie, dénommée casuarine. D'après Venkatruman (Chtm. Abstr., 1957, 51, 11747) l'écorce et la racine contiennent respectivement 10 et 14,95 p. 100 de tanin catéchique. . Dans les feuilles de fespèce de Turquie, Baytop et coll. ont décelé des tanins condensés et hydrolysables ainsi que des catéchines· (B104). · La casuarine rapportée en 1939 au d-gallocatéchol par Osima et Ito est un mélange de d-gallocatéchol.èt de d-pyrocatéchol [R10J. La cire des feuil\es et brindilles qui sont toujours vertes ·n'appartient pas au type estolide caractéristique des Conifères aux feuilles également toujours vertes (in (H55), 3, p. 394). Les extraits de branchettes ont été testés au point de vue insecticide sans résultats significatifs (H57). Ceux de tiges ont une certaine action antibiotique [N29) et antitumorale (A71) .

1
l

f

25. -

CÉLASTRACÉES

Syn.- HIPPOCRATÉACÉES
Les Célastracées, parfois divisées en deux familles Hippocrateacées et Célastracées, sont représentées dans toutes les parties du monde. On compte quatre genres au Sénégal: Magtenus, Hippocratea, Reissantia, Salacia. Le premier est un arbuste couvrant tout le pays ; les trois autres sont des lianes soudaniennes ou guinéennes. Les Célastracées fournissent quèlques drogues utilisées en médecine populaire pour leurs propriétés astringentes, purgatives, quelquefois drastiques et émétiques. Nombre d'entre elles renferment un polyol, la· dulcite; quelques-unes sont caractérisées par la présence dans le liber secondaire et l'écorce de cellules en files contenant une substance élastique; incolore, nacrée, analogue au gutta. Deux espèces sont à signaler le Fusain d'Amérique du Nord, le Kat d'Arabie et d'Afrique orientale. Le Fusain noir pourpre (Evonymus atropurpureus Jacq.) dont l'utrait d'écorce de racine figurait encore aux Codex français 1949 est un purgatif -_, + -~'•!! '·e à des doses faibles (0,05 à 0,15 g), drastique à doses élevées; la drogue glucides dont la dulcite, une sorte de gutta (polyprène) et des traces ~ ·'s -e ,.{1~---... ·11 ~s.

24. -

CASUARINACÉES

Famille réduite au seul genre Casuarina qui comprend une vingtaine d'espèces ·.originaires de l'Australie et de l'Asie méridionale.

1.- Casuarina equisetifolia Forst.
VULGO. -

Filao. ,">rêle gigantesqu< rappelant par ·e, fissurée bran· à extrémités

Caractères remarquables. Arbre ori!!inaire des u~s du r·acifiqu· son illh•• ·· ''"""rai·· ,,., ..,;•,··< "'lt droi port d •rce fo·

".,

.:-:;- ......:.'"'1!''.. ...-~

~·:"-

,_ *·

t

)~~:~r,;Ë\;'!111•

.'*'

"--·~·..r~ ..$,

~~4:-~~f~it.~~~~~.~~,- .~

332

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO:!\XELLE

(

(
PLANTES liÉDICINALES ET TOXIQUES

33a

Le Kat ou Thé des Abyssins est une drogue constituée par les tiges feulllées du Catha edulis Forsk. Les principes actifs sont des composés flavonoïdes et des alcaloïdes (cathine ou norpseudoéphédrine). On y trouve également de la dulcite. Le Kat utilisé dans les pays d'origine en masticatoire comme stimulant, excitant. hypnofuge, donne en infusion une boisson dont les effets peuvent être rapprochés de ceux du thé, du café et du maté, mais elle ne contient pas de caféine.

~

-~
-~4

1.- Hippocratea africana (Willd:) Loes. ex En~l.
SYN.- Tonsella a(ricana Willd., Salacià a(rica.na (Willd.) DC., Hippocratea obtusi(olia Ro:xb.,Hippocratea richardia.na Cambess., Hippocraha cymosa var. togoensis Less. · VERN. -·Peul du. Djow( delbi ; peul Fouladou tale! wâdu. Caractères remarqualtles. Liane robuste atteignant 15 rn, très ramifiée, à nombreux rameaux .finement et densément Ienticellés, enchevêtrés, restant parfois buissonnants. Feuilles glabres ou glabreseentes, ovales, largement cunées au sommet. Cymes. de petites fleurs parfumées de 1 cm de large, à pétales verdâtres et anthères oranges. Fruits déhiscents, obovales de 6 cm sur 3 cm, aplatis, verdâtres, avec des· graines à longues ailes terminales.
w.u

Habitat.
Il existe dans tout le Sénégal depuis la vallée du Fleuve jusqu'en Casamance maritime. Au nord il reche~he les fourrés, l'ombre des grands arbres et les dépressions longuement humides . .Il croit autour des mares temporaires du Djolof et du Ferlo ainsi qu'à proximité !lés niay des environs de Dakar.

/
7

FIG. 22. - Maylenus s.-gallensis Lam. -A. Branche fleurie. - B. Fleur. - C. Section longitudinale de la lleut. - D. Fleur du dessous avec la corolle relevée. - E. Section de fovaire. - F. Fruits. - G. Fruit en déhiscence. - H. Graine montrant l'arille (D'après FWTA). /
)

f

3.- Maytenus senegalensis Lam.

!

Emplois et pharmacodynamie. Espèce mineure, apparemment peu réputée. Elle est néanmoins connue des Peul qui emploient le décoeté de la liane en bains et boissons pour le traitement des œdèmes. · Les extraits aqueux de racines sont dépourvus d'activité antibiotique [M130]. SvN. - Celaslrus senLgi:J!lensis Lam., Gymnosporia stt:negalensis (Lam.) Loes., Celastrus coriaceus GuiiL et Perr. VERN.- Wol. dori, énidek, génidek, gédek, gidek. ngidek, génedek, génôdek; ser. · tafàr, tafara, ntafara; none pori (Sébire) ; (alor ndukut (Sébire) ; bamb. ntogoyo (Berhaulf); mal. ngigé, ngéké, gégé, gogé, tolé (Aubréville); socé kasabaro ; sur. nrué ; peul, toue. giagut, gialgoti, gielgotel ; dio/a bufimbok (Berhaut); bal. âgui. Caractères remarquables. Arbuste ou petit arbre de 5 :à 6 m, se rencontrant plus souvent en buissons bas impénétrables. sur les dunes lrttorales. L'extrémité des rameaux est lignifiée et épineuse. Dressé ou buissonnan1 il est de port excessivement variable. On trouve également de grandes variations dans les dimensions et les formes des feuilles (orbiculaires ou linéaire;) qui sont généralement o>ales, cunées à la base et régulièrement denticulées. Le limbe épais et coriace est vert ghauque, glabre, courtement pétiolé. . Inflorescences en corymbes a"illaires ou constituées de petites fleurs blanchâtres ou verdâtres près de l'extrémité de jeunes rameaux. Capsules sphériques de 4-5 mm avec une graine partiellement emtourée à la base d'un arille mince de teinte rougeâtre. Habitat. Il est très commun dans tout le Sénégal mais il ne pénèt.re pas dans la forêt guinéenne de la Casamance. Il forrme de véritables peuplements buissonnants sur les dunes sablonneuses paralittora.Jes. "' ·
dE E

2.- Hippocratea paniculata Vahl
SYN. - Hippocratea polyanlha Loes., Hippocratea bequaertiï de Wild., Simirestis paniculata (Vahl) N. Hailé VERN. - Diola Efok bufembo (?) ; bain. damoré guren. Caractères remarquables. Liane robuste à nombreux rameaux cylindriques, lisses, vert pâle. Feuilles largement ovales, arrondies à la base, acuminées au so!DJDet, denticulées, vert pâle un peu glauque; avec environ sept paires de nervures IatéraJr:s. Lâches panicules terminales ou subterminales de petites fleurs blanches ou vert pâle de 3 mm de diamètre. Fruits ovales ou obovales oblongs d'emiron 3 cm de large. Habitat. Il existe en Casamance, dans les galeries forestièr 'S soudaniennes plus ou moins humides, aux environs de Dakar près des niay et dan les ra,ins du plah·au de Thiès. Emplois. Espèce de peu de valeur sig. et les douleur·< généra ifs fma.: iée par les Diola D !e feuilles pilée~

\ois.
~enegdensis

.urie c.ourbature>
·~;.

figu:-e panni les <:trogues les plus actives de !la pharmacopée sénéL'ir .i<:al.i"n ,, ·iet ~ ciDez ·:~Wolof est incontestablem~nt celle du diangara

h!~ :ù•tlil'.. ~tt'~"' ~·· ";~~. '-'""'" :-,.' ':""":".
334

<

· -

•••

.,:::~~~);,\~~-

(
PHARMACOP~E S~i'"'ÉGALAISE TRADITIONNELLE

s;·

(
PLANTES MÉDICINAI...ES ET TOXIQtJES Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux à branches souvent retombantes formées de nombreux rameaux grêles, vert glauque, nettement quadrangulaires, mais à angles arrondis. Feuilles largement ovales, acuminées au sommet, très finement denticulées sur les bords. Panicules de petites fleurs jaunâtres ou blanchâtres, d'environ 2 mm de large. Habitat. On le rencontre en Casamance, dans les galeries soudàruenn.es et à proximité des niay. II n'est pas très fréquent. · Emplois. Cette espèce n'est prescrite qu'en Casamance oà l'on donne le décocté de feuilles et de racines en bains et boissons chez les enfants pour les différentes maladies du jeune âge, chez les adultes comme fébrifuge, fortifiant et antientéralgique; En dehors de ces pratiques courantes, il y a lieu de signaler .un cas particulier d'utilisation par une guérisseuse-accoucheuse des environs de Zigulnehor·qn•on vient consulter de fort loin surtout pour la stérilité. Il y a foule tous les jours à son • cabinet • et nous avons pu faire cette constatation ·à plusieurs années d'intervalle. Le décocté deR. indica constitue pour elle le médicament de choiX sous forme (}e macéré de poudre de racine à saturation dans l'eau. Elle en fait prmdre aux femmes stériles tous les jours en boissons pendant deux à trois mois, la dose totale du soluté ingéré devant être de deux grands • canaris • soit environ une quarantaine de litres. II y aurait une action diurétique secondaire. Chimie.
/
.

335

Cayor (toujours en association n~amoins avec de nombreuses autres espèces). La racine est vendue sur le man:hé de Dakar pour les diarrhées infanWes et on peut dire que cette indication est générale pour le Sénégal. Les Sérer même considèrent la drogue comme une véritable panacée pour l'enfant et la femme {coliques, diarchées; helminthiases, fièvres, anorexies, aménorrhées). Le traitement antilépreux de Rom'Nam comprend auilsi les racines de M. senegalensis•. • Les écorces sont eonsidérées romme fébrifuges, toniques, sudoriflques, astringentes et sont couramment preS(:rites pour le paludisme, les ictères, les douleurs intercostales. Les· feuilles sont très recommandées pour les maladies oculaires, les maux de dents, les stomatites et gingivites. · . .F . Magtenm nous a encore été signalé, mais beaucoup plus rarement, par des gurrisseurs compétents comme antlbilhanien et antiulcéreux gastr~que. .

Chimie.
Les premières 4tudes sur Maytuws ont été réalisées sur nos éebantillons (rameaux et feuilles) de Côte-d'Ivoire par Sanié et par Paris en 1948. On y avait décelé une certaine quantiié de dulcite, des t;anJns, une cire constituée en majorité par des esters de l'alcool céryliqlie, un corps stéroldique de formule brute c ..H.aO, un flavonol C.H 1a0c (?),un glucoside flavonique, un holoside C 11H 110c et une substance amorphe paraissant être un latex (K4). Puis Pereira et coll. ont isolé et identifié dans les feuilles et les jeunes pousses un triterpène, l'oléane-12-ène-3 ~ ol (fi amyrine**) [P34]. Lo):'ll d'un • screenlng • phytochimiqne sur les plantes nigérianes, Persinos et coll. ont obtenu avec les racines, des iéactions positives concernant la présence d'alcaloide [P85]. ' . En 1971 Tin-Wa et coll. ont isolé et identifié (3-amyrine, lupénone, fi-sistostérol, ~-sistostérol xyloside;-,wilforine d deux nouveaux terpènes, l'lill d'eux étant l'acide mayténonique C..H..0 1 dont la stuctnre a été élucidée par Abraham et coll. (T81, A111]***. .

(7

/

Phai'lWlcoloJtie. Les extraits et fractions de la plante présentent une activité reproductible contre le 9 K B carcinome du rhinopha.rynx dans les cultures de cellules et ehez ·les souris contre les tumeurs Ll210 et PS leucémiques. n a été établi que le dulcitol était el:l partie responsable de c;ette acti'lité antitumorale [T81]. Pharmacodynamiqdement aè'tives les tiges et les feuilles ne sont pas mortelles pour la souris à la dose de 10 g par kg d'animal, mais la même quantité de racines détermine 40 p. 100 de mort. L'lnfusé d'écorces de racines au 1f2()()e n'a pas d'action sur les paramécies et les poisson!.. tandis que le même infusé de feuilles amène en 7 mn une intoxication lente du poissoo qui se rétablit difficilement dans l'eau pure (Paris) [K4). De leur côté Heal et coll. orrt testé sans résultats vraiment probants l'activité insecticide des extraits de racim et d"écorce {H57]. ·

·1

En 1951 Bhatnagar ft Divekar ont extrait des racines .de l'espèce indienne: - De fortes quantités de dulcite : 1,4 à 1,7 p; 100 dan~ l'écorce interne; 0,1 à 0,2 p, 100 dans l'écorce externe. - Un pigment : lit pristimérine (B20] surtout abondank dans la partie externe jaune de 1'6corce. En 1962 Harada et coll., après avoir isolé la pristimérine d'une autre Célastracée (Celastrus dispermus) en établissent la formule C10H 400 4 et la structure : c'est un pigment triterpénique du type friédéline qui doit sa pigment.ttion à un ensemble de doubles liaisons conjuguées (M12, M13]. Pharmacologie. Les extraits de racines révèlent une action antibiotique manifeste vis-à-vis des bacilles Gram + (N29, P154]. Cette action est due à la pristimérine qui est douée de fortes propriétés antibiotiques. Elle montre in vitro une activité considérable contre un grand nombre de cocci Gram + aussi bien hémolytiques que non hémoly1iques, particulièrement Streptococcus viridans (agent d'endocardites bactérienne~ subaiguës, d'arthrites rhumatismales, de certains maux de gorge, angines, etc.), S. pyogmes, S. (aecalis (agent causal de complications urinaires). Elle est ineflicaoe contre les orgallismes Gram- (B41]. In vivo son activité est plus faible et elle est toxique par administration parentérale. Les résultats obtenus indiquent que cet antibiotique influel!ce les ·infections aiguës et chroniques des muqueuses naso-pharyngées, en particulier dans l'influenza [B41]. Flemming lui-même a souligné que le Streptococcus viridtms n'étant pas sensible à la pénicilline, la pristimérine avait de ce fait une grand~ importance thérapeutique [S36). La pristimérine a été expérimentée cliniquement sur 19 cas d'infection de la mu· queuse rhinopharyngée résistant aux sulfamides et à la pénicilline. Les. principales modifications pathologiques étaient localisées aux amygdales où furent mises en évidence des hémolysines appartenant au groupe des virus. Le traitement consistant ::n .applications locales de pristimérine dans la glycérine et m prises per os de doses le : 0 mg en solution alcoolique, 2 fois par 24 h pendant 2-3 joors, produisit une dimi. Cin de volume des amygdales, une amélioration générale des malaises et le retour
1

1

'/

4.- Reissantia indica (Willd.) N. Hailé loesneriana
SYN. ~ Hippocrat~a indi:a ""illd., Hippocratea loesneriana Hutch. et M. B. Moss, Pristimera indica Willd. VERN. Mand. kubé<lara; diola Pogny fuléket, fudabel ; diola Diembéreng noro uy ; bain. dabufobénal, sinas sinas.

• Cf. aussi Gén~tés, pp. 41 et :H-95. •• Selon les auteurs, la teneur en 3-amyrine de M '~neaaleo:<i& serait nettement supérieure à celles de toutes les autres plontes ~ ~,vrine Ct" ••• Cf. Adde• da !If ·

.,.

'~-

À*'""

>·---··'-,.,_..,_.,._,_

!IIN444

.,..~,.:......,.,... .... ·:·••u•~••.;.,"""""'"*;.. . .,·,PJil( ,.,_"'Fr...-:-·--·~.,...,

:-•-.-.-'1f. ~...;....,~-~. lx±~~~;·~.-~..._,,...

(

(
PLAI\'TES Mf:DICINALES ET TOXIQUES

fARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE 're normale. Après le traitement aucun streptocoque hémolytique ne Une telle observation incite à poursuivre .les études en laboratoire et, , [CU]).

337

à P·

e;

1. -,-- Chenopodium ambrosioides L.
VULGO. -

Ansérine.

5.- - Salacia senegalensis (Lam.) DG.
SYN.- Hippocratea senegalensis Lam., Salacia macrocarpa Welw. ex Oliv. Salacia oblongi(olia Oliv., Salacia oliveriana Loes., Salacia angusti(olia Sc. Elliot, Salacia demeusei De Wild., Salacia johannis-albrechti Loes. et Winkl., Salacia doeringii Loes., Salacia dalzielii Hutch. et M. B. Moss, Salacia euryoides Hutch. et M. B. Moss ·
VERN.- Wol. hébet (Berhaat); niom. ndoloré; mand. karra (d'après Dalziel) ; dio/a Pogny épumbay, bukâgir; floup bulil, bulel.

Caractères remarquables. Plante annuelle ou vivace, atteignant plus d'un mètre de hauteur, plus ou moins pubescente ou glabre avec des glandes ambrées. Elle est parfumée lorsqu'on la froisse. Feuilles ovales la!lcéolées à bords largement dentés, à sommet obtus ; partie inférieure longuement cunéiforme presque jusqu'à la base du pétiole; limbe de 3 à 6 cm de longueur et 10 à 15 mm de largeur avec 2 à 4 paires de uervures latérales. Points glandulèux sous le limbe. Fleurs verdâtres, très petites, en glomérules spiciformes axillaires, denses, vers l'extrémité des rameaux. Fruits déhiscents contenant une graine brunâtre plus ou moins foncée, brillante, d'environ 1 mm de diamètre, légèrement réniforme. Habitat. Originaire d'Amérique, cette espèce est largement répandue dans les régions chaudes et tempérées du globe. Elle croit dans les décombres autour de Dakar et de quelques villes du Sénégal. Emplois.

Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux à nombreux rameaux brunâtres, densément lenticellés de blanc, légèrement anguleux ou arrondis. Feuilles oblancéolées ou obovales, devenant brun rougeâtre en séchant. Fascicules axillaires de petites fleurs verdâtres ou blanc-crème avec des anthères orange; pédoncules grêles de 5 à 10 mm. Fruits charnus sphériques ou ovoïdes de 2-3 cm de diamètre, souvent légèrement apiculés au sommet, orange ou jaunâtres à maturité. / . On le rencontre en Ca1amance, dans les Ues du Saloum, dans les galeries soudaDiennes sèches ou humides, dans les éboulis et ravins des. collines du Sénégal oriental et à proximité des niay ~ux environs de Dakar. Habitat.

'

'

\

Cette espèce dont nous ignorons les dénominations sénégalaises, si elles existent, nous a été présentée par le docteur Osouf, médecin-chef de la préfecture de Dagana. Elle serait utilisée avec de bcms résultats comme antidiabétique par les Toucouleur et les Wolof. / Chimie.

Emplois. Ce Salacia est administré aux Ues du Saloum par les Niominka comme antidiarrhéique chez les enfants et, en Casamance, par les Diola Fogny et Floup comme antiblennorragique et antitussif (racines). Dalziel [D4] signale la présence de gutta dans les canaux sécréteurs des petites branches et des pédicelles.

t

~ -i
1

"r

26. -

CHENOPODIAC~ES

;1

1

·'ill
Cette famille comprend 113 genres et plus de 1 000 espèces réparties dans toutes les régions du globe. Plutôt rares entre les tropiques, plus abondantes dans les régions tempérées, elles sont surtout répandues en Afrique dans les régions désertiques, subdésertiques et dans les sols salés. Ce sont des herbes annuelles ou 'ivaces et des petits arbustes à feuilles souvent charnues, à fleurs généralement petites, verdâtres ou jaunâtres. · Six genres existent au Sénégal dont la plupart' sont exclusifs des sols salés: Arthrocnemum, Halopeplis, Salicornia, Sa/sola, Suaeda. Seul Chenodium ambrosioides est une espèce rudérale probablement subsp n • ·:mée. Les Chénopodiacées fournissent def " 'es alimentaires (épinards), alimentair. in•lustn>'ltes (betteraves et autrefois .; .: >rnia et Sr>lsol-t •·our l'obtention de s• ·r,édicinales. Lor .,u't'' l'ci· ,le•· ,,, le doiYent génér< ;·-..s.f.r· c!' 'lè -':rte .. + rlés·:.~·.~é2~

"
1 1

i:

~.

i

Le C. ambrosioides est une drogue classique. Sous le nom d'Ansérine vermifuge ou Chénopode vermifuge la plante entière, à l'exception des racines, était officinale en France jusqu'en 1965. Elle a été écartée à cette date de la pharmacopée française qui n'a retenu que l'huile essentielle« retirée des parties aériennes fraîches et entières récoltées en cours de floraison, du Chenopodium ambrosioides L. var. anthelminthicum Gray, par distillation à la vapeur, [P135]. Selon Paris les rendements en huile essentielle sont pour les feuilles de 0,20 à 0,30 p. 100, pour les sommités fleuries 0,50 à 1 p. 100 et pour les fruits plus de 1 p. 100. L'essence renferme 20 à 30 p. 100 de carbures terpéniques (p-cymène, limonène, at-terpène) et 60 à 80 p. 100 d'un peroxyde terpénique l'ascaridol, dont la teneur varie avec l'époque de la récolte ; très faible avant la floraison (chez la jeune plante les hydrocarbures prédominent), elle est surtout abondante dans le fruit [P29]. Avec les feuilles, tiges, racines, graines les tests d'hémolyse et ceux de recherche des flavonoïdes et alcaloïdes se sont révélés négatifs pour Wall (in [W2]). Cependant Kapoor signale la présence fréquente d'alcaloïdes dans les racines de l'espèce indienne [K115]. De même Greinfinder en 1934 a mis en évidence un saponoside (surtout dans les graines) donnant par hydrolyse une génine triterpénique la chenopodium-sapogénine C30 H.8 0, qui serait un acide monocarboxylique dihydroxylé. Ce saponoside et son génol ont fait l'objet d'une thèse de Hoffmann en 1938 [B126]. Earle a trouvé dans les graines avec péricarpe 15,6 p. 100 de protéines, 9,2 p. 100 d'huile et de l'amidon [E22]. Massart et Janssens ont ~ignalé dans les glomérules la présence des acides férulique et vanillique [M92]. Pharmacologie.
Lr: ''·'" '~ü:·:ances pharmacologiques concernent presqu'uniquement l'essence de
·:<'

-~

'ituant principal l'ascaridol. · '>< ~ ·"e p '"'a tOJxicité pour les animaux à sang ' r1u-; ,: -~"' ''J't? c~-'"'"' ""f: 1es ascaris npagner

~~~>·,:,.';" ·~-;-.:~.~:~.:...~~.,., . ....-......--;

·-

---~--;.. ... ~~ .

. --~· "'·"' ..~.....,.--sjlj ..

~:111 .

..... ~.~~:'V\i"'i>~ ~.. Î

"'

."'

'""<{!~· _...,.....,..:.,.~~~ ~'""'"""""~-,"~'""""""' ~
..

.....

,c,~~ --f.-J·,_~·;_...,...,.,~~'"I'Cit",~'ll'!""·>'""

(\
33* PHARMACOPÉE SÉI\'ÉGALAISE TRADITIONNELLE l'administration de celle d'un purgatif salin ou huileux. Son emploi chez l'homme doit être surveillé car des phénomenes d'intolérance peuvent se manifester : vertiges, vomissements,· céphalées (P29). Le chénopode vermifuge est employé en Amérique centrale sous forme de tisane (Thé du Mexique). Ailleurs et notamment en France, il sert à la préparation de l'essence officinale (Tableau C) administrée, sous surveillance· en raison de l'intolérance possible, à la dose de 0,20-0,50 g, notamment contre les ankylostomes. Elle est également utilisée en médecine vétérinaire.

i

(
Emplois.

PLANTES MÉ1HCIN;•,l. t

,

f

l"DXIQUES

J:~\i

Les graines de cette espèce non sénégalaise, vendues couramment sur les marchés du Sénégal sous le nom de petit kola, sont très demandées et c'est la raison pour laquelle elles sont importées. Elles ont une excellente réputation de stimulant, comme la vraie noix de kola, et leur prix d'achat est plus élevé car elles sont considérées en outre comme aphrodisiaque. De plus leur ingestion faciliterait la digestion des noix de kola qui paraltraient plus douces. Chimie et pharmacOlogie.

Bibliographie complémenlairt à consulter : Planchon [P20) ; Garnier [G-l) ; Denoël [D13) ; Lepetit [L74].

li

'1
27. CLUSIACÉES

Syn.- GUTTIFÉRACÉES
Famille tropicale représentée par deux genres au Sénégal Garcinia avec trois espèces et Mammea avec une espèce. Le G. livingstonii est un arbre ripicole sur les berges des rivières du Sénégal uriental. Le G. polyantha est localisé en Casamance maritime et dans quelques galeries soudaniennes, le G. ovalifolia, très peu commun, se rencontre à proximité des galeries. Mammea a(ricana n'exis}e que dans quelques forêts guinéennes de la Casamance maritime. Les Guttifères~contiennent un latex jaune, les feuilles sont simples et opposées sans stipules, lesÎHeurs sont blanches, actinomorphes. · Les Guttiféracées sont surtout connues pour les Guttiers asiatiques ( Garcinia handuryi Hook. et G. morelia var. pedicellala Desr.) qui fournissent par incision de leur tronc un suc gommo-résineox, connu sous le nom de gomme-gutte, utilisé en médecine humaine et surtout vétérinaire pour ses propriétés de purgatif drastique et antbelminthique dues à la résine. Des graines de Pentadesma balyraœa Sab., Arbre à beurre des régions forestières de l'Afrique occidentale, étaient exportées au début du siècle pour l'industrie de la stéarinerie. Elles contiennent 30 à 40 p. 100 d'une matière grasse connue sous le nom de beurre de Lamy ou de Kanya

D'après Dalziel (D4) le principe actif est probablement contenu dans les résines de la graine, mais on n'y a pas trouvé de caféine (qui existe dans la vraie noix de kola) ni d'autres alcaloïdes. Dalziel fait en outre état de l'étude d'ube écorce camerounaise, vraisemblablement de G. kola, dans laquelle il aurait été trouvé des Jlrincipes amers avec du tanin, des sucres réducteurs ~:t des traces d"une substance alclo!!oïd)qtH' . .F • ,. Perrot [PB) les graines ne renferment pas de caféine, mais sans doute un autre :·,;,::.,. loïde non étudié. Selon un screening de llouquoet, les écorces et les racines congolaises contiendraient des tanins et des quantit6s :;otableo; de flavonoïdes, mais pas de terpènes [B210). Osisiogu poursuit actuellement au Nigeria des travaux sui G. kola et a rendu compte en 1964 de.s premiers résultats de ses investigations [03]. Par chroma~ogra­ phie en couche mince de l'extrait aqueux purifié, il a sépare 4 substances fluoresce11tes non identifiées pour le moment. Il signale, d'autre part, que cet extrait renferme les principes amers qui sont peut-être les substances pharmacologiquement actives. Plus récemment (en 1967), Aplin et coll. n'ont pas détecté d'alcaloïdes dans les graines de Nigeria mais ont pu séparer une fraction triterpénique dans laquelle ils ont mis en évidence la pré11ence du cycloarténol et du 24-inéthylène cycloarténol [A48]. Selon Perrot [P8J, fa noix aurait des vertus contre les coliques et permettrait, mâchée crue, d'utiliSd". sans ennui une grande quantité de kolas vrais.

28. -

COCHLOSPERMACÉES

,1.

Syn.---:- BIXACÉES (pro parte)
Petite famille tropicale autrefois unie aux Bixacées. EUe comprend le genre Cochlospermum représenté au Sénégal par les deux espèces tinctorium et planchonii qui se distinguent aisément sur le ter>ain: le C. tinctorium a ses fleurs en saison sèche (févriermai) presque au niveau du sol; le C. planchonii a ses fleurs vers la fin de la saison des pluies (septembre-octobre) au-dessus du sol.

1. - Garcinia kola Heckel
VuLGO.- Petit kola, Bitter-kola, Faux kolatier. SYN. - Garcinia dinklagei Engl., Garcinia conrauana Engl. VERN.- Wol. bitikola. Caractères remarquables. Arbre de la forêt dense du golfe de Guinée qui ne dépasse pas l'est de la Guinée et de la Sierra Leone. Il peut atteindre 25 rn, mais il reste plus souvent un petit arbre du sous-bois de 10 à 12 rn, à fût droit et à branches étalées presque horizontalement. Feuilles opposées, ovales elliptiques, cunées ou arrondies à la base, courtement B.:uminées, d'environ 10 cm de long sur 4 cm de large, épaisses, vert foncé, glabres, · ;·étiole pubérulent. · qles axillaires de fleurs jaunâtres, 2 ec : .. atre faisceaux de 15 à 20 étamines. ··hériques ou ovoïdes. d'eriviro.: < (' de diamètre, roses ou jaunâtres à 'Outé••: n'''·~mbbn< à des ,,. ,.,. ··ndantes à l'extrémité d'un court :les 're rrr• ·' ,. ,.~s allong·.~. , rl··~viron 35 mm de t

1.- Cochlospermum tinctorium A. Rich.
SYN.- Cochlospermum niloticum Oliv. VERN.- Wol., · ser. fayar; ser. per (Berhaut); mal. tiriba, tiribara, turugba ; mand. tribQ ; peul fadu râdé ; p~ul, loue. dâdéré, ndadéré, dâduré, darundé.; diola budâk (Berhaut). Caractères remarquables.
Phc1te 3U~!~~;tescf .r·te tiges n· ·· l' des 'Ç
déo~;

·j

.ant pa' 50 cm de h:tut, à souche vivace, mais à ~·•· '• ·1:!1és se développent en saison T ~·,;~ palmatilobées, les

"'~·~--'-d>-:-<:-·0·-··~

.. · ".,-

. . . . _..,:_

·:·,....,.~-~

·~

.

.

...

~-

.... ~-:. ··-

·"~_,....,.;....~ ......... ....:~ ,.,-,.;-..~<1-_"1"~........ ~

....;..~~...... ~.~li~ . .~.~.....-~~«·""

(\
3~

(
Emplois.

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

PLANTES MÉlHClN<·.Ll >

~·uxlQUE~->

J~~fj

l'administration de celle d'un purgatif salin ou huileux. Son emploi chez l'homme doit être surveillé car des phénomènes d'intolérance peuvent se manifester : vertiges, vomissements, céphalées (P29). Le chénopode vermifuge est employé en Amérique centrale sous forme de tisane (Thé du Mexique). Ailleurs et notamment en France, il sert à la préparation de l'essence officinale (Tableau C) administrée, sous surveillance· en raison de l'intolérance possible, à la dose de 0,2(H),50 g, notamment contre les ankylostomes. Elle est également utilisée en inédecuie vétérinaire.

Les graines de cette espèce non sénégalaise, vendues couramment sur les marchés du Sénégal sous le nom de petit kola, sont très demandées et c'est la raison pour laquelle elles sont importées. Elles ont une excellente réputation de stimulant, comme la vraie noix de kola, et leur prix d'achat est plus élevé car elles sont considérées en outre comme aphrodisiaque. De plus leur ingestion faciliteràit la digestion des noix de kola qui paraltraient plus douces.
Chimie et pharmacologie.
~

Bibliographie complémenlaire à ronsulter :
Planchon (P20]; Garnier (G-l] ; Denoël [013]; Lepetit [L74].

'1
27. CLUSIACÉES
(

Syn.- GUTTIFÉRACÉES
Famille tropicale représentée par deux genres au Sénégal Garcinia avec trois espèces et Mammea avec une espèce. Le G. livingslonii est un arbre ripicole sur les berges des rivières du Sénégal oriental. Le G. polyantha est localisé en Casamance maritime et dans quelques galeries soudaniennes, le G. ovali(olia, très peu commun, se rencontre à proximité des galeries. Mammea a(ricana n'exi~e que dans quelques forêts guinéennes de la Casamance maritime. Les Guttifères~contiennent un latex jaune, les feuilles sont simples et opposées sans stipules, Iesifleurs sont blanches, actinomorphes. Les Guttiféracées sont surtout connùes pour les Guttiei-s asiatiques ( Garcinia handuryi Hook. et G. morelia var. pedicellala Desr.) qui fournissent par incision de leur tronc un suc gommo-résineux, connu sous le nom de gomme-gutte, utilisé en médecine humaine et surtout vétérinaire pour ses propriétés de purgatif drastique et anthelminthique dues à la résine. Des graines de Pentadesma butyracea Sab., Arbre à beurre des régions forestières de l'Afrique occidentale, étaient exportées au début du siècle pour l'industrie de la stéarinerie. Elles contiennent 30 à 40 p. 100 d'une matière grasse connue sous le nom de beurre de Lamy ou de Kanya

D'après Dalziel (D4} le principe actif est probablement contenu dans les résines de la graine, mais on n'y a pas trouvé de caféine (qui existe dans la vraie noix de kola) ni d'autres alcaloïdes. Dalziel fait en outre état de l'étude d'lfne écorce camerounaise, vraisemblablement de G. kola, dans laquelle il aurait été trouvé des )"lrincipes amers avec du tanin, des sucres réducteurs et des traces ù'une substance ale;,loïcHque. F ' ,. Perrot [P8]les graines ne renferment pas de caféine, mais sans doute un autre ,-,;,;:;;loïde non étudié. Selon un screening de llouqwet, les écorces et les racines congolaises contiendraient des tanins et des quantités :;otaùle-~ de flavonoides, mais pas de terpènes [B210]. Osisiogu poursuit actuellement au Nigeria des travaux sur G. kola et a rendu compte en 1964 des premiers résultats de ses i.nve~tigations (03]. Par chromatographie en couche mince de l'extrait aqueux purifié, il a sépare 4 substances fluorescentes non identifiées pour le moment. n signale, d'autre part, que cet extrait renferme les principes amers qui sont peut-être les substances pharmacologiquement actives. Plus récemment (en 1967), Aplin et coll. n'ont pas détecté d'alcaloïdes dans les graines de Nigeria mais ont pu séparer une fraction triterpénique dans laquelle ils ont mis en évidence la présence du cycloarténol et du 24-inéthylène cycloarténol (A48]. Selon Perrot [P8j, fa noix aurait des vertUs contre les coliques et permettrait, mâchée crue, d'utiliset. sans ennui une grande quantité de kolas vrais.

l'

28. -

COCHLOSPERMACÉES

,l

Syn. ----: BIXACÉES (pro parte)
Petite famille tropicale autrefois unie aux Bixacées. EUe comprend le genre Cochlospermwn représenté au Sénégal par les deux espèces tinclorium et planchonii qui se distinguent aisément sur le ter;ain: le C. tinclorium a ses fleur~ en ~aison sèche (févriermai) presque au niveau du soi ; le C. planchonii a ses fleurs vers la fin de la saison des pluies (septembre-octobre) au-dessus du sol.

1. - Garcinia kola Heckel
VuLGO.- Petit kola, Bitter-kola, Faux kolatier.

SYN. -

VERN.-

Gareinia dinklagei Engl., Garcinia conrauana Engl. Wol. bitikola.

Caractères remarquables. Arbre de la forêt dense du golfe de Guinée qui ne dépasse pas l'est de la Guinée et de là Sierra Leone. Il peut atteindre 25 rn, mais il reste plus souvent un petit arbre du sous-bois de 10 à 12 rn, à fùt droit et à branches étalées presque horizontalement. Feuilles opposées, ovales elliptiques, cunées ou arrondies à la base, courtement a.·•tminées, d'environ 10 cm de long sur 4 cm de large, épaisses, vert foncé, glabres, ·étiole pubérulent. .,J.,s axillaires de fleun juunàtres, ; ec · ·C~tre faisceaux de 15 à 20 étamines. ·hériqtws <Hl o\·of<1e,, d'eriviro· '· ,. de diamètre, roses ou jaunâtres à ;outé.. ,. rf'\-.,,~ntbbnl à des ni ··ndantes Il l'ex•rémité d'un court .... ~s allong·'· , <l"•·wiron 35 mm de J!es ! re ~lr
~

1.- Cochlospermum tinctorium A. Rich.
Cochlospermum niloticum Oliv. Wol., ser. fayar ; ser. per (Berhaul) ; mal. tiriba, tlribara, turugba ; mand. tribo ; peul fadu râdé ; ptul, toue. dâdéré, ndadéré, dâduré, darundé ; diola budâk (Berhaut).
SYN. VERN. -

·j

Caractères remarquables .
Pla:.~e :<Ul~"·;tes•~f,

;,,

tiges des r

n ·

1

,, dénc• -•mt pa' 50 cm de haut, à souche vivace, mais 1\ · " .r·· '·· 1cllés se développent en saison ·r-~·r1t palmatilobées, les

~-~·;·t-·~,;m

t

E,t

.s:4i(

••:;;

~.._~~,., ..,._..,.

H:~--~..-~~·..~····"'

_,., ..-.~.i"1

~

.

114 L.l

.:il•t

1~~

"

"'-~-~-...,...,.::-~·--:-..~,-~~-

,;..,,.~~~~~~:_~--::;.

·, .1'

'{;t • .,

l

\i>,.

(
:40

PHARMACOPÉE SÉNÉG.ALAISE TRADITIO~NELLE

(
· PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES Phanaacodynamie. Avec des extraits aqueux de racine de l'espèce nigériane, .Malcom et coll. ont obtenu des tes-ts positifs d'activité antibiotique vis-à-vis des organismes Gram +, Sarcimea lulea, Slaphylococèus aureus, Mycobacterium phki (M130].
341.

l)bcs étar.t acuminés au sommet, ovales ou lancéolés, entiers ou denticulés avec la ace inférieure glabrescente ou pubescente. Fleurs en grappes courtes jaune brillant, de 8 à ~ cm de diamètre, apparaissant ~resque au niveau du sol, en saison sèche, après le passage des feux de· brousse. Capsules ovoides renfermant de nombreuses graines cotonneuses avec· des poils 1dhérents fortement aux graines.

flabitat.
Il est très commun dans toutes les savanes arbustives de la région soudanienne, rurtout dans les gravillons ferrugineux de la région de Tambacounda: et. en haute et 1110yenne Casamance. Une espèce voisine peut se trouver en mèlange, surtout dans le Sénégal oriental, c'est le C. planclwnii qui fleurit en saison des pluies vers l'extrémité des tiges feuillées (qui atteignent 2 m) et dont les poils cotonneux adhèrent à peine aux graines.

19. - COMBR~TACÉES
Famille tropicale et subtropicale très importantr- au Sénégal, 'non pour le nombre de ses genres réduits à six, mais pour celui des espèctS de Combretum (une vingtaine) et de Terrninalia (six). Dès le Sahel on rencontre des Guierà, des Comlretum aculeatum et C. glutiinosum, des Taminalia avicennioides. Dans la région soodanienne, souvent appelée à juste titre la «région des Combretum •, ils forment le 'ond arbustif et arboré des forêts sèches du Sénégal avec d'autres Terminalia et Anc.teissus leiocarpus qui est également une Conlbrétacée. Par contre deux genres sont loc:alisés dans les mangroves : Conocarpus et Laguncularia. Enfin on trouve dans ks jardins une plante sarm.enteuse introdudte de Malaisie : Quisqualis. Les feuilles des Combrétacées sont simples,. sam stipules, l'ovaire est infère et les fruits sont plus ou moins ailés. Les Combrétacées, dans l'ensemble mal connues au point de vue chimiqute, soont surtout caractérisées par la présence de gommes et de tanoides. Les gom~~~~es soont fournies par divers Anogeissus et Terminalia, les t:1111ins principalement par les. Terminali,â indiens dontles fruits. sont bien connus sous le nom de myrobalans. / yne espèce, le Combretum miàanthuin, est officmale en France. /

Emplois. Les nombreux recoupements obtenus dans le Walo et le Cayor montrent que la racine de C. tinctorium est une drogue très estimée des Wolof et pratiquemént réservée à la médecitie infantile : rachitisme, coliques, helni.inthiases. Dans les autres régiQns soudaniennes du Sénégal, Fouta Toro, Ferlo, Boundou, etc. peuplées de Peul et de Toucouleur C. tinclorium occupe dans la pharmacopée une place plus importante encore. D'abord il ne peut passer inaperçu : se trouvant en pleine maturité dans une nature brtllée et quasiment morte (à noter à ce sujet que le bétail pourtant privé de nourriture ne le consomme pas), il « saute aux yeux • avec sa ID,!Iglliflque fleur jaune au ras du sol. Mais en outre il y ·a unanimité chez les guérisseurs ~nt en ce qui concerne son importan!f activité principale que la partie active eUe-meme. , · La drogue, en raison de la morphologie/propre au végétal est en effet toujOUI'$ constituée par le tubercule vivace qui, au m~e titre que la racine de Tinospora bakis, constitue le médicament vraiment spécifiq11e de toutes les affections hépato-biliaires, en particulier les ictères et les fièvres bilieuses hématuriques. · · Nous trouvons là une explication remarquable de la croyance (non exprimée pourtant) en la tbéorie de la signature car si le Cochlospermum a des fleurs d'un jaune éclatant qui ne ~euvent manquer d'attirer l'attention, le Tinospora a dé son côté des racines nettement jaunes. Comme les deux espèces n'ont pas les mêmes caractères écologiques, elles ne sont jamais associées, mais sont prescrites chacune séparément dans leur aire de dispersion. En ce qui concerne C. tinctorium nous n'avons noté que de rares cas d'association avec Lophira lanceolata, Melanthera gambica ou Combretum glutinosum comme antiictérique, avec Leptadenia hastata comme vaso-constricteur veineux et décongestif donnant des effets remarquables, aux dires des personnes interrogées, dans les cas d'hémorroides jutifiables normalement d'une intervention chirurgicale. Outre ces indications majeures on trouve encore la prescription du Cochlospermum dans l'ascite, le béribéri, les œdèmes et les enflures du poignet. Chimie. En 1909 Thorns, cité par Dalziel [D4] indique que le C. linctorium contient, outre une matière colorante jaune, du sucre, du tanin, beaucoup de mucilage et un alcalolde. Rabaté [R12] en 1939 signale que les rhizomes renferment une forte quantité d'amidon, de l'ordre de 50 à 60 p. 100 du matériel sec. En '1967 les essais de Persinos et coll. sur les rhizomes ont été positifs pour la présence de tanin, mais négatifs pour celle des alcaloïdes et saponosides [P85]. Dans les tubercules de l'espèce tchadienne utilisés localement pour obtenir un colorant jaune safran, il a été décelé en 1971 quatre types de caroténoïdes (au nombre de 6 ou 7), probablement polyhydroxylés, dont certains appartiennent au groupe des époxydes (G137). Dans une espèce affine de l'Angola, Coehlospermum angolense Welw. Nogueira Prista et Correia da Silva [N7] ont signalé la présence d'une quinone de PF 76-80° et d'un flavonoYde, ainsi que cellE> d<: carotén Jïdes da,ns la matière colorante.

1. - Anogeissus leiocarpus (DC.) Guill. et Perr.
VuLGO.- Boulea11 d'Afrique (nom loteSlier).
SYN.- Conocarpus leiocarpus DC., Anogeifsus schimperi Hochst. ex Huteh.

et Dalz., Anogeissus leiocarpus var. ~himperi (Hochst. ex Hutch. ex Dalz.) Aubrév. VERN.- Wol. geJ, ngej, ngégan, ge:rt, geyd; ser. ngogil, ngojil; none godai (Sébire); mal., mand., socé, barn~. li:rékété, kérékéto, krékété, krékri; IJamb. kalama ; peul kodol, kodoli, godolii ; bas. àgan ; tand. gàgal. Caractères remarquables. Arbre de.15 à 18 rn, à ftlt droit, élargi à la base, :parfois légèrement cannelé, â écorce grise fonçant en vieillissant et se desquamant par petites plaques. Branches grêles, retombantes ; cime ovale. Jeunes branches et feuilles densément pubescentes. argentées, so:yeuses dessous. Feuilles alternes elliptiques, obtuses et mucronées au sommet ou largement acuminées,. de 5 sur 2,5 cm, cunées à la base, courtement pétiolées, avec souvent deux glandes vers la base du limbe. Inflorescences compactes ovoïdes avec des fleurs taune verdâtre montrant un disque rougeâtre avec .des poils blancs. Fruits res>embjant à des petits cônes étcailleux renfermant. de nombreuses graines ailées.
Habitat:.
. ;;t très commun au Sénégal dans les forHs sèthes soudaniennes. Il occupe géné-

r,,. r,
f

· J•t des sols compacts, même passagèrement inond '·les en saison des pluies_ D •:l'! , '· o.hd (r~ n: Jf) en se cantonnant :J tr ma~es temporaires. Il Sénégal ori>tn!.al•, 'n mélange avec

~"-,;.~~~·...- ·" .~~.. ,-·~·~ ....-.,.."t~·· .~ ....... ~ ...

N ...

~'Iil::~.-..'"'s:·

.. .,.••. r-&t-.:·•·~··•~~·=;i:;..,;._..,_.~;:.....:..,..~"t'... :~

(
3.2 Emplois. Les feuilles de A. leiocarpus sont généralement considérées comme antidiarrhéique. Les écorces de tronc et de racines sont quelquefois employées comme vermifuge, antirhumatismal, stimulant et même aphrodisiaque. Chimie. Les feuilles, les racines et les écorces d'A. /eiocarpus contiennent du tanin. La teneur des écorces d'après une analyse de l'Imperial Institute de Londres (1913) est de 17 p. 100. . _ La gomme qui exsude du tronc contient 22 p. 100 d'acide uronique et donne à l'hydrolyse D-xylose (12 p. 100), L-arabinose (32 p. lOO).·D-galactose (5 p. 100), D-mannose (2 p. 100), traces de rhamnose, ribose et fuo()t!ll!; enfin 20 p. 100 d'un mélange d'acides oligosaccharide (A17]. PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO~r.:LLE

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 343

3. - Combretum crotonoides Hutch. et Dalz.
SvN.- Combretum geitnnnphyllum var. e:roiiHtoides (Hutch. et Dalz.) Aubrév. VERN. -M'and., socé madiio, madéfo ; bwnb. dirinimblé, tâgaré dé (Berhaut) ; d:ïola Fogny hagen ciéma ; peul dé>ki déwi ( = dôki feme/IP) ; bain. kifatifati ; ba.~. anoko. Caractères reoarquables. Arbuste de 4 ,a 5 m souvent ramifié près de la base, à rameaux dressés, contournés, à écorce claire. !lisse, puis fissurée sur les vieux sujets. Feuilles ovldts de 10 sur 6 cm, généralemeat arrondil!S au sommet, légèrement cunées ou arromdies à la base avec 8-9 paires de nei'VIlres jaunâtres ; limbe vert mat avec de nomb1'811Ses écailles blanches à la face inJérieure et un pétiole de 1,5 cm. Courts épis axillaires ou terminaux de fleurs jatme-crème de 5 à 6 mm de long (ovaire et corollloe). Fruits à quatre ailes, brunAtre mat à maturité, tomenteux, sans écailles. Habitat. Il est très cœnmun dans les savanes boisées :à partir de Kal'lrine jusqu'à l'est du Sénégal, rare dms le Saloum. Emplois. Cette espèce fait l'objet de trois sortes d'indications chez les Peul-Toucouleur d'une part; chez les Manding, Socé, Balant ,et les populations de basse Casamance 1 . · · d'autre part. Pour les premiers ce Combretum est parfoi& œnsidéré comme étant un C. glutinœum femelle ayant lrs mêmes propriétés que ce dernier mais de moindre activité ; il est surtout utilisé en qualité de béchique et an;tipneumo-bronchitiqtie· (décocté de rameaux feuillel en boisson et marcs résiduels appliqués en cataplasmes sur la poi~ trine). Pour les secoads il est très recommandé en u,sage externe comme • défatigant • et antirhumatismal, en usage interne comme cholagogue.

2.- Combretum aculeatum Vent.
VERN.- Wol. savat, sowat, saut; ser. nalafum. ilélafum; none sambé (Sébire) ; fa/or sabé (Sébire) ; mal., bamb. kôti, wrolo (Aubréville); bamb. wolokoli (Berhaut), kabana ; socé kunu ndindolo ; pad, loue. laoiiâdi. Caractères remarquables.
C. aculeatum se présente en 'buissons ou arbustes souvent sarmenteux de 4 à 5 rn,

à ècorce clai,re, fibreuse, avec des rameaux dotés d'épines provenant des vestiges 1 proéminent!{ des insertions des pétioles. ., Jeunes r!flneaux et feuilles à pubescence roussâtre; pétioles coudés ; limbes ellip- f tiques de 4,5 sur 3 cm, criblés de points .verdâtres ou dorés dessous et cunés aux deux extrémités.~ ' Courts racèmes axillaires de fleurs apparaissant souvent ai saison sèche pendant la défeuillaison, reconnaissables à la couleur légèrement rosee du calice et blanc crème de la corolle. Fruits à cinq ailes nacrées satinées, de 2 sur 2,5 an.
Habitat.
Il existe depuis la Casamance maritime, à l'exception de la forêt guinéenne, jusqu'au fleuve Sénégal. n est commun dans les domaines dr transition soudaniensahélien. C'est le plus sahélien des Combretum.

4. -, Combretum glutinosum Perr. ex DC.
SYN. - Combretum passargei Engl. et Dieb, Combretum leonensé Engl. et Diels VERN.- Wol. rat ;,spr., niom. yay (= mczman*); none pemben (Sébire); mal., bŒI/Ilb. tâgara, tâgara, dâbakatâ; mand., socé dâbakatâ, dâbakataô ; sar. dooko, téfé, talé ; peul, toue. dék:i, dOoki, doki déwi ( = doki femelle, sans fasànation), doki gori ( = d6ki mdlie, avec fasciation), ndukoworo, dokoworo, DN:égoré, nooko, dooko ; bas., klékadar; dio/a kalâkudun (Aubréville) ; ffll!:ld. dabakatana, dâbakatana. Caractères remarquables. Petit arbre dt 8 à 10 rn, à fîlt rarement droit, à écorce rugueuse, claire, à branches contournées, à cime ovoïde arrondie, irrégulière, mais plus souvent arbuste à rameaux dressés provenmt de souches ou de drageons qu'on rencontre dans les jachères où il forme de vériUbles taillis monospécifiques. Feuilles alternes, verticillées ou opposées, ov.ales arrondies ou courtement cunées aux deux exbltmités avec 7-8 paires de nervures latérales, larges. Limbe épais. coriace, pois5e'IIIX, collant chez les jeunes feuillles, très profondément réticulé à la
• r:
'V~f~··· t·, ~n·f

Emplois.

C. aculeatum est considéré comme un bon médicament dans diverses régions, en particulier le Sine, le Cayor, le Walo, le Djolof et le Feno Gù il est surtout utilisé comme·purgatif proprement dit et purgatif de dérivation. On le prescrit contre les coliques spasmodiques, la blennorragie, les helminthiases, la lèpre, l'inappétence et · l'amaigrissement (feuilles et racines). Les Sérer traitent les maladies oculaires avec la sève du cylindre central de la tige. Cette espèce figure aussi parmi les appâts des pêcheurs du fleuve Sénégal. Les Sérer et les Wolof lui attribuent des propriétés magiques valables en diverses circonstances et en cas de maladie. Nous avons noté à ce sujet un traitement médicomaglque sérer de la stérilité féminine à base de C. aculeatum., C. glutinosum, Piliostigma reticulata avec Intervention de la géomancie* et un traitement wolof des troubles mentaux avec C. acultalum, Balanites aegyptiaca, sol, hmsey, tlénébé, mil, os de bœuf (sacrifié par marabout à l'occasion de funérailles), poulet, etc. donnant lieu, au cours d'Incantations, à des opérations mystérieuses de transfert entre des animaux sacrifiés représentant le malade et les organes des végétaux employés.

• Cf.

'Hl'

''r''t-

.J.i

'" ,, ., 'e considération des , • mère • des médi-

..

,..-....,.-.--~·-è~..J,

"~~,.~-- : ... ~~..............._-~

...:~· ,,l~-

.

••"•il •••"" ,_......

,.....~~·, • .,.. -~.. ,__.:.,.,_c,-; ..,._.,,,.,.,..,_. ~·~~~·..__, '·" .;.,·

Oii(ol!>

~'"'·"''•'~

'10

14-A&•-•

(
W4
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITION:r...:.LLE tace inférieure avec une pubescence dense blanchâtre, ou parfois presque glabre ; >étiole de 5 à 10 mm. · Epis axillaires compacts de fleurs jaune-crème densément poilus. Fruits à quatre illes, glabres, jaune paille à maturité, atteignant 4 cm de long sur 3 cm de large. tlabitat. C'est le Combretum le plus répandu au Sénégal. Il existe partout sauf dans la forêt de .la Casamance maritime. Il forme des peuplements monospécifiql!es dans .es dl!nes fixées du Sahel (Djolof), et il est à la base de nombreux taillis c11lturaux (Sine-Salol!m, Casamance, région de Tambacounda). Quoique moins sahélien que le C:. aculeatum il résiste à ·la sécheresse et existe encore en Mauritanie avec 200 mm l'eau. .
~inéenne

Î

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES tion réalisée avec le décocté aqueux de feuilles de C. glulinosum (5 feullles pour 1 d'eau) a mis en évidence une action intéressante comme diurétique et hypotense d'appoint. De plus une observation a été faite dans un cas de lithiase rénale et u autre dans un cas d'ictère par hépatite. 1° ACTION Dil"H~'TIQVE : elle est retrouvée dans 70 p. 100 des cas portant '· 40 obs,ervations, Celle d'une femme de trente ans présentant une ob~ité discrète par <impie surchar alimentaire est typique à cet égard. L'examen montre des fonctions hépatiques rénales intègres; pas de troubles cardiaques; TA à 12-6; pouls régulier à 78. La dose quotidienne administrée est de. 1,500 1 au maximum à l'exclusion toute autre boisson; Les deux premiers jours la diurèse passe de 0,750 1 à 2,500' avec perte de poids de 1,650 kg par jour (régime hypocalorique conseillé). Les de jours suivants le volume des urines émises n'est plus que de 1,200 1 et la perte de poi de 500 g. Une seconde cure de quatre jours, conseillée aprés dix jours d'arrêt don les mêmes résultats avec toutefois une perte de poids moins sensible. 2o HYPOTENSEUR D'APPOINT :.neuf observations concernent des sujets jeun présentant des hypertensions récentes et peu élevées. Traitement par le décocté ratt (sans apport de médicament hypotenseur) associé à un régime désodé. Le rô diurétique est retrouvé dans tous les cas. M. B ... , 28 ans, présente une hypertension à 15 1/2 -7. Après trois jours de régi désodé et absorption du décocté (2 1 le premier jour et 1 Iles jours suivants), la T. tombe à 14-6 1/2. Le traitement a été suivi avec une parfaite tolérance. 3o LITHIASE RÉNALE : M. M ... , 31 ans ayant subi une vagotomie sélective po ulcus bulbaire urine très irrégulièrement, mais n'a jamais prisenté d'affection l'appareil urinaire. A la suite d'une cure de ratt, il >émet spontanément un calcul la taille d'un demi-grain de blé. L'émission est indolore, entralne une petite hémor gie qui cesse spontanément. Dans les jours qui suivent deux autres calculs sont é. minés de wl même façon. · · ' . 40 HÉrATITE :il s'agit ici d'un traitement par une préparation composée selon U formule traditionnelle. · . • Mlle F. N'D ... , 22 ans, est atteinte 'd'un ictère par hépatite avec transamina à 250 SGOT• et 220 SGPT••, sels et pigments biliaiNS dans les urines. ' Le traitement institué, demandé par la famille, associe C. glutinosum, Tinosp. bakis, Papaye et protéines animales (poulet). -L'ietke disparatt le 6e jour et au 17e jour -les transaminases sont passées à pour SGOT et 34 pour SGPT. Deux mois plus tard les taux de transaminases so~ absolument normaux [B205]. · '

,,

&mplois.

C. glutinosum est sans aucun doute l'espèce la plus prescrite par les thérapeutes lans l'ensemble du pays, ce qui ne veut pas dire que c'est l'espèce la plus estimée par ~eux-ci, ni la plus utilisée en médecine populaire. A ce dernier point de vue, par exem~le, le kinkéliba (Combrdulit micranthum), vendu en abondance sur tous les marchés, tait l'objet d'une consommation nettement plus importante et sans commune mesure 1vec celle de C. glutinosum. D'après les comptages de .nos fiches c'est en effet l'espèce la plus fréquemment ~itée par les guérisseurs et il est évidemment difficile de sérier les indications fort ilornbreuses, comme il est de règle en pareil cas. En général, on reconnalt d'abord aux reuilles des propriétés diurétiques, hépato-rénales, dépuratives et cholagogues. D'où leur emploi dans toutes les affections u.rinaires (lithiases rénales), hépato-billaires, la fièvre J>ilieuse hématurique, les œdèmes, l'albuminurie, etc. A un degré moindre on reconnatt encore aux felJilles une action favorable sur le paludisme, l'anémie, l'anorexie, la toux, les broncb1tes, etc. Les autres organes sont plus rarement prescritS/JDais on fait grand cas de .l'action >ur les chancres syphilitiques ou sur les plaies des fruits verts séchés et pilés qui sont lUSsi utilisés en • médecine vétérinaire • chez les Peul-Toucouleur. On recommande ~gaiement les écorces de racines et les écorees de trone comme anthelminthique et revigorant sexuel. Les associations avec d'autres espèces actives sont courantes. Pour les ictères ~avès, la fiè,Te jaune avec Cocculus pendulus, Tinospora bakis, Ximenia americana, Garica pr;~paya ; pour les bilharzioses avec Securinega 11irosa ; pour la lèpre avec Strophanthus sarmentosw, Acacia sieberiana; pour l'impuissance avec Vernonîa :olorata, Securinega 11irosa, Guiera senegalensis, Indigv(era oblongifolia ; pour les toux spasmodiques, la coqueluche avec Tapinanthus bangwensis et les téguments de· ~aines d'arachide; pour l'épilepsie et les maladies ment.ales avec le Tamarinier et le· Balanites aegyptiaca, ete. Parmi les races du groupe Mandé et du groupe Peul-Toucouleur on attache une importance extrême ~ la fasciation des feuilles. Seules S<lot utilisées pour les traitelllents héroiques celles qui présentent ce phénomène tératologique et qui sont d'ailleurs wnsidérées comme appartenant à la plante mâle (d6ki gori en peul-toucouleur, dabakatâ furda en mandé).

f

5.- Combretuin lecardii

En~l.

et Diets

VERN. Wol. kindindolo (d'après Dalziel), l.:érindolo; ser. ndadel (d'ap Dalziel), lumel (Berhaut) ; bamb., mal. dernba fura (Aubriville) ; mand. ku nin dolo ; peul kôtân tolen ; dio/a busamol!ltaf, bu seytaf<. (Berhaut) ; b, Aburimbali, âbumribôl.

Chimie*.

Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux atteignant 4-5 m à tiges robustes, pubescentes, parfois cou ment épineuses par lignification de la base proémine.nte de l'insertion des pétioles. Feuilles alternes ou opposées; ovales elliptiques, rourternent cunées ou arrondi, à la base et largement acuminées au sommet, nen"Ures secondaires au nombre huit paires, avec des nervilles très saillantes à la fan! inférieure qui est pubescent' limbe de 16 sur 7 cm, mais beaucoup plus grand sur lles rejets. ' Grandes panicules terminales ou axillaires composoées d'épis denses de fleurs rou, vif apparaissant en saison sèche pendant la défeuillaison ; elles sont remarquableme ornementales et font repérer la plante de très loin. Calice à base renflée et coro: pubescente. Fruits à quatre ailes nacrées satinées, de 3 cm de long et autant de lar1
• ·-.,,
.-c:~

On ne trouve dans la littérature aucune indication chimique concernant cette espèce si ce n'est une étude d'Anderson et coll. sur la gomme fournie par les graines d'origine nigériane·: elle est de type uranique avec des varip.tions considérables d'un ~chan tillon à l'autre correspondant certainement à des différences de structure [A90].

Pbarmacolo11ie. Une importante étude clinique portant sur les différentes indications thérapeutiues signalées ci-dessus a été effectuée à Dakar par le docteur Blatt••. L'expérimenta-

• cr.,
.e ses r

•• Noe

',a, p. E<~1\ rcions v; """'""'t le docte•1r Blatt qui a bien voulu nous communiquer le résultat .. ,ms•

1mina·
...,:;);

~lutfn-'

~x~lo-acétique

:1

· " " ; taux normal.: moin• de 35 uni th

; taux D<>l'mal : moins de 40 unités .

. . . :. .

~·f··--··~

···ow-·-·_,.._,.......,.,.,:001, ~-..; """'"""-

""''- ' """"
(

~~-r'{-

-o<w~

~o.:·~~~J,

.....,..~:J0o~~·

...,;.;_,.....,_.~~·- ~·"'"'

...

...._... ..... ~~.~!j,.,,,.~~-~·~·

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES
micranthllm inscrit au Codex français 1937•.

346
Habitat.

PHARMACOPÉE SÉNEGALAISE TRADITIONNELLE

347

d'une façou impropre). Le véritable kinkBiiba est sans contestation possible le C. . Les proplïétés ·diurétiques et cholagogues des feuilles sont connues de tous leS Africains. lk leur côté les guérisseurs ne font pas mrstère de l'emploi de cette drogue : · - danslè-iJomaine de la thérapeutique :avec e. micranlhum, comme dans C(•Jui de la toxicologie avec Ergthrophlewn guinemse, il semth; tien, m{:me, qu'ils soient satisfaits, poar couper court aux questions indist.'Tètes, d'avoir awsi deux plantes à citer aux profanes curieux, la première chargée de toutes les vertus, la seconde de tous les maux. D n'est pas nécessaire d'insister sur l'utilisation classique du kinkéliba dans la · toux. les bronchites, le paludisme, la fièvre bilieuse hématurique et toutes les all"ec• tions hépatooiliaires comme médicament d'appoint. . Notons simplement quelques prescriptions intéressantes : traite~P(lnt du bé~ en association avec Lannea acida et Guiera senegalensis (Sine, Djolot, Fouta"l'oro): traitement des diarrhées infantiles avec H.eerila insîgni's r>t Gardenia triacunlha_ (Sine).; traitemmt des hémorragies et de l'épis~ avec ou sans l'adjonction_ de G.llJtdm,iJ.' lriacanthll: (Djolof) ; traitement de la lèpre avec Zizyphus mucronata, Lepladmia hastala, Amcia seyaJ (Sine), traitement de l'tMurésie avec Securinega l1irosa et 'Zizyphus mut7ollllla (Bowtllou, Sine, Cayor) ; traitement interne et externe des blenqqr~ ragies et des rhumatismes avec, selon les régiom.s, Sal!ladora pérsica, Cocculus ptndû7iis,
Cassia ot:ddrmtalis. ete.

Assez commun dans toute la région solidanienne, notamment le Sine-Saloum· et le Sénégal oriental. D devient parfois abondant et fonne des buissons sannenteux étendus, mais clairs, à proximité des villages et le long des routes près des cultures. Emplois. Cette espèce n'est guère utilisée. Elle est signalée comme étant douée de vertus médico-magiques par un marabout du Ferlo d'origine toucouleur qui l'emploie pour les maux de ventre en association avec Parinari macrophylla. Les Bassari attachent une particulière importance, non pas au C.lecardii proprement dit, mais aux Tapinantltus qui le parasitent et qui sont prescrits avec Gardenia ~cantha aux femmes stériles ou sujettes aux avortements.

6.- Combretum micranthum G. Don •
VuLGO. -

Klnkéllba (des noms s~su et fula du Fouta Djalon gninéen).

Combretum allum Perr., Combretum poribundum Engl. et Diels, Combretum raimbaultii Heck. VERN. Wol. sexéo, sexen, késeu, xaseo ; ser. sésed (Berhout), lakak (Sébire), day, ndag ; mal., bamb. kolobé, ngolobé, kofina, singolobé, baraulé (Aubréville); mand., socé bar.o, barairo; sar. kâdé; peul, toue. talll, tallika ; diola Fogng futik, butik, butek ; diola Diatok bulusor; diola E(ok buté kabo; poup butik; bain. kusankol; mandj. bok; bal. psâgala.

SvN. -

·

..

. •.

' '

Ce sont. à lll!elques exceptions près, les feuilles qui sont toujours mises en œuvre. Aussi conYÏellt-il de citer l'emploi en Casamance des racines prescrites dans l'alimentation des femmes stériles, des écorces triturêes dans l'huile de palme ou pistées avec du beurre' de .karité comme onguent dans les oontusions, les entorses et comme embrocation pour massage avant ou après un effort musculaire. Chimie.
·1 0 FEOIJ..U:S •••
1
l

Caractère& rertUU"quables. J

.

1

/

Arbust,' buissonnant ou sannenteux: à tàmeaux _brun rougeâtre pouvant atteindré · 15 à 20 ni en enlaçant les branches des' arbres. · Feuille~ opposées, ovales, courtement cunées à la base, acuminées au sommet avec cinq paires de nervures latérales ; pétiole de 2 à 5 mm ; limbe couvert d'écailles rougeâtres à la face inférieure ainsî que les pétioles et .jeunes rameaux ; ce limbe qui devient brun rougeâtre en séchant, présente à la face inférieure des touffes de poils à raisselle des nervures latérales. · Courts épis ~aires de 3 à· 4 cui de long à pédoncule écailleux parfois fasciculé, avec des fleurs à calice couvert d'écailles ferrugineuses et à corolle blanchâtre. Fruits à quatre ailes couverts d'un puberulum écailleux, ferrugineux, de 1,5 cm de long sur 1,5 cm de large.
Habitat.
D est très répandu de la Casamance maritime au neuve Sénégal. Il forme des peuplements sur les plateaux de Thiès. Il existe autour des mares du Sahel, dans les ravins, les galeries soudaniennes, les rebords des carapaces ferrugineuses, dans les forêts guinéennes ; toutefois dans certains secteurs il est presque inexistant ou très sporadique.

1

Emplois.
Il y a lieu d'attirer toujours l'attention sur les confusions nombreuses auxquelles donne lieu la dénomination kinkéliba attribuée par les Européens aussi bien que par les Sénégalais.· à toute -une série de drogues ri' ayant de commun entre elles que leur utilisation sous fonne de décocté ( et non pas d'infusé .. comme on le dit généralement

· Depuis les premiers travaux de Heckel et :Schlagdenhauffen en 1891, la recherche des principes incontestablement actifs des 'feuilles de kinkéliba n'a cessé de préo«uper les pbytochimistes. Que d'étapes parcourues depuis Cl!tte époque où Heckel signalait dans les feuilles la présence d'un tanin, d'un phlobaphène, d'un sel de nitre [H2J et les dernières découvertes de Jent:zsch isolant en 196~ la vitexine cristallisée avec la sapooarétine [J15]•••, de Ogan identifiant en 1972 deux alcaloldes, les cambrétines A et B, stéréoisomères de la bétonieine [030). Dans l'état actuel de nos connaissances on peut estimer que les principes chimiques de la drogue appartiennent aux groupes suivants : - Flavon6ides. Ce sont des C-hétérosides•*** de ~its:xine (obtenue à l'état cristallisé) et de son isomère, la saponarétine [J1:5)*** ... D'après les travaux de Horowitz et G-entily (196t) la vitexine C11H 10 0 11 est la 8-C-~-D-gluoopyranosyl apigénine-12, l'apigélnine étant la 4,5,7, trihydroxy flavone, tandis que la saponarétine ou isovitexine ou. homovitexine serait la 6-C-~-D-gluc:opyranos)i apigénine-15. - Bases amines quaternaires (0,127 p. 100 dans les feuilles sèches) : deux alcaloides majeurs, Jes rombrétines A et B, de formule hrute C.H 13 N0 1, qui sont stéréolsomères de la bétonirine ou méthylbétaine de l'hydroxy-D-proline; la troisième base dénommée base C. niste seulement en très faibles quantités [030]••••• •. - Ch6line [P33, J15, 0301, présente également dans les boutons floraux [P33J et bétaine [BOO. P33, J15). - Acide gallique libre et combiné [P35, J15).
• Cf. pp. 47-18 dans la partie historique les dlve!rses dénominations scientifiques du kinkOiiba et son ernploi. •• Cf A <idrmda p. 801. ••• Cf. infra bibliographie complémentaire. • ••• D ·o" 1.,• difficultés de leur mise en évidence, em raison de leur résistance & l'hydrolyse, mol-me ide. • •••• , '"·'<o.ire en 1953 pensait avoir mis en évidemce un hétéroside azoté amorphe donnant du co'e <fuoolyse et qu'il avait proposé de lllllmmer combrétoside [G41). man av"'t signait< en 1943 la l:>rker.ce d'un alcalolde réducteur, dénommé cornbfé~ai ser". d'apri' c· ·'" "--:'rétines A et B.

• Etudes botaniques et histologiques : Heckel {H2), Pere •t [P138, P139, P8), Lefèvre [U>,;;J, Turquet IT54), François [F62], Valetas (V5]. •• L'infusion et la décoction sont deux opérntions phar eutiques de dissolution dlstir l'infusion consiste à verser de l'eau ~ouil/anH .ar les plar et à laisser en contaet un · · variable. La décoction, par conlh, •1sist• , ., !JOuil/ir >!antes avec un so ''art (o pas toujours .Je l'eau) l'""' ··'l! ' • "' Ak•> guérisseur et le ;m . ;Jo re '

l'Infusé.

-..~~-.-...:~-~·~~-.,AI/'('t>~.,.,.~..,..,.

....~-~"!.* UJ- ·*"":"'_.!,.41

-

~·-··--M<Q.\

.

.,......

,.,_.~,,

..

,,...,..&-:,......."-'•' •'W '~> i'~--~-;:;....,,·~~~,,c,""'', .;:--..~-~~;-

......~------ - - -

(
348

(
PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES 349

PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIONNELLE

- Tanins catéchiques et catéchols (combretum-catéchine et combré-tanln de Paris) 14 p. 100 (P3;>, J15). Selon Jentzsch et coll. les tanins représentent un mélange de cinq composés. Ce 510nt l'oxydation et la polymérisation de ces .composés qui prO'voquent le rougissemeut de la drogue. - Des acides orgaruques : malique, citrique, oxalique, tartrique, glycérique, glycolique. Jentzsch et roll. rendent compte qu'ils n'ont pas trouvé les acides tartrique, citrique et glycolique d.ns leurs échantil!(>ns (J Hi). - Des matières miDérales {4,80 p. 100) sous forme de sels (chlorures, sulfates, phosphates, nitrates) de- calcium, magnésium, sodium et potassium [P35].

tation de l'amplitude cardiaque. Elle. est capable de. doubler et de tripler le débit urinaire. L'auteur signale que cette action est analogue à celle des llavones (P35)*. 4° LES COMBRÉTINES. Au point de wue pharmacologique les tests pratiqués à Ibadan par James n'ont guère révélé d'activité physiologique appréciable [030].

ECORCE.

.•

A notre connaissance l'écorce n'avait jusqu'à présent fait l'objet d'aucune investigation. Aussi est-il inténssant de noter qu'en 1968 Popp et coll. ont obtenu avec des extraits d'écorces provmant de Nigeria des réactions positives concernant la présence d'alcaloïdes [P102]*.

ff.
Pharmacologie. 1° FEUILU;;S. L'action diurétique et cholagogue de la drogue est connue depuis longtemps••. Valetas avait trou''é que l'injection intra-saphène chez le chien chloralosé de décoctés de feuilles à 10 et 15 p. 100, à raison de 2 ml/kg provoquait une hypotension fugace suivie d'une légère hypertension (V5]. Paris en .1942 véri~e chez le chien l'action cholagogue et surtout diurétique par fistule du cholédoque et de l'uretère, et émet l'hypothèse que l'action sur la sécrétion biliaire est en rapport avec la présence dans le tanin d'acide gallique à fort pouvoir· cholagogue (P35). / Balansard et coll. montrent que chez le lapin la 9lurèse provoquée par le décocté de feuilles porte, non seulement sur l'élimination de l'eau, mais encore sur celle des chlorures et de l'urée et cela avec un certain retard. Ceci permet d'admettre que le facteur rénal n'est pas iiorul en cause et que le foie, de même que les tissus, interviennent daris le mécimis~ de l'action constatée. De ce fait, les auteurs classent la drogue dans les diuréticplles tissulaires et hépato-rénaux (B136). Grégoire estime que la polyurie observée est surtout le fait des acides organiques, tels l'aCide malique, et du nitrate de potassium. L'élimination accrue de l'urée et des chlorures serait sous la dépendance des acides glycérique et glycolique. Le retard apporté à l'élimination de ces derniers éléments souligne également que le rein n'est pas seul en cause et justifie la place qu'on peut attribuer au C. micranthum parmi les diurétiques hépato-réna_ux [G41). Les pr{)priétés phannacologiques de l'extrait ont été étudiées par Rivoalen, Vignoli et Delphaut [R'", V27). Les feuilles et l'extrait fluide possèdent, outre des propriétés diurétiques et cholagogues, une activité antibiotique vis-à-vis du Staphylocoque, du Streptocoque, de l' Entamoeba coli (MlOl ). 2o
EcoRCES.
i

t [

"' ~
-t
•'
~

5° LE « COMBilttTOSIDE • DE GRtGOIRE. Nous avons précédemment noté que Grégoire pensait avoir trouvé un corps nouveau hétérosidique, fournis8ant un aglycone à réaction alcaloidique, qu'il avait dénommé • combrétoside •· E~ tout état dè cause l'étude p4armacodynamique de ce corps a montré qu'il était peu toxique, légèrement antispasmodique et à action cholérétique nette. Ce corps étant soluble dans l'eau, se retrouverait justement, d'après l'auteur, dans les préparations traditionnelles africaines aqueuses qui constitueraient la forme idéale d"utilisation, supérieure à la forme extrait [G41 J. En conclusion il est certain qu'à la suite de la mise en évidence de la vitexine et dé la saponarétine dans les feuilles de kinkéliba, de nouvelles. recherches finiront par apporter la hunière sur le mode d'action de la drogue. Quoi qu'il en SlOit, celle-ci est incontestablement active. Elle est inscrite à la pharmacopée française depuis 1937. L'enquête faite par Pelt sur les plantes utilisées pour la fabri.cation des formes galéniques en France montre que le kinkéliba arrive au huitième r:ang avec une consommation de plus de 50 t (66 126 kg en 1960 et 50 242 kg en 1963) [P19). Les feuilles de lkinkéliba sont utilisées en infusions, extraits fluides, teintures, sirops, potions, pilules.
Bibliograplîit eompiémentaire :

1

Balansarqt[Bl37), Jumelle [J1), Decaux {D84, D85), Boulet [B156).

t.

7

7.- Combretum molle R. Br. ex G. Don
SvN.- C10mbretum velutinum DC., Combretum trichanthum Fres., Combretum sokodenu Engl. VERN. - ~llfal., bamb. manaka, wanaka; peul, toue. nanakey, nanakawi, nanatavi ; -bas. anéorem. Caractères remarquables. Arbuste ou petit arbre atteignant 8 à 10 rn à f(lt droit, régulier, à écorce gris clair profondément fissurée. Feuilles opposé.es, ovales, courtement cunées à la base, régulièrement acuminées au sommet de 14l sur 7 cm, plus ou moins densément pubescentes surtout sur les nervures. à la face iinférieure (mais parfois presque glabres), avec des écailles blanches ; nervures secondaires au nombre de 7-8 paires et nervures tertiaires, parallèles, proéminentes à la face inférieure. Epis grêles axi1ilaires de fleurs crème, densément poilus. Fruits à quatre ailes de 18 mm de long sur autant de large, courtement pubescents, vert grisâtre. Habitat. Il est commun dans l'est et le sud du Sénégal, à partir de Kaffrine, dans toutes les forêts sèches et savanes arbustives soudaniennes. Emplois. Il règne au 5Ud de la Gambie, particulièrement chez les Peul Firdou et Fouladou, une . · Jyancf curr.euse (et qui nous a été confirmée par nombre d'informateurs)
( "42)
f'T•"

Les échantillons d'extraits d'écorces de Nigeria, testés par le CCNSC (Cancer Chemotherapy National Service Center), présentent une certaine activité antitumorale vis-à-vis de la leucémie lymphoïde L-1210, du carcinome du poumon de Lewis et du sarcome 180 [P102]. Les ~xtraits aqueux des racines de l'espèce nigériane présentent un pouvoir antibiotiqui" important ·vis-à-vis des organismes Gram + et Gram (M130). 3o
LA

« COMBRETUll

C.~ TtCHINE • DE pARIS.

Chez le chien, par voi~ intraveineuse, la combretum catéchine obtenue par Paris provoque à la dose de 0.005 gjkg une faible hypotension avec une légère augmen-

,1s positives om t été ob ter, ~acti< d<' '·' et réa
·.-.;,lo"·,flif ··HL

s avec les acides picrique, phosphomolybdique, phosde Dragendorlf.

ùent pas

..

-~

...

~..:-.

. , . _...

~

•.• -f

';iii

Il

~....... -

...~.:. . . ~.-;;, ~ !i.. .. ._:.. _. ;;-.. .

,.).

- - .... ~~

'

'·"·l'!."~

~{;_0~~·

'~"'--J

"-..

'"'\lllo;l'i)j~•>'e>~-..-~ ...

... ~.. ".......,~i'W>"-~·_;.._~.q,· 4

-~·••.t.

,.....,

ue ·.KJMtt niltlfl!ll:dJIIt;,...t••.s· .....

(
350 PHARMACOPÉE SÉN~GALAISE TRADITIONNELLE concernant le C. IJIOlle : la fumée dégagée var les écorces et les branches brftlées sur des braises ardentes exalterait les instincts batailleurs des individus SOU:mis volontairement ou involontairement à ces fumigations et déciencher.üt des « palabres au village •· Aussi, en templS normal, le bois n'est-il jamais.utilli;é pour alimenter les foyers , domestiques. Souvent, avant les :èances de iutte, les futurs adversaires se soumettent dans le secret des cases à }'action de ces fumées et les anciens raoontent, qu'à l'époque des guerres tribales, les oombattants faisaient de même poor se préparer aux combats en mimant dans les villages des scènes meurtrières. Du point de vue thérapeutique on reconnalt à ce CombrelW71 des propriétés chola~ gogues, mais sa vogue est nettement moins grande -que celle des Combrelum glutinosum et micrantlumt; son aire de dispersion est aussi plus limitée. On recommande CliJIIUile traitement de l'hydropisie. de l'B!dte, des œdèmes, le décocté de feuilles pris en bains et boissons deux-trois fois par jour, traitemenl poursuivi aux repas par addition de poudre de feuilles dans les aliments et de préférence dans le couseous. La suspension aqueuse de poudre- d'ÉCOrce, avec la gommerésine exsudée du tnlnc, constituerait, en gargarismes et en boissons, un bon médicament des angi~
Chimie et pharmaoologie.
C. molle n'a guère été étudié si ce n'est pour la gomme qu"'il fournit et qui a fait l'objet en 1910 d'lille analyse de l'Imperial Institute de Lolidres (04). Les préparations d'organes ont une nette action anticancéreuse sur les tumeurs transplantables du sareome 180. Les réductions de tumem oonstatées chez les animaux traités sont lifte les extraits alcooliques de feuilles de 45 p. 100, avec les extraits aqueux de bois de tiges de 35 à 59 p. 100 (A71]. · 1
1

:{4i

(
PLANTES :MÉDICINALES ET TOXIQUE& Caractères remarquables. Petit arbre de 8 à, 10 m, rarement plus, à fftt sOIJ'Vent tortueux, à écorce beige brunâtre rosée, finement réticlllée et r• gueuse. Feuilles opposées ovales, elliptiques, .:~ 11 sur 4 cm, "'} Jrtt-T<-::t cuné;•s à la b•se, bien acuminées au sommet; 6-7 paires ù.: nervur~s secc·rr•' ,,, ,, ., a,..,· une t(;uff>- 11' l"His à leur base ; pétiole court de 5 à 7 mm ; limbe ctenseme; : e~- müùment pubescent à la face inférieure, devenant brun .rougeâtre en ~e~hant. Epis axillaires de fleurs à pétales et filets crème cara.ctérisées par un disque rouge brillant. Fruits.à quatre ailes, de 2 sur 1,5 cm, brunâtres à maturité. Habitat.
Il est presque aussi rommun que le C. glutinosum mais il ne pénètre pas dans le Sahel et est rare à l'ouest de Kaolack.

351

Emplois. Pour les Manding,les Balan( et les Socé les rameaux feuillés et les racines auraient une action sinon toxique, du moins répulsive sur certains animaux dont les poissons. Les feuilles et les éœrces sont reconnues antientéralgiqnes, béchiques et expectorantes. Les racines entrent dans un traitement toucouleur (région du Toro) des maladies mentales avec: Celtis inlegrifolia, Tamarinier et quatre autres espèces non déterminées.

10.- Combretum panicuJatum Vent.

8.- Combretuân Di~ricans var. elliotii (En~I. et Diels) Aubrév.
SYN.- ColltWetum lecananthum Engl. et Diels, Comhtdwn elliotii Engl. et Diels VERN. - Wolf. damrat (Berhaut), tap; ser. bes (&rhml); bamb. samambali ; peul buiki ; diola funt (Berhaut); bain. ttmUil da hum, kikuda und. Caractères remarquables.
Ce petit arbre a presque tous les caractères du C. nigrirom mais ses feuilles sont glabres ou glabresœ~~.tes à la face inférieure. Il vit parfois en oommensal ou en alternance avec luL Dan:s certains secteurs la variété nigi-icanJ domine ou est exclusive, dans d'autres c'est la variété elliolii.

,,'

;-

SY-N. - Combrdum TatliG$ÏSsimum Engl. et Djels, . Combretum tibbrevialum Engl. et Diels, Combretum pincianum Hook.
1

Wol. kindindolo (Sébire) ; wol. de &!dhiou tundal (Sébire) ; ser. lumel (Sébire), bindil (&rhaul), ndadel ; diola FogrqJ busuémet.
VERN. -

Caractères remarquables. _Liane robuste atteignant 15 m et plus, à écorce claire et à rameaux épineux par suite de la lignification de la base persistante des pétioles. Feuilles opposées, subopposées ou alternes de 14 sur 7 cm, largement elliptiques, obtuses ou largement et courtement acuminées au sommet, courtement cunées ou arrondies à la base, parfois ovales, pubescentes ou presque glabres à la face inférieure ; limbe à 5-8 paires- de nervures latérales présentant une touffe ·de poils à la base en dessous ; pétiole de 10 à 15 mm ou plus. Lâches panicules terminales d'épis denses de fleurs à pétales et filets rouges apparaissant généralement en saison sèche pendant la défeuillaison. Fruits à:quatre ailes, de 2,5 cm de long et autant de large, satinés, minces. presque blancs à maturité, rougeâtres pendant la maturation. Habitat. Très commun en Casamance maritime, il suit les galeries soudaniennes humides et croit dans les niay des environs de Dakar. Emplois. Espèce signalée seulement dans le Fogny comme antidiarrhéique (décocté de racines). Chimie et pharmacologie.

Habitat. Ils sont tous deux présents dans le Niani, la moyennr et haute Casamance, le Saloum, la région de Tambacounda et le Sénégal oriental. Emplois. Cette variété de Combretum nigricans est signalée comme médicament dans le Fouladou en qualité d'antirhumatismal : les écorces des racines et du tronc sont soigneusement neUœyées par grattage de l'épiderme, grosliièrelilent pilées et mises à macérer dans l'cau. Le filtrat est donné en boisson, tandis que les marcs résiduels encore imprégnés de liquide servent en frictions. En basse Casamance chez les Baïnouk l'écorce est répllltée antinévralgique.

9.- Combretum aigricans Lepr. ex Guill. et Perr. Tar.
'IN. ---

ni~ricans

'~<"v: /le),

Wol. to(l.; bamb., mal. tàk n dAgara; mal., mand., socé .,, :. husdé, hq",'i, huit' bal. f

imbM. u ka~
<lp"

. iribéhni, samambali l:uluka <Ô, kulôkalaâ ;

Les feuilles sèches en provenauce de Côte-d'Ivoire Ônt eté analysées par Busson (B9) qui y a trouvé notamment 1,3 p. 100 de lipides, 50,1 p. 100 de glucides et 20,2 p. 100 de protii!.· Les e~, ts aque•-n. d'infloresren, ~ mentalement une certaine -\ i a<· ">i 1moral· \-'w '-,
~· ~

-'If

>

---·-·...--...c..• ..,;;..., .. -~ ~

·'!iii,«

t

t

· ~- ·"~- ·. ~

_.J'- .AIU ..-fJIIJ ;;;Wii!ll

~:

~

,..

! .~·a""

.....,

o;;_-.:

~""'il

liif .

;

t

•.C-1 ~

••

~».·~·-.~-.~.-·~~

....... ._:

ltlM~~,;

,;;~:~:i

.....·

8

U.fU F!f

r

352

(
PHARMACOPÉE SÉNÉGALAISE TRADITIO!'.tdELLE

(

PLANTES MEUlt.INALES ET TOXIQUES

353

11.- Combretum racemosum P. Beauv.
VERN'.- Bamb.

kotri (d'aprè$ Dalziel); · dio(a kalakarêg (Berhaut); bal.

kêdékêdé. Caractères remarquables. Arbuste sarmenteux atteignant 15 rn en s'enroulant aux branches des arbres avec, sur les jeunes et vieilles tiges, des proéminences épineuses provenant de la base des pétioles lignifiés. Feuilles opposées ou alternes, elliptiques ou ovales de 7,5 sur 4 cm, acuminées au sommet, pubescentes surtout sur les nervures à la face inférieure avec des pétioles courts de 3 à 7 mm. · • Panicules terminales d'épis avec des feuilles bractéales blanches veinées de vert ou de rose à la base des épis, passànt insensiblement au type de f<!uilles vertes normales lorsqu'elles s'éloignent de l'extrémité des rameaux. Fleurs avec des pétales et des étamines rouge vif. Fruits à quatre ailes satinées, presque blanches à maturité, de 1,5 cm de long sur autant de large. Habitat. Il est localisé en Casamance maritime, mais se rencontre encore dans les galeries soudaniennes humides (Niokolo Koba).
Emplois.

Espèce signalée par les Balant de la préfecture de Sédhiou comme parasiticide interne. Les rame~ feuillés sont à la base des différentes préparations réalisées.

1
J

12.-Combretum tomentosum G. Don
VERN. - 'Ser. séréded (Berhaut) ; bamb, ilaflaka (Berhaul) ; mand. nombo ; diola furuk (Berhaut) ; bain. kiilat bagid.

!.

)

f

sala-

Caractères remarquables. Arbuste à rameaux entremêlés formant des buissons impénétrables ou s'enroulant aux branches des arbres et atteignant alors 12 à 15 rn ; écorce et rameaux beige pâle ou brunâtre roux, couverts d'une pubescence courte et dense. Feuilles principalement opposées, ovales ou largement elliptiques, arrondies à la base, presque tronquées et légèrement acuminées au sommet, densément pubescentes, surtout à la face inférieure ; limbe de 6 sur 3,5 cm, vert-beige, mat. avec des nervilles tertiaires parallèles et bien proéminentes dessous ; court pétiole de 3 à 5 mm. Epis axillaires ou terminaux en panicules de 5 à 10 cm de long, avec des fleurs jaunâtres. Fruits longs et larges de 3 cm, à quatre ailes pubescentes, roussâtre clair. Habitat.

,OI.lo..~.

®.

Il n'est pas très commun mais se rencontre çà et là, principalement dans les galeries sèches soudaniennes du Sénégal oriental et de la Casamance.
Emplois.

Le macéré de racines en boisson est considéré par les ll'landing et les Baïnouk de Casamance comme antitussif.

Fw. 23. - Combrelum paniculatum Vent.- 1. Feuille· réduite aux 2/3.- 2. InOorescence réduite aux 2'3.- 3. Fleur x 2. - 4. Coupe de la Oeur x 4. - 5. Fruits réduits aux 2/3. - 6. Graine x 2 (D'après Busson).

13. - Guiera senegalensis J. F. Gmel.
VuLGO. -

N&er (du nom wolof).

VERN. - Wol. nger ; ser. ngut, hud ; mal. kundé, kuM (Aubréville) ; b ,_mb. kudêmbé; 1d. manakumkoyo; socé k'1' ''lr. kamé,
12

~~--~~~-~""-

......

.

·~"*W't 1iJI' 1

J_

_ .·>,

.• x· ........ ~-.

P_);ie~7f!F~

ft;;c ...

_li

.' t . .'9b:r. .~-~- t JWj" :~

;MJt4+.r. ;,..

JtJiltfiiJ ,_, ·!•'"'-.

~- r (· j,_,w.: ••

&Îî;". A

!!. . . . . . . . . .

~ !'têi§" 8 fJ MJP . • -_-.-----......

,~.

( 354

·HARMACOPÉE SÉNÉGALAISE -TRADITIOr\.._.r:LLE xa· ful bu
(A

(

PLANTES MÉDICINALES ET TOXIQUES

355

bi• Caractèr Arbus tt mais plus
rameaux~

peul, toue. géloki, gélodé, elloko, eloko, géram, ngër.un• ; diola Fogny ay, fufuaikay, fufunukafu, fufunuk, fusabel, épél'1l!llll ; diola Tendouk -<; floup lmhunuk; bain; sifôdnm (Aubr.!ville), kifudo; bal. dosé' •Jille), biasii; mandj. bentzins (Aubréville), binsilié, mêté; mank. ! Aubréoiilk-'j) ; land. gamases, gakamases, jagamase!.

• :marquaabiles. •vant aUeiindre 3 rn, à fftt grêle dressé, ramifié plltsque dès la base, vènt bi!ÙSS>On ne dépassant guère 1,50 rn de hautnu avec plusieurs "lescenœ soyeuse argentée partant de la souche. .·osées oa stUbopposées, de 3,5 cm de long sur 2,5 en de large, ovales, elliptique.s, arrondies ou légèrement cordées /lla bme, arrondies, paret mucronées au sommet, mollement pubescente5 sur les deux faces les noira dessous ; poils blancs donnant une teinte générale vert-gris ubustes. ~s en capi1tules axillaires sphériques de 8 à 10 mm portées par des :3,5 cm de llong. Petites fleurs blanches ou blanc crème. Fruits linéaires ·· long, ray<onnants à partir du centre de l'infrutescmce, densément et !leux, argentés.

diurétique prescrite dans les cas graves d'oligurie et même d'anurie, en particulier pour les accès pernicieux palustres. Les seconds réduisent ~ poudre la galle avec la stèle des tiges de Combretwn aculeatum et du sel. Cette poudre diluée dans l'eau au moment de l'emploi est prescrite pour les coliques spoasmodi-:''''~ douloureuses avec selles glaireusès et vomissements. Peu de temps uprès l'admin•··u«tion elu médicament il y aurait une manifestation purgative, mais la maladie évoluerait rapidement vers une conclusion favorable .
Chimie.

Feuilles orbiculair• fois tronq• avec des f argentée f Inflores· pédoncule de 3 à 4 c· longuemen
_Habitat.

Il existe a .. ns tout le Sénégal, du Fleuve jusqu'à la limite de la tklrêt guinéenne en Casamance maritime, et •est très commun dans le Sahel où il fonm des peuplements monospécifiques. Il emvaihit la plupart des jachères aux sols légeN>. mais existe aussi dans les limons des va'llées passagèrement inondées (affluents de la Gambie).

Emplois.

J

Le nger, particullèrenaent bien connu en tant-qu'espèce botaque dans tout le Sénégal, est, du point de 'VUe espèce médicinale, diversement apprétié : certaines races (wolof, sérer, peul, toueo<Uleur) le tiennent en grand estime alors .qrae d'autres (diola, manding, socé, bassari) ne lui concèdent qu'un intérêt limité et uriême négligeable. On peut considérer qœe dans les régions à forte utilisation (Cap-Vert, Petite Côte, Sine, Cayor, Djolof, etc_) ses indications sont exactement les mimes que celles du kinkéliba et on lui reconmatt principalement des propriétés béchiqroes, eupnéïques et fébrifuges. D'où sa pl'WlSC!ription pour la toux, les états dyspnéiqua. le paludisme, les pneumopathies, les brolndlopaties. Il est d'ailleurs