Vous êtes sur la page 1sur 1

Aide spirituelle et morale Le résident à le droit de recevoir ou de refuser une aide spirituelle et morale, y compris celle d’un ministre du culte de son choix ou d’un conseiller laïque.

Autonomie De veiller au respect et la promotion de l’autonomie du résident.

Dignité La dignité du résident doit à tout moment être respectée. Le résident doit être traitée avec égards et ne doit pas souffrir de propos et d’attitude équivoques de notre part.

Discours Le discours des personnes présentant des troubles psychiques doit être appréhendé de manière globale et tenir compte des valeurs spirituelles, sociales, culturelles ainsi que du sens de ce discours pour la personne.

Discrimination Le résident ne peut être l’objet de discrimination dans la dispensation des soins en raison de la race, de la couleur, de la religion, de l’orientation sexuelle, du sexe, de l’état civil, de l’âge, du diagnostic ou de la maladie.

Exploitation Le résident doit être protégé contre toute forme d’exploitation. Les abus et la violence, quelle qu’en soit leur forme, sont de l’exploitation. Nous nous engageons à avoir une conduite irréprochable, tant sur les plans physique, mental et affectif. Ne peut accepter de pourboire, ni faire aucune sollicitation, ni commerce pour des fins personnelles auprès des résidents.

Gestion des biens Les personnes présentant des troubles psychiques doivent garder le contrôle de leurs finances et de leurs biens le plus longtemps possible. Elles ne peuvent en être privées que par une décision judiciaire.

Hospitalisation Chaque personne a le droit de prendre les décisions concernant sa propre vie, incluant le fait d’accepter ou non un traitement, et quelle sorte de traitement. L’hospitalisation d’une personne présentant des troubles psychiques doit donc se faire sur base volontaire, hors les exceptions prévues par la Loi. Le résident peut également mettre fin à son séjour à tout moment, après avoir été informée des risques qu’elle encourt.

Isolement La mise en isolement ne peut se faire que sur prescription médicale et en respectant une procédure très précise.

Information Le résident à droit à une information claire et loyale sur les traitements qui lui sont proposés.

Libre-arbitre Les troubles psychiques dont souffre la personne peuvent occasionnellement ou en permanence altérer ses facultés de compréhension. Elle est fragile, parfois sans savoir qu’elle l’est, parfois sans l’admettre. Elle n’est pas nécessairement consciente de la nécessité d’intervenir sur son état. Il en résulte le devoir pour les soignants, d’outrepasser sa volonté, avec la question éthique principale : Dans quelle mesure peut-on agir sur une personne en négligeant l’impératif du respect de son autonomie ? Car la personne souffrant de troubles psychiques, quels que soient la nature et le degré de son autonomie, est « une personne à part entière ». Lorsque le résident ne peut exprimer sa volonté, dans le cadre d’un soin, d’une recherche biomédicale, son représentant, sa famille, son tuteur légal doit être informé (e) sur les résultats à attendre, sur les effets gênants possibles des médicaments de même que des diverses possibilités de soins offertes par le service.

Malade mental A ce terme, il convient de préférer celui de « personne présentant des troubles psychiques ». Le résident est la raison d’être de l’établissement ? Toute personne résidente doit être considérée comme sujet de droit. Ses droits doivent être consignés dans une « Charte » qui lui est remise à l'entrée. Elle doit pouvoir obtenir tout information quand à ceux-ci, à tout moment.

Prendre soin Le soin en santé mentale est avant tout culturel et relationnel. Les soignants doivent faire preuve d’empathie dans leur relation avec le résident. Tout soin implique donc de la part des soignants une démarche préalable de mise au clair de ses propres valeurs concernant le soin, la maladie, al souffrance, la santé mentale.

Santé La définition de la santé qui doit être retenue est celle de l’OMS de 1993 : « c’est la perception qu ‘a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes, ses inquiétudes. C’est un concept très large influencé de manière complexe par la santé physique du sujet, son état psychologique, son niveau d’indépendance, ses relations sociales ainsi que sa relation aux éléments essentiels de son environnement ».

Soin La notion de prendre soin doit être préférée pour définir la prise en charge d’une personne présentant des troubles psychiques. Elle implique que la personne est acteur des soins qui lui sont prodigués et que le projet de soins individualisé doit être élaboré avec elle.

Soignant Un soignant est un professionnel de la santé rémunéré, qui exerce son travail dans un cadre philosophique (droit de l’Homme), législatif, réglementaire et culturel, et qui prend soin d’une personne, avec son corps et ses mots. Tout au long de sa démarche, le soignant investit de lui-même, communique, s’informe et soigne aussi par le verbe. Il se doit donc de répondre aux questions suivantes :

Qui suis-je ? Quelle est mon action ? A qui sert mon travail ?

Vie privée Tout résidents a droit au respect de sa vie privée et la confidentialité des données la concernant.