Vous êtes sur la page 1sur 12

m^wm-^^

:\it'

'JiilHii

ta
Y-

RCLAMATIONS
DES

NGRES

LIB RES,

COLONS AMRICAINS.

JLe
ltre,
j

Ngre eft iiTu d'un fang pur; le Muau contraire, eil ifTu d'un fang meft

lang c
c'eft

un compof du Noir

& du Blanc,
videni

une efpce abtardie.


cette vrit

D'A PRES
que
le

, il

eft aufl

Ngre eft au-deifus du Multre qu'il , Teft que l'or pur eft au-delTus de Tor mlang.

D'aprs

ce

principe

le

Ngre

|ibr<$

dans Tordre fociai, doit tre

claff

avant

^^

ma

^ )

Multre ou

homme

de

couleur

donc

Ie%
^

Ngres

libres
les

doivent

au

moins efprer
,

comme
fentation

Gens de couleur
rAffemble

une
,

repr-
il

Nationale

ce%

derniers obtiennent cette faveur qu'ils vien-

nent de
fent

folliciter

les

Ngres
la

libres fe

repo-

cet

effet

fur
la

haute fagelfe des


;

p.eprfentans
d'ailleurs
les

de

Nation

ils

rclament;

bons
,

offices

des

Dputs do

$aint-Domingu

leurs Patrons

& leurs Pro*


.:

redeurs naturels ^ qui ne fouirriront point un^


xclufion injurieufe k ia puret de leur oriV

"-H

gin

ils

ne doutent pas que

les
,

Dputs
avec
,

de^

Saint-Domingue
rnergie dont
ils

ne dvoilent
font

toute,

capables

ringrati-.

tude des Gens de couleur qui femblent d'


daigner
ls

Auteurs de leurs tres

qui

les

ont oubli volontairement dans la d^mand^ qu'ils viennent de former au Tribunal de


la

Nation, en

lui faifant
^^

une

offre patrioti-

tique de iix
eoiiprendr.,

millions

fans

daigner

les

Mas

les

Ngres libres. Colons Aairiv

cains plus gnreux

que

leurs en fans, feprooffrir

pofent de venir inceflamment


m^.

eux-mpatries

rAffembl Nationale un

Don

(3)
tique de
qu'il

douze millions
avec
le

ils

ont lieu de cfor

fera reu

mmes bonts tant en beaucoup plus grand nombre que les Gens de couleur, non moins fonds en
qu'il

&

mnie enthoufiafme
les

leur

mritera

droits & en poiivoirs

ils

ne feront pas plus

embarrafTs qu'eux ralifer ce foible


patriotique.

Don

Le.Nqrs libres. Colons Amrxcains.

toJ
nae..

'

RFLEXIONS
SOMMAIRES
ADRESSES

A L A F R A N CE
E T

A LA COLONIE D

S.

DOMINGUE.

-^v

/j

V'^