Vous êtes sur la page 1sur 19

ACCUEIL DES RÉFUGIÉS SYRIENS

Le SG des AE : “L’Algérie a offert toutes les conditions d’une vie décente”

P. 5

2 Rabi’ El Aouel 1435 - Lundi 14 Janvier 2013 - N°14717 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

ARRIVÉE À ALGER DU PREMIER MINISTRE MALIEN

LA STABILITÉ ET LA SÉCURITÉ DANS LA RÉGION AU MENU

PP. 4 &5

JOURNÉE D’ÉTUDE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

La démocratie par la voie des lois et du droit

P r André Cabanis : « La presse écrite algérienne jouit d'une liberté de ton
P r André Cabanis : « La presse
écrite algérienne jouit d'une
liberté de ton qui étonne parfois
en France. »
P. 3

PROJET DE LOI SUR LES HYDROCARBURES

en France. » P. 3 PROJET DE LOI SUR LES HYDROCARBURES 33 amendements examinés hier à

33 amendements examinés hier à l’APN

Le projet de loi amendant la loi 05/07 d’avril 2005 sur les hydrocarbures, qui est actuellement en examen au niveau de la commission permanente de l’Assemblée chargée des affaires économiques, du développement, du commerce, de l’industrie et de la planification, pour un rapport complémentaire avant sa soumission au vote, a connu trente-trois (33) amendements déposés au niveau du bureau de l’Assemblée populaire nationale, dont les membres ont tenu hier une réunion présidée par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’APN.

P. 3

COOPÉRATION ALGÉRO-ALLE- MANDE DANS LE DOMAINE DES ÉNERGIES RENOUVELABLES

MANDE DANS LE DOMAINE DES ÉNERGIES RENOUVELABLES Nécessité de fabriquer localement les équipements P. 32

Nécessité de fabriquer localement les équipements

P. 32

HABITAT
HABITAT

2013, année des grands projets

P. 6

CRISE AU SAHEL M. Sellal : « En cas d'atteinte à notre sécurité, nous sommes
CRISE AU SAHEL
M. Sellal : « En cas d'atteinte
à notre sécurité,
nous sommes appelés
à être fermes »
Ph : Billal
REPRISE DU TRAVAIL À ALGÉRIE POSTE P. 8 Les bureaux pris d’assaut Ph : Nacéra
REPRISE DU TRAVAIL
À ALGÉRIE POSTE
P. 8
Les bureaux pris d’assaut
Ph : Nacéra

AMÉLIORATION DES PENSIONS DE RETRAITE DES PROFESSIONNELS DE LA PÊCHE

Le projet réalisé à 90 %

Le projet portant sur l’amélio- ration des pensions de retraite des professionnels de la pêche est réalisé à 90 % et sera bientôt signé, a indiqué, hier, à Skikda, le président de la Chambre al- gérienne de la pêche et de l’aquaculture, M. Chouaib Agab. A ce propos, le même res- ponsable a souligné que les mi- nistères de tutelle et celui du

Travail, de l’Emploi et de la Sé- curité sociale "ont agréé une somme de propositions présen- tées par la chambre". "Des pro- positions, dira-t-il, qui répondent aux préoccupations des professionnels du secteur et sont liées au dossier de la sécu- rité sociale, à l’âge de départ à la retraite et à la pension de re- traite".

P. 7

CLÔTURE DU SALON "DJURDJURA" DU COUSCOUS

Un

grain

particulier

P. 32

CLÔTURE DU SALON "DJURDJURA" DU COUSCOUS Un grain particulier P. 32

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55 e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

2 EL MOUDJAHID Météo PLUVIEUX Sur les régions Nord, le temps sera froid et instable, avec

EL MOUDJAHID

Météo PLUVIEUX Sur les régions Nord, le temps sera froid et instable, avec averses de
Météo
PLUVIEUX
Sur les régions Nord, le temps sera froid et
instable, avec averses de pluie et de grêle ora-
geuses en cours de journée.
Chutes de neige sur les reliefs dépassant les
800 mètres d’altitude.
Les vents seront de secteur Nord-Ouest
(30/50 km/h) près des côtes avec rafales de
vent sous orages.
La mer sera agitée.
Sur les régions sud du pays, le temps sera
relativement froid et passagèrement nuageux
sur le Nord Sahara et les Oasis.
Ailleurs, temps dégagé.
Les vents seront de secteur Nord à Nord-
Est (20/30 km/h).
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (12°- 6°), Annaba (13°- 6°), Béchar
(15°-1°), Biskra (17°- 5°), Constantine (9°-
-1°), Djanet (22°- 5°), Djelfa (11°- 0°),
Ghardaïa (15° - 4°), Oran (15° - 6°), Sétif
(7°-2°), Tamanrasset (21°- 6°), Tlemcen
(12°- 6°).
CE MATIN À 10H, AU FORUM GÉOSTRATÉGIQUE D’EL MOUDJAHID Conférence sur la politique américaine dans
CE MATIN À 10H, AU FORUM
GÉOSTRATÉGIQUE D’EL MOUDJAHID
Conférence sur la politique américaine dans
le monde arabe en transformation
Le Forum géostratégique d’El Moudjahid organise, en coordination avec
le professeur M’hand Barkouk, un débat sur la politique américaine dans le
monde arabe en transformation. La conférence sera animée par un panel d’ex-
perts.
****************************
DEMAIN À 10H
Conférence sur l’Algérie de demain
L’Organisation nationale de promotion de la culture de la paix organise,
demain, à 10 heures, une conférence intitulée «L’Algérie de l’avenir = stabi-
lité = développement». La conférence sera marquée par la présence de repré-
sentants du mouvement associatif.
****************************
MERCREDI 16 JANVIER, À 10H
La gestion des salles de cinéma en débat
Le quotidien El Moudjahid lance son Forum culturel, dont la première édi-
tion, prévue mercredi 16 janvier à 10 heures, sera consacrée à la gestion des
salles de cinéma. La conférence sera marquée par la participation de Lyazid
Khodja (Filmathèque) et des réprésentants de l’ONCI et de l’APC d’Alger-
Centre.

DEMAIN À 14H30, À LA MAISON DE LA CULTURE DE BÉCHAR Hommage au défunt moudjahid Abdelmadjid Meziane

DE BÉCHAR Hommage au défunt moudjahid Abdelmadjid Meziane Dans le cadre des festivités marquant le cin-

Dans le cadre des festivités marquant le cin- quantenaire de l’indépendance et la commémo- ration du 12 e anniversaire de la disparition du moudjahid Abdelmadjid Meziane, premier wali de Béchar, le ministre de la Culture et président du Haut conseil islamique, l’association Ma- châal Echahid organise, mardi 15 janvier à 14h30, sous le patronage du wali de Béchar, un hommage au défunt moudjahid. La conférence sera animée par les professeurs Mohamed Se- ghir Belalam et Mohamed Cherif Kaher.

CET APRÈS-MIDI À 13H30 AU MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE Conférence de presse de Chérif Rahmani Le
CET APRÈS-MIDI À 13H30
AU MINISTÈRE
DE L’INDUSTRIE
Conférence de presse
de Chérif Rahmani
Le ministre de l’Industrie, de la
Petite et Moyenne entreprise, et de la
Promotion de l’investissement, M.
Chérif Rahmani, animera cet après-
midi à 13h30, au siège du ministère,
en présence
du président de la so-
ciété finlandaise Sampo, une confé-
rence de presse sur le lancement du doublement de la
capacité de production de la nouvelle moissonneuse-bat-
teuse (de 500 à 1.000 moissonneuses-batteuses/an) au ni-
veau du complexe Sidi Bel-Abbès (CMA), et la
joint-venture créée en 2010 avec la firme finlandaise
Sampo.
********************
Benyounès à Mascara
Le ministre de l’Aménagement
du territoire, de l’Environnement et
de la Ville, M. Amara Benyounes,
effectuera aujourd’hui une visite de
travail et d’inspection dans la wi-
laya de Mascara.
********************
Louh à Béchar
Le ministre du Travail, de l’Em-
ploi et de la Sécurité sociale, M.
Tayeb Louh, effectuera aujourd’hui
une visite d’inspection et de travail
dans la wilaya de Béchar.
********************
Tou à Boumerdès
et Tizi Ouzou
Le ministre des Transports, M.
Amar Tou, effectuera aujourd’hui
une visite de travail et d’inspection
dans les wilayas de Boumerdès et de
Tizi Ouzou, sur les chantiers de réa-
lisation de la nouvelle ligne ferro-
viaire électrifiée Thénia-Tizi Ouzou.
********************
et Dalila Boudjemaâ
à Bouira
La secrétaire d’État chargée de
l’Environnement, M me Dalila Boudje-
maâ, effectuera aujourd’hui une visite
d’inspection
et de travail dans la wi-
laya de Bouira, pour s’enquérir de
l’état d’avancement des chantiers re-
levant du secteur de l’environnement.

CET APRÈS-MIDI À 14H, AU CCI « La miséricorde dans la vie du Prophète (QSSSL) »

À l’occasion du Mawlid Ennabaoui Echarif, le Centre culturel islamique organise, cet après-midi à 14h, une conférence ayant pour thème «La miséricorde dans la vie du Prophète (QSSSL)», animée par le D r Mohamed Chérif Kaher.

MERCREDI À ORAN Perturbation dans lalimentation en eau

Une perturbation en alimentation en eau potable touchera plusieurs quartiers d'Oran mercredi pro- chain. Cette perturbation due à une importante fuite d'eau enregistrée sur la conduite principale du réser- voir, est programmée et durera 48 heures. Elle tou- chera la cité EPLF El Badr, Douar Bouakel, Cité militaire El Badr, cité Petit, les quartiers Eckmuhl,

le complexe sportif mi-

Protin, Miramar et Chollet,

litaire, le centre-ville, la partie haute de haï Es-sa-

douar Bouakel, ainsi que

nawbar, (ex les Planteurs),

la centrale thermique de Sonelgaz. L'interruption

haï Derb,

concerne également la cité les Amandiers,

haï Sidi El Houari, le port d'Oran, Bab El Hamra, la

d'Oran,

wilaya

service

Ain,

El

de haï El Ras

Pépinière

Aman-

de les Mers

la Gendarmerie

région

Belazreg,

Clinique

El

Djir

Kebir. Kouceht

et

commune

diers,

CET APRÈS-MIDI À 14H À L’HÔTEL HILTON « La politique allemande vis-à-vis de la région
CET APRÈS-MIDI À 14H
À L’HÔTEL HILTON
« La politique allemande vis-à-vis
de la région du Maghreb »
«La politique alle-
mande vis-à-vis de la
région du Maghreb»,
tel est le thème d’une
conférence qui se
tiendra cet après-midi
à 14h, à l’hôtel Hil-
ton. Organisée par
l’Institut national des
études stratégie glo-
bale (INESG), cette conférence sera animée par
M. Joachim Bitterlich, professeur à l’École supé-
rieure de commerce de Paris.

AUJOURD’HUI AU SIÈGE DE LA FNSA Signature d’une convention

AU SIÈGE DE LA FNSA Signature d’une convention Dans le cadre des actions menées par la

Dans le cadre des actions menées par la fon- dation Anna Lindh pour le rapprochement des peuples des deux rives de la Méditerranée, une convention sera signée aujourd’hui au siège de la Fédération nationale des sourds d’Algérie, entre la FNSA et l’Association nationale des sourds d’Italie portant sur la formation de 80 sourds al- gériens dans le domaine de la langue des signes.

MERCREDI 16 JANVIER À 11H, AU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES Conférence de presse

Le bureau exécutif du Syndicat autonome des personnels des affaires étrangères organise une conférence de presse, mercredi 16 janvier, à partir de 11h, au siège du ministère des Af- faires étrangères.

de 11h, au siège du ministère des Af- faires étrangères. LE CONCOURS JOURNALISTIQUE DE NEDJMA REVIENT
de 11h, au siège du ministère des Af- faires étrangères. LE CONCOURS JOURNALISTIQUE DE NEDJMA REVIENT

LE CONCOURS JOURNALISTIQUE DE NEDJMA REVIENT 7 e édition du Média Star

Destiné aux journalistes professionnels des diffé- rents supports médiatiques (presse écrite, électronique, radiophonique, télévisuelle et des agences de presse), le concours Média Star récompense les meilleurs travaux dans les genres journalistiques suivants : re- portages, enquêtes, articles de fond (analyse, commentaire, éditorial et chro- nique), les illustrations de presse (dessin, caricature, et photo), ainsi que les émissions d’information radiophoniques et télévisuelles traitant des questions relatives aux technologies de l’information et de la communication (TIC), de la problématique liée à leurs usages sociaux, ainsi qu’à leur développement en Algérie. Les travaux soumis doivent être publiés ou diffusés entre le 22 mai 2012 et le 14 mars 2013. Cette année, une nouveauté marque cette édition : les lauréats des précédentes éditions peuvent postuler après un délai qui a été écourté en passant de trois (3) à deux (2) ans à compter de l’année de leur distinction.

deux (2) ans à compter de l’année de leur distinction. ÉMISSION D’UN TIMBRE-POSTE « FêTE DE
deux (2) ans à compter de l’année de leur distinction. ÉMISSION D’UN TIMBRE-POSTE « FêTE DE

ÉMISSION D’UN TIMBRE-POSTE « FêTE DE YENNAYER »

Algérie Poste a procédé, le 12 janvier, à l’émission philatélique d’un timbre-poste à 15 DA, intitulé : «Fête de Yennayer». La vente anticipée a eu lieu samedi 12 et dimanche 13 janvier dans les 48 recettes principales des postes des chefs-lieux de wilaya et les recettes principales d’Alger 1 er -Novembre, Hussein Dey, Chéraga, Ben Aknoun et Rouiba. La vente générale est programmée aujourd’hui dans tous les bu- reaux de poste.

Lundi 14 Janvier 2013

Nation

3

EL MOUDJAHID

PROJET DE LOI SUR LES HYDROCARBURES

33 amendements examinés hier à l’APN

Le projet de loi amendant la loi 05/07 d’avril 2005 sur les hydrocarbures, qui est actuellement en examen au niveau de la commission permanente de l’Assemblée chargée des affaires économiques, du développement, du commerce, de l’industrie et de la planification, pour un rapport complémentaire avant sa soumission au vote, a connu trente-trois (33) amendements déposés au niveau du bureau de l’Assemblée po- pulaire nationale, dont les membres ont tenu hier une réunion présidée par M. Moha- med Larbi Ould Khelifa, président de l’APN.

L projet de loi présenté par le ministère de

l’Énergie et des Mines au débat général devant les députés a introduit de nouvelles

dispositions à la loi de 2005 portant sur l’amé- lioration de l’attractivité du domaine minier al-

gérien, en vue d’intensifier l’effort d’exploitation

et d’exploration des hydrocarbures.

En effet, l’amendement de la loi de 2005 re- pose, d’une part, sur le fait que les besoins éner- gétiques nationaux induits par le développement économique et social connaissent une croissance rapide et la consommation d’électricité croît an- nuellement à un rythme de 14 à 18%, au moment où les besoins en carburants augmentent de 15 à 20% par an. D’où la nécessité d’assurer et de mobiliser toutes les ressources d’énergie dispo- nibles dès aujourd’hui à la sécurité énergétique du pays pour le très long terme. D’autre part, il convient de maintenir les exportations d’hydro- carbures pour assurer un niveau de revenus né- cessaires au développement économique et permettre au pays de se libérer progressivement de sa dépendance aux hydrocarbures et de conso- lider son propre système de production en inten-

e

sifiant l’effort d’exploration. Pour information, les hydrocarbures représentent actuellement jusqu’à 90% de nos besoins, et nous n’avons pas d’alternative jusqu’à 2030. La reconnaissance de la totalité des réserves nationales est un préalable à la mise en valeur de nos ressources et la réalisation des objectifs stra- tégiques. Ces objectifs nécessitent de leur côté le développement des moyens humains, tech- niques et des partenaires. D’où le besoin de ren- forcer et d’adapter la législation de ce secteur insuffisamment exploré jusque-là en vue de cou- vrir les besoins énergétiques de l’Algérie à long terme, à travers l’intensification des activités d’exploration et de forage des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels, comme l’avait affirmé le ministre de l’Énergie et des Mines lors de la présentation du projet de loi de- vant les députés, la semaine passée. La couverture des besoins du pays en énergie pour le développement économique et social, et la responsabilité de garantir l’avenir des généra- tions futures sont des priorités pour les autorités algériennes. Le renforcement de l’approvision-

autorités algériennes. Le renforcement de l’approvision- nement énergétique du pays, l’amélioration de

nement énergétique du pays, l’amélioration de l’attractivité du domaine minier pour favoriser le partenariat solide des points de vue technique et fiscal ont en majorité guidé les grandes lignes de l’amendement de la loi sur les hydrocarbures. Au sujet du rendement de ces hydrocarbures, M. Yousfi avait rassuré que les réserves de l’Al- gérie en gaz de schiste sont inépuisables et s’éta- lent de Timimoune (Adrar) à In Salah (Sud-Est), outre des poches à Tindouf et à Illizi, avec une rentabilité d’environ 1,5 milliard de m 3 de gaz par kilomètre, estimant ce taux très important.

Les activités énergétiques et industrielles y affé- rentes devront créer quelque 100.000 nouveaux emplois, auxquels s’ajoutent les employés ac- tuels dans le secteur des hydrocarbures estimé à près de 100.000 travailleurs. Il y a lieu d’indiquer que le secteur des hydrocarbures emploie actuel- lement 15.000 ingénieurs et techniciens supé- rieurs professionnels, tandis que le projet de loi qui sera soumis au vote la semaine prochaine a pour objectif de préserver et de renforcer la sou- veraineté nationale sur nos richesses. Houria A.

JOURNÉE D’ÉTUDE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

La démocratie par la voie des lois et du droit

L démocratie par le droit, tel est le thème des travaux d’une journée d’étude organisée hier

au siège du Conseil constitutionnel sous la présidence de M. Tayeb Be- laïz, président du Conseil constitution- nel, et en présence du président de l’APN, M. Mohamed Larbi Ould Khe- lifa, et du ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Mohamed Charfi. Cette rencontre, la première du genre, a regroupé un panel d’experts nationaux et étrangers en matière de droit des magistrats, des parlemen- taires des deux chambres et des res- ponsables des services de sécurité, ainsi que des universitaires, des pro- fesseurs et des étudiants en droit et en sciences politiques qui sont venus dé- battre la problématique. Dans son allocution d’ouverture, le président du Conseil constitutionnel a insisté sur l’importance de ce genre de rencontre, dont l'objectif principal est de valoriser et d'élargir le champ de la recherche, des études et l'échange d'expériences aux plans interne et ex- terne. Pour l’ancien ministre de la Jus- tice, le thème retenu se veut une interrogation aussi bien sur la néces- sité que sur les contradictions du rap- port entre la démocratie et le droit dans les expériences de pays, comme l’Algérie qui mène de front la bataille du développement et la construction de la démocratie. «L’Algérie, à l’instar des autres pays, vise toujours le ren- forcement de la démocratie et la construction d'un système institution- nel fondé sur une base égalitaire et ca- ractérisé par la primauté du droit»,

a-t-il notamment souligné. Évoquant

le rôle joué par le Conseil constitu- tionnel depuis sa création, M. Belaïz

a affirmé que cette institution a tou-

jours œuvré au respect de la Constitu-

a

Ph. Wafa
Ph. Wafa

tion, à la préservation des droits et des libertés des citoyens, particulièrement

à la faveur des mutations qu'a connues

l'Algérie dans différents domaines. «Le Conseil constitutionnel, malgré son jeune âge, a inscrit à son actif de grandes œuvres qui méritent d'être sa- luées, puisque réalisées par des hommes qui suscitent, notamment, notre reconnaissance et concernent les domaines des études et des re- cherches», a-t-il relevé. M. Belaïz a en outre précisé que le Conseil constitutionnel a enrichi la ju-

ridiction par les avis qu'il a émis et les décisions qu'il a prises, et pour avoir entretenu des relations avec ses pairs

à travers le monde, notamment avec

les institutions nationales qui parta- gent ses préoccupations. Il a annoncé par ailleurs que cette institution de l’État éditera une revue spécialisée en

droit constitutionnel pour la promo- tion de la jurisprudence et de la re- cherche en la matière, tout en

présentant de manière périodique des exposés sur ses activités, et en pu-

bliant ses avis et ses décisions. Elle œuvrera aussi à renforcer, à élargir et à promouvoir la coopération avec les différentes cours et Conseils constitu- tionnels de par le monde, a-t-il encore précisé.

«L’État de droit est au pouvoir ce que l’intention est à l’action»

Pour sa part, Mohamed Abbou, membre du Conseil constitutionnel, a relevé l’interdépendance qui existe entre la démocratie et l’État de droit. Il a indiqué que cette interdépendance

n’est pas seulement «une évidence, elle est le ciment de la construction démocratique et de sa consistance dé- pend toute la réalité de la démocratie». Selon M. Abbou, la démocratie re- présente l’environnement politique nécessaire à la protection et à la pro- motion des droits de l’homme. Seule-

P r André Cabanis : “La presse écrite algérienne jouit d'une liberté de ton qui étonne parfois en France”

L' Algérie a enregistré des pro- grès "énormes" en matière de démocratie, notamment

dans le domaine de la presse écrite qui jouit d'une "liberté de ton" qui étonne parfois en France, a estimé hier à Alger M. André Cabanis, pro- fesseur à l'université de Toulouse. Le P r Cabanis a affirmé qu'il ne trouvait pas dans des journaux de son pays cette "liberté" et ce "ton" qui existent dans la presse algérienne, et qui "étonnent parfois les Français". "Contrairement à la presse française,

celle de l'Algérie possède une capa- cité à s'engager qui est supérieure à celle de la France", a-t-il poursuivi. "Il n'y a aucun doute qu'il y a eu des progrès en matière de démocratie en Algérie, notamment dans le domaine de la presse qui est parfois supé- rieure à la France", a-t-il ajouté. Le P r Cabanis a, en outre, expliqué dans son intervention que le droit "ne peut pas suffire" pour installer ou pour garantir la démocratie, mais pourrait être "un renfort et un élément de pro- tection" des libertés.

ou pour garantir la démocratie, mais pourrait être "un renfort et un élément de pro- tection"

ment, le fait de reconnaître des droits et les inscrire dans des lois même fon- damentales ne signifie pas en assurer l’usage, car «l’État de droit est au pouvoir ce que l’intention est à l’ac- tion». Abordant le rôle du Conseil constitutionnel, il a indiqué qu’à côté de ses missions traditionnelles, le Conseil constitutionnel considère que la promotion de la culture constitu- tionnelle s’inscrit pleinement dans ses objectifs. Dans cet esprit, il souhaite s’ouvrir sur la société, établir des liens avec toutes les institutions partageant ses préoccupations dans la construc- tion démocratique et développer avec elles des moments privilégiés de ré- flexion, de débats et d’échanges. M. Abbou souligne par ailleurs qu’«en cinquante ans d’indépendance, à côté des documents fondamentaux qui ont guidé son combat libérateur, le pays a produit les textes essentiels qui ont façonné son identité républicaine et constitutionnelle. La dernière décennie a connu des révisions substantielles des textes lé- gislatifs et réglementaires en confor- mité avec les normes internationales et les engagements conventionnels de notre pays. Durant la seule année 2012, cinq lois organiques ont été pro- mulguées portant sur la promotion de la représentation de la femme dans les Assemblées élues, le code électoral, la loi sur les partis, la loi sur les associa- tions et la loi sur le code de l’informa- tion». Et de poursuivre : «Si les quatre dernières lois viennent traduire l’im- portante évolution de la société depuis l’ouverture au multipartisme et à la li- berté d’expression, la première s’ins- crit dans une action volontariste qui entend bousculer les pesanteurs socio- logiques.» De son coté, l’expert en droit international, Mohamed Bousol-

tane, directeur du laboratoire sur la gouvernance et la démocratie à l’uni- versité d’Oran, a disserté sur le thème : «La démocratie par le droit interna- tional». Il a évoqué, dans son analyse, la différence qui existe entre les peu- ples et qui reflète, d’une manière di- recte, la démocratie suivie au niveau de chaque pays. «La démocratie est l’émanation des peuples. Elle est adaptée à la situation de chaque pays. Les peuples qui sont différents appli- quent une démocratie différente qui reflète leur propre culture», a-t-il no- tamment indiqué. Pour sa part, le constitutionnaliste et historien du droit, André Cabanis, professeur à l’université de Toulouse 1, a présenté une communication sur «La démocratie par le droit constitu- tionnel». Il a relevé, à cet égard, l’en- jeu que constitue le respect du droit, en l’occurrence le droit constitution- nel, qui dépasse la question classique de la protection des libertés Quant à l’ancien vice-président de l’APN et ancien membre de la com- mission de réforme de la justice et professeur de droit à l’université de Constantine, Messaoud Chihoub, il a présenté une analyse sur «Les ré- formes politiques en Algérie», mettant l’accent sur les lois sur les partis et la loi électorale. Le constitutionnaliste spécialiste des médias, Serges Re- gourd, s’est étalé, lui, sur l’ambiva- lence des relations du droit et de la démocratie. Il a indiqué, dans ce contexte, que «l’apparition de la dé- mocratie est historiquement et intrin- sèquement liée à l’apparition d’une nouvelle forme politique, celle de

qui reste le seul espace

politique démocratiquement orga-

l’État-Nation

nisé».

Sarah Sofi

MOHIEDDINE AMIMOUR :

“Une constitution n'émanant pas d'un consensus populaire ne saurait atteindre ses objectifs”

T oute constitution qui n'émane pas d'un consensus populaire autour de ses grandes lignes "ne saurait en aucun cas atteindre ses objectifs", a es- timé hier à Alger l'ancien ministre Mohieddine Amimour. M. Amimour,

qui intervenait en marge des travaux du colloque sur "La démocratie par la voie du Droit", a affirmé qu'"une constitution qui n'émane pas d'un débat libre et véritable impliquant toutes les composantes de la nation ne saurait en aucun cas atteindre ses objectifs ni durer dans le temps". Pour l'ancien ministre, "toute constitution élaborée sans consultation du peuple ne saurait refléter les aspi- rations ni la volonté de ce dernier". Il a cité, dans ce contexte, les précédentes expériences nationales ou étrangères qui ont prouvé que les constituions pé- rennes étaient celles ayant fait consensus populaire, à l'instar de la Constitution de 1976. Cette constitution avait garanti la transition pacifique du pouvoir après le décès du président Houari Boumediene en 1978, en dépit des critiques dont elle avait fait l'objet, a conclu M. Amimour.

Nation

4

EL MOUDJAHID

CRISE DANS LA RÉGION DU SAHEL

M. Sellal : “En cas d'atteinte à notre sécurité, nous sommes appelés à être fermes”

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a réitéré à Ghadamès (Libye) le soutien de l'Algérie au dialogue dans la région du Sahel, appelant à la "fermeté" à l'égard de l'impact direct de la crise malienne sur la région, notamment en ce qui concerne la propagation et la circulation des armes. Intervenant lors de la rencontre tripartite avec les chefs de gouvernement tunisien et libyen, respectivement MM. Hamadi Jebali et Ali Zidane, M. Sellal a affirmé que "la position de l'Algérie est connue concernant la situation au Sahel.

“N ous avons soutenu au maxi- mum le dialogue et conti- nuerons à le faire mais en

cas d'atteinte à la sécurité et l'utilisation

d'autres moyens, nous sommes appelés à être fermes. » Il a affirmé que la crise malienne aura "un impact direct" (sur la région), mettant en garde contre la cir- culation d'armes. "Il ne s'agit pas d'une

culation d'armes. "Il ne s'agit pas d'une simple affaire de terrorisme mais de crime organisé ou

simple affaire de terrorisme mais de crime organisé ou sont utilisés les stupé- fiants et le blanchiment d'argent" appe- lant à un traitement "plus approfondi" de cette affaire. L'intervention étrangère au Mali, avec l'engagement des troupes nigé- rianes, sénégalaises et françaises aux côtés de l'armée malienne, est une "dé- cision souveraine" du Mali qui a lui- même demandé l'aide des puissances

amies, avait affirmé auparavant le porte- parole du ministère des Affaires étran- gères, M. Amar Belani. Interrogé sur cette intervention militaire, M. Belani a souligné qu'"il faut surtout bien noter que c'est une décision souveraine du Mali", rappelant que c'est ce dernier qui "a demandé l'aide de puissances amies pour renforcer ses capacités nationales de lutte contre le terrorisme".

PROFONDÉMENT PRÉOCCUPÉES PAR LA SITUATION AU MALI

L'Algérie, la Libye et la Tunisie réaffirment leur soutien à ce pays

L' Algérie, la Libye et la Tunisie se sont déclarées samedi à Ghada- mès "profondément préoccu-

pées" suite aux attaques menées par un groupe terroriste au Mali et ont condamné ces "agissements" tout en exprimant leur "plein soutien au gouvernement et au peu- ple maliens". "Concernant la situation pré- valant dans la région du Sahel, notamment la crise malienne et ses graves répercus- sions sur la sécurité et la stabilité des trois pays, les participants se déclarent profon- dément préoccupés suite aux dernières at- taques menées par un groupe terroriste au sud du Mali", lit-on dans le communiqué commun ayant sanctionné la rencontre tri- partite sur la situation sécuritaire aux fron- tières qui a réuni le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, et les chefs de gouver- nement libyen et tunisien, respectivement MM. Ali Zidane et Hamadi Jebali. Les participants, poursuit le communiqué, "condamnent ces agissements" et affir- ment "leur plein soutien au gouvernement et au peuple du Mali" soulignant la néces- sité de "trouver une solution politique à la crise" dans ce pays en "encourageant le dialogue entre les différentes composantes de la société malienne de manière à pré- server la souveraineté et l'intégrité territo- riale du pays dans le cadre du respect de

la légalité internationale, notamment la ré- solution 2085 du Conseil de sécurité". Le communiqué a également mis l'accent sur "l'action commune de ces trois pays pour combattre le terrorisme, le trafic d'armes et de stupéfiants et toutes formes de crime organisé transfrontalier". Les trois pays ont en outre relevé la nécessité de "conju- guer les efforts pour faire face aux dangers et menaces sécuritaires en adoptant une approche sécuritaire intégrée et coordon- née dans le cadre d'une stratégie globale". Dans le même contexte, les trois pays ont souligné la nécessité "d'intensifier les échanges de visites entre les hauts respon- sables des services de sécurité concernés

hauts respon- sables des services de sécurité concernés des trois pays en vue d'approfondir les contacts

des trois pays en vue d'approfondir les contacts et de renforcer la confiance, d'éla- borer des programmes de formation au profit des cadres qualifiés, d'échanger les expériences outre la conclusion d'un ac- cord de coopération sécuritaire et la re- lance des accords de coopération judiciaire et juridique déjà conclus". A ce propos, il a été convenu de "la mise en place d'un mécanisme de suivi et de contact au niveau des ministres de l'Inté- rieur des trois pays pour faire face à tout incident ou développements sécuritaires au niveau des frontières communes". Les trois parties ont convenu également, selon la déclaration, de "la mise en place de points de contrôle communs tout au long de la bande frontalière entre ces pays" et "l'intensification de la coordination et de la coopération sécuritaire" à travers la ges- tion de patrouilles pour assurer la surveil- lance des frontières communes et contrecarrer toute infraction à la sécurité. Il a été aussi convenu de l'"échange d'in- formations, d'expertises et d'expériences, notamment en matière de lutte antiterro- riste et de crime organisé et la tenue de rencontres périodiques entre les services

de sécurité locaux", a indiqué la même source. Il s'agit en outre de la nécessaire "coordination entre les trois pays lors des fora régionaux et internationaux sur la lutte contre le terrorisme et le crime orga- nisé". La déclaration souligne "le renforce- ment des structures et mécanismes en place ayant trait à la coopération sécuri- taire, lesquels doivent servir de base pour l'élaboration de stratégies de coopération en la matière". S'agissant des régions fron- talières, les participants ont mis l'accent sur la nécessité d'"œuvrer au développe- ment de ces régions" à travers "l'implica- tion du secteur privé, des organisations de la société civile, des secteurs gouverne- mentaux compétents" outre l'"intensifica- tion de la coopération entre les chambres de commerce et l'organisation de Salons spécialisés". Ils se sont mis d'accord pour "œuvrer au renforcement des relations à caractère populaire, à l'encouragement des initiatives de la société civile dans les trois pays et à la mise en place de programmes pour favoriser l'échange culturel, sportif, artistique et social dans les régions fron- talières communes".

ABDELAZIZ DJERAD, POLITOLOGUE, À PROPOS DE LA SITUATION AU MALI

“L’intervention française dispose d’un habillage juridique”

« Si on ne se dirige pas vers la solution politique, qui est celle de l’Algérie, le risque est immense », relève l’universitaire.

L France est intervenue vendredi militairement au

Mali en menant une contre-offensive pour récupérer

a

la

localité de Konna, prise la veille par les groupes

armés. Cette intervention, préparée il y a quelques mois, a affirmé hier Abdelaziz Djerad, politologue, revêt « un habil- lage juridique la mettant en amont avec la résolution 20/85 des Nations unies. » L’élément déclencheur de ce recours aux armes, précise l’invité de la Chaîne III, réside dans cette vo- lonté des forces terroristes d’aller vers le sud malien, de dé- stabiliser le gouvernement en place. Leur objectif « est de passer à l’occupation totale du Mali.» Cette intervention, sou- tient le politologue, ne remettra aucunement en cause la ré- solution onusienne qui autorise le déploiement d’une force interafricaine à partir de septembre 2013 et l’engagement d’un processus de politique de négociation. Pour justifier son intervention, observe M. Djerad, « Paris

a mis en avant l’article 51 de la charte des Nations unies ». Cette dernière mentionne le droit de « légitime défense indi- viduelle ou collective dans le cas où un membre onusien est objet d’une attaque armée.» Elle met en évidence trois axes

: politique, humanitaire et sécuritaire. Explicite, le spécialiste affirme que cette résolution, « n’est pas en contradiction avec cette intervention.»

A une question de savoir si le processus de négociation

ne sera pas mi en cause, l’universitaire fait savoir que « tout conflit n’élimine pas l’aspect politique ». A ses yeux, les né-

buleuses AQMI ou MUJAO, « doivent être éliminées ». Selon lui, « la négociation est nécessaire et le gouvernement malien doit comprendre que la guerre totale contre les toua- reg est une erreur stratégique monumentale qui remettra en cause l’intégrité territoriale du pays.»

Solution politique pour éviter le saut dans l’inconnu

A priori imposé par nécessité, le recours aux armes n’est

pas épargné de conséquences pour la sous-région. Les pays

du Sahel, reconnaît l’invité de la Radio, sont « déstabilisés depuis plusieurs années face à des groupes terroristes et des narcotrafiquants de tout acabit.» A ce titre, il dira : « Si on ne se dirige pas vers la solution politique, qui est celle de l’Al- gérie, le risque est immense.» Et d’ajouter : « C’est un terri- toire immense qu’il faut maîtriser et contenir, sinon c’est le saut vers l’inconnu.» En guise d’arguments, le politologue relève, d’autre part, que la circulation des armes, provient da la situation qu’a tra- versée, pendant plusieurs mois, la Libye. L’autre danger est

« l’argent des rançons qui un facteur déterminant dans l’achat

d’armes sophistiquées pour les terroristes, c’est un vrai pro- blème.» Le tournant que connaît la crise malienne fait couler beaucoup d’encre. Et l’une des questions que se posent les spécialistes est relative à la durée de ce conflit. Sera-t-elle longue ? « Tout dépend de l’évolution des choses », dit-il succinct. Pour contenir les groupes terroristes, « ce genre de frappes armées sont nécessaires.» Le territoire de l’Azawad, rappelle l’invité de la radio, c’est la France et la Belgique réunies. D’où la «difficulté», de parler d’une durée précise. M. Djerad cite au passage l’Irak et de l’Afghanistan. Ces deux expériences « montrent clairement que l’arme n’est pas suffisante face à la détermination des groupes armées. Ce sont des guérillas, des groupes disparates qui peuvent frapper à tout moment et en bonne connaissance du terrain.»

Sécurisation des frontières n’est pas synonyme de fermeture

La sécurisation des frontières passée au peigne fin lors de

la réunion tripartite algéro-tunisio-libyenne, est « fondamen-

tale pour notre pays ». Car, « toute notre stratégie est basée

sur la préservation des frontières et de l’intégrité territoriale ». Interrogé pour savoir si la sécurisation est synonyme de fermeture des frontières, M. Djerad fait part de la nécessité de se réunir davantage. « Il faut dégager une approche com- mune », poursuit-il. Plus loin, l’universitaire affirme qu’il y

a des risques de représailles.

« C’est une guerre avec plusieurs aspects », avertit M.

Djerad. A cette situation inquiétante, la classe politique doit se mobiliser et créer un front interne contre ce phénomène des frontières. Dans un autre contexte, le spécialiste affirme que la France, les Etats-Unis, la Chine et la Russie ont des intérêts économiques et stratégiques dans cette « région né- vralgique qui sera demain un abcès de fixation très important ». D’où la nécessité d’une démarche prospective proprement algérienne pour mieux maîtriser les intérêts du pays. Dans ce genre de crises, conclut le politologue, la solution est d’ « en- visager les solutions diplomatiques.» Faisant une rétrospec- tive, il dira que le Mali, est victime de ses responsables divisés par un leadership sans limites. Fouad Irnatène

Nation

5

EL MOUDJAHID

ALGERIE-MALI

Arrivée à Alger du Premier ministre malien

Le Premier ministre malien, M. Diango Cissoko, est arrivé hier à Alger pour une visite de travail de deux jours, à l'invitation du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal. M. Cissoko a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene par M. Sellal et des membres du gouvernement.

mineront, dans ce contexte, les voies et moyens de renfor- cement de la coopération entre les pays du champ et les partenaires extra-régionaux, pour éradiquer le terrorisme et le crime organisé qui constituent une menace pour la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel.» Le Premier ministre ma- lien est accompagné d'une importante délégation com- posée des ministre de la Dé- fense nationale, de l'Administration territoriale et de l'Aménagement du terri- toire, de l'Équipement et des Transports, ainsi que de hauts responsables civils et mili- taires.

“C ette visite, qui s'inscrit dans le cadre des

consultations politiques régu- lières entre les deux pays, permettra de passer en revue l'état de la coopération bilaté- rale, ainsi que les perspec- tives de son renforcement et de son élargissement», avait indiqué un communiqué des services du Premier ministre. «Elle offrira également l'oc- casion aux deux parties de procéder à un échange de vues approfondi sur la situa- tion au nord du Mali et les ef- forts en cours pour un règlement de la crise multidi- mensionnelle qui affecte ce pays.» «Les deux parties exa-

M. Sellal s’entretient avec M. Diango Cissoko

M. Sellal s’entretient avec M. Diango Cissoko

M. Sellal s’entretient avec M. Diango Cissoko
Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, s'est entre- tenu hier à Alger avec son homologue
Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, s'est entre- tenu hier à Alger avec son homologue

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, s'est entre- tenu hier à Alger avec son homologue malien, M. Diango Cissoko, qui effectue une visite de travail de deux jours en Algérie. Les entretiens se sont déroulés au palais du Gou- vernement, en présence du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, et du ministre délégué chargé des Af- faires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

Ph : Billal
Ph : Billal
Les entretiens Sellal-Cissoko élargis aux délégations des deux pays
Les entretiens Sellal-Cissoko élargis aux délégations des deux pays

Les entretiens Sellal-Cissoko élargis aux délégations des deux pays

Les entretiens Sellal-Cissoko élargis aux délégations des deux pays

Les entretiens entre le Premier ministre, M. Abdelmalek Sel- lal, et son homologue malien, M. Diango Cissoko, ont été élar- gis, hier, aux membres des délégations des deux pays. Les entretiens, qui se sont déroulés au palais du Gouvernement, ont réuni, du côté algérien, les ministres des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, des Travaux publics, M. Amar Ghoul, et des Ressources en eau, M. Hocine Necib. Étaient également pré-

Daho Ould Kablia, des Travaux publics, M. Amar Ghoul, et des Ressources en eau, M. Hocine
sents, le ministre délégué auprès du ministre de la Défense na- tionale, M. Abdelmalek Guenaïzia,

sents, le ministre délégué auprès du ministre de la Défense na- tionale, M. Abdelmalek Guenaïzia, et le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messa- hel. Du côté malien, les ministres de l'Administration territoriale et de l'Aménagement du territoire, M. Moussa Sinko Coulibaly, et de l'Équipement et des Transports, M. Abdulay Coumari, ainsi que de hauts responsables, maliens civils et militaires, ont par- ticipé aux entretiens.

SÉCURITÉ ET STABILITÉ

Le message de l’Algérie

rassurant au vu de l’évolution de l’actualité. Des crises aigues sont observées un peu partout à ses abords pour qu’elle tente efficacement par des moyens pacifiques, des rencontres régulières avec l’ensemble des parte- naires et le dialogue surtout de les résoudre ou du moins d’atténuer leur tension. Le mois de janvier fut riche en événements et en ac- tivités avec le déploiement des diplomates algériens, à leur tête le Premier ministre, dans la perspective de prémunir l’ espace nord-africain et le sahel d’une contagion, voire d’un embrasement aux effets et inci- dences certains. Un déploiement guidé par le souci d’un règlement pacifique basé sur la concertation prô- née perpétuellement par le Président de la République, soucieux de réunir les conditions d’épanouissement et de promotion de cet espace et attentif à son évolution. Un espace de paix, de coopération et d’échanges pour

Lors des récentes campagnes électorales, des leaders politiques ont appelé à un vote massif

pour la consolidation des institutions démocra- tiques du pays et le renforcement de la stabilité restau- rée et de la paix rétablie à la faveur d’une œuvre de réconciliation de la nation avec ses valeurs. L’appel vaut au-delà des résultats enregistrés lors de ces scru- tins pour le parachèvement des reformes politiques ini- tiées par le premier magistrat du pays. Des reformes destinées à assurer une transparence dans la gestion de la chose publique, mais aussi pour permettre de faire face aux turbulences des contextes et des conjonctures. Et plus que jamais, le commun des ci- toyens perçoit aujourd’hui l’importance de ces valeurs de paix et de stabilité pour le développement d’une Al- gérie préoccupée par le climat d’incertitude et d’ap- préhension régnant aux portes de ses frontières et peu

servir de relais dans la dynamisation du continent, la relance de son économie, sa croissance et la prospérité de ses peuples. De véritables enjeux auxquels fait face le pays, dont les ambitions ne se limitent point à une reconstruction nationale pour réaliser cette intégration dans une région du Maghreb que l’on souhaite com- plémentaire et homogène de la zone du Sahel. Il s’agit de jeter les fondements d’une coopération ou d’un par- tenariat durable et stratégique, et se consacrer exclu- sivement à la prise en charge des attentes et besoins des peuples. En somme, l’Algérie a fait de la paix et de la stabilité des paramètres fondamentaux dans son action de refonte pour promouvoir cet ensemble géogra- phique aux grandes potentialités humaines et aux res- sources naturelles immenses. A. Bellaha

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES AE :

“L’Algérie a offert aux Syriens venus sur son territoire les conditions d’une vie décente”

L’ Algérie a offert aux 18.000 Sy- riens venus sur son territoire l'aide humanitaire nécessaire,

a indiqué hier le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, M. Aouam Nourredine. Partant de son de- voir humanitaire et soucieuse d'alléger les souffrances des frères syriens, l'Al- gérie a accueilli les Syriens venus sur son territoire sur décision du Président de la République, M. Abdelaziz Boute- flika, a ajouté M. Aouam dans son in- tervention lors de la réunion

extraordinaire des ministres arabes des Affaires étrangères au siège de la Ligue arabe au Caire. Mue par un sentiment d'humanisme, l'Algérie a pris en consi- dération les conditions dramatiques dans lesquelles vivaient les 18.000 Sy- riens venus sur son sol en leur offrant la sécurité, ainsi qu'aux 4.000 autres qui y résident légalement. L'Algérie, a-t-il précisé, à mis à la disposition de ces Syriens 5 centres d'hébergement à Alger et dans cer- taines autres wilayas dotés des condi-

tions de vie décente, en prenant en compte la situation de chacun. Les enfants et jeunes syriens ont été intégrés dans le système scolaire algé- rien tous paliers confondus et à titre gratuit, a-t-il ajouté. La situation des enfants handicapés, a-t-il poursuivi, a également été prise en considération. Ces derniers suivent leurs études dans des établissements spécialisés. Les Sy- riens venus en Algérie, a-t-il poursuivi, bénéficient, à l'instar des citoyens algé- riens, des prestations sanitaires et de

soins gratuits dans les hôpitaux et cen- tres spécialisés algériens relevant du secteur public. Devant la persistance de la crise syrienne et l'aggravation des conditions humanitaires du peuple sy- rien, "nous affirmons que seule une so- lution pacifique politique est à même de répondre aux aspirations des Sy- riens et d'éviter au pays toute nuisance, et ce le plus tôt possible, afin de garan- tir au peuple syrien la souveraineté ab- solue, l'unité et la sécurité".

Nation

6

EL MOUDJAHID

M. TEBBOUNE RÉUNIT LES 48 DIRECTEURS DE L’HABITAT ET DE L'URBANISME

2013 sera l’année des grands projets

« 2013 sera une année décisive pour le secteur afin de faire bénéficier le plus grand nombre de citoyens de logement sous toutes ses formes», a dé- claré, hier, à Alger, le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune, lors d’une réunion d’évaluation annuelle regroupant les directeurs de l’habitat et de l’urbanisme des 48 wilayas.

L e ministre a expliqué que « le secteur a réalisé 55% du programme de logement du

Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et l’on doit accélérer la cadence pour achever le programme dans les temps. » Et d’ajouter : « plusieurs sociétés étrangères seront présentes pour la réalisation des logements. » En

effet, une dizaine d'entreprises al- gériennes de construction a en- tamé des discussions avec des opérateurs espagnols du BTP pour la création de sociétés mixtes devant réaliser 50.000 logements en Algérie d'ici à 2014, conformé- ment à un accord-cadre signé en novembre dernier par le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune, et le se- crétaire d'Etat espagnol à l'équipe- ment, au Transport et à l'Habitat,

M. Raphael Katalo Polo. Dans ce

contexte, il faut rappeler qu’une délégation d'hommes d'affaires américains, représentant une dou- zaine d'entreprises dans le do- maine de l'habitat, réunies en trois consortiums, était également pré- sente à Alger pour discuter de la réalisation d'une partie du pro- gramme de logements publics en partenariat avec des opérateurs al- gériens.

Une visite qui a fait dire aux responsables des entreprises amé- ricaines que la valeur ajoutée de ce partenariat réside, selon eux, dans leur maîtrise de la gestion des pro- jets, notamment en matière de res- pect des délais, de coût et de matériaux de construction. La partie algérienne, représen- tée par la SGP INDJAB, s'asso- ciera à 51% au capital de ces joint-ventures, avec des entre- prises leaders au Portugal réputées pour leur bonne prestation en ma- tière de qualité de construction et de délais de réalisation. Ces joint-ventures prendront en charge une part assez importante des projets de logements publics dans le cadre du programme gou- vernemental arrêté. Un quota de

Ph :Nesrine
Ph :Nesrine

50.000 logements, au minimum, est déjà réservé à ces nouvelles entreprises. Il s'agit, particulière-

ment, de la réalisation en partie des nouvelles villes, notamment celle de Sidi-Abdellah à Alger. «

C'est un engagement commun des deux parties qui porte sur la réalisation du maximum de pro-

jets de logements sous forme de petites villes de 3.000 à 5.000 lo- gements avec tous les équipe- ments d'accompagnement, a déclaré M. Tebboune. Sont égale- ment présents en Algérie dans le secteur du bâtiment des entre- prises, chinoises, turques et égyp- tiennes. Le ministre a annoncé en outre la création de la direction des équipements en plus des trois di- rections existantes, à savoir, la di- rection du logement, la direction de l’urbanisme et l’Office de Pro- motion et de Gestion Immobilière OPGI. Selon le ministre cette di- rection qui sera implantée au ni- veau de chaque wilaya s’inscrit dans le cadre de la restructuration du secteur. Par ailleurs, M. Teb- boune a souligné que « désor- mais, il se réunira tous les trois mois avec les cadres de son sec- teur pour évaluer l’état d’avance- ment des projets et combler ainsi toutes les lacunes. » Wassila Benhamed

SUIVI DES INFRASTRUCTURES PUBLIQUES DANS LES CITÉS

Création d'une direction dans chaque wilaya

L ministre de l'Habitat et de l'urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune,

gée du suivi de la réalisation d'infrastructures publiques accompagnant

les logements. Dans le cadre de la restructuration du secteur, une nouvelle direction des infrastructures sera créée prochainement au niveau de chaque wilaya pour superviser leur réalisation en même temps que les logements, a indiqué M. Tebboune. La création de cette direction s'inscrit "dans le cadre de la concrétisation de la politique du secteur visant à accorder davantage d'intérêt aux infrastructures publiques" dont les écoles, les lycées et les cen- tres de santé outre les infrastructures de sports et de loisirs et les espaces verts pour réaliser des cités "intégrées" et non des cités "dortoirs", a-t-il pré- cisé. Pendant des années, certaines wilayas ont mis l'accent sur la réalisation des infrastructures négligeant les logements au moment où d'autres s'em- ployaient à réaliser des logements sans infrastructures publiques d'où, selon lui, la création de cette direction qui veillera à l'équilibre requis lors de la réalisation de projets de logements. Les directeurs des grandes wilayas seront installés prochainement dès adoption par le gouvernement de la décision en attendant l'installation des directeurs des autres wilayas, a encore dit M. Teb- boune. Après la création de cette structure administrative, le secteur de l'ha- bitat sera doté de quatre directions de wilaya. Il s'agit de la direction de l'habitat, de l'urbanisme, de l'office de promotion et de gestion immobilière et la direction des infrastructures.

annoncé la création d'une direction au niveau de chaque wilaya char-

e

a

Ph :Nesrine
Ph :Nesrine

LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU, M. HOCINE NECIB EN VISITE D’INSPECTION À RELIZANE

Economie et modernisation

VISITE D’INSPECTION À RELIZANE Economie et modernisation L e ministre des Ressources en Eau, Hocine NECIB,

L e ministre des Ressources en Eau, Hocine NECIB, multi- plie ses sorties de travail et

d’inspection sur le terrain. Il s’est rendu, hier, dans la wilaya de Reli- zane pour s’enquérir de la situa- tion de son secteur. Cette visite de travail d’une journée a touché aussi bien le volet lié à l’alimentation des populations en eau potable que ceux de l’irrigation et de l’assainis- sement des eaux usées de cette wi- laya. Le point de départ a été donné dans la commune de Merdja Sidi Abed où la délégation a eu à s’en- quérir de l’état d’avancement des travaux de rénovation des conduites d’alimentation en eau potable des communes de Ammi Moussa, Ain Tarek, El-Ouldja et Had Echkalla. Ces travaux consis- tant à la pose de 44.000 ml de conduite et la rénovation de trois stations de pompage connaissent un taux d’avancement appréciable. Ils permettront dès leur achève- ment de réduire le débit de fuites estimé à 80% et d’augmenter la ca-

pacité de stockage grâce à un réser- voir supplémentaire de 2.000 m 3 . En outre, le programme de dessa- lement permettra quant à lui, de sé- curiser l’alimentation en eau potable de la wilaya à partir de 2015, ce qui permettra de réaffec- ter une bonne partie des eaux des barrages à l’agriculture. Au niveau de la station de pompage pour l’ir- rigation de Hamadna, le ministre a suivi, avec intérêt un exposé sur la situation de l’irrigation dans la ré- gion. A signaler que la wilaya dis- pose de deux grands périmètres d’une superficie totale de plus de 30.000 ha (bas Chellif et la Mina). Sur le plan de disponibilité de la ressource, le ministre a déclaré que l’année s’annonce prometteuse surtout pour le bas Chellif. Néan- moins, il a mis l’accent sur l’éco- nomie de l’eau en encourageant la modernisation des systèmes d’irri- gation (aspersion, et goutte à goutte). Sur le plan de l’assainissement, la situation est également satisfai-

sante. La wilaya dispose de deux stations d’épuration en exploitation (Ammi moussa et sidi lazrague) et de trois stations en cours de tra- vaux (Mazouna, Relizane et Lah- laf). 74% de la population est raccordée au réseau d’assainisse- ment. Une enveloppe de 700 mil- lions de dinars a été dégagée dans le cadre du programme 2012 pour le raccordement de la population rurale au réseau. Les travaux sont d’ailleurs en cours d’achèvement. Il faut noter également que les deux villes sujettes au phénomène des inondations (Relizane et Oued Rhiou) sont définitivement sécuri- sées grâce aux travaux de protec- tion qui sont en cours de finition. Le ministre a terminé, comme à l’accoutumé, sa visite par une agence commerciale de l’Algé- rienne des eaux, une occasion de rappeler aux agents de l’algérienne des eaux la nécessité d’améliorer la qualité du service publique et d’être constamment à l’écoute du client.

Nation

7

EL MOUDJAHID

M. TAHMI À TÉBESSA

"Les subventions de l'Etat appuieront davantage la formation des jeunes"

41 e SESSION DU CONSEIL EXÉCUTIF DE L'OADA

M. Benaïssa à Tunis

L ministre de l'Agri-

culture et du Déve- loppement rural, M.

Rachid Benaïssa, partici- pera, demain, à Tunis, aux travaux de la 41 e session du Conseil exécutif de l'Organi- sation arabe pour le dévelop- pement agricole (OADA), a indiqué, hier, un communi- qué du ministère. Cette ses- sion, qui sera présidée par M. Benaïssa, en sa qualité de président du conseil exécutif de l'OADA, pour 2012- 2014, portera sur le plan d'action de cette organisa- tion pour les années 2013 et 2014, et le programme arabe d'urgence de la sécurité ali- mentaire dans le monde arabe. Les participants à cette réunion examineront le plan d'action commun lié au développement agricole ainsi que le fonction- nement des bureaux régionaux de l'OADA, a précisé la même source. L'Al- gérie a été retenue par l'OADA pour abriter le bureau régional Maghreb, a-t-on rappelé. En marge de cette session, le ministre de l'Agriculture aura des en- tretiens avec le directeur général de l'OADA, M. Tarek Al-Zadjali et les mi- nistres arabes de l'agriculture, membres du conseil exécutif de cette organisation. Les entretiens porteront notamment sur la coopération entre l'Algérie et l'OADA ainsi que la coopération bilatérale avec les pays arabes dans les do- maines agricole et rural. Pour la réalisation du programme arabe d'urgence de sécurité alimentaire, l'OADA prévoit un volume d'investissement dans le sec- teur agricole arabe de 27 milliards de dollars, dont 15 milliards en Algérie, sur une durée de cinq ans à partir de 2012. Le programme arabe d'urgence de sé- curité alimentaire, adopté au lendemain de la crise alimentaire mondiale de 2007-2008, vise à réduire le fossé alimentaire dans le monde arabe et devrait réaliser une augmentation de la production de céréales en particulier.

e

de la production de céréales en particulier. e L es subventions de l’Etat iront davantage, désormais,

L es subventions de l’Etat iront davantage, désormais,

les clubs, a déclaré, hier, à Tébessa, le ministre de

la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tahmi. "Les aides

des pouvoirs publics devront être orientées vers la création de structures de formation sportive et à la multiplication,

à court et moyen termes, des classes sport-études pour

promouvoir et développer la pratique sportive", a précisé M. Tahmi, en rappelant qu’à l’heure actuelle "seuls trois lycées sport-études sont opérationnels à Draria (Alger), à Oum El-Bouaghi et à Biskra, en plus de quatre instituts sportifs spécialisés". "Ces établissements seront bientôt renforcés par d’autres structures de ce type attendues à Sétif et à Batna, ce qui permettra au pays de disposer de 6 établissements spécialisés, un nombre pour le moment suffisant", a également indiqué le ministre de la Jeunesse et des Sports. M. Mohamed a annoncé qu’une réflexion était menée par son département quant à "un éventuel gel des subventions de l’Etat aux clubs sportifs dont les per- formances sont en deçà des moyens mis en place". Il a souligné qu’en matière d’infrastructures sportives, l’op- tion de réaliser des stades de très grande capacité, de type 50.000 places et davantage, allait être abandonnée "au profit d’enceintes sportives plus adaptées, d’une conte- nance moyenne de 15.000 places". Le ministre de la Jeu- nesse et des Sports a inauguré, au cours de sa visite dans la wilaya de Tébessa, plusieurs structures sportives et de jeunesse, et inspecté d’autres projets en travaux dans dif- férentes localités de la wilaya. Tébessa possède 21 salles sport-études de 25 élèves, ouvertes dans des collèges d’enseignement moyen. Des cours théoriques et pratiques dans les disciplines du hand-ball, basket-ball, volley-ball,

la formation sportive des jeunes plutôt que vers

la formation sportive des jeunes plutôt que vers football et d’athlétisme y sont dispensés, en attendant

football et d’athlétisme y sont dispensés, en attendant l’ouverture d’autres salles dans d’autres disciplines de sports individuels dont le karaté, le judo et autres, a-t-on indiqué. Pour rappel, le secteur de la jeunesse et des sports a bénéficié, dans la wilaya de Tébessa, au titre du précé- dent programme quinquennal (2004-2009), de l’inscrip- tion de 158 projets pour un montant global de 2,9 milliards de dinars. Soixante-quatorze projets de ce pro- gramme sont achevés, 56 sont en cours de réalisation et le reste est "en voie de lancement", selon les responsables locaux du secteur.

à

MOHAMED MEBARKI À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Accompagner le marché de l’emploi

AMARA BENYOUNÈS À MASCARA

Des projets en vert

L ministère de la Formation

et de l’Enseignement pro- fessionnel, qui a élaboré

e

et de l’Enseignement pro- fessionnel, qui a élaboré e l’autre. Le membre du gouvernement qui a

l’autre. Le membre du gouvernement qui a animé une conférence de presse à l’issue de la visite a noté que son secteur connaît une présence équili- brée dans la wilaya. Ce qui lui permet a-t-il dit d’être proche des jeunes de toutes les localités. Ce qui ne l’a pas empêché d’exi- ger des responsables locaux de concentrer leurs efforts pour amélio- rer le niveau de la formation et pré- parer la prochaine rentrée du secteur dans de bonnes conditions. Il n’a pas manqué de souligner la spécialité de la wilaya dans l’électro- nique qui requiert un encouragement de la formation dans la spécialité en plus des branches classiques déjà au programme. Il a annoncé l’élaboration d’une nomenclature de 400 spécialités pour accompagner les nouvelles transfor- mations que le monde du travail a connues. Notons que le dernier docu- ment préparé à cet effet date de 2008. Il a évoqué, aussi, la signature d’une convention avec le ministère

de l’Industrie pour prendre en charge les besoins de forma- tion spécifique des pôles éco- nomiques établis au niveau national. Cette convention sera suivie par d’autres avec des ministères comme l’habi- tat, le tourisme et l’artisanat a- t-il annoncé. M. Mebarki, qui a reconnu le manque d’engouement des jeunes pour la formation mal- gré leur nombre élevé et l’uti- lité de cette dernière pour l’obtention d’un emploi, a in- sisté sur la communication pour présenter les capacités du secteur ainsi que ses offres de formation et l’apport des élus

locaux pour convaincre ces jeunes et les intégrer dans la dyna- mique enclenchée. Cette dernière, a précisé M. Me-

barki, se base, aussi, sur la mobilité de la formation, l’adaptation des équipements et l’amélioration du ni- veau des formateurs. Ces derniers doivent recevoir toute la sollicitude nécessaire pour réussir la stratégie engagée par les pouvoirs publics dans ce domaine a indiqué l’orateur qui fait de l’amélioration du contenu le cheval de bataille du secteur. Non seulement nous devons répondre aux besoins du marché, mais nous devons aussi offrir une formation de qualité reconnue au niveau international, a- t-il conclu. Rappelons que le secteur de la formation professionnelle dans la wi- laya de Bordj Bou-Arréridj compte

29

structures, 2 instituts, 17 CFPA et

10

écoles privées qui ont une capacité

théorique de 5.600 places pédago- giques.

F. D.

une nomenclature de 400 spécia- lités, a signé une convention avec le ministère de l’Industrie pour accompagner les besoins des grands pôles économiques. Cette convention sera suivie par d’au- tres avec les secteurs de l’habitat et du tourisme M. Mohamed Mebarki, minis- tre de la Formation et de l’Ensei- gnement professionnels, qui a effectué, hier, une visite de travail dans la wilaya de Bordj Bou-Ar- réridj, s’est déplacée d’abord au CFPA de Ras El Oued qui date de 1984 où il a insisté sur la réhabi-

litation de la structure ainsi que la lutte contre la surcharge des classes. Au centre, dont la même commune a bénéficié, c’est le manque d’équipe- ment qui a attiré l’attention du mem- bre du gouvernement qui a donné des instructions pour que le problème soit pris en charge avec la rentrée de fé- vrier prochain. Mebarki, qui a ren- contré des enseignants des deux structures, leur a demandé à l’instar de tous les formateurs de faire des propositions sur la durée des forma- tions, des équipements nécessaires et même pour les programmes dispen- sés. C’est vous qui êtes en contact avec la réalité, a-t-il déclaré. A Khelil, localité agricole par ex- cellence, le ministre a mis l’accent sur l’adaptation de l’offre de forma- tion par rapport aux besoins de chaque région. M. Mebarki, qui a inspecté le CFPA BBA 3 du chef-lieu, et, visité l’école privée IPROB, du chef-lieu de wilaya, a rappelé que les deux sec- teurs sont complémentaires même si chacun apporte un plus par rapport à

L ministre de l’Amé- nagement du terri-

de

e

rapport à L ministre de l’Amé- nagement du terri- de e rendra à Zahana pour la

rendra à Zahana pour la pose de la première pierre d’une décharge contrôlée avant de rejoindre Moham- madia pour visiter la décharge contrôlée déjà opérationnelle puis ce sera au tour de la forêt récréative où il clôturera sa tournée. A. Ghomchi

M. Benyounès reçoit la secrétaire d'Etat auprès du ministère fédéral allemand de l'Environnement

 

Le ministre de l'Aménagement

du territoire, de l'Environnement et de la Ville, M. Amara Benyounès,

reçu, hier, à Alger, la secrétaire d'Etat auprès du ministère fédéral allemand de l'Environnement,

a

M

me Katharina Retche, indique un

communiqué du ministère. L'entretien, qui s'est déroulé en présence de l'ambassadeur d'Alle- magne en Algérie, M. Gotz Lin- genthal, a porté sur les moyens nécessaires pour la promotion et l'approfondissement de la coopéra-

tion entre les deux pays dans le do- maine de l'environnement, ajoute

la

même source.

 

toire

l’Environnement et de la Ville, Amara Benyounès, effectue, aujourd’hui, une visite de travail et d’inspec- tion à travers le territoire de la wilaya pour s’enquérir de l’état d’avancement des projets et réalisations rele- vant de son département ministériel où il se rendra a Oued El Abtal, une zone enclavée qui a fait face aux affres du terrorisme pen- dant la tragédie nationale, cette localité qui renait après l’impulsion du pro- gramme de développement local pour devenir un pôle urbain par excellence compte tenu des opérations et projets inscrits, achevés et en cours de réalisation. Le ministre posera dans cette localité la première pierre de la décharge contrôlée. Il visitera ensuite les deux lacs de Tighennif avant de se diriger vers la ville de Froha pour la pose de la première pierre du centre d’en- fouissement pour déchets inertes puis, M. Amara Benyounès se rendra à Ain Fekan pour visiter le centre de tri, et retour sur la commune d’El Keurt pour la pose de la première pierre du centre d’enfouissement dans le cadre de la coopération al- géro-belge. Le ministre visitera le

parc d’attraction de Khessibia, l’inau-

guration de la maison de l’environne- ment et la visite du bois d’Ezzagour proposé pour être érigé en parc cita- din. Dans l’après-midi, le ministre se

AMÉLIORATION DES PENSIONS DE RETRAITE DES PROFESSIONNELS DE LA PÊCHE

Le projet réalisé à 90 %

L projet portant sur l’amélioration des pensions de retraite des profes-

sionnels de la pêche est réalisé à 90 % et sera bientôt signé, a indiqué, hier, à Skikda, le président de la Chambre algérienne de la pêche et de

l’aquaculture, M. Chouaib Agab. A ce propos, le même responsable a souligné que les ministères de tutelle et celui du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale "ont agréé une somme de propositions présentées par la chambre". "Des propositions, dira-t-il, qui répondent aux préoccupations des profession- nels du secteur et sont liées au dossier de la sécurité sociale, à l’âge de départ

à la retraite et à la pension de retraite". "Il n'est pas logique que les marins pê- cheurs qui sortent en haute mer pendant 32 ans touchent une pension de 15.000 dinars", a déclaré M. Agab en ajoutant que cette pension "devra être relevée, dès la conclusion de l’accord, à 22.000 dinars, mensuellement". M. Agab a indiqué, que la chambre "s’apprête à ouvrir de nouveau ce dossier pour per- mettre aux pêcheurs de jouir de leur retraite après 25 ou 20 ans de service au

e

lieu de 32 ans, actuellement". "Ce secteur important, sinon stratégique, parti- cipe de plus en plus à la sécurité alimentaire", a estimé de son côté le directeur de cette même chambre, M. Salah Boudjelida, en ajoutant que l’amélioration de la situation sociale du marin pêcheur "ne peut que favoriser la hausse de la production halieutique". M. Boudjelida a également annoncé qu’un accord a été conclu pour "la révision de loi relative à la couverture sociale des marins pêcheurs qui date de 1985", et précisé que les nouvelles dispositions "pren- dront en compte les particularités de la profession". "Une profession dont la chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture encourage l’organisation par la multiplication d’associations dans la perspective de mettre sur pied une association nationale qui prendra en charge le volet social", a encore affirmé M. Boudjelida. 45.000 marins pêcheurs sont affiliés à la sécurité sociale, sur le plan national, parmi lesquels 4.600 sont inscrits dans la wilaya de Skikda.

Ph :Nacera

Nation

8

EL MOUDJAHID

APRÈS LA REPRISE DU TRAVAIL

PÉNURIE DE MÉDICAMENTS Le SNECHU appelle à des solutions "urgentes" L e Syndicat national des
PÉNURIE
DE
MÉDICAMENTS
Le SNECHU
appelle à
des solutions
"urgentes"
L e Syndicat national des ensei-
gnants chercheurs hospitalo-
universitaires (SNECHU) a
la révision de la convention collec-
tive ». Aussi, le ministre a appelé les
travailleurs d'Algérie Poste à prendre
conscience de l'importance du défi
qu'il convient de relever à travers le
travail, pour que leur entreprise soit
performante et compétitive et à la
hauteur des aspirations des citoyens.
Il est à retenir, par ailleurs, qu’à
l'issue d’une réunion présidée par le
ministre, ayant regroupé les représen-
tants des postiers, les grévistes ont
exprimé leur satisfaction des résultats
de la rencontre. Soraya G.
interpellé hier le ministère de la
Santé pour trouver des solutions "ur-
gentes" aux problèmes du secteur de
la santé, notamment la "pénurie per-
sistante" des médicaments et du
consommable. Le SNECHU a souli-
gné, dans un communiqué qui a
sanctionné la réunion extraordinaire
de son Conseil national du 10 jan-
vier, avoir débattu du problème "per-
sistant" des médicaments et
consommable et de la "déliques-
cence" du système d'enseignement et
de formation en science médicale.
"L'absence d'une volonté réelle" des
autorités de tutelle à organiser des
concours de maître de conférences,
de professeurs ou encore de chefs de
service hospitalo-universitaire, a
également été relevée par les parti-
cipants à la réunion, ajoute le com-
muniqué.
Le SNECHU a constaté, lors de
la même rencontre, que le dossier
des chefferies d'unités "n'a pas en-
core connu son épilogue malgré les
nombreuses promesses et engage-
ments des différentes autorités de tu-
telle", ajoutant qu'il prenait acte de
tous ces "manquements" et "renie-
ments". Les enseignants chercheurs
hospitalo-universitaires "ne pouvant
plus accepter les promesses sans len-
demain, sont décidés à faire tout ce
que leur confère la loi pour faire va-
loir leurs justes et légitimes revendi-
cations", a-t-on indiqué de même
source.
DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN
6.000 femmes concernées
à Alger depuis 2010
Q uelque 6.000 femmes ont
bénéficié d'examens de dé-
pistage du cancer du sein,
au niveau de la wilaya d'Alger, de-
puis le lancement, en 2010, de la
campagne de dépistage ciblée par
la Caisse nationale des assurances
sociales (CNAS), a indiqué hier à
Alger M. Slimane Melouka, direc-
teur de l'agence "Régime général"
d'Alger. "6.000 femmes, âgées de
40 ans et plus, ont été examinées
gratuitement au niveau du centre
de la CNAS d'Alger pour détecter
un éventuel cancer du sein, dans le
cadre de la campagne nationale de
dépistage, lancée par la CNAS de-
puis 2010", a affirmé M. Melouka
lors d'une conférence de presse.
Cette campagne de dépistage a
touché toutes les wilayas du pays,
à travers cinq centres implantés à
Alger, Jijel, Constantine, Laghouat
et Maghnia (Tlemcen). Toutes les
femmes âgées de 40 ans et plus,
assurées sociales et leurs ayants
droit, sont concernées par ces exa-
mens. Elles sont contactées par la
CNAS via un fichier central,
comme elles peuvent se présenter
volontairement dans les centres ré-
gionaux de référence, pour pren-
dre un rendez-vous, a fait savoir le
même responsable. Il a souligné
également que ces examens sont
dispensés gratuitement pour cette
tranche d'âge et sont totalement
pris en charge par la CNAS.
Concernant les femmes âgées de
moins de 40 ans, M. Melouka a
précisé qu'elles ont, elles aussi,
accès à ces examens, mais à leurs
propres frais. Le coût de l'examen
leur sera remboursé par la CNAS,
a-t-il précisé. Chaque centre régio-
nal dispose d'un guichet auprès du-
quel les femmes peuvent se rap-
procher pour prendre un
rendez-vous et elles seront prises
en charge par une équipe pluridis-
ciplinaire de médecins, de psycho-
logues et d'assistantes sociales,
a-t-il encore indiqué. Les centres
sont dotés d'appareillages d'image-
ries: IRM, scanner, échographes et
mammographes et lorsqu'un mé-
decin suspecte un cancer chez une
patiente après une mammogra-
phie, il procède à une échographie
pour confirmer le diagnostic. Une
patiente dépistée positivement,
sera adressée au centre hospitalier
le plus proche en vue de confirmer
ou d'infirmer le diagnostic par un
examen d'anatomopathologie
(ANAPAT). Des cellules d'écoute
ont également été installées par la
CNAS, alors que des télé-opéra-
trices se chargent de prendre note
des doléances des citoyens, a
ajouté M. Melouka. Quant à la ca-
tégorie de femmes à risque qui se
présentent pour la première fois
dans les centres dont le diagnostic
s'est révélé négatif, elles seront re-
contactées par la CNAS pour de
nouveaux examens. S'agissant des
femmes résidant loin des centres
de dépistage, la Sécurité sociale
prend en charge les frais de trans-
port, a assuré M. Melouka. Cette
campagne de dépistage au profit
des femmes âgées de 40 ans et
plus, a débuté en janvier 2010, et
se poursuivra dans le temps. Pour
inciter les femmes à venir se faire
examiner, le directeur de l'agence
d'Alger a rappelé que la CNAS
avait prévu des journées portes ou-
vertes d'information et de sensibi-
lisation, à partir de mardi
prochain, au niveau de ces agences
et se prolongeront jusqu'au mois
de mars.

Les bureaux de poste pris d’assaut

Après un mouvement de protestation qui aura duré deux longues semaines, les postiers ont repris, hier, le travail. En fait, samedi déjà, la reprise était partielle, a-t-on constaté au niveau de nombreux bureaux situés à Alger, mais depuis hier, ce sont tous les bureaux de poste du territoire national qui sont ouverts. Les plus importants assureront le service jusqu’à 19 heures, a-t-on appris, et ce, en vue d’accueillir le maximum de citoyens.

D ès la matinée d’hier, de longues files d’attentes s’étaient formées, devant les

différentes agences. Ici, les usagers, ceux à faibles revenus particulière- ment, évoquent le préjudice qu’ils ont subi depuis l’entame de la grève. « C’est nous qui avons été pénalisés et pris en otage par cette grève », fus- tige un quinquagénaire. « C’est in- juste, tout ce qu’on a subi. L’on ne pouvait même pas retirer un peu de nos maigres salaires », lance une vieille dame. Et d’ajouter : « Person- nellement, j’ai été contrainte de m’endetter, chose que je n’ai jamais faite dans ma vie !» Il y a lieu de rappeler, dans ce contexte, que cette reprise totale de travail intervient après les assurances faites aux travailleurs de la corpora- tion par le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication. En effet, M. Moussa Benhamadi avait souligné, samedi, son engagement à « prendre toutes les mesures nécessaires pour la prise en charge des revendications socio- professionnelles des travailleurs du secteur, à court et long terme.» Le ministre a également affirmé qu’il allait œuvrer à la mise en appli- cation du contenu de l'accord conclu entre Algérie-Poste et le partenaire social et adopté par le Conseil d'Ad- ministration en 2011. Notons que cet accord porte sur « la promotion hori- zontale et verticale des travailleurs remplissant les conditions requises, l'enrichissement de la nouvelle no- menclature des postes de travail ainsi que le repositionnement des travail- leurs sur les fonctions réellement exercées. »

travail- leurs sur les fonctions réellement exercées. » Autre assurance de M. Benha- madi : le

Autre assurance de M. Benha- madi : le dossier relatif à la révision de l'actuelle Convention collective sera rouvert. Il fera office de docu- ment référentiel pour la gestion du secteur et permettra notamment la ré- vision de la grille des salaires, la dé- finition d'une vision claire pour chaque travailleur de l'entreprise concernant sa carrière professionnelle et l'introduction de la prime annuelle dans le cadre de la convention collec- tive. Le ministre a également an- noncé avoir chargé l'Inspection du travail d'élaborer, en coordination

avec les inspecteurs du ministère de

la

de la gestion des ressources humaines au niveau de la Poste depuis 2003 et

la

dans le cadre du pré-emploi et les em- ployés détenteurs de contrats aidés après la fin de la période réglemen-

réintégration des employés recrutés

Poste, une étude portant évaluation

taire. Il indiquera, d’autre part, qu’il

a

pour l'application de la grille des sa- laires avec effet rétroactif à partir du

donné son « accord de principe »

1 er janvier 2008 précisant que « cette mesure sera examinée dans le cadre de la Commission mixte chargée de

EDUCATION

Création d'une coordination nationale des enseignants du primaire et du moyen

nationale des enseignants du primaire et du moyen U ne coordination nationale des enseignants des cycles

U ne coordination nationale des enseignants des cycles primaire et moyen rele- vant du syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE), a été créée sous la présidence du coordinateur national, M. Hamrouche Tahar, a-t-on an-

noncé hier à Alger. Dans une conférence de presse animée au siège du syndicat à l'école Aissat Idir, le SG du SNTE, M. Abdelkrim Boudjenah, a précisé que l'"injus- tice dont ont fait l'objet les enseignants des cycles primaire et moyen en raison de la promulgation du décret 315-08, portant statut particulier des travailleurs du secteur de l'éducation nationale a été derrière la création de cette coordination". La mise en place de cette coordination a été décidée lors de la conférence nationale des ensei- gnants des cycles primaire et moyen qui s'est tenue récemment en présence de plus de 150 membres, représentant 31 wilayas. La rencontre a été consacrée à l'"examen des lacunes relevées dans le statut relatif à l'éducation nationale concernant les en- seignants des cycles primaire et moyen". Le SG a rappelé que le SNTE revendique l'abrogation des articles 34, 35, 36, 37, 38 et 39 relatifs à l'enseignement primaire et les articles 49, 50 et 51 relatifs à l'enseignement moyen du décret, outre l'amendement des articles 47 et 59 du décret n° 240/12, amendant ledit décret en vue d'appliquer le principe d'égalité entre toutes les catégories du secteur de l'éducation nationale. Par ailleurs, M. Boudjenah a évoqué sa rencontre dimanche avec les responsables de la tutelle concernant certains points "en suspens", notamment ce qui a trait aux dossiers des auxiliaires de l'éducation et les conseillers d'orientation, les agents des services

économiques et des laboratoires outre la médecine du travail et les œuvres so- ciales. Il a souligné que la rencontre se poursuit toujours et qu'il est encore tôt pour procéder à son évaluation, indiquant que le ministère de l'Education natio- nale "a exprimé sa disposition à coopérer avec le syndicat en vue de trouver des solutions aux problèmes soulevés".

Economie

9

EL MOUDJAHID

FORUM D’AFFAIRES ALGÉRO-INDIEN

Un nouveau souffle aux relations économiques

L a délégation indienne est composée de plusieurs entreprises relevant des secteurs du bâtiment et construc-

tion, de l’industrie de la minoterie, de l’agriculture et agroalimentaire, l’industrie maritime, du matériel médical, l’électricité, l’industrie du papier et de transformation, les huiles alimentaires, les énergies renou- velables (collecte, élimination et gestion

des déchets). Dans ce cadre, un forum d’affaires est prévu, aujourd’hui, à l’hôtel Sofitel (salle Atlas) et aura pour objectif, entre autres, d’examiner les possibilités de partenariat dans différents domaines. Organisé par le ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, en collabo- ration avec l’ambassade d’Inde à Alger, ce rendez-vous d’affaires prévoit des rencon- tres B to B. Quatrième grande économie mondiale avec un PIB de 1.100 milliards de dollars et une croissance moyenne constante de près de 10% au cours de ces dix dernières décennies, l’Inde, dont le taux de croissance s’est décliné en 2012 et probablement pour cette année, œuvre pour une place plus im- portante sur les marchés extérieurs, notam- ment ceux du Maghreb et particulièrement l’Algérie, pour couvrir ses besoins en éner-

gie au regard de sa grande dépendance des hydrocarbures importés, soit 80% de ses besoins. L’Inde qui s’intéresse au gaz algé- rien affiche également un intérêt pour l’in- dustrie pharmaceutique et les services. Le forum d’aujourd’hui constitue, ainsi, l’occasion pour la partie indienne de redy- namiser les relations économiques entre les deux pays, sachant que la commission mixte algéro-indienne ne s’est pas réunie depuis 2003. L’une des raisons qui font que les échanges bilatéraux se limitent encore au commerce. Les Indiens importent de l’Algérie des matières premières, dont le cuir, les déchets ferreux, les dérivés du pétrole, le plastique, les minerais et produits miniers comme le phosphate, alors que le GNL (gaz naturel li- quéfié) est acquis occasionnellement auprès de Sonatrach. Il faut dire que la situation de la troi- sième puissance économique d’Asie, qui a enregistré les meilleures performances entre 2003 et 2008, n’est pas la même au- jourd’hui du fait de plusieurs facteurs liés, entre autres, à une forte inflation, des taux d’intérêts élevés, un important déficit bud- gétaire et une faiblesse des investissements étrangers limités à des afflux de capitaux. D. Akila

ENMTP DE AIN SMARA

Grève des travailleurs

L es travailleurs de l’Entreprise natio- nale des matériels

de travaux publics (ENMTP) d’Aïn Smara, près de Constantine, ont observé hier un arrêt de tra- vail marqué par un sit-in devant le siège de l’entre- prise, a-t-on constaté. Des travailleurs appro- chés par l’APS ont souli- gné que ce mouvement de protestation se poursuivra jusqu’à "satisfaction des re- vendications" qui portent, essentiellement, sur l’aug-

mentation des salaires et la revalorisation des primes et indemnités, en particu-

lier la prime de risque. Selon eux, "80% des tra- vailleurs sont contractuels, même si la majorité d’entre eux n’ont jamais bénéficié d’une quelconque augmen- tation, et ce malgré une ex- périence de 20 années à

l’ENMTP (

Les grévistes s’insur- gent également contre "les modalités présidant aux promotions" au sein de cette entreprise spécialisée

)".

dans la production, la com- mercialisation et la mainte- nance d’une vaste gamme de matériels de travaux pu- blics, avec 5 unités répar- ties à travers les wilayas de Constantine, Béjaïa, Alger, Oran et Annaba. Malgré plusieurs tenta- tives, les responsables de cette entreprise ne souhai- tant visiblement pas com- muniquer autour de ce mouvement de grève, et ont refusé de recevoir les représentants de la presse.

AGRICULTURE

Des opérateurs autrichiens veulent investir en Algérie

D es opérateurs écono- miques autrichiens sont intéressés par l'investis-

sement dans le secteur agricole en Algérie et comptent établir, en 2013, des partenariats avec des professionnels algériens du secteur, a indiqué, dimanche à Alger, un diplomate autrichien. "L'Autriche compte investir plus durant cette année dans le sec- teur de l'agriculture, notamment dans les volets relatifs à la for- mation, au développement de la filière lait et à la modernisation des bâtiments d'élevage", a dé- claré à l'APS, M. Markus Haas, chef de la mission économique à l'ambassade d'Autriche à Alger. Outre la signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et l'Autriche en 2012, les deux pays sont déjà liés par des accords de coopération dans le secteur agricole. L'Autriche fournit des machines agricoles, des génisses pleines (l'Algérie est le 3 e partenaire de l'Autriche dans ce domaine) et des services d'insémination artificielle du cheptel bovin en Algérie. "Conformément aux objec- tifs du mémorandum d'entente signé entre le ministère de l'Agriculture et du Développe- ment rural algérien et le minis- tère fédéral autrichien de l'Agriculture, de l'Environne- ment, des Eaux et des Forêts, les deux parties ont procédé, fin 2012 à Alger, à l'installation d'un groupe de travail sectoriel aus- tro-algérien", a rappelé M. Haas. Ce groupe de travail devra examiner la coopération bilaté- rale et les modalités de son dé- veloppement, notamment dans le domaine de l'élevage bovin et la nutrition animale. Il aura éga- lement à examiner le partenariat institutionnel et technique, les volets relatifs à la formation, la recherche, la normalisation et la valorisation des produits agri- coles, le développement rural et l'élevage bovin. Les ministres de l'Agriculture des deux pays ont signé, au mois d'août dernier, un accord bilatéral portant sur la coopération en matière d'éle-

portant sur la coopération en matière d'éle- vage (nutrition et santé ani- males), de reboisement et

vage (nutrition et santé ani- males), de reboisement et de gestion de parcs nationaux algé- riens. Par ailleurs, M. Haas a in- sisté sur l'intérêt que manifeste l'Autriche pour la coopération dans plusieurs autres secteurs en Algérie, dont ceux de la santé, l'environnement, l'énergie so- laire où l'Autriche est pionnière. "La plasturgie est aussi une filière qui intéresse beaucoup les entreprises autrichiennes, dont certaines d'entre elles cherchent un partenariat pour le dévelop- pement de ce secteur en Algérie, en proposant des outils et ma- chines pour la production locale et l'amélioration du processus de production", a insisté M. Haas. Plusieurs produits et équipe- ments pourraient aider dans l'in- dustrie locale ; à titre d'exemple, des machines qui permettent l'extrusion de profi- lés plastiques, ainsi que des ins- tallations complètes destinées à la fabrication de fenêtres en PVC. En 2013, une délégation au- trichienne multisectorielle effec- tuera une visite en Algérie, pour "conclure des partenariats fruc- tueux", selon M. Haas qui a rap- pelé la présence d'une douzaine d'entreprises autrichiennes en Algérie chargées de réaliser de grands projets, notamment dans les secteurs des infrastructures et

de l'environnement. Dans le do- maine de l'environnement, plu- sieurs stations d'épuration ont été construites et sont encore gé- rées par des sociétés autri- chiennes de renom, telle VA Tech Wabag qui s'occupe de la gestion de la plus grande station d'épuration des eaux usées en Algérie, à El-Kerma, près d'Oran. L'entreprise s'occupe aussi de la formation du personnel et garantit ainsi un transfert de sa- voir-faire, selon ce diplomate. De son côté, la société Stra- bag qui a réalisé la station d'épu- ration par lagunage aéré à Ouargla et les ouvrages du trans- fert Chott Aïn Beïda vers la Seb- kha de Sefioune a pris en charge la partie génie civil du métro d'Alger pour la ligne 1 Haï El- Badr-Grande Poste (achevée), et les tronçons Haï El-Badr-El- Harrach et Haï El Badr-Aïn Naâdja. Dans le secteur des tra- vaux publics, l'entreprise autri- chienne DOKA assure la réalisation et le transfert de tech- nologie pour plusieurs projets, alors que dans le secteur des transports, la réalisation de plu- sieurs téléphériques a été confiée à l'entreprise Doppel- mayer Garaventa, leader mon- dial dans la remontée mécanique, a indiqué le diplo- mate autrichien.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Lancement du premier atlas mondial

L' Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) a lancé hier le pre- mier atlas mondial pour l'énergie solaire

et éolienne, lors de son Assemblée générale à Abou Dhabi. Cet atlas en ligne, accessible à tous (www.irena.org/GlobalAtlas), vise à aider les pays à évaluer leur potentiel dans le domaine de l'éner- gie renouvelable, et présente des données et des cartes d'instituts internationaux et de compagnies

privées. "Au cours des dix prochaines années, nous nous attendons à un accroissement énorme des investissements dans le domaine de l'énergie renouvelable. L'atlas global nous aidera à prendre les décisions adéquates", a déclaré le ministre da- nois du Climat et de l'Énergie, Martin Lidegaard, président de la troisième session de l'Assemblée générale de l'Irena. "C'est un gigantesque réseau de pays qui mettent en commun des données pour

évaluer les ressources renouvelables mondiales",

a expliqué à la presse, Nicolas Fichaux, en charge

du projet à l'Irena, une agence visant à promouvoir la lutte contre le réchauffement climatique. Le pro- jet concerne, pour le moment, l'énergie solaire et éolienne, mais sera élargi d'ici 2014 à la bioéner- gie, à l'énergie géothermique et à l'énergie marine,

a précisé le Kenyan Adnan Amin, directeur géné-

ral de l'Irena. Cet atlas va "aider à combler le large

fossé entre les pays qui ont le potentiel scientifique et ceux en voie de développement, qui veulent in- vestir dans l'énergie renouvelable", a-t-il ajouté. Vingt-quatre nouveaux pays ont adhéré dimanche à ce projet, portant à 37 le nombre de pays signa- taires de cet atlas. Établie en 2011, l'Irena regroupe 159 pays, dont l'Algérie, membre depuis le 26 jan- vier 2009, et est basée à Abou Dhabi.

Régions

11

EL MOUDJAHID

SÉTIF

SCOUTS

OUM EL-BOUAGHI

OUM EL-BOUAGHI

27 e congrès arabe du 24 au 27 mai à Alger

C’est en présence du commandant général des Scouts musulmans algériens, Nordine Benbraham, entouré du wali, des président de l’APW et de l’APC de Sétif, ainsi que des cadres de cette organisation dans la wilaya de Sétif, qu’ont débuté, samedi, les travaux du conseil électif de wilaya.

C ette rencontre, qui s’est tenue à la mai- son de la Culture Houari-Boumediene et qui a également regroupé tous les

chefs de groupes scouts et leurs adjoints, de même que les membres du bureau de wilaya et les anciens scouts, à été marquée, durant la cé- rémonie d’ouverture, par plusieurs interven- tions, dont celle du commandant général qui a procédé à l’ouverture officielle des travaux et annoncé la tenue à Alger, du 24 au 27 mai pro- chain, du 27 e congrès arabe du mouvement scout. Ce congrès qui sera placé, dit-il, sous le haut patronage du Président de la République, sera organisé sur le thème : «Scoutisme et ci- toyenneté active». M. Benbraham ne manquera pas, à cette occasion, de souligner les efforts d’envergure consentis par le mouvement scout dans la wilaya de Sétif, qu’il a qualifiée de wi- laya-pilote au niveau national et même interna- tional. Il se félicitera également du statut d’organisation d’ utilité publique conféré par le Président de la République à ce mouvement, dé- veloppant ainsi la portée d’une telle décision et l’impact qui en est attendu sur le terrain. Il procédera ensuite à une large rétrospective qui lui permettra de rappeler les conséquences de la décennie noire et l’impact de la politique de réconciliation nationale engagée, soulignant que le défi d’aujourd’hui est celui du dévelop- pement et de la consolidation de tous les acquis.

dévelop- pement et de la consolidation de tous les acquis. M. Benbraham, qui déplorera ce syndrome

M. Benbraham, qui déplorera ce syndrome de la culture de l’oubli, mettra en évidence tous ceux qui sont restés debout pour préserver la République, mettant à profit cette rencontre pour exhorter toutes les composantes de la fa- milles scout à aller dans le sens de la mobilisa- tion de la societé civile autour des valeurs de Novembre et des principes tendant à immuniser l’Algérie. Le mouvement est ouvert à tous les enfants de ce pays, dira le commandant général,

qui laissera place au préalable à une interven- tion du wali, M. Abdelkader Zoukh, à l’issue de laquelle il mettra en exergue les vertus de cette grande école scout, sa contribution à la glo- rieuse Révolution de Novembre et son impact dans la formation des générations montantes de notre pays. Le président de l’APW et celui de l’APC de Sétif interviendront également à l’is- sue de cette cérémonie d’ouverture. F. Z.

Vaste

opération

de

nettoyage

Des centaines de travailleurs des établissements publics et privés ont participé samedi, à Oum El-Bouaghi, à une vaste campagne de nettoyage qui a permis de relooker la ville et de débarrasser ses rues des détritus qui les jonchaient. Cette action de grande enver- gure, qui visait à améliorer le cadre de vie des citoyens, a tou- ché l’ensemble des quartiers, des espaces verts et des places publiques de cette aggloméra- tion. D’importants moyens ma- tériels ont été mobilisés pour la collecte de dizaine de tonnes de déchets ménagers qui ont été acheminées vers le centre d’en- fouissement technique de la zone El-Askria se trouvant à quelques kilomètres à l’ouest de la ville. Inscrite dans le cadre d’une démarche nationale de traitement de l’environne- ment urbain, cette opération se poursuivra dans les prochains jours pour toucher toutes les communes de la wilaya, a af- firmé le wali, M. Manaa Moha- med Salah.

MOSTAGANEM

AEP

11.000 foyers raccordés en 2012

med Salah. MOSTAGANEM AEP 11.000 foyers raccordés en 2012 Près de 11.000 foyers dans la wilaya

Près de 11.000 foyers dans la wilaya de Mostaganem ont été rac- cordés en 2012 au réseau d'adduc- tion en eau potable (AEP) à partir du complexe Mostaganem-Arzew- Oran (MAO), de la station de des- salement de l’eau de mer et du barrage de Kramis. Les opérations de raccordement, qui ont touché les douars de neuf communes, ont per- mis d’augmenter le ratio par habi- tant en eau potable à 105 litres/jour dans la Dahra et 130 l/j au groupe- ment de Mostaganem. La distribu- tion était en moyenne une seule fois tous les trois jours surtout à l’est de la wilaya, selon le directeur de l’hydraulique. M. Aït Mansour Abdennour a indiqué que le taux de raccordement au réseau d’AEP est estimé à 80 pour cent et devra

atteindre 95 pc à la fin de l'année courante. Des travaux de raccorde- ment au réseau d’AEP de villages de la partie est de la wilaya jusqu’à la frontière de la commune d’Ou- led Maallah, à partir du barrage de Kramis, et le complexe MAO, ainsi que la station de dessalement de l’eau de mer, devraient être, par ailleurs, lancés durant le premier trimestre 2013, a-t-on indiqué. Deux réservoirs de 400 et 1.000 m 3 ont été réalisés comme première étape, ainsi qu'un réseau de distribution de 9 kilomètres à partir de ces deux réservoirs. Ce projet, qui fait actuellement l'objet de tests, sera mis en service avant fin mars prochain, selon la même source.

AÏN TÉMOUCHENT

SANTÉ

Un centre pour enfants autistes ouvre prochainement

Un centre pour enfants autistes sera ouvert prochainement au niveau de la nouvelle polyclinique de Châa- bet El- L’ham à Aïn Témouchent, a indiqué le directeur de l’établisse- ment public de santé de proximité (EPSP) d’El-Amria. Cette nouvelle structure sera opérationnelle dès la réception de la polyclinique, dont les travaux sont en cours de finition et qui aura pour mission de devenir un pôle de wilaya en matière de préven- tion, a précisé le docteur Bekhaled Zoubir. Le centre épargnera aux en- fants autistes de la wilaya d’Aïn Té- mouchent le déplacement vers la ville d’Oran pour recevoir leur trai- tement, a-t-on ajouté. La polycli- nique de Châabet El-L’ham jouera, par ailleurs, dans le cadre du pro- gramme élaboré par la direction de la santé, le rôle de pôle de wilaya pour les pathologies chroniques touchant les enfants. Il s’agit particulièrement des enfants orientés par les unités de suivi et de dépistage (UDS) relevant de la médecine scolaire, atteints de diabète, maladies cardiaques, ophtal- mologiques et caries dentaires, a sou- ligné le directeur de l’EPSP d’El-Amria. Cet établissement public qui vient d’être doté d’un équipe-

public qui vient d’être doté d’un équipe- ment de radiologie numérique après de l’EH "D r

ment de radiologie numérique après de l’EH "D r Benzerdjeb" d’Aïn Té- mouchent a procédé également à la rénovation et à la réhabilitation des différentes structures de soins qui lui sont rattachées, notamment celles d’El-Malah. Les efforts menés pour une meilleure prise en charge du ma- lade et l’amélioration constante de la couverture sanitaire dans la wilaya d’Aïn Témouchent seront couronnés enfin par l'ouverture prochaine d'un hôpital de 60 lits d’El- Amria doté d’un équipement de scanner. Les res-

ponsables locaux en charge de la santé de la wilaya d’Aïn Témouchent ont fait savoir par ailleurs à la tutelle leurs besoins en spécialistes, notam- ment en radiologie, cardiologie et réanimation. La wilaya enregistre des déficits importants dans ces do- maines, a-t-on indiqué à la DSP. Les hôpitaux d’Aïn Témouchent et de Beni Saf, ainsi que l’EH "D r Ben- zerdjeb", qui sont dotés d’équipe- ments de scanner, écho doppler et mammographie, ne disposent chacun que d’un seul radiologue, a-t-on noté.

ARTISANAT

TINDOUF

De nouvelles structures

Plusieurs structures susceptibles de contribuer à la promotion des activités artisanales ont récemment été réceptionnées dans la wilaya Tindouf, a-t-on ap- pris auprès de la Chambre d’artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya. Il s'agit de la maison de l'Arti- sanat réceptionnée au chef-lieu de wilaya, pour un coût de plus de 15 millions de DA dégagés au titre du programme de développement du Sud, et d’un centre de facilitation réalisé au niveau de la nouvelle ville de Tindouf-Lotfi, pour un coût de plus de 21 millions de DA, a indiqué le responsable de la Chambre d’artisanat et des métiers. Ce projet devra donner une nouvelle impulsion à l’artisanat, accom-

pagner les petites et moyennes entreprises dans la réalisation de leurs différentes activités et d’ancrer l’esprit entrepreneurial au milieu des jeunes promo- teurs, a-t-il précisé. Le secteur a été également ren- forcé par la réalisation d’un nouveau centre de l’artisanat d’une superficie de 910 m 2 , pour un coût de 34 millions DA. Ces nouveaux projets sont appe- lés à créer des espaces appropriés devant permettre aux artisans et promoteurs de micro-entreprises ver- sées dans l’artisanat de promouvoir leurs activités et de soutenir la cadence de développement local et de l’économie nationale, a estimé le responsable de la Chambre d’artisanat et des métiers de Tindouf.

Lundi 14 Janvier 2013

Monde

15

EL MOUDJAHID

COMBATS À KONNA (MALI)

21 morts dont 10 civils

O nze militaires maliens ont été tués et une soixantaine blessés lors de combats pour la reprise de

Konna, commune située dans la région de Mopti, au centre du Mali, a annoncé sa-

medi soir le secrétaire général de la prési- dence malienne, Ousmane Sy. "Onze de nos héros ont inscrit en lettres d'or leurs noms dans l'histoire millénaire du Mali. Ils sont tombés au champ d'honneur à

Nous comptons aussi une cen-

taine de blessés auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement", indique le communiqué, lu à la télévision publique ORTM par M. Ousmane Sy. "L'armée ma- lienne, avec l'appui de notre partenaire français, est en train d'infliger des pertes

lourdes à l'ennemi. Il continuera ainsi jusqu'à la victoire finale, celle-ci est iné- vitable parce que le Mali a le droit de son côté", a-t-il ajouté. Des civils sont à comp- ter aussi parmi les morts, a affirmé samedi une organisation des droits de l'homme, citant des habitants de la zone. "Des habi- tants de Konna m'ont rapporté que dix ci- vils sont morts pendant les combats, y compris trois enfants qui se sont noyés en essayant de franchir le fleuve Niger en quête de sécurité", a déclaré Corinne Dufka, une responsable de Human Rights Watch (HRW). "D'autres enfants, recrutés

par les groupes armés (

), ont été blessés,

Konna (

par les groupes armés ( ), ont été blessés, Konna ( centre d'un sommet extraordinaire de

centre d'un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), mercredi prochain à Abidjan, a indiqué hier un porte-parole à Lagos (Nigeria). "C'est un sommet extraordinaire. Il sera uniquement consacré au Mali", a déclaré Sunny Ugoh, porte-parole de la Cédéao, une organisa- tion de 15 pays qui doivent former une force d'intervention au Mali.

).

et certains sont sans doute décédés au cours des combats", a ajouté M me Dufka. Par ailleurs, la Grande-Bretagne a décidé d'apporter une assistance militaire logis- tique à la France pendant son intervention au Mali, mais ne déploiera pas de person- nel en situation de combat, a annoncé le bureau du Premier Ministre, David Came- ron, dans un communiqué. Au chapitre di- plomatique, la situation au Mali sera au

PALESTINE

Israël évacue de force des Palestiniens du site d'un projet de colonie

tières, accompagnés de bulldozers, parti- cipent à l'opération. Moustafa Barghouti, membre du Conseil législatif palestinien, présent sur place, a indiqué que "des cen- taines de policiers israéliens sont arrivés de toutes les directions, encerclant tous ceux qui étaient dans les tentes, et les ar- rêtant un par un". Des manifestants pales-

Un important dispositif des forces d'occupation israéliennes ont évacué de force, tôt hier matin, des manifestants pa- lestiniens qui ont dressé vendredi des tentes sur le site d'un projet de colonisa- tion israélien entre la Cisjordanie et El Qods-Est occupées, ont rapporté les mé- dias. Environ 500 policiers et garde-fron-

tiniens avaient dressé ce camp de tentes, baptisé "Bab al-Chams" (La porte du so- leil), dans le cadre d'une stratégie de ré- sistance non violente aux implantations et à l'occupation israéliennes. Il se voulait une réplique palestinienne des colonies sauvages israéliennes.

SAHARA OCCIDENTAL

20 détenus politiques sahraouis jugés par un tribunal militaire marocain en février

Le président de la République arabe sah- raouie démocratique (RASD), secrétaire gé- néral du Front Polisario, M. Mohamed Abdela- ziz, a qualifié d'"illégal" le jugement en février prochain de plus de 20 détenus politiques sah- raouis par un tribunal militaire marocain, rap- porte samedi l'agence de presse sahraouie (SPS). "Nous attirons votre at- tention qu'après plus de deux ans de détention injuste, les autorités ma-

rocaines ont annoncé le 31 décembre 2012 avoir fixé le 1 er février pour le jugement des détenus sahraouis par un tribunal militaire", a écrit le président sahraoui dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon "Des éléments en tenues militaires ont pénétré le 8 janvier 2013 dans les cellules des détenus qui ont fait l'objet de fouilles dégradantes, de destruction de biens et d'insultes", a-t-il ajouté. M. Abdelaziz a en outre interpellé le SG de l'ONU sur les effets de tels "atermoiements, retards et arrestations" pour une longue période sans motif valable. A cet égard, il a re- gretté le jugement des civils devant un tribunal militaire, le qua- lifiant d’"'illégal et immoral". Il a également réitéré la nécessité de la mise en place d'un mécanisme onusien afin de permettre à la MINURSO d’assumer ses responsabilités dans la protection et la surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental et de faire la lumière sur le sort de plus de 651 Sahraouis disparus. Le président sahraoui a en outre exigé "l’arrêt du pillage des ri- chesses naturelles du Sahara occidental et le démantèlement du mur marocain de la honte qui divise le territoire et son peuple en deux parties". 24 prisonniers politiques sahraouis ont été ar- rêtés au moment du démantèlement du camp de Gdeim Izik, près de la ville de Layoune occupée, en novembre 2010. Ils croupissent dans la prison marocaine de Salé depuis plus deux ans en attente d’un jugement reporté à plusieurs reprises et dont la date du prochain jugement a été fixée pour le 1 er février pro- chain devant un tribunal militaire.

e r février pro- chain devant un tribunal militaire. SYRIE Des bastions rebelles près de Damas

SYRIE

Des bastions rebelles près de Damas toujours sous le feu de l'armée

rebelles près de Damas toujours sous le feu de l'armée L'armée syrienne bombardait de nouveau di-

L'armée syrienne bombardait de nouveau di- manche matin les bastions rebelles proches de Damas, théâtre également de violents combats entre soldats et insurgés, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Les troupes du régime bombardent Daraya, Beit Sahem, Al-Mleha et Mouadamiyat al-Cham", des localités du sud de la capitale, a expliqué

l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins. L'ONG a également fait état de violents affronte- ments entre insurgés et soldats à Daraya, au sud-ouest de Damas, où sont massés d'im- portants renforts de l'armée qui tente depuis des semaines de reprendre ce bastion rebelle. A Damas même, des affronte- ments avaient lieu dans le quar- tier de Barzé (nord-est), selon l'OSDH. L'armée a récemment concentré ses opérations sur les banlieues de Damas, où la ré- bellion a installé des bases-ar- rière d'où elle lance des attaques contre la capitale. A Alep (nord), des combats faisaient rage près d'un siège des services de renseignements, selon l'OSDH. Samedi, les violences avaient fait 95 morts — 33 civils, 39 rebelles et 33 soldats —, d'après la même source. Plus de 60.000 per- sonnes ont été tuées en Syrie depuis le début, en mars 2011, d'une révolte populaire qui s'est de- puis transformée en guerre civile.

BRÈVES

BRÈVES

BRÈVES

BRÈVES

LIBYE

Le consul d'Italie à Benghaziéchappeà un attentat

Le consul d'Italie à Benghazi, dans l'est de la Libye, a échappé samedi à un attentat lorsque sa voiture blindée a été touchée par des tirs, a annoncé l'agence de presse italienne Ansa, citant des sources de sécurité locales. Le consul, Guido de Sanctis, circulait dans sa voiture à Benghazi lorsque les tirs ont eu lieu, mais personne n'a été blessé, selon Ansa. Le consul rentrait chez lui au terme de son travail lorsque plusieurs balles, qui auraient été tirées à partir d'une autre voiture et étaient dirigées vers le diplomate et son chauffeur, ont touché le véhicule blindé, a indiqué Ansa.

ATTAQUE CONTRE UN BARRAGE DE L'ARMÉE ABAGHDAD

3 soldats tués

Trois soldats irakiens ont été tués hier à l'aube au nord de Baghdad lors d'une attaque contre un barrage de l'armée, ont indiqué des sources médicale et militaire. Des inconnus ont lancé des grenades contre le barrage, situé à l'est de la ville de Samarra, à environ 110 km de Baghdad, puis ont ouvert le feu, ont indiqué un lieutenant-colonel de l'armée et une source hospitalière. Les violences en Irak ont nettement diminué depuis le pic des années 2006 et 2007, où les violences confessionnelles faisaient rage, mais les attentats restent quasi quotidiens, notamment dans la province de Sa- laheddine, dont Samarra fait partie.

Lundi 14 Janvier 2013

Cult ure

16 EL MOUDJAHID

17

EL MOUDJAHID

"Captain Sokar''

monde

où de

un rêve

THÉÂTRE POUR ENFANTS À GUELMA

d e où de u n rêve THÉÂTRE POUR ENFANTS À GUELMA L a générale de

L a générale de la pièce théâtrale pour enfants Capi- taine Sokar, présentée samedi au Théâtre régional de Guelma (TRG), a transporté les écoliers, nom-

breux à y assister, dans un univers de rêve. Les yeux écar- quillés sur la scène du TRG Mahmoud-Triki, ''bluffés'' par le jeu tout en justesse des acteurs, les tout-petits n’eurent de cesse, une heure durant, que d’encourager le héros de la pièce (Sucre) qui leur prouva que la peur peut être domptée et qu’avec du courage, les forces du mal (Alkam) ne peuvent être qu’anéanties. Capitaine Sokar, une pièce écrite par Saïd Derradji et mise en scène par Abdelkader Djerbou, sur une scénographie très imaginative d’Abder- rahmane Zaâboubi et une musique de Salah Samai, raconte l’histoire du jeune Sokar, très craintif même s’il maîtrise les arts martiaux, mais chez qui l’enlèvement de son maître Arif crée le déclic et lui donne le courage et la force d’af- fronter et de vaincre le ténébreux Alkam. La belle harmonie dans l’orchestration de tous les élé- ments de cette production théâtrale et l’approfondissement de chaque aspect de la pièce par l’équipe technique, conju- gués aux répétitions qui ont duré plus de deux mois, a abouti sur un travail accompli. A côté d’une scénographie attractive, appuyée par les costumes, les effets sonores et la lumière, Capitaine Sokar, interprétée en langue arabe classique a également servi à enrichir le vocabulaire des tout-petits. La pièce est la troisième production du TRG au cours de l’année 2012, après les pièces Le printemps de Rom et Jusqu’où, montées en collaboration avec la coo- pérative des activités culturelles de théâtre et présentées le 20 décembre dernier.

Entretien
Entretien
MARSEILLE, CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE Spectacles tous azimuts L e lancement, samedi dernier, de
MARSEILLE, CAPITALE EUROPÉENNE
DE LA CULTURE
Spectacles tous azimuts
L e lancement, samedi dernier, de la manifestation de l'année Marseille,
capitale européenne de la culture marquée par des festivités populaires
dans la grande métropole du sud de la France. Marseille a été promue
pour un an, capitale européenne de la culture pour toute l’année 2013 en même
temps que Kosice en Slovaquie.
Jusqu'au 31 décembre prochain, plusieurs centaines d'événements sont pro-
grammés dans toute la Provence, avec la Méditerranée en thème conducteur.
A Marseille même, 2013 promet ainsi une rétrospective majeure sur la moder-
nité en peinture, des expositions inédites consacrées à Koudelka ou Le Corbu-
sier, des créations théâtrales de premier plan
le tout dans des infrastructures
souvent nouvelles, pérennes pour la plupart. Le vieux Port, partiellement rendu
aux piétons, semble pour sa part avoir doublé son espace. Les Marseillais es-
pèrent ainsi corriger l'image de la ville, particulièrement mise à mal ces derniers
mois. Durement frappée par le chômage (12,1%) et les difficultés sociales,
Marseille a fait régulièrement la une des médias en raison des nombreux règle-
ments de comptes liés au trafic de drogue. Ce qui a conduit le gouvernement à
annoncer début septembre un plan d'action contre la criminalité et l'économie
souterraine qui gangrènent certains quartiers. "Marseille Provence 2013" jouera
un rôle très important, qui fera que les Marseillais et les Provençaux seront fiers
d'être des gens de Marseille et des gens du Sud", a déclaré vendredi le président
socialiste de la Région, Michel Vauzelle, souhaitant "que cesse la caricature de
Marseille". Ce week-end a été marqué par une grande fête samedi soir à Mar-
seille, et devait s'achever hier soir dans la ville d'Arles par un spectacle pyro-
technique sur les bords du Rhône.

AMEZIANE FERHANI DÉDICACE SON LIVRE SUR LA BANDE DESSINÉE ALGÉRIENNE

“L’histoire de la BD est liée à l’Algérie”

Notre confrère, Ameziane Ferhani, s’est livré, samedi dernier, à la librairie générale d’El Biar à une séance de dédicaces de son ouvrage, grand format, intitulé 50 ans de bandes dessinées algérienne : Et l’aventure continue, paru aux éditions Dalimen à l’occasion du dernier festival consacré, annuellement, à l’essor et à la promotion de cet art. L’anthologie, qui se décline à travers un florilège de couleurs et d’ époques, de dérision, de colères, d’humour sarcastique, et, pour beaucoup, de l’imagination à en perdre le souffle, rassemble dans un livre de très bonne facture les planches des plus célèbres aux plus inconnus de nos artistes dont la mémoire retient le savoir-faire, le plus ingénieux des talents de la période post-coloniale à nos jours, des BD qui auront marqué quelques générations d’algériens avec plus tard l’empreinte des caricaturistes de la presse écrite. L’auteur qui dirige, actuellement, le supplément culturel Arts et lettres et dont chacun apprécie la saveur et le style de l’écriture, apporte par le texte sa précieuse contribution à l’élaboration de cet ouvrage. Dans cet entretien, il nous livre quelques secrets sur sa confection.

Pouvez-vous nous parler brièvement de vos centres

d’intérêts ? Très rapidement, je peux vous dire que j’ai toujours tra- vaillé dans la communication et le journalisme culturel. Il y a eu, comme vous le savez, avec ce qui s’est passé, on a eu comme tout le monde des changements de carrière liés à la communication ou à l’infor- mation, j’ai exercé notamment dans la communication finan- cière et bancaire, mais j’ai tou- jours continué à écrire pendant cette période sur l’art, la cul- ture. Et par rapport à la bande- dessinée comme j’ai été amené

à suivre tous les arts et toutes

les expressions littéraires aussi

à travers mon métier, c’est sûr

que la bande dessinée a fait partie disons de ces préoccupa- tions. Tout jeune déjà j’étais un fan et même au jour d’au- jourd’hui quand il y en a une qui me tombe sous la main, je la feuillette.

C’est donc tout naturelle- ment que vous est venue l’idée d’écrire ce livre ? Cela faisait longtemps que je voulais écrire un livre entiè-

rement consacré à la BD. Il faut dire que je la lisais un peu en dilettante et plus tard quand j’ai été amené à participer à des moments forts des festivals notamment le premier, celui de Bordj El Kiffan en 1985, 86, 87, 88 qui était devenu interna- tional dans les deux dernières éditions et qui a donné lieu en 89 — ce que les gens oublient

— le dernier festival méditer-

ranéen de la BD qu’on a orga- nisé avec les Espagnols, les Français, Italiens, Marocains, Tunisiens, Libanais et qui a eu lieu au Palais du peuple. C’est depuis ce temps que me trottait dans la tête l’idée de faire ce

livre. Et, voilà qu’un jour, Da- lila Nadjam, commissaire du

FIBDA, qui est, aussi, éditrice à Dalimen, m’a sollicité pour faire un livre sur les 50 ans de la BD algérienne. Au départ le livre était uniquement lié aux cinquante ans de la bande des- sinée, finalement, je lui ai pro- posé un plan beaucoup plus large : je lui ai dit qu’on ne va pas rater l’occasion de faire l’histoire de la bande dessinée.

Une sorte de rétrospective ? Oui, rétrospective ! surtout

une tentative d’analyser et de comprendre cette histoire et de la lier à notre pays, à son contexte sociopolitique et de trouver des points de jonc- tion avec les au- tres arts parce

que comme

vous allez le découvrir dans le livre, il y a des liaisons que j’ai faites entre cet art et les autres expressions artistiques.

Pourquoi avoir choisi comme sous-titre à votre ouvrage Et l’aventure conti- nue ? Parce qu’il n’y a jamais eu de réelles interruption en dépit des moments très difficiles que la bande dessinée à traversé de- puis tout ce temps. Je pense surtout à ceux que les premiers bédéistes ont vécu, ceux de la premières génération. Cela a été vraiment très dur pour eux parce qu’ils n’ont aucun antécé- dent, pratiquement aucune réfé- rence. Ils ont été obligés, pour

Photos : Nesrine Pouvez-vous nous par- ler des lignes directrices de cet ouvrage ? Il
Photos : Nesrine
Pouvez-vous nous par-
ler des lignes directrices
de cet ouvrage ?
Il y a d’abord un récapi-
tulatif de l’histoire de la BD
en général qui aboutit à la
nôtre ; ensuite, il y a le rap-
port entre la BD et l’histoire
en tant que vecteur sociolo-
gique. Comment cette histoire
a été traitée par la BD algé-
rienne, c’est grosso modo le
contenu du premier chapitre.
Puis je présente la première gé-
nération d’auteurs qui va
jusqu’en 88 ensuite la
deuxième génération et entre
les deux, il y a disons un
maillon intermédiaire c’est
celui des caricaturistes qui ont
accompagné l’arrivée et le dé-
veloppement de la presse indé-
pendante et dont l’apport au 9 e
art algérien est aujourd’hui in-
déniable.
Propos recueillis par
Lynda Graba

ainsi dire, à inventer le 9 e art en Algérie parce qu’il n’existait pas. Donc, il y a cet aspect là, et, deuxièmement, ils ont connu beaucoup de hauts et de bas, des périodes en dents de scie ; des moments de misère totale et puis des moments d’enthou- siasme absolu, je pense ici à la revue « Mekidèche qui a permis pendant un temps d’envisager un bel avenir. Quand j’écris L’aventure continue, c’est par rapport à l’apparition d’une gé- nération nouvelle de créateurs, une génération prometteuse et talentueuse qui a maintenant des repères internationaux et nationaux.

qui a maintenant des repères internationaux et nationaux. MOHAMED KHELILI, PROJECTIONNISTE, RACONTE LAMAGIE DU GRAND

MOHAMED KHELILI, PROJECTIONNISTE, RACONTE LAMAGIE DU GRAND ÉCRAN

Plus qu’un métier, une passion….

L a salle de cinéma Doui située au centre-ville d’Ain-Defla est fermée depuis des lustres au septième art, n’ouvrant ses portes que le

temps des campagnes électorales pour abriter des meetings, et, occasionnellement, des activités cultu- relles ne drainant pas grand monde. Miliana, El- Khemis ou encore El-Attaf et El-Abadia, toutes ces grandes agglomérations de la wilaya d’Ain-Defla ont leur salle de cinéma, mais toutes sont fermées. Que de générations de jeunes algériens auront ainsi passé à côté de la magie du grand écran, succombé à ce moment quasi enchanteur où s’éteignent les lu- mières et que se projettent sur le grand écran les pre- mières images. Un éblouissement enfantin qui transcende les âges, relie les générations et se per- pétue à vie chez le cinéphile. A peine le sujet évoqué, Mohamed Khelili, re- traité, replonge dans son univers, dans son ancienne profession faite de plaisir et d’enchantement parta- gés. Il était projectionniste. Avec l’aide d’un assis- tant, il préparait les bobines de films, en vérifiait l’ordre, marquant chacune d’un repère signalant la fin pour que se prépare tout aussitôt la seconde, la suite du film à projeter. « J’ai appris sur le tas », confie-t-il. Une passion, plus qu’un métier dans le- quel il a mordu alors que, jeune écolier à Miliana, il est appelé par le maître d’école à le seconder. « C’était à l’école Charles-Andrei, aujourd’hui Kadi-

Meliani, nous avons projeté Les raisins de la colère, en 16 mm ». Présent avec nous autour de tasses de thé qui faisaient office d’eau de jouvence, remontant le temps, ravivant les mémoires, Abdelkader son beau-frère se rappelle avoir pleuré tout comme ses camarades de classe à la fin de la projection. La

magie a opéré. Dès 1963, Khelili Mohamed s’inves- tit complètement dans le métier. Il en fait son gagne- pain, mais, aussi, son plaisir permanent. Il vadrouille, travaillant même au sud du pays par la suite avec Sonatrach. C’était au niveau d’une base

à Rhourde-El-Baguel.

Il s’installe àAin-Defla et se voit confier la salle de cinéma Doui qui ouvrit ses portes, juste en face d’une ancienne salle transformée depuis en dépôt de Sempac, mais on peut, encore de nos jours lire son nom, L’Eden, sur le fronton. C’était le 27 novembre 1979, précise-t-il. Pour l’occasion, le film Les va- cances de l’inspecteur Tahar est à l’affiche. Il la tient des semaines durant, chaque séance se tenant

à guichets fermés. L’appareil, « un Zeiss-Icon » est

toujours là, « nécessitant juste un petit entretien et le remplacement de quelques pièces », note Khelili avec une pointe de regret dans la voix chargée d’émotion à l’évocation de ces souvenirs, de ce bon- heur partagé avec les enfants. La salle d’opération est fermée depuis le début des années quatre-vingt, depuis la dissolution du CNC, reversée au patri-

moine de la commune, la salle ne porte depuis de cinéma que le nom… Des bobines de films y sont jetées. Les sièges éventrés, son plafond menaçant de tomber servant

de refuge pour des de nombreuses familles de pi- geons. Les vendredis et jours fériés, la salle restait ouverte au grand bonheur des enfants et des jeunes.

« De 10h du matin jusqu’à près de minuit les jours

de l’Aïd ». HadjAli, gérant d’un kiosque à journaux plongé également dans la discussion raconte des anecdotes sur le cinéma. « C’était la projection du film L’enfer des hommes avec Audy Murphy, dès que la grosse artillerie commence à pétarader et qu’un soldat surgissant de sa tranchée emplit plei- nement l’écran, un cousin à moi, paniquant, s’est aussitôt jeté sous les sièges. » Aprésent, la salle a été retapée et rafistolée pour les besoins d’activités politiques. Pourquoi ne pas relancer l’activité cinématogra- phiques ne serait-ce que pour des séances enfantines les vendredis matin, occuper sainement nos enfants et leur permettre de sentir cette grande magie de cette salle dont l’obscurité illumine les esprits et transporte l’imaginaire. « Je suis disponible, si on fait appel à moi, je répondrai présent ». conclut Khe- lili Mohamed, le projectionniste, dont les souvenirs nous ont projetés vers notre propre enfance. A. M. A.

Mohamed Khelili
Mohamed Khelili

Société

18

EL MOUDJAHID

LE NOUVEL AN AMAZIGH CÉLÉBRÉ À CONSTANTINE

Zorna et baroud ouvrent les festivités

C’est au son de la zorna et de salves de barouds que Yennayer 2963 a été accueilli, samedi, à Constantine par une foule joyeuse qui défila du stade Ben Abdelmalek jusqu’à la Maison de la Culture Mohamed Laïd Al Khelifa, à la place des Martyrs au centre-ville, en passant par la place de la Pyramide et la rue Abane Ramdane. La population qui ne s’attendait pas à une pareille fête a joyeusement accueilli la parade des participants aux festivités des célébrations du nouvel an amazigh. Le défilé est représentatif de quinze wilayas qui se sont donné rendez-vous dans la grande métropole de l’Est, ancienne capitale du royaume numide.

L es youyous des femmes ac- compagnaient cette joyeuse pa- rade, inaccoutumée dans les

murs de la ville. En fait, les gens étaient heureux, heureux de se retrou- ver, venus des quatre coins de l’Est commémorer un évènement devenu traditionnel qui fait renouer, peu ou prou, la population avec des tradi- tions passées quelque peu oubliées, mis sous une chape de plomb durant de longues années. La population constantinoise ne s’y est pas trompée, elle a immédiatement pactisé avec les jeunes gens et jeunes filles venus se ressourcer à l’enseigne de l’amazi- ghité à Cirta-Constantine. Bien sûr, les appareils photos et autres porta- bles ont fonctionné à plein tube im- mortalisant par des photos et des vidéos ces moments mémorables. La caravane a marqué une halte sur l’esplanade de la maison de la culture Mohamed Laïd Al Khelifa où les festivités se sont poursuivies avec des expositions de mets et de pâtisse- rie traditionnels et de produits d’arti- sanat (bijoux, poterie, robes traditionnelles, tableaux de peinture et autres articles à base d’osier et sur- tout les plats traditionnels où la plu- part du public a goûté les délicieux plats de chaque ville). A l’exemple du R’fiss de Ghardaïa qui a, par sa sa-

veur et sa présentation, agréablement surpris les Constantinois dont le R’fiss local jouit d’une réputation na- tionale, dépassant largement les li- mites de la ville. Les Constantinois ont également été émerveillés par les costumes tra- ditionnels chaouis et kabyles, de même que les poteries émanant de ces deux régions atypiques du pays, le tout couronné par une exposition donnant à voir la richesse et l’art de la bijouterie amazigh en argent avec ses motifs et ses entrelacs dont la

beauté et la pureté ont embelli la salle d’exposition. M. Djamel Foughali, directeur de la culture de la wilaya, a déclaré à ce propos que « Yennayer célèbre sa 2963 année, dans sa troi- sième édition constantinoise sur le thème : « Nous sommes des ama- zighs arabisés par l’islam », un dic- ton, relève-t-il, souligné par cheikh Abdelhamid Ben Badis. Cette mani- festation a regroupé plus de quinze wilayas parmi lesquelles Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi, Skikda, Mila, Béjaia, Tizi Ouzou, Ghar-

daïa

Ce rassemblement pério-

dique, a encore dit le responsable de la culture de la wilaya de Constan- tine, ambitionne de « préserver et en- tretenir une mémoire collective ». M. Foughali de conclure : « Les festivi-

»

collective ». M. Foughali de conclure : « Les festivi- » tés qui se poursuivront jusqu’à

tés qui se poursuivront jusqu’à jeudi prochain, constituent également un espace de rencontre et d’échange au- tour de divers thèmes puisés des champs artistique, littéraire et histo- rique pour que nos jeunes enfants connaissent mieux l’histoire de notre pays, l’Algérie. » Rona Merdaci Khaled

de notre pays, l’Algérie. » Rona Merdaci Khaled IL LE TUE POUR 200 DA 15 ans

IL LE TUE POUR 200 DA

15 ans de prison pour l’auteur d'un crime à Bachdjarah

A gé de 36 ans, Abdelmalek ne nie pas les faits mais il tient cependant à préciser que la

mort du jeune Karim est « acciden-

telle ». « Je n’avais pas l’intention de le tuer », ne cesse-t-il de se dé- fendre devant le tribunal criminel d’Alger qui le poursuit pour meur- tre avec préméditation qui a ébranlé l’un des quartiers les plus populeux de la capitale, en l’occurrence Bachdjarah. Ça s’est passé lors de la nuit du

19 au 20 septembre 2010. Il était 2h

du matin lorsque l’irréparable fut commis par l’accusé pour une mal- heureuse histoire de 200 DA. Oui,

vous l’avez bien lu ! Karim, à peine

27 ans, est décédé à cause d’un bil-

let de 200 DA. Invraisemblable ! Des coups de couteaux dans le ven- tre ont eu raison de la victime. Mais comment en est-on arrivé là ? A se fier à l’acte d’accusation, tout a commencé dans la journée lorsque Abdelmalek décide, avec son ami, de faire un tour du côté du marché informel pour assister à l’opération du démantèlement des étals. Sur le chemin, les deux copains passent devant le magasin de Karim, un local de fortune faisant office de barbecue. Ivre mort, la victime in- terpelle Abdelmalek et insiste pour se faire rembourser les 200 DA qui lui doit son copain. « Il a prétendu qu’il m’avait prêté cette somme. Je ne me souviens pas lui avoir de- mandé un jour de me prêté de l’ar- gent », raconte l’accusé. N’ayant pas bronché, aux dires de Karim, Abdelmalek poursuit son chemin, ce qui n’a pas été du goût du pre- mier qui voulait apparemment en découdre. En s’éloignant de lui, Abdelmalek entendra un chapelet d’injures et de gros mots qui n’ont pris effet sur lui que plus tard, en soirée. Poursuivant son récit, l’accusé tente de convaincre la cour que c’est la victime qui l’a « cherché »

L’HOMICIDE VOLONTAIRE DE LA FORÊT DE SOUK-NAÂMANE ÉLUCIDÉ Les assassins derrière les barreaux U ne
L’HOMICIDE VOLONTAIRE DE LA FORÊT
DE SOUK-NAÂMANE ÉLUCIDÉ
Les assassins derrière
les barreaux
U ne affaire de meurtre avec préméditation vient
d’être élucider par les services de la police judi-
ciaire de la gendarmerie nationale. En effet, suite
je n’avais nullement l’intention de
le tuer car si c’était le cas, j’aurais
pris un couteau quand je suis sorti
de la maison », s’est défendu l’ac-
cusé. Lors de sa prise de parole, le
représentant du ministère public qui
qualifie les faits de « graves » ne
sera pas tendre avec l’accusé et a
estimé à cet effet que ses aveux
constituent une preuve « irréfuta-
ble » de sa culpabilité avant de re-
quérir une peine de 20 ans de prison
ferme, ce qui n’était pas du goût de
la défense. L’avocat qui a plaidé
non coupable a réclamé les circons-
tances atténuantes et appelé à la re-
qualification des faits en coups et
blessures volontaires ayant entraîné
la mort sans l’intention de la don-
ner. Une requête qui semble avoir
été prise en considération par le tri-
bunal qui condamnera moins d’une
heure plus tard Abdelmalek à 15
ans de prison ferme. S.A.M.
à des informations parvenues à la brigade territoriale de
la gendarmerie nationale Souk-Naâmane (wilaya d’Oum
El Bouaghi) relative à la découverte d’un cadavre d’une
personne (K.S.) de sexe masculin sans vie dans la forêt,
relevant de la commune de Souk-Naâmane (Oum El
Bouaghi), une enquête a été déclenchée, a indiqué la cel-
lule de communication du commandement de la gendar-
merie nationale (CGN).
Les enquêteurs de la gendarmerie nationale ont mis
tous les moyens nécessaires pour déterminer les circons-
tances exactes de cette mort suspecte et qui conduit à
l’identification et l'arrestation des auteurs présumés de cet
homicide volontaire avec préméditation. En effet, les in-
vestigations approfondies, menées par les chargés de l’af-
faire criminelle ont révélé que la victime, âgée de la
trentaine, s'est dirigée le jour de son assassinat vers ladite
forêt où il avait l’habitude en fin de journée de consom-
mer des boissons alcoolisées en compagnie d'autres per-
sonnes de la localité sus citée, ajoute la même source.
Une fois arrêté, le nommé F. T., a déclaré aux gendarmes enquêteurs qu'il
connaissait la victime depuis un peu plus de quatre ans, de par le voisinage et
qu'ils consommaient depuis longtemps de l’alcool dans la forêt, en justifiant les
appels téléphoniques qu'il avait échangés avec la victime par le fait que ce der-
nier l'avait sollicité pour l'achat de psychotropes, en infirmant l'avoir rencontré
le jour du méfait. Ce qui a permis l'identification des autres suspects (M.B. et
R.W.), qui ont été arrêtés à Souk-Naâmane après une farouche résistance avec
les gendarmes de la brigade locale, ces deux derniers ont justifié l’utilisation du
téléphone portable de la victime par le fait qu'ils l'ont acheté auprès du premier
arrêté et qu'ils ignoraient son origine. « Si on aurait su que le téléphone a fait
l’objet de vol on ne l’aurait jamais acheté », a expliqué M.B. lors de son inter-
rogatoire.
Confrontés aux preuves, les mis en cause se sont rétractés en affirmant avoir
tué le nommé K.S. au lieu précisé ci-dessus, après lui avoir asséné des coups de
couteau à la nuque, et lui avoir subtilisé la somme de 7.000 DA, et un téléphone
portable. Ils ont justifié leur crime en indiquant qu’ils étaient sous l'effet des
psychotropes et de l'alcool qu'ils en avaient consommé avant de perpétrer le mé-
fait.
Arrêtés et présentés, devant le procureur de la République près le tribunal
de Ain M’lila pour association de malfaiteurs, homicide volontaire avec pré-
méditation, les trois mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt en atten-
dant leur jugement.
M. M.

puis « provoqué » pour finalement l’offenser avec les insultes qui ne l’ont assurément pas laissé insensi- ble et indifférent. Dans la solitude et l’obscurité de la nuit, il quitte la maison et se dirige vers le « maga- sin » de Karim pour exiger des ex- plications sur le comportement de ce dernier. Une fois sur place, la tension monte rapidement entre les deux hommes et les choses dégénè- rent pour la seconde fois en quelques heures. Mais cette fois, elles vont prendre un tournant dra- matique d’autant plus que la vic- time ne souhaitait pas la bienvenue à son hôte. « Je ne m’attendais vrai- ment pas à ce que la situation prenne cette tournure. Nous en sommes arrivés aux mains et dans une confusion totale, un sceau plein de couteaux tombe sur nous. En voyant Karim essayer de s’en em- parer, je l’ai devancé par peur qu’il ne me tue, mais je vous assure que

Télévision

T élévision 24 S S é é l l e e c c t t i

24

SSéélleeccttiioonn

EL MOUDJAHID

15h20

Edi wela kheli

l e e c c t t i i o o n n EL MOUDJAHID 15h20

Canal Algérie vous invite

pour la journée du lundi 14

Janvier 2013 à partir de

15h20 heure locale

(14h20mn GMT) à suivre le

film algérien « A prendre ou

à laisser » (Edi wela kheli)

interprété par Mohamed

Hilmi et réalisé par Djamel

Bendeddouche.

23h00

Canal Algérie vous invite pour la journée du Lundi 14 Janvier 2013, à partir de 23h00mn heure locale (22h00mn GMT), à suivre un nouveau numéro de la série de reportages « Senteurs d’Algérie » qui sera consacré à la ville de ''Biskra''. Biskra est la capitale des Monts Zab (Zibans). Elle est la reine des Zibans (Arrous-ezzibane) et la porte du désert. Elle était connue durant la période romaine sous l’appellation de Vescera, signifiant escale ou carrefour d’échanges commerciaux. Puis cette dénomination évolua au gré des périodes et des circonstances en oued el Qadr, en référence à l’actuel oued Zarzour. Biskra demeure, à travers l’histoire, ce symbole éternel qui la rattache à la région des Zibans, signifiant en berbère les oasis.

Senteurs d’Algérie

signifiant en berbère les oasis. Senteurs d’Algérie Aujourd’hui Canal Algérie 09h30 : Le médaillon

Aujourd’hui

Canal Algérie

09h30 : Le médaillon (24) rediff 10h00 : Aalem e'sahra (21) 10h30 : Fariq el congo (24) 11h00 : Canal foot ''rediff'' 12h00 : Journal en français+météo 12h30 : El aahd e'tamine (10) 13h45 : Abhath ilmiya (05) 14h30 : Znoud al sit (17) 15h20 : A prendre ou à laisser 17h00 : 52' chrono 18h00 : Journal en amazigh 18h25 : Le médaillon (25) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Alhane wa chabab 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Questions d'actu (direct) 22h00 : Zahoua 23h00 : Senteurs d'Algérie ''Biskra'' 00h00 : Journal en arabe

Lundi 14 Janvier 2013

Détente

25

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Mots CROISÉS

Mots CROISÉS

Mots CROISÉS Nº 3973

Nº 3973

Mots CROISÉS Nº 3973
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

«HORIZONTALEMENT

I-Commémoration - Fit passer du bon temps. II-Du brouillard - Deux en poupe. III-Amour de Zeus - En bande - Relier. IV-Échelon en en corde de haubans. V-Socle - Doit donc se reposer. VI-Voleuse en plumes - Pot de labo - Dans le nord. VII-Deux en selle - Démonstratif - Vin d’Italie. VIII-Préviendra. IX-En vie - Incarcerées. X- Donne du souci.

VERTICALEMENT

1-Organe - Est accepté. 2-Soutenir avec des poutres. 3-Possessif - Dame de conte. 4-Nettoie un œuf - Bruit cassant. 5-Poisson - Du grec quatre. 6-En quatre - Organisation de l’Europe - Lentille. 7-Cri dans le pré - Un peu fous. 8. Pas un as du tout - Sacrifiée en Inde. 9-Soufflant - Voyelle double. 10-Période tardive.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

F
F
 

1

E

T

E

 

A

M

U

S

A

2

O

P

A

C

I

T
T

E

 

P

P

3

I

O

 

A

D

 

U

N

I

R

4

E

N

F

L

E

C

H

U

R

E

5

 

T

E

E

 

E

 

L

A

S

6

P
P

I

E

 

T

E

T

 

N

D

7

L

L

 

C

E

 

A

S

T

I

8

A

L

E

R

T

E

R

A

 

N

9

I

E

9 I E A R R E T E E

A

R

R

E
E

T

E

E

10

T

R

A

C

A

S

S

I

E

R

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

F

A

B

U

L

A

T
T

I

O

N

2

O
O
R
R

A

L

E

 

A

R

D

U
U

3

C

E

N

T

 

M

S

 

E

M
M

4

A
A

S

T

E

R

I

S

Q

U

E

5

L

 

A

R

E

T

E

 

R

R
R

6

 

O

M

I T R E
I
T
R
E
   

R

A

S

A

7

O

B

     

R

A

I

 

L

8

R

E
E

C

U

I

S

S

O

N

 

9

F

R

I

R

E

E

 

L

E

I

10

F

E

D
D

E

R

A
A

T

I

O

N

Mots FLÉCHÉS Nº 3 973 HISTOIREÀDORMIR DEBOUT —————————————— D’UNECOMMUNICATION
Mots FLÉCHÉS
Nº 3
973
HISTOIREÀDORMIR DEBOUT
——————————————
D’UNECOMMUNICATION
————————————
DUR
ARTICLE
FIN D’INFINITIF
———————————
———————————
UNITÉ ROUMAINE
PRÉFIXE
————————————
———————————
BIEN APRÈS
EN MASSE
SURFACES
——————————
CÔTÉ DE CUBE
——————————
ENDETTÉ
SIGNE DE TEXTE
——————————
DEUX EN TERRE
——————————
APLATIRAS
D’UN FOYER
———————————
FIT UNE IMPASSE
——————————
MUSICIEN
COMPOSITEUR
POSA
——————————
TAILLA
——————————
SASSER
DE NOUVEAU
PETITE POULE
———————————
COURS DE SIBÉRIE
——————————
PERSONNAGE
DE CORNEILLE
RELENTS
——————————
FLÂNAI
—————————
D’UN CHIFFRE
NOUVEAU
—————————
TRAITEMENT DU VERRE
——————————————
POUR UN ANTONYME
EN ROSE
MAYONNAISE
—————————
——————
RISSOLER
UNITÉ
—————————
ROUMAINE
UNION D’ETATS
Nº 3 973
Mot CACHÉ
Grille
3.
Modernité
33.
Mortalité
15.
Recouper
L
R
E
U
Q
S
U
F
F
O
T
N
E
D
N
E
I
H
C
O
6.
Manigance
34.Lotionner
20.
Domptable
M
E
I
G
O
G
A
M
E
D
F
I
T
S
E
G
G
U
S
M
11. Printanier
35.Gros-grain
22 . Incognito
O
T
N
E
N
O
P
E
D
N
G
E
N
S
E
V
E
H
C
A
12. Dérailleur
36. Abdominal
D
R
E
T
N
A
C
O
R
B
E
L
L
I
A
P
I
R
T
N
23 . Promotion
13.Papilloter
37. Cavalcade
E
P
D
P
C
I
R
E
C
O
U
P
E
R
T
C
I
P
A
I
24. Découpoir
R
R
E
A
R
D
O
M
P
T
A
B
L
E
F
A
N
H
N
G
14.
Crétinisme
38. Festival
N
I
R
P
E
I
N
C
O
G
N
I
T
O
R
T
C
O
A
A
25 . Papillote
16.
Catapulter
39. Pétiller
I
N
A
I
T
P
R
O
M
O
T
I
O
N
O
A
L
T
L
N
17.
Inclémence
40. Balancier
27 . Optimisme
T
T
I
L
I
D
E
C
O
U
P
O
I
R
T
P
E
O
O
C
18.
Photocopie
41. Discrédit
29
. Veinardes
E
A
L
L
N
P
A
P
I
L
L
O
T
E
T
U
M
C
G
E
19.Analogique
42.Guimbarde
D
N
L
O
I
O
P
T
I
M
I
S
M
E
E
L
E
O
I
S
30
. Bariolure
21.
Frotteur
43.
Crédulité
E
I
E
T
S
V
E
I
N
A
R
D
E
S
U
T
N
P
Q
T
1.
Offusquer
26.
Détourner
7. Déponent
T
E
U
E
M
B
A
R
I
O
L
U
R
E
R
E
C
I
U
A
2.
Chiendent
O
R
R
R
E
U
T
I
T
U
B
A
N
T
D
R
E
E
E
T
28.
Statuette
8. Chevesne
U
S
E
Q
U
E
S
T
R
E
M
O
R
T
A
L
I
T
E
U
4.
Démagogie
31.
Titubant
9. Brocanter
R
L
O
T
I
O
N
N
E
R
G
R
O
S
G
R
A
I
N
E
32. Séquestre
10.
Tripaille
5.
Suggestif
N
A
B
D
O
M
I
N
A
L
C
A
V
A
L
C
A
D
E
T
Qui est pris
dans la longeur
E
F
E
S
T
I
C
A
L
I
N
P
E
T
I
L
L
E
R
T
R
B
A
L
A
N
C
I
E
R
D
I
S
C
R
E
D
I
T
E
A
G
U
I
M
B
A
R
D
E
C
R
E
D
U
L
I
T
E
L
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: GENEALOGIQUE

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du lundi 2 Rabie El Aoual correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du lundi 2 Rabie El Aoual
correspondant au 14 janvier 2013 :
- Dohr … 12h57
- Asr 15h35
- Maghreb
17h57
- Icha……
……
19h21
mardi 3 Rabie El Aoual 1434
correspondant au 15 janvier 2013 :
- Fedjr 06h29
Chourouk
08h00

AVIS DE RECRUTEMENT

Importante entreprise basée à Chéraga recrute 1 comptable, 1 agent administratif, 2 ingénieurs en électrotechnique, Expérience exigée.

Fax : 021.36.70.12

El Moudjahid/Pub du 14/01/2013

REMERCIEMENTS

M. Rouabah Farouk, de Bordj Bou-Arréridj, remercie M lle Chalabi S., pour lui avoir envoyé un médicament introuvable et précieux, et l’assure de sa profonde gratitude.

El Moudjahid/Pub du 14/01/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane—Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 39.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
BP 68 - Béjaia 06000
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3,
1 er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
Au capital de 18.000.000.000 DA CONDOLEANCES Le Directeur de l'Unité SNTA-UP. GOURAYA Ali, les membres

Au capital de 18.000.000.000 DA

CONDOLEANCES

Le Directeur de l'Unité SNTA-UP. GOURAYA Ali, les membres Syndicaux, et l'ensemble du personnel, très attristés par le décès de Monsieur HOUMA Mohamed-Cadre Comptable. présentent aux membres de sa famille leurs sincères condoléances, et les assurent de leur profonde sympathie en cette pénible circonstance. Que Dieu le Tout-Puissant accueille le défunt dans Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid /Pub

ANEP 300126 du 14/01/2013

ENTREPRISE REGIONALE DE GENIE RURAL AURES DIRECTION DE GESTION DES PEPINIERES-BATNA

Direction de Gestion des Pépinières

Mise endemeure avantrésiliation

Faisant suite aux différentes mises en demeures citées en référence :

• 201/DGP/2012 du 22/1012012

• 206/DGP/2012 du 28/10/2012

• 238/DGP/2012 DU 11/11/2012

L'entreprise EURL SERVO ELECTROMATIQUE«M. BRAKCHI MOHAND AMEZIANE "Dont le siège social est sis cité Abila n°49 Bordj El Kiffan-Alger titulaire du marché n°01du 17/09/2012 relatif à la fourniture et installation de 04 serres multi-chapelIes au profit de la Direction de Gestion des Pépinières est mise en demeure officiellement de reprendre les travaux dans un délai de quarante huit heures (48 h), faute de quoi, nous nous réservons le droit de procéder à la résiliation pure et simple aux torts exclusifs de votre entreprise.

LE DIRECTEUR DE GESTION DES PEPINIERES

El Moudjahid /Pub

ANEP 7872 du 14/01/2013

POMPES&VANNES EPE POVAL SPA

Au capital social de 3 289 547000.00 DA

EPE POVAL SPA Au capital social de 3 289 547000.00 DA Certificat N°BE-08 3447R1 AVIS D'INFRUCTUOSITE
EPE POVAL SPA Au capital social de 3 289 547000.00 DA Certificat N°BE-08 3447R1 AVIS D'INFRUCTUOSITE

Certificat N°BE-08 3447R1

AVIS

D'INFRUCTUOSITE

POVAL informe l'ensemble des soumissionnaires que les avis d'appels d'offres nationaux et internationaux :

-N°002/427/420 POVAL UPG 2012;

Lot n°04 : portant sur la fourniture d'éléctropompes submersibles de relevage.

Lot n° 05 : portant sur la fourniture d'éléctropompes submersibles d'épuisement.

Lot n°06 : portant sur la fourniture de pompes auto-amorçantes; paru dans la presse le 23/10/2012.

- N°008/427/420 POVAL UPG 2012 portant sur la fourniture de l'outillage paru dans la presse le 02/12/2012.

-N°015/427/420 POVAL -UPG 2012 ;

Lot

n°01

:

fourniture

de

deux

véhicules utilitaires 4x4.

 

Lot

n°02

:

fourniture

de

deux

camions; paru dans la presse le 18/11/12.

de

l’ouverture des plis des 06/12/12 et 31/12/2012 et 23/12/2012 respectivement.

Sont

déclarés

infructueux

lors

El Moudjahid /Pub

ANEP 300093 du 14/01/2013

CONDOLEANCES

Le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales, le Secrétaire Général, le Chef de Cabinet, les cadres des Collectivités Locales et l’ensemble du personnel, très affectés par le décès de la sœur de Monsieur FEHIM Yahia, Wali de Sidi Bel Abbès, présentent à sa famille leurs sincères condoléances, et l’assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde compassion. Ils prient Dieu Tout- Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde.

À Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

El Moudjahid /Pub

ANEP 502050 du 14/01/2013

Lundi 14 Janvier 2013

Sports

30

EL MOUDJAHID

LIGUE1 (16 e JOURNÉE)

ESS-MCEE

Le grand derby des Hauts-plateaux

e

à

USMBA

Amrani jette l’éponge

derby des Hauts-plateaux e à USMBA Amrani jette l’éponge Après le départ de Abdelkader Yaiche, c’est

Après le départ de Abdelkader Yaiche, c’est le tour du coach Abdelka- der Amrani, fraichement engagé, de jeter l’éponge pour schématiser toute la situa- tion, on peut plus anarchique, de la for- mation de la Mekkerra.Une semaine à peine a été suffisante pour l’ex-driver du widad de Tlemcen de tirer les enseigne- ments et les conclusions à la fois pour

plier bagages et quitter un navire difficile

à conduire.

Effectivement, la libération du joueur Hamzaoui, jugé important dans l’échi- quier de l’équipe, fut de trop pour pous- ser Amrani à prendre une telle décision surtout qu’il misait sur cet attaquant dans sa stratégie à l’objectif d’assurer un maintien. Le comble est que cette libé- ration a été signée par le président Be- naissa Baghdad, démissionnaire depuis la fin de la saison dernière puisque les affaires du club ont été gérées jusque-là par un directoire. Une démission non of- ficialisée par manque d’adoption du bilan du responsable en question. A n’y rien comprendre vraiment de cet état qui a participé grandement à la déchéance et

à la dégradation du club sous le regard

complice des services de la tutelle à sa- voir une direction de la jeunesse et des sports censée veiller à la bonne marche et le respect de la réglementation. Difficile de contenir la colère des supporters avant-hier lors d’un match de préparation suite à l’annonce de cette nouvelle. Ils ont exigé à ce que toute la lumière soit faite sur cette libération de Hamzaoui jugée peu saine. Par ailleurs, 8 autres joueurs ont été libérés sans aucun renfort de taille et à même de don- ner de l’espoir aux milliers de fans d’El Khadra et de redresser la situation… Au vu de la confusion qui prévaut, un état des lieux et une enquête approfondie sont impératifs pour la détermination des responsabilités et l’assainissement de cette formation aujourd’hui otage. A. Bellaha

club". Le contrat du joueur profes- sionnel est établi pour une durée de deux ans saisons sportives et au maximum pour une durée de cinq ans", selon les dispositions régle- mentaires relatives à la deuxième période d'enregistrement des com- pétitions de football professionnel pour la saison 2012-2013, a expli- qué l'instance footballistique prési- dée par Mahfoud Kerbadj, dans son communiqué qui a "étrange- ment" disparu du site de la LFP. La seconde période d'enregistre- ment a débuté le 16 décembre 2012 et prendra fin le 15 janvier 2013, rappelle-t-on.

L stade du 8-Mai 45 sera le théâtre, demain,

18 heures, du grand derby des hauts-pla-

Programme : mardi ESS-MCEE CABBA-CAB JSK-USMH MCA-WAT CSC-USMA CRB-JSS USMBA-ASO JSMB-MCO (huis clos)
Programme : mardi
ESS-MCEE
CABBA-CAB
JSK-USMH
MCA-WAT
CSC-USMA
CRB-JSS
USMBA-ASO
JSMB-MCO (huis clos)

TRANSFERT

Le Nigérien Yacouba Ali s'engage pour deux ans et demi avec l'USMA

Ali s'engage pour deux ans et demi avec l'USMA L ' attaquant international nigérien, Ya- couba

L 'attaquant international nigérien, Ya- couba Ali Seydou, s'est engagé pour

deux ans et demi avec l'USM Alger, a-t-on appris hier auprès de la direction du club de la Ligue 1 algérienne de football. Le joueur de 20 ans, qui évoluait à l'ASEC Abidjan, a rejoint Alger dans la journée de samedi. Il a paraphé son contrat quelques heures plus tard sans passer par les tests techniques d'usage, a ajouté la même source. C'est l'en- traîneur français des Rouge et Noir de la ca- pitale, Rolland Courbis, qui a été derrière la venue de Yacouba, vu qu'il connaissait assez bien le joueur, après son court passage au sein de la sélection du Niger en 2012. Yacouba, qui avait participé à la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2012) tenue au Gabon et en Gui- née Equatoriale, avec la sélection de son pays, n'a pas été, toutefois, retenu pour la CAN-2013 qui débutera le 19 janvier en cours en Afrique du Sud. Il est la deuxième recrue "hivernale" de l'USMA, 3 e du championnat à l'issue de la phase aller, après l'ex-attaquant inter- national algérien, Abdelmalek Ziaya, signataire d'un contrat de deux ans, en provenance du CA Bizerte (Div 1, Tunisie).

L es joueurs recrutés lors de l'actuelle période des trans- ferts d'hiver sont désormais

autorisés à signer des contrats de 18 mois, alors qu'il était question

auparavant de ne pas s'engager

pour une durée inférieure à deux années, a-t-on appris hier auprès de

la Ligue du football profession-

Plusieurs joueurs

avaient paraphé des contrats de 18 mois depuis l'ouverture du mer- cato hivernal, suscitant la réaction de la LFP qui, dans un communi- qué publié mercredi passé, a rap-

nelle

(LFP).

pelé aux clubs les dispositions réglementaires régissant les opéra-

teaux. Les Sétifiens qui sont à la première

loge du championnat national professionnel de Ligue1 vont recevoir une équipe du MCEE qui ne sera facile à manier, surtout qu’il s’agit d’un derby. Les poulains de Velud qui ont effectué un stage en Espagne sont revenus au bercail avec la ferme in- tention de réussir un très bon parcours qui pourrait leur assurer un autre titre consécutif. Suite aux nouvelles recrues du club comme Maâmeri et le joueur mozambicain, l’équipe de Aïn-El-Fouara estime qu’elle a les moyens de garder son titre. Néanmoins, rien ne sera pas facile demain devant cette équipe eulmie qui se transcende lorsqu’elle se mesure face à l’ESS même dans son antre du 8- Mai 45. A l’aller, les deux équipes ont fait match nul (1-1). Qu’en sera-t-il cette fois-ci ? C’est la question que tout le monde se pose. Il est certain que ce ne sera pas facile pour le titre à cause de l’existence de plusieurs prétendants comme l’USMA, l’USMH, le MCA, la JSMB… Hamid Gharbi

ESS

Un attaquant mozambicain à l’ES Sétif

J eremias Jorge "Jerry" Sitoe, un attaquant mozambicain de 22 ans, sera à Sétif pour si-

gner un contrat de 2 ans avec l’ES Sétif (ligue 1 algérienne de foot- ball), a indiqué samedi le président du Conseil d’administration de la

Sspa "Black Eagles", Azzedine Arab. Cet attaquant, testé durant le stage qu’effectue actuellement l’équipe sétifienne à Alicante (Es- pagne), correspond, selon M. Arab, au profil recherché par le coach Hubert Velud. Jerry Sitoe, né le 23 novembre 1990 à Maputo, au Mo-

zambique, évoluait depuis un an à l’UT Arad, en Roumanie, après avoir porté, notamment, les cou- leurs de l’Academica Coimbra, au Portugal (l’actuel club de Rafik Halliche), et du Ferroviario de Maputo. Il s’agit de la troisième re- crue sétifienne durant ce mercato d’hiver après Karim Mammeri, du CR Belouizdad, et de Younès Dja- roudi, du WA Tlemcen. En re- vanche, selon Azzedine Arab, Mohamed Challali, pressenti à la JS Kabylie, devait rallier Sétif dans la soirée de samedi pour rési- lier le contrat qui le lie à l’Entente.

LIGUE2 (16 e JOURNÉE)

Le MOB et le NAHD sur du velours contre l'ABM et le MOC

L MO Béjaïa et le NA Hus-

seïn-Dey devraient évoluer sur du velours aujourd’hui

en accueillant l'AB Merouana et le MO Constantine, en matchs avan- cés comptant pour la 16 e journée du championnat d'Algérie de Ligue 2 de football. Après la tradition- nelle trêve hivernale qui a duré un peu plus de 20 jours, le champion- nat de Ligue 2 reprend ses droits avec ces deux rencontres (les pre- mières de la phase retour) qui de- vraient permettre, sauf surprise, aux "Crabes" et aux "Sang et Or"

e

de réduire provisoirement l'écart les séparant du leader, le RC Arbaâ, lequel sera mis à rude épreuve le lendemain lors de son derby à l'extérieur face à l'O Médéa.

Programme d’aujourd’hui

A Béjaïa : MO Béjaïa - AB Me-

rouana à 18h00

A Alger (20-Août 1955): NA

Husseïn-Dey - MO Constantine à

15h00

BOUMERDES

Tournoi jubilé en l’honneur d’anciens sportifs

U n tournoi-jubilé en hommage à d’anciennes gloires du sport algé- rien a été organisé, samedi, au stade olympique de Boumerdès, en présence des autorités locales et d’un grand nombre d’invités. Or-

ganisée par l’Association sportive des vétérans de Sonatrach (ASVS),

cette manifestation a donné lieu à la tenue d’une cérémonie en hommage

à d’anciens sportifs de haut niveau qui ont porté haut les couleurs des clubs algériens et même de l’équipe nationale. Les ex-footballeurs Hacène Djema (ex-USM Alger et CR Belouiz- dad), Mahfoud Mestefaoui (ex-RC Kouba), Abdenour Zemmour (ex-MC

Alger), et l’ancien joueur de basket-ball des années 60 et président de la section du MC Alger, Mohamed Zireg ont été honorés à cette occasion. Le programme de ce tournoi- jubilé a vu l’organisation de deux rencontres de football. La première a opposé l’équipe des vétérans de la Sonatrach

à celle des avocats, alors que la seconde a mis aux prises la sélection des vétérans de la wilaya de Boumerdès avec celle des anciens joueurs du CRB et du MCA.

MERCATO D'HIVER

Les joueurs recrutés autorisés à signer des contrats de 18 mois

tions de transfert en Algérie. "La Ligue de Football professionnel in- forme les clubs de Ligue 1 et de ligue 2 que la durée du contrat les liant avec les nouveaux joueurs re- crutés durant la seconde période d'enregistrement (Mercato d'hiver) est de deux années conformément aux dispositions réglementaires ar- rêtées au titre de la saison 2012/2013", avait écrit la LFP sur son site officiel. L'instance chargée de la gestion de la compétition a tenu à souli- gner, en outre, que "tout dossier de demande de licence non conforme à cette disposition sera retourné au

CHAMPIONNAT RÉGIONAL (CADETS)

Les judokas d’Oran et Mascara s’illustrent à Relizane

L es judokas des wilayas d’Oran et de Mascara se sont illustrés au championnat régional cadets (filles et garçons), organisé au palais des sports "Mohamed-Khemisti" de Relizane. La wilaya d’Oran a décroché la première place chez les filles avec un total de 17 qualifiées pour la phase

nationale et la seconde place chez les garçons avec 10 qualifiés. La wilaya de Mascara a remporté la première place chez les garçons avec onze qualifiés. La deuxième place est revenue chez les filles à la wilaya d’Ain-Témouchent avec cinq qualifiées suivie de Saida, Tiaret, et Relizane avec deux qualifiées pour chaque wilaya. A noter que Relizane a occupé la troisième place chez les garçons avec cinq qualifiés. Le nombre total des qualifiés dans cette compétition qualificative au championnat national de judo cadets prévue les 22 et 23 mars prochain à Alger est de 72 judokas dont la moitié des filles. Cette com-

pétition a vu la participation de plus de 250 judokas représentant les ligues des wilayas de Relizane, Oran, Mostaganem, Sidi Bel-Abbès, Mascara, Ain Témouchent, Tlemcen et Saida.

Lundi 14 Janvier 2013

Sports

31

EL MOUDJAHID

CAN 2013
CAN 2013

Echos

d’Orlando Stadium de Soweto

(banlieue sud de Johannesburg)

ARRIVEE : La sélection nationale est arrivée au stade de Soweto à 18h25, avant même les Bafana Bafana. Les coéquipiers de Khaled Lemmouchia ont ensuite fait leur appa- rition sur la pelouse, une manière de tâter le terrain avant le coup d’envoi de la rencontre. Le coach na- tional, Vahid Halilhodzic, a réuni ses joueurs au rond central, où il leur a donné les dernières consignes. SUPPORTERS :